Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

IVe partie. Les habitants : étude de topographie sociale

Chapitre 2. Famille et société

Texte intégral

  • 1 L’une des plus récentes contributions à l’étude de cette question est l’article de Vincent Tabbagh (...)

1Ce dernier chapitre ne prétend pas traiter de ce qui constitue à soi seul un vaste sujet de thèse. Une telle intention serait d’autant plus déraisonnable que la question a été fort peu abordée1 et qu’un tel travail demanderait un élargissement des dépouillements à d’autres sources que celles qui ont été utilisées.

2Une accumulation de données sur quelques points déterminés nous a paru néanmoins justifier son existence. Le premier ensemble de données s’intéresse au groupe de personnes vivant sous un même toit tandis que le second, plus hétéroclite, se consacre à certains aspects de l’existence tels le mariage, l’élection de sépulture ou encore le choix d’un prénom.

Sous un même toit

  • 2 On aimerait pouvoir disposer de sources permettant de déterminer le nombre de personnes par feu, c (...)

3La composition du groupe qui réside sous un même toit est un paramètre fondamental pour l’approche de la démographie médiévale. Nous avons évoqué plus haut, en l’absence de sources dénombrant les personnes2 et, pour la paroisse Saint-Lô, de tout dénombrement de feux, les difficultés rencontrées pour estimer l’importance de la population des trois paroisses. Ajoutons que la composition de ce groupe, loin d’être stable, fait intervenir un ensemble de facteurs très variés. En l’absence d’autres données, nous nous sommes attaché à souligner ceux sur lesquels les actes notariés dépouillés permettent d’apporter quelques informations.

4La corésidence apparaît le plus souvent, à la lecture de ces actes, comme un des moyens mis en œuvre pour se prémunir des risques liés au vieillissement. Alors que le contrat passé par un « rendu » fait généralement intervenir la parentèle, elle n’est pas fatalement concernée par les ventes comportant des réservations viagères. Ces dernières, qu’elles soient motivées par la possession d’une maison devenue trop grande ou par la recherche de moyens de subsistance, permettent aux tenants d’héritages de conserver un gîte tout en vendant leur maison. Ils se réservent pour cela, leur vie durant, une portion de leur demeure, souvent une chambre – voire plusieurs pièces – généralement située à l’arrière du tènement. L’acheteur se voit donc imposer, au moins pour un temps, une cohabitation. L’inclusion de clauses spécifiques, quoique dans l’ensemble fort peu nombreuses, tente probablement de prévenir les risques d’une telle cohabitation.

  • 3 BMR, tiroir 64 et tiroir 159, 7 janvier 1447, n. s. 1448.

5De telles ventes sont souvent le fait de veuves. Le 27 juin 1407, Jehanne, veuve de feu Jehan Le Vanier, de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, vend sa maison en se réservant « la chambre de derriere ou elle gist a present ». Dans un contrat de 1447, une autre veuve, celle de Thomas Vasselet, de la paroisse Saint-Lô, se réserve uniquement, elle aussi, une chambre basse « ou costé de derriere »3.

6C’est parfois l’un des enfants qui se porte acquéreur. Jehan Aleaume, fils aîné d’une veuve de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, achète à sa mère tout son droit en un tènement pour 60 écus d’or et lui laisse, sa vie durant :

  • 4 ADSM, 2E1/185, 24 mai 1452.

[…] une chambre a cheminee estant sur la dalle ou court derriere d’icelui hostel, franche et quitte de paier aucune chose, avec son aler et venir en ladite chambre et son allee au puis et y prendre de l’eaue dudit hostel et en la dalle quant bon lui semblera4.

  • 5 ADSM, 2E1/211, 7 juin 1487, et 2E1/212, 23 mai 1488.

7La durée de cohabitation peut se révéler très réduite. Le 7 juin 1487, Estiennote, veuve de Jehan Le Bourguignon, vend à un prêtre sa maison tout en conservant gratuitement la jouissance d’une chambre, sur le devant, et d’un grenier placé au-dessus de sa chambre. Moins d’un an plus tard, deux de ses neveux s’accordent pour déterminer lequel exercera le retrait lignager de la maison ayant appartenu à leur défunte tante5.

8L’espace réservé est parfois moins chichement compté. Il est vrai qu’à la veuve s’ajoute une chambrière. La veuve d’un nommé Évrart Vinet, de la paroisse Saint-Lô, vend en 1413 à Guillaume Luce, de la paroisse Saint-Laurent, la maison qu’elle habite, acquise du vivant de son mari.

[Ladite femme] retrait […], sa vie durant seullement, sa demeure pour elle et une chambere en la chambre qui est sur la cuisine dudit hostel et le dessus d’icelle chambre et son aller et venir, pour elle et sa dite chambere, parmy ledit hostel a aler a ladite chambre et a ladite cuisine pour ses necessites et comme de cuire son pot et traire de l’eaue au puis d’icelle cuisine, sans empescher le sourplus dudit hostel […].

  • 6 ADSM, 2E1/164, 4 janvier 1412, n. s. 1413.

9Les acheteurs pourront « aller a ungs aisemens qui sont en ladite retenue sans contredit »6.

  • 7 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.

10On n’oublie pas, à l’occasion, de prévoir la visite des amis. Un orfèvre de la paroisse Saint-Herbland, Pierre Pictemen ou Pitemen, réserve, pour sa demeure, une chambre « hault sur l’ouvreur », une autre chambre « auprez de l’autre qui est appellee ou dicte souppente d’un grenier qui est tout hault dessus la rue », ainsi qu’une portion de cellier. Pour y accéder, il pourra « aller et venir par ledit ouvreur et salle dudit hostel pour aler a sadicte retenue pour lui, sadicte meschine et autres ses amis qui le vouldroient venir veoir et visiter »7.

  • 8 ADSM, 2E1/152, 6 septembre 1372, paroisse Saint-Lô.

11Certains couples tentent également de se prémunir contre l’un des risques provoqués par le décès de l’un deux : la perte du logis. L’une des solutions utilisées pour laisser l’usage de l’habitation au conjoint survivant consiste à acheter une maison pour le couple et ses hoirs en précisant, qu’elle doit être tenue, pour les époux, par « cellui des deux qui plus vivra et qui le tout tendra », C’est ce que font, en 1372, Robert des Vingnes et Jehanne sa femme, pour une maison de la rue Grand-Pont. Cette mesure, qui évite le partage des biens acquis dès la succession coutumière du conjoint, ne va pas de soi et ledit Robert prend soin de faire préciser par Guillaume Houel, fils aîné de sa femme – d’un précédent lit donc –, au cas où Robert survivrait à sa femme, que ce dernier puisse tenir « ledit manoir toute sa vie durant sans debat ne empeschement »8.

  • 9 Paul Le Cacheux, « Les rendus normands au Moyen Âge », dans Annuaire du département de la Manche, (...)
  • 10 Nous avons trouvé 14 contrats, répartis entre 1396 et 1496, impliquant un paroissien de l’une des (...)
  • 11 ADSM, 2E1/177, 6 juin 1433, cité à la note précédente. Le couple reçu prévoit que « se il avient q (...)

12Les contrats passés par les « rendus », autre forme d’un même souci, sont eux aussi intéressants pour comprendre les attitudes de la société normande face au vieillissement. Leur importance n’a pas échappé à plusieurs auteurs mais les analyses laissent dans l’ombre les contrats rouennais qui n’ont fait l’objet d’aucune étude systématique et sont évoqués par Vincent Tabbagh dans un article récent9. Ceux que nous avons rencontrés impliquent surtout des personnes seules, qui, en échange d’une remise le plus souvent de la totalité de leurs biens, se rendent chez un parent proche qui doit en contrepartie leur assurer un hébergement, les nourrir, leur fournir le vêtement, assurer leurs obsèques, parfois payer les confréries et charités auxquelles ils appartiennent, voire régler leurs dettes10. Certains obtiennent même de leurs hôtes un versement régulier pour « leurs communes affaires » ou, prudents, prévoient une clause leur permettant de mettre un terme au contrat en reprenant ce qu’ils avaient apporté11.

  • 12 ADSM, 2E1/167, 13 octobre 1418. Le couple, qui doit également verser 100 s.t. pour les obsèques de (...)

13Ce type d’arrangement ne faisait pas toujours l’objet d’un contrat initial, comme le montre une transaction du 13 octobre 1418 par laquelle la veuve d’un nommé Guillaume Chirart, paroissien de Notre-Dame-la-Ronde, reconnaît une situation qui semble s’éterniser. Depuis vingt-deux ans, elle est logée, nourrie et vêtue par un couple de la même paroisse, Jehan Benart et Cardine sa femme, à qui elle donne la moitié d’une maison pour qu’ils continuent à l’héberger, encore s’agit-il d’une donation « les viez d’iceulx mariez durant » soumise à plusieurs conditions12.

  • 13 Voir Denise Angers, « Vieillir au XVe siècle… », p. 127.

14L’étude de ces pièces montre que, contrairement aux contrats de vente avec réservation d’une partie des lieux par le vendeur, les actes des « rendus » rouennais ne manifestent pas le même soin à détailler les espaces réservés13. Autre élément important à considérer, les communautés de biens, plus ou moins durables, s’accompagnent généralement mais non systématiquement d’une corésidence, elle aussi plus ou moins durable.

15Si l’achat en commun laisse deviner de possibles communautés de biens, c’est le plus souvent lorsqu’elles prennent fin, ou lorsque s’élaborent les arrangements patrimoniaux qui leur font suite, qu’elles sont directement évoquées. Reste qu’elles peuvent également l’être sous forme négative : on fait alors préciser, en raison d’une existence commune sous le même toit, qu’il n’y a pas communauté de biens.

  • 14 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 253.
  • 15 ADSM, 2E1/167, 7 mai 1418.

16La communauté associe le plus souvent des enfants, frères et sœurs, ou d’une manière plus générale des héritiers, mêlant parfois deux générations. Vincent Tabbagh a relevé l’exemple d’Étienne et de Michel Du Tot, vivant ensemble dans l’hôtel familial faisant face au portail sud de la cathédrale entre 1422, année de la mort de leur père, et 1429, année où ils se partagent « une solide fortune »14. Dans cet arrangement de 1418, Robin Augier, de la paroisse Saint-Lô, renonce, au profit de sa sœur Estiennote, veuve d’un nommé Rogier de Saint-Pierre, et de Denis Augier, son neveu, à « tout ce dont il leur pourroit faire demande soit a cause de communauté de biens de ce qu’ilz ont demouré ensemble, pars, participation, louyers, services, que de toutes autres choses quelzconques »15.

17Pour Vincent Tabbagh, l’indivision des biens entre héritiers « semble d’ailleurs assez fréquente, sans entraîner toujours l’aménagement d’un foyer unique » :

  • 16 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 253.

En 1431, 13 % des 584 rentes du chapitre cathédral sont payées par des « hoirs », et la proportion atteint 19 % en 1456 et 18 % en 1480. Cependant, sur les 42 particuliers propriétaires des maisons de la paroisse Saint-André-aux-Fèvres, en 1487, un seul est un groupe de frères en indivis16.

  • 17 Une recherche, menée sur les mêmes indications d’« hoirs », pour les trois paroisses, à partir des (...)

18Cette différence notable, entre les deux types d’information, nous semble traduire, au minimum, une différence dans la nature de l’indication. La première conserve la trace d’une indivision peut-être temporaire tandis que la seconde montre, à un moment donné, le nombre de tènements effectivement en indivision17.

  • 18 ADSM, 2E1/182, 23 janvier 1440, n. s. 1441. Les informations se rapportant à leurs femmes manquent
  • 19 ADSM, 2E 1173, 24 mars 1427, n. s. 1428. La rente de 10 l.t. est à percevoir tant sur la maison où (...)

19L’existence de liens du sang entre participants à ces communautés n’est pas toujours établie. Ainsi, après le décès de Jehan Deshayes, marchand joaillier ou « jouelier », ses héritiers partagent avec Jaquet Viton, lui aussi joaillier, une maison que les deux marchands, ayant « long temps vescu et demouré ensembles en communauté de biens », avaient acquise, chacun par moitié. Parmi les héritiers, on compte un cousin et des cousines et nullement le nommé Viton. Des liens échappent-ils ? Y avait-il parenté spirituelle ou tout simplement communauté d’intérêt due à l’exercice d’un même métier, dans lequel l’investissement tient une place importante18 ? Ils ne sont pas non plus établis dans cette constitution de rente en commun associant, en 1428, un boucher de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, Jehan de La Mare et un boulanger de la paroisse Saint-Lô, Adam Duclos19.

20Des contrats liés à l’exercice d’un même métier, formes de communautés partielles et le plus souvent à durée déterminée, existent bien. Lorsque Philippot Coullart et Colin Bacheler, verriers, demeurant ensemble paroisse Saint-Nicolasle-Painteur, passent contrat, ils fixent une durée de cinq ans à leur résidence commune et insistent sur les objectifs, formes d’assurance à l’égard de la maladie et des risques en matière de revenus :

  • 20 ADSM, 2E1/159, 4 janvier 1403, n. s. 1404.

Et ouvreront de leur dit mestier ensemble en gaengne et a perte, sanz ce que l’un y ait plus que l’autre. Et se l’un estoit malade l’autre lui seroit tenu aidier a son gaeng et lui fere aussi bonne part comme se il estoit sain et se ils n’avoient assez a besongner a Rouen pour eulz en besongnant ensemble, l’un d’eulx pourra aler besongner dehors se il plaist a l’autre par ainsi qu’il sera tenu aporter sa gaengne […]20.

  • 21 ADSM, 2E1/168, 4 décembre 1420. Le versement effectué, il est prévu que ladite Asselot « pourroit (...)

21Le mariage d’un enfant peut mettre un terme à la communauté de biens. Dans un accord établi devant tabellion entre Asselot, veuve de Colin Petit, et Guillaume Petit son fils, vivant en communauté de biens depuis le décès du prénommé Colin, les raisons qui président au nouvel arrangement nous sont données : « et puisnagueres ledit Guillaume, par le conseil de ses parens et amis se fust marié et prins femme pour quoy icellui Guillaume, doubtant les inconveniens qui sur celui povoit ensuir, soit tourné devers sadite mere », pour trouver un accord. L’arrangement passé a pour but d’éviter la vente de leur maison, paroisse Saint-Lô. La veuve donne à son fils tous ses biens meubles ainsi que son droit en leur maison, moyennant 400 livres tournois En attendant le versement, son fils est tenu de lui trouver : « tant que il plaira a icelle a demourer en sa compaignie, ses necessites de boire, mengier, vestir, cauchier, feu, lit, hostel, bien et suffisamment selon son estat ». Dans le cas présent, il n’y a pas fin de la résidence commune21.

  • 22 ADSM, 2E1/194, 14 juillet 1465.

22Mais, à l’inverse, le mariage peut aussi se trouver à l’origine d’une telle communauté. Après le mariage unissant Jehanne, fille de Jehan Le Picart, et Jehan Barat, fils de feu Pierre Barat et de Cardine sa veuve, le couple vit en communauté de biens avec ladite Cardine et son nouvel époux, Vincent Massieu22.

  • 23 ADSM, 2E1/171, 25 juin 1424. Au décès du père, par le partage des biens meubles entre la veuve et (...)

23Tout comme dans le cas précédent, le remariage d’une veuve n’empêche pas la communauté avec l’un des enfants. Veuve de Colin de La Place depuis 1404 environ, Collecte, mère d’au moins trois garçons, est ensuite remariée à Jehan Pinchon, l’un des « poullailliers » demeurant paroisse Saint-Lô. Mais, en 1424, pour des raisons non précisées, l’on procède à la séparation de la communauté entre le couple et Colenet de La Place, le plus jeune des trois fils23.

  • 24 Chiron est un hypocoristique-aphérèse de Cécile.
  • 25 ADSM, 2E1/159, 9 septembre 1403.

24Sans que le terme établissant la communauté apparaisse dans le contrat, on peut être amené à la considérer comme effective à la lecture de certaines clauses comme celles d’un acte de 1403, par lequel Robin Bellehere, paroissien de Saint-Herbland, « quicte et clame a tousiours Jehan Hasart et Chiron24 sa femme, mere dudit Robin, de tous contraulx, marchiés, marchandises, demeure, residence, dons, promesses, compaignie, laiz de testaments et generalement de toutes choses »25.

25À l’inverse, on se défie de la suspicion de communauté de biens que peut suggérer une cohabitation prolongée. Jacqueline Dubosc, veuve d’un écuyer, Guillaume Dumarest, et demeurant paroisse Saint-Lô, en l’hôtel de l’Aigle d’argent, à l’occasion d’un don qu’elle fait à son gendre, Marin Levesque, fait préciser, en 1492 :

  • 26 ADSM, 2E1/215, 22 août 1492. Marin Levesque était l’époux d’Anne, fille de ladite Jacqueline (voir (...)

[…] que tous les biens meubles et ustencilles d’ostel estans de present en l’ostel de l’aigle d’argent, ou demeurent icelles parties, sont et appartiennent audit Marin Levesque ; et en oultre ladite damoyselle consenti et acorda audit Levesque que, quelque demeure et residence qu’elle ait fecte en temps passé avec ledit Levesque et qu’elle pourra faire en temps advenir avec luy, ce ne luy tourne a aucun preiudice ou dommage ne que a telle cause elle ne puisse avoir ne callenger aucune communauté de biens audit M Levesque26.

  • 27 ADSM, 2E1/182, 7 décembre 1440.

26Dans l’hôtel de Guillaume Lalemant demeurent également Jehan De Hotot et sa femme, fille dudit Lalemant ainsi que Guillemot leur fils mais aussi Annecte, fille de Guillaume Des Bruieres. Soucieux des conséquences pouvant éventuellement naître de cette cohabitation, Guillaume Lalemant fait déclarer par ledit Jehan de Hotot et par Guillaume des Bruieres que cette demeure et résidence ne « face ou porte aucun preiudice a icellui Lallemant ne aux siens en quelque maniere, en communité de biens, conquestz, ne autrement »27.

  • 28 Voir p. 458.
  • 29 ADSM, G 2088, fos 121-122, 20 janvier 1391, n. s. 1392. L’acte qui rapporte les faits est une appr (...)
  • 30 « Comme Colin Goulle, estainmier, eust esté en mariage ouquel il eust engendré deux enffans qui en (...)
  • 31 Les familles ne sont pas seules confrontées aux problèmes de l’appauvrissement. Les communautés do (...)
  • 32 Charles de La Ronciere, « Pauvres et pauvreté à Florence au XIVe siècle », in Études sur l’histoir (...)

27Bien que l’on puisse supposer le fait assez fréquent, des indications telles que la dernière citée, qui associent trois générations sous un même toit, sont rares. Mais les contrats de mariage comportent souvent des clauses prévoyant une corésidence chez l’un ou l’autre des parents du couple28. Parmi les raisons qui font jouer les solidarités familiales, figure le handicap. C’est pour « bien de charité, faveur et affection de li[g] nage » que messire Jehan Havart, prêtre demeurant paroisse Saint-Pierre-du-Châtel, héberge en son manoir, depuis vingt-quatre ans ou plus, Alips, femme de Pierre Le Boissellier, de Caudebec, sa sœur par mère, que son veuvage a laissée « moult desolee et debilitee de son corps par maladie de goute et autrement et auxi fust lors chargié de trois filles en petit aage »29. C’est également sur la solidarité familiale, « amour naturelle que il avoit à lui, regart de nature » dit l’acte, que s’appuie Colin Goulle, étamier30, lorsqu’il se tourne vers son frère Ricart, épicier, pour l’aider à faire face aux aléas de l’existence31. L’accord qu’ils passent prévoit notamment l’hébergement jusqu’à un an du frère, de ses deux enfants et de son valet. Les diverses raisons invoquées sont à rapprocher des critères de définition du « pauvre à assister » donnés par Charles de La Roncière : vieillesse, veuvage, infirmité, enfants à charge, location du logement et statut d’orphelin32.

  • 33 La forte mobilité professionnelle à l’intérieur des familles rend fréquent le placement des jeunes (...)
  • 34 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau, receveur général de Normandie…, Rouen, Lestringant, 18 (...)
  • 35 C’est probablement pour une telle raison que Jehan Auber, postulant en cour laïque, est dit réside (...)
  • 36 Elle doit assurer gîte, couvert, la vêtir, chausser et verser 40 s.t. à la fin des trois ans (ADSM (...)

28Le groupe des cohabitants ne se limite pas là. Il s’étend encore à tous ceux qui s’y agrègent pour l’apprentissage d’un métier ou encore pour leur travail : apprentis33, clercs, serviteurs et valets. Leur présence nous est rappelée à l’occasion par certaines désignations de pièces, telles, en 1435, les deux pièces réservées à l’usage des clercs et valets en la demeure de feu Pierre Surreau, receveur général de Normandie34. Les résidents que l’on trouve désignés sans explication de leur présence doivent souvent appartenir à cette catégorie35. Les informations concernant la domesticité ne sont pas totalement absentes. Si l’on en juge par le prix versé par Marie, veuve de Clément Duquesnay, pour être servie par l’une de ses descendantes, pendant trois ans, le coût n’est pas très élevé36.

  • 37 Voir p. 446.
  • 38 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.

29Ce faible coût peut expliquer que, même en sérieuse difficulté, l’étamier Colin Goulle ne se sépare pas de son valet37. Nous avons également vu que plusieurs des personnes âgées qui se réservaient à viage des portions du tènement qu’elles vendaient n’étaient pas seules. La veuve d’Evrart Vinet emploie une chambrière pour qui elle réserve un espace, peut-être le dessus de la chambre évoqué dans le texte de 1413 cité précédemment. C’est également le cas de Pierre Pitemen pour sa « meschine » ou servante38.

  • 39 ADSM, 2E 1160, 31 janvier 1405, n. s. 1406.

30Autre témoignage de la fréquence de cette habitude, lorsque Denis Halofe et Colecte sa femme vendent leur maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, vente effective après leur décès, il ne leur est pas autorisé par l’acheteur de « mectre autres personnes que eulx et leurs gens en ladite maison, soit par louage ou autrement »39.

  • 40 G 2119, f° 187, plumitif du chapitre. Le serviteur de maître Gaspar Carit, chanoine de la cathédra (...)

31Cette présence d’une domesticité n’est pas réservée aux seules familles bourgeoises. Dans l’hôtel canonial de maître Gaspar Carit demeure en 1397, outre ledit chanoine, un nommé Johan Franchois, peut-être un visiteur, mais aussi leurs serviteurs : Raulin Garin, clerc, de Barville-en-Auge au diocèse de Lisieux, pour le premier, et un valet non nommé pour le second40. Vincent Tabbagh, dont les recherches portent surtout sur le clergé séculier, remarque :

  • 41 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 254.

[…] les chanoines les plus fortunés ont habituellement à leur service, en plus de leur chapelain et de leur clerc, trois ou quatre valets et chambrières, ce qui est sans doute aussi le cas des riches bourgeois ; même de pauvres prêtres rouennais font appel à une servante, qu’ils nourrissent sans la payer vraiment41.

  • 42 ADSM, 4BP II 1 bis, 6 janvier 1483, n. s. 1484.

32On peut raisonnablement supposer que les serviteurs, dont l’existence semble très liée à celle de leur maître, résidaient avec lui. C’est en compagnie de son serviteur, « ung nommé Henry », que Robinet Vastel, fils d’un cordonnier de la paroisse Saint-Lô, tâte de la prison avant d’être élargi, pour « avoir eté trouvez sans chandelle prez le chasteau et y avoit aupres d’eulx une fille commune, laquelle disoit que les dessusdits lui avoient osté son chapperon »42.

  • 43 ADSM, 2E1/168, 9 octobre 1420.
  • 44 ADSM, 2E1/189, 9 septembre 1460, et 2E1/194, 1er mai 1465. Le nommé Piquenot est ensuite qualifié (...)

33Mais ils paraissent aussi indéniablement liés aux affaires traitées par le foyer, ce qu’attestent plusieurs actes comme cet appointement entre la veuve de Jehan Le Tellier et Colin Boute, son gendre, dans lequel il est précisé qu’elle aura la moitié de la marchandise « que Le Cordier, serviteur d’iceulx, achatera en voiage ou il est de present »43. Autre exemple, c’est à Pierre Piquenot, son serviteur, que Henry Hurel laisse toutes ses « marchandises, besongnes, negoces et affaires » et même, plusieurs années après, la main de sa nièce et héritière44.

  • 45 Robin Pitement, Robin Coquin et Roger Le Villain (ADSM, 1B 22, f° 38 vo). Il y a probablement lien (...)

34Ces serviteurs peuvent être nombreux. Ainsi Franchois Thorel, orfèvre de la paroisse Saint-Herbland, utilise-t-il, en 1423, le concours d’au moins trois serviteurs45.

  • 46 Pour Vincent Tabbagh, le feu rouennais comporte souvent un nombre élevé d’individus, nombre qu’il (...)
  • 47 Sans parler de leurs évolutions possibles.

35Il faut, au total, constater que la documentation rouennaise ne fournit que de façon très éparpillée quelques éclairages sur ceux qui partagent un même toit. Si ces données laissent pressentir l’existence de feux comportant de nombreuses personnes, notamment chez les bourgeois aisés46, répartition et nombre moyen de personnes par feu sont, pour l’heure, des paramètres démographiques hors de portée47.

Quelques aspects de l’existence

  • 48 On trouvera l’évocation d’autres aspects de la vie quotidienne dans Lucien-René Delsalle, Rouen et (...)

36Redisons-le, notre propos n’est pas ici d’évoquer tout ce qui a trait à l’existence d’un Rouennais – les recherches menées ne l’autoriseraient pas – mais se limite à un petit nombre d’aspects de cette dernière – trois pour être précis – pour lesquels les données rencontrées permettent quelques développements. Ce sont, dans l’ordre de l’existence, l’attribution d’un nom de baptême, le mariage et l’élection de sépulture48.

Tableau 1 – Les prénoms des paroissiens, période 1390-1399

Prénoms masculinsa

%

Jehan

27,9

Guillaume

13,8

Nicolas

7,1

Robert

6,7

Pierre

5,7

Richard

5,3

Thomas

2,8

Raoul

2,4

Jacques

2,1

Laurent

2,1

Mathieu

1,7

Renoult

1,4

Roger

1,4

Denis

1,1

Hue

1,1

Lambert

1,1

Maciot

1,1

Simon

1,1

Adam

0,7

Estienne

0,7

Gérard

0,7

Louys

0,7

Philippe

0,7

Ysembart

0,7

Prénoms fémininsb

%

Jehanne

29,9

Allis

10,4

Perrete

9,1

Marie

6,5

Ysabel

6,5

Laurence

2,6

Colette

2,6

Maaline

2,6

Nicolle

2,6

Thomasse

2,6

a. Les 28 prénoms suivants ne sont portés que par une seule personne : Amaurri, Amelot, Antheaume, Anthoine, Bauld, Berthelot, Bertin, Clément, Drouet, Évrart, François, Gautier, Gobert, Guérin, Guieffroy, Guillebert, Hélouyn, Hennequin, Henry, Juglart, Marguerie, Martin, Michel, Oudin, Remont, Thibaut, Vincent, Vivant. Ils représentent 9,9 % des 283 prénoms rencontrés et ne figurent pas dans le tableau.
b. Les 19 prénoms suivants ne sont portés que par une seule personne : Agnès, Aameline, Ambroise, Avice, Béatrix, Cécile, Chirette, Chrétienne, Guillemette, Guillemote, Guiote, Huecte, Maligne, Marguerite, Marote, Perrenelle, Ricarde, Simonne, Tiphaine. Ils représentent 24,6 % des 77 prénoms rencontrés et sont également absents du tableau.

  • 49 Pour reprendre deux exemples cités par Vincent Tabbagh, sur les cinq fils, vivants en 1486, de Lou (...)

37L’une des difficultés majeures à laquelle se heurte celui qui tente de restituer ne serait-ce que des fragments généalogiques des lignages rouennais est l’utilisation, par ces lignages, d’un nombre très réduit de noms de baptême répétés à chaque génération49.

38Les risques de confusion n’ont pas échappé aux tabellions ni même à leurs clients qui ressentent la nécessité d’ajouter bien souvent une précision : « le jeune », « l’aîné », distinguant alors un père d’un fils ou des frères. Mais tout comme l’emploi du diminutif, elles introduisent de nouvelles difficultés lorsque, effet du temps qui passe, le jeune devient l’aîné ou quand le diminutif se transmet.

  • 50 Les dérivés d’un prénom-racine, qu’il s’agisse d’hypocoristiques ou d’aphérèses, ont été comptés a (...)
  • 51 François Maillard, « Les noms des habitants de Rouen en 1390 », CLD, tome XLIV, 1995, p. 89-96. No (...)

39Pour étudier les prénoms portés par les habitants des trois paroisses, nous avons retenu deux décennies qui se distinguaient par un nombre élevé de paroissiens retrouvés et que séparait un intervalle de temps suffisant pour pouvoir relever des évolutions, soit dans le stock de prénoms utilisés soit dans la fréquence d’apparition de chacun. La première décennie retenue correspond aux années 1390-1399, pour laquelle on dénombre 52 prénoms masculins pour 283 hommes et 29 prénoms féminins pour 77 femmes (tableau 1). Les six prénoms masculins les plus fréquents, par ordre décroissant d’importance : Jehan, Guillaume, Nicolas (ou Colin), Robert, Pierre et Richart50, représentent près de 70 % de l’ensemble et 40 % pour les deux seuls premiers. Une analyse menée à l’échelle de la ville, à partir de 3 000 noms de Rouennais vivant à la même période, livre, dans un ordre légèrement différent51, les six mêmes premiers prénoms.

  • 52 Pareille observation ne peut être faite pour les femmes et le fait de ne pas rencontrer de Mathild (...)
  • 53 La répartition obtenue, en 1390, à partir de 314 prénoms féminins donne un classement où Jehanne, (...)

40Étudiant cinq villages de la « Forêt Verte » relevant de l’abbaye de Saint-Ouen, Henri Dubois, établissant également, pour le début du XIVe siècle, un constat assez proche voyait, dans le noyau dur de cette prénomination, le fait que « l’onomastique habituelle en Normandie, largement ducale, occupe toujours une position globalement dominante »52. Quant aux cinq prénoms féminins les plus portés – par ordre décroissant d’importance Jehanne, Allis, Perrete, Marie et Ysabel –, ils représentent plus de 62 % de l’ensemble, Jehanne revenant quatre fois sur dix53.

41Pour la seconde décennie retenue, les années 1490-1499, les 332 hommes pour lesquels le prénom est connu utilisent 49 prénoms masculins. Plus nombreux, ils utilisent un stock très légèrement inférieur à ce qu’il était un siècle plus tôt. Quant aux 66 femmes, elles utilisent un ensemble de 24 prénoms (tableau 2).

  • 54 Pour ne citer que les prénoms portés au moins deux fois, disparaissent, pour les hommes, Renoult, (...)
  • 55 On peut noter un lent recul des prénoms de l’onomastique ducale tels Guillaume, Robert ou Richart.
  • 56 On le rencontre également sous la forme Marion. Seuls les cinq premiers prénoms féminins sont cité (...)

42D’une liste à l’autre, 23 prénoms ont disparu chez les hommes et 19 chez les femmes alors qu’apparaissent 20 nouveaux prénoms pour ces premiers et 14 pour ces dernières54. Si les six noms de baptême les plus portés chez les hommes ne changent pas, seule leur répartition se modifiant55, il en va tout autrement chez les femmes pour lesquelles seuls deux des cinq premiers prénoms sont communs aux deux listes. Encore faut-il relever la forte progression dans l’usage du prénom Marie, commun aux deux listes56.

43Si le nombre de prénoms utilisés varie peu d’une fin de siècle à l’autre, il faut donc remarquer une modification non négligeable des prénoms portés à un siècle d’écart. Cette modification est plus marquée pour les prénoms féminins.

44Sans oublier l’importance du phénomène migratoire relevé plus haut, dont les effets sont très difficiles à mettre en évidence sur ce point, il faut également constater que, contrairement aux maris et à leurs fils, les Rouennaises transmettent nettement moins souvent leur nom de baptême à leurs filles.

  • 57 L’auteur y voit le signe de la faible valeur spirituelle de la cohésion familiale : « Le prénom ét (...)
  • 58 ADSM, 2E1/254, 6 septembre 1520 et 2E1/258, 1er mai 1522. Erbland Bourdon est fils d’un barbier de (...)
  • 59 Dans un ordre d’idée proche, rappelons que l’on relève l’existence d’une enseigne à l’Image Saint- (...)

45Ajoutons une observation : les saints éponymes des paroisses ne bénéficient guère des faveurs des familles habitant le lieu et Vincent Tabbagh relève, par exemple, l’absence des Maclou, Godart, Vivien ou Patrice57. Les Lô ou Herbland pourraient être ajoutés à cette liste si l’on ne devait faire deux exceptions. Probablement vers la fin du XVe siècle, Pierre Duclos, boulanger demeurant paroisse Saint-Lô, prénomme un de ses fils Lô tandis qu’Erblanc Bourdon est fils d’un paroissien de Saint-Herbland58. Bien qu’en très petit nombre, ces prénoms n’en sont pas moins intéressants. Ils ne se rencontrent jamais auparavant et leur emploi correspond à peu près à l’époque de reconstruction ou d’agrandissement des églises paroissiales correspondantes59.

Tableau 2 – Les prénoms des paroissiens, période 1490-1499

Prénoms masculinsa

%

Jehan

30,1

Guillaume

12,7

Pierre

10,3

Nicolas

9,7

Robert

6,0

Richard

3,3

Thomas

2,4

Raoul

2,1

Michel

1,8

Laurens

1,5

Symon

1,5

Estienne

1,2

Gieffroy

1,2

Jacques

1,2

Rogier

1,2

Gilles

0,9

Henri

0,9

Adam

0,6

André

0,6

Anthoine

0,6

Denis

0,6

Hugues

0,6

Mathieu

0,6

Noël

0,6

Vincent

0,6

Prénoms fémininsb

%

Jehanne

24,6

Marie

17,4

Jacqueline

7,2

Guillemme

5,8

Katherine

5,8

Agnès

2,9

Amelot

2,9

Colecte

2,9

Laurence

2,9

Martine

2,9

Naudine

2,9

Pierrette

2,9

Ysabel

2,9

a. Les 24 prénoms suivants ne sont portés que par une seule personne : Alexandre, Alphonse, Arnaud, Clément, Dominique, Drouet, Hector, François, Frémyn, Gaillart, Georges, Gervais, Goret, Guérin, Gui, Marin, Martin, Mathurin, Oudin, Philippe, Quyot, Romain, Thibault, Toussaint. Ils représentent 7,2 % des 332 prénoms rencontrés.
b. Les 11 prénoms suivants ne sont portés que par une seule personne : Alice, Denise, Fleurence, Gillecte, Guyenne, Loyse, Marguerite, Massiecte, Robine, Saincte, Thomasse. Ils représentent 16 % des 69 prénoms rencontrés.

46Parmi les raisons qui amènent les Rouennais devant le tabellion, figure en bonne part le mariage de leurs enfants mais aussi d’un frère ou d’une sœur ou encore d’un neveu ou d’une nièce… À côté des contrats de mariage proprement dits, moins nombreux, d’autres actes sont passés pour officialiser l’exécution de promesses formulées dans les premiers. D’un intérêt certain, ces dernières pièces présentent toutefois l’inconvénient de ne livrer qu’une partie des engagements pris.

  • 60 Les « affiailles » ou fiançailles sont un engagement qui ne peut se rompre qu’exceptionnellement. (...)

47La lecture de ces contrats permet notamment de s’intéresser au choix de ceux ou celles qui vont passer du rôle d’« affié » ou d’« affiée » à celui d’époux ou d’épouse d’un Rouennais ou d’une Rouennaise60. Vincent Tabbagh considère que le milieu est fortement endogame :

  • 61 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 249-250.

La recherche d’un conjoint s’effectue dans les limites de la cité, et même souvent de la paroisse, malgré son exiguïté, bien plus que dans les villages de campagne ou dans les autres villes normandes.61.

48Il met en garde contre un risque d’erreur – lorsque l’on se trouve en présence d’un époux non rouennais, qu’en est-il du conjoint ? – avec l’exemple de Guillaume Verdière, Rouennais épousant une fille de Jumièges en juin 1430 : « Lorsque l’un des époux vient de l’extérieur, c’est souvent que l’autre est lui-même un Rouennais de fraîche date », et montre que le marié est natif de Notre-Dame-de-Varengeville, paroisse très proche de Jumièges.

  • 62 ADSM, 2E1/182, 1er mai 1441. Il s’agit peut-être de Jean de Semilly, receveur général du roi aux b (...)
  • 63 ADSM, 2E1/190, 22 mars 1461. Les époux habitent ensuite la paroisse Saint-André de Pontoise, 2E1/1 (...)
  • 64 ADSM, 2E1/208, 26 décembre 1482.

49Le risque est réel mais peut-être convient-il d’atténuer le trait ? Les exemples d’exogamie, indéniablement plus rares, ne manquent toutefois pas. Nous en avons relevé quelques-uns. La fille de Pierre Lalemant, Katherine, épouse, en 1441, Philippe, le fils de Jehan de Semilly, bourgeois de Caen62. Catherine, fille de Michel Caval, paroissien de Saint-Herbland, épouse, en 1445, Jehan Crespin, un bourgeois de Pontoise63. Quant à René de Beaumont, natif de la ville du Mans, il doit se soumettre aux conditions imposées par Jehanne, la veuve d’un « affineur » d’argent, mère de Robine sa fiancée. Il doit s’engager à demeurer à Rouen « en paine de paier a ladite veusve ou aux heritiers de ladite Robine la somme de 500 l. t »64.

  • 65 Aujourd’hui Charleval (Eure). ADSM, 2E1/222, 13 janvier 1495, n. s. 1496.
  • 66 ADSM, 2E1/197, 2 mai 1468. On trouve mention de deux Duquesne « poulaillers » et bourgeois rouenna (...)

50D’autres, même si elles franchissent les limites de la ville, vont chercher moins loin un fiancé. Celui d’Amelot Vastel, fille d’un cordonnier de Saint-Lô, demeure paroisse de Noyon-sur-Andelle65. Quant à la fille de Jehan Duquesne, paroissien de Saint-Lô, elle est, en 1468, fiancée à un épicier, Jehan Roussel, natif de Notre-Dame-de-Vernon66.

  • 67 Voir ADSM, 2E1/213, 21 novembre 1489.
  • 68 Voir 2E1/223, 21 juillet 1496. L’un des fils au moins, Nicolas, est pelletier.
  • 69 Maline, femme de Colin, est fille du premier mari de sa mère, Jehan Roussel dit Chahote. Le deuxiè (...)

51On rencontre quelques cas de mariages doubles comme ceux qui unissent Guillaume et Nicolas, deux des fils de Pierre Le Cordier, bourgeois de Saint-Herbland, à Marion pour le premier et Marguerite pour le second, filles de Pierre Daguenet, l’un des conseillers de la ville, habitant la même paroisse67. Dans ce cas, il y a répétition d’alliance puisque Jaqueline, veuve de Pierre Le Cordier, est remariée à Pierre Daguenet. Les jeunes mariés sont donc quasi frères et sœurs. Quant aux deux fils de Nicolas de Servaville, Nicolas et Jehan, ils ont épousé l’un Marion et l’autre Jaqueline Duhamel, toutes deux soeurs68. Citons encore les Salvart père et fils, maître Janson et Colin, tous deux « machons ». Le père épouse une certaine Maline, deux fois veuve, tandis que le fils prend pour épouse Maline, fille de la précédente et de son premier époux69.

  • 70 Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc…, p. 289.
  • 71 Le cas d’Alips, fille de Jehan Tavel, un vicomte de l’Eau de Rouen, et de ses quatre maris paraît (...)

52Il n’est pratiquement jamais donné de connaître l’âge au mariage des époux. Selon un manuel plusieurs fois édité à la fin du XVe siècle, à l’usage des curés, un âge minimum est fixé. Il est de douze ans pour les filles et de quatorze pour les garçons70. Mais les fréquents remariages des veuves semblent indiquer, au moins pour une part, une inégalité de l’âge au mariage71.

  • 72 Elle reçoit de ses frères une somme de 450 l.t. incluant notamment sa part de la succession de ses (...)
  • 73 Ibid., p. 250. Sur « l’homogamie souhaitée », voir Christiane Klapisch-Zuber, « La famille médiéva (...)

53L’hypogamie féminine domine-t-elle ? Le cas de Marguerite Turquetil, fille d’un orfèvre de la paroisse Saint-Herbland, qui épouse Guieffroy Beaufilz, écuyer et serviteur domestique de Jehan Blosset, chevalier et grand sénéchal de Normandie, montre que l’hypergamie féminine se rencontre également72. Mais il est généralement difficile de comparer les situations et même les fortunes respectives des familles contractantes. S’appuyant sur la comparaison de la dot de la fille et des avances d’hoirie faites aux garçons, Vincent Tabbagh considère même que « le mariage consacre des situations acquises beaucoup plus qu’il n’est un moyen d’ascension »73.

  • 74 Il s’agit d’actes concernant des paroissiens de l’une des trois paroisses ou comportant des rentes (...)
  • 75 Avec le trousseau, la femme recevait généralement un capital et une rente ou encore un capital don (...)
  • 76 Sur un total de 27 indications, 7 rentes sont inférieures à 10 l., 7 inférieures à 20 l., 4 inféri (...)

54Les pièces que nous avons relevées74 nous permettent surtout de connaître une partie de la dot de la femme, en l’occurrence la rente, plus rarement l’avance d’hoirie du mari, ce dernier se voyant à plusieurs reprises donner une maison dont la valeur n’est pas indiquée75. Les rentes perçues par les femmes sont, pour la plupart de celles que nous avons enregistrées, comprises entre 10 et 30 livres tournois, la plus importante atteignant 100 livres76.

  • 77 À la ligne de sa fille, dont il s’acquitte en fait en lui donnant plusieurs rentes et maisons (ADS (...)
  • 78 Sur les Maromme et leurs biens sur la paroisse Saint-Lô, voir notamment les fiches des parcelles 6 (...)
  • 79 ADSM, 2E1/174, 6 août 1430.

55Les indications plus complètes laissent parfois deviner de solides fortunes. Estienne de Baudribosc donne à sa fille Jehanne, pour son mariage avec Rogerin Dutot, 400 saluts d’or, des « vestements et atroussellemens » ainsi que 40 livres tournois de rente77. Jehan Hellart laisse à sa fille Marguerite, veuve par son premier mariage d’un écuyer, 400 écus d’or et 40 livres tournois de rente lorsqu’elle épouse maître Baude de Marromme (Marrome)78. Quant à la promesse de Robert Alorge de donner 100 livres tournois de rente à sa fille, épouse de Jehan Le Tourneur, elle est accomplie par ses fils Guillaume et Jehan, après le décès de leur père79.

56En raison de l’importance des sommes qui peuvent être mises en jeu, il est une conséquence des mariages qu’enregistrent également les tabellions. Ce sont les opérations de crédit qu’ils provoquent, voire la vente de biens immobiliers. C’est à la première solution que se résout Jehan Le Vignereux lorsqu’il vend, avec Laurence sa femme, une rente de 30 livres tournois sur leur tènement où pend l’enseigne du Bers moyennant 400 livres :

  • 80 ADSM, 2E1/200, 27 décembre 1474.

[…] laquelle somme iceulx mariez avoient intencion de tourner et convertir et employer au parfournissement du paiement du mariage de Manon, fille de ladite Laurence et de feu Guillaume de Hotot son premier mary80.

  • 81 ADSM, 2E1/187, 13 mai 1456, la vente lui rapporte 300 écus d’or à 30 s.t. pièce soit 450 l.t. Une (...)
  • 82 ADSM, 2E1/194, 1er octobre 1465. La vente, rachetable, est annulée le 8 août 1471.

57En 1456, Colin de La Fontaine, bourgeois de la paroisse Saint-Laurent, opte pour la seconde et vend son hôtel de « la porte de Grant Pont » pour « paier comme il disoit le mariage de Jehannete de La Fontaine sa fille, a present affiee de Guillaume Louvel »81. La solution adoptée par Jehan de Montespedon est identique même si le montant de la somme due indique clairement la différence de rang social. Ce dernier, écuyer, seigneur de Beauvoir et « nagueres bailli de Rouen », vend, en 1465, tout son droit en son tènement de la paroisse Saint-Lô à « monseigneur Georges, seigneur et baron de Cleres, chevalier » pour 2 000 livres tournois, montant à déduire d’une plus grande somme que lui doit le bailli en raison de son traité de mariage avec dame Marguerite Chavenon dite de Bigny, nièce dudit Montespedon82.

  • 83 ADSM, 2E1/180, 9 avril 1437 ; 2E1/182, 22 et 21 juillet 1441. Guillaume Le Bateur et Martine sa fe (...)

58Des mariages successifs, même plus ou moins rapprochés, viennent bien sûr alourdir la charge. Les sommes versées par un « aguilletier » de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde – probablement un gros marchand d’aiguillettes – à deux de ses enfants pour leur mariage sont retrouvables. En 1437, en plus des « vestemens et atroussellemens » de sa fille Collecte, il remet 200 livres tournois à son fiancé. Quatre ans plus tard, un accord passé avec son fils aîné Pierre, qui demeure chez lui avec sa femme, depuis leur mariage dont la date n’est pas indiquée, montre qu’il a promis de verser 300 livres, ainsi que les vêtements nécessaires à son fils mais aussi à sa fiancée. À cette date, les mariés, parce que « ledit Guillaume Le Bateur estoit en tres grand charge et cout eussent requiz estre mis et eu intencion d’eulz retraire en autre lieu pour leur residence faire » et reçoivent dudit Guillaume les 150 livres qu’il leur doit encore. Mais il lui a fallu pour cela, la veille, vendre une rente sur les maisons rouennaises qu’il possède avec sa femme83.

  • 84 ADSM, 2E1/212, 21 mai 1488.

59Comme dans le cas précédent, la cohabitation des jeunes mariés avec les enfants, ou des parents à d’autres degrés, est une clause qui revient sous des formes diverses. En 1488, Pierre Daguenet et sa femme accordent à Nicolas Le Cordier, leur gendre, qu’« il ait la demeure de lui et de sa femme a la maison dudit Daguenet, sus le devant de ladite maison, avec la moitié de l’ouvreur jusquez a dix ans du jour des espousailles »84.

  • 85 ADSM, 2E1/175, 26 novembre 1431.

60Guillaume Bouic, un marchand drapier de la paroisse Saint-Lô, prévoit, outre le don de divers éléments dont le plus substantiel consiste en 300 saluts d’or, que son fils pourra loger en son hôtel et que « icellui don de trois cens salus d’or ne diminuera point pour fraiz ou despens que lui et ladite fille facent en son hostel durant le temps qu’il lui plaira que ilz y soient et demeurent, qui sera a sa volenté »85.

61Nous n’avons trouvé qu’une fois une annulation d’un contrat de mariage et la rédaction d’un nouveau, par lequel les époux, Guillemin Le Cauchois et Alison sa femme, se prémunissent apparemment contre les risques liés à la location pour trois ans de l’hôtel du frère de la mariée, Naudin Courel, et à la cohabitation qu’elle suppose, allant jusqu’à inclure la clause suivante :

  • 86 ADSM, 2E1/169, 18 avril 1422. Le premier traité est daté du 20 octobre 1421. Il est notamment inte (...)

Et s’il advenoit que ledit Courel ne se gouvernast bien a droit, loialment et resonnablement durant ledit temps […] icellui Cauchois, en icellui cas, lui pourroit dire qu’il se pourveist de querir aillieurs demeure et place pour demourer et soy gouverner86.

  • 87 ADSM, 2E1/205, 2 août 1480. Le don d’une portion de maison vient notamment compenser le fait que l (...)

62Ces deux derniers traités, pour un même mariage, comportent tous deux des clauses se rattachant à l’exercice en commun d’un métier : en l’occurence celui de changeur. D’autres contrats mêlent ces deux aspects, telle cette pièce de 1480 concernant des barbiers : maître Pierre Le Barbier et Massine sa femme, un couple de Notre-Dame-la-Ronde, ont promis 4 livres tournois de rente à leur nièce et à son mari, Jehan Sevre, et, en attendant ce don, ont prévu de les nourrir et héberger, avec leurs éventuels enfants, et de leur assurer 14 livres de revenu annuel. En contrepartie, « lesdits Sevre et sa femme devoient servir iceulx Barbier et sa femme en leur fait et estat de barberie »87. Hébergement et « allouement » vont ici de pair.

Fig. 1 – Deux plates-tombes mises au jour en 1887 et provenant du prieuré Saint-Lô : la première de Pierre Du Mesnil, mort en 1266, la seconde de Meheus Du Chastelier (Rouen, musée des Antiquités, inv. 1887.2 et 1838 [D], photographie Yohann Deslandes).

63Une disposition d’un traité laisse percer le sentiment d’insécurité ressenti dans l’exercice de l’activité marchande. Collecte, veuve de Jehan Richier, demeurant paroisse Notre-Dame-la-Ronde est, en 1481, fiancée à Jehan Le Flament, mercier de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle. Par son traité de mariage, elle accorde à son fiancé :

  • 88 Le mariage fut-il prononcé ? En 1489, Colette, feu fille de Denis Delamare, est dite « en son viva (...)

[…] ou cas ou il decherroit de ses biens et marchandises soit par antiquité, perte ou autrement, qu’il puisse vendre et aliener, durant et constant leur mariage, ung hostel et heritage contenant deux louaiges a icelle Collecte appartenant […] et que d’icelle vendue il puisse recevoir les deniers, elle presente ou absente, le tout sans fraude88.

64Si la plupart des contrats s’inscrivent dans le cadre du droit coutumier rouennais, il en est au moins un qui s’en écarte résolument. Lorsqu’en 1424, Pierre Surreau, déjà maintes fois cité, négocie le mariage de sa nièce avec Oudin Le Riche, son clerc, un bourgeois rouennais, il fait inclure plusieurs clauses montrant son attachement à sa ville d’origine et à la coutume senonaise « nonobstant usage coustume gardez ou pais de Normandie » et notamment :

[…] seront ungs et communs en biens durans leur dit mariage et aprez le trespas de l’un deuls les biens meuble et conquestz se partiront par moitié et le testament de cellui qui premier ira de vie a trespassement se acomplira sur la part d’icellui selon la coustume gardee en la ville de Sens.

  • 89 ADSM, 2E1/170, 25 janvier 1423, n. s. 1424.

65Il est vrai qu’il est en position pour imposer sa volonté89.

  • 90 ADSM, 2E1/174, 18 janvier 1430, n. s. 1431.
  • 91 Voir deuxième partie, à la rubrique « Chapelles ».

66Le lieu de négociation d’un traité de mariage est cité par un acte de 1431 : il est arrangé en une église paroissiale, en l’occurrence l’église Saint-Godard de Rouen90. Rappelons qu’en ces dernières les mariages n’étaient pas toujours célébrés. Le manoir de la Fontaine servait assez souvent, à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, de cadre aux fiancailles et noces91.

  • 92 L’attachement des testateurs à cette prérogative a notamment été souligné pour la Provence, le Lan (...)

67Le dernier élément auquel il nous a paru possible de consacrer un développement touche au terme de l’existence du Rouennais. Encore ne concerne-t-il qu’un point précis, celui du choix de la localisation de la dernière demeure, acte riche de sens à propos duquel quelques indications méritent d’être relevées92.

  • 93 Un mémoire de 1439 rappelle, à propos de l’église paroissiale Saint-Lô, qu’« est recteur ou vicair (...)
  • 94 En une des chapelles du prieuré Saint-Lô se lisait l’inscription suivante : « Cy gist Me Gilles de (...)

68Une première série d’entre elles provient de pièces concernant les religieux de Saint-Lô et la cure de l’église paroissiale, et plus particulièrement des droits paroissiaux93. Les conflits qui s’élèvent, dans la première moitié du XVe siècle, avec les paroisses voisines de Notre-Dame-la-Ronde, Saint-Herbland et Saint-Amand portent chaque fois sur la perception de ces droits sur des tènements placés en limite de Saint-Lô. Dans un argumentaire rédigé en 1439 pour le prieuré et destiné aux commissaires désignés pour arbitrer le conflit avec le curé de Saint-Amand, le rédacteur justifie la localisation d’un hôtel sur la paroisse Saint-Lô par le fait que ceux qui y demeuraient – il s’agit de maître Gilles de Ferieres, de Jehan Gervaise son clerc et d’un certain maître Henry Lyrois – ont été enterrés à Saint-Lô « lesdits maistres Gilles et Henry en l’eglise de la prieuré du dit lieu et ledit Gerveise en chymetiere de ladite parroisse »94. L’argument employé revient à dire que le lieu d’inhumation fait le paroissien, tant il va de soi. À moins que l’accumulation ne joue un rôle décisif.

69Pourtant les mêmes religieux, cette fois-ci dans un procès qui les oppose au curé de l’église Saint-Herbland, au milieu du XVe siècle, utilisent un tout autre argument pour prouver que l’essentiel du manoir de la Fontaine est sur la paroisse Saint-Lô. Il est le suivant :

  • 95 Qu’entend par là le rédacteur ? L’allusion vise certainement Vincent Michel, personnage que nous a (...)
  • 96 ADSM, G 6859.

[…] ne sert ou peult de riens servir audit curé de Saint Erblant se ledit Vincent Michel, a qui il dit que toutes les maisons furent tant de la dicte parroisse Saint Lo comme de ladicte parroisse Saint Erblant, se icellui Vincent Michel fu enterré en ladicte parroisse Saint Erblanc et y fonda une chappelle pour ce que l’en voit tout communement que plusieurs noctables gens et autres95 ne sont pas enterrez es parroisses la ou ilz demeurent maiz font faire leurs enterremens es parroisses ou eglises la ou ilz ont leur devocion96.

  • 97 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477.

70Choisir une autre paroisse pour s’y faire porter en terre bénite serait-il surtout le fait de « noctables gens » ? Encore faut-il ne pas donner un sens trop large à l’expression « notables personnes ». Colin Petit, paroissien de Saint-Herbland, âgé de 45 ans ou environ lorsqu’il témoigne dans une procédure opposant le chapitre et le trésor de Notre-Dame-la-Ronde, rapporte que son père, éperonnier demeurant paroisse Saint-Herbland, élut sépulture au cimetière de Notre-Dame-la-Ronde « pour ce qu’il en estoit natif, mays n’y estoit pas demourant », marquant ainsi son attachement à sa paroisse natale97. La mobilité intra-urbaine joue ici un rôle évident. Les églises paroissiales et leurs cimetières ne sont pas les seuls à accueillir les dépouilles des défunts. Les ordres mendiants connaissent un incontestable succès et notamment, pour notre secteur d’étude, les carmes.

  • 98 ADSM, G 6860, 28 novembre 1337. On connaît au moins les noms de deux « noctables gens » de la paro (...)

71L’enjeu financier n’échappe pas aux religieux de Saint-Lô et, dès les premières années de l’installation des carmes sur la paroisse, la question des sépultures est abordée. On aboutit à un accord, le 28 novembre 1337, aux termes duquel les carmes s’engagent à payer au curé de Saint-Lô 12 livres tournois de rente en dédommagement des inhumations de paroissiens en l’église des Carmes98.

  • 99 ADSM, G 6855, texte non daté. Pour les autres paroisses, l’accord établit une distinction entre le (...)

72Une énumération témoigne à la fois de la place occupée par les carmes mais aussi du non-choix systématique de la paroisse de résidence. Elle se trouve dans le texte d’un accord survenu, vers le milieu du XVe siècle, entre le curé et le sacristain de l’église Saint-Lô, à propos du luminaire, lors des inhumations de paroissiens. Ce texte envisage successivement les cas suivants : enterrement à la paroisse, aux carmes, dans une autre paroisse, « a Lion ou aultre lieu », enfin au prieuré de Saint-Lô. Il évoque un aspect qui n’est certainement pas absent des préoccupations de ceux qui sont amenés à voyager : la mort au loin99. Elle fait partie des cas envisagés dans les testaments, comme celui du chanoine Laurent Surreau :

  • 100 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 172.

Quant mon âme sera séparée du corps, je vuel et ordonne que soye sépulturé en ceste vénérable esglise de Rouen en tel lieu qu’il plaira ordonner à messieurs de Chappitre, on cas que yroie de vie à trespas en ceste ville, ou en lieu prouchain dont pourroye estre légèrement apporté en ceste ville ; et se aloye de vie à trespassement hors et loing de ceste ville, je vueil estre enterré en la paroisse où trespasseray100.

  • 101 Prieuré de cisterciennes à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime), voir 52 HP 1. Ils sont toute (...)
  • 102 ADSM, 36 HP 5.

73Certains lignages rouennais, figurant parmi les familles bienfaitrices de l’établissement, sont très attachés à un monastère. Un cas particulièrement révélateur est celui des Naguet (voir figure 2), qui comptent au moins dix membres enterrés au prieuré de la Madeleine de Bondeville, parmi lesquels un maire de Rouen, deux prêtres et une abbesse du lieu101. Les Marromme, dont une partie résident paroisse Saint-Lô, ont au moins cinq d’entre eux et six de leurs femmes inhumés aux Jacobins de Rouen102.

74S’il faut en croire les contrats rencontrés, contrairement aux « rendus » faisant intervenir la parentèle, ceux qui se tournent vers des établissements religieux pour finir leurs jours sous l’habit monastique sont nettement moins nombreux. C’est le cas de Vincent Macieu et Cardine sa femme, bourgeois de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde habitant un vaste tènement ayant porté un temps le nom de « manoir de la Moriciere », qui vendent, en 1461, leur demeure à l’abbaye de Bernay. Une partie de la somme à verser est muée en cette obligation pour les religieux :

[…] querir et trouver audit Vincent Macieu et a Cardine sa femme, leurs vies durant et au plus vivant d’eulx deux, en leur hostel de Bernay, leur vie de boire et de mengier a chacun d’eulx comme a ung des religieux d’icelle eglise, avec leurs logeys, feu, sel et chandelle. Et par ainsi aussi que iceulx seront acueillis es prieres, messes, oroisons et biensfais qui pour le temps advenir seront faiz, diz, clamez et celebrez en ladite eglise. Et en la fin de leurs jours lesdits religieux seront tenus fere mectre en terre en icelle eglise et a chacun d’eulx fer anuel et semblable service comme a ung des religieux d’icelle eglise […].

Fig. 2 – Plate-tombe de Colinet Naguet, fils de Jehan Naguet (XIIIe siècle), provenant de l’église paroissiale Saint-Herbland (Rouen, musée des Antiquités, inv. 2615 bis, photographie Yohann Deslandes).

  • 103 ADSM, 2E1/189, 10 mars 1460, n. s. 1461. « Et il soit ainsi que depuis icelle vendue […] lesdits M (...)

75Les conditions d’existence leur parurent-elles trop rigoureuses ? Quelles qu’en soient les raisons, l’accord est cassé en 1462103.

  • 104 Voir Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, 198, p.  (...)
  • 105 ADSM, 2E1/201, 29 décembre 1476.

76Mais les inscriptions commémoratives conservées – même si elles ne donnent qu’une vision très partielle – et l’importance des fondations en faveur des églises paroissiales, mise en évidence pour la seconde moitié du XVe siècle104, font penser que les églises paroissiales restent un lieu d’inhumation privilégié par beaucoup. L’un des atouts qui jouent en leur faveur est l’intention de reposer à côté de ses aïeux. La volonté de Guillaume de La Fontaine de fonder une messe mensuelle en l’église paroissiale Saint-Lô est réalisée par ses fils Robert et Guillaume. L’un des désirs du défunt, avocat et paroissien de Saint-Lô, était de faire asseoir une nouvelle tombe, à côté de celle où se trouvent quelques-uns de ces aïeux dont certains sont nommés, et de faire regraver cette dernière105.

77Les inscriptions commémoratives recensées par le manuscrit Martainville Y2, témoignent d’un autre fait significatif. Même si les défunts mariés se font inhumer à côté de leurs aïeux, les inscriptions qu’ils ont laissées rappellent le plus souvent aux fidèles la présence, au même lieu, de couples.

  • 106 Jean-Claude Schmitt, Les Revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gal (...)
  • 107 Sur l’épisode et la localisation de la rue Tabouret dans le quartier Saint-Gervais, hors la ville, (...)

78L’église paroissiale et son cimetière continuent donc très probablement d’accueillir une bonne partie des dépouilles des fidèles. Encore faut-il y être accepté. Les autorités ecclésiastiques peuvent en effet refuser une sépulture chrétienne. En sont ainsi exclus les non-baptisés, les enfants morts sans baptême et les suicidés106. À cette dernière catégorie se rattache le cas d’un paroissien de Notre-Dame-la-Ronde, rapporté par la Chronique rouennaise en raison des péripéties qui font suite à son acte. En 1413 (n. s.), Jehan Mignot, « clerc des conseilliés de la ville de Rouen demourant eu manoir de la ville, par la temptacion du deable, se pendi, et là mourut, et fu porté en terre en Thabouret, la premiere sepmaine de caresme »107.

79Ses amis, sollicitant l’official de Rouen, obtiennent finalement, au mois de mai suivant, que le corps soit déterré et remis en terre au cimetière de Notre-Dame-la-Ronde :

Et fu à XII. hores de nuit. Quant le capistre et les parroissiens le surent, en murmurerent, et s’en plaindrent aus vicaires de l’archevesque, qui de che n’en savoient rien. Et, pour abregier, l’official, à ses despens, le refist porter en Thabouret par le vallet au bourrel de la ville, si solempnement et à plaine hore de jour que plus de 500 personnes le virent.

  • 108 Ibid., p. 335-336.

80Restait à « réconcilier » le cimetière. Ce qui fut fait « aux dépens » de l’official qui y perdit en prime son office108.

81Le XVe siècle occupe une place essentielle dans cette quatrième et dernière partie, pour laquelle nous nous sommes intéressé aux habitants et non à ceux qui détiennent rentes et maisons. C’est avec lui que la paroisse de résidence et l’activité professionnelle des individus deviennent des informations de plus en plus fréquemment portées, avec lui que l’acte notarié, moins condensé, laisse filtrer quelques maigres indications biographiques ou encore entrevoir quelques aspects de l’existence des Rouennais. Encore n’approchons-nous qu’une partie de ces habitants – trop souvent nous ne connaissons qu’un nom et prénom –, les autres restent dans l’ombre : une bonne part de la population féminine, les pauvres et mendiants, les apprentis et clercs, la domesticité ou encore la plupart des enfants.

  • 109 Rappelons que cette évaluation, comme toutes celles qui seront mentionnées ici, repose sur des don (...)
  • 110 Il est difficile de déterminer dans quelle mesure contraintes économiques, sociabilité du travail (...)

82De ceux-là, nous ne savons pas toujours l’activité. Mais ils sont tout de même environ un sur deux pour qui elle est donnée par au moins une mention, dans la seconde moitié du XVe siècle109. Si le plus grand nombre se consacre à la production – il s’agit en ce cas surtout de finisseurs – et à la circulation de biens, ces derniers sont produits et vendus dans des secteurs très diversement représentés. Si l’on considère les trois paroisses dans leur ensemble, deux secteurs essentiels de l’économie rouennaise y dominent : ce sont les métiers du textile – principalement les bonnetiers, les drapiers, les taillandiers de draps et les chaussetiers – mais également ceux qui travaillent les cuirs et les peaux – au premier rang desquels figurent les pelletiers. Quant aux orfèvres et, à un moindre titre, aux changeurs demeurant paroisse Saint-Herbland, leur nombre inhabituel résulte d’une décision royale visant au contrôle de l’exercice de ces activités. Cette concentration de l’habitat, très marquée en ce cas précis, peut également être évoquée pour les bouchers, à proximité de la porte Massacre. Même si les pelletiers, les drapiers, les bonnetiers ou encore les brodeurs... ont tendance à préférer installer leurs échoppes et ouvroirs au long des deux axes les plus marchands que sont la rue de Courvoiserie et la rue Grand-Pont, alors que les métiers du bâtiment, notamment les maçons habitent la rue Saint-Lô110, on ne peut parler à leur propos de concentration car, à l’échelle de la rue, domine la diversité.

83Bien que fassent cruellement défaut de semblables données pour d’autres paroisses de la ville et même si l’approche décennale est restrictive à cet égard, la gamme d’activités représentées paraît plutôt réduite. Elle atteste l’existence, dans la répartition des activités, de profondes différences entre les paroisses dont la connaissance et l’analyse constituent un axe de recherche important pour l’histoire de Rouen à la fin du Moyen Âge. On peut également regretter de ne pouvoir, pour le plus grand nombre de ces marchands et artisans, apprécier ce qui sépare le petit artisan de l’entrepreneur ou du gros marchand.

84Alors que la transmission du métier du père aux fils est loin d’être une règle, robe et office, parce qu’ils permettent d’obtenir une rapide reconnaissance sociale, attirent un certain nombre des fils de marchands et artisans les plus aisés. Gens de robe et gens d’office constituent un groupe davantage représenté à la fin du siècle.

85Ceux que la noblesse distingue sont également plus nombreux à la fin du XVe siècle. La présence d’une petite quantité de « nobles hommes » résidant au cœur de la ville au XVe siècle n’est pas un fait nouveau. Représentants de la haute et moyenne noblesse ne répugnent pas à occuper les plus beaux de ses hôtels pour des séjours plus ou moins longs, s’y succédant parfois. D’autres, à l’origine plus modeste, se sont agrégés à la petite noblesse résidant en ville par l’achat de seigneurie. Il est possible qu’à la faveur de l’occupation anglaise leur nombre se soit accru mais c’est surtout après l’ordonnance des Francs Fiefs qu’il s’élève fortement. Quant aux gens d’Église, dont nos sources ne relèvent que rarement le lieu de résidence, ils constituent un dernier groupe à l’importance certaine – quoique difficile à dénombrer – ne serait-ce qu’en raison du nombre d’établissements religieux installés dans le périmètre étudié.

86Au-delà de l’expression de « bourgeois rouennais » répétée inlassablement par les actes utilisés, il était nécessaire de s’interroger sur la mobilité éventuelle – observée ailleurs – de cette population au XVe siècle. L’utilisation d’indications directes – les « à présent demeurant » – mais aussi l’étude de la conservation des patronymes ou encore le relevé systématique des indications d’une autre paroisse de résidence, pour un habitant ou pour un membre de sa parentèle, témoignent d’une réelle mobilité qu’elle soit intra-urbaine ou extra-urbaine. Rouen est un port et une grande ville de commerce, deux raisons pour accentuer la mobilité, sans oublier le contexte politique et militaire de la première moitié du XVe siècle : le brassage de population, attribué surtout à la seconde moitié du siècle, y est probablement intense dès la première. Et que sait-on du siècle précédent ? Par ailleurs, ni les rythmes ni même les directions de ces mouvements ne se laissent facilement approcher. Pour quelques-uns il est possible d’évoquer des causes, d’associer par exemple travail et mouvement. Mais quand l’addition de fragments de parcours devient-elle signifiante ? Les quelques indications relevées ici ne sont conçues que comme des fragments d’un ensemble qui reste à dessiner.

87Après avoir tenté de déterminer qui étaient les habitants qui résidaient sur les trois paroisses, il était naturel, dans un deuxième temps, de porter le regard vers leur mode de vie. Pour la compréhension de l’organisation des espaces domestiques comme pour tant d’autres domaines, la connaissance de la composition du groupe qui partage la même demeure représentait un premier champ d’investigation. Une fois constaté que ce paramètre échappait à l’approximation, il était seulement possible d’inventorier les facteurs entraînant la cohabitation. « Rendus » qu’accueille un parent, vendeurs qui se réservent à viage une portion de maison, mises en communauté des biens mais aussi du travail, accueil de jeunes mariés ou de parents en difficulté ; toutes ces formes d’entraides ou de stratégies visant à garantir contre les risques divers de l’existence, à quoi s’ajoutent la formation d’apprentis, l’emploi de domestiques, serviteurs et clercs, constituent autant d’éléments qui se conjuguent dans des proportions malheureusement non mesurables.

88Quant aux divers autres aspects de l’existence de ces paroissiens, une certaine « sécheresse » de la documentation exploitée – mais elle est avant tout à visée immobilière – a obligé à sérieusement réduire le projet initial, le limitant à trois études ponctuelles. L’élaboration de listes décennales laissait la porte ouverte à l’étude des noms de baptême, leur choix s’inscrivant dans une logique avant tout lignagère. Elle montre l’usage d’un nombre limité de prénoms tant masculins que féminins avec pour les premiers une répétition du père à l’un voire à plusieurs de ses fils, compensée par l’usage du diminutif ou l’adjonction de qualificatifs distinguant le jeune de l’aîné. Pour les deux groupes de personnes, les six ou cinq premiers les plus utilisés représentent à eux seuls toujours plus de six prénominations sur dix. Une comparaison à un siècle d’écart met en évidence des modifications, plus sensibles pour les femmes qui transmettent moins leurs prénoms à leurs filles. Faut-il mettre ces modifications au compte des flux migratoires ? L’apparition, certes très limitée, de prénoms renvoyant aux saints éponymes des paroisses montre que l’on ne recule pas non plus devant la nouveauté.

89Les informations rassemblées à propos des mariages amènent à s’interroger sur la force de l’endogamie rouennaise et sont trop lacunaires pour vérifier la prégnance de « l’homogamie souhaitée ». Elles montrent en revanche que les dépenses élevées engendrées par les mariages – elles ne se limitent pas à celles prévues par les contrats – alimentent le marché immobilier en ventes de tènements ou en constitutions de rentes.

90Le dernier point traité, l’élection de sépulture, est, lui aussi, à rapprocher – au moins pour partie – des flux migratoires. À côté de ceux qui marquent par ce choix une dévotion particulière ou qui s’associent aux aïeux bienfaiteurs d’un établissement déterminé – sans omettre, pour le voyageur au loin, la paroisse de passage que celui qui ne sait « ni le lieu ni l’heure » se doit d’envisager – les migrations intra et extra-urbaine, pourvu que ces dernières ne soient pas trop lointaines, élargissent le choix aux paroisses natales. Mais sont-ils réellement plus nombreux, à la fin du Moyen Âge, à choisir leur dernière demeure en dehors du cadre paroissial de résidence ?

Notes

1 L’une des plus récentes contributions à l’étude de cette question est l’article de Vincent Tabbagh, « Famille et société : l’exemple de Rouen au XVe siècle », in Villes et Sociétés urbaines au Moyen Âge. Hommage à M. le professeur Jacques Heers, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1994, p. 249-258. Nous lui sommes notamment redevable du titre employé ici.

2 On aimerait pouvoir disposer de sources permettant de déterminer le nombre de personnes par feu, comme c’est notamment le cas pour Ypres, Fribourg, Dresde, Carpentras ou encore Reims. Sur la composition des feux de ces villes, voir le tableau récapitulatif donné par Robert-Henri Bautier, « Feux, population et structure sociale au milieu du XVe siècle. L’exemple de Carpentras », AESC, 1959, p. 255-268, tableau p. 258 ou encore Pierre Desportes, « La population de Reims au XVe siècle d’après un dénombrement de 1422 », MA, 1966, p. 463-509. Sur une source comme le Catasto, voir David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1978. On trouvera quelques réserves sur ce document, pourtant « beaucoup loué de décrire avec autant de minutie le groupe domestique et de nous laisser pénétrer sous les toits de tous les Florentins » dans Christiane Klapisch-Zuber, « Le Catasto florentin et le modèle européen du mariage et de la famille », in Les Cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, Jean-Louis Biget et al. (dir.), Rome, École française de Rome, 1989, p. 21-31, citation p. 30.

3 BMR, tiroir 64 et tiroir 159, 7 janvier 1447, n. s. 1448.

4 ADSM, 2E1/185, 24 mai 1452.

5 ADSM, 2E1/211, 7 juin 1487, et 2E1/212, 23 mai 1488.

6 ADSM, 2E1/164, 4 janvier 1412, n. s. 1413.

7 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.

8 ADSM, 2E1/152, 6 septembre 1372, paroisse Saint-Lô.

9 Paul Le Cacheux, « Les rendus normands au Moyen Âge », dans Annuaire du département de la Manche, 1910, p. 21-51 ; François Neveux, « Finir ses jours à Bayeux à la fin du Moyen Âge : les conditions de vie des “rendus” dans les établissements d’assistance de la ville aux XIVe et XVe siècles », in Question d’histoire et de dialectologie normande, actes du 105e congrès des sociétés savantes, 1980, Paris, CTHS, 1984 ; Denise Angers, « Vieillir au XVe siècle : “Rendus” et retraités dans la région de Caen (1380-1500) », Francia, 16/1, 1989, p. 113-136 ; Vincent Tabbagh, « Famille et société : l’exemple de Rouen… », p. 252-253.

10 Nous avons trouvé 14 contrats, répartis entre 1396 et 1496, impliquant un paroissien de l’une des trois paroisses. Une recherche systématique de ce type de contrat menée à l’échelle de la ville en révélerait bien davantage. Les « rendus » sont 6 veuves, 5 hommes dont probablement au moins 3 veufs et 3 couples. Le degré de parenté du « rendu » et de celui ou ceux chez qui il se rend est précisé dans 8 cas sur 14. Ils sont accueillis par 5 fils et 2 filles, qu’ils soient ou non mariés, ainsi que par une nièce et son époux. Faut-il supposer que pour les 6 contrats restant ces liens n’existent pas ? Pour l’un d’eux, les patronymes mentionnés sont les mêmes. Pour un autre, la parenté par alliance, non citée, est réelle. En 1433, Pierre Honnoré et sa femme, de Saint-Herbland, en raison de « leurs grans aages […] se rendent a Guillaume Desbruieres avecques tous leurs biens et heritages dont ilz sont a present tenans et possesseurs », sans indication du lien qui les unit. Une mention plus tardive montre que le nommé Desbruieres a épousé une petite-fille du couple (ADSM, 2E1/177, 6 juin 1433, et 2E1/183, 13 mars 1442, n. s. 1443).

11 ADSM, 2E1/177, 6 juin 1433, cité à la note précédente. Le couple reçu prévoit que « se il avient que, ou temps a venir, leurs droictures ou despentz ne leur souffist ou que ilz se voulsissent separer de la compaignie dudit Desbruieres, faire le pourront touttefoiz qu’il leur plaira ». Ils obtiennent, par ailleurs, la somme de 41 s. 8 d.t. par mois « pour leurs communes affaires tant en devocions, offrandes, aumosnes et ensoignes ».

12 ADSM, 2E1/167, 13 octobre 1418. Le couple, qui doit également verser 100 s.t. pour les obsèques de la veuve et payer les rentes dues par la moitié de maison, possède l’autre moitié.

13 Voir Denise Angers, « Vieillir au XVe siècle… », p. 127.

14 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 253.

15 ADSM, 2E1/167, 7 mai 1418.

16 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 253.

17 Une recherche, menée sur les mêmes indications d’« hoirs », pour les trois paroisses, à partir des comptes du chapitre, n’a jamais permis de conclure à l’absence d’indivision. Mais la proximité de l’indivision n’est pas évidente, à l’image de cette mention du compte G 3013 (1432-1433), pour une maison de la paroisse Saint-Herbland, en la rue Grand-Pont : « Ab heredibuz Nicolai Daguenet pro domo Scalle XX s. ». Or la maison à l’enseigne de l’Échelle, appartenant, depuis 1425 au moins, à Colin Daguenet, fils de Colin Daguenet, demeurant paroisse Saint-Éloi, n’est plus aux mains de cette famille depuis 1427, puisque vendue à Jehan Simon et sa femme, tous deux de la paroisse Saint-Herbland (voir ADSM, 2E1/171, 22 septembre 1425, et 2E1/172, 2 janvier 1426, n. s. 1427). Le même Colin, prêtre quelques années plus tard, ne doit d’ailleurs pas être confondu avec Nicolas Daguenet, premier cité, également mentionné au compte précédent (G3012, 1430-1431) : « messire Nicole Daguenet, prestre, demeurant parroisse Saint Eloy, filz ainsné et heritier de deffunt Colin Daguenet le jeune » (2E1/174, f° 177, 1430).

18 ADSM, 2E1/182, 23 janvier 1440, n. s. 1441. Les informations se rapportant à leurs femmes manquent.

19 ADSM, 2E 1173, 24 mars 1427, n. s. 1428. La rente de 10 l.t. est à percevoir tant sur la maison où demeure le nommé de La Mare que sur un tènement de plusieurs maisons appartenant à Adam Duclos. Les cas de constitution de rente en commun sont assez rares. Faut-il voir dans cet exemple un simple arrangement ponctuel ou la marque d’une réelle communauté de biens ?

20 ADSM, 2E1/159, 4 janvier 1403, n. s. 1404.

21 ADSM, 2E1/168, 4 décembre 1420. Le versement effectué, il est prévu que ladite Asselot « pourroit demourer oudit hostel ou ilz demeurent de present » ; l’acte précise encore « demeure raisonnable ».

22 ADSM, 2E1/194, 14 juillet 1465.

23 ADSM, 2E1/171, 25 juin 1424. Au décès du père, par le partage des biens meubles entre la veuve et ses trois fils, devait revenir au nommé Colenet la somme de 333 l. 6 s. 8 d.t. Ce qui laisse supposer une aisance certaine. Le plus jeune des fils vivait avec sa mère depuis vingt ans environ.

24 Chiron est un hypocoristique-aphérèse de Cécile.

25 ADSM, 2E1/159, 9 septembre 1403.

26 ADSM, 2E1/215, 22 août 1492. Marin Levesque était l’époux d’Anne, fille de ladite Jacqueline (voir 2E1/213, 20 novembre 1489).

27 ADSM, 2E1/182, 7 décembre 1440.

28 Voir p. 458.

29 ADSM, G 2088, fos 121-122, 20 janvier 1391, n. s. 1392. L’acte qui rapporte les faits est une approbation par la sœur de la donation à la fabrique de Notre-Dame de Rouen du manoir de son frère. Il y a insistance du rédacteur sur les obligations de la sœur pour mieux en arriver au point qui l’intéresse : « ladite Alips ne peust rendre ne remunerer si grans biens » et renonce à toute réclamation sur partie des biens meubles et héritages de son frère. La donation remonte à 1383 (voir même registre, fos 107-109).

30 « Comme Colin Goulle, estainmier, eust esté en mariage ouquel il eust engendré deux enffans qui encore sont en vie et sa femme allée de vie à trespassement, et pour aucunes adversitez qui lui sont entrevenues soit diminué de sa chevance, tellement que bonnement sanz aide d’autrui n’avoit de quoi faire son dit mestier ne nourrir ses diz enffans », 8 mars 1400, n. s. 1401. Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 118-120.

31 Les familles ne sont pas seules confrontées aux problèmes de l’appauvrissement. Les communautés dont une partie des revenus fonciers proviennent d’un parc immobilier loué ou « baillé à rente », fût-il modeste, le sont également à un moment ou à un autre. Quelques indications éparses laissent deviner, de leur part, une prise en compte des détresses individuelles. Quelques exemples suffisent. En 1390, les conseillers rouennais délibèrent, à propos d’une maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, à l’enseigne du Signot, sur laquelle ils prennent une rente de 6 l. 10 s.t. et décident de se rendre devant justice pour que Robine Bouessel, fille et héritière de Robert Bouessel, leur abandonne ledit tènement en raison de son retard de paiement. Mais, dans le même temps, ils la dégagent de ce qu’elle doit et arrêtent que « pour Dieu et en omosne, l’en lui donneroit X l.t. secretement sans ce que il en fust fecte aucune mencion oudit delaiz » (BMR, registre A1, f° 159). Cette famille semble liée à la gestion de la ville, ce qui peut expliquer les attentions des conseillers après le décès dudit Robert Boessel ou Boissel. Un autre Robert Boissel est clerc de la ville en 1409 (BMR, registre A6, f° 3) et au début du XVIe siècle Michel Boissel est concierge, garde et commis de l’hôtel commun de la ville (BMR, registre XX3, non folioté). Au chapitre des deniers impayés, le receveur de la fabrique de l’église Notre-Dame de Rouen, indique dans son registre de compte de 1489-1490 (ADSM, G 2513), à propos du louage que tient Colin Pasquin, qu’il a repris 22 l. 10 s.t. correspondant à 6 l. de rente annuelle et 16 l. 10 s. d’arrérages impayés « pour cause que c’est un pouvre homme indigent et est tenu en souffrance, pour ce reprins ». Les arrérages représentent donc alors, cumulés, trois ans et trois termes de la quatrième année. Cet exemple témoigne du fait que l’indigence guette les membres des métiers les plus aisés. En 1457 au plus tard, Colin Pasquin et son frère Jehan, tous deux orfèvres, avaient pris ensemble le louage du chapitre cathédral. Colin apparaît ensuite seul aux comptes suivants. En 1489, il est probablement très âgé. La perte pour le chapitre n’est pas négligeable. En 1492, c’est un nommé Robinet Le Cordier qui tient le louage. En marge, on précise : « Colin Pasquin, defunct, [est] mis endit chappitre d’arrerages recouvrables en 34 l. 10 s.t. dont ne doit estre fecte mise ne recepte pour ce que estoit ung povre homme qui n’avoit ne meuble ne heritage » (ADSM, G 2515).

32 Charles de La Ronciere, « Pauvres et pauvreté à Florence au XIVe siècle », in Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge - XVIe siècle), Michel Mollat (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1974, 2 volumes, p. 693. Sur l’accueil d’orphelin dans des foyers rouennais, voir Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 253.

33 La forte mobilité professionnelle à l’intérieur des familles rend fréquent le placement des jeunes dans d’autres foyers, ibid., p. 254. La place des apprentis a été évoquée à plusieurs reprises, notamment à propos des métiers féminins. On connaît, par exemple, les noms de cinq apprentis et ouvriers formés ou employés et hébergés par le maçon Jehanson Salvart, entre 1400 et 1414, voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes de Rouen », BAMR, 1902, p. 68-69.

34 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau, receveur général de Normandie…, Rouen, Lestringant, 1892, p. 79-85.

35 C’est probablement pour une telle raison que Jehan Auber, postulant en cour laïque, est dit résider en l’hôtel de maître Robert de La Fontaine, avocat rouennais de la paroisse Saint-Lô, ADSM, 2E1/213, 15 mars 1489, n. s. 1490.

36 Elle doit assurer gîte, couvert, la vêtir, chausser et verser 40 s.t. à la fin des trois ans (ADSM, 2E1/162, 17 octobre 1407).

37 Voir p. 446.

38 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.

39 ADSM, 2E 1160, 31 janvier 1405, n. s. 1406.

40 G 2119, f° 187, plumitif du chapitre. Le serviteur de maître Gaspar Carit, chanoine de la cathédrale apparaît dans ces registres pour avoir volé ou « emblé » la somme d’environ 6 ou 7 livres dans la bourse, « es bouges », dudit Johan Franchois. Saisi pour cette raison par la justice laïque, il est remis, en sa qualité de clerc, au doyen et chapitre de Rouen « comme leur subget ».

41 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 254.

42 ADSM, 4BP II 1 bis, 6 janvier 1483, n. s. 1484.

43 ADSM, 2E1/168, 9 octobre 1420.

44 ADSM, 2E1/189, 9 septembre 1460, et 2E1/194, 1er mai 1465. Le nommé Piquenot est ensuite qualifié de marchand, voir par exemple ADSM, 2E1/198, 12 juillet 1471.

45 Robin Pitement, Robin Coquin et Roger Le Villain (ADSM, 1B 22, f° 38 vo). Il y a probablement lien de parenté pour le premier ? Dans un acte du 18 septembre 1420, Franchois Thorel et Jehan son fils sont dits proches parents de Jehan et Pierre Pitemen (ADSM, 2E1/168).

46 Pour Vincent Tabbagh, le feu rouennais comporte souvent un nombre élevé d’individus, nombre qu’il estime supérieur à dix dans la plupart des familles aisées (« Famille et société… », p. 254). L’hypothèse est plausible et l’on aimerait trouver, à défaut de livres de raisons – précieux pour mesurer la cohabitation de plusieurs générations et dont l’exploitation, pour le Limousin par exemple, a montré ce qu’ils pouvaient apporter à la démographie familiale –, de nombreux exemples de telles compositions. Sur les livres de raison limousins, voir Jean-Louis Biget, Jean Tricard, « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècle », Annales de démographie historique, 1981, p. 321-363.

47 Sans parler de leurs évolutions possibles.

48 On trouvera l’évocation d’autres aspects de la vie quotidienne dans Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, 1400-1470, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, et plus particulièrement le chapitre XXXI « Vie et mort d’un Rouennais », p. 283 à 298.

49 Pour reprendre deux exemples cités par Vincent Tabbagh, sur les cinq fils, vivants en 1486, de Louis Le Gouppil et de Perette sa femme, l’un porte le prénom de son père et trois autres sont prénommés Jehan. Les douze descendants mâles sur trois générations en ligne masculine, de Guillaume de Croismare, avocat du roi à la fin du XIVe siècle, se partagent, eux, quatre prénoms différents, dont Guillaume. « Renforce encore ces récurrences l’identité habituelle de nom de baptême entre l’enfant et son parrain, qui est souvent son grand-père ou son oncle paternel », Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 257-258.

50 Les dérivés d’un prénom-racine, qu’il s’agisse d’hypocoristiques ou d’aphérèses, ont été comptés avec le prénom-racine.

51 François Maillard, « Les noms des habitants de Rouen en 1390 », CLD, tome XLIV, 1995, p. 89-96. Nous avons déjà mentionné les listes d’habitants amenés à comparaître devant le bailli de Rouen pour une information concernant une rente prélevée par le chapitre sur les halles et moulins de Rouen (ADSM, G 3712). Le travail est réalisé à partir de ces listes qui figurent aussi, avec apparemment quelques différences, dans un registre des archives nationales utilisé par l’auteur (AN, X1C 62, n 69). Il y retrouve les noms de 94 paroissiens (et non 89) de Saint-Lô, de 74 de Notre-Dame-la-Ronde et de 58 (et non 57) de Saint-Herbland. La liste décennale que nous avons établie comporte 134 entrées de plus soit 360 individus. Les données partielles fournies par François Maillard ne permettent pas d’établir de pourcentages mais montrent que Jehan ( ?) et Guillaume (370) sont suivis par Pierre (207) Colin (168), Robert (151) et Ricart ou Richard (63).

52 Pareille observation ne peut être faite pour les femmes et le fait de ne pas rencontrer de Mathilde dans nos listes est significatif. Henri Dubois, « Cinq villages de Saint-Ouen à la Forêt Verte (début du XIVe siècle) », CLD, 1995, tome XLIV, p. 252. L’auteur y relève également un nombre limité de prénoms, très voisin du nôtre. « En premier lieu, le répertoire utilisé ne compte que 51 prénoms masculins, ce qui est relativement peu. Neuf seulement sont présents dans les cinq villages, sur lesquels huit arrivent en tête de la statistique générale : Jean (117 occurrences), Guillaume (94), Robert (59), Pierre (47), Raoul (34), Ricart et Michel (24) et Nicole-Nicolas-Colin (21) ; il s’y ajoute, loin derrière, Simon (6) ». Les observations faites par Simone Roux, à partir de 6 628 personnes, sur les noms de baptême les plus portés aux XIVe et XVe siècles par ceux qui apparaissent dans les actes parisiens se rapportant à la rive gauche, montrent une différence sur ce plan. Les six plus fréquents sont Jean (37,8 %), Guillaume (11,2 %), Pierre (9,3 %), Nicolas (5,5 %), Robert (4,4 %) et Jacques (3,7 %). Voir Simone Roux, Le Quartier de l’Université à Paris du XIIIe au XVe siècle : étude urbaine, thèse de doctorat d’État, Paris X – Nanterre, 1989, p. 1056. Guillaume, Robert et Richart (1,5 %) y sont un peu plus rares.

53 La répartition obtenue, en 1390, à partir de 314 prénoms féminins donne un classement où Jehanne, Alis et Perrete y précèdent Colette mais les occurences ne sont pas données par l’auteur et les prénoms suivants sont rangés dans l’ordre du texte, François Maillard, « Les noms des habitants… », p. 96.

54 Pour ne citer que les prénoms portés au moins deux fois, disparaissent, pour les hommes, Renoult, Hue, Lambert, Maciot, Gerard, Louys et Ysembart et pour les femmes Maaline et Nicolle. Les nouveaux venus sont Gilles, André, Hugues et Noël, ainsi que Jacqueline, Guillemme (sous les formes Guillemecte ou Guillemine), Katherine, Amelot, Martine et Naudine.

55 On peut noter un lent recul des prénoms de l’onomastique ducale tels Guillaume, Robert ou Richart.

56 On le rencontre également sous la forme Marion. Seuls les cinq premiers prénoms féminins sont cités car ils sont huit à occuper la sixième place.

57 L’auteur y voit le signe de la faible valeur spirituelle de la cohésion familiale : « Le prénom étant celui d’un ascendant, et non d’un saint protecteur, comme le montre l’absence des Maclou, Godart, Vivien ou Patrice, et le nombre des Guillaume, Robert ou Richard, la saveur spirituelle de cette cohésion familiale apparaît faible, d’autant plus que la solidarité entre générations, dont témoignent les rapports avec l’au-delà, atteint rapidement ses limites », Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 258.

58 ADSM, 2E1/254, 6 septembre 1520 et 2E1/258, 1er mai 1522. Erbland Bourdon est fils d’un barbier de Saint-Herbland prénommé Guillaume.

59 Dans un ordre d’idée proche, rappelons que l’on relève l’existence d’une enseigne à l’Image Saint-Julien peu après la construction de la chapelle Saint-Julien, en l’église Notre-Dame-la-Ronde.

60 Les « affiailles » ou fiançailles sont un engagement qui ne peut se rompre qu’exceptionnellement. Le fiancé intervient dans les contrats concernant sa future épouse. Ainsi, lorsque Guillemote Cavellier, fille et héritière en partie de Simon Le Cavellier, vend à Colin de La Place son droit en une maison de la paroisse Saint-Lô, Margot, sa mère, promet de faire ratifier la vente par un nommé Robin Le Seneschal « que l’en dit estre affié de ladite Guillemette », ADSM, 2E1/169, 4 juin 1422.

61 Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 249-250.

62 ADSM, 2E1/182, 1er mai 1441. Il s’agit peut-être de Jean de Semilly, receveur général du roi aux bailliages de Caen et de Cotentin (voir, par exemple, François Blanchet, « Sources de l’histoire de la Normandie aux Archives nationales… », CLD, tome XV, 1966, p. 26, no 28, 4 octobre 1445). Les Lalemant sont installés sur la paroisse Saint-Lô depuis la fin du XIVe siècle au plus tard (voir Laurent Lalemant, ADSM, 2E1/154, f° 125).

63 ADSM, 2E1/190, 22 mars 1461. Les époux habitent ensuite la paroisse Saint-André de Pontoise, 2E1/196, 7 février 1467, n. s. 1468. Cette famille est anciennement installée à Saint-Herbland. Un Raoul Caval y est mentionné au milieu du XIVe siècle.

64 ADSM, 2E1/208, 26 décembre 1482.

65 Aujourd’hui Charleval (Eure). ADSM, 2E1/222, 13 janvier 1495, n. s. 1496.

66 ADSM, 2E1/197, 2 mai 1468. On trouve mention de deux Duquesne « poulaillers » et bourgeois rouennais Colin et Colin le jeune dès 1406 (ADSM, 2E1/161, f° 69 r°).

67 Voir ADSM, 2E1/213, 21 novembre 1489.

68 Voir 2E1/223, 21 juillet 1496. L’un des fils au moins, Nicolas, est pelletier.

69 Maline, femme de Colin, est fille du premier mari de sa mère, Jehan Roussel dit Chahote. Le deuxième mari est Guillebert Le Boullier. Voir ADSM, 2E1/176, 8 décembre 1432, et 2E1/178, 17 avril 1434.

70 Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc…, p. 289.

71 Le cas d’Alips, fille de Jehan Tavel, un vicomte de l’Eau de Rouen, et de ses quatre maris paraît tout de même sortir de l’ordinaire. Ce sont Jehan Des Bruières, Ysembart Le Lieur, Robert Alorge l’orfèvre et Simon de La Mote (voir ADSM, 2E1/171, 9 octobre 1425). Cette énumération est curieusement donnée dans les confronts d’un tènement alors que le tabellion se contente en général de citer deux de ses époux dont le dernier (voir par exemple 2E1/170, 3 décembre 1423). C’est généralement ainsi que l’on connaît un remariage tel celui de Perrecte femme d’un paroissien de Saint-Lô Guillaume Vitout, auparavant femme d’un nommé Colin Lenglois, ou encore Martine, femme de Jehan Gouppil, de Saint-Herbland, et auparavant épouse d’un mercier de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle (ADSM, 2E1/170, f° 149). Mentionnons encore Katherine, fille de Guillaume Le Tavernier, deux fois veuve, d’abord de Colin Le Fevre puis de Jehan Vibert (ADSM, 20 août 1427). Ces quelques exemples, non exhaustifs, sont empruntés à une seule liste décennale.

72 Elle reçoit de ses frères une somme de 450 l.t. incluant notamment sa part de la succession de ses parents. ADSM, 2E1/204, 19 décembre 1479. Jehan Blosset, seigneur de Saint-Pierre, fut notamment bailli de Rouen pour Charles de France puis, passé au service de Louis XI, grand sénéchal de Normandie. Voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen, Rouen, Maugard, 1953, p. 160-161. Un autre exemple d’hypergamie féminine, par le revenu cellelà, est donné par Vincent Tabbagh, « Famille et société… », p. 250.

73 Ibid., p. 250. Sur « l’homogamie souhaitée », voir Christiane Klapisch-Zuber, « La famille médiévale », in Histoire de la population française, I, Des origines à la Renaissance, Jacques Dupâquier (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 473-476.

74 Il s’agit d’actes concernant des paroissiens de l’une des trois paroisses ou comportant des rentes assises sur des maisons s’y trouvant.

75 Avec le trousseau, la femme recevait généralement un capital et une rente ou encore un capital dont une partie devait être convertie en rente, cette rente étant « le propre héritage d’icelle et de sa ligne ». Elle revenait au lignage de la femme « en l’absence d’hoirs yssant d’elle » et pouvait être versée pendant plusieurs années sans se trouver assignée sur des biens déterminés. Cette dernière opération donnait lieu à un contrat, souvent plusieurs années après le mariage. Ils sont beaucoup plus nombreux à être conservés que les traités de mariage proprement dits. Il est donc rare de connaître toutes les données. Plus rare encore, l’indication du revenu dont dispose le mari, au moment du traité de mariage. Nous ne l’avons rencontrée qu’une fois, pour Guillaume Auber, fils aîné de Jehan, vicomte de Rouen, promis à Jehanne, sœur de Jehan Le Treffillier, écuyer, seigneur de Malaunay (Seine-Maritime), dont le défunt père est dit bourgeois de Rouen. « Ledit viconte dit que son filz a 60 l. de rente a heritage et oultre promist a son filz 500 l.t. a une foiz », alors que l’écuyer apporte à sa sœur 800 l.t. dont la moitié doit être convertie en 40 l.t. de rente (ADSM, 2E1/162, fos 278-279, 1408).

76 Sur un total de 27 indications, 7 rentes sont inférieures à 10 l., 7 inférieures à 20 l., 4 inférieures à 30 l., 5 égales à 30 l. et 4 dépassent ce montant. La rente la plus faible est de 2 l. Elle est versée, avec un capital de 80 l.t. par un tanneur dont la fille épouse un chaussetier de la paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/190, 24 juin 1461). La rente la plus élevée est évoquée plus loin.

77 À la ligne de sa fille, dont il s’acquitte en fait en lui donnant plusieurs rentes et maisons (ADSM, 2E1/177, 12 septembre 1433). Le salut d’or valant alors 28 s. 4 d.t., ce sont donc un peu plus de 566 l.t. qui lui reviennent.

78 Sur les Maromme et leurs biens sur la paroisse Saint-Lô, voir notamment les fiches des parcelles 601 et suiv.

79 ADSM, 2E1/174, 6 août 1430.

80 ADSM, 2E1/200, 27 décembre 1474.

81 ADSM, 2E1/187, 13 mai 1456, la vente lui rapporte 300 écus d’or à 30 s.t. pièce soit 450 l.t. Une clause de rachat était prévue, dans un délai de deux ans, mais n’a peut-être pas été appliquée. La maison appartient en 1461 à Thomas Briselance de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle. Voir 2E1/190, 21 avril 1461.

82 ADSM, 2E1/194, 1er octobre 1465. La vente, rachetable, est annulée le 8 août 1471.

83 ADSM, 2E1/180, 9 avril 1437 ; 2E1/182, 22 et 21 juillet 1441. Guillaume Le Bateur et Martine sa femme possèdent alors trois maisons : celle qu’ils habitent paroisse Notre-Dame-la-Ronde, une autre à Saint-Amand et une dernière à Saint-Ouen. Un Guillaume Le Bateur figure parmi les Rouennais hansés à Paris (26 septembre 1446), Alexandre Vidier et al., Les Comptes du domaine de la ville de Paris (1424-1457), tome I, Paris, Imprimerie nationale, 1948, p. 486.

84 ADSM, 2E1/212, 21 mai 1488.

85 ADSM, 2E1/175, 26 novembre 1431.

86 ADSM, 2E1/169, 18 avril 1422. Le premier traité est daté du 20 octobre 1421. Il est notamment interdit au frère, qui est nourri par le couple, d’avoir valet ou chambrière, de loger ou nourrir quiconque. Il ne peut non plus « venir en icellui [hostel] de nuyt oultre heure raisonnable ».

87 ADSM, 2E1/205, 2 août 1480. Le don d’une portion de maison vient notamment compenser le fait que ledit Sevre et sa femme ne peuvent « avoir ne prendre aucun prouffit aux deniers qui viendroient a cause de son dit estat de barberie ne es cures et garisons que ledit maistre Pierre Le Barbier et ledit Sevre feroient durant le temps que lesdits Sevre et sa femme seroient demourans avec ledit Le Barbier et sadite femme ». Ce type d’arrangement vient à point pour assurer un revenu à deux êtres qui se considèrent « desormaiz vielz et ancien par quoy ilz ne povoit plus vaquer ne eulx entretenir oudit estat de barberie et cirurgie ».

88 Le mariage fut-il prononcé ? En 1489, Colette, feu fille de Denis Delamare, est dite « en son vivant femme de Jehan Richier l’aisné » sans autre précision (ADSM, 2E1/213, 28 avril 1489).

89 ADSM, 2E1/170, 25 janvier 1423, n. s. 1424.

90 ADSM, 2E1/174, 18 janvier 1430, n. s. 1431.

91 Voir deuxième partie, à la rubrique « Chapelles ».

92 L’attachement des testateurs à cette prérogative a notamment été souligné pour la Provence, le Languedoc ou encore le Rouergue. Voir par exemple Anne-Marie Landès-Mallet, La Famille en Rouergue au Moyen Âge (1269-1345). Étude de la pratique notariale, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1985, p. 183.

93 Un mémoire de 1439 rappelle, à propos de l’église paroissiale Saint-Lô, qu’« est recteur ou vicaire ung des religieux dudit prieuré, presenté par le prieur du lieu a monseigneur de Rouen pour en recepvoir la collacion ainsy qu’il est acoustumé de baillier a ung religieux, lequel est subget au service de ladite prieuré et en tous les poins de la religion ainsy que sont les aultrez religieux, reserve le service de ladite cure seullement. Item, icellui prieur et couvent et ledit vicaire coniontement ont droit de prendre et rechepvoir es metes d’icelle parroisse tant comme elle est s’estent, tant en amenestracions des sacremens, dismes, sepultures et toutes aultrez choses qui appartiennent a droit de cure, et de ce sont en possessions et saisine », ADSM, G 6858.

94 En une des chapelles du prieuré Saint-Lô se lisait l’inscription suivante : « Cy gist Me Gilles de Ferrieres en son vivant secretaire du roy n. s. qui deceda 1438 le 13 juillet » (BMR, ms. Martainville Y2, p. 46). On notera la différence de localisation et de rang.

95 Qu’entend par là le rédacteur ? L’allusion vise certainement Vincent Michel, personnage que nous avons évoqué plus haut, mais la mention « et autres » en réduit la portée.

96 ADSM, G 6859.

97 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477.

98 ADSM, G 6860, 28 novembre 1337. On connaît au moins les noms de deux « noctables gens » de la paroisse Saint-Lô et d’un paroissien de Saint-Herbland enterrés aux Carmes. Il s’agit, pour Saint-Lô, de Jehan de Montespedon, seigneur de Beauvoir et de Beaupréau, conseiller du roi et bailli de Rouen « mis au nombre des bienfaiteurs du lieu », et de Jehan Le Vignereux, fondateur de la chapelle de Notre-Dame-de-Recouvrance (BMR, ms. Y 205, fos 40-41). Le paroissien de Saint-Herbland est Pierre Surreau, fondateur d’une chapelle également inhumé là en 1435. Après lui de nombreux membres de sa famille reçurent une sépulture en ce lieu, BMR, ms. Martainville Y2, p. 38-39. Voir Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 47 et 176. Outre un sentiment de piété, ce dernier croit déceler peut-être aussi un « désir de flatter la bienveillance du puissant protecteur que l’ordre avait su se ménager » en la personne du duc de Bedford.

99 ADSM, G 6855, texte non daté. Pour les autres paroisses, l’accord établit une distinction entre les paroisses proches et les paroisses lointaines, pour lesquelles on procède à l’inhumation sur place « et apres l’en fait son service a la parroisse Saint Lo ». La ville de Lyon est probablement évoquée pour rappeler un cas récent de décès d’un paroissien de Saint-Lô et la procédure alors suivie pour le partage du luminaire.

100 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 172.

101 Prieuré de cisterciennes à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime), voir 52 HP 1. Ils sont toutefois plusieurs à être enterrés en l’église paroissiale Saint-Herbland où résidait une partie de la famille (voir BMR, ms. Martainville Y2, p. 126, et la plate-tombe de Colinet Naguet, fils de Jehan Naguet, figure 2).

102 ADSM, 36 HP 5.

103 ADSM, 2E1/189, 10 mars 1460, n. s. 1461. « Et il soit ainsi que depuis icelle vendue […] lesdits Massieu et sa femme n’ayent pas esté contens et d’acord d’estre et demourer en ladite eglise et abbaye ne y avoir leur vivre et gouvernement », ADSM, 2E1/191, 21 juillet 1462. Les raisons du mécontentement ne sont hélas pas davantage exprimées. Quant aux religieux, objets depuis leur acquisition de plusieurs clameurs pour « marché de bourse et lignage », ils avaient dû constituer une rente de 80 l.t. sur leur revenu pour procéder à l’achat et ne semblent pas mécontents de revenir sur la vente. Vincent Massieu ou Macieu est paroissien de Saint-Michel de Rouen en 1456 (ADSM, 2E1/187, 7 décembre 1456). Il est probablement lié à Jean Massieu, vicaire de Notre-Dame-la-Ronde en 1439-1440 avant d’en devenir chanoine et notaire de la cour de l’archevêque. Voir Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse, université de Paris IV, 1988, p. 299. Cardine Massieu est dite, en 1465, veuve d’un nommé Pierre Barat. Elle s’est donc remariée (voir 2E1/194, 14 juillet 1465).

104 Voir Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, 198, p. 125-135.

105 ADSM, 2E1/201, 29 décembre 1476.

106 Jean-Claude Schmitt, Les Revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994, p. 210. Il précise, à propos des suicidés, qu’ils étaient jetés dans une fosse ou livrés au courant d’un fleuve.

107 Sur l’épisode et la localisation de la rue Tabouret dans le quartier Saint-Gervais, hors la ville, voir « Chronique rouennaise », in Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 335.

108 Ibid., p. 335-336.

109 Rappelons que cette évaluation, comme toutes celles qui seront mentionnées ici, repose sur des données empruntées à des listes décennales, en l’occurrence pour la seconde moitié du XVe siècle les décennies 1460-1469 et 1490-1499. Ajoutons que le nombre sensiblement plus faible d’indications de métiers dans la décennie 1420-1429 rend difficiles les comparaisons en termes d’évolution chronologique.

110 Il est difficile de déterminer dans quelle mesure contraintes économiques, sociabilité du travail et liens familiaux contribuent à ces proximités.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Deux plates-tombes mises au jour en 1887 et provenant du prieuré Saint-Lô : la première de Pierre Du Mesnil, mort en 1266, la seconde de Meheus Du Chastelier (Rouen, musée des Antiquités, inv. 1887.2 et 1838 [D], photographie Yohann Deslandes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 2 – Plate-tombe de Colinet Naguet, fils de Jehan Naguet (XIIIe siècle), provenant de l’église paroissiale Saint-Herbland (Rouen, musée des Antiquités, inv. 2615 bis, photographie Yohann Deslandes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search