Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IIIe partie — Images médiévales et modernes

L’Immaculée Conception dans les vitraux normands

Laurence Riviale

Texte intégral

1Entre 1520 et 1560, plusieurs vitraux normands, parmi les plus brillants jamais réalisés, témoignent de l’attachement des Normands à l’Immaculée Conception, notamment à Rouen et à Conches-en-Ouche (Eure). Les thèmes iconographiques choisis pour célébrer l’exemption de la Vierge du péché originel sont ceux-là même que privilégient les confrères du Puy de Rouen : Rencontre à la Porte dorée et surtout Vierge aux symboles bibliques. Mais vers 1521, date de l’approbation et confirmation des statuts de la confrérie du Puy, apparaît un nouveau motif, propre à exalter Marie victorieuse du serpent (Gn III, 15) : le thème du Triomphe de la Vierge.

  • 1 Voir Guillaume Tasserie, Le Triomphe des Normands SUIVI de La dame à l’agneau, présenté par G. Thib (...)
  • 2 Théodore Süss, « La mère de Jésus-Christ dans la pensée de Luther », Positions luthériennes, 2e ann (...)
  • 3 James K. Farge, Orthodoxy and Reform in early Reformation France, The Faculty of Theology of Paris. (...)
  • 4 Théodore Süss, « La mère... », art. cité, p. 110. Il conserve : la Purification : Lc 11, 22-5S ; l’ (...)

2Si la « Fête aux Normands », comme on l’appelle alors, a dû être défendue par les poètes dévots du Puy de Rouen contre les dominicains, qui n’admettent pas cette doctrine1, ses adversaires sont relayés dès 1520 par Luther qui, malgré sa dévotion à la Vierge, exprimée avec ardeur dans le Magnificat (1521), se prononce contre l’Immaculée Conception telle qu’elle est comprise par les théologiens catholiques, qui se fondent sur Duns Scot2. Pour une déclaration la mettant en doute, il se voit condamner par la Sorbonne en 15213. L’année suivante, il précise sa position et s’inscrit en faux contre toute célébration dépourvue de fondement dans les Écritures4. À ce titre, la fête du S décembre ne lui semble pas justifiée.

Figure 24 - Acquigny (Eure), chapelle Saint-Mauxe-et-Saint-Vénérand, baie 0, Glorification de la Vierge, 4e quart du XIII et milieu du XV.

  • 5 C’est en 1520 que commence la censure des textes religieux en langue vulgaire par la faculté de thé (...)

3Les confrères du Puy de Rouen, passionnément attachés à leur dévotion, ne peuvent qu’être les premiers informés des remises en cause qui la concernent5. Plusieurs vitraux normands réalisés entre 1522 et 1555 environ doivent être mis en relation avec cette pieuse institution et sa mission de glorification et de défense de l’exemption de Marie du péché originel contre tous les détracteurs possibles.

  • 6 Eure, baie 0, milieu du XV. Les Vitraux de Haute-Normandie, Inventaire général des monuments et des (...)

4Les premiers schémas iconographiques choisis pour glorifier l’exemption de la Vierge du péché originel sont la Rencontre à la Porte dorée et la Vierge aux symboles bibliques. On peut en outre considérer le vitrail d’Acquigny (Eure, baie 0, XIIIe et XIVe siècles), avec sa structure répétitive d’unités figuratives illustrant chacune une invocation à Marie, comme un prototype de ce motif6 (fig. 24).

  • 7 Laurence Riviale, « Les verrières de l’église Saint-Vincent de Rouen remontées à Sainte-Jeanne d’Ar (...)
  • 8 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 172 et suiv.

5Le célèbre Triomphe de la Vierge de Saint-Vincent de Rouen aujourd’hui remonté à Sainte-Jeanne-d’Arc7, réalisé entre 1522 et 1524 par les peintres verriers de Beauvais Jean et Engrand Le Prince (fig. 25), peut être considéré comme une nouvelle forme, particulièrement éclatante, de glorification allégorique de l’Immaculée Conception. Dans une composition très subtile et ordonnée, suite de triomphes à l’antique reprenant la logique dialectique du poème de Pétrarque8, Marie, présentée au tympan comme conçue de toute éternité par Dieu et assimilée à la sagesse divine (fig. 26), y triomphe du serpent à l’origine de la chute de l’homme, illustrée au registre supérieur (fig. 27).

  • 9 Ibid., p. 187 et suiv.

6L’existence attestée à Saint-Nicolas-le-Painteur, église de Rouen supprimée après la Révolution, d’une copie plus ou moins fidèle de ce vitrail, réalisée dans les années 1540, en partie retrouvée par J. A. Knowles, Jean Lafond et Françoise Perrot à York et Chedgrave (Norfolk), prouve l’importance de cette œuvre et de son message9 pour les dévots normands.

  • 10 La Renaissance à Rouen, catalogue de l’exposition, Rouen, musée des beaux-arts, 28 novembre 1980-28 (...)
  • 11 Paris, Arsenal, ms. 64S0; Myra D. Orth, « Godefroy le Batave, illuminator to the French royal famil (...)

7L’invention de cette composition n’est sans doute pas, comme on l’a longtemps pensé, le fait des peintres verriers de Beauvais Jean et Engrand Le Prince10, mais plus vraisemblablement celui du peintre du roi François Ier Godefroy le Batave, dont le manuscrit des Triomphes de Pétrarque conservé à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris présente des illustrations fort proches de celles du vitrail rouennais, à la fois sur les plans stylistique et plastique11.

Figure 25 - Rouen (S.-M.), église Sainte-Jeanne-d’Arc, baie 3, vitrail provenant de l’ancienne église Saint-Vincent, Triomphe de la Vierge dit Vitrail des Chars, par Engrand et Jean Le Prince, 1522-1524.

  • 12 Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, catalogue de l’exposition du musée des beaux-arts de R (...)
  • 13 Elisabeth Chirol, « L’influence de Mantegna sur la Renaissance en Normandie », Relations artistique (...)

8La gravure du Triomphe de l’empereur Maximilien de Dürer était encore, il y a peu, considérée comme la source graphique de ces cortèges, eux-mêmes inspirés d’Andrea Mantegna12. Mais Godefroy semble avoir repris ce motif très tôt, peut-être même avant la gravure, par l’intermédiaire d’un dessin qui aurait circulé, à moins que l’entrée de Gênes ou le Triomphe de César de Gaillon prétendument d’après Mantegna ne lui ait servi d’inspiration13.

  • 14 « Chant royal en la personne de la demy deesse histoire veritable adressé par maniéré d’epistre a l (...)

9Les armes de Claude de France, qui figurent sur le vitrail, peuvent donner la clé de cette relation possible des donateurs, non identifiés mais sans doute confrères du Puy, avec le peintre du roi : la dévotion de la souveraine à l’Immaculée Conception est bien connue ; plusieurs textes la comparent à Esther, préfigure de la Vierge exemptée du péché originel14.

  • 15 Michel Hérold, « Virgo ex machina : le vitrail de la confrérie Notre-Dame-du-Jardin à la cathédrale (...)
  • 16 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 184 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 164 e (...)
  • 17 Les Vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, Paris, Édit (...)

10Après examen, il semble que les peintres verriers Jean, Engrand et Pierre Le Prince se soient fait eux-mêmes une spécialité des vitraux conceptionnistes, réalisés pour Rouen ou pour Beauvais : témoins le vitrail de la confrérie Notre-Dame du Jardin à la cathédrale de Rouen, consacré à la Vierge15 (1528), et celui de la Santa Casa de Lorette, au Marais-Vernier (baie 11, probablement de l’atelier des Le Prince16), qui fait écho à la verrière de Beauvais (église Saint-Étienne, baie 19, signée Pierre Le Prince, vers 1530) sur le même thème17.

Figure 26 - Id., détail du registre inférieur.

  • 18 Antoinette Lang-Verte, « Quelques triomphes figurés dans l’art normand, du XVe au XVIe siècle», Bul (...)
  • 19 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 184 et 189.

11Des bas-reliefs de bois sculpté réalisés pour le château de Tilly sur la commande de la famille Le Roux de Bourgtheroulde dans les années 1515-1520 suivent exactement le même modèle que le vitrail des chars18 : même si la composition en frise est convertie en composition en registres dans le vitrail, il s’agit bien du même dessin. La sculpture permet même de déceler une erreur dans le remontage des panneaux de Saint-Vincent à Sainte-Jeanne-d’Arc, la situation en seconde position, dans le triomphe du Malin du registre médian, de Credulitas, allégorie qui devrait se placer, comme la logique le commande, en tête du cortège, devant le couple d’Adam et Ève19.

Figure 27 - Id., détail du tympan.

  • 20 Viviane Huchard, Françoise Lernout, Noël Mahéo et Sylvie Couderc, Le Musée de Picardie, Amiens, Par (...)
  • 21 Isabelle Lettéron, L’Hôtel de Bourgtheroulde, Rouen, demeure des Le Roux, Rouen, Cahiers du patrimo (...)

12Ainsi, la brillante composition du vitrail n’est peut-être pas la première interprétation en date du modèle originel. À son auteur présumé, Godefroy le Batave, qui évolue dans l’entourage du roi François Ier et de la reine Claude de France, on attribue aussi avec raison certains Puys d’Amiens également consacrés à Marie : le groupe des donateurs dans le Vitrail des Chars est très proche de celui du Pré ministrant pasture salutaire, daté de 151920. Il est donc légitime de penser que le dessein du triomphe de la Vierge, interprété en bas-relief pour le château de Tilly, et en vitrail pour Saint-Vincent de Rouen, fut créé assez tôt par un peintre encouragé à broder sur les thèmes des triomphes et de l’exaltation de Marie, peut-être par les souverains eux-mêmes : ainsi – le sujet sera développé plus bas – on trouve dès 1525 un schéma de triomphe de la Vierge dans un livre d’heures composé par Geofroy Tory et paru chez Simon de Colines présentant les initiales et les devises de François Ier et de Claude de France, salamandres, doubles vols, et hermine ; à certains égards, le style de cette composition paraît dériver de celui de Godefroy. Bien que les panneaux conservés ne présentent aucun blason ni aucune inscription qui leur soit relative, l’implication des Le Roux de Bourgtheroulde dans la commande du Vitrail des Chars est probable, eu égard à l’existence du bas-relief et à la carrière de Guillaume III Le Roux, figure importante de la négociation du concordat de Bologne en 1516 et prince du Puy21.

13Le motif du triomphe de la Vierge reste à l’honneur jusque dans les années 1550 à Conches-en-Ouche, mais à cette date plusieurs modifications importantes lui sont apportées, qui indiquent que les temps ont changé. Parce qu’à Conches, les vitraux ne prennent tout leur sens qu’en relation avec leurs voisins, qui révèlent eux aussi un lien avec la confrérie du Puy de la Conception de Rouen, il faut étudier conjointement deux autres thèmes, celui de la Vierge aux symboles et celui de la Purification.

  • 22 Emile Mâle, L’Art religieux de la fin du Moyen Âge en France, Paris, Picard, 1931, p. 287.

14Selon l’expression d’Emile Mâle, les verrières de Conches-en-Ouche sont en elles-mêmes une véritable « réfutation du calvinism22 ». Cette brillante formule est vérifiée en effet, et par un programme iconographique à double entrée : au nord, exaltation de la Vierge ; au sud, exaltation de l’Eucharistie.

15La célébration de l’Eucharistie est évidente à Conches-en-Ouche : Cène, arc de triomphe, pressoir mystique, récolte de la manne, préfigure de la Cène dans l’Ancien Testament. La célébration de Marie est également remarquable, mais une observation plus attentive montre qu’il ne s’agit pas d’une simple exaltation de la Vierge, mais bel et bien de la glorification de l’Immaculée Conception.

  • 23 Baies 0 à 6,1540-1545, Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 130 ; sur Romain Buron, voir l’ (...)

16Vie de sainte Foy et vie du Christ, peintes par Romain Buron de Gisors vers 154023, se partagent les baies du chœur. Sainte Foy dans cet ensemble prend le sens d’un symbole, d’un credo, dans une démonstration générale qui pourrait être résumée ainsi : la sainte Foy catholique dans sa spécificité normande consiste en une foi en l’Eucharistie et une foi en l’Immaculée Conception de la Vierge.

  • 24 L’édition française date de 1541. L’ouvrage est revu en 1559 (latin) puis en 1560 (français) ; voir (...)
  • 25 Jean Calvin, Institution de la religion chrestienne, Jacques Pannier (éd.), Paris, 1937, 4 vol., t. (...)
  • 26 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 128.
  • 27 Mirella Levi d’Ancona, The Iconography of the Immaculate Conception in the Middle Âges and early Re (...)

17Les vitraux de Conches ont été réalisés une vingtaine d’années après ceux de Saint-Vincent, entre 1540 et 1555 environ. Les textes réformateurs d’actualité sont alors ceux de Jean Calvin, dont l’Institution de la religion chrestienne paraît en 1536 en latin et quelques années plus tard en français24. Calvin respecte Marie, mais s’y intéresse peu, et déplace la question de l’exemption du péché originel de Marie au Christ25. En 1545, le concile de Trente évite de se prononcer sur l’Immaculée Conception pour ne traiter que de la grâce et du péché originel26. C’est seulement en 1854 que ce point de doctrine devient un dogme27.

18Les vitraux de Conches, dans la vigueur de leur démonstration, le choix de leurs modèles et l’éclat de leur coloris, témoignent de la défense de cette dévotion entre 1540 et 1555 environ.

  • 28 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit.,p. 131 et fig. 79 ; Laurence Riviale, Le vitrail, op. cit. (...)

19Le lien entre la confrérie du Puy de la Conception de Rouen et les vitraux de Conches est attesté par le vitrail de la Vierge aux symboles bibliques attribué à Romain Buron, de Gisors, et donné vers 1540 par le lieutenant du bailli d’Évreux Antoine de Rassent et son épouse, née Le Sec-Vattetot (baie II28) [fig. 2, p. 26J. Cette image de la Vierge sur le croissant, dans un espace indéterminé, environnée de tous les symboles qui l’exaltent de façon métaphorique dans plusieurs textes des Écritures saintes, en particulier le Cantique des cantiques, prend place à Conches entre une Annonciation et un Triomphe à l’antique où Marie remporte la palme sur le serpent. Dans l’œuvre de Romain Buron, l’inscription proclamée par des anges et deux fois répétée « seule sans sy en sa conception » se présente en effet comme une référence, et son style est celui d’une « ligne palinodique » ou « palinodiale ». « Sans sy » », ou « sans égale », « sans pareille » est une hyperbole dans l’esprit des confrères du Puy : elle signifie que Marie n’a pas de rivale, qu’elle seule est exemptée du péché originel.

  • 29 Jean Lafond, « Romain Buron et les vitraux de Conches, l’énigme de l’inscription Aldegrevers », Ann (...)
  • 30 PAP, p. 10-21. Les Litanies, chant royal de Guillaume Tasserie, Rouen, BM, ms. Y 18, fos 8 v°-10, p (...)
  • 31 Lors des journées d’étude Vitrail et arts au temps des réformes : l’exemple normand dans le context (...)
  • 32 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 133-135.

20Jean Lafond a signalé jadis le rapport entre cette verrière et le refrain de Guillaume Tasserie « belle sans sy en sa conception29 », dans le chant royal qui remporta le prix au Puy de Rouen de 149030. Lors d’une récente communication, Denis Hüe a précisé l’origine de la formule du vitrail « Seule sans sy », variante du « belle sans sy », donnant argument supplémentaire pour nouer le lien entre les compositions des confrères du Puy et le vitrail de Conches, seul entre les figurations de la Vierge aux symboles bibliques à être assorti d’une telle citation31. En outre, même si elle n’a pas été créée par la confrérie du Puy, cette image de la Vierge est devenue son emblème32. Le vitrail de Conches est probablement le plus éclatant et le plus réussi de tous les vitraux sur le thème. Il témoigne d’une influence raphaélesque certaine dans l’attitude de la Vierge, qui n’est pas décelable dans les autres exemples.

  • 33 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 133.

21Le vitrail voisin (baie 15) porte la date de 1553 et le nom de ses donateurs : Pierre Du Coudray, vicomte de Conches, et sa femme Jeanne de Croixmare33 (fig. 28).

22Cette allégorie, une exaltation de la Vierge, se démarque de ses antécédents, Vitrail des Chars et bas-reliefs du château de Tilly, par son discours et sa composition : alors que les exemples de Saint-Vincent ou les bas-reliefs présentent une juxtaposition de causes et de conséquences – le cortège d’Adam et Ève au paradis est suivi du cortège du Malin après la chute, puis de celui de la Vierge qui apporte au monde la rédemption – la verrière de Conches quant à elle ne montre que le triomphe de Marie sur le démon. Son parcours symbolique, du palais virginal au temple d’honneur en passant par le palais de Jessé, roi duquel elle descend, est une formule originale. Ce vitrail est donc aussi une forme de renouvellement de l’iconographie de la généalogie de la Vierge, jusque-là illustrée par l’arbre de Jessé.

Figure 28 - Conches-en-Ouche, église Sainte-Foy, baie 15, Triomphe de la Vierge, 1553.

23Une différence importante avec le vitrail de Saint-Vincent est le thème choisi pour le tympan. Ce n’est plus la Genèse, mais la Vision de l’Apocalypse (chap, XII, la femme vêtue de soleil et son enfant, et saint Michel luttant contre le dragon), qui sert d’épigraphe à la victoire de Marie sur le démon. Placé là, ce motif fait figure de signe des temps.

24La verrière date de 1553 et à cette date, le roi Henri II poursuit son programme de lutte contre l’hérésie dans un contexte d’angoisse générale face à la fin du monde, angoisse qui va croissant depuis la montée du protestantisme : c’est ce que Denis Crouzet a appelé « l’angoisse eschatologique ».

Figure 29 - Jumièges (S.-M.), église Saint-Valentin, baie 2, Vitrail de la Révélation, détail du tympan, La Femme de l’Apocalypse, c. 1570.

  • 34 Les Figures de l’Apocalipse de saint Jan, apostre, & dernier evangeliste, exposées en latin et vers (...)

25Dans ce contexte, la signification ancienne de la Femme de l’Apocalypse, qui représente l’Église, et du dragon, figure de l’hérésie, revient au premier plan. Des pamphlets antiprotestants des années 1550 interprètent ainsi ce thème, et une verrière normande, à Jumièges (baie 2) [fig. 29J, reprend une gravure utilisée comme illustration de page de titre d’un opuscule sur l’Apocalypse qui circulait à partir de 1546 comme moyen de résistance catholique et message d’avertissement face à cette fin des temps attendue34. Mais l’origine de l’allégorie sacrée, d’un parcours de la Vierge de su virginité à son honneur, doit être recherchée et analysée.

Figure 30 - Horae in laudem Beatissimae Mariae Virginis, Paris, Geofroy Tory, 1531, pl. dépliante.

  • 35 Adolphe-André Porée, « Un vitrail de sainte Foy de Conches représentant le triomphe de la Vierge »,(...)
  • 36 Michel Hérold, « Une restauration exemplaire, les vitraux de Conches-en-Ouche », Le Vitrail comme u (...)

26En 1883, l’abbé Porée a rapproché le Triomphe de Conches d’une gravure parue dans un livre d’Heures de la Vierge imprimé à Paris pour Geofroy Tory en 153135 qui présente effectivement le même schéma iconographique (fig. 30). Dans le cartouche inférieur de l’encadrement de la verrière, quelques vers sont transcrits que l’on retrouve dans les quatrains qui commentent la gravure. Mais la salutation angélique, essentielle, manque pourtant dans le vitrail : sans elle, pas d’enfantement, pas d’Immaculée Conception, pas de rédemption. Pour une démonstration plus efficace et plus déférente, l’Annonciation est donc le sujet de la verrière voisine, qui s’y consacre tout entière. Même si le vitrail actuel fut réalisé vers 1870 par le peintre verrier Maréchal de Metz en remplacement de l’original, détruit par l’incendie de son atelier, un autre panneau, de provenance inconnue, conservé dans des collections américaines36, atteste qu’il s’agissait bien de ce thème et que l’artiste du XIX resta fidèle à la composition et au style de cette œuvre datée de 1552 (baie 13). Soulignons que dans le vitrail du Triomphe, la salutation angélique est remplacée par la Femme vêtue de soleil face au dragon.

  • 37 Heures à la louange de la Vierge Marie, par Geoffroy Tory, Paris, 1525. Voir les exemplaires suivan (...)
  • 38 Recherches effectuées dans le cadre d’un post-doctorat CNRS sur le projet : « Le vitrail, miroir de (...)

27Des recherches récentes sur le territoire champenois ont permis de s’assurer que la planche dépliante du Triomphe de la Vierge existait déjà dans l’édition de 1525 du livre d’Heures composé par Geofroy Tory37, et de découvrir qu’au moins une autre illustration de cet ouvrage avait servi de modèle de vitrail dans d’autres circonstances38. La Crucifixion très particulière qui y figure, associant le Christ en croix aux vers attribués à Virgile pour se défendre d’un plagiaire nommé Bathylle (« Sic vos non vohis... »), fut en effet reprise dans les années 1530 en l’église Notre-Dame d’Épernay (baie 26). Dans les deux cas, le vitrail de Conches et celui d’Épernay, le texte et l’allégorie sont scrupuleusement suivis ou condensés, montrant la portée de ce livre d’heures marqué au chiffre de Claude de France, souveraine décidément associée au culte de l’Immaculée Conception.

  • 39 Guy-Michel Leproux, Le Vitrail à Paris sous le règne de François 1er, Paris, PUPS, 2001, p. 116.
  • 40 Mvra D. Orth, « Geofroy Tory et l’enluminure », art. cité, p. 40-47.

28Le vitrail de Conches offre un condensé du poème qui accompagne la gravure, reprenant seulement deux vers de la première strophe et quatre de la dernière. Ce texte évoque les poésies du Puy de la Conception de Rouen, sans qu’il soit possible d’affirmer qu’il en soit issu ; il ne s’agit d’ailleurs pas d’un chant royal : le livre d’Heures fut imprimé à Paris, et la verrière, elle aussi, pourrait fort bien avoir été réalisée dans la capitale, comme la Purification voisine (baie 17), et comme l’atteste son style, comparable à celui des livres d’Heures commandés vers 1550 par le roi ou les catholiques zélés de son entourage : Heures Dinteville, Heures Montmorency, qui ont été illustrées par l’atelier d’un peintre très prolifique du XVIe siècle si du nom de Noël Bellemare39. Sur le plan stylistique, le vitrail de Conches doit être classé parmi les productions des successeurs de Noël Bellemare, qui, selon G.-M. Leproux, est le peintre à l’origine de ce que Myra D. Orth nomma jadis des « Heures 152040 ». Or Noël Bellemare prit justement la suite de Godefroy Le Batave, l’inventeur présumé du dessin du vitrail de Saint-Vincent.

29Le commanditaire de la verrière semble avoir saisi au vol la suggestion du poème, comprenant qu’un vitrail servirait au mieux le dessein symbolique exprimé dans l’œuvre gravée :

Et comme le Soleil par les verrieres entre,
Ainsi le filz de Dieu sen va dedans son ventre.

30La comparaison de la conception du Sauveur dans le sein de la Vierge avec l’effet du rayon de soleil sur le verre, qui le traverse sans le briser, mystère que la philosophie aristotélicienne n’explique pas, est l’un des lieux communs de la poésie et des images du XIIIe au XV ; l’intérêt de la verrière de Conches est de montrer que cette pensée persiste à une date aussi avancée du XVIe siècle.

  • 41 Jacques de Voragine, La Légende dorée, Paris, Flammarion (GF), 1967, t. I, p. 235 ; L.-M. Pétin, Di (...)
  • 42 Première Poésiepalinodique, op. cit., p. 37-50 ; Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1486-155 (...)

31S’il semble plus difficile à première vue de comprendre la raison de la présence des arts libéraux, musique, astronomie, géométrie, arithmétique, grammaire, rhétorique, et théologie dans le cortège qui mène la Vierge au Temple d’Honneur, l’explication, donnée dans la Légende dorée au chapitre de sainte Sophie41, relève elle aussi d’une tradition médiévale. Ainsi la Sagesse, Sophia, est-elle mère de la Foi ; en tant que partie de Dieu qui exista de tous temps, elle fut identifiée à Marie : les Proverbes (Pr IX, I), à l’origine de l’idée de la prédestination de Marie, enseignent que Sapience s’appuie sur les « sept colonnes » que sont les arts libéraux. C’est aussi l’idée qui sous-tend une pièce de théâtre du Puy de la Conception jouée à Rouen en 1544 sous la présidence de Jacques Le Lieur, La Morale de Sapience42. Dès lors, le programme iconographique de l’église de Conches-en-Ouche apparaît d’une singulière cohérence : le chœur, dédié à sainte Foy, fille de Sophia, s’appuie métaphoriquement et matériellement sur la nef, consacrée à la Vierge et au Saint sacrement.

32La citation de la Vierge aux symboles voisine, le schéma iconographique de la verrière, et son rapport avec la pièce indiquent donc une relation avec le Puy de la Conception ; pourtant la verrière n’est pas normande, mais parisienne, comme son modèle : Geofroy Tory est l’imprimeur du roi ; aussi bien, le vitrail des Chars de Saint-Vincent se fondait-il sur un modèle de Godefroy Le Batave.

33D’autres détails signalent encore le rayonnement de l’actualité rouennaise jusqu’à Conches : ainsi le char du cortège de la Religion tiré par des licornes, qui défila lors de l’entrée du roi Henri II dans cette ville en 1550 et proclama la devise donec totum impleat orhem, qui cachait une signification d’intention de lutte contre l’hérésie, se retrouve-t-il dans celui du vitrail, avec l’obélisque de l’arrière-plan.

  • 43 Michel Hérold, Église paroissiale Sainte-Foy, Conches-en-Ouche : les verrières, Rouen, Connaissance (...)

34Michel Hérold a montré que le vitrail de La Purification de la Vierge (baie 17, vers 1550) (fig. 31) reprenait en partie un carton utilisé à l’église Saint-Merry de Paris, carton que Guy-Michel Leproux attribue à Jean Chastellain43. La verrière de Conches, postérieure au décès de Jean Chastellain, devrait donc avoir été réalisée par son successeur, Laurent Marchant, possesseur du carton par rachat du fonds. Parler de cette verrière et du remploi de carton dont elle fut l’objet répond à la question du comment, mais poser la question du pourquoi est tout aussi urgent. Pourquoi a-t-on jugé bon d’utiliser ce fragment de carton pour toute une lancette, pour un sujet qui n’avait aucun besoin de cette figuration supplémentaire et qui aurait pu être composé sur trois lancettes ? La signification de la Purification de la Vierge, ou, selon la loi judaïque, le droit de la Vierge à entrer dans le temple après les quarante jours rituels et d’y présenter son fils, pourrait donner à entendre que la verrière est à la gloire du Fils, mais elle est bel et bien à la gloire de la mère, car le tympan illustre en parallèle sa propre présentation au Temple, le moment où ses pas la portent vers son père véritable et où sa vocation la pousse à abandonner ses parents selon le monde.

Figure 31 - Conches-en-Ouche, église Sainte-Foy, baie 17, Purification de la Vierge, attribuée à Laurent Marchant, vers 1555.

  • 44 Denis Hüe, « Marie à Rouen, ou la plénitude de la grâce », De la Grâce et des vertus, Paris, Montré (...)

35À Conches, cette Purification de la Vierge aurait pu être composée autrement, et surtout sans ces personnages dynamiques de la lancette de droite qui paraissent en pleine dispute théologique, comme dans la Dispute du Saint-Sacrement de Raphaël dont ils sont tirés. Leur véhémence surprend alors qu’ils semblent prendre à témoin les Écritures, comme pour disputer de l’Immaculée Conception. L’emploi de ce carton précis peut-il être purement fortuit dans ce climat de controverses, alors que le concile de Trente s’est réuni en 1545 en évitant la question de l’Immaculée Conception et que les confrères du Puy restent actifs et vigilants, alors même qu’en leur sein se déclarent des vocations divergentes, comme celle de Pierre Du Val, entre 1547 et 1552, parti pour l’Angleterre et devenu pasteur44 ?

36Les vitraux de Saint-Vincent de Rouen et de Conches-en-Ouche, qui comptent parmi les plus originaux, les plus réussis et les plus remarquables du XVI français, peuvent être considérés comme des manifestes conceptionnistes réalisés dans la mouvance du Puy de la Conception de Rouen ; ils attestent la fidélité des Normands à une dévotion menacée par l’émergence de formes nouvelles de religion chrétienne, luthéranisme et calvinisme, qui tendent à exclure intermédiaires et intercesseurs entre la créature et son Dieu et refusent les fêtes que les Ecritures ne justifient pas.

Notes

1 Voir Guillaume Tasserie, Le Triomphe des Normands SUIVI de La dame à l’agneau, présenté par G. Thibault, œuvres inédites publiées avec introduction par P. Le Verdier, Rouen, Léon Gy, « Société des bibliophiles normands », t. LXXII, 1908, p. XIV (BNF, ms. fr. 24315, fos 114 à 142 ; unique copie connue) ; voir aussi Jean-Claude Arnould et Thierry Mantovani (dir.), Première Poésie française de la Renaissance, autour des Puys poétiques normands, Paris, Champion, 2005, p. 116, n. 1 : « Ces invectives à l’égard des dominicains anticonceptionnistes font partie des lieux communs de la poésie rouennaise et l’attitude de défense se poursuivra jusque vers 1520, où le luthéranisme fournira une cible plus actuelle et plus dangereuse » ; Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (1517-1596). Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 128 et suiv.

2 Théodore Süss, « La mère de Jésus-Christ dans la pensée de Luther », Positions luthériennes, 2e année, n” 5, octobre 1954, p. 97-122.

3 James K. Farge, Orthodoxy and Reform in early Reformation France, The Faculty of Theology of Paris. 1500-1543. Leiden, Brill, 1985, p. 128 et 167.

4 Théodore Süss, « La mère... », art. cité, p. 110. Il conserve : la Purification : Lc 11, 22-5S ; l’Annonciation, 25 mars. Lc 1, 26-5S, et la Visitation, 2 juillet. Le 1, 59-56. Après 1523, les fêtes de l’Immaculée Conception, de la Naissance et de l’Assomption sont éliminées. Le dernier prêche de l’Assomption a lieu l’année 1523.

5 C’est en 1520 que commence la censure des textes religieux en langue vulgaire par la faculté de théologie de Paris, censure à laquelle les confrères du Puy se déclarent officiellement favorables, ce qui laisse présumer de leur appréciation des traductions de Luther à paraître ; voir James K. Farge, Orthodoxy, op. cit., 1985, p. 178-179 ; Première poésie.., op. cit., p. 5S-59 et tig. 5 p. 71. Voir BNF, ms. fr. 1537, f° 27 v° et f° 28 : le refrain palinodique du chant de Guillaume Cretin, Reigle infaillible en tous cas approuvée, daté de 1520, exprime l’accord des confrères sur ce point ; le couvent des Carmes est mentionné, et une miniature illustre la séance où le consistoire se réunit pour juger des écrits hérétiques.

6 Eure, baie 0, milieu du XV. Les Vitraux de Haute-Normandie, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, CNRS-Monum, Éditions du patrimoine, « Corpus vitrearum. France, recensement des vitraux anciens de la France, 6 », 2001, p. 95-96 et fig. 43 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 132-133.

7 Laurence Riviale, « Les verrières de l’église Saint-Vincent de Rouen remontées à Sainte-Jeanne d’Arc », Congrès archéologique de France, 161e session, 2003, Rouen et Pays de Caux, Paris, Société archéologique de France, 2006, p. 262-268.

8 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 172 et suiv.

9 Ibid., p. 187 et suiv.

10 La Renaissance à Rouen, catalogue de l’exposition, Rouen, musée des beaux-arts, 28 novembre 1980-28 février 1981, Rouen, musée des beaux-arts, 1980, p. 69 ; voir Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 183.

11 Paris, Arsenal, ms. 64S0; Myra D. Orth, « Godefroy le Batave, illuminator to the French royal family, 1516-1526 », dans Manuscripts in the fifty years after the invention of printing, Londres, The Warburg institute. University of London, 1983, p. 50-61; de la même, « The Triumphs of Petrarch illuminated by Godefroy le Batave (Arsenal, ms. 64S0) », Gazette des beaux-arts, vol. CVI, 4e période, 1984, p. 197-206 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 183.

12 Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, catalogue de l’exposition du musée des beaux-arts de Rouen, Rouen, ville de Rouen, 1995, p. 59.

13 Elisabeth Chirol, « L’influence de Mantegna sur la Renaissance en Normandie », Relations artistiques entre la France et les autres pays depuis le haut Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle, Actes du XIXe congrès international d’histoire de l’art, Paris, 8-13 septembre 1958, Paris, p. 240-247, voir p. 247 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 172 et suiv.

14 « Chant royal en la personne de la demy deesse histoire veritable adressé par maniéré d’epistre a la rovne très chrestienne madame Glaude de France, souveraine duchesse de Bretaigne Armorique », Nantes, BM, ms. 652 ; Première Poésie..., op. cit., p. 114-117 et n. 1 p. 117 ; Anne-Marie Lecoq, François 1er imaginaire, Paris, Macula, 1987, p. 579. Lors de l’entrée de la reine à Paris le 12 mai 1517, Claude de France fut également comparée à Esther par Pierre Gringore, chargé des spectacles de rue.

15 Michel Hérold, « Virgo ex machina : le vitrail de la confrérie Notre-Dame-du-Jardin à la cathédrale de Rouen par Engrand Le Prince », Revue du Louvre et des musées de France, no 3-2001, p. 41-51.

16 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 184 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 164 et 167.

17 Les Vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions du CNRS, « Corpus vitrearum. France, recensement des vitraux anciens de la France, 1 », 1978, p. 184 ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 164 et suiv.

18 Antoinette Lang-Verte, « Quelques triomphes figurés dans l’art normand, du XVe au XVIe siècle», Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1935-1938, p. 179-186, voir p. 181 ; La Renaissance à Rouen, op. cit., p. 69-72, ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 182-185.

19 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 184 et 189.

20 Viviane Huchard, Françoise Lernout, Noël Mahéo et Sylvie Couderc, Le Musée de Picardie, Amiens, Paris, RMN, 1995, p. 67 et suiv. ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 183.

21 Isabelle Lettéron, L’Hôtel de Bourgtheroulde, Rouen, demeure des Le Roux, Rouen, Cahiers du patrimoine, 44, 1996, p. 131 ; La Renaissance à Rouen, op. cit., p. 69 ; Approbation et confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’Immaculée Conception dite Académie des Palinods, instituée à Rouen, publié d’après l’édition gothique du XV, avec une notice historique et bibliographique par Edouard Frère, Rouen, Henri Boissel, 1864, p. a-7 (BNF : YE-1722,8-Z-33435 ou RES P-Z-358 (6) : Guillaume Le Roux est cité parmi les princes du Puy ; idem dans Alfonse de Breteville [ ?], Le Puy de la Conception de Nostre-Dame, fondé au couvent des Carmes à Roiien, son origine, son érection, statuts, et confirmation, [s. 1. n. d.], p. 20 (BNF : 8-LK7-8474), avec la donation au Puy d’une rente foncière de 50 livres par « M. de Tilly », ce nom étant inscrit en face de celui de « M. du Bourgtheroulde », ailleurs qualifié de chanoine (p. 17) ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 184

22 Emile Mâle, L’Art religieux de la fin du Moyen Âge en France, Paris, Picard, 1931, p. 287.

23 Baies 0 à 6,1540-1545, Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 130 ; sur Romain Buron, voir l’article fondateur de Jean Lafond, « Romain Buron et les vitraux de Conches, l’énigme de l’inscription Aldegrevers », Annuaire normand, no 2, 1940, p. 6-41.

24 L’édition française date de 1541. L’ouvrage est revu en 1559 (latin) puis en 1560 (français) ; voir Arlette Jouanna, La France du XVIe siècle, Paris, PUF, 1996, p. 305.

25 Jean Calvin, Institution de la religion chrestienne, Jacques Pannier (éd.), Paris, 1937, 4 vol., t. II, p. 98.

26 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 128.

27 Mirella Levi d’Ancona, The Iconography of the Immaculate Conception in the Middle Âges and early Renaissance, New-York, College Art Association of America, 1957, « Introduction ».

28 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit.,p. 131 et fig. 79 ; Laurence Riviale, Le vitrail, op. cit.,p. 134-135.

29 Jean Lafond, « Romain Buron et les vitraux de Conches, l’énigme de l’inscription Aldegrevers », Annuaire normand, 1940-1942, p. 6-41, 31-32 et n. 82.

30 PAP, p. 10-21. Les Litanies, chant royal de Guillaume Tasserie, Rouen, BM, ms. Y 18, fos 8 v°-10, palme, 1490, voir annexe.

31 Lors des journées d’étude Vitrail et arts au temps des réformes : l’exemple normand dans le contexte européen, 29 et 30 novembre 2007, Rouen, hôtel de région. Voir Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 134-135.

32 Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 133-135.

33 Les Vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 133.

34 Les Figures de l’Apocalipse de saint Jan, apostre, & dernier evangeliste, exposées en latin et vers françoys À Paris, Estienne Groulleau, 1552 (BNF : Res. A-12329), même contenu et mêmes vignettes que l’édition de Paris, E. Groulleau, 1547. Le colophon est daté : 1551. Privilège royal du 14 août 1546 à Jeanne de Marnef, femme d’Estienne Groulleau. Devise d’Estienne Groulleau au titre : « Nul ne s’y frote » ; Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 331-336.

35 Adolphe-André Porée, « Un vitrail de sainte Foy de Conches représentant le triomphe de la Vierge », Congrès archéologique 1883, Caen, 1884, p. 542-549, voir p. 547-549 ; Auguste Bernard, Geofroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal réformateur de l’orthographe et de la typographie sous François 1er, Paris, Edwin Tross, 1857, p. 165-167 ; l’exemplaire de cette édition consulté par ces érudits taisait partie de la collection de Rothschild ; Myra D. Orth n’en signale aujourd’hui qu’un seul en France, conservé à la bibliothèque municipale de Versailles (Rés. in-4° O 95 bVE 2), comportant le Triomphe de la Vierge ; Mvra D. Orth, « Geofroy Tory et l’enluminure. Deux livres de la collection Doheny », Revue de l’art, no 50, 1980, p. 40-47, voir p. 40. La gravure figure aussi dans l’édition de 1542 (BNF : RES B-21 505) ; voir Laurence Riviale, Le Vitrail, op. cit., p. 180 et suiv., et p. 196-204. Les C couronnés de Claude de France apparaissent dans les deux éditions. Cette gravure présente également des analogies stylistiques et iconologiques avec le Triomphe d’Apollon du Champ fleury (G. Tory, Paris, 1529, fos xxix v° et xxx r°, le privilège et la gravure de l’Hercule gaulois datent de 1526).

36 Michel Hérold, « Une restauration exemplaire, les vitraux de Conches-en-Ouche », Le Vitrail comme un tout. News Letter, no 48, hors série, mai 2001, p. 57-45.

37 Heures à la louange de la Vierge Marie, par Geoffroy Tory, Paris, 1525. Voir les exemplaires suivants : BNF, Estampes et photographie, RESERVE 4-RE-28 ; Paris, bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-Arts, Impr. Masson 101 et 604; Arsenal 4°, 29S4; édition de 1542, Olivier Mallard : Horae in tandem beatiss. Virginis mariae, ad usum romanum, officium triplex, Parhisiis, apud Oliverum Mallard 1542, BNF : B 21 505. Voir aussi Auguste Bernard, op. cit.,p. 120-125 ; Anatole Alès, Bibliothèque liturgique. Description des livres de liturgie imprimés aux XVe et XVIe, faisant partie de S. A. R. Mgr Charles Louis de Bourbon, Paris, impr. de A. Hennuyer, 1878-1884, p. 313-315, no 192 [réimpr. : New-York, Franklin, 1970] ; voir, plus récemment, Heribert Tenschert et Ina Nettekoven (dir.), Horae B. M. V., 158 Studenbuchdrucke der Sammlung Bibermühle, 1450-1550, Ramsen-Rotthalmünster, 2005, 5 vol., t. III, p. 1082-1118, ill. couleur p. [1114].

38 Recherches effectuées dans le cadre d’un post-doctorat CNRS sur le projet : « Le vitrail, miroir des conflits religieux du XVI en France ». Voir Laurence Riviale, « Réponse de Virgile à Bathylle dans le vitrail de la Crucifixion d’Epernay », La vie en Champagne, no spécial 55, Des sources à la lumière, juin 200S, p. 41-45.

39 Guy-Michel Leproux, Le Vitrail à Paris sous le règne de François 1er, Paris, PUPS, 2001, p. 116.

40 Mvra D. Orth, « Geofroy Tory et l’enluminure », art. cité, p. 40-47.

41 Jacques de Voragine, La Légende dorée, Paris, Flammarion (GF), 1967, t. I, p. 235 ; L.-M. Pétin, Dictionnaire hagiographique ou vies des saints et des bienheureux, Encyclopédie théologique Migne, Paris, 1850, t. XL-XLI, col. 1030 ; Louis Servières et Auguste Bouillet, Sainte Foy, vierge et martyre. Rodez, E. Carrère, 1900, p. 42 à 45 ; Louis Réau, Iconographie de l’Art chrétien, Paris, PUF, 1955-1959, 6 vol, t. III, p. 513.

42 Première Poésiepalinodique, op. cit., p. 37-50 ; Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1486-1550), Paris, Champion, 2002, p. 405-416.

43 Michel Hérold, Église paroissiale Sainte-Foy, Conches-en-Ouche : les verrières, Rouen, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, « Itinéraires du patrimoine, 79 », 1994, p. 16 et ill. 10 ; Guy-Michel Leproux, Françoise Gatouillat et Elisabeth Pillet, « L’église Saint-Merry de Paris : un monument daté par ses vitraux », Cahiers de la Rotonde, no 19, 1997, p. 47-114.

44 Denis Hüe, « Marie à Rouen, ou la plénitude de la grâce », De la Grâce et des vertus, Paris, Montréal (Québec), l’Harmattan, 1998, p. 215-242, p. 226-228 ; Denis Hüe, La Poésiepalinodique, op. cit., p. 416-417.

Table des illustrations

Légende Figure 24 - Acquigny (Eure), chapelle Saint-Mauxe-et-Saint-Vénérand, baie 0, Glorification de la Vierge, 4e quart du XIII et milieu du XV.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Figure 25 - Rouen (S.-M.), église Sainte-Jeanne-d’Arc, baie 3, vitrail provenant de l’ancienne église Saint-Vincent, Triomphe de la Vierge dit Vitrail des Chars, par Engrand et Jean Le Prince, 1522-1524.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 26 - Id., détail du registre inférieur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Figure 27 - Id., détail du tympan.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 28 - Conches-en-Ouche, église Sainte-Foy, baie 15, Triomphe de la Vierge, 1553.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 29 - Jumièges (S.-M.), église Saint-Valentin, baie 2, Vitrail de la Révélation, détail du tympan, La Femme de l’Apocalypse, c. 1570.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Figure 30 - Horae in laudem Beatissimae Mariae Virginis, Paris, Geofroy Tory, 1531, pl. dépliante.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 31 - Conches-en-Ouche, église Sainte-Foy, baie 17, Purification de la Vierge, attribuée à Laurent Marchant, vers 1555.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10932/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 843k

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand II), est docteur en histoire de l’art de l’université de Tours (Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2004). Membre du comité français du Corpus vitrearum, elle est membre du Centre d’histoire « Espaces et cultures » (EA 1001, université Blaise-Pascal) et correspondante au centre André-Chastel (UMR 8150, INHA). Elle a obtenu le prix Nicole du Comité français d’histoire de l’art en 2005 pour sa thèse : Le vitrail dans les anciens diocèses de Rouen et d’Évreux : formes et réformes (1517-1596), ainsi que le prix Courtonne-Lenepveu de l’académie des sciences, arts et belles-lettres de Rouen en 2008 pour son ouvrage : Le Vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (1517-1596), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search