Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IIIe partie — Images médiévales et modernes

L’Arbre de Jessé normand et la question de l’Immaculée Conception

Séverine Lepape

Texte intégral

La question des liens entre l’arbre de Jessé et l’Immaculée Conception de la Vierge

  • 1 « Egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet, superquem septiformis gratia S (...)
  • 2 Par exemple saint Jérôme, Commentaria in Esaiam, liv. IV, chap, XI, M. Adriaen (éd.), p. 147 (CSL, (...)
  • 3 Arthur Watson, The early Iconography of the Tree of Jesse, Londres, Oxford University Press, 1934.
  • 4 Voir à ce sujet Jérôme Baschet, La Civilisation féodale, Paris, Aubier, p. 247-261.
  • 5 Anita Guerreau-Jalabert, « L’arbre de Jessé et l’ordre chrétien de la parenté », dans Marie, le cul (...)

1Il peut apparaître de prime abord peu évident d’associer l’iconographie de l’arbre de Jessé et la question de la conception Immaculée de la Vierge. L’arbre de Jessé se fonde sur la prophétie d’Isaïe, annonçant que de la racine de Jessé poussera une tige et que de cette racine, s’élèvera une fleur sur laquelle reposeront les sept dons du Saint Esprit1. Glosée par les Pères de l’Église2 comme la prédiction dès l’Ancien Testament de la venue du Christ, la fleur, par la Vierge, virga de la prophétie, dans une lignée vétérotestamentaire prestigieuse, celle du roi de David, l’image ne se forme qu’à la fin du XIe siècle3, lorsque l’Église, en pleine réforme, est amenée à consolider l’organisation de la société qu’elle domine et qu’elle dirige. L’une des pierres d’angle de cette refondation est la stricte distinction qu’elle établit alors entre laïcs et clercs, selon une dichotomie reposant sur la chair et l’esprit, tout en se gardant bien de tomber dans les affres du manichéisme4. Né dans ce contexte de renouveau fondamental, l’arbre de Jessé, comme l’a très bien montré Anita-Guerreau Jalabert5, est une image qui, sur le registre de la parenté, constitue une représentation déterminante de l’iconographie chrétienne, puisqu’il s’agit de représenter l’Incarnation du Christ selon ce principe d’articulation des deux pôles fondamentaux, caro et spiritus : le Christ choisit de prendre chair et de se fonder dans une lignée de chair, tout en échappant à la macule originelle transmise par ses ascendants jusqu’à la Vierge, cette dernière recevant l’insigne honneur de concevoir par le Saint-Esprit, d’enfanter sans douleur et virginalement. L’arbre de Jessé offre donc à la société un mode double de représentation de la parenté, l’un qui repose sur des liens de filiation biologique, celui des laïcs, l’autre sur des liens spirituels, hors du rapport de chair, celui des clercs. Il constitue donc une image modèle exprimant le bon ordre de parenté que l’Église souhaite instituer dans la société médiévale.

  • 6 Jean Wirth, L’Image à l’époque gothique, Paris, Cerf, 2008, p. 260-261.

2Dans ce schème, la Vierge est un personnage déterminant : elle cristallise l’articulation complexe de ces rapports spirituels et charnels, elle alimente la réflexion sur l’engendrement et le péché originel. Précisément, ces questions sont celles qui intéressent les théologiens qui débattent de la conception de la Vierge, Immaculée ou pas. Malgré ce qu’en dit Jean Wirth6 qui considère qu’avant le XIVe siècle, seule la question du mariage comme lieu possible de conception sans péché constitue le cœur de la réflexion, la littérature scholastique du XIIe siècle traite également du problème de la préservation de la Vierge du péché originel lors de sa conception : on se demande par exemple si une veine indemne de péché depuis Adam aurait pu parvenir à la Vierge qui l’aurait ainsi transmise à son fils. Les liens de filiation qui caractérisent le Christ et Marie sont donc à la source de telles interrogations : la Vierge, « tabernacle » du Christ, peut-elle offrir un corps souillé de péché à l’incarnation du fils de Dieu ? Est-il suffisant de lui reconnaître le privilège de vivre toute sa vie sans péché et de concevoir par le Saint-Esprit, si sa propre conception est entachée de péché ? La définition de la conception active du Christ par la Vierge semble ainsi susciter des interrogations sur la propre conception de la Vierge.

  • 7 Voir Thomas d’Aquin, Expositio super Isaiam ad litteram, Rome, Ed. di San Tommaso, « Sancti Thomae (...)
  • 8 Voir Eadmer, qui s’exprime sur la question dans le Tractatus de Conceptione, PL 159, col. 304C-305. (...)
  • 9 La lignée mise en œuvre dans l’arbre de Jessé est aussi celle de la Vierge, considérée par les Père (...)
  • 10 Insister sur la maternité de la Vierge semble effectivement davantage mettre en valeur la conceptio (...)
  • 11 Citons par exemple Paris, Arsenal, ms. 5058, f° 451 (Paris, 1405) ; Bruxelles, BRB, ms. 9025, f° 14 (...)
  • 12 Xavier de La Selle, Le Service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du (...)
  • 13 Pierre Auriol, Nondum erant abyssi et ego jam concepta eram, dans Fr. Gulielmi Guarrae, Fr. Joannis (...)
  • 14 Voir pour cela IC, p. 505-513.

3On le voit donc, les rapports a priori lointains entre arbre de Jessé et conception de la Vierge ne le sont pas tant, dès lors que l’on analyse ce qui se cache derrière une image que d’aucuns caractériseront comme une généalogie royale. Et de fait, la virga Jesse est au cœur du débat dès le XIIe siècle et plus encore au XIIIe siècle, chez les maculistes7 comme chez les théologiens partisans d’une préservation particulière de Marie8, car il est bien question dans la prophétie, comme dans l’image, d’engendrement et donc de transmission du péché originel, qu’il s’agisse de celui du Christ ou de celui de la Vierge9. Or le personnage de la Vierge prend une importance déterminante dans l’iconographie de l’arbre de Jessé en France, à partir du XVe siècle : jusque là subordonnée au Christ adulte dans la continuité de la tige, elle est figurée à l’Enfant, le Christ n’étant plus jamais représenté seul et autonome, alors que certains arbres de Jessé ne comporteront que la Vierge seule. S’il ne s’agit pas de faire de cette caractéristique iconographique un signe immaculiste indiscutable, ce qu’une analyse au premier degré contredirait d’ailleurs10, il y a tout lieu de penser qu’un tel changement, passé inaperçu jusque là alors même qu’il ne souffrira aucun retour en arrière par la suite, est un indicateur à prendre sérieusement en compte dans la dynamique de l’image : il révèle une évolution autour de la représentation des rapports entre le Christ et la Vierge que, sans doute, le débat âpre et nourri sur la conception de la Vierge qui secoue alors l’ensemble de la société du royaume de France, a suscité. Remarquons encore que les premières œuvres à introduire cette nouvelle iconographie, sont des Bibles historiales11 (fig. 32) composées par des artistes travaillant à la cour de France, pour des destinataires prestigieux, Jean de Berry, Charles VI ou les ducs de Bourgogne, au moment même où la question de la conception Immaculée de la Vierge est débattue en leur présence et vaut renvoi du confesseur dominicain maculiste de Charles VI12. Au moment également où les partisans de l’Immaculée Conception se sont organisés, théologiquement s’entend, pour pallier le point faible que les dominicains prennent plaisir à attaquer, l’absence de sources scripturaires et d’autorités patristiques pour étayer la nouvelle croyance. Depuis le second quart du XIVe siècle, les préfigurations de la virginité de la Vierge, dont fait partie l’arbre de Jessé, sont devenues, dans les écrits de théologiens comme Pierre Auriol13, Pierre d’Ailly et d’autres, des préfigurations de la conception sans tache de la Vierge14. Nous l’avons dit, la conception active et virginale de la Vierge semble induire pour eux la conception Immaculée de cette dernière, en raison du lien corporel et maternel existant entre Marie et le Christ. Et c’est précisément sur cet aspect que la nouvelle iconographie de l’arbre de Jessé met l’accent.

Figure 32 - Arbre de Jessé, dans Bible historiale, Bruxelles, ms. 9002, Paris, 1400-1415, f° 223.

  • 15 Voir les fragments d’un tryptique conservé dans une collection particulière à Arras, ca 1450 (Fragm (...)

4L’évolution iconographique du thème ne s’arrête pas là. Vers la mi-XVe siècle, la Vierge de l’arbre de Jessé adopte dans certaines œuvres une nouvelle représentation, encore plus fortement liée au contexte de l’Immaculée Conception : elle emprunte ses traits à la Millier Amicta sole ou femme de l’Apocalypse, tenant dans son giron l’Enfant, les pieds sur un croissant de lune, irradiée d’une mandorle rayonnante et couronnée de douze étoiles. A cette caractéristique s’ajoute une nouvelle manière de représenter Jessé, assis dans une cathèdre ou une chaire, entouré de prophètes debout, conversant entre eux de manière animée et tenant dans leur main une prophétie inscrite sur un phylactère. Cette spécificité iconographique se note pour la première fois dans des œuvres flamandes15 mais elles sont suivies de près par un groupe stylistique cohérent, normand, que nous entendons ici examiner.

La production des arbres de Jessé en Normandie : chronologie, géographie

  • 16 Baie o. Les vitraux de Haute-Normandie, Inventaire général des monuments et des richesses artistiqu (...)
  • 17 F. Gatouillat, « Les peintres verriers au service de Louis XI à la cathédrale de Paris-Sorbonne, 20 (...)
  • 18 G. Blumenshine, « Monarchy and symbol in later Medieval d’Évreux », dans L’Artiste et le commandita (...)
  • 19 Baie 214, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 380.
  • 20 Baie 113, ibid., p. 360 et 363, fig. 270.
  • 21 Ibid., p. 399-411, fig. no 310, p. 411. Voir Michel Hérold, « Le vitrail de l’arbre de Jessé », dan (...)
  • 22 Baie 4, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 358.
  • 23 Baie 4, ibid., p. 215.
  • 24 Baie 14. Les vitraux de Basse-Normandie. Inventaire général du patrimoine culturel, Presses univers (...)
  • 25 Baie 11, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 113.
  • 26 Baie 7, ibid., p. 421-422.

5La première œuvre normande à ainsi développer cette représentation de la Vierge en Millier Annota Sole dans l’arbre de Jessé, est aussi la première à relancer le thème dans le vitrail, après plus de deux siècles d’absence dans ce medium. Il s’agit de la verrière d’axe pour la chapelle orientale d’Évreux (fig. 33). L’œuvre, datée des années 1467-1469, s’insère dans un programme iconographique marial complet, retraçant les épisodes de la vie de la Vierge depuis l’histoire de ses parents jusqu’à son Assomption16. À ce cycle marial s’ajoute un autre centré sur la vie et la passion du Christ. La totalité du programme vitré de cette chapelle a été abondamment commentée pour des questions artistiques, car il s’agissait de comprendre quel pouvait être l’atelier à l’œuvre dans cette chapelle17, et des considérations politiques puisque Louis XI commande le vitrage de cette chapelle en commémoration de son sacre, représenté dans les ajours des tympans des lancettes de la vie du Christ. La présence de l’arbre de Jessé a donc donné lieu à des développements sur la symbolique du pouvoir royal, l’utilisation de l’image de la lignée du Christ pour exalter celle des Valois18. On ne s’appesantira donc pas sur cette interprétation, problématique par bien des points, car gommant l’aspect théologique et la dynamique iconographique du thème de l’arbre de Jessé, pour ne retenir que l’essentiel : l’arbre de Jessé d’Évreux constitue un modèle de composition, repris dans la plupart des vitraux postérieurs normands. À Rouen, pas moins de quatre verrières, avec la rose de Saint-Ouen19 (1467-1483) (fig. 34), la verrière de Saint-Maclou20 (1470) (fig. 35), celle pour l’église Saint-André, déplacée à Saint-Vincent et aujourd’hui en dépôt au musée des beaux-arts21 (1490) et enfin, Saint-Godard22, plus tardive (1506). Citons aussi pour le dernier quart du XVe siècle les arbres de Jessé de Verneuil-sur-Avre23 (1470), Orbec24 (fin XVe siècle), Bernay-la-Couture25 (1480), et, celui de Saint-Saëns26 (1510).

Figure 33 - Arbre de Jessé, Évreux, cathédrale Notre-Dame, chapelle d’axe, baie 0, 1467-1469, registre inférieur et registre supérieur.

  • 27 Paris, Arsenal, ms. 416, Heures à l’usage de Rouen, fol. 7, Rouen, 1500-1505 ; ms. 429, Heures à l’ (...)
  • 28 Oxford, Bodleian Library, ms. 255, Heures à l’usage de Rouen, fol. 18, 1480.
  • 29 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. KB 133 D 17, Heures à l’usage de Rouen, fol. 24, dernier quar (...)
  • 30 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M. 261, fol. 25V, 1495-1505. Ce dernier étant attribué à l’e (...)
  • 31 Besançon, BM, ms. lat. 69, Bréviaire à l’usage de Rouen, p. 161,1480-1490.
  • 32 Artiste qui a formé Robert Boyvin, voir supra, et Claudia Rabel, « Artiste et clientèle à la fin du (...)

6Le livre d’heures enluminé rouennais retient également cette manière de représenter l’arbre de Jessé, à partir des années 1480 : le thème y occupe une pleine page, généralement à l’emplacement des matines des Heures de la Vierge ou à la page destinée à l’évangéliste Matthieu, comme c’est le cas de plusieurs manuscrits conservés à l’Arsenal27, d’un manuscrit appartenant à la collection Douce de la Bodleian Library28, et deux autres encore, respectivement à La Haye29 et à la Public Library de New-York30. On citera, bien que n’étant pas dans un livre d’Heures, l’arbre de Jessé rouennais d’un bréviaire ayant appartenu à Charles de Neufchâtel31, au premier samedi de Pavent, enluminé par le Maître de l’Échevinage de Rouen32. Bref, cette intéressante iconographie représentant Jessé assis, entouré de prophètes debout, et la Vierge en millier amicta sole (parfois seulement en partie, avec le halo de lumière mais sans le croissant ou complètement), semble avoir trouvé une terre de prédilection en Normandie.

Figure 34 - Arbre de Jessé, Rouen, abbatiale Saint-Ouen, rose sud, baie 216, 1467-1483.

Figure 35 - Arbre de Jessé, Rouen, église Saint-Maclou, collatéral nord, baie 113, 1470.

La spécificité iconographique normande

7Quels liens avec l’Immaculée Conception ? Il faut à la fois se tourner vers les implications d’une telle iconographie et la spécificité normande.

  • 33 Marie-Louise Thérel, Le Triomphe de la Vierge-Église. À l’origine du décor du portail occidental de (...)
  • 34 Voir, par exemple : Paris, BNF, ms. lat. 1156 A, f° 18 v° (Fleures d’Anjou, Paris, vers 1415) ; Châ (...)
  • 35 S. Ringbom, « Maria in sole and the Virgin in the Rosary », Journal of the Warburg and Courtauld In (...)

8Inclure des changements dans un thème iconographique présent sur une longue durée dans le répertoire chrétien n’est pas anodin. On peut évidemment considérer qu’il s’agit de fantaisies d’artistes plus inspirés que d’autres mais cette démarche nie l’idée d’un contenu sémantique qui soit porteur de sens et rend donc toute étude iconographique hors de propos, ce qui n’est pas, on l’aura compris, notre démarche. Dans le cas de cette composition, on notera que la Vierge emprunte à la Millier Amicta Sole, une figure typologique de l’Apocalypse, interprétée par certains théologiens comme un symbole de l’Église, mais dont l’association avec la Vierge se confirme au XII e siècle33 (fig. 36). Aucun historien ne s’est attaché à étudier les évolutions iconographiques de cette représentation en dehors d’un contexte apocalyptique, mais il est indéniable que c’est le mode de représentation choisi à partir de la seconde moitié du XVIe siècle pour figurer la Vierge Immaculée, notamment chez les peintres espagnols de la Contre-Réforme comme Murillo. À partir de quand cette iconographie appliquée à la Vierge prend-elle clairement ce sens ? Il nous semble que dès le début du XVe siècle, la représentation fait l’objet d’un nouvel intérêt et se trouve figurée dans les livres d’Heures parisiens enluminés par les artistes travaillant pour Jean de Berry34, sans que le contexte textuel ne puisse aider à lui assigner cette signification. À partir de 1470, Sixte IV, pape franciscain qui fait composer des hymnes liturgiques pour la fête de la conception choisit ce type iconographique marial comme support de prières et d’indulgences35. Le texte à réciter en regardant l’image précise que la Vierge est de conception Immaculée. Mais au même moment, la même image est diffusée accompagnée d’un texte qui ne parle que de la conception virginale du Christ par la Vierge et non de la conception Immaculée de la Vierge... L’image de la Vierge en femme de l’Apocalypse constitue donc à la fin du XVe siècle un enjeu dans le débat momentanément clos de l’Immaculée Conception par la bulle Grave Nimis.

Figure 36 - Arbre de Jessé, Elbeuf, église Saint-Jean-Baptiste, bas-côté nord, baie 25, 1500, détail de la Vierge à l’Enfant.

  • 36 Les enluminures rouennaises le montrent tenant un bâton, là encore signe de sagesse.
  • 37 On renvoie par exemple à la verrière de l’abbatiale de Saint-Denis, 1140-1144.
  • 38 Comme synthèse sur ce motif dans les œuvres d’art italiennes, on se rapportera à Vincenzo Francia, (...)
  • 39 Voir par exemple le tableau de Francesco Francia, 1511-1519, Lucques, église de San Frediano.
  • 40 C’est le cas d’Augustin, qu’on trouve souvent représenté dans la disputatio, avec le phylactère tir (...)
  • 41 Les phylactères qu’ils tiennent comportent des passages des livres prophétiques annonçant la venue (...)

9L’autre évolution notable de l’arbre de Jessé est la manière de figurer le patriarche à la racine. Jessé est représenté assis, ce qui n’était que rarement le cas dans les œuvres antérieures, tous supports confondus : l’idée de le représenter en songe ou endormi induisait logiquement de le figurer allongé, le plus souvent très confortablement dans un lit. La position assise le déplace du côté de l’auctor et de l’auctoritas : les personnages en position de pouvoir ou de savoir, ce qui à l’époque médiévale est souvent mêlé, sont représentés assis, qu’il s’agisse d’un roi rendant son avis, recevant des conseillers ou d’un auteur rédigeant ses écrits. Jessé gagne donc en autorité36, sans pour autant cesser de songer. Ce sommeil fait l’objet de toutes les attentions : deux prophètes, parfois plus, l’entourent, le regardent, le désignent entre eux du doigt (fig. 37). Aux siècles précédents, ces derniers, lorsqu’ils étaient représentés, se trouvaient sur les côtés du rinceau stylisé, entre les médaillons contenant les rois, le Christ et la Vierge37. Ils étaient associés à l’arbre en tant qu’éléments de typologie et s’intéressaient aux descendants de Jessé, non à Jessé lui-même. Dans cette nouvelle composition, ils discourent, ils attestent, ils confirment l’autorité du patriarche. Formellement, et sémantiquement, cette représentation des prophètes nous évoque l’iconographie postérieure et essentiellement italienne de la disputatio. Mise en place au début du XVIe siècle, elle représente des docteurs de l’Église et des théologiens, en pied, qui dissertent et attestent de la conception Immaculée de la Vierge, représentée au-dessus d’eux, soit dans une nuée, soit sur un autel38. Une variante iconographique représentera dans les airs la Vierge couronnée par Dieu le Père39. La recherche d’autorités, nous l’avons déjà dit, est une nécessité pour les partisans de l’Immaculée Conception, elle est même l’occasion pour ces théologiens de donner une conception évolutive de l’autorité. Elle est aussi un passage en force, destiné à ranger de manière posthume des pères importants qui se sont pourtant parfois clairement exprimés contre la croyance, comme Thomas d’Aquin, quitte à leur attribuer dans leurs phylactères des phrases qui ne soient pas d’eux ou qui ne parlent que de l’enfantement virginal du Christ par la Vierge40. Insister, comme c’est le cas dans l’arbre de Jessé, sur l’autorité de Jessé et des prophètes, indique peut-être que l’on souhaite faire de cet ancêtre vétérotestamentaire et de ces élus de Dieu41, de nouvelles références démontrant la conception Immaculée d’une Vierge représentée sous les traits de la millier amicta sole.

Figure 37 - Arbre de Jessé, Elbeuf, église Saint-Étienne, mur nord, baie 9, 1523, registre inférieur avec Jessé et les prophètes.

L’arbre de Jessé normand et le Puy de la Conception de Rouen

10Analysée strictement, cette nouvelle iconographie ne pourrait conduire qu’à une aporie mais il est ici important de mettre en relation son contenu sémantique et sa présence en Normandie, notamment à Rouen.

  • 42 Eugène de Robillard de Beaurepaire, Les Pays de palinod de Rouen et de Caen, Caen, H. Delesques, 19 (...)
  • 43 Gérard Gros, Le Poète, la Vierge et le prince du Puy. Etude sur les Puys mariais de la France du No (...)
  • 44 Voir la référence connue à Eudes Rigaud, qui consigne dans le journal de ses visites pastorales qu’ (...)
  • 45 Voir Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1486-1550), Paris, Champion, 2002, p. 226-227. Il ta (...)
  • 46 Eugène de Robillard de Beaurepaire, op. cit., p. 64.
  • 47 Rouen, cathédrale, façade occidentale, tympan central, 1509-1512.
  • 48 Voir Véronique Boucherat, L’Art en Champagne à la fin du Moyen Age : productions locales et modèles (...)

11La région est riche en confréries mariales mais la ville de Rouen se caractérise par l’importance et le dynamisme de celle dévolue à la conception de la Vierge, appelée Puy de la Conception. Son histoire a été abondamment étudiée depuis le début du XXe siècle42 et révèle un tissu social et une créativité littéraire fort intéressante43. Que la Normandie constitue un espace particulièrement réceptif à la croyance et à la fête de la conception à la fin du Moyen Age n’est pas pour nous étonner : le phénomène s’inscrit dans la longue durée, puisque dès la fin du XIIIe siècle, la nation normande de l’université de Paris avait choisi de célébrer cette fête, devenue emblématique d’une appartenance régionale dans l’église Saint-Séverin de Paris44, tandis que la faculté de théologie dans son ensemble, encore fortement dominée par les théologiens dominicains, restait très frileuse à reconnaître pareille nouveauté. La chronologie du développement du Puy de la Conception de Rouen est à souligner. La première date attestée de son fonctionnement est 1486, où le puy s’installe dans l’église Saint-Jean-sur-Renelle de Rouen située en périphérie de la ville, mais des sources littéraires semblent indiquer qu’elle existait déjà avant45. Il déménage en 1515 au couvent des Carmes de Rouen. En 1520-1521, une bulle pontificale fulminée par Léon X et achetée à grands frais par la confrérie se montre en faveur du Puy de la Conception et lui donne la prééminence sur les autres confréries rouennaises46. Le Puy continue d’être dynamique jusque dans les années 1550 environ. Les années 1485-1550 semblent donc constituer une intense activité autour de la célébration de la fête et de la croyance de l’Immaculée Conception de la Vierge à Rouen, et c’est effectivement au début de l’implantation de cette confrérie que trois verrières de l’arbre de Jessé de Rouen sont produites, sans compter le tympan sculpté comportant ce thème à la façade en réfection de la cathédrale47. D’exemples d’une telle concentration du même thème dans une seule ville, on ne connaît que le cas de Troyes, lieu d’une activité bouillonnante de production de verrières au début du XVIe siècle, qui répète dans de nombreuses églises le même programme iconographique de vitraux, au nombre duquel comptent par exemple l’arbre de Jessé et la Création48. À Rouen, les verrières de l’arbre de Jessé de Saint-Ouen, Saint-Maclou et de l’ancienne église Saint-Vincent se répondent stylistiquement, sauf celle de Saint-Godard, réalisée plus tardivement en 1506 par un artiste flamand, Arnoult de Nimègue, mais ne semblent pas s’insérer dans un cycle de vitraux transposable d’un édifice à un autre.

12Cette concomitance est-elle significative ? Elle semble fournir en tous les cas un contexte intéressant à prendre en compte. Tout comme les écrits de Pierre Fabri, prêtre de Méray, devenu prince du Puy en 1487 et auteur d’un traité de défense de l’Immaculée

Figure 38 - Arbre de sainte Anne, Rouen, église Jeanne-d’Arc, baie 4, 1520-1530.

  • 49 Pierre Fabri, Défensore de la Conception, Rouen, 1514. Voir, pour une présentation du texte, Denis (...)
  • 50 Là encore, on se référera à Denis Hüe, qui mentionne également d’autres poésies s’inspirant du thèm (...)

13Conception, où l’on retrouve la virga Jesse, et la mullier amicta sole de l’Apocalypse de Jean, invoquées comme éléments de preuve immaculiste49. L’existence, également, de chants royaux composés pour le Puy de la Conception et développant le thème de la virga Iesse50, invite à voir des liens entre l’image littéraire que cette prophétie suscitait, les œuvres d’art comportant l’arbre de Jessé à Rouen et la confrérie de la conception de la Vierge : le chant royal non daté de Jean Le Roux a pour thème la virga Iesse, interprétée comme un arbre de rédemption par opposition à l’arbre du péché originel, il fait également écho aux représentations que le poète devait avoir en tête, lorsqu’il écrit : « de douze rois elle fut decoree, / de maint prophète aussi fut honorée, / Préconisant que pour nous supporter / Dieu nous fera par la Vierge apporter / fruict de salut dont grace est ensuyvie. » Le nombre de douze rois est devenu une constante dans l’iconographie du thème à partir des années 1450, et les arbres de Jessé normands comptent cette caractéristique ; quant aux prophètes, ils réinvestissent la composition à partir de la même période et sont abondamment présents dans les œuvres normandes.

  • 51 Paris, BNF, ms. fr. 19369, second quart du XVIe siècle, f° 1 v°. Voir D. Hüe, op. cit., p. 209.
  • 52 La phrase est en fait attribuée à saint Hildefonse ou à Paschase Radbert.
  • 53 Il est question dans cette phrase de l’exception du péché de la Vierge lors de l’enfantement du Chr (...)

14Il n’est dès lors pas étonnant de retrouver dans un manuscrit enluminé contenant les chants royaux du Puy51, une enluminure montrant une scène de disputatio : debout sur un pilier, la Vierge écrase un dragon sous ses pieds, en prononçant les paroles Dominas possedit me ah initio viarum suarum et est entourée de huit docteurs avec des phylactères contenant une défense de l’Immaculée Conception : Ambroise, Salomon, David, Moïse, Dominique52, Paul, Bernard53 et enfin, l’Église.

  • 54 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées, les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle (...)
  • 55 Voir le Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit. :12 verrières de l’arbre de Jessé pour des églises (...)

15En dehors de Rouen, huit autres confréries en l’honneur de la conception de la Vierge sont créées entre 1460 et 1540, comme le souligne Catherine Vincent54 et démontrent de la vitalité de cette croyance dans une zone géographique où se comptent de nombreuses verrières de l’arbre de Jessé55.

Les arbres de la parenté de sainte Anne en Normandie

  • 56 On permettra de renvoyer à notre article qui a beaucoup souffert d’une édition déplorable, « Le vég (...)
  • 57 L’une des plus belles œuvres représentant l’arbre de sainte Anne est sans conteste le panneau peint (...)
  • 58 Jean Fournée, « Le thème iconographique de la Sainte Parenté dans les églises normandes », Cahiers (...)
  • 59 Houppeville, église Notre-Dame-de-l’Assomption, baie 2, vers 1544-1545.
  • 60 Rouen, église Sainte-Jeanne d’Arc, baie 4 (ancienne baie 6 de Saint-Vincent), 1520-1550.
  • 61 Laurence Riviale, Le Vitrail entre Renaissance et Réforme, Presses universitaires de Rennes, 2007.
  • 62 Les carmes, avec les chartreux, ont été d’ardents promoteurs du culte de sainte Anne à la lin du Mo (...)
  • 63 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 180-187.

16La Normandie est aussi le lieu où l’on trouve un curieux thème iconographique, l’arbre de sainte Anne56. Les images de la sainte Parenté représentant sainte Anne, ses trois époux, ses trois filles et leurs enfants sont pléthores à partir des années 1450. Elles se fondent sur la légende du trinubium d’Anne, son triple mariage dont l’origine remonte au IXe siècle, et s’appuient sur la dévotion importante que connaît la mère de la Vierge à partir de la seconde moitié du XVe siècle, encouragée par de nombreuses confréries en son honneur. Mais l’image de la sainte Parenté sous forme d’arbre est peu fréquente57. La référence à l’arbre de Jessé est évidente et ce dernier sert de modèle à une nouvelle représentation de la famille du Christ, plus resserrée, féminine, apocryphe et permettant de faire de certains apôtres les cousins charnels de Jésus. Mais si la mère de la Vierge peut désormais occuper la place du patriarche biblique à la racine de l’arbre, c’est sans doute à la faveur de l’Immaculée Conception de la Vierge, où le rôle de sainte Anne matrice d’une Vierge conçue sans tache, a nécessairement été réévalué. En France, trois exemples existent à notre connaissance et deux sont des vitraux normands58, l’un à Houppeville59, l’autre à Rouen, pour l’ancienne église Saint-Vincent60 (fig. 38), dont Laurence Riviale a souligné le caractère immaculiste du programme iconographique vitré61. La piste des carmes promoteurs d’une telle iconographie62 semble se confirmer pour les verrières de l’église Saint-Vincent de Rouen où le Puy de la Conception a joué un rôle déterminant dans leur définition63.

17Ainsi, à la fin du XVe siècle, alors que la Normandie fait preuve d’un essor artistique sans précédent, l’arbre de Jessé occupe-t-il une place importante tant dans les supports individuels de la dévotion que dans le contexte monumental local. Plutôt que d’y voir un simple engouement des artistes et des commanditaires pour un thème iconographique au succès certain mais déjà ancien, les composantes nouvelles de l’image semblent indiquer qu’elles se façonnent dans un contexte marial dont la Normandie s’est fait la spécialiste : la conception Immaculée de la Vierge. Une telle interaction entre dévotion, création artistique et redéfinition d’éléments iconographiques nous semble exemplaire du dynamisme médiéval. Elle permet d’entrevoir la diversité des acteurs et la complexité des cheminements artistiques à l’œuvre.

Notes

1 « Egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet, superquem septiformis gratia Spiritus Sancti requiescet. Et requiescet super eum spiritus Domini, spiritus sapientioe et intellectus, spiritus consilii et fortitudinis, spiritus scientiae et pietatis ; et replebit eum spiritus timoris Domini. [Is. u, 1-3] », dans Biblia sacra juxta Vulgatam Clementinam, Madrid, Biblioteca de autores cristianos, 1982.

2 Par exemple saint Jérôme, Commentaria in Esaiam, liv. IV, chap, XI, M. Adriaen (éd.), p. 147 (CSL, t. LXXIII, part. I).

3 Arthur Watson, The early Iconography of the Tree of Jesse, Londres, Oxford University Press, 1934.

4 Voir à ce sujet Jérôme Baschet, La Civilisation féodale, Paris, Aubier, p. 247-261.

5 Anita Guerreau-Jalabert, « L’arbre de Jessé et l’ordre chrétien de la parenté », dans Marie, le culte de la Vierge dans la société médiévale, D. Iogna Prat, E. Palazzo et D. Russo (dir.), Paris, Beauchesne, 1996, p. 133-170.

6 Jean Wirth, L’Image à l’époque gothique, Paris, Cerf, 2008, p. 260-261.

7 Voir Thomas d’Aquin, Expositio super Isaiam ad litteram, Rome, Ed. di San Tommaso, « Sancti Thomae de Aquino Opera omnia, 28 », 1974, p. 78-79. : « Cum deberet dicere “de virga”, dicit “de radice” ad excludendum duas hereses : una quarum dixit quod Christus non habuit veram carnem ; alia dixit quod Christus habuit veram carnem, sed illa non fuit propagata ab Adam et a parentibus et aliis, sed in beata Virgine a Deo creata, aut quod venit a primis parentibus distincta sicut lux quedam numquam infecta contagione peccati originalis. Quod totum excluditur in hoc quod ex parentibus Virginis ascendere dicitur sicut flos ex radice (Alors qu’il devrait dire “de la tige”, il dit “de la racine” afin d’exclure deux erreurs : l’une a dit que le Christ n’avait pris chair ; l’autre a dit que le Christ avait pris chair mais qu’elle ne s’est pas transmise par Adam, les ancêtres et les autres, mais dans la sainte Vierge créée par Dieu, et qu’elle lui est venue de ses premiers ancêtres distincte, à la manière d’une lumière, jamais contaminée par le pêché originel. Et cela est totalement exclu dans le fait précisément qu’il est dit qu’il remonte des parents de la Vierge, comme la fleur de la racine). »

8 Voir Eadmer, qui s’exprime sur la question dans le Tractatus de Conceptione, PL 159, col. 304C-305. Sa prudence est caractéristique de l’attitude des théologiens du XIIe siècle, souhaitant imposer la fête liturgique sans oser lancer une construction théologique qui contreviendrait à la théorie augustinienne du péché originel. Le passage où il est question de la virga Iesse est l’occasion pour lui de poser la question du lien charnel et maternel la Vierge et son fils et de la préservation possible de la Vierge du péché originel. Il ne répond pas au problème qu’il souligne lui-même : la transmission du péché originel lors de la conception de la Vierge par ses parents est-elle compatible avec l’incarnation du Christ, prenant chair et partageant un temps le corps de sa mère ? La référence à Jérémie laisse penser qu’il est partisan d’une sanctification de l’âme et du corps de la Vierge in utero, comme Anselme de Canterbury d’ailleurs : « Et idcirco ejusdem conceptions dies festivis laudibus a cunctis fidelibus suo judicio merito celebraretur. De ipsa quippe, multis saeculis ante ortum ejus vel conceptum, Isaiam Spiritu sancto afflatum dixisse constat : “Egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet ; et requiescet super eum Spiritus Domini [...]” Haec itaque virga quae talem ex se protulit jlorem, nullo dissentiente, Virgo Maria fuit et flos, qui de radice ejus ascendit, benedictus filius, super quem et in quo omnis plenitudo divinitatis essentialiter requievit. Haec est igitur Virgo tanti Filii dignissima parens [...] Cum in alvo suae parentis naturali lege conciperetur, quis non concédat Dei sapientiam a fine usque ad finem pertingentem, cuncta implentem cuncta regentem, novo quodam et ineffabili gaudio coelum, terram, et omnia quae in eis sunt, perfudisse ; ac ineffabili jubilatione pro sui reintegratione, quam per illam sibi eventuram divina et occulta inspiratione praevidebant, perlustrasse ? Sed cum ipsa conceptio fundamentum, ut diximus, fuerit habitaculi summi boni, si peccati alicujus ex primae praevaricationis origine maculam traxit, quid dicemus ? Utique voce divina dicitur ad Jeremiam : Priusquam te formarem in utero, novi te : et antequam exires de ventre, sanctificavi te ; et prophetam in gentibus dedi te » (Et donc, le jour de la conception [de la Vierge] est célébré par tous les fidèles avec des louanges solennelles. C’est en effet de la Vierge, de nombreux siècles avant sa naissance et sa conception, que, sous l’inspiration de l’Esprit Saint sans aucun doute, Isaïe a dit : « Une tige sortira de la racine de Jessé, et la fleur de la racine montera et l’Esprit saint reposera sur elle » (Is 11,1-3) [...] Ainsi, cette tige qui a produit une telle fleur, nul n’en disconvient, c’est la Vierge Marie, et la fleur, qui monte de sa racine, c’est son fils béni, sur qui et en qui la divinité repose par essence, dans toute sa plénitude. Donc cette Vierge, mère si digne d’un fils si grand [...] Qui nierait que la sagesse de Dieu, qui s’étend d’un bout [du monde] à l’autre, qui emplit tout, qui régit tout, tandis qu’elle était conçue dans le ventre de sa mère selon les lois de la nature, a répandu une joie ineffable dans le ciel, sur la terre et sur tout ce qui s’y trouve, et qu’elle les a parcourus, [suscitant en eux] une allégresse ineffable devant leur régénération, dont ils savaient, par une inspiration divine et mystérieuse, qu’elle allait leur advenir grâce à elle ? Mais comme cette conception a constitué, comme nous l’avons dit, les fondations de la demeure du souverain bien, s’il est vrai qu’elle a été entachée de la marque d’un péché depuis les origines de la première faute, que dirons-nous ? En tout cas, la voix divine a dit à Jérémie : « Avant de te façonner dans le ventre, je t’ai connu et avant que tu ne sortes du ventre, je t’ai sanctifié et je t’ai donné comme prophète aux peuples. ») Traduction de François Ploton-Nicollet, qui note une omission probable, non mentionnée dans l’édition de la PL, entre la phrase « Haec est igitur Virgo tanti Filii... » et « Cum in alvo... »

9 La lignée mise en œuvre dans l’arbre de Jessé est aussi celle de la Vierge, considérée par les Père de l’Eglise comme descendante de la tribu de Juda.

10 Insister sur la maternité de la Vierge semble effectivement davantage mettre en valeur la conception active du Christ par cette dernière.

11 Citons par exemple Paris, Arsenal, ms. 5058, f° 451 (Paris, 1405) ; Bruxelles, BRB, ms. 9025, f° 145 (Bible historiale, t. II, Paris, 1400-1415) ; Bruxelles, BRB, ms. 9002, f° 223 (Bible historiale, t. H, Paris, 1415) ; Londres, BL, ms. Royal 15 D HI, f° 432 (Bible historiale, Paris, 1412-1415).

12 Xavier de La Selle, Le Service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du xnf au XV e siècle, Paris, Éditions École des chartes, « Mémoires et documents de l’École des chartes, 43 », 1995, p. 103 ; Voir Bernard Guenée, « Pierre d’Ailly » dans Entre l’Eglise et l’Etat : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Age, Paris, Gallimard, 1987, p. 189-199.

13 Pierre Auriol, Nondum erant abyssi et ego jam concepta eram, dans Fr. Gulielmi Guarrae, Fr. Joannis Duns Scoti, Fr. Petri Aureoli Quaestiones disputatae de Immaculata Conceptione Beatae Mariae Virginis, Qaracchi, ex typographia Collegii S. Bonaventurae, « Bibliotheca Franciscana Scholastica medii aevi, 3 », 1904, p. 70.

14 Voir pour cela IC, p. 505-513.

15 Voir les fragments d’un tryptique conservé dans une collection particulière à Arras, ca 1450 (Fragments d’une splendeur, Arras à la fin du Moyen Age [catalogue d’exposition du Musée des Beaux Arts d’Arras], Arras, 2000, p. 66-69, no 27, fig. 69 a, b, c et d) ; Vatican, bibliothèque apostolique, ms. Urb. Lat. 13, Nicolas de Lyre, postilles, Flandres, 1458-1459, f° 5 ; Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, maître des banderoles, burin, 1461-1467 (Max Lehrs, Geschichte und kritischer Katalog des Deutschen, Niederländischen und Französischen Kupferstichs im XV. Jahrhundert, Vienne, Gesellschaft für vervielfätigende Kunst, 1908-1914, no 80).

16 Baie o. Les vitraux de Haute-Normandie, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, CNRS — Monum, Editions du patrimoine (Corpus vitrearum. France, recensement des vitraux anciens de la France, 6), 2001, p. 147.

17 F. Gatouillat, « Les peintres verriers au service de Louis XI à la cathédrale de Paris-Sorbonne, 2001, p. 209-233.

18 G. Blumenshine, « Monarchy and symbol in later Medieval d’Évreux », dans L’Artiste et le commanditaire (XIIIe-XVIe siècles), Fabienne Joubert (dir.), Presses universitaires France : The tree Jesse Window at Évreux », Fifteenth century Studies, t. 9, 1984, p. 19-57. L’article est par certains aspects hautement fantaisiste, notamment dans le souci de l’auteur de voir dans le prophète de gauche Charlemagne.

19 Baie 214, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 380.

20 Baie 113, ibid., p. 360 et 363, fig. 270.

21 Ibid., p. 399-411, fig. no 310, p. 411. Voir Michel Hérold, « Le vitrail de l’arbre de Jessé », dans Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen [Catalogue d’exposition du Musée des Beaux-Arts de Rouen, 10 décembre 1995 — 26 février 1996], Rouen, Musée des Beaux-Arts, 1995, p. 114-121.

22 Baie 4, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 358.

23 Baie 4, ibid., p. 215.

24 Baie 14. Les vitraux de Basse-Normandie. Inventaire général du patrimoine culturel, Presses universitaires de Rennes (Corpus vitrearum. France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 8), 2006, p. 95-97, fig. 78.

25 Baie 11, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 113.

26 Baie 7, ibid., p. 421-422.

27 Paris, Arsenal, ms. 416, Heures à l’usage de Rouen, fol. 7, Rouen, 1500-1505 ; ms. 429, Heures à l’usage de Rouen, fol. 25, Rouen, tin XVe siècle ; ms. 635, Heures à l’usage de Rouen, fol. 49, Rouen, tin xve s.

28 Oxford, Bodleian Library, ms. 255, Heures à l’usage de Rouen, fol. 18, 1480.

29 La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. KB 133 D 17, Heures à l’usage de Rouen, fol. 24, dernier quart du XVe siècle

30 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M. 261, fol. 25V, 1495-1505. Ce dernier étant attribué à l’enlumineur Robert Boyvin par Isabelle Delaunay, duquel on peut rapprocher le ms. 416 de l’Arsenal. La composition des arbres de Jessé, que l’on retrouve par exemple dans les ms. 429 et 635 de l’Arsenal est caractéristiques de ces livres d’heures rouennais produits et enluminés pour l’étal : l’enluminure de l’arbre de Jessé de New York et de Paris montre bien la répétition de la composition, avec notamment Jessé, le personnage à la droite de la Vierge aux bras croisés sur la poitrine, ou les deux rois dans une double corolle à chaque extrémité de l’enluminure. Voir Isabelle Delaunay, « Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d’Amboise : l’œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin », Annales de Normandie, no 45-5, 1995, p. 212-244.

31 Besançon, BM, ms. lat. 69, Bréviaire à l’usage de Rouen, p. 161,1480-1490.

32 Artiste qui a formé Robert Boyvin, voir supra, et Claudia Rabel, « Artiste et clientèle à la fin du Moyen Age : les manuscrits profanes du Maître de l’Échevinage de Rouen », Revue de l’Art, 1989, p. 60.

33 Marie-Louise Thérel, Le Triomphe de la Vierge-Église. À l’origine du décor du portail occidental de Notre-Dame de Senlis : sources historiques, littéraires et iconographiques, Paris, CNRS, 1984, p. 130.

34 Voir, par exemple : Paris, BNF, ms. lat. 1156 A, f° 18 v° (Fleures d’Anjou, Paris, vers 1415) ; Châteauroux, BM, ms. 2, f° 2S2 v° (Bréviaire, Paris, 1410-1415) ; Paris, musée Jacquemart-André, Institut de France, Heures du Maréchal de Boucicaut, Paris, 1412-1416.

35 S. Ringbom, « Maria in sole and the Virgin in the Rosary », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. XXV, 1962, p. 526-550.

36 Les enluminures rouennaises le montrent tenant un bâton, là encore signe de sagesse.

37 On renvoie par exemple à la verrière de l’abbatiale de Saint-Denis, 1140-1144.

38 Comme synthèse sur ce motif dans les œuvres d’art italiennes, on se rapportera à Vincenzo Francia, Splendore di bellezza : l’iconografia dell’Immacolta Concezione nella pittura rinascimentale italiana, Vatican, Libreria Editrice Vaticana, 2004, p. 175-202. Comme exemples, le tableau d’autel de Giovanni Bellini (1510) pour l’église de Santa Maria degli Angeli à Murano aujourd’hui dans l’église San Pietro Martire, où sont représentés Pierre, Jean l’Évangéliste, Marc, François d’Assise, Louis de Toulouse, Antoine abbé, Augustin et Jean-Baptiste. Pour des exemples flamands, on se reportera au triptyque du retable de sainte Anne, conservé à l’Historisches Museum de Francfort. Sur le panneau extérieur gauche, on peut voir Anne enceinte sur un autel, la Vierge à l’Enfant visible dans son sein, et au premier registre, David, Salomon, Augustin, Anselme et Sixte IV. Voir Guy de Tervarent, « Le retable de sainte Anne au musée de Francfort », dans Les Enigmes de l’art du Moyen Age : l’art flamand, Paris, Éditions d’art et d’histoire, 1941, p. 35-46.

39 Voir par exemple le tableau de Francesco Francia, 1511-1519, Lucques, église de San Frediano.

40 C’est le cas d’Augustin, qu’on trouve souvent représenté dans la disputatio, avec le phylactère tiré de son œuvre De Natura et gratia, où il est dit : « nullam prorsus cum de peccatis agitur, de Maria volumus habere quaestionem » (PL 44, col. 267).

41 Les phylactères qu’ils tiennent comportent des passages des livres prophétiques annonçant la venue du Christ. A première lecture, ils attesteraient davantage de la conception du Christ que de celle de la Vierge. Mais les théologiens immaculistes procèdent de la même manière, c’est-à-dire qu’ils empruntent des écrits de docteurs ou des passages de la Bible parlant de la conception virginale du Christ, pour démontrer la conception immaculée de la Vierge.

42 Eugène de Robillard de Beaurepaire, Les Pays de palinod de Rouen et de Caen, Caen, H. Delesques, 1907.

43 Gérard Gros, Le Poète, la Vierge et le prince du Puy. Etude sur les Puys mariais de la France du Nord du XIVe siècle à la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1992, 2S0 p.

44 Voir la référence connue à Eudes Rigaud, qui consigne dans le journal de ses visites pastorales qu’il a présidé en tant qu’archevéque de Rouen la fête de la Conception de la Nation normande à l’église Saint-Séverin de Paris le s décembre 1266 (IC, p. 295-295).

45 Voir Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1486-1550), Paris, Champion, 2002, p. 226-227. Il tait référence à Pierre Fabri, dont il est question plus bas.

46 Eugène de Robillard de Beaurepaire, op. cit., p. 64.

47 Rouen, cathédrale, façade occidentale, tympan central, 1509-1512.

48 Voir Véronique Boucherat, L’Art en Champagne à la fin du Moyen Age : productions locales et modèles étrangers (v. 1385-V. 1535), Presses universitaires de Rennes, 2005 ; et D. Minois, Le Vitrail à Troyes : les chantiers et les hommes, 1480-1560, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

49 Pierre Fabri, Défensore de la Conception, Rouen, 1514. Voir, pour une présentation du texte, Denis Hüe, op. cit., p. 114-124. « Saint Jehan in Apoca XII : Signum magnum apparuit in celo, mulier amicta sole et luna sub pedibus ejus et in capite ejus corona duodecim stellarum. Item Ysaias XI : egredietur virga de radice Jesse. L’arbre de Adam estoit en sa racine par péché vicié, parquoy toute sa postérité gette branches qui sechent et meurent. Mais la divine providence de la racine de Jessé viciée en a tiré une verge non viciée, c’est Marie laquelle est venue de la racine des Juifz et a été verge droite sans quelque tortuosité de péché par la chaleur du soleil conduite et dressée. Item orietur Stella ex Jacob (Nb 27) : Marie est icy prise pour estoile, pour ce qu’elle a tousjours esté au ciel en la pensée divine et devant est dicte verge de Jessé pour ce que en terre elle a habité. Et elle est dite etoille pour ce qu’elle gette ses rayons de grace en ce monde et elle est dicte verge pour ce qu’elle a porté le fruyt des hommes. Ainsi Marie est etoille laquelle dés sa conception reluyt et enlumine. Elle est verge droite sans quelque tortuosité ne neu de péché. »

50 Là encore, on se référera à Denis Hüe, qui mentionne également d’autres poésies s’inspirant du thème, une de Guillaume Cretin pour une ballade pour le Puy de 1516 ou un rondeau de Nicole de Nerval (op. cit., p. 557-662).

51 Paris, BNF, ms. fr. 19369, second quart du XVIe siècle, f° 1 v°. Voir D. Hüe, op. cit., p. 209.

52 La phrase est en fait attribuée à saint Hildefonse ou à Paschase Radbert.

53 Il est question dans cette phrase de l’exception du péché de la Vierge lors de l’enfantement du Christ, non lors de sa conception et c’est la position d’Augustin dans le Natura et Gratia.

54 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées, les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, ENS, 1988, p. 129.

55 Voir le Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit. :12 verrières de l’arbre de Jessé pour des églises situées dans ce périmètre.

56 On permettra de renvoyer à notre article qui a beaucoup souffert d’une édition déplorable, « Le végétal et la parenté : les arbres de la famille du Christ » dans Le Monde végétal, médecine, botanique, symbolique, Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Florence, Sismel, 2009, p. 447-466.

57 L’une des plus belles œuvres représentant l’arbre de sainte Anne est sans conteste le panneau peint attribué à l’atelier de Gérard David, conservé au musée des beaux-arts de Lyon, 1490-1515. Voir Hans J. Van Migroet, Gérard David, Anvers, Fonds Mercator, 1989, n° 46, p. 512, ill. p. 101.

58 Jean Fournée, « Le thème iconographique de la Sainte Parenté dans les églises normandes », Cahiers Léopold Delisle, t. IV, fasc. 1, 1950 p. 31-40.

59 Houppeville, église Notre-Dame-de-l’Assomption, baie 2, vers 1544-1545.

60 Rouen, église Sainte-Jeanne d’Arc, baie 4 (ancienne baie 6 de Saint-Vincent), 1520-1550.

61 Laurence Riviale, Le Vitrail entre Renaissance et Réforme, Presses universitaires de Rennes, 2007.

62 Les carmes, avec les chartreux, ont été d’ardents promoteurs du culte de sainte Anne à la lin du Moyen Age. On renverra à Ton Brandenbarg, « Saint Anne and her family in connections with concepts of marriage and the family in the early modern period », dans Saints and she-devils, images of women in the 15th and 16th centuries, Lene Dresden-Coenders (dir.), Londres, Rubicon, 1987, p. 101-128. D’autres figures de la parenté du Christ, sous la forme d’un arbre, apparaissent à cette période et doivent être rapprochés des arbres de sainte Anne. Il s’agit de l’arbre d’Emérentie, mère de sainte Anne et l’arbre d’Ismérie ou Esmérie, sœur de sainte Anne. Voir le triptyque conservé à Paris, Musée de l’École de Médecine, attribué au maître de Sainte-Gudule, fin XVe siècle, qui montre sur son volet gauche un arbre d’Emérentie et sur le volet droit un arbre d’Esmérie (Marc Fumaroli et Marie-Véronique Clin, Le Corps mécène, chefs d’œuvre de la faculté de médecine, Paris, La Compagnie d’Hauteville, 2005, p. 62-79). Ces œuvres sont créées à la même période, dans une zone germano-flamande, et pour certaines, commandées par des carmes devenus champions de la conception immaculée de la Vierge et de sa mère, comme c’est le cas avec le panneau du triptyque de sainte Anne dont il a déjà été question (n. 5S), conservé à Francfort-sur-le-Main, Historisches Museum. La légende d’Emérentie a d’ailleurs été inventée par des carmes. On se référera à la synthèse de différentes sources de la lin du XVe siècle, compilées à la tin du XVIIe siècle par le carme Daniel de la Virgine, Spéculum Carmielitanum, Anvers, 1680,t.1, p. 229. Le panneau peint de Francfort-sur-le-Main représentant l’arbre d’Ismérie a été commandé par des carmes, pour leur monastère, siège d’une confrérie de sainte Anne, depuis 1479. LJn panneau peint représentant un arbre d’Emérentie, conservé au Museo Lazaro Galdiano de Madrid, début XVIe siècle, est aussi une commande des carmélites. Voir E. M. Vetter, « La tabla de los Carmelitas del Museo Lazaro Galdiano », dans Goya. Revista de Arte, no 47, 1962, p. 550-557. Sur les liens entre carmes et Immaculée Conception, voir 1C, p. 409-415.

63 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 180-187.

Table des illustrations

Légende Figure 32 - Arbre de Jessé, dans Bible historiale, Bruxelles, ms. 9002, Paris, 1400-1415, f° 223.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 33 - Arbre de Jessé, Évreux, cathédrale Notre-Dame, chapelle d’axe, baie 0, 1467-1469, registre inférieur et registre supérieur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Figure 34 - Arbre de Jessé, Rouen, abbatiale Saint-Ouen, rose sud, baie 216, 1467-1483.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Figure 35 - Arbre de Jessé, Rouen, église Saint-Maclou, collatéral nord, baie 113, 1470.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Figure 36 - Arbre de Jessé, Elbeuf, église Saint-Jean-Baptiste, bas-côté nord, baie 25, 1500, détail de la Vierge à l’Enfant.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Figure 37 - Arbre de Jessé, Elbeuf, église Saint-Étienne, mur nord, baie 9, 1523, registre inférieur avec Jessé et les prophètes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Figure 38 - Arbre de sainte Anne, Rouen, église Jeanne-d’Arc, baie 4, 1520-1530.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

Auteur

Archiviste-paléographe (2004), docteur en histoire médiévale (EHESS, 2007), a travaillé sur l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France et en Angleterre, du XIIe au XVIIe siècle. Elle s’intéresse tout particulièrement aux représentations mariales ainsi qu’à l’immaculée Conception de la Vierge à la fin du Moyen Age, sujet auquel elle a consacré avec Eléonore Fournié un colloque en 2009 (EHESS-INHA). Elle est aujourd’hui conservateur à la Bibliothèque nationale de France, où elle est responsable de la réserve du département des estampes et de la photographie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search