Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

IIe partie — Dévotion, fête et poésie

Aux origines de la « Fête aux Normands »

La liturgie de la fête de la Conception de la Vierge Marie en France (xiie - xiiie siècles)

Marie-Bénédicte Dary

Texte intégral

  • 1 Sancti Bemardi opéra. Epistola CLXXIV : ad canonicos Lugdunenses de conceptiones Marine, Jean Lecle (...)
  • 2 Dans le cadre de cet article, je me suis limitée à l’étude des messes et j’ai focalisé mon attentio (...)

1Le retentissement postérieur à sa rédaction de l’Epistola ad canonicos Lugdunenses, de saint Bernard1 pourrait faire croire que la cathédrale de Lyon est, vraisemblablement en 1139, le lieu d’introduction de la solennité en France. Sans l’infirmer, les sources liturgiques permettent d’une part de nuancer ce propos et de montrer quelle place essentielle tient la Normandie dans la naissance et les premiers développements de la fête de la Conception de la Vierge Marie en France. L’abbé de Clairvaux cependant, en fustigeant les chanoines lyonnais qui s’étaient permis d’introduire cette nouvelle célébration, non seulement pose les fondements de la controverse de l’immaculée Conception, mais aussi, par voie de conséquence, crée le contexte théologique dans lequel la solennité éclot et s’épanouit en France. Et il le fait au nom du respect de la tradition à laquelle cette nouvelle fête lui paraît être étrangère et pour des raisons à la fois doctrinales et liturgiques. « [C’est] une nouvelle célébration que le rite de l’Église ignore, que la raison n’approuve pas, que l’antique tradition ne recommande pas […] une nouveauté présomptueuse, mère de la témérité, sœur de la superstition, fille de la légèreté ! », s’exclame-t-il. Le développement de la fête de la Conception de la Vierge Marie en France au XIIe et au XIIIe siècle va donc s’organiser par la suite dans la tension entre tradition et innovation. Les témoignages de la liturgie se multiplient au cours de ces deux siècles, mais surtout cette croissance numérique s’accompagne d’une diversification rituelle qui n’est pas sans rapport avec la controverse inaugurée par saint Bernard2.

La fête en Normandie au moment de la rédaction de l’Epistola (première moitié du XIIe siècle)

2A la faveur de la conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, se sont établies des relations privilégiées entre les deux nations. Grâce aux éditions anglaises de livres liturgiques et aux répertoires des sources liturgiques édités par le chanoine Leroquais, il est possible de comparer les messes du 8 décembre dans les manuscrits français et dans ceux qui sont d’origine insulaire. Des ressemblances frappantes apparaissent qui ne laissent aucun doute sur l’origine et la source d’inspiration de la première liturgie de la Conception en usage en France dans la première moitié du XIIe siècle.

  • 3 Oxford, Bibliothèque bodléienne, Bodley ms. 579, fo 374. Voir Frederick Edward Warren (éd.), The Lé (...)

3Un manuscrit anglais bien connu des liturgistes, le missel de Léofric, permet de connaître la liturgie eucharistique pour la solennité de la Conception de la Vierge en vigueur dans l’Angleterre de la seconde moitié du XIe siècle et constitue un élément de comparaison pour les liturgies continentales postérieures. Il porte ce nom car il fut donné par cet évêque à la cathédrale Saint-Pierre d’Exeter. Il a été écrit sur le continent, mais agrémenté d’un nombre assez important de rajouts sur le sol anglais3, parmi lesquels, dans le sanctoral, se trouve la messe de la Conception de Marie. Elle n’est constituée que des trois prières sacerdotales, la collecte, la secrète et la postcommunion, prières où s’exprime le mieux le culte d’un saint. Dans les hymnes et les lectures bibliques, l’expression de la croyance est assez vague et ces pièces sont souvent interchangeables d’une solennité de la Vierge à l’autre. Warren, qui fut l’éditeur du missel de Léofric, propose de le dater du troisième quart du XIe siècle, entre 1050 et 1072. Ce document est d’une extrême importance car, d’une part, il est, jusqu’à présent, le plus ancien manuscrit européen à proposer le 6 des ides de décembre un office glorifiant la génération de Marie, et, d’autre part, cette messe est une composition originale qui ne reprend aucune des prières des sacramentaires grégoriens. De surcroît, il a servi, comme nous allons le voir, de modèle à un certain nombre de monastères français quand ils ont décidé de fêter Marie dans sa conception. Et enfin, grâce à ce document, on peut élaborer un début de classement des manuscrits autre que chronologique ou géographique. En effet, puisque les trois grandes prières sacerdotales constituent la « colonne vertébrale » de la messe d’un saint, et que ce sont les seules qui existent dans le missel d’Exeter, il suffit de centrer son attention sur ces trois pièces, ignorant pour un temps toutes les autres, et d’effectuer des regroupements. La collecte, la secrète et la postcommunion telles qu’elles apparaissaient dans le manuscrit d’Oxford, se retrouvent à l’identique dans sept autres documents. Voici donc, dans la transcription qu’en donne Warren, l’office de la Conception de la Vierge Marie tel qu’il apparaît dans le missel de Léofric et qui constitue ce que désormais pour des raisons de commodité nous nommerons le type A :

  • 4 « [Collecte] Dieu, qui, par la prophétie de l’ange, as prédit à ses parents la conception de la bie (...)

Conceptw. s. marne virginis. [Coll.]: Deus qui beate marne virginis conceptionem angelica vaticinio parentibus predixisti, presta huic presentifamilie tue eius praesidiis muniri, cuius conceptionis sacra solemnia congruafrequentatione veneratur. Per. Secr.: Sanctifica, domine muneris oblati lamina, et beate dei genitricis saluberrima interventione nobis salutaria fore concede. Per. Ad Comp1.: Repleti vitalibus alimoniis. et divinis refecti mysteriis, supplices rogamus, omnipotens deus, beate marie semper virginis, cuius venerandam collimus conceptionem, pie interventione a squalorum erui inmanium dominatione. Per4.

4On retrouve à peu près mot pour mot les mêmes prières dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles suivants : le missel de Winchester (Le Havre, 330), le sacramentaire du Mont-Saint-Michel (Rouen, 116 suppl.) et son missel du XIIIe siècle (Avranches, 42) le livre liturgique qui fut à l’usage de l’église de Montaure (Rouen, 305), le missel de Cologne (BNF, lat. 12055), celui de Saint-Corneille de Compiègne (BNF, lat. 17307) et enfin celui de Saint-Amand (BNF, lat. 1101) qui ne contient quant à lui qu’une seule des trois prières citées, la collecte. Il est extrêmement tentant d’en déduire que le missel d’Exeter a servi directement ou indirectement de modèle à ces volumes.

  • 5 Léopold Delisle, « Missel de Winchester. Communication de M. Ch. Fierville, correspondant au minist (...)
  • 6 À Rouen, la célébration du 8 décembre est accompagnée d’une procession solennelle, dont on connaît (...)

5Cependant il nous est parvenu un autre manuscrit, aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale du Havre sous la cote 330 (A 32), composé, semble-t-il5, vers 1120 dans le monastère bénédictin de Winchester, puis conservé à l’abbaye de Saint-Wandrille, et qui contient l’office du 8 décembre. Nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui de dire qui a importé la fête en Normandie, mais Saint-Wandrille serait le lieu d’introduction de la fête sur le continent. Nous possédons donc, non pas des preuves formelles, mais un faisceau de convergences qui tendraient à montrer que, dès le premier quart du XIIe siècle, on connaît et l’on fête à l’abbaye de Fontenelle, le 8 décembre, la conception de la Vierge selon un rite propre à cette solennité6.

  • 7 Victor Leroquais, Les Sacramentaires et les missels des bibliothèques publiques de France. Paris, 1 (...)
  • 8 Voir François Avril, Manuscrits normands du XIe-XIIe siècle. Rouen, musée des beaux-arts, 1975, p.  (...)
  • 9 Henri Ornont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Biblio (...)

6Le manuscrit 116 suppl. de la bibliothèque de Rouen va dans le même sens, et, dans une certaine mesure, confirme cette hypothèse. Il est le plus ancien et certainement le plus beau document du corpus de manuscrits liturgiques contenant une référence à la solennité de la Conception. D’après Victor Leroquais, ce fragment de sacramentaire carolingien du Xe siècle provient du Mont-Saint-Michel pour lequel il a été exécuté7 et il est probablement une partie du manuscrit aujourd’hui conservé à la bibliothèque Pierpont-Morgan de New-York sous la cote 6418. La Missa in die Conceptionis Sanctae Mariae qui se situe tout à la fin du livre, au folio 44, est un ajout du XIIe siècle, et même du début de ce siècle9, qui tente d’imiter par l’écriture et la mise en page le style du sacramentaire. Le rituel est identique en tout point à celui du missel de Winchester : la collecte, la secrète, la préface et la postcommunion ne diffèrent pas d’une virgule d’un manuscrit à l’autre. De là à penser que les deux missels ont une source commune, il n’y a qu’un pas que l’on peut franchir aisément. On a donc eu entre les mains au scriptorium du Mont soit le missel de Winchester, mais rien ne l’indique, soit un autre livre liturgique voisin du précédent mais qui est perdu, soit un libellus. Cependant les libelli conservés sont postérieurs aux manuscrits cités et contiennent non plus la messe, mais l’office du 8décembre. Demeure une dernière hypothèse, celle qui consiste à dire que la brièveté des prières sacerdotales autorise à penser que les moines ont diffusé cette messe en l’apprenant par cœur. Par la suite, cette messe selon le modèle de Léofric continue d’être recopiée à l’intérieur de l’ordre bénédictin.

  • 10 Ce missel du Mont-Saint-Michel du début du XIIIe siècle provient de la bibliothèque municipale d’Av (...)
  • 11 Le ms. 305 (A 166), Rouen, BM, est un missel de la première moitié du XIIIe siècle d’assez grandes (...)

7Au début du XIIIe siècle, nous savons que l’on continue au Mont-Saint-Michel à solenniser toujours de façon identique la Conception de la Vierge, grâce à un missel qui intègre dans le corps même du manuscrit, et non comme un rajout, la messe du 8 décembre10. Désormais la solennité se généralise en Normandie. En est témoin ce missel, dont on ignore l’origine, mais qui fut à l’usage de l’église de Montaure du diocèse d’Évreux, avant d’être utilisé à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. Outre les principales prières, il donne les incipit des chants et les lectures à faire ce jour-là11. Au fur et à mesure des années, la structure primitive de la messe, d’abord composée des trois prières que récite le prêtre, s’enrichit de divers chants et de lectures de l’Ancien et du Nouveau Testament. Cependant aucune de ces pièces n’est originale ; ce sont, pour la plupart, celles que l’on trouve dans la liturgie du 8 septembre, jour anniversaire de la naissance de la Vierge Marie.

  • 12 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris, Letouzey et Ané, 1910, p (...)

8Cette messe possède une structure théologique extrêmement sommaire. Dans la collecte, les fidèles demandent à Dieu d’être mis sous la protection de Marie. Dans la secrète, ils le prient d’être rachetés par l’entremise de la Vierge. Enfin, dans la prière de postcommunion, l’assemblée conjure le Tout-Puissant de la libérer du péché, toujours grâce à l’intervention de la mère de Dieu. Ces trois prières qui sont des demandes et des supplications s’adressent toutes à Dieu et réclament toutes la médiation de Marie. Elles ont toutes pour objet la Rédemption, qu’elle soit préservation du péché comme dans la collecte, ouverture sur le Paradis comme dans la secrète, ou libération du mal comme dans la prière de postcommunion. Il est significatif que le mal et le péché soient au cœur du propos de cette messe quand la grande question posée par la fête de la conception concerne également la transmission ou la préservation de la faute d’Adam à Marie. Seuls deux thèmes sont récurrents : celui de la conception et celui de la médiation de Marie. En ce qui concerne le premier, notons dès à présent une absence totale de définition. On ignore ce que signifie, pour l’auteur liturgique de cette messe, la génération de la Vierge. Ce point est d’une importance capitale car il induit le sens de la fête. Une indication nous est cependant apportée sur les circonstances de cette génération. En tête de l’office eucharistique, on lit : « Dieu, qui par la prophétie de l’ange as prédit à ses parents la conception de la bienheureuse vierge Marie... » Il s’agit de la seule et unique allusion, tant dans les missels que dans les bréviaires des XIIe et XIIIe siècles, aux légendes de l’enfance de la Vierge tirés des Évangiles apocryphes12 et qui pourrait dénoter une influence byzantine de ce premier formulaire de la messe du 8 décembre.

  • 13 Le Havre, BM, ms. 330, fo 165, début du XIIe siècle.
  • 14 « Ortum » dit le texte ; c’est à la fois le commencement et la naissance. Même en admettant qu’il f (...)
  • 15 « Quam ante ortum ita sanctificasti, ante conceptum sic Sancti Spiritus illustratione et uirtute al (...)

9Mais bien plus intéressante est la préface qui débute par ces mots : « Cuius virginis matris conceptions sollempnia... » Elle ne nous est parvenue qu’à deux exemplaires, l’un contenu dans le missel de Winchester13, l’autre dans un rajout au sacramentaire du Mont-SaintMichel. Elle est digne d’intérêt d’une part parce qu’elle a été créée spécialement pour la fête de la Conception et que, d’autre part, elle possède un contenu théologique nettement affirmé et qu’enfin elle est, au XIIIe siècle, l’objet de ce que nous appellerons plus loin une censure liturgique. On y honore la Vierge de titres glorieux : « temple du Seigneur », « sanctuaire du Saint-Esprit ». La Vierge mérite de porter tous ces titres car, dit l’officiant s’adressant à Dieu : « Tu l’as sanctifiée avant le commencement14, avant la conception tu l’as couverte [protégée] sous l’action du Saint-Esprit et par les vertus les plus hautes15. » La Vierge est digne d’être reine, mère, épouse et vierge parce qu’avant même d’être conçue, le Saint-Esprit l’avait comblée de grâces. Elle est sainte avant même d’être. Elle l’a donc toujours été, et jamais le péché originel n’a pu la toucher. En conséquence, on peut affirmer sans l’ombre d’une hésitation que cette préface est immaculiste, puisqu’elle sous-entend que la Vierge a été conçue sans péché. C’est un des rares textes liturgiques, pour les XIIe et XIIIe siècles, qui le dise aussi nettement. Bien qu’étant associée à la messe selon le rite du missel de Leofric, elle n’en faisait pas partie. Probablement composée postérieurement, cette préface n’a été intégrée qu’au XIIe siècle, d’abord en Angleterre, à la liturgie eucharistique du 8 décembre. Ceci pourrait expliquer pourquoi certains manuscrits du XIIe siècle la contiennent et d’autres pas. Elle disparaît au XIIIe siècle, nous verrons pourquoi plus loin.

10Au travers de cette messe propre à la fête de la Conception et de sa préface, une série de raisons sont invoquées pour justifier l’existence de la solennité. Elles en indiquent le sens et en même temps induisent une certaine orientation théologique. La messe de Leofric est très nettement immaculiste, mais son argumentation est pauvre : les conditions de la conception de Marie sont saintes puisqu’elle est née de vieux parents, ce qui exclut la concupiscence de l’acte sexuel et que cet événement fut l’objet d’une annonciation. La préface « Cuius matris conceptions sollempnia » qui accompagne cet office eucharistique affirme, sans apporter aucun argument, que la Vierge a été comblée de grâces avant même d’être, avant sa conception.

L’émergence de rites liturgiques divers (milieu XIIe-fin XIIIe siècle)

11L’Epistola ne sonne pas le glas de la solennité. Bien au contraire les témoignages se multiplient dans la seconde moitié du XIIe siècle selon des rituels différents qui sont le reflet des théologies de la sanctification ou de la préservation de la Vierge. La Normandie avait jusqu’à présent offert le plus de témoignages liturgiques. Désormais, la fête se propage dans tout le Nord de la France

12Un groupe de manuscrits que j’appelle D, originaires de la région de Douai et conservés dans la bibliothèque municipale de cette ville, présente la particularité que chaque messe de la Conception contenue dans chacun des deux livres est unique en son genre. Si les cantiques sont repris du vieux fond hymnologique marial, les prières sacerdotales sont originales en ce sens qu’on ne les retrouve dans aucun autre office du 8 décembre de l’époque. Le missel noté d’Anchin (Douai, BM, ms. 90), datant de la fin du XIIe siècle, est à cet égard tout à fait significatif. Et la messe de la Conception dans le missel de l’abbaye de Marchiennes (Douai, BM, ms. S3) est tout à fait similaire à celle du manuscrit 90. Les chants et les répons sont parfaitement identiques. Les trois prières sacerdotales et la préface présentent le même type de caractéristiques que celles du missel d’Anchin. La collecte qui commence par les mots Deus qui de beate marie uirginis... est empruntée à la messe de l’Annonciation du sacramentaire grégorien Hadrianum. La secrète In mentibus nostris domine uere fidei comme la postcommunion Graham tuam domine mentibus nostris ont exactement la même origine. Quant à la préface Et te in conceptione, il s’agit toujours de celle de l’Assomption, mais on y a substitué conceptione à ueneratione. Dans l’un comme dans l’autre missel, on s’est inspiré d’une fête de la Vierge que l’on a recopiée pour fabriquer une liturgie nouvelle avec du matériau ancien. Les copistes qui ont réalisé la messe de la Conception dans les manuscrits de Douai se sont inspirés pour le manuscrit 90 de la liturgie de l’Assomption, pour le 83 de celle de l’Annonciation. Bien que n’utilisant pas la même solennité, ces deux manuscrits appartiennent en fait à une seule et unique « famille », le type D, dans la mesure où ils emploient un procédé de composition liturgique semblable, se servent du même genre de sacramentaire héritier de l’Hadrianum, et enfin proviennent tous deux de la même aire géographique, Douai et ses environs.

  • 16 « À [la fête de] la Conception de sainte Marie, tout est selon [la fête de] sa nativité avec la mém (...)

13On ne peut établir un réseau de filiations entre les manuscrits du type B, ceux qui s’inspirent directement de la messe de la Nativité de la Vierge car il n’existe qu’un seul schéma de messe du 8 septembre. La solennité célébrant la naissance de Marie faisait partie intégrante du sacramentaire grégorien, et l’ensemble des formules qui y sont proposées est identique à celles des missels postérieurs. On retrouve, dans les uns comme dans les autres, les mêmes prières, les mêmes chants, les mêmes lectures. Ainsi quand la pratique s’est établie, pour célébrer la Vierge dans sa conception, de s’inspirer de l’autre fête qui solennisait sa venue au monde, la fête du 8 septembre, de sa Nativité, les clercs n’ont eu sous les yeux qu’une seule formule possible. Ils ne se sont d’ailleurs certainement pas servis de manuscrits exogènes, issus d’une autre abbaye, mais du livre, sacramentaire ou missel, dont ils disposaient sur place ; d’où l’inutilité de chercher des relations entre manuscrits de ce type, ou d’établir des liens entre monastères. C’est pourquoi certains scribes, plutôt que de risquer d’être redondants, ont préféré se contenter en lieu et place où habituellement se situent les formules eucologiques du 8 décembre, d’un simple renvoi à la fête de la Nativité de Marie. On lit, par exemple dans un missel rouennais de la première moitié du XIIIe siècle : « In conceptione sancte marie, omnia sicut in natiuitate eiusdem cum memoria aduentus exepto quod ubi dicitur ibi natiuitas uel similia hic dicatur conceptio uel similia16. »

  • 17 Le ms. 273 (A 287), fo 261 (Rouen, BM) est un ajout du XIIe siècle sur un sacramentaire de la 2e mo (...)

14Dès le milieu ou la seconde moitié du XIIe siècle, toujours au sein de l’ordre bénédictin, apparaît une messe selon un rituel autre que celui du missel de Leofric. Les six manuscrits qui la contiennent forment un ensemble dans lequel aucune prière n’appartient aux sacramentaires grégoriens. Au regard des célébrations antérieures de la Vierge, tout est nouveau. Ces trois prières, dans la transcription du sacramentaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Evroult d’Ouche17, sont les suivantes :

  • 18 « [Collecte] Dieu d’ineffable miséricorde qui sanctifia en les rachetant les forfaits de la femme [ (...)

[Coll] Deus ineffabilis misericordie qui Prime piacula indiens per uirginem sanxisti, da nobis quis conceptwms eius digne solemnia uenerari, quae unigenitum tuum uirgo concepit et uirgo peperit, dominion nostrum. Secr. Salutarem omnipotens pater hostiam immolantes imploramus clementiam tuam, ut genitricis filii tui supplicatiotiem complacatus, per earn nos et a peccatis absoluas et a uisionem glorie tue perducas. Per eundem. Post com. Celestis alimonie uegetati libamine, quos domine deus noster. ut nos gloriose semper uirginis continua foueat protectio cuius nostre causa salutis extitit hodierna conceptio. Per18.

  • 19 Le ms. 193 (Autun, BM) est un missel du dernier quart du XIIe siècle provenant de Saint-Philibert-d (...)
  • 20 Le ms. 295 A 398 (Rouen, BM) est un missel de Fécamp de la 2e moitié du XIIIe siècle. Voir Victor L (...)
  • 21 Légèrement postérieur, du milieu XIIIe siècle ou de la seconde moitié de ce siècle, le missel de Sa (...)
  • 22 Complet également l’office du missel noté de Langres (Paris, BNF, ms. lat. 9442) de la 2e moitié du (...)
  • 23 L’analyse la plus récente et la plus exacte du libellas est due à la plume de Jean Fournée dans « D (...)

15On retrouve ces trois prières à l’identique dans le missel de Saint-Philibert-de Tournus19, dans celui de Fécamp20 et avec de légères variantes dans ceux de Saint-Wandrille21 et de Langres22, et surtout dans un manuscrit non liturgique (Paris, BNF, ms. lat. 1816823) qui a appartenu en dernier lieu au prieuré clunisien Saint-Martin-des-Champs à Paris. Les folios 79 à 110 vo constituaient un libellas rédigé en Normandie au milieu ou dans la seconde moitié du XIIe siècle. Cet opuscule a pu être intégré à l’homéliaire à Saint-Médard de Soissons ou plus tard. Il est certain que c’est grâce à ce manuscrit et à d’autres du même type que la célébration du8 décembre s’est propagée en France. Il se pourrait même que cette messe et l’office propre qui l’accompagne soient des créations normandes.

16La messe de type C ou de type « français » – ainsi dénommée du fait qu’elle ne semble pas être venue d’Angleterre ni d’ailleurs, mais avoir été créée en France – présente une structure théologique différente de celle de Leofric. La collecte donne le fondement dogmatique, apporte la justification à la célébration de la solennité : il est bon de fêter la génération de Marie car elle est vierge et mère du Christ vrai Dieu et vrai homme, mais aussi car elle est la nouvelle Ève, ou plutôt l’anti-Ève. A la faute de la première femme répond la sainteté de Marie. La secrète offre l’image d’une Vierge implorant à deux genoux son fils pour qu’il accorde pardon et Rédemption aux pauvres pécheurs. La Deipara est présentée comme la grande médiatrice entre l’humanité et la divinité. Enfin la postcommunion montre Marie à la fois protectrice de l’humanité et origine du salut des hommes. À travers ces trois prières sacerdotales, il ressort qu’on n’affirme pas réellement que la Vierge a été préservée du péché originel ou bien qu’elle en a été purifiée, mais que le début de sa vie annonce celui qui est la Vie.

  • 24 Cette préface est présente dans les manuscrits de Rouen (BM, ms. 290, fo 2735 et ms 273, fo 261), d (...)

17Cependant la préface spécifique à cette messe : Tuam domine clementiam et ab eterno prescientiain24 reprend le parallèle Ève/Marie et l’enrichit notablement. Tout d’abord, Marie en tant que femme est honorée : c’est par une femme que le péché est entré dans le monde, c’est par une autre femme que le salut y a pénétré. Il semblerait en outre que l’auteur de cette préface ait voulu dire que, bien qu’Ève et Marie soient du même sexe et de même nature, la Vierge possède grâce à sa constitution quelque chose de plus qu’Ève. Il tient ces propos sibyllins : « Le même sexe mais autre : car les privilèges des vertus y sont plus remarquables. L’origine est complètement semblable, mais le rapport de l’origine est dissemblable. » Marie est une femme et en tant que telle de même nature qu’Ève, mais les grâces reçues sont bien plus abondantes chez la première que chez la seconde. Il existe une supériorité de Marie dans l’ordre de la grâce sur Ève. La Vierge répare les dégâts causés par la première femme en engendrant le Messie et en écrasant le serpent, figure symbolique de Satan. Cette image de la femme engendrant le Messie tout en foulant aux pieds le serpent renvoie au verset 15 du chapitre III de la Genèse, mais surtout au chapitre XII de l’Apocalypse qui inspirera à l’extrême fin du Moyen Age l’iconographie de l’immaculée Conception. La conséquence directe de cette vision des choses : Marie rétablit l’ordre originel, celui qui existait avant la faute adamique ; c’est pourquoi « on se réjouit de ce que le préjudice causé par son amoindrissement soit restauré ». Marie apparaît donc à travers cette préface comme la première des recréés et celle qui rétablit l’ordre troublé par Ève. De même nature qu’elle, elle lui est supérieure dans l’ordre de la grâce. On peut aussi se demander dans quelle mesure l’auteur n’a pas dans l’idée que le péché d’Ève est effacé par la nature de Marie, ce qui serait une autre formulation de l’immaculée Conception. Mais ce n’est pas explicitement dit, soit par manque de conviction, soit, plus vraisemblablement, par prudence. L’apport fondamental de cette préface réside dans cette image de Marie anti-Ève, image mentale liée de façon indissociable à sa conception.

18Le rôle joué par la Normandie dans cette éclosion liturgique est remarquable : la moitié des manuscrits contenant une messe pour le 8 décembre en provient et l’on y retrouve les trois grands rituels A, B et C. Et si le type A provient d’Angleterre, le type C pourrait bien être une création normande.

La liturgie, enjeu de la querelle de l’immaculée Conception (XIIIe siècle)

19La rédaction de l’Epistola était motivée par le fait qu’un chapitre canonial est une autorité et que celui de Lyon en avait beaucoup. De ce fait, en laissant faire les choses, la fête pouvait devenir « authentique ». C’était un risque. Par sa lettre, saint Bernard avait l’intention de mettre un terme à un processus d’authentification et donc d’autorisation. Or cette fête continue à se propager après 1139. Entre le début du XIIe et la fin du XIIIe siècle, sur cet espace géographique qui est aujourd’hui la France, la solennité du 8 décembre devient progressivement une tradition, c’est-à-dire qu’elle s’ancre localement dans les habitudes liturgiques. Cette situation paradoxale pose un problème tant à ceux qui veulent propager la solennité qu’à ceux qui veulent qu’elle cesse. Pour ses promoteurs, il faut la justifier, pour ses détracteurs la dénoncer ou l’épurer.

20Pour les promoteurs de la solennité, avoir recours à une tradition liturgique ne suffisait pas pour l’autoriser : il eût fallu pouvoir la justifier par la Parole de Dieu et en premier lieu les Écritures, ce qui n’était pas possible. Restaient les écrits apocryphes, et en particulier le Protévangile de Jacques, la légende d’Elsin et les sermons. Or, on l’a vu, les allusions au Protévangile sont extrêmement succinctes, seul le rituel A l’évoque, et il est absent de l’office de la Conception. Surtout, ce récit apocryphe est anecdotique et s’il relate les circonstances matérielles de la conception de la Vierge, il ne dit rien de son éventuelle préservation du péché originel. Restaient deux textes qui pouvaient servir la cause du 8 décembre : le Miracle d’Elsin et le Conceptio veneranda.

21Dans le premier texte, la solennité de la Conception de la Vierge Marie a été conseillée par la Vierge elle-même, ce qui signifie que le Ciel en est l’auteur. C’est pourquoi, on va utiliser ce récit comme argument d’autorité. Le miracle d’Elsin que j’appelle un miracle de propagande, dans la mesure où il tend vers un but précis : favoriser, propager le culte de sainte Marie, accorde la bénédiction divine à tous les fervents propagateurs de la fête du 8 décembre. Comment ne pas solenniser sa conception puisque c’est le désir de la Vierge, puisque c’est sa volonté ? Encore faut-il ne pas douter, comme saint Bonaventure, de la véracité du miracle. Cependant, l’emploi du Sermo de Conceptione sanctae Marine, faussement attribué à Anselme de Cantorbéry, comme leçons pour l’office des matines, relatant l’histoire d’Elsin, était paradoxal au sein d’une liturgie qui n’appliquait pas les consignes célestes. Cet état de fait ne peut s’expliquer que par la volonté de se défendre contre les attaques des détracteurs de la solennité.

  • 25 Aquilinus Emmen, « Epistola pseudo-anselmiana “Conceptio veneranda” eiusque auctoritas in litteratu (...)
  • 26 PL, t. CLIX, col. 322.
  • 27 Ibid., col. 323-324.

22Le second texte est une lettre intitulée Conceptio ueneranda, qui circule à partir des années 1200 sous le pseudonyme d’Anselme de Cantorbéry, et qui est utilisée dans la liturgie dès la première moitié du XIIIe siècle25. Son auteur reprend à son compte la distinction des deux générations et propose l’une ou l’autre à la piété des croyants : « Car il y a deux conceptions dans l’homme (ceci est né de toutes les expériences), l’une dans laquelle l’union charnelle de l’homme et de la femme est mise en action, l’autre dans laquelle l’âme spirituelle neuve et pure est adjointe de façon divine par Dieu créateur au corps. S’il déplaît de célébrer cette conception de la chair de la mère du Seigneur, au moins plaira-t-il de célébrer la création de son âme spirituelle et l’union du corps avec l’âme26. » En conclusion, il propose de fêter le 6 des ides de décembre « l’une et l’autre de sa conception vénérable, spirituelle bien évidemment, et humaine pour que nous méritions d’être arrachés par ses mérites et ses prières aux soucis du monde et d’être conduits à la joie éternelle par notre Seigneur Jésus Christ27 ». Dans l’un comme dans l’autre cas, il s’agit d’honorer non le péché, mais sa préservation.

23Les détracteurs de la solennité se sont trouvés au XIIIe siècle devant une situation inédite : la propagation d’une liturgie mariale pourtant explicitement condamnée par saint Bernard. Leur combat s’est alors organisé selon deux modalités principales. Soit ils ont censuré partiellement ou totalement la fête en supprimant telle préface, en substituant tel rite à tel autre, soit ils ont orienté la piété des fidèles vers une fête de la sanctification de la Vierge et non plus de sa Conception. Désormais tous les différents types d’offices et de messes se propagent et il n’en apparaîtra plus de nouveaux. Mais parce que le XIIIe siècle voit se développer la controverse et que la position de saint Bernard exposée dans sa Lettre aux chanoines de Lyon se diffuse, les données de la question diffèrent. On ne peut plus alors envisager les liens entre liturgie et théologie de la même manière qu’au siècle précédent. Face à l’Université de Paris, aux théologiens issus des Écoles, hostiles à l’affirmation de l’exception mariale, les liturgies propres à la fête (types A et C) se retrouvent dans une position défensive ; tandis que les liturgies du type Nativité (type B), ayant reçu l’aval de la plupart des autorités, peuvent s’épanouir librement.

  • 28 Le ms. 330 de la BM du Havre et le ms. 116 suppl. de la BM de Rouen.
  • 29 Les mss. 273 et 290 de la BM de Rouen et le ms. 193 de la BM d’Autun la contiennent.

24L’étude de la pérennité des préfaces révèle l’influence de la controverse sur la liturgie. Ainsi, la préface Cuius uirginis matris conceptions, qui était présente dans les deux plus anciens manuscrits contenant un office eucharistique du 8 décembre28, et la préface Tuam domine clementiam29 disparaissent au XIIIe siècle. À l’abbaye du Mont-Saint-Michel, début XIIIe, les moines du scriptorium refondent leur livre liturgique et intègrent tout à fait naturellement cette messe de la Conception au corps du missel dans la partie qui lui est réservée, au sanctoral. Cependant, ils commettent, non pas une erreur, mais une substitution : à la place de la préface Cuius conceptions uirginis matris, on a celle bien classique, héritée des vieux sacramentaires grégoriens et utilisée pour l’Assomption, Et te in ueneratione. Il s’agit du remplacement d’un texte par un autre, donc on ne peut accuser le scribe d’étourderie : il s’agit d’un acte délibéré. Or l’ancienne préface affirmait sans ambiguïté la préservation originelle de Marie. En langage moderne, on appelle cela censurer un texte. Au XIIIe siècle, contrairement à ce qui avait pu se passer au siècle précédent, il y a une pensée dominante : la Vierge n’a pu être conçue sans le péché originel, il n’est donc pas possible de célébrer la mémoire de cet événement, seule sa purification intra-utérine peut faire l’objet d’une solennité. Au scriptorium de la Sainte-Trinité de Fécamp, on observe le même phénomène. Nous avons conservé deux missels, l’un du XIIe, l’autre du XIIIe siècle, contenant la messe de la conception selon le type français. Comme pour les manuscrits du Mont-Saint-Michel, le plus ancien, dans lequel la liturgie de la conception est un ajout, contient la préface Tuam domine clementiam. Or, quand, au siècle suivant, les moines du scriptorium décident d’intégrer cette nouvelle célébration au sanctoral de leur missel, ils « omettent » de recopier ladite préface pour les mêmes raisons que celles qui sont évoquées précédemment. Le privilège marial n’y est pas clairement énoncé, mais cette prière met en valeur la nature de Marie, par opposition à celle d’Ève, sans qu’il soit nullement question de purification du péché. Cette préface n’est pas explicitement immaculiste, mais le contexte, le fait que nous soyons en présence d’une préface propre à la fête de la conception, l’oriente dans ce sens. Une fois encore on a expurgé la liturgie eucharistique du seul élément qui lui donne un sens immaculiste.

  • 30 Il rédige vers 1160-1164 une Summa de ecclesiasticiis officiis, éditée dans Corpus christianorum. C (...)
  • 31 Hugues de Pise, Commentaire du décret de Gratien De Consecratione, dist. 3, c. 1, Pronuntiandum ; S (...)
  • 32 Augustin Novon, « Notes bibliographiques », Bulletin de littérature ecclésiastique, mai 1914, p. 21 (...)
  • 33 Cité par Xavier Le Bachelet dans le DEC, col. 1039.
  • 34 Pastilla super Eccl. VIII, Pierre de Alva y Astorga, Radii Solis, col. 1126 ; cité par le DTC, col. (...)
  • 35 Albert Lecoy de La Marche (éd.). Anecdotes historiques, légendes, apologues tirés du recueil médit (...)
  • 36 Ibid., p. 93-94 : « Mais cependant parce que sa conception est spirituelle, il va de soi qu’elle se (...)
  • 37 À la suite de cette exposition du sens à donner à la solennité de la conception, Étienne relate à s (...)
  • 38 Ibid., p. 94-95.
  • 39 Sententiae, Livre III, dist. iii, p. 1, q. 1.
  • 40 Palémon Glorieux, « Une question inédite de Gérard d’Abbeville », Recherches de théologie ancienne (...)
  • 41 Éditée par Palémon Glorieux, ibid, p. 287.

25Forts de l’autorité morale de Bernard et du poids de son verbe, trois auteurs ecclésiastiques, rédacteurs d’écrits théoriques, vont affirmer dès la seconde moitié du XIIe siècle, qu’il est tout à fait déconseillé de fêter la conception de sainte Marie car, disent-ils, elle fut conçue avec le péché originel : Jean de Beleth30, Sicard de Crémone, qui fut canoniste et évêque de cette ville en 1185, et Hugues de Pise. Ces deux derniers soutinrent dans leurs écrits les mêmes thèses que Jean de Beleth : la fête de la conception a existé et peut-être existe-t-elle encore, mais comme elle n’est pas authentique, elle serait plutôt à rejeter31. A partir du début du XIIIe siècle, les scolastiques hostiles à une célébration de la préservation de Marie du péché originel – ce qui signifie qu’elle continue à exister – admettent à la même date la célébration d’une fête dont l’objet est la purification du péché originel de l’âme de la Vierge, c’est-à-dire d’une fête de la sanctification. Alexandre Neckam dans son commentaire sur le Cantique des cantiques32 ouvre indéniablement une nouvelle période. Après avoir distingué dans le troisième chapitre, trois conceptions chez l’être humain : celle du corps, celle de l’âme et celle de la grâce, il propose aux adversaires de la fête de célébrer ce qu’il nomme la conceptio spiritualis ou conception spirituelle, c’est-à-dire la purification du péché originel : « En effet, écrit-il, qui pourra nier à juste titre que la solennité doit être établie en raison de la sanctification par laquelle la bienheureuse Vierge fut sanctifiée dans l’utérus33 ? » Il ouvre une nouvelle période, d’une part car les auteurs qui vont épouser sa vision des choses appartiennent tous au XIIIe siècle, d’autre part parce qu’il propose un changement dans la façon d’envisager la commémoration de la conception de Marie. Elle se transforme en une solennité de la sanctification, de la purification in utero de Marie, laquelle après avoir, comme tous les fils d’Adam subi le contact avec le péché originel, en a été libéré avant la naissance. De façon certes commode, mais assez artificielle, il propose de conserver la date du 8 décembre qui est celle de la conceptio seminum ou conception charnelle, pour honorer la conceptio spiritualis qui a lieu peu de temps après la conceptio naturarum ou infusion de l’âme. Hugues de Saint-Cher ajoute qu’il faut que « ceux qui la célèbrent aient en considération sa sanctification, par quoi elle fut sanctifiée dans l’utérus de sa mère34 ». Un autre dominicain, Étienne de Bourbon, a une attitude similaire35 : son opposition porte sur une fête de la conception charnelle de Marie, ce qui encore une fois est un témoignage de la solennité telle qu’elle était célébrée au XIIIe siècle36. Étienne voudrait éviter de condamner sans appel ceux qui commémorent les débuts de la vie utérine de Marie. Peut-être même y a-t-il chez lui une volonté de rallier, de rassembler les fidèles qui sont en train de se fourvoyer. Alors, peut-être par souci pastoral, il expose ce qui, à l’époque, apparaît comme le « liturgiquement correct », ce qu’il convient de faire, dans quel esprit, le seul, il est possible de vénérer la Vierge le8 décembre : rien n’a été préservé en Marie, ni son corps, ni même son âme, mais tout a été purifié, une fois l’âme unie au corps, événement que l’auteur situe « autour du quarantième jour », mais qui peut varier selon les écrivains, sans que la théorie de l’infusion en soit modifiée37. Sur les modalités proprement liturgiques, l’utilisation de l’office de la Nativité de Marie le jour du8 décembre, il écrit : « [...] qu’ils disent le même office de sa conception que celui qui est dit le [jour] de sa Nativité, une fois modifié ceci, à savoir que là où, dans l’office, on dit natiuitas, on dira conceptio38. » Or c’est précisément, comme on l’a vu plus haut, le sens qu’Etienne accorde à cette fête dite de la Conception, mais qui recouvre une autre réalité : la sanctification. Le franciscain italien contemporain et ami de Thomas d’Aquin, Bonaventure, dans son troisième livre des Sentences39, Gérard d’Abbeville, qui en 1269 soutint une dispute quodlibétique à propos de la conception de la Vierge40, comme Thomas d’Aquin dans la dispute quodlibétique de Pâques 1272, Utrum liceat celebrare conceptionem Dominae Nostrae41, maintiennent des positions similaires.

  • 42 Albert le Grand (vers 1200-1280), qui fut le maître de saint Thomas, qualifie d’hérétique l’idée se (...)
  • 43 Summa Théologica, III, q. 27, d. 2.

26D’une part, si plus personne au XIIIe siècle ne célébrait la véritable fête de la conception, ni Thomas, ni ses contemporains42 n’auraient éprouvé le besoin de préciser le sens particulier à donner à la commémoration du8 décembre. Pour Thomas, cette date, à défaut de connaître celle précisément de l’infusion de l’âme, doit être la festum sanctificationis, selon l’expression qu’il utilise dans la Somme théologique43. Saint Thomas a raison de rebaptiser la solennité du8 décembre car, de cette façon-là, il lève une équivoque. Dans son optique, comme dans celle des grands scolastiques, une fête de la Conception n’a pas lieu d’être, seule une fête de la Sanctification est tolérable. Ces deux solennités portent au XIIIe siècle trop souvent le même nom, mais semblent toutefois coexister en assez bonne intelligence. D’autre part il est possible, à la fin du XIIIe siècle, d’établir une géographie de la fête qui met en évidence une zone centrée sur l’Ile-de-France, où c’est la fête de la sanctification de Marie qui domine à travers les messes et les offices reprenant les liturgies de la nativité de Marie, et le reste du royaume, où c’est une fête de la Conception de la Vierge marquée par les rites propres à la solennité qui est le modèle le plus répandu.

27On constate donc l’existence de rapports subtils entre liturgie et normativité, piété et réflexion dogmatique. C’est une tentative propre à l’Occident de tenir l’équilibre entre ce qui relève de la spiritualité des individus ou des groupes d’individus et la réflexion dogmatique. Cela tient essentiellement de la difficulté à intégrer à la Tradition une nouvelle solennité. Celle-ci apparaît en définitive davantage tenir dans la forme comme dans le fond de la Tradition, même si l’introduction de la fête n’a pas été toujours vécue ainsi en France au Moyen Âge. En définitive, à la fin du XIIIe siècle, la fête apparaît comme une « innovation traditionnée », en ce sens que sa persistance l’ancre dans les habitudes liturgiques transmises de génération en génération et met ses détracteurs dans l’obligation de trouver un compromis entre liturgie et théologie.

Notes

1 Sancti Bemardi opéra. Epistola CLXXIV : ad canonicos Lugdunenses de conceptiones Marine, Jean Leclercq et Henri Rochais (éd.), Rome, Editiones Cistercienses 1974, t. VII, p. 388 ; Léopold-Joseph Grill, « Die angebliche Gegnerschaft des hl. Bernhard v. Clairvaux zum Dogma von der Unbefleckten Emptangnis Marias », Analecta Sacri Ordinis Cisterciensis, no 16, 1960, p. 61-65 ; G. Geenen, « Eadmer, le premier théologien de l’immaculée Conception », dans Virgo Immaculata, Acta Congressus Mariologici-Mariani Romae anno MCMLIV celehrati, Rome, [s. n.], 1955, t. V, p. 125-132 : Michel Rubellin, « L’Église de Lyon et saint Bernard », Papauté, monachisme et théories politiques. Études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, t. II : Les Églises locales, Lyon, 1994, p. 811-839.

2 Dans le cadre de cet article, je me suis limitée à l’étude des messes et j’ai focalisé mon attention sur la Normandie et les manuscrits normands.

3 Oxford, Bibliothèque bodléienne, Bodley ms. 579, fo 374. Voir Frederick Edward Warren (éd.), The Léofric Missal, Oxford, [s. n.], 1883 ; et Eric-George Millar, La Miniature anglaise du Xe au XIIIe siècle, Paris-Bruxelles, G. Van Oest, 1926, p. 122, no 44.

4 « [Collecte] Dieu, qui, par la prophétie de l’ange, as prédit à ses parents la conception de la bienheureuse Vierge Marie, porte-toi garant auprès de ta famille ici présente d’être abritée sous sa protection, elle dont la conception est vénérée par une sainte solennité selon l’usage qui convient. Par. Secrète. Sanctifie, Seigneur, l’ensemble des présents offerts et accorde-nous par l’intervention très salutaire de la bienheureuse Vierge Marie les portes du salut. Postcommunion. Repus des aliments qui donnent la vie et rétablis par les divins mystères, nous te prions à deux genoux. Dieu tout-puissant, par la pieuse intervention de la bienheureuse Marie toujours vierge, dont nous honorons la vénérable conception, d’être arrachés à la domination des monstrueuses saletés. »

5 Léopold Delisle, « Missel de Winchester. Communication de M. Ch. Fierville, correspondant au ministère, au Havre », Revue des Sociétés savantes. 1882, t. VI, 7e série, p. 34-41. Ce missel a été la propriété de Fontenelle où il a été catalogué vers 1733 sous la cote : c. ms. no 61. On ignore quand il est parvenu dans la célèbre abbaye. Comme rien n’indique dans le manuscrit qu’il ait eu un autre propriétaire, on peut supposer qu’une fois la Manche franchie, il y ait été apporté directement.

6 À Rouen, la célébration du 8 décembre est accompagnée d’une procession solennelle, dont on connaît l’existence pour l’année 1197. Voir Mgr Jean-Baptiste Malou, L’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie considérée comme dogme de foi, t. 1, p. 118, qui cite la Chronique Rouennaise et Gallia Christiana, t. XI, col. 56.

7 Victor Leroquais, Les Sacramentaires et les missels des bibliothèques publiques de France. Paris, 1924, t. 1, p. 75 et Michel Nortier, « Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie. Chap, iii : La bibliothèque du Mont-Saint-Michel », Revue Mabillon, no 47, 1957, p. 135-172.

8 Voir François Avril, Manuscrits normands du XIe-XIIe siècle. Rouen, musée des beaux-arts, 1975, p. 50, no 16.

9 Henri Ornont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Bibliothèque nationale, 1886-1897, t. XLIII, p. 201.

10 Ce missel du Mont-Saint-Michel du début du XIIIe siècle provient de la bibliothèque municipale d’Avranches (ms. 42). La messe de la Conception, au fo 192 vo, est plus complète que celle de Rouen (ms. 116 suppl.), de même origine.

11 Le ms. 305 (A 166), Rouen, BM, est un missel de la première moitié du XIIIe siècle d’assez grandes dimensions, utilisé à l’église de Montaure du diocèse d’Évreux, puis à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. Au fo 231 vo b figurent les trois prières sacerdotales et les incipit des chants et des lectures : « [Introït] Gaudemus omnes et caeterea. [Graduel] Benedicta et venerabilis. Epist. Ego quasi vitis. Evangelium. Liber generationis. Off. Ave maria gratia. Comm. Beata viscera. »

12 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris, Letouzey et Ané, 1910, p. 101-102. Voir aussi, pour une étude un peu plus récente du Protévangile : Papyrus Bodmer V. Nativité de Marie, Michel Testuz (éd.), Cologny-Genève, Bibliotheca Bodmeriana, 1958 ; et aussi Émile de Strycker, La Forme la plus ancienne du Protévangile de Jacques, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1961 ; et enfin Harm Reinder Smid, Protevangelium Jacobi, a commentary..., Assen, Van Gorcum et alii, s. d. [1965].

13 Le Havre, BM, ms. 330, fo 165, début du XIIe siècle.

14 « Ortum » dit le texte ; c’est à la fois le commencement et la naissance. Même en admettant qu’il faille traduire ce mot par « naissance », on ne peut y voir la doctrine de la sanctification, la suite de la phrase étant en contradiction totale avec cette pensée.

15 « Quam ante ortum ita sanctificasti, ante conceptum sic Sancti Spiritus illustratione et uirtute altissimi obumbrasti » (Jr 1, 5 et Pr 8, 22).

16 « À [la fête de] la Conception de sainte Marie, tout est selon [la fête de] sa nativité avec la mémoire de sa venue sauf que là on l’on dit nativité ou quelque chose de similaire, que l’on dise conception ou quelque chose de similaire. » (Paris, BNF, nouv. acq. lat. ms. 541, fo 155).

17 Le ms. 273 (A 287), fo 261 (Rouen, BM) est un ajout du XIIe siècle sur un sacramentaire de la 2e moitié du XIe siècle. Il proviendrait de l’abbaye bénédictine Saint-Evroult d’Ouche et fut ensuite en usage à Saint-Ouen de Rouen. Dans Michel Nortier, « Les bibliothèques médiévales », art. cité, p. 243 et 222 et dans François Avril, Manuscrits normands..., op. cit., p. 66, no 70.

18 « [Collecte] Dieu d’ineffable miséricorde qui sanctifia en les rachetant les forfaits de la femme [Ève ?] à travers la Vierge, accorde-nous d’honorer dignement les solennités de sa conception, et cette Vierge a conçu ton Fils unique et elle a enfanté Jésus-Christ Notre-Seigneur. Secrète. Père tout-puissant, nous qui immolons la victime salutaire, nous implorons ta clémence pour que toi, sensible à la supplication de la mère de ton fils, par elle, tu nous délivres de nos péchés et que tu nous conduises à la vision de ta gloire. Par. Postcommunion. Vivifiés par l’offrande de l’aliment céleste, nous te prions, ô Seigneur, notre Dieu, pour que la protection continue de la glorieuse toujours Vierge nous réchauffe, elle dont la conception célébrée aujourd’hui se manifesta comme la cause de notre salut. »

19 Le ms. 193 (Autun, BM) est un missel du dernier quart du XIIe siècle provenant de Saint-Philibert-de-Tournus. L’office du 8 décembre est un ajout en début d’ouvrage, au fo 2 ro et vo.

20 Le ms. 295 A 398 (Rouen, BM) est un missel de Fécamp de la 2e moitié du XIIIe siècle. Voir Victor Leroquais, op. cit., t. II, p. 153 et Michel Nortier, op. cit., t. XLVII, p. 28. Pour Henri Omont, qui a constitué un répertoire des manuscrits contenus dans les bibliothèques publiques de France, il provient de Saint-Wandrille, appelée parfois abbaye de Fontenelle. Mais pour Michel Nortier, ce manuscrit est bien originaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp.

21 Légèrement postérieur, du milieu XIIIe siècle ou de la seconde moitié de ce siècle, le missel de Saint-Wandrille (Rouen, BM, ms. 291 – A 329), présente au fo 158 vo b, outre les éléments constitutifs de la messe cités plus haut, les répons et acclamations. Au XVe siècle, on a même ajouté au fo 188 la vigile de la tête. Voir Victor Leroquais, op. cit., t. II, p. 119.

22 Complet également l’office du missel noté de Langres (Paris, BNF, ms. lat. 9442) de la 2e moitié du XIIIe siècle. La référence du calendrier comme l’office au fos 267-269, sont d’une autre main, mais qui daterait, d’après Victor Leroquais, à peu près de la même époque. Voir Victor Leroquais, op. cit., t. II, p. 156.

23 L’analyse la plus récente et la plus exacte du libellas est due à la plume de Jean Fournée dans « Du De conceptu virginali de saint Anselme au De conceptione sanctae Mariae de son disciple Eadmer », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Paris, Editions du CNRS, 1984, p. 721.

24 Cette préface est présente dans les manuscrits de Rouen (BM, ms. 290, fo 2735 et ms 273, fo 261), d’Autun (BM, ms. 193, fo 2) et de Paris (BNF, ms. lat. 18168, fo 110) : « Tuam domine clementiam et ab eterno prescentiam admirando predicari. qua decreti cÿroqraphum unde subnixum est inde uaticinandum cassandum ipsepromi(si)sti. Nam plasma tuum et imaginis transfusio (ad imaginent tuam factum) ne periret. idem sexus qui corruperat reparauit. Idem sed alterna uirtutum [fo 110 vo] prerogatiua prestantior. consimilis origo sed originis dispar proportio. Mater humani generis eua. corrupta mente uipereo liuori succubuit. Genitrix saluatoris mundi maria, signato pudore capud eius cominuit. Qua propter maiestatem tuam supplicitem exoramus, ut cuius hodie conceptionem celebramus in terris pro nobis exaudias orantem in celis. Hanc enim si cum omnium dignitate precellit fastigia meritorum ita pre omnibus priuilegiorum honore sublimasti. Merito iam celestis earn curia summisse ueneratur. per quant restaurari diminutions suae dampna letatur. [Il est juste et bon] de célébrer avec admiration ta bonté. Seigneur, et ta prescience de toute éternité par laquelle tu as promis d’annuler le texte de la loi sur lequel on s’appuyait, car pour que ta créature, transvasement de ton portait ne périsse pas, le même sexe qui l’avait corrompu l’a restauré. Le même, mais autre, car le privilège des vertus y est plus remarquable. L’origine est complètement semblable, mais la proportion de l’origine est dissemblable. Ève, mère du genre humain, succomba à la jalousie du serpent, son esprit étant corrompu. Marie, mère du Sauveur du monde, avant gardé son honneur, lui broya la tête. C’est pourquoi nous cherchons à taire fléchir ta majesté en te suppliant : pour que de nous qui célébrons sur la terre le jour de sa conception, tu exauces les prières pour nous au ciel. En effet, de même qu’elle surpasse en dignité les sommets de tous les mérites, ainsi tu l’exaltes aux veux de tous en témoignage de considération pour ses privilèges. Dès lors, pour sa valeur, la cour céleste la vénère humblement, elle grâce à qui l’on se réjouit de ce que les torts de sa chute soient restaurés. (C’est pourquoi avec les anges et les archanges...) »

25 Aquilinus Emmen, « Epistola pseudo-anselmiana “Conceptio veneranda” eiusque auctoritas in litteratura mediaevali de Immaculata », dans Virgo Immaculata. Acta congressus internationalis mariologici et mariani Romae anno MCMLIV celebrati, Rome, Academia Mariana Internationalis, 1955, t. V, p. 145.

26 PL, t. CLIX, col. 322.

27 Ibid., col. 323-324.

28 Le ms. 330 de la BM du Havre et le ms. 116 suppl. de la BM de Rouen.

29 Les mss. 273 et 290 de la BM de Rouen et le ms. 193 de la BM d’Autun la contiennent.

30 Il rédige vers 1160-1164 une Summa de ecclesiasticiis officiis, éditée dans Corpus christianorum. Continuatio medievalis, t. XLI A, chap, CXLVI. À propos de la commémoration de l’Assomption de Marie, il remarque « [qu’j il y a cinq fêtes de la Vierge qui sont authentiques : la première est la Nativité. En effet certains ont parfois célébré la fête de la Conception, et peut-être certains la célèbrent encore, mais elle n’est pas authentique, mieux encore il semblerait qu’elle soit à prohiber. En effet elle tut conçue dans le péché ».

31 Hugues de Pise, Commentaire du décret de Gratien De Consecratione, dist. 3, c. 1, Pronuntiandum ; Sicard de Crémone, Mitrale, Livre IX, chap. xliii, PL, t. CCXIII, col. 421.

32 Augustin Novon, « Notes bibliographiques », Bulletin de littérature ecclésiastique, mai 1914, p. 213.

33 Cité par Xavier Le Bachelet dans le DEC, col. 1039.

34 Pastilla super Eccl. VIII, Pierre de Alva y Astorga, Radii Solis, col. 1126 ; cité par le DTC, col. 1069.

35 Albert Lecoy de La Marche (éd.). Anecdotes historiques, légendes, apologues tirés du recueil médit d’Etienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, Société de l’histoire de Prance, 1879, p. 93-95 (pars II, titulus VI, « De festo conceptione »).

36 Ibid., p. 93-94 : « Mais cependant parce que sa conception est spirituelle, il va de soi qu’elle se fit dans l’utérus maternel quand, autour du quarantième jour, son corps avant été organisé dans l’utérus de sa mère, son âme fut infusée et sanctifiée dans l’utérus ; vers cette conception secrète doivent orienter sa fête ceux qui célèbrent la solennité de sa conception, quand, bien entendu, la grâce de Dieu avant été infusée dans l’utérus de sa mère, le Très-Haut sanctifia sa tente et la consacra dans le temple du Saint-Esprit et la purifia de la tache originelle. »

37 À la suite de cette exposition du sens à donner à la solennité de la conception, Étienne relate à sa façon le miracle d’Elsin insistant, non sur les circonstances de l’apparition angélique, mais sur l’institution de la solennité :» ... et c’est à cette occasion que fut instituée la fête. »

38 Ibid., p. 94-95.

39 Sententiae, Livre III, dist. iii, p. 1, q. 1.

40 Palémon Glorieux, « Une question inédite de Gérard d’Abbeville », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 1930, p. 261 et suiv.

41 Éditée par Palémon Glorieux, ibid, p. 287.

42 Albert le Grand (vers 1200-1280), qui fut le maître de saint Thomas, qualifie d’hérétique l’idée selon laquelle la Vierge a pu être sanctifiée avant l’infusion de l’âme. Il condamne la théorie de la préservation soit avant la conception charnelle, soit antérieure à l’animation (Super Johannem, 3 d. 3, 4, sol.)

43 Summa Théologica, III, q. 27, d. 2.

Auteur

Chercheur associé au Centre d’histoire sociale et culturelle de l’Occident à l’université de Paris-Ouest (EA 1587) a soutenu en 1997 une thèse de doctorat sur la fête de la Conception de la Vierge aux XIIe et XIIIe siècles d’après les sources liturgiques. Elle travaille depuis sur la notion de tradition et sur l’iconographie du Saint-Esprit. Elle a publié un article sur saint Bernard et l’immaculée Conception.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search