Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ouverture — « Belle sans sy en sa conception »

Le culte marial entre dévotion et doctrine : de la « Fête aux Normands » à l’Immaculée Conception

Marielle Lamy

Texte intégral

1La « Fête aux Normands » est une expression relativement moderne mais qui s’appuie sur une longue et solide tradition de mise en valeur particulière, dans cette région de France, de la fête du 8 décembre commémorant la conception de Marie. Dès la seconde moitié du XIIIe siècle, c’est cette date qui est retenue pour la fête de la « nation normande » à l’université de Paris et, au XIXe siècle, c’est en devançant la promulgation du dogme de l’immaculée Conception par le pape Pie IX en 1854 que des érudits normands s’attachent à retracer les origines et les grandes heures de la « Fête aux Normands ».

  • 1 Voir Henri Barré, « Antiennes et répons de la Vierge », Marianum, no 29, 1967, p. 189 : « Le terme(...)

2Pourtant, l’objet de cette fête n’allait pas de soi et sa célébration a suscité au long de l’histoire un certain nombre de controverses. Rappelons d’abord que la conception de Marie peut s’entendre de deux manières, dans un sens actif et dans un sens passif, c’est-à-dire concevoir et être conçue, et souvent des confusions sont nées de cette ambivalence. C’est le premier sens, celui de la conception active, qui a d’abord retenu l’attention : déjà, dans le Nouveau Testament, Matthieu et Luc évoquent la conception de Jésus par Marie, une conception sur un mode spécial puisqu’il s’agit d’une conception virginale. Dans les controverses christologiques, l’affirmation de cette conception virginale devient, dès les IIe IIIe siècles, un argument important, une « preuve » dans l’affirmation de la double nature humaine et divine du Christ. Et c’est la conception active de Marie qui a d’abord été considérée comme « immaculée », en tant que conception virginale. Le qualificatif immaculata a commencé à être employé à propos de Marie dès le IVe siècle, par exemple chez Ambroise ou Maxime de Turin, qui parlent de Marie comme immaculata virgo. Aux Ve et VIe siècles, il a pour équivalent les termes Intacta, incorrupta, integra ou inviolata et prend un sens particulier, en référence à la virginité préservée de Marie non seulement dans la conception, mais aussi dans l’enfantement du Christ1. Employé d’abord dans des sermons, il va aussi figurer dans des formules liturgiques appelées à marquer durablement les mémoires, mais dans le cadre de la célébration de la conception active de Marie : commémorations de l’Annonciation ou de la Nativité.

  • 2 Voir Vassa Kontouma-Concitello, « La question de l’immaculée Conception dans la tradition oriental (...)

3La conception passive de Marie a été évoquée par un évangile apocryphe un peu plus tardif que les évangiles canoniques, le Protévangile de Jacques, rédigé vers la fin du IIe siècle. Il met en scène Anne et Joachim, les futurs parents de Marie. Bien que justes devant Dieu, les deux époux sont frappés de stérilité et ce qui apparaît comme une malédiction vaut un jour à Joachim une cuisante humiliation de la part du grand prêtre, alors qu’il était venu apporter son offrande au Temple. Joachim, propriétaire de nombreux troupeaux, se retire alors au désert avec ses bêtes, tandis qu’Anne se morfond chez elle. Mais une double annonciation permet à chacun des deux époux d’entendre la promesse d’une progéniture : de leur union naîtra une petite fille que l’on nommera Marie, appelée à être la mère du Sauveur et qui sera pour ce motif consacrée à Dieu. Joachim se hâte de revenir à Jérusalem, et peu de temps après que les deux époux se sont retrouvés à la Porte d’Or, Anne se trouve enceinte. Tandis que le Protévangile de Jacques traitait du début de la vie de Marie, d’autres apocryphes, les transitus, évoquaient le trépas de Marie et son transport au ciel, donc la fin de sa vie. Ces récits divers ont donné naissance dans l’Église byzantine à des fêtes liturgiques en l’honneur de Marie : sa Nativité et son Assomption. Celles-ci sont d’ailleurs « importées » à Rome à la fin du VIIe siècle par un pape d’origine grecque, Serge Ier (687-701). Il institue un cycle de quatre solennités qui, pour des siècles, constitueront les seules célébrations mariales officiellement reconnues dans l’Église latine : Nativité, Annonciation, Purification, Assomption. La fête de la Conception n’en fait donc pas partie : c’est que dans l’Église byzantine elle-même, elle est apparue plus tardivement que les autres, peut-être pas avant le VIIIe siècle2. Elle pouvait déjà poser un problème qui sera discuté plus tard en Occident : ne fait-elle pas doublon avec la fête de la Nativité ? Sa spécificité serait l’accent mis sur le miracle qui a permis la conception de Marie, d’où d’ailleurs le fait qu’elle est attestée dans certaines sources comme fête de la « conception d’Anne ».

  • 3 Voir Veronica Ortenberg West-Harling, « L’origine anglaise de la fête de la Conception de la Vierg (...)

4Mais pour l’Occident, la fête du 8 décembre qui anticipe, neuf mois avant, la fête de la Nativité de Marie le 8 septembre est un phénomène encore plus tardif, qui n’apparaît pas avant la seconde moitié du XIe siècle, et pour lequel se pose une délicate question des origines. L’expression « fête aux Normands » pourrait laisser penser qu’elle a surgi en Normandie. Or c’est vers le sud de l’Angleterre que pointent les sources, les plus vieux textes liturgiques conservés : des calendriers, missels ou pontificaux de Winchester, Exeter, Canterbury. Mais comment concilier cet état des sources, qui donne l’antériorité aux Anglais sur les Normands, avec la conviction très tôt attestée que les Normands ont été les premiers adeptes de la fête et les principaux artisans de sa diffusion3 ? D’autant que divers problèmes viennent encore compliquer la question des origines de la fête en Occident. Des textes rédigés par des ecclésiastiques anglais dans les années 1120 désignent la fête de la Conception de Marie tantôt comme une tradition, tantôt comme une nouveauté ! Le rôle de la conquête normande et de Guillaume prête lui aussi à confusion.

  • 4 Voir « Aux origines de la “Fête aux Normands”. La liturgie de la fête de la Conception de la Vierg (...)

5D’un côté la réforme liturgique voulue par Guillaume et menée par Lanfranc aurait conduit à la suppression de la fête, d’un autre côté, selon une très fameuse légende, c’est au lendemain de la conquête que la fête de la Conception aurait été introduite en Angleterre, suite à un miracle dont aurait bénéficié Helsin, l’abbé de Ramsay. En outre, si l’on adopte l’hypothèse que les Anglais et non les Normands ont été les initiateurs de la fête, se pose la question de savoir d’où les Anglais ont tiré cette pratique, alors que s’agissant des Normands il existe une explication assez commode : leurs expéditions en Italie du Sud et en Méditerranée les auraient mis en contact dès la première moitié du XIe siècle avec des contrées suivant les usages liturgiques byzantins. Une étude plus précise du monachisme anglais pourra toutefois apporter certaines lumières, en montrant à la fois son ouverture à une multitude de contacts, incluant directement ou indirectement le christianisme oriental, qu’il soit grec ou syrien, et l’importance des échanges entre églises et monastères de part et d’autre de la Manche, avant comme après la conquête normande. Ajoutons encore qu’il existe d’autres pistes, suggérées par les sources liturgiques4, que nous ne ferons qu’évoquer : une piste bourguignonne, une piste lyonnaise, indépendantes des influences normandes... La fête du 8 décembre ne serait peut-être pas une exclusivité « insulaire », introduite sur le continent par les Normands.

  • 5 Certains ont supposé que les parents de Marie auraient bénéficié d’une suspension de la concupisce (...)

6Soulignons d’emblée une particularité occidentale par rapport à la tradition byzantine : alors que dans celle-ci l’usage liturgique n’a pas suscité de troubles, ni en matière de culte, ni sur le plan théologique, mais simplement une tendance croissante à l’affirmation de la sainteté totale de la Vierge, la Panhagia, en Occident surgissent immédiatement d’âpres controverses qui portent aussi bien sur le fait d’introduire une nouveauté que sur l’objet de la fête considéré au point de vue doctrinal on touche ici à la question du péché originel et de sa transmission. Sans entrer dans le détail, rappelons que la transmission du péché originel était généralement expliquée par la théorie de l’infectio carnis, d’inspiration augustinienne. Lors de l’acte sexuel, le désir et le plaisir excessifs éprouvés par l’homme et la femme – désordre introduit dans l’exercice de la sexualité par le péché du premier couple humain – contamineraient en quelque sorte le produit de leur union : ce qui est ainsi engendré et qui n’est que chair encore porterait comme une empreinte la trace de ce désordre de la chair ; au moment de « l’infusion de l’âme », créée directement par Dieu et introduite dans la matière corporelle, l’âme serait contaminée par cette souillure de la chair. Dans le cas de Marie, puisque aucun théologien n’aurait osé avancer pour elle l’idée d’une conception autre que celle résultant de l’union d’un homme et d’une femme, cette théorie communément reçue de l’infectio carnis représentait un réel obstacle, que l’on chercha d’abord à contourner en imaginant différentes formes de miracles5. Tout au long du XIIe siècle, les débats portent ainsi sur la possibilité ou l’impossibilité d’une immunité de Marie au regard du péché originel. Au XIIIe siècle, la problématique change considérablement : la définition désormais majoritaire du péché originel comme dette, ou obligation impossible à acquitter de posséder la justice originelle, définition plus juridique que « naturaliste », déplace en effet le débat qui ne porte plus tant sur la possibilité d’un tel privilège marial que sur sa convenance. C’est l’honneur du Christ en tant que rédempteur de tous qui amènera tous les grands théologiens scolastiques à préférer penser que Marie a été conçue dans le péché originel, dût-elle ne rester qu’un instant dans cet état de péché.

  • 6 Bernard de Clairvaux, Epistola 174, Jean Leclercq, Charles Hugh Talbot et Henri-Marie Rochais (éd. (...)
  • 7 Voir Jean de Mandeville [pseudonyme], De conceptione beatae Mariae, Pedro de Alva y Astorga (éd.), (...)

7Les premières querelles sont attestées en Angleterre dans les années 1120. Quelques années plus tard le débat prend une nouvelle dimension avec l’entrée en lice d’un des plus fameux personnages de l’époque, Bernard, l’abbé de Clairvaux. Dans une lettre adressée vers 1139 aux chanoines de Lyon, il leur reproche violemment la légèreté qui les a conduits à adopter une célébration que « le rite de l’Église méconnaît, que n’approuve pas la raison, que ne recommande pas l’antique tradition6 ». Ce texte connaîtra une grande diffusion et sera souvent cité comme un argument d’autorité, plus rarement réfuté. On a conservé du XIIe siècle encore divers textes, dont beaucoup sont anonymes ou pseudépigraphes. À côté d’un traité de Nicolas de Saint-Albans, rédigé dans les années 1170-1180 et qui s’inscrit dans une série d’échanges entre ce moine anglais et Pierre de Celle, abbé de Saint-Rémi de Reims, d’autres ont circulé dans les monastères allemands ou bien en lien avec les écoles parisiennes : nous pouvons ainsi lire des traités favorables à la fête de la conception de Marie et à la doctrine nouvelle qu’elle véhicule attribués à Abélard, Pierre le Mangeur ou Pierre le Chantre, soit les plus grands noms de la théologie parisienne du XIIe siècle ! Un autre traité encore est attribué à un certain Jean de Mandeville, qui ne semble pas devoir être confondu avec le géographe du même nom7. À l’exception de ce dernier texte qui met en avant un nom d’auteur aux consonances peut-être normandes, il n’y a guère d’indices d’une implication des Normands dans les débats. Ce pourrait être d’ailleurs une particularité locale que l’adoption unanime et sans réserve de cette nouvelle solennité...

  • 8 Les textes authentiques d’Anselme de Canterbury montrent qu’il n’adhérait pas à l’idée d’une conce (...)

8La Normandie a plutôt favorisé une autre forme de propagande que celle des traités : la littérature des miracula. On sait l’importance des grandes collections anglo-normandes constituées au tournant des XIe et XIIe siècles pour cette littérature particulière des miracles mariaux. Trois miracles en particulier vont s’imposer par leur importance, et par le fait qu’ils ont été recueillis dans une lettre parfois qualifiée de sermon et attribuée par une tradition précoce à saint Anselme, ce qui en a favorisé la diffusion et l’autorité8. Il s’agit d’abord du miracle d’Helsin, cet abbé anglais envoyé en mission diplomatique auprès des Danois par Guillaume le Conquérant et sauvé d’un naufrage par l’apparition d’un personnage céleste l’invitant à instituer la fête de la Conception de Marie le 8 décembre. Les deux autres miracles sont des adaptations de récits plus anciens : l’histoire d’un clerc incontinent, noyé dans la Seine par les démons alors qu’il revenait d’une visite à une femme mais récitait dans sa barque les heures de la Vierge – celle-ci finit par l’arracher aux enfers mais demande maintenant en contrepartie l’institution de la fête de sa conception ; l’histoire d’un clerc du roi de Hongrie – voire du roi de Hongrie lui-même – qui, récitant le jour de ses noces les heures de la Vierge, essuie de la part de cette dernière une véritable scène de jalousie et s’engage illico à tout quitter pour ne plus servir qu’elle, et aussi à faire instituer la fête de sa conception.

  • 9 Voir Françoise Le Saux, « La conception Nostre Dame de Wace : œuvre de propagande ? », infra.
  • 10 Voir Odette Pontal, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. 1 : Les statuts de Paris et (...)
  • 11 Voir Théodose Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites past (...)

9Le XIIIe siècle est marqué par un double phénomène, paradoxal : une certaine unanimité des théologiens contre la doctrine d’une conception sans tache de Marie et une diffusion continue de la célébration de la fête du 8 décembre9, qui est attestée désormais en maints endroits, en France comme en d’autres pays européens. Les progrès sont discrets, lents, mais apparemment irrésistibles. La Normandie est-elle « en pointe » ; Ce n’est pas si sûr, si l’on prend par exemple l’indicateur que constituent au XIIIe siècle des sources d’un genre nouveau, les statuts synodaux. La Normandie a adopté assez largement la collection désignée comme « Synodal de l’Ouest », avec des adaptations ou compléments retenus notamment lors des conciles provinciaux qui se sont réunis entre 1224 et le début des années 1230. Or le manuscrit qui constitue le plus ancien témoin de cette collection pour Rouen omet à la rubrique des jours fériés la fête de la Conception de Marie, que l’on trouve pourtant dans les manuscrits d’Angers, de Tours ou de Poitiers10. Dans son registre de visites, Eudes Rigaud, le fameux archevêque franciscain de Rouen, note incidemment à la date du 8 décembre 1266 qu’il a présidé la célébration de la fête de la Conception de Marie, or... ce n’était pas en Normandie mais à Paris11 ! Il s’agissait toutefois de la fête de la « nation normande », l’une des composantes importantes de la faculté des arts de l’Université de Paris.

  • 12 Thomas d’Aquin, Quodl.VI, q. 5, a. 1, dans Opera omnia, Paris-Rome, Commission Léonine-Cerf, 1996, (...)
  • 13 Cette question qui s’inspire étroitement de l’enseignement d’Henri de Gand se trouve dans le ms. l (...)
  • 14 Bernard d’Auvergne, Quodl. XV, q. 13, Antonius Samaritani (éd.), « De beatae Mariae Virginis Immac (...)

10Le succès grandissant de la fête posait un problème aux docteurs en théologie, de plus en plus souvent interpellés sur ce sujet par leurs étudiants, comme en témoignent un certain nombre de questions disputées, tenues à Paris à partir des années 1270. A la question de savoir « s’il est permis de célébrer la fête de la conception de Notre Dame », Thomas d’Aquin répond en distinguant deux aspects. Il examine d’abord une question préalable, déjà abondamment traitée par les théologiens : « Marie a-t-elle été conçue dans le péché originel ? » Il y répond, sans surprise, par l’affirmative. Mais passant au point suivant, celui de la célébration de la fête, il note la diversité des coutumes : tandis que l’Église romaine et beaucoup d’autres s’en abstiennent, certains l’ont adoptée. Selon lui tout est question de point de vue : dans le premier cas, est prise en compte la conception de Marie dans le péché, dans le second, c’est la considération de sa sanctification précoce dans le sein de sa mère qui prévaut12. Thomas ne précise pas dans quelles contrées la fête est une coutume, et la plupart des docteurs qui abordent la même question restent également dans le vague. Parmi les textes des années 1280-1290, il arrive pourtant que certains fassent référence aux Normands et à la « révélation » dont ils auraient bénéficié à ce sujet – c’est une allusion à la légende d’Helsin. Ainsi, traitant la question de savoir si la conception de Marie doit être célébrée ratione conceptionis, un auteur malheureusement anonyme reprend au début de sa réponse l’intitulé de la question en précisant : « En supposant avec les Normands que la conception doive être célébrée, puisqu’ils affirment qu’il y a eu à ce sujet une révélation, la question est [de savoir] si on doit la célébrer au titre de la conception13. » Bernard d’Auvergne s’exprime un peu plus tard en des termes similaires14. La réponse à une telle question n’allait pas de soi, compte tenu de l’écart croissant et de plus en plus difficile à tenir entre le culte et la doctrine ce n’est pas tout à fait à tort que l’on cite si souvent l’adage « lex orandi, lex credendi » à propos de l’immaculée Conception.

11C’est le franciscain anglais Jean Duns Scot qui tira de leur embarras une partie de ses collègues théologiens. Dans son enseignement, donné à Paris et Oxford au tournant des XIIIe et XIVe siècles, il infléchit en effet de façon décisive la réflexion théologique, en renversant la problématique qui s’était imposée tout au long du XIIIe siècle. Reprenant la discussion sur la conception de Marie, il y introduit un nouvel élément qui sera plus tard désigné comme « l’argument du parfait médiateur » :

  • 15 Jean Duns Scot, In Sent. III (Ordinatio), d. 3, q. 1, dans Fr. Gulielmi Warrae, Fr. loannis Duns S (...)

Le parfait médiateur pose l’acte de médiation le plus parfait possible à l’égard d’une personne pour laquelle il exerce sa médiation ; or le Christ est le parfait médiateur ; donc on trouve dans le Christ le degré de médiation le plus parfait possible à l’égard d’une créature ou d’une personne ; mais à l’égard de nulle autre personne il n’a exercé sa médiation de façon plus excellente qu’à l’égard de Marie, donc etc. Or ceci ne serait point s’il n’avait mérité de la préserver du péché originel15.

12Ce raisonnement est typiquement scolastique, par sa construction en syllogismes, mais le coup de génie de Duns Scot fut de bâtir toute son argumentation ex parte excellentiae Filii, à partir de l’excellence du Fils, en montrant que Marie lui était d’autant plus redevable qu’elle lui devait d’être rachetée selon un mode plus parfait. Ainsi se trouvait dépassée l’apparente antinomie entre les prérogatives du Christ, rédempteur universel, et le privilège marial d’une conception sans tache. En outre, il devenait possible de faire coïncider la date et le nom de la fête avec l’objet de sa célébration.

  • 16 Tandis que la dépouille du docteur angélique allait à Toulouse, son bras droit fut sur l’ordre du (...)
  • 17 Voir Christine Boyer, « Guillaume de Sauqueville : sermon sur la conception de Marie », infra.
  • 18 Le Songe du Vergier, livre II, chap, CCLXXXI, 8, Marion Schnerb-Lièvre (éd.), Paris, CNRS Éditions (...)
  • 19 Édit du 14 mars 1394. Pour les extraits du prologue qui nous intéressent, voir Faustino D. Gazulla (...)
  • 20 Voir F. D. Gazulla, art. cité, append. 15, p. 547-548 ; et « Los reyes de Aragon... », Eoletin de (...)

13Dans le premier tiers du XIVe siècle, la plupart des théologiens se rallièrent donc à ce raisonnement, progressivement précisé et complété. Mais il resta un pôle de résistance : l’ordre des dominicains, renforcés dans leur attachement à l’opinion traditionnelle par la canonisation en 1323 de saint Thomas, puis par la recommandation spéciale de sa doctrine par Urbain V en 1368 à l’occasion de la translation de ses reliques16. Aucun dominicain ne se serait risqué à rompre le rang ; tout au plus s’efforçait-on, à l’occasion, de justifier la célébration de la fête tout en spécifiant comme le faisait déjà Thomas d’Aquin que son objet est la sanctification de Marie dans le sein maternel et non sa préservation du péché originel. Le dominicain normand Guillaume de Sauqueville s’inscrit dans ce courant lorsqu’il reprend dans sa prédication le miracle d’Helsin à la manière d’un exemplum dont il précise soigneusement la portée, partagé qu’il est entre ses attaches normandes et sa loyauté envers l’ordre17. Mais la plupart de ses confrères ne s’embarrassent guère de nuances et, à partir des années 1360 jusqu’à la fin du XIVe siècle, on constate un durcissement des controverses un peu partout : à Paris en particulier, mais aussi en Aragon, en Allemagne et en Italie, à Vienne en Autriche... À cette époque, un trait nouveau mérite d’être souligné : le débat ne met plus seulement aux prises les théologiens entre eux, mais il implique de plus en plus souvent les laïcs et même parfois les premiers d’entre eux. Le Songe du Verifier (1378), traduction ou adaptation française du Somnium Viridarii commandée par Charles V lui-même, a ainsi gardé le souvenir d’une dispute qui se serait tenue en présence du roi (peut-être en 1375 ou 1376) ; le texte n’hésite d’ailleurs pas à signaler les sympathies « immaculistes » du souverain18. En Aragon, le roi Jean Ier tranche entre partisans et adversaires de la conception sans tache de Marie en instituant pour tous ses États une célébration solennelle de la fête du 8 décembre, par un édit de 1394 dont le prologue adopte explicitement la thèse immaculiste, considérant qu’en ce qui concerne Marie sa maternité divine et la conception virginale du Christ surpassent comme prodiges le fait d’être indemne du péché originel dans sa propre conception19 ; cet édit sera renouvelé par son frère et successeur Martin Ier en janvier 1398 et encore en avril 140820. Au-delà des princes, c’est le grand public ou « simple peuple » qui par le biais de la prédication est touché et pris à partie, non sans maints scandales, comme à Nevers, Paris, Châlons ou Rouen, pour ne citer que les exemples français. Le cas de Rouen, bien documenté, retiendra particulièrement notre attention.

14Mais à côté de ces épisodes particuliers qui font rebondir de manière ponctuelle la controverse, l’enracinement progressif de la dévotion à la conception de Marie se poursuit. Ce n’est plus la célébration de la fête du 8 décembre, désormais attestée un peu partout, qui en est le meilleur indice, mais la multiplication de confréries dédiées à la Conception. Dans certains cas, une confrérie mariale déjà existante change de « titre » ; tel est le cas de la confrérie de la Nativité de la Vierge installée en l’église Notre-Dame-des-Fossés à Bayeux. Alors qu’elle était quelque peu tombée en désuétude, elle est pourvue en 1429 de nouveaux statuts et se place désormais sous l’invocation de la Conception de la Vierge. Il vaut la peine de citer le prologue de ces statuts rédigés en vers :

  • 21 Dans Nicole Bériou, Jacques Berlioz et Jean Longère (dir.), Prier au Moyen Âge : pratiques et expé (...)

Je vais vous dire comment les détailleurs de draps
Restaurent la confrérie de la sainte Conception
De la Vierge Marie, d’un même consentement.
D’abord, ils prient la Vierge que pour la création
De cette confrérie de sa Conception
Elle veuille garder les frères, et avec eux les sœurs,
De toute maladie et de toute imperfection.
Au temps où Guillaume était duc des Normands,
Et où, avec force légions, il conquit
Le pays d’Angleterre, tout animé de foi,
Il établit cette fête en laquelle nous croyons.
Il est bien légitime d’honorer la mère
De celui qui souffrit sur la croix mort amère,
Ce qui effaça la faute et la misère
De Adam notre père et de Ève notre mère21.

  • 22 Voir Denis Hüe, « La “Fête aux normands” et le Puy des Palinods de Rouen : la fête dans la ville » (...)

15On peut noter en passant la tranquille affirmation selon laquelle c’est à Guillaume que l’on devrait l’institution de la fête de la Conception. Mais la confrérie normande de la Conception la plus célèbre est évidemment celle qui avait son siège à Rouen, en l’église Saint-Jean : c’est elle qui institua en 1486 les Palinods, ces concours poétiques en l’honneur de la Vierge immaculée22.

  • 23 Voir A. Emmen, « “Mutter der schönen Liebe”. Ein unveröffentlicher Sermo de Immaculata Conceptione (...)
  • 24 J. de Romiroy, Relatio « Tota pulchra es », Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antique. (...)
  • 25 Voir Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, Johann Haller (...)
  • 26 « Nous définissons et déclarons que la doctrine disant que la glorieuse Vierge Marie mère de Dieu, (...)
  • 27 Symboles et définitions de la foi catholique, Paris, Cerf, 1996 (37e édition, revue par Peter Hüne (...)
  • 28 Ibid., no 1400, p. 394.

16Le succès des Palinods, ou de concours similaires dans d’autres villes, comme les Puys d’Amiens, s’inscrit dans le contexte d’une adhésion désormais dépourvue d’ambiguïtés à la doctrine de l’immaculée conception. Celle-ci a été soutenue au XVe siècle à la fois par un concile et par un pape : par un concile, à Bâle, et par un pape, avec le pontificat de Sixte IV (1471-1486). Le concile de Bâle, ouvert en 1431, avait des objectifs ambitieux mais se heurta très vite à de nombreuses difficultés. L’on souhaitait poursuivre la réforme de l’Église, ramener la paix au sein de la chrétienté, parvenir à l’union avec les Grecs, extirper l’hérésie ; mais l’on vit le concile déchiré par les ambitions inavouées, les arrière-pensées politiques, les nationalismes naissants et, surtout, une opposition croissante entre le pape Eugène IV, attaché aux prérogatives pontificales, et les tenants d’un conciliarisme radical. Le 8 décembre 1435, Jean de Romiroy, chanoine de Bourges et du Puy, prononce devant les Pères du concile un sermon remarqué, dans lequel il les invite à placer les travaux du concile sous le patronage de Marie immaculée et à instituer de façon universelle la fête de sa conception, afin d’obtenir son intercession face aux difficultés qui s’accumulent23. Quelques mois plus tard, Jean de Romiroy adresse aux pères conciliaires, sur le même sujet, un ample rapport, dans lequel il ne leur propose plus seulement d’instituer la fête de la conception de Marie mais de définir la doctrine de sa conception sans tache, préservée du péché originel ; il y voit encore le meilleur moyen de réaliser enfin la réforme de l’Église, en s’attirant les bonnes grâces du Fils de Marie pour tirer le concile des ornières dans lesquelles il s’enlise24. Une commission spéciale est mise en place en mars 1436, constituée de façon paritaire puisqu’elle comprend deux rapporteurs hostiles à la fête et à la doctrine immaculiste, les dominicains Jean de Montenegro et Jean de Torquemada, et deux rapporteurs favorables, Jean de Romiroy et le franciscain Pierre Porcher, bientôt remplacé par Jean de Ségovie. Ils écriront de volumineux – et contradictoires – traités sur la question de savoir s’il « est plus pieux de croire que l’âme de la bienheureuse Mère de Dieu a été à l’instant de son infusion dans le corps préservée du péché originel que de croire que cette Vierge a été conçue dans le péché originel25 », mais, à partir de 1437, la rupture consommée entre le pape et les Pères qui choisissent de rester à Bâle va rompre l’équilibre : le parti favorable l’emporte désormais, puisque les dominicains fidèles au pape se sont retirés. Le 17 septembre 1439, le concile procède à une définition dogmatique solennelle de la doctrine de l’immaculée Conception26 tout en instituant la célébration universelle de la fête du 8 décembre, dotée d’un office propre. Il fallait dès lors s’atteler à la composition de la messe et de l’office officiels de la nouvelle solennité, et c’est seulement au printemps 1440 que sont partout expédiées des bulles scellées du sceau du concile, qui connaîtront une réception assez inégale. On leur fait plutôt bon accueil en Espagne et dans la France gallicane, qui n’accorde à Eugène IV qu’un soutien mitigé, notamment à l’université de Paris où l’on considère désormais qu’il s’agit d’une vérité de foi acquise. Au point de vue canonique toutefois la validité de cette définition dogmatique ne devait pas être retenue, le concile étant considéré comme schismatique au moment où il l’avait formulée, et la controverse rebondit de façon épisodique. Elle prend un tour particulièrement acrimonieux dans la seconde moitié du XVe siècle en Italie où s’affrontent franciscains et dominicains, certains grands ténors de l’Observance franciscaine se faisant les champions de la doctrine immaculiste. Prédications enflammées, joutes oratoires mettant aux prises les adversaires devant un public passionné, traités où l’invective voisine avec le catalogue d’autorités... Le pape Sixte IV se voit obligé d’intervenir à plusieurs reprises pour modérer le ton des protagonistes et inviter à plus de discrétion. Il appartenait avant son accession au pontificat à l’ordre franciscain, donc au premier ordre religieux acquis à la célébration de la fête de la Conception (dès 1283 à Paris), puis à la doctrine de la conception sans tache de Marie par l’enseignement des docteurs qui ont fait fructifier l’héritage de Duns Scot. Certaines de ses mesures traitent à égalité les protagonistes des deux camps, comme la Constitution Grave nimis du 4 septembre 1483 qui interdit les accusations mutuelles d’hérésie27. Mais quelques années plus tôt, la Constitution Cum praeexcelsa du 27 février 1477 avait davantage donné la mesure de ses inclinations personnelles : il y approuvait et dotait d’indulgences la messe et l’office Sicut lilium composés par Leonardo de Nogarola en l’honneur de « l’admirable conception de la Vierge immaculée28 », ce qui n’avait pas manqué d’apparaître comme une approbation semi-officielle de la doctrine de l’immaculée Conception.

  • 29 Jean Fournée écrivit à ce sujet une importante étude à l’occasion du grand congrès mariologique qu (...)
  • 30 Concile de Trente, 5e session, 17 juin 1546, décret sur le péché originel, dans Symboles et déflat (...)
  • 31 Voir Xavier Le Bachelet, « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1174.
  • 32 Bref Sollicitude omnium ecclesiarum, dans Symboles et définitions de la foi catholique, op. cit., (...)

17C’est donc dans ce contexte que s’épanouit la littérature des Palinods, ainsi que toute une iconographie qui avait déjà connu quelques expressions mais qui se déploie désormais dans toute sa richesse en Normandie29. Pour autant, si la célébration de la fête était devenue générale dès la fin du Moyen Âge, le triomphe de la doctrine de l’immaculée Conception n’était pas encore tout à fait acquis. On peut relever la prudence du concile de Trente, qui au milieu du XVIe siècle se contente d’excepter Marie des affirmations relatives au péché originel30 : soucieux de parer aux attaques des réformateurs protestants, les pères conciliaires ne souhaitaient pas prêter le flanc à l’accusation de mariolâtrie. Au XVIIe siècle la prudence est encore de mise, face aux Protestants mais aussi face au puissant courant janséniste. Un décret du Saint-Office suscite même en 1644 un certain embarras en interdisant d’employer le titre « Immaculée Conception de la bienheureuse Vierge » et recommandant plutôt celui de « Conception de la Vierge Immaculée31 ». L’on doit néanmoins se garder de parler d’un recul : au sein même du catholicisme, quelques attaques plus acerbes contre la « pieuse opinion » devenue majoritaire font maintenant figure de combats d’arrière-garde. Elles suscitent d’ailleurs de vives réactions, comme le bref promulgué le 8 décembre 1661 par le pape Alexandre VII qui ne manque pas de s’appuyer sur les décisions de ses prédécesseurs, à commencer par Sixte IV32.

  • 33 Dans son étude citée ci-dessous, note 39, l’abbé Delaunay cite à deux reprises une formule de Boss (...)
  • 34 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, Paris, chez René Guignard, 1676, p (...)
  • 35 Voir Hernando Chirino de Salazar (s.j.), Pro immaculata Deiparae Virginis Conceptione defensio, Pa (...)

18En outre, les affirmations explicites d’une adhésion à la doctrine de l’immaculée Conception ne manquent pas dans la bouche des grands prédicateurs ou sous la plume des « maîtres de l’École française », tandis que se multiplient les chapelles et églises dédiées à l’immaculée Conception et qu’apparaissent même de petits ordres religieux placés sous ce vocable33. Pour ce qui est des ordres les plus en vue, certains des plus récents comme la Compagnie de Jésus ont tôt fait d’apporter un soutien inconditionnel à cette doctrine, dont on trouve même un écho dans les pratiques pédagogiques du collège de Rouen. C’est d’ailleurs dans un but éducatif que Jean Eudes, un Normand et l’une des grandes figures de l’histoire religieuse de l’époque, rédige un ouvrage intitulé L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu qu’il dédie « à toutes les religieuses de saint Benoît, de sainte Ursule, de la Congrégation de Nostre-Dame, de la Visitation, et à toutes les autres qui reçoivent des petites filles dans leurs monastères, pour les élever en la crainte & en l’amour de Dieu34 ». Il y présente douze « mystères » de l’enfance de Marie ; celui de sa conception est le quatrième et après avoir répondu à des objections concernant son caractère immaculé, il y examine les différentes théories concernant l’origine de la fête. Il retient l’hypothèse d’une origine normande, en s’appuyant sur l’autorité du jésuite Salazar35. Le miracle d’Helsin a la part belle dans sa présentation des faits, et après en avoir fait le récit Jean Eudes commente :

  • 36 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, op. cit. (édition de 1676), p. 123 (...)

Ce qui devait merveilleusement animer les Anglais à la célébration de cette très pure Conception ; et néanmoins il est certain qu’ils ne la célébrèrent que longtemps après, ainsi que nous l’allons voir. Mais les Normands commencèrent aussitôt à la solenniser, à raison de quoi on l’appelle ordinairement la Fête des Normands36.

  • 37 Ibid., p. 124.
  • 38 Ibid., p. 124.
  • 39 Ibid., p. 122.
  • 40 Ibid., p. 126.
  • 41 Ibid., p. 127.

19Il justifie d’ailleurs cette appellation par le fait que saint Anselme, dans son Epître aux évêques d’Angleterre (il s’agit du texte pseudépigraphe que nous avons déjà mentionné), donne en tête des trois révélations qu’il rapporte celle qui fut adressée à Helsin, « laquelle tendait à donner les prémices de cette fête à la Normandie37 », et par les considérations suivantes : « Elle a été révélée à un homme député et envoyé par les Normands, employé dans les affaires et pour les intérêts des Normands, qui, selon le sentiment de Salazar, était Normand de nation, et qui agissait au nom et de la part du duc de Normandie38 ». Un peu plus haut d’ailleurs, Jean Eudes n’avait pas hésité à présenter la conquête de l’Angleterre par le duc normand comme un châtiment divin pour les péchés des Anglais ; la victoire de Guillaume intervenait donc « au grand bonheur des Anglais, dont il corrigea les mauvaises mœurs39 » ! Jean Eudes note que « ce qui donne encore cette fête aux Normands », c’est l’attitude des évêques normands qui, présents à la cour de Guillaume au moment où celui-ci recevait Helsin de retour de son ambassade, l’entendirent raconter le miracle dont il avait été gratifié et s’empressèrent d’instituer la fête dans leurs diocèses respectifs40. L’évêque de Coutances, Geoffroy, se serait montré particulièrement zélé en consacrant l’une des principales chapelles de sa cathédrale « à l’honneur de la Conception immaculée de la Mère du Sauveur41 ».

  • 42 Alfred Dieusy, La Fête aux Normands, anecdote rouennaise, Paris, 1840 (tiré à part du Journal des (...)
  • 43 G. Mancel et G.-S. Trebutien, L’Établissement de la fête de la Conception Notre-Dame dite la Fête (...)
  • 44 P. Baudry, La Fête de l’immaculée Conception de la Sainte Vierge ou la fête aux Normands, Rouen, A (...)
  • 45 Abbé Delaunay, Notice sur la fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, Gaen, impr. D (...)
  • 46 Abbé J.-L. Adam, La Fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, d’après les quatre bré (...)
  • 47 P. Baudry, La Fête de l’immaculée Conception..., op. cit., p. 10 : « Helsin lui-même en observa to (...)
  • 48 Ibid, p. 10. C’est nous qui soulignons.
  • 49 Ibid., p. 26 : « La prochaine réunion des États généraux occupait tellement les esprits, en 1789, (...)

20À quelques brillantes exceptions près, le XVIIIe siècle n’apparaît pas comme un grand siècle de ferveur religieuse. Mais après la période révolutionnaire, le XIXe siècle est marqué par un renouveau du catholicisme, qui cultive parfois un certain « provincialisme » teinté de nostalgie – réaction sans doute compréhensible au « jacobinisme » initié par la Révolution – et se soucie désormais de parer son apologétique des couleurs de l’érudition. Pour le sujet qui nous intéresse, c’est alors que font florès les publications consacrées à « la fête aux Normands » – une tournure archaïsante, plus que celle que l’on trouvait chez Jean Eudes, et qui produit un effet sans doute consciemment recherché : La Fête aux Normands, anecdote rouennaise42 ; L’Établissement de la fête de la Conception Notre-Dame, dite la Fête aux Normands, par Wace, trouvère anglo-normand43... ; La Fête de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, ou la Fête aux Normands44 ; Notice sur la fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands45 ; La Fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, d’après quatre bréviaires manuscrits46. Si l’édition du poème de Wace consacré à la Conception Notre-Dame – en fait, à la vie entière de Marie, de ses origines à son terme, en compilant presque exclusivement les évangiles apocryphes – se présente avant tout comme un travail d’érudits, des préoccupations plus militantes percent dans les ouvrages postérieurs. C’est ainsi que dans son étude de 1848, P. Baudry, après avoir évoqué le fameux miracle d’Helsin et avant de reprendre la tradition qui veut que sous son influence le duc Guillaume et la Normandie toute entière aient adopté la fête47, note en passant : « Au jour marqué, la fête de l’immaculée Conception fut établie dans son monastère de Ramsey ; et de là, elle ne tarda pas à se répandre dans les diverses parties d’un royaume qui s’honorait alors du titre de catholique48 » ; de même, il déplore que la préparation des États généraux ait prévalu en 1789 sur l’organisation des Palinods, qui ne devaient par la suite jamais être rétablis49. Écrivant à la veille de la promulgation du dogme de l’immaculée Conception par Pie IX (bulle Ineffabilis Deus du 8 décembre 1854) et alors que tous les évêques se trouvaient rassemblés à Rome, l’abbé Delaunay déclare, non sans emphase :

  • 50 Abbé Delaunay, Notice sur la fête de l’immaculée Conception.... op. cit., p. 5-6.

Je ne viens point, à la veille du jugement devant lequel s’inclineront tous les esprits, révéler aux savants des textes inconnus ; mais je désire constater un fait bien glorieux pour la France et pour notre province en particulier. C’est de là qu’est parti le mouvement ; c’est en notre pays qu’a été provoquée la décision qui va paraître et qui contient peut-être les destinées du monde50.

  • 51 Ibid., p. 6. Pour l’expression iconographique de cette dévotion en Normandie au XIXe siècle, voir (...)

21Il s’interroge : « D’où venait donc à la nation normande cette piété envers l’immaculée Conception, dont le culte a si puissamment contribué à conserver et à fortifier la croyance51 ? » Comme dans l’étude de P. Baudry, c’est l’incontournable miracle d’Helsin qui est d’abord relaté ; le même développement sur le rôle qu’aurait joué Guillaume est ajouté au récit initial :

  • 52 Ibid., p. 10.

Cependant le roi Guillaume, frappé du récit que lui fit l’abbé Helsin, convoqua tous les évêques d’Angleterre et de Normandie, pour qu’ils eussent à délibérer sur cette importante affaire. Les évêques réglèrent que la fête de la Conception serait célébrée dans tous les États anglo-normands. Telle fut l’origine de cette fête en Occident ; car il paraît que les Orientaux la célébraient dès le Ve siècle. Elle passa de Normandie en France et dans les autres États de l’Europe. Partout les peuples l’accueillirent avec enthousiasme. Mais, en mémoire de son origine, ils lui conservèrent le titre de Fête aux Normands52.

  • 53 Ibid., p. 12. L’auteur conclut d’ailleurs son étude par une invocation qui reprend en l’adaptant l (...)
  • 54 Selon les titres mentionnés sur la page de garde de sa brochure.
  • 55 Abbé J.-L. Adam, La fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, op. cit., p. 41 : « N’ (...)
  • 56 Ibid., p. 2.
  • 57 L’auteur en fait même une pétition de principe, ibid., p. 17 : « Avant d’entrer dans aucun détail (...)

22L’abbé Delaunay reprend aussi, comme emblème de cette particularité normande, un vers de la pièce qui fut couronnée lors du premier concours des Palinods, en 1486, et qui célébrait Marie au titre de sa sainte conception en s’adressant ainsi à elle : « Si des 48. Ibid, p. 10. C’est nous qui Normands es tour et forteresse53. » Une quarantaine d’années plus tard, en 1896, l’abbé J.-L. Adam, « chevalier de l’ordre pontifical du Saint Sépulchre et vicaire à Notre-Dame d’Alleaume, Valognes54 », écrit dans un contexte plus difficile, au moment où se durcit l’opposition entre la République et l’Église. La dévotion à l’immaculée Conception fait corps à ses yeux avec la dévotion au Saint-Sacrement et la dévotion aux Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie55 – pas de demi-mesure dans l’affirmation d’une identité catholique menacée par la modernité ! À travers les sources que l’érudit se doit de rechercher et analyser, il tente d’apercevoir « comme dans une glace de cristal très pur, l’image fidèle, l’expression exacte de l’antique croyance de nos aïeux et comme un reflet des phases diverses par lesquelles est passé l’esprit chrétien relativement à la célébration de ce glorieux privilège de Marie56 ». Son approche paraît au premier abord très « historique » : il ne commence pas par les récits légendaires mais s’attache aux sources liturgiques. Néanmoins la pratique liturgique, c’est-à-dire la célébration de la fête du 8 décembre, n’y est pas distinguée de l’adhésion à la doctrine immaculiste proprement dite57 et certains des offices qu’il est amené à étudier le ramènent à l’élément miraculeux – l’incontournable Helsin. Après avoir reproduit tels quels les propos de l’abbé Delaunay (qu’il omet de citer) sur l’institution de la fête par le duc Guillaume et les évêques normands, après qu’ils ont entendu le récit d’Helsin, il poursuit :

  • 58 Ibid., p. 21.

Partout, les peuples l’accueillirent avec enthousiasme, mais, en mémoire de son origine, ils lui conservèrent le titre de « Fête aux Normands », parce qu’elle avait été révélée à un homme député et envoyé par les Normands, employé dans les affaires et pour les intérêts des Normands, qui, selon le sentiment de Salazar, était normand de nation et qui agissait au nom et de la part du duc de Normandie58.

23C’est cette fois Salazar, via Jean Eudes, qui est mis à contribution ! De Jean Eudes encore, l’exhortation qu’il reproduit :

  • 59 Ibid., p. 22-25. J. Eudes est cette fois nommément cité, à partir de l’édition de 1834 de l’Enfanc (...)

J’ai dit toutes ces choses, afin de faire voir aux Normands et spécialement à ceux du diocèse et de la ville de Coutances, les obligations très grandes qu’ils ont en ceci à Notre Seigneur et à sa très sainte Mère, et afin de les exciter à les en remercier, à regarder la fête de la très pure Conception de la Mère de Dieu comme leur fête propre et particulière, et à la célébrer toujours avec une dévotion extraordinaire59.

  • 60 Abbé J.-L. Adam, La Fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, op. cit., p. 42-45 : « (...)
  • 61 Voir Jean-Dominique Durand, « Marie à Lyon. De la Fête de la Lumière aux Létes des Lumières, le 8 (...)

24Et l’abbé Adam d’actualiser ce type de discours dans sa troisième conclusion, sous le titre un peu pompeux de « Noblesse oblige60 ». On pourrait toutefois s’interroger sur l’écho rencontré : la « Fête aux Normands » ne fait plus guère recette semble-t-il au XXe siècle, alors que les traditions ont pu être revitalisées ailleurs, comme à Lyon avec la fameuse « Fête des Lumières » du 8 décembre61.

25Mais le propos de ces journées d’études n’est évidemment pas de promouvoir une festivité à dimension religieuse ou culturelle. Les différentes interventions permettent de faire le point sur ce qu’a représenté la « Fête aux Normands », en l’abordant dans la longue durée, en s’appuyant sur les apports de plusieurs disciplines et sur des approches comparatistes. Car son histoire est bien plus mal connue et plus contrastée que ne le laisserait supposer l’expression passée dans le langage commun et qui a été le fil conducteur initial de ces rencontres.

Notes

1 Voir Henri Barré, « Antiennes et répons de la Vierge », Marianum, no 29, 1967, p. 189 : « Le terme Intacta est autrement usuel. Comme innupta, inviolata, integra, illibata ou immaculata, il est devenu, en quelque sorte, “technique”, pour qualifier l’enfantement virginal et la virginité post partum. »

2 Voir Vassa Kontouma-Concitello, « La question de l’immaculée Conception dans la tradition orientale et les célébrations byzantines de l’enfance de Marie aux VIIe-VIIIe siècles », infra.

3 Voir Veronica Ortenberg West-Harling, « L’origine anglaise de la fête de la Conception de la Vierge », infra.

4 Voir « Aux origines de la “Fête aux Normands”. La liturgie de la fête de la Conception de la Vierge Marie en France (XIIe-XIIIe siècles) », infra.

5 Certains ont supposé que les parents de Marie auraient bénéficié d’une suspension de la concupiscence, pour concevoir Marie à la manière dont les premiers parents auraient conçu leur progéniture s’ils n’avaient pas péché ; d’autres ont imaginé la préservation d’une semence gardée pure dans les reins d’Adam au moment de son péché et transmise intacte de père en fils au long des générations, jusqu’à la conception de Marie par Joachim ; d’autres ont privilégié l’hypothèse d’une intervention divine au moment de l’infusion de l’âme de Marie, l’empêchant d’être atteinte par la souillure de la chair. Pour plus de détails, nous nous permettons de renvoyer à notre étude : IC, en particulier p. 105-159.

6 Bernard de Clairvaux, Epistola 174, Jean Leclercq, Charles Hugh Talbot et Henri-Marie Rochais (éd.), dans Sancti Bernardi Opera omnia, Rome, Editiones Cistercienses, 1974, t. VII, p. 388 : « Unde miramur satis quid visum fuerit hoc tempore quibusdam vestrum voluisse mutare colorent optimum, novam inducendo celebritatem, quant ritus Ecclesiae nescit, non probat ratio, non commendat antiqua traditio. »

7 Voir Jean de Mandeville [pseudonyme], De conceptione beatae Mariae, Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antiqua Immaculatae Conceptionis Virginis Marine ex variis authoribus antiquis tant manuscriptis quant olim impressis, Louvain, [s. n.] 1664, p. 249-257. L’état de l’argumentation dans ce petit traité incline à en situer la rédaction au tournant des XIIe et XIIIe siècles, tandis que le Jean de Mandeville bien connu du Livre des merveilles du monde – Christiane Deluz (éd.), Paris, CNRS éditions, « Sources d’histoire médiévale, 31 », 2000 – écrivait dans la seconde moitié du XIVe siècle.

8 Les textes authentiques d’Anselme de Canterbury montrent qu’il n’adhérait pas à l’idée d’une conception sans tache de Marie, même s’il a écrit de très beaux passages sur son exceptionnelle pureté et sainteté ; voir par exemple le Cur Dens homo (Pourquoi Dieu s’est fait homme), livre II, chap. XVI, éd. et trad. René Roques, Paris, Cerf (SC 91), 1963, p. 411 et 419 : « Car bien qu’en elle-même la conception de cet homme soit pure et exempte du péché qui s’attache au plaisir de la chair, la Vierge dont il a été assumé a cependant été conçue elle-même “dans l’injustice”, sa “mère l’a conçue dans le péché” (voir Ps 50,7), et elle est née avec le péché originel, puisqu’elle aussi a péché en Adam “en qui tous ont péché” (Rm 5 et 12) [...] Quant à cette Vierge dont a été pris l’homme dont nous parlons, elle lut de ceux qui, avant sa naissance, ont été lavés par lui de leurs péchés, et c’est quand elle lut pure elle-même, qu’il a été pris de la Vierge. » Pour le texte du Pseudo-Anselme, voir Sermo de conceptione heatae Mariae (PL 159, 319-324) ; et l’étude d’Aquilino Emmen, « Epistola pseudo-anselmiana “Conceptio veneranda” eiusque auctoritas in litteratura mediaevali de Immaculata », dans Virgo Lmniaculata. Acta cougressus internationalis mariologici et mariani Romae anno MCMLIV celehrati, Rome, Academia Mariana Internationalis, vol. 5, 1955, p. 137-150.

9 Voir Françoise Le Saux, « La conception Nostre Dame de Wace : œuvre de propagande ? », infra.

10 Voir Odette Pontal, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. 1 : Les statuts de Paris et le Synodal de l’Ouest, Paris, Bibliothèque nationale, « Collection de documents inédits sur l’histoire de France, série in-8°, 9 », 1971, p. 176, [62], note. Il est vrai que tous les témoins de ce « Synodal de l’Ouest » sont relativement tardifs (XIVe ou XVe siècle) et que les collections de statuts ont sans cesse été remaniées, corrigées, complétées. Joseph Avril a donné une édition des Statuts de Baveux qui dateraient de la seconde moitié du XIIIe siècle mais se contente, pour la rubrique qui nous intéresse, d’en donner l’incipit en renvoyant à l’édition du Synodal de l’Ouest d’O. Pontal, sans préciser si la fête de la Conception est ici intégrée à la liste des solennités ou omise ; voir J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. V : Les statuts synodaux des anciennes provinces de Bordeaux, Auch, Sens et Rouen (fin XIIIe siècle), « Collection de documents inédits sur l’histoire de France, série in-8°, 28 », Paris, CTHS, 2001, p. 201 [26]. Un livre synodal de Coutances que Mansi avait publié comme datant de 1300 est jugé par J. Avril (ibid., p. 210) postérieur à 1333, en raison de l’allusion que l’on y trouve au canon 59 du Manipulus curatorum, manuel des curés qui fut rédigé à cette date ; mais cette collection qui se présente comme un véritable manuel pourrait avoir été dans une large mesure constituée à une époque antérieure. On y trouve à la rubrique des jours fériés la fête de la Conception, présentée d’ailleurs de façon intéressante comme une particularité locale : « LU. De finis [...] Nativitas B. Mariae : Assumptio : Purificatio : Annunciatio : Conceptio in partibus istis » (Gian Domenico Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. XXV (1300-1344), Venise, 1782 : Synodicon Constantiense, p. 45).

11 Voir Théodose Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud archevêque de Rouen, 1248-1249, Rouen, A. Le Bruinent, 1852, p. 562 : « VII. Id. Decembris: Parisius. VI. Id. Decembris: In conceptione Beate Marie, celebravimus missam in ecclesia Sancti Severini, in festo nationis Normannice. »

12 Thomas d’Aquin, Quodl.VI, q. 5, a. 1, dans Opera omnia, Paris-Rome, Commission Léonine-Cerf, 1996, t. XXV, vol. 2, p. 302 : « Quamvis autem beata virgo in oriqinali concepta fuerit, creditor tauten in utero fuisse sanctificata antequam nata, et ideo circa celebrationem conceptionis eius diversa consuetude ecclesiarum inolevit. Nam Romana ecclesia etplurime alie, considérantes conceptionem Virginis in oriqinali peccato fuisse, festum conceptionis non celebrant. Alique vero, considérantes sanctificationem eius in utero, cuius tempos iqnoratur, celebrant conceptionem : creditor enim quod cito post conceptionem et anime infusionem fuerit sanctificata : unde illa celebritas non est referanda ad conceptionem ratione conceptionis, sed potius ratione sanctificationis. » (Or, même si la bienheureuse Vierge a été conçue dans le péché originel, on croit cependant qu’elle a été sanctifiée dans le sein maternel avant de naître, et ainsi une diversité de coutumes est apparue parmi les églises concernant la célébration de sa conception. Car l’Église romaine et la plupart des autres églises, considérant que la conception de la Vierge s’est faite dans le péché originel, ne célèbrent pas la fête de la conception. Mais quelques autres, considérant sa sanctification dans le sein maternel, dont on ignore le moment, célèbrent sa conception : on croit en effet qu’elle a été sanctifiée aussitôt après la conception et l’infusion de l’âme. C’est pourquoi cette solennité ne doit pas être rapportée à la conception au motif de la conception elle-même, mais plutôt au motif de la sanctification.)

13 Cette question qui s’inspire étroitement de l’enseignement d’Henri de Gand se trouve dans le ms. lat. Vat. Borghes. 347, fos 27 V°a - 28 v° b ; voir Pietro Castagnoli, « Contribute alla storia del dogma dell’Immacolato concepimento di Maria santissima, Divus Thomas, no 35, 1932 (3e série, 9e année), p. 371 : « Supposito cum nomannis quod conceptio sit celebranda, qui dicunt super hoc revelationem habitant, questio est an celebranda sit ratione conceptionis. »

14 Bernard d’Auvergne, Quodl. XV, q. 13, Antonius Samaritani (éd.), « De beatae Mariae Virginis Immaculata Conceptione Quodlibeta XIII-XIV saec. primum édita », dans Marian Library Studies, University of Dayton, nouv. série, vol. 5, 1973, p. 739 : « Utrum conceptio beatae Virginis sit celebranda ratione conceptionis [...] Dicendum secundum modum quovis, quanto, differenter, quare, an conceptio virginis sit celebranda simpliciter an sub ratione conceptionis. Quod sit celebranda, habita solum [sir] revelatione a Nomumnis sed an sub ratione conceptionis potest inspici ad actum conceptionis vel ad tempus. » (Est-ce que la conception de la bienheureuse Vierge doit être célébrée au motif de la conception. [...] Il faut dire de cette façon jusqu’où, combien, à quel point de vue et pourquoi la conception de la Vierge doit être célébrée simplement ou au motif de la conception. Qu’il taille la célébrer en s’appuyant seulement sur la révélation tenue des Normands ou au motif de la conception, cela peut être examiné par rapport à l’acte de la conception ou à son moment.) A. Samaritani a édité cette dispute qu’il situe dans les années 1294-1297 d’après le ms. Vat. Ottob. Lat. 471 ; le texte édité est très fautif mais nous n’avons pas pu vérifier si celui que donne le manuscrit est à incriminer ou si c’est le manuscrit lui-même qui est particulièrement difficile à déchiffrer.

15 Jean Duns Scot, In Sent. III (Ordinatio), d. 3, q. 1, dans Fr. Gulielmi Warrae, Fr. loannis Duns Scoti, Fr. Petri Aureoli quaestiones disputatae de Immaculata Conceptione Quaracchi, ex typographia Collegii S. Bonaventurae, « Bibliotheca Franciscana scholastica Medii Aevi, 3 », 1904, p. 14 : « Perfectissimus enim mediator hahet perfectissimum actum mediandi possibilem respecta alicuius personae, pro qua médiat ; sed Christus est perfectissimus mediator : ergo Christus habuit perfectissimum gradum mediandi possibilem respectu alicuius creaturae sive personae, respectu cuius erat mediator ; sed respectu nullius personae habuit excellentiorem gradum quam respectu Mariae : igitur etc. ; sed hoc non esset, nisi meruisset earn praeservare a peccato originali. » Un peu plus loin, Duns Scot fait explicitement référence aux mérites de la Passion du Christ ; de la sorte, si la rédemption préventive dont l’idée avait surgi dans la seconde moitié du XIIIe siècle diffère en sa modalité de la rédemption ordinaire, l’une et l’autre ont bien la même source.

16 Tandis que la dépouille du docteur angélique allait à Toulouse, son bras droit fut sur l’ordre du pape donné au couvent des dominicains de Paris (cité dans Henri Denifle et Emile Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. III, Paris, [s. n.], 1894, no 1342, p. 175) : « ad decus et decorem tocius studii Parisiensis, in quo idem gloriosus sanctus sua fecunda facundia celestis irrigua gratia influente scripturarum enigmata reseravit, solvit nodos, obscura dilucidavit dubiaque declaravit » (pour l’éclat et l’honneur de toute l’université de Paris, au sein de laquelle le même saint glorieux a dévoilé les énigmes des Écritures, défait les nœuds, éclairé ce qui était obscur, tranché les points douteux, par son éloquence féconde qu’irriguait la grâce céleste répandue à flots.)

17 Voir Christine Boyer, « Guillaume de Sauqueville : sermon sur la conception de Marie », infra.

18 Le Songe du Vergier, livre II, chap, CCLXXXI, 8, Marion Schnerb-Lièvre (éd.), Paris, CNRS Éditions, 1982, t. II, p. 246. Après avoir déploré la prolifération du nombre de religieux mendiants et critiqué la pratique de la mendicité ou les privilèges qui garantissent aux frères leur subsistance, le chevalier en vient à dénoncer les incessantes querelles qui les opposent entre eux dans les termes suivants : « Et ce descort, lequel est entre eulx, si engendre plusieurs foys grant esclandre ez cuers dez simples gens, car se un Jacopyn dist : “Je pren novr”, certes le Cordelier dira : “et je pren blanc.” Et, pour ce, très souverain Prince, que nous deux desputons de vostre commandement, en la presence de Vostre Royal Majesté, je metteré un exemple dez descors lezquelx sont entre cez Mendvans en grant esclandre du simple pueple, c’est assavoir de la Concepcion de la benoite Vierge Marie, laquel doubte j’ay aultre toys oÿ disputer en vostre presence, qui oyés volantiers, a la louange de la Vierge Marie, touz ceulx qui soubstiennent qu’elle n’ait mie esté concede en pechié origynel. »

19 Édit du 14 mars 1394. Pour les extraits du prologue qui nous intéressent, voir Faustino D. Gazulla, « Los reyes de Aragon y la Purisima Concepcion de Maria santisima », Boletin de la Real Academia de Buenos letras de Barcelona, no 5, 1905-1906, append. 8, p. 391 : « Quid mirantur religiosi quidam ne dicemus quamquam vérius in hac parte nimium curiosi homines, singularem virgiem matrem Dei benedictam Mariam fuisse conceptam sine originali peccato [...] Quid rursum de tante virginis concepcione ambigitur de qua nisi mira magnolia et mirahilia marqua fides catholica certitude miranda non recipit. Nonne singulis in Christo credentibus longe prestancior admirandi materia quod fuit creaturam creatorem producere et virgo sine tactu pudoris effroi mater Dei [...] Quippe taceant obloquentes disputatores inutiles, erubescant de tant preclara immaculata et para concepcione virginis violenta producere argumenta. » (Pourquoi faut-il que certains religieux – pour ne pas dire plus exactement, à ce sujet, des hommes trop curieux – s’étonnent de ce que la Vierge sans pareille, la Mère de Dieu bénie, Marie, ait été conçue sans le péché originel ? [...] Pourquoi chicane-t-on encore sur la conception d’une telle Vierge, à propos de laquelle la foi catholique ne reçoit que l’admirable certitude de merveilleux prodiges et de prodigieuses merveilles ? Est-ce qu’il n’y a pas pour tous ceux qui croient au Christ matière à s’étonner bien davantage du tait que la créature a engendré son Créateur et que la Vierge est devenue Mère de Dieu sans que sa pudeur soit lésée ? [...] Qu’ils se taisent donc ces discutailleurs bavards et inutiles ; qu’ils rougissent de proférer des arguments outrés contre la conception si illustre, immaculée et pure de la Vierge. )

20 Voir F. D. Gazulla, art. cité, append. 15, p. 547-548 ; et « Los reyes de Aragon... », Eoletin de la Real Academia, op. cit., no 4, 1907-1908, append. 54, p. 120-121.

21 Dans Nicole Bériou, Jacques Berlioz et Jean Longère (dir.), Prier au Moyen Âge : pratiques et expériences (Ve-XVe siècle). Textes traduits et commentés, Turnhout, Brepols, « Témoins de notre histoire », 1991, p. 236 (notice de Catherine Vincent, p. 255-259).

22 Voir Denis Hüe, « La “Fête aux normands” et le Puy des Palinods de Rouen : la fête dans la ville », infra ; et Gérard Gros, « D’un Puy marial à l’autre : Amiens et Rouen. Variations sur l’allégorie du miroir », infra.

23 Voir A. Emmen, « “Mutter der schönen Liebe”. Ein unveröffentlicher Sermo de Immaculata Conceptione, gehalten aut dem Baseler Konzil um 1436 », Wissenschaft und Weisheit, no 19, 1956, p. 98-99 : « . Gaudete ergo et exultate hac die. patres percelebres, et honorate matrem pulchrae dilectionis, celebrando festum suae conceptionis ; curateque ut sic ammodo fiat per omnia climata orhis. Quod si feceritis, non duhito quin ipsa virgogloriosa aethera pro vobispulsabit et votivumprogressum atque felicem exitum sacrosanctae Synodo impetrabit. » (Réjouissez-vous donc et exultez en ce jour, illustres Pères, et honorez la Mère du bel Amour en célébrant la fête de sa conception ; et appliquez-vous à ce qu’il en soit désormais tait de même par toute la terre. Car si vous le faites, je ne doute pas que cette Vierge glorieuse remuera pour vous les cieux et procurera l’avancement souhaité et l’heureuse issue de ce très saint Synode.) Lors de la publication de cet article, A. Emmen n’avait pas encore identifié Jean de Romiroy comme auteur de ce sermon, ce que la découverte d’un autre texte de cet auteur lui permit de faire l’année suivante. La mise en rapport des différents écrits du chanoine Jean de Romiroy l’amena à corriger la datation du sermon, qui avait été prononcé en 1435 et non en 1436 ; voir A. Emmen, « Joannes de Romiroy sollicitator causae Immaculatae conceptionis in concilie Basileensi », Antonianum, no 52, 1957, p. 555-568.

24 J. de Romiroy, Relatio « Tota pulchra es », Pedro de Alva y Astorga (éd.), dans Monumenta antique... ex variis authoribus antiquis, op. cit., p. 572 : « Quid scis. Synode Sacrosancta, si forsan Filius Virginis usque ad tempera ista novissima canonizationem conceptionis suae matris distulerit, ut tibi singularem istum reservaret honorem ? [...] Sic et nunc, si munus ei obtuleris suae conceptionis canonizandae simul et declarandae immunitatis eius ab originali. Filius eius forsan aperiret tihi sensum, ei inspirabit congruum aliquem modum reformationis Ecclesiae ; in quo perquirendo iam tribus annis et durante modicum ne dicam nihil profecisti. » (Mais sais-tu, très saint Synode, si le Fils de la Vierge n’aurait pas peut-être repoussé jusqu’à ces temps derniers la canonisation de la conception de sa Mère pour te réserver cet honneur singulier ? [...] Et ainsi maintenant, si tu lui offres le cadeau de canoniser sa conception et de déclarer en même temps son immunité à l’égard du péché originel, son Fils ouvrira peut-être ton intelligence et t’inspirera pour la réforme de l’Église un moyen approprié, à la recherche duquel tu es depuis déjà trois ans, et pendant ce temps tu as bien peu avancé, pour ne pas dire pas du tout.)

25 Voir Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, Johann Haller (dir.), Bâle, 1903, t. IV, p. 91 : Magis pium est credere animam beatissime Dei genitricis fuisse in instanti sue infusionis in corpore preservatam a peccato originali quam credere ipsam virginem in originali peccato fuisse conceptuam. »

26 « Nous définissons et déclarons que la doctrine disant que la glorieuse Vierge Marie mère de Dieu, par la grâce singulière prévenante et opérante d’un don divin, n’a jamais été actuellement soumise au péché originel, mais lut indemne de toute faute originelle et actuelle, sainte et immaculée, est une doctrine pieuse, conforme au culte ecclésiastique, à la toi catholique, à la droite raison et à la Sainte Écriture, qu’elle doit être approuvée, tenue et embrassée par tous les catholiques, et qu’il n’est désormais permis à personne de prêcher ou d’enseigner le contraire. » Voir Gian Domenico Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio Venise-Florence-Paris-Leipzig, 1788, t. XXIX, p. 183.

27 Symboles et définitions de la foi catholique, Paris, Cerf, 1996 (37e édition, revue par Peter Hünermann en 1991 de l’Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum de Heinrich Denziger et traduite en français par Joseph Hoffmann), no 1426, p. 397-398 : « Nous réprouvons et condamnons [...] ces assertions de ces prédicateurs et des autres, quels qu’ils soient, qui osent affirmer que ceux qui croient et tiennent que la Mère de Dieu a été préservée du péché originel dans sa conception seraient à cause de cela entachés d’hérésie ou qu’ils pécheraient mortellement [...] ; ces affirmations nous les réprouvons et les condamnons par les présentes, en vertu de l’autorité apostolique, comme fausses, erronées et totalement contraires à la vérité, ainsi que les livres précités qui ont été publiés avec ce contenu [...] ; nous soumettons à la même peine et à la même censure ceux qui osent affirmer que les tenants de l’opinion contraire, à savoir que la glorieuse vierge Marie a été conçue dans [ci non sans comme cela apparaît malencontreusement dans l’édition utilisée] le péché originel, se rendent coupables d’hérésie ou d’un péché mortel, puisque la chose n’a pas encore été décidée par l’Église romaine et le Siège apostolique. »

28 Ibid., no 1400, p. 394.

29 Jean Fournée écrivit à ce sujet une importante étude à l’occasion du grand congrès mariologique qui se tint à Rome en 1954, poulie centenaire de la proclamation du dogme : « Les thèmes iconographiques de l’immaculée Conception en Normandie au Moyen Âge et à la Renaissance », dans Virgo Immaculata. Acta congressus..., op. cit., vol. 15, Rome, 1957, p. 18-107 ; il en a repris plus récemment certains éléments dans « La place de Rouen et de la Normandie dans le développement du culte et de l’iconographie de l’immaculée Conception », dans Guy-Marie Oury (dir.), Histoire religieuse de la Normandie, Éditions CLD, Chambray, 1981, p. 123-141 ; voir Françoise Thelamon, « Tota pulchra es... La beauté de Marie manifestation de son immaculée conception », supra.

30 Concile de Trente, 5e session, 17 juin 1546, décret sur le péché originel, dans Symboles et déflations de la foi catholique, op. cit., no 1516, p. 417 : « Cependant ce même saint concile déclare qu’il n’est pas dans son intention de comprendre dans ce décret, où il est traité du péché originel, la bienheureuse et immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, mais que l’on doit observer les constitutions du pape Sixte IV, d’heureuse mémoire, sous la menace des peines qui y sont contenues, et il les renouvelle. »

31 Voir Xavier Le Bachelet, « Immaculée Conception », DTC 7, col. 1174.

32 Bref Sollicitude omnium ecclesiarum, dans Symboles et définitions de la foi catholique, op. cit., no 2015-2017, p. 514-515.

33 Dans son étude citée ci-dessous, note 39, l’abbé Delaunay cite à deux reprises une formule de Bossuet selon laquelle « après les articles de foi, [il n’y a] point de chose plus assurée » (p. 4 et 14). On trouvera un bon aperçu du contexte de piété mariale dans lequel se développent au XVIIe siècle les affirmations immaculistes dans l’introduction de l’ouvrage d’Annick Delfosse, La « protectrice du Païs-Bas ». Stratégies politiques et figures de la Vierge dans les Pays-Bas espagnols, Turkhout, Brepols, 2009 (voir en particulier p. 9-11). Voir aussi Marc Venard, « Aux XVIe et XVIIe siècles : blocage doctrinal et floraison dévote », infra.

34 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, Paris, chez René Guignard, 1676, page de garde. Ce n’est pas l’un des ouvrages les plus connus du fondateur de la Congrégation de Jésus et de Marie, béatifié et canonisé au début du XXe siècle, mais il lut toutefois réédité à Clermont-Ferrand et Riom, chez Thibaud-Landriot et E. Thibaud, en 1834, dans la « Bibliothèque du séminariste » ; voir Nicolas Trotin, « Les représentants normands de l’École française de spiritualité », infra.

35 Voir Hernando Chirino de Salazar (s.j.), Pro immaculata Deiparae Virginis Conceptione defensio, Paris, [s. n.], 1621 (réédité dès 1625), chap, xxxv, § 5, no 30, p. 308. L’auteur établit ici l’authenticité de la lettre attribuée à saint Anselme dans laquelle sont rapportés trois miracles d’institution de la fête de la conception de Marie, celui d’Helsin en tête. L’authenticité de cette lettre est aujourd’hui rejetée, mais l’ouvrage de Salazar marquait néanmoins un progrès de l’érudition critique dans la littérature apologétique consacrée à l’immaculée Conception.

36 Jean Eudes, L’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, op. cit. (édition de 1676), p. 123 (orthographe et graphie modernisées).

37 Ibid., p. 124.

38 Ibid., p. 124.

39 Ibid., p. 122.

40 Ibid., p. 126.

41 Ibid., p. 127.

42 Alfred Dieusy, La Fête aux Normands, anecdote rouennaise, Paris, 1840 (tiré à part du Journal des Artistes, 5 et 22 décembre 1840). Nous n’avons pas pu consulter ce texte.

43 G. Mancel et G.-S. Trebutien, L’Établissement de la fête de la Conception Notre-Dame dite la Fête aux Normands par Wace, trouvère anglo-normand du XIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la bibliothèque du Roi, Gaen. B. Mancel. 1842.

44 P. Baudry, La Fête de l’immaculée Conception de la Sainte Vierge ou la fête aux Normands, Rouen, A. Péron, 1848 (tiré à part de la Revue de Rouen).

45 Abbé Delaunay, Notice sur la fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, Gaen, impr. Delos, 1854 (tiré à part de L’ordre et la liberté, 7 et 9 novembre 1854).

46 Abbé J.-L. Adam, La Fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, d’après les quatre bréviaires manuscrits de Coutances conservés à la bibliothèque de Valognes, Evreux, impr. de l’Eure, 1896 (tiré à part de la Revue catholique de Normandie).

47 P. Baudry, La Fête de l’immaculée Conception..., op. cit., p. 10 : « Helsin lui-même en observa toute sa vie la pratique avec la plus stricte fidélité ; et ce fut encore à sa demande que le duc Guillaume chargea les évêques de Normandie d’annoncer dans leur diocèse la nouvelle fête qui prit bientôt une telle extension et lut en si grand honneur parmi nous, qu’on l’appela, par spécialité, la Fête aux Normands, surnom qu’elle retint par la suite et jusque dans les provinces les plus reculées de France. »

48 Ibid, p. 10. C’est nous qui soulignons.

49 Ibid., p. 26 : « La prochaine réunion des États généraux occupait tellement les esprits, en 1789, que l’Académie décida de remettre à l’année suivante sa séance publique. Mais, hélas ! une année se passa, puis d’autres encore, et la gravité des événements amena la dissolution complète des anciens Palinods ; et, plus tard, lorsque le calme eut été rétabli, les temples rendus à Dieu, le culte de Marie remis en honneur, on laissa dans un impardonnable oubli la célèbre Fête aux Normands, et pas une voix peut-être ne s’éleva pour implorer le rétablissement d’une cérémonie si glorieuse pour la Vierge-Mère, si propre à réveiller la littérature catholique. »

50 Abbé Delaunay, Notice sur la fête de l’immaculée Conception.... op. cit., p. 5-6.

51 Ibid., p. 6. Pour l’expression iconographique de cette dévotion en Normandie au XIXe siècle, voir Nadine-Josette Chaline, « Images de Marie en Haute-Normandie au XIXe siècle », infra.

52 Ibid., p. 10.

53 Ibid., p. 12. L’auteur conclut d’ailleurs son étude par une invocation qui reprend en l’adaptant la formule : « Telle est l’origine de la fête aux Normands, qui est devenue celle du monde. O Vierge immaculée. Si des Normands sois tour et forteresse. » (p. 18). Voir Ct 4, 4.

54 Selon les titres mentionnés sur la page de garde de sa brochure.

55 Abbé J.-L. Adam, La fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, op. cit., p. 41 : « N’y a-t-il pas dans cette érection de la fête de la Conception, un titre de gloire des plus précieux pour notre province de Normandie, qui peut, à bon droit, s’enorgueillir des grâces insignes et privilégiées dont elle a été l’objet de la part du Sacré-Cœur, de la part de Jésus-Hostie et de Marie Immaculée ? »

56 Ibid., p. 2.

57 L’auteur en fait même une pétition de principe, ibid., p. 17 : « Avant d’entrer dans aucun détail [...], il est de la dernière importance de nous bien pénétrer de cette pensée qui domine toutes les autres considérations : c’est que, si le dogme de l’immaculée Conception n’est pas formellement exprimé dans le titre donné à ces offices : “In conceptione beatae Mariae”, il est presque explicitement affirmé dans le tait seul de la fête ; car jamais dans l’Église, nul n’avait songé à célébrer par un culte solennel un mystère, un tait qui n’aurait pas été considéré comme essentiellement saint et exempt de toute ombre de péché. L’existence seule de la fête, quelque titre qu’on lui donne, suffit donc d’elle-même pour affirmer la croyance séculaire dans le diocèse de Coutances, à la Conception Immaculée de Marie. »

58 Ibid., p. 21.

59 Ibid., p. 22-25. J. Eudes est cette fois nommément cité, à partir de l’édition de 1834 de l’Enfance admirable de la très sainte Mère de Dieu, op. cit., p. 92 et suiv.

60 Abbé J.-L. Adam, La Fête de l’immaculée Conception, dite Fête aux Normands, op. cit., p. 42-45 : « La reconnaissance nous fait une douce obligation de revendiquer ce précieux héritage que nous a légué la piété de nos aïeux. Aussi, ne cesserons-nous de voir, dans ces grâces insignes, les talents évangéliques dont le divin Maître nous demandera compte et qui rendront témoignage contre nous, si nous n’avons pas pris soin de les faire fructifier. Les libéralités divines anoblissent les âmes et les contrées qui les reçoivent ; mais à la condition toutefois que les unes et les autres se rappellent que “Noblesse oblige”. »

61 Voir Jean-Dominique Durand, « Marie à Lyon. De la Fête de la Lumière aux Létes des Lumières, le 8 décembre », infra.

Auteur

Marielle Lamy, agrégée et docteur en histoire, auteur d’une thèse intitulée L’Immaculée Conception. Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Age (XIIe XVe siècle) (Paris, Institut d’études augustiniennes, 2000), est maître de conférences à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), membre de l’UMR 8596 (Centre Roland-Mousnier. Histoire et civilisation). Elle étudie principalement la spiritualité des derniers siècles du Moyen Age : introduction au Sermons pour l’année de saint Bernard (Paris, Cerf, « Sources chrétiennes », 2004), travaux sur les diverses expressions de l’idéal de perfection chrétienne, sur les Vies du Christ et, plus récemment, recherches sur les écrits du religieux célestin Pierre Poquet († 1408).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search