Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ire partie — Aux sources de la dévotion et de la croyance

La question de l’Immaculée Conception dans la tradition orientale et les célébrations byzantines de l’enfance de Marie aux viie-viiie siècles

Vassa Kontouma-Conticello

Texte intégral

1On ne saurait parler des célébrations byzantines de l’enfance de Marie sans évoquer le contexte dans lequel se développa, pendant plus d’un siècle, l’étude scientifique des textes qui en témoignent. En effet, l’intérêt critique que plusieurs savants accordèrent à ceux-ci, dès le milieu du XIXe siècle, ne fut pas étranger à des enjeux dépassant largement les simples questions d’érudition.

  • 1 Sur le triple argumentaire, voir Xavier Le Bachelet, « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1207-120 (...)

2La constitution apostolique Ineffabilis Deus du 8 décembre 1854, selon laquelle « la doctrine qui enseigne que la B. V. Marie, dans le premier instant de sa Conception, a été, par une grâce et un privilège spécial du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée et exempte de toute tache du péché originel, est révélée de Dieu », procédait d’un triple argumentaire fondé, premièrement sur la notion de « convenance », deuxièmement sur les preuves tirées de l’Écriture sainte, troisièmement sur la tradition de l’Église. Par ce dernier aspect, elle donnait une impulsion nouvelle à la méthode connue sous le nom d’« argumentation patristique1 ».

  • 2 Carlo Passaglia, De Immaculate Deiparae Semper Virginis Conceptu, Rome, Congr. de Propaganda tide, (...)
  • 3 Jean-Baptiste Malou, L’Immaculée Conception de la B. V. Marie considérée comme dogme de foi, Bruxel (...)
  • 4 Ibid., p. XXIII. Parmi les devanciers cités par Malou, on retiendra le nom d’Hippolyte Marracci, au (...)
  • 5 Antonio Ballerini, Sylloge Monumentorum ad Mysterium Conceptionis Immaculatae Virginis Deiparae, Pa (...)
  • 6 Ibid., t. II, p. 33-131 (PG 87, 3217-3288 ; CPG 7638).
  • 7 Ibid., t. I, 287-327 (PG 98, 292-309 ; CPG 8007).
  • 8 Ibid., t. I, 47-104 (PG 96, 1460-1500 ; CPG 8135).
  • 9 Ibid., t. I, 345-375 (PG 98, 1481-1500).
  • 10 Ibid., t. I, 345-375 (PG 106, 1005-1012 ; CPG 8151).
  • 11 Teodoro Toscani, Giuseppe Cozza, De Immaculata Deiparae Conceptione. Hymnologia Graecorum ex editis (...)

3La tradition occidentale étant fort partagée sur la question, on eut recours avec enthousiasme à la tradition orientale, principalement aux Pères des Églises d’expression grecque et syriaque. Tel fut ainsi l’objet de l’œuvre monumentale de Carlo Passaglia, qui joua un rôle important dans la préparation de la Bulle de Pie IX, et dont les deux premiers volumes furent publiés quelques mois avant la promulgation de celle-ci2. Passaglia eut en effet « l’excellente idée d’explorer avec un soin particulier un champ jusqu’ici peu connu en Occident [...], les livres liturgiques des Églises orientales3 », dépassant « et de très loin, tous ses devanciers, en présentant successivement les citations les plus remarquables, non seulement des livres liturgiques grecs, mais aussi des livres liturgiques syriaques, coptes, arméniens et latins, complétés par des fragments bien choisis des homélies et des sermons des saints Pères4 ». Ses trois forts volumes ont en effet de quoi susciter l’admiration. Le vol. I rassemble en une somme très soignée d’innombrables témoignages relatifs à la sainteté de la Vierge et à ses typoi dans l’Ancien Testament. Le vol. Il prend pour objet quelques versets scripturaires lus à travers les commentaires des Pères. On remarquera néanmoins l’absence de toute étude relative à l’utilisation du Protévangile de Jacques (IIe siècle) par les auteurs grecs et syriaques : les apocryphes et leur progressive réception dans la tradition orientale n’y sont pas considérés. Le vol. III, paru en 1855, aborde, entre autres, la question des plus anciennes célébrations de la fête de la Conception de sainte Anne. Passaglia y expose des éléments qui seront ultérieurement déterminants pour la recherche ; il fixe l’institution de cette fête avant le VIIe – voire au Ve siècle –, par référence au Typikon attribué à saint Sabbas (439-532), à un hymne d’André de Crète (+ 740), ainsi qu’à une homélie d’un certain Jean d’Eubée (VIIIe siècle). En cette même année 1855, une collection de textes en édition critique et traduction latine, présentée par Antonio Ballerini5, vient enrichir sa liste. On y trouve des homélies mariales byzantines susceptibles de témoigner en faveur du dogme de l’immaculée Conception : homélies de Sophrone de Jérusalem6 (+ 638), Germain I er de Constantinople7 (+ 733), Jean d’Eubée8, Taraise de Constantinople9 (+ 806) ou Cosmas Vestitor10 (VIIIe-IXe siècles), parmi les plus anciennes. Quelques années plus tard, un dossier relatif à l’hymnographie byzantine voit le jour dans le même esprit. S’appuyant sur des manuscrits et des imprimés conservés dans l’Abbaye de Grottaferratta, ses auteurs, Teodoro Toscani et Giuseppe Cozza, y donnent l’édition et les traductions latine et italienne des hymnes byzantines susceptibles de servir la cause de l’immaculée Conception11. Parmi ces hymnes figure en première place le Canon d’André de Crète retenu par Passaglia.

  • 12 Jean-Baptiste Malou, Sanctorum Patrum et veterum scriptorum ecclesiasticorum pietas mariana, Louvai (...)

4Composées en latin et adressées au monde érudit, ces publications n’étaient pas accessibles à un lectorat plus large. Jean-Baptiste Malou, évêque de Bruges, se fit un devoir de donner un aperçu sur le sujet en français. Malou avait déjà publié, en 1847, une étude en latin sur la piété mariale des saints Pères12. La question du témoignage des orientaux en faveur de l’immaculée Conception retint particulièrement son attention dans son ouvrage paru dix ans plus tard. Habilement présentée, sa thèse conciliait la notion de développement dogmatique à la nécessité de recourir aux témoignages antiques, voire dissidents :

  • 13 Jean-Baptiste Malou, L’Immaculée Conception, op. cit., t. 1, p. 95. On remarquera l’influence notab (...)

L’Église grecque schismatique [...] a adopté l’immobilité comme son ancre de salut [...] Cette immobilité qui est devenue pour les Églises séparées du centre de l’unité une nécessité depuis qu’un guide sûr leur manque, a l’avantage de conserver intactes les anciennes traditions, qui en beaucoup de points attestent l’ancienne union de toutes les Églises, et accusent les Églises grecques d’un schisme manifeste13.

5Dans ce mouvement de simplification, Malou peut alors faire remonter au Ve siècle, voire plus haut, la première célébration de la fête de la Conception de sainte Anne :

  • 14 Ibid., t. 1, p. 97.

Il est donc avéré que la Conception de la sainte Vierge a été célébrée, depuis les premiers temps jusqu’à nos jours, par l’Église grecque, et que le culte de cette Église, malgré le schisme infortuné qui la sépare de nous, atteste la vérité du privilège de Marie14.

  • 15 Ibid., t. II, p. 30-69.
  • 16 Ibid., t. II, p. 161.
  • 17 Ibid., t. 1, p. 96.

6Par la suite, reprenant les homélies éditées par Ballerini, Malou s’attache à exposer les « témoignages explicites de l’Église grecque15 », dans lesquels « les savants du XVIIe s. [...] ont découvert un immense foyer de lumière16 », alors même que « les Grecs schismatiques n’ont pas toujours conscience des trésors qu’ils nous gardent17 ». C’est ainsi qu’il en arrive, contrairement à toute vraisemblance, à présenter l’immaculée Conception comme un dogme antique, incontestable, et conservé comme tel par les orientaux :

  • 18 Ibid., t. II, p. 161-162.

Enfin une dernière circonstance donne à cette tradition une autorité décisive, c’est l’absence de toute contestation, de toute polémique, de toute controverse à ce sujet dans les Églises orientales. Une doctrine de cette importance, qui touche à tous les mystères de la foi [...], n’aurait pu être enseignée pendant quinze siècles sans contestation dans une Église où l’hérésie a battu successivement en brèche tous les principaux dogmes de sa foi, si elle n’avait pas été basée sur l’enseignement des Apôtres et appuyée par une croyance commune18.

  • 19 [Anonyme], « Historia tou para Latinois neou dogmatos tés aspilou syllèpseôs tés Hagias Annès », Eu (...)

7Malgré l’important succès de l’ouvrage, l’enthousiasme imprudent de Malou ne pouvait que se heurter à des esprits plus critiques. Le Ier juin 1857, un article anonyme paraissait dans la presse ecclésiastique grecque orthodoxe19. Dès le premier paragraphe, que nous résumons ici, la réponse aux assertions de l’évêque de Bruges était sans appel :

  • 20 Ibid., p. 263.
  • 21 Ibid., p. 274.

Rome, toujours jeune et fringante, engendre et élève des dogmes nouveaux qui étaient non seulement cachés aux générations anciennes, mais que les Apôtres et les Pères ignoraient entièrement. Il revenait donc au XIXe siècle d’assister à la naissance de ce dogme nouveau, longtemps porté dans le sein du Vatican, véritable rejeton d’une tête infaillible. Les orthodoxes, restés dans la stérilité, et n’ayant que des dogmes antiques à faire valoir, ne sont toutefois pas envieux de cette gloire20. [...] Car ce dogme est clairement contraire aux écrits apostoliques et à l’enseignement concordant de tous les Pères. Jusqu’où ira cependant cette étrange révision de notre tradition ancestrale21 ?

  • 22 Elles furent rassemblées en 1 vol. par l’abbé René-François-Wladimir Guettée, « Le nouveau dogme en (...)
  • 23 En 1895, la question des dissensions dans l’Occident médiéval constitue également le principal argu (...)
  • 24 Le Nouveau Dogme, op. cit., p. VI-VII.
  • 25 Denys Petau, De Incarnatione Verbi XIV, ch. 11 : Opus de theologicis dogmatibus, Anvers, G. Gallet, (...)

8En France, le 1er août 1857, une série de vingt-sept lettres publiées dans l’Observateur catholique, et dues à l’érudit gallican René-François Guettée, ouvrait les hostilités22. Si l’anonyme orthodoxe s’était contenté de réagir sur le principe de l’interprétation abusive de la tradition grecque, et n’était pas n’entré dans les détails textuels, préférant mettre en avant les dissensions occidentales23, Guettée prit, quant à lui, la peine de répondre longuement aux arguments de Malou, partant du constat que « le système ultramontain a répandu sur cette question les plus épaisses ténèbres ; semblable à une plante parasite, il a jeté ses racines dans la théologie chrétienne, s’en est assimilé la sève et a grandi à son détriment24 ». Notre but n’est pas de passer en revue ses réponses, qui s’appliquent à donner une relecture des textes produits par Passaglia et Ballerini à la lumière de la critique philologique, de l’histoire des Églises orientales ou de la cohérence propre à la pensée des Pères grecs, en particulier dans ses lettres 8, 10, et 17 à 22. Nous retiendrons ici qu’il visa principalement à montrer la faiblesse, voire l’absence de témoignages clairs relatifs au dogme de l’immaculée Conception dans la tradition orientale. D’ailleurs, pour conforter sa position, le critique gallican n’hésita pas à se référer à l’autorité d’un Denys Petau qui soutenait, en 1650, que « les Grecs n’ont rien laissé de clair sur la question de savoir si la bienheureuse Vierge a été atteinte par cette faute [originelle], dès sa conception25 ».

  • 26 Martin Jugie, L’Immaculée Conception dans l’Écriture sainte et dans la tradition orientale, Rome, A (...)
  • 27 À cette occasion, les Actes liés à l’élaboration de la formule dogmatique avaient été publiés : Vin (...)
  • 28 Guillaume Herzog, « La Sainte Vierge dans l’histoire », Revue d’histoire et de littérature religieu (...)

9L’œuvre entière de Passaglia et sa version vulgarisée due à Malou avaient été élaborées comme un démenti de « l’oracle de Petau26 ». Elles n’empêchèrent pas, cependant, que de nouveaux opposants se ressaisissent du dossier dans les années qui suivirent le cinquantenaire de la Bulle de Pie IX27. En 1907, sous le pseudonyme de Guillaume Herzog, le moderniste Joseph Turmel fit paraître une longue étude sur « La Sainte Vierge dans l’Histoire28 », qui ne manqua pas de rappeler le jugement de Petau :

  • 29 Ibid., p. 595.

Les livres authentiques des docteurs de l’Orient fournirent donc une moisson assez abondante de textes favorables à l’immaculée Conception [...]. Les représentants les plus illustres de l’Église grecque, depuis l’apôtre saint André [...] jusqu’à saint Jean Damascène, vinrent déclarer solennellement que la tache originelle n’avait pas souillé la Vierge Mère de Dieu. Toutes ces entorses à l’histoire ne pouvaient en imposer aux hommes familiarisés avec les textes. Petau eut le courage de déclarer qu’il n’y avait absolument rien à chercher chez les Pères grecs relativement à l’immaculée Conception, par la raison qu’ils avaient rarement fait mention du péché originel et qu’ils ne s’en étaient jamais occupés ex professo29.

10Selon ce même auteur, l’origine de la doctrine de l’immaculée Conception serait plutôt à rechercher dans une transformation qui se serait produite dans la rencontre de la fête orientale de la Conception de sainte Anne avec une théologie médiévale fondée sur des présupposés étrangers à la théologie des Pères grecs. Sa thèse est énoncée ainsi :

  • 30 Ibid., p. 606.

Le privilège de la Conception immaculée ne doit rien ni à la christologie, ni même à l’amour de la Sainte Vierge. Sa source se trouve exclusivement dans la fête orientale de la conception miraculeuse de Marie, c’est-à-dire dans une institution liturgique qui n’avait aucun rapport avec le dogme du péché originel, mais qui, rencontrant ce dogme en Occident, a dû se transformer pour lui résister et se maintenir. C’est la loi de la lutte pour la vie qui a métamorphosé la fête de la conception miraculeuse en fête de la conception immaculée, c’est-à-dire exempte du péché originel. C’est le prestige de cette fête qui a protégé la théorie de la conception immaculée contre les coups de la théologie et l’a élevée progressivement à la hauteur d’une vérité révélée30.

  • 31 Constantin Tischendorff, Evangelia Apocrypha, Leipzig, H. Mendelssohn, 1876 [1re edition : 1853], p (...)
  • 32 Adolf Harnack, Die Chronologie der altchristlichen Literatur bis Eusebius, Leipzig, J. C. Hinrich, (...)
  • 33 Guillaume Herzog, « La Sainte Vierge dans l’histoire », art. cité, p. 483-486.

11Turmel ne se contentait pas de nier la présence d’une croyance en l’immaculée Conception dans la théologie des Pères grecs. Dès la seconde page de son étude, il introduisait également dans le débat le Protévancjile de Jacques, considéré comme source première des traditions orientales et occidentales sur l’enfance de Marie. À cette époque, le Protévancjile était lu dans l’édition donnée par Constantin Tischendorf31, à la lumière des études d’Adolf Harnack32 ; Turmel se faisait la voix des savants qui entendaient en situer la production dans un milieu teinté de docétisme gnostique33. Il devenait alors primordial, pour le camp immaculiste qui avait jusque-là laissé de côté la question du Protévangile, de produire une étude débarrassant cet apocryphe de tout soupçon d’hérésie. Ce fut l’objet des recherches d’Émile Amann qui publia, en 1910, une édition révisée du texte de Tischendorf, accompagnée d’une traduction française annotée et d’une riche étude introductive. D’emblée, en ouverture de son ouvrage, Amann exprime un jugement clair sur cet apocryphe :

  • 34 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris, Letouzey et Ané, 1910, p (...)

Le Protévangile de Jacques occupe une place à part parmi les Apocryphes du Nouveau Testament. Il est, sans contredit, l’un des plus anciens ; et grâce à son respect scrupuleux de l’orthodoxie, il a mérité d’exercer une grande influence aussi bien dans l’Église latine que dans les Églises orientales. Les légendes vénérables qu’il a mises en circulation [...] se sont incorporées, plus ou moins rapidement suivant les pays, dans l’enseignement ordinaire des docteurs34.

  • 35 Ibid., p. 17 et p. 15-22 : « La conception et la naissance de Marie ».
  • 36 Ibid., p. 17 et suiv. ; et Martin Jugie, « Le Protévangile de Jacques et l’immaculée Conception », (...)
  • 37 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, op. cit., p. 109-137 : « . Le P (...)

12Dans cet accord, il est d’ailleurs possible de soutenir que l’auteur du Protévangile est « à ranger parmi les tout premiers défenseurs de l’immaculée Conception35 ». Deux nouvelles variantes retenues dans l’édition révisée semblent en tout cas l’indiquer36. Amann ne se risquera pas, toutefois, à des considérations d’ordre dogmatique. Valorisant la part reçue par le Protévangile dans la liturgie et l’hymnographie grecques, son étude fournira des éléments déterminants à l’histoire de la réception de ce texte à Byzance37.

  • 38 Sur lui, voir Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique du R. P. Martin Jugie », Revue des études by (...)
  • 39 La liste de ces articles est donnée par Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique », art. cité, p. 2 (...)
  • 40 Martin Jugie, « L’Immaculée Conception dans l’Église grecque après le Concile d’Éphèse », DTC 7, co (...)
  • 41 Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique », art. cité, nos 35 et 46.
  • 42 Homélies mariales byzantine, Martin Jugie (trad, et éd.), Paris, Firmin-Didot (PO 16-3 et 19-3), 19 (...)

13À cette même époque, un spécialiste de la dogmatique orientale, Martin Jugie38, se chargea d’étudier le domaine « mariologique » et publia, sur la question de l’immaculée Conception chez les Pères grecs, les auteurs byzantins ou les théologiens orthodoxes modernes et contemporains, une longue série d’articles ainsi que trois volumes. La production des articles se situe dans la période 1908-192339 et culmine en 1922 avec deux importantes contributions au Dictionnaire de Théologie catholique40. On remarquera que Jugie donne également, dès 1911, deux articles sur le Protévangile de Jacques, à la suite de la publication d’Amann41. Puis viennent deux éditions de textes, les Homélies mariales byzantines (1922) et le Theophanes Nicaenus42 (1935), qui renouvellent et complètent le dossier de Ballerini. Cependant, Jugie dira plus tard que cette période ne fut pas propice à une étude sérieuse de la question :

  • 43 Martin Jugie, L’Immaculée Conception, op. cit., p. 5.

À cette époque où triomphait le Pseudo-Herzog [...], dans cette atmosphère de bataille, il était difficile de garder la sérénité exigée pour une œuvre scientifique. La préoccupation apologétique portait à grossir outre mesure la portée de certains témoignages anciens, tout comme l’esprit polémique de certains adversaires cherchait à en détruire ou à minimiser la véritable valeur43.

  • 44 Quelques années plus tôt, Jugie avait publié son œuvre majeure sur La Mort et l’Assomption de la Sa (...)
  • 45 Martin Jugie, L’Immaculée Conception, op. cit., p. 5. À propos des travaux de Passaglia et Malou, J (...)
  • 46 Ibid., p. 2-5.
  • 47 C. Chevalier, La Mariologie de Jean Damascene, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum (Orient (...)
  • 48 Maurizio Gordillo, Mariologia Orientalis, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum, « Orientali (...)
  • 49 Pierre Voulet, Jean Damascène, Homélies sur la Nativité et la Dormition, Paris, Le Cerf (SC 80), 19 (...)

14C’est donc bien plus tard, en 1952, vraisemblablement dans le cadre des préparatifs de la célébration du centenaire de la Bulle Ineffabilis Deus, que Jugie fit paraître une synthèse longtemps laissée en suspens, sous la forme d’un volume de près de 500 pages, L’Immaculée Conception dans l’Écriture sainte et dans la tradition orientale44. Nous l’avons dit plus haut, Jugie n’était pas liturgiste, mais dogmaticien. Visant une complète réfutation de la thèse de Turmel, il s’appliqua, entre autres, à étudier la définition dans sa formulation elle-même, à considérer la question du péché originel chez les Pères grecs, à saisir chaque assertion à la lumière de l’ensemble de la doctrine mariale d’un auteur considéré, etc. Pour le byzantiniste soucieux d’examiner minutieusement ce dossier, l’œuvre de Jugie reste, aujourd’hui encore, une référence nécessaire. On remarquera cependant que le but énoncé par l’auteur dès les premières pages de son étude n’est pas strictement fidèle aux principes d’une étude scientifique. En effet, même si Jugie se félicite d’avoir contribué à débarrasser « la théologie mariale J...] de certains vices de méthode et de nombreux éléments apocryphes et légendaires45 », il ne renonce pas pour autant à une perspective clairement polémique : « Nous bénissons le retard qui nous aura permis J...] d’opposer des preuves plus solides aux adversaires du dogme, qu’il s’agisse des incroyants ou des chrétiens dissidents46. » C’est donc avec la plus grande prudence et avec un souci constant de vérification que ce travail doit être utilisé. La même attitude de prudence doit également être adoptée à propos d’un certain nombre d’ouvrages réalisés dans cette même période et dans le même esprit. Citons, à titre d’exemples, ceux de C. Chevalier47, M. Gordillo48 ou P. Voulet49.

15Cette présentation a dû paraître longue au lecteur soucieux de trouver des informations relatives aux célébrations byzantines de l’enfance de Marie aux VIIe-VIIIe siècles. Elle nous a toutefois semblé nécessaire pour montrer l’ampleur et la complexité du dossier, ainsi que la prudence avec laquelle il faut l’aborder. En résumé, quel bilan positif la recherche contemporaine peut-elle tirer de cette série d’études, certes engagées, mais non moins riches et approfondies, qui l’ont précédée ?

161. C’est au XIXe siècle que le monde érudit a considéré pour la première fois la question des célébrations byzantines de Marie, dans le but déclaré de montrer la préexistence du dogme de l’immaculée Conception dans la tradition orientale. Dans ce contexte, un dossier a été constitué. Il a été complété au fil du temps, jusqu’au milieu du XXe siècle, et progressivement soumis à la critique philologique, historique et doctrinale.

172. Parmi les textes considérés, il a fallu faire la part entre les sources dogmatiques et les sources liturgiques et hymnographiques. Malgré de longues recherches et de nombreuses publications de textes, les témoignages dogmatiques rassemblés se sont révélés inutilisables pour la défense de la thèse selon laquelle la théologie grecque aurait énoncé une doctrine de l’immaculée Conception. On retiendra ici l’exemple de Jean Damascène, qui donne le ton à la théologie byzantine postérieure :

  • 50 Jean Damascène, Exposing fdei 46 (5, 2), B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, (...)

Une fois que la Sainte Vierge eut donné son consentement, l’Esprit-Saint vint sur elle selon la parole du Seigneur prononcée par l’ange, la purifia et lui donna la puissance de recevoir la divinité du Verbe, ainsi que celle d’engendrer50.

  • 51 Jean Damascène, Sermo de Dormitione BMVI, B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, (...)

Quant à la puissance sanctifiante de l’Esprit, elle descendit sur elle, la purifia, la sanctifia et, d’une certaine façon, la prépara à recevoir la semence51.

  • 52 Voir Emile Amann, Le Protévangile de Jacques, op. cit., p. 130-132. Voir p. 132 : « Les exégètes by (...)

18De son côté, l’exégèse byzantine fut encore plus prudente à l’égard d’informations issues du Protévangile de Jacques ou d’autres apocryphes, qu’elle évita soigneusement tout au long de son histoire52.

  • 53 Voir Maurizio Gordillo, Mariologia, op. cit.

19Tel est donc le constat qui peut être fait pour la théologie de tradition grecque, qui resta fidèle à Chalcédoine. En revanche, pour ce qui est de la théologie d’expression syriaque, principalement non-chalcédonienne, les conclusions sont plus mitigées. Certes, cette théologie nous est encore mal connue, et les savants soucieux d’y trouver une doctrine de l’immaculée Conception l’ont surtout abordée à travers des œuvres à caractère fortement poétique53. Il est toutefois permis de se demander si le refus du concept chalcédonien d’union hypostatique – ek dyo physeôn et en dysi physesi – aussi bien chez les nestoriens que chez les jacobites, n’a pas donné lieu à une ou plusieurs doctrines mariales originales dans la tradition d’expression syriaque. Car, selon Jean Damascène, l’union hypostatique a eu lieu dans la matrice de Marie Mère de Dieu :

  • 54 Jean Damascène, Contra Jacobitas 18, B. Kotter (éd.). Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. (...)

Alors, la sagesse et la puissance enhypostasiée du Très-Haut, le Fils de Dieu consubstantiel au Père, la couvrit de son ombre, tel une semence divine. De ses sangs purs et innocents, il forma pour lui-même une chair animée d’une âme raisonnable et intellective – prémices de notre constitution (aparchèphyramatos : voir Rm XI, 16). Tout cela se produisit sans insémination, mais par création (dèmiourgikôs), par le Saint-Esprit. Sa figure ne fut pas ajustée par des additions successives, mais elle fut achevée d’un trait. Le Verbe de Dieu lui-même devint l’hypostase de la chair. Car le Dieu Verbe ne s’est pas uni à une chair ayant déjà sa propre hypostase54 :

  • 55 Jean Damascène, Expositio fdei 46 (5, 2), B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, (...)

Comme sa propre hypostase habita de façon indescriptible le ventre de la Sainte Vierge, il hypostasia, des sangs purs de la Vierge, la chair animée d’une âme raisonnable et intellective, recevant les prémices de la constitution humaine. Ainsi, le Verbe devint lui-même l’hypostase de la chair. Quand elle vint à l’existence, la chair fut chair du Dieu Verbe. Et quand la chair animée, raisonnable et intellective vint à l’existence, elle fut chair animée, raisonnable et intellective du Dieu Verbe. C’est pourquoi nous ne parlons pas d’un homme fait Dieu, mais de Dieu fait homme. En effet, tout en étant Dieu parfait par nature, il devint lui-même homme parfait par nature, sans changer dans sa nature ou s’incarner de façon illusoire. Sans confusion, sans altération et sans division, il s’est uni selon l’hypostase à la chair animée de raison et d’intellect qu’il a prise de la Sainte Vierge et qui existe en lui. Il ne transforma pas la nature de sa divinité en essence de sa chair, ni l’essence de sa chair en nature divine. Enfin, il ne forma pas une unique nature composée de sa nature divine et de la nature humaine qu’il avait assumée55.

20Refuser le concept d’union hypostatique conduit nécessairement à considérer différemment la participation de Marie à l’œuvre de l’Incarnation. Mais la recherche relative à cette question dogmatique reste encore à faire.

  • 56 PG 97, 1305-1316. Cette édition, qui date de 1860, est antérieure à celle de Toscani et Cozza, op. (...)
  • 57 Venance Grumel, La Chronologie, Paris, PUF, 1958, p. 555-542.

213. L’étude de la tradition liturgique a permis de poser avec certitude qu’une fête de la Conception miraculeuse de sainte Anne a commencé à se développer dans l’Église grecque vers la fin du VIIe siècle. C’est le Canon d’André de Crète qui doit être considéré comme le témoignage le plus ancien de son existence56. Cette fête est également célébrée dans les Églises jacobite de Syrie et copte d’Égypte : les calendriers liturgiques considérés par la recherche en témoignent57. Cependant, la date exacte de l’apparition de cette fête dans les Églises non-chalcédoniennes n’est pas encore solidement établie. On remarquera ici que les Églises copte et syro-jacobite rejettent Chalcédoine, mais sont très attachées au concile d’Ephèse, et que leur proximité géographique, culturelle et linguistique avec l’Église nestorienne les a conduites à développer, par opposition à une théologie qui rejette la notion de « Mère de Dieu (Theotokos) », une vénération particulièrement forte de Marie.

  • 58 René Basset, Le Synaxaire arabe jacobite (Mois de Tout et de Babeh), PO 1, 1907, 259-261.
  • 59 Paul Hindo (éd.), Disciplina antiochena antica. Siri. IV. Lieux et temps sacrés. Culte divin. Magis (...)
  • 60 La pensée d’Ephrem sur Marie a fait l’objet de nombreuses études. Voir, en dernier lieu, Pierre You (...)
  • 61 DSAM 14, 1989, col. 748-751.
  • 62 DSAM 8, 1972, col. 56-60. Omette mariologiche di S. Giacomo di Sarug, Costantino Vona (éd.), Rome, (...)
  • 63 Ibid., col. 55-55. Paul Hindo, Disciplina antiochena, op. cit., p. 509, dit à son propos : « La Con (...)

22Dans un ancien Synaxaire arabe de tradition copte, une place importante est conférée à la fête commémorant le concile d’Éphèse58 (9 septembre). Par ailleurs, le 21 de chaque mois est consacré à Marie. Les autres fêtes mariales de ce rite sont : Conception (9 décembre) ; Nativité (8 septembre) ; Présentation (21 novembre) ; Annonciation (novembre-décembre) ; Visitation (novembre-décembre) ; Félicitations (26 décembre) ; Notre-Dame des Semences (15 janvier) ; Annonciation (25 mars) ; Notre-Dame des Épis (15 mai) ; Dédicace de la première église de la Mère de Dieu (15 juin) ; Migration ou Assomption ou Dormition (15 août) ; Notre-Dame des Vignes59 (15 août). Un attachement similaire à la Mère et « fille de Dieu (theopais) », la Nouvelle Ève, est visible dans l’Église syro-jacobite, dont l’hymnographie plonge ses racines dans les compositions poétiques d’Éphrem le Syrien60, et dont l’homilétique – en particulier celle de Sévère d’Antioche61 (vers 465-538), Jacques de Saroug62 (vers 449-521) et Jacques d’Édesse63 (640-708) – s’attache très tôt à valoriser la vénération de Marie.

  • 64 Sur cette question, voir Simon-Claude Mimouni, Dormition et Assomption de Marie. Histoire des tradi (...)

23Peut-on conclure de ce constat que les célébrations mariales étaient plus développées dans les Églises copte et syro-jacobite que dans l’Église chalcédonienne au moment où André de Crète composa son Canon sur la Conception d’Anne ? Peut-on même aller plus loin, et supposer que les fêtes mariales de l’Église grecque se seraient développées dans une sorte de concurrence avec les Églises non-chalcédoniennes64 ? On voit qu’il s’agit ici de questions nouvelles, totalement étrangères à la problématique liée à l’enseignement sur l’immaculée Conception. Nous n’apporterons donc qu’une esquisse de réponse.

  • 65 Marie-France Auzépv, « La carrière... », art. cité, p. 2-4, évoque ces tergiversations : après le c (...)
  • 66 Voir Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. cit., t. IV.
  • 67 Épiphane le Moine (VIIIe-IXe s.), auteur de la Vie de la Sainte Vierge, dit dans le prologue de cet (...)

24On remarquera tout d’abord qu’au VIIe siècle, les communautés chalcédoniennes et non-chalcédoniennes cohabitaient en deux lieux où la vénération de Marie connut un essor particulier : la Syrie et la Palestine. Or André de Crète et Jean Damascène étaient tous deux des Syriens originaires de Damas, ayant séjourné à Jérusalem. Les rapports entretenus par André avec l’Église monophysite ne sont pas clairs. Au moment de la crise monothélète, il semble avoir changé de camp à deux reprises65. En revanche, pour ce qui est de Jean Damascène, nous savons par son œuvre qu’il a, toute sa vie durant, combattu aussi bien les nestoriens que les jacobites et les partisans des thèses monothélètes et monoénergètes66. Il serait donc intéressant de considérer l’œuvre mariale de ces deux auteurs sous cet angle, et d’examiner si elle n’a pas vu le jour dans ce mouvement de concurrence précédemment évoqué67. Faut-il le préciser, à Jérusalem où ces deux Pères ont œuvré, la question du contrôle des lieux de pèlerinage était vive, et cette concurrence devait particulièrement se faire sentir au moment de la conquête arabe de la Ville Sainte (638), notamment sur des sites commémorant Marie comme le Kathisma sur la route de Bethléem ou le tombeau de Gethsémani.

25À ce point, nous souhaitons compléter cette hypothèse par une autre, que nous présenterons succinctement ici, mais qui mérite de faire l’objet d’une étude approfondie : celle du rapport entre les homélies mariales d’André de Crète et de Jean Damascène et la piété populaire musulmane liée à l’enseignement du Coran sur Maryam.

26Au moment où les musulmans prennent Jérusalem et entrent en contact avec les communautés chrétiennes, aussi bien chalcédoniennes que non-chalcédoniennes, le personnage de Marie ne leur est pas inconnu. Bien au contraire, Maryam, la mère de Jésus, est la seule femme dont le Coran évoque le nom. À son sujet, il est prolixe, évoquant sa sainteté, sa pudeur, son élection par Dieu, sa naissance et sa consécration au Temple, sa fécondation par le Saint-Esprit, ainsi que la naissance miraculeuse de Jésus. D’ailleurs, les sourates III et XIX (laquelle porte son nom) la concernent directement. Les grandes lignes de l’enseignement du Coran sur Marie sont les suivantes :

  • 68 Voir à ce propos les notices « Marie » ou « Maryam » dans Mohammad Ali Amir-Moezzi (dir.), Dictionn (...)

27L’épouse d’Amram (‘Imrân) qui, d’après Nb 26, 59, est la mère de Moïse, reçoit l’annonce de sa fille Marie (3, 35-38). Dès sa naissance, cette dernière est accueillie par le Seigneur, « qui la fait croître d’une belle croissance et la confie à Zacharie », père de Jean-Baptiste. Ses parents la consacrent au Temple, où elle est nourrie par un ange (3, 37). Puis le Coran, sans émettre le moindre doute, retrace l’histoire de la fécondation miraculeuse de Marie par le Saint-Esprit « qui se présenta devant elle sous la forme d’un homme parfait », qui souffla dans la poche de son vêtement. Ce souffle est identifié au Verbe de Dieu : « Oui, le Messie, Jésus, fils de Marie est le Prophète de Dieu, son Verbe, qu’il a jeté en Marie, un Esprit émanant de lui » (4, 171). La fécondation de Marie est comparée à la naissance d’Adam (3, 59). Mais après sa fécondation, la famille de Marie blâme son impudeur (19, 29), une calomnie ayant été proférée contre elle (4, 156). Or la mère de Jésus avait gardé sa virginité (66, 12). Elle est impeccable, infaillible, pure. Les anges l’ont louée comme celle que Dieu a « choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers » (3, 42). Les douleurs de l’enfantement s’emparent d’elle alors qu’elle est au pied d’un palmier. À sa naissance, Jésus lui dit de secouer l’arbre et d’en manger les fruits (19, 23-26). Enfin, le Coran rejette la croyance selon laquelle Jésus et sa mère feraient partie de la Trinité68 (5, 116-117).

  • 69 Dans son De haeresihus, 100, 1-2, Jean Damascène se prononce explicitement sur la place de Marie da (...)
  • 70 Sur la place de Jérusalem dans l’Islam à l’époque umeyyade, voir Encyclopédie de l’Islam, op. cit.,(...)
  • 71 Voir Mary B. Cunningham, « Andrew », art. cité, p. 77 et suiv. et Marie-France Auzépy, « La carrièr (...)

28Il apparaît donc que le Coran se fait la voix de certaines traditions chrétiennes apocryphes, liées en particulier au Protévangile de Jacques dans sa version syriaque (Ve-VIe siècles) ou proches de l’Évangile du Pseudo-Matthieu. La piété populaire musulmane développe quant à elle d’autres thèmes reprenant sans doute des légendes antérieures : fiançailles avec Joseph, naissance de Jésus dans une grotte, fuite en Égypte, prédication de Marie et Jean à Rome, disparition miraculeuse de Marie avalée par la terre lors d’une persécution. Il paraît donc possible de supposer qu’au VIIe siècle, à Jérusalem, la piété mariale des conquérants musulmans est, elle aussi, entrée en concurrence avec celle qui existait autour des lieux saints liés à la vie de Marie et qui opposait déjà chalcédoniens et jacobites. Face à ce phénomène nouveau, l’homilétique byzantine, réservée jusque-là quant à l’usage des textes apocryphes, s’est vue contrainte d’y recourir pour affirmer ses propres croyances et contrer la multiplication de légendes extraordinaires retraçant les miracles de Marie. Ces homélies, qui illustrent la doctrine chalcédonienne de l’union hypostatique des deux natures du Dieu-Homme, valorisent la vénération nécessaire de la Theotokos tout en l’expurgeant de toute référence à des coutumes jugées superflues et dangereuses69. Favorisant le contrôle des lieux saints, elles rétablissent aussi l’essentiel de l’enseignement d’Éphèse sur Marie, face aux possibles contaminations d’une piété populaire encouragée par la tradition islamique70. Reste à évaluer quel sens cette littérature a pu recevoir à Constantinople, au moment où l’iconoclasme commença à ébranler les fondements de la vénération des saints71.

  • 72 Jean d’Eubée, Sermo in Conceptionem Deiparae (PG 96, 1459-1500). Sur cet auteur dont on sait seulem (...)

294. Du VIIIe au Xe siècle, de nombreuses fêtes liées à la vénération de Marie sont attestées à Byzance. Plusieurs d’entre elles sont locales, mais d’autres ont déjà acquis, au VIIIe siècle, un caractère général. La liste en est donnée par Jean d’Eubée72 :

  • 73 PG 96, 1473, c-1476, b.

La première de toutes les fêtes importantes est celle qui célèbre l’Annonce faite à Joachim et Anne au sujet de la naissance de la très pure Mère de Dieu Marie [Conception de sainte Anne], Puis vient sa Nativité très vénérable ; car là où est la conception, là est aussi la naissance [Nativité de Marie], Après celle-ci, il y en a une autre très vénérable et digne de culte, c’est celle où Gabriel, foulant la terre de ses pieds immatériels, adressa le « Salut ! » à la Vierge [Annonciation], Puis, la Nativité qui sauva le monde, à savoir celle du roi de toutes choses, le Christ Notre Dieu, de la Vierge [Nativité du Seigneur], Après celle-ci, la montée [du Christ] au Temple, et son accueil dans les bras de Siméon [Présentation au Temple ou Hypapantè], Et encore, l’Epiphanie porteuse de lumières. Et encore, la Transfiguration au Mont Thabor. Et la Passion porteuse de vie, la Pâque de la Résurrection en vue de la vie éternelle. Et encore celle de l’Ascension dans les cieux, où [le Christ], dans sa chair, s’est assis à la droite du Père. Et le dernier jour, le dernier jour à fêter, celui auquel le Très Saint Esprit descendit sur les saints disciples et apôtres de Notre Seigneur Jésus-Christ. « Célèbre tes fêtes, Juda ! » (Na 2, 1). Telles sont donc les fêtes que le prophète appelle Juda à célébrer73.

30Plus précisément, pour ce qui est de la vénération mariale, Jean d’Eubée remarque :

  • 74 PG 96, 1497, a-c.

Célébrons donc tous ensemble, mes chers, les fêtes de Marie la Mère de Dieu, nous réjouissant en esprit et comprenant en ce sens la parole du prophète : « Célèbre tes fêtes, Juda ! Car celui qui t’a soufflé au visage, et qui t’a soustrait des afflictions, est monté là-haut » (Na II, 1 ; 70). En effet, [Marie] est issue de Juda, et le Seigneur est issu d’elle selon la chair. Au cours des célébrations grandes et divines, nous devons donc également célébrer ce qui se rapporte à la Vierge, notre espérance. Outre l’ensemble des dix fêtes, nous célébrons également sa Dormition porteuse de vie. En effet, cette fête est célébrée après l’Ascension aux cieux de Notre Seigneur Jésus-Christ, et la descente de l’Esprit très saint et vivificateur sur les apôtres – cette fête qui est la dernière et qui est grande, et que nous appelons achèvement de l’Economie de la bonté du Seigneur Notre Dieu. La fête de la Dormition est donc célébrée en tout dernier74.

31Et pour revenir à la première fête de ce cycle annuel :

  • 75 PG 96, 1500, a.

La première –même si tous ne la connaissent pas – est celle au cours de laquelle nous célébrons l’annonce de la Nativité de la Toujours Vierge Mère de Dieu Marie, faite aux bienheureux Joachim et Anne. Elle a lieu le 9 décembre75.

  • 76 Il Menologio di Basilio II (Cod. Vaticano Greco 1613), Turin, Fratelli Bocca, 1907.
  • 77 PG 117, 196, b-c. Il y est précisé que « Marie est née, non comme certains le prétendent, au bout d (...)
  • 78 PG 117, 57, b-c.
  • 79 PG 117, 172, d-173, b.
  • 80 PG 117, 585, a-b.
  • 81 Juan Mateos, Le Typicon de la Grande Église. Ms. Sainte-Croix no 40, Xe siècle, Rome, Pont. Institu (...)
  • 82 PG 133, 756, c-757, c : le 8 septembre (Nativité de Marie), le 21 novembre (Présentation), le 9 déc (...)

32Entre le Xe et le XIIe siècle, ces fêtes acquièrent un caractère officiel. Dans le Ménologe impérial composé sur la demande de Basile II76 (960-1025), la fête de la Conception d’Anne est mentionnée au 9 décembre : « La Conception de sainte Anne, la mère de la Théotokos77 », celle de la Nativité de Marie le 8 septembre78, celle de sa Présentation au Temple (Eisodia) le 21 novembre79 et celle de la Dormition au 15 août80. Il en est de même dans le manuscrit Sainte-Croix 40 (Xe siècle), qui conserve le texte du Typikon de la Grande Église81. Enfin, en 1166, dans la constitution de Manuel Ier Comnène (1143-1180), ces fêtes apparaissent comme chômées82.

  • 83 PG 96, 1497, a-c.
  • 84 Ms. Turin C.III.17 (a. 1173) : voir Andrea Luzzi, « Il calendario eortologico per il ciclo delle te (...)
  • 85 Iéna, BU, ms. G.B.q.6a : voir S. Luca, « I Normanni e la ‘Rinascita’ del sec. XII », Archivio stori (...)
  • 86 Miguel Arranz, Le Typicon du Monastère du Saint-Sauveur à Messine. Codex Messinensis gr. 115, A. D. (...)

33À ce niveau se pose la question de l’éventuel passage de la fête de la Conception de sainte Anne en Occident. Il ne semble pas qu’elle soit encore entièrement élucidée. Plusieurs travaux relatifs aux Typika d’Italie du Sud montrent toutefois qu’elle y était célébrée de façon générale au XIIe siècle83. En effet, trois Typika italo-grecs récemment étudiés la signalent : ceux des monastères de Saint-Nicolas de Casole84, de Sainte-Marie du Patir85 et de Saint-Sauveur de Messine86. Aurait-on là, dans cette Italie du Sud où les Normands venaient de s’implanter, un relais du passage dans le monde latin ?

Notes

1 Sur le triple argumentaire, voir Xavier Le Bachelet, « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1207-1209.

2 Carlo Passaglia, De Immaculate Deiparae Semper Virginis Conceptu, Rome, Congr. de Propaganda tide, 1854-1855, 5 vol. Sur ce savant, voir en dernier lieu G. Rambaldi, « Idue tempi della riconciliazione con la Chiesa di Carlo Passaglia. Con documenti inediti », Archivum historicum societatis Iesu, 55, no 109 (1986), p. 87-128.

3 Jean-Baptiste Malou, L’Immaculée Conception de la B. V. Marie considérée comme dogme de foi, Bruxelles, H. Goemaere, 1857, t. I, p. XXII-XXIII. Dans son effort de vulgarisation, Malou oublie les travaux de Jacques Goar, éditeur du laineux Euchologion sive Rituale Graecorum, Paris, Piget 1647.

4 Ibid., p. XXIII. Parmi les devanciers cités par Malou, on retiendra le nom d’Hippolyte Marracci, auteur des Polyanthea Mariana in qua libris octodecim Deiparae Mariae Virginis sanctissima nomina [...] lectorum oculis exhibentur, Cologne, F. Metternich, 1727, un dictionnaire des qualiticatifs donnés à Marie par les Écritures et les Pères.

5 Antonio Ballerini, Sylloge Monumentorum ad Mysterium Conceptionis Immaculatae Virginis Deiparae, Paris, Jacques Lecoffre, 1855, 2 vol.

6 Ibid., t. II, p. 33-131 (PG 87, 3217-3288 ; CPG 7638).

7 Ibid., t. I, 287-327 (PG 98, 292-309 ; CPG 8007).

8 Ibid., t. I, 47-104 (PG 96, 1460-1500 ; CPG 8135).

9 Ibid., t. I, 345-375 (PG 98, 1481-1500).

10 Ibid., t. I, 345-375 (PG 106, 1005-1012 ; CPG 8151).

11 Teodoro Toscani, Giuseppe Cozza, De Immaculata Deiparae Conceptione. Hymnologia Graecorum ex editis et manuscriptis codicibus Cryptoferratensibus, Rome, Congreg. de Propaganda fide, 1862.

12 Jean-Baptiste Malou, Sanctorum Patrum et veterum scriptorum ecclesiasticorum pietas mariana, Louvain, Icks et Geets, 1847.

13 Jean-Baptiste Malou, L’Immaculée Conception, op. cit., t. 1, p. 95. On remarquera l’influence notable de la pensée de Joseph de Maistre sur cette théorie. Voir Martin Jugie, Joseph de Maistre et l’Église gréco-russe, Paris, Bonne Presse, 1922.

14 Ibid., t. 1, p. 97.

15 Ibid., t. II, p. 30-69.

16 Ibid., t. II, p. 161.

17 Ibid., t. 1, p. 96.

18 Ibid., t. II, p. 161-162.

19 [Anonyme], « Historia tou para Latinois neou dogmatos tés aspilou syllèpseôs tés Hagias Annès », Euangelikos Kèryx 1-6 (1857), p. 262-275.

20 Ibid., p. 263.

21 Ibid., p. 274.

22 Elles furent rassemblées en 1 vol. par l’abbé René-François-Wladimir Guettée, « Le nouveau dogme en présence de l’Écriture sainte et de la tradition catholique. Lettres à Mgr Malou », dans son livre intitulé L’Immaculée Conception de la B. Vierge considérée comme dogme de foi, Paris, Librairie ecclésiastique gallicane A. Johanneau, 1859. Avant 1854, Guettée semble avoir été assez proche de Mgr Sibour, archevêque de Paris, qui s’opposa, en 1850, à la définition dogmatique de l’immaculée Conception, mais qui finit par se rétracter en 1854 : voir Xavier Le Bachelet, art. cité, col. 1198 et 1210 ; Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe, Paris, Fischbacher, 1889.

23 En 1895, la question des dissensions dans l’Occident médiéval constitue également le principal argument retenu par le patriarche Anthime VII (1895-1896), Lettre encyclique, Constantinople, Imprimerie patriarcale, 1895, dans sa laconique condamnation de « l’innovation » relative à l’immaculée Conception (p. 11) : « L’Église des sept Conciles œcuméniques, une, sainte, catholique et apostolique, a pour dogme que l’Incarnation surnaturelle de l’unique Fils et Verbe de Dieu, par le Saint-Esprit et la Vierge Marie, est la seule qui soit pure et immaculée. Mais l’Église papale a encore innové, il y a quarante ans à peine, en établissant, au sujet de la conception immaculée de la Vierge Marie, la Mère de Dieu, un dogme nouveau, qui était inconnu dans l’ancienne Église, et qui avait été jadis violemment combattu même par les plus distingués théologiens de la papauté ». Sur les réponses orthodoxes, voir aussi A. Spaldak, « Die Stellung der griechisch-russischen Kirche zur Lehre der unbefleckten Empfängnis », Zeitschrift für katholische Théologie 28, 1904, p. 767-774, qui examine la raison pour laquelle l’Église grecque craint de reconnaître ce dogme qu’elle aurait elle-même produit : « Woher diese Scheu vor der Anerkennung einer Lehre gerade bei den Erben jener groBen Vciter, denen wir die herrlichen Denkmdler des Glaubens an Sie verdanken’ », p. 767.

24 Le Nouveau Dogme, op. cit., p. VI-VII.

25 Denys Petau, De Incarnatione Verbi XIV, ch. 11 : Opus de theologicis dogmatibus, Anvers, G. Gallet, 1700, t. V, p. 214 ; voir aussi p. 216. Guettée se réfère à son autorité dans la lettre 13.

26 Martin Jugie, L’Immaculée Conception dans l’Écriture sainte et dans la tradition orientale, Rome, Academia Mariana, 1952, p. 25.

27 À cette occasion, les Actes liés à l’élaboration de la formule dogmatique avaient été publiés : Vincenzo Sardi, La solenne defnizione del dogma dell’Immacolato Concepimento di Maria Santissima. Atti e documenti, Rome, Tipografia Vaticana, 1904, 2 vol.

28 Guillaume Herzog, « La Sainte Vierge dans l’histoire », Revue d’histoire et de littérature religieuse, no 12, 1907, p. 483-607. La revue était alors dirigée par Alfred Loisy, dont Turmel partageait les idées et qui fut excommunié l’année suivante (1908.). On remarquera que l’étude signée Herzog parut dans le fascicule de décembre, soit trois mois après la promulgation de l’encyclique Pascendi Dominici Gregis de Pie X sur les erreurs du modernisme (s septembre 1907).

29 Ibid., p. 595.

30 Ibid., p. 606.

31 Constantin Tischendorff, Evangelia Apocrypha, Leipzig, H. Mendelssohn, 1876 [1re edition : 1853], p. 1-48.

32 Adolf Harnack, Die Chronologie der altchristlichen Literatur bis Eusebius, Leipzig, J. C. Hinrich, 1897, t. 1, p. 598-603.

33 Guillaume Herzog, « La Sainte Vierge dans l’histoire », art. cité, p. 483-486.

34 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris, Letouzey et Ané, 1910, p. VII. Sur la question de l’orthodoxie de l’auteur du Protévangile, voir l’argumentation d’Amann, p. 77-100.

35 Ibid., p. 17 et p. 15-22 : « La conception et la naissance de Marie ».

36 Ibid., p. 17 et suiv. ; et Martin Jugie, « Le Protévangile de Jacques et l’immaculée Conception », Echos d’Orient, no 14, 1911, p. 16-20.

37 Émile Amann, Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, op. cit., p. 109-137 : « . Le Protévangile chez les écrivains de langue grecque ».

38 Sur lui, voir Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique du R. P. Martin Jugie », Revue des études byzantines 11, 1953, p. 7-32 ; Job Getcha et Vassa Kontouma-Conticello, « Deux lettres de Martin Jugie à Serge Boulgakov », Revue des études byzantines, no 67, 2009, p. 183-196.

39 La liste de ces articles est donnée par Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique », art. cité, p. 20-24 (nos 15, 18, 20-22, 26, 29-31, 35, 44-48, 58, 72, 73, 79, 83, 87, 89, 90, 93, 100, 101, 106, 108).

40 Martin Jugie, « L’Immaculée Conception dans l’Église grecque après le Concile d’Éphèse », DTC 7, col. S93-975 ; « L’Immaculée Conception dans les Églises nestorienne et monophvsites », ibid., p. 975-979.

41 Vitalien Laurent, « L’œuvre scientifique », art. cité, nos 35 et 46.

42 Homélies mariales byzantine, Martin Jugie (trad, et éd.), Paris, Firmin-Didot (PO 16-3 et 19-3), 1922 et 1925 ; Theophanes Nicaenus, Sermo in Sanctissimam Deiparam, Rome, Facultas theologica pontificii Athenaei seminarii Romani (Lateranum, 1), 1935.

43 Martin Jugie, L’Immaculée Conception, op. cit., p. 5.

44 Quelques années plus tôt, Jugie avait publié son œuvre majeure sur La Mort et l’Assomption de la Sainte Vierge. Étude historico-doctrinale, Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, « Studi e Testi, 114 », 1944, dans le contexte de la promotion du dogme de l’Assomption (1950).

45 Martin Jugie, L’Immaculée Conception, op. cit., p. 5. À propos des travaux de Passaglia et Malou, Jugie reproche au premier ses distractions, ses omissions et ses exagérations et au second la faiblesse de son information orientale (ibid., p. 1, nos 1 et 2).

46 Ibid., p. 2-5.

47 C. Chevalier, La Mariologie de Jean Damascene, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum (Orientalia Christiana analecta 109), 1956. La méthode suivie par l’auteur est étonnante : « dresser une liste de toutes les questions dont s’occupent aujourd’hui les traités de Mariologie [...], puis comparer ces idées, les dernières de la théologie, avec celles que professe ou qu’insinue saint Jean Damascène » (voir p. 9).

48 Maurizio Gordillo, Mariologia Orientalis, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum, « Orientalia Christiana analecta, 141 », 1954.

49 Pierre Voulet, Jean Damascène, Homélies sur la Nativité et la Dormition, Paris, Le Cerf (SC 80), 1961 (2 éd. : 1998). À propos de cet ouvrage, voir Athanase Jevtic, Hagiou Iôannou Damaskènou, Hè Theotokos, Athènes, Apostolikè Diakonia, 1990 [1re éd. : 1970].

50 Jean Damascène, Exposing fdei 46 (5, 2), B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, Berlin, De Gruyter, « Patristische Texte und Studien, 12 », 1975, t. II, p. 109.

51 Jean Damascène, Sermo de Dormitione BMVI, B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. cit., 1988, t. V, p. 455-456.

52 Voir Emile Amann, Le Protévangile de Jacques, op. cit., p. 130-132. Voir p. 132 : « Les exégètes byzantins connaissaient et acceptaient les données du Protévangile ; ils ne se croyaient pas autorisés toutefois à les insérer dans la trame de leurs commentaires. »

53 Voir Maurizio Gordillo, Mariologia, op. cit.

54 Jean Damascène, Contra Jacobitas 18, B. Kotter (éd.). Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. cit., 1981, t. IV, p. 117 : « Si l’union s’est faite à partir de deux natures, elles étaient deux avant l’union, dans l’union ou après l’union. Or si elles subsistaient dans une hypostase avant l’union, que reprochons-nous à Nestorius ? »

55 Jean Damascène, Expositio fdei 46 (5, 2), B. Kotter (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. cit., t. II, p. 110. La dernière phrase s’oppose à la thèse jacobite.

56 PG 97, 1305-1316. Cette édition, qui date de 1860, est antérieure à celle de Toscani et Cozza, op. cit. Elle reprend l’édition de François Combéfis, Bibliothecae patrum novum auctarium graeco-latinum, Paris, 1648, p. 452 et suiv. De nombreuses études ont été effectuées ces dernières années sur André de Crète (Damas, vers 660 – Lesbos, 740) : voir Antonia Giannouli, Die beiden byzantinischen Kommentare zum Groβen Kanon des Andreas von Kreta, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, « Wiener bvzantinistische Studien, 26 », 2007 ; R.-J. Lilie et alii, Prosopographie der mittelbyzantinischen Zeit (641-867), Berlin–New-York, De Gruyter, 1999, no 562 ; Mary B. Cunningham, « Andrew of Crete : A High Style Preacher ot the Eighth Century », dans Mary B. Cunningham, Pauline Allen (dir.), Preacher and Audience. Studies in Early Christian and Byzantine Homiletics, Leyde, Brill, 1998, p. 267-295 ; Marie-France Auzépy, « La carrière d’André de Crète », Byzantinische Zeitschrift, no 88, 1995, p. 1-12. Nous avons également pu consulter la thèse dactylographiée de Georges Graecu, Doctrina marialis iuxta sanctum Andream Cretensem (saec. VII-VIII), Pontificium Athenaeum Urbinianum de Propaganda Fide, Rome, 1938.

57 Venance Grumel, La Chronologie, Paris, PUF, 1958, p. 555-542.

58 René Basset, Le Synaxaire arabe jacobite (Mois de Tout et de Babeh), PO 1, 1907, 259-261.

59 Paul Hindo (éd.), Disciplina antiochena antica. Siri. IV. Lieux et temps sacrés. Culte divin. Magistère ecclésiastique. Bénéfices et biens temporels ecclésiastiques, Rome, Tipografia Poliglotta Vaticana (Sacra Congregazione per la Chiesa orientale. Codificazione canonica orientale. Fonti, II-28), 1943, p. 111-126.

60 La pensée d’Ephrem sur Marie a fait l’objet de nombreuses études. Voir, en dernier lieu, Pierre Yousif, « La Vierge Marie et le disciple bien-aimé chez saint Ephrem de Nisibe », Orientalia Christiana periodica, no 55, 1989, p. 285-316 ; et le riche article de I. Ortiz de Urbina, « La Vergine Maria nella teologia di S. Efrem », Symposium syriacum 1972, Rome, Pont. Institutum Studiorum, « Orientalia Christiana analecta, 197 », 1974, p. 65-104.

61 DSAM 14, 1989, col. 748-751.

62 DSAM 8, 1972, col. 56-60. Omette mariologiche di S. Giacomo di Sarug, Costantino Vona (éd.), Rome, FacultasTheologicaPontificii Athenaei.Seminarii Romani (Lateranum, 19), 1953.

63 Ibid., col. 55-55. Paul Hindo, Disciplina antiochena, op. cit., p. 509, dit à son propos : « La Conception est signalée dans le Calendrier de Jacques d’Edesse (640-708). Voir ms. Vat. Siro 57, fol. 194. » Nous n’avons pas pu trouver d’étude datant ce manuscrit et le texte du calendrier qu’il contient.

64 Sur cette question, voir Simon-Claude Mimouni, Dormition et Assomption de Marie. Histoire des traditions anciennes, Paris, Beauchesne (Théologie historique, 98), 1995, p. 371-471 (la liturgie mariale de Jérusalem à l’époque byzantine) et p. 665-674 (l’apparition de la liturgie mariale relative à la Dormition est à situer dans le cadre du conflit issu de Chalcédoine).

65 Marie-France Auzépv, « La carrière... », art. cité, p. 2-4, évoque ces tergiversations : après le concile de 680, « il partit [de Jérusalem] à Constantinople, pour porter l’acceptation officielle de l’Église de Jérusalem aux décisions du concile convoqué par l’empereur Constantin IV, mais il arriva à l’avènement de Justinien II (685) [...] André a signé, en même temps que Germain, alors évêque de Cvzique, l’anathème du VIe concile sous Philippikos en 711. Le rétablissement du monothélisme sous Philippikos serait dû, d’après la Chronique [de Théophane], à la prophétie [de] Paul, le moine de Kallistratou [...] Ce retour au monothélisme n’a duré qu’un temps, fort court, du règne de Philippikos (711-713). Son successeur Artémios Anastase (715-715) revint à l’orthodoxie et André de Crète rentra dans le rang : on possède la réponse qu’il fit à l’archidiacre de Sainte-Sophie Agathon, dans laquelle il confesse son erreur et le dyothélisme [PG 97, 1437-1444] ».

66 Voir Die Schriften des Johannes von Damaskos, op. cit., t. IV.

67 Épiphane le Moine (VIIIe-IXe s.), auteur de la Vie de la Sainte Vierge, dit dans le prologue de cette œuvre, (PG 120, 188, a et b) : « Afin qu’on n’en arrive pas à nous dénoncer, comme avant ajouté ou retiré des choses de notre propre chef, nous avons signalé au préalable [nos sources], même si nous avons puisé dans les apocryphes ou dans l’œuvre des hérétiques. Que nul ne nous le reproche. Car les témoignages qui sont tirés de nos ennemis sont plus dignes de foi, comme a dit Basile le Grand. » On remarquera que cet Epiphane était moine au monastère de Kallistratou, tout comme Paul, qui lut mêlé à la condamnation du concile de 680.

68 Voir à ce propos les notices « Marie » ou « Maryam » dans Mohammad Ali Amir-Moezzi (dir.), Dictionnaire du Coran, Paris, Robert Laffont, 2007, p. 35-538 ; Encyclopédie de l’Islam, Leiden-Paris, Brill – Maisonneuve et Larose t. VI, 1991, p. 13-617. À compléter par Roger Arnaldez, Jésus fils de Marie, prophète de l’Islam, Paris, Desclée, 1980 ; Ida Zilio-Grandi, « La Vierge Marie dans le Coran », Revue de l’histoire des religions, no 214-1, 1997, p. 57-103.

69 Dans son De haeresihus, 100, 1-2, Jean Damascène se prononce explicitement sur la place de Marie dans le Coran : « Selon ses dires, le Christ est le Verbe de Dieu et son Esprit, mais il est créé et il a un serviteur ; il est né sans semence de Marie, la sœur de Moïse et d’Aaron. En effet, dit-il, le Verbe et l’Esprit de Dieu sont entrés en Marie et ont engendré Jésus, qui lut un prophète et un serviteur de Dieu [...] Beaucoup d’autres absurdités dignes de rire sont rapportées dans cet Écrit. » Voir Raymond Le Coz, Jean Damascène, Écrits sur l’Islam, Paris, Le Cerf (SC 383), 1992, p. 213-215.

70 Sur la place de Jérusalem dans l’Islam à l’époque umeyyade, voir Encyclopédie de l’Islam, op. cit., t.  V, 1986, p. 323-325 et 340-343. C’est à Jérusalem que Mu’awiya 1er lut reconnu calife en 660. À cette occasion, il aurait prié au Golgotha, à Gethsémani et sur le tombeau de Marie : l’Islam prenait possession, comme hériter, des religions monothéistes qui l’avaient précédé. Le projet de construction du dôme du Rocher a également été formé durant le règne de ce calife. Il a été achevé en 691-692. Les inscriptions qui y figurent insistent sur le rôle de Jésus comme prophète et nient sa filiation divine. Par ailleurs, ainsi que le rapporte l’historien al-Mukkadasî, les fêtes chrétiennes continuèrent à régler le rythme de l’année durant cette période, à Jérusalem, même à l’égard de la population musulmane.

71 Voir Mary B. Cunningham, « Andrew », art. cité, p. 77 et suiv. et Marie-France Auzépy, « La carrière... », art. cité. On remarquera que les patriarches Germain 1er et Taraise de Constantinople, également auteurs d’homélies sur la Vierge, furent de fervents iconophiles.

72 Jean d’Eubée, Sermo in Conceptionem Deiparae (PG 96, 1459-1500). Sur cet auteur dont on sait seulement qu’il fut en activité en 744, voir DSAM 8, 1972, col. 487.

73 PG 96, 1473, c-1476, b.

74 PG 96, 1497, a-c.

75 PG 96, 1500, a.

76 Il Menologio di Basilio II (Cod. Vaticano Greco 1613), Turin, Fratelli Bocca, 1907.

77 PG 117, 196, b-c. Il y est précisé que « Marie est née, non comme certains le prétendent, au bout de sept mois de grossesse, ou sans la participation d’un homme [à sa conception], mais au bout de neuf mois accomplis, comme l’effet d’une union avec un homme. En effet seul N. S. [...] est né sans le concours et la semence d’un homme, de la Sainte Vierge, d’une façon cachée et inexplicable, comme lui seul le sait ».

78 PG 117, 57, b-c.

79 PG 117, 172, d-173, b.

80 PG 117, 585, a-b.

81 Juan Mateos, Le Typicon de la Grande Église. Ms. Sainte-Croix no 40, Xe siècle, Rome, Pont. Institution Orientalium Studiorum, « Orientalia Christiana analecta, 165-166 », 1960, p. 18-21 (8 septembre, Nativité de Marie) ; p. 110-111 (21 novembre, Présentation) ; p. 126-127 (9 décembre. Conception) ; p. 368-373 (15 août, Dormition).

82 PG 133, 756, c-757, c : le 8 septembre (Nativité de Marie), le 21 novembre (Présentation), le 9 décembre (Conception) et le 15 août (Dormition) sont des jours entièrement chômés.

83 PG 96, 1497, a-c.

84 Ms. Turin C.III.17 (a. 1173) : voir Andrea Luzzi, « Il calendario eortologico per il ciclo delle teste tisse del Tipico di S. Nicola di Casole », Rivista di studi bizantini e neoellenici, no 39, 2002, p. 229-261 (la fête de la Conception, p. 246).

85 Iéna, BU, ms. G.B.q.6a : voir S. Luca, « I Normanni e la ‘Rinascita’ del sec. XII », Archivio storico per la Calabria e la Lucania, no 60, 1993, p. 1-91 (le ms., p. 11-12).

86 Miguel Arranz, Le Typicon du Monastère du Saint-Sauveur à Messine. Codex Messinensis gr. 115, A. D. 1131, Rome, Pont. Instiutum Orientalium Studiorum, « Orientalia Christiana analecta, 185 », 1969, p. 68.

Auteur

Maître de conférence à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses (christianisme orthodoxe) et directrice de la bibliothèque de l’Institut français d’études byzantines. Elle a publié de nombreuses études sur la vie et l’œuvre de Jean Damascène et, plus généralement, sur la théologie byzantine et post-byzantine.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540