Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Glossaire et répertoire des noms de rues

Glossaire

Texte intégral

1Les termes qui méritaient définition ou précision ont été regroupés dans ce glossaire. Leur définition ne prétend pas couvrir leurs différents sens mais entend simplement se rapporter au contexte qui lui vaut d’être ici cité.

2Acquêt : acquisition.

3Affié(e) : fiancé(e).

4Amendement : réparation ou amélioration.

5Appointier : mettre au point, arranger.

6Appointement : arrangement.

7Avaller : descendre ou faire descendre. On fait monter et avaller le vin dans un cellier.

8Bers : berceau.

9Beteure : bétoire, sorte de puisard.

10Cahoz ou cahots : conduite d’eau. Les cahots sont souvent dits en pierre.

11Callenger (chalengier) : poursuivre, réclamer.

12Carchier : charger.

13Carrouge : carrefour.

14Chinchier ou cincier : marchand de vieux habits, fripier.

15Clameur : réclamation en justice. Le droit rouennais et plus largement normand connaît plusieurs clameurs parmi lesquelles :

16La clameur de haro : initialement réservée au domaine criminel, elle s’étend à partir du XIIIe siècle à l’action possessoire. Celui qui s’estime menacé dans sa possession d’un héritage peut crier « haro » et ainsi mettre ses voisins dans l’obligation d’accourir pour l’aider. L’héritage litigieux est mis sous main de justice. S’engage alors le débat possessoire. Cette action relève de la compétence des plaids d’héritage.

17La clameur de « gaige pleige » : le tenant d’un héritage, menacé dans sa possession par des actions qu’il jugeait préjudiciables à ses droits – par exemple des constructions voisines menaçant un mur ou empiétant sur un tènement –, pouvait saisir la justice, en se tournant vers un sergent ou un juge, pour « mettre et asseoir » une clameur de gaige pleige, au terme de laquelle la possession était attribuée à celui qui établissait son droit. Les motifs pour lesquels on recourait à cette procédure se révèlent très divers.

18La clameur de marché de bourse et (raison de) lignage : elle permet d’exercer le retrait lignager (voir à cette expression).

19Confronts : les indications concernant les confronts, c’est-à-dire les parcelles jouxtant une autre et généralement identifiées par les noms de leurs tenants respectifs, sont données à Rouen par côtés et bouts.

20Contrepleige : caution. Dans les baux à rente, elle se traduit souvent par le versement d’une somme destinée à la réalisation, dans un délai fixé, de travaux et « amendements » effectués au tènement qui fait l’objet de la transaction. Une clause prévoit souvent, en cas de non-exécution des travaux à l’expiration du délai, que le preneur verse le montant de la caution au bailleur.

21Décret d’héritage : procédure permettant la saisie et l’adjudication au plus offrant d’un héritage d’un débiteur lorsque le créditeur n’a pu obtenir paiement de sa créance sur les meubles du débiteur.

22Degré : escalier.

23Degré à potoier : escalier permettant d’aller et venir du cellier à la maison. Il permettait de remplir son pot de boisson, d’où, probablement, le terme de « potoier ». Le nom latin potus désigne d’ailleurs le fait, l’action de boire ou encore la boisson.

24Deguerpie : veuve.

25Delaisser, delaissier : abandonner, renoncer à un bien ou encore le céder, vendre, quitter et delaisser. Le terme est également utilisé lors d’une procédure juridique. On parle par exemple de « délai de conseil » pour prendre l’avis de ses parents et amis, de « délai de vue » pour décider de l’attitude à adopter lors d’une « vue » et de « délai de garant » pour appeler des garants.

26Departement : départ mais aussi partage.

27Despence : le mot désigne à la fois les provisions et l’endroit où on les garde.

28Escarrye ou escarrie : de forme carrée.

29Estaimier : étamier. Nous avons conservé, tout au long de ce texte, le vieux mot d’étamier plutôt que d’employer celui d’étameur, auquel s’attache un sens plus restreint, suivant, en cela, Charles de Beaurepaire, qui avait fait de même dans sa Notice sur les étamiers et sur leurs marques.

30Estoremens : ce terme désigne les choses nécessaires pour se nourrir, se couvrir, les provisions, ressources, meubles.

31Estouper, estoupper : boucher, clore.

32Gaigepleige : voir clameur de « gaige pleige ».

33Garnissement : action de garnir, de munir, de remplir de ce qui est nécessaire.

34Huis, huisserie : porte, ouverture.

35Ligne : mesure de longueur. Il s’agit d’une subdivision du pied (voir à ce mot) ; 12 lignes font un pouce et 144 lignes un pied.

36Lucane : lucarne.

37Mortoise : mortaise.

38Parmy : milieu.

39Parsoler : faire un sol.

40Penteure, penteur ou pentheur : perche de bois pour pendre la marchandise ou encore suspendre les draps.

41Pied : mesure de longueur. On rencontre plusieurs désignations sans qu’il soit possible de savoir ce qui les différencie. Il est fait mention du « pied à pied », du « pied à main » ou encore du « pied à toise », ce dernier renvoyant peut-être au premier. Pour la conversion dans le système métrique, nous avons suivi les calculs du commandant Quenedey qui fixe la valeur du pied, pour Rouen à la fin du Moyen Âge, à 0,324 mètre. Mais ce dernier auteur semble ignorer l’existence du pied à main. Pour cette dernière dimension, deux estimations – qui demanderaient à être complétées – nous permettent de proposer une valeur supérieure à la précédente, comprise entre 0,34 et 0,35 mètre.

42Platine : plaque de métal.

43Pleige ou plege : le pleige est celui qui se porte garant, qui apporte sa garantie dans l’exécution d’un contrat. En cas de constitution de rente, il n’est pas exceptionnel de voir un familier, un voisin ou un membre du même métier se constituer pleige ou pleiger le débirentier. Il doit alors assurer le versement en cas de non-paiement par le débirentier. Il peut effectuer le rachat de la rente lorsqu’une clause le prévoit.

44Pleiger : être, se porter garant.

45Plevine : cautionnement, promesse faite en justice.

46Post : poteau.

47Pouce : mesure de longueur ; 12 pouces font un pied.

48Prisée : estimation, appréciation de la valeur. Lors du décret d’héritage (voir supra), on procède à la prisée des héritages décrétés. Elle est effectuée par les ouvriers jurés des métiers du bâtiment et par les voisins de l’héritage.

49Racquit : rachat.

50Retraire : retirer.

51Retrait lignager : possibilité pour les membres du lignage d’effectuer le rachat d’un immeuble, dans le délai coutumier, en remboursant l’acheteur de ce que lui a coûté le marché. À Rouen et généralement en Normandie, ce délai est d’un an et un jour, mais la coutume de certaines villes – telles Caen, Coutances, Lisieux, Pont-Audemer… – limite encore, au XVe siècle, ce délai à la journée.

52Revestiaire : vestiaire ou sacristie.

53Solle : poutre ou solive. Ce nom désigne parfois plus précisément la sablière basse du rez-de-chaussée.

54Toise : mesure de longueur qui comprend 6 pieds.

55Treillie ou trillie : grillage.

56Tref : terme désignant une poutre de bois et plus précisément un entrait ou un sommier.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search