Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

IVe partie. Les habitants : étude de topographie sociale

Chapitre 1. Les paroissiens

Texte intégral

Les acteurs de la vie urbaine et la documentation

  • 1 Polyptychum Rothomagensis Diocesis, Léopold Delisle (éd.), RHGF, tome XXIII, 1876, p. 328-329.
  • 2 Voir p. 63, à propos du pouillé dit « d’Eudes Rigaud », et p. 182 pour l’estimation des superficie (...)
  • 3 Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen, Rouen, Cagniard, 1890, tome I, (...)
  • 4 BMR, ms. Y29, tome IV, no 55.

1S’intéresser à la population rouennaise – fût-ce à une partie seulement – c’est d’abord s’interroger sur son importance. Si les paroisses de Rouen ont fait l’objet de plusieurs dénombrements et relevés de fouage, il faut malheureusement constater que les trois paroisses retenues ne figurent pas au nombre des plus citées par ces documents. Le « pouillé » du diocèse de Rouen, rédigé vers 1240, contient des informations correspondant aux premières décennies du XIIIe siècle mais, seule des trois, la paroisse Saint-Herbland y apparaît, créditée de 80 parochiani ou chefs de famille1. Elle se place parmi les paroisses les moins peuplées, comme le sont alors presque toutes celles situées à l’intérieur de l’ancien castrum, mais il faut également se rappeler qu’elle est indéniablement l’une des moins étendues, avec 1,1 hectare.2. Mais ni la paroisse Saint-Lô ni la paroisse Notre-Dame-la-Ronde ne voient dénombrés les chefs de feu, puisque la première relève de l’évêque de Coutances3 et que le roi est patron de la seconde. Il faut attendre le rôle d’un fouage de 1421 pour disposer d’une liste, pour Notre-Dame-la-Ronde. On y relève alors les noms de 49 chefs de feu, de 28 pauvres et mendiants ainsi que celui d’un prêtre4. Ce sont là les seules informations livrées par les dénombrements.

  • 5 Il a paru préférable de s’en tenir à un rythme décennal plutôt qu’à une exploitation sur une pério (...)

2En l’absence de ce type de données, il nous a paru indispensable de recueillir, dans les différents fonds, le maximum d’informations concernant chacun des paroissiens. De ce stock de données sont nées des listes d’exploitation décennale5, qui, bien que fatalement incomplètes, n’en constituent pas moins le seul outil de réponse à l’essentiel des questions posées. Les décennies retenues pour les analyses qui vont suivre correspondent – à des intervalles à peu près réguliers – à celles pour lesquelles les données sont les plus abondantes.

Tableau 1 – Nombre de paroissiens recensés par paroisse, 1360-1500

Décennies retenues

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

Total

1360-1369

32

22

6

60

1390-1399

142

121

97

360

1420-1429

129

131

124

384

1460-1469

151

110

92

353

1490-1499

171

130

104

405

  • 6 Ce total des trois paroisses comprend les individus clairement qualifiés de paroissiens par l’une (...)
  • 7 ADSM, G 3712. Cette pièce est incomplète et ne comporte pas d’autres indications que les noms des (...)
  • 8 Voir p. 449 et suiv.

3Pour chacune d’elles, à l’exception de la première, le nombre total d’habitants se trouve compris entre 350 et un peu plus de 4006. Les résultats anormalement bas de la décennie 1360-1369 s’expliquent avant tout par le fait que l’habitude ne s’est pas encore installée, chez les tabellions et probablement leurs clients, de compléter prénoms et patronymes par la paroisse de résidence. Il est donc impossible, en l’absence de cette précision, de distinguer le détenteur d’héritages de l’habitant. Une telle indication ne devait devenir usuelle qu’au XVe siècle. Le contraste avec la décennie 1390-1399 ne trouve donc pas ici son explication. Il se comprend du fait de l’existence d’une information menée par Jehan de La Tuille, bailli de Rouen et de Gisors, devant qui se présentent plusieurs centaines de Rouennais, parmi lesquels on dénombre 89 habitants de Saint-Lô, 74 de Notre-Dame-la-Ronde et 57 de Saint-Herbland7. L’existence d’une liste aussi fournie à la fin du XIVe siècle est précieuse pour l’étude comparée des patronymes8.

  • 9 Saint-Lô 110, Notre-Dame-la-Ronde 90, Saint-Herbland 70 soit un total de 270 tènements.
  • 10 La décennie 1480-1489 fournit également une liste très abondante de 374 noms qui se distribuent en (...)

4Avec cette liste s’installe une répartition type que l’on retrouve approximativement vérifiée pour trois des quatre décennies : 4 paroissiens sur 10 relèvent de Saint-Lô, 1 sur 3 de Notre-Dame-la-Ronde et 1 sur 4 de Saint-Herbland. L’importance respective de ces trois paroisses, suggérée par une telle répétition, est à rapprocher étroitement du nombre de tènements recensés pour chacune9. Seule échappe à cette répartition la décennie 1420-1429, caractérisée par un nombre d’habitants plus élevé sur Notre-Dame-la-Ronde du fait de l’adjonction exceptionnelle des noms des pauvres et mendiants connus par le fouage de 1421 déjà cité10.

  • 11 ADSM, G 6714, 16 novembre 1423. Aux trois trésoriers et au curé s’associent 45 personnes, ce qui r (...)

5Autre additif, exceptionnel par son importance, la liste d’habitants de Saint-Herbland venus approuver la fondation d’un service religieux en leur église paroissiale explique pour l’essentiel le contraste entre le fort nombre de paroissiens de Saint-Herbland et le petit nombre atteint pour Saint-Lô11. Ces deux circonstances soulignent bien le caractère non exhaustif de nos listes, qui se lit également dans la part qui revient aux individus de sexe masculin : elle atteint ou dépasse la proportion de trois sur quatre.

6Rien d’étonnant à cela, étant donné la nature des sources utilisées. Les listes de paroissiens présents à l’issue de la messe paroissiale ne comportent pratiquement jamais d’indication de présence féminine et de nombreux actes notariés sont passés par des contractants masculins. Les femmes y apparaissent toutefois en trois circonstances :

  • lorsque la transaction concerne l’un des biens du couple « a cause d’elle », elle est alors « deuement autorisee » par son mari ;
  • lorsque les précautions prises par les acquéreurs pour se préserver d’éventuelles actions de la femme, pour droit de douaire, la font citer comme « s’accordant a la vente » ;
  • lors des « lots et partages » sont mentionnées les veuves et parfois les filles des défunts. Ces « lots et partages », auxquels il faut ajouter les contrats postérieurs à la succession, expliquent la part non négligeable des veuves, parmi les femmes rencontrées dans la documentation12.

Tableau 2 – Répartition par sexe de la population recensée (Paroisses Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland confondues)

Tableau 2 – Répartition par sexe de la population recensée (Paroisses Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland confondues)

7La confrontation des deux types de sources, possible en raison de l’existence du fouage de 1421, se révèle, hélas, décevante. La liste établie pour la décennie 1420-1429 compte 131 paroissiens (104 hommes et 27 femmes). Elle se décompose en 49 chefs de feu, 28 pauvres et 1 prêtre provenant du fouage et 53 paroissiens cités pour la décennie mais non enregistrés par le fouage. Nous avons retrouvé dans le tabellionage la trace de 35 des 49 chefs de feu, soit à peu près 3 sur 4.

  • 13 Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge, étude sociale, Paris, Hachette, 1978, p. 282.
  • 14 En 1397, Jehan Gouppil et Chrestienne sa femme tiennent avec Jehan de La Chermoie, frère de ladite (...)
  • 15 ADSM, 2E1/171, f° 453.
  • 16 Voir ADSM, G 7411, pièce sans date (déchirée). La moitié de la rente venait au collège des Clément (...)

8Pour les pauvres et mendiants – ceux que Michel Mollat appelle les « pauvres fiscaux »13 –, nombreux sont ceux pour lesquels on ne dispose que du nom dans la liste de 1421. Pour les autres, suggérons d’abord quelques rapprochements : Marion Portgueroult est probablement de la même famille que Jehan de Portgueroult, maçon, demeurant sur la même paroisse en 142514 ; Chrestienne Gouppil la femme de Jehan Gouppil le jeune, partie s’installer avec son mari sur la paroisse Saint-Maclou et revenue (après un veuvage ?) sur la paroisse où elle résidait auparavant15 ; Robin ou Robert Le Machon avait, lui, pris à rente, quelques années plus tôt, une maison de cette paroisse contenant « trois estages » et qui devait 60 sous tournois de rente annuelle16.

  • 17 ADSM, 14 H 20, fos 111-112.
  • 18 Mention de Cardinet Theroulde parmi les paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde présents en 1390 (voir (...)
  • 19 ADSM, 2E1/169, 21 février 1421, n. s. 1422. Sur les « rendus », voir p. 443 du présent ouvrage.
  • 20 Des deux confréries rouennaises de marchands, celle de Notre-Dame de la cathédrale est plutôt rése (...)

9Pour deux d’entre eux, les données sont un peu plus parlantes. Guerouldin Theroulde est, en 1421, tenant d’une maison à proximité de la Porte-aux-Fèvres17. Richart Théroulde, son père, habitait déjà la paroisse en 139018. En 1421, Bietrix, mère de Guerouldin et veuve de Richart, « fieble et ancienne femme », se « rend » à son fils et à Toutaine sa femme avec tous ses biens meubles19. Le contrat prévoit, entre autres clauses, que les mariés devront payer pour la nommée Bietrix ses « charités et frairiees », à savoir la charité Notre-Dame des Marchands mais aussi la frairie de Sainte-Croix, ce qui suggère que les activités marchandes de Richart Theroulde le plaçaient parmi les négociants aisés20.

  • 21 Aujourd’hui, Roumare en Seine-Maritime.
  • 22 ADSM, 2E1/169, 8 mars 1421, n. s. 1422, la vente se fait « en fieble monnoie ». Pour les mesures a (...)

10Le cas de Jehan Bardin est révélateur d’une pauvreté importée en milieu urbain. Il est natif de la paroisse de Saint-Thomas-de-la-Chaussée, située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Rouen21. En mars 1422, il est dit demeurer « a present » paroisse Notre-Dame-la-Ronde lorsqu’il vend à un autre habitant de sa paroisse d’origine une masure avec 5 vergées de terre pour 7 livres et 1 mine de blé pour 13 livres tournois avec 1 livre au vin22. Comment dès lors interpréter sa présence parmi les pauvres et mendiants de la paroisse ? Étranger à la ville, peut-être pouvait-il plus facilement dissimuler ses quelques biens ? Sont-ils jugés trop modestes pour le faire rentrer dans la catégorie des assujettis ? Ce qui revient à s’interroger sur ce qui vaut d’être rangé dans la catégorie des pauvres.

  • 23 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au Bas Moyen Âge (XIVe-X (...)
  • 24 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… Rôles de l’aide de 1421 (...)
  • 25 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… » p. 7.

11Sans répondre directement à cette question, une mention de 1422 permet au moins de définir ce qu’est un « riche fiscal ». En effet, dans le certificat de vérification d’un fouage de la paroisse de Cailly, il est indiqué que trois des pauvres sont en fait « riches et ont vaillant plus de XX s. hors les robes »23. Mais il s’agit d’un fouage coutumier, impôt de 12 deniers par feu, prélevé tous les trois ans. La somme versée représente 5 % du « vaillant » minimum. L’aide imposée par Henri V, « aide hors série tant par son importance que par le mode de perception qui fut adopté »24, se montait, elle, à 20 sous tournois par feu, « le fort portant le faible ». Contrairement au fouage, pour lequel sont pris en considération les biens meubles, ce sont les revenus qui interviennent pour l’aide, sans que le seuil en soit connu25.

  • 26 « Certainement il y avait entre feux misérables et feux mendiants la différence qui sépare la cond (...)

12Dans cette liste de 28 noms, qui mélange ce que d’autres ailleurs distinguent26, il faut relever le nombre de femmes (6 pour 22 hommes). Cette présence significative – sensiblement la même que celle rencontrée dans la liste décennale – est beaucoup plus discrète dans celle des feux assujettis (1 cas sur 49).

  • 27 Il est de 0,57. Il est vrai que pour certaines paroisses, il peut dépasser largement 1. C’est le c (...)
  • 28 L’étude de la répartition de cette aide montre la part tout à fait importante qui revient à la par (...)

13Une comparaison d’ensemble avec les autres paroisses rouennaises montre que le nombre des pauvres, ramené au nombre de feux de Notre-Dame-la-Ronde, est tout de même assez élevé27. Qu’en était-il alors pour les deux autres paroisses ? La répartition d’une aide, deux ans plus tard, peut laisser penser que la paroisse Saint-Lô a dû également être affectée, probablement davantage que la paroisse Saint-Herbland28. Malgré ces quelques observations, il faut donc dresser un double constat. Les données utilisables pour estimer l’importance de la population sont très limitées et les sources laissent dans l’ombre, la plupart du temps, de nombreux habitants : une bonne partie de la population féminine, les pauvres et mendiants, les apprentis, la domesticité, sans parler des enfants mineurs ou non du foyer et des chefs de famille que les hasards de l’existence et de la conservation des archives ne permettent pas de retrouver. Les données qui suivent ne doivent pas faire oublier cette première réalité.

Les habitants : activités et états

  • 29 Les données recensent essentiellement les activités mentionnées dans la décennie. S’y trouvent éga (...)
  • 30 Voir p. 429. Le rapport étudié est donc supérieur si l’on ne prend en considération que les activi (...)

14L’indication de l’activité ou du métier exercé se rencontre encore moins que celle de la paroisse de résidence. Là aussi, le XVe siècle marque un changement décisif comme en témoigne l’évolution du rapport entre le nombre d’individus pour lesquels existe une donnée et celui pour lesquels elle fait défaut29. Les indications relatives aux métiers féminins ne suivent pas cette évolution. Elles sont rarissimes et ne sont fournies qu’incidemment30.

Tableau 3 – Nombre d’individus pour lesquels on dispose d’informations relatives à l’état ou à l’activité

Tableau 3 – Nombre d’individus pour lesquels on dispose d’informations relatives à l’état ou à l’activité
  • 31 Ce décalage entre les sources est sensible à la lecture des registres des délibérations municipale (...)

15Sans qu’il soit possible de faire la part de ce qui revient aux contractants et de ce qu’il faut attribuer aux tabellions, c’est indéniablement avec la première moitié du XVe siècle que la paroisse se déclare et avec la seconde moitié que le métier s’annonce (tableau 3). Avant le XVe siècle, quelques personnalités émergent tout de même, sans que les identifications soient toujours établies avec certitude, les informations de résidence n’étant que très rarement couplées à celles des activités exercées. Le silence des actes à leur propos est parfois rompu par une mention incidente ou par une source de nature différente mais n’est-ce pas là un facteur d’erreur ?31 Il est risqué, à partir d’achats de vins, de conclure que l’on se trouve en présence d’un marchand de vin. Et si tel est le cas, est-ce là sa seule activité ?

  • 32 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 389-390, parcelle 602 de la paroisse Saint-Lô.
  • 33 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs », in Histoire de Rouen, Rouen, Privat (...)

16Avant le XIIIe siècle, les mentions de deux médecins, paroisse Saint-Lô, sont tout de même intéressantes. Maître Simon, familier de l’archevêque et curé de Vattetot, habite en effet la paroisse Saint-Lô. C’est au prieuré du lieu qu’il donne son tènement de la rue Saint-Nicolas, vers 117532. Un autre médecin, Ricoard, a des biens à proximité du prieuré. Avec « maître Osmond le Physicien », tenant de l’abbaye de Préaux des biens assis paroisse Saint-Amand, en 1227, et deux autres médecins attestés au XIe siècle, le nombre élevé de représentants de cette fonction est, pour Lucien Musset, révélateur d’une agglomération de premier ordre33. Sur la vingtaine de paroissiens identifiés comme tels pour le XIIIe siècle, on ne recense qu’une activité connue : celle de Richart Cornouaille, pelletier de la paroisse Saint-Herbland.

  • 34 Ibid., p. 427.
  • 35 Léopold Delisle a relevé que les bourgeois rouennais prenaient grand soin de s’appeler « citoyens  (...)

17Malgré les nombreux actes du XIIIe siècle mentionnant les Alain et leurs biens de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, nous n’avons pu relever la ou les paroisses de résidence de ses membres ni déterminer si l’un d’eux, Robert, était le Robert fils d’Alain tenant la mairie en 123834. Dans la première moitié du XIVe siècle, les rédacteurs des actes évoquent surtout des « citoyens de Rouen »35, sans davantage d’indication, ce qui réduit considérablement des listes dans lesquelles l’activité ne peut être relevée.

  • 36 Au moins 4 des 32 paroissiens de Saint-Lô, pour la décennie 1360-1369, sont fermiers d’une des nom (...)
  • 37 Prenons pour exemple le cas de Vincent et Guillaume Michel, deux frères, fils de Vincent Michel, q (...)

18Avec les premiers registres du tabellionage conservés, la décennie 1360-1369 ne nous donne guère de meilleurs résultats : un prêtre, paroisse Saint-Herbland, un étamier et un coutelier paroisse Saint-Lô. En revanche, plusieurs paroissiens y apparaissent pour achats de fermes et de marchandises36. Si l’on peut parfois trouver, derrière un nom, quelques éléments de biographie37, il faut attendre le XVe siècle pour pouvoir saisir un nombre minimum d’informations utilisables.

19Au-delà du simple énoncé des données quantitatives regroupées par grandes catégories et branches (tableau 4), pour les décennies de référence présentées plus haut, il nous faut aborder chacun des groupes en commençant par ceux que leur état distingue, ecclésiastiques et nobles.

Tableau 4 – Habitants des trois paroisses : nombre d’indications d’états et d’activitésa

1420-1429

1460-1469

1490-1499

Nobles

4

1

16

Ecclésiastiques

1

4

11

Officiers et hommes de loi

2

12

20

Métiers de l’alimentation

8

12

13

Métiers du bâtiment

9

9

7

Métiers du bois

1

4

Métiers des cuirs et des peaux

6

34

46

Métiers du textile

10

40

55

Travail des métaux

9

4

13

Travail des métaux précieux

18

27

20

Autres métiers
dont marchands (sans précision)

9

30
12

28
16

Non déterminés

1

Total

76

174

234

a. À titre exceptionnel, une même personne peut cumuler deux indications.

  • 38 Il s’agit, dans tous les cas, de prêtres pour lesquels une cure n’est que très rarement précisée. (...)
  • 39 Les documents permettant d’approcher ce nombre sont rares. Seule une pièce de 1432 dénombre les ca (...)

20Les ecclésiastiques ou gens d’Église enregistrés dans le tableau38 – c’est-à-dire dont la localisation de la demeure personnelle se place sur l’une des trois paroisses – ne représentent qu’une faible part de l’ensemble de ceux dont le lieu d’hébergement se trouvait à l’intérieur des limites de ces paroisses. Le prieuré Saint-Lô et le couvent des Carmes mais aussi, pour une moindre part, les hôtels de Jumièges, de Beaubec, de Valmont et du Bec-Hellouin, le tènement des chanoines de Notre-Dame-la-Ronde et les hôtels de la fabrique de la cathédrale constituent autant de lieux de résidence pour une population ecclésiastique qui dépasse très probablement la centaine de personnes39.

  • 40 Mme Jaqueline La Villaine, veuve de Laurent Poolin, « jadis chevalier », tient, en 1362, plusieurs (...)
  • 41 Dont 10 femmes (veuves, au mari absent,…), voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la pop (...)
  • 42 Les hôtels canoniaux semblent souvent accueillir des chevaliers : dans celui de la rue de la Chaîn (...)

21Les nobles détenteurs de tènements urbains se rencontrent assez fréquemment mais il est difficile de savoir combien parmi eux habitent ces tènements40. Si l’on utilise à nouveau les indications fournies par les rôles de l’aide de 1421, ils sont au moins une trentaine à être cités41. Une ville comme Rouen dispose de solides hôtels dont les vastes pièces peuvent accueillir une famille noble et sa suite et nous avons déjà évoqué, à plusieurs reprises, les prestigieux locataires – ou occupants à d’autres titres –, qu’ils soient français ou anglais, des deux très belles propriétés de la rue aux Juifs que sont le manoir de la Fontaine et celui de la fabrique de la cathédrale42.

  • 43 Sur les hiérarchies au sein de la noblesse, voir Philippe Contamine, La Noblesse au royaume de Fra (...)
  • 44 Cité par Denise Angers, Le Terrier de la famille d’Orbec…, p. 55, n. 78. Le nombre de fiefs en Nor (...)
  • 45 Michel Mollat commente ainsi la première ordonnance : « en 1467, il a récompensé la loyauté des Ro (...)
  • 46 Ordonnances des rois de France, tome XVII, marquis de Pastoret (éd.), Paris, Imprimerie royale, 18 (...)

22Mis à part ces quelques représentants de la haute et moyenne noblesse43, la plupart relèvent de la petite noblesse. Bien qu’il ne soit pas souvent possible de déterminer l’origine et l’ancienneté des lignages résidant sur les trois paroisses, on relève plusieurs cas témoignant d’une noblesse récemment reconnue, après l’achat par la famille de fiefs cédés par des nobles normands. Charles de Beaurepaire avait observé, exemples à l’appui, que le nombre de bourgeois détenteurs de fiefs avait augmenté durant l’occupation anglaise44. Cette augmentation fait sentir ses effets sous le règne de Louis XI, après l’octroi de deux chartes, en 1467 et 147045. Par la charte des francs-fiefs octroyée aux Normands, moyennant finance, en novembre 1470, le souverain anoblit tous les roturiers possédants des fiefs nobles depuis au moins quarante ans46.

  • 47 Soit un total de 123. Parmi les défaillants, figurent, il est vrai, le prieur de Saint-Lô et l’arc (...)
  • 48 ADSM, 2E1/210, 25 janvier 1485, n. s. 1486. Il s’agit de Saint-Georges-de-Boscherville (sur le ter (...)
  • 49 ADSM, 2E1/208, 28 novembre 1482. On comprend qu’après de telles mesures les achats de seigneuries (...)

23Ainsi, lorsque le 3 juillet 1486, le lieutenant général du bailli de Rouen tient une « montre » à laquelle doivent comparaître les nobles et noblement tenants du bailliage résidant à Rouen, ils sont 99 à se présenter et 24 à être déclarés défaillants47. Citons quelques-uns d’entre eux. Jehan Ribault, seigneur de Beauchamp, est présent le 3 juillet 1486. Quelques mois plus tôt, ce fils aîné de Robin Ribault, orfèvre de Saint-Herbland décédé depuis une vingtaine d’années, avait obtenu de Marion sa mère, « en avancement d’oirrie et succession », les fiefs, terres et seigneuries du Bosc-Benard et de Beauchamp situées au « Mesnil soubz Saint Joire », sur les paroisses de Saint-Michel-de-Hénouville et de « Saint Joire de Bauquierville ». Il lui donnait pour cela 30 livres tournois de rente à vie et lui réservait la jouissance d’une maison « qu’elle tient de present » audit lieu de Saint-Georges48. Quant à Nicolas, fils aîné d’un marchand de la paroisse Saint-Lô, Robert Mustel, il est aussi parmi les présents en tant que seigneur de Castillon49.

  • 50 Il en existe au moins deux transcriptions. L’une : « Cy gît Noble homme Jehan du Bosc, Bourgeois d (...)
  • 51 Probablement un riche marchand chaussetier, ADSM, 2E1/172, 16 novembre 1426. Sa femme Catherine es (...)

24On retrouve les traces de cette forte augmentation du nombre de nobles résidant en ville dans la liste de la décennie 1490-1499 qui recense onze nobles dont sept pour la seule paroisse Saint-Lô. Ce qui change, c’est moins la nouveauté que l’ampleur du phénomène car on trouve auparavant des anoblissements de bourgeois rouennais. On peut déceler chez certains de ces anoblis un indéniable attachement à leurs racines urbaines. Conservant leur résidence en ville, ils appartiennent à l’une des paroisses rouennaises et choisissent le cimetière paroissial, ou celui de l’un des couvents et monastères de la ville pour lieu de sépulture. Les inscriptions funéraires nous livrent à cet égard des informations. Prenons celle d’un paroissien de Saint-Lô, « noble homme Jehan du Bosc » – ou Du Bost – décédé probablement dans la première moitié du XVe siècle, placée dans la nef du prieuré50. Elle affiche étonnamment une double revendication où se mêlent la fierté de la noblesse récemment reconnue et celle d’appartenir à la bourgeoisie rouennaise. Il est vrai que, fils d’un drapier rouennais Henry Dubosc, notre homme est qualifié, en 1426, de « cauchetier »51. Cette double revendication ne se lit pas sur la tombe d’un autre paroissien de Saint-Lô, enterré avec sa femme dans l’église paroissiale de Saint-Lô. Le dessin de la pierre tombale a fait l’objet d’un relevé. On peut y lire « Cy gist noble homme henry Hurel, seigneur de grainville sur fleury et de Cantelou le bocage qui trespassa le XIX de mars mil IIIIc LXVIII dieu luy face pardon » et pour sa femme « cy gist perette Toultin en son vivant femme dudit sieur de grainville et trespassa le XII jour d’avril l’an mil CCCC LXXIX » (figure 1).

Fig. 1 – Pierre tombale de Henry Hurel et de Perrette sa femme.
D’après Alexandre Barabé, Recherches historiques sur le tabellionage royal principalement en Normandie, Rouen, Boissel, 1863
(photographie Dominique Pitte).

  • 52 L’achat du fief de Grainville-sur-Fleury par Henry Hurel remonte au 6 avril 1462, quelques années (...)
  • 53 ADSM, 2E1/184, 23 novembre 1443 et 29 août 1444, 2E1/190, 3 mars 1461, n. s. 1462.
  • 54 Il était à tenir après le décès d’Henri Hurel et de sa femme. ADSM, 2E1/194, 1er mai 1465. Catheri (...)

25Allusion à son patronyme et au monde de la marchandise ? Son écu porte une hure de sanglier et trois besants52. Nous trouvons à plusieurs reprises son nom dans la documentation. Lorsqu’il achète, avec Perrecte sa femme, une maison voisine de la sienne en la rue Grand-Pont, en 1443, il est précisé dans l’acte d’achat qu’il est drapier. C’est comme marchand de draps qu’il paraît dans un acte de l’année suivante, puis plus tard comme marchand, sans davantage de précision53. Est-ce en raison de son âge qu’il délaisse, en 1460, à Pierre Piquenot, son serviteur, toutes ses « marchandises besongnes negoces et affaires » ou songe-t-il déjà à un autre mode de vie ? Pour le mariage du nommé Piquenot avec la nièce du couple, du côté de la femme, les nouveaux époux reçoivent, en 1465, 400 écus d’or et le fief de Cantelou-le-Bocage qu’ils possèdent effectivement par la suite54.

  • 55 Pour cet auteur, l’émergence de ces nouveaux seigneurs n’est pas sans effets sur la seigneurie : « (...)

26Ces exemples de marchands anoblis montrent bien que ceux que Michel Mollat appelle « les nouveaux seigneurs » conservent de fortes attaches urbaines55. Qu’ils soient nobles ou non, voire anoblis par leur office, il est un autre groupe dont l’importance s’affirme au cours du XVe siècle, c’est celui des officiers et « gens de justice » (tableau 5).

Tableau 5 – Officiers et hommes de loi

Tableau 5 – Officiers et hommes de loi
  • 56 Ils sont 19 entre ces deux dates. Voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les (...)

27Commençons par les hauts représentants, localement, de l’administration royale que sont les baillis et vicomtes de Rouen. Ils sont plusieurs, au XVe siècle, Anglais ou Français, à posséder une résidence sur la paroisse Saint-Lô. Pour les baillis, on peut citer, dans l’ordre d’exercice de cet office, les noms de Jehan de La Tieulle (ou Tuile), de Hue de Donquerre, de Guillaume de Houdetot, de Gautier de Beauchamp, de John Kigley, de Jehan Salvain, de Guillaume Cousinot ou encore de Jehan de Montespedon, soit près de la moitié des détenteurs de cet office entre 1388 et 147956. Les vicomtes ne sont pas non plus absents, tels Jehan Auber, Jehan Petit ou encore Michel Durant.

  • 57 On sait qu’en cet hôtel se tient, en 1464, « l’escriptoire de mondit seigneur le bailli ». Sur ce (...)

28Un trait caractéristique de leur présence est l’utilisation d’un nombre très limité d’hôtels de cette paroisse. Si Jehan Salvain détient, par don royal, un tènement confisqué à Jehan Pougnant, chevalier, et dans lequel résidait à la fin du XIVe siècle Thomas Pougnant, son père, avocat du roi, il vient ensuite, par don de Charles VII cette fois-ci, à Jehan Bureau, chevalier, seigneur de Montglas et trésorier de France, puis par cession à Guillaume Cousinot et à Jehan de Montespedon, tous deux baillis cités plus haut57.

  • 58 ADSM, G 6859, Jehan de La Tieulle est bailli de 1388 à 1398 et Hue de Donquerre de 1398 à 1406, Ma (...)
  • 59 « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764 (...)

29On peut formuler la même remarque pour un tènement déjà évoqué à plusieurs reprises : le bel hôtel appartenant à la fabrique de la cathédrale, à l’angle des rues aux Juifs et de celle qui porte un temps le nom de ruelle au Bailli, paroisse Saint-Lô. Au début du XVe siècle, il est occupé par Jehan Petit, vicomte de Rouen, qui y réside jusqu’à l’entrée des Bourguignons à Rouen, « lesquielx pillerent tous ses biens », ne lui laissant que le temps de trouver refuge en l’église Saint-Lô. Les Bourguignons tenant la ville, le même hôtel est habité par Guillaume de Houdetot, chevalier et bailli de Rouen, qui le quitte le jour de la « rendue » de la ville à Henry V. Parmi les chevaliers anglais qui lui font suite, « monseigneur Jehan de Quinquellay anglois, baillif de Rouen lequel loua ledit hostel et y demoura plusieurs annees comme paroichien ». Au manoir de la Fontaine, le bailli Jehan de La Tieulle demeure de quinze à dix-sept ans pour laisser place à Hue de Donquerre, chevalier « lors bailli de Rouen »58. Quant à Gautier de Beauchamp, chevalier, nous avons vu qu’il obtenait, par don royal, l’hôtel appartenant auparavant à Jehan Auber, vicomte de Rouen. Il est aux mains, quelques années plus tard, d’un autre vicomte, Michel Durant59.

  • 60 ADSM, G 3010 (compte de 1404-1405) et comptes suivants, maison de Gautier Campion. Sur Philippe Ca (...)

30Leurs lieutenants sont également présents tel Gautier Campion, dont la maison se trouve en face de l’église Notre-Dame-la-Ronde, et dont l’un des probables parents, Philippe Campion, est diacre et vicaire de cette collégiale. En 1480, habitent paroisse Saint-Herbland, à quelques mètres l’un de l’autre, Guillaume Toustain, lieutenant général, et Pierre Lamy, lieutenant commis du vicomte de Rouen60.

  • 61 Voir Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de (...)

31Pendant l’occupation anglaise, et surtout après la chute de Paris en 1436 et l’installation d’une chambre des comptes à Rouen, on retrouve, principalement sur la paroisse Saint-Lô mais aussi à Notre-Dame-la-Ronde et à Saint-Herbland, un nombre important de représentants de l’administration sous contrôle anglais, et notamment de l’administration financière. Les trois receveurs généraux de Normandie que l’on dénombre entre 1424 et 1449, y ont leur demeure : le premier, Pierre Surreau, paroisse Saint-Herbland, les deux autres, Michel Durant et Pierre Baille, paroisse Saint-Lô61.

  • 62 Georges Tessier et Guy Ouy, « Notaires et secrétaires du roi dans la première moitié du XVe siècle (...)
  • 63 Il touche, pour cela, 100 l.t. le 8 juin 1422. Voir Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Norman (...)

32Mentionnons encore Eustache Lombart, l’un des dix-huit « notaires de la chancellerie » qui, le 15 mars 1436, prêtent serment de fidélité aux clauses du traité de Troyes. À ses fonctions de notaire et secrétaire, s’ajoute celle d’audiencier du roi62. Quant à maître Jacques de Calais, licencié en lois, il est conseiller du roi et appointé « en nostre conseil en nostre court souveraine a Rouen »63.

  • 64 Ce dernier délaisse l’hôtel, quelques années seulement avant sa triste fin. Trahissant Louis XI lo (...)
  • 65 ADSM, 2E1/184, 14 janvier 1443, n. s. 1444 ; 2E1/185, 20 juillet 1452, 2E1/186, 6 juillet 1454, 2E (...)
  • 66 ADSM, 2E1/213, 16 octobre 1489, et 2E1/222, 5 mars 1495, n. s. 1496.

33Leur nombre ne diminue pas après le départ des Anglais. En témoigne, par exemple, la liste des tenants et occupants d’un hôtel particulièrement recherché, l’hôtel du Lion d’or, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, à partir de 1444. Le premier, Jehan de Saint-Yon, est, en 1444, conseiller du roi et maître de sa chambre des comptes à Rouen. Demeurant ensuite à Meaux, il le cède, en 1452, à sire Macé de Lannoy, receveur général de Normandie. Il passe ensuite aux mains de messire Jehan Le Boursier, seigneur d’Esternay64, maître des comptes et receveur général de Normandie pour finalement échoir à damoiselle Jehanne Picart et à son mari Regnault de Villeneuve, conseiller en cour laïque et avocat du roi65. Paroisse Saint-Lô, dans l’hôtel de maître Eustache Lombart, réside ensuite l’époux d’une fille de ce dernier, maître Robert Le Barge, notaire et secrétaire du roi puis général sur le fait des aides en Normandie66.

Tableau 6 – Métiers du textile

Tableau 6 – Métiers du textile
  • 67 Seuls des noms cités, figurent dans les listes décennales maître Regnault de Villeneuve et maître (...)

34Nous avons longuement insisté sur les plus notables représentants de ce groupe des officiers et gens de justice, étroitement lié à l’histoire de quelques-uns des plus beaux hôtels de ce secteur de la ville, car les listes décennales rendent mal compte de leur existence67. Ces dernières signalent, à côté d’indications de praticiens du droit, les plus nombreuses, quelques autres mentions d’offices.

  • 68 C’est le cas des Duquesnay, des La Fontaine, paroissiens de Saint-Lô. Voir Charles de Beaurepaire, (...)
  • 69 Jehan Des Loges, marchand de fruits de la paroisse Saint-Lô transmet son métier à l’un de ses fils (...)

35À côté de familles entrées dans la robe depuis au moins la première moitié du XVe siècle et présentant deux à trois générations pratiquant le droit68, on trouve également quelques fils de marchands69.

  • 70 Ces deux secteurs représentent à eux deux approximativement une mention sur deux en 1460-1469 et 1 (...)
  • 71 Que faut-il penser de la distinction, a priori évidente, apportée par le tabellion ou son client e (...)
  • 72 Tel Jehan Gaultier, « taillandier de draps », de la paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/189, 24 novembre (...)

36Le textile et les cuirs et peaux occupent indéniablement un très grand nombre des marchands et artisans rencontrés70. Ils sont légèrement plus nombreux dans le textile (tableau 6). Moins célèbre que les productions de la draperie flamande, le drap rouennais n’en est pas moins généralement réputé. La multiplicité des métiers qui interviennent aux différentes étapes de sa fabrication ne se retrouve guère ici : plusieurs drapiers ou marchands de draps71, plus rarement un tondeur avec un travail de confection chez les tailleurs ou taillandiers qui ne travaillent, pour certains, que le drap72. Moins nombreux mais plus spécialisés apparaissent ceux qui travaillent la toile : tisserands (ou téliers) et teinturiers.

  • 73 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 277-278, évoque l’essor de la bonneterie et l’aff (...)
  • 74 Ibid., p. 277.
  • 75 Voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 190 (...)

37Alors que drapiers et chaussetiers ne se rencontrent que rarement paroisse Notre-Dame-la-Ronde – la rue Grand-Pont ayant largement leur préférence –, à l’inverse les bonnetiers – aux produits « dont la réputation s’étendait aussi loin que toutes les relations commerciales normandes »73 – s’y trouvent en grand nombre, principalement rue Courvoiserie. Leurs statuts, promulgués en 1451, les associent aux chapeliers que l’on rencontre nettement moins souvent ici74. Également en petit nombre, les aumussiers et chasubliers, dont les produits intéressent les ecclésiastiques, dans un secteur de la ville où la clientèle ne fait pourtant pas défaut. Quant aux quelques brodeurs, ils demeurent non loin de l’église Notre-Dame des Carmes, où se trouve installée leur confrérie75.

Tableau 7 – Métiers des cuirs et des peaux

Tableau 7 – Métiers des cuirs et des peaux
  • 76 Robert Delort, L’Histoire de la fourrure de l’Antiquité à nos jours, Lausanne, Edita, 1986, p. 98.
  • 77 BMR, registre XX3 (compte 1508-1509) aux « Emollumens de marché », et Charles de Beaurepaire, « No (...)
  • 78 Voir Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine… », p. 412.

38Dans le travail des cuirs et des peaux dominent surtout les pelletiers (tableau 7). Rouen fait partie des villes qui, comme Venise, Lübeck et Amiens, comptent, à la fin du Moyen Âge, trois métiers s’occupant des pelleteries76 et vendant en trois halles différentes. Le premier regroupe les pelletiers de « voire œuvre » ou « vereuvre », encore appelés « pelletiers de Grant-Pont » tout comme leur halle. Le deuxième est spécialisé dans le travail des agneaux, connins et chats. Quant au troisième, il concerne les pelletiers de « vieille œuvre » qui vendent à la « halle aux chinchiers », ce dernier nom désignant alors les fripiers77. Leur halle se trouvait-elle auparavant en la rue de Grand-Pont, ce qui expliquerait l’appellation mentionnée ? Les pelletiers localisés sont en tout cas plus fréquemment paroisses Saint-Lô et Saint-Herbland et surtout rue Grand-Pont78. Moins nombreux que les pelletiers, les autres métiers des cuirs et peaux se répartissent davantage au sein des trois paroisses.

Tableau 8 – Travail des métaux précieux

Tableau 8 – Travail des métaux précieux
  • 79 Sur 11 d’entre eux dont le domicile est connu, 8 habitent le même pâté de maisons, en bordure de l (...)
  • 80 Lire Corvoiserie ou Courvoiserie. Ordonnances des rois de France, Eusèbe de Laurière et al. (éd.), (...)
  • 81 Les buffets des changeurs, aux XIVe et XVe siècles, occupèrent diverses places, toutes à proximité (...)

39Le travail des métaux précieux occupe une place tout à fait importante en raison d’une représentation massive des orfèvres sur la paroisse Saint-Herbland (tableau 8). Ils constituent un cas extrême de regroupement de l’habitat79. Cette concentration semble déjà ancienne, comme en témoigne une ordonnance royale de Charles le Bel de décembre 1325 : après avoir constaté que « par l’espace de deux cens ans et environ, toutes manières de Changes, et d’Orfevreries demourans en la ville de Rouen, ont accoustumé à demourer, et tous leurs ouvreurs de Change, et d’Orfevrerie, en la rue de la Cornoiserie à Roën, et non ailleurs en ladite ville », afin de remédier aux abus liés à l’exercice du change « en autres lieux non convenables pour ce faire », le roi mandait que dorénavant « nul Change ne soit fait ou levé en ladite ville, ailleurs que en la dite rue de Cornoiserie »80. Le contrôle de ces activités, ainsi que des revenus que le roi en tire, explique que l’on trouve encore, au XVe siècle, les buffets de change et les échoppes des orfèvres rouennais à l’extrémité de la rue de Courvoiserie (ou du Gros-Horloge) et devant le parvis de la cathédrale81.

Fig. 2 – Localisation du domicile des orfèvres, paroisse Saint-Herbland, pour la décennie1460-1470 (document Philippe Cailleux).

  • 82 Sur les 36 maîtres et gardes cités par un acte de 1441, ils sont au moins neuf à demeurer sur Sain (...)
  • 83 Complétée par l’achat, en 1493, d’une maison voisine de la précédente. Voir BMR, ms. g 165/200, et (...)

40Si les mentions d’orfèvres demeurant sur d’autres paroisses indiquent qu’il n’y avait pas, ou plus, obligation de domicile, une proportion non négligeable des maîtres de ce métier élisait tout de même domicile en cette paroisse82. Deux autres événements contribuent peut-être à maintenir cette concentration sur une portion de la paroisse. D’une part, le choix de l’église Saint-Herbland comme siège de la confrérie fondée en l’honneur de la Transfiguration et de saint Éloi, vers 1441, et, d’autre part, la donation à la communauté du métier, en 1441, par Guillaume Lalemant, orfèvre, et Colette sa femme d’une maison leur appartenant, située à quelques mètres de l’église Saint-Herbland83.

  • 84 Ordonnances des rois de France…, tome IV, p. 630
  • 85 La rue qui les borde est d’ailleurs appelée « pavement du roy de la rue des Changes devant l’eglis (...)

41Les changeurs, détenteurs d’offices dont le nombre était contrôlé par l’administration royale, étaient également concernés par l’ordonnance de Charles le Bel. Réagissant à un probable éparpillement, une ordonnance de Charles V, du 28 juin 1366, prescrivait le regroupement des échoppes « en la Poulaillerie »84. Mais certains tenaient aussi leurs échoppes ou buffets dans les trois tènements de la paroisse Saint-Herbland qui font face à la cathédrale. Contrairement à l’hôtel appelé « les Changes » appartenant au domaine royal, les deux autres paraissent souvent aux mains de familles d’orfèvres ou de changeurs85. On relève également, dans les listes décennales, la présence de quelques ouvriers de la monnaie.

Tableau 9 – Travail des métaux

Tableau 9 – Travail des métaux
  • 86 Les plaintes adressées par certains de ces métiers – couteliers et cloutiers – en raison du départ (...)

42À côté du travail spécifique des métaux précieux, particulièrement surveillé, plusieurs artisans ou marchands de la métallurgie, moins nombreux, installent leurs équipements de travail dans des maisons du centre de la ville86.

  • 87 À Saint-Lô cinq étamiers (Pierre Deudemare, Guillaume Guiffart, Antheaume Le Monnier, Jehan Postel (...)
  • 88 Les « lormiers » fabriquent les accessoires de sellerie (clous, éperons, mors…). Michel Mollat rem (...)
  • 89 On compte trois brigandiniers sur Notre-Dame-la-Ronde entre 1480 et la fin du siècle. Il s’agit de (...)

43Alors que les indications de métiers sont très rares pour la seconde moitié du XIVe siècle, on peut relever un nombre notable de mentions de ceux de la métallurgie87 (tableau 9). Si les noms changent, on retrouve, dans l’ensemble, les mêmes activités au XVe siècle, à l’exception des étamiers qui ne sont pratiquement pas mentionnés, paroisse Saint-Lô, dans la seconde moitié du XVe siècle. S’y ajoutent également quelques métiers comme celui de « lormier » lié à la sellerie88 et d’autres liés à la production d’armures : les armuriers puis, avec la seconde moitié du XVe siècle, les brigandiniers89.

Tableau 10 – Métiers de l’alimentation

Tableau 10 – Métiers de l’alimentation
  • 90 BMR, tiroir 64, 1er août 1462, liste des présents.

44Quant à l’horloger de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, Robin Le Bret, il est probable qu’il travaille, pour le compte de la ville, à l’entretien de l’horloge du beffroi90.

  • 91 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 185-199.

45Les activités se rapportant à l’alimentation occupent une faible part du total des indications. Elles tiennent, pour l’essentiel, d’une part à la présence des bouchers dont les tènements et étals sont regroupés aux abords immédiats de la porte Massacre et d’autre part à l’existence du Neuf Marché, point de vente des « poulaillers » et « fruitiers » attirés par un domicile proche de leur lieu de vente91 (tableau 10).

  • 92 Voir par exemple Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Picard, 1979, p. (...)

46À Rouen, comme dans de nombreuses autres villes, les bouchers se trouvent regroupés en quelques points92. À la porte Massacre, limite de la ville antique, se tient l’une des quatre boucheries anciennes de la ville. Étals et demeures s’y répartissent entre les paroisses Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Jehan-sur-Renelle.

47Les boulangers tout comme les pâtissiers se trouvent davantage répartis dans l’espace urbain. Ils semblent peu nombreux et le chiffre de trois boulangers par paroisse n’est atteint qu’une fois à Notre-Dame-la-Ronde (décennie 1460-1469). Les pâtissiers sont encore moins nombreux.

  • 93 Bières et cervoises étaient souvent fabriquées par le même brasseur. Voir Charles de Beaurepaire, (...)
  • 94 Le tènement est pris à rente des religieux pour 10 l.t. de rente annuelle. Jehan Moullin, qui jusq (...)
  • 95 ADSM, 2E1/200, 1er septembre 1474. La maison du Pot d’étain a été étudiée à partir d’un partage de (...)

48Les brasseurs, fabriquant bière et cervoise, nombreux à Rouen à la fin du XIVe siècle, ne se rencontrent ici que rarement93. L’un d’eux, Jehan Moullin tient la maison de l’Ermite, rue Grand-Pont, des religieux de Saint-Lô. Sa veuve et l’un de ses fils prénommé Gillet, brassent également et c’est à sa fille que reviennent ses ustensiles de brasserie94. Robin Chamberlenc, quant à lui, habite la maison à l’enseigne du Pot d’étain, paroisse Saint-Herbland95. Hormis ce dernier, il semble que la paroisse Saint-Herbland n’attire guère le commerce de l’alimentaire.

  • 96 « Chronique rouennaise 1371-1434 », in Chronique normande de Pierre Cochon notaire apostolique à R (...)

49On peut relever dans les listes plusieurs absences, à commencer par celle des taverniers, en concordance avec ce qui a été dit des tavernes : une seule mention d’hôtel où l’on tient taverne. Des interrogations persistent, il est vrai, dans certains cas. Prenons celui de Jehan Vibert que Pierre Cochon, dans sa chronique rouennaise appelle Jehan Ybert, aux pratiques commerciales douteuses : « Item, en l’an mil cccc. et sept, jehan Ybert, bourgois de Rouen, out XVne. queues de vin deffonséez, à son de trompez, pour ce qu’il n’estoient ne bonnes ne lealz, une devant sa maison de l’Espée en Grand-Pont, l’autre au carrefour de la Poulleterie, et au bout du pont deux (et avoit en une un ponchon plain d’eaue), et le demourant au cay du crucifis ». S’agit-il d’un bourgeois qui vend à taverne ou bien d’un véritable tavernier ? Bien que les quantités soient importantes, la première hypothèse est la plus probable, le nommé Vibert exerçant par ailleurs le métier de féron, à moins qu’il n’ait double activité96. Les indications d’hôtelier, métier rattaché à ceux de l’alimentation, sont pratiquement aussi rares de même que celles de cuisinier ou « queu ». Relevons également l’absence des poissonniers, leur localisation suivant certainement la même logique que celle des bouchers, mais plus au sud, vers la Seine.

  • 97 ADSM, 2E1/207, 14 avril 1482. La femme de Thomas Le Tavernier, Jehanne, était veuve d’un nommé Jeh (...)
  • 98 ADSM, 26 H, carton 4, mention provenant d’un compte de 1436 des rentes et revenus des offices de l (...)

50Restent encore les marchands de fruits et de poulailles, installés à proximité du Neuf Marché. Leur commerce semble leur assurer une certaine aisance, si l’on en juge par la fondation de Thomas Le Tavernier et de Jehanne sa femme qui laissent à l’église paroissiale Saint-Lô, pour une messe basse par semaine, 400 écus d’or, divers ornements d’autel et, après leur décès, la propriété de deux maisons de la rue Barate97. L’un d’entre eux, Jehan Pinchon, est dit « poullailier du roy de France »98.

  • 99 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 211-217 et 275-286, fiches des parcelles 412 et 418.
  • 100 Voir Jean Favier, Le Commerce fluvial dans la région parisienne au XVe siècle, I, Le registre des (...)
  • 101 ADSM, 2E1/164, 11 septembre 1412. La vente se fait pour 48 l.t. Le vendeur peut, s’il le souhaite, (...)

51Les affaires brassées par les marchands de « fruiteries » de la paroisse Saint-Lô ont laissé quelques traces qui les montrent négociant surtout des pommes, éventuellement des poires, pour des sommes relativement élevées. Entre 1454 et 1466, Pierre Desloges, dont la vaste demeure de la rue Saint-Lô a déjà été évoquée99, figure à cinq reprises au registre des compagnies françaises : en 1454 pour 40 sommes de poires, en 1456 pour 12 queues de pommes, en 1460, 1464 et 1466 pour 40, 26 et 40 mines de pommes de plusieurs sortes. Pour retenir deux exemples, ces marchandises ont, à leur arrivée à Paris, des valeurs de 49 livres 6 sous parisis en 1460, de 84 livres tournois en 1466100. En 1412, Vincent Morel, autre marchand de fruits de la paroisse Saint-Lô achète, pour une somme un peu plus modeste, 80 « costes » de pommes à un bourgeois de Saint-Cyr du Val-de-Reuil101.

52Au dire de Pierre Cochon, marqué par les fortes mutations sociales héritées des années les plus difficiles – et notamment celles de l’année 1421 – ces métiers s’en sortent fort bien :

  • 102 « Chronique rouennaise 1371-1434 », in Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 345-346.

Et estoit, en ce temps, une maniere de vivre que cex qui souloient estre riches vindrent povres, et les povres riches, comme taverniers, boulengiers, bouchiers, par especial, cordouenniers, revendeeurs et revenderesses, coconniers, formagiers. Et pluriex autres devindrent si riches qu’il ne savoient qu’il avoient vaillant. Et chex quilz se vivoient de leur rentez se vivoient à grant paine et à grant doulour102.

  • 103 BMR, registre A9, f° 82, 19 septembre 1450, BMR, registre XX2, ADSM, 2E1/204, 6 mars 1479, n. s. 1 (...)

53Le petit commerce des denrées alimentaires est apparemment largement ouvert aux femmes. Dans l’adjudication aux enchères des échoppes du Neuf Marché, 19 des 33 échoppes reviennent à des femmes. Si quelques-unes d’entre elles sont chapelières (chapeaux de fleurs), elles sont nombreuses à tenir échoppe dans le « reng de la poullaillerie » et l’on compte plusieurs vendeuses de fruits, œufs et fromages. C’est en ce même lieu que devaient travailler les deux paroissiennes de Saint-Lô qualifiées de « marchandes communes de fruits »103.

Tableau 11 – Métiers du bâtiment

Tableau 11 – Métiers du bâtiment

54Avec les métiers du bâtiment, auxquels se sont intéressés plusieurs historiens rouennais, émergent des personnalités aux biographies mieux connues et notamment de grands noms de l’architecture rouennaise. Ce sont les « machons » de loin les plus nombreux (tableau 11). On en compte au moins 17 pour le XVe siècle dont 15 résident paroisse Saint-Lô.

  • 104 Charles de Beaurepaire a relevé plusieurs variantes de ce nom qui lui paraissait « étranger à ce p (...)
  • 105 ADSM, G 2089, f° 97 r°, 26 octobre 1408. L’achat de la maison de Raoul de Guiffart, située rue Sai (...)
  • 106 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 67-73.
  • 107 Germain Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », p. 14.
  • 108 Voir Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire : le palais royal de Rouen », Bulletin archéol (...)
  • 109 Les points de vue sur son rôle diffèrent sensiblement. Charles de Beaurepaire, qui aurait « voulu (...)
  • 110 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 203-205.
  • 111 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 76. Les dates de début et de fin de sa (...)

55Jehanson Salvart104, dont on a évoqué les biens tenus sur la paroisse Saint-Lô et le rôle dans le complot de Richart Mittes, habite cette dernière paroisse en 1408 au plus tard105. Depuis 1398, il a succédé à Jehan de Bayeux comme architecte de la cathédrale de Rouen. En 1410-1412, on le voit également travailler pour Guillaume de Melun, comte de Tancarville, notamment à la remise en défense du château106. En 1417, il mène les travaux de fortification de la ville de Honfleur107. Avec les débuts de l’occupation anglaise, il se voit confier par Henri V, dès 1419, la maîtrise des œuvres du nouveau palais, travail pour lequel il est secondé, l’année suivante, par trois autres maîtres du métier108. Pour ses bons services, le roi le récompense en lui donnant, en 1421, plusieurs terres nobles et des rentes. Son implication – mais à quel degré ? – dans le complot visant à livrer la ville, et notamment le château édifié sous sa direction109, lui vaut une condamnation à la décapitation. Gracié, il se voit tout de même confisquer de nombreux biens, dont sa maison de Saint-Lô, paroisse sur laquelle il ne réside plus par la suite110. Ses déboires avec les autorités anglaises ne lui font pas perdre la confiance du chapitre cathédral pour lequel il reste en charge jusqu’à sa mort, en 1447, ni celle de la ville pour laquelle il travaille également111.

  • 112 Sur Alexandre de Berneval voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 67-93. L (...)

56Un autre célèbre architecte rouennais, Alexandre de Berneval, dont le nom reste attaché à l’abbatiale Saint-Ouen, semble avoir habité un temps la paroisse Notre-Dame-la-Ronde. Nouvellement rouennais en 1420, il figure, deux ans plus tard, au nombre des locataires de la maison à l’enseigne de la Palette. Il achète, l’année suivante, une maison située en face de la précédente, rue Dourdonne, mais une clameur de marché de bourse l’oblige à renoncer à son acquisition112.

  • 113 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 75.
  • 114 ADSM, 2E1/222, 29 décembre 1495. L’arrangement concerne aussi 100 l.t. correspondant à une partie (...)

57Moins connu que les précédents, Jehan Le Vitte ou Le Victe, paroissien de Saint-Lô, intervient sur plusieurs chantiers rouennais. Une notice113 nous le montre employé aux travaux de l’église Saint-Nicolas vers 1453, à ceux de l’archevêché en 1461-1465 et de la cathédrale en 1466. Décédé en 1495, il fut inhumé en l’église paroissiale Saint-Lô. Ajoutons, à ces indications, qu’en 1482 il était trésorier de cette même paroisse et avait épousé, à une date non déterminée, Naudine, sœur de Pierre et Nicolas dits de Bessin. En 1495, cette dernière partage avec Jehan Le Baube l’aîné, de Notre-Dame-la-Ronde, neveu du défunt, deux maisons voisines, rue Saint-Lô, dont l’une est qualifiée de grande114.

  • 115 ADSM, G 2090, f° 232 v° et AN, KK 1309, no 196, vers 1365. Le même Beneet Le Mongnier assiste, tou (...)
  • 116 Charles Richard, Recherches historiques sur Rouen. Fortifications, Rouen, Péron, 1844, p. 200-202.
  • 117 ADSM, G 28, compte de l’archevêché, 1426-1427, travaux au pignon de l’hôtel de Déville, et G 2487, (...)
  • 118 En 1424, il baille à rente une des deux maisons de la rue Grand-Pont (ADSM, 2E1/170, 2 mars 1423, (...)

58Les charpentiers sont un peu moins nombreux : cinq au total. Maître Benoît Le Monnier possède trois maisons paroisse Saint-Lô et réside en l’une d’elles. Il est, vers 1365, charpentier-juré de la ville de Rouen et, deux décennies plus tard, pensionné de la fabrique de la cathédrale115. Son fils Jehan tient par la suite les trois mêmes maisons. Il est également paroissien de Saint-Lô. Il est l’un des quatre charpentiers-jurés présents à la délibération des conseillers de la ville, le 10 juillet 1398, décidant des travaux de fondation de la porte Martainville116. Dans les premières décennies du XVe siècle, on le voit travailler, tout comme son père, pour le compte de la fabrique de la cathédrale, mais également pour l’archevêque117. Il semble alors connaître des difficultés financières et ne figure plus, par la suite, au nombre des paroissiens de Saint-Lô118.

  • 119 Après leur décès. ADSM, 2E1/176, 12 février 1432, n. s. 1433.
  • 120 ADSM, 2E1/199, 13 décembre 1472, et 2E1/185 13 juillet 1451 pour la mention des époux et de Simon (...)

59Philipot Baudart habite, avec Marion sa femme, une maison de la paroisse Saint-Lô provenant des biens de la famille de son épouse, maison qu’en 1433 ils cèdent aux religieux de Saint-Lô119. Quant à Tassin Clément, charpentier demeurant paroisse Notre-Dame-la-Ronde, son mariage avec la veuve d’un « poulailler », Gillecte veuve de Simon Le Fouacher, n’est pas étranger à la constitution d’un patrimoine immobilier non négligeable. Ils laissent en effet à leurs ayants droit pas moins d’un tènement, un hôtel, trois maisons, cinq petites maisons et un appentis – tous localisés dans le même îlot, entre les rues Dourdonne et d’Escauderie, les unes sur Notre-Dame-la-Ronde les autres sur Saint-Jehan-sur-Renelle – et de menues rentes120.

  • 121 ADSM, G 2483 (1383-1387) et G 2090, f° 232, bail du 7 mars 1380 (n. s. 1381). Le charpentier reçoi (...)
  • 122 Sur les sept plâtriers recensés pour le XVe siècle, seul Andrieu Hamelin demeure paroisse Notre-Da (...)
  • 123 Voir ADSM, G 2488, travaux, en novembre 1426, à la maison de maître Guy Dubusc ; G 2490, avril 143 (...)

60Revenons à maître Benoît Le Monnier, charpentier, que la fabrique de la cathédrale compte parmi ses pensionnés. Il est intéressant de constater qu’il détient par ailleurs une maison de la rue de Grand-Pont, paroisse Saint-Lô, en payant annuellement 6 livres tournois au chapitre de la cathédrale121. Un autre exemple de telles relations – qui ne sont pas sans évoquer le clientélisme – nous est fourni, cette foisci par un plâtrier, autre métier représenté lui aussi essentiellement sur la paroisse Saint-Lô122. Les comptes de la fabrique mentionnent en effet, à de nombreuses reprises, des travaux effectués par Thomas Le Sueur, plâtrier alors que ce dernier a pris à rente du chapitre, avec un autre plâtrier, un hôtel de la paroisse Saint-Lô appartenant à la fabrique123.

  • 124 Variantes orthographiques : Hance Voissel, Hance de Vvesel, Hans de Vezel.

61Terminons par deux activités artistiques liées au bâtiment mais peu représentées. Hans Wesel est le seul peintre rencontré. Si nom et prénom suggèrent une origine hanséatique, nous savons seulement de lui qu’il occupait l’un des louages de la fabrique, en la rue aux Juifs, et payait pour cela 10 livres tournois par an124.

  • 125 Les peintres et tailleurs d’images obtinrent ensemble des statuts en 1507. Voir Charles Ouin-Lacro (...)
  • 126 Parmi les articles qui lui sont consacrés, citons ceux de René de Brebisson, « Jehan Audis archite (...)
  • 127 Voir Jean-Michel Bouvris, « Du nouveau sur Jehan Audis… », p. 130, qui rectifie date et transcript (...)
  • 128 Voir Jean-Michel Bouvris, « À propos de Jean Audis… », p. 105-111.
  • 129 Maurice Allinne, « Notes archéologiques… ». Comme le rappelait Jean-Michel Bouvris, « rien ne s’op (...)
  • 130 ADSM, 2E1/180, 25 juillet 1436, achat avec Marion sa femme d’une maison de la rue aux Juifs ; 2E1/ (...)
  • 131 Lorsque le 19 septembre 1450, les conseillers de la ville afferment les nouvelles échoppes de ce m (...)
  • 132 Est-il alors veuf ? Sa femme n’est en tout cas pas citée par l’acte. Peut-être faut-il voir dans c (...)

62Jehan Audis ou Audix représente, lui, une activité proche de la précédente125, celle de « tailleur d’ymages ». L’attention que lui ont portée plusieurs historiens nous vaut de connaître des fragments de biographie et quelques-unes de ses réalisations126. Il fait, à partir de Noël 1419, son apprentissage à Rouen sous la férule de Jehanson Salvart et de Jehan Roussel, qualifiés par le contrat d’« allouement » d’« ouvriers massons »127. En 1432, il demeure paroisse Saint-Nicolas, à Rouen. En 1433 et 1434, il est maître des œuvres de Sées et travaille également à la Ferté-Bernard128. On le retrouve à Rouen, en 1458, exerçant son art au portail de la Calende, à la cathédrale, où il réalise une statue de saint Michel terrassant le démon129. Ajoutons plusieurs données nouvelles. Après son séjour paroisse Saint-Nicolas, il se porte acquéreur, avec Marion sa femme, d’une maison de la paroisse Saint-Lô, en 1436. Cet achat est très probablement destiné à sa résidence, ce dont témoignent, en 1442 et 1444, deux pièces qui le disent de Saint-Lô de Rouen130. Peut-être souhaitent-ils se rapprocher du Neuf Marché ? Sa femme y tient en effet échoppe, quelques années plus tard131. Son décès est postérieur au 7 août 1464, date à laquelle il vend à un brodeur la moitié de sa maison132.

Tableau 12 – Métiers du bois

Tableau 12 – Métiers du bois
  • 133 BMR, registres XX1, f° 19 et XX2.

63À l’exception des charpentiers, classés parmi les métiers du bâtiment, le dernier groupe d’activités évoqué – celles reposant sur le travail du bois – est très faiblement représenté (tableau 12). Il est évident qu’un choix d’autres paroisses modifierait sensiblement cette importance. Relevons tout de même, parmi les différents points de vente du Neuf Marché en 1448, l’existence d’une « place a vendre bois » et d’une autre place tenue par un « fustailler », mais elles disparaissent après les aménagements du milieu du siècle133.

  • 134 Sans évoquer tous les métiers regroupés dans la catégorie « autres métiers », signalons ceux que l (...)
  • 135 Simone Roux, dans un article consacré aux métiers du bois à Paris, observait : « Comme les autres (...)

64À côté de ces indications précises134, il faut remarquer, avec la deuxième moitié du XVe siècle, le développement d’une qualification moins précise, celle de « marchand ». Faut-il voir là une recherche de considération sociale ou bien plutôt l’usage d’un qualificatif s’appliquant à des marchands brassant affaires dans des domaines très divers135 ?

  • 136 Les archives communales, notamment les registres de délibérations et les comptes de la ville, cont (...)
  • 137 ADSM, 2E1/168, 14 janvier 1420, n. s. 1421.

65Riches en renseignements, à partir du XVe siècle, sur les métiers exercés par les hommes, les registres du tabellionage le sont beaucoup moins sur les activités féminines136. Parmi les informations glanées, on peut noter le rôle de nourrice dévolu à Perrecte Louranier, paroissienne de Saint-Lô de Rouen, qui, en 1421, reçoit d’un Rouennais nommé Jehan Pinel la somme de 15 livres tournois tant pour rembourser un prêt que « pour la nourreture de deux enffans que ladite Perrecte lui a nourris le temps passé » sans que l’on connaisse la part de chacune de ces raisons137.

  • 138 ADSM, 2E1/162, 17 octobre 1407.

66Les jeunes filles peuvent être placées comme servantes. C’est à son aïeule Marie, veuve de Clément Duquesnay, demeurant paroisse Saint-Lô, que Jehan Sarrazin « aloue » sa fille Marion, pour une durée de trois ans, « pour la servir bien et deuement de tout ce que elle pourra et sarra fere », à charge pour la veuve de lui trouver « boire, mengier, vestir, caucher, feu et lit, ledit temps durant » et de verser 40 sous tournois à la fin des trois ans138.

  • 139 BMR, registre A1, f° 131. Les lingères, qu’elles soient de vieille ou de neuve œuvre, disposent au (...)
  • 140 Il s’agit peut-être de la femme de Jehan Le Fevre, paroissien de Saint-Lô. Au même registre, on tr (...)
  • 141 Voir 2E1/154, 18 septembre 1391. Voir également Charles de Beaurepaire, « Notice sur les orfèvres (...)
  • 142 2E1/159, 21 octobre 1404. Toutes les filles d’orfèvres n’exercent pas de telles activités. Parmi l (...)

67Mais les mentions les plus nombreuses nous montrent des femmes exerçant une activité dans l’artisanat et le petit commerce. En 1390, les conseillers de la ville octroient, à Jehanne, veuve d’Oudin Languedor, de la paroisse Saint-Lô, un emplacement en la halle aux lingères « pour consideracion d’une certaine aventure qui pieca lui avoit eu une gésine d’enfant »139. Quelques mois plus tard, Jehanne Le Fevre reçoit, des mêmes conseillers, une place de « venderesse de toilez » en la halle aux toiles140. Alips Sevestre, de la paroisse Saint-Herbland, s’engage, en 1391, à apprendre, en huit ans, le métier de brunisserie d’orfaivrerie à Michelle, fille de Robert Benard de la paroisse de Toutainville (Eure). Quelques années plus tard, elle prend un autre apprenti, Étienne Boutart, de Duclair (Seine-Maritime)141. Œuvrant aussi dans l’artisanat de luxe, Laurence, fille de Jehan Hasart – autre orfèvre de Saint-Herbland – et femme d’un certain Jehan Gueraume, se voit donner, en 1404, une rente de 4 livres 3 sous 4 deniers tournois, après le décès de ses parents, à condition d’apprendre à Marion, sa sœur, « le mestier de fere tyssus de fil de soye en son hostel », pour une durée de quatre ans, selon l’ordonnance du métier142.

  • 143 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443. Elle est alors âgée de 26 ans « et plus ». Sa sœur Marion (...)
  • 144 Le 19 septembre 1450, lors de l’attribution des nouvelles échoppes, lui reviennent les huitième et (...)

68L’aménagement de la maison familiale doit tenir compte de leur activité et de celle de leur éventuel(le) apprenti(e). Quand Jehan Le Balenchier cède sa maison de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle, il en réserve une partie, sans oublier d’y inclure « pour sadite femme et une aprentiche, s’aucune en avoit, place en l’ouvreur de devant dudit hostel pour faire le mestier de capperonnerie »143. Si la veuve de Gillet Lion, épicier, tient un étal de « revenderesse de menu epices » au Neuf Marché, elle tient également échoppe dans l’hôtel où elle demeure144.

  • 145 BMR, registre XX2 et registre A7, 19 septembre 1450. Si l’on ajoute à ces exemples celui de Perrec (...)

69On trouve très probablement d’autres femmes de paroissiens de Saint-Lô parmi les tenants d’échoppes au Neuf Marché : celle de Pierre Richier, charpentier de la paroisse Saint-Lô, prénommée Margot, ou encore Marion, femme du sculpteur Jehan Audis, dont on a parlé plus haut. On peut se faire une idée de la place qu’occupaient les femmes sur ce marché et plus généralement dans le petit commerce rouennais en notant qu’elles obtiennent 21 des 33 échoppes mises aux enchères par la ville en 1450145.

Le phénomène migratoire

  • 146 Arlette Higounet-Nadal, « Le relèvement », in Histoire de la population française, I, Des origines (...)

70L’importance des mouvements migratoires à la fin du Moyen Âge a été récemment soulignée par la plupart des travaux d’histoire urbaine ou sociale qui font apparaître « de plus en plus nettement qu’une grande mobilité a affecté de façon générale les populations médiévales et que ce mouvement a connu une particulière intensité dans la deuxième moitié du XVe siècle »146.

71L’étude de la population des trois paroisses rouennaises nous apporte des indications à propos de ce phénomène mais ne doit pas faire oublier que l’échelle d’observation qui est nôtre n’autorise pas une mesure d’ensemble des mouvements, le nombre de personnes impliquées étant trop faible pour cela. Par ailleurs, on doit garder à l’esprit le fait que le passage ou la fixation d’un habitant sur l’une des trois paroisses est un moment d’un parcours individuel dont la totalité nous échappe presque toujours. Une fois ces limites posées, évoquons brièvement les données rassemblées.

72Nous nous sommes d’abord intéressé à une expression utilisée dans les actes notariés et qui accompagne parfois l’indication de la paroisse de résidence. En effet, le tabellion citant un contractant précise parfois, après la mention « bourgeois de Rouen », « à présent demeurant paroisse X ». Cette indication, marque d’un déplacement intra-urbain ou d’une migration d’origine extra-urbaine, a donc été systématiquement relevée. Les résultats ont été collectés pour les trois paroisses et les trois décennies retenues.

  • 147 Rappelons que ces décennies ont été choisies parce qu’elles présentaient un nombre élevé de parois (...)
  • 148 Les taux sont, pour chacune des décennies, sensiblement inférieurs à Saint-Herbland, paroisse où l (...)
  • 149 L’extinction d’un lignage résidant n’est pas du même ordre qu’un départ même s’il y a, dans les de (...)

73S’il est vrai que le mode de choix des décennies peut exercer une influence difficile à évaluer sur les observations faites147, le nombre de ceux que l’on peut ranger parmi les nouvellement installés – disons depuis quelques années – n’est pas négligeable, surtout si l’on considère les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde, pour lesquelles ils représentent de 8 à 9 % des paroissiens rencontrés en 1420-1429 et 1460-1469148. Contrairement à l’indicateur précédent – portant uniquement sur les nouveaux venus (ou éventuellement revenus) –, l’étude des patronymes, de leur conservation ou de leur renouvellement, d’une décennie à l’autre, permet une approche plus globale de la mobilité géographique, mais elle mêle plusieurs facteurs qui ne relèvent pas tous de cette dernière149.

  • a La colonne « Nombre » indique le nombre de personnes dites « à présent demeurer » sur l’une des tro (...)

Tableau 13 – Les « demeurant à présent »a

Tableau 13 – Les « demeurant à présent »a

Tableau 14 – Subsistance des patronymes

Tableau 14 – Subsistance des patronymes
  • 150 La comparaison entre les décennies 1390-1399 et 1420-1429 laisse apparaître, pour la décennie 1420 (...)

74Ces données permettent de conclure à un très fort renouvellement des patronymes150 qui, en dépit des réserves formulées, laisse très certainement une belle part à la mobilité. Elle se décèle très tôt dans le XVe siècle mais semble moins marquée le siècle finissant : le nombre de patronymes subsistant en 1490-1499 est en progression marquée alors que les nouveaux venus enregistrés sont moins nombreux.

  • 151 Pour la période 1360-1450, on a recensé 7 lieux de naissances, 5 nouvelles et 3 anciennes paroisse (...)
  • 152 Huit paroisses n’ont pu être localisées avec certitude (5 en 1360-1450 et 3 en 1450-1500). Les car (...)

75Le troisième type de données utilisées est constitué par les mentions de paroisses non rouennaises dont sont natifs ou dans lesquelles ont résidé des habitants des trois paroisses – soit avant soit après leur séjour rouennais – auxquelles on a ajouté les lieux de demeure de parents à des degrés divers, soit un ensemble d’une cinquantaine d’indications pour celles relevées dans les années 1360 à 1450 et de plus d’une centaine pour celles qui l’ont été entre 1450 et 1500151. Ces informations sont certes hétérogènes et nous laissent souvent une incertitude quant à celui ou ceux qui ont migré – mais elles enregistrent des migrations effectives. Pour chacune des deux périodes, les lieux localisables152 ont été cartographiés (figures 3 et 4).

  • 153 Sur les paroisses hors carte, se reporter à la note précédente.
  • 154 Près de 45 % des indications de 1360-1450, un peu plus de 52 % de 1450-1500.
  • 155 Cette dernière localisation pour 1450-1500. Une analyse portant sur l’évolution chronologique est (...)

76Les paroisses normandes représentent l’essentiel des lieux de résidence recensés153. Environ la moitié d’entre elles se trouvent placées dans un rayon de 25 kilomètres autour de Rouen154. La Seine les partage en quantités à peu près égales. Vallée de la Seine et pays de Caux pour l’essentiel, vallée de la Risle et littoral de la Manche à l’ouest de Caen155 pour une moindre part constituent les principales zones de localisation.

  • 156 « Dans la ville médiévale existaient plusieurs causes d’émigration temporaire : affaires, épidémie (...)
  • 157 Nous avons évoqué l’afflux d’immigrants normands « retrais » à Rouen pour fuir le théâtre d’opérat (...)

77Au-delà de ces observations, s’il est possible de déterminer globalement les facteurs attractifs, ou à l’inverse répulsifs, qui jouent un rôle déterminant156, il est en revanche plus ardu, en dehors de périodes critiques, de déterminer ce qui a déplacé tel ou tel autre individu157.

Fig. 3 – Cartes des migrations et liens familiaux pour la période 1360-1450 (document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).

Fig. 4 – Cartes des migrations et liens familiaux pour la période 1450-1500 (document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).

  • 158 BNF, ms. lat. 10057, fos 297-298. En 1492, ses deux filles ayant épousé l’une Jaquet Yvelin l’autr (...)

78Quelques circonstances sont connues, par exemple lors d’opérations de peuplement. Après l’expulsion des habitants d’Arras, la décision de Louis XI, en 1479, de les remplacer par 3 000 familles de « bons et loyaux sujets » provenant des villes du royaume entraîne la transplantation de plusieurs Rouennais. Le fils d’un mercier de la paroisse Saint-Lô, Guillaume Asselin, boursier de son métier, est inscrit dans la liste des ménages rouennais envoyés en 1480 en la ville d’Arras, devenue Franchise, et qui reçoivent pour cela une somme d’argent. Il y reste, semble-t-il, après 1482 et le traité d’Arras158.

  • 159 Voir Claudine Billot, « Métiers de la métallurgie et migrations en France à la fin du Moyen Âge », (...)
  • 160 ADSM, 2E1/199, 13 décembre 1472 et 2E1/203, 8 octobre 1478. Il est fils d’un marchand armurier de (...)

79Certains déplacements peuvent relever de l’appel à des spécialistes, forains ou étrangers, telle, au XVe siècle, la présence d’armuriers milanais dans plusieurs villes du royaume, et notamment à Rouen159. D’autres viennent de moins loin, comme Guillaume Le Fèvre, dit de Chartres, armurier demeurant paroisse Notre-Dame-la-Ronde en 1472, qui, comme son surnom l’indique, est un immigré chartrain160. Il habite, plus tard, la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle tandis que Lubin, son frère, également armurier, demeure paroisse Saint-Michel de Rouen.

  • 161 Blaise Madée et « ses compaignons lombars a Rouen » louent en 1381, pour une durée de neuf ans, un (...)

80Nous trouvons trace, à plusieurs reprises, de marchands étrangers attirés par la place d’affaires rouennaise et installés sur l’une des trois paroisses : marchands lombards, à la fin du XIVe siècle, mais également marchands espagnols, à la fin du XVe siècle, tel Guillaume de Salmengne, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, ou encore Alonce de Civille à Saint-Herbland161.

  • 162 Les frères Madée et leurs associés avaient d’abord utilisé les services d’un facteur nommé Bonifac (...)

81Est-ce son rôle de facteur des frères Madée, marchands lombards, qui amène Jaquemin Ambroise à s’installer sur la paroisse Saint-Lô dans la dernière décennie du XIVe siècle ? Il s’y trouve en tout cas « à présent » demeurer en 1398, sans que soit précisée sa domiciliation antérieure. Il prend alors possession, sa vie durant, de deux maisons de la rue de Grand-Pont dont l’une est à l’enseigne de la « Penne vere ». Dans la décennie suivante, il agit à plusieurs reprises comme procureur et facteur de Blaise et Antoine dits Madee, marchands lombards installés à Rouen, mais également comme procureur et receveur de Jehan de Calleville, chevalier, seigneur de Douville. Il quitte ensuite Rouen puisque nous le voyons, en 1421, résider à Paris162.

  • 163 ADSM, 2E1/193 9 janvier 1464, n. s. 1465, et 2E1/203, 2 avril 1478, n. s. 1479. L’imprécision fait (...)

82L’apprentissage d’un métier peut ensuite entraîner une installation en ville. C’est le cas, déjà mentionné, de Jehan Audis, natif des environs de Sées163.

  • 164 À l’inverse, Michel Millart, orfèvre et fils d’un avocat rouennais, demeure en 1480 à Sées (ADSM, (...)

83L’Espagne est pour d’autres une destination mais les frontières du royaume sont dépassées et l’indication géographique relevée par le tabellion devient bien vague. On sait simplement de Jehan Poictevin, frère d’un orfèvre de Saint-Herbland et lui-même résidant sur cette paroisse en 1464, qu’il est, en 1479, « a present demourant, comme l’en dit, au pays d’Espaigne »164.

  • 165 ADSM, 2E1/214, 19 janvier 1491, n. s. 1492, et 2E1/222, 12 janvier 1495, n. s. 1496. Saint-Martin- (...)

84Les activités exercées et les localisations suggèrent parfois des rapprochements difficiles à étayer. Ainsi, deux des frères de Guillaume Baudouyn, paroissien de Notre-Dame-la-Ronde, demeurent l’un à Saint-Georges-de-Boscherville et l’autre à « Bazemont prez Maulle en France », paroisse distante d’une quinzaine de kilomètres de Mantes ; localisations intéressantes quand on constate que le nommé Guillaume est « fruitier »165.

85Ces quelques données montrent qu’une bonne partie de ces « bourgeois rouennais » enregistrés sur ses feuillets par le tabellion sont des nouveaux venus alors que d’autres ne restent pas à Rouen. Mais l’importance des migrations vers et hors la ville ne doit pas faire oublier d’autres mouvements, au moins aussi importants par leur nombre : ceux qui mènent de l’une à l’autre des paroisses rouennaises. Mariages, partages successoraux, nouvelles acquisitions sont autant d’occasions de concourir à la mobilité intra-urbaine et les mentions de tels mouvements abondent.

Notes

1 Polyptychum Rothomagensis Diocesis, Léopold Delisle (éd.), RHGF, tome XXIII, 1876, p. 328-329.

2 Voir p. 63, à propos du pouillé dit « d’Eudes Rigaud », et p. 182 pour l’estimation des superficies paroissiales. Quatre paroisses comportent moins de chefs de feu que Saint-Herbland : ils sont 60 à Saint-Nicolas, Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres et Saint-Pierre-le-Portier, 70 à Saint-Vigor. De même importance que Saint-Herbland figurent Saint-Pierre-du-Châtel et Saint-Amand.

3 Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen, Rouen, Cagniard, 1890, tome I, notamment les pages 40 et suivantes à propos des contestations élevées à ce propos par les archevêques de Rouen au XVe siècle.

4 BMR, ms. Y29, tome IV, no 55.

5 Il a paru préférable de s’en tenir à un rythme décennal plutôt qu’à une exploitation sur une période plus brève – fatalement plus sensible aux lacunes dans la conservation des registres des tabellions et livrant donc des listes trop courtes pour approcher la composition paroissiale – ou encore une plage plus longue maintenant trop longtemps dans les listes des gens décédés et augmentant, par la mobilité au sein des trois paroisses, le nombre des rares individus présents deux fois dans les listes.

6 Ce total des trois paroisses comprend les individus clairement qualifiés de paroissiens par l’une des sources rencontrées, auxquels on a ajouté, dans un deuxième temps ceux et celles pour lesquels on apprend, au hasard des contrats, qu’ils sont « demeurant en la maison » (ou toute forme voisine). Cette dernière adjonction explique les valeurs légèrement supérieures à celles publiées dans Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une approche de l’espace rouennais à la fin du Moyen Âge », Histoire, Économie et Société, 1994, p. 408. Dans cette optique, on soulignera l’extrême intérêt présenté par les mentions, inscrites au revers des grosses, de paroissiens présents à la messe dominicale et attestant, à son issue, la lecture à l’ouïe de la paroisse.

7 ADSM, G 3712. Cette pièce est incomplète et ne comporte pas d’autres indications que les noms des bourgeois présents et leur date de comparution devant le bailli. L’ensemble des pièces a trait aux droits du chapitre sur les halles et moulins de Rouen, dont les lettres avaient été déchirées par les émeutiers de 1382.

8 Voir p. 449 et suiv.

9 Saint-Lô 110, Notre-Dame-la-Ronde 90, Saint-Herbland 70 soit un total de 270 tènements.

10 La décennie 1480-1489 fournit également une liste très abondante de 374 noms qui se distribuent en 165 pour Saint-Lô, 114 pour Notre-Dame-la-Ronde et 95 pour Saint-Herbland. Même type de répartition encore en 1450-1459. À noter que les écarts rencontrés ailleurs ne mettent pas en cause la place occupée par chacune : davantage d’habitants retrouvés à Saint-Lô qu’à Notre-Dame-la-Ronde, à Notre-Dame-la-Ronde qu’à Saint-Herbland. Les dénombrements paroissiaux des XVIIe et XVIIIe siècles dressent le même constat (voir Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1983, tome II, p. 9). Ce constat s’inscrit dans une donnée spatiale à rappeler : la superficie consacrée à l’habitat est estimable, pour le XVe siècle, à 26 500 m2 pour la paroisse Saint-Lô, à 11 200 m2 pour Notre-Dame-la-Ronde et à 8 500 m2 pour Saint-Herbland (voir p. 182-183 du présent ouvrage). L’inventaire des pauvres et mendiants, que l’on imagine peu souvent compter au nombre des clients des tabellions, introduit ici une donnée hétérogène. Le mécanisme de l’appauvrissement fournit en revanche une partie de sa clientèle au tabellion par l’utilisation éventuelle de la rente constituée.

11 ADSM, G 6714, 16 novembre 1423. Aux trois trésoriers et au curé s’associent 45 personnes, ce qui révèle la présence d’une vingtaine d’individus qui auraient échappé à la liste sans cette pièce, non pas que leur nom n’apparaisse pas mais parce que la paroisse ne lui est pas associée.

12 Leur nombre est toutefois atténué par de fréquents remariages. Voir p. 455.

13 Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge, étude sociale, Paris, Hachette, 1978, p. 282.

14 En 1397, Jehan Gouppil et Chrestienne sa femme tiennent avec Jehan de La Chermoie, frère de ladite Chrestienne, une maison jouxtant le cimetière de Notre-Dame-la-Ronde où ils demeurent (ADSM, 2E1/157, 28 août 1397). L’année suivante, ils sont encore paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde mais, en 1399, ils sont dits habiter « a present » paroisse Saint-Maclou (ADSM, 2E1/157, 21 décembre 1398 et 29 mars suivant).

15 ADSM, 2E1/171, f° 453.

16 Voir ADSM, G 7411, pièce sans date (déchirée). La moitié de la rente venait au collège des Clémentins dont le compte de 1416-1417 enregistre le versement du même Robert (ADSM, G 4770).

17 ADSM, 14 H 20, fos 111-112.

18 Mention de Cardinet Theroulde parmi les paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde présents en 1390 (voir ADSM, G 3712). Cardinet appartient à la série des hypocoristiques-aphérèses de Richard.

19 ADSM, 2E1/169, 21 février 1421, n. s. 1422. Sur les « rendus », voir p. 443 du présent ouvrage.

20 Des deux confréries rouennaises de marchands, celle de Notre-Dame de la cathédrale est plutôt réservée aux grands négociants, voir Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, École normale supérieure, 1988, p. 97, n. 63. La confrérie Sainte-Croix se trouvait installée à la collégiale du Saint-Sépulcre de Rouen.

21 Aujourd’hui, Roumare en Seine-Maritime.

22 ADSM, 2E1/169, 8 mars 1421, n. s. 1422, la vente se fait « en fieble monnoie ». Pour les mesures agraires de superficie dans la vicomté de Rouen, voir Denise Angers, Le Terrier de la famille d’Orbec à Cideville (Haute-Normandie), XIVe -XVIe siècle, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1993, p. 58-59, n. 94. L’acre, de 56,75 ares, s’y divisait toujours en 4 vergées. 5 vergées représentent donc un peu plus de 70 ares.

23 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au Bas Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)… Rôles de fouage paroissiaux de 1422 à 1458 », CLD, tome XXII, p. 36.

24 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… Rôles de l’aide de 1421 », CLD, tome XX, fasc. 1-2, p. 3.

25 Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… » p. 7.

26 « Certainement il y avait entre feux misérables et feux mendiants la différence qui sépare la condition précaire de la pauvreté laborieuse de l’indigence incapable, faute de travail, de survivre sans l’aide d’autrui », Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge…, p. 283. Les registres de l’« estime » de Florence distinguent les indigents des mendiants, Charles de La Roncière, « Pauvres et pauvreté à Florence au XIVe siècle », in Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge XVIe siècle), Michel Mollat (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1974, p. 661-745, cité par Jean-Louis Goglin, Les Misérables dans l’Occident médiéval, Paris, Le Seuil (Histoire ; 25), 1976, p. 117.

27 Il est de 0,57. Il est vrai que pour certaines paroisses, il peut dépasser largement 1. C’est le cas de la paroisse Saint-Amand où l’on compte 4 feux assujettis pour 26 pauvres et mendiants. Faute de disposer des données de tous les paiements et de toutes les paroisses, relevons tout de même que les paroisses pour lesquelles ce taux est inférieur à 0,2 font toutes l’objet d’une crue (voir en annexe, p. 478, le document récapitulatif des données concernant cette aide de 1421). La situation se révèle d’ailleurs changeante. Si l’on compare les deux relevés de paiements pour la paroisse Saint-Étienne-des-Tonneliers, le premier, non daté, fait figurer 53 feux pour 10 pauvres alors que le second, du 16 août 1421, dénombre 43 feux et 21 pauvres.

28 L’étude de la répartition de cette aide montre la part tout à fait importante qui revient à la paroisse Saint-Herbland. Seules les deux paroisses les plus étendues et les plus peuplées de la ville se voient imposer une contribution supérieure. Alors que la situation de certaines paroisses comme celle de Saint-Amand paraît encore critique, elle semble meilleure à Notre-Dame-la-Ronde dont la contribution est loin d’être négligeable, notamment au regard de celle de Saint-Lô qui lui est inférieure de 30 %. Ce type de document reste toutefois à utiliser avec précaution faute d’une information complète sur l’ensemble des prélèvements et des modes de répartition.

29 Les données recensent essentiellement les activités mentionnées dans la décennie. S’y trouvent également, pour une très faible part, les indications se rapportant à une personne clairement identifiée – sans risque de confusion avec un autre membre de la famille – lorsque l’information existe pour la décennie précédente ou la suivante.

30 Voir p. 429. Le rapport étudié est donc supérieur si l’on ne prend en considération que les activités masculines. La proportion est alors de 26,7 % en 1420-1429, de 62,2 % en 1460-1469 et de 65,2 % en 1490-1499.

31 Ce décalage entre les sources est sensible à la lecture des registres des délibérations municipales, dans lesquels sont fréquemment mentionnés des marchands de vin, alors que cette qualification ne se rencontre pas dans le tabellionage (voir les métiers de l’alimentation, p. 421).

32 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 389-390, parcelle 602 de la paroisse Saint-Lô.

33 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs », in Histoire de Rouen, Rouen, Privat, 1979, p. 72.

34 Ibid., p. 427.

35 Léopold Delisle a relevé que les bourgeois rouennais prenaient grand soin de s’appeler « citoyens », titre alors réservé aux habitants des villes épiscopales. Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, extrait de MSAN, tome XVI, Caen, Hardel, 1852, p. 126, no 647, n. 1.

36 Au moins 4 des 32 paroissiens de Saint-Lô, pour la décennie 1360-1369, sont fermiers d’une des nombreuses impositions prélevées sur l’activité rouennaise. Il semble que les tabellions – le risque de poursuites en est probablement la cause – notent plus scrupuleusement la paroisse de résidence des fermiers.

37 Prenons pour exemple le cas de Vincent et Guillaume Michel, deux frères, fils de Vincent Michel, qui possèdent, à Rouen, l’un des plus beaux hôtels du secteur, le manoir de la Fontaine. L’un des deux, Vincent – selon ce que rapporte un argumentaire rédigé par les religieux de Saint-Lô apparemment, paroissien de Saint-Lô mais enterré en la paroisse Saint-Herbland – avait fondé une chapelle en ce dernier lieu (ADSM, G 6859, milieu du XVe siècle). Ce sont très certainement ces bourgeois rouennais que cite Raymond Cazelles, au sujet de procédures entamées contre plusieurs tenants de postes financiers sous le règne de Philippe VI : « L’épuration s’étend également à la province puisque deux bourgeois de Rouen, Vincent et Guillaume Michel, sont, à la même époque, en prison au Châtelet et fournissent caution pour en sortir. Vincent Michel a été, de 1326 à 1330, bailli de Caen, condamné à des amendes puis dédommagé en novembre 1334 et a représenté Rouen aux états de février 1335. Il faisait aussi commerce d’argent. Quant à Guillaume Michel, il était clerc du trésor dès 1336 », Raymond Cazelles, La Société politique et la Crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, d’Argences, 1958, p. 183. Selon le même auteur, Vincent Michel est bailleur de fonds du comte d’Eu, ibid. p. 294. On peut penser que Vincent Michel, leur père, est l’un des échevins excommuniés avec le maire de Rouen, Jehan Naguet, le 12 mars 1291, par le doyen du chapitre cathédral. Voir Léon Fallue, Histoire politique et religieuse de l’église métropolitaine et du diocèse de Rouen, tome II, Rouen, Le Brument, 1850, p. 178. Le commerce international nous fournit un second exemple avec Ricart Oger, qui, en compagnie de Jacques Le Lieur, capitaine de la ville, fait venir du blé par mer, depuis la Flandre, ce que révèle un incident survenu à bord de la nef, en 1364. Le blé s’étant « eschauffé en ladite nef tellement que se il n’estoit descendu et mis en grenier, il seroit emperil de perdre et d’estre malmis », les deux Rouennais se tournent vers leur maire qui adresse une lettre, le 2 novembre de la même année, aux habitants de Dieppe pour les prier de vouloir accepter de mettre le blé en grenier dans leur ville (voir Guillaume Tieullier, Le Coustumier de la vicomté de Dieppe, Emmanuel Coppinger (éd.), Dieppe, Leprêtre, 1884, p. 58-59). Ce bourgeois rouennais, dont la résidence était à Saint-Herbland, compte au nombre des plus gros prêteurs lors des avances de trésorerie obtenues par Charles V des Rouennais, en 1370 et 1372 (voir Siméon Luce, « Un emprunt forcé à Rouen en décembre 1370 », BSHN, 1880-1883, p. 110-134 et BMR, ms. Y 29, tome IV, 26 février 1372 [n. s.]. Sa contribution est fixée à 225 puis à 200 l.t.).

38 Il s’agit, dans tous les cas, de prêtres pour lesquels une cure n’est que très rarement précisée. Les paroisses de résidence des chanoines sont encore moins souvent indiquées. Pourtant, ils peuvent se voir contraints à payer les dîmes fruitières au curé du lieu, tel maître Gaspar Carit pour son manoir de la paroisse Saint-Lô (ADSM, G 6859, 28 octobre 1390).

39 Les documents permettant d’approcher ce nombre sont rares. Seule une pièce de 1432 dénombre les carmes – dont le couvent se trouve pour l’essentiel paroisse Saint-Lô (l’église s’y trouvant en totalité) et pour le reste sur Saint-Amand – alors qu’ils sont réunis en chapitre pour enregistrer la fondation d’une messe par Jehan Marcel, changeur et bourgeois de Rouen, après la construction, aux frais du fondateur, d’une chapelle. Sont alors assemblés avec Pierres Hodenc, prieur, Guillaume Le Boucher, docteur en théologie, 4 lecteurs, 2 sous-prieurs, 1 sacristain, 14 prêtres auxquels s’ajoutent 11 autres jeunes religieux, diacres, sous-diacres et profès soit un total de 34 frères (ADSM, 2E1/175, 7 mars 1431, n. s. 1432).

40 Mme Jaqueline La Villaine, veuve de Laurent Poolin, « jadis chevalier », tient, en 1362, plusieurs héritages sis en la paroisse Notre-Dame-la-Ronde (ADSM, 2E1/150, vendredi avant Noël 1362) alors qu’un héritage voisin est, en 1392, aux mains de Jehan de Mausegny, chevalier, et de sa femme (ADSM, G 6859, 24 mars 1392). Ce dernier est seigneur de Poville (Pissy-Poville, Seine-Maritime). En 1344, une portion d’un tènement de la paroisse Saint-Lô est saisie sur les biens d’un chevalier, Bertaut de Breenchon, en raison d’une dette qu’il a contractée envers un autre chevalier, Mathieu Campion (ADSM, G 2090, fos 242-243) pour la vente d’un cheval. Pour tous ces exemples, nous ne sommes assurés que de la détention de biens, non de la résidence. Pour la seconde moitié du XIVe siècle, nous ne relevons que Guillaume Canterel, un écuyer, pour demeurer sur l’une des trois paroisses (il demeure « a présent » paroisse Saint-Lô, en 1372. ADSM, 2E1/152, f° 222). Mathieu ou Macy Campion, détenteur d’un tènement de la paroisse Saint-Amand est sénéchal et garde du temporel des archevêques de Rouen. Sa présence à leur échiquier peut rendre nécessaire une demeure en ville. Voir Fernand Soudet, Mémorial de l’échiquier des archevêques de Rouen, 5 juin 1381, Caen, Jouan et Bigot, 1926, p. 34.

41 Dont 10 femmes (veuves, au mari absent,…), voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… Rôles de l’aide de 1421 », p. 52-55. Les rôles sont conservés pour dix-neuf paroisses de l’intra-muros. En extrapolant au reste de la ville, ils seraient alors une cinquantaine. Mais l’installation anglaise est récente et l’on mesure mal le nombre des départs.

42 Les hôtels canoniaux semblent souvent accueillir des chevaliers : dans celui de la rue de la Chaîne réside un temps, à une date mal précisée, Jacques de Trie (ADSM, G 6858, vers 1439). Les nobles sont d’ailleurs nombreux parmi le haut clergé. Les Trie, famille noble du Vexin, ont donné deux chanoines à la cathédrale de Rouen, Guillaume et Louis (voir Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse d’État, université Paris IV, 1988, p. 1051, notice 490).

43 Sur les hiérarchies au sein de la noblesse, voir Philippe Contamine, La Noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 77-84. Nous reviendrons, pour leurs fonctions, sur certains de ses représentants.

44 Cité par Denise Angers, Le Terrier de la famille d’Orbec…, p. 55, n. 78. Le nombre de fiefs en Normandie est estimé, au XVe siècle, à environ 4 000, nombre provenant d’un mémorandum anglais concernant des négociations tenues en juillet et août 1439. Voir Christopher Thomas Allmand éd., « Documents Relating to the Anglo-French Negotiations of 1439 », in Camden Miscellany, XXIV, 1972, p. 143, cité par Anne Curry « Le service féodal en Normandie », in La « France anglaise » au Moyen Âge, Bernard Chevalier et Philippe Contamine (éd.), Paris, éditions du CTHS, 1988, p. 239. On trouve auparavant des exemples d’achats et même de revente de tels fiefs par des bourgeois rouennais. Retenons celui de Guillaume de Mesnières, bourgeois de Rouen et vendeur, en 1397, d’1/8 de fief à Grainville-sur-Ry (Seine-Maritime), tenu de noble homme messire Waleren de Rainneval à cause de Mme de Varennes sa femme (Charles de Beaurepaire, Notes et Documents concernant l’état des campagnes de la Haute-Normandie dans les derniers temps du Moyen Âge, Évreux, Huet, 1865, p. 146). Dans un contrat de l’année précédente, on le voit commander divers travaux à un charpentier de Marromme, dont un moulin à couteaux « semblable et en la fourme de celui qui a present est devant le moustier de Marromme », à un lieu nommé le manoir Vaspail mais également en son hôtel de Saint-Lô, paroisse où il demeure en 1390 et pour laquelle il collecte, avec quatre autres paroissiens, la part de la taille de 25 000 l.t. à laquelle est assujettie la ville, après les « commocions » de la Harelle, voir ADSM, 2E1/156, 1er décembre 1396 et BMR, registre A1, f° 31, 1389.

45 Michel Mollat commente ainsi la première ordonnance : « en 1467, il a récompensé la loyauté des Rouennais et s’est assuré leur soutien, en les autorisant, eux et leurs héritiers, à posséder des fiefs nobles, sans payer aucun droit, “comme s’ils estoient nobles nez et extraicts de noble ligne” » (Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 466).

46 Ordonnances des rois de France, tome XVII, marquis de Pastoret (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1820, p. 337-341. « Le document précise que ces roturiers, exemptés du même coup du paiement des taxes de franc-fief, devront vivre noblement, se gouverner en tous actes comme les autres nobles du pays et ne feront rien “derogeant a la noblesse”. Toutefois, “durant qu’ils feront le contraire”, ils seront astreints à payer la taille, ce qui semble impliquer, à l’imitation du duché de Bretagne, la notion de noblesse dormante », Philippe Contamine, La Noblesse au royaume de France…, p. 75. La charte concerne également l’amortissement des biens d’Église.

47 Soit un total de 123. Parmi les défaillants, figurent, il est vrai, le prieur de Saint-Lô et l’archevêque de Rouen. Nous avons consulté une copie de cette montre dans BNF, ms. lat. 10057, fos 97-99. On la trouve citée et analysée par Philippe Contamine dans« La noblesse et les villes dans la France de la fin du Moyen Âge », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, no 91, 1984, p. 480.

48 ADSM, 2E1/210, 25 janvier 1485, n. s. 1486. Il s’agit de Saint-Georges-de-Boscherville (sur le territoire des actuelles communes de Saint-Martin-de-Boscherville et Hénouville, en Seine-Maritime) : un fouage pour 1458 relève, parmi les exempts, à Saint-Georges-de-Boscherville, les prévôts de quatre fiefs dont les deux cités (voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… Rôles de fouage paroissiaux de 1422 à 1458 », p. 116). En 1462, Jehan Ribault exerce lui aussi le métier d’orfèvre (ADSM, 2E1/191, 9 novembre 1462). Au moment de cet accord, sa veuve est remariée à Guillaume Le Tavernier, deuxième de ses trois maris. L’achat de seigneurie au bailliage de Caux est à l’avantage de l’aîné, puisque la coutume y consacre un type d’aînesse absolue, tant pour les héritages nobles que roturier, voir A. Mutel, « Notes sur les usages locaux du bailliage de Caux dans la coutume rédigée de 1583 », AN, octobre 1971, p. 189.

49 ADSM, 2E1/208, 28 novembre 1482. On comprend qu’après de telles mesures les achats de seigneuries des Rouennais se soient poursuivis. Relevons le cas de Guillaume Restout, changeur demeurant paroisse Saint-Herbland, qui devient possesseur, à la suite d’un échange, du fief de La Bouteillerie, assis en la paroisse de Varneville-aux-Grès (Varneville-Bretteville à proximité de Tôtes, en Seine-Maritime, ADSM, 2E1/212, 28 janvier 1488, n. s. 1489). Quelques années plus tard, Guillaume Restout le jeune, peut-être son fils, est dit écuyer et seigneur de La Bouteillerie. Ou encore celui de maître Jacques Besoche, conseiller en cour laïque demeurant paroisse Saint-Lô, qui achète le 11 juin 1488 1/8 de fief noble nommé le fief d’Espineville dont le « chief mois », ou chef-lieu, est dit assis sur les paroisses de Vinnemerville, Saint-Martin-aux-Buneaux et Criquetot-le-Mauconduit au nord-ouest de Cany-Barville (Seine-Maritime), ADSM, 2E1/222, 11 juin 1488. Michel Mollat observe que ni Charles VIII ni Louis XII ne confirmèrent l’ordonnance de 1470, ce que fit François Ier à l’époque où il fondait Le Havre (Le Commerce maritime normand…, p. 466).

50 Il en existe au moins deux transcriptions. L’une : « Cy gît Noble homme Jehan du Bosc, Bourgeois de Rouen, sieur d’Alonville en Caux, qui décéda l’an 1400 & avec lui gît Catherine Poupart sa femme, qui décéda l’an 1438 le 22 Juillet », est donnée par François Farin, Histoire de Rouen, tome II, Rouen, Lebrun, 1738, 6e partie, p. 15. La date de 1400, lue par François Farin, n’est pas exacte car les époux demeurent paroisse Saint-Lô en 1426 (ADSM, 2E1/172, 16 novembre 1426). L’erreur vient probablement d’un effacement partiel de l’inscription. Plus scrupuleux, le rédacteur du manuscrit du fond Martainville préfère ne pas relever de chiffre après 14 et après deux traits situe le décès le premier jour d’un mois non précisé (BMR, ms. Martainville Y 2, p. 46). L’épitaphe de la femme semble mieux conservée et les deux relevés s’accordent sur un décès en 1438. Mieux vaut vérifier les informations données par L’Histoire de Rouen. Mal déchiffré par les deux sources, le fief est celui d’Ymonville, quart de fief noble à cour et usage situé paroisse Saint-Martin-de-la-Poterie, près d’Étretat, en la vicomté de Montivilliers, objet d’une transaction en mars 1420 (ADSM, 2E1/168, f° 643).

51 Probablement un riche marchand chaussetier, ADSM, 2E1/172, 16 novembre 1426. Sa femme Catherine est la fille d’un conseiller en cour laïque Philippe Pouppart, qui, en 1413, est sénéchal de l’archevêque de Rouen et bailli de Tancarville (ADSM, 2E1/165, f° 80). Ici comme en d’autres circonstances et pour d’autres métiers, les formules employées par le tabellion ne permettent pas de distinguer le marchand de l’artisan.

52 L’achat du fief de Grainville-sur-Fleury par Henry Hurel remonte au 6 avril 1462, quelques années avant sa mort. Celui de Cantelou-le-Bocage est tenu du chef de sa femme. Alexandre Barabé, Recherches historiques sur le tabellionage royal principalement en Normandie, Rouen, Boissel, 1863, p. 466.

53 ADSM, 2E1/184, 23 novembre 1443 et 29 août 1444, 2E1/190, 3 mars 1461, n. s. 1462.

54 Il était à tenir après le décès d’Henri Hurel et de sa femme. ADSM, 2E1/194, 1er mai 1465. Catherine Dubosc, la nièce, devenue veuve Piquenot et dame du lieu cité en 1491, est à cette date en procès avec le possesseur d’une autre portion du fief. Voir Alexandre Barabé, p. 467-468.

55 Pour cet auteur, l’émergence de ces nouveaux seigneurs n’est pas sans effets sur la seigneurie : « Elle n’est plus un centre politique, ni lui un véritable chef. La terre est passée par trop de mains successivement pour que les relations d’homme à homme aient conservé leur antique tonalité. Le nouveau maître est parfois un ancien voisin dont on envie et suspecte la chance. Plus souvent, c’est un inconnu, ou presque : un bourgeois qui habite la ville et sa gestion attentive contraste avec la négligence désintéressée du gentilhomme. Ce fut une chance pour la terre française que le renouvellement de ses détenteurs. Non contents de restaurer les anciennes cultures, les nouveaux propriétaires du sol défrichent ». Exemple retenu par cet auteur, celui de Nicolas Pieffort, bourgeois et marchand de Rouen, qui obtient de Louis XII, au tout début du XVIe siècle, un fief noble de 115 acres de terre, nommé le Castellier, en la paroisse Saint-Martin d’Oissel. Voir Michel Mollat, Génèse médiévale de la France moderne, XIVe -XVe siècle, Paris, Arthaud, 1977, p. 233. et BNF, ms. fr. 5093, fos 89-92. Oissel (Seine-Maritime). Le fief, à proximité de la forêt de Rouvray, « a esté et encores est inhabité et venu en boys buissons halliers et desert inutille ». Il comprenait « anciennement place forte et manoir fortiffié, place et moulin a vent, closture de murailles, foussez et autres ediffices comme peut encore apparoir par les vestiges ». Nicolas Pieffort doit y faire refaire le moulin, essarter le lieu et le rendre labourable. Ce dernier est paroissien de Notre-Dame-la-Ronde, à la fin du XVe siècle. Il y maintient sa demeure mais, quelques décennies plus tard, Nicolas, l’un des fils « de feuz Nicollas Pieffort, en son vivant escuier, seigneur du Castelier, et de Marye Vauquelin sa femme, en leurs vivans et lors de leur trespas demeurant en la paroisse Nostre Dame La Ronde », lui aussi écuyer, demeure paroisse Saint-Martin d’Oissel (ADSM, 2E1/282, 25 septembre 1534).

56 Ils sont 19 entre ces deux dates. Voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen, Rouen, Maugard, 1953. Lors de la rédaction d’actes les concernant, le tabellion, tout occupé à inscrire offices et seigneuries, ne s’encombre guère de l’indication de la paroisse de résidence. Pour cette raison, ils ne figurent pas dans les listes décennales. Ils sont d’ailleurs, par leurs fonctions, probablement fort peu présents. Certains siègent au conseil du roi, tels Guillaume Cousinot, seigneur de Montreuil et maître des requêtes de Charles VII, qui, emprisonné, sut revenir en grâce auprès de Louis XI, ou encore Jehan de Montespedon, Berrichon, qui y est mentionné 69 fois entre 1461 et 1466 (Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Louis XI [1461-1483] », in La France de la fin du XVe siècle - Renouveau et apogée, Bernard Chevalier et Philippe Contamine [dir.], Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 109 et 114). Ce dernier, bailli de 1462 à 1479, est tout de même bien intégré à la ville : il est, en 1473, échevin de la confrérie Notre-Dame-de-Recouvrance, dont la chapelle se trouve en l’église des Carmes, située en face de sa maison. C’est là qu’il élit sépulture et fonde un service quotidien (ADSM, 32 HP 3).

57 On sait qu’en cet hôtel se tient, en 1464, « l’escriptoire de mondit seigneur le bailli ». Sur ce tènement, voir plus haut ainsi que ADSM, 2E1/191, 18 octobre 1462, 2E1/192, 16 février 1463, n. s. 1464

58 ADSM, G 6859, Jehan de La Tieulle est bailli de 1388 à 1398 et Hue de Donquerre de 1398 à 1406, Maurice Veyrat, Essai…, p. 93-101.

59 « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy et Léon Puiseux (éd.), MSAN, tome XXIII, no 278, p. 46-47. ADSM, 2E1/172, 9 mai 1425.

60 ADSM, G 3010 (compte de 1404-1405) et comptes suivants, maison de Gautier Campion. Sur Philippe Campion qui meurt en 1432 ou 1433, voir ADSM, 2E1/172, f° 175 v° et Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier…, p. 299. ADSM, 2E1/205, f° 30.

61 Voir Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris. Ms. 1482, pièces relatives à l’occupation anglaise », CLD, tome xvi, fasc. 3-4, 1967, p. 58. Ils détiennent cet office, le premier de 1424 à 1434, le deuxième en 1434-1435 et le troisième de 1436 à 1449. L’hôtel de Pierre Surreau a été décrit dans la première partie. Pierre Baille tient lui aussi l’hôtel qui appartint à Jehan Auber, voir ADSM, 2E1/175, 19 janvier 1431, n. s. 1432.

62 Georges Tessier et Guy Ouy, « Notaires et secrétaires du roi dans la première moitié du XVe siècle d’après un document inédit », IBPH, 1963, p. 875. Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie… », p. 87, no 168, 24 décembre 1443. Jehan de Drosay, notaire et secrétaire du roi, donne quittance, à cette date, au receveur général de Normandie pour ce qu’il a reçu en raison du remplacement de Me Eustache Lombart, absent ou remplacé depuis le 3 juin 1443 et notamment « pour l’exercice du fait de l’audience de la chancellerie de France » ; on le trouve en tout cas à Rouen en 1444 (voir ADSM, 2E1/184, 26 octobre 1444). Où résidait-il durant ces années ? Peut-être paroisse Saint-Nicolas, au trésor de laquelle il verse 40 s.t. en 1447-1448 pour l’enterrement d’un de ses enfants (ADSM, G 7323). C’est ensuite paroisse Saint-Lô qu’il réside avec damoiselle Loyse sa femme, dans l’hôtel qui fut à Jehan Auber (ADSM, 2E1/188, 10 mai 1458).

63 Il touche, pour cela, 100 l.t. le 8 juin 1422. Voir Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 130-131. Il réside un temps dans une portion de l’hôtel de la rue aux Juifs appartenant à la fabrique de la cathédrale « lequel mestre Jaques fu marié endit hostel » (ADSM, G 859).

64 Ce dernier délaisse l’hôtel, quelques années seulement avant sa triste fin. Trahissant Louis XI lors de la Ligue du bien public, il finit ses jours, le 1er janvier 1466, noyé dans l’Eure, à Louviers. Voir Adolphe Chéruel, « Le dernier duché de Normandie », Revue de Rouen, 1847, p. 529-530 et 538.

65 ADSM, 2E1/184, 14 janvier 1443, n. s. 1444 ; 2E1/185, 20 juillet 1452, 2E1/186, 6 juillet 1454, 2E1/190, 19 juin 1461.

66 ADSM, 2E1/213, 16 octobre 1489, et 2E1/222, 5 mars 1495, n. s. 1496.

67 Seuls des noms cités, figurent dans les listes décennales maître Regnault de Villeneuve et maître Robert Le Barge. Les autres y paraissent pour d’autres décennies ou en sont absents, faute d’indication de leur paroisse de résidence.

68 C’est le cas des Duquesnay, des La Fontaine, paroissiens de Saint-Lô. Voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les anciens avocats de Normandie », BSHN, 1890-1892, p. 60-91.

69 Jehan Des Loges, marchand de fruits de la paroisse Saint-Lô transmet son métier à l’un de ses fils, Pierre (voir p. 425), tandis que les deux autres, Jehan et Robert, sont l’un avocat et l’autre conseiller en cour laïque. À la génération suivante, Jehan, fils de Pierre, est également procureur en cour laïque (ADSM, 2E1/185, 8 mai 1451, 2E1/190, 25 août 1461, 2E1/206, 21 septembre 1487).

70 Ces deux secteurs représentent à eux deux approximativement une mention sur deux en 1460-1469 et 1490-1499. Les tableaux recensent des indications et non des personnes. La différence – qui joue un peu plus à la fin du XVe siècle – est liée à l’existence de deux indications pour une seule personne (noble et conseiller en cour laïque par exemple ou un féron encore qualifié de cloutier). Les données entre parenthèses mentionnent des activités de personnes qui, résidant dans une maison de l’une des trois paroisses, peuvent être paroissiens et non hôtes de passage. Il n’est pas possible de savoir, pour chacune des activités rouennaises, depuis quand elle est organisée en métier ni parfois quand ce dernier a obtenu, du roi ou de ses officiers, des statuts. C’est pourquoi nous préférons employer l’expression générale de « métiers et activités » mais, par commodité pour les tableaux et parfois pour le texte, nous avons employé l’expression de « métiers du textile », etc.

71 Que faut-il penser de la distinction, a priori évidente, apportée par le tabellion ou son client entre les expressions « drapier » et « marchand de draps » ? Nous avons pu montrer que plusieurs d’entre eux, clairement identifiables, étaient tantôt désignés à l’aide de l’un des termes et tantôt à l’aide de l’autre, la distinction semblant mal établie. Voir Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une approche de l’espace rouennais à la fin du Moyen Âge », Histoire, Économie et Société, 1994, no 3, p. 416. La distinction marchand-drapier et drapier-drapant ne devait se faire qu’au XVIe siècle. Il faut d’ailleurs faire la même observation pour les pelletiers et les marchands-pelletiers. Derrière ces désignations générales, quelles étaient les activités des uns et des autres ? Un seul patronyme est commun aux trois listes, celui des Auber avec Guillaume en 1420-1429, Colin ou Nicolas en 1460-1469 et Jehan en 1490-1499 (ADSM, 2E1/169, 13 novembre 1421, 2E1/189, 28 avril 1460, et 2E1/216, 22 mars 1492, n. s. 1493). Le tènement de cette famille de marchands, dans lequel on travaillait le drap, a été évoqué dans la troisième partie. Les Auber sont nombreux sur la paroisse Saint-Herbland. L’un deux, seigneur de la Haye et du Tablier, est conseiller de la ville de 1495 à 1526 (Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 478). On compte également de nombreux pelletiers dans cette famille.

72 Tel Jehan Gaultier, « taillandier de draps », de la paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/189, 24 novembre 1460).

73 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 277-278, évoque l’essor de la bonneterie et l’affluence de ses membres sur les bords du Robec, dans la partie est de la ville, au début du XVIe siècle.

74 Ibid., p. 277.

75 Voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 243-267.

76 Robert Delort, L’Histoire de la fourrure de l’Antiquité à nos jours, Lausanne, Edita, 1986, p. 98.

77 BMR, registre XX3 (compte 1508-1509) aux « Emollumens de marché », et Charles de Beaurepaire, « Notice sur les halles de la Vieille-Tour de Rouen », Pr. TAR, 1889-1890, p. 265. L’auteur montre le déclin très net de cette activité au XVIe siècle : « La première branche [vereuvre] était tellement diminuée dès les premières années du XVIe siècle qu’à partir de 1529 il n’y eut plus pour elle ni garde ni apprenti. La branche d’aignel était aussi en décadence : au lieu de compter de 100 à 120 maîtres comme autrefois, à peine en comptait-elle de 10 à 12, en 1538 ».

78 Voir Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine… », p. 412.

79 Sur 11 d’entre eux dont le domicile est connu, 8 habitent le même pâté de maisons, en bordure de la rue Courvoiserie, et ils sont 10, paroisse Saint-Herbland, sur moins de 100 m de ce même axe.

80 Lire Corvoiserie ou Courvoiserie. Ordonnances des rois de France, Eusèbe de Laurière et al. (éd.), tome I, Paris, Imprimerie royale, 1723, p. 789-790.

81 Les buffets des changeurs, aux XIVe et XVe siècles, occupèrent diverses places, toutes à proximité du parvis de la cathédrale. Voir notamment François Blanquart, « Information au sujet des tables de change occupées à Rouen, en 1443-1444 » et « Tables de change occupées à Rouen pendant le semestre échéant à Pâques 1458 », BSHN, t. XIII, 1919-1924, p. 180-184 et 385-386. Voir le présent ouvrage, p. 421.

82 Sur les 36 maîtres et gardes cités par un acte de 1441, ils sont au moins neuf à demeurer sur Saint-Herbland, auxquels il faut probablement ajouter quatre autres individus portant nom et prénom d’un orfèvre demeurant sur cette paroisse, mais mentionnés pour les décennies voisines.

83 Complétée par l’achat, en 1493, d’une maison voisine de la précédente. Voir BMR, ms. g 165/200, et ADSM, 2E1/218, 22 décembre 1493. La confrérie est approuvée en juillet 1441, comme en témoigne le registre du secrétariat de l’archevêché de cette année. Voir Louis Martin, Répertoire des anciennes confréries et charités du diocèse de Rouen approuvées de 1434 à 1610, Fécamp, Durand et fils, 1936.

84 Ordonnances des rois de France…, tome IV, p. 630

85 La rue qui les borde est d’ailleurs appelée « pavement du roy de la rue des Changes devant l’eglise Notre Dame » ADSM, 2E1/197, 1er octobre 1468. Ce dernier acte concerne le tènement placé à l’angle de la rue Courvoiserie, alors pris moyennant rentes par Jehan Ribault, orfèvre de la paroisse Saint-Herbland. La maison voisine appartient notamment à plusieurs membres d’une famille d’orfèvres et de changeurs, les Courel (voir par exemple ADSM, 2E1/169, 20 octobre 1421).

86 Les plaintes adressées par certains de ces métiers – couteliers et cloutiers – en raison du départ d’un trop grand nombre d’entre eux hors la ville ne sont pas antérieures à la seconde moitié du XVe siècle, voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 280. Sur l’installation d’une forge d’éperonnier dans un cellier et sur la tendance des activités utilisant des équipements lourds, voir la première partie, aux développements consacrés au cellier et aux ouvroirs et autres équipements de travail.

87 À Saint-Lô cinq étamiers (Pierre Deudemare, Guillaume Guiffart, Antheaume Le Monnier, Jehan Postel et Rogier de Saint-Pierre) et un coutelier (Raoul Le Camus) ; à Notre-Dame-la-Ronde deux éperonniers (Guillaume Roussel dit Farin et Thomas Laloyer), un épinglier (Jehan de La Mare) et un cloutier (Adam Noel) ; à Saint-Herbland, un féron (Thomas de Bapaumes). Pourquoi sont-ils davantage relevés que les autres ?

88 Les « lormiers » fabriquent les accessoires de sellerie (clous, éperons, mors…). Michel Mollat remarque qu’« entre les métiers de “blanche œuvre” faisant hallebardes, piques, vouges, épieux, haches, ciseaux, et serpes, et ceux de l’ormerie et esperonnerie et celui de coutellerie, les limites sont assez imprécises » (Le Commerce maritime normand…, p. 280).

89 On compte trois brigandiniers sur Notre-Dame-la-Ronde entre 1480 et la fin du siècle. Il s’agit de Pierre Frere (ADSM, 2E1/206, 10 mai 1481), d’un surnommé Vetier (ADSM, 2E1/208, 16 mars 1482, n. s. 1483) et d’Estienne Chevallier (ADSM, 2E1/216, 1er mars 1492, n. s. 1493).

90 BMR, tiroir 64, 1er août 1462, liste des présents.

91 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 185-199.

92 Voir par exemple Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Picard, 1979, p. 358 ; Nicole Gonthier, « Une esquisse du paysage urbain lyonnais aux XIVe et XVe siècles », in Le Paysage urbain au Moyen Âge, actes du 11e congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur (Lyon, 1980), Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 261.

93 Bières et cervoises étaient souvent fabriquées par le même brasseur. Voir Charles de Beaurepaire, Notes et Documents…, p. 161. En 1395, ils sont 53, dont deux femmes qualifiées chacune de « commune marchande », à agir en justice, au nom des autres brasseurs de la ville (ADSM, 1B11, Manuel de l’échiquier, Pâques 1395).

94 Le tènement est pris à rente des religieux pour 10 l.t. de rente annuelle. Jehan Moullin, qui jusque-là le louait, doit, en outre, investir 120 l.t. en travaux (ADSM, 2E1/194, 21 juin 1465) ; vente de Gillet à sa mère : ADSM, 2E1/203, 15 juillet 1478 ; traité de mariage de Naudine ADSM, 2E1/205, 29 juillet 1480. Les ustensiles ne doivent lui revenir qu’après le décès de sa mère.

95 ADSM, 2E1/200, 1er septembre 1474. La maison du Pot d’étain a été étudiée à partir d’un partage de 1465 (voir p. 211-213 du présent ouvrage).

96 « Chronique rouennaise 1371-1434 », in Chronique normande de Pierre Cochon notaire apostolique à Rouen, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 329. Le registre 2E1/157, à la date du 4 janvier 1397 (n. s. 1398) enregistre l’acquisition de la maison de l’Épée, comportant un cellier, au nom de Jehan Vibert et de Thomasse sa femme. Peu de temps avant les déboires rapportés par Pierre Cochon, la marchandise – du fer – stockée par le même Jehan Vybert dans des celliers parisiens, est l’objet d’un arrêt en forfaiture pour défaut de « licence et congé », arrêt finalement levé (BMR, registre U1, f° 203, 1404). Un texte de 1426 mentionne, dans les confronts d’une maison voisine, les « hoirs Jehan Vibert, feron » (ADSM, 2E1/172, 23 mai 1426).

97 ADSM, 2E1/207, 14 avril 1482. La femme de Thomas Le Tavernier, Jehanne, était veuve d’un nommé Jehan Duquesne, lui aussi « poullaillier » et demeurant paroisse Saint-Lô (voir 2E1/197, 8 mars 1468, n. s. 1469).

98 ADSM, 26 H, carton 4, mention provenant d’un compte de 1436 des rentes et revenus des offices de la cuisine et de la pitance du prieuré Saint-Lô.

99 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 211-217 et 275-286, fiches des parcelles 412 et 418.

100 Voir Jean Favier, Le Commerce fluvial dans la région parisienne au XVe siècle, I, Le registre des compagnies françaises (1449-1467), Paris, Imprimerie nationale, 1975, p. 306 et Jean Favier, « La fin du Moyen Âge », in Documents de l’histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1972, p. 171.

101 ADSM, 2E1/164, 11 septembre 1412. La vente se fait pour 48 l.t. Le vendeur peut, s’il le souhaite, changer « 10 costes » de pommes en la même quantité de poires.

102 « Chronique rouennaise 1371-1434 », in Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 345-346.

103 BMR, registre A9, f° 82, 19 septembre 1450, BMR, registre XX2, ADSM, 2E1/204, 6 mars 1479, n. s. 1480.

104 Charles de Beaurepaire a relevé plusieurs variantes de ce nom qui lui paraissait « étranger à ce pays » : « Il signait J Son. On le voit appelé Jehan Gesson, Jehan Son, Jenson Salvart, Jehan Salvart dit Jenson, Jehan Son Salvart. Le plus souvent on rencontre Salvart, comme nom, et Jenson, comme prénom ». Voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes de Rouen », BAMR, 1902, p. 67. Pour Germain Lefèvre-Pontalis, qui relève l’usage fréquent du surnom dans le corps des praticiens rouennais du bâtiment, le patronyme est Son – nom patronymique existant alors en Normandie –, et Salvart un surnom. Il ajoute à la liste précédente la forme Johannes Son dictus Salouart, voir Germain Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise. La guerre de partisans dans la Haute-Normandie (1424-1429) », BEC, no 57, 1896, p. 13, n. 3.

105 ADSM, G 2089, f° 97 r°, 26 octobre 1408. L’achat de la maison de Raoul de Guiffart, située rue Saint-Lô, est donc très probablement antérieur à cette date. Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 203-210, fiche de la parcelle 411.

106 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 67-73.

107 Germain Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », p. 14.

108 Voir Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire : le palais royal de Rouen », Bulletin archéologique du CTHS, fasc. 23-24, 1991, p. 223-227. Ceux qui le secondent sont Jehan Roussel, Jehan Pole – que l’auteur identifie à Jehan Poly – et Jehan Le Fournier. Les deux derniers maçons cités résident paroisse et rue Saint-Lô pour la décennie 1420-1429 (ADSM, 2E1/170, f° 397 v°, et 2E1/172, 25 juin 1426).

109 Les points de vue sur son rôle diffèrent sensiblement. Charles de Beaurepaire, qui aurait « voulu pouvoir constater que Salvart avait cédé à un mouvement de patriotisme », poursuit : « Il est plus probable que le gouvernement anglais, ombrageux à l’excès, frappa à tort et à travers et chercha des conspirateurs où il n’y en avait point » (« Notes sur les architectes… », p. 76). D’autres lui prêtent un rôle plus actif, voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen, Lestringant, 1931, p. CIV de l’introduction.

110 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 203-205.

111 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 76. Les dates de début et de fin de sa charge de maître des œuvres de maçonnerie de la ville sont mal assurées. À la cathédrale, les importants travaux de réparation du chœur, de 1430 à 1432, « paraissent se dégager comme son œuvre personnelle », Germain Lefèvre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », p. 14.

112 Sur Alexandre de Berneval voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 67-93. L’auteur y révèle, dans un marché de maçonnerie du 12 octobre 1420, destiné à la conservation et exposition d’une relique et conclu avec les religieux de l’abbaye de Fécamp, qu’Alexandre de Berneval est « demeurant à présent à Rouen » et suggère que le berceau de la famille se trouve à Hautot-sur-Seine, ibid., p. 87 et 90. Voir BMR, tiroir 64, acquisition du 28 mai 1423 et clameur citée dans une pièce du même tiroir. ADSM, 2E1/169, 10 août 1422, maistre Alexandre de Bourneval (sic) demeure en l’un des louages.

113 Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes… », p. 75.

114 ADSM, 2E1/222, 29 décembre 1495. L’arrangement concerne aussi 100 l.t. correspondant à une partie des biens demeurés à la veuve après le décès et 18 de rente dues à l’oncle par le neveu. Naudine est probablement fille et en tout cas héritière de Jehan de Bessin, de Saint-Lô, tellier en toiles et prédécesseur des époux dans la maison partagée en deux (G 4612 et 2E1/178, 8 avril 1434).

115 ADSM, G 2090, f° 232 v° et AN, KK 1309, no 196, vers 1365. Le même Beneet Le Mongnier assiste, toujours en qualité de charpentier-juré, aux plaids d’héritage de la ville tenus par Eudes Clément, maire de Rouen, le 19 décembre 1370 (Voir Lucien Valin, Le Roule des plès de héritage de la mairie de Jehan Mustel, Rouen, Wolf, 1924, p. 124). Voir également le compte de la fabrique en 1383 (ADSM, G 2483).

116 Charles Richard, Recherches historiques sur Rouen. Fortifications, Rouen, Péron, 1844, p. 200-202.

117 ADSM, G 28, compte de l’archevêché, 1426-1427, travaux au pignon de l’hôtel de Déville, et G 2487, compte de la fabrique (1425-1435). Le 16 juillet 1415, il visite le cours de la fontaine Notre-Dame. Il est alors qualifié de maître et charpentier de l’œuvre de ladite église (ADSM, G 2088, fos 125-127).

118 En 1424, il baille à rente une des deux maisons de la rue Grand-Pont (ADSM, 2E1/170, 2 mars 1423, n. s. 1424). Quelques mois plus tard, il vend une rente de 20 s.t. sur la maison voisine, qui lui appartient toujours (ADSM, 2E1/171, 9 décembre 1424). En 1426, il vend un jardin, paroisse Saint-Amand (ADSM, 2E1/172, f° 50, 1426). Enfin, en 1430, il reçoit, avec Amelot sa femme, 30 l.t., somme restant du décret de sa maison de la rue Grand-Pont ainsi que d’une rente sur la maison voisine. La mise aux enchères est due à une dette de 33 l.t. (ADSM, 2E1/174, 24 octobre 1430, parcelles 614 et 615). Il est possible qu’il n’habite alors plus la paroisse.

119 Après leur décès. ADSM, 2E1/176, 12 février 1432, n. s. 1433.

120 ADSM, 2E1/199, 13 décembre 1472, et 2E1/185 13 juillet 1451 pour la mention des époux et de Simon Le Fouacher, premier mari de Gillecte.

121 ADSM, G 2483 (1383-1387) et G 2090, f° 232, bail du 7 mars 1380 (n. s. 1381). Le charpentier reçoit 30 s.t. de pension par terme donc 6 l.t. de revenu annuel, soit le même montant. Vers 1420, pension et rente sont identiques pour Jehan Le Monnier (ADSM, G 2486 et 2E1/170, 2 mars 1423, n. s. 1424).

122 Sur les sept plâtriers recensés pour le XVe siècle, seul Andrieu Hamelin demeure paroisse Notre-Dame-la-Ronde (ADSM, 2E1/205, 14 décembre 1480). Tous les autres habitent Saint-Lô. Clément de La Boissiere est paroissien de Saint-Herbland en 1426, lorsqu’il prend en compagnie d’un autre plâtrier, Thomas Le Sueur, un tènement de la rue Saint-Lô dans lequel il demeure quelques années plus tard (voir ADSM, 2E1/172, 4 juin 1426 ; 2E1/176, 21 mars 1432, n. s. 1433). Le même personnage, très mobile, est dit de Saint-Godard en 1443 (ADSM, 2E1/184, 28 décembre 1443).

123 Voir ADSM, G 2488, travaux, en novembre 1426, à la maison de maître Guy Dubusc ; G 2490, avril 1432. Le bail de 1426 est évoqué à la note précédente. Les deux preneurs doivent payer ensemble 10 l. t. de rente à la fabrique. S’il est plus aisé de mettre en évidence cet aspect liant les communautés détentrices d’héritages loués ou baillés à rente et les locataires ou tenants de leurs maisons, elles ne sont pas seules à les mettre en pratique.

124 Variantes orthographiques : Hance Voissel, Hance de Vvesel, Hans de Vezel.

125 Les peintres et tailleurs d’images obtinrent ensemble des statuts en 1507. Voir Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe frères, 1850, p. 712-714.

126 Parmi les articles qui lui sont consacrés, citons ceux de René de Brebisson, « Jehan Audis architecte de la cathédrale de Sées au XVe siècle », Revue normande et percheronne illustrée, 1894, p. 46-49 ; Maurice Allinne, « Notes archéologiques. Saint Michel terrassant le démon, groupe sculpté de la cathédrale de Rouen, œuvre du sculpteur rouennais Jehan Audis (XVe siècle) », BSLE, 1934, p. 349-352 ; Jean-Michel Bouvris, « À propos de Jean Audis, architecte de la cathédrale de Sées », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1984, p. 105-111, et « Du nouveau sur Jean Audis “Maistre des Euvres de Sées” au XVe siècle », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1985, p. 127-132.

127 Voir Jean-Michel Bouvris, « Du nouveau sur Jehan Audis… », p. 130, qui rectifie date et transcription données par Charles de Beaurepaire, « Contrats d’allouement d’apprentis et d’ouvriers maçons et autres documents concernant le métier de maçonnerie », BCDA, tome xiii, 1903-1905, p. 208-220. On apprend par ce contrat que Jehan Audis est natif de la paroisse de « Morteray pres Sés » ou Mortrée (Orne). Jean-Michel Bouvris suggère que c’est peut-être Jehan Roussel, né près de Trun et ancien apprenti de Jehanson Salvart, qui l’a attiré à Rouen pour faire son apprentissage.

128 Voir Jean-Michel Bouvris, « À propos de Jean Audis… », p. 105-111.

129 Maurice Allinne, « Notes archéologiques… ». Comme le rappelait Jean-Michel Bouvris, « rien ne s’oppose à ce que Jehan Audis ait été à la fois maçon autant que sculpteur, à l’instar non seulement de ce Jehan Périer, maître de l’oeuvre de la cathédrale de Rouen de 1362 à 1388, mais encore de Jean de Bayeux, titulaire de cette même charge de 1388 à 1398 » (« Du nouveau sur Jean Audis… », 1985, p. 130).

130 ADSM, 2E1/180, 25 juillet 1436, achat avec Marion sa femme d’une maison de la rue aux Juifs ; 2E1/183, 3 août 1442, et 2E1/184, 23 novembre 1444.

131 Lorsque le 19 septembre 1450, les conseillers de la ville afferment les nouvelles échoppes de ce marché, Marion Audis se voit adjuger la seizième pour 35 s.t. par an – il s’agit d’une échoppe du rang de la « poulaillerie » – qu’elle tient plusieurs années (BMR, registre A7, f° 83 et XX2, comptes des années 1456-1459).

132 Est-il alors veuf ? Sa femme n’est en tout cas pas citée par l’acte. Peut-être faut-il voir dans cette vente de maison par moitié un moyen de remédier aux difficultés de subsistance alors souvent liées au vieillissement ? (ADSM, 2E1/193, 7 août 1464).

133 BMR, registres XX1, f° 19 et XX2.

134 Sans évoquer tous les métiers regroupés dans la catégorie « autres métiers », signalons ceux que l’on retrouve au moins une fois pour deux des trois décennies, tels les barbiers, « chandelliers » et « ciriers », épiciers, merciers, dont le nombre total par décennie n’atteint que rarement trois ou quatre représentants. C’est paroisse Saint-Lô – pour laquelle on recense quelques « libratiers », (Gaillart Le Bourgeois et Guerin Le Camus, voir ADSM, 2E1/212, 8 avril 1488, 2E1/217, 2 juillet 1493) – que trois des quatre premiers imprimeurs rouennais installent leur ateliers. Guillaume Le Tailleur tient des religieux de Saint-Lô une maison située devant le portail du prieuré (voir Pierre Le Verdier, « L’Atelier de Guillaume Le Talleur » premier imprimeur rouennais. Histoire et bibliographie, Rouen, Lainé, 1916, et ADSM, 2E1/213, 17 mars 1489, n. s. 1490). Dans la même rue, demeurent également Jehan Le Bourgeois, fils du libraire précédemment cité (voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges…, p. 170-171), et Martin Morin, qui prend apparemment la suite de Guillaume Le Tailleur puis achète, en 1501, une autre maison de cette rue (voir Philippe Cailleux, thèse, p. 354-355, parcelles 109-111 de Saint-Lô).

135 Simone Roux, dans un article consacré aux métiers du bois à Paris, observait : « Comme les autres gens de métiers, ceux des métiers du bois, à la fin du Moyen Âge, paraissent plus soucieux de se faire appeller “marchand” plutôt que maître. Le qualificatif dépasse la simple description d’une activité de commerce. Elle hausse celui qui s’en réclame dans la considération sociale. Le phénomène n’est pas propre à la capitale mais il s’y révèle particulièrement fort », Simone Roux, « Le travail et les métiers du bois à Paris du XIIIe au XVe siècles », in Le Bois et la Ville du Moyen Âge au XXe siècle, Jean-Louis Biget et al. (dir.), Fontenay/Saint-Cloud, École normale supérieure, 1991, p. 239-250, citation p. 247-248. On aimerait en savoir davantage sur les activités réelles de tous ces « marchands », mais pour quelques-uns d’entre eux le cas est assuré. Par exemple pour Adam Le Seigneur, marchand demeurant paroisse Saint-Herbland qui, en 1470, exporte, en une seule cargaison, du blé, des draps, des bonnets et de la mercerie pour une valeur de 4 000 écus. Sur les Le Seigneur, « vraie dynastie de marchands aux vues larges », voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, notamment p. 485 et 486.

136 Les archives communales, notamment les registres de délibérations et les comptes de la ville, contiennent davantage de données sur ce plan.

137 ADSM, 2E1/168, 14 janvier 1420, n. s. 1421.

138 ADSM, 2E1/162, 17 octobre 1407.

139 BMR, registre A1, f° 131. Les lingères, qu’elles soient de vieille ou de neuve œuvre, disposent au XVe siècle de statuts. Ceux de ces dernières, obtenus le 11 décembre 1419, nous livrent une liste de 39 maîtresses et ouvrières du métier (BMR, tiroir 14, no 13).

140 Il s’agit peut-être de la femme de Jehan Le Fevre, paroissien de Saint-Lô. Au même registre, on trouve, quelques mois plus tôt, un Jehan Le Fevre marchand de vin et tavernier, BMR, registre A1, 18 août 1390 et 12 décembre 1389.

141 Voir 2E1/154, 18 septembre 1391. Voir également Charles de Beaurepaire, « Notice sur les orfèvres de Rouen », BCDA, tome XI, p. 29. Alips, appelée « orfaveresse », est la femme de Colin Sevestre, lui aussi orfèvre.

142 2E1/159, 21 octobre 1404. Toutes les filles d’orfèvres n’exercent pas de telles activités. Parmi les raisons qui poussent Annecte, l’une des filles de feu Guieffin Le Mesgre, orfèvre de Saint-Herbland, à vendre la maison où demeurait son père et qui lui appartenait après partage avec ses frères, figure – outre son « vivre et vêtir » depuis dix ans – la nécessité de s’acquitter de dettes contractées à cause de l’apprentissage de son métier de lingère (ADSM, 2E1/203, 20 avril 1478).

143 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443. Elle est alors âgée de 26 ans « et plus ». Sa sœur Marion, également fille du nommé Le Mesgre, n’est pas mentionnée au partage. Religieuse à l’abbaye du Tréport (Seine-Maritime), elle prend une rente de 40 s.t. sur la maison sa vie durant, probablement tout comme sur la part de ses frères.

144 Le 19 septembre 1450, lors de l’attribution des nouvelles échoppes, lui reviennent les huitième et neuvième pour 60 s.t. de rente annuelle (BMR, registre A7, f° 82). En 1455, elle obtient des conseillers de la ville une remise (registre A8, 21 juin 1455) et ne paie plus que 40 s.t. au compte de 1456-1457 (voir registre XX2). Pour l’échoppe dans son hôtel, voir ADSM, 2E1/196, 4 août 1467, acte en fait passé la veille

145 BMR, registre XX2 et registre A7, 19 septembre 1450. Si l’on ajoute à ces exemples celui de Perrecte Alorge « maistresse d’escolle » dans les premières années du XVe siècle (BMR, registre A5, f° 39 v°), on retrouve trois des volets du travail féminin – dans le commerce, dans le système d’éducation et de soins, dans l’artisanat – étudiés, à propos des femmes dans les stratégies familiales et sociales, par Claudia Opitz, « Contraintes et libertés (1250-1500) », in Histoire des femmes en Occident, II, Le Moyen Âge, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Plon, 1991, p. 277-335, les développements sur le thème « les femmes et le travail » occupant les pages 305 à 319.

146 Arlette Higounet-Nadal, « Le relèvement », in Histoire de la population française, I, Des origines à la Renaissance, Jacques Dupâquier (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 395, et données bibliographiques p. 419-420.

147 Rappelons que ces décennies ont été choisies parce qu’elles présentaient un nombre élevé de paroissiens et d’indications. Le taux de conservation des registres du tabellionage est certes un facteur déterminant, mais une période de plus ou moins forte mobilité n’est pas sans effet sur la masse des informations glanées.

148 Les taux sont, pour chacune des décennies, sensiblement inférieurs à Saint-Herbland, paroisse où les patronymes subsistant sont proportionnellement plus nombreux. Ils sont plus faibles pour chacune des paroisses en 1490-1499, alors que les patronymes conservés sont plus nombreux.

149 L’extinction d’un lignage résidant n’est pas du même ordre qu’un départ même s’il y a, dans les deux cas, remplacement par d’autres. En revanche, les renouvellements de patronymes par mariage de filles traduisent bien une mobilité, celle du mari. Les problèmes posés par l’utilisation des patronymes sont abordés par plusieurs auteurs. Voir notamment Michel Hebert, « La mort : impact réel et choc psychologique », in Le Sentiment de la mort au Moyen Âge, 5e colloque de l’Institut d’études médiévales de l’université de Montréal, Claude Sutto (dir.), Québec, Univers, 1979, p. 19-30, et Denise Angers, « Mobilité de la population et pauvreté dans une vicomté normande de la fin du Moyen Âge », Journal of Medieval History, no 5, 1979, p. 233-248. À ces remarques s’ajoute ici le fait que les lacunes de nos listes décennales, contrairement à celles de certaines sources fiscales, ne comptent pas que des pauvres.

150 La comparaison entre les décennies 1390-1399 et 1420-1429 laisse apparaître, pour la décennie 1420-1429, un rapport patronymes nouveaux/total de patronymes de 85,9 % pour Saint-Lô, 79,8 % pour Notre-Dame-la-Ronde et 77,6 % pour Saint-Herbland. En effectuant le même rapprochement pour les deux décennies suivantes, il est, en 1460-1469, de 84,8 % pour Saint-Lô, de 82,5 % pour Notre-Dame-la-Ronde et de 75,4 % pour Saint-Herbland.

151 Pour la période 1360-1450, on a recensé 7 lieux de naissances, 5 nouvelles et 3 anciennes paroisses de résidence de paroissiens de notre secteur d’étude, et celles où demeurent des parents : 7 pères, 9 frères, 2 sœurs, 4 cousins et 1 enfant ainsi que de 12 personnes au degré de parenté mal défini. Pour les années 1450-1500, ce sont 10 lieux de naissances, 7 nouvelles et 4 anciennes paroisses de résidence ainsi que celles d’un mari, de deux grands-parents, six oncles et une tante, trente-trois pères et cinq mères, trente-sept frères et deux sœurs, cinq cousins et trois enfants ainsi que de quatre personnes au degré de parenté mal défini.

152 Huit paroisses n’ont pu être localisées avec certitude (5 en 1360-1450 et 3 en 1450-1500). Les cartes étant limitées à la Normandie, quelques villes et villages n’y figurent pas. Ils sont 5 pour les années 1360-1450 (Bordeaux, Lyon, Maretz [Nord], Paris [2 fois], Saint-Amand [Nord]) et 9 pour les années 1450-1500 (Arras [Franchise], Bazemont [Yvelines], Grenoble, Montpellier, Paris [2 fois], Pierrefitte-sur-Sauldre [Loir-et-Cher], Pontoise, Sens et Seraincourt [Val-d’Oise]).

153 Sur les paroisses hors carte, se reporter à la note précédente.

154 Près de 45 % des indications de 1360-1450, un peu plus de 52 % de 1450-1500.

155 Cette dernière localisation pour 1450-1500. Une analyse portant sur l’évolution chronologique est difficile, la date de la mention n’étant pas celle de la migration.

156 « Dans la ville médiévale existaient plusieurs causes d’émigration temporaire : affaires, épidémies, études à l’Université, carrière des armes, exercice d’un métier plus ou moins itinérant, missions diverses. Existaient aussi des facteurs d’émigration définitive : entrée dans une maison religieuse ou obtention d’un bénéfice d’Église ; installation, pour motifs professionnels, dans une autre ville, fuite pour raisons politiques ou pour échapper à la justice, ou pour se soustraire à l’impôt. Il est probable que l’impossibilité de vivre de son travail dans la ville de résidence et l’espoir de pouvoir y parvenir dans une autre agglomération ont été les causes principales des départs définitifs », Henri Dubois, « La dépression (XIVe et XVe siècles) » in Histoire de la population française, I, Des origines à la Renaissance, p. 356. L’un des exemples cités par l’auteur pour illustrer ce dernier point est celui de drapiers de Normandie s’installant en Bretagne après la conquête anglaise en 1417-1419.

157 Nous avons évoqué l’afflux d’immigrants normands « retrais » à Rouen pour fuir le théâtre d’opérations militaires, durant l’occupation anglaise. De telles causes sont alors mentionnées par les tabellions.

158 BNF, ms. lat. 10057, fos 297-298. En 1492, ses deux filles ayant épousé l’une Jaquet Yvelin l’autre Jehan Yvelin demeurent avec leur mari paroisse Notre-Dame-la-Ronde. Leur père, dit « en son vivant demourant a Arras », est alors décédé (2E1/216, 25 octobre 1492). Plusieurs villes ou régions devaient fournir un nombre de ménages : il en fallait 70 pour Rouen. L’opération ne réussit pas et le roi dut accepter, dès 1482, le retour d’anciens habitants, Arlette Higounet-Nadal, « Le relèvement », in Histoire de la population française, I…, p. 409.

159 Voir Claudine Billot, « Métiers de la métallurgie et migrations en France à la fin du Moyen Âge », in Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Paris, Association pour l’édition et la diffusion des études historiques, 1988, p. 231.

160 ADSM, 2E1/199, 13 décembre 1472 et 2E1/203, 8 octobre 1478. Il est fils d’un marchand armurier de Chartres et beau-frère des brigandiniers Jacquet et Jean Verger, voir Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 272.

161 Blaise Madée et « ses compaignons lombars a Rouen » louent en 1381, pour une durée de neuf ans, un maison de la rue Grand-Pont, paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/153, 19 août 1381). Sur Blaise et Antoine Madée, « marchands d’argent », et les autres lombards, voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 6-7. Sur le courant d’immigration des marchands espagnols, en augmentation à partir des vingt dernières années du XVe siècle – durant lesquelles on compte huit arrivées définitives – et sur les deux marchands cités, ibid., p. 509-522. Sur la présence de banquiers italiens au XVe siècle, voir les pages 401-402. Pour les paroisses de résidence, voir pour le premier ADSM, 2E1/211, 2 juin 1487 et pour le second 2E1/227, 7 mars 1498, n. s. 1499. Il demeurait peu avant à Saint-Étienne-de-la-Grand-Église (2E1/221, 9 juillet 1495).

162 Les frères Madée et leurs associés avaient d’abord utilisé les services d’un facteur nommé Boniface Bellon. Voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 7. ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398, 2E1/160, 1er juillet et 24 octobre 1405, 2E1/163, f° 60, 1411, 2E1/169, 21 août 1421. Par ce dernier acte, le nommé Ambroise renonce à son droit de viage sur les deux maisons.

163 ADSM, 2E1/193 9 janvier 1464, n. s. 1465, et 2E1/203, 2 avril 1478, n. s. 1479. L’imprécision fait qu’il n’a pas été mentionné plus haut.

164 À l’inverse, Michel Millart, orfèvre et fils d’un avocat rouennais, demeure en 1480 à Sées (ADSM, 2E1/204, 28 février 1480 n. s.).

165 ADSM, 2E1/214, 19 janvier 1491, n. s. 1492, et 2E1/222, 12 janvier 1495, n. s. 1496. Saint-Martin-de-Boscherville (Seine-Maritime) et Bazemont (Yvelines). Un autre frère, étamier, habite, lui, paroisse Saint-Laurent de Rouen.

Notes de fin

a La colonne « Nombre » indique le nombre de personnes dites « à présent demeurer » sur l’une des trois paroisses. La colonne « % » ramène ce nombre à celui des paroissiens recensés par nos soins pour ces décennies.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Répartition par sexe de la population recensée (Paroisses Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland confondues)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 3 – Nombre d’individus pour lesquels on dispose d’informations relatives à l’état ou à l’activité
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 1 – Pierre tombale de Henry Hurel et de Perrette sa femme.D’après Alexandre Barabé, Recherches historiques sur le tabellionage royal principalement en Normandie, Rouen, Boissel, 1863(photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Tableau 5 – Officiers et hommes de loi
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 6 – Métiers du textile
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 7 – Métiers des cuirs et des peaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 8 – Travail des métaux précieux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 2 – Localisation du domicile des orfèvres, paroisse Saint-Herbland, pour la décennie1460-1470 (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Tableau 9 – Travail des métaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 10 – Métiers de l’alimentation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 11 – Métiers du bâtiment
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 12 – Métiers du bois
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 13 – Les « demeurant à présent »a
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 14 – Subsistance des patronymes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 3 – Cartes des migrations et liens familiaux pour la période 1360-1450 (document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 4 – Cartes des migrations et liens familiaux pour la période 1450-1500 (document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10766/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search