Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Conclusion

Texte intégral

1Alors que s’achève la présentation d’une recherche entreprise il y a quelques années déjà, plusieurs interrogations majeures viennent à l’esprit, tant à propos de la démarche que de ses résultats. Nous avons choisi d’y répondre en les ordonnant autour de deux axes. Dans le premier, on s’interroge sur la pertinence d’un certain nombre de choix initiaux. Le second, plus bref, revient sur l’ensemble de la démarche, les possibilités et les conditions de son application en d’autres lieux.

2Cette étude de la topographie et de l’urbanisation d’une portion de la ville de Rouen à la fin du Moyen Âge prend appui sur un socle construit par accumulation, mise en ordre et assemblage d’un ensemble de données incorporant documentation textuelle médiévale, données archéologiques et iconographiques, et dont la mise en œuvre – pour couvrir une superficie qui représente à peine le vingtième de l’espace enclos par la dernière enceinte urbaine – est dévoreuse de temps. Ne faut-il pas, dès lors, se demander si le passage par cette première étape se justifie ?

3Pour répondre à cette question, il nous faut reprendre l’un après l’autre les thèmes traités – l’habitat, le marché immobilier et les habitants – puis les principales relations et interactions qu’il est possible d’établir entre eux pour mesurer l’apport de cette phase de restitution topographique mais également marquer les limites d’une connaissance appuyée sur une portion de la ville.

4C’est pour l’étude de l’habitat et des parcelles que les gains nous semblent les plus évidents : il est possible d’approcher, pour chacune des paroisses, le nombre des tènements et leur superficie moyenne, au XVe siècle, mais aussi de déterminer, pour le plus grand nombre des parcelles, combien de maisons, louages ou autres éléments on y comptait. Par ailleurs, le fait de connaître les confronts et l’agencement des terrains voisins représente un indéniable atout pour la restitution schématique de l’organisation des trop rares parcelles pour lesquelles existent des descriptions. Enfin l’attribution des enseignes à des tènements localisés permet de mesurer la fréquence de cet outil de repérage et de mieux cerner sa diffusion.

5En revanche une estimation, même large, du nombre des maisons reste hors d’atteinte à cause de l’hétérogénéité des indications et d’un nombre toujours persistant de tènements pour lesquels les informations manquent. Cette dernière raison a également limité à quelques portions d’îlots les évaluations de superficie au sol et de largeur sur rue. Ajoutons que le décompte systématique des divers constituants de la parcelle – hélas rarement cités ou décrits de façon très standardisée – n’a pas fourni tous les résultats escomptés. Il a tout de même permis de montrer l’importance accordée au cellier et la nette diminution du nombre des jardins, amorcée dès la première moitié du XVe siècle. Enfin la pauvreté des indications recueillies dans les sources dépouillées nous a également contraint à renoncer à aborder de façon détaillée les matériaux utilisés et à simplement évoquer les techniques de construction.

6Des indications telles que le rapport entre le nombre de tènements et la superficie disponible ou encore les largeurs sur rue ou le nombre d’étages des maisons paraissent très étroitement liées à la localisation au sein de l’ensemble urbain et à la pression foncière qui s’y exerce. Tout comme les trop rares données concernant l’organisation des parcelles, elles demandent à être complétées par de nouvelles études portant sur d’autres secteurs de la ville, afin de pouvoir disposer de points de comparaison et, en retour, mieux appréhender les zones à forte pression foncière.

7À l’inverse, les observations faites à propos des différents composants de la parcelle, de l’affectation des pièces et de la flexibilité de l’organisation de l’habitat – lorsque la surface disponible s’y prête – dépassent très certainement le cadre topographique limité de notre étude ; à condition de ne pas oublier, à mesure que l’on s’approche des faubourgs, la présence d’équipements de type rural, absents du cœur de la cité.

8Les apports ne se limitent pas à la connaissance de l’habitat. Le fait d’appuyer l’étude du marché immobilier sur des tènements clairement identifiés et non indistincts permet d’introduire dans l’analyse de ce marché plusieurs paramètres à nos yeux fondamentaux pour sa compréhension.

9Ils concernent plutôt l’analyse des rentes que celle des transactions. Pour cette dernière, l’avantage principal est de pouvoir repérer les ventes successives d’un même bien – même si l’exploitation se réduit à quelques cas en raison d’indications hétérogènes ou non utilisables – et de venir ainsi compléter les informations tirées de prix moyens pour lesquels on évite, par ailleurs, les effets de répétition. Il est encore, par l’établissement de listes de tenants, de montrer comment ces derniers se répartissent les tènements, sur une plage de temps la plus réduite possible.

10L’intérêt pour le marché des rentes est plus marqué, se traduisant par une approche plus complète de leurs détenteurs, de leurs poids respectifs mais aussi de l’importance de celles qui chargent les tènements. La lecture des fiches d’identité des parcelles permet également de constater à quel point la maison échappe à l’emprise seigneuriale.

11Il va sans dire, là encore, que l’on aimerait pouvoir disposer de données similaires, en matière de prix notamment, pour les paroisses voisines, non seulement pour établir des comparaisons d’ensemble mais également déterminer si la montée des prix (exprimés en unité de compte) observée ici a concerné les maisons rouennaises dans leur globalité ou au contraire les a affectées de façon différenciée et, si tel est le cas, selon quelles modalités.

12Enfin, un certain nombre de comptages n’ont pas été entrepris, des analyses ont été peu développées parce que faiblement adaptées à une documentation limitée à trois paroisses : la répartition entre les différents types d’actes, la fréquence d’apparition des criées d’héritage, l’importance des retraits lignagers, par exemple, gagneraient à être traités pour la totalité du cadre urbain.

13Avec les habitants, le bilan devient plus contrasté. Le recensement des paroissiens et des activités exercées, les indications d’anciens résidents et de nouveaux venus ne nécessitent nulle étape préalable. D’autres recherches pourraient certainement arriver plus vite à mesurer la diversité de représentation des métiers entre les paroisses rouennaises. Mais le détour par une telle étape et l’affectation d’une demeure précise, au moins pour un grand nombre, permettent d’aborder la répartition dans l’espace des activités. D’autres viendront peut-être confirmer ce que l’on a pu montrer ici : l’absence de rues réservées en grande partie à un métier. Des orfèvres, seul métier à révéler une aussi forte concentration, ne se trouvent nombreux que sur une petite portion et surtout au côté sud de la rue Courvoiserie (et non des Orfèvres). Une meilleure connaissance de la toponymie médiévale n’est possible qu’à condition de s’intéresser de près à ces problèmes de répartition spatiale.

  • 1 C’est le cas, a fortiori, de l’étude des patrimoines qui dépasse largement les limites de la ville (...)

14Même si l’histoire de chaque tènement est un auxiliaire précieux pour tenter de contourner l’un des obstacles majeurs à la constitution de fragments d’arbres généalogiques – la répétition des prénoms –, il n’en reste pas moins qu’une approche des familles rouennaises appelle d’autres critères d’investigation et d’exploitation et l’on ne peut se contenter d’une documentation se rattachant à trois paroisses. Contrats de mariage, fondations obituaires ou encore lots et partages, pour ne citer qu’eux, demandent une exploitation ou des prolongements non cantonnés1.

  • 2 Rappelons notamment le nombre élevé d’orfèvres et changeurs qui y résident. Les prix des tènements (...)
  • 3 Pour aller plus loin dans la démonstration, on aurait aimé pouvoir rassembler, au moins pour quelq (...)

15Certains apports ne relèvent pas d’un seul des thèmes abordés mais de leur mise en interaction. Parmi les plus probants, il nous semble qu’il faut inscrire les relations entre les prix moyens des maisons pour les trois paroisses et les métiers exercés par les habitants, particulièrement lisibles dans le cas de la paroisse Saint-Herbland2, alors que les contrastes de prix plus marqués pour les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde se traduisent par un échantillonnage plus large des métiers qui s’y trouvent représentés3.

16Le nombre des artisans et des marchands que l’on compte parmi les habitants est à rapprocher de plusieurs caractéristiques de l’habitat. Le contact entre les espaces de travail et la rue constitue un élément essentiel de l’organisation du bâti. Il joue un rôle certain sur l’étroitesse de la maison au contact de la rue, l’importance des celliers et allées, la présence des ouvroirs et échoppes que l’on trouve dans la plupart des maisons sur rue dont l’organisation est connue. Oubliés des énumérations standardisées des tabellions, ils ne le sont pas des partages. À l’exception des grandes demeures qui développent leurs logis en cœur d’îlot, les maisons qui donnent sur rue y prennent généralement leur corps principal. Relevons également que les maisons de rapport construites au long de la rue aux Juifs, dans le courant du XVe siècle, le sont essentiellement à l’intention de cette clientèle d’artisans œuvrant à domicile.

  • 4 L’un des cas les plus étonnants de variation dans l’occupation d’un même lieu concerne un tènement (...)

17L’un des points les plus intéressants de cette maison rouennaise nous semble résider dans une indéniable souplesse d’utilisation que traduisent la diversité des fonctions des pièces mais aussi leur changement d’affectation, dans certains cas même le transfert d’une pièce d’une maison à la voisine ou encore l’existence fréquente de louages et la façon dont la maison se prête aux partages. Cet ensemble d’observations permet de mieux comprendre comment sont possibles les quelques variations que l’on a pu relever, ici et là, dans la composition du groupe qui partage un même toit, tel l’hébergement de jeunes mariés, de « rendus »4

18Si l’on veut bien admettre avec nous l’intérêt, même inégalement réparti, présenté par une étude urbaine s’appuyant sur une restitution topographique d’une portion de la ville, on peut se demander si la paroisse constitue un point de passage obligé du choix de l’espace traité ou s’il faut sortir de ses bornes ou « mectes » et lui préférer un espace correspondant à un élément du paysage urbain que l’on veut mieux connaître, tel l’espace environnant un marché, le cours d’une rivière, une zone portuaire… La réponse qu’il nous semble possible de formuler sur ce point ne met pas en cause l’intérêt de tels choix mais prend en compte, au regard de la documentation disponible pour Rouen, les difficultés supplémentaires pouvant en découler.

19Sans être systématique, la fréquente mention de la paroisse où se trouve le bien immobilier objet d’une transaction devient effective dans le courant du xiiie siècle, alors qu’à titre de comparaison, celle des paroisses de résidence des acheteurs ou vendeurs ne devient usuelle qu’avec la seconde moitié du XVe siècle, quand s’affirme l’usage des noms de rues et que ces dernières paraissent dans les comptabilités les mieux organisées, venant y compléter un rangement par paroisse.

20Autant dire que la paroisse constitue la clé de distinction la plus commode pour placer la frontière entre ce qui se rapporte ou non à la zone étudiée, le point de classification le plus sûr. Pour rassembler les données concernant les habitants, un tel choix limite considérablement les risques d’erreurs liés à l’homonymie. C’est à l’ouïe de la paroisse, à l’issue de la messe dominicale, que se fait la publicité immobilière et ce sont des noms de paroissiens présents qu’inscrit le clerc du lieu pour attester l’effectivité de cette publicité, fournissant ainsi un élément précieux pour l’élaboration de listes d’habitants (ici paroissiens). C’est encore par paroisse qu’ils sont classés dans les relevés de fouage ou dénombrés par les inventaires de feux.

21Fallait-il pour autant choisir trois paroisses voisines ? Pourquoi ne pas préférer les répartir en des secteurs correspondant à des phases d’urbanisation différentes, de façon à mieux mesurer les écarts ? Répondre à cette question nous amène à évoquer les limites paroissiales. Nous avons montré que leur tracé suivait ou non une enceinte, passait indifféremment par la voirie ou en plein cœur d’îlot, une même rue pouvant en impliquer un nombre élevé. Le rôle des branches d’arbres placées entre les propriétés mais aussi des processions d’habitants menés par leurs curés est de conserver la mémoire de tracés complexes. Choisir des zones juxtaposées a pour effet de diminuer notablement le nombre des paroisses limitrophes. Or pour déterminer, avec une précision ne serait-ce que relative, l’étendue de l’une d’entre elles, il faut dépasser ses frontières jusqu’aux repères topographiques connus de la suivante, opération qui peut demander de maîtriser la documentation d’un nombre non négligeable de tènements extérieurs à la zone traitée. Le risque est alors de trop élargir les dépouillements nécessaires et de ne pas achever le travail de restitution.

22Quant aux différences observées de l’une à l’autre des paroisses, comment distinguer ce qui naît de la distance sans information sur la proximité ? Ce n’est que par l’accumulation des points de comparaison que les divers facteurs deviendront pleinement intelligibles.

  • 5 Nous ne nous sommes pas trouvé confronté aux problèmes pouvant naître du rapprochement d’une docum (...)

23Il faut maintenant se demander s’il est possible d’envisager l’emploi d’un tel mode d’approche pour d’autres villes médiévales. Utilisée pour un secteur ancien d’une grande ville, s’appliquerait-elle, par exemple, à d’autres aux dimensions plus modestes ou de création plus récente5 ?

24De petites superficies paraissent plutôt devoir simplifier les tâches de restitution et d’analyse. Les distances séparant les parcelles des repères topographiques lourds tels que l’enceinte et ses portes, les églises, les cimetières, le beffroi, le marché, etc. sont moins importantes ; les problèmes de repérage et de désignation de la voirie plus vite réglés. Les 7,7 hectares traités pour ce travail représentent plus que la superficie intra-muros de Pont-de-l’Arche et la moitié de l’espace enfermé dans la dernière enceinte médiévale de Vernon, pour prendre deux exemples normands. L’analyse est donc simplifiée par la plus faible part des zones restées hors champ.

25Une des limites importantes à laquelle nous nous sommes heurté, dans le travail de restitution parcellaire, est l’impossibilité d’obtenir des images de l’organisation parcellaire, à plusieurs décennies d’intervalle, du fait de données trop lacunaires pour assurer une information continue. On peut penser que le choix de secteurs urbanisés dans les derniers siècles du Moyen Âge, à Rouen ou ailleurs, surtout lorsque les aménagements ont été effectués avec l’intervention de maîtres d’ouvrage dont les archives sont conservées, rendrait possibles l’obtention de telles images successives et les exploitations qui pourraient en découler.

26À l’inverse, il est probable que l’étude d’un secteur anciennement urbanisé pose davantage de problèmes. Les mutations du paysage urbain, à la fin du Moyen Âge, s’y font dans un ensemble à la voirie déjà structurée, alors que les éléments déterminants du tracé des axes peuvent ne pas avoir laissé de traces et que leur époque d’apparition reste incertaine tout comme peuvent rester dans l’ombre les périodes déterminantes pour l’organisation des parcelles.

27Est-il possible de remonter plus avant dans le temps ? La réponse tient aux conditions qui rendent opératoire la méthode : une documentation textuelle en quantité suffisamment abondante d’une part, des actes livrant, pour chaque parcelle faisant l’objet d’une transaction, la paroisse et les confronts d’autre part constituent les ingrédients nécessaires. Ils peuvent être réunis ailleurs pour des périodes plus reculées qu’elles ne le sont à Rouen, où la première condition est étroitement liée à la date de 1360, marquant le début de la conservation des registres du tabellionage. La seconde, acquise plus tôt, laisse toutefois la porte ouverte à d’éventuelles restitutions partielles, en d’autres portions de la ville. Avant le XIIIe siècle, les possibilités de faire progresser la connaissance de l’organisation des parcelles rouennaises nous paraissent relever essentiellement de l’archéologie.

28Ceux pour qui l’environnement présent a conservé intacte une bonne partie des maisons, parcelles, et voiries médiévales s’interrogeront peut-être sur la nécessité de recourir à des moyens d’investigation qui pourraient paraître trop compliqués. Toute méthode d’approche du fait urbain ne peut se détacher du cadre pour lequel elle a été conçue et se révèle dépendre à la fois du degré de conservation des sources et de celui du bâti. La nôtre a compensé celui-ci par celui-là parce que pensée pour une ville très remaniée à l’époque hausmanienne, profondément transformée par les bombardements de la dernière guerre et par l’étape de reconstruction qui a suivi. D’autres, placés dans une situation voisine, y trouveront peut-être quelques pistes à suivre.

Notes

1 C’est le cas, a fortiori, de l’étude des patrimoines qui dépasse largement les limites de la ville. Ce travail achevé, il est une préoccupation qui retiendra particulièrement notre attention. La masse documentaire (fragmentaire) rassemblée sur les familles demande en effet à être complétée et élargie de façon à développer les arbres généalogiques esquissés et ordonner les informations se rapportant à quelques familles, retenues pour leur fréquente apparition ou pour leur rôle, à un titre ou à un autre, dans l’histoire de la ville.

2 Rappelons notamment le nombre élevé d’orfèvres et changeurs qui y résident. Les prix des tènements de la paroisse Saint-Herbland présentent des valeurs basses supérieures à ceux des deux autres paroisses. En 1420-1439, le prix le plus bas des 11 transactions utilisables est de 359 l.t. (rentes au denier 10) alors que 27 des 29 transactions de Saint-Lô et 10 des 11 transactions de Notre-Dame-la-Ronde sont inférieures à ce montant. Sans être toujours aussi nette, cette distinction reste valable.

3 Pour aller plus loin dans la démonstration, on aurait aimé pouvoir rassembler, au moins pour quelques métiers, des séries suffisantes de prix de maisons servant de résidence à leurs membres. Mais ces séries sont par trop limitées pour être utilisées. Elles le deviennent davantage encore si l’on resserre la période d’étude, pour ne pas trop subir les effets liés aux variations de prix. Plutôt que d’étendre ces séries à l’ensemble des maisons leur appartenant – on risque alors de prendre en compte, pour les plus aisés d’entre eux, des tènements de petite valeur leur offrant un revenu annexe –, ce qui est de peu d’effet, il nous a paru préférable, parmi les prolongements envisageables à ce travail, d’effectuer, pour quelques activités choisies, une extension à l’ensemble de la ville.

4 L’un des cas les plus étonnants de variation dans l’occupation d’un même lieu concerne un tènement de la paroisse Saint-Herbland : « quant ledit sire Jehan Dorbec vivoit et que il demouroit en icelle maison de pierre ou il avoit de grans et noctables salles et ediffices que il alloit en ladite parroisse Saint Erblant et aussi font semblablement ceulx que de present demeurent esdites maisons de pierre ou ilz demeurent de présent et y a bien VIII ou X parroissiens et mesnages qui les tiennent par parties a louage enquoy ledit curé de Saint Erblant a plus de prouffit et de parroissiens que il n’avoit quant ledit Dorbec demouroit seul » (ADSM, G 6859).

5 Nous ne nous sommes pas trouvé confronté aux problèmes pouvant naître du rapprochement d’une documentation textuelle avec un patrimoine bâti ancien subsistant, donnée actuelle dont l’utilisation demande une rigoureuse analyse architecturale des états antérieurs et primitifs qu’il n’est pas toujours possible de mener ; les quelques maisons subsistantes relevant, au mieux, de l’extrême fin du XVe siècle et plus probablement du début du XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search