Version classiqueVersion mobile

Marie et la « Fête aux Normands »

 | 
Thelamon Françoise

Avant-propos

Françoise Thelamon

Texte intégral

1La « Fête aux Normands », Marie « belle sans sy en sa conception », le Puy des palinods, les vitraux des églises de Rouen et de Conches-en-Ouche, le miroir sine macula, autant de sujets qui ont été bien des fois évoqués entre nous à différentes reprises depuis quelques années. Petit à petit l’idée s’est imposée qu’il fallait regarder les choses de plus près, croiser images et poésie, controverses théologiques et dévotion, qu’il fallait s’interroger sur les origines de la dévotion, sur l’enjeu des controverses, sur les formes de la fête.

2Fallait-il chercher en Orient, dès l’époque byzantine, une représentation de la Vierge Marie exempte de tout péché dès sa conception ? Celle qui avait été déclarée Théotokos, Mère de Dieu, par le concile d’Éphèse en 431, avait-elle été contaminée par la souillure du péché ? La présence de la fête de la conception miraculeuse de sainte Anne est attestée dans l’Église grecque à partir de la fin du VIIe siècle, mais de la conception miraculeuse d’Anne est-on passé à la conception immaculée de Marie, exempte du péché originel ? La théologie grecque n’a pas énoncé une doctrine de l’immaculée Conception, ce qui n’empêcha pas le développement de la piété mariale.

3En Occident, la question alimente des controverses théologiques nourries tout au long du Moyen Age et de l’époque moderne, pratiquement jusqu’à la définition du dogme par le pape Pie IX en 1854. Il fallait donc envisager la question dans le temps long, voire jusqu’au temps présent.

4Controverses et dévotion ont cheminé de pair, et celle-ci s’est largement développée en Normandie, très tôt. Dès le XIe siècle, on y célèbre, le 8 décembre, la fête de la Conception, fête de la Conception d’Anne ou fête de Marie en sa conception, c’est selon. Le Missel de Léofric (entre 1050 et 1072) fournit la plus ancienne attestation d’une messe le 8 décembre pour la conception de Marie... mais en Angleterre ; de là, la célébration de la fête fut introduite en Normandie, d’où elle se propage dans tout le nord de la France.

5La célèbre lettre de saint Bernard aux chanoines de Lyon, vers 1139, à l’encontre de la célébration de la fête – et qui ne saurait faire croire que la cathédrale de Lyon est le lieu d’introduction de la solennité en France –, pose les fondements de la controverse théologique qui influença la liturgie. Au XIIIe siècle, d’aucuns, tel saint Thomas d’Aquin, prohibent la fête de la conception de Marie, mais admettent, au 8 décembre, une fête de sa sanctification dès le sein maternel.

6En Normandie, la dévotion à l’immaculée Conception constitue une des composantes de l’identité et contribue aussi à unir les Normands dans une même dévotion de par et d’autre de la Manche. Elle s’épanouit tout particulièrement dans les dernières décennies du XVe siècle et les premières décennies du XVIe siècle. C’est la grande époque de production de splendides vitraux qui manifestent la beauté de Marie et exaltent son triomphe, tandis que chaque année à Rouen la fête du Puy des Palinods réunit toute la ville pour les célébrations liturgiques et le concours de poèmes. S’il s’agit d’une poésie composée par des notables et des lettrés, la participation de toute la population en liesse crée un élan d’unité identitaire dans l’euphorie de cette fête, appelée plus tard « Fête aux Normands ». Les poèmes, où l’on trouve par exemple évoqués les métiers, reflètent cette dimension populaire, car avec Marie, c’est aussi, dans toute sa complexité, « la noble cité de Rouen capitalle de toute Normandie » qui est chantée :

  • 1 Description et loenge des excellences de la noble cité de Rouen capitalle de toute Normandie, vers (...)

Mesmement y est celebree
La conception très sacrée
De la doulce Vierge Marie
Et l’on voit belle chanterie,
On y présente les rondeaulx,
Beaulx palinotz et chans royaulx
Et s’appelle celle journée
La feste du Puy honorée1.

7De nos jours, on ne célèbre plus à Rouen la « feste du Puy », nous nous sommes donc tournés vers Lyon où, en dépit de saint Bernard, on célèbre le 8 décembre la Fête des Lumières, dans une double perspective, religieuse et profane. Dans une ville où la piété mariale ne s’est pas démentie au cours des siècles, la fête solidement arrimée à la date du 8 décembre, et dans le cadre d’une laïcité apaisée, y est considérée en ce début de XXIe siècle comme « la fête de la patrie lyonnaise ».

8En Normandie, comme ailleurs, la piété mariale fut intense au XIXe siècle. Nous avons voulu en présenter des images. Même si ils n’ont pas le faste des sculptures et vitraux du passé, vitraux, tableaux, statues, bannières, objets de piété divers témoignent de l’immersion, dans une piété mariale largement répandue chez les fidèles, de la dévotion à l’immaculée Conception.

9En ouverture de ce volume, nous présentons d’abord un résumé, volontairement bref, de données qui seront ensuite amplement et ponctuellement développées dans les articles qui suivront, afin d’offrir au lecteur quelques images et poèmes normands à contempler et, nous l’espérons, à savourer, pour entrer avec nous dans le sujet. Ils exaltent la beauté de Marie comme manifestation de sa conception immaculée : le verset Tota pulchra es arnica mea et macula non est in te n’est-il pas répété à l’envi pour accompagner les représentations de la Vierge immaculée, ce qu’exprime en d’autres termes le célèbre palinod : « Belle sans sy en sa conception. » Ensuite la problématique sera explicitée par Marielle Lamy, soulignant comment, au cours des siècles, dévotion et controverses théologiques se sont développées parallèlement, celles-ci ne freinant guère, ou rarement, le succès de celle-là.

10Du VIIe au XXIe siècle, nous avons inscrit ce livre dans la longue durée ; nous avons envisagé le sujet à partir du cas normand, mais en invitant à se tourner vers l’Orient byzantin, l’Angleterre, le Puy d’Amiens, la Fête des Lumières lyonnaise, afin d’avoir des éléments de comparaison. Nous avons aussi, et très largement, voulu éclairer la dévotion normande, très tôt et très solidement « immaculiste » par les controverses qui se sont affrontées au cours des siècles et qui donnent la mesure de l’enjeu théologique dont les fidèles n’avaient sans doute pas toujours conscience.

Notes

1 Description et loenge des excellences de la noble cité de Rouen capitalle de toute Normandie, vers 63-70, dans PAP, p. 368-369.

Auteur

Professeur émérite à l’université de Rouen, y a dirigé le Groupe de recherche d’histoire (GRHIS), conduisant et publiant des recherches sur les structures et pratiques de sociabilité dans la longue durée. Spécialiste de l’histoire et de l’historiographie du christianisme dans l’Antiquité, elle a publié Païens et chrétiens au IVe siècle (Paris, 1981) et de nombreux articles. Elle a fondé et dirigé le GDR-CNRS « Textes pour l’histoire de l’Antiquité tardive » et organisé de nombreux colloques.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search