Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Glossaire et répertoire des noms de rues

Répertoire des noms de rues

Texte intégral

1Pour permettre au lecteur de se retrouver dans les toponymes médiévaux, nous avons choisi d’écrire la notice de chaque rue au nom actuel de l’axe ou, à défaut, à celui porté sur le cadastre napoléonien. Les désignations plus anciennes sont donc suivies d’un renvoi au nom actuel. Pour les voies plus précocement disparues, la notice se trouve au nom le plus fréquemment porté aux derniers siècles du Moyen Âge.

2Les rues répertoriées dans le présent index comportent soit des voies relevant des trois paroisses étudiées soit encore des axes se trouvant sur des paroisses voisines mais avec lesquels des parcelles communiquent par des allées. Pour ces dernières, les informations recensées sont partielles.

  • 1 Pierre Périaux, Dictionnaire indicateur des rues de Rouen, Rouen, Périaux, 1819 ; Nicétas Périaux,(...)

3Les noms des voiries rouennaises ont fait l’objet de deux ouvrages et de quelques articles. Au Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen de Pierre Périaux, édité en 1819, a succédé, en 1870, le Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, revue de ses monuments et de ses établissements publics de Nicétas Périaux1, ouvrage reprenant, mais en l’augmentant notablement, le précédent. Ce dernier travail, précieux pour qui veut trouver rapidement des informations sur la localisation approximative d’une rue, doit toutefois être utilisé avec précaution pour une étude plus précise. La présente étude topographique d’un secteur limité de la ville permet d’affirmer qu’en dépit de sa richesse, il comporte quelques erreurs, approximations et lacunes justifiant la rédaction de cet index.

4Albane (rue d’) : voir rue des Quatre-Vents.

5Aumône (rue de l’) : voir rue des Fossés-Louis-VIII.

6Autruche (pavement du roi devant l’) : pour cette rue, encore appelée pavement de la rue tendant de l’église Saint-André à l’hôtel de l’Autruche, voir rue aux Ours.

7Bailli (rue au ou du) : voir rue du Bec.

8Barate (rue) : voir rue Boudin.

9Bec (rue du) : cette ruelle a porté successivement plusieurs noms avant de porter celui de rue du Bec, au XVIe siècle, en raison d’un hôtel de cette rue – encore désigné sous le nom de « manoir de la Fontaine » – acquis en 1429 par les religieux du Bec-Hellouin. Elle est aussi désignée à l’aide des voiries qu’elle relie. On parle par exemple, en 1426, d’une ruelle qui « maine tout droit de la rue Courvoiserie à la rue aux Juifs et à Saint-Lô » (ADSM, 2E1/172, 29 mai 1426). Dans la seconde moitié du XIVe siècle, elle apparaît le plus souvent comme « ruelle Robert Naguet ». Sur le côté ouest de cette rue se trouvait au XVe siècle une maison à l’enseigne de l’Écu de France, d’où l’appellation de « rue de devant l’Escu de France par laquelle l’en va de la rue de Courvoiserie en la rue aux Juifs » (9 mars 1433, n. s. 1434) ou même vico Scuti Francie communiter nominato (G 9195, f° 15 v°, 1444). Elle porte également, au XVe siècle, le nom de « rue au Bailli ». Quant à celui de « rue Guillemet-Le-Conte », il conserve le souvenir du nom d’un des tenants du manoir de la Fontaine. En 1523, la ville, apparemment sensible à l’étroitesse de cette ruelle, décide l’achat d’une maison située à l’angle de la rue du Gros-Horloge pour « acroistre et elargir ladicte ruelle » (Registre XX4, 2 mai 1523). Une maison est ensuite réédifiée. Encore désignée dans la première moitié du XVIe siècle comme « ruelle Farceaulx », elle devait ce dernier nom aux propriétés qu’y tenaient les Surreau, seigneurs de Farceaux. Par cette rue passait le cours de la fontaine Notre-Dame.

10Belles-Femmes (rue des) : dans la seconde moitié du XIVe et au début du XVe siècle, il s’agit de la rue de Poitron. Les maisons qui la bordaient à l’est se trouvaient sur les paroisses Saint-Jehan-sur-Renelle et Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres.

11Bers (rue du) : voir rue Boudin.

12Boudin (rue) : l’emplacement de l’église Saint-Lô, plus rarement celui de son cimetière, tous deux au bout de la rue, marquent la plupart des désignations de cet axe (« ruelle devant Saint Lo », « rue qui aboute devant Saint Lo »), qui tiennent également compte de son rôle de passage entre la rue aux Juifs et les deux lieux précédemment cités (« pavement qui maine de la rue aux Juifs a l’eglise Saint Lo »). Mais on rencontre également la dénomination de « rue Saint Lo » qui crée une confusion avec l’autre rue du même nom (voir à la rubrique rue Saint-Lô). La qualification de « rue Barate » (rue devant le cimetière, nommée la rue Barate), à la fin du XIVe et au XVe siècles, provient du nom d’un habitant comme le montre la mention, en 1344, d’un nommé Ricart Barate parmi les riverains de cette rue (ADSM, G 4383). On parle de « pavement » dès cette date. C’est une enseigne qui est à l’origine de celle de « rue du Bers », employée à la fin du XVe siècle ; enseigne probablement à l’image d’un berceau accrochée à un tènement formant l’encoignure de cette rue et de la rue aux Juifs (ADSM, 2E1/200, 27 décembre 1474, pour l’enseigne, et G 2517, compte de 1498-1499, pour la rue du Bers).

13Boucherie-Massacre (rue de la) : voir rue du Gros-Horloge.

14Bras (rue du) : voir rue Massacre.

15Cache-Ribaut (ruelle) : cette ruelle est « anciennement nommee la ruelle Cache Ribaut » (14 novembre 1481) ou encore « ruelle par ou l’en va a Cache Ribaut » en raison du nom de tour de « Cache Ribaut » donné au beffroi. Elle mène de la rue Courvoiserie à l’entrée de ce beffroi, dont l’accès se faisait par le sud, la ruelle menant à un escalier. Il s’agit également de la ruelle « qui maine à l’horloge ».

16Carmes (rue des) : l’installation du couvent des frères carmes dans la partie haute de cette rue remonte à 1336, mais ce n’est pas avant le XVIe siècle que leur présence modifie le nom de la rue pour progressivement remplacer celui de « rue de Grand-Pont » pour la partie qui va de la cathédrale à la rue de l’Aumône, la partie située au sud de la cathédrale conservant son ancienne dénomination. La rue de Grand-Pont, ainsi qualifiée en raison de l’ancien pont de pierre édifié par Geoffroy Plantagenêt et l’impératrice Mathilde vers 1144-1145. Au long de cette rue, devant la cathédrale, se trouvait au XIIIe siècle la boulangerie (« in Bolengaria ante ecclesiam Beate Marie », ADSM, G 3541, n. s. 1287). À cette date, on mentionne le pavement de la rue.

17Cathédrale (place de la) : en bordure du parvis et de l’aître de la cathédrale on trouvait plusieurs voiries à la désignation changeante. Vers l’ouest, entre les rues de Courvoiserie et aux Tailleurs, la « rue des Changeurs » devait son nom à la présence d’échoppes de changeurs situées au rez-de-chaussée des tènements qui la longeaient. En 1391, il est question du « pavement devant l’eglise Nostre Dame de Rouen ou sont les Changes » (ADSM, 2E1/154, 2 janvier 1390, 1391 n. s.). Le tènement situé à l’angle de cette rue et de la rue aux Tailleurs est appelé, dès la deuxième moitié du XIVe siècle, le « tènement des Changes » pour la même raison et appartient au roi. Il devait abriter, au XVe siècle, l’écritoire du bailli mais également la cour des généraux, conseillers du roi sur le fait de la justice des aides en Normandie (BMR, ms. g165, no 170). En 1286, il est dit in Bolengaria en raison de la boulangerie que l’on y trouvait. Cette mention est à rapprocher d’un règlement de 1199 interdisant aux boulangers de disposer de plus de deux fenêtres pour vendre du pain, l’une en leur hôtel et l’autre à l’aître Notre-Dame. Ce toponyme, tout comme les activités qui y sont liées, n’ont pas disparu au XVe siècle. En 1456, le tènement voisin jouxte « l’ostel de la Boulangerie » (ADSM, 2E1/187, 14 mai) et le compte de la vicomté de Rouen de 1431, à propos du même tènement, mentionne « la ferme des étaux aux boulangers, celliers et greniers demeurant de l’hostel du Roy, qui fut Guérard Postel » (ADSM, J 759, cité par Charles de Beaurepaire, « Notes sur le parvis de la Cathédrale », Pr. TAR, 1876-1877, p. 297). Au nord, la « rue de la Poulaillerie » se trouvait dans le prolongement de la rue Courvoiserie. On la rencontre dans de nombreux textes du XVe siècle sous la forme de « rue de la Chapellerie ». Encore appelée, en raison de sa situation, « pavement du roi devant l’aître Notre-Dame », elle est également dite, vers le milieu du XVe siècle, « pavement de la rue du Port-Morand » ou du Post-Morand (notamment ADSM, 2E1/194, 9 juin 1465).

18Chaîne (rue de la) : cette rue apparaît anciennement désignée comme rue du Comtede-Guiffart ou Giffart : « in dicto vico Cathene antiquitus dicto comitis Guiffart » (ADSM, G2089, f° 153 v°). Nicétas Périaux (Dictionnaire indicateur…, p. 270-271) situait cette rue dans le voisinage de l’abbaye de Saint-Amand et de l’ancienne rue des Prêtresses. Mais à partir de deux mentions, l’une de 1248, l’autre de 1285, il supposait de façon inexacte qu’« il s’agit de la rue du Père-Adam, qui allait de la rue des Prêtresses à la rue du Petit-Mouton ». Les deux mentions évoquées « Vicus Guiffart per ante usque ad domos de vico Elemosine » et « In vico Guifart ante manerium episcopi Sagiensis » désignent bien la rue de la Chaîne.

19Changes (rue des) : in vico scambiorum. Voir place de la Cathédrale.

20Chapellerie (rue de la) : voir place de la Cathédrale.

21Comte-de-Guiffart (rue du) : voir rue de la Chaîne.

22Comte-de-leicester (rue du) : comte de Leenchestre, Lencestre, Vincestre… Voir rue des Vergetiers.

23Courvoiserie (rue) : voir rue du Gros-Horloge.

24Courvoisiers (rue aux) : voir rue du Gros-Horloge.

25Croix-de-Fer (rue de la) : ce nom provient d’une enseigne, celle d’un tènement de la paroisse Saint-Nicolas où l’on tenait taverne, mentionnée dès le XVe siècle. Mais la rue porte alors le nom de rue de la Ferronnerie (ADSM, 2E1/178, 4 avril 1434, n. s. 1435).

26Daguenet (ruelle) : cette ruelle, portant le nom d’un détenteur de nombreuses parcelles la bordant, allait du sud de la rue aux Juifs à la rue de Grand-Pont.

27Denis-de-La-Bruyere (rue) : voir petite rue Dourdonne.

28Dourdonne (rue ou grande rue) : voir rue Massacre.

29Dourdonne (petite rue) : disparue lors de la construction du Palais, elle est appelée, vers 1360, rue Denis-de-La-Bruyere, probablement du nom d’un habitant dont nous n’avons pu trouver la trace (ADSM, 2E1/150, f° 60 v°). On trouve encore « rue qui va à la rue Saint-Lô devant le manoir de Jumièges » (1407). Après l’installation du Neuf Marché sur l’espace du Clos aux Juifs, elle est dite « rue qui est entre la closture du Neuf Marchié et l’ostel ou pent l’ensaigne du Signot » (BMR tiroir 64, 1458).

30Écu-de-France (rue de l’) : voir rue du Bec.

31Escauderie (rue d’) : voir rue du Tambour.

32Farceaulx (ruelle) : voir rue du Bec.

33Ferronnerie (rue de la) : voir rue de la Croix-de-Fer.

34Fossés-Louis-VIII (rue des) : cette rue, nommée au Moyen Âge rue de l’Aumône, longeait à l’extérieur le mur de la première enceinte de la ville.

35Grand-Pont (rue de) : voir rue des Carmes.

36Gravier (rue du) : cette ruelle, qui conduisait de la rue du Gros-Horloge à la rue du Petit-Salut, était le plus souvent désignée comme ruelle ou petite ruelle tendant de la rue aux Tailleurs à la rue de Courvoiserie mais on la trouve à l’occasion sous le vocable de « ruelle as Tailleeurs » ou ruelle des Tailleurs (ADSM, 2E1/151, 11 juillet 1363).

37Gros-Horloge (rue du) : Courvoiserie est le nom que porte cet axe pour la partie comprise entre la rue et la porte Massacre. L’emploi de « rue aux Courvoisiers », évoquant aussi les cordonniers, est lui beaucoup plus rare (ADSM, 2E1/177, 9 février 1433, 1434 [n. s.]). La présence de l’Horloge fait qu’à proximité de la porte on mentionne à l’occasion le « pavement de devant l’Horloge ». La portion située à l’ouest du Gros-Horloge est généralement appelée « rue Vanterie » ou encore « grande rue Vanterie » mais cette appellation peut à l’occasion être employée pour la portion est (« vicum qui vulgariter la rue Wanterie nuncupatur », G 2088, fos 107-109, 1383) alors qu’à proximité du Beffroi elle est parfois nommée au XVe siècle « rue de la Boucherie de Massacre ». Elle est pavée au XIVe siècle au plus tard (ADSM, 69H, cartulaire, 1344).

38Guillemet-Le Conte (ruelle) : voir rue du Bec.

39Jehan Naguet (rue ou ruelle) : voir rue du Bec.

40Juifs (rue aux) : le nom de cette rue, témoin de l’implantation des Juifs rouennais dans ce secteur de la ville, est mentionné à la date de 1116 par une chronique, à propos d’un incendie pris en cette rue et qui gagne toute la cité (Alexandre Héron, Deux chroniques de Rouen, p. 31). Il connaît une remarquable continuité d’emploi après cette date et s’est conservé jusqu’à nos jours.

41Massacre (rue) : cette rue est le plus souvent appelée la grande rue Dourdonne, mais au début du XVIe siècle, une enseigne de maison la fait également désigner comme « rue du Bras ».

42Oues (rue aux) : voir rue aux Ours.

43Ours (rue aux) : seuls les deux premiers tènements de cette rue, du côté nord et à l’angle formé avec celle du Porc, se trouvaient sur la paroisse Notre-Dame-la-Ronde. Cette rue est pavée dès le XIIIe siècle (ADSM, 14H 20, f° 108, 1271). La partie à proximité de la rue du Porc est désignée en 1419 comme « pavement du roi devant l’Autruche » en raison de l’existence d’une maison portant cette enseigne, au côté sud de la rue (ADSM, 2E1/167, 21 août 1419).

44Petit-Salut (rue du) : cette rue apparaît au XIIIe siècle sous le nom de rue aux Tailleurs (ADSM, G 4356, 1250, a vico talliatorum). Ce toponyme est encore en usage au XVIe siècle, durant lequel elle s’imposa comme rue du Petit-Salut. Elle est pavée au XIVe siècle au plus tard (ADSM, 69H, cartulaire, 1334).

45Poitron : voir rue des Belles-Femmes.

46Porc (rue du) : voir rue des Vergetiers.

47Port-Morant(d) : voir place de la Cathédrale.

48Porte-aux-Fèvres (rue de la) : voir rue aux Ours.

49Poterne : voir rue Saint-Lô.

50Poulaillerie : voir place de la Cathédrale.

51Quatre-Vents (rue des) : Nicétas Périaux formule à juste titre l’hypothèse d’un nom provenant d’une enseigne (Dictionnaire indicateur…, p. 510) puisque, de fait, existait au XVIe siècle « une maison assize devant le college d’Erbanne ou pend pour enseigne les Quatre Ventz » (ADSM, G 6396, f° 19). Longeant l’enclos des chapelains du collège d’Albane, fondé à la cathédrale, c’est sous le nom de rue d’Albane qu’elle apparaît aux derniers siècles du Moyen Âge. Mais ce n’est pas son unique désignation. En 1413, elle est appelée rue de la Ferronnerie (ADSM, 2E1/165, 7 décembre 1413).

52Saint-Lô : cette rue est appelée rue de la Poterne en 1319 parce qu’elle longeait le manoir portant le même nom et appartenant aux religieux de Jumièges (ADSM, 9H 1014). Toujours sous le vocable de Saint-Lô, elle est souvent désignée par l’un des repères topographiques que constituent le prieuré, l’église ou la fontaine du même nom. D’autres désignations rappellent qu’elle mène de ces repères au « manoir de la Poterne ».

53Saint-Nicolas : utilisé dès la seconde moitié du XIIe siècle, ce nom, toujours en vigueur, est dû à la présence de l’église Saint-Nicolas-le-Painteur, paroissiale bordant cette rue. Pour la partie comprise entre cette église et la rue de Grand-Pont, on parle également du « pavement tendant de la rue de Grant Pont a aller devant l’eglise Saint Nicolas » (2E1/198, 5 septembre 1458).

54Tailleurs (rue aux) : voir rue du Petit-Salut.

55Tailleurs (ruelle des) : voir rue du Gravier.

56Tailleurs (ruelle tendant de la rue aux Tailleurs à la rue de Courvoiserie) : voir rue du Gravier.

57Tambour (rue du) : cette rue, dont la partie est se trouve en totalité sur la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle, est appelée rue d’Escauderie à la fin du Moyen Âge. Les désignations évoquent également le cours de la Renelle qui suivait cette rue.

58Vanterie ou Wanterie : voir rue du Gros-Horloge.

  • 2 Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur…, p. 647, écrit à propos de cette voie : « D’autres rense (...)

59Vergetiers (rue des) : la proximité d’une partie des terres relevant du « fief de Leincestre », c’est-à-dire du fief du comte de Leicester, vaut à cet axe l’appellation, au XIIIe siècle, de rue du Comte-de-Leicester (Leincestre, Lincestre, Vincestre et autres variantes) qu’elle porte jusqu’au XVe siècle, siècle durant lequel une enseigne de maison au Porc-Espy, entendre porc-épic, la transforme en rue du Porc (voir notamment ADSM, 2E1/219, 29 juillet 1494)2. Après la construction du Neuf Marché, elle est parfois dite mener des Cordeliers vers le Neuf Marché.

Notes

1 Pierre Périaux, Dictionnaire indicateur des rues de Rouen, Rouen, Périaux, 1819 ; Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, revue de ses monuments, Rouen, Le Brument, 1870.

2 Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur…, p. 647, écrit à propos de cette voie : « D’autres renseignements indiquent que cette dernière rue avait également porté, avec la rue Massacre dont elle faisait partie, le nom de rue du Port, probablement du Porc ou plutôt du Porche, à cause de la voûte du beffroi qui a précédé l’arcade actuelle » ; exemple parmi d’autres qui explique les réserves formulées plus haut.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search