Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Note de la traductrice

Gillian Pink

Texte intégral

1Le directeur de la collection remercie Joëlle Robert pour sa dernière relecture.

2La traduction de cet ouvrage (paru à l’origine en anglais sous le titre de Flaubert and an English Governess : the Quest for Juliet Herbert, chez Clarendon Press à Oxford en 1980) semble s’imposer, au vu de trois considérations. D’abord, le livre traite principalement d’un sujet français, sujet dans lequel l’écriture et la langue jouent un rôle essentiel. Les flaubertiens français pourront, grâce à la traduction, prendre connaissance d’un ouvrage, restitué en quelque sorte dans sa langue d’origine, puisque j’ai pu reprendre, dans tous les passages fondés sur des documents de l’époque, les termes exacts de Flaubert, de Du Camp, de Louise Colet et des frères Goncourt, pour ne citer que quelques noms. Le travail de traduction a été doublé par un travail de recherche, recherche qui m’a permis – et voilà le deuxième avantage de cette version française – d’apporter quelques corrections au texte, essentiellement bibliographiques. Enfin, le temps écoulé, plus de vingt-cinq ans, entre la parution du livre et sa traduction nous a permis d’ajouter deux articles écrits par l’auteur sur le même sujet. On trouvera ces suppléments entre la bibliographie et l’index, post-posé pour prendre en compte les textes ajoutés. Par ailleurs, nous avons pu enrichir l’édition française de deux illustrations : la reproduction de l’écriture de Juliet évoquée longuement au chapitre vi (p. 146-150) et la dédicace de La Tentation de saint Antoine. Ces documents supplémentaires et le déplacement de l’index enrichi mis à part, l’organisation de la version anglaise a été respectée. Avant d’évoquer certaines questions touchant la traduction du livre d’Hermia Oliver, je m’arrêterai brièvement sur ce travail de documentation, qui, même s’il est extérieur à l’activité de traduction proprement dite, en a néanmoins formé une partie intégrante.

À la recherche des citations disparues

3J’ai rapidement compris, en commençant ma traduction, que quelques recherches s’imposaient, étant donné le nombre considé rable de citations présentes dans Flaubert and an English Governess. Ces citations étant toutes traduites en anglais dans le texte, il n’aurait pas été pertinent de les retraduire en français. Je me suis donc mise à chercher, au fur et à mesure, non seulement les passages de Flaubert cités par Hermia Oliver pour les restituer littéralement, mais aussi les livres qu’il lui arrive de paraphraser, en pensant que la consultation de ces textes m’aiderait à trouver le mot juste.

4Qui lira mon travail verra que ce que je considérais d’abord comme une aide potentielle à la traduction, en restituant les termes originels qui convenaient, est devenu une véritable chasse aux erreurs. En effet, ma recherche s’est fréquemment avérée frustrante dans la mesure où un grand nombre des références données en note dans le texte anglais comportent des erreurs, le plus souvent dans la numérotation des pages. Bien que le fait de chercher certaines références erronées m’ait parfois donné le sentiment de perdre beaucoup de temps, ce travail a été utile, en fin de compte, dans la mesure où j’ai pu fournir au lecteur francophone un texte plus complet en corrigeant certaines erreurs qui figurent dans les notes de bas de page. Quand il s’agit d’une erreur de pagination, j’ai corrigé sans signaler la modification, n’intervenant en note que là où un commentaire sur le contenu était nécessaire.

Traduire la prose universitaire

5Avant d’entreprendre ce projet, je n’avais étudié la traduction que d’un point de vue plus ou moins théorique. Cet exercice m’a aidée à comprendre « de l’intérieur » certaines difficultés qui peuvent se présenter. Je me suis heurtée, par exemple, à un nombre non négligeable de phrases ambiguës et à d’autres encore, longues et si compliquées que le sens devenait difficile à cerner. Au départ, j’ai tenté de rester fidèle à la longueur des phrases et de rendre en français les idées d’Hermia Oliver telles qu’elles sont présentées en anglais, mais les commentaires et les corrections qui m’ont été faits m’ont permis de comprendre que lorsqu’il s’agit d’une étude universitaire, une stricte fidélité au style n’est pas toujours nécessaire.

6Deux termes clés ont présenté certaines difficultés de traduction. Je pense notamment à « governess » et « skeleton diary », rendus dans la version finale par « gouvernante » et « notes de voyage ». La raison principale de mon hésitation vis-à-vis de « governess » est que Flaubert, sa nièce Caroline et Bouilhet emploient tous trois le mot « institutrice ». Il m’a semblé, cependant, que de nos jours en tout cas, « institutrice » n’a pas la même connotation que « gouvernante », et le sens de « gouvernante » correspond mieux au double devoir d’enseigner et de s’occuper des enfants que remplissaient d’ordinaire ces femme en Angleterre à l’époque, même s’il est possible que chez les Flaubert, Juliet n’ait été chargée que de l’instruction de Caroline. J’ai donc tranché en faveur de ce dernier terme, en ajoutant des notes de bas de page là où des explications supplémentaires s’imposaient. La deuxième expression, « skeleton diary », a subi plusieurs métamorphoses. Hermia Oliver emploie cette formule pour évoquer l’esquisse de journal intime que Flaubert griffonne dans un de ses carnets de voyage, détaillant son séjour à Londres en 1865. « Journal squelettique » ne produisant pas, à mon avis, le même effet en français qu’en anglais, je me suis décidée pour « notes de voyage ».

7Enfin, tout travail de traduction comporte une part d’expli citation culturelle. Si la plus grande partie du livre d’Oliver concerne des Français qui habitent un monde bien français, l’Angleterre du XIXe siècle y figure aussi, notamment aux chapitres iii et iv, où il est question des conditions de vie des gouvernantes en Angleterre, de l’industrie du bâtiment dans la région londonienne et de l’histoire reconstituée de la famille Herbert. J’ai parfois jugé que certaines références culturelles – personnages, titres de noblesse, écoles, unités monétaires obsolètes et températures données en degrés Fahrenheit – exigeaient des notes ou, dans le cas des températures, des conversions faites directement dans le texte. Dans le cas des institutions anglaises citées par l’auteur, je donne le plus souvent le nom original entre parenthèses dans le texte même, afin de réduire le volume des notes.

8En feuilletant les pages qui suivent, le lecteur ne tardera pas à remarquer que, dans ces notes, justement, la traductrice est très présente. Il est vrai que j’ai souvent senti le besoin de corriger, d’expliciter, de préciser. Dans le cadre d’un ouvrage universitaire, dont les notes du texte anglais remplissent déjà à elles seules plusieurs pages, ces interventions ne constituent pas, je crois, une gêne pour la lecture ; au contraire, dans la plupart des cas, il me semble qu’elles apportent un enrichissement. Cependant, il est bon de rappeler que le rôle du traducteur est très secondaire. S’il est facile de critiquer les manquements dans le travail d’autrui, c’est que l’énorme labeur qui a mené à sa réalisation se trouve caché sous la surface polie et abordable du texte. Sachant quel temps il m’a fallu pour retrouver peut-être les deux-tiers des citations dont les références étaient – plus ou moins – déjà fournies, et à reformuler dans une autre langue un texte qui était déjà organisé et rédigé, je suis dans la position de reconnaître et de saluer le très grand travail de Hermia Oliver et d’espérer que la version française de son étude lui rendra justice.

Remerciements

9Le travail qui devait aboutir à la traduction de la Recherche de Juliet Herbert a débuté par une tentative de retrouver Hermia Oliver afin d’obtenir les droits de traduction. Cette entreprise, beaucoup plus longue et ardue que prévu, doit son heureux dénouement à la persévérance de Catriona Seth, qui a fait preuve tout le long de mon travail d’une patience infinie et qui m’a prodigué force suggestions et recommandations. C’est à elle également que nous devons la traduction de la préface de Julian Barnes, laquelle vient couronner cette édition d’une manière que je n’imaginais pas au moment d’entreprendre le projet.

10Tous les admirateurs du Perroquet de Flaubert se réjouiront que le premier romancier à avoir présenté Juliet Herbert au grand public contribue ainsi à faire connaître sa source au public français.

11Je remercie également Yvan Leclerc de ses efforts pour assurer la réussite de ce projet, de ses nombreuses relectures et de ses déplacements à Canteleu pour photographier la dédicace de Juliet Herbert.

12J’aimerais remercier les lecteurs qui ont effectué une correction préliminaire de mon texte : Laëtitia Chantry, Emmanuelle Charpigny, Oriane de Fenoyl, Bernard Jeannot, Hélène Lagrange, Édouard Langille, Perrine Manoury, Lenaïg Quemener et Anne Thorez.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search