Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IIe partie — Dévotion, fête et poésie

La Conception Nostre Dame de Wace : œuvre de propagande ?

Françoise Le Saux

Texte intégral

  • 1 Pour une liste exhaustive des manuscrits de la Conception Nostre Dame, voir Jean Blacker, Wace. A (...)
  • 2 William Ray Ashford, The Conception Nostre Dame of Wace, Chicago, University of Chicago Libraries, (...)
  • 3 Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, ms. G, L.II.19 (fin XIIIe-début XIVe siècle) est ainsi (...)

1La Conception Nostre Dome de Wace est un récit de la vie de la Bienheureuse Vierge Marie, de sa Conception jusqu’à son Assomption, avec en récit de transition l’histoire des trois Maries. C’est un texte important pour plusieurs raisons. D’une part, le témoignage des manuscrits tendrait à indiquer que l’œuvre a connu une popularité certaine : huit manuscrits nous sont parvenus préservant l’intégralité du poème et dix-huit autres en contiennent une ou plusieurs parties1. Ce texte a donc été beaucoup lu, beaucoup copié, et ce pendant près de trois siècles puisque pas moins de neuf de ces manuscrits datent du XIVe siècle. C’est aussi un texte qui a servi, et qu’on n’a pas hésité à remanier en fonction des besoins ; dans deux cas, les remaniements sont tels que William Ray Ashford, auteur de l’édition critique de la Conception, hésite même à les inclure dans sa liste de témoins2. Enfin, ce poème a connu une diffusion fort étendue dans l’espace, de l’Angleterre et du Nord-Ouest de la France à la Bourgogne, l’Est de la France, et jusqu’à l’Italie3.

  • 4 Ces dates partent du postulat que Wace, né durant la première décennie du XIIe siècle, ne devait p (...)

2En outre, l’auteur de la Conception n’est pas n’importe qui. Wace est surtout connu de nos jours pour son Roman de Brut, traduction adaptée de l’Historia Regum Britannie de Geoffroy de Monmouth, et son histoire des ducs de Normandie, le Roman de Rou, mais il a aussi écrit trois poèmes à thème religieux – La Vie de sainte Marguerite, La Vie de saint Nicolas, et enfin, La Conception Nostre Dame. Si les deux œuvres historiographiques de Wace peuvent être datées avec une certaine précision (1155 pour le Roman de Brut, entre 1160 et 1174 pour le Roman de Rou), il n’en est pas de même de ses poèmes hagiographiques, lesquels n’offrent guère d’indices internes quant à leur date de composition ; de plus, ils sont si différents l’un de l’autre en termes de structure générale et de discours qu’il n’est pas aisé de déterminer leur chronologie respective. Il est généralement admis que La Vie de sainte Marguerite, petit poème relativement compact à l’écriture volontairement épurée, aurait précédé les deux autres, du fait de sa (trompeuse) simplicité ; La Vie de saint Nicolas, collection savamment agencée des miracles du saint, tend à être placée un peu avant le Roman de Brut à cause de parallélismes au niveau du traitement de certains motifs (tels l’orage en mer). Mais pour ce qui est de la Conception, nous restons dans le flou. Nous ignorons l’âge que pouvait avoir Wace lors de la parution du Roman de Brut ; la composition de la Conception Nostre Dame a donc potentiellement pu avoir eu lieu à n’importe quel moment entre environ 1130 et 11534. Ceci n’est pas sans importance : selon la date, la Conception est une œuvre engagée, rédigée au plus fort du débat sur l’immaculée Conception de Marie, ou une œuvre de piété à vocation didactique plutôt que polémique. C’est cet aspect que je me propose d’explorer.

  • 5 Où il tait étalage de ses connaissances en anglais. Voir à ce propos Françoise Le Saux, « The Lang (...)
  • 6 Son nom disparaissant des chartes en 1174.
  • 7 Le texte du Sermo de Conceptione Beatae Mariae (attribué à tort à saint Anselme de Cantorbéry) est (...)

3Rappelons d’abord quelques faits. Wace est né à Jersey à une date inconnue au début du XIIe siècle. Il fait ses écoles à Caen, étudie en France (nous ne savons pas où exactement). En 1155, il est « clerc lisant » à Caen ; ses fonctions semblent l’avoir amené à se mouvoir dans le cercle de la cour ducale, puisque dans son Roman de Rou, rédigé durant les dix dernières années de sa vie active, il affirme avoir connu trois rois Henri. De plus, il a de l’Angleterre une réelle connaissance, qui s’exprime de manière relativement discrète dans le Roman de Brut, et de manière ouverte dans le Roman de Rou5. Il finira ses jours chanoine à Bayeux aux alentours de 11756. Un vrai Anglo-Normand, donc, et bon exemple des liens culturels et politiques qui unissaient l’Angleterre et la Normandie sous les Plantagenêt. Sa Conception Nostre Dame rejoint ses œuvres à tonalité plus séculière par une importance privilégiée accordée à des sources insulaires, notamment dans son récit de l’établissement de la fête de la Conception de la Vierge, laquelle suit la tradition anglaise faisant remonter la fête à Helsin (Ælfsige), abbé de Ramsey, plutôt qu’à un anonyme chanoine français7 (comme c’est le cas dans le Sermo de Conceptione Beatae Mariae).

  • 8 Sur les apocryphes mariais en vieil anglais, voir l’édition de Mary Clayton, The Apocryphal Gospel (...)
  • 9 Andrea M. Cecchin, « La Concezione della Vergine nella liturgia della Chiesa occidentale anteriore (...)
  • 10 Mary Clayton, The Cult..., op. cit., p. 42-47.

4En soi, il n’y a rien là de bien étonnant. Mary Clayton a bien démontré que le culte marial était bien implanté en Angleterre dès avant la conquête normande ; les récits apocryphes de la conception, l’enfance et l’Assomption de la Vierge y circulaient en traduction anglaise outre le latin8. La fête de la Conception de Marie par sainte Anne semble s’être répandue en Angleterre depuis Winchester, haut lieu de la dévotion mariale, vers le milieu du XIe siècle. Toutefois, comme le souligne Andrea Cecchin, le phénomène semble avoir été restreint à Winchester, Worcester, Exeter et Cantorbéry ; les calendriers et missels qui nous sont parvenus de la période pré-normande suggérant de plus qu’il s’agissait d’une commémoration plutôt que d’une fête majeure9. En outre, il n’est pas encore question d’immaculée Conception ; en termes de doctrine, la conception de Marie se place sur le même plan que la conception de saint Jean-Baptiste10. Les deux fêtes seront d’ailleurs abolies par Lanfranc dans son programme de réforme en 1070. Mais lorsque la fête de la Conception de Notre-Dame est rétablie en Angleterre en 1129, le travail de réflexion et de justification qui sous-tend ce rétablissement a pour résultat la formulation explicite de la croyance que la Vierge avait été conçue libre du péché originel. C’est le début d’un débat qui culminera vers 1138-1139 avec la lettre indignée de saint Bernard de Clairvaux aux chanoines de Lyon qui avaient introduit la fête dans leur calendrier. La date de « between 1130 and 1140 » avancée par Ashford pour la Conception Nostre Dame placerait donc l’œuvre de Wace au cœur du débat, en opposition ouverte avec saint Bernard en personne. Ashford ne se prononce pas sur les difficultés que pourrait impliquer un tel état de faits, se bornant à postuler un commanditaire ecclésiastique :

  • 11 William Ray Ashford, The Conception, op. cit., p. 14-15 : « Il n’est pas injustifiable de supposer (...)

It is not unjustifiable to assume that Wace was writing his poem on behalf of the party of the French Church that wished to establish the observance of the Immaculate Conception as a feast, and that he therefore wrote it to be recited before groups of people in churches or monasteries or other public places11.

5Vingt ans après Ashford, Hans-Erich Keller accepte également sans discussion que le poème de Wace traite de l’immaculée Conception, présentant la structure du poème de manière suivante :

  • 12 Hans-Erich Keller, « Quelques réflexions... », art. cité, p. 94.

Après un prologue de huit vers suivent 1) l’Etablissement de la Fête de l’immaculée Conception [...], 2) le récit de l’Immaculée Conception [...], 3) un court poème de transition résumant l’immaculée Conception [...], 4) L’Histoire des Trois Maries [...] et 5) l’Assomption12.

  • 13 Rita Beyers, « La Conception Nostre Dame de Wace ; premier poème narratif sur la Vierge en ancien (...)

6Or, force est de constater que le poème lui-même ne comporte aucune référence explicite à la doctrine de l’immaculée Conception telle que l’a formulée un Eadmer de Cantorbéry ; et comme le note Rita Beyers dans son important article13, le poète ne fait aucune allusion, même discrète, au mouvement d’opposition à la fête qu’il célèbre. De plus, ne s’attendrait-on pas à ce qu’une œuvre polémique, ou même simplement destinée à encourager l’adoption de la fête par les milieux ecclésiastiques, soit écrite en latin ? La langue vernaculaire, au XIIe siècle, s’adresse par définition aux laïcs, lesquels n’avaient guère voix au chapitre en matière de théologie ; la Conception Nostre Dame prend tout son sens en tant qu’outil pastoral, dont le but serait d’instruire le peuple quant au sens d’une fête d’introduction récente. De plus, on notera que le poème de Wace a été conçu pour être exploité au maximum : lecture appropriée pour toutes les fêtes de la Vierge, chacune de ses parties peut si nécessaire se lire (et se transmettre) indépendamment.

  • 14 Il aurait ainsi célébré la fête dans son abbaye de Reading, d’après Osbert of Clare. Voir H. Thurs (...)

7En termes de commanditaires potentiels, Wace pourrait effectivement avoir rédigé son poème entre 1129, date à laquelle la fête est officiellement adoptée en Angleterre, et le décès en 1135 d’Henri Ier Plantagenêt, dont nous savons qu’il observait personnellement la fête14. Si tel était le cas, la Conception aurait pu être commanditée, sinon par le roi lui-même, du moins par un membre de l’entourage royal, le poème s’adressant alors uniquement à la population francophone du royaume d’Angleterre (chose assez peu convaincante au vu de la réalité des contacts culturels de part et d’autre de la Manche). Autre hypothèse, la Conception Nostre Dome aurait eu pour but de marquer le feu vert donné à la célébration de la fête en Normandie en 1145 ; le poème s’adresserait alors en premier lieu à la société laïque anglo-normande, mais aussi potentiellement à la population du domaine francophone en général, sans doute à la demande d’un commanditaire ecclésiastique. Ce serait, en quelque sorte, l’acte de naissance de ce qui deviendra la Fête aux Normands.

  • 15 Sur l’utilisation des sources dans la Conception Nostre Dame, voir Françoise Le Saux, A Companion (...)

8La manière dont Wace présente la fête tendrait à privilégier cette date plus tardive. D’une part, son utilisation des sources, plus complexe que dans ses autres œuvres (exception faite de son Roman de Rou), trahit une sérieuse maturité intellectuelle et une grande expérience du travail d’érudition. La Conception Nostre Dame n’est pas l’œuvre d’un débutant15. D’autre part, la touche légère utilisée dans les passages potentiellement contentieux semblerait indiquer un contexte de controverse que le poète tente de désamorcer.

  • 16 Andrea M. Cecchin, « La Concezione », art. cité, p. 74-85.

9La section du poème relatant les origines de la fête commence avec une apparente inexactitude – Wace affirme que la fête n’avait jamais été observée avant la conquête de l’Angleterre : « Onques n’en fu parole oië / que a nul tens anceis fist on / feste de sa conception / Deci al tens le rei Guillalme / Qui les Engleis e le reaime / Par force e par bataille prist » (v. 8-13). Cette inexactitude – d’ailleurs toute relative si l’on accepte l’hypothèse d’Andrea Cecchin que la Conception de la Vierge ne devint une fête majeure que vers la fin des années 106016 – a un effet bien précis et sans aucun doute voulu : elle fait de la fête de la Conception de Marie une observance étroitement liée aux origines du royaume anglo-normand. De plus, les circonstances exactes de la vision de l’abbé Helsin découlent directement de la mort du roi Harold, puisque se situant lors du retour d’une mission pour désamorcer les velléités de vengeance du roi du Danemark. Le récit de l’Établissement suit d’assez près celui du Miraculum de conceptione sanctae Mariae, attribué à l’époque (et à tort) à saint Anselme de Cantorbéry, avec un remaniement discret mais néanmoins révélateur. Le roi Guillaume, nous dit Wace, est tourmenté par la menace d’invasion du roi Svein : « dolenz en fu » et « paor en ot ». Ses instructions à Helsin sont de « saveir se ja par nul endreit / As Daneis pais faire porreit » : l’abbé a carte blanche, et la vision sur le navire qui le ramène en Angleterre se place dans la droite ligne du besoin du Conquérant de conjurer le sang versé. La fête de la Conception de la Vierge prend ainsi des connotations quasi pénitentielles, et marque le début d’une ère nouvelle sous la protection de la Vierge Marie. L’observance de cette fête est présentée par Wace comme une obligation :

En plusors leus la fait hum
E nos tuit faire la devun.
Quant nos la feste celebrun
Bien est que l’estoire diun
Bien fait la feste a celebrer,
Bien fait l’estoire a reconter,
E bien fait la chose a retraire
Dunt nos devun la feste faire (v. 171-178).

  • 17 Ibid., p. 76.

10Il serait imprudent de trop déduire à partir d’effets clairement rhétoriques ; on notera toutefois l’accent mis sur le fait qu’il s’agit d’une fête légitime (« bien fait la feste a celebrer »), et que c’est un devoir universel que de l’observer, le verbe devoir étant répété deux fois en ces quelques lignes. Ceci suggère une nécessité de convaincre ; Wace anticipe discrètement dans ce prologue des objections possibles quant au bien-fondé de la fête. Plus significatif, l’affirmation que la fête de la Conception de Notre Dame est observée en beaucoup d’endroits (« plusors leus »), ainsi que le présupposé contenu dans le vers 173 (« Quand nos la feste celebrun ») que ceux auxquels le poème s’adresse sont déjà familiers de cette solennité : le but avoué du narrateur étant simplement de rappeler le sens d’une célébration qui fait déjà partie de l’année liturgique des fidèles. Or, ceci n’était guère le cas avant 1145 ; même sur le territoire anglais, la fête ne s’est semble-t-il implantée que progressivement, d’abbaye en abbaye17. D’autre part, il ressort bien de ce passage que la démarche consistant à présenter le récit de la Conception de Marie en langue vernaculaire n’est pas encore bien établie ; Wace ressent le besoin d’expliquer comment utiliser son poème, spécifiant quand le lire en public (le jour de la fête ; v. 173) et le but de cette lecture (elle explique aux fidèles le sens de la fête, leur permettant ainsi de mieux exprimer leur piété).

11On notera également que la manière dont Wace présente la Vierge évite soigneusement d’introduire explicitement les concepts qui ont divisé les théologiens vers la fin des années 1130. Seuls deux passages contiennent une allusion immaculiste. La première se trouve aux vers 629 à 636 du poème :

Ce truevë hom en escriture
Que Deus Nostre Sire n’a cure
D’entrer en malveise maison
Se primes n’a confection.
Dunc fu la virgene munde e pure
E sanz pechié e sanz ordure,
En qui li reis de maiesté
Prendre deigna humanité.

  • 18 Eadmeri monad Cantuarensis Tractatus de conceptione Sanctae Mariae, op. cit., ch. XIII ; voir aussi (...)

12L’image du Créateur préparant la maison dans laquelle il veut entrer s’inspire d’un argument d’Eadmer de Cantorbéry en faveur de l’immaculée Conception de Marie18, et le vocabulaire utilisé (munde, pure, sanz pechié, sanz ordure) pouvait certes faire de ce passage un tremplin à une homélie sur le sujet. Mais cette description de la vie de la jeune Marie au temple de Jérusalem peut également se lire comme un éloge tout à fait conventionnel de la Vierge ; saint Bernard lui-même était d’avis que Marie avait été libre de tout péché personnel dès avant sa naissance. Dans son contexte immédiat, le discours immaculiste sous-jacent n’est pas nécessairement reconnaissable sans le bénéfice d’un commentaire explicite.

13La deuxième allusion est encore plus discrète, puisqu’elle consiste en une omission :

La vertu Deu en tei mandra,
E ice qui de tei istra,
Por ce que sanz pechié naistra,
Sanz pechié conceüz e nez,
Fiz Damnedé ert apelez (v. 838-842).

14Ce passage semble peu remarquable, puisqu’il s’agit de la Conception du Christ, laquelle s’est bien évidemment faite libre du péché originel ; mais il s’agit d’une impression trompeuse, qui ne résiste pas à la comparaison avec le passage correspondant du De Nativitate Mariae, le texte apocryphe auquel a puisé Wace :

  • 19 De Nativitate Mariae, ch. ix. Texte en appendice de G. Mancel et G.-S. Trébutien, L’Etablissement d (...)

Ideoque et quod nascetur ex te solum sanctum, quia solum sine peccato conception et natum, vocabitur films Dei19.

15On notera ici l’adjectif solum, répété par deux fois dans le texte latin, mais purement et simplement omis du texte français. Ceci n’est bien sûr pas innocent : si seul le Christ a été conçu sans péché, l’idée même de l’immaculée Conception de Marie devient intenable. Un lecteur ou auditeur familier des textes apocryphes aurait pu remarquer cette omission, mais une fois de plus, dans son contexte immédiat, le passage français ne prête guère sujet à débat : c’est plutôt son potentiel dans le cadre d’un discours parallèle et supplémentaire qui en fait l’intérêt. Wace a fait un effort particulier pour donner à son texte un aspect superficiellement neutre, offrant simplement un terrain propice à un travail de pastorale à coloration immaculiste.

16Ce refus de s’engager ouvertement dans un débat théologique peut s’expliquer en partie par un souci pédagogique. Les autres œuvres de Wace révèlent également une tendance à simplifier (voire même éliminer) ce qui, dans ses sources latines, pouvait être trop érudit pour ses lecteurs – et le débat autour de l’immaculée Conception de Marie n’était pas toujours très accessible. Ceci dit, là où il estime que c’est utile, le poète n’hésite pas à donner des petits cours –sur le sens d’un mot, sur la manière d’interpréter un détail. C’est d’ailleurs ce qu’il fait dans le récit de la Conception de Marie, quand Joachim sacrifie dix agneaux blancs, douze taureaux et cent moutons en actions de grâces à l’annonce que son épouse Anne lui donnerait un enfant : le narrateur explique l’interprétation exégétique du passage (les agneaux figurant le Christ, les douze taureaux figurant les apôtres, et les moutons la compagnie célestielle). À l’intention des esprits excessivement littéraux, il prend même la peine de spécifier (v. 417-420) :

Je ne di pas qu’il l’entendist
Quant il le sacrefice fist
Mais saint Espriz li enseigna
Qu’il deveit faire li mostra.

17L’intention pédagogique est évidente, et correspond à ce que nous trouvons dans les autres écrits de Wace, tant hagiographiques qu’historiographiques.

  • 20 Rita Beyers, « La Conception », art. cité, p. 394-395.

18L’absence de tout commentaire explicite sur l’immaculée Conception de Marie est d’autant plus remarquable que dans la partie finale, consacrée à l’Assomption de la Vierge, Wace n’hésite pas à prendre ouvertement parti en faveur de l’assomption corporelle, exprimant dans une langue vernaculaire limpide l’argumentation du pseudo-Augustin se résumant dans l’expression « decuit, potuit, voluit, ergo fecit ». Rita Beyers a fait une analyse très fine de la manière dont s’y prend le poète20. Le lien privilégié entre le Christ et Sa mère est d’abord réaffirmé, et présenté comme un état de consubstantialité (v. 1749-1752) : « Ne deit mie la char porrir / Ne par porreture périr / Dunt la char Damnedé fu faite / E nee e conceüe e traite ». Suit alors une affirmation du pouvoir divin, qui rend le miracle possible (v. 1755-1771) :

Cil qui le cors e l’arme fist
Ecors e arme ensemble mist
Pot bien le cors resusciter
E l’arme ariere el cors poser
Meesmement cel de Marie
De qui il prist humaine vie
[...]
Dunc dut il bien sa mere e pot
Resusciter desque lui plot.
Deus a trestot en sa baillie,
Il a la mort, il a la vie,
Ciel e enfer e terre e mer.
Dunc pot il bien resusciter
Cele quil porta e norri.

19Deux précédents illustres tirés de la Bible sont ensuite invoqués à titre de preuve, Jonas sauvé du ventre de la baleine, ainsi que les trois jeunes gens préservés de la fournaise (Dn III, 19-29) avant de réitérer le point central (v. 1793-1794) : « Bien pot dunques resusciter / Sa mere vive en ciel porter ». L’argumentation atteint enfin son point culminant avec une profession de foi (v. 1795-1796) : « Or creun dunc comunement / Que tote est en ciel haltement » ; et le poème se clôt avec un appel à la prière.

20On notera l’utilisation de la première personne du pluriel au vers 1795 : l’assomption corporelle est présentée comme une croyance partagée par les auditeurs (ou lecteurs) du narrateur. Implicitement, les arguments qui justifient cette croyance sont également présentés comme étant acceptés par les clercs, dont le narrateur est le porte-parole, tout comme les laïcs. Or, ces arguments apparemment non-problématiques quand ils sont déployés en faveur de l’assomption corporelle de la Vierge sont les mêmes que ceux avancés par un Eadmer de Cantorbéry en faveur de l’immaculée Conception de Marie. Wace utilise ici un procédé dont il fera ample usage dans son Roman de Rou, invitant à reconsidérer les faits relatés non pas par un commentaire explicite à l’endroit-clé, mais en introduisant un instrument d’analyse dans un passage parallèle (ou contrastant), révélant ainsi un non-dit préalable qu’il incombe au lecteur de combler. La formule « potuit, decuit, voluit, ergo fecit », appliquée a posteriori au récit de la conception de la Vierge, et en conjonction avec la métaphore de la maison bien nettoyée pour accueillir le Sauveur, propose un programme d’argumentation systématique en faveur de la doctrine de l’immaculée Conception.

  • 21 C’est ainsi qu’Ashford déclare sans ambages dans son introduction (p. 20) : « The Conception Nostr (...)
  • 22 De ce point de vue, le Roman de Rou partage beaucoup de caractéristiques avec la Conception Nostre (...)
  • 23 Il reste encore beaucoup de travail à taire sur la tradition manuscrite de la Conception, mais il (...)

21La Conception Nostre Dame, à la première lecture, paraît être un petit poème un peu plat et simple, sans intérêt littéraire bien particulier et d’une piété somme toute fort conventionnelle21. Or, de toutes les œuvres de Wace à nous être parvenues, la Conception Nostre Dame était sans doute la plus complexe par le travail de sélection et d’exploitation des sources, et la plus délicate à traiter en termes de matière narrative22. La clarté dans les idées et dans l’expression que nous constatons dans ce poème indique que la priorité du poète était d’ordre didactique, et que son propos était guidé par un impératif d’orthodoxie théologique et doctrinale plutôt qu’un désir de divertir. Wace semble avoir fait son possible pour que le poème ne se fasse pas remarquer, évitant à la fois tout ton polémique et toute pyrotechnique rhétorique. Sa Conception Nostre Dame n’en est pas moins un jalon important dans le développement du culte de la Vierge vers le milieu du XIIe siècle, révélant l’existence d’un programme de dissémination systématique des idées immaculistes dans les milieux ecclésiastiques du domaine anglo-normand23. Sous la trompeuse apparence d’une petite œuvre de piété bien innocente, La Conception Nostre Dame est un instrument discret, flexible et efficace, bien adapté à faciliter l’adoption de la doctrine de l’immaculée Conception par les fidèles et encourager les mouvements de ferveur populaire.

Notes

1 Pour une liste exhaustive des manuscrits de la Conception Nostre Dame, voir Jean Blacker, Wace. A Critical Bibliography, Saint Hélier, Société Jersiaise, 2008, p. 2-5.

2 William Ray Ashford, The Conception Nostre Dame of Wace, Chicago, University of Chicago Libraries, 1933.

3 Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria, ms. G, L.II.19 (fin XIIIe-début XIVe siècle) est ainsi la copie italienne d’un manuscrit picard. Voir Hans-Erich Keller, « Quelques réflexions sur la poésie hagiographique en ancien français. À propos de deux nouveaux manuscrits de la Conception Nostre Dame de Wace », Vox ronumica, no 34, 1975, p. 94-123.

4 Ces dates partent du postulat que Wace, né durant la première décennie du XIIe siècle, ne devait pas avoir moins de 25 ans lors de la rédaction de la Conception Nostre Dame (la tâche n’étant pas de celles qu’on confie à un débutant) ; l’autre terminus envisage un cas de figure où la composition de la Conception Nostre Dame précéderait immédiatement celle du Roman de Brut (allouant une période de deux ans pour celle-ci).

5 Où il tait étalage de ses connaissances en anglais. Voir à ce propos Françoise Le Saux, « The Languages of England : Multilingualism in the Work of Wace », dans Jocelyn Wogan-Brown (dir.). Language and Culture in Medieval Britain : the French of England c.1100-c.1500, York, York Medieval Press, 2009.

6 Son nom disparaissant des chartes en 1174.

7 Le texte du Sermo de Conceptione Beatae Mariae (attribué à tort à saint Anselme de Cantorbéry) est édité dans S. Anselmi, ex Beccensi ahhate Cantuarensis archiepiscopi Opera Omnia necnon Eadmeri Monachi Historia Novorum et alia opuscula, éd. D. G. Gerberon, vol. 2 (Spuria), PL 159, 1865, vol. 2, col. 319-324. La source utilisée par Wace, le Miraculum de conceptione sanctae Mariae, se trouve dans le même volume, col. 325-326.

8 Sur les apocryphes mariais en vieil anglais, voir l’édition de Mary Clayton, The Apocryphal Gospels of Mary in Anglo-Saxon England, Cambridge University Press, 1998. Sur la dévotion mariale en Angleterre avant la conquête normande, voir son ouvrage The Cult of the Virgin Mary in Anglo-Saxon England, Cambridge University Press, 1990.

9 Andrea M. Cecchin, « La Concezione della Vergine nella liturgia della Chiesa occidentale anteriore al secolo xn », Marianum, no 5, 1943, p. 58-114 ; p. 76-77.

10 Mary Clayton, The Cult..., op. cit., p. 42-47.

11 William Ray Ashford, The Conception, op. cit., p. 14-15 : « Il n’est pas injustifiable de supposer que Wace a écrit son poème pour le parti de l’Église de France désirant établir l’observance de l’immaculée Conception en tant que fête, et qu’il l’a donc composé pour être récité devant des groupes de personnes dans les églises ou monastères ou autres lieux publics. »

12 Hans-Erich Keller, « Quelques réflexions... », art. cité, p. 94.

13 Rita Beyers, « La Conception Nostre Dame de Wace ; premier poème narratif sur la Vierge en ancien français », dans W. Verbecke, M. Haverals et alu, Serta dévota in memoriam Guillelmi Lourdaux, Louvain, 1995, « Mediaevalia Lovaniensia, série 1, 21 », t. II, p. 359-400.

14 Il aurait ainsi célébré la fête dans son abbaye de Reading, d’après Osbert of Clare. Voir H. Thurston et T. Slater (éd.), Eadmeri monad Cantuarensis Tractatus do conceptione Sanctae Mariae, Fribourg-en-Brisgau, 1904, p. 58 ; ainsi que E. W. Williamson, The Letters of Osbert of Clare, prior of Westminster [1929], Oxford University Press, 1998, épître 7, p. 65-68.

15 Sur l’utilisation des sources dans la Conception Nostre Dame, voir Françoise Le Saux, A Companion to Wace, Cambridge, D.S. Brewer, 2005, p. 30-50.

16 Andrea M. Cecchin, « La Concezione », art. cité, p. 74-85.

17 Ibid., p. 76.

18 Eadmeri monad Cantuarensis Tractatus de conceptione Sanctae Mariae, op. cit., ch. XIII ; voir aussi Rita Beyers, « La Conception... », art. cité, p. 375.

19 De Nativitate Mariae, ch. ix. Texte en appendice de G. Mancel et G.-S. Trébutien, L’Etablissement de la fête de la Conception Notre Dame dite la fête des Normands par Wace trouvère anglo-normand du XIIe siècle publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, Caen, B. Mancel, 1842, p. 99-107 ; voir aussi Rita Beyers, De Nativitate Mariae. Kritische voorstudie en tekstuitgave, thèse de doctorat, Louvain, 1980. Ce passage est traduit par Rita Beyers, dans « La Conception... », art. cité, p. 375, comme suit : « C’est pourquoi aussi l’être qui naîtra de toi – seul saint puisque seul conçu et né sans péché – sera appelé Fils de Dieu. »

20 Rita Beyers, « La Conception », art. cité, p. 394-395.

21 C’est ainsi qu’Ashford déclare sans ambages dans son introduction (p. 20) : « The Conception Nostre Dame has little literary merit. Its interest for modern students is almost wholly linguistic [La Conception Nostre Dame n’a guère de mérite sur le plan littéraire. Son intérêt pour les étudiants modernes est presque purement d’ordre linguistique.] »

22 De ce point de vue, le Roman de Rou partage beaucoup de caractéristiques avec la Conception Nostre Dame, bien que pour d’autres raisons, d’ordre politique plutôt que théologique. Voir à ce propos Françoise Le Sau.x, A Companion to Wace, op. cit., p. 153-159 et 275-278.

23 Il reste encore beaucoup de travail à taire sur la tradition manuscrite de la Conception, mais il est vraisemblable que la dissémination s’est faite par le biais de réseaux de distribution cluniaques, peut-être sous l’influence d’Henri de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant et abbé de Winchester et Glastonbury.

Auteur

Professeur de littérature médiévale à la School of Modern Languages and Literature de l’université de Reading, a fait ses études à l’université de Lausanne (licence ès lettres, doctorat) et à Swansea, University of Wales (MA en études celtiques). Directrice du Centre d’études médiévales de l’université de Reading, 2001-2004. Présidente de la branche britannique de la Société internationale arthurienne, 2006-2011. Son domaine de recherche porte principalement sur la problématique de la traduction et de l’adaptation culturelle au Moyen Âge. Parmi ses nombreuses publications, on peut relever : Wace. A Companion (2005) ; Amys and Amylion (1994) : Layamon’s Brut. The Poem and its Sources (1989).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search