Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IIe partie — Dévotion, fête et poésie

La « Fête aux normands » et le Puy de Palinods de Rouen : la fête dans la ville

Denis Hüe

Texte intégral

Une dévotion normande et rouennaise

1La dévotion à l’immaculée Conception est, on le sait, une spécificité normande : c’est autour de cette ferveur importée de la Grande-Bretagne que le duché de Normandie construit une partie de son identité, et cela de façon durable ; ce qui semble être au départ une revendication identitaire de l’Angleterre conquise devient, par l’habileté de Guillaume et de ses descendants, un des éléments qui contribuent à réunir, de part et d’autre de la Manche, un même peuple dans une même dévotion.

  • 1 Eadmer, Tractatus de Conceptione Beatae Mariae Virginis, PL 159, col. 301, Sermo de Conceptione Be (...)
  • 2 Denis Hüe, « Guillaume le Conquérant et la Vierge », dans Huguette Legros (dir.), Guillaume le Con (...)
  • 3 Eadmer, Sermo de Conceptione Beatae Mariae, PL, t. CLIX, col. 321.
  • 4 Roman de Rou de Wace, A. J. Holden (éd.), Paris, A. et J. Picard (SATF), 3 vol., publiés entre 1970 (...)

2Deux récits de miracles, présents dès le secrétaire d’Anselme de Canterbury, Eadmer, fondent cette double dimension1. Le premier rapporte comment l’abbé de Ramsay, Helsin, a reçu d’un émissaire divin, pendant une tempête, la mission de célébrer la Conception de Marie ; c’est ici la dimension anglaise de la dévotion, celle qui justifie l’instauration du culte – ou qui, plus exactement, permet de voir à la suite de quelles négociations le culte interdit par Lanfranc est à nouveau autorisé2. Le second raconte comment un moine, noyé alors qu’il revenait en barque d’un rendez-vous galant, avait été ressuscité parce qu’il chantait la Vierge au moment de tomber dans l’eau ; il avait reçu mission de vivre vertueusement, et de célébrer la Conception de Marie. Le miracle, qui se déroule au départ In pelago Gallico3 finira par avoir lieu à Rouen, pas même sur la Seine, mais sur le Robec, petit affluent du fleuve qui localise absolument le récit : il est bien question de transformer cette dévotion en quelque chose de précisément rouennais ; cette tentation se retrouvera chez Wace dans un miracle très proche qui met en scène, comme arbitre, le comte Richard de Normandie, chargé de statuer sur l’âme d’un moine fornicateur de l’abbaye de Saint-Ouen4.

3On sait combien la dévotion se diffusera tout au long des XIIIe et XIVe siècles. Il est important de prendre en compte le fait que l’ancrage rouennais de cette ferveur laisse, dès le XIIe siècle, des marques lisibles, chez Eadmer comme chez Wace : Rouen est un des berceaux légendaires de cette dévotion à la Conception de Marie, qui l’ancre en terre normande exactement autant que le miracle d’Helsin l’ancrait dans un monde insulaire.

4À Rouen, il semble que cette ferveur ait donné naissance, très tôt, à une confrérie de la Conception, qui revendiquera d’être la plus ancienne de ce nom, puisqu’elle aurait été fondée autour de 1070. Cela impliquerait, de la part de Guillaume et des Rouennais, une réactivité à la fois politique et dévote qui semble étonnante ; quoi qu’il en soit, il est bien probable que cette confrérie a pu exister dès le début du XIIe siècle, à un moment où l’institution comme la dévotion étaient encore rares ; c’est ce qui expliquerait la fierté répétée d’être la plus ancienne, « la premiere de toutes les autres fraries de ce nom » comme le rappelle Pierre Fabri ; Taillepied mentionne, en termes un peu plus vagues, mais toujours autour de 1070 :

  • 5 Noël Taillepied, Recueil des Antiquitez et singularitéz de la ville de Rouen, avec un progrez des (...)

De ce temps mesme [Taillepied vient de rappeler l’épiscopat de Jean évêque de Rouen, et le concile tenu à Rouen en 1074], pour la sainte apparition qui se fit à un Abbé, homme digne de foy, qui s’estoit mis és perils de la mer durant la tempeste, fut ordonné & commandé de solenniser la feste de la Conception de Nostre Dame, & spécialement à Rouen dés lors on en fit grande solennité : car dés le temps mesme fut fondée une confrairie et société des plus notables personnages de la ville, qui jusques a present eslisent par chacun an un d’entr’eux pour estre le prince de la confrairie5.

5Une telle formulation cependant, chez Fabri, mais aussi chez Taillepied et plus tard chez Farin, semble trop généralement reçue pour être vraiment discutable : j’imagine pour ma part ces confréries trop jalouses de leurs prérogatives et trop fières de leur ancienneté pour tolérer qu’une institution tardive usurpe un tel titre. D’autre part, la composition de la confrérie, aristocratique et de grande bourgeoisie, peut bien être antérieure à la création de confréries plus populaires. C’est ce que Farin souligne aussi, mentionnant l’origine de la confrérie :

  • 6 François Farin, Histoire de Rouen, Rouen, chez Bonaventure Le Brun, 1739, t. III, p. 56-57

Ce fut du tems de l’Archevêque Jean de Bayeux, en l’an 1072, qu’elle fut instituée à Rouen par les plus notables habitants de la ville qui s’obligèrent à porter toute leur vie un respect particulier à la Sainte Vierge et en dressèrent même quelques statuts et ordonnances. Et l’an 1486, maistre Pierre Daré [...] proposa des prix aux poëtes qui auroient le mieux rencontré sur le sujet de la Conception de la Saincte Vierge6.

  • 7 Dylan Reid, « Patrons of Poetry: Rouen’s Confraternity of the Immaculate Conception of our Lady », (...)

6Il semble donc exclu que la Confrérie soit instaurée en même temps que son Puy, comme le propose Dylan Reid7.

Le Puy

  • 8 Le mot vient du latin podium, l’éminence, la place élevée, naturelle ou non, mot que nous retrouvo (...)

7Ce qui nous retiendra ici cependant, c’est bien que cette confrérie, qui aurait pu comme de nombreuses autres se fixer des ambitions plus modestes (charité, organisation des funérailles...) décide à la fin du XVe siècle d’organiser un concours annuel à la louange de l’immaculée Conception de Marie, concours qui prendra le nom spécifique de Puy de la conception ou des Palinods de Rouen. Puy renvoyant ici à l’estrade, le lieu surélevé sur lequel se situent le prince et les membres du jury8.

  • 9 Le préfixe grec palin signifiant non seulement la rétractation, le propos en sens inverse (qu’on r (...)

8D’autres cités ont organisé de telles manifestations, qui semblent avoir leurs premières attestations à Arras, où l’on connaît la Confrérie du Puy à laquelle avait participé Adam de La Halle ; on connaît aussi le Puy d’Amiens, qui commence dès 1389 et se consacre pour l’essentiel à la Purification de Marie, le Puy de Dieppe qui célèbre l’Assomption, ayant été libéré des Anglais en 1443. La plupart de ces Puys privilégient la forme poétique du chant royal, sorte de grande ballade, à cinq onzains de décasyllabes suivis d’un envoi. Dieppe n’imposera pas de refrain à la strophe, Amiens imposera un refrain défini par le prince du Puy, qui bride d’une certaine façon l’imagination du poète, chargé d’illustrer le propos du prince. Rouen obligera au refrain, mais après quelques essais, en laissera la liberté au poète. Seul le Puy de Rouen recevra le nom supplémentaire de Puy de Palinods, ce dernier terme renvoyant à la présence, à la fin de chaque strophe, d’un refrain, identique tout au long du poème9.

L’expansion du Puy de Palinods et de la confrérie

9La chance de Rouen est de s’être attaché à une dévotion dont le sens théologique dépasse largement l’hyperdulie habituelle : ce qui ressort de la théologie conceptionniste, c’est que Marie a été exemptée du péché originel par son oblation pleine et entière, organique, qui contribue, dans l’économie du Salut, à faire d’elle le réceptacle absolument pur qui permet l’Incarnation. Dans la perspective de l’Humanisme naissant, la part que prend l’humanité à son propre Salut donne à cette dévotion une dimension originale, et permet de comprendre l’importance qu’aura le Puy dans la vie rouennaise.

10Quoi qu’il en soit, plusieurs choses concourent à faire du Puy de Rouen une des manifestations majeures de son temps. D’une part, l’ancienneté de la dévotion à Rouen, qui faisait des habitants de la ville et de la plupart des Normands participant au Puy des partisans enthousiastes d’une ferveur qui avait une fonction identitaire forte. D’autre part, le fait que la bourgeoisie rouennaise, qui est à l’origine de la manifestation poétique, aura à la fois les moyens de financer la manifestation et l’entregent nécessaire pour donner aux compétitions du Puy un impact national. Enfin les enjeux théologiques et humains qu’implique une ferveur conceptionniste trouvent idéalement à s’exprimer dans un univers où l’humanisme prend son essor, pas seulement en tant que redécouverte des textes antiques, mais bien davantage comme prise de confiance dans les capacités humaines.

11La première chose qui caractérisera le Puy, c’est bien l’effort qui a été mené pour que la compétition soit la marque de la bourgeoisie locale, indépendante de la cathédrale, et menant par elle-même sa politique de diffusion et d’accession à la notoriété.

  • 10 Eustache de La Quérière, Notice historique et descriptive sur l’ancienne église paroissiale de Sai (...)
  • 11 L’actuelle place des Carmes à Rouen laisse deviner la place de l’église et du cloître. Les bâtimen (...)

12Le Puy se tient en effet, à partir de 1486, dans l’église Saint-Jean sur Renelle, un peu à l’ouest de la ville. Nous sommes presque loin de la cathédrale, et plus près du palais de justice en cours de construction, à proximité de la place du Marché : c’est la partie commerçante de la ville qui est concernée, plus que celle qui affirme son pouvoir sur le monde religieux, entre la cathédrale, Saint-Ouen et Saint-Maclou ; l’église comporte un autel consacré à la Conception de Marie, surmonté de vitraux sans doute offerts par la Confrérie. Divers notables s’y feront inhumer, dont Louis Daré, prince du Puy en 150010. Cette église a disparu, et l’on ne sait rien de plus sur l’empreinte qu’elle avait pu recevoir de la confrérie. De 1486 à 1510, cependant, beaucoup de chemin est parcouru ; même si la compétition ne peut avoir lieu pendant quelques années, à cause des épidémies qui déciment la ville, elle acquiert progressivement une notoriété telle qu’elle est obligée de se déplacer en 1514 vers le couvent des Carmes, beaucoup plus grand ; ce couvent, construit à partir du XIIIe siècle en bordure des remparts, était devenu au cours du XVe siècle une des églises importantes de la ville, entre autres parce que le duc de Bedford en était proche et l’avait richement dotée. Les Carmes, outre une église relativement spacieuse11, avaient aussi une salle capitulaire de grandes dimensions, puisque l’on voit que le parlement s’y réunit quand ses locaux ne sont pas accessibles.

  • 12 Voir Denis Hüe, « Marie à Rouen, ou la plénitude de la Grâce », dans De la grâce et des vertus, Ma (...)
  • 13 C’est ce qu’on trouve dans les nombreux chants royaux proposés en 1516 dans lesquels le nom de Rec (...)

13Le déplacement de la compétition a le double avantage d’ouvrir la cérémonie à un plus large public, et de se garantir, sur place, une expertise théologique supérieure à celle d’un simple curé de paroisse ; en effet, les prieurs des Carmes feront en effet partie des juges nés de la Confrérie, autorisés par leur statut à siéger parmi le jury. On connaît par exemple la figure de Matthieu de Landa, qui au milieu du siècle censurera un chant royal proposé par le Puy des Pauvres12. De plus, l’église accueillait une dévotion à Notre-Dame-de-Recouvrance, instaurée à la suite de la reconquête de la Normandie sur les Anglais : l’instauration d’une dévotion conceptionniste dans ces murs permettait aux frères Carmes de dépasser les clivages et de susciter une sorte de réunion autour d’une même ferveur13.

  • 14 Approbation et confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’immac (...)

14La confrérie prend alors une ampleur nouvelle, comme si le succès qui l’avait suivie depuis ses débuts trouvait enfin sa mesure : deux éléments matérialisent cette dimension ; le premier est l’obtention de bulles pontificales accordées par Léon X en avril 1520, qui donnent à la Confrérie un statut particulier, lui assurant une grande autonomie14 ; de nombreux privilèges lui sont donnés, qui pour l’essentiel reviennent à affirmer son indépendance par rapport à la cathédrale : c’est du pape que la confrérie reçoit sa légitimité, et les membres de la confrérie, par exemple, ont le droit de :

  • choisir son confesseur, et d’être absous par lui des cas réservés au pape et au siège apostolique, à l’exception de ceux qui touchent directement l’église ;
  • transformer les vœux prononcés en œuvres de miséricorde, « excepté les veuz de Hierusalem, de Romme, Saint Jacques en Compostelle, chasteté et de religion » ;
  • posséder un autel portatif, et la liberté de célébrer ou de faire célébrer la messe, à la restriction de ne le faire dans une terre interdite ou devant des excommuniés, ni à Pâques ;
  • se faire inhumer dans une église, même en temps d’interdiction, sans toutefois aucune pompe funèbre ;
  • manger de la chair en Carême « sans scrupule de conscience, pourveu toutefois que le cas le requiere et que ce soit le conseil de son confesseur et de son médecin corporel » ;
  • gagner, ou en priant chez soi les jours dits pour les personnes malades, ou en se rendant dans diverses églises de Rouen, les mêmes indulgences et pardons qu’en suivant les « stacions de la cité de Romme ».

15On voit que l’ambition est de constituer une sorte d’oligarchie urbaine qui, déjà libre et indépendante autant que possible de la tutelle civile, s’affranchit autant qu’elle le peut de l’autorité épiscopale. À ce titre, on comprend mieux l’intérêt du Puy qui, s’il a une fonction évidemment religieuse, contribue à exalter la figure du prince, le mécène, et à travers lui l’ensemble de la bourgeoisie urbaine.

  • 15 Ainsi nommé du nom de son imprimeur Palinods, chants royaulx, ballades, rondeaulx et epigrammes à (...)

16En tant que telle, l’ambition des notables rouennais est comblée ; il reste cependant à s’affirmer au niveau du royaume, ce que fera la publication du Recueil Vidoue15, recueil de poésies palinodiques composé aux frais de la confrérie et imprimé à Paris ; il s’agit alors de toucher un public d’ampleur nationale. Le recueil propose une anthologie nourrie de textes, incluant les plus anciens, composés par des poètes rouennais, mais aussi ceux qui ont été primés dans les dix dernières années ; on peut ainsi voir que Guillaume Cretin, André de La Vigne ou les Marot ont participé au Puy ; s’ils n’ont pas tous encore alors une grande notoriété, ils sont en revanche loin d’être rouennais, et l’on voit comment c’est une sorte de vitrine nationale que constitue le Recueil Vidoue. Quelques années plus tard, on verra encore Jacques Le Lieur, un des plus actifs des poètes rouennais, solliciter Jean Bouchet et Jean Perréal pour qu’ils participent au Puy, et grâce à eux le chant royal deviendra une forme assez commune pour que Catherine d’Amboise ou Hugues Salel en composent, sans doute sous l’influence de Marot pour ce dernier.

  • 16 Livre II, chap. IV.

17Certes, peu d’exemplaires du Recueil Vidoue nous sont conservés, cinq ou six, à la Bibliothèque nationale, à Rouen et dans quelques autres collections ; mais le volume a eu sans doute assez d’impact pour donner au Puy de Rouen une notoriété telle qu’en 1549 Du Bellay, dans sa Deffence et Illustration, dénonce les « chantz royaulx, chansons, et autres telles episseries, qui corrumpent le goust de nostre langue16 ». Le travail des poètes et des bourgeois rouennais a été efficace, au point que le Puy sera considéré comme une sorte de bastion de l’ancienne poésie ; mais la virulence de l’attaque prouve s’il en était besoin l’importance de l’institution. Enfin, lorsque Pierre Grognet présente la ville, il est révélateur que la mention du Puy de Rouen intervienne juste après l’évocation du Parlement de Rouen, comme en prolongement des jeux qu’organise la cité – Rouen aura en effet une importante activité théâtrale ; le divertissement a des motivations plus importantes, il fait partie des activités identitaires de la ville :

  • 17 Pierre Grognet, Le Second Volume des mot : dore : du grand et saige Cathon, lesquel : sont en lati (...)

Il y a aussi vrayement

Ung très notable Parlement,

Auquel on faict bonne justice,

56

Et domine bonne police.

En la dicte ville famee

Sus aultres maintes et renommee,

Y sont monstrez plusieurs esbas

60

Jeux honnestes et haulx et bas,

Confraries, et aultres gestes

Qui sont licites et honnestes.

fo LXI

Mesmement y est celebree

64

La conception très sacrée

De la doulce Vierge Marie,

Et l’on voit belle chanterie.

On y présente les rondeaulx,

68

Beaulx palinotz et chans royaulx,

Et s’appelle celle journée

La feste du Puy honnoree17

La confrérie comme étape du cursus honorum

  • 18 Guilaume de Senvnguehen, chant royal : « Vrays zélateurs du concept de marie / Qui desirez pour pr (...)
  • 19 Picart, dans un chant royal ayant pour refrain « Le pur grenier du sel de sapience », Pierre Le Li (...)

18On le devine, l’importance du Puy de Rouen, à l’intérieur de la cité comme à l’extérieur, fait qu’il n’est pas indifférent d’appartenir à la confrérie. Par la dimension rituelle que rappellent aussi bien l’Approbation et confirmation que les textes plus tardifs, on devine que la cérémonie du Puy avait son importance ; les membres de la confrérie, dès le matin du concours – le premier dimanche qui suit la fête de la Conception, soit entre le 8 et le 14 décembre – sont chargés d’assister à un office solennel, pour lesquels sont recrutés organiste et chanteurs, parfois trompettes. C’est en procession qu’ils vont ensuite aux Carmes, après avoir réglé les affaires internes et écouté une allocution. Une illustration du manuscrit BNF fr. 19184 nous conserve une séance du Puy, et montre l’organisation générale de la scène ; ce qui ressort du dessin, dont on ne sait la stricte valeur documentaire, c’est bien la prééminence du prince, assis au centre de l’estrade sur un siège surmonté d’un dais, avec de part et d’autres les juges du Puy et le secrétaire ; l’auditoire, les poètes sont en contrebas, chargés d’alimenter la gloire du prince et des membres de la confrérie – il n’est pas indifférent que les poètes, s’ils ont composé plusieurs œuvres, puissent n’en présenter qu’une à la compétition, et « offrir » les autres au prince du Puy ; les manuscrits nous conservent cette division, qui montre que de 1’encomium à l’hyperdulie, il n’y avait pas de rupture. Même, des pièces mariales semblent jouer avec les attributs ou le nom du prince, pour glisser un éloge au milieu de la dévotion. Ainsi, Marie sera colline de Sion lorsque Pierre de Monfaut sera prince : « A ce mont faut huy venir prendre place18 », et les exemples en sont nombreux. Plus simplement, les pièces familières, composées à l’issue du Puy, à l’occasion du banquet, pourront faire allusion à tel ou tel trait distinctif du Prince ; ainsi, lorsque Nicole de La Vieille est prince du Puy, en 1522, les poètes font allusion à son statut de lieutenant du Grenier à sel19. Mais, symétriquement, les princes ont à cœur de faire montre de leur richesse et de leur mécénat ; ainsi, on sait qu’en 1497 dom Simon de Blarru, commandeur de Saint-Antoine à Rouen, offrit à Nicolle Ravenier, lauréat vainqueur, en plus de la palme « ungne potence d’argent », c’est-à-dire la croix potencée de Saint Antoine, et une clochette d’argent en plus du chapeau de laurier à Richard Bonneannée (la clochette est aussi un attribut de saint Antoine). De même, Guillaume Tasserie offre en 1499 à chacun des lauréats, Pierre Avril et Richard Bonneannée, une tasse d’argent, manifestement en écho de son nom.

19C’est que la relation de mécénat implique des devoirs de part et d’autre : les poètes, dont la mission première est d’honorer la Vierge, n’honorent le prince que par contrecoup, et il appartient à celui-ci de mériter l’éloge qui lui sera décerné.

  • 20 Voir Denis Hüe, « Rouen, décembre 1511, quelques notes sur le lexique d’après-boire », Le Moyen Fr (...)
  • 21 Denis Hüe, « Politique et polémique dans deux moralités du Puy de Rouen » dans M. Bouhaïk-Gironès, (...)

20Les poètes qui s’y présentent reçoivent des prix conséquents, qui ne permettent certes pas de vivre, mais qui soulignent la valeur que l’on souhaite attacher au Puy. Si le chant Royal est évidemment la forme reine–elle hérite ses cinq strophes du serventois pratiqué en pays d’Oc et dans le nord de la France, mais choisit une régularité formelle qui s’enrichira de l’imposition d’un refrain ; c’est une forme complexe, qui doit développer sur 60 vers environ un système strophique et métaphorique rigoureux – d’autres formes existent, destinées à des poètes moins aguerris ; ainsi, la ballade et le rondeau sont présents au concours, et permettent presque à chacun de concourir. C’est ce qui explique le nombre des œuvres mises au concours : le 14 décembre 1511 – et ce n’est pas l’année la plus fournie – le jury aura entendu une quarantaine de chants royaux, plus d’une douzaine de ballades et plus de trente rondeaux ; on devine que la séance devait être longue, et durer de quatre à cinq heures. Elle se concluait, selon les périodes, par une risaie (pièce à rire) de la nature de celles que David Ferrand nous a conservées, et par un banquet suivi ou d’un concours plus libre – le Puy d’amour tel qu’il s’est pratiqué en 151120 – ou d’une représentation théâtrale21.

21Les poètes participaient régulièrement au banquet, mais pas ceux qui le lendemain, le lundi, participaient au concours d’épigrammes latines :

  • 22 Oxford, Bodleian Library, ms. Douce 579, fo 1 vo.

Et aussi a ordonné le prince deux prix aux deux poethes qui plus ellegamment auront composé en langue latine chacun une epigramme, de telle qualité ou gerre de metre qu’ils verront bien estre en l’honneur et gloire d’icelle conception. Et sans exceder le nombre de.xxx. metres pour les epygrammes heroique et elegiaque et le nombre de dix clauses ou bastons pour le metre saphyque22.

22Il semble que ces concours étaient pour l’essentiel destinés aux jeunes poètes de la ville, aux écoliers qui travaillaient leurs humanités et montraient ainsi leur compétence ; ces noms, qui ne sont presque jamais attestés alors parmi les poètes du Puy, apparaissent quelques années plus tard au nombre des lauréats et sont ceux de notables ; on voit bien que la participation au concours d’épigrammes latines était comme une première étape de l’apprentissage. Les quelques exceptions à cette règle sont généralement des pédagogues, faisant leur notoriété justement par un prix de latin qui avait pour la population rouennaise une valeur manifeste ; c’est le cas par exemple de Guillaume Thibault, dont on sait qu’il était précepteur des enfants de chœur de la cathédrale, et dont l’abondante production, en poésie française comme en poésie latine, se complète par une pièce manifestement destinée à être jouée par des jeunes.

23Ce qui compte surtout ici, c’est de voir combien la participation au Puy de Rouen est une sorte d’étape nécessaire dans l’apprentissage de la vie sociale et culturelle rouennaise : les jeunes montrent ce qu’ils savent en latin, se font voir et reconnaître, mais apprennent à connaître leurs aînés, et s’insèrent tout naturellement dans cette communauté oligarchique qui constitue le cercle du pouvoir à Rouen ; de plus, leur notoriété, si elle est moindre en latin qu’en français, leur donne également une visibilité auprès du petit peuple ; les jeunes qui composent en latin présenteront, quelques années plus tard, des rondeaux et des ballades, avant de montrer leur savoir-faire dans les chants royaux. De jeunes écoliers, ils deviennent insensiblement poètes, membres effectifs de ce milieu qui compose l’aristocratie urbaine – tous ces notables ont des terres, et les titres attachés à leurs seigneuries. De là, on les verra bientôt membres de la confrérie, ce qu’ils sont en même temps qu’ils accèdent aux premières responsabilités importantes dans l’administration de la ville ou dans les fonctions du parlement.

24Enfin, les plus notables d’entre eux deviennent princes du Puy pour une année, et manifestent par cette action évergétique – être prince coûte cher – leur réussite sociale. Mais ils s’inscrivent par cela dans une lignée prestigieuse où se trouvent des abbés et un évêque, un cardinal archevêque (Georges II d’Amboise), des présidents du parlement de Rouen (Pierre Monfault, Simon Groulart ou Guillaume de Chalonges), toutes sortes de gens d’importance. C’est ainsi que Jacques Le Lieur, qui a été un poète et mécène essentiel à la vie rouennaise de la Renaissance (on lui doit entre autres le célèbre Livre des fontaines et le financement d’un des vitraux de Saint-Romain dans la cathédrale), non seulement participe activement à la compétition du Puy, mais aussi s’efforce de diffuser cette poésie, tantôt en faisant composer de riches manuscrits enluminés (par exemple le manuscrit BNF fr. 379), tantôt en sollicitant des poètes. Il sera prince à la fin de sa vie, en 1544.

  • 23 Il s’agit probablement de la tille de l’amiral Louis Malet de Graville (un lieu-dit dans la ville (...)

25On voit en revanche que, si Jacques Le Lieur tient toujours à préciser dans les manuscrits qu’il commandite le nom du poète dont il reprend une œuvre, ce n’est pas systématiquement le cas ; ainsi le manuscrit BNF fr. 25535, composé pour Nicole de Coquainvilliers, évêque inpartibus de Veriense et prince du Puy en 1525, dédie les œuvres composées à l’occasion de son principat à Anne de Graville Lavallet23, sans donner aucun nom d’auteur : l’aristocratie se soucie peu du renom poétique, et prend ces festivités comme une occasion de faire montre de son prestige.

26C’est le moment même de la cérémonie qui aura aux yeux du public le plus d’importance, puisque très vite semble-t-il le Puy est non seulement l’occasion d’accomplir une certaine série d’activités rituelles et solennelles, mais aussi celui où la dérision a sa place, l’humour et la moquerie ; on a conservé de nombreuses pièces présentées au prince ; si la plupart sont comme un prolongement de la compétition, il n’est pas rare d’en voir qui auront des fonctions bien différentes, ou adopteront un ton inhabituel, ainsi de cette ballade offerte au prince par G. Roger en 1522 :

Ensuit ballade de grant prix
Composée par granspersonnages
Qui ont oblié leslangages
Que leur mere leur a appris

  • 24 Rouen, BM, ms. MM 19, fol. 100 vo, vers 1-8.

Mon compagnon, dicte, voulé vous pa
Ung peu a peu prendre devocion
D’aller briller chacun ses deux cens pa
Pour voir le Puy de la Conception ?
– Oy a ma foy, j’y ai affection,
En allon don, donons nous la pareille !
Fay vu a Dieu, c’est bonne invention
Creigez d’un quey, c’est choze non pareille24.

Une représentation de la population

27On sait que jusque vers le milieu du siècle, le public était assidu aux activités du Puy ; c’est un lieu toujours fréquenté, Gilles de Gouberville écrit dans son journal qu’étant à Rouen au mois de décembre, il va assister à la cérémonie ; même si l’élan de la Réforme perturbe les élites de la ville dès avant le milieu du siècle, il semble qu’une certaine unanimité se fasse, non seulement dans les milieux intellectuels (Jacques Le Lieur, un des plus fervents animateurs du Puy, est soupçonné d’avoir des sympathies réformées, et ses enfants davantage encore – il est vrai que sa cousine germaine a épousé Guillaume Budé ; Pierre Du Val, poète rouennais éminemment conceptionniste, achèvera ses jours comme pasteur réformé à Leyde), mais aussi dans les milieux populaires ; on peut penser que la progression de la Réforme y est moins rapide, et que la belle dévotion qu’affiche « le Commun Peuple de Normandie », personnage de Tasserie dans son Triomphe aux Normands a pu s’émousser, mais qu’elle n’a pas immédiatement disparu.

  • 25 Cité dans Jacques Sireulde, Le Trésor Immortel, C. de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen Sociét (...)

28Néanmoins, cette reconnaissance de la Confrérie, qui touchera un de ses sommets en 1544 lorsque Jacques Le Lieur tiendra le Puy, en présence de nombreux candidats, connaîtra une rapide décadence autour des années 1550 : en effet, en 1551, M. Quesnel, conseiller au parlement, annonçait à la cour « qu’incontinent que aux postes on avait affiché les balades de la Conception, on les foulait aux pieds et gastoit de fange, et en avoit esté commis pour en informer25 ». On sait que la vie politique rouennaise sera très bousculée dans les années qui suivront.

29Mais, dès que le Puy de Rouen pourra reprendre ses activités dans une ville un peu apaisée, à la fin du siècle, David Ferrand pourra constater la popularité d’une festivité qui semble presque aussi suivie qu’un siècle auparavant :

  • 26 Son œuvre, La Mme normande, a été publiée par fascicules entre 1625 et 1660 Au rythme d’une plaque (...)

Il y avoit tant de marmaille
Qui clabaudest dessus le Puy
Et qui ne fezest rien qui vaille,
Mais y plaisest bien a autruy :
Su quemun ne veut que rire
Qui le z’entendest y-la luÿre
De Rouen maints sujets divers,
Leu donnest bien tost l’advantage
Et sans juger ryme ny vers
Ne demandest qu’aintieul ouvrage26.

  • 27 9e partie de la Muse normande, t. II, p. 61.

May aussitost, je happis ma casaque
de burel gris qui estait sur un ais,
Que j’achetis pour la fête de Paque,
Mis au men cos un de mes biaux collets,
Qui me deschend quasi jusque o garets.
Et pis j’allis, en maquant ma galette,
Dedens les Querme, ainchin qu’un autre poüette,
Ou chent caleux romanchaint coume fos27.

30En dehors de ces risaies, il est certain que dans le projet poétique qui caractérise l’entreprise du Puy, les petits métiers et l’artisanat ont une place privilégiée.

Chanter la Vierge, chanter les hommes, chanter la ville

31Chanter la Vierge est une louable entreprise, mais qui pose un grand nombre de difficultés ; d’une part, le terrain théologique est délimité, et il est difficile, même dans la perspective d’une hyperdulie militante, d’écrire au fil de la plume ; d’autre part, l’éloge peut certes se résumer à l’alignement de figures métaphoriques enthousiastes, mais il est d’une certaine façon clos et délimité. Comment juger, préférer, classer des poésies qui expliqueraient à la suite des Litanies de Lorette que la Vierge est « scala coeli, janua coeli, pulchra ut luna, electa ut sol » ?

32L’originalité et la force des poètes rouennais est–peut-être justement parce que l’on se trouve à un moment où émerge l’humanisme – de considérer que Marie n’est pas qu’une figure digne de louanges, mais qu’elle est partie prenante dans l’histoire du Salut : par son oblation, elle prépare en quelque sorte l’arrivée du Christ ; par sa pleine humanité, elle permet l’Incarnation.

33Dès lors, le récit peut prendre la place de la métaphore, l’allégorie peut se développer : rhétorique éminemment médiévale, mais objet radicalement renaissant. Marie sera donc le réceptacle parfait qui accueillera le Christ ; l’humanité, après avoir échoué par sa faute, va être doublement rachetée, par Marie parfaitement inscrite dans le projet divin, par le Christ qui vient se sacrifier.

34Tout récit qui raconte comment un objet façonné a été disqualifié, comment un nouvel objet vient le remplacer, pourra ainsi être une allégorie de l’histoire du Salut.

  • 28 Voir Denis Hüe, « Bestiaire et culte marial, entre tradition patristique et vocation encyclopédiqu (...)
  • 29 Voir Denis Hüe, « Esther, la Vierge et le Puv », Première Poésie de la Renaissance, autour des Puy (...)

35Toutes les merveilles de la nature sont convoquées, arc en ciel, voie lactée, aimant, baume ou cornaline28 ; mais au-delà, tous les métiers des hommes, toutes leurs activités ; il y a ainsi une grande attention aux travaux des champs (bergers, laboureurs et vignerons) qui renvoient, on le devine, à une riche symbolique religieuse. Mais davantage tous les métiers de la mer seront évoqués, pêcheurs ou marins de haute mer, avec non seulement le travail du pêcheur, mais aussi celui du marchand, de l’explorateur, et tout le savoir qu’implique la lecture de la carte ou l’utilisation de l’astrolabe, celui surtout du négociant, qui saura aller dans les terres lointaines pour rapporter aux pauvres humains du « bois de brésil de charité ardente » ou d’autres merveilles inaccessibles29.

36Dans cette liste, il est évident que ce seront principalement les métiers de la ville qui seront ainsi convoqués, et les objets artisanaux que les citadins achètent, dont ils voient la fabrication dans les ateliers ouverts sur la rue, avec une curiosité pour le geste technique qui est bien proche de celle qu’a Gargantua au cours de son éducation :

  • 30 Gargantua, chap. XXI.

ou alloient veoir les lapidaires, orfeuvres & tailleurs de pierreries, ou les Alchimistes & monnoyeurs, ou les hautelissiers, les tissotiers, les velotiers, les horologiers, miralliers, imprimeurs, organistes, tincturiers, & aultres telles sortes d’ouvriers, & par tous donnans le vin, aprenoient, & consideroient l’industrie & invention des mestiers30.

  • 31 Je renvoie pour ces exemples à l’ensemble de ma PAP.

37Marie sera le miroir sans tache, le manuscrit parfait, le livre imprimé sans faute... C’est ainsi l’ensemble de la création qui est convoqué pour chanter les louanges de la Vierge ; elle sera le « pourpre excellent pour vestir le grand roi », et on verra au travers de plusieurs chants royaux l’ensemble des métiers du tissu, drapiers, teinturiers, chasubliers, tisserands, qui concourront à exploiter la figure de Marie vêtement parfait, tunique sans couture, qui recouvrira le Christ31.

  • 32 « Ung charpentier bien proposant ung œuvre/a composé une tour excellente » (« La forte tour contre (...)
  • 33 Voir Denis Hüe, « Une ville et son Puy : Rouen au début du XVIe siècle », La Ville, Cahiers de la (...)

38Davantage, on verra à l’occasion des lieux de la vie quotidienne rouennaise figurer comme des éléments allégoriques de la toute puissance mariale ; Robert Becquet, l’architecte de la flèche de la cathédrale, fait un chant royal sur « La forte tour contre vents éprouvée32 » qui est à l’image de celle qu’il construit à ce moment précisément. Le pont au dessus de la Seine, qui est une des fiertés de la ville – il s’agit du pont construit par l’impératrice Mathilde au début du XIIe siècle – sera lui aussi l’objet d’un chant royal33. Au XVIIe siècle, Titelouze organiste de la cathédrale de Rouen composera un chant royal sur l’orgue qui renvoie précisément à son instrument. Au XVIIe siècle encore, plusieurs concours sont organisés pour épiloguer sur la figure de Jeanne d’Arc, figure rouennaise s’il en est.

39La ville est donc éminemment présente dans la poésie palinodique, et il n’est jusqu’au jeu de paume qui n’y figure ; j’aimerais en donner ici quelques exemples, destinés à montrer la diversité de cette prise en charge, qui revient à intégrer non pas seulement une cité idéale, mais l’ensemble des structures et des citoyens dans un même projet marial.

Marie et le juriste

40Le premier exemple sera d’ordre juridique ; ce qui caractérise Rouen aux yeux de toute la Province, et même de la nation, c’est la présence de son Parlement, un des plus anciens, puisque s’il est fondé en tant que tel par François Ier, il est l’héritier de l’échiquier fondé par Rollon au IXe siècle. L’importance du droit est grande dans la culture normande – ne parle-t-on pas, dans un chant royal sur les drapiers, du bonheur qu’il y a à être en « ville de loi » i Le parlement est mentionné avec éloges, dans le texte de Pierre Grognet cité plus haut, et il est proche, aussi bien topographiquement que culturellement du couvent des Carmes.

  • 34 Guillaume Thybault, CR : « Quant Belial procureur infernal / Au tribunal de la cour eternelle » (« (...)

41Parler de la Vierge en termes juridiques sera d’autant plus évident qu’il s’agit non seulement de s’inscrire dans une représentation urbaine, mais bien souvent de renvoyer au métier même que pratiquent les poètes du Puy, qui sont souvent des officiers royaux ou des avocats au parlement. Plusieurs chants royaux présentent la même fiction d’un tribunal de paradis, où un procureur infernal, Bélial, va intenter un procès contre Marie ; c’est l’objet du chant royal de Guillaume Thibault, que l’on retrouvera dans de nombreux manuscrits34. On devine la nature du récit, et on sait que sur la fin, le diable sera débouté ; mais il est important, surtout, de voir intervenir chez tous les poètes qui ont joué avec cette fable une attention particulière à la forme juridique, au détail des procédures : ainsi, Bélial s’attaque à Marie en disant qu’elle est concernée par l’arrest final, et le Christ « fonde pour Marie », c’est-à-dire se comporte comme son défenseur. Le procès a lieu « au jour termé », expression qui est non seulement juridique, mais spécifiquement normande, comme semblent le montrer les attestations relevées dans les dictionnaires. Les dernières strophes montrent le poète – qui est pourtant un simple précepteur des enfants de chœur de la Cathédrale, et pas un juriste de profession – en train de conclure le procès pour Marie :

L’enqueste mise en ordre special
Soubz seau royal, joinct le verbal libelle,
Jesus qui sçait le stille imperial
Et curial au greffe pour la Belle
Clost le procès contre l’acteur rebelle.

  • 35 Tiers Livre, chap. xlii.

42On voit combien les termes techniques sont utilisés, comment malgré le système des rimes batelées, le renvoi aux étapes même du procès est précis, et permet de clore l’enquête en constituant les fameux sacs, qui sont une des obligations des procès au cours de l’ancien Régime, puisque le mot réapparaît jusque chez Racine ; il renvoie au fait que toutes les pièces relatives au procès étaient conservées dans ces grands sacs, qui à leur façon dénotent la perfection d’une cause bien instruite, comme le dit Rabelais : « Je temporize attendant la maturité du procès et sa perfection en tous membres : ce sont escriptures et sacs35. » Mais il n’est pas ici question de dauber sur les excès du système juridique ; bien au contraire, de montrer comment le droit est le support de la religion – ou peut-être la foi le support du droit ; quoi qu’il en soit, la cause entendue, Jésus range les pièces du procès en quatre sacs : « l’un où grace infinie / Les chartes mist de sa foy diffinie, / L’autre d’honneur que nommer premier doy, / Le tiers de foy, en ses faictz redoubtee, / Et le quart d’aide, auquel comme je voy, / De la grand loy Marie est exemptee. »

43C’est que le sac est la partie la plus voyante du procès, et qu’on le voit figurer de nouveau, en 1525, dans un chant royal anonyme que nous a conservé le prince du Puy de cette année là, Nicolas de Coquainvilliers. La fiction est légèrement différente : il ne s’agit plus d’organiser un procès permettant de faire éclater le privilège marial, mais de protéger un justiciable, Espoir Humain, des malversations possibles d’un plaideur enragé, « Bellial, de faulx procès acteur ». C’est Vérité elle-même qui va constituer les pièces de sa défense, et qui l’assure qu’il aura :

  • 36 BNF, mss fr. 19184, fo 152 ; fr. 25535, fo 29. Le texte est proposé en appendice.

De son salut et plaine jouissance
D’immortel bien, mais qu’au hault Parlement
Et court celeste il produit les mains joinctez
Pour en sa cause avoir bon jugement
Le sac remply des escriptures sainctes36.

44On le devine, le sac devient ici une figure mariale, puisqu’il est le contenant qui va assurer le Salut du genre humain. Le Christ n’est jamais nommé directement, mais on découvrira, « en ce sac », de quoi assurer la protection de chacun.

tout captif malfaicteur
Trouve en ce sac lettre de délivrance
Et orphenins escript de recouvrance
De bien perdu...

45Cette figure du salvateur sera confortée par l’image du sac clos, qui sera une nouvelle formulation du privilège marial : Marie est sac clos comme elle est fons signatus ou hortus conclusus. Protégée dans sa virginité, protégée dans sa conception de toute atteinte du mal. Ainsi, le sac – qui était probablement un sac de toile bise dans la réalité du Palais – devient blanc et connote la pureté mariale. C’est de lui que les poètes vont tirer les éléments qui permettent l’apologie de la Vierge : sac plein des écritures saintes, mais aussi sac qui fait de ces « athlètes du Puy » comme on les nomme parfois, des juristes autant que des versificateurs. On comprend mieux pourquoi la page de titre du Recueil Vidoue souligne que les œuvres présentées ont été composées par « scientifiques personnaiges »...

Marie, la Vierge et la taverne

46Le dernier aspect que je voudrais explorer, après avoir donné un rapide exemple de la dimension savante de cette poésie composée par des notables pour des notables, c’est le versant populaire, composé parfois par les mêmes ; l’image de l’artisan est certes développée de façon surabondante, et le potier, le verrier, mais aussi le chasublier, le tisserand, le teinturier, le forgeron ou l’orfèvre auront leur place. C’est parfois autour de l’actualité que s’inscrivent certains chants royaux : des textes renvoient à la Boise, la poutre scellée sur le flanc de l’église Saint-Nicaise où les tisserands se retrouvaient pour régler leurs conflits ; d’autres renvoient aux famines ou aux victoires du roi de France, aux trafiquants de blés ou aux orviétans vendeurs de mithridate. On a conservé quelques textes jouant des divers niveaux de langue, patoisants ou discutant des mérites respectifs des poètes... mais plus encore, on renvoie au détail de la vie quotidienne : l’homme est sauvé quand après avoir été logé à mauvaise enseigne, il se trouve hébergé « En l’ymage de Notre Dame ». S’il va à la taverne et boit de l’alcool excessivement, il reste concerné par l’économie du Salut.

  • 37 J’ai déjà édité et commenté ce texte dans « Une ville et son Puy : Rouen au début du XVIe siècle » (...)

47Pierre Crignon est un des plus remarquables poètes et navigateurs de son temps, parti explorer les Indes orientales avec Jean Parmentier et qui ira jusqu’aux Moluques en 1528 ; il a composé un chant royal sur le tavernier37, ou plutôt sur le Seigneur du Logis à l’enseigne de l’estelle : on voit que l’hôtellerie qu’il dirige a pignon sur rue, car l’appellatif Seigneur le montre comme un des notables, un patron honorable, qui tient à la fois hôtel (logis) et débit de vin (basse taverne), sans doute dans deux lieux différents, démarche qui se trouve encore dans beaucoup de lieux prestigieux.

48Cela ne l’empêchera pas cependant d’avoir un employé qui, la tête tournée par une servante, « mouille la dent », s’enivre au point d’ouvrir les tonneaux, de les gaspiller et les éventer. Vil Péché, un mauvais serviteur, a percé les tonneaux et laissé se perdre tout le vin ; au bout de quelques jours, les fûts sont altérés, non seulement le peu de vin qui y reste, mais le tonneau lui-même, qui a pris une odeur qu’il ne pourra perdre.

49Seul un tonneau a échappé au saccage, plein d’un vin parfait, le « bon vin de grace », « Soef, délicat, plus cler que une topace », Dans son infinie bonté, le Seigneur du Logis l’offre au domestique repentant : ce tonneau aura la capacité de ruisseler, de se multiplier – écho des Noces de Cana – et de permettre de remplir et de restaurer les tonneaux précédents.

50Voici comment, de façon inattendue, le domestique enivré d’un tavernier exemplaire permet de représenter l’humanité, perdant tout et retrouvant tout par la générosité de son maître.

51On pourrait, certes, rire et se moquer d’une histoire de la chute et de la Rédemption qui se passe dans le cellier d’une taverne. Elle n’a pas, aux yeux d’un public moderne, la hauteur et le caractère sublime que l’on attendrait d’une si noble matière. En même temps, il me semble que cette version, qui existe parallèlement à toutes les autres fables racontant la chute et la rédemption, a la particularité d’accepter l’homme dans ses plus humaines faiblesses, dans son quotidien le plus prosaïque.

52C’est parce que les poètes rouennais ont su intégrer le sublime comme le populaire qu’ils ont pu faire du Puy non seulement une vitrine de l’art poétique de son élite, mais aussi une célébration récurrente de toutes les strates sociales de leur ville. Même ivre, même fraudeur, même pauvre, même sans logis, l’habitant rouennais est inclus dans la grande dynamique du Salut de l’homme et de l’exaltation de la cité.

53Au travers de la ville, c’est l’ensemble de la Normandie qui participe de cette dynamique du Salut : tous les métiers, toutes les merveilles de la nature, tous les savoirs se réunissent pour mêler leur voix à la louange de la Vierge. La poésie palinodique semble appliquer à la lettre la belle leçon des heures de la Conception, la fameuse oraison de saint Anselme, ce saint Anselme qui avait été en Normandie abbé du Bec et en Angleterre évêque de Canterbury :

  • 38 « Nihil est aequale Mariais : nihil nisi Deus majus Maria. [...] Deus omnia creavit. et Maria Deum (...)

Rien n’est égal à Marie : rien, sinon Dieu, n’est plus grand que Marie. [...] Dieu créa toute créature, et Marie engendra Dieu : Dieu qui avait tout créé se le fit lui-même créature de Marie, et a ainsi recréé tout ce qui avait créé. Et alors qu’il avait pu créer toutes les choses du néant, après leur ruine, il ne voulut pas les restaurer sans Marie. Celui qui a créé de rien toutes les choses n’a pas voulu les restaurer, après leur ruine, sans se faire d’abord fils de Marie. Dieu est donc le Père des choses créées ; Marie est la mère des choses recréées. Dieu est père de la fondation du monde, Marie la mère de sa réparation, car Dieu a engendré celui au moyen de qui tout a été fait, et Marie a accouché de celui par qui toutes les choses ont été sauvées38.

54Dans la dynamique du Salut, l’action de grâce au créateur passe par l’exaltation de la plus belle de ses créatures.

Annexes

Appendice

Le Sac des procès, chant royal anonyme (BNF, ms. 25535, fo 29, 1525)

Chant royal ou Espoir Humain

Contre Bellial a produit

Ung sac faict de divine main

Dont il est en grace reduict

Espoir Humain, craignant l’austérité

De Bellial, de faulx procès acteur

Jadis requist a dame Vérité

4

Conseil de droict contre ce faulx menteur.

Lors Vérité, fille du Créateur

Luy dict comment il auroit congnoissance

De son salut et plaine jouissance

8

D’immortel bien, mais qu’au* hault Parlement

Et court celeste il produit les mains joinctez

Pour en sa cause avoir bon jugement

Le sac remply des escriptures sainctes.

fo 29 vo

12

Alors Espoir amateur d’Equité

Et de vertu cordial zélateur

Produit ce sac, contre l’iniquité

De Bellial, son triste emulateur,

16

Dont ce pervers et fainct cavillateur*

Perd son procès en sentant doleance,

Parquoy Espoir obtient la recreance*

Du bien celeste. En son entendement

20

Estoit fiché*, veu qu’en bonnes attaintes

Avoit produit pour juste fondement

Le sac remply des escriptures sainctes.

Puis Bellial hayant humilité,

24

De astuce et dol subtil explicateur

Dit qu’en ce sac estoit la vilité

Du debitis* du prévaricateur.

Mais vif Espoir, de vray prédicateur

28

Disoit que non, et que a telle souffrance

N’estoit submis, ayant pour remonstrance*

Memorial et divin mandement

Pour annuler ses faulsaires contrainctes,

32

Sans mectre en debte et vil empeschement

Le sac remply des escriptures sainctes.

fo 30

Pour le deffault que toute humanité

Commist vers Dieu par le faulx tentateur,

36

Lettre de grace et de bénignité

Contient, pour faire envers le rédempteur

Paix et amour ; tout captif malfaicteur

Trouve en ce sac lettre de délivrance

40

Et orphenins escript de recouvrance

De bien perdu. Sy prompt adjournement

La mort nous fait soubz douloureuses craintes,

Respit delay nous rend vers Dieu clement

44

Le sac remply des escriptures sainctes.

En ce sac clos prent mainte auctorité

De vray salut tout fidele docteur ;

Pour le deffendre en claire purité

48

Vers Bellial ce maling séducteur,

En ce sac blanc maint pouete et orateur

Et bon facteur prent lectres d’elegance

Pour confuter la superbe arrogance

52

De Pseudo* qui par faulx argument,

Propos d’erreurs plain de sentences fainctes

Vouldroit jecter pour mettre en detriment

Le sac remply des escriptures sainctes.

fo 30 vo

Envoy

56

Prince enseignant nostre simple ignorance

Pour assister en joyeuse asseurance

Devant le juge et roy du firmament,

Tu produiras pour raisons contre plaintes

60

De l’ancien et nouveau Testament

Le sac remply des escriptures sainctes.

vers 8. mais que : pourvu que. 16. cavillateur : trompeur. 18. recreance « Jouissance d’une chose litigieuse accordée par la justice à une des parties en procès » (Dictionnaire du moyen français). 20. fiché : ancré, assuré. 26. Debitis : Terme de droit ancien. Lettres de debitis, « lettres de chancellerie, usitées dans certaines provinces, notamment en Franche-Comté, qui donnaient force exécutoire à des actes qui, bien qu’authentiques, n’emportaient pas exécution forcée (Dalloz) » (Littré, art. « Debitis »). 29. Remonstrance : « Action d’exposer au roi ou à ses représentants les difficultés d’une situation et lui demander réparation » : En quoi faisant, vous nous ferez plaisir, et en aurons voz prières et remonstrances en plus singulière recommandation (Dictionnaire du moyen français). 52. Pseudo le manuscrit porte très lisiblement ce mot ; s’agit-il d’une mauvaise lecture du copiste pour Pluto parfois présent dans les noms de diables ? Le vers est de plus hypométrique, et le pronom relatif peut également se trouver en 4e ou en 5e position. Il faudrait probablement supposer un nom de diable trisvllabique, ou ajouter un déterminant du type « par ses faulx arguments ».

Notes

1 Eadmer, Tractatus de Conceptione Beatae Mariae Virginis, PL 159, col. 301, Sermo de Conceptione Beatae Mariae PL 159, col. 319.

2 Denis Hüe, « Guillaume le Conquérant et la Vierge », dans Huguette Legros (dir.), Guillaume le Conquérant face aux défis, Orléans, Paradigme, 2008, p. 69-91.

3 Eadmer, Sermo de Conceptione Beatae Mariae, PL, t. CLIX, col. 321.

4 Roman de Rou de Wace, A. J. Holden (éd.), Paris, A. et J. Picard (SATF), 3 vol., publiés entre 1970 et 1974. Le texte se trouve dans le t. 1, 3e partie, vers 337-510, p. 175-180.

5 Noël Taillepied, Recueil des Antiquitez et singularitéz de la ville de Rouen, avec un progrez des choses mémorables depuis sa fondation jusques à present, Rouen, chez Raphael Du Petit Val 1587, p. 157-158.

6 François Farin, Histoire de Rouen, Rouen, chez Bonaventure Le Brun, 1739, t. III, p. 56-57

7 Dylan Reid, « Patrons of Poetry: Rouen’s Confraternity of the Immaculate Conception of our Lady », dans Arjan van Dixhoorn et Susie Speakman Sutch (dir.), The Reach of the Republic of Letters: Learned and Literary Societies in Late Medieval Early Modern Europe, Leiden, Brill, 2008, p. 33-78, voir plus particulièrement p. 36-37.

8 Le mot vient du latin podium, l’éminence, la place élevée, naturelle ou non, mot que nous retrouvons aussi bien dans la Chanson de Roland (« Halt sunt li pui e li val tenebrus », vers 814) que dans le toponyme du Puy-en-Velay.

9 Le préfixe grec palin signifiant non seulement la rétractation, le propos en sens inverse (qu’on retrouve dans le palindrome ou la palinodie dans son sens moderne) mais aussi la simple réitération. Voir Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1486-1550), Paris, Honoré Champion, 2002, passim.

10 Eustache de La Quérière, Notice historique et descriptive sur l’ancienne église paroissiale de Saint-Jean de Rouen... Rouen, Herpin, 1860, p. 11.

11 L’actuelle place des Carmes à Rouen laisse deviner la place de l’église et du cloître. Les bâtiments conventuels entouraient la place, et ont été détruits à la fin du XIXe siècle.

12 Voir Denis Hüe, « Marie à Rouen, ou la plénitude de la Grâce », dans De la grâce et des vertus, Marie-Lrance Wagner et Pierre-Louis Vaillancourt (dir.), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 213-242.

13 C’est ce qu’on trouve dans les nombreux chants royaux proposés en 1516 dans lesquels le nom de Recouvrance apparaît. Par exemple : la ballade de Nicole de Senyngehen, « Quant justice et miséricorde/Envers dame auctorité » (« La princesse de Recouvrance », Rouen, BM, ms. Y 16, fo 173) ; le chant royal de Jehan Petit, « Bons crestiens ainsy que je suppose/Chacun de nous veut en devotion... » (« Mere de dieu de tout bien recouvrance », Rouen, BM, ms. Y 16, fo 46 vo) ; la ballade du même : « Le souverain imperateur/Voyant que par presumption... » (« Recouvrance pour les humains », Rouen, BM, ms. Y 16, fo 85) ; et le rondeau du même, « Mere de dieu de tout bien recouvrance/D’honneur et choix de salut asseurance » (Rouen, BM, ms. Y 16, fo 106).

14 Approbation et confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’immaculée Conception, dite Académie des Palinods, instituée à Rouen, publiée d’après une édition gothique du XVIe siècle, avec une notice historique et bibliographique par Edouard Frère, impr. H. Boissel, Rouen, 1864, non paginé. Le document est disponible sur Gallica.

15 Ainsi nommé du nom de son imprimeur Palinods, chants royaulx, ballades, rondeaulx et epigrammes à l’honneur de l’immaculée Conception de la toute belle mère de Dieu Marie composés par scientifiques personnaiges des clairés par la table cy dedans contenue, sans date [1525] ; un fac-similé a été publié par les Bibliophiles normands, précédé d’une introduction par Eugène de Robillard de Beaurepaire, imp. L. Gy, Rouen, 1897 (disponible sur Gallica).

16 Livre II, chap. IV.

17 Pierre Grognet, Le Second Volume des mot : dore : du grand et saige Cathon, lesquel : sont en latin, et français, avecques aucuns bons mot : et très utiles adages... imprimé pour Denis Janot par Pierre et Jean Longin, le 28 mars 1533 avant Pasques (BNF, Rés. Vélins 2092).

18 Guilaume de Senvnguehen, chant royal : « Vrays zélateurs du concept de marie / Qui desirez pour premiation » (« A ce mont faut huy venir prendre place », Rouen, Ac G 4, fo 25).

19 Picart, dans un chant royal ayant pour refrain « Le pur grenier du sel de sapience », Pierre Le Lieur évoquant le « sel donant goust a toute bouche humaine », alors que Pierre Avril obtint la rose pour la ballade avant pour refrain « Le grenver exempt de gabelle : » (Rouen, BM, mss MM 19, respectivement fos 29 vo, 47 vo ; et Y 18, fo 113). De même, Nicole Lescarre donne au prince un rondeau : « Seigneurs du Puy vous avez la saliere / D’or tant le sel de grace singulière... » (MM 19, fo 101). On trouvera aussi, probablement, l’épigramme latine de G. Fillastre, sans date, mais avec un sujet qui la rapproche de notre série : « Fecit ah aeterna quadratum aetate salinum / aurifaber magnus, totusque extruxit eburnum... » dans Palinods, chants royaulx..., op. rit., fo LXXXIIIII).

20 Voir Denis Hüe, « Rouen, décembre 1511, quelques notes sur le lexique d’après-boire », Le Moyen Français, nos 55-56, 1995, p. 231-237.

21 Denis Hüe, « Politique et polémique dans deux moralités du Puy de Rouen » dans M. Bouhaïk-Gironès, J. Koopmans et K. Lavéant (dir.), Le Théâtre polémique français. Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2008, p. 139-160.

22 Oxford, Bodleian Library, ms. Douce 579, fo 1 vo.

23 Il s’agit probablement de la tille de l’amiral Louis Malet de Graville (un lieu-dit dans la ville du Havre porte encore le nom de Graville La Vallée), femme de lettres d’une certaine importance, demoiselle d’honneur de la reine de France.

24 Rouen, BM, ms. MM 19, fol. 100 vo, vers 1-8.

25 Cité dans Jacques Sireulde, Le Trésor Immortel, C. de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen Société des bibliophiles normands, 1899, p. 11.

26 Son œuvre, La Mme normande, a été publiée par fascicules entre 1625 et 1660 Au rythme d’une plaquette palan, semble-t-il ; toutes les plaquettes n’ont pas été retrouvées, mais elles suffisent cependant à constituer avec l’introduction et le glossaire les cinq gros volumes de l’édition Héron (Société des bibliophiles normands, 1891-1894), 3e partie de la Muse normande, t. 1, p. 70-71.

27 9e partie de la Muse normande, t. II, p. 61.

28 Voir Denis Hüe, « Bestiaire et culte marial, entre tradition patristique et vocation encyclopédique », dans P. Nobel (dir.), La Transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2005, t. 1, p. 173-198.

29 Voir Denis Hüe, « Esther, la Vierge et le Puv », Première Poésie de la Renaissance, autour des Puys normands, J.-C. Arnould et T. Mantovani (dir.), Paris, Champion, 2003, p. 105-143 ; « Le chant royal, le pur et le patois », Conformités et déviances au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, no 2, 1993, p. 191-206 ; « Le chant du Potier », Senefiance, no 37, 1995, p. 295-317 ; « De Dieppe à Rouen, îles, mers et navigation », dans Chantal Connochie-Bourgne (dir.). Mondes marins du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2006, p. 199-218 et la 3e partie de La Poésie pahnodique, op. cit.

30 Gargantua, chap. XXI.

31 Je renvoie pour ces exemples à l’ensemble de ma PAP.

32 « Ung charpentier bien proposant ung œuvre/a composé une tour excellente » (« La forte tour contre vensesprouvee », 1522, Rouen, BM, ms. MM 19, fo 53 vo). Cette mise en scène d’un procès de paradis s’inscrit dans une tradition longuement développée depuis le Processus Satanae. Voir, sur ce point, Carmen Cardelle de Hartmann, Lateinische Dialogue 1200-1400. Literaturhistorische Studie und Repertorium, Leiden-Boston, Brill, 2007. On se reportera principalement au chap, VI : « Streitgespräche über das Heilsfeschehen und Satansprozesse » (p. 233-241), ainsi qu’au répertoire qui recense diverses versions (R.5, a, b, c, p. 305-320). On pourra également consulter mes deux articles à paraître : « Marie Avocate », colloque « La permission et la sanction : théories légales et pratiques du théâtre (1400-1600) », Amsterdam, novembre 2009 ; et « Autour de l’Advocacie Notre-Dame, de la narration à la dramatisation », colloque « Le Dialogue en questions », Toronto, juin 2011.

33 Voir Denis Hüe, « Une ville et son Puy : Rouen au début du XVIe siècle », La Ville, Cahiers de la MRSH de Caen, no 22, avril 2000, p. 175-195.

34 Guillaume Thybault, CR : « Quant Belial procureur infernal / Au tribunal de la cour eternelle » (« De la grand loy Marie est exemptee » : BNF, ms. 2206, fo 56, 579, fo 16 ; Carpentras, Bibliothèque inguimbertine, ms. 385, p. 149 ; Rouen, BM, ms. Ac G4, fo 45 ; Palinods, chants royaulx..., op. cit., foix vo).

35 Tiers Livre, chap. xlii.

36 BNF, mss fr. 19184, fo 152 ; fr. 25535, fo 29. Le texte est proposé en appendice.

37 J’ai déjà édité et commenté ce texte dans « Une ville et son Puy : Rouen au début du XVIe siècle », art. cité.

38 « Nihil est aequale Mariais : nihil nisi Deus majus Maria. [...] Deus omnia creavit. et Maria Deum genuit. Dens qui amnia fecit, ipse ex Maria fecit ; et sic amnia quae fecerat refecit. Qui patuit amnia de nihila facere. noluit ea vialata sine Maria reficere. Dens igitur est pater rerum creatarum, et Maria mater rerum recreatarum. Dens est pater canstitutionis omnium, et Maria est mater restitutionis omnium. Dens enim qenuit illum, per quern omnia sunt facta ; et Maria peperit ilium per quern omnia sunt salvata », Saint Anselme, Oratio LII (olim LI) ad sanctum virginem Mariam, PL 158, col. 956 a.

Auteur

Professeur de langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance à l’université de Rennes 2 – Haute Bretagne. Spécialiste de la poésie lyrique de la fin du Moyen Âge, il est l’auteur d’une thèse d’État sur le Puy de la Conception de Rouen (La Poésie palinodique à Rouen, 1485-1550, Champion, 2002, prix Gossier de l’Académie de Rouen ; et Petite Anthologie palinodique, Champion, 2002). Derniers ouvrages parus : Lancelot, Arthur, le graal, le grand roman, Ouest-France, 2010 ; Rémanences, mémoire de la forme dans la littérature médiévale, Champion, 2010 ; Lectures de Charles d’Orléans, Presses universitaires de Rennes, 2010.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search