Version classiqueVersion mobile

Flaubert et une gouvernante anglaise

 | 
Hermia Oliver

Avant-propos

Jean Bruneau

Texte intégral

  • 1 Cette expression est en français dans le texte de Jean Bruneau [Note de la traductrice, mention dé (...)

1Bien que la mode de la critique littéraire d’aujourd’hui tende à éviter le « sophisme biographique », beaucoup de chercheurs et de critiques (pour ne pas dire le grand public) continuent à chercher le « secret du génie »1 non seulement au sein du texte même, mais dans la vie de son auteur également : dans les circonstances de la genèse du texte, de sa publication et de sa réception. Il n’est guère surprenant, alors, que paraissent, en parallèle avec des études plus formelles du texte flaubertien, un nombre important d’ouvrages prenant comme sujet la biographie, la correspondance et les manuscrits du romancier.

2On a pu découvrir et étudier, de manière plus ou moins satisfaisante, la majorité des « secrets » de la vie de Flaubert : nous ne savons toujours pas exactement ce qui se passa entre Élisa Schlésinger et Flaubert dans les années 1840 ; nous ne comprenons pas non plus tout à fait les raisons de sa rupture avec Louise Colet en 1854-1855. Mais les plus folles conjectures ne pouvaient qu’entourer jadis l’une des femmes présentes dans la vie de Flaubert. Il s’agit de Juliet Herbert, qui habita la maison de Croisset entre 1855 et 1857 en qualité de gouvernante de Caroline, la nièce de Flaubert. Flaubert et une gouvernante anglaise comble brillamment cette lacune. Menant une recherche appliquée et approfondie dans les archives de Londres, Mlle Oliver a découvert les principales données concernant Juliet et sa famille ; de même, en passant soigneusement au crible tous les papiers de Flaubert, elle a réussi à reconstruire avec force détails les relations que Juliet a entretenues avec la famille Flaubert jusqu’à la mort du romancier en 1880. Juliet est une figure importante des dernières années de Flaubert, beaucoup plus qu’on ne le pensait. Il est fort probable qu’elle était sa maîtresse ; de toute manière, sa « gracieuse » personne (pour employer le terme de Louis Bouilhet) fut très chère à Flaubert pendant de nombreuses années, au cours desquelles Juliet et lui jouèrent, des deux côtés de la Manche, les rôles de Héro et de Léandre. On peut regretter que la recherche exhaustive de Mlle Oliver n’ait pas abouti au résultat ultime : retrouver les lettres de Flaubert à Juliet et celles qu’elle lui écrivit. Sont-elles perdues à jamais ?

3Un bon travail de recherche apporte ce que j’aime appeler ses bonus, et dans Flaubert et une gouvernante anglaise, ce ne sont pas uniquement les deux héros qui en ressortent davantage éclairés. Au fil de ses lectures de la correspondance et des carnets de Flaubert, Mlle Oliver corrige plusieurs interprétations et datations erronées. Tout en gardant Juliet Herbert au centre de ses recherches, elle fournit des détails sur d’autres connaissances anglaises des Flaubert : elle prouve, sans l’ombre d’un doute, que « Miss Jane », la gouvernante de Caroline (la sœur de Flaubert) pendant les années 1840, est bien la Mme Farmer qui figure souvent dans les lettres postérieures. Nous apprenons de nouveaux faits sur la famille Collier, sans parler des apports originaux aux énigmes des études flaubertiennes tels que le roman de Miss Braddon, L’Héritage de Charlotte, le Calves’ Head Club ou encore Le Chèque d’Émile Bergerat. Mlle Oliver consacre également un chapitre au caractère de Flaubert, faisant preuve de grande pénétration et de sagesse quant à la compréhension du tempérament du romancier, tâche qui n’est pas des plus faciles !

4La quête de Mlle Oliver s’est avérée très fructueuse en effet, pour Juliet Herbert comme pour Gustave Flaubert.

Notes

1 Cette expression est en français dans le texte de Jean Bruneau [Note de la traductrice, mention désormais abrégée en N.D.T., placée au début d’une précision ajoutée dans une note due à Hermia Oliver, et à la fin d’une note nouvelle, entièrement rédigée par la traductrice].

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search