Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IVe partie — Controverses et débats

Un sermon sur la conception de Marie par Guillaume de Sauqueville

Christine Boyer

Texte intégral

  • 1 Johannes Baptist Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit 115 (...)

1La Conception de la Vierge, fêtée le S décembre en Occident, fait partie des événements de la vie de Marie qui ont été l’occasion, pour les prédicateurs, de prêcher et de rédiger un certain nombre de sermons au cours du Moyen Age, et ce bien avant que le dogme n’ait été établi, mais aussi avant même que la fête n’ait officiellement été adoptée par les différents ordres religieux, puis par les autorités ecclésiastiques. Si l’on souhaite repérer ces textes aujourd’hui parmi les innombrables sermons qui nous sont parvenus dans les manuscrits médiévaux, la recherche implique de passer en revue les sermons signalés dans le Repertoriwn der lateinischen Sermones établi par Johannes Baptist Schneyer1 pour la période allant du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle. Quelques sondages effectués dans le Repertoriwn montrent que peu de sermons sont clairement identifiés par Johannes Baptist Schneyer comme célébrant la fête de la Conception, ce qui ne signifie évidemment pas qu’il existe peu de sermons concernant cette fête, mais que ces textes sont mal signalés et qu’ils méritent une recherche plus approfondie, à partir des manuscrits eux-mêmes, de manière à confirmer leur authenticité et leur datation. Dans un contexte où le repérage des sources s’avère donc complexe, le cas de Guillaume de Sauqueville revêt un intérêt singulier.

2En effet, parmi les prédicateurs qui ont prêché à l’occasion de la fête de la Conception et dont nous avons gardé trace, figure Guillaume de Sauqueville, dominicain peu connu ayant laissé deux sermons rédigés, peut-être prêchés, en l’honneur de cette fête. Guillaume présente deux particularités qui font de lui un cas intéressant : il est normand, ce qui explique en grande partie son affinité personnelle avec la fête, et ses sermons datent des années 1315-1320, époque où la controverse sur la Conception de la Vierge connaît un regain d’intérêt dans le royaume de France.

3A travers son exemple, nous pourrons donc comprendre comment un prédicateur sans véritable renom pouvait s’y prendre pour prêcher à l’occasion d’une fête encore contestée dans son ordre, et quel était l’état de la controverse à la fin du règne de Philippe le Bel.

Un prédicateur, deux sermons

Guillaume de Sauqueville, o. p.

  • 2 Christine Boyer, Les sermons de Guillaume de Sauqueville : l’activité d’un prédicateur dominicain (...)

4Rédiger la biographie de Guillaume de Sauqueville est un exercice à la fois difficile et bref, tant ce dominicain a laissé peu de traces dans l’histoire, y compris au sein de son propre ordre2. Le recueil de sermons laissé par Guillaume, seul texte dont il soit l’auteur d’après nos connaissances actuelles, ne comporte pas la moindre indication personnelle. Quelques faits peuvent tout de même être établis pour dresser le portrait du dominicain.

  • 3 Canton de Dieppe, arrondissement d’Offranville, diocèse de Rouen.
  • 4 L’archevêque de Rouen Eudes Rigaud eut l’occasion de visiter la collégiale à cinq reprises entre 1 (...)
  • 5 Ce dialecte normand a posé problème au scribe du manuscrit de la Bibliothèque vaticane : celui-ci (...)

5Grâce à son nom, Guillelmus de Sequavilla, on sait que Guillaume est normand. Une seule commune en France porte le nom de Sauqueville3 : c’est actuellement un village de 400 habitants environ, près de Rouen. L’existence du village est attestée au Moyen Age, notamment par la présence d’une collégiale où vivent quelques chanoines4. L’origine normande de Guillaume est par ailleurs confirmée par des éléments linguistiques. En effet le dominicain a l’habitude de mêler latin et français dans ses sermons. Le français, employé de manière minoritaire, revient à des moments précis du discours, essentiellement lors de la division du verset du jour, dont vont ensuite découler les différentes parties du plan du sermon. C’est à ce moment-là que Guillaume utilise le français, qui lui permet peut-être d’être plus clair, en tout cas d’utiliser des assonances et jeux de mots facilement mémorisables. Le français de Guillaume est constitué de dialecte normand, ce que montre l’analyse linguistique du petit corpus de mots recueillis dans les sermons5.

  • 6 Ainsi dans (f° 138 vo a) : « pater noster beatus Dominicus. » le sermon 49 (f° 117 vo a) : « uulgo (...)
  • 7 Jacques Quétif et Jacques Echard, Scriptores ordinis Praedicatorum
  • 8 L’existence d’un couvent dominicain est attestée à Rouen dès 1226. Voir Richard W. Emery, The Fria (...)
  • 9 Stephanus de Salaniaco et Bernardus Guidonis, De quatuor in quibus Deus Predicatorum ordinem insig (...)

6Guillaume de Sauqueville confirme lui-même dans ses textes son appartenance à l’ordre de saint Dominique6, sans que l’on puisse savoir à quel moment il est entré dans l’ordre. Mais, au-delà de ces quelques allusions, il reste très discret sur sa vie : comme dans de nombreux cas chez les dominicains, on ne dispose à son sujet que de la notice biographique rédigée par les pères Quétif et Echard7, d’après des informations difficilement vérifiables aujourd’hui. D’après cette brève notice, Guillaume aurait étudié à Rouen8 puis, une fois arrivé à Paris, serait devenu maître en théologie. Cependant, après vérification de la liste des maîtres en théologie établie par Etienne de Salagnac et poursuivie par Bernard Gui9, il est beaucoup plus probable que Guillaume ait obtenu la licence en théologie vers 1322, après avoir été lecteur sententiaire vers 1316. Et rien n’indique qu’il ait un jour obtenu sa maîtrise, ni qu’il ait poursuivi son activité de prédicateur à Paris.

Deux sermons sur la Conception de la Vierge

  • 10 Le recensement est donné par Thomas Kaeppeli, Scriptures Ordinis praedicatorum medii Aevi, Rome, I (...)
  • 11 Madeleine Mabille, « Les manuscrits de Gérard d’LJtrecht conservés à la Bibliothèque nationale de (...)

7Le corpus de sermons attribué à Guillaume de Sauqueville se compose d’une collection de 106 sermons dont la diffusion manuscrite a été assez limitée10. Le manuscrit de référence utilisé pour l’édition des sermons est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote « lat. 16495 ». Il fut la propriété de Gérard d’Utrecht11, l’un des maîtres de la Sorbonne, qui en fit don à sa mort à la bibliothèque avec une dizaine d’autres manuscrits. Ce manuscrit est le seul à proposer les 106 sermons attribués à Guillaume de Sauqueville ; il contient en outre deux sermons de Thomas d’Aquin, copiés parmi les autres sans mention du nom de leur auteur véritable. Il existe par ailleurs un manuscrit à la bibliothèque de la ville de Bruges sous la cote « 263 » (XVe siècle), et un autre à la Bibliothèque vaticane à Rome sous la cote « Borghese 247 » (vers 1315), qui fut la propriété de Pierre Roger, futur pape Clément VI. Signalons pour finir deux manuscrits contenant un petit nombre de sermons : le manuscrit « C. 276 » de la bibliothèque universitaire d’Uppsala (XIVe siècle) et le manuscrit « 338 » de la bibliothèque municipale de Toulouse.

8La collection de sermons se divise de manière habituelle pour ce type de textes en deux parties de longueur à peu près égale : une première partie pour les sermons du temps, l’autre pour les sermons des saints. Composés de manière classique, conformément aux pratiques des prédicateurs de l’époque, les sermons de Guillaume de Sauqueville, tels qu’ils nous sont aujourd’hui connus, sont des textes rédigés par le prédicateur, et non pas des notes d’auditeurs. Nous n’avons du reste aucune trace d’une éventuelle prédication effective de ces textes. Le recueil lui-même a été soigneusement composé ; Guillaume a par exemple utilisé un système de renvois d’un sermon à l’autre, qui lui permet de réutiliser certains paragraphes sans avoir à les recopier.

  • 12 Sermon 38 : Paris, BNF, ms. lat. 16495fos 98 ro b-10 vo a ; Bruges, BM, ms. 263, fos 66 ro a-68 vo(...)
  • 13 Lc 21, 25 : Erunt signa in sole et luna. Les traductions des versets de la Bible sont issues de la(...)

9Dans le corpus, deux sermons ont été donnés pour la fête de la Conception de la Vierge, d’après les indications figurant dans la table des matières du manuscrit parisien. Ils se trouvent au début de la deuxième partie du recueil consacrée aux sermons « de sanctis » : il s’agit des sermons 38 et 3912. Les deux sermons sont construits sur le même verset : « Il y aura des signes dans le soleil et la lune13 », choisi dans l’évangile de Luc (21, 25). En réalité, le sermon 38 n’aborde pas le thème de la Conception de la Vierge : Guillaume de Sauqueville s’en tient essentiellement au thème du pouvoir royal, pour une raison qu’il n’explique pas, mais qui pourrait être liée à l’intention de célébrer un événement particulier.

10C’est donc le sermon 39 qui va retenir notre attention : Guillaume y aborde cette fois de manière très explicite la croyance et la fête de la Conception de la Vierge. L’argumentation du sermon se déroule à partir du verset choisi par le dominicain dans l’évangile de Luc, qu’il illustre d’emblée par l’exemple du lever du soleil et de l’arrivée de la nouvelle lune : ces deux événements permettent de deviner le temps qu’il va faire. Par une comparaison très classique entre le soleil, c’est-à-dire le Christ, et la lune, Marie, le prédicateur montre que le soleil apporte à la lune un complément de lumière, de perfection, et que la lune éclipse le soleil en apparence seulement. La Conception du Christ et celle de la Vierge sont des signes du temps de la grâce. Enfin vient la division du verset en deux parties, fondée sur l’idée que les deux conceptions furent miraculeuses. D’une part, les choses dont on est amené à douter sont confirmées par des miracles (« il y aura des signes ») ; d’autre part, apparaît la joie de célébrer la fête de la Conception (« dans le soleil et la lune »). Ainsi se structure le sermon en deux parties.

11Intéressons-nous plus particulièrement aux arguments présentés en faveur de la fête de la Conception de la Vierge. Dans la première partie, Guillaume de Sauqueville explique que deux sortes de lettres sont scellées : les litterae secreti et les litterae testimonii. Les premières symbolisent Marie, qui a conçu le Fils de Dieu, et qui a reçu un double sceau : la sainteté et la virginité. Les secondes représentent l’Ancien et le Nouveau Testaments, scellées par des miracles. Ces lettres attestent de la Conception de la Vierge, de même que de sa vie, sa Nativité, son Assomption, car elles rapportent des miracles. Ce parallèle avec d’autres événements de la vie de la Vierge est une constante dans l’argumentation du dominicain, en particulier avec la fête de l’Assomption, qui, bien que célébrée et confirmée par les théologiens médiévaux, souffre elle aussi du manque de textes scripturaires et attendra le XXe siècle pour être établie sous forme de dogme.

  • 14 Bien plus, pour certains, la célébration de cette fête serait un péché mortel (reputat mortale pec (...)

12Dans une seconde partie, Guillaume de Sauqueville met en scène une comparaison à partir du chant des oiseaux au lever du soleil, c’est-à-dire lors de la Nativité du Christ : de même, les hommes se réjouissent lorsqu’apparaît la nouvelle lune, c’est-à-dire la Conception de la Vierge. Mais il prend soin de noter que certains ne célèbrent pas la fête14. Le sermon montre que Guillaume est déjà convaincu du bien-fondé de la fête de la Conception, il accumule un certain nombre d’arguments uniquement en faveur de la fête.

  • 15 Humbert de Romans, Exposing in Constitutiones, dans Opera de vita régulait, Joachim-Joseph Berthie (...)
  • 16 Voir André Duval, « La dévotion mariale dans l’ordre des frères Prêcheurs », dans Maria. Etudes su (...)

13Il faut à cette occasion rappeler l’attachement particulier des dominicains pour la Vierge. La dévotion mariale a eu dès l’origine de l’ordre dominicain une place très importante, notamment dans la liturgie. La journée était rythmée de plusieurs louanges et chants en l’honneur de Marie, depuis les matines jusqu’au Salve Regina du soir15. L’Ave Maria est ainsi particulièrement prisé des Prêcheurs. Lors de la profession, chaque dominicain fait promesse d’obéissance à la Vierge et à Dieu16. Guillaume confirme cet attachement à la Vierge de manière très nette. Il lui consacre quinze sermons qui figurent dans la partie « de sanctis » : deux sermons pour la Conception de la Vierge, cinq sermons pour l’Annonciation (25 mars, sermons 50 à 54), cinq encore pour l’Assomption (15 août, sermons 64, 65, 66 à 69) et trois pour sa Nativité (8 septembre, sermons 71 à 73). On voit ici qu’il prend nettement position en faveur de la pratique de la fête de la Conception.

L’opinion de Guillaume de Sauqueville au sujet de la fête de la Conception de la Vierge

L’influence normande

  • 17 On peut dater ce phénomène de la fin du Xe siècle. À l’appui de l’hypothèse normande, X. Le Bachel (...)

14Guillaume de Sauqueville est naturellement influencé par son origine normande. On sait en effet que la fête de la Conception de la Vierge, venue d’Angleterre, s’est diffusée progressivement dans le royaume de France à partir de la Normandie17. L’existence de confréries consacrées à la Vierge témoigne aussi du développement de cette dévotion particulière. En Normandie, la ville de Rouen compte plus d’un millier de confréries au milieu du XVe siècle, et plusieurs d’entre elles sont consacrées à la Vierge. A la fin du Moyen Age, c’est-à-dire après le concile de Bâle, la province ecclésiastique de Rouen comptait 370 confréries de Notre-Dame, dont neuf étaient consacrées à la Conception de la Vierge. Chaque année à la Quasimodo, la confrérie de la Conception de la Vierge organisait un concours poétique en l’honneur de Marie récompensé des symboles mariaux (lys, branche de palmier, etc.) On relève dès le XIVe siècle des traces de fondation de chapelle dédiée à l’immaculée Conception, comme à Evreux en 1387, puis plus tardivement à Bayeux en 1462. A Paris, la nation normande à l’Université célébrait la fête de la Conception, si bien que l’on parlait de « fête aux Normands ». Divers témoignages attestent l’existence du culte de la Conception de Marie à Paris à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe. Le premier est celui de l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud. Dans le registre des visites qu’il fit entre 1248 et 1269, on trouve trace, en date du 6 des Ides de décembre, d’une messe qu’il célébra pour la nation normande à Paris, en l’église Saint-Séverin, en l’honneur de la fête de la Conception de la Vierge. Un autre exemple donné par Nicole Bériou est célèbre. C’est celui de Ranulphe de La Houblonnière, évêque de Paris depuis 1280 et mort en 1288 : l’obituaire du chapitre de Notre-Dame signale la fondation de la fête de la conception de la Vierge que souhaitait célébrer Ranulphe chaque année. Il semble bien qu’une grande tolérance existe pour la pratique de cette fête dès la seconde moitié du XIIe siècle, alors même que les débats universitaires se multiplient sur la question. Un peu plus tard, le franciscain Pierre Auriol, dans son Tractatus de Conceptione beatae Mariae Virginis (fin 1314-début 1315), affirme de manière catégorique que la fête est célébrée par l’université de Paris et bien d’autres églises et que le pape et les cardinaux sont au courant de tout cela. En tant que Normand, Guillaume de Sauqueville était naturellement familier de la célébration de la fête de la Conception.

15L’illustration la plus nette de l’influence normande se trouve dans le choix de l’exew plum d’Helsin pour appuyer l’argumentation du sermon 39. Employé dans un cas très particulier, cet exemplum retient l’attention parce que ce type d’anecdote est rarissime dans le corpus de sermons du dominicain. L’histoire est la suivante : Helsin, abbé de Ramsey, est envoyé chez le roi Knut de Danemark pour se renseigner sur les préparatifs de guerre, dont le bruit s’est répandu en Angleterre. S’étant acquitté de sa mission, il retourne dans sa patrie, mais en chemin le vaisseau subit une tempête formidable. Aux prières d’Helsin, un homme portant tous les insignes d’un évêque s’approche et se disant le messager de Marie l’engage à célébrer le 8 décembre la fête de la Conception de la Vierge. Helsin est sauvé et à son retour la fête est inaugurée à l’abbaye de Ramsey.

  • 18 Albert Poncelet, « Index miraculorum beatae Virginis Mariae quae Saec. VI-XV latina conscripta sun (...)
  • 19 IC, p. 89 et suiv.

16L’origine18 de l’exemplum d’Helsin se trouve dans le Miraculuin de Conceptione Sanctae Mariae, datant du XIIe siècle et traditionnellement attribué à tort à Anselme de Cantorbéry. Ce miraculuin fait suite à un sermon, lui aussi faussement attribué à Anselme, et édité dans la Patrologie latine sous le titre de Sermo de Conceptione beatae Mariae. On trouve également dans ce sermon le récit du voyage d’Helsin, dans une forme légèrement différente de celle du miraculuin mais comprenant exactement les mêmes éléments et le même déroulement. Marielle Lamy19 s’est longuement penchée sur le « sermon de saint Anselme » et sur le miracle d’Helsin et a clarifié, par son analyse, l’origine du Sermo de Conceptione et du miraculuin, tout en montrant à quel point le récit d’Helsin est multiforme. Elle souligne en effet que le sermon est vraisemblablement « un texte à l’élaboration extrêmement complexe : la version donnée par la Patrologie latine n’est sans doute que le résultat d’un certain nombre de remaniements et d’additions à partir d’un noyau très ancien. » Les différentes versions de l’histoire d’Helsin qui circulent datent du XIIe siècle, elles sont particulièrement présentes dans le domaine anglo-normand et certaines branches sont originaires d’Angleterre.

  • 20 L’exemplum est édité par Albert Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues t (...)
  • 21 « Quodfestum, licetgeneraliter ab universali Ecclesia non recipiatur » (ibid ?).
  • 22 « Infusa Dei gratia in utero matris, sanctifcavit tabernaculum suum Altissimus » (Ps 45, 5).

17Si la source originelle de l’exemplum d’Helsin mérite attention puisqu’elle souligne encore l’origine et l’influence normandes, la source directe à laquelle Guillaume a puisé en rédigeant son sermon est tout aussi intéressante. En effet, c’est en réalité dans le Tractatus de diversis materiis predicabilibus d’Étienne de Bourbon20, plus précisément dans la deuxième partie intitulée De dono pietatis, que Guillaume de Sauqueville a choisi l’exemptum d’Helsin. Dans le sextus titulus consacré à Marie, Étienne rédige un chapitre sur la fête de la Conception, en commençant par une introduction prudente sur la légitimité de la fête. Il rappelle à cette occasion que cette fête n’est pas acceptée par l’Église21, et s’attarde ensuite sur les arguments qui soulignent le péché ayant présidé à la conception de la Vierge par ses parents ; il cite à cette occasion la lettre de saint Bernard aux chanoines de Lyon. Mais il ajoute à la suite que sa conception fut aussi spirituelle : la grâce divine fut infusée dans le ventre maternel22. Suit aussitôt le texte de l’exemplum d’Helsin, sans introduction préalable. Guillaume de Sauqueville éprouvait-il le besoin d’être tout à fait clair au point de s’appuyer sur un exemptum pour se faire comprendre ? Il est certain en tout cas qu’il choisit un exemplum comme témoignage d’un miracle, ce qui lui confère sa valeur d’argument. Le miraculum d’Helsin a été transformé en exemplum par Étienne de Bourbon puis sélectionné par Guillaume de Sauqueville pour sa vertu de miracle.

Une certaine prudence en matière théologique

  • 23 Paris, BNF, ms. lat. 16495, fol. 156 ro b – 159 r a ; Bruges, BM, ms. 263, fol. 71 r°a – 73 ro a.
  • 24 « Sic beata Virgo ex ortu suo fuit frigida et sicca quia in peccato originali concepta... » (fol.  (...)
  • 25 Paris, BNF, ms. lat. 16495 fol. 166 vo b —168 r o b ; Bruges, BM, ms ; 263, fol. 57 vo b— 59 r o a (...)

18Il est intéressant de constater que sur la question purement théologique, Guillaume n’affirme pas que la Conception de la Vierge a été préservée du péché, tout au contraire. Il saisit l’occasion de s’exprimer sur le sujet dans différents sermons, outre le sermon 39, de manière brève la plupart du temps ; à plusieurs reprises dans le recueil de sermons, on trouve l’affirmation nette selon laquelle la Vierge n’est pas exempte du péché originel. Ainsi dans le sermon 6823 consacré à la fête de l’Assomption, il propose une comparaison entre la Vierge et le vent du Sud et conclut ainsi : « Ainsi la Vierge fut dès sa naissance froide et sèche puisqu’elle fut conçue dans le péché originel24. » Il reprend cette affirmation dans le sermon 7325, écrit pour la fête de la Nativité, et montre que selon lui, si la Vierge a bien été conçue dans le péché, elle a été sanctifiée bien avant sa naissance, et non à l’instant même :

  • 26 « Ipsa enim Maria que interpretatur illuminatrix uel illuminata, licet in tenebris peccati origina (...)

Marie elle-même, qui est interprétée comme celle qui illumine ou celle qui est illuminée, bien que conçue dans les ténèbres du péché originel, fut cependant sanctifiée et illuminée à sa naissance, et même longtemps avant sa naissance, de sorte que nous disons d’elle : la lumière brille dans les ténèbres26 (Jn 1, 5).

  • 27 « Beata igitur Virgo, quia solum peccatum originale habuit, quod statim per sanctificationem in ut (...)
  • 28 Paris, BNF, ms. lat. 16495 fos 125 ro b-126 vo a ; Bruges, BM, ms. 265, fos 19 ro a-20 ro b.
  • 29 « Set Christus excellit heatam Virginem in hoc quod sine peccato conceptus fuit et natus. Beata au (...)

19Guillaume évoque aussi les conditions de sanctification de la Vierge. Dans le sermon 68, il indique qu’elle a eu lieu in utero : « La Vierge reçut seulement le péché originel, qui fut aussitôt détruit par la sanctification dans le ventre maternel27. » Il confirme ce point de vue dans le sermon 5228, donné pour l’Annonciation : la Vierge n’est restée qu’un instant avec le péché, elle est bien née purifiée : « Mais le Christ a distingué la Vierge en ceci qu’il fut conçu et mis au monde sans péché. Quant à la Vierge, elle fut conçue, et non pas mise au monde, dans le péché originel29. » Tout en proposant dans son recueil un sermon entièrement consacré à la fête de la Conception de la Vierge, ce qui montre son attachement à cette fête à une époque où elle n’est pas officiellement reconnue, Guillaume adopte donc dans le fond une position assez conforme au thomisme de son époque : il ne conteste pas la réalité du péché originel appliqué à Marie, et suit donc l’opinion officielle de l’ordre dominicain. Mais il laisse entrevoir un instant salvateur, au moment de la naissance de la Vierge, où elle a été sanctifiée et donc exemptée du péché a posteriori. C’est aussi pourquoi il consacre le prothème du sermon 73 à l’exaltation de la fête de la Nativité et à l’importance de sa célébration. Le dominicain n’entre pas dans les détails du problème, tels qu’ont pu les aborder les théologiens contemporains. Il ne distingue pas sanctification et rédemption ni ne définit les conséquences de la sanctification in utero : il est davantage préoccupé par la question du moment de la sanctification et de la légitimité des fêtes en l’honneur de Marie, en particulier la fête de la Conception. L’originalité de la position de Guillaume de Sauqueville réside donc non pas dans son opinion sur la Conception de la Vierge, mais bien dans son attachement à la fête, fait auquel son origine normande n’est certainement pas étrangère.

20On peut supposer que Guillaume de Sauqueville se soit senti plus à l’aise sur le terrain de la pratique, de la fête, pour avancer ses idées. Il tient particulièrement à la célébration de la fête, comme l’a déjà montré l’exemplum d’Helsin, ce qui constitue peut-être pour lui le seul angle d’approche prudent par rapport à la question théologique elle-même. L’opinion de Thomas d’Aquin, hostile au dogme de la Conception immaculée, laissait en revanche plus de liberté sur la question du culte : Thomas évoquait la fête, déjà pratiquée au XIIIe siècle, avec plus de tolérance. Dans le sermon 39, Guillaume de Sauqueville précise son opinion au sujet de la célébration de la Conception de la Vierge :

  • 30 « Ecclesia festiuat de corona Christi et eius cruce, quarum neutra est uel umquam fuit subiecta gr (...)

L’Eglise célèbre la fête de la couronne du Christ et de sa croix, dont aucune ne fut jamais soumise à la grâce, bien au contraire elles furent les instruments de la faute la plus grave. Si l’Eglise a la permission de célébrer ces fêtes, non pas en tant qu’instruments d’une faute horrible, mais en tant qu’armes de notre rédemption, si l’ange a annoncé dans la joie la conception de la Vierge Marie, non pas en tant que lien avec la faute, mais en tant que début de notre rédemption, pourquoi ne pouvons-nous pas célébrer solennellement cette fête30 ?

21Un peu plus haut, il avait fait allusion à ceux qui se refusent à célébrer la fête, selon des arguments qu’il considère infondés :

  • 31 « Sic spiritualiter aliqui similes auihus nocturnis, in conceptione Marie que est exordium noue lu (...)

Ainsi certains, semblables à des oiseaux de nuit, ne célèbrent pas la fête de la conception de Marie, qui est le début d’une nouvelle lumière, selon Job 24, 17 : Pour eux tous, l’aube c’est l’ombre de mort. Ils pensent que c’est un péché mortel de célébrer la fête de la conception31.

22Guillaume n’a pas de doute sur la légitimité de la fête, qui est tout à fait attestée, d’après les témoignages de l’époque et les sources notamment liturgiques. On s’étonne de l’opinion si négative qu’il attribue à ces aliqui, qui considèrent cette fête comme un péché mortel, alors qu’un consensus tacite semblait au contraire exister sur la possibilité de célébrer la fête de la Conception.

Y a-t-il encore vraiment une controverse dans les années 1315 ?

  • 32 « Summit théologica. III, q. 27, a. 2 et Commentaire des Sentences, III, d. 3, q. 1, a. 2 : esse s (...)
  • 33 « festum, licet generaliter ab universali Ecclesia non recipiatur... »
  • 34 « concepts sit in peccato ex patentant camalium confunctione... »
  • 35 « anima ejus est infusa et in utero sanctificata... »

23Quelques jalons permettent de mieux comprendre la polémique qui existe au sujet de la Conception de la Vierge. On notera tout d’abord que la doctrine thomiste a repris les arguments de saint Bernard et a considérablement marqué l’ordre dominicain. Pour Thomas d’Aquin, il y a bien eu une sanctification exceptionnelle de la Vierge : elle n’eut pas lieu dès le premier instant, mais après l’infusion de l’âme dans le corps. Marie fut donc purifiée du péché originel mais elle en a été souillée. Il se montre toutefois d’une certaine tolérance envers un culte dont il connaît l’existence, et entérine ainsi un état de fait. Il explique ainsi dans la Somme théologique que l’Eglise romaine tolère la célébration de la fête dans quelques églises, bien qu’elle ne célèbre pas elle-même la fête de la Conception32. Malgré cette position tolérante face à ceux qui célébraient déjà la fête, l’opinion et les arguments théologiques de Thomas d’Aquin pesèrent durablement sur la position de l’ordre dominicain vis-à-vis de cette question, de manière défavorable à la doctrine de l’immaculée Conception. Si l’on considère la position d’un prédicateur du XIIIe siècle, Étienne de Bourbon, dont le Tractatus fournit à Guillaume de Sauqueville son exemplum, on voit qu’il affiche une opinion prudente. Il souligne que la fête n’est pas approuvée officiellement par l’Eglise (« cette fête n’est généralement pas acceptée par l’ensemble de l’Église’33 ») et rappelle d’emblée que Marie fut conçue, comme tout être humain, dans le péché lié à la conception charnelle (« elle fut conçue dans le péché né de l’union de la chair de ses parents34 »). Il s’appuie sur la lettre de saint Bernard aux chanoines de Lyon, et, comme le souligne A. Lecoy de La Marche, se conforme à l’opinion commune des dominicains de l’époque. Cependant il rapporte les arguments de ceux qui célèbrent la fête et indique que Marie fut sanctifiée dans le ventre de sa mère (« son âme fut répandue et sanctifiée dans le ventre35 »).

24Le débat est de plus en plus dense à la fin du XIIIe siècle et beaucoup de maîtres de l’Université ont eu l’occasion de se prononcer sur la question de la Conception de la Vierge. Néanmoins la prudence est restée de mise chez la plupart des intellectuels de cette époque. D’une manière générale, les opinions personnelles ont souvent pu s’exprimer, notamment au sein des ordres mendiants, où, bien qu’une position commune se détermine assez facilement au cours du temps, des voix divergentes sont apparues. Ainsi chaque université constitue un cas singulier.

  • 36 Henri de Gand, Quodlibeta, [Paris], 1518, p. 584-586.
  • 37 « concepta fuit in peccato originali et esse sine originali proprium est Christi hominis... »
  • 38 BNF, ms. lat. 15966, f° 156 ro b : « In conceptione beate Marie Virginis. Ego autem edificavi domu (...)

25Sous le règne de Philippe le Bel, le débat s’enflamma tout d’abord avec Henri de Gand, régent à la faculté de théologie de Paris, mort en 1293. Il aborde en effet le problème dans son quodlibet XV q. 1336, et plus précisément la légitimité de la fête de la Conception de la Vierge le S décembre. Adoptant une position nettement maculiste, il défend l’idée que la purgation de Marie est intervenue à l’instant même de son infection par le péché de la conception charnelle, et propose à l’appui de sa théorie un exemple de physique qui sera par la suite repris et discuté par de très nombreux auteurs, notamment Duns Scot et Guillaume de Ware dans leurs questions disputées. Henri de Gand explique la trajectoire d’une fève lancée par un mouvement ascendant vers une meule en rotation : à l’instant de sa rencontre avec la meule, la fève lancée suit encore une ligne ascendante mais aussi une ligne descendante au moment du heurt. Puisqu’en un point peuvent se concentrer deux forces opposées, Henri de Gand tire la conclusion que la même coïncidence se produit à l’instant de la conception de Marie, où deux actions contraires se rencontrent. Marie, conçue comme tout être humain dans le péché charnel, en est purifiée dans l’instant. On trouve dans la prédication les échos des débats de cette période et des divergences de vue qui les ont accompagnés. Ainsi le dominicain Guy d’Evreux aborde la question de la Conception et prend nettement parti contre cette célébration. Pour lui, le péché originel a bien touché la Vierge et il a fallu l’en purifier. Il est très clair dans les trois sermons qu’il propose pour la fête de la Conception de Marie : « elle fut conçue dans le péché originel, être indemne du péché est le propre du Christ37 », reprenant l’argument de Thomas d’Aquin dans son Commentaire des Sentences, cité plus haut. Dans l’un de ces sermons38, il conteste même le nom de fête de la Conception :

C’est pourquoi on doit parler de fête de la sanctification, et non pas de la conception, parce que l’Eglise ne célèbre pas cette fête. Mais puisque nous ignorons quel jour la Vierge fut sanctifiée, nous célébrons la fête de la sanctification le jour où elle fut conçue. C’est pourquoi lors de cette sanctification elle fut purifiée du péché originel, mais lors de la conception du fils de Dieu elle fut libérée de toute souillure.

  • 39 In tertium et quartum Sententiarum quaestiones subtilissimae, Anvers, apud Johann cm Keerbergium, (...)
  • 40 « Arguitur in excellentia filii sui in quantum redemptor, reconciliator et mediator quod ipsa non (...)
  • 41 « Dens potuit facere quod ipsa numquam fuisset in peccato originale »

26En parallèle, un courant opposé, surtout illustré par des franciscains, continue de vivre depuis la fin du XIIIe, et se trouve même particulièrement renforcé en ce début de XIVe siècle, avec notamment Guillaume de Ware, très favorable à la célébration de la fête, Pierre de Jean Olivi, qui discute l’idée d’une rédemption preservative, ou encore, à l’extérieur de l’ordre franciscain, Raymond Lulle et Pierre Paschase, qui abordent le thème de la sanctification préventive de la Vierge. L’entrée en scène de Duns Scot, le Docteur subtil, marque le moment où deux camps se séparent nettement, franciscains et dominicains face à face. Jean Duns Scot enseigne à l’université de Paris entre 1302 et 1303, puis au couvent franciscain où il est maître régent de 1306 à 1307. Son argumentation s’avère prudente à l’université de Paris, encore très hostile à la fête de la Conception. D’une part Scot combat l’idée augustinienne du péché originel : celui-ci n’affecte que l’âme ; d’autre part il démontre que le Christ, rédempteur universel, préserva la Vierge du péché par son rôle de « parfait médiateur ». Il eut l’occasion d’exposer sa doctrine notamment dans son Commentaire des Sentences39, où il répondit à la question : la Vierge fut-elle conçue dans le péché originel (« utrum beata Virgo fuerit concerta in original) peccato ») ? Il expose le thème du Christ médiateur : « Il est prouvé par l’excellence de son Fils, en qualité de rédempteur, réconciliateur et médiateur, qu’elle ne fut pas touchée par le péché originel40. » L’action du Christ, médiateur perfectissimus, est allée jusqu’à préserver sa mère. Puis il démontre la probabilité selon laquelle Dieu ait pu exempter la Vierge du péché originel : « Dieu a pu faire en sorte qu’elle n’ait jamais été souillée par le péché originel41. » Le rôle de Duns Scot dans la querelle de la Conception de la Vierge est capital : il est le premier à l’Université à évoquer la possibilité de la Conception immaculée. Il réussit à dégager avec prudence une conclusion acceptable par l’Église. Scot a eu une influence considérable, notamment sur les autres théologiens franciscains : François de La Marche, Pierre Auriol et beaucoup d’autres.

  • 42 Ce quodlibet date de 1309 d’après C. Balic : Johannis de Polliaco et Johannis de Neapoli Questione (...)
  • 43 « Igitur beata Virgo et Jeremias et Johannes Baptista cum originali peccato nati sunt, cum constet (...)

27Dès 1309 la polémique éclate avec Jean de Pouilly, qui combat la position scotiste dans son quodlibet III. Dans la lignée de son maître et de Gérard d’Abbeville, il se montre très hostile aux ordres mendiants. Finalement dénoncé au pape en 1317, son procès se déroula en Avignon où Jean XXII condamna trois de ses propositions. Malgré sa rétractation publique, Jean de Pouilly connut là la fin de sa carrière à l’Université. Jean de Pouilly s’avère être un virulent opposant à la doctrine de l’immaculée Conception, et l’on peut y voir une part de son ressentiment envers les franciscains, coupables, raconte-t-il dans un quodlibet, de l’avoir conspué pendant un cours. Dans son quodlibet III42, il expose les arguments en cours à l’époque chez les théologiens et donne des conclusions catégoriquement opposées à l’idée de Conception. Il consacre trois chapitres à la question et affirme que la Vierge Marie a bien contracté le péché originel. Il est très clair qu’il s’attaque en premier lieu aux thèses de Duns Scot, dont celle du médiateur universel, et de Henri de Gand. Il est intéressant de noter qu’il aborde la question de la célébration de la fête comme faisant partie du débat et s’appuie notamment sur une citation du Décret : « Donc la Vierge, Jérémie et Jean-Baptiste sont nés avec le péché originel, puisqu’il est établi qu’ils ont été conçus de l’union d’un homme et d’une femme. La conception de Marie ne doit donc pas être célébrée puisqu’elle fut conçue dans le péché43. » Sa conclusion est sans appel et très critique vis-à-vis des prédicateurs, qu’il taxe d’hérésie :

  • 44 « Tunc ad argumenta principals, que probant beatam Virginem non contraxisse originale, dicendum ad (...)

En ce qui concerne les arguments principaux qui prouvent que la Vierge n’a pas contracté le péché originel, il faut d’abord dire : si certains prêchent cela, ce sont de pseudo-prédicateurs qui prêchent l’hérésie. Il faut deuxièmement dire que le Christ veut l’honneur de sa mère, mais l’honneur du roi et de la reine apprécie le jugement. Si par hasard elle avait été préservée du péché originel, ce ne serait pas selon un jugement juste ni selon une décision divine qui voudrait qu’Adam et toute sa descendance soient rachetés par le Christ et grâce à lui réconciliés avec Dieu. C’est pourquoi, la puissance de Dieu étant établie, je ne pense pas que [la Vierge] ait pu être préservée du péché44.

28Dans les années 1315-1320, ce sont les franciscains qui restent les plus ardents défenseurs de l’immaculée Conception. Il est vrai qu’ils comptent dans leurs rangs des théologiens de renom. Ainsi Pierre Auriol, qui commente les Sentences à l’Université entre 1314 et 1318, puis devient maître en théologie en 1318. Surnommé doctor facundus, il laisse une abondante production et notamment deux traités consacrés à la Conception, plus exactement le Tractatus et un ouvrage de défense du traité, le Repercussorium. Ce courant franciscain s’illustre aussi avec François de Meyronnes, contemporain de Pierre Auriol et très actif dans les années 1315. Lui aussi élève de Duns Scot entre 1304 et 1307, il commente les Sentences à Paris et enseigne à son tour à l’Université en 1320-1321. Grand prédicateur, il a été, peut-être encore plus que Pierre Auriol, le défenseur de la doctrine de l’immaculée Conception, on vit même en lui le chef de la première école scotiste.

  • 45 Chartularium universitatis Parisiensis (1286-1350), Henri Denifle et Emile Châtelain (éd.), Paris, (...)

29Les dominicains, quant à eux, restèrent dans un premier temps très fidèles à la doctrine thomiste, bien que cette attitude ne consiste pas en une adhésion massive. Le respect dû à la doctrine de Thomas fait l’objet de plusieurs recommandations dans les années 1313-1317, lors des chapitres généraux de l’ordre45. On comprend donc que l’ordre ne laisse peut-être pas beaucoup de liberté à ses frères pour une discussion argumentée sur la Conception de la Vierge. De fait, c’est chez les franciscains que l’on trouve les défenseurs les plus vaillants, et les dominicains sont finalement assez absents de la controverse autour des années 1315. Mais dans les années 1315-1320, Guillaume de Sauqueville ne représente pas non plus un cas isolé dans le monde des universitaires parisiens.

  • 46 Albert Durand, « Un sermon de Jacques de Lausanne sur la Conception de la Vierge », Bulletin du co (...)
  • 47 « Nimirum quia saphyrus, id est Christus, per gratiam Spiritus Sancti in ipsam descendit et aranea (...)

30Un point de comparaison fructueux est celui de Jacques de Lausanne, dominicain lui aussi, maître en théologie en 1317. Il a laissé un sermon46 où il aborde la question de l’immaculée Conception. Ce sermon s’appuie sur le verset II Rois, 11, 4 et se divise en trois parties. La position du prédicateur apparaît difficile à déterminer. Il insiste sur le rôle du Christ comme « purificateur » du péché et, comparant le couple Christ-Marie avec David et Bethsabée, aboutit à cette conclusion : « Assurément puisque le saphir, c’est-à-dire le Christ, descendit sur elle par la grâce de l’Esprit-Saint et tua l’araignée, c’est-à-dire la souillure originelle47... » Puis, dans la première division du verset, Jacques de Lausanne introduit une nouvelle division sur le verset Ecclésiaste, 24, 15. Il commence par insister nettement sur le respect de la loi, indispensable au bon gouvernement de la cité, et il établit un parallèle avec l’âme humaine : la confusion règne là où la loi n’est pas respectée. On pense évidemment au péché originel qui entache la naissance de tout homme, et donc de la Vierge. Cela n’empêche pas Jacques de Lausanne de continuer son développement sur le thème de la sanctification de Marie à partir du mot sanctificata, sans pousser très loin son argumentation. Même si Jacques de Lausanne reste d’une très grande prudence, quelques indices laissent tout de même l’impression qu’il pouvait être favorable à la fête de la Conception de la Vierge. Par petites allusions, il répète que spiritualiter et corporaliter la présence du Christ enfant de Marie a écarté le diable, signe d’immunditia.

31Bien que le sermon sur la fête de la Conception de la Vierge de Guillaume de Sauqueville attire immédiatement l’attention, au sein du corpus de textes, par l’apparente clarté du propos en faveur de la célébration de la fête, soulignée par l’exemplum d’Helsin, on se rend compte qu’en réalité le dominicain adopte une position plus hésitante sur la notion même de conception immaculée. Sa pratique liturgique le place donc parmi les défenseurs de la fête, d’autant plus naturellement que son origine normande l’avait rendu familier de l’événement. En revanche, en choisissant de rester prudemment en retrait du débat théologique, voire en reconnaissant que la Vierge n’a pu être totalement exempte du péché, il choisit une opinion plus conforme à celle de son ordre.

Notes

1 Johannes Baptist Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit 1150-1350, Münster, Aschendorff, 1969-1990, 11 vol. La méthode de recherche consiste à se tier soit à l’indication de la fête donnée par Schneyer d’après les mentions manuscrites, soit aux versets bibliques que les prédicateurs ont privilégiés pour cette occasion.

2 Christine Boyer, Les sermons de Guillaume de Sauqueville : l’activité d’un prédicateur dominicain à la fin du règne de Philippe le Bel, thèse de doctorat, sous la dir. de Nicole Bériou, université Lyon 2 – Lumière, 2007, 2 vol., consultable à l’adresse suivante (y compris le texte latin des sermons mentionnés dans cet article) : http://demeter.univ-lyon2.fr/sdx/these/lyon2/2oo7/chevalier\_c.

3 Canton de Dieppe, arrondissement d’Offranville, diocèse de Rouen.

4 L’archevêque de Rouen Eudes Rigaud eut l’occasion de visiter la collégiale à cinq reprises entre 1251 et 1261. Regestrum visitationum archiepiscopi Rotomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1248-1269), Théodose Bonin (éd.), Rouen, A. Le Brument, 1852.

5 Ce dialecte normand a posé problème au scribe du manuscrit de la Bibliothèque vaticane : celui-ci a en effet traduit les passages concernés en langue d’oc, qui lui était certainement plus familière.

6 Ainsi dans (f° 138 vo a) : « pater noster beatus Dominicus. » le sermon 49 (f° 117 vo a) : « uulgo Jacobite uocamur ab illo patriarcha Jacob. » On peut aussi lire dans le sermon 63 recensiti... inchoavit R. p. F. Jacobus Quétif... absolvit R. p. F. Jacobus Echard..., Paris J.-B. C. Ballard et N. Simart, 1719-1721, 2 vol., 1.1, p. 567.

7 Jacques Quétif et Jacques Echard, Scriptores ordinis Praedicatorum

8 L’existence d’un couvent dominicain est attestée à Rouen dès 1226. Voir Richard W. Emery, The Friars in medieval France : a catalogne of French mendicant convents 1200-1550, New-York–London, Columbia University Press, 1962, p. 112.

9 Stephanus de Salaniaco et Bernardus Guidonis, De quatuor in quibus Deus Predicatorum ordinem insignivit, T. Kaeppeli (éd.), Rome, Institutum historicum fratrum Predicatorum, « Monumenta ordinis fratrum Predicatorum historica, 22 », 1949.

10 Le recensement est donné par Thomas Kaeppeli, Scriptures Ordinis praedicatorum medii Aevi, Rome, Istituto storico domenicano, 1970-1993, 4 vol. t. II, p. 162-163.

11 Madeleine Mabille, « Les manuscrits de Gérard d’LJtrecht conservés à la Bibliothèque nationale de Paris », Bibliothèque de l’École des chartes, n° 129,1971, p. 5-25.

12 Sermon 38 : Paris, BNF, ms. lat. 16495fos 98 ro b-10 vo a ; Bruges, BM, ms. 263, fos 66 ro a-68 vo b ; Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Borgh. 247, fos 178 v o -179 r o. Sermon 39 : Paris, BNF, ms. lat. 16495 fos 101 v oa-104 v o a ; Bruges, BM, ms. 263, fos 68 v o b-7 ro a.

13 Lc 21, 25 : Erunt signa in sole et luna. Les traductions des versets de la Bible sont issues de la Traduction œcuménique de la Bible, éd. intégrale, Paris, Cerf – Société biblique française, 1988.

14 Bien plus, pour certains, la célébration de cette fête serait un péché mortel (reputat mortale peccatum facere festum conceptionis), selon le dominicain.

15 Humbert de Romans, Exposing in Constitutiones, dans Opera de vita régulait, Joachim-Joseph Berthier (éd.), Rome, A. Befani, 1889, t. II, p. 70-71.

16 Voir André Duval, « La dévotion mariale dans l’ordre des frères Prêcheurs », dans Maria. Etudes sur la Sainte Vierge, Paris, Beauchesne, 1952, t. II, p. 739-782 ; et Michel Taravre, La Vierge et le miracle. Le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, Paris, Champion, 1999, p. 12-13. Pour un bilan récent et précis sur la question de la piété mariale des dominicains, voir Laura Gaffuri, « La predicazione domenicana su Maria (il secolo XIII) », dans Gli studi di mariologia médiévale. Bilancio storiografico, Atti del I Convegno mariologico della Fondazione Ezio Franceschini (Parma, 7-8 novembre 1997), Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2001, p. 193-215.

17 On peut dater ce phénomène de la fin du Xe siècle. À l’appui de l’hypothèse normande, X. Le Bachelet relève une liste d’hymnes consacrés à la Conception. L’étude des manuscrits liturgiques à laquelle s’était livré le chanoine Leroquais montre bien la progression de la fête, et le rôle prépondérant de la Normandie. Dès le XIIe siècle, les calendriers des abbayes de Fécamp et Jumièges, le missel de Saint-Wandrille, les bréviaires de Baveux et du Mont-Saint-Michel attestent l’existence de la fête de la Conception. Voir Victor Leroquais, Les Bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, 1934 ; voir surtout la thèse de Marie-Bénédicte Dary : La fête de la Conception de la Vierge Marie : son introduction en France et ses premiers développements (XIIe -XIIIe siècles), université de Paris X – Nanterre, A. Vauchez (dir.), 1997 et son article supra.

18 Albert Poncelet, « Index miraculorum beatae Virginis Mariae quae Saec. VI-XV latina conscripta sunt », Analecta bollandiana, n° 21, 1902, p. 243-360, nos 405 et 1698 ; Tractatus de Conceptione heate Marie Virginis, PL 159, 301-318 ; Sermo de Conceptione beatae Mariae, PL 159, 319-324.

19 IC, p. 89 et suiv.

20 L’exemplum est édité par Albert Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Etienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, Renouard, 1877, p. 93-95, no 106.

21 « Quodfestum, licetgeneraliter ab universali Ecclesia non recipiatur » (ibid ?).

22 « Infusa Dei gratia in utero matris, sanctifcavit tabernaculum suum Altissimus » (Ps 45, 5).

23 Paris, BNF, ms. lat. 16495, fol. 156 ro b – 159 r a ; Bruges, BM, ms. 263, fol. 71 r°a – 73 ro a.

24 « Sic beata Virgo ex ortu suo fuit frigida et sicca quia in peccato originali concepta... » (fol. 158 ro a).

25 Paris, BNF, ms. lat. 16495 fol. 166 vo b —168 r o b ; Bruges, BM, ms ; 263, fol. 57 vo b— 59 r o a ; Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Borgh. 247, fol. 187 ro.

26 « Ipsa enim Maria que interpretatur illuminatrix uel illuminata, licet in tenebris peccati originalis fuerit concepta, tamen ortu suo, ymmo diu ante ortum fuit sanctificata et illuminata ut dicamus de ea : lux in tenebris lucet, Io. (1, 5) » (f° 167 vo a).

27 « Beata igitur Virgo, quia solum peccatum originale habuit, quod statim per sanctificationem in utero est deletum... » (f° 158 vo a).

28 Paris, BNF, ms. lat. 16495 fos 125 ro b-126 vo a ; Bruges, BM, ms. 265, fos 19 ro a-20 ro b.

29 « Set Christus excellit heatam Virginem in hoc quod sine peccato conceptus fuit et natus. Beata autem Virgo in originali [peccato] concepta fuit, non nata » (f°s 125 vo b).

30 « Ecclesia festiuat de corona Christi et eius cruce, quarum neutra est uel umquam fuit subiecta gratie, ymmo uterque fuit instrumentant maxime culpe. Si ergo Ecclesia licite festiuat de istis, non quatinus instrumenta detestahilis culpe set quatinus arma redemptionis nostre, si angélus nuntiauit cum gaudio conceptionem Virginis Marie, non quatinus annexa culpe set quatinus exordium redemptionis nostre, quare nos non possumus sollempniter hoc festum celehrare ? » (fos 104 ro b-vo a).

31 « Sic spiritualiter aliqui similes auihus nocturnis, in conceptione Marie que est exordium noue lucis, festum non faciunt, ymmo iuxta illud lob (XXIV, 17) : si subito appartient auront arhitrantur timbrant mortis. Reputant peccatum mortale facere festum conceptionis » (fos 103 vo b-104 ro a).

32 « Summit théologica. III, q. 27, a. 2 et Commentaire des Sentences, III, d. 3, q. 1, a. 2 : esse sine peccato dicitur esse proprium Christo quia ipse nunquam ttec actuali ttec originali macula infectas est. Sed virgo mater ejus fuit quidem peccato originali infecta, a quo emundata fuit, antequam ex utero nasceretur : sed a peccato actuali omnino immunis fuit (Etre dénué de péché est le propre du Christ puisqu’il ne tut jamais souillé ni par le péché actuel, ni par le péché originel. Mais sa mère la Vierge tut souillée par le péché originel et elle en tut purifiée avant sa naissance. Mais elle tut entièrement préservée du péché actuel.) »

33 « festum, licet generaliter ab universali Ecclesia non recipiatur... »

34 « concepts sit in peccato ex patentant camalium confunctione... »

35 « anima ejus est infusa et in utero sanctificata... »

36 Henri de Gand, Quodlibeta, [Paris], 1518, p. 584-586.

37 « concepta fuit in peccato originali et esse sine originali proprium est Christi hominis... »

38 BNF, ms. lat. 15966, f° 156 ro b : « In conceptione beate Marie Virginis. Ego autem edificavi domum nomini éjus ut habitet ibi, II Paral. VI. Quando aliquis magnus vult venire... Unde istud festum debet did sanctificationis. non conceptionis, quia de hoc non facit festum ecclesia. Set quia ignoramus diem qua sanctificata fuit, nos facimus festum sanctificationis in die qua concepta fuit. Unde in ista sanctifcatione fuit a peccato originali mundata, set in conceptione filii Dei fuit ah omni fomite liberata. »

39 In tertium et quartum Sententiarum quaestiones subtilissimae, Anvers, apud Johann cm Keerbergium, 1620. Les questions suivantes du livre III concernent l’immaculée Conception : distinctio III, quaestio 1 ; distinctio XVIII, quaestio 1. Plus récemment : Johannis Duns Scoti, lectura in librum III Sententiarum, Civitas Vaticana, 2004.

40 « Arguitur in excellentia filii sui in quantum redemptor, reconciliator et mediator quod ipsa non contraxit peccatum originale. »

41 « Dens potuit facere quod ipsa numquam fuisset in peccato originale »

42 Ce quodlibet date de 1309 d’après C. Balic : Johannis de Polliaco et Johannis de Neapoli Questiones disputatae de Immaculata Conceptione beate Marie Virginis, Sibenici, Carolus Balic (éd.), 1931.

43 « Igitur beata Virgo et Jeremias et Johannes Baptista cum originali peccato nati sunt, cum constet eos per concubitum masculi et femine esse conceptos, unde conceptio beate Marie non débet celebrari quia fuit in peccato concepta. »

44 « Tunc ad argumenta principals, que probant beatam Virginem non contraxisse originale, dicendum ad primum : si aliqui illud predicaverint, pseudopredicatores fuerunt, heresim prédisantes. Ad secundum vero dicendum quod Christus vult honorent matris, set regis et regine honor indicium diligit. Si autem fuisset presevata ab originali, non fuisset secundum rectum indicium nec divinam ordinationem, qua vult Adam et totam épis posteritatem a Christo redimi et per ipsum Deo reconciliari. Et ideo de potentia Dei ordinata, non puto quod ipsa ah originali potuerit preservari. »

45 Chartularium universitatis Parisiensis (1286-1350), Henri Denifle et Emile Châtelain (éd.), Paris, Delalain, 1891, t. II, p. 166-167, acte n° 704, statutum capituli generalis Ordinis Predicatorum sub Berengario de Landorra Metis celeb rati de tenenda doctrina Thomae de Aquino et de examinatione scriptorum fratrum (juin 1313) inhibemus districte quod nullus frater legendo, determinando, respondendo audeat assertive tenere contrarium ejus quod communiter creditor de opinione doctoris predicti. [...] Nullus etiam ad studium Parisiense mittatur, nisi in doctrina fratris Thome saltern tribus amis studuerit diligenter (Nous interdisons strictement à tout frère, dans ses lectures, ses jugements et ses réponses, d’oser affirmer le contraire de l’opinion communément admise dudit Docteur. Qu’aucun frère ne soit envoyé à l’école parisienne s’il n’a passé au moins trois années à étudier consciencieusement la doctrine de frère Thomas.) »

46 Albert Durand, « Un sermon de Jacques de Lausanne sur la Conception de la Vierge », Bulletin du comité de l’art chrétien (diocèse de Nîmes), t. VII, no 50, 1905, p. 601-615.

47 « Nimirum quia saphyrus, id est Christus, per gratiam Spiritus Sancti in ipsam descendit et araneam, id est immunditiam originalem, extinxit. »

Auteur

Ancienne élève de l’École nationale des chartes, docteur en histoire médiévale, est conservateur des bibliothèques et travaille actuellement à la bibliothèque municipale de Lyon. Ses recherches concernent essentiellement la prédication dominicaine aux XIIIe et XIVe siècles, en particulier les œuvres de Humbert de Romans et Guillaume de Sauqueville.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search