Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Ouverture — « Belle sans sy en sa conception »

Tota pulchra es... La beauté de Marie manifestation de son immaculée conception

Françoise Thelamon

Texte intégral

  • 1 Cette légende fondatrice est évoquée dans plusieurs articles de cet ouvrage, voir Marielle Lamy, «  (...)
  • 2 Jean Fournée, « L’abbaye de Fécamp et les origines du culte de l’immaculée Conception en Normandie  (...)
  • 3 Voir Marielle Lamy, art. cité, infra.

1En Normandie, depuis le Moyen Âge, une légende voulait que le moine Helsin, abbé de Ramsay en Angleterre, envoyé par Guillaume le Conquérant vers le Danemark, ait été sauvé d’un naufrage par la Vierge et eut reçu pour mission de faire célébrer la fête de la Conception de Marie, le 8 décembre1. En réalité cette fête existait en Angleterre avant la conquête normande d’où elle fut importée en Normandie : à Saint-Wandrille, Fécamp2, Coutances puis Rouen. Au milieu du XIIIe siècle, la fête s’implanta à Paris au cœur même de l’Université : le franciscain Eudes Rigaud, devenu archevêque de Rouen, présida la célébration de la Conception de Marie en l’église Saint-Séverin, le 8 décembre 1266. C’était la fête de la « nation normande », l’une des quatre « nations » regroupant les étudiants de l’Université. Elle reçut le nom de « Fête aux Normands », peu employé, semble-t-il, au Moyen Âge, mais fort utilisé au XIXe siècle3.

  • 4 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle (...)

2Des confréries mariales existantes adoptèrent la fête de la Conception de Marie, d’autres se créèrent sous son vocable. La tradition, bien attestée au XVIe siècle, voulait que la Confrérie de la Conception-Notre-Dame ait été fondée à Rouen en 1072 à l’initiative des « plus notables habitants de la ville ». Elle avait son siège en l’église Saint-Jean-des-Prés (dite aussi Saint-Jean-sur-Renelle) et se déplaça en 1514 dans l’église des Carmes (actuelle place des Carmes qui en a gardé le plan). Ses statuts et privilèges témoignent de son appartenance à l’élite locale4.

  • 5 Puy de podium, l’estrade où prenaient place le candidat et le jury ; palinod, refrain du poème.
  • 6 Denis Hüe, « La fête aux Normands et le Puy de Palinods de Rouen : la fête dans la Ville », infra.

3En 1486, la confrérie organise, en l’église Saint-Jean, un concours de poésie mariale : le Puy de Palinods5, présidé par un prince du Puy annuel. Chaque année, des poèmes, en particulier les « chants royaux », exaltent Marie « belle sans sy en sa conception » (c’est-à-dire « sans tache »), lors de la « Fête du Puy », le premier dimanche suivant la fête de la Conception, le 8 décembre. Les prix : la palme, la fleur de lys, l’étoile et la rose, ont tous une signification symbolique mariale ; on les retrouve dans l’iconographie. Durant la première moitié du XVIe siècle, le Puy de Rouen acquit une dimension nationale, attira un public nombreux et fut l’occasion de festivités qui concernaient toute la population de la ville6.

  • 7 Voir IC.

4Le succès des Palinods, ou de concours similaires, s’inscrit dans le contexte d’une adhésion sans ambiguïtés à la doctrine de la conception immaculée de Marie, qui pourtant donnait lieu à de vives controverses chez les théologiens7. Le 17 septembre 1439, le concile de Bâle procède à une définition dogmatique solennelle de la doctrine de l’immaculée Conception tout en instituant la célébration universelle de la fête du 8 décembre, dotée d’un office propre. Mais il avait rompu avec le pape Eugène IV, il était donc schismatique, de ce fait la définition dogmatique n’eut pas de valeur canonique. On lui fit cependant bon accueil en Espagne et dans la France gallicane où l’Université de Paris considéra qu’il s’agissait d’une vérité de foi acquise ; en Italie, franciscains et dominicains s’affrontèrent en dépit des interventions du pape Sixte IV (1471-1486) qui approuva et dota d’indulgences la messe et l’office Sicut lilium composés en l’honneur de « l’admirable conception de la Vierge immaculée », ce qui apparut comme une approbation semi-officielle.

  • 8 Jean Fournée, « La place de Rouen et de la Normandie dans le développement du culte et de l’iconogr (...)
  • 9 Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (1517-1506), Presses univers (...)

5La dévotion à Marie sine macula (sans tache) fut aussi source d’une efflorescence artistique particulièrement riche en Normandie8 : enluminures, gravures, sculptures et surtout vitraux9 ; poètes et maîtres verriers exaltent l’immaculée Conception. Le maître verrier devient chez le poète image du Créateur, et la verrière figure Marie :

Par cette fenêtre passa la très grande lumière promise jadis à nos vieux ancêtres [...]
L’Artisan a prouvé qu’il n’a jamais obscurci la fenêtre restée intacte [...]
C’est de l’or pur qui entoure le verre pénétré par une lumière éternelle.

6Il dévoile alors les « mystères sacrés de cette verrière » :

Celle-ci, inaccessible à la nuit ensorcelée, est la seule à recevoir le soleil éternel [...]
Aucune marque noire n’a donc entaché la verrière,

  • 10 Épigramme latine Vitrea fenestra de Guillaume Thibault, texte et traduction établis pas Katell Lavé (...)

de sorte qu’elle a fait naître ici une grande lumière et un agneau pur10.

  • 11 Dans PAP, p. 20.

7Le poète, comme le maître verrier, élabore un discours riche de sens, nourri de références bibliques ; ainsi le chant royal de Guillaume Tasserie qui remporta la Palme en 149011 :

Figurée est sa grande preeminence
Par le blanc lis naissant entre l’espine,
Par l’esglantier qui donne redolence,
Par le laurier qui victoire dessine,
Et par le jour qui la terre illumine ;
C’est de la nuit l’estoile clere et belle,
C’est de Noe la pure coulombelle,
L’arche de dieu de bois mystérieux,
L’arche de paix temple très gracieux,
Très pur, très net vaisseau d’election,
Qu’on doit nommer maigre tous envieux
Belle sans sy en sa conception.

« Avant les siècles, dès le commencement, il m’a créée » (Si 24, 9)

8Dès le Moyen Age, les partisans de la conception de Marie sans tache considèrent que ce privilège est fondé par sa prédestination à être la mère du Verbe Incarné. Cette dignité éminente impliquait qu’elle fut conçue dans l’esprit de Dieu dès avant la création et que lorsqu’elle a commencé à exister, elle échappât à la contagion du péché originel.

9La métaphore de l’habitation : cité, palais, temple, tabernacle ou maison est devenue la figure par excellence de Marie considérée dans sa maternité divine. Elle s’appuie sur de nombreux versets de l’Ecriture appliqués à Marie, tels que : « La Sagesse s’est bâti une maison » (Pr 9, 1) ; « Un homme est né en elle et le Très-Haut lui-même l’a fondée » (Ps 86, 5) ; « Le Très-Haut a sanctifié son tabernacle » (Ps 46, 5). Comme c’est dans la conception de Marie que sont posées les fondations de la demeure future du Verbe incarné, il s’ensuit que Marie doit bénéficier de la même pureté en sa conception qu’au moment de l’Incarnation et que l’ange l’énonce quand il la salue.

La salutation angélique : Ave gratia plena !

  • 12 Voir Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie, op. cit., p. 66.

10Au début du XVIe siècle, la salutation angélique n’est pas seulement considérée comme l’annonce de la maternité virginale ; elle fait de l’Annonciation une des figures de l’immaculée Conception. La salutation Ave gratia plena inscrite sur le phylactère, sur certaines représentations de la scène de l’Annonciation, comme sur le vitrail de Conchesen-Ouche12 (fig. I), est interprétée comme l’affirmation de la plénitude de grâce dont Marie est bénéficiaire depuis sa conception, pour n’avoir jamais été soumise à la malédiction du péché.

Figure 1 - Annonciation, Conches-en-Ouche (Eure), église Sainte-Foy, baie 13, copie réalisée entre 1866 et 1870 du vitrail de 1552, par C.-L. Maréchal, peintre verrier à Metz.

  • 13 Ibid., p. 68.

11Au centre du vitrail, une colonne relie la figure du Père, représenté sur un nuage au sommet de la lancette centrale, au vase de lis qui symbolise la pureté de Marie. Du nuage émane le rayon vecteur du Saint-Esprit qui descend sur Marie sous l’aspect d’une colombe. Au-dessus du vase, au centre du vitrail, le phylactère portant la phrase Ave gratia plena Dominus tecum se déploie puis s’enroule au bas de la colonne : ainsi est proclamée, par le texte et la construction de l’image, la plénitude de grâce dont jouit Marie et sa relation à Dieu. Laurence Riviale voit – à juste titre selon nous – dans la lancette centrale de ce vitrail un vrai « manifeste » immaculiste : « On célèbre ici l’annonciation en tant que preuve de l’immaculée Conception13. »

  • 14 Justin, Apologie contre Tryphon, 100, 4-6 ; voir Irénée de Lyon, Adversus haereses, III, 22, 4, SC (...)
  • 15 Origène, In Lucam, fragment 12, SC 87, p. 472 ; In Mattheum, homélie 1,5.
  • 16 Jean Chrysostome, In Psalmis, 44, 7, PG 55, 193c.

12Or, d’une part, il était courant de considérer que le salut Ave, inverse de Èva, désignait Marie comme nouvelle Ève qui n’a jamais connu le péché. Sa conversation avec l’ange est l’inverse de celle d’Ève avec le démon, ange déchu. Le parallélisme, ou plutôt le contraste, entre Ève et Marie, apparaît déjà chez les auteurs anciens. Justin soulignait la différence entre le comportement d’Ève et celui de Marie14. Pour Origène, Ève a été source de souffrance, Marie source de bénédiction et de joie15. Jean Chrysostome explique : « Une vierge nous a chassés du paradis ; par une vierge nous avons trouvé la vie éternelle16. » Et, contemporains du vitrail de Conches, ces vers de Guillaume Tasserie expriment la même idée :

  • 17 Guillaume Tasserie, Heures de la Conception de la Vierge, vers 17-20, dans Denis Hüe, PAP, p. 351.

Tumba jadis Ève mere premiere
Quand nous tollut justice originelle,
Si te feist Dieu nostre seconde mere
Qui recouvras l’honneur de nous et d’elle17.

  • 18 Origène, In Lucam, 6, 7, SC 87, p. 148.
  • 19 Ibid., 17, 6, SC 87, p. 256-258.

13D’autre part, la formule latine gratia plena traduit, en Lc I, 28, le terme grec kecharitôménè qui signifie littéralement « toi qui as été et demeures remplie de grâce » ; il indique donc un état de grâce pleinement réalisé et permanent. Déjà Origène exprimait l’idée de la sainteté de Marie antérieurement à l’annonciation, quand il considérait que le chaire kecharitdménè est un salut singulier, jamais adressé à personne avant de l’être à Marie18. Mais il ne la considérait pas pour autant libre de toute faute, estimant même qu’elle a sans doute, comme les apôtres, subi le scandale de la passion et de la croix : « si Marie n’a pas souffert le scandale, Jésus n’est pas mort pour ses péchés19 », dit-il ; en raison de l’universalité de la rédemption par le Christ, Marie ne pouvait être exempte du péché.

  • 20 Epiphane de Salamine, Panarion 78, 24, CCS 5, p. 474.
  • 21 Domiciano Fernandez, « La spiritualité mariale chez les Pères de l’Église », Dictionnaire de spirit (...)
  • 22 Ephrem de Nisibe, Carmina Nisibena 27, 8, G. Bickell (éd.), Leipzig, 1866, p. 40.
  • 23 Domiciano Fernandez, art. cité, col. 430.

14Cette objection ne fut pas dépassée par les Pères. Il s’y ajoute en outre la théorie de la transmission du péché originel par la génération sexuelle qui fut longtemps un obstacle à l’admission de la thèse d’une conception immaculée de Marie. Si Épiphane de Salamine, vers 377, admettait la parfaite sainteté de Marie hè panta kecharitdménè « la toute pleine de grâce », et soulignait que ce qualificatif n’est appliqué à personne d’autre20, l’idée d’exemption du péché originel n’apparaît pas. Elle ne trouve aucune place dans le système augustinien21 ; ce fut un obstacle pour les théologiens occidentaux postérieurs. De même si, en Syrie, Ephrem de Nisibe exalte la sainteté et la beauté de Marie quand il dit, en s’adressant au Christ : « En vérité, Toi seul et ta mère êtes parfaitement beaux, car en Toi, Seigneur, il n’y a aucun défaut, ni en ta mère aucune tache22 », il ne s’agit pas pour lui d’une exemption du péché originel, mais de l’exaltation de la beauté de Marie comme signe de sa sainteté. La problématique de l’immaculée conception de Marie était étrangère aux auteurs des IVe-Ve siècles23.

Figure 2 - Marie entourée des symboles bibliques. Conches-en-Ouche (Eure), église Sainte-Foy, baie 11, attribuée à Romain Buron de Gisors, vers 1540.

  • 24 Cette formule « entre les femmes » équivaut en effet à un superlatif, voir Jg 5, 24 où elle est app (...)
  • 25 Pierre Paschase, Disputa contra els Jueus sobra la f’e catholica, dans Obras, P. Armengol (éd.), Ro (...)

15Mais par la suite le verset Ave gratia plena, considéré comme énonçant le caractère unique et exclusif du privilège marial, a pu constituer un fondement scripturaire pour la thèse de l’immaculée Conception, d’autant que la salutation angélique est complétée par celle d’Élisabeth : « Tu es bénie entre les femmes24 » (Lc 1, 42). D’où ce commentaire de Pierre Paschase (XIIIe siècle) : « Quand vint la plénitude des temps, Dieu voulut révéler par son ange Gabriel cette conception, et ce par grâce spéciale il voulut la préserver du péché originel, qui est souillure, et de toute autre lésion de souillure, et Dieu fit cela par grâce, lui qui devait prendre d’elle sa chair25. »

16Le bouquet de lis généralement figuré bien en évidence entre Marie et l’ange, comme nous le voyons sur le vitrail de Conches, ne symbolise donc pas seulement la maternité virginale de Marie, mais signifie aussi sa pureté originelle en raison de sa conception immaculée. Elle est bel et bien un lilium inter spinas comme on le voit dans d’autres contextes. Soulignons que de telles images sont en cohérence avec le développement de la dévotion à l’égard de l’immaculée Conception ; elles ne sont pas sans évoquer les interventions – que nous avons déjà signalées – du pape Sixte IV qui approuva et dota d’indulgences la messe et l’office Sicut lilium. Et le lys était un des prix décernés aux lauréats du Puy des palinods.

17La poésie palinodique témoigne de la même compréhension « immaculiste » de l’Annonciation. Contemporain des vitraux de Conches, Rouen ou Pont-Audemer, l’Ave Maria, chant royal de Nicole Osmont (antérieur à 1524) commence ainsi :

Argument
Chant royal dedevotion
Qui la Vierge royne celique
Prouve belle en sa conception,
Par le beau salut angelique.

Chant royal
Ave Maria
Je te salue en toute reverence
Dame regnant pres de la Trinité,
Ainsy que fit sous humaine apparence
L’ange orateur de la divinité,
Quand il changea Èva nom vicieux
En ce salut « Ave » tant gracieux,
Pour te monstrer sans mal de coulpe amere
Que nous transmyt Ève de douleur mere,
Dont justement, contre tout faux libelle,
En ce saint jour l’Église te refere
D’ung fils tout beau la mere toute belle.

  • 26 Dans PAP, p. 49.

Gratia plena
Pleine de grace et en telle affluence
Fuz en concept doué de purité,
Que de toy prend grace par refluence
Le pere Adam et sa posterité,
En quelque temps Sathan sedicieux
Eust mys en toy péché pernicieux,
Tu n’auroy pas de Dieu grace planiere,
Ne de vertu porteroys la bayere
Qui le peché originel debelle
Contre lequel tu fuz mise en frontiere,
D’ung fils tout beau la mere toute belle26.

Tota pulchra es... Marie la toute belle

  • 27 Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie, op. cit.,pl. 22, fig. 27.

18C’est ainsi que Marie apparaît sur le célèbre vitrail de l’église Sainte-Foy de Conchesen-Ouche27 (fig. 2). Sous la figure du Père éternel se déploie le phylactère qui porte l’inscription : « Tota pulchra es, arnica mea et macula non est in te (Tu es toute belle, mon amie, et il n’y a point de tache en toi) » (Ct 4, 7). Ce verset omniprésent établit une conjonction entre la pureté et la beauté de la Vierge, faisant de la beauté de Marie la manifestation et le symbole de sa conception préservée du péché originel.

  • 28 Supra.

19De part et d’autre, deux anges présentent des phylactères où l’on peut lire : « Seule sans sy en sa conception », formule qu’il faut rapprocher du refrain du poème de Guillaume Tasserie : « Belle sans sy en sa conception28 », mais qui met ici en valeur le privilège exclusif dont Marie est l’objet.

  • 29 Lionel Bataillon, « Les symboles des litanies et l’iconographie de la Vierge en Normandie au XXVIe (...)
  • 30 Pour la figuration de ces symboles autour d’Anne portant en son sein la Vierge enceinte sur la grav (...)

20Sur un fond bleu se détachent la figure de Marie vêtue d’une robe de lourd damas mauve et drapée d’un souple manteau blanc, mains jointes, le visage calme et recueilli, ainsi que les symboles bibliques qui manifestent désormais, dans cette mise en page, sa conception sans tache29. Ceux-ci sont représentés et nommés, reliés entre eux par un phylactère qui se déploie en souples volutes, évoquant les versets de l’Écriture appliqués à Marie : sept proviennent du Cantique des cantiques, quatre du discours de la Sagesse dans l’Ecclésiastique et quatre autres s’y ajoutent30.

Figure 3 - Id., détail, partie supérieure des lancettes.

  • 31 À rapprocher de la « femme revêtue de soleil » (Ap 12, 1) souvent représentée, voir par exemple fig (...)

21À gauche du visage de Marie (fig. 3), un soleil rayonnant est accompagné de la mention electa ut sol (Ct 6,10) : « brillante comme le soleil31 », tandis que la pleine lune semble sourire à celle qui est dite pulchra ut luna (Ct 6, 10) : « belle comme la lune ». En revanche l’étoile de la mer Stella maris n’a pas de fondement scripturaire ; elle relève de l’étymologie usuelle au Moyen Age de stilla maris, traduction de l’hébreu mir-iam, « goutte de mer », le nom même de Marie : Miriam. Elle a inspiré une des plus anciennes prières mariales l’Ave maris Stella et bien des auteurs, dont saint Bernard.

22À la droite de Marie (fig. 4) est représentée la « Porte du Ciel » avec la mention porta caeli (Gn 28, 17) qui évoque le pouvoir médiateur de Marie : elle est la porte qui donne accès au Royaume de Dieu. Le symbole marial de la « Porte du Ciel » comme porte du salut est fréquent dans les prières et les textes liturgiques, notamment dans les antiennes mariales et les offices de la sainte Vierge. Des invocations comme « Salut, porte du salut », « Salut, toi qui ouvris le Paradis » étaient familières aux fidèles.

  • 32 Sedulius, Hymnes, Salve sancta parens (PL 19, 599) ; A solis ortus cardine, ibid., p. 765-770.
  • 33 Le pape Pie V, dominicain, attribua la victoire de Lépante, le 7 octobre 1571, à la dévotion marial (...)

23À côté de la Porte du Ciel, un rosier fleuri et la mention plantatio rosae renvoient au discours de la Sagesse : « J’ai grandi comme les plants de rose de Jéricho » (Si 24, 14). Dès le VIe siècle, le poète Sedulius magnifiait le symbolisme marial de la rose et de la roseraie mystique32. La dévotion du rosaire se développe tout particulièrement au XIIIe siècle dans le cadre des confréries mariales établies par les dominicains, puis des confréries du Rosaire33.

24Sous la Porte du Ciel (fig. 4), un beau puits est représenté : c’est le « puits d’eaux vives » du Cantique des cantiques (4, 15) qu’il convient de rapprocher de la fons hortorum, la fontaine des jardins, figurée de l’autre côté de Marie, symétriquement. Tous deux sont associés dans le texte : « Tu es une fontaine scellée... une fontaine des jardins... un puits d’eau vive », qu’on peut mettre en parallèle avec le texte du Livre des Proverbes (5, 15) : « Bois l’eau de ta propre citerne, l’eau jaillissante de ton puits ! » ; mais ce puits peut évoquer aussi la rencontre de Jésus et de la Samaritaine au puits de Jacob : l’eau vive, c’est le Christ lui-même (Jn 4, 5-15), celui qui en boit n’aura plus jamais soif ; Marie est alors le puits qui donne cette eau vive.

  • 34 Sur le thème iconographique de l’arbre de Jessé marial, voir Séverine Le Pape, « L’arbre de Jessé n (...)

25De part et d’autre du puits sont figurés le « bel olivier » : oliva speciosa (Si 24, 14) et la « tige de Jessé » : virga Jesse d’après Is 9, 1 : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines », figurée par un bouquet de feuillage fleuri qui fait pendant au bouquet de lis représenté de l’autre côté de Marie. Le premier peut être éclairé par ce verset du Ps 51 (52), 10 : « Et moi, je suis comme un olivier fertile dans la maison de Dieu. » Quant au symbole de la tige de Jessé, par un jeu sur virga/virgo, il est ici appliqué à la Vierge34.

26Près de l’épaule gauche de la Vierge (fig. 2 et 5), s’épanouit un bouquet de lis, avec l’inscription : « sicut lilium inter spinas (Tel le lis entre les épines, telle est mon amie entre les fleurs) » (Ct 2, 2). Le lis qui se dresse resplendissant de blancheur au milieu d’un environnement hostile figurant les forces du mal, était un symbole particulièrement évocateur du privilège marial, même si pour nombre d’auteurs du Moyen Age il n’impliquait pas l’exemption du péché originel, ce qui n’est plus le cas dans les « programmes immaculistes » des vitraux normands du XVIe siècle.

27Symétrique de la Porte du Ciel, s’élève à droite la « Tour de David ». « Turns Davidica ! Turris eburnea ! » : ces deux invocations se suivent dans les Litanies de la Sainte Vierge ; elle proviennent du Cantique des cantiques (4, 4 ; 5 ; 14 ; 7, 5), évoquant la protection sûre qu’est Marie – issue de la descendance de David – contre les forces du mal.

  • 35 Voir Gérard Gros, « D’un puy marial à l’autre : Amiens et Rouen, variation sur l’allégorie du miroi (...)
  • 36 Denis Hüe, « Admirer le miroir de Marie », dans Miroirs. Jeux et reflets depuis l’Antiquité, catalo (...)

28Tourné vers Marie dont il doit refléter la beauté le « miroir sans tache (spéculum sine macula) », fait pendant en diagonale au visage de la lune qui, elle aussi, réfléchit la beauté de celle qui est « belle comme la lune ». Ce beau miroir sur pied conduit à appliquer à Marie l’éloge de la Sagesse : « Elle est une effluve de la puissance de Dieu, une pure irradiation de la gloire du Tout-Puissant : c’est pourquoi nulle souillure ne se glisse en elle. Elle est un reflet de la lumière éternelle, un miroir sans tache de l’activité de Dieu » (Sg 7, 26). Le thème est largement développé dans la poésie palinodique. Ainsi Marie est-elle exaltée, dans des poèmes publiés tous deux en 1517, comme « miroir de foy, d’amour et d’espérance » à Amiens, comme « le beau myrouer sans aucune macule » à Rouen35. Il était courant de représenter Dieu créateur comme le « grand verrier » qui fait le miroir, c’est-à-dire l’homme, en sorte que son image s’y reflète ; mais cette image a été souillée par le péché originel. Marie, elle, est le miroir sans macule et le miroir est la figure sans tache de la Vierge exemptée du péché originel36.

Figure 4 - Id., détail, lancette gauche.

Figure 5 - Id., détail, lancette droite.

29En retrait, le « cèdre des sommets du Liban (cedrus exaltata in Libano) » (Si 24, 13), fait pendant à l’olivier et à la « tige de Jessé ». C’est l’arbre symbolique planté par Dieu auprès des eaux (Nb 24, 6), l’arbre dont le bois est précieux, auquel Marie est comparée.

30Symétrique du puits auquel elle est associée dans le verset du Cantique, la « fontaine des jardins (fans hortorum) » (Ct 4, 15) évoque la maternité de Marie qui donne l’eau vive, le Christ ; même si c’est celui-ci qui est « fons vitae », l’image est aussi appliquée à Marie, source d’eau vive.

31En avant du puits, s’étend le « jardin clos (hortus conclusus) » (fig. 6), symbole de la virginité de Marie en sa maternité divine, à laquelle est appliqué le texte du Cantique des cantiques : « Elle est un jardin bien clos, ma sœur, ma fiancée ; un jardin bien clos, une source scellée » (Ct 4, 12). Il faut attendre la fin du XVe siècle pour que le « jardin clos » soit entendu, comme ici, dans un sens « immaculiste ». Il a, sur ce vitrail, l’aspect d’un jardin médiéval, entouré d’une clôture en treillis qui le protège des vents mauvais.

32Enfin le dernier symbole appliqué à Marie est la cité de Dieu (civitas Dei), représentée comme une ville ceinte de remparts et de tours de défense, renvoyant au discours de la Sagesse : « C’est ainsi qu’en Sion, je me suis établie, et que dans la cité bien-aimée j’ai trouvé mon repos, qu’en Jérusalem j’exerce mon pouvoir » (Si 24, 10-11). Et la Sagesse – figure de Marie – ajoute : « J’y ai grandi comme le cèdre du Liban... comme les plants de roses de Jéricho, comme un olivier magnifique dans la plaine » (Si 24, 13-14).

33C’est ainsi que tous les symboles qui l’entourent concourent à exalter, comme en des litanies visuelles, Marie « la Toute belle », Marie sine macula.

De Marie immaculée à la gloire de Marie

  • 37 On en trouvera le texte dans PAP, p. 351-356.
  • 38 Livre d’Heures de Jacques Le Lieur, Rouen, BM, ms. Y 226a ; voir Miroirs, op. cit., no 123 et notic (...)

34La représentation de Marie entourée des symboles bibliques pour exalter son immaculée conception, telle que nous venons de la décrire, apparaît sur nombre de vitraux normands, mais aussi dans d’autres contextes, c’est le cas dans le Livre d’Heures de Jacques Le Lieur. Au centre de l’ouvrage se trouve le texte des Heures de la Conception de Nostre Dame de Guillaume Tasse rie37, composé à Rouen à la fin du XVe siècle par un des premiers lauréats du Puy des Palinods ; ce texte français reprend une oraison à la patronne de la Normandie. Ces Heures s’ouvrent par une représentation de la Vierge aux emblèmes bibliques, issue des manuscrits du Miroir de l’humaine salvation ; elle est réutilisée dans de nombreuses Heures à l’usage de Rouen38.

35Le phylactère portant le Pulchra es..., qui énonce « macula non est in te », en indique explicitement le sens (fig. 7). Le texte de Guillaume Tasserie l’explicite à son tour ainsi :

  • 39 Vers 1-8, PAP, p. 351.

Dame sans per, Vierge trespure et munde,
Excellent choix des filles de Syon,
Mere de Dieu, la plus belle du monde
En qui jamais n’a eu pollution,
Je te supply que a ma devotion
Daignes ouvrir mes levres et ma bouche,
Pour alozer de ta conception
Le sacré jour tresdigne sans reprouche39.

36Dévotion, image et poésie s’harmonisent ainsi dans ce livre d’heures rouennais célèbre.

37Fréquente dans la première moitié du XVIe siècle, cette représentation devient beaucoup plus rare après 1560. Sous l’effet des controverses théologiques, la piété mariale « immaculiste » marque alors un temps d’arrêt.

38Le thème réapparaît au XVIIe siècle, mais il a parfois évolué, comme c’est le cas sur le retable de Bayeux (fig. S). Globalement la structure est la même : au sommet le Père éternel tenant le globe fait le geste de bénédiction, mais ici la banderole porte « gloriosa dicta sunt de te (ces choses glorieuses ont été dites de toi) » (Ps 86 (87), 3) ; ce verset qui célèbre la gloire de Jérusalem, est ainsi appliqué à Marie.

39Dans le cadre apparaissent les personnages de l’Ancien Testament qui ont préfiguré ou annoncé cette gloire : Abraham, David et Salomon, Jérémie, Isaïe et Elie. Ils ne sont pas sans évoquer les représentations de l’Arbre de Jessé.

40Au centre, Marie dans une gloire rayonnante est entourée des symboles, mais avec des nuances ou des différences que soulignent les inscriptions. Le Soleil est sol ex oriens (soleil levant) et la Lune à la face joufflue est luna plena. La rose sans épine (rosa sine spina) a remplacé laplantatio rosae. La fontaine des jardins est devenue source des grâces fons gratiarum. Le jardin clos est qualifié de voluptatis, jardin des délices qui fait référence au paradis. Sur les murs de la Cité de Dieu, il est précisé qu’elle a été fondée par le Très-Haut fundavit altissimus.

Figure 6 - (ci-dessous) Id. fig. 2, détail, partie inférieure.

Figure 7 - (ci-contre) Marie entourée des symboles bibliques. Livre d’Heures de Jacques Le Lieur, Rouen, fin XVe siècle, bibliothèque municipale de Rouen, ms. Y 226a.

Figure 8 - Les Gloires de Marie, Bayeux (Calvados), cathédrale Notre-Dame, retable, début XVIIe siècle.

41Des emblèmes, nouveaux dans ce contexte, apparaissent. L’arbre de Vie (vitae) de la Genèse (2, 9) a remplacé le cèdre et l’olivier, en revanche l’Arbre de Jessé est toujours présent. Viennent s’ajouter : l’échelle de Jacob (Gn 28, 12), le temple de Salomon, l’Arche d’alliance (Ex 25, 10), le vase où brûle l’encens réservé à Dieu et la toison de Gédéon (Jg 6, 36-40) avec l’inscription rose madens, allusion à l’un des prodiges accordés par le Seigneur à Gédéon.

  • 40 Jean Damascène, Hymnes, PG 96, 714.

42Le symbolisme marial de l’Arbre de Vie dont le Christ est le fruit était courant et l’échelle de Jacob était, depuis longtemps, une allégorie du rôle médiateur de Marie « échelle par laquelle Dieu descend vers nous40 » comme le disait déjà Jean Damascène, au VIIIe siècle.

43C’est bien la gloire de Marie qui est exaltée par le sculpteur du retable de Bayeux qui proclame ses louanges, mais sans afficher son caractère immaculé.

Belle en son Assomption

44La croyance en l’assomption du corps de Marie au ciel s’était imposée au cours du XIIe siècle. L’Église célébrait l’Assomption de Marie sans avoir pris officiellement position sur la question controversée de son assomption corporelle, qui l’exemptait de la corruption du tombeau. Ce privilège fut logiquement mis en corrélation avec sa conception immaculée et sa préservation de tout péché.

  • 41 Voir Catherine Vincent, Des chantés bien ordonnées. op. cit., p. 128.
  • 42 Ibid., p. 275-277.

45En Normandie, de nombreuses confréries mariales célébraient l’assomption de Marie par des représentations théâtrales qui mettaient en scène, à l’aide d’une machinerie, le « Maniement de la Vierge », comme le faisait à Rouen la confrérie Notre-Dame-du-Jardin – allusion au jardin de Gethsémani où la Vierge était supposée avoir été inhumée – qui avait sa chapelle dans la cathédrale. « Le mystère du Trépassement-Notre-Dame-et-de-sa-Glorieuse-Assomption semble être un des sujets favoris des activités littéraires et artistiques des confréries normandes41 » et donna lieu à des compositions telles que les ensembles sculptés de Fécamp et de Gisors, réalisés par un atelier local pour le premier (fig. 22) et par le sculpteur rouennais Pierre Des Aubeaux pour le second, au début du XVIe siècle42 (fig. 21).

  • 43 Ce vitrail se trouve maintenant au musée départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, à Rouen
  • 44 Voir Jean Fournée, « Le bas-relief de l’Assomption », dans L’Abbaye bénédictine de Fécamp, op. cit. (...)
  • 45 Pour comparer avec le bas-relief provenant du groupe du Trépassement de Gisors, voir Françoise Baro (...)

46À côté des vitraux où l’on voit Marie portée par les anges dans les nuées accueillie par la Trinité, comme à Valmont, Elbeuf, Saint-Léger-du-Bourg-Denis43 (fig. 10) ou Pont-Audemer, à Fécamp, comme à Gisors, le sculpteur glorifie plus encore la Vierge montant au ciel en associant à l’iconographie de l’Assomption celle de la Vierge aux emblèmes bibliques qui caractérise l’immaculée Conception. À Fécamp44, sur le mur au-dessus du groupe statuaire de la Dormition, un grand médaillon sculpté bordé de nuées est séparé en deux parties par une double banderole en accolade (fig. 9). Dans la partie supérieure est figurée la Trinité : le Père tenant le globe, le Christ une grande croix, sont surmontés de la colombe du Saint-Esprit ; en dessous Marie vêtue de blanc et de bleu, qui petit à petit s’imposent comme les couleurs de l’immaculée Conception, mains jointes, le regard tourné vers le haut, portée par quatre anges, s’élève vers le ciel dans une nuée. Sur la banderole, on peut lire d’un côté le « Tota pulchra es... » complété de l’autre par « Vent de Libano, vent coronabens (Viens du Liban, viens tu seras couronnée) » (Ct 4, 8). Autour du médaillon, les symboles bibliques représentés et nommés viennent parer Marie des emblèmes qui, comme une litanie, invitent à méditer sa conception immaculée, alors même qu’en son assomption elle retourne vers Dieu pour être couronnée45.

Figure 9 - Assomption de Marie entourée des symboles bibliques, Fécamp (Seine-Maritime), église abbatiale de la Trinité, enfeu du Trépassement de Notre-Dame, détail, panneau supérieur, atelier local, entre 1507 et 1510.

47C’est bien ce qu’exalte, à la même époque, la dernière strophe du chant royal de Jacques Le Lieur pour les « cinq festes de nostre Dame » :

  • 46 Dans PAP, p. 47-48.

Salut te rendz, royne d’auctorité,
Plus excellente en ta formation
Et plus ayant de saincte purité
Que anges n’ont eu en leur creation.
Bien est prouvé par ton Assumption,
Quand Dieu voulut sur les anges te attraire :
Par ce ne peult jamais Sathan retraire
Humanité de gloire et alliance
Que tu luy as avec Dieu renovee
Lorz que tu fuz pour humaine esperance
De tout péché exempte et preservee46.

  • 47 Voir la présentation générale qui en est faite par Marielle Lamy, « Le culte marial entre dévotion (...)
  • 48 La piété mariale de saint Bernard, des dominicains – voire de Luther – ne postulait pas nécessairem (...)

48L’exaltation de la beauté de Marie, manifestée par les symboles bibliques qui l’entourent ou exaltée par les poètes du Puy, exprime, au tournant des XVe et XVIe siècles, la croyance en sa conception immaculée, qui paraît bien ne pas faire de doute pour les Normands. Dans des registres différents, la poésie palinodique d’une part, l’art d’église ou de piété d’autre part, s’efforcent d’exprimer un mystère par définition inexprimable ; les ressources de la poésie et des images, en exploitant les symboles bibliques que la piété appliquait à Marie, permettent de magnifier sa beauté comme signe d’une beauté qu’on ne peut voir, l’indicible et invisible beauté spirituelle de celle qui a été préservée de toute souillure du péché. Ce mystère suscitait depuis plusieurs siècles – et pour longtemps encore – de vives controverses théologiques47, alors même que se développait une dévotion mariale fervente. Mais la contradiction n’est peut-être qu’apparente48.

Figure 10 - Assomption de Marie, Saint-Léger du Bourg-Denis (Seine-Maritime), vers 1550.

Notes

1 Cette légende fondatrice est évoquée dans plusieurs articles de cet ouvrage, voir Marielle Lamy, « Le culte marial entre dévotion et doctrine : de la “Fête aux Normands” à l’immaculée Conception », infra ; Veronica West-Harling, « L’origine anglaise de la Conception de la Vierge », infra ; Françoise Le Saux, « La Conception Nostre Dame », infra.

2 Jean Fournée, « L’abbaye de Fécamp et les origines du culte de l’immaculée Conception en Normandie », dans L’Abbaye bénédictine de Fécamp. Ouvrage scientifique du XIIII centenaire 658-1958, Fécamp, L. Durand et fils, 1959-1963, 4 vol., t. II, p. 163-170.

3 Voir Marielle Lamy, art. cité, infra.

4 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, École normale supérieure, 1988, p. 252 ; Denis Hüe, La Poésie palinodique à Rouen (1986-1550), Paris, Honoré Champion, 2002, passim ; Lucien-René Delsalle, Rouen à la Renaissance. Sur les pas de Jacques Le Lieur, Rouen, L’Armitière, 2007, p. 81-85.

5 Puy de podium, l’estrade où prenaient place le candidat et le jury ; palinod, refrain du poème.

6 Denis Hüe, « La fête aux Normands et le Puy de Palinods de Rouen : la fête dans la Ville », infra.

7 Voir IC.

8 Jean Fournée, « La place de Rouen et de la Normandie dans le développement du culte et de l’iconographie de l’immaculée Conception », dans Nadine-Josette Chaline (dir.), Histoire religieuse de la Normandie, Chambray-les-Tours, CLD, 1981, p. 125-141 ; voir Françoise Baron, « L’iconographie de l’immaculée Conception dans la sculpture médiévale et moderne en Normandie », infra.

9 Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (1517-1506), Presses universitaires de Rennes, 2007, en particulier 3e partie : « Défense et illustration de l’immaculée Conception et du culte des saints », p. 22-210 ; voir aussi « L’Immaculée conception dans les vitraux normands », infra.

10 Épigramme latine Vitrea fenestra de Guillaume Thibault, texte et traduction établis pas Katell Lavéant, revus par Brigitte Giraud-Hüe, dans Denis Hüe, « Le vitrail, le clerc et le poète », communication au colloque de Rouen Le vitrail en Normandie, novembre 2007, à paraître.

11 Dans PAP, p. 20.

12 Voir Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie, op. cit., p. 66.

13 Ibid., p. 68.

14 Justin, Apologie contre Tryphon, 100, 4-6 ; voir Irénée de Lyon, Adversus haereses, III, 22, 4, SC 54, p. 381.

15 Origène, In Lucam, fragment 12, SC 87, p. 472 ; In Mattheum, homélie 1,5.

16 Jean Chrysostome, In Psalmis, 44, 7, PG 55, 193c.

17 Guillaume Tasserie, Heures de la Conception de la Vierge, vers 17-20, dans Denis Hüe, PAP, p. 351.

18 Origène, In Lucam, 6, 7, SC 87, p. 148.

19 Ibid., 17, 6, SC 87, p. 256-258.

20 Epiphane de Salamine, Panarion 78, 24, CCS 5, p. 474.

21 Domiciano Fernandez, « La spiritualité mariale chez les Pères de l’Église », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauchesne, 1980, t. X, col. 423-440.

22 Ephrem de Nisibe, Carmina Nisibena 27, 8, G. Bickell (éd.), Leipzig, 1866, p. 40.

23 Domiciano Fernandez, art. cité, col. 430.

24 Cette formule « entre les femmes » équivaut en effet à un superlatif, voir Jg 5, 24 où elle est appliquée à Yaël ; voir Jdt 13, 18 où elle est appliquée à Judith.

25 Pierre Paschase, Disputa contra els Jueus sobra la f’e catholica, dans Obras, P. Armengol (éd.), Rome, Valenzuela, 1907-1908, 4 vol. , t. II, p. 223-224, no 3, rédigée en captivité à Grenade vers 1298, voir IC, p. 329.

26 Dans PAP, p. 49.

27 Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie, op. cit.,pl. 22, fig. 27.

28 Supra.

29 Lionel Bataillon, « Les symboles des litanies et l’iconographie de la Vierge en Normandie au XXVIe siècle », Revue archéologique, 5e série, t. XVIII, juillet-décembre 1923, p. 261-288 ; Jean Fournée, La Vierge aux quinze symboles, Paris, Téqui, 1990, p. 13-29 qui compare textes et images ; Laurence Riviale, Le Vitrail en Normandie, op. cit., p. 130-135 ; Françoise Baron, « L’iconographie de l’immaculée Conception », infra.

30 Pour la figuration de ces symboles autour d’Anne portant en son sein la Vierge enceinte sur la gravure en regard de l’office de la conception de la Vierge dans les Heures « à l’ausaige de Rouan : » publiées par Simon Vostre en 1508, voir Nicolas Trotin, « La Trinité de sainte Anne, un avatar du dogme immaculiste. À propos d’une planche gravée par Simon Vostre (1508) », infra.

31 À rapprocher de la « femme revêtue de soleil » (Ap 12, 1) souvent représentée, voir par exemple fig. 32 : Femme de l’Apocalypse, Jumièges, église Saint-Valentin, baie 2, vitrail de la Révélation, vers 1570, détail du tympan.

32 Sedulius, Hymnes, Salve sancta parens (PL 19, 599) ; A solis ortus cardine, ibid., p. 765-770.

33 Le pape Pie V, dominicain, attribua la victoire de Lépante, le 7 octobre 1571, à la dévotion mariale du rosaire et choisit le 7 octobre comme date de la fête du Rosaire.

34 Sur le thème iconographique de l’arbre de Jessé marial, voir Séverine Le Pape, « L’arbre de Jessé normand et la question de l’immaculée conception », infra.

35 Voir Gérard Gros, « D’un puy marial à l’autre : Amiens et Rouen, variation sur l’allégorie du miroir », infra.

36 Denis Hüe, « Admirer le miroir de Marie », dans Miroirs. Jeux et reflets depuis l’Antiquité, catalogue de l’exposition du Musée départemental des Antiquités, Rouen, 21 octobre 2000-26 février 2001, Paris, 2000, p. 128-132.

37 On en trouvera le texte dans PAP, p. 351-356.

38 Livre d’Heures de Jacques Le Lieur, Rouen, BM, ms. Y 226a ; voir Miroirs, op. cit., no 123 et notice de Denis Hüe, p. 166-167.

39 Vers 1-8, PAP, p. 351.

40 Jean Damascène, Hymnes, PG 96, 714.

41 Voir Catherine Vincent, Des chantés bien ordonnées. op. cit., p. 128.

42 Ibid., p. 275-277.

43 Ce vitrail se trouve maintenant au musée départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, à Rouen.

44 Voir Jean Fournée, « Le bas-relief de l’Assomption », dans L’Abbaye bénédictine de Fécamp, op. cit., t. III, 1961 ; La Vierge aux quinze symboles, op. cit., p. 46-48.

45 Pour comparer avec le bas-relief provenant du groupe du Trépassement de Gisors, voir Françoise Baron, « L’iconographie de l’immaculée Conception », infra.

46 Dans PAP, p. 47-48.

47 Voir la présentation générale qui en est faite par Marielle Lamy, « Le culte marial entre dévotion et doctrine », infra ; ainsi que la plupart des articles de ce livre où sont évoquées ces controverses qui ont duré jusqu’à la proclamation du dogme de l’immaculée Conception en 1854.

48 La piété mariale de saint Bernard, des dominicains – voire de Luther – ne postulait pas nécessairement l’adhésion à la croyance en la préservation du péché originel pour Marie.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Annonciation, Conches-en-Ouche (Eure), église Sainte-Foy, baie 13, copie réalisée entre 1866 et 1870 du vitrail de 1552, par C.-L. Maréchal, peintre verrier à Metz.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Figure 2 - Marie entourée des symboles bibliques. Conches-en-Ouche (Eure), église Sainte-Foy, baie 11, attribuée à Romain Buron de Gisors, vers 1540.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Figure 3 - Id., détail, partie supérieure des lancettes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 4 - Id., détail, lancette gauche.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 5 - Id., détail, lancette droite.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 6 - (ci-dessous) Id. fig. 2, détail, partie inférieure.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 7 - (ci-contre) Marie entourée des symboles bibliques. Livre d’Heures de Jacques Le Lieur, Rouen, fin XVe siècle, bibliothèque municipale de Rouen, ms. Y 226a.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Figure 8 - Les Gloires de Marie, Bayeux (Calvados), cathédrale Notre-Dame, retable, début XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 9 - Assomption de Marie entourée des symboles bibliques, Fécamp (Seine-Maritime), église abbatiale de la Trinité, enfeu du Trépassement de Notre-Dame, détail, panneau supérieur, atelier local, entre 1507 et 1510.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Figure 10 - Assomption de Marie, Saint-Léger du Bourg-Denis (Seine-Maritime), vers 1550.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10866/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteur

Professeur émérite à l’université de Rouen, y a dirigé le Groupe de recherche d’histoire (GRHIS), conduisant et publiant des recherches sur les structures et pratiques de sociabilité dans la longue durée. Spécialiste de l’histoire et de l’historiographie du christianisme dans l’Antiquité, elle a publié Païens et chrétiens au IVe siècle (Paris, 1981) et de nombreux articles. Elle a fondé et dirigé le GDR-CNRS « Textes pour l’histoire de l’Antiquité tardive » et organisé de nombreux colloques.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search