Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

IIe partie. L'habitat : bâti et parcelles

Chapitre 2. Bâti et parcelles, les xive et xve siècles

Texte intégral

  • 1 Pour une réflexion sur ce type de sources et leur utilisation, voir Les Cadastres anciens des ville (...)

1L’approche quantitative de l’habitat pour la fin du Moyen Âge se trouve généralement limitée aux villes pour lesquelles les historiens disposent de compoix, registres d’allivrement, livres-terriers ou autres relevés cadastraux. S’y ajoutent celles pour lesquelles des livres ou rôles rentiers éclairent de larges parts du paysage urbain, redessinées selon les limites des seigneuries1.

2Faute de ce type de données, fallait-il renoncer à toute exploitation de cette nature ? Répondre par la négative à cette interrogation représente l’une des fortes convictions sur lesquelles cette étude s’est appuyée. Un travail parcelle par parcelle – pour peu que l’abondance de la documentation permette de l’achever sans laisser de trouées dans l’espace restitué – devait autoriser une approche pesant les quantités. Encore faut-il déterminer ce qui se prête à la pesée et fixer clairement les limites de ce travail dont les résultats seront présentés dans un premier temps.

3Nous avons déjà parlé, plus haut, de la grande fréquence des énumérations standardisées décrivant les parcelles et par conséquent de l’intérêt de recenser tout ce qui s’écarte de l’énumération-type, d’autant que l’étude, menée unité d’habitation par unité d’habitation, permet de ne pas comptabiliser plusieurs fois les descriptions se rapportant aux mêmes tènements. De cette accumulation est née une information qui, sans prétendre à l’exhaustivité ni à l’exactitude, donne une idée de l’importance et de la fréquence des principaux constituants de la parcelle. Les résultats ainsi obtenus seront présentés dans un troisième temps, accompagnés de données plus ponctuelles mais aussi plus détaillées pour chacune des parties de la parcelle ainsi que des pièces de l’habitation. Pour éviter le risque, à cette lecture, d’une vision éclatée de l’habitat, un deuxième temps s’avérait nécessaire, dans lequel seront exposées les trop rares données se rapportant à des parcelles saisies dans leur totalité.

L’approche quantitative et ses limites

4Une fois connu le nombre de parcelles par paroisse, pour le XVe siècle, il devient possible de calculer une surface au sol moyenne, au moins de façon approximative. Pour cela deux méthodes sont utilisables, qui se complètent. Dans une première démarche, plus globale, il s’agit, en partant de la superficie de la paroisse, de déduire de celle-ci les espaces correspondant à la voirie ainsi qu’aux édifices religieux et civils ne relevant pas de l’habitat : églises, cimetières, revestiaires, beffroi, manoir de la ville… Bien qu’ils logent une quantité non négligeable d’individus, les monastères et couvents ont également été décomptés de l’espace total afin de ne retenir que les espaces réservés à la seule habitation. La surface ainsi obtenue est ensuite rapportée au nombre total de parcelles ou tènements consacrés à l’habitat, tel qu’il est déterminable pour le XVe siècle. Rappelons qu’en raison de la nature de la documentation – qui n’informe jamais l’historien à un instant T identique pour chacun des tènements – ce nombre est une approximation ne pouvant rendre compte des variations à court terme. Pour cette raison, il se trouve arrondi à la dizaine, tout comme les superficies proposées.

5Reprenons ces données l’une après l’autre. À elles trois, les paroisses couvrent une superficie d’environ 7,7 hectares. L’incertitude de cette mesure est très faible pour les limites nord et ouest de l’ensemble, un peu plus marquée pour les limites sud et surtout est. La raison principale provient de l’implantation au XIVe siècle des carmes dont le couvent s’est installé en partie sur les paroisses Saint-Amand et Saint-Lô et pour lequel la limite est délicate à déterminer. Mais cette imprécision ne joue pas dans le calcul de superficie puisque la surface, à usage de couvent, est ensuite décomptée avant calcul de la moyenne.

6Les 7,7 hectares se répartissent en 4,6 hectares (60 %) pour Saint-Lô, 2 hectares (26 %) pour Notre-Dame-la-Ronde et 1,1 (14 %) pour la plus petite des trois paroisses, Saint-Herbland.

  • 2 L’acquisition date du 28 janvier 1428 (n. s. 1429). Elle est mentionnée dans un acte postérieur : v (...)

7Cette dernière se distingue également des deux précédentes par le fait que l’ensemble des parcelles, à l’exception de l’emplacement de l’église paroissiale et de ses deux cimetières, sont vouées à l’habitat. On n’y trouve aucune communauté religieuse avant 1429, date de l’acquisition par les religieux du Bec-Hellouin du manoir de la Fontaine dont seule une portion se trouve relever de la paroisse Saint-Herbland2. Voiries déduites, il reste 8 500 mètres carrés pour les 70 tènements de Saint-Herbland soit environ 120 mètres carrés pour chacun.

Tableau 1 – Superficie moyenne des parcelles par paroisse (estimation arrondie à la dizaine)

Paroisse

Superficie totale (en ha)

Superficie consacrée à l’habitat (en ha)

Nombre de parcelles consacrées à l’habitat

Superficie moyenne (en m2)

Saint-Lô

4,6 (60 %)

2,65

110

240

Notre-Dame

2 (26 %)

1,12

90

120

Saint-Herbland

1,1 (14 %)

0,85

70

120

Total

7,7 (100 %)

4,62

270

170

8Pour les deux autres paroisses, les surfaces à retrancher sont plus importantes. De celle de Notre-Dame-la-Ronde se décomptent les superficies des voiries, des cimetière, paroisse, cure et chapitre. Il faut également retrancher celles du beffroi, avec ses deux étals à boucher, et du manoir de la Ville. Les 11 200 mètres carrés restant laissent donc aux 90 parcelles une surface moyenne de l’ordre, elle aussi, de 120 mètres carrés.

  • 3 À propos du manoir de la Fontaine, devenu manoir des religieux du Bec-Hellouin, voir la remarque de (...)

9Enfin, pour la paroisse la plus vaste, Saint-Lô, il faut décompter les superficies approchées des divers bâtiments utilisés par les communautés religieuses – les hôtels de Jumièges, de Beaubec et de Valmont (zone 1), le prieuré et l’église Saint-Lô (zone 2), les Carmes (zone 3) – mais aussi celle du Clos aux Juifs (zone 4) et, bien sûr, de la voirie3, ramenant ainsi la surface estimable à 26 500 mètres carrés pour les 110 parcelles soit 240 mètres carrés en moyenne.

10Cette première donnée est toutefois imprécise car elle range dans la catégorie « parcelle » des éléments forts différents. Que contenaient donc ces parcelles ? Cette question s’accompagne d’un problème de terminologie. Que recouvrent les termes de tènement, manoir, hôtel, maison, louage, étage ou, dans un autre ordre d’idée, de place vide, que l’on rencontre sous la plume du tabellion pour décrire ces parcelles ?

  • 4 Cette définition, proposée dans un article de 1994, est très voisine de ce que rapporte un texte du(...)

11Le premier, celui de tènement, est d’un usage très fréquent et concerne la tenure ou la possession. Il se rencontre dès le XIIe siècle en concurrence avec une formule du type « la terre d’Untel ». Aux siècles suivants, des expressions comme « une maison et tènement », « tènement de maisons », « tènement contenant plusieurs louages » renvoient toujours à un ensemble d’édifices contigus que l’on pourrait dire « d’un seul tenant »4. Pour cette raison, il n’informe pas sur le contenu de la parcelle.

12Au contraire du tènement, le manoir, la maison, l’hôtel, la mention d’étages ou de louages, de place vide sont des précisions renvoyant au contenu de la parcelle mais dont l’interprétation s’avère parfois délicate. Si « le manoir », d’un emploi assez rare, paraît dans l’ensemble réservé à des habitations plus vastes ou sortant de l’ordinaire, il n’en est rien du terme d’« hôtel » qui fleurit surtout dans la deuxième moitié du XVe siècle sans qu’il faille y voir un changement qualitatif de l’habitat mais plutôt une modification apportée dans la terminologie notariale, comme le montre la réapparition fréquente du terme « maison » à la fin du XVe siècle, là où se trouvait auparavant un hôtel. De petites maisons se voient même à l’occasion qualifiées d’hôtels.

  • 5 ADSM, 2E1/158, 1er juin 1402.
  • 6 Voir p. 192 pour la discussion du sens du mot étage.

13La « masure » se rencontre aussi sous la plume du tabellion mais elle est rare et trop occasionnelle à cette période pour être d’un emploi significatif, se trouvant généralement dans des séries d’actes où le terme « maison » prédomine. Les maison, tènement et jardin vendus par Jehan Bourel en juin 1402 sont appelés un peu plus loin masure et jardin5. Quant aux subdivisions en « louages » ou « estages », elles renvoient à des réalités que l’on peut imaginer très fluctuantes au gré des circonstances et des changements de propriétaires, ces deux expressions prenant un sens assez voisin6.

  • 7 ADSM, 26 HP 4.
  • 8 ADSM, 2E1/165, 2 juillet 1413, paroisse Saint-Lô.
  • 9 ADSM, 2E1/152, 5 mars 1372, n. s. 1373.
  • 10 ADSM, 2E1/174, 12 juillet 1430.

14Les « vuides pieces » ou « vuides places » mentionnées à l’occasion par les tabellions posent un problème de sens qui demande de s’attarder davantage. Cette expression semble a priori désigner des espaces non bâtis. Dans le compte du prieuré de Saint-Lô de 1436, à propos d’une « vuide place assise en Dordonne », on apprend que « ceste place est de present ediffiee pour partie »7. Mais dès lors que penser d’expressions telles que « une vuide place avec la maison assis dedens »8 ou encore de ce tènement « qui soulloit estre ediffie de maison lesquelles sont tournees en grant ruyne et tant que il y a de present une vuyde place » alors que l’on précise plus loin qu’il est baillé « comme il est ediffie soit de murs ou de vielle maisons » ? En 1373, une « autre vuide pieche », de la paroisse Saint-Lô, est cédée par Jehan Filleul, bourgeois de Rouen, avec « les ediffices qui dessus sont »9. Plus simple d’analyse paraît cette mention, en la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres, d’une « vuyde place en laquelle il a cellier et puis et en icelle souloit avoir maison »10. Ces quelques exemples montrent, en fait, que l’usage du terme de « vuide place » peut aussi bien désigner une place sans habitation qu’une place non occupée (sans occupant).

15Pour dresser un bilan de la façon dont sont décrites les parcelles, nous avons établi deux états : le premier concerne la seconde moitié du XIVe siècle (tableau 2). Lorsqu’il se présentait plusieurs descriptions pour un même lieu, nous avons retenu la plus précise. Ainsi la rubrique « tènement » n’apparaît que lorsqu’il ne s’est pas trouvé d’autres formes. Sous la rubrique « sans indications » sont rangées les parcelles pour lesquelles les données font totalement défaut ou sont trop partielles. Le nombre inscrit dans la catégorie « sans indication ou indications partielles » est donné à titre indicatif. Il s’agit de parcelles numérotées grâce à des indications postérieures et pour lesquelles une information aurait peut-être introduit un comptage différent.

Tableau 2 – Description des parcelles, seconde moitié du XIVe siècle

Tableau 2 – Description des parcelles, seconde moitié du XIVe siècle
  • 11 Sur ce dernier, voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 419, p. 287-305.

16Premier enseignement, l’indigence de la plupart des descriptions, dans cette seconde moitié du XIVe siècle, fait que près d’une parcelle sur deux ne peut être rangée dans l’une des catégories apportant une information. Autre fait marquant : la fréquence de la maison unique (qu’elle dispose d’annexes ou non). Dans ce contexte, l’ensemble de dix-neuf maisons, à cheval sur les paroisses Saint-Lô et Saint-Herbland, prend un caractère exceptionnel, tout comme le tènement de sept maisons situé sur la seule paroisse Saint-Lô11. Quoiqu’en faible nombre, les « vuides places » mentionnées seules se comptent jusqu’à cinq ; leur nombre réel étant probablement supérieur puisque, rappelons-le, une parcelle sur deux n’est pas décrite.

17Que nous apprend une comparaison avec le second tableau, élaboré avec les données relevées pour la seconde moitié du siècle suivant (tableau 3) ?

18Les effets d’une plus grande précision apportée par les rédacteurs des actes se font sentir par la chute sensible du nombre de parcelles rangées dans la catégorie « sans indication ou indications partielles », nombre réduit de plus de la moitié. Ce changement ne modifie en rien le constat dressé précédemment à propos de la place de la maison unique : elle demeure en effet primordiale.

19L’ensemble de dix-neuf petites maisons a disparu sous l’effet de morcellements pour donner naissance, notamment, aux sept maisons et maisonnettes de la paroisse Saint-Herbland. Les huit maisons, paroisses Saint-Lô, relevant du prieuré, existaient peut-être dès le XIVe siècle, sans être mentionnées sous cette forme.

  • 12 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422.

20Peut-on, à partir de ces données, tenter d’approcher le nombre de maisons édifiées sur ces paroisses ? Tout le problème réside dans les indications de louages. Quelle différence faut-il faire entre ce que les textes désignent comme tènements de plusieurs maisons et une maison contenant plusieurs louages ? La lecture de quelques actes permet d’avancer une explication à cette différence sans que l’on se trouve pour autant assuré du fait que Rouennais et tabellions l’établissent clairement à tout coup. Ainsi, ces huit louages de la rue aux Juifs ne forment qu’une seule « maison et tènement » car ils sont « tout en une couverture »12. La couverture fait donc ici l’unité de la maison que divisent ses louages. À défaut de pouvoir lever chaque fois l’incertitude, seule une estimation a minima est envisageable. En affectant une valeur minimum de deux maisons aux tènements qui en comportent plusieurs et d’une pour ceux qui restent sans information, on compte, en première approximation et pour la seconde moitié du XVe siècle, au moins 132 maisons paroisse Saint-Lô ; 109, paroisse Notre-Dame-la-Ronde ; et 81, paroisse Saint-Herbland.

  • 13 Ces valeurs minimales donnent, a contrario, pour chaque maison et ses annexes les surfaces au sol m (...)

21Il nous a paru plus exact, dans un deuxième temps, de remplacer les indications manquant dans la seconde moitié du XVe siècle par celles existant dans la première moitié de ce même siècle et d’enrichir ces données des quelques cas pour lesquels, en l’absence d’une transaction décrivant la totalité de la parcelle, il est possible de déterminer sa composition par le détail. Ces modifications aboutissent à un chiffrage plus élevé et plus proche de la réalité, totalisant au moins 166 maisons pour Saint-Lô ; 118, paroisse Notre-Dame-la-Ronde ; et 94, pour Saint-Herbland13.

22Le nombre des places vides mérite que l’on s’y intéresse de près car il est un indicateur utile de l’atonie du marché immobilier et de la construction (voir tableau 4). Nous avons, pour cela, distingué la « place vide » de la « maison avec place vide », cette dernière pouvant relever d’une autre logique – par exemple celle de l’absorption de la place vide par la parcelle voisine –, sans que celle-là se trouve immédiatement rebâtie. Leur nombre, dans la seconde moitié du XIVe siècle, même s’il est limité, n’en est pas moins révélateur des débuts du phénomène voire d’une certaine permanence. Leur disparition, quasi totale pour la seconde moitié du siècle suivant, demande, pour être analysée, quelques données complémentaires, à commencer par leur nombre dans la première moitié du XVe siècle.

Tableau 3 – Description des parcelles, seconde moitié du XVe siècle

Description

Saint-Lô

Notre-Damela-Ronde

Saint-Herbland

1 maison

52

41

35

1 maison où il y a 2 louages

4

1

1 maison où il y a 3 louages

2

2 maisons

7

7

1

3 maisons

2

6 maisons

1

1

7 maisons

1

1 (1 maisons et 6 maison nettes)

8 maisons

1

1 hôtel

7

10

5

1 tènement

3

5

Hôtel ou tènement contenant 2 louages

3

1

Hôtel ou tènement contenant 3 louages

2

Hôtel ou tènement contenant plusieurs louages

5

1

Tènement contenant 9 louages

1

Tènement comportant plusieurs maisons

7

3

4

1 jardin

1

Étals à boucher seuls

4

Place vide avec maison

1

1

Sans indications ou indications partielles

18

8

20

Tableau 4 – Les places vides dans la 1re moitié du XVe siècle

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

Seule

2

9

0

Avec maison

5

2

0

  • 14 Sur cette politique, voir p. 102. Le recensement réalisé par François Neveux, dans son étude sur Ba (...)

23Sur un total de dix-huit places vides, neuf sont réédifiées au cours de cette même période – pour la plupart d’entre elles entre 1430 et 1440 au plus tard. Quant aux autres parcelles, lorsqu’elles réapparaissent par la suite dans les actes de la seconde moitié du siècle, la place vide n’est plus mentionnée, à une exception près. La politique de résorption menée par le pouvoir anglais a donc porté ses fruits14.

Superficie des parcelles et largeur sur rue des maisons

24En plus de l’approche globale évoquée plus haut, aboutissant à des superficies moyennes des parcelles par paroisse, il est possible, pour certains îlots, d’avancer des estimations de superficie par parcelle mais aussi de largeur des maisons sur rue. Ce dernier point nécessite de pouvoir déterminer, avec un minimum de précision, le nombre de maisons par parcelle ainsi que les longueurs de rue à prendre en considération. La conjonction des deux conditions n’est que rarement réalisée.

  • 15 Les maisons d’angle sont comptées pour chacune des deux rues.

25Au XVe siècle, l’îlot 12 comprend, pour la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, quinze parcelles donnant sur trois rues et délimitées, à l’ouest, par la Renelle. Ce cours d’eau, au tracé non modifié pour cette portion, constitue un repère topographique précis fort utile pour fixer la limite arrière des parcelles. Il nous permet de connaître leur superficie totale : environ 1 000 mètres carrés, soit de l’ordre de 67 mètres carrés par parcelle, mais également la longueur moyenne des parcelles, comprises entre ce ruisseau et la rue du Porc, proche de 12 mètres. La contrainte de site est ici déterminante et les superficies sont plus réduites que pour le reste de la paroisse : à l’est le tracé de la rue du Porc, lui-même déterminé par celui de l’enceinte, et à l’ouest le cours de la Renelle. Entre les deux, la distance est trop réduite pour autoriser une division parallèle à la rue ; tout juste de quoi bâtir un appentis en fond de courette. Au nord et au sud, les parcelles sont organisées perpendiculairement aux rues Vanterie et de la Porte-aux-Fèvres. On y compte deux maisons au long de la première et trois au long de la seconde, d’une longueur moyenne de 4 mètres. Les 12 parcelles de la rue du Porc, comprenant de 15 à 17 maisons, se répartissent sur une longueur de 86 mètres, soit une moyenne comprise entre 5 et 5,8 mètres15.

  • 16 BMR, registre T1, f° 27 et tiroir 159.

26L’îlot 4, au nord du précédent, en bordure de la rue Dourdonne – le même axe porte un nom différent de part et d’autre de la rue Courvoiserie – est constitué, pour la partie relevant de Notre-Dame-la-Ronde, de 17 parcelles donnant toutes sur cette rue. Le nombre total des maisons bâties sur ces 17 parcelles est de 26, mais elles ne sont que 24 à présenter une façade sur les 130 mètres de cette voie. Parmi ces 24, une est dite comporter trois louages. Pour cette dernière raison, selon que l’on compte 24 ou 26 maisons, la largeur sur rue est comprise entre 5 et 5,4 mètres, résultat très proche du précédent. L’espace y est davantage compté pour la paroisse Notre-Dame-la-Ronde que pour celle de Saint-Jehan-sur-Renelle, sans qu’il soit raisonnable de tenter de le chiffrer. Le changement de tracé de la Renelle – son ancien cours marquant la limite paroissiale – et la disparition de la partie nord de cet îlot, pour former une place destinée au transfert du Neuf Marché, au début du XVIe siècle, donneraient à cette opération un caractère par trop stochastique. Le toisé de cinq de ces maisons, réalisé très peu de temps avant leur destruction, vient compléter notre information : quatre font alors 10 pieds, la cinquième 11 pieds et la sixième 3 toises et demie ou 21 pieds, soit d’un peu moins de 3,30 mètres à environ 6,80 mètres16. C’est dire l’étroitesse sur rue que peut atteindre ce que les textes désignent du nom de louage.

27Faisant face à l’îlot 12, les sept maisons se trouvant de l’autre côté de la rue du Porc, dans la première moitié du XVe siècle, se partagent les 86 mètres de cette rue ; mais quelle dimension attribuer à la place vide qui borde la grande maison des religieux de l’abbaye de Conches ?

  • 17 La zone 4 est longuement détaillée, tènement par tènement, acte par acte. Voir Philippe Cailleux, t (...)
  • 18 Le nombre de 9 tènements s’explique parce qu’à cette date les parcelles 412 et 418 ne forment qu’un (...)
  • 19 Les 5 maisons de la rue Saint-Lô disposent de plus de place (parcelles 411 à 414) puisqu’elles s’y (...)

28Revenons quelques instants sur la zone 4 de la paroisse Saint-Lô17. La portion ouest présentant trop d’incertitude, seule la zone est de l’îlot peut ici nous intéresser. Elle représente une superficie de 2 080 mètres carrés sur laquelle se trouvaient, vers 1426, 9 tènements représentant un ensemble de 18 à 19 maisons. Le chiffre moyen ainsi obtenu se situe entre 110 et 115 mètres carrés disponibles par maison et environ 230 par tènement, cette dernière information variant selon la décennie retenue18. Une maison prenait donc environ 7,50 mètres en moyenne sur chaque rue19.

29Entre les rues de l’Aumône et de Saint-Lô, depuis la porte de Grand-Pont jusqu’à l’hôtel de l’Aigle d’argent, à l’angle des deux rues citées, les 14 maisons de la paroisse Saint-Lô se déploient au long des 83 mètres de rue – il s’agit de la rue Grand-Pont –, ce qui laisse environ 6 mètres par maison. Si les superficies sont plus élevées pour cette paroisse, l’espace sur rue, par endroits, n’y semble pas moins compté.

  • 20 ADSM, G 6268. Les paroissiens de Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres obtinrent du roi, le 22 décembr (...)

30Un tènement de plusieurs maisons, sans davantage de précision, ou encore l’existence d’une dimension incertaine (portion du Clos aux Juifs en bordure de rue par exemple) interdisent d’aller plus avant dans ces estimations mais l’existence d’un rôle de 1487, pour la paroisse voisine de Saint-André-de-la-Porteaux-Fèvres, d’une taxation à raison de 3 sous « sur chacun pié d’eritage assis sur rue », permet une comparaison. Sur les 36 maisons retenues, la moyenne est alors de 6,60 mètres20.

  • 21 ADSM, G 6700.

31La seule source de même nature, pour l’une des trois paroisses, n’est que très partielle et plus tardive. Il s’agit d’une imposition de 5 sous par pied d’héritage, levée en 1510 pour l’achèvement de l’église Saint-Herbland. Elle ne livre que trois indications de largeur sur rue. Les deux maisons d’Alonce de Civille font alors, à elles deux, 35,5 pieds. Les deux maisons de Simon Baudouyn ont une largeur de 31 pieds, quant à celle de Pierre Hamel, elle fait 14 pieds sur rue21. Ce sont donc des largeurs comprises entre 14 et à peine 18 pieds (de 4,5 à 5,8 mètres environ).

  • 22 Voir Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe e (...)

32Les dimensions sur rue des maisons rouennaises se révèlent donc assez voisines de ce que Jean-Pierre Leguay a pu calculer pour Rennes en 1455 (6,25 mètres) ou Hugues Neveux pour Cambrai (6,50 mètres) au XVe siècle22.

Les maisons à pignon et les maisons « apentiches »

  • 23 À part quelques exceptions, sont alors prélevés 2 s.t. par an sur « chascun feu demourant en maison (...)
  • 24 Voir Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé, XIVe -XVe siècles », in Histoire de (...)
  • 25 Bien que deux de ces cas ne précisent pas que les deux pignons se trouvent sur la rue, ils ont été (...)
  • 26 C’est le cas du tènement « ou il a deux pignons sur rue », à l’angle des rues Courvoiserie et du Be (...)

33Cette distinction, qui repère les demeures les plus modestes des autres, se rencontre dans les actes de la fin du Moyen Âge. Une ordonnance de Jehan Davy, bailli de Rouen, montre, à propos d’une imposition par feu décidée pour rétablir le guet, en 1407, que l’on établissait fiscalement une différence entre les maisons à pignon et les maisons « apentiches », autrement dit entre les maisons dont le toit présentait au moins deux pentes et les autres23. Cette différence de traitement s’appliquait ailleurs : à Tours et Romorantin par exemple24. Le tabellion relève, à l’occasion, le fait que la maison soit « appentiche » ou « en forme d’appentifz », plus rarement « en appentis ». Ces désignations s’appliquent, au XVe siècle, à au moins trois maisons de la paroisse Saint-Lô, six de Notre-Dame-la-Ronde et trois de Saint-Herbland. Quant aux maisons à pignon, elles sont citées en tant que telles uniquement lorsqu’une précision supplémentaire est apportée : existence d’un pignon en pierre, de deux louages sur rue ou, cas le plus fréquent puisque rencontré cinq fois, de deux pignons sur rue25. Il s’agit, à trois reprises, de maisons ou tènements placés à l’angle de deux rues. L’expression peut alors aussi bien mettre en évidence des pignons gémellés qu’une construction présentant un pignon sur chaque rue26.

34En raison donc de la nature des informations recensées, il n’est pas possible de déterminer ce qui, du pignon ou du mur gouttereau, donnait le plus fréquemment sur la rue : le fait d’y trouver le plus souvent le petit côté de la parcelle ne permet pas de conclusion quant à l’organisation des pentes du toit.

Le nombre d’étages des maisons

35Aborder cette question suppose, en premier lieu, de répondre à une interrogation : peut-on utiliser directement les informations provenant des sources médiévales et précisant le nombre d’étages d’un tènement ? Une succession d’exemples précis montre que le terme ne recouvre pas la même réalité et qu’il est nécessaire de renoncer à un tel usage :

    • 27 ADSM, G 6388, fos 33-34.

    Raoul Caval et sa femme se portent acquéreurs, en 1344, de « deux estages qui sont joingnans l’un a l’autre tant par hault que par bas », situés paroisse Saint-Herbland, tout près de la cathédrale27 ;

    • 28 ADSM, 2E1/150, 23 mars 1362, n. s. 1363.

    en 1363, une ruelle et les maisons qui y donnent sont dites contenir dix-huit étages de maisons et deux maisons28 ;

    • 29 ADSM, 2E1/151, f° 155.

    l’année suivante, ce sont treize étages que compte un tènement de la paroisse Saint-Godard29 ;

    • 30 Voir Philippe Cailleux, thèse, présentation de l’îlot 5, p. 374-385.

    la parcelle 202 de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde comporte cinq étages en 1390 alors qu’une rente portant sur la majeure partie de cette parcelle affecte quatre maisons et demie en 140630 ;

    • 31 ADSM, 2E1/155, f° 134.

    en 1395, au bout de la rue des Crottes, sur la paroisse Saint-Maclou, se trouvaient « onze estaiges de maison »31.

36L’emploi du terme d’étage, dans ce contexte, est très voisin de celui de louage et ne peut donc être utilisé pour ce qu’il n’est pas : une indication du nombre de niveaux de l’habitation. C’est même, dans certains cas, à des divisions verticales – et non horizontales – de l’habitation qu’il fait écho. Il faut donc renoncer à cette source et n’utiliser que les descriptions suffisamment précises pour pouvoir y lire l’empilement des niveaux successifs. Ce choix, s’il diminue le nombre d’informations utilisables, ne le réduit pas pour autant à néant.

  • 32 Dans 11 cas, l’information provient de la documentation textuelle. Le douzième cas est celui d’une (...)

37Les indications de hauteur des maisons ainsi limitées, bien que rares, n’en sont pas moins révélatrices. Précisons tout de suite qu’elles peuvent très bien ne concerner qu’une partie de la parcelle et présenter ainsi des différences avec le reste du bâti, différences qui nous échappent. Les données concernent douze maisons ou tènements : sept sont situées paroisse Saint-Herbland et cinq paroisse Saint-Lô. Neuf d’entre elles datent de la seconde moitié du XVe siècle. Dans sept cas, l’immeuble décrit présente quatre niveaux superposés (on parlerait aujourd’hui de R + 3), le plus souvent au-dessus d’un cellier. Dans deux autres cas, les quatre niveaux constituent une hauteur minimum faute d’une description suffisante. Les habitations de trois niveaux (R + 2) ne se rencontrent que trois fois, encore s’agit-il d’un minimum dans deux des trois cas. Cet échantillon, certes restreint, montre tout de même que l’habitation à trois étages surmontant un rez-de-chaussée semble fréquente, au XVe siècle, dans les paroisses du centre de la ville32.

  • 33 Les indications de maisons menaçant ruines, trop peu nombreuses pour que leur répartition soit sign (...)

38Les constructions neuves représentent les dernières données d’ensemble que nous avons envisagé de dénombrer pour le XVe siècle, les mentions étant auparavant trop peu nombreuses33. Pour cela nous avons comptabilisé les seules indications de maisons ou de corps de logis neufs ou en cours d’édification (tableau 5). Les règlements de différends nés entre voisins à propos de ces constructions, l’une des sources utilisées, ne permettent généralement pas de connaître le nombre de constructions en cours alors qu’il est parfois donné par d’autres sources. En raison de cette hétérogénéité, il a paru préférable de s’en tenir aux seules mentions de nouvelles constructions ou chantiers – l’habitat seul est ici concerné – sans tenter d’estimer le nombre de maisons représentées. La découpe chronologique choisie a pour but de distinguer, au cours du XVe siècle, l’occupation anglaise des périodes la précédant et la suivant.

Tableau 5 – Mentions d’édifices neufs 1400-1510

Période

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

Total

1400-1418

0

0

0

0

1419-1449

5

2

4

11

1450-1510

10

6

0

16

  • 34 Ce parti pris est parfois à l’origine d’étranges contorsions telle cette analyse, empruntée à André (...)

39Ce petit échantillon, qui ne peut d’ailleurs prétendre être exhaustif, permet tout de même de constater que, durant la période anglaise, l’activité du bâtiment, contrairement à ce que l’historiographie rouennaise tente parfois de faire croire34, loin de tourner au ralenti, semble, à Rouen du moins, être grande. Le nombre d’édifices neufs recensés pour la période suivante, plus important, couvre, en effet, un nombre d’années deux fois supérieur. Quant aux années 1400-1419, une précision moins grande des actes ne peut être invoquée à elle seule pour venir expliquer une si complète absence de données.

Du grand hôtel à la maison ordinaire

40S’il est vrai qu’au cœur de la ville se côtoient grandes demeures et maisons plus modestes, est-il possible de peser, d’évaluer leur part respective pour mieux se figurer l’allure du paysage ainsi découpé ?

41Pour le tenter, nous étudierons d’abord les grandes demeures, en précisant ce que l’expression recouvre à nos yeux, puis en consacrant un développement à chacune des plus importantes d’entre elles pour s’intéresser à l’habitat qu’elles recèlent (voir figure 1).

Fig. 1 – Localisation des tènements de grande valeur
(document Philippe Cailleux).

42Parmi les éléments permettant de ranger un tènement dans cette catégorie, le premier d’entre eux est bien sûr le prix. Une valeur de 1 000 livres tournois, pour le XVe siècle, à l’exception peut-être des deux dernières décennies marquées par une forte montée des prix, a semblé, au regard du marché rouennais, constituer un seuil permettant à coup sûr de ne regrouper que les grandes demeures. Une rente constituée d’un montant élevé, de l’ordre de 100 livres sur un seul tènement, représente une donnée voisine de la précédente. La description d’un tènement à multiples pièces et dépendances, lorsque le prix fait défaut, est un autre élément plus rarement utilisable alors que la multiplicité des demeures bordant un tènement, indice plus incertain pouvant traduire un enhachement de la parcelle, n’a, lui, pas été utilisé.

  • 35 Pour le nord de la rue aux Juifs, voir Philippe Cailleux, thèse, parcelle 415, p. 236-261.

43Dans ce groupe d’habitations, quatre parcelles paraissent d’une superficie remarquable. Elles ont pour point commun de se trouver paroisse Saint-Lô et pour trois d’entre elles de s’étendre sur une seconde paroisse. À la seule paroisse Saint-Lô, se rattache le manoir donné à la fabrique de la cathédrale par Jehan de Nonancourt, en 1348. Initialement reliées par un travers de rue, les deux parties opposées, rue aux Juifs, sont utilisées fort différemment par la fabrique. Tandis qu’au nord, les chanoines de Notre-Dame, qui gèrent ces biens au nom de la fabrique, ont recours au bail à rente, n’intervenant qu’après « délaissement » du preneur pour le céder à nouveau sous la même forme, ils restent en pleine possession des constructions situées au sud de la rue, utilisant la location ou encore le bail à viage lorsque les preneurs sont des chanoines35.

  • 36 ADSM, G 2088, f° 32. Pour le jardin, voir G 6859, vidimus d’un acte du 28 octobre 1390 à propos des (...)

44En 1338, cette partie est composée d’une « maison de pierre, la court et la chambre du bout de ladicte maison de pierre et les estables et la cuisine de dessus ». On y trouve également une fontaine mais aussi « la porte, voie et les degrés par ou l’en monte en la salle et la maison dessus la porte », la séparation en deux lots nécessitant de condamner l’huisserie « d’icelui travers de l’aleur de haut d’empres la cuisine ». Le jardin n’est pas mentionné mais il se trouve l’être par la suite36.

  • 37 Voir par exemple ADSM, G 2486 (1420-1421) où l’un des louages est dit magno locagio et l’autre alio (...)
  • 38 ADSM, G 6859, pièce non datée, du milieu du XVe siècle. Maître Nicole Havart fut évêque de Bayeux d (...)

45Jusqu’en 1433, les comptes de la fabrique font état de la maison canoniale mais aussi de deux louages37. Une autre indication nous montre maître Nicole Habart, évêque de Bayeux, logeant plusieurs années en la partie arrière de l’hôtel, disposant de tout le jardin et utilisant la grande porte donnant sur la rue aux Juifs tandis que le chanoine Jehan Basset occupait, lui, la partie de devant, c’est-à-dire en bordure des deux rues aux Juifs et du Bailli38. Le revenu qu’en tire alors la fabrique est de l’ordre de 40 livres tournois par an. En 1457, le compte suivant marque un net changement de situation ; maître Hector Coquerel, chanoine, tient en pension de la fabrique :

[…] tout l’ostel de derriere, ou est assis la fontaine ou iardin, avecques ycelui gardin qui a yssue en la rue aux Juifz devant le Neuf Marchié, et le grant hostel assis devant l’ostel du bec avecques trois louages : c’est assavoir ung hostel voulté par bas, entre ledit grant hostel de maistre Hector et l’ostel ou pend l’Escu de Franche, l’autre louage iouxte la porte dudit grant hostel ou demeure ung chinchier et le tiers jouxte l’ostel ou demeure Sandrin Lamy.

  • 39 ADSM, G 2492 (1457-1458). Les maisons les plus récentes sont étudiées ci-après comme exemple de mai (...)

46À ces deux hôtels et trois louages s’ajoutent encore huit maisons comprenant chacune soit un ouvroir soit une échoppe, au total deux grands hôtels et onze maisons ou louages. Des huit maisons situées au long de la rue aux Juifs, trois sont de création très récente, les cinq autres ayant été construites entre 1431 et 1452. À titre de comparaison, le revenu annuel que tire la fabrique de l’ensemble atteint pratiquement 90 livres tournois en 1459-146039. Si la limite sud de cette parcelle reste difficile à fixer avec précision, en revanche, l’emplacement du mur de clôture séparant à l’ouest ce manoir et ses dépendances du jardin de la Ville se trouvait à une distance voisine de 45 mètres de la rue du Bec, l’ensemble atteignant probablement voire dépassant 1 500 mètres carrés.

  • 40 ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433, n. s. 1434. Sur le perrin, voir, dans le présent ouvrage, le développem (...)

47De l’autre côté de la rue du Bec, le manoir de la Fontaine ne semble rien avoir à lui envier. En 1434, très peu de temps après son achat par les religieux du Bec-Hellouin, le manoir est dit contenir « plusieurs maisons, jardins, cours, le droit des fontaines et les cours de l’eaue qui abreuvent icelles fontaines avec une maison, le perrin et l’alee qui part dudit manoir, passant parmy ledit perrin, et a son yssue en la rue de Corvoiserie »40. Une quinzaine d’années plus tard, quelques données topographiques complémentaires sont fournies par les témoins au procès opposant le curé de Saint-Herbland aux religieux de Saint-Lô, à propos de leurs droits respectifs, mais leur utilisation est délicate, un même bâtiment pouvant être désigné de plusieurs manières. Relevons toutefois quelques-unes des mentions les plus intéressantes.

  • 41 Nous n’avons pas retrouvé l’acte d’achat des religieux, en 1429 (daté du 30 janvier 1428), acte cit (...)

48Au milieu du XVe siècle, l’entrée principale se trouvait sur la rue au Bailli (du Bec), en face de celle de l’hôtel de Guillaume Le Tavernier, mais on pouvait également accéder au manoir par la grande porte de pierre donnant sur la rue aux Juifs. À proximité de cette rue se trouvait la chapelle ou oratoire, tandis que le jardin s’étendait jusqu’à l’encoignure des deux rues. Non loin de la chapelle se dressait un bâtiment désigné sous le nom de magna aula – expression à rapprocher de celle d’aula bassa propre fonte, peut-être ce que d’autres désignent comme totam domum in qua est fons – une cour, une cuisine et un nouvel édifice, dû aux religieux du Bec. Un témoin parle également de la chambre derrière la chapelle. Sur la rue Courvoiserie, paroisse Saint-Herbland, donnaient une maison de pierre – s’agit-il de la tour de pierre évoquée par un autre ? – et plusieurs louages. Un bel ensemble donc, d’une valeur minimum de 1 700 livres tournois41.

49Charles de Beaurepaire, qui a consacré un article à cet hôtel, nous a laissé, à cette occasion, un précieux témoignage sur les vestiges qu’il a vus :

  • 42 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec à Rouen », Pr. TAR, 1854, p. (...)

Il subsiste aujourd’hui une portion assez notable de l’ancien manoir des Religieux. On voit encore un escalier de pierre, fort étroit, contenu dans une tourelle tronquée à son sommet, qui pourrait bien être cette tour que mentionnent les vieux titres. Au pied de cette tourelle, au rez-de-chaussée, se trouve une salle, comprenant deux travées de voûte, construites dans le style ogival, sans chapiteaux ni piliers. Les arceaux de la voûte, taillés en forme d’amande, me semblent annoncer la fin du XIVe siècle ou la première moitié du XVe siècle […]42.

  • 43 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462. Le partage comprenait de nombreux autres biens, non évoqués ici. La (...)
  • 44 ADSM, 2E1/154, 20 juillet 1391.

50Plus à l’est, à l’angle des rues Grand-Pont et Saint-Nicolas, le tènement qui porte, tout au long du XVe siècle, pour enseigne « les Trois Maries » étend ses divers corps de bâtiments sur les paroisses Saint-Lô et Saint-Nicolas. Il est, durant toute cette période, propriété de la famille Marguerie. Un partage de 1462 laisse entrevoir son organisation. Le premier lot comprend l’hôtel ou « soulloit » pendre « les Trois Maries » proprement dit, avec une chambrette, galerie, bûcherie et deux autres hôtels – dont l’un est qualifié de « devant des Trois Maries » – très probablement sur la rue Grand-Pont, auxquels il faut adjoindre « ung tenement de maisons contenant quatre louages » sur la rue Saint-Nicolas. Au second lot revient un hôtel, paroisse Saint-Lô, en la rue Saint-Nicolas, ainsi que deux louages attenants43. Sont encore cités un puits commun, une petite ruelle et une grande allée. Le jardin avec arbres que l’on y trouvait, à la fin du XIVe siècle, a bel et bien disparu44.

  • 45 ADSM, G 6858. Trois de ces grands tènements placés aux limites de la paroisse Saint-Lô ont fait l’o (...)

51À l’est de la rue Grand-Pont, en bordure de la rue de la Chaîne, l’hôtel du chapitre cathédral, dont les vestiges romans ont déjà été évoqués, relevait pour une partie de la paroisse Saint-Lô et pour l’autre de la paroisse Saint-Amand. Ce manoir était assez vaste pour être divisé, vers 1422, en deux parties servant, chacune, à la résidence d’un chanoine. La partie la plus à l’est, occupée un temps par maître Nicole Loiseleur, comportait, outre son hôtel, plusieurs louages placés auprès de la porte donnant sur la rue. Avec les locataires y résidaient, « comme consierges dudit hostel », Pierre Le Marie et Thomasse sa femme, sœur du chanoine45. Un procès opposant, en 1438, le curé de Saint-Amand et les religieux et curé de Saint-Lô, il ressort des déclarations des témoins que le corps principal comportait deux grandes salles superposées, l’une qualifiée d’aula bassa et la seconde d’aula alta, avec greniers, cellier et jardin. En plus des louages cités, cette partie comprenait apparemment en un autre corps, une cuisine surmontée d’au moins une chambre.

52Trop souvent, le caractère standardisé des indications notariales, l’absence de partage, sans oublier la part qui revient au hasard, contribuent à nous laisser des données trop imprécises sur des parcelles que seule la mention d’un prix de vente important vient distinguer des voisines. Combien sont-elles dans ce cas ?

  • 46 ADSM, 2E1/168, 14 janvier 1420, n. s. 1421. Le vin de la transaction est de 5 l. t. Il s’agit d’une (...)

53Sous les murs du prieuré Saint-Lô, à l’angle des rues Grand-Pont et Saint-Lô, le tènement à l’enseigne de l’Aigle d’argent comporte une cour, un cellier, un puits, des étables et divers édifices, c’est du moins ainsi qu’il est décrit en 1420, lors d’une vente où il est négocié pour la somme de 400 écus d’or46.

  • 47 ADSM, 2E1/194, 1er octobre 1465, la vente de son droit sur l’héritage représente la somme de 2 000 (...)

54Un peu plus haut, dans la même rue, devant l’église des Carmes « ou environ », l’hôtel de Jehan de Montespedon, écuyer, seigneur de Beauvoir, « nagueres » bailli de Rouen, est, en 1465, vendu comme « hostel, manoir, maisons, court, jardin, puis, cellier, heritage, ediffices et tenement, avec le fons de la terre ». Parmi les divers édifices, l’un, dont le bas est « appliqué a usage d’estable a chevaulx ou basse salle estans sur la rue de Grant Pons », est, à la fin du siècle, l’objet d’un échange de rente47.

  • 48 Le terme de cellier est employé au pluriel dans les actes de la fin du XVe siècle. En 1458, la parc (...)

55Toujours du même côté de la rue Grand-Pont, mais cette fois-ci en se déplaçant vers le sud, le tènement qui porte, en 1458, l’enseigne de l’Image Saint-Pierre, s’étend depuis le pavement de la rue jusqu’à une allée menant de l’hôtel voisin à la rue Saint-Lô et située à l’arrière, soit une longueur de près de 43 mètres. « Ung hostel, maison, court, puis, cellier, ediffices, heritage et tenement » sont les seules indications alors fournies par le tabellion48.

  • 49 Voir Philippe Cailleux, thèse, présentation de l’îlot 8, p. 387-409.

56Le tènement des Marromme, famille qui donna à trois reprises, dans le courant du XIVe siècle, un maire à la ville de Rouen, se trouvait sur la paroisse Saint-Lô et prenait à la fois sur les rues Grand-Pont et Saint-Nicolas. Il devait faire l’objet, au long des XIVe et XVe siècles, de plusieurs concessions partielles49. On peut se faire une idée de sa valeur, à la fin du XIVe siècle, à la lecture de la Chronique normande de Pierre Cochon, à propos de la Harelle :

  • 50 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, (...)

Et allerent chiés Guerout de Marromme, lequel avoit esté maire de Rouen l’année precedente, lequel avoit fait beaucoup de mal as poures genz de la ville eu temps de sa mairie : si leur en souvenoit encore, et lui jeterent ses bienz sur le pavement en Grant-pont où il demouroit, et lui firent tant de dommage que il purent, et lui depecherent sa maison, et lui burent son vin, et ce qu’il ne povoient boire il deffonserent les queueez plaines de vin, et les laissoient aler aval le chellier ; et y out bien dommage de II.m à III.m lib.50.

  • 51 Voir Philippe Cailleux, thèse, parcelles 412 et 418, p. 211-217 et 275-286.
  • 52 L’ensemble des parcelles 412-418 est adjugé, en 1475, au plus offrant, pour le prix de 110 l. t. de (...)

57Terminons ce tour d’horizon, pour la paroisse Saint-Lô, par le tènement de la famille Desloges51. Donnant sur la rue Saint-Lô par une maison à pignon de pierre, à l’ouest sur le Neuf Marché sur lequel il ouvrait par une fenêtre marchande, au sud sur la rue aux Juifs par une allée passant sous une propriété voisine, il comportait également plusieurs louages, une cour avec un puits, un cellier et un jardin52.

58Pour la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, le sud de la rue Courvoiserie est un secteur privilégié. Plusieurs de ses parcelles trouvent en effet leur issue sur la rue aux Ours, distante de 80 mètres de la première, quand on n’y trouve pas leurs dépendances ou louages. L’importance de cette longueur explique leur localisation à cheval sur deux paroisses.

  • 53 Voir Werner Paravicini, « Charles le Téméraire à Tours », in Villes, bonnes villes, cités et capita (...)
  • 54 ADSM, 2E1/186, 6 juillet 1454 – date à laquelle il coûte 800 écus d’or, soit 1 200 l. t., et doit 2 (...)

59L’hôtel du Lion d’or, en face de l’église Notre-Dame-la-Ronde, s’y distingue par sa valeur mais aussi les hôtes de marque qu’il accueille à plusieurs reprises : en 1461, Charles, futur duc de Bourgogne, alors comte de Charolais, revenant d’un voyage à Tours, et l’année suivante Marguerite d’Anjou, veuve du roi Henri VI d’Angleterre, venue solliciter l’aide de son royal cousin Louis XI53. Ce tènement de plusieurs maisons, avec jardin, cour et cellier, incluait deux louages sur la rue aux Ours et deux autres sur la rue Courvoiserie. En 1382, à propos d’une gouttière mitoyenne à installer, on parle des « petites maisons de l’ostel du Lion d’Or appellees la petite salle basse »54.

  • 55 ADSM, 2E1/154, 15 novembre 1393 et G 4357, 18 février 1484, n. s. 1485, transaction pour 900 l. t. (...)

60En se dirigeant vers la boucherie Massacre, la maison de l’Âne rayé, enseigne désignant le zèbre, avec « plusieurs estages, ediffices de maisons » et un jardin, renferme également, à la fin du XIVe siècle, un étal à boucher donnant sur la rue. Les actes de la fin du XVe siècle évoquent, avec plus de précision, deux maisons, puits, cellier et jardin55.

  • 56 La présence des emmurées, dont le couvent se trouvait sur la rive gauche de la Seine (Saint-Mathieu (...)

61Plus à l’ouest encore, toujours au long de la rue Courvoiserie, l’hôtel dit de « la Moricière », auquel pend, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, l’enseigne à l’Image Notre-Dame, est assez vaste pour servir un temps de refuge aux religieuses des Emmurées, mais là aussi l’énumération est pauvre : plusieurs louages et maisons, cours, jardin, puits, cellier et édifices56.

  • 57 BMR, tiroir 49, registre T1, f° 21, 4 octobre 1490. Aux 836 l. 10 s.t. et 40 l. au vin payés aux ve (...)

62De l’autre côté de la rue Courvoiserie, entre le manoir de la Ville et la rue, le tènement de la famille Élies, utilisé à la fin du XVe siècle comme immeuble de rapport, présente six maisons sur la rue, toutes louées, l’une d’entre elles – la troisième – étant plus modestement désignée du nom d’échoppe57.

63Hormis le tènement déjà cité, à cheval sur deux paroisses, les maisons de la paroisse Saint-Herbland sont peu nombreuses à atteindre un prix très élevé. Le fait que leur prix moyen soit supérieur à celui des autres paroisses n’est paradoxal qu’en apparence : situé plus haut, l’éventail des prix pratiqués y est plus resserré.

  • 58 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 322, et Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau, (...)
  • 59 ADSM, 2E1/172, 3 et 29 mai. Pour des raisons non déterminables, Pierre Surreau achète le viage et u (...)

64La plus connue d’entre ces demeures est sans conteste celle de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, en raison de la publication, en 1892, de son inventaire après décès, réalisé en 1435. Située à l’angle des rues Guillemet-Le-Conte, plus tard rue du Bec, et de Courvoiserie, on y dénombre, à cette date, 21 pièces, parmi lesquelles huit chambres – dont une pour les valets et une pour les clercs –, deux salles, deux comptoirs, une chapelle, et divers locaux tels que cuisine, dépense, cellier, seulle, étable, galerie et deux greniers ainsi qu’une grande cour. Raymond Quenedey lui prête deux étages de hauteur et trois corps de bâtiments mais il s’agit d’une hypothèse d’organisation des volumes58. L’acte d’achat par Pierre Surreau59, en 1426, fait simplement état d’une maison et tènement à deux pignons sur rue auxquels pend l’enseigne de la Cloche. Son prix atteint alors les 1 500 livres tournois. Il reste aux mains de la famille et après Jehan, fils de Pierre Surreau, ce sont ses enfants qui le tiennent à la fin du XVe siècle.

  • 60 ADSM, 2E1/187, 20 septembre 1456. Le cours de l’écu d’or est alors de 30 s.t. Avec les 8 écus du vi (...)
  • 61 ADSM, 2E1/184, 2 juillet 1444. Un texte de 1464 évoque deux hôtels ou louages et ajoute aux élément (...)

65De l’hôtel portant pour enseigne l’Écu de France on sait seulement qu’il incluait plusieurs louages, disposait d’une issue en la rue d’Albane et comptait au nombre des rares tènements de cette paroisse à comporter un jardin. Lorsqu’en 1456 il est vendu à Pierre Gueroult, bourgeois rouennais, par Guillaume Le Tavernier, seigneur de Saint-Aignan-sur-Ry, qui l’occupe alors en partie, il atteint le prix de 900 écus d’or60. De l’autre côté de la même rue, séparé de l’église Saint-Herbland par une seule parcelle, le tènement à l’enseigne de la Grosse Teste, est composé de plusieurs maisons avec puits, cellier et des aisements61.

  • 62 Nombre minimum bien sûr puisque la valeur de plusieurs tènements reste inconnue, faute d’une transa (...)

66Ce sont donc au moins seize parcelles, pour les trois paroisses réunies, qui se trouvent ainsi rangées dans la catégorie des tènements de grande valeur, soit environ 6 % du nombre total ; plus de la moitié relevant, partiellement ou en totalité, de la paroisse Saint-Lô62. Ce dernier point est indéniablement l’un des facteurs explicatifs de la valeur plus élevée attribuée à cette paroisse dans l’estimation des superficies moyennes.

67Si l’organisation des très belles demeures nous reste dans l’ensemble inconnue, il en va différemment de maisons voire de parcelles plus modestes. S’il est vrai que seules quelques-unes de ces maisons sont décrites en totalité, elles sont tout de même en nombre suffisant pour que nous puissions nous faire une idée de leur organisation.

68Pour faciliter leur présentation, un schéma a été réalisé lorsque les indications fournies le permettaient. Les demeures suivantes sont classées dans un ordre chronologique en utilisant comme clé de rangement la date de la description du bâti. Nous avons ajouté aux édifices connus par la documentation textuelle deux maisons de la paroisse Saint-Lô, pour lesquelles une photographie ou des dessins viennent utilement compléter les trop rares données textuelles ainsi qu’une parcelle suffisamment décrite pour se prêter à schématisation et localisation.

69Les maisons s’apparentent, pour la plupart, à ce qu’il est convenu de désigner du nom de « maisons ordinaires ». Seule la maison du Grand Éperon, par la présence de plusieurs bâtiments annexes s’ajoutant à celle d’un grand corps de maison, révèle un habitat plus spacieux.

Le tènement d’un étamier, rue Grand-Pont (1418)

70Cette parcelle, telle qu’elle se présente en 1418, est intéressante pour les données livrées par son partage mais aussi parce qu’il est possible de la délimiter avec précision. On regrettera, en revanche, d’en savoir aussi peu sur la distribution intérieure des pièces, quasiment ignorée par le partage.

  • 63 Voir ADSM, 2E1/167, 7 mai 1418, pour les liens familiaux, et 2E1/180, 24 octobre 1436, pour le méti (...)

71Le tènement est tenu, durant quelques années, par Rogier de Saint-Pierre, étamier, et Estiennote sa femme. On procède, en 1418, au partage de l’héritage entre sa veuve, d’une part, et un nommé Denis Augier, présenté comme « aiant le droit des hoirs dudit Rogier de Saint Pierre ». Ce dernier, neveu du frère de ladite Estiennote, est lui aussi étamier63. Le décès étant plus ancien, l’héritage est probablement resté un temps en indivision.

Fig. 2 – Le tènement d’un « étamier », localisation et organisation en 1418
(document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).

72L’ensemble se présente alors comme « une maison et apentis contenans plusieurs estages et ediffices, avec une court seante sur ung chellier et ung gardin ou siet uns aiesemens » et donne, d’un côté, rue Saint-Lô, et de l’autre, rue Grand-Pont (voir figure 2).

  • 64 ADSM, 2E1/167, 21 novembre 1418

73En partant de cette dernière rue, on trouve, successivement, la maison avec, à l’arrière, un appentis dont les accès se font par la cour, si l’on se fie aux clauses concernant l’édification d’un degré* en la cour pour rattraper « le degré du premier sollier et grenier de derriere joingnant a l’apentis ». Le cellier, situé sous la cour, revient en totalité au second lot alors que cette même cour est partagée en deux. Chacun des lots est autorisé à couvrir sa portion de cour de pierres de taille « pour garder le chellier d’empirer ». Au bout de cette cour, du côté du jardin, se trouvent des aisements, décrits comme « aisemens, fosse et maison dessus », pour lesquels une clôture est nécessaire « qui departira les deulx sieges », et qui donnent probablement sur la portion de cour du premier lot puisque le second y accède par son jardin. Enfin, le jardin termine la parcelle du côté de la rue Saint-Lô. Pour distribuer l’ensemble, une allée commune, prévue sur le second lot, « aura une taiese de lé, tout au lont ou costé devers maistre Nicole de Dun »64.

  • 65 Voir p. 252-255, « Les jardins ».
  • 66 ADSM, 2E1/180, 24 octobre 1436.

74Deux aspects de cette organisation sont intéressants à relever : le premier se rapporte à la place des aisements, entre cour et jardin ; le second à l’emplacement du cellier, ici placé sous la cour, alors qu’il est habituellement placé sous un corps de logis. Il est dès lors possible d’envisager que ce cellier corresponde à une structure plus ancienne, en cœur de parcelle, conservée dans un aménagement plus récent tourné lui vers la rue. Sans de tels réemplois, la conservation de tant de celliers en cœur d’îlot ne pourrait pas trouver d’explications. Quant au jardin de cette parcelle, il devait, comme beaucoup d’autres, disparaître dans les décennies suivantes65. D’abord qualifié de « vuide place derriere », en 1436, il n’est ensuite plus du tout cité66.

  • 67 Voir par exemple un acte du 5 juillet 1458 qui la montre bornée, de ce côté, par la rue devant l’ég (...)
  • 68 Eustache de La Quérière, Description historique des maisons de Rouen…, tome I, Paris, Didot, 1821, (...)

75La mention des deux rues, à chacun des deux bouts de la parcelle, facilite grandement le travail de localisation. La rue Saint-Lô avait une direction perpendiculaire à celle de la rue Grand-Pont et la précédente particularité ne peut s’expliquer que par l’existence d’un coude de cette rue, à proximité du chevet de l’église. Chevet et coude de la rue se lisent encore sur le cadastre napoléonien. Selon les actes du XVe siècle, seules deux parcelles donnaient en totalité sur la rue Saint-Lô. La suivante n’y donnait que pour partie67. La première, limitée de trois côtés par ces rues, correspond au tènement de Rogier Mustel l’aîné. Les vestiges d’un cellier, mis au jour en août 1990, et leur concordance avec la description donnée par Eustache de La Quérière, en 1821, montrent que les numéros 65 et 67 de la rue Grand-Pont relèvent de cette première parcelle68. Les numéros 61 et 63 correspondent donc au partage de la maison, opinion confortée par le fait que la parcelle située plus au sud ne donne que pour partie sur la rue Saint-Lô – se trouvant limitée pour l’essentiel par l’allée d’une autre maison. Revenons donc au tènement : une allée de desserte donne encore, de part et d’autre d’une cour, sur les deux rues. La distance moyenne séparant les deux rues approche 42,5 mètres tandis que la largeur de cette parcelle est comprise entre 7,5 et 8 mètres pour une superficie totale de l’ordre de 330 mètres carrés, valeur supérieure à celle de la moyenne paroissiale.

Une maison de la rue Grand-Pont (rue des Carmes), 1430

  • 69 ADSM, 2E1/174, f° 46. L’intérêt de ce texte n’avait pas échappé à Paul Le Cacheux qui en avait donn (...)

76S’il n’est pas exceptionnel de rencontrer quelques indications de dimensions d’une demeure rouennaise, il est en revanche extrêmement rare de se trouver en présence d’un acte livrant le toisé, quasiment pièce par pièce, d’une habitation médiévale. Tel est pourtant le cas d’un acte de vente d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, en date du 10 juillet 1430, jour où « les chambres et estages d’icellui hostel, a la requeste desdiz vendeurs et desdiz achecteurs, ont esté espassez et mesurez en la presence dudit tabellion »69. Cette opération fut confiée à Jacques de Sotteville, maître des œuvres de charpenterie du roi au bailliage de Rouen, à Alexandre de Berneval, maître des œuvres de maçonnerie dudit bailliage, et à Jehanson Salvart, maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Rouen. Suivons le tabellion dans sa description de l’agencement intérieur (voir figure 3) :

  • 70 Dans cet exemple, le « premier étage » ou « étage premier » désigne clairement le rez-de-chaussée.
  • 71 Cette mesure est prise « entre deux postz, dont le post de derriere a sept poux, une ligne moins, l (...)

Premierement l’estage premier70 seant sur le cellier et où l’en fait l’ouvreur de devant contient de creux de lé, entre deux paroiz, deux toizes quatre piez huit poux, et de lonc une toise cinq piez troiz poux de creux […]71.

77Au-dessus d’un cellier (A), se trouvait donc un rez-de-chaussée à usage d’ouvroir (B). Il n’est rien dit du ou des escaliers desservant les étages et peut-être le cellier ainsi que de leur éventuelle séparation de l’ouvroir.

78Passons maintenant au premier étage :

  • 72 Soit 5,35 × 4,08 m.
  • 73 Soit 5,20 × 2,24 m.

Item la salle de dessus ledit ouvreur a de lé entre deux paroiz deux toizes quatre piez six poux et une ligne […], et de long deux toises sept poux […]72. Item la cuisine de derriere ladicte chambre et une petite chambrete close jongnant à ladicte cuisine […] et contiennent icelles chambre et cuisine entre deux paroiz deux toizes quatre piez un poux de lé et de long une toize onze poux […]73.

79Disposition assez rare, la cuisine (D), plus fréquemment au rez-de-chaussée, se trouve ici reportée à l’étage, à l’arrière de la salle ou chambre (C) et à côté de la chambrette (E).

Fig. 3 – Maison de la rue Grand-Pont (des Carmes). A : cellier. B : ouvroir. C : salle ou chambre. D : cuisine. E : chambrette. F et G : chambres. H : deux petites chambrettes (document Philippe Cailleux).

80Cette particularité s’explique par le fait que les volumes situés tant au dessous (rez-de-chaussée) qu’au-dessus de la cuisine et de la chambrette (deuxième étage) appartiennent à la maison voisine. Il est en effet précisé :

Le dessoubz d’icelle cuisine et chambre appartient audit Guillemot Dubust [tenant la maison voisine] […] et le dessus […] appartient audit Dubusc jusques à une autre chambre comprinse en ceste vendue qui monte amont jusques au feste.

  • 74 Soit 2,91 m.

81Le toisé s’attache pour cette raison, à la hauteur de la pièce : « Et ont icelle cuisine et chambrete entre les deux planchiez dudit Dubust toise et demie de haut »74. La cuisine comportait cheminée et, semble-t-il, aisements, dont les conduits sont également toisés :

  • 75 Soit 1,74 × 1,82 m pour la cheminée et 0,49 × 0,92 m pour les aisements.

Et le tuel de la cheminée de ladicte cuisine contient de long de creux cinq piez quatre poux et demi et de lé cinq piez sept poux et les deux pars d’ung poux ou dedens de laquelle cuisine a ung tuel d’aesemens qui monte tout amont et contient ledit tuel qui sault en ladicte cuisine pié et demi de lé et deux piez dix poux de long75.

  • 76 Soit 5,68 × 4,45 m.
  • 77 Cette portion comportait deux petites chambrettes avec, au milieu, le conduit de cheminée comme en (...)

82Le deuxième étage ne comportait qu’une chambre (F) : « Item la tierce chambre contient de lé deux toises cinq piez six poux et demi de creux et de long deux toizes ung piez neuf poux de creux »76, la partie située en arrière appartenant à la maison voisine77.

83Enfin, terminant la description, le troisième et dernier étage de l’habitation comprenait :

  • 78 Soit 5,45 × 2,97 m.

[…] la quarte chambre [G] […] du lé et longueur de la tierce chambre. Item le second estage de dessus ladicte cuisine et chambre appartenant à icelle maison vendue jusques au feste contient de lé deux toizes quatre piez dix poux et de long toize et demi et deux poux78.

84Si les pièces situées à l’arrière ne sont pas nommées, le toisé de la hauteur de la cuisine cité précédemment évoquait l’existence d’au moins une autre chambre (H) montant « amont jusques au fete ».

85Cette organisation de l’édifice laisse clairement apparaître deux parties distinctes : un premier corps constitué de l’ouvroir, de moindre dimension, surmonté de trois chambres à raison d’une par niveau et dont l’une est également appelée salle, auquel s’ajoute un deuxième corps, accolé au premier, dont la propriété se trouvait divisée, selon les niveaux, entre les deux maisons voisines, incitant pour cela les maîtres-jurés chargés du toisé à mesurer une hauteur sous plafond. L’ensemble ainsi formé représentait, à la date du 10 juillet 1430, un espace habitable d’environ 120 mètres carrés.

  • 79 Ainsi, en 1402, il est tenu à louage par un nommé Richard Laigle (ADSM, 2E1/158, f° 347 ro).
  • 80 Richart de Saint-Morisse est cité dans la liste des baillis de Dieppe, pour l’archevêque de Rouen, (...)
  • 81 Mahiet Le Jumel appartenait à une famille au sein de laquelle on rencontre plusieurs orfèvres. Un n (...)
  • 82 Compliquant ainsi l’emboîtement des volumes.
  • 83 Cette somme semble avoir paru insuffisante à Cardinet de Saint-Morisse, expliquant peut-être le ret (...)

86À qui appartenait-elle ? Les premiers tenants de l’héritage à apparaître pour le XVe siècle, Colin puis Jehan de La Mote, tous deux bourgeois de Rouen, ne semblent pas l’avoir occupée eux-mêmes79. La maison venait ensuite par héritage à Gervaise, fille dudit Jehan de La Mote et épouse de Richard de Saint-Morisse, avocat en cour laïque demeurant à Dieppe80. Ce dernier couple, bailleur de la maison toisée, la vendait donc le 10 juillet 1430 à Mahiet Le Jumel et Agnès sa femme, bourgeois de Rouen81. Ces derniers ne la conservèrent pas longtemps puisque, par retrait lignager, elle passait aux mains de Cardinet de Saint-Morisse le jeune, de la même famille dieppoise, pour être revendue le 10 décembre 1431 à deux joailliers rouennais, Jehan Deshayes et Jacquet Viton, vivant en communauté de biens. Un seul ouvroir dut se révéler insuffisant pour l’exercice de leur métier puisque, le 18 février 1434, ils se portaient ensemble acquéreurs d’une échoppe basse joignant à leur maison et jusqu’alors propriété de Guillemot Dubust leur voisin82. Le 10 juillet 1430 la transaction s’était effectuée pour un montant, relativement élevé, de 580 livres tournois avec 10 livres au vin du marché et moyennant le paiement de 5 livres de rente annuelle, réparties en trois rentes, l’une de 26 sous tournois venant au vendeur et les deux autres de 60 sous et de 14 sous, payées à des bourgeois de la ville83.

Un ensemble de louages, rue aux Juifs, 1452

  • 84 ADSM, G 2487 et comptes suivants.

87Cet ensemble est intéressant à deux égards : parce qu’il nous livre en premier lieu un descriptif avant construction mais aussi parce que sont connues les raisons qui ont présidé à sa construction. La fabrique de la cathédrale – maître d’œuvre – était en possession, depuis le milieu du XIVe siècle, d’un vaste manoir avec dépendances et jardin à l’angle des rues aux Juifs et du Bec, dans lequel prenaient notamment pension – le plus souvent à vie – des dignitaires du chapitre. Au milieu du XVe siècle, il est occupé, depuis de nombreuses années, par Jehan Basset, chantre de la cathédrale84. C’est alors qu’un chapelain d’un des collèges établis en ladite cathédrale, Jehan Du Mouchel, donne, par testament, à la fabrique, la somme de 700 livres tournois, à charge de faire dire trois messes basses par semaine. Plutôt que d’acheter des rentes, les trésoriers et paroissiens – en accord avec le chapitre – décidaient d’édifier une maison comprenant trois louages devant procurer un revenu régulier afin d’assurer à l’avenir la charge financière des messes.

  • 85 ADSM, G 2134, f° 165.

88La décision de la construction était prise le 15 avril 1452, la donation de la somme par les exécuteurs testamentaires de Jehan Du Mouchel trois jours plus tard85. À peine construite, cette maison était l’objet d’une contestation entre les curés de Saint-Lô et de Notre-Dame-la-Ronde pour savoir de quelle paroisse elle dépendait, ce qui permet d’affirmer qu’en 1453 elle était achevée et – tout au moins pour deux de ses louages – déjà occupée. Dernier renseignement concernant la construction : les 700 livres tournois de la donation ne semblent pas avoir suffi à couvrir totalement les frais car les registres de comptes de la fabrique précisent « duquel edifice et maison ledit du Mouchel en a payé partie ».

Fig. 4 – Plan de localisation, sur le cadastre actuel, des louages de la rue aux Juifs ainsi que de la maison de la rue Grand-Pont (1430) et schéma d’organisation des trois louages de la rue aux Juifs (document Philippe Cailleux et Dominique Pitte).

89Pour asseoir la construction, le choix se portait alors sur une partie du jardin du grand manoir de Jehan Basset d’une surface de 45 × 30 pieds laquelle « est de present porcion dudit jardin close de mur sur ladite rue des juifz », à l’exception d’une portion : « reserve huisserie entree et alee dudit hostel par en bas tant seullement ». Il s’agissait donc de conserver l’issue du manoir sur la rue aux Juifs. Sans tenir compte de l’allée de sortie de l’hôtel qui ne concerne que le rez-de-chaussée, l’espace de 45 × 30 pieds détermine une surface moyenne par logement et par niveau de l’ordre de 4,9 × 9,7 mètres, soit environ 48 mètres carrés, épaisseur des murs comprise.

90L’acte nous rapportant la décision de construire comporte une description assez précise de l’aménagement intérieur souhaité :

  • 86 ADSM, G 2088 fos 242-243.

Chacun diceulx [louages] aura ung celier [A] et vers la rue ouvreur [B] et en derriere une sallette acheminee [C] par enhault deux chambres [D] dont lune sera acheminee avec les greniers [E] et sourcroiz [F] tous servis et agrees de degrez cloesons et fenestres aisemens de corps et de dalles de pierre bien et suffisamment86.

91Il s’agit donc d’une maison à un étage surmonté sous combles d’un grenier et de son surcroît avec, encavé, un cellier (voir figure 4).

92La disposition de « l’ouvreur » sur rue avec, placée en arrière, la sallette faisant notamment usage de cuisine laisse supposer que le maître d’œuvre souhaitait un logement destiné à des artisans ou marchands, choix qui peut s’expliquer par la proximité du Neuf Marché, distant de quelques mètres et que la ville avait sérieusement réaménagé en 1450.

  • 87 Encore appelé, selon les comptes, Hans Voissel ou Hance de Vvesel ou encore Hans de Vezel et dont n (...)
  • 88 Les « lignieres » ou linières disposaient d’une halle à la Vieille-Tour. Voir notamment Charles de (...)

93Ce que viennent confirmer les registres de compte de la fabrique qui ont conservé la trace des occupants ainsi que des loyers versés. Premier registre de la fabrique postérieur à la construction qui nous soit parvenu, le compte commençant à la Saint-Michel 1457 mentionne « Hance Voissel paintre »87 et « Denise Theroulde ligniere »88 pour 12 livres tournois par an et Thomas Desvare pour un montant de 10 livres. S’il n’est pas possible d’établir ce qui justifiait l’écart de loyers, force est de constater qu’il fut éphémère. Dès le compte suivant, en 1459, un même montant de 10 livres était acquitté par chacun des locataires, somme inchangée à la fin du XVe siècle. Le louage situé le plus à l’ouest – où demeurait le peintre déjà cité – était encore occupé par sa veuve en 1492 ; lui succédait ensuite un « estaimier » ou étamier.

94Les deux autres louages ne connaissaient pas cette stabilité remarquable. Parmi les professions citées se trouvent : pour le louage du milieu un « postullant en court laye » puis un pelletier ; pour le dernier louage succédait à Denise Theroulde, dès 1459, Adenecte la Chiriere également « ligniere ». Y demeurait ensuite Gillet Martin, épicier, puis sa veuve. À cette dernière, faisait encore suite dans la dernière décennie du XVe siècle un autre épicier.

  • 89 La seconde y apparaît pour les années 1447-1450 pour un « hayon » qu’elle tient de la ville comme « (...)

95Il s’agit donc bien essentiellement d’artisans et de marchands probablement attirés par le Neuf Marché et la clientèle qui le fréquentait. Ajoutons que Denise Theroulde et Adenecte la Chiriere tenaient même toutes deux échoppe sur ce marché89.

96Le revenu global tiré de la construction – tous les logements occupés et les locataires solvables – se montait donc à 30 livres par an. Sur ce revenu, était rémunéré le chapelain chargé de célébrer, comme établi par le testament, trois messes basses par semaine à deux sous tournois chaque messe, ce qui représentait une dépense annuelle moyenne de l’ordre de 15 livres. Compte non tenu des frais d’entretien, la construction assurait donc un revenu excédentaire d’environ 15 livres tournois les bonnes années.

Le Pot d’étain, 1465

  • 90 ADSM, 2E1/194. Les deux frères n’habitent pas Rouen. Guillaume est dit de la paroisse de « Brethevi (...)

97À la suite du décès de Gilles Hervieu, paroissien de Saint-Herbland de Rouen, la maison qu’il avait acquise durant son mariage est partagée, le 9 juin 1465, entre ses deux fils, Pierre et Guillaume, et Jehanne, sa veuve90. À l’enseigne du « Pot d’Estain », cette habitation est placée au pied de la cathédrale, plus précisément de la tour Saint-Romain, à l’angle des rues d’Albane et du Port-Morant. Rien d’étonnant donc à trouver un pignon sur rue, mais sur laquelle ?

98Il faut regretter de ne trouver décrit, contrairement à l’habitude, qu’un seul des deux lots, « le demourant dudit hostel » constituant le second lot ; ce qui nous donne une connaissance partielle de la maison et nous prive de sa dimension totale.

99Sur un cellier se développaient trois niveaux surmontés d’un grenier, pour lesquels ne sont mentionnés que la cuisine à « l’estage de bas » (ou premier niveau), au troisième niveau une chambre et au-dessus un grenier. Ce qui occupe manifestement le rédacteur de l’acte est uniquement l’emplacement de la cloison de séparation de chaque niveau, sa distance depuis la rue étant donnée chaque fois (voir figure 5).

Maison à l’angle des rues aux Juifs et du Bec (1467)91

  • 91 Le cas de cette maison illustre la difficulté rencontrée pour dater les maisons rouennaises. Le fai (...)

100Nous avons déjà évoqué les trois louages édifiés par la fabrique de la cathédrale, à partir de 1452, sur une partie du manoir donné à cette fabrique, au siècle précédent, par le chanoine Jehan de Nonancourt. Ces louages venaient alors compléter un ensemble de plusieurs maisons, situées plus à l’est, atteignant l’angle des rues aux Juifs et du Bec. Faute d’une conservation des comptes de la fabrique entre 1433 et 1457, leur date de construction est à placer après 1433 et avant 1452, date à laquelle les « nouveaux » louages sont envisagés.

  • 92 Il existe au moins deux dessins de cette maison. L’un provenant des estampes topographiques du fond (...)
  • 93 ADSM, G 2492, Saint-Michel 1457/1458.

101L’élévation d’une seule de ces maisons, placée précisément à l’angle de ces deux rues, est connue par plusieurs dessins et une photographie, réalisés avant sa destruction vers 190592 (voir figure 6). La richesse iconographique n’est malheureusement pas complétée par une documentation textuelle de même nature. Hormis les mentions des comptes de la fabrique, seul un bail de 1467 nous apporte une précision sur la forme de la parcelle. Jusqu’à cette date, nous savons que la maison était louée, au bénéfice de la fabrique. En 1457, elle est tenue par un drapier, Sandrin Lamy, qui y demeure et paye pour cela 13 livres tournois par an, ce prix comprenant « une petite eschope endit louage »93.

Fig. 5 – La maison du Pot d’étain. 1er lot du partage d’après un acte du tabellionage en date du 9 juin 1465 (document Philippe Cailleux).

  • 94 ADSM, G 2496 et G 2497.

102Manifestant son désir, réel ou simulé, d’abandonner ce louage, le nommé Sandrin Lamy obtient des maîtres de l’œuvre, à deux reprises, des réductions de son loyer. En 1461, « pour ce qui vouloit lesser l’ostel et s’en partir », son loyer est ramené à 11 livres tournois. L’année suivante, pour la même raison, il est encore diminué d’une livre94. Il est vrai que la maison demande quelques travaux, ce dont témoignent les mêmes comptes.

  • 95 ADSM, G 6859, 1453, déclaration du sixième témoin : « ante domum quam nunc inhabitat Michael Reugie (...)
  • 96 ADSM, G 2088, fos 244-245.

103Finalement, en 1467, les chanoines de la cathédrale, agissant pour le compte de la fabrique, mettent un terme à la location de cette maison, qui est prise et retenue « a fieffe affin d’eritage » par Michiel Reugiez, marchand, demeurant paroisse Saint-Lô. Le preneur, épicier, est familier des lieux puisqu’il habitait auparavant, très probablement comme locataire, un tènement situé à l’angle opposé des deux mêmes rues, c’est du moins le cas en 145395. Il doit, en 1467, acquitter une rente annuelle de 10 livres tournois et dépenser 100 livres tournois pour l’amélioration de la maison. Seul renseignement apporté : le bien cédé est « une maison, ediffices et appentis, avec le fons de la terre, selon la longueur du feste et couverture d’icelle »96. Pas de place donc pour une cour ou un jardin.

  • 97 Eustache de La Quérière, Description historique…, tome I, Paris, Didot, 1821, p. 148, les localise (...)
  • 98 Compte tenu de l’espace perdu sous les combles. Rappelons que son loyer oscille, vers 1460, entre 1 (...)

104Les informations livrées par les dessins et photographie sont cohérentes et montrent une maison, à ferme débordante, présentant son pignon sur la rue aux Juifs. Le rez-de-chaussée se trouve surmonté de trois étages dont le dernier, sous comble, est éclairé par deux baies aux allèges décorées par des croix de Saint-André. À l’étage inférieur, les mêmes croix animent toute la largeur de la façade. Au-dessus de la croix la plus proche de l’angle des rues, se distinguent les vestiges d’un probable fenestrage primitif, dont l’organisation reste incertaine. Il est vrai qu’on ne sait rien du nombre d’ouvertures qui donnaient jour sur la rue du Bec. L’absence d’encorbellement, nette pour les étages, est moins certaine pour le rezde-chaussée. Son décor était constitué de petites figures de saints, disparues97. D’une largeur approchant 4,5 mètres sur la rue aux Juifs pour une longueur de 9 mètres – soit environ 40 mètres carrés par niveau – cette parcelle se trouve complétée par un appendice, en retour d’équerre, que les dessins montrent d’une forte hauteur. Faut-il y voir la trace de l’ancien appentis, ayant gagné de la hauteur au fil des siècles, ou de constructions élevées à sa place ? La maison représente donc, à elle seule, un espace habitable proche de 150 mètres carrés98.

Fig. 6 – Maison du 21 rue aux Juifs, AMR, dossiers par rue (photographie Dominique Pitte).

La maison à l’enseigne du Grand Éperon (1474-1488)

105Le 15 novembre 1474, les enfants de Robin Petit et de Perrecte sa femme, tous deux décédés, se partagent les biens de leurs parents. Robin, Colin et messire Jehan Petit – ce dernier est prêtre – font donc trois lots. Deux lots partagent la demeure familiale, située rue de Courvoiserie, tandis que le troisième est constitué de plusieurs rentes, pièces de terres et maisons tant à Rouen qu’à Boisguillaume. Ce sont donc les deux premiers lots qui, bien que de façon incomplète, nous informent sur l’organisation de l’habitat.

106La parcelle commence, sur la rue, par une grande maison en laquelle pend l’enseigne du Grand Éperon et au-dessous de laquelle s’étend un cellier. L’ouvreur, un escalier et l’allée de desserte sont cités. À l’étage supérieur, seul le premier solier, situé au-dessus de l’ouvreur, est mentionné par la description du partage de cette dernière pièce. À l’arrière de cette grande maison, le premier lot s’achève par une petite chambre basse « en fourme d’appentis ou souz elle ».

  • 99 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488.

107Quant au second lot, outre l’allée, une portion du cellier et de l’ouvreur de la grande maison précédemment évoquée, il est présenté comme une maison contenant plusieurs édifices avec latrines. Mais après le décès de messire Jehan Petit, curé du Mesnil-Raoul (Seine-Maritime), le deuxième lot lui appartenant est à son tour scindé en deux, le 11 juin 1488, au profit de ses deux frères Robin et Colin, ce dernier possédant déjà la moitié du tènement99. Ce nouveau partage nous permet de compléter la description trop vague employée par le tabellion dans son partage de 1474. Autour de la cour se disposaient plusieurs bâtiments :

  • sur le derriere de la grant maison », un ensemble de pièces, décrites sans que la forme de l’ensemble soit évoquée, comprenant deux chambres et un grenier, une chambre et au-dessus un grenier – l’une de ces chambres comportant le siège des privées – ensemble auquel il faut très probablement rattacher une chambre ou seulle basse avec un siège de latrines ;

  • une petite maison ;

  • un petit appentis ;

  • une petite sallette basse, à cheminée, « en derriere dudit heritage devers la cour ».

  • 100 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1489, n. s. 1490, portion vendue 1 020 l. t. avec 20 l. au vin. Le reste (...)

108Ce dernier partage, imbriquant les parts respectives, fut très vite remis en cause parce qu’il interdisait d’édifier un nouveau corps de logis à l’arrière et le 12 novembre de la même année, un accord était trouvé pour permettre de bâtir à neuf. Deux ventes, effectuées l’une en 1490 et l’autre en 1493, donnent, à elles deux, la valeur totale de la parcelle à cette période, vin compris, soit 1 640 livres tournois, ce tènement devant 40 sous tournois de rente aux religieux du Mont-aux-Malades100. Même en tenant compte de la montée des prix, sensible à la fin du XVe siècle, la valeur des transactions, tout comme le contenu de la parcelle, font du « Grand Éperon » une demeure d’une catégorie supérieure à celles précédemment décrites.

Une maison de la rue aux Juifs (1500)

  • 101 ADSM, 2E1/228, 4 mars 1499, n. s. 1500, et 2E1/242 pour la vente du 16 février 1508, n. s. 1509.

109En 1500, la maison de Jehanne, « femme separee » de Philipot Hervieu, est l’objet d’un partage en deux lots, en raison du don fait par ladite Jehanne à Jehanne, épouse d’un certain Pierre de Rues. L’acte ne précise pas les liens familiaux mais la vente de la même maison, après le décès de ladite Jehanne – première citée –, montre qu’elle est mère de Jehanne des Rues101.

110La maison, ainsi partagée, présente trois niveaux surmontant un cellier (voir figure 7). Le rez-de-chaussée comprend une allée menant à une petite cour située à l’arrière de la parcelle – allée dans laquelle se trouve le degré donnant accès aux étages – un ouvroir avec, derrière, une cuisine et une basse chambre. Au second niveau, une seule des deux chambres est dotée d’une cheminée, probablement absente aux deux chambres du grenier ou, en tout cas, non citée. L’ensemble représente donc sept pièces et un cellier.

  • 102 Par la fondation faite à l’église Saint-Lô par Jehan Le Vignereux, en 1484, les trésoriers et paroi (...)

111Le tenant du premier lot, qui se voit attribuer la partie du cellier du côté de la rue, est tenu « pour touteffois qu’il sera besoing de descendre la boisson pour celui qui aura ledit second lot ». La maison doit alors une rente annuelle de 6 livres tournois au trésor de la paroisse Saint-Lô102. La vente de la totalité de la maison, effectuée huit ans plus tard, est réalisée pour un montant de 270 livres tournois, à la charge de la rente précédente.

La maison de l’« Image Sainte Katherine » (XVe siècle)

  • 103 Voir Georges Dubosc, « Une vieille maison de la rue Saint-Lô », BAMR, 1901, p. 51-58.
  • 104 ADSM, 2E1/173, 4 janvier 1427, n. s. 1428.

112De cette maison, nous savons peu de chose, en dehors de la liste de ses tenants103 et d’un acte de vente, en 1428, par lequel la veuve de Jehan Le Nouvel le cède à un nommé Jehennequin Gratain, anglais, et à sa femme, tous deux paroissiens de Saint-Martin-sur-Renelle, coûtant à ses acheteurs 30 livres tournois et 30 sous tournois pour le vin. Ils doivent également régler deux rentes annuelles d’un montant total de 40 sous tournois ce qui représente un prix fort modeste104.

Fig. 7 – Maison de la rue aux Juifs, d’après un partage du 4 mars 1500 [n. s.]
(document Philippe Cailleux).

  • 105 ADSM, 2E1/181, 4 juillet 1439. Le salut d’or a cours, à cette date, pour 29 s. 3 d.t. pièce soit un (...)
  • 106 ADSM, 2E1/216, 15 février 1492, n. s. 1493.

113Elle comporte alors « maison, ediffices, gardin, arbres […] ». Sans que les causes exactes en soient déterminables, un procès fait suite à la vente, en raison « de certain droit heredital » appartenant à Georges Baudart, qui, en 1439, renonce à ses poursuites après le versement par les mariés de 10 saluts d’or105. À la fin du XVe siècle, un texte ne mentionne plus, à son propos, qu’une « maison et heritage »106.

  • 107 La longueur de la parcelle dessinée sur le cadastre napoléonien est voisine de 11,5 m mais, à moins (...)

114Un dessin à la plume d’Édouard Duveau nous montre sa façade telle qu’elle se présentait, peu avant sa destruction en 1901 (voir figure 8). Avec ses encorbellements en bois sculpté, cette maison, dont le dernier niveau, au minimum, et les fenestrages semblent avoir fait l’objet de remaniements, paraît pouvoir être datée du XVe siècle, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agit de la maison vendue en 1428. Sa largeur réduite – elle se trouve comprise entre 4,20 et 4,30 mètres – ne laisse place, en rez-de-chaussée, qu’à un couloir de desserte et une seule pièce vers la rue107.

115D’autres indications, plus partielles, viennent aussi compléter les précédentes. Un tènement de la rue Dourdonne se présente, en 1431, sous la forme de deux maisons se joignant « tout a ung feste apentiches en rue » avec un jardin. En 1468, le jardin a disparu pour faire place à une cour. On parle alors d’« une maison ou soulloit avoir deux louages » apparemment loués à la même personne. En 1481, il s’agit d’« ung hostel et heritage contenant deux louaiges ». En 1520, peu avant sa destruction, alors qu’elle est toujours « partye en deux louaiges », elle contient de longueur « en allant dessus le derriere six toyses et demye ou environ » et comporte « deux estaiges de hault avecques le comble ».

  • 108 ADSM, 2E1/174, 6 janvier 1430 (n. s. 1431) ; 2E1/206, 9 octobre 1481 et tiroir 64, 17 mai 1468.

116Il n’est pas précisé si la cour, non mentionnée au toisé, est incluse dans ces dimensions ou si seul le bâti est toisé. La surface au sol représente à peu près 86 mètres carrés. Dans la dernière hypothèse, la surface cumulée des niveaux, sans tenir compte de la pente du comble qui réduit l’espace habitable ni d’encorbellements éventuels, serait proche de 260 mètres carrés pour l’ensemble des deux louages108. Mais une cour, en cœur d’îlot par exemple, vient peut-être réduire cet espace.

Fig. 8 – La maison de l’Image Sainte-Catherine. D’après un dessin d’Édouard Duveau, dans Georges Dubosc, « Une vieille maison de la rue Saint-Lô », BAMR, 1901, p. 51-58 (photographie Dominique Pitte).

117L’habitat le plus modeste n’est pas le plus simple à cerner car les expressions employées par le tabellion ne le désignent pas toujours comme tel et à côté des « petites maisons » d’autres formules plus générales n’en dissimulent pas moins des bâtis aux dimensions fort réduites. Attardons-nous sur quelques exemples.

118Un acte de 1418 fait état de trois maisons tenant ensemble, rue Dourdonne, sur la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, non loin de la rue Saint-Lô. Il s’agit en fait de louages dépendants d’un grand tènement de la paroisse Saint-Jehan signé à l’Image Saint-Jehan et situés à la sortie de cet hôtel sur la rue précitée. Dans un acte de 1445, elles apparaissent comme trois petits louages. Mais que recouvre cette dernière expression ?

Fig. 9 – Huit petits louages de la rue aux Juifs
(document Philippe Cailleux)

  • 109 ADSM, 2E1/167, 11 septembre 1418 ; 2E1/184, 26 janvier 1444 (n. s. 1445), et BMR, registre T1, f° 2 (...)
  • 110 ADSM, 26 HP4, voir notamment le compte de 1436 et, pour le trésor de Saint-Jehan, l’acte de 1418 (n (...)

119Leur acquisition par la ville, en 1520, afin de les détruire pour créer la place du Marché-Neuf, est à l’origine d’une opération de toisé. La première, située au-dessus de « la porte de derriere dudict heritage Sainct Jehan », comprend une chambre et un grenier et présente une largeur de 10 pieds sur la rue pour une longueur de 10,5 pieds. Les deux autres, plus au nord, sont qualifiées en 1520 de « tenemens de maisons a pignon sur rue en deux louages aboutans sur ladicte rue Dordonne » et contiennent, à elles deux, 20 pieds sur rue pour 15 pieds à toise de profondeur109. Les maisons occupent donc, à elles trois, une surface par niveau d’environ 42 à 43 mètres carrés, respectivement 11 et 15 à 16 mètres carrés pour la première et les deux suivantes. La surface totale de la première ne semble pas avoir excédé les 22 mètres carrés. Même si le nombre de niveaux des deux dernières est inconnu, il semble à l’évidence que l’espace y était mesuré. Nous ne savons hélas pas qui les occupait et à quel prix, mais elles supportaient tout de même deux rentes : l’une de 26 sous 6 deniers tournois était versée aux religieux de Saint-Lô tandis que le trésor de l’église paroissiale Saint-Jehan prélevait 40 sous par an110.

  • 111 Environ 3,60 × 5,60 m.
  • 112 2E1/162, 14 novembre 1408 ; 2E1/171, 18 juillet 1425, et BMR, registre T1, f° 27.

120Vendue avec les précédentes, la maison suivante, de l’autre côté de la porte de l’Image Saint-Jehan sur la même rue, est aussi toisée pour des raisons identiques. Contenant 11 pieds à toise sur rue, elle s’étendait dans l’autre direction sur 17 pieds et 3 pouces111. Or l’espace précédent accueillait une maison et un jardin en 1408. La grande cohérence des confronts et le suivi clair des rentes laissent peu de place à l’erreur. Il est vrai que l’on parle de « gardinet » en 1425. La maison est alors en mauvais état. Dans la réédification qui suivit, le jardinet dut disparaître car il n’est plus mentionné par la suite112. Là aussi se prenaient deux rentes : l’une de 6 sous tournois prélevée par le prieuré Saint-Lô et l’autre de 26 par les chanoines de Notre-Dame-la-Ronde.

  • 113 BMR, ms. g4, 23-27, 10 août 1438.

121Une maison « apentiche » de la paroisse Saint-Herbland contient, en 1438, 10,5 pieds de long pour 12 pieds de large soit une surface au sol inférieure à 14 mètres carrés. Elle est alors cédée pour 30 sous tournois de rente annuelle113.

  • 114 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422. La maison coûte aux deux frères 10 l. t. (soit 1 l. 5 s.t. (...)

122Très près de cette dernière, un ensemble de louages est pris à rente des religieux de l’Hôtel-Dieu de Rouen, en 1421, par deux frères, Guillaume et Colin Auber. Il se présente alors sous la forme d’une maison « tout en une couverture » contenant huit louages dont quatre, situés paroisse Saint-Lô, donnent sur la rue aux Juifs tandis que les quatre autres, paroisse Saint-Herbland, donnent sur une ruelle de desserte appartenant à la maison baillée, cette dernière prenant entrée sur la rue Grand-Pont « soubz l’eritage et maison appartenant a Guillemecte deguerpie de feu Simon de La Motte » (voir figure 9). S’il n’est pas possible de restituer avec précision les limites parcellaires, le prix d’abord, l’espace disponible ensuite montrent qu’il s’agit fatalement de louages aux dimensions modestes, à propos desquels nous ne disposons pas de davantage d’informations114.

Les différents éléments de la parcelle et les pièces de la maison

123Les descriptions complètes de maisons restent denrées rares et c’est le plus souvent à une série de données partielles que l’on se trouve confronté, moins satisfaisante au premier regard, car ne permettant pas de restitution spatiale. Mais le nombre et la variété de ces fragments d’espaces dévoilés nous a paru justifier une présentation, pièce à pièce, élément par élément, de ces données.

124Dans quel ordre aborder cette présentation ? L’emplacement au sein de l’habitation peut se révéler variable et la fonction ne se laisse pas toujours facilement cerner. Empruntant aux deux logiques, la présentation partira donc des « pièces principales » – salles ou sallettes, chambres et soliers – pour aborder ensuite des pièces à fonctions plus spécifiques tels ouvroirs et échoppes, comptoirs et études, cuisines, seulles, celliers et caves, garde-robes, dépenses, bûcheries et greniers, plus rarement chapelles, pour s’intéresser, en dernier lieu, aux autres composantes de la parcelle : avant-soliers, allées, galeries, cours et jardins, fontaines et puits, étuves, aisements et latrines, écuries ou étables à chevaux.

  • 115 Le mobilier des maisons rouennaises a été évoqué par Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. (...)

125Dans cette approche, pièce à pièce, il n’a pu être question d’incorporer une étude du mobilier, en raison du trop faible nombre d’actes mentionnant les meubles de l’habitation rouennaise. Ces actes ont généralement été publiés et déjà exploités. Nous n’avons toutefois pas renoncé à employer les quelques indications existantes, lorsqu’elles venaient éclairer la fonction ou l’usage qui était fait d’une pièce115. Nous avons mentionné, pour les éléments les plus notables de la parcelle, le nombre de tènements de chacune des paroisses pour lesquels leur existence est établie. Rappelons qu’il convient de voir, dans ces chiffres, des estimations a minima et non des valeurs absolues, hors d’atteinte de ce type d’enquête.

La salle ou sallette

  • 116 Thomas Le Sueur, plâtrier, utilise, en 1432, 20 mines de plâtre « pro faciendo l’aire galice aule b (...)

126La pièce principale de l’habitation est la salle mais, paradoxalement, les données s’y rapportant sont fort peu nombreuses. Le terme d’aula s’utilise également pour désigner la grande salle. Le manoir de la Fabrique, occupé par le chanoine Jehan Basset, rue aux Juifs, comporte une salle basse située au-dessus de la voûte du cellier et elle-même voûtée. Elle se trouve donc au rez-de-chaussée mais peut être éventuellement surhaussée, selon la hauteur atteinte par le cellier, et s’ouvre sur l’extérieur par de grandes fenêtres, grillagées de fer116.

  • 117 ADSM, G 6858, rouleau d’audition des témoins entendus par l’official de Rouen en 1439. Mention des (...)
  • 118 2E1/157, 24 février 1398, n. s. 1399.

127Mais il arrive que deux pièces portent le nom de salle. Au manoir canonial de la rue de la Chaîne, divisé en deux hôtels, on trouve, en 1439, dans le corps principal du second hôtel – que les témoins au procès le concernant déclarent relever de la paroisse Saint-Lô – deux grandes salles superposées ou aula basse et aula haute117. On peut également envisager une superposition dans cette maison où l’on trouve « salle bas et hault »118. Elle est établie pour la demeure de Pierre Surreau où la « grant salle d’en hault » se trouve « dessus la salle d’embas ».

  • 119 Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p.  (...)

128Dans les belles demeures rouennaises, on trouve des salles peintes, dont l’ornementation n’est pas sans rappeler celle des tapisseries. C’est dans la salle haute, placée « ou devant de l’ostel » familial, sis paroisse Saint-Martin-du-Bout-du-Pont, que Robert Alorge fait réaliser par des peintres, en 1420, un décor « en couleur de vermeil fait en fachon d’arbres et d’oudardes »119.

129La différence entre l’utilisation de la salle basse et celle du cellier n’est pas toujours évidente à établir si l’on en croit cet acte de partage d’une maison de la paroisse Saint-Étienne-de-la-rue-aux-Tonneliers qui mentionne « le grant huys qui de present sert a mectre a rouel les vins dedens la salle basse » alors qu’existe par ailleurs un cellier mais peut-être ne suffit-il pas ?

  • 120 Le rapprochement des deux derniers exemples amène une interrogation : comment interpréter les deux (...)
  • 121 ADSM, 2E1/203, 19 avril 1478.
  • 122 ADSM, 2E1/170, 28 décembre 1423.

130Là aussi, on évoque salle(s) basse et haute120 : « Et si seront clos et estoupés les huis* de la salle basse et haulte par lesquelz l’en entre dudit grant hostel en ce tiers lot »121. C’est par cette salle basse que l’évacuation des eaux d’une petite cour de l’un des lots devait se faire, vers la rue, « par les cahotz qui sont assis en ladite grant salle basse ». La qualité du pavage retient suffisamment l’attention pour que dans les abornements d’une portion d’héritage soit citée « la grant sale pavee qui est du tenement qui fut audit Mausegny »122.

  • 123 ADSM, 2E1/224.
  • 124 ADSM, 2E1/244, 31 octobre 1509.
  • 125 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488.
  • 126 Les Affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, Michel Mollat (éd.), tome I, Paris, Écol (...)

131De dimension plus modeste, la sallette est souvent placée en arrière de « l’ouvreur » ou ouvroir, ce dernier bordant bien sûr la rue. Un partage du 10 octobre 1496 mentionne comme limite « la cloueson qui fait separacion entre la sallecte et ledit ouvreur »123. Un autre partage, quelques années plus tard, mentionne l’existence d’un « porche de boys estans en la sallette d’en bas dudit hostel »124. Elle peut également se trouver reportée à l’arrière de la parcelle, telle cette « petite sallecte basse, a cheminee » située dans la cour, à l’arrière de la grande maison à l’enseigne du Grand Éperon, paroisse Saint-Herbland125. Parmi les multiples pièces de l’hôtel d’Hugues Aubert, on compte une grande salle « sur la cour », et deux petites sallettes voisines, l’une au-dessus de la cuisine, l’autre à côté des retraits126.

  • 127 ADSM, 2E1/157, 24 février 1398, n. s. 1399.
  • 128 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 331. Les exemples retenus par l’auteur sont une sall (...)

132La salle peut être l’unique lieu de résidence. Lorsque Jehan de La Chermoye et sa femme louent la partie située à l’arrière de leur maison, il est précisé que Cardine de Neufvillette « qui a present demeure en la salle dudit louage » pourra avoir son allee « par l’ostel d’iceulx mariez sans contredit et non oultre »127. En ce cas, le mobilier devait différer sensiblement de ce que décrit Raymond Quenedey, comme mobilier en général présent dans cette pièce128.

Les chambres et soliers

  • 129 ADSM, G 6859.

133Le terme de chambre, très largement employé, n’est pas réservé aux pièces où l’on dort. On le rencontre dans une série de citations dans lesquelles il remplace le mot pièce. La description d’une partie d’un tènement de la famille Auber, dans laquelle on trouve plusieurs drapiers, est révélatrice à cet égard en ce qu’elle associe les deux emplois : en bas « la chambre ou l’en met le boys, au dessus la chambre ou l’en presse les draps et au second étage la chambre Robin Auber et, au dessus de la chambre Robin Auber, la chambre mestre Guillaume Auber »129. On peut ainsi relever l’individualisation de deux des chambres.

  • 130 ADSM, 2E1/205, 25 avril 1480.

134C’est également le cas dans cet accord entre deux frères, Jehan et Colin Vauquelin, à propos d’une maison de la paroisse Saint-Herbland. Il prévoit, dans l’hypothèse d’une arrivée dudit Jehan pour vivre dans cette maison, l’obligation pour son frère de lui laisser une partie de la maison et du cellier, pour sa résidence, avec usage des retraits. Toutefois, le nommé Jehan ne peut contraindre son frère Colin « de soy desloger de sa chambre ne sallete de bas, s’il ne plaisoit audit Colin mais prendroit et auroit ledit Jehan l’estage et chambres de hault en dessus de la chambre dudit Colin »130.

  • 131 ADSM, 2E1/159, 30 juin 1404.
  • 132 Sur les dix pièces qualifiées de chambres, sept comportent au moins un lit et trois relèvent d’un a (...)

135À chacun sa chambre ! Car le mot désigne bien, également, la pièce où l’on dort : « aura ledit Bertin une chambre oudit hostel pour coucher ledit temps durant »131. Cet aspect se ressent dans la demeure d’Hugues Aubert132 mais également dans celle de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, située sur la paroisse Saint-Herbland, où l’on dénombre six chambres, sans compter celle des clercs et celle des valets, à propos desquelles Jean Verdon constate : « Dans ces chambres point de tables et peu de sièges, signe qu’il s’agit d’une pièce organisée pour le coucher. » Procédant ensuite au dénombrement des lits – quinze lits garnis avec leurs châlits et leurs custodes – il ajoute :

  • 133 Jean Verdon, La Nuit au Moyen Âge, Paris, Hachette (Pluriel), 1995, p. 179 et 193. Voir également R (...)

« Chez ce haut personnage, une chambre normale comprend généralement deux lits, un grand de deux lés et demi ou même de trois lés, et un petit d’un lé et demi »133.

  • 134 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

136Difficile d’envisager un autre rôle à cette chambre, jouxtant une cuisine, qui comporte, pour tout mobilier, « ung petit lit et le traverssain avec le caalit ». Mais, des quatre autres chambres citées, une seule comporte un lit134.

  • 135 ADSM, 2E1/157, 6 février 1399, n. s. 1400.

137Le terme de « chambre basse » est utilisé pour le premier niveau de l’habitation comme cette chambre basse de l’hôtel de Jehan de La Chermoye, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, se trouvant entre le cellier de dessous et le solier de dessus135.

  • 136 C’est l’opinion de Raymond Quenedey qui précise : « Dans les textes normands, le terme de solier n’ (...)
  • 137 ADSM, 2E1/150, 26 janvier 1360, n. s. 1361.
  • 138 ADSM, 2E1/151, 11 octobre 1363.
  • 139 ADSM, 2E1/152, 23 septembre 1372.
  • 140 ADSM, 2E1/152, 29 avril 1373.
  • 141 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.
  • 142 ADSM, G 4402, 4 juin 1426.

138Que recouvre le mot de solier que l’on rencontre très fréquemment dans la documentation rouennaise ? Faut-il y voir une pièce habitable de l’étage supérieur de l’habitation136 ? Quelques mentions sont à cet égard éclairantes. Par un bail de 1361, se louent « une fenestre basse et les II premiers soliers de dessus »137. Une vente de 1363 concerne « trois solliers, l’un sur l’autre, qui sont au dessus de la maison […] jusque au feste de ladicte maison »138. Jehan Haquet, de Saint-Herbland, loue pour trois ans, en 1372, une partie de sa maison : « une fenestre, le sollier et tout le mesnage de hault au dessus ou ledit bailleur demeure »139. L’année suivante, une portion d’habitation est louée pour un montant de 13 livres tournois de rente annuelle : appelée pignon de la maison, elle comprend « deux fenestres par bas et trois solliers dessuz icelles »140. En 1474, l’ouvreur de la maison à l’enseigne du « Grant Eperon » est décrit depuis le bas jusqu’au premier solier141. Ajoutons qu’une pièce édifiée en travers de la rue aux Juifs est également appelée solier142. Il ressort de ces exemples que le solier est une pièce se trouvant au-dessus du rez-de-chaussée – quel que soit l’étage – et non uniquement au dernier niveau de l’habitation.

139Cette pièce peut représenter l’unique lieu de résidence de certains. Dans ce contrat, les bailleurs se réservent une part de maison :

  • 143 ADSM, 2E1/151, 10 avril 1364.

Et aront les diz freres leur demeure, jusques a deux ans de la Saint Johan Baptiste prochain venans, en deux solliers qui sont en ladite maison esquielx eux demeurent a present sans plus greigneur demeure143.

  • 144 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443.
  • 145 ADSM, 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434.

140Mais on peut penser, à lire certaines descriptions, que le terme de solier désigne parfois l’étage lui-même. Dans une maison de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle, il y a « deux chambres, ensuivant l’une de l’autre, qui sont le IIe sollier dudit hostel, dont l’une est sur rue et l’autre est ensuivant sur et a l’endroit d’une gallerie et de l’aire de bas ou est la chuminee dudit hostel »144. L’idée est la même, dans cette formule décrivant une seulle « de haulteur jusques au premier solier ou siet la chappelle »145.

  • 146 BMR, tiroir 50, 30 juillet 1453. La maison se trouvant placée au long de la tour du beffroi, les co (...)

141Toutes les chambres de l’habitation ne disposent pas de cheminées. Cet élément de confort peut même totalement faire défaut. En ce cas, la maison paraît tout de même difficilement trouver locataire, comme le montre la mésaventure survenue à Jehan Vauquelin, acquéreur d’une maison et empêché temporairement de la réédifier et qui se plaint « que ledit heritage il avoit prins a grant prix et ne le trouvoit a qui louer pour ce que n’y avoit aucun solier ne chambre a cheminee pour y faire feu et demeure »146.

142Les cheminées ne sont pas les seuls équipements apportant quelque confort thermique. L’arrangement passé entre une veuve, ayant droit de douaire, et le propriétaire d’une maison contraint ce dernier à entreprendre, en 1482, plusieurs travaux dans leur demeure, située au Vieux-Marché :

  • 147 ADSM, 2E1/206, 20 janvier 1481, n. s. 1482.

« Item en la chambre de ladite femme fera faire ledit Vallee ung chauffepié et abatre une cloture qui est en ladite chambre pour escroistre ladite chambre »147.

143L’absence d’autre précision nous interdit d’en savoir davantage quant au chauffe.

  • 148 ADSM, 2E1/178, 19 mars 1434, n. s. 1435, « escarrye » signifie de forme carrée.
  • 149 ADSM, 32 H, samedi après Quasimodo 1333. Les dimensions évoquées paraissent bien petites puisque la (...)

144Les tabellions distinguent, à l’occasion, les « chambres basses » des « chambres hautes » placées dans les étages. Les deux chambres hautes que doit réserver aux religieux de Conches le locataire d’un tènement à édifier « auront chacune en escarrye quatorze piez […] en l’une desquelles aura cheminee »148. De dimensions beaucoup plus modestes, la chambre cédée par Guillaume Duredent, écuyer, à son voisin Jehan Dauchel, en 1333, a sept pieds de long pour sept de large149.

  • 150 ADSM, 2E1/205, 21 octobre 1480.
  • 151 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419. Texte partiellement édité dans Charles de Beaurepaire, (...)
  • 152 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479. Autre mention d’une chambre appelée « la chambre painte  (...)
  • 153 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462. La mention d’un appentis nommé paradis, rencontrée pour une maison (...)

145Ces chambres pouvaient être ornées de peintures murales ou encore d’ornements apposés sur le mobilier. C’est ce que laissent deviner des expressions comme « chambre Saint Jaque »150. La chambre de devant de l’hôtel de la Chèvre, appartenant à l’orfèvre Robert Alorge, possède, en 1419, un lit « fourny de traversain, ung paire de draps, ung oreillier, une couverture bleue, ung chief de toille avecques la pourtreture de saint Jehan, saint Jaque et saint Christofle ataquié a la dicte couverture »151. Il existe une « chambre painte » dans l’hôtel vendu par maître Pierre Viton, prêtre, en 1479152. Une chambrette d’un hôtel appartenant à la famille Marguerie, située au-dessus d’une ruelle, emprunte également à la thématique religieuse – à moins que ce ne soit la galerie voisine : « est ladicte chambrecte de la gallerie des trois Maries nommee paradis »153.

  • 154 ADSM, 2E1/218, 26 février 1493, n. s. 1494, et 2E1/182, 22 mai 1441. Dans ce dernier exemple, messi (...)

146Faut-il voir dans les nouvelles affectations données aux chambres basses souvent placées côté cour – à l’opposé de la rue – la recherche d’un meilleur éclairage pour la chambre ? Dans un partage de 1494, l’une d’entre elles, dans une maison de la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres, est dite « là ou de present on mect le boys ou boyssons », telle autre, paroisse Saint-Ouen, est nommée « la dépense » (voir à ce nom)154. Les diverses affectations de ces chambres basses semblent bien indiquer que l’on préfère alors les étages pour y placer les chambres.

Ouvroirs, échoppes, fenêtres marchandes et autres équipements

  • 155 Le terme de boutique ou « bouticle » ne se rencontre que rarement. On le trouve dans l’inventaire d (...)
  • 156 ADSM, 2E1/224, 10 octobre 1496.
  • 157 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.
  • 158 ADSM, 2E1/197, 4 octobre 1468.

147Dans une ville où les parcelles présentent souvent une largeur sur rue relativement réduite, la zone au contact de la rue revêt une importance particulière puisque s’y concentrent les espaces consacrés au travail ou au commerce que sont les « ouvreurs », fenêtres marchandes, échoppes et étals de toutes sortes155. La pièce de travail, désignée comme « ouvreur » ou ouvroir, local important, n’échappe bien sûr pas aux divisions entraînées par les partages ; ces divisions sont rendues plus délicates par la nécessité pour les deux portions d’ouvrir sur rue. La place manquant, il arrive que l’une des portions d’ouvroir serve d’entrée à l’un des lots : « parmy laquelle porcion d’ouvreur il fera son entree pour aller a ce present lot »156. Une situation identique peut se présenter, en l’absence d’allée ou lorsqu’elle est réservée à d’autres usages. Pour accéder à la partie qu’il s’est réservée, à l’arrière de la maison qu’il vend, Pierre Pitemen, tout comme ses visiteurs, doit traverser l’ouvreur puis la salle, depuis la rue Courvoiserie157. On trouve parfois, dans l’ouvreur, un escalier d’accès à des pièces placées au-dessus, comme cet escalier d’une maison de la paroisse Saint-Lô « par ou l’en monte dudit ouvreur aux chambres et estages de dessus icellui ouvreur »158.

  • 159 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474. Il s’agit de pieds à main, terme expliqué dans le glossaire. L’ord (...)

148Les dimensions de l’ouvreur de la maison de Robin Petit, éperonnier, nous sont connues par un partage effectué entre ses fils. D’une longueur comprise entre 18 et 19 pieds sur la rue, il s’étendait sur 15 pieds 9 pouces de large. Après partage, la première portion se réduit à 10 pieds 6,5 pouces, la seconde à 8 pieds de largeur sur rue159.

  • 160 ADSM, 2E1/183, 14 avril 1442.
  • 161 ADSM, 2E1/164, 29 mars 1412, n. s. 1413.

149Dans la maison située à l’angle des rues Grand-Pont et de la Chapellerie, en face de Saint-Herbland, on trouve « deubz buffetz estans en l’ouvreur d’en bas et les tableaux dudit ouvreur »160. Un vendeur récupère les biens meubles de son héritage, à l’exception notamment des « aumares de l’ouvreur de devant »161.

  • 162 ADSM, 2E1/168, 10 novembre 1420.
  • 163 ADSM, G 7462.

150Les échoppes sont très souvent associées à une maison mais elles peuvent aussi être construites indépendamment de toute maison. On les trouve alors appuyées ou calées dans les contreforts des églises ou de bâtiments tel le « parloir aux bourgeois » qui allait devenir « palais royal », édifié à partir de 1499 entre les rues aux Juifs et Saint-Lô. En 1420, par exemple, « certaine eschoppe nouvellement ediffié estant fecte entour ladite eglise Sainct Erblant » est l’objet d’un arrangement. Édifiée dans le cimetière, elle appartient aux trésoriers de la paroisse qui la louent à des orfèvres162. Quant aux trésoriers de Notre-Dame-la-Ronde, ils doivent faire abattre, vers 1459, deux petites maisons ou échoppes situées entre le chœur de l’église et la rue Courvoiserie pour ajouter une chapelle à leur église163.

  • 164 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), (...)

151Trois tènements de la paroisse Saint-Herbland contiennent à eux seuls de nombreuses échoppes de changeurs puisqu’en 1421, on en compte sept en l’hôtel de Jehan Le Vavasseur et quatre en l’hôtel appartenant à la famille Courel, famille de changeurs. Quant à l’hôtel appartenant au roi et nommé « Les Changes », on y trouve, la même année, pas moins de neuf échoppes164.

  • 165 ADSM, 2E1/169, 22 juillet 1421.

152Sans atteindre des chiffres aussi importants, certains tènements possèdent jusqu’à trois échoppes, tel celui de Guillaume Paon, mercier de la paroisse Saint-Herbland, qui achète à la veuve d’un épicier rouennais une portion de tènement, comportant deux échoppes louées à des orfèvres, alors qu’une autre échoppe lui appartient sur la portion qu’il tient déjà165.

  • 166 Soit des dimensions d’environ 3 × 4 m pour 2,60 m de haut. ADSM, 2E1/178, 18 février 1434, n. s. 14 (...)

153Située au-dessus du cellier, en bordure de la rue de Grand-Pont, cette « échoppe basse » d’une maison de la paroisse Saint-Herbland présente une largeur sur rue de 9 pieds 2,5 pouces pour une longueur de 12 pieds 3 pouces, poteaux inclus, pour une hauteur de 7 pieds 11 pouces166.

  • 167 ADSM, 2E1/167, 23 septembre 1419.
  • 168 ADSM, 2E1/169, 22 juillet 1421.
  • 169 ADSM, 2E1/181, 19 mars 1439, n. s. 1440.

154Il n’est pas impossible que l’échoppe puisse à l’occasion servir de résidence. N’est-ce pas du moins ce que laisse entendre cet extrait d’un acte, à propos d’une échoppe située devant la cathédrale : « en laquelle eschope demeure a present Guillaume Martel » ?167 Ou encore cette vente, en 1421, d’un tènement de la rue Courvoiserie comportant deux échoppes ouvrant sur cette rue « en l’une desquelles demeure par louage Hutin de Frestemeulle et en l’autre demeure semblablement par louage Guillaume Patenostre, orfevres »168. Deux décennies plus tard, ce sont « deux louages sur rue en l’un desquelz louages demeure a present Guillot Le Fourbeur et en l’autre demeure Perrecte, deguerpie de feu Jehan Jouen »169.

  • 170 ADSM, 2E1/164, 22 septembre 1412 et 2E1/212, 14 avril 1488.
  • 171 Les dimensions de l’ensemble étal-échoppe sont également données : 9 pieds séparent la rue de la so (...)

155Les actes évoquant les espaces réservés aux bouchers parlent d’« édifice à boucher » tel celui que Jaquet Gosselin dit de Buchy, demeurant paroisse Notre-Dame-la-Ronde, tient des chapelains du collège d’Albane, en 1412, tout près de la porte Massacre : « ung ediffice a boucher la ou il a ung estal devant », désigné plus tard comme « ung petit estal et eschoppe applique a vendre char »170. Les mêmes chapelains baillent à un autre membre de ce métier, de la même paroisse, moyennant rente, « ung estal a bouchier avec l’eschoppe », non loin du précédent, et qui dispose d’un « cabaret », appendice aux dimensions fort modestes171.

  • 172 ADSM, 2E1/172, 13 décembre 1426.

156La vente d’une maison, paroisse Saint-Herbland, montre le caractère provisoire de certaines structures de vente. Il est en effet précisé que ne se trouve pas compris dans la transaction « l’estal et ustencilles que y a fait faire Guillaume Le Vavasseur qui de present le tient a louage maiz les pourra icellui Vasseur lever et hoster quant il partira dudit louage »172.

  • 173 ADSM, 2E1/163, 12 juillet 1411.
  • 174 ADSM, 2E1/183, 6 décembre 1442. Nous n’avons pas trouvé trace de contrat de location de la maison à (...)

157Hormis l’ouvroir ou l’échoppe, les mentions d’autres équipements propres à un ou quelques métiers sont rares. Dans une maison située sur une paroisse non précisée – peut-être Notre-Dame-la-Ronde – le vendeur se réserve « une petite chambre qui est sur la chambre ou l’en met les cuves a cervoise »173. Les travaux prévus à la maison de Jehan Toustain, orfèvre, obligent, en 1442, à déplacer un « fournel de plastre a faire confiture d’espisses »174.

  • 175 ADSM, 2E1/190, 21 septembre 1461. Un prédécesseur, Jehan Duchemin, exerçait la même activité. Voir (...)

158Tout juste sait-on encore qu’au long de la rue aux Juifs un tènement est dit comporter une plâtrerie en 1461 « ouquel a de present une plastrerie » au moment où il est baillé à rente à Jehan Le Vieil, plâtrier, de la paroisse Saint-Maclou. Rien d’étonnant donc à constater que l’un des tenants précédents était lui aussi plâtrier175.

  • 176 ADSM, 2E1/205, 14 décembre 1480, mention du four et 2E1/209, 11 décembre 1483, mention du successeu (...)
  • 177 Philippe Cailleux, « La disparition d’un îlot rouennais à la fin du XVe siècle : contribution à l’h (...)
  • 178 « Aucun inventaire d’atelier ne nous étant parvenu, il n’est pas possible de savoir si les maisons (...)
  • 179 ADSM, 14 H 20, fos 104 et 105.

159Cette tendance à retrouver la même activité à plusieurs reprises, là où des « équipements lourds » sont nécessaires, se dessine ailleurs. La maison de Raoullin Lestimondoys, boulanger, acquise en 1480, comporte un four situé à l’arrière, tout près de la Renelle, probablement pour limiter les risques d’incendie. Au début du siècle suivant, c’est un autre boulanger, Thomas Mire, qui y réside176. On trouve également plusieurs boulangers parmi les habitants de « la Palette », paroisse Notre-Dame-la-Ronde177. Il est vrai aussi que de tels équipements peuvent servir à l’exercice de plusieurs métiers178. Dans une maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, à Adam Noel, cloutier, succède en 1419 Jehan Du Boschebert, serrurier. Dans la seconde moitié du XVe siècle et au début du XVIe siècle, on trouve au même endroit un épicier et un apothicaire179.

  • 180 Il est probable que le pressage du drap évoqué ici renvoie au catissage. « Cette opération consista (...)
  • 181 ADSM, G. 6859. « Le ramage ou tendage était destiné à donner aux draps des dimensions conformes aux (...)

160Une description du milieu du XVe siècle d’un tènement appartenant à une famille de drapiers ou marchands de draps rouennais, les Auber – description malheureusement partielle car elle ne décrit que la partie relevant de la paroisse Saint-Lô –, mentionne des espaces consacrés à la draperie. Dans une première succession de pièces, données de bas en haut et comprenant quatre niveaux, au-dessus d’une chambre où l’on range le bois, le deuxième est une « chambre ou l’en presse les draps »180. Dans une seconde comprenant elle aussi quatre niveaux auxquels s’ajoute un grenier, au-dessus de la chambre aux valets, le quatrième niveau est occupé par la « chambre ou l’en tent les draps »181. La partie décrite se rattache à un ensemble de deux tènements – le premier contenant huit louages « en une couverture » et le second trois – pour lesquels Guillaume et Colin Auber ont obtenu deux baux à rente des religieux de la Madeleine en 1421. Nous n’avons retrouvé aucun contrat de location ou de cession après leur entrée dans les lieux. On peut se demander si l’ensemble des lieux était consacré – outre leur résidence – aux activités de draperie ou bien si les traces de louages font simplement défaut.

Le compteur et l’étude

  • 182 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.
  • 183 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.
  • 184 ADSM, G 6859, XVe siècle.

161Le « compteur » ou « comptoir », pièce de travail, se retrouve dans plusieurs habitations. Dans la maison de Robert Alorge, orfèvre demeurant paroisse Saint-Herbland, il est fait mention, en 1419, de la « chambre d’empres le conpteur »182. Un acte plus tardif nous précise son emplacement – à moins qu’il ne s’agisse d’un second compteur : « ung petit conteur estant sur la ruelle de l’alee en allant ausdites privees »183. La chambre « du conteur » du tènement appartenant à la famille Auber, sur la même paroisse, se trouve aussi à l’étage, au-dessus de la cuisine184.

  • 185 ADSM, 2E1/167, 15 décembre 1418.

162La maison de Nicolle Sevestre, maître en arts et bachelier en décret demeurant paroisse Saint-Herbland, comporte en 1418, outre une cuisine, un ouvreur, une basse chambre et des aisements, plusieurs lieux de travail puisque la vente inclut « tout ce qui tient a clou et a queville oudit hostel comme en despense, escriptoire, compteur, chambre pour estude »185.

  • 186 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 5 et 13. L’énumération des pièces ne mentionne pas (...)
  • 187 Les Affaires de Jacques Cœur…, tome I, p. 111-116.

163Dans la demeure de Jehan Surreau, ce sont deux comptoirs que l’on utilise : le premier – « comptouer d’embas » – est placé à proximité de la porte donnant sur la rue Guillemet Le Conte (rue du Bec) tandis que le second – « comptouer d’en hault » – appelé « comptouer de retrait dudit deffunct » donne sur la rue Courvoiserie186. Quant à l’hôtel d’Hugues Aubert, facteur de Guillaume de Varye, il en compte trois : l’un est dit sur la cour, un autre « dessus le jardin pres ladicte boutique » et un troisième est associé à une chambre située sur la galerie du jardin187.

  • 188 L’acte de 1418 évoqué précédemment laisse planer un doute. Après avoir décrit la parcelle comme com (...)
  • 189 ADSM, 2E1/244, 31 octobre 1509.

164Ce nom ne désigne pas toujours une pièce de l’habitation. Il peut également s’appliquer à un élément de mobilier188. Un partage de 1509, réglant la succession de Jehan Coullombel, marchand mercier de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, nous en livre deux illustrations : au second lot revient, entre autres, la maison à l’enseigne de la Corne de cherf et notamment « le compteur et couchecte tenant audit compteur estant en la chambre de devant dudit hostel » ; au premier lot va la maison voisine à l’enseigne des Trois Couronnes avec « le compteur estant a la chambre de devant ainsi qu’il est apliqué a ladite chambre »189.

La cuisine

  • 190 Voir p. 205 du présent ouvrage et Philippe Cailleux, « Une maison de “marchans et gens de mestier” (...)

165Cette pièce de l’habitation, bien que le plus souvent localisée au rez-de-chaussée, ne s’y trouve pas systématiquement. Dans une maison de la rue de Grand-Pont, paroisse Saint-Herbland, elle se trouvait au premier étage190. Il est vrai que l’espace disponible au rez-de-chaussée, réduit par l’existence à l’arrière d’une allée de desserte de la maison voisine, ne permettait de disposer que d’une pièce : priorité à l’ouvroir !

  • 191 ADSM, 2E1/172, 4 avril 1426.
  • 192 ADSM, 2E1/170, 28 décembre 1423.

166Quand elle n’est pas placée à l’arrière de l’ouvroir, c’est généralement dans un bâtiment annexe qu’on la trouve. La cuisine d’une maison donnant sur la cour est dite « joingnante et apentiche icelle maison »191. La pente unique de son toit devait donc prendre appui sur un mur de la maison. On prévoit de construire – pour une portion de tènement de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde destinée à une veuve – « une cuisine a cheminee en forme d’apentis bien et convenable »192.

  • 193 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

167Parfois composé de la seule cuisine, le bâtiment peut également comporter d’autres annexes comme dans cette « autre maison en fourme d’appentis qui sert de present de cuisine avec les galleries, despences et les privées estans en icellui appentis »193.

  • 194 ADSM, 2E1/200, 25 janvier 1474, n. s. 1475.

168La cuisine du tènement à l’enseigne de l’Image Saint-Romain se trouve délimitée par deux ruelles appartenant audit héritage, par une parcelle voisine et par les étables dudit hôtel. Elle se trouve donc repoussée en limite de parcelle194.

  • 195 Soit environ 5,2 × 2,2 m.
  • 196 Approximativement 16 m2.
  • 197 ADSM, 2E1/205, 18 décembre 1480.
  • 198 ADSM, 2E1/164, 7 janvier 1412, n. s. 1413.
  • 199 « Pot laveur a deux tuyaulx » dans la cuisine de Pierre Surreau, « laveur a deux chantepleures » à (...)
  • 200 15 mars 1454, n. s. 1455.

169La dimension de cette pièce peut être modeste. La cuisine de la maison de la rue de Grant-Pont citée précédemment, toisée en même temps qu’une chambrette, mesure, avec la chambrette, 2 toises 4 pieds 1 pouce par 1 toise 11 pouces195. Gênés pour édifier de nouvelles constructions, deux propriétaires de la paroisse Saint-Herbland, après consultation d’experts, décident la destruction de deux petites annexes, un appentis et une cuisine. Cette dernière, de 2 toises de long par 2 toises de large196, comportait une cheminée et une dalle et joignait à l’appentis déjà cité197. Commodités que l’on imagine appréciées : elle dispose parfois d’un puits, comme en témoigne le droit que se réserve cette femme de « cuire son pot et traire de l’eaue au puis d’icelle cuisine »198, ou encore d’un « pot laveur » ou « laveur »199. L’utilisation de la cuisine est parfois moins attendue. C’est dans la cuisine de la maison de Jehan Desloges, paroisse Saint-Lô, qu’en 1455 l’on procède : « en laquelle [cuisine] justice avoit esté fecte »200.

La seulle

170Est-ce hasard de la documentation ou localisation moins fréquente au cœur de la ville ? Il faut en tout cas constater que cette pièce ne se rencontre que rarement. En 1488 et 1493, deux ventes comprennent :

  • 201 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488, et 2E1/217, 5 août 1493.

[…] une chambre ou seulle basse en laquelle siet ung siege de latrines avec ledit siege et droit d’aller es latrines par ledit siege ainsi qu’elle est ediffiee et jusques au premier plancher et estage seullement201.

  • 202 ADSM, G 2089, f° 380.
  • 203 Pour le bois de chauffage : « Ung quarteron de gloe ou environ, cent et demi de fagotz ou environ, (...)

171Ajoutons que dans la première moitié du XVe siècle, le chapitre de la cathédrale perçoit une rente assise notamment sur une seulle située en retrait de la rue de la Chapellerie, non loin des avant-soliers202. Dans l’hôtel de Pierre Surreau, « une pettitte seulle bas oudit hostel » renferme du bois de chauffage et deux barils, l’un contenant du verjus et l’autre du sel203.

  • 204 ADSM, 2E1/150, 14 avril 1361, n. s. 1362. Les contractants possèdent tous deux des biens rouennais (...)

172La seulle peut constituer à elle seule un bâtiment : c’est probablement le cas de celle de Jehan Braque, chevalier, qui, en 1362, loue à Jehan de La Vastine « sa grant seulle apentiche » pour la somme totale de 240 livres tournois correspondant à neuf années de louage, le preneur devant assurer l’entretien de la couverture204.

  • 205 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise, p. 312-313.
  • 206 ADSM, 2E1/151, 22 septembre 1364.

173Ce sont là, mis à part les deux suivantes, toutes les indications relevées à propos des seulles. Raymond Quenedey, qui a rencontré le terme plus souvent, voit dans la « seulle » une pièce généralement placée au rez-de-chaussée, au rôle de magasin, en laquelle on mettait aussi bien du sel que du vin205. Mentionnons tout de même cette rare précision, donnée pour une maison de la paroisse Saint-Martin-du-Bout-du-Pont, dont le bail à viage est accordé « excepté la seulle qui est en dessous la dite maison »206. Peut-être concerne-t-elle une seulle occupant tout le rez-de-chaussée, « la maison » renvoyant alors aux étages ?

  • 207 ADSM, 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434. La paroisse n’est pas indiquée. Peut-être s’agit-il de la p (...)

174C’est bien apparemment au rez-de-chaussée du grand hôtel de Simon Du Vaurichier, bourgeois de Rouen, que l’on trouve notamment « une seulle basse et une autre seulle voustee en maniere de celier joingnant a icelle de haulteur jusques au premier solier ou siet la chapelle »207.

  • 208 BNF, P.O. 2924, dossier Du Valricher, 64971, 14 avril 1385. Sur cette armée de la mer, en 1385, voi (...)

175Deux façons de couvrir la seulle semblent donc en usage. C’est peut-être la même seulle qu’un autre membre de cette famille, Jaquet Du Valrichier, avait louée, quelques décennies plus tôt, au maître des garnisons de « l’armée de la mer » de 1385, afin d’y stocker les biscuits fabriqués à Rouen pour la circonstance208.

Le cellier

176L’importance du cellier est attestée par la fréquence de sa mention : c’est de loin l’élément de la parcelle le plus souvent cité (tableau 6). Mais elle ressort aussi du fait que les partages d’héritages n’oublient jamais sa division, en dépit des difficultés qu’elle peut entraîner.

  • 209 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479.
  • 210 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.

177Lorsque sa place est précisée, le cellier se trouve le plus souvent sous la maison. Mais on le rencontre parfois localisé à l’arrière de la parcelle, sous le jardin. C’est le point le plus bas d’une maison de la paroisse Saint-Lô, dont on définit le lot de devant comme allant « depuis le bas du fons du cellier jusques au feste de ladite maison »209. Quant à la maison à l’enseigne de la Chèvre, elle apparaît, en 1484, comme « une maison, tenement et louage, assise en ladite parroisse Saint Erblanc, avec le cellier qui est dessoubz »210.

  • 211 ADSM, 2E1/222, 15 janvier 1495, n. s. 1496.

178Un seul cas laisse supposer une localisation du cellier au rez-de-chaussée. À propos d’une maison de la paroisse Saint-Lô, il est rapporté, en 1496, qu’après l’ouvreur sur rue on trouve le cellier « qui est ou derriere joingnant d’icellui ouvreur », auxquels s’ajoutent « tout l’eritage et ediffices qui de present sont dessus lesdits ouvreur et cellier »211. S’agit-il de deux pièces de plain-pied ou d’un cellier partiellement enterré ?

  • 212 Et non d’un plafond dont l’usage est, à coup sûr, plus rare : « Un caractère important résulte des (...)
  • 213 Voir à la rubrique « seulle », p. 234.
  • 214 ADSM, 2E1/214, 9 avril 1491.

179Comment le cellier est-il couvert ? Lorsqu’une information est apportée, c’est d’une voûte qu’il s’agit212. Ce trait est si caractéristique du cellier qu’en 1434 une seulle est dite « voustee en maniere de celier »213. Quand Robert Mustel cède une maison – partie de son tènement – à Jehan Le Doys agissant comme prête-nom de Jehan Du Saussay, elle comprend une « porcion de cellier vousté »214.

Tableau 6 – Les celliers

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

4

3

6

XVe siècle – 1re moitié

18

16

23

XVe siècle – 2de moitié

30

28

26

Cumul

40

35

44

  • 215 ADSM, J759, f° 127.

180La voûte est d’ailleurs l’objet de beaucoup d’attentions car il s’agit de ne pas la voir se rompre. En 1431, on travaille à l’hôtel ou manoir des Changes et notamment à soutenir la voûte du cellier215. Ainsi, dans un partage de 1474, le deuxième lot est-il autorisé à installer une forge dans la portion de l’ouvreur qui lui revient à cette condition :

  • 216 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.

[Faire] mectre et asseoir, a ses propres coustz et despens, ung post ou une potence en dedens du celier dudit premier lot pour soustenir lez forge, chouquet, encleumes, et autres choses a ce servans, en telle maniere que la voulte dudit cellier n’en soit aucunement endommagee ne empiree216.

  • 217 ADSM, 2E1/158, f° 387 vo.

181Une clause similaire apparaît en 1402 dans un autre contrat impliquant un éperonnier. Jehan de Resenchon, bourgeois de Rouen, autorise Mahiet Perrouse, éperonnier, à faire construire une forge dans la maison qu’il lui loue pour trois ans, rue Courvoiserie, à condition qu’il renforce la voûte du cellier de la maison217.

182Le risque peut également provenir du voisinage. Guillaume Le Fevre, couturier de la paroisse Saint-Lô, assied une clameur de « gaige-pleige » à l’encontre de son voisin, qui en avançant par trop un corps d’hôtel neuf sur son héritage, a notamment endommagé son cellier :

  • 218 ADSM, 2E1/211, 18 novembre 1487, parcelles 615 et 616 de Saint-Lô.

« La voulte et mur de son cellier et sa dalle avoient este rompues et mesmes autres plusieurs romptures et dommages en sondit heritage »218.

  • 219 ADSM, 2E1/224, 10 octobre 1496.
  • 220 ADSM, 2E1/158, 14 septembre 1402.

183Une arche est parfois mentionnée comme cette « arche qui est au parmy dudit cellier ». Il s’agit très probablement d’un arc doubleau. C’est ce que suggère la localisation d’une cloison devant séparer le cellier en deux et dite placée « dessoubz le parmy de ladite arche »219. En 1402, on constate également la présence d’arches au cellier voûté de la maison d’Ysembart Cellez, rue Courvoiserie220.

184Les accès aux celliers sont de deux types : l’un, principal, est destiné à l’entrée des marchandises ; l’autre, de moindre importance, mais voué à un usage plus fréquent, est généralement appelé « degré à potoier ». Cette distinction des accès est très sensible dans les actes dits de « lots et partages ». La division du cellier entraîne, à cette occasion, soit la création d’une servitude de passage pour l’un des lots, soit la création de nouveaux accès, soit encore les deux mesures. Prenons quelques exemples. Dans ce partage de 1496, évoqué plus haut, le premier lot disposant de la portion comprise entre la rue et l’arche qui se trouve au milieu du cellier, il est nécessaire de faire :

  • 221 ADSM, 2E1/224,

[…] une cloeson de boys et plastre dessoubz le parmy de ladite arche pour separer ce present et second lot. Et si sera fecte une huisserie dedens ladite cloeson, a l’endroit du grant degré carré, de la laise de quatre piez – pié a toise –, laquelle huisserie sera seruree a deux (touronz ?) tant d’une part que d’autre221.

185Il s’agit de laisser le passage au second lot chaque fois qu’il « y aura a besongner entre deux solles seullement pour y mectre et oster boessons et autres choses necessaires audit second lot qui ne pourroient passer par le degré potoier », une clause prévoyant la construction de ce dernier escalier. Pour éviter des entrées non souhaitées, le dispositif envisagé – c’est du moins ce qu’on peut deviner – doit utiliser une double serrure équipée de deux clés, toutes deux indispensables pour obtenir l’ouverture du battant.

186Tenant d’un hôtel situé rue Saint-Nicolas, Guillemin Du Mont Couronne cède à son voisin, en 1440, son droit en une allée située sur le tènement dudit voisin et menant de son hôtel à la rue de Grand-Pont. Mais il conserve son droit en une portion de cellier également située sous la maison voisine. Il exclut donc de la vente de son droit sur l’allée :

  • 222 ADSM, 2E1/181, 4 avril 1440, Saint-Lô, parcelles 604 et 605.

[…] l’entree, descente et yssue du cellier dudit bailleur, laquelle entree est sur ladite rue de Grant Pont, et par laquelle ledit bailleur et les siens pourront monter et avaller vins et autres boissons et choses a eulx necessaires en leur dit cellier touteffois que bon leur semblera sauf que icellui bailleur n’y pourra faire son potrement a distribuer boisson en detail. Et si demeure audit bailleur son degré a poteer tout au bout de ladite alee, par devers sondit hostel, en pareille fourme qu’il est a present jusques a ce que lesdits preneurs, ou leurs hoirs, aient fait tout de nouvel, a leurs propres coutz et despens, un grant degré a poteer pour ledit du Mont Couronne sur son heritage. Et aprez ledit degré qui sera ainsi nouvellement fait, icellui autre degré a poteer estant au bout de ladite allee sera et demourra ausdits preneurs222.

187Ce type de partage est donc multiplicateur d’accès.

  • 223 Voir ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419, et 2E1/200, 15 novembre 1474.

188Les fréquences de passage tolérées par les servitudes sont variables et dépendent notamment des accès ménagés pour les lots. Elles peuvent aller d’une, deux ou trois fois l’an à une simple limitation à certaines heures de la journée. Un contrat de 1474 autorise ainsi les passages de provisions et de vivres « depuis six heures de matin jusques a heure de huit a neuf heures de soir pour aller a l’autre partie de derriere dudit celier »223.

  • 224 ADSM, G 2517, compte de 1498-1499, travaux de hucherie, 12 juin.
  • 225 ADSM, 2E1/233, 14 février 1502, n. s. 1503, et 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479.

189C’est une trappe qui donne dans le cellier de l’une des maisons de la fabrique située rue aux Juifs, le long du manoir canonial224. La trappe, lorsqu’il y en a une, peut se trouver placée dans l’allée : « auquel cellier l’estrappe sera faicte dedens ladita allee du premier lot a l’entree de devant vers la rue ». Le cas n’est pas unique et la paroisse Saint-Lô en fournit un autre exemple225.

  • 226 ADSM, 2E1/191, 18 octobre 1462 ; 2E1/157, 28 octobre 1398, et 2E1/197, 4 octobre 1468.

190Le cellier dispose également d’une ou de plusieurs ouvertures qui lui assurent un éclairage naturel mais également une aération minimum. En 1462, mention est faite de « la veue et esventail dudit cellier ». Un bail de 1398 prévoit la possibilité pour le preneur, s’il le souhaite, de « fere fere veues ou celier par devers la court pour mieulz voir endit celier ». Ailleurs est mentionnée « la veue et esclere de desriere »226.

  • 227 ADSM, 2E1/178, 8 mars 1434, n. s. 1435.

191On y trouve souvent un puits. Le tènement de Michiel Beaucorps comporte ainsi un cellier situé sous la maison de son voisin mais dont l’entrée se trouve sur le sien. Le bail accordé cette année-là comprend « le droit d’un puiz pour prendre l’eaue par dedens ledit celier »227.

  • 228 ADSM, 25 HP 1.
  • 229 ADSM, 2E1/187, 29 novembre 1456.
  • 230 ADSM, 2E1/158, f° 308.

192C’est également dans le cellier que l’on trouve ce que les textes désignent sous le nom de « bouel » ou « bovel » et dans lequel on peut voir un boyau, ou galerie, très probablement sans jour et parfois engagé sous les maisons voisines ou sous les dépendances du tènement, tel ce cellier « ouquel a un bouel de sept piés ou environ soubz l’eritage qui fu feue Jehanne Pigace » dans une maison de la rue aux Tailleurs, paroisse Saint-Candé-le-Jeune228. Cette mention le montre lui aussi voûté : « un petit bouel voulté passant sous la bucherie » relève, en 1456, d’une maison voisine229. Celui d’une maison de la paroisse Saint-Étienne-de-la-Grand-Église est repéré par ses arches : « un bouel a arches »230.

  • 231 ADSM, 2E1/171, 18 juillet 1425.

193L’absence de cellier est ressentie – c’est ce qui émane de plusieurs témoignages du XVe siècle – comme un inconvénient certain. Ainsi, dans les raisons invoquées par Guillaume Lisse et sa femme pour ne pas reprendre un tènement de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde passé par décret, outre son mauvais état, les mariés relèvent le fait qu’il ne comporte ni puits ni cellier231.

194Pour y remédier, on n’hésite pas à édifier un cellier là où il fait défaut, fût-ce sous une maison déjà construite. Selon un engagement donné en 1440, le preneur d’une portion de maison est tenu de faire construire, au profit de son voisin bailleur :

[…] ung cellier au long de l’eritage desdits Duval et sa femme, depuis la dalle jusques en la rue de Corvoizerie, et de laiseur dudit hostel, et y aura une esclere sur ladite dalle ou court et une autre esclere sur ladite rue Corvoiserie.

  • 232 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440.
  • 233 ADSM, 26 HP 32, 27 juillet 1499, Saint-Lô, parcelles 109-111. Cas non isolé puisque, quelques mois (...)

195La hauteur est précisée : « lequel celier aura de creux par son hault toize et demie », soit environ 3 mètres ; l’expression « par son hault » laissant supposer l’existence d’une voûte. Pour mener à bien cette construction, il faut « estaier et soustenir l’eritage desdits bailleurs bien et deuement en faisant ledit cellier », sans, hélas, un commentaire pour la technique utilisée232. Conscients de la nécessité d’ajouter un cellier et des latrines à deux de leurs « louages de maison », les religieux de Saint-Lô les concèdent, en 1499, avec obligation pour le preneur de construire ou faire faire « ung celier et une privee ou latrine de pierres et voultee bien et deuement »233.

  • 234 ADSM, 2E1/220, 7 octobre 1494.

196Pour édifier un cellier plus vaste, on utilise l’espace situé sous l’allée de desserte d’une maison voisine. Jaques de Boymare obtient ainsi, en 1494, le consentement de Jehan de Maromme l’aîné, pour pouvoir, s’il entreprend à l’avenir d’édifier un cellier, « comprendre, en faisant ledit celier, le fons de la terre de ladite allee ou ruelle et que ledit cellier soit fait et contenu par dessoubz ladite ruelle »234.

  • 235 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 90-91. Le poinçon vaut une demi-queue. Le vin de Co (...)
  • 236 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.
  • 237 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.

197Qu’entrepose-t-on dans le cellier ? Au premier rang des produits que l’on y range figurent les boissons. Dans le cellier de Pierre Surreau, se trouvent, au moment de l’inventaire après décès, cinq queues et un poinçon de vin vermeil, une queue et un poinçon de vin de Conihout (pour une valeur totale de 97 livres 10 sous tournois) mais également pour 5 livres de lard235. En 1494, on ajoute une huisserie à une maison de la paroisse Saint-Lô, de la largeur d’un grand degré carré, pour faire passer par cet escalier « queues, ponchons, cuves, lardriers et toutes autres choses necessaires »236. Lors d’un partage, on prévoit la possibilité d’y stocker provisions et boissons « autres que bois ». Cette précaution, ailleurs non stipulée, était-elle implicite ou faut-il la rapprocher de l’existence envisagée, à l’étage supérieur, d’une forge dont la présence augmente le risque d’incendie237 ?

  • 238 BMR, registre U1, f° 203, sentence du 26 février 1404, n. s. 1405. Il est fait mention du fer desce (...)
  • 239 Dans son ouvrage sur Winchester médiéval, Derek Keene, après avoir constaté la forte concentration (...)

198En raison d’un « arrêt en forfaiture » à l’encontre de Jehan Vybert, marchand de fer dont l’hôtel se trouvait sur les paroisses Saint-Herbland et Saint-Nicolas, arrêt mis et levé en 1405, l’on sait à propos de la marchandise de ce dernier qu’« il [l’]avoit faict mectre en cellier en ladicte ville de Paris » et l’on peut supposer qu’il en allait de même pour le fer entreposé à Rouen238. Outre le rôle de lieu de stockage de la marchandise faut-il lui attribuer un autre rôle marchand ? La question reste posée en l’absence d’indications précises239.

  • 240 ADSM, 2E1/167, 21 novembre 1418.

199Terminons cette étude du cellier par une réflexion sur son emplacement et ce qu’il peut révéler quant à l’organisation générale des parcelles. Placé généralement, à la fin du Moyen Âge, sous le corps principal de logis situé en bordure de la rue, il semble, dans quelques cas, être en retrait, à l’arrière de ce premier corps. Prenons quelques exemples : c’est au-dessus de la cour de la maison de feu Rogier de Saint-Pierre, étamier, à l’arrière d’un premier bâtiment, que se trouve la cour de son tènement, paroisse Saint-Lô240. On trouve, en 1422, à l’arrière de deux maisons de la rue Herbière, « une voulte en maniere de cellier […] sur laquelle voulte a de present un gardin ». Même constat, peu de temps après, pour une maison de la paroisse Saint-Vivien :

  • 241 ADSM, 2E1/170, f° 19 et 2E1/172, fos 126-127.

« Et si aura tous les autrez ediffices seans au bout de ladite maison, jusques a Robec, ou il a gardin et ung viel cellier, a l’endroit d’une porcion de maison, et l’autre soubz le gardin »241.

  • 242 Se reporter au chapitre précédent.
  • 243 On trouve encore des traces de celliers non complètement enfouis dans la première moitié du XIVe si (...)

200Il paraît tentant de rapprocher ces quelques exemples, livrés par les textes, des vestiges d’étages bas, retrouvés en cœur de parcelle, et dont l’édification peut remonter aux XIIe et XIIIe siècles242. Ils seraient alors les témoins d’un « retournement » de la parcelle. Vestiges d’une parcelle organisée autour d’un bâtiment central, ensuite disparu, ils auraient alors subsisté seuls, après leur enfouissement complet ou partiel243, sous les jardins et cours de terrains dont le bâtiment principal se trouvait alors en bordure de rue, marque de l’attraction exercée par la rue sur le corps principal de logis.

La cave

201Les mentions en sont rares. Nous en avons toutefois relevé quelques-unes.

  • 244 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398, et 2E1/169, 2 novembre 1421.

202En 1398, Rogier Mustel baille, la vie du preneur durant, deux maisons « a avoir et pourseoir lesdites maisons avecques la cave et le fons de l’eritage », mais dans les clauses suivantes un cellier revient à plusieurs reprises sans que le terme de cave réapparaisse et il n’est pas certain qu’il s’agisse de deux locaux différents. Ce que confirme l’une des obligations s’appliquant aux preneurs d’un contrat ultérieur – en date du 2 novembre 1421 – tenus de laisser les édifices « tant es celliers que es ediffices de maisons en tel et semblable état »244.

  • 245 ADSM, 2E1/186, 17 février 1454, n. s. 1455, et 2E1217, 31 mai 1493.

203En 1455, une cave est citée pour la maison à l’enseigne de la Truie qui file, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, mais en 1493, c’est un cellier qui est mentionné pour la même maison245.

  • 246 ADSM, 2E1/213, 28 mars et 6 avril 1489, n. s. 1490, et 2E1/218, 24 octobre 1493.

204En 1493, Charles Heultes acquiert la moitié d’une maison neuve, cour et héritage, « en laquelle y a cave voultee » avec une vieille maison derrière. Cette moitié de maison provient du partage d’un tènement effectué en 1490 en quatre lots, par lequel on avait divisé deux maisons placées à l’avant de la parcelle. Il est alors fait état d’une grande maison désignée quelques jours auparavant comme maison neuve : l’édification ne s’est donc pas faite entre les deux dates. Si l’on revient à la description des lots de 1490, la grande maison y comporte un cellier, une cour et une autre maison à l’arrière. Le terme de « cave » remplace ici celui de « cellier » employé trois ans plus tôt246.

  • 247 BMR, tiroir 24 et 2E1/187, 25 mai 1456.
  • 248 ADSM, G 4846, 31 mars 1533, n. s. 1534.

205Lorsqu’après la visite effectuée par les officiers et maîtres des œuvres du roi de la fontaine du château, au milieu du XVe siècle, le roi délivre aux Rouennais des lettres patentes les autorisant à entreprendre des travaux, ces dernières constatent que l’eau perdue en terre endommage les « caves et celliers prouchains de ladite sourse ». Mais le texte de l’accord conclu peu de temps après entre la ville et les cordeliers, reprenant en termes très voisins le constat, dit de ces eaux qu’elles « se perdent et evacuent en terre et […] sont dommageuses et preiudiciables pour les maisons celliers et heritages ou elles s’espartent et decourent par dessoubz et parmi les terres »247. Les deux termes sont employés en même temps, en 1534, à propos d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, de la moitié « de la cave ou cellier de toute ladite maison, a prendre icelle moitié sur le derriere tout a travers dudit cellier »248.

  • 249 Les devis et les états de lieux mentionnent généralement soit un cellier, soit une cave, mais jamai (...)

206La faible occurrence du mot présente un fort contraste avec celle du terme « cellier ». Le second est d’ailleurs d’un usage plus ancien et nous n’avons pas rencontré le terme de cave avant la fin du XIVe siècle. Recouvre-t-il la même réalité ou désigne-t-il un espace différent ? Disons au minimum que l’affirmation du commandant Quenedey pour qui la distinction est nette mérite réexamen, au moins pour les derniers siècles du Moyen Âge. Les exemples évoqués s’ajouteraient à celui qu’il cite pour désigner apparemment un même lieu, s’il s’agissait bien d’une demeure rouennaise ou au moins urbaine249.

La garde-robe

  • 250 Sur la différence d’usage du terme garde-robe entre France et Angleterre voir Margaret Wood, The En (...)

207Cette pièce, rencontrée à deux reprises, est chaque fois associée à la chambre. Lorsqu’en 1480, Pierres Le Flichier, vendeur, garde l’usage d’une partie d’un tènement de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, sa réservation inclut notamment « une chambre estant en meilleu dudit hostel avecques une garde robe estant prez ladite chambre »250.

  • 251 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1489, n. s. 1490. L’existence d’une telle pièce n’est pas relevée dans l’ (...)

208Dans la maison à l’enseigne du Grand Éperon que se sont partagée les fils d’un « éperonnier » de la paroisse Saint-Herbland, l’un d’eux, vendeur d’une portion en 1490, se réserve deux grandes chambres hautes situées à l’arrière de la maison « avec les petites chambres joingnant dicelles […] ainsi quilz sont ediffies en forme et maniere de garde robbes ou compteurs »251.

La dépense

  • 252 Pour le premier hôtel : ADSM, 2E1/169, 19 mars 1421. La pièce est équipée de fenêtres, « lesquelles (...)
  • 253 La vente d’une maison de la paroisse Saint-Ouen de Rouen comporte notamment le droit de « mectre un (...)

209Nous trouvons trace à quatre reprises de l’existence de cette pièce, que son nom voue au stockage des provisions. La première fois dans l’hôtel de Guillaume de Resenchon, la deuxième dans celui de maître Nicolle Sevestre, la troisième dans celui de Pierre Surreau, tous situés paroisse Saint-Herbland, et la quatrième dans la maison de Jehan de Boismare, paroisse Saint-Lô252. Dans ce dernier cas, les dépenses se trouvent dans une maison en forme d’appentis, utilisée comme cuisine et située à l’arrière de la parcelle. Dans le troisième cas, elle est « joingnant et aupres de la salle basse ». On y trouve notamment deux petites huchettes dont l’une est réservée au pain, des corbeilles et paniers ainsi qu’« ung petit viel pouchon » servant à la conservation de la farine. Cette description du contenu de la pièce permet de vérifier sa fonction de rangement des provisions. S’y ajoute toutefois du linge. On peut également y trouver du vin, du matériel de cuisine et, de façon plus surprenante, de l’étain253.

La bûcherie

  • 254 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462.
  • 255 ADSM, 2E1/187, 29 novembre 1456. Pour le « bouel », voir la rubrique « cellier ».

210Cette pièce, destinée au stockage du bois, existe en 1462 à l’hôtel des Trois Maries où elle est desservie par une ruelle254. C’est au même niveau que se trouve celle d’une maison de la rue Courvoiserie, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, sous laquelle passe un petit « bouel voulté »255.

Le grenier

  • 256 Une maison de la paroisse Saint-Maclou, dont l’organisation des étages est connue par une copie d’u (...)
  • 257 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418 ; 2E1/181, 13 mai 1440 et 2E1/228, 4 mars 1499, n. s. 1500.
  • 258 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443.
  • 259 ADSM, 2E1/159, 11 octobre 1403.

211Ce lieu, destiné initialement au stockage des grains, est cité dans les textes dès le XIIIe siècle256. Il connaît des localisations différentes mais également, dès le XVe siècle, d’autres utilisations. Espace annexe de la maison, le grenier peut se trouver surplomber la dalle de la cour comme ce « grenier qui siet sur la dalle de la maison de devant ». À l’intérieur de la maison, il est bien sûr situé en haut mais l’espace destiné à l’habitation tend à gagner sur lui. Dans l’hôtel de Pierre Pictemen, une chambre est dite « auprez de l’autre qui est appellee ou dicte souppente d’un grenier qui est tout hault dessus la rue ». Même constat pour cette maison de la rue aux Juifs, dont le second lot d’un partage de 1500 inclut les deux chambres du grenier257. Ces deux utilisations du grenier peuvent d’ailleurs se trouver associées. Dans une réservation, faite par le propriétaire, d’une partie de la maison qu’il cède, paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle, le grenier n’est pas oublié puisqu’il s’y réserve suffisamment de place « pour mectre jusques a VI mines de grain et place pour mectre gesir son varlet »258. Dans celui de Guillaume Baudri, bourgeois rouennais, ce ne sont pas des grains mais du sel que l’on trouve259.

  • 260 Philippe Cailleux, « Deux notices sur des maisons médiévales rouennaises », BAMR, octobre 1993 - se (...)

212Le grenier peut comporter un « surcroît » lorsqu’il existe un plancher supplémentaire. Ainsi les étages de trois louages d’une maison édifiée, paroisse Saint-Lô, au milieu du XVe siècle se terminaient-ils par « greniers et sourcroiz »260.

Les chapelles

213Outre les oratoires ou chapelles déjà mentionnés, que l’on trouvait dans les hôtels des religieux de Jumièges et de Beaubec, quelques résidences particulières disposaient d’une chapelle pour laquelle bien peu d’informations subsistent.

  • 261 ADSM, 2E1/172, 3 mai 1426.

214Dans la demeure de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, située à l’angle des rues Courvoiserie et Guillemet-Le-Conte (rue du Bec), une chapelle donnant sur la première de ces rues se situait apparemment à l’étage. Il est difficile d’établir par qui elle fut édifiée, les actes notariés ne l’évoquant jamais. Fut-ce le fait de Pierre Surreau ou bien de l’un de ses prédécesseurs ? On trouve parmi ces derniers Nicole ou Nicolas Dubosc, évêque de Bayeux depuis 1375 et qui fut notamment, en 1398, premier président de la chambre des comptes. C’est à ses hoirs que Pierre Surreau achète, en 1426, le tènement à l’enseigne de la Cloche261.

215En arrière du tènement précédent, et donnant sur la rue aux Juifs, le « manoir de la Fontaine » possédait une chapelle dont l’utilisation se révèle peu habituelle. En effet, après avoir loué plusieurs années son hôtel, Guillaume Le Conte vint y habiter lui-même :

  • 262 ADSM, G 6859. Cette utilisation insolite est relevée par Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’anc (...)

[Il utilisa] son hostel pour faire noeupces pour ce qu’il est bel, noctable et spacieux. Et depuis y ont esté fectes plusieurs noeupces et espousailles, plus de L, LX, voire de IIIIxx ou cent, dont une grant partie des espousailles ont este fectes en l’oratoire ou chapelle dudit hostel par ledit curé de Saint Lo ou son commis et de son commandement262.

216L’information provenant des pièces d’une contestation entre le curé de Saint-Lô et celui de Saint-Herbland pour savoir de quelle paroisse relevait le manoir, il peut y avoir exagération de la part du curé de Saint-Lô, mais la formule semble tout de même connaître un réel succès et ne tente pas uniquement des paroissiens de Saint-Lô mais également, parmi d’autres, des paroissiens de Saint-Herbland : « desquielx espousez il y en avoit et a eu plusieurs qui estoient parroissiens de la dicte parroisse Saint Erblanc ».

217Quant à cette chapelle, on apprend uniquement qu’elle « est vers ladicte rue aux Juifs ». Contrairement à la précédente, présentée comme pièce de l’habitation, cette dernière semble constituer un bâtiment distinct, désigné ainsi dans l’énumération des divers édifices.

  • 263 ADSM, G 6859, contestation entre le curé de Saint-Lô et celui de Notre-Dame-la-Ronde, pièce non dat (...)

218Il s’en trouvait une autre, de l’autre côté de la rue du Bec, dans un hôtel appartenant à la fabrique de la cathédrale. C’est dans ce dernier logis que réside comme locataire Guillaume de Houdetot, chevalier et bailli de Rouen, avant la prise de la ville par l’armée d’Henri V. Un de ses fils épousa dans cette chapelle une fille de Pierre de Belengue. Donné à la fabrique par un chanoine, Jehan de Nonancourt, archidiacre du Vexin français, en 1348, ce manoir fut surtout utilisé, après cette date, comme résidence canoniale263. Ainsi après le décès du donateur, maître Gaspar Carit, lui aussi chanoine, y demeura jusqu’en 1415.

  • 264 ADSM, 2E1/212, 21 avril 1488 et 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434.

219Ces exemples de chapelles dans des demeures rouennaises se retrouvent ailleurs. Ainsi paroisse Saint-Maclou, en 1488, où Jehan Dubosc, plâtrier, de la paroisse Saint-Maclou, vend à Pierre Roussel, garde du scel des obligations de la vicomté de Rouen, « ung hostel, tenement, court, jardin, estables, chappelle de hault, cuysine et heritage nommé et appellé le cloestre ». Ou encore au premier solier de la maison de Simon Du Vaurichier, bourgeois de Rouen, sur une paroisse non-mentionnée264.

220Il est possible que des communautés religieuses, des archevêques, évêques ou chanoines… soient, comme probablement pour l’héritage appelé « Le cloître », à l’origine de plusieurs de ces chapelles, mais elles apparaissent également – ne serait-ce que par vente de biens – dans les logis de bourgeois rouennais. Ajoutons que le manoir de la Fontaine possède une chapelle bien avant son acquisition par les religieux du Bec-Hellouin et nous n’avons pas trouvé trace de son appartenance à un ecclésiastique depuis le début du XIVe siècle. Il est vrai que nous ignorons la date d’édification de la chapelle.

  • 265 Louis Poan de Sapincourt, « La chapelle de l’ancien hôtel de ville de Rouen. Notice sur la partie m (...)
  • 266 Ibid., p. 39.

221Ajoutons encore que l’Hôtel commun disposait également, depuis le milieu du XVe siècle, d’une chapelle mentionnée pour la première fois dans un compte de maçonnerie de 1459 mais qui ne semble pas achevée en 1470. Les vestiges d’une partie de cette construction, mis au jour en janvier 1910, confirment cette datation265. Pour se garder d’une utilisation semblable à celle qui vient d’être évoquée, les vicaires généraux de l’archevêque interdirent qu’on y fasse les purifications des femmes à leurs relevailles ainsi que les bénédictions des mariés266.

222L’importance – certes relative – de cet élément du paysage urbain pourrait toutefois se révéler sous-évaluée après un relevé systématique mené à l’échelle de la ville entière.

Les avant-soliers et travers de rue

  • 267 Raymond Quenedey, désignant l’avant-solier comme un bâtiment en surplomb dont le rez-de-chaussée ét (...)

223Rapprocher avant-soliers et travers de rue revient à souligner une caractéristique commune : ils naissent tous deux d’un empiétement de l’habitat sur l’espace public. Le rapprochement est également le fait de la documentation médiévale267.

224Le travers de rue, même s’il se rencontre sur plusieurs paroisses, est tout de même assez rare : un seul – paroisse Saint-Lô – pour les trois paroisses. La fonction de ce dernier est clairement établie par l’acte autorisant sa construction : il s’agit de relier deux parcelles sises de part et d’autre de la rue aux Juifs. Lorsqu’en 1285 ou 1286, Jehan Du Change – il s’agit probablement du maire de Rouen en 1284 – prend du bailli de Rouen, agissant au nom et profit du roi, un tènement de la paroisse Saint-Lô, il se trouve détenteur, du fait de ce bail, de deux parcelles situées de part et d’autre de la rue aux Juifs.

  • 268 ADSM, G 2088, f° 45, avril 1285 ou 1286.
  • 269 ADSM, G 2088, fos 34 à 39.
  • 270 ADSM, G 2088, f° 59, et G 4402.

225Il se fait donc concéder, par la même occasion, le droit de faire édifier un « aleur par dessus le pavement le roy […] pour avoir voie et aaler de l’un tenement jusquez a l’autre ». Il est redevable, pour cette raison, d’une rente de 10 sous tournois payable aux termes de Saint-Michel et Pâques268. En 1348, les 10 sous tournois sont réputés être dus « au duc messire ou au roy pour l’aler du pont qui traverse la rue aux Juifs »269. S’agit-il d’un simple pont ? Dès 1374, il est fait mention d’un solier en travers de la rue : le pont s’est transformé en pièce d’habitation. Il est même précisé, dans un bail de 1426, qu’il est interdit de percer des fenêtres donnant du solier sur la parcelle située au sud de la rue aux Juifs270.

  • 271 ADSM, 2E1/209, 3 janvier 1483, n. s. 1484.

226À la limite des paroisses Saint-Lô et Saint-Laurent, un autre avant-solier ou « alleur » traverse la rue de l’Aumône et relie une maison de la paroisse Saint-Laurent à la porte de Grand-Pont, alors tenue par maître Robert de La Fontaine271.

  • 272 ADSM, 2E1/174, 12 juillet 1430 ; 2E1/177, 13 août 1433 ; 2B 765, f° 221, compte du domaine ordinair (...)
  • 273 Voir Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 35, qui rapporte égale (...)

227Une maison de la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres dispose également d’un travers de rue désigné comme « ung avant sollier ou allee traversant » la rue aux Belles-Femmes. Dans ce dernier cas la fonction est différente. Le franchissement a pour but de se rendre jusqu’à la Renelle dont le cours sert à l’évacuation de plusieurs latrines. Tout comme le précédent, il doit une rente au domaine ordinaire : dans le cas présent 4 sous tournois272. Cette forme d’empiétement sur la voie publique, loin d’être propre à Rouen, rappelle, par exemple, « les pontets » d’Arles273.

228Les avants-soliers, créateurs de galeries de circulation, sont eux étroitement liés à des activités marchandes. Au XVe siècle, ils sont attestés en un seul point pour l’ensemble des trois paroisses. Placés paroisse Saint-Herbland, en bordure d’une rue qui mène de Saint-Herbland à la cathédrale en longeant l’aître au nord, ils correspondent à l’emplacement de la « Chapellerie » qui donna un temps son nom à la rue. Mais les autres exemples relevés par Raymond Quenedey montrent également un lien évident : tant place de la Basse-Vieille-Tour où se trouvent les halles qu’au Marché-Neuf, où les maisons nouvellement construites dans le deuxième quart du XVIe siècle se trouvent en bordure du marché récemment installé là.

  • 274 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 88.
  • 275 Les pièces se rapportant à la première maison citent des avants-soliers à partir de 1456 (ADSM, 2E1 (...)

229Raymond Quenedey voit dans l’avant-solier « un organe municipal, créé en vertu d’un accord entre la ville et les particuliers »274 mais les exemples retenus sont cités sur des terrains appartenant à la ville. Dans le cas des maisons de la « Chapellerie », il n’y a pas de rentes versées à la ville. En revanche deux d’entre elles au moins doivent des rentes au roi275.

230La galerie de circulation créée par ces avant-soliers est très lisible sur le dessin qu’a laissé Jacques Le Lieur (voir, dans le présent ouvrage, les figures 1 à 5 du cahier couleurs).

Les allées

  • 276 ADSM, 2E1/164, 4 janvier 1412, n. s. 1413.
  • 277 ADSM, 2E1/241, 15 septembre 1507.

231Assurant la desserte des espaces situés à l’arrière de la parcelle, l’allée est un élément de liaison avec la rue qu’empruntent habitants et visiteurs, à l’occasion leurs chevaux, mais aussi par laquelle circulent les eaux refoulées vers la rue, telle cette allée qui « rechet les eaues dudit heritage »276. Pour les grandes parcelles placées au contact de deux axes de circulation, il n’est pas rare de trouver deux passages donnant issue sur chacune des voiries. L’allée n’est généralement pas en accès libre sur la rue. Séparant la maison de cette dernière, on y trouve une « huisserie » ou « huis » qui clôt l’accès à la demeure. Lors des partages, elle peut servir aux deux lots, le corps de maison sur rue s’ouvrant sur l’allée : « Et porteront chacun desdicts lotz la clef de l’uys de devant sur rue »277. Il faut d’ailleurs parfois prévoir l’ouverture d’une huisserie pour l’accès d’un des lots sur l’allée.

  • 278 ADSM, 2E1/186, 19 octobre 1454. Il faut dès lors supposer qu’il existait un moyen de franchir la Re (...)
  • 279 ADSM, 2E1/184, 26 janvier 1444, n. s. 1445.
  • 280 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

232Leur largeur, lorsqu’elle est précisée, est généralement de l’ordre de 3 ou 4 pieds. Une maison de la rue du Porc dispose, par exemple, d’une allée de 4 pieds de large pour sortir sur la rue des Belles-Femmes278. L’allée de l’« Écu de France », avec ses « six et sept piez de lé ou environ », fait figure d’exception parmi les dimensions connues279. À l’huisserie « de trois piez de creux » d’une maison de Saint-Lô correspond une allée « de semblable laize »280. Il n’est pas rare que soit également fixée leur hauteur. Il s’agit en fait de préserver une hauteur minimum, l’espace au-dessus de la circulation pouvant être à terme convoité :

  • 281 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479, et 2E1/214, 10 avril 1491, n. s. 1492.

« Et y aura une allee de quatre piez de lé depuis l’uis de ladite rue jusquez audit tref* de partage et de huit piez de hauteur, laquelle allee sera commune »281.

  • 282 ADSM, 2E1/214, 10 avril 1491, n. s. 1492.
  • 283 ADSM, 2E1/220, 7 octobre 1494, Saint-Lô.

233Dans un échange réalisé en 1492 et destiné à déplacer celle qui existe, la nouvelle allée doit avoir une largeur de 3 pieds « pié a terre » pour une hauteur de 8,5 pieds. Il est autorisé de construire au-dessus et au-dessous de l’allée échangée282. Dans cet autre arrangement, il est accordé au preneur de faire « edifier par hault, de nouvel, au travers de ladite ruelle »283.

234Le fait de disposer d’une allée offre la possibilité de placer une enseigne sur la rue, voire de choisir où l’accrocher, en cas de desserte de l’allée sur une autre rue. Dans l’échange de 1492, cité précédemment, Denis Pontis, maçon, à qui appartient une maison située rue d’Escauderie, sur la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle et donnant sur la rue Dourdonne par une allée, fait stipuler qu’il « pourra attacher et poser l’ensaigne de son heritage et jouir d’icelle allee et y faire son huysserie et entree de son heritage, s’il voit que bien soit ».

235Mais l’allée permet également d’étaler sa marchandise sur la rue. Le désaccord qui oppose deux paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde montre que le fait est courant. La dispute naît de l’initiative de Jehan Pillavoine :

  • 284 ADSM, 2E1/184, 3 juin 1444.

[Il] avoit voulu et s’estoit efforché de faire certaine mortoise en ung post qui est sur rue, qui fait cloeson entre la maison et heritage dudit Bosquet et sa femme et une alee de maison passant par dessoubz la maison desdits Bosquet et sa femme, laquelle alee sert de yssir et entree de la rue de Courvoiserie en une maison appartenant ausdits Pillavoine et sa femme, avec le droit de estaller sur ladite rue a l’endroit d’icelle alee ainsi que les autres voisins font et sont acoustumé de faire. [En outre] ledit Bosquet vouloit empescher ou avoit empesché lesdits Pillavoine et sa femme ou leurs hostes de mectre et asseoir es deux postz qui sont sur rue les deux costez et entre d’icelle alee aucunes penteures pour faire monstres de marchandises ainsi que les autres voisins […]284.

Les galeries

  • 285 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

236Les galeries, oubliées des descriptions les plus courantes, apparaissent, lorsque la parcelle s’étend au-delà du premier corps de logis, dès lors que l’on procède aux partages ou que naissent les désaccords entre voisins. À la lecture des actes, leur localisation précise est très difficile, même si, à l’évidence, elles sont étroitement associées à la cour et à l’escalier de distribution. On les trouve aussi bien au rez-de-chaussée que dans les étages : « avec ce les galleries qui servent esdites maisons tant hault comme bas »285. Elles peuvent surplomber la cour :

  • 286 ADSM, 2E1/233, 9 décembre 1502

Et si aura les galleries estantes au bout d’icelle petite maison et qui sont suspendues sur ladite court dudit premier lot, lesquelles galleries seront closes par ung boult vers le degré dudit premier lot a l’alignement de la paroy de ladite petite maison et par le devant sur ladite court286.

  • 287 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 315.

237Raymond Quenedey a montré, à partir de cinq maisons connues, qu’elles ouvraient sur la cour soit par des claires-voies soit par des fenêtres et étaient larges d’un mètre environ287.

238Ces galeries peuvent enjamber des ruelles de desserte, telle celle de l’hôtel des Trois Maries, dans laquelle se trouve :

  • 288 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462.

[…] une petite chambrecte, joingnant au corps de l’ostel ou est demourant a present Cardinot Gaudry, laquelle traverse sur la ruelle par ou l’en va dudit hostel ou demeure ledit Gaudry en la bucherie servant a present audit hostel des Trois Maries, et est ladicte chambrecte de la gallerie des Trois Maries nommee paradis288.

  • 289 ADSM, 2E1/183, 13 mars 1442, n. s. 1443.

239Son rôle de communication entre les corps de logis lui vaut d’être couverte. Un édifice ne peut, en 1443, dépasser la hauteur « du post et des deux coulombes qui sont levees a present et qui porteront le feste et la couverture d’icelle galerie »289.

  • 290 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 85. Le poinçon ou « ponchon » vaut deux caques et d (...)

240L’espace disponible ménagé par la galerie, certes limité par la contrainte de circulation, semble pouvoir servir à entreposer divers objets, si l’on en juge par ce que l’on trouve dans la galerie de la « salle d’en haut » de l’hôtel de Pierre Surreau : un poinçon contenant du vin aigre, six barils vides, une « quaquette », un vieux saloir deux paniers et quelques planches de bois290. Mais la présence de deux formes « en fachon de banc » montre que l’on peut aussi s’y asseoir et converser.

Les cours

241À l’arrière du premier corps de logis ou maison, desservie par l’allée, la cour qui finit parfois la parcelle, peut également ouvrir sur les bâtiments annexes, voire un second corps de logis ou maison.

  • 291 Voir la rubrique « jardins », p. 252.

242La différence d’évolution du nombre des cours recensées entre la paroisse Saint-Herbland, d’une part, et les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde de l’autre (tableau 7), est intéressante à rapprocher de l’évolution du nombre des jardins. Fort peu nombreux sur cette dernière paroisse, ils ne connaissent pas le même mouvement de conversion en cour relevé, tout au long du XVe siècle, pour les deux premières paroisses291. Ce dernier facteur s’ajoute à la précision plus grande des descriptions : sur les trente jardins qui disparaissent alors, treize sont remplacés à coup sûr par une cour et ses probables constructions annexes.

  • 292 ADSM, 2E1/180, 25 février 1436, n. s. 1437. Sur le pied à main se reporter au glossaire. La dimensi (...)
  • 293 ADSM, 2E1/184, 9 janvier 1443.

243Les dimensions rapportées par les textes montrent le plus souvent des cours de petite surface, que viennent encore diviser les partages. Dans la division d’une parcelle de la paroisse Saint-Lô, les mesures de la cour du premier lot sont connues : « laquelle court de cestuy lot contendra deux toizes trois piez et demi de long et huit piez de lé ou environ, pié a main »292. Une autre portion de cour de la même maison contient, quelques années plus tard, une largeur de « dix pies de lé ou environ », proche de la précédente293.

Tableau 7 – Les cours

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

2

1

2

XVe siècle – 1re moitié

17

7

13

XVe siècle – 2de moitié

31

28

15

Cumul

41

29

23

  • 294 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.
  • 295 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440. Voir p. 274 du présent ouvrage, « L’évacuation de l’eau ».
  • 296 ADSM, 2E1/175, 17 avril 1431, n. s. 1432.

244Ces cours, que l’on peut supposer, pour les plus modestes, de terre battue, étaient aussi pierrées ou pavées. La petite cour d’une maison, paroisse Saint-Lô, est dite « a present pavee de pierre »294. Il s’agit d’assurer un bon écoulement de l’eau et, dans ce cas, les actes évoquent aussi « la dalle », terme utilisé au singulier : on parle, par exemple, d’une « cour ou dalle », pour une maison de la paroisse Saint-Herbland295. On y trouvait parfois le puits comme pour cette « place estant de present en court ainsi pavee qu’elle est avec ung puis seant en icelle place et court »296.

  • 297 BMR, tiroir 258, 7 novembre 1499.

245Les servitudes liées à l’évacuation des eaux vers la rue sont assez nombreuses et souvent sources de conflits. Celui qui s’élève, en 1499, entre Jehan Desloges, procureur en cour laïque, et Guillaume Lavieille, marchand, à propos de leurs maisons de la paroisse Saint-Lô, a pour origine « un cahot de pierre et cours d’eaue que icelluy Lavieille pretendoit avoir par dessus l’eritage dudit Desloges » pour évacuer « les eaues et desgoutz qui tumbent en une court »297.

  • 298 ADSM, 2E1/184, 3 juin 1444.
  • 299 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 88-89.

246Le bois est parfois entreposé dans la cour, s’il faut en croire un acte de 1444 qui rapporte un différent entre paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde. Pierre Bosquet, bonnetier, ayant ouvert une « esclere » dans son cellier sur la dalle ou cour appartenant à Jehan Pillavoine, ce dernier entreprend de « mectre et tasser certains bois en icelle dalle ou court a l’encontre des veues du derriere de l’ostel dudit Bosquet »298. S’agit-il d’une pratique courante ou seulement d’un procédé employé dans le but de nuire à son voisin ? Constatons qu’à l’hôtel de Pierre Surreau il en va de même puisqu’on y trouve « un quarteron de buche ou environ » de même que des fûtailles (5 queues) vides et « ung petit saleur »299.

  • 300 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

247Lorsqu’une dalle existe, on y place également, probablement à couvert, un peu de mobilier. Un mortier, trois bateurs (battoirs) et deux fourmes (ou bancs) sont dits « en la dalle » d’une maison de la paroisse de Saint-Herbland300.

  • 301 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

248C’est probablement, en l’absence d’un jardin, dans la cour d’une maison de la paroisse Saint-Lô qu’il faut placer la volière partagée en deux – elle se trouve précisément entre les deux lots – par les héritiers d’un « chandellier », Jehan de Boismare l’aîné, et de sa femme301. Le texte ne précise malheureusement pas quels oiseaux elle abritait.

Les jardins

249L’un des faits les plus significatifs de ces tableaux de données concerne les jardins. Alors que la tendance habituelle est à l’augmentation du nombre des mentions, à mesure que l’on avance dans le temps, seuls les jardins voient leur nombre légèrement augmenter dans la première moitié du XVe siècle – ceux qui apparaissent dans la première moitié du XVe siècle correspondent à des tènements pour lesquels les documents font défaut dans la période précédente – pour ensuite fortement régresser dans la seconde moitié (tableau 8). À cette date, ils sont devenus rares et ne concernent plus qu’une parcelle sur dix. La seule exception à cette régression est la paroisse Saint-Herbland pour laquelle le très faible nombre de jardins, pour chacun des demi-siècles, rend non significative leur très faible progression. Ils y sont en tout cas fort rares.

Tableau 8 – Les jardins

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

27

11

1

XVe siècle – 1re moitié

31

17

3

XVe siècle – 2de moitié

13

10

4

Cumul

45

24

5

  • 302 Voir à cette rubrique.

250Les hasards de la répartition des actes, parcelle par parcelle, permettent tout de même de constater la disparition de trente jardins aux périodes suivantes : onze dans la première moitié du XVe siècle, seize dans la seconde et trois au début du XVIe siècle. La date à laquelle le jardin n’est plus mentionné pour la première fois est très probablement postérieure à sa disparition effective, ce qui crée un décalage non mesurable. Le mouvement est donc fortement amorcé dès la première moitié du XVe siècle. Il est intéressant de relever à ce propos la mention à trois reprises, en 1428, 1430 et 1433, d’espaces pour lesquels on parle de jardin ou cour, saisie d’une situation intermédiaire durant laquelle on peut penser que le jardin n’a pas encore totalement disparu. Dans presque un cas sur deux, la description qui fait suite substitue au jardin la cour302. L’analyse par îlot de ces jardins montre une répartition assez équilibrée pour la paroisse Saint-Lô alors que l’îlot situé en bordure ouest de la grande rue de Dourdonne regroupe plus du tiers des jardins de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde. À l’arrière de ces dernières parcelles circulait l’ancien cours de la Renelle, peut-être aménagé après désaffection en jardins.

  • 303 ADSM, 2E1/154, 10 janvier 1390, n. s. 1391.

251Les communautés religieuses possédaient très certainement des jardins dans leurs manoirs et monastères, mais ils sont rarement évoqués. Celui que les religieux de Saint-Lô échangent en 1391 avec Thomas Pougnant ne relève pas du prieuré lui-même : « [lequel] ne leur estoit pas necessaire mes estoit hors de l’enclos des dis religieux ». Situé au bout d’un autre jardin appartenant audit Pougnant, il est échangé contre 40 sous tournois de rente sur une autre maison rouennaise ; rente à prendre après le décès du preneur parce que les religieux « lui avoient baillé a sa vie durant pour estre de leur conseil et pencion et apres ses hoirs en estoient tenus de bailler XL s. de rente et non obstant ledit Pougnant les baille des a present »303. Ce jardin est ensuite appelé « jardin du Bailli » en raison de l’office exercé par ses propriétaires.

  • 304 ADSM, 2E1/150, f° 122.
  • 305 BMR, registre A6, f° 95, 7 juin 1410.

252Le Clos aux Juifs, qui ne semble pas avoir été utilisé autrement du XIVe siècle jusqu’à 1429 et l’installation du Neuf Marché, est apparemment utilisé comme jardin. On parle par exemple du « jardin aux Juifs » en 1361304. Y trouvait-on autre chose que des herbages ? C’est de ces derniers que s’était en tout cas nourri le cheval de Robin Gueroult, cordonnier de la paroisse Saint-Martin-sur-Renelle, ce qui vaut une amende de 5 sous tournois en raison « du dommage que avoit fait son cheval aux herbages du Clos aux Juifs »305.

  • 306 « decimam fructuum crescentum in orto », ADSM, G 6859.
  • 307 2E1/155, f° 179 vo.

253Si leur existence est parfois mentionnée, il est malheureusement plus difficile de savoir ce qui composait ces jardins du cœur de la ville. On peut conclure qu’ils sont souvent plantés d’arbres si l’on en juge par la fréquence de l’expression « gardin et arbres dessus croissans ». Il s’agit même d’arbres fruitiers pour le jardin de l’hôtel canonial qu’occupe en 1390 maître Gaspar Carit, chanoine de la cathédrale, au sud de la rue aux Juifs, puisque le curé de l’église Saint-Lô se voit reconnaître le droit de prélever la dîme sur les fruits du jardin306. Sur la paroisse voisine de Saint-Jehan-sur-Renelle, c’est un noyer pour lequel le bailleur, dans un contrat de 1395, entend se réserver les revenus307.

  • 308 ADSM, 2E1/172, 29 mai 1426.

254Ces jardins sont parfois indépendants de l’habitation de leurs propriétaires. Lorsque Pierre Surreau, receveur général de Normandie, achète la maison de la Cloche, en 1426, la vente comprend également un jardin situé de l’autre côté de la rue du Bailli, plus tard du Bec, sur laquelle donne l’entrée principale de la maison308. Le déplacement est, il est vrai, limité à une traversée de rue. Cette disposition semble satisfaire ses héritiers qui conservent cette double propriété.

255C’est encore le cas de celui-ci, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, qui n’est d’abord qu’une « vuyde place », passée par décret et vendue par justice « afin de paier le talluage du cours de ladite Renelle » pour 31 livres de paiement unique. Elle est acquise par Robin Duhomme et Jehan Courel qui en jouissent en indivision après l’avoir « apliqué en jardin dont chacun d’eulx a une clef de huisserie et serreure qui y estoit. Et y estoient eulx et leurs gens allez et venuz touteffois qi’il leur avoit pleu ».

256En 1430, ils décident de diviser le jardin. On apprend ainsi qu’il s’étend « depuis le pallis qui est devers ladite rue du Porc jusques a ladite Renelle », ce qui signifie probablement une longueur d’environ une quinzaine de mètres. L’une des moitiés se révèle de plus grande valeur puisqu’elle est plantée de vigne tandis que l’autre portion n’est pas plantée. Il s’agit, dans le cas présent, d’une treille de vigne. Il est alors prévu de faire « une closture de haye » entre les deux lots. La portion non plantée comporte déjà une haie, près de la rivière :

  • 309 ADSM, 2E1/174, 21 mai 1430.

Et au regard d’une haye et closture qui fecte a esté au travers de la porcion dudit Courel qui est assise sur certain bois qui est sur le cours de la Renelle, ledit Courel sera tenu maintenir icelle haye et closture du bout tant comme le bas qui est sur ladite Renelle qui soustient ladite haye durera309.

257On craint là sans doute l’action de l’eau.

  • 310 ADSM, 2E1/154, 24 octobre 1393.
  • 311 Environ 90 m.
  • 312 BMR, registre XX1, f° 28.
  • 313 ADSM, 2E1/154, 20 juillet 1391.

258D’autres mentions font apparaître l’usage de haies pour clôturer le jardin urbain : le vendeur d’un manoir de la paroisse Saint-Godard est tenu, en 1393, de faire clore un petit jardin « de bonnes haies »310. On les utilise aussi comme ornement du jardin, et notamment de ses allées, telles ces 280 pieds311, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, « de petite haye batisse de la haulteur de deux piez ou environ, au pris chacun pié de II d., estante au long des allees du grand jardin de l’ostel d’icelle ville »312. On a également recours au « paliz » ou palissade. Dans une maison de la paroisse Saint-Lô, le jardin est séparé de l’allée par un « paliz de X a XI piez de hault qui siet entre ladite alee et le petit gardin desdis mariez »313.

  • 314 BMR, registre A5, f° 40, 3 février 1404, n. s. 1405, cité par André Cerné, Les Anciens Hôtels de Vi (...)

259La présence de la vigne se rencontre ailleurs. Sur le jardin carré du manoir de la ville, déjà cité, pousse également de la vigne puisqu’un bail de 1405 – pour un louage d’une durée de six ans – précise que le preneur « rendra en la fin les vingnes redrechees de mesrien, ainsi comme ils sont de present »314.

  • 315 BMR, registre XX1, f° 28.
  • 316 ADSM, 2E1/173, 18 janvier 1428 n. s.
  • 317 ADSM, 2E1/154, 8 mars 1392, n. s. 1393.
  • 318 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec », p. 318. Sur la vigne à Ro (...)
  • 319 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien Hôtel de l’abbaye du Bec », p. 316.
  • 320 Philippe Lardin, « L’archevêché de Rouen au XVe siècle, transformations et réparations courantes »,(...)

260Le jardinier qui plante, au milieu du XVe siècle, les haies évoquées ci-dessus est aussi payé pour avoir trouvé « bois a ficher pour faire traille, ozier, semences, et autres choses a jardinier »315. On retrouve la vigne en trois autres emplacements de la paroisse Saint-Lô : sur le tènement avec jardin qu’achète, en 1427, Guillaume Campion, vicomte de Conches et de Breteuil, à l’angle de la rue aux Juifs et de la petite rue Dourdonne316 mais aussi rue Grand-Pont, un peu en dessous de la porte du même nom, sur le tènement avec jardin qu’acquièrent en 1393 Colin de La Place et sa femme317. Charles de Beaurepaire avait déjà signalé cette culture de la vigne à l’hôtel du Bec318, encore appelé manoir de la Fontaine. Le curé de Saint-Lô prélevait là aussi des dîmes : « Elles consistaient principalement en raisins et poires nommées tuffesque. »319 Non loin de là, au jardin de l’archevêché « poussaient les roses et le raisin »320.

  • 321 2E1/152, 4 avril 1372.

261Un jardin de la paroisse Saint-Lô comporte, outre des arbres, un puits321. On y trouve également, à l’occasion, un autre équipement de la parcelle : les aisements.

Fontaines et puits

  • 322 Lorsqu’il faut réglementer, en raison des abus, l’usage de la fontaine Massacre, il faut prévoir un (...)

262S’alimenter en eau est une opération quotidienne qui peut présenter quelques difficultés pour un Rouennais du XVe siècle. On ne trouve pas de mention de porteurs d’eau ; l’activité est surtout domestique et concerne probablement épouses et domesticités322.

263Quelques rares demeures particulières disposent de fontaines. Il leur faut, pour cela, se trouver à proximité de l’un des cours d’une fontaine relevant d’une communauté religieuse, en ce qui nous concerne soit celui de la fontaine Saint-Lô soit celui de la fontaine du Chapitre.

264Lorsqu’en 1493, Guillaume Ango, écuyer, seigneur de Veules, et sa femme « prennent à rente » un tènement des religieux de Saint-Lô, ils obtiennent l’autorisation de faire construire une fontaine :

[…] et pourront prendre de l’eaue en la fontaine desdits religieux par ung tuyau de plomb qui est en ladite fontaine de la grosseur d’un poys, laquelle eaue sera conduite par cahos jusques audit heritage.

  • 323 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 232.
  • 324 ADSM, G 2481, compte de 1407-1408.
  • 325 ADSM, G 2487.
  • 326 ADSM, G 2088, f° 31 et suivants.

265Cette fontaine fut peut-être édifiée323. Quant à la fontaine du Chapitre, elle alimentait en eau deux hôtels ou manoirs de la paroisse Saint-Lô : l’hôtel canonial relevant de la fabrique de la cathédrale, à l’angle des rues aux Juifs et du Bailli ou du Bec, et de l’autre côté de cette dernière rue l’hôtel du Bec, anciennement appelé « manoir de la Fontaine ». Les mentions de travaux au premier reviennent à plusieurs reprises dans les comptes de la fabrique. Un plombier travaille en 1407 autour de la fontaine et de la cuisine de cet hôtel occupé alors par « mestre Gaspar », c’est-à-dire Gaspar Carit, chanoine de la cathédrale. Un « dinand » y refait une clé la même année324. Les tuyaux sont ressoudés et réparés quelques années plus tard et l’on refait une nouvelle clé de cuivre « mise as tuyaux de ladite fontaine »325. Un partage de 1338 révèle l’existence, à cette date, de la fontaine326.

  • 327 ADSM, 2E1/152, 2 juillet 1371.
  • 328 2E1/177, 9 mars 1433, n. s. 1434.
  • 329 Il est à l’origine d’un différend entre les religieux du Bec, qui tiennent le manoir depuis 1429, e (...)

266Quant au second manoir, une fontaine y distribue l’eau en 1371 au plus tard, la vente d’alors incluant le droit des vendeurs « en la partie de la fontaine dudit manoir »327. Il semble même qu’il y en ait plusieurs ; une vente de 1433 comprend « le droit des fontaines et les cours de l’eaue qui abreuvent icelles fontaines »328. Un tuyau de plomb raccordait ces fontaines au cours principal329.

  • 330 L’usage de la fontaine de l’aître Notre-Dame est réglementé par le chapitre et probablement surveil (...)
  • 331 Vers la fin du cours du Chapitre, en 1415, on parle du « pyssot et yssue d’eaue qui vient du revest (...)

267Le cours de la source alimentant Saint-Lô se terminait par une fontaine située sur la rue, à l’angle de l’église paroissiale, dont l’existence est avérée pour la troisième décennie du XVe siècle et qu’a représentée Jacques Le Lieur. On ne sait à qui ce point d’eau était accessible – probablement à tous comme semble l’être la fontaine de l’aître de la cathédrale – ni ce qui réglementait son usage330. Écoulant le trop-plein de la source, les eaux de cette prise avaient encore – lorsque Jacques Le Lieur écrit – cours sur le pavé. On peut dès lors s’interroger sur l’importance du débit, après la ponction de la prise des Pauvres de la rue de l’Aumône et celle du prieuré lui-même331.

  • 332 Pour cette fontaine, voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 114 et suiv

268La situation s’améliore dans la deuxième moitié du XVe siècle. Une fontaine publique, appartenant à la ville, est construite en 1456, à la porte Massacre. La suivante est édifiée, paroisse Saint-Laurent, tout près de la paroisse Saint-Lô et de la porte de Grand-Pont, au carrefour de la Crosse après un contrat entre la ville et les héritiers de Louis d’Harcourt, patriarche de Jérusalem et évêque de Bayeux, financier réel du projet332. Relevons toutefois que les habitants de ce secteur de la ville font figure – sur ce point – de privilégiés.

269Faute de disposer d’eau de source, récupère-t-on l’eau de pluie ? S’il est possible de parler de l’évacuation de l’eau (voir p. 272-274), il n’en va pas de même d’éventuels dispositifs de récupération. Utilisait-on surtout de simples récipients ?

  • 333 Voir les indications relevées à chacun de ces éléments de la parcelle.

270À défaut d’eau de source et d’une réelle récupération de l’eau des précipitations, reste donc le puits. Il n’est toutefois évoqué que pour un nombre limité de parcelles (tableau 9). Parfois placé dans le cellier, le puits se trouve également fréquemment dans la cour, plus exceptionnellement dans la cuisine333. Dans la cour, il est souvent desservi par une allée.

Tableau 9 – Les puits

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

1

5

1

XVe siècle – 1re moitié

9

6

2

XVe siècle – 2de moitié

14

18

6

Cumul

21

25

8

  • 334 Maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.
  • 335 ADSM, 2E1/241, 15 septembre 1507. Dans ce partage la cour et le puits se trouvent entre les deux lo (...)
  • 336 ADSM, 2E1/180, 25 février 1436, n. s. 1437.

271Lorsqu’il est l’objet d’un partage, il peut faire partie des espaces communs. Cette cour reste commune à deux maisons « pour aller en ung puys commun a leur heritage et cellui desdits Alleaume et Le Grieu »334. Il est alors généralement précisé que les frais de réparation des corde et poulie seront partagés335. En l’absence d’espace commun, il faut procéder au partage effectif du puits : « et sera tenu ce lot de soy clorre sur la margelle dudit (puis) », afin de ne pouvoir aller sur l’autre lot, « et y fere fermeture de huis ou fenestres en icelle maniere que l’en y puisse aller a toutes heures quant mestier en sera »336, l’autre lot accédant au puits par une fenêtre.

  • 337 ADSM, 2E1/179, 12 mars 1435, n. s. 1436. Cette concession est étroitement liée à la constitution de (...)

272Les concessions de droits d’utilisation, tout comme pour les « aisemens », peuvent comporter des restrictions horaires : l’acheteur d’une rente se fait concéder la jouissance, pour une durée de quatre ans, du droit « d’aler tirer et prendre de l’eaue depuis soleil levant jusques a soleil couchant »337.

  • 338 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

273On n’hésite pas à détruire un puits. On apprend, en 1475, que le doyen du chapitre de Notre-Dame-la-Ronde a fait condamner et emplir de terre un puits « pour certaines causes » que l’on regrette de ne pas connaître338. Peut-être n’était-il plus utilisable ou gênait-il ses projets de construction ?

  • 339 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 114. Sur les droits des tanneurs, voi (...)

274Faute de disposer d’un puits sur sa parcelle, on peut encore avoir recours aux puits communs et à l’eau des ruisseaux et rivières. Mais les puits communs n’abondent pas – il est à souhaiter que celui du « carrouge » ou carrefour de la Crosse n’ait pas été unique – et les ruisseaux délivrent une eau à la qualité douteuse. La Renelle qui borde la paroisse Notre-Dame-la-Ronde et qui est alimentée par le trop-plein de la source Gaalor est utilisée par les tanneurs dès le début de son cours339.

Les étuves

  • 340 Charles de Beaurepaire, « Les étuves de Rouen », BCDA, tome XI, p. 82-88. Complétant la liste des é (...)

275Il ne s’agit pas ici des hôtels à usage d’étuves communes dont l’évocation serait d’ailleurs rapide puisque les traces de leur existence sur l’une des trois paroisses font défaut alors qu’on en recense sur les paroisses voisines de Saint-Martin-sur-Renelle, Saint-Pierre-du-Châtel ou encore Saint-Candé-le-Jeune340. Trouve-t-on en revanche des pièces dont la fonction est de servir d’étuves à une demeure ?

  • 341 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

276Le cas se rencontre une fois, en 1475, dans un accord entre le curé et les chanoines de Notre-Dame-la-Ronde, par les termes duquel ces derniers obtenaient une cheminée de briques avec une petite étuve placée derrière la cheminée ainsi qu’« ung degré qui monte d’icelles estuves sur la porte de l’ostel dudit chappittre, unes latrines avecques une petite court et paaliz jouxte icelles estuves »341. L’étuve, à une seule pièce, se trouvait donc placée derrière et contre la cheminée sans que soit évoquée à proprement parler une pièce de chauffe, la cheminée se trouvant peut-être à l’extérieur sur la cour ?

  • 342 Pierre Garrigou Grandchamp, Demeures médiévales. Cœur de la cité, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, (...)

277Ce cas d’étuves à disposition des chanoines n’est pas unique, on le retrouve notamment à Montreuil-Bellay où les chanoines disposent d’une étuve pour l’ensemble des logis342.

Aisements, latrines, chambres aisiés, privées ou retraits

278S’il est difficile d’affirmer qu’elles étaient d’usage fréquent avant le XIVe siècle, l’existence de latrines dans le mur sud du bâtiment B3 (31-33 rue aux Juifs), évoquée au chapitre précédent, montre – mais le fait est rare – qu’on en trouvait auparavant dans les habitations.

279Leur existence, aux XIVe et XVe siècles, est couramment mentionnée et faisait dire au commandant Quenedey :

  • 343 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 315.

Contrairement à ce que l’on dit ou répète généralement, les maisons rouennaises possédaient souvent des latrines. Les ordonnances ou les arrêts prescrivant d’en établir dans celles où il n’en existait pas ne permettent pas de conclure que les habitations en étaient généralement dépourvues343.

280Elles sont toutefois attestées, sur les trois paroisses, pour un nombre modeste d’habitations.

281Leur nombre sur la paroisse Saint-Herbland, la moins étendue des trois paroisses et celle qui comporte le moins de tènements (environ 70), est proportionnellement le plus important. Un tènement sur cinq comporte à coup sûr un tel équipement. Faut-il rapprocher ce fait du très faible nombre de jardins recensés pour cette paroisse ? C’est du moins ce que nous suggérons.

282Les désignations sont multiples et les cinq expressions employées en titre le sont toutes à la fin du Moyen Âge sans que les raisons qui président à leur choix soient facilement analysables. On connaît les dimensions de la pièce servant d’aisements à l’hôtel de la Sirène, encore qualifiée de basse chambre :

  • 344 Soit 4 × 4 m. ADSM, 2E1/169, 28 octobre 1421.

[…] dessoubz lequel hostel de grant seraine, en icellui endroit, a une basse chambre contenant deux toises de longt et deux de lé ou environ et de la haulteur du premier estage qui y est de present, laquelle basse chambre ainsy qu’elle sert d’aisemens est et demeure en la presente baille344.

Tableau 10 – Latrines, aisements, retraits…

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

1

2

2

XVe siècle – 1re moitié

6

9

14

XVe siècle – 2de moitié

5

10

14

Cumul

10

18

26

  • 345 ADSM, 2E1/183, 6 décembre 1442, 2E1/177, 13 août 1433, et 2E1/213, 15 mars 1489, n. s. 1490.

283Il n’est pas rare de trouver les sièges installés dans les étages des maisons. Dans la demeure de Jehan Toustain, paroisse Saint-Herbland, on trouve au-dessus du rez-de-chaussée – mais à quel étage ? – « une haulte chambre ou allee par laquelle l’en a acoustumé aler aux privees de l’ostel dudit Toustain ». Non loin de la précédente, la maison de Guillaume Dubusc, sur la même paroisse, comprend une allée située au « tiers estage », c’est-à-dire au troisième niveau – notre moderne deuxième étage – tandis qu’en une portion de maison de la paroisse Notre-Damela-Ronde, l’allée aux latrines est dite « en second estage »345. C’est également là qu’elle se trouve selon un accord entre deux habitants d’une paroisse voisine dont les maisons contiguës bordent la rue du Fossé-aux-Gantiers :

  • 346 Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé, XIVe -XVe siècle », in Histoire de la vie (...)

Lequel siege sera en la gallerie dudit Hubert, de la haulteur du second estage de la maison d’iceulx mariez, a l’endroit ou ils font de present leur chambre, en laquelle chambre sera fait tout de nouvel ung huis pour entrer et yssir en icelle gallerie et siege d’aisemens, ouquel siege aura place convenable, et y aura une veue verree a verre dormant de haulteur raisonnable346.

  • 347 Après l’intervention de deux plâtriers, payés pour avoir replâtré « le trou de dessus la fosse des (...)
  • 348 Philippe Cailleux, « Une maison de “marchans et gens de mestier”… », p. 86.
  • 349 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.
  • 350 Voir p. 203-205, « Le tènement d’un étamier, rue Grand-Pont (1418) ».

284Dans une maison de la paroisse Saint-Nicolas-le-Painteur, on trouve « deux sieges de bois perchiés fais pour les privees »347. Des conduits probablement maçonnés permettent l’évacuation des matières au travers de la maison. Dans ce toisé de maison, on n’oublie pas de mesurer, dans la cuisine, le « tuel » ou tuyau de la cheminée mais également « ung tuel d’aesemens qui monte tout amont et contient ledit tuel qui sault en ladicte cuisine pié et demi de lé et deux piez dix poux de long », soit environ 0,5 sur 0,9 mètre de côté348. Là aussi les aisements semblent en hauteur. Mais les latrines se trouvent aussi reportées à l’arrière de la parcelle, telles celles de l’hôtel des Bons-Enfants placées dans une maison en forme d’appentis servant de cuisine « avec les galleries, despences et les privees estans en icellui appentis »349 ou encore celles du tènement ayant appartenu à Rogier de Saint-Pierre, étamier, placées au bout de la cour, vers le jardin350.

  • 351 ADSM, 2E1/183, 30 août 1443.

285Lorsque les fosses se trouvent à proximité des parcelles voisines, elles doivent être implantées à au moins 5 pieds de ces dernières, pour se conformer aux ordonnances de la ville. Le texte de ces ordonnances n’est pas connu, mais un différend entre deux propriétaires de maisons voisines, paroisse Saint-Patrice, nous apprend son existence. Guillaume Briselance se plaint, en effet, en 1443, « que, oprez de sondit heritage, avoit une fosse pour aisemens de corps sur ledit heritage dudit Josep [son voisin] laquelle selon les ordonnances de la ville devoit estre recullee a cinq piés loing de sondit heritage »351.

  • 352 ADSM, 2E1/205, 25 avril 1480.

286Dans certains cas, les chambres ou fosses peuvent se trouver communes à plusieurs sièges, répartis dans des propriétés différentes. Le siège de retrait du tènement laissé à Jehan et Colin Vauquelin, en 1480, est dit « seans et condescendans en une cambre ou fosse seant de dens les heritages a honnourable homme et saige Guillaume Toustain, lieutenant general de mons. le viconte de Rouen et de Jehan de Tours, cousturier »352.

  • 353 ADSM, 2E1/209, 11 décembre 1483.
  • 354 ADSM, 2E1/192, 18 janvier 1463, n. s. 1464.

287La présence de la Renelle, dont le cours borde les maisons les plus à l’ouest de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, est bien entendu exploitée par les riverains qui y installent leurs sièges. Pour régler le désaccord intervenu entre un boulanger de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, Raoulin Lestimondoys, et son voisin de la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres – dont les héritages sont séparés par la Renelle –, l’arrangement prévoit que le voisin et sa femme, dont l’intention est de construire deux sièges de retraits, puissent « logier leur siege de retrais qui servira pour l’estage de hault de leurdit ediffice neuf, dont le dossier joindra contre l’eritage dudit Lestimondoys ». Pour cela, il est décidé de faire « asseoir trois corbeaulx de pierre saillans sur l’eaue de la Renelle, pour porter lesdits retrais sur l’eaue de ladite Renelle ». Un autre siège est prévu, pour l’étage bas, dont la couverture doit être peu élevée afin de permettre au boulanger de faire une fenêtre353. Les tenants de la Rose vermeille, hôtel situé de l’autre côté de la rue du Porc, à l’opposé de la Renelle, disposent, quant à eux, d’une allée qui mène de ladite rue à un aisement se trouvant sur la Renelle, « en passant par dessoubz les estaiges de l’ostel Jehan Dehors »354.

  • 355 ADSM, 2E1/169, 28 octobre 1421.

288Les aisements peuvent avoir fait l’objet de cessions de droits d’accès que maîtrisent mal les tenants successifs puisqu’ils se protègent des demandes éventuelles. Maître Baude de Maromme promet garantir, en 1421, le preneur de la « Petite Sirène » de tout empêchement mais fait ajouter « sauf que se il advenoit que se aucun voisin dudit heritage deist ou demandast avoir droit en ladite basse chambre ou lesdis aisemens sont »355.

289Un demi-siècle plus tard, Jehan Dehors, « gaignier », apporte une restriction à la garantie qu’il assure au preneur :

  • 356 ADSM, 2E1/200, 7 juin 1474.

« sauf toutevoies que ledit bailleur [et ses hoirs] ne seront tenus porter aucune garantie audit Morieult et aux siens envers ceulx qui dient ou vouldrent avoir aucun droit d’aller aux aisemens de corps dudit hostel et heritage »356.

  • 357 ADSM, 2E1/248, 25 avril 1513.
  • 358 ADSM, 2E1/184, 25 septembre 1444.

290Le droit d’aller et venir aux latrines, source de dérangement pour le propriétaire du lieu, est parfois l’objet de limitation par ce dernier qui y place des contraintes horaires. Le contrat suivant, un peu tardif, est d’une précision horaire rare. Nicolas Gibert et Katherine sa femme, dont la maison se trouve à l’angle des rues du Porc et Courvoiserie, accordent à Michel Petit « gibelletier, cousin frereur de ladite Katherine » le droit d’aller et venir en une latrine ou privée se trouvant en leur maison « depuis l’heure de cinq heures de matin jusques a l’heure d’entre huit et neuf heures de soir »357. Autre problème posé par la fréquentation commune, les utilisateurs ne sont pas fatalement les hoirs du tenant du droit d’accès : « et mesmes qu’il aloit ausdis aisemens par icelle alee grant nombre de personnes qui n’estoient point hoirs dudit Le Caron », se plaint en 1444 son voisin358.

  • 359 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.

291Les fosses sont régulièrement vidées sans que l’on puisse dire à quelle fréquence, puisque cette opération est réputée effectuée lorsque nécessaire : « lequel vidage se fera quant le cas le requerra »359. En cas de latrines communes, les frais d’entretien et de curage sont partagés :

  • 360 ADSM, 2E1/174, 11 novembre 1430.

Pour ce que les aesemens des heritages dudit Chuffart sont communs, ilz seront ainsi qu’il est acoustumé reparez et vuidez quant besoing sera, et s’en fera le chemin par le bout de la maison dudit Vinchent a issir en la ruelle qui y est360.

  • 361 BMR, tiroir 50, 16 octobre 1464. Pour un probable partage par moitié, les frais s’élevaient donc à (...)

292Ce type de mention abonde en raison de la fréquence des latrines communes à deux ou plusieurs maisons. Les frais engendrés par cette opération se révèlent d’ailleurs coûteux. Cardot Coulombel et Agnes sa femme, de la paroisse Saint-Nicolas-de-Rouen, vendent à la ville, en 1464, une petite maison leur appartenant ainsi que leur droit d’aller à un puits et à un aisement de corps se trouvant en l’hôtel des Bons-Enfants devenu propriété de la ville. La vente s’effectue pour 110 livres tournois, auxquels s’ajoutent 72 sous 6 deniers tournois, dette correspondant à leur « part et porcion du curage et vuidage desdits aisemens », curés peu de temps auparavant à l’initiative de la ville361.

293Un marché passé entre le chapitre de la cathédrale et Jehan Mullet, « maistre des euvres des basses euvres » demeurant paroisse Saint-Éloi de Rouen, afin de vider les « aiesemens » d’un manoir canonial, précise les conditions dans lesquelles s’effectuait cette opération :

  • 362 ADSM, G 2120, f° 8. La cédule est datée du 20 décembre 1401. Le marché comporte également d’importa (...)

Le dit Mullet doibt faire et vidier lez dis aiesemens de toute la matiere qui est en la fosse et aussy tout ce qui y est cheu ou pourroit cheir en faisant la besongne et la doibt faire porter assainne a eure deue et competante de nuit362.

294Le transport jusqu’à la Seine se faisait donc de nuit.

  • 363 Voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 98 et Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur (...)
  • 364 Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues…, p. 152, signale l’existence de re (...)

295En plus des latrines privées, des « chambres aisiees publiques » avaient été construites par les échevins. On en connaît notamment sur deux ruisseaux rouennais : en 1409 sur l’Aubette et en 1434 sur le Robec, près de Saint-Ouen363. Il n’en existait pas sur nos trois paroisses, les moins éloignées étant probablement situées plus au sud364. Ces équipements sont très certainement en nombre insuffisant : vers la fin du XVe siècle, les conseillers de la ville de Rouen, se tournent vers le lieutenant du bailli pour qu’il prenne plusieurs mesures touchant à l’hygiène publique. Parmi les abus qu’ils rapportent :

  • 365 BMR, tiroir 75, pièce de l’avant-dernière décennie du XVe siècle, non complètement datée, non signé (...)

Plusieurs, de jour et de nuyt et publiquement, sans honte ne vergongne, font leur privee et neccessité parmy les rues, les femmes y mectent chacun jour leurs enfans et y mect l’en et gecte tant de immondices que ilz engendrent grans maulx et inconveniens365.

296En 1519, le parlement de Rouen, en raison du non-respect de « l’ordonnance faicte par ladicte court en l’an mil cinq cens douze touchant le faict et pour eviter a l’inconvenient de la peste », ordonne l’application de la précédente ordonnance et prend des mesures pour son application. L’une d’entre elles vise les propriétaires de maisons et louages ne disposant pas de latrines. Qualité de l’air et odeurs sont très nettement en cause, les conseillers estimant :

  • 366 Ordonnance citée très brièvement par Raymond Quenedey et publiée intégralement par Gustave Panel, O (...)

L’air pestilene et infaict vient et procede en partie de puanteurs et mauvaises oudeurs et […] il est advenu advient et peuent advenir chacun iour plusieurs inconveniens tant de ladicte malladie de peste que autrement a raison que en plusieurs maisons et louages n’y a aucuns aisemens, latrines ne lieux secretz. [Pour cela] la court enioint et commande a tous proprietaires que, dedens troys moys du iour de la publication de ceste presente ordonnance, ilz aient a faire construire et ediffier, en leurs dictes maisons, retraitz en terre de profondeur et largeur suffisantes et espoisseur de l’ordonnance et usaige i acoustumee en ceste ville, les sieges mis et apposez en haut d’icelles maisons et la chausse d’iceulx iusques ausdictz sieges faictes de pierre de taille en chaulx et sable, et pareillement a chacun louage desdictes maisons en tant qu’elle le pourront porter et l’esvental conduit au dessus des tuilles d’icelles maisons le tout sur peine de dix livres tournoys366.

297Le dispositif décrit – et que veut voir imposé à l’avenir à tout propriétaire le parlement de Rouen – vise manifestement à évacuer les odeurs : fosse enterrée, conduit maçonné de pierres de taille bien jointoyées, bouche d’aération sur le toit. Ajoutons la distance maximum entre l’utilisateur et la fosse. Tel est ce qui paraît alors souhaitable, pour ne pas dire « idéal ».

Les écuries ou « étables à chevaux »

298Si toutes les demeures urbaines sont loin d’en être équipées, les écuries, toujours désignées comme « étables à chevaux », fréquentes dans les demeures nobles et ecclésiastiques, se rencontrent également dans celles des bourgeois rouennais.

  • 367 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1488, n. s. 1489.
  • 368 Voir p. 215, le développement consacré à la maison à l’enseigne du Grand-Éperon, paroisse Saint-Her (...)

299Signant socialement la demeure de ceux qui se déplacent à cheval dans les rues de la ville, elles sont mentionnées pour 18 tènements au total (tableau 11), mais ce chiffre est probablement bien supérieur, comme le montre un acte de 1490, à propos d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, pour laquelle nous disposons de plusieurs descriptions ne faisant jamais état de l’existence d’une étable alors qu’une clause prévoit, pour l’acheteur d’une portion du tènement, la possibilité de faire passer par l’allée, de jour comme de nuit, « ses gens, chevaulx et autres biens »367. Il est vrai que la cour comprend diverses bâtisses, dont l’une remplit peut-être cette fonction368.

  • 369 ADSM, 2E1/208, 16 mars 1482, n. s. 1483.
  • 370 ADSM, 2E1/159, 30 juin 1404.

300Leur importance varie sensiblement d’une construction à l’autre. Paroisse Notre-Dame-la-Ronde, la maison de « noble homme » Pierre Le Flichier, écuyer, seigneur du Bosc-le-Borgne, comporte une petite étable à deux chevaux, dont il se réserve l’usage ainsi que celui d’autres pièces, lors de ses séjours rouennais, après la vente de son hôtel en 1483369. La réservation effectuée en 1404, par l’un des frères Belain, dans une maison de la paroisse Saint-Herbland se limite à une chambre et à une place en l’étable pour y mettre son cheval370.

Tableau 11 – Les « étables à chevaux »

Paroisse

Saint-Lô

Notre-Dame-la-Ronde

Saint-Herbland

XIVe siècle – 2de moitié

1

1

0

XVe siècle – 1re moitié

2

0

2

XVe siècle – 2de moitié

5

5

3

Cumul

7

6

5

  • 371 Voir Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 92. En l’absence de cet inventaire, l’écurie n (...)

301Bien plus vaste est celle d’un hôtel de la paroisse Saint-Herbland, celui de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, en laquelle on ne dénombre pas moins de trois chevaux, trois « haguenees » et une mule, en 1435371.

  • 372 ADSM, G 4357, 1362.
  • 373 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 376.
  • 374 ADSM, 2E1/173, f° 184. 18 janvier 1427, n. s. 1428.

302Le manoir de messire Vincent Buffet, chanoine de la cathédrale, dut aussi en comporter puisqu’en 1362 est citée « la maison ou souloient estre les estables »372, tout comme l’hôtel du Signot appartenant en 1458 aux héritiers de Pierre Thierry, lequel le tenait des héritiers de Guillaume Campion, vicomte de Conches et de Breteuil373. Ce dernier, alors qu’il y résidait, avait acquis, de l’autre côté de la petite rue Dourdonne, en face du premier, un second tènement comportant lui aussi un « édiffices de cellier et d’estables », alors aux mains des héritiers de Pierre Vaspail374.

  • 375 ADSM, G 2090, f° 228. Il s’agit de la parcelle 616, paroisse Saint-Lô alors que l’hôtel canonial ci (...)

303L’écurie est généralement installée dans un bâtiment annexe destiné aussi à d’autres fonctions. Lorsqu’en 1360, Regnault d’Avrenches et Jehanne sa femme cèdent la partie de leur tènement en bordure de la rue de Grand-Pont et en conservent l’arrière, ils cèdent notamment « la moytié d’une estable et le fons de la terre qui siet au bout dudit tenement devers lesdis bailleurs et de la moytié d’une chambre fosse qui siet partie en ladite estable », se réservant l’autre moitié375.

  • 376 Raymond Quenedey, Un devis de charpenterie de 1393, à Rouen : les étables de Fécamp, Paris, Imprime (...)
  • 377 Le compte de Notre-Dame-la-Ronde pour l’année 1505 indique que messire Gieffroy Le Verger, vicaire, (...)
  • 378 ADSM, G 7460, 8 juin 1499.
  • 379 2E1/221, 16 mai 1495. La surface est donc inférieure de moitié à celle des étables de Fécamp sous r (...)

304Une telle association écurie-latrines était également prévue pour les étables de l’hôtel canonial de la rue de la Chaîne alors occupé par Henri de Fécamp, chanoine, et connue par un devis étudié par Raymond Quenedey. D’une longueur de 30 pieds – soit un peu moins de 10 mètres – pour une largeur intérieure de 18 pieds – soit un peu moins de 6 mètres –, le bâtiment à construire contient, au rez-de-chaussée, l’étable et les aisements disposant chacun d’un accès ou huisserie donnant sur l’extérieur, avec un degré en forme de vis desservant un étage comprenant une chambre et un fenil. Le corps du bâtiment était relié à une maison par l’un de ses petits côtés. L’association de l’écurie et de l’entrepôt à foin est logique, mais le terme n’apparaît qu’à cette occasion376. On retrouve peut-être la réunion chambre-écurie dans cette indication d’un des louages relevant des chanoines de Notre-Dame-la-Ronde377. Ces derniers disposaient également d’une « petite establecte […] en forme d’appentis » à l’entrée du jardin du presbytère de leur église378. Également bâtiment annexe, également en forme d’appentis, cette « court et porcion d’éritage ainsi ediffiee d’une estable », située sur la paroisse voisine de Saint-Jehan-sur-Renelle, contient 15 pieds de large par 18 pieds de long379, lorsqu’elle est achetée par Colin Griffon, boulanger.

  • 380 Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination ang (...)

305Placée au long de la maison voisine, cette « étable » d’une maison de la paroisse Saint-Patrice habitée par un écuyer anglais et sa femme, n’en est séparée que par une paroi. C’est par un « partuis » de cette cloison que le page, intrigué par les bruits, observe les activités des voisins en train de fabriquer de la fausse monnaie dans une chambre de leur hôtel, paroisse Saint-Patrice380.

  • 381 BMR, registre A4, f° 49, 3 décembre 1397.

306Leur sol pouvait être en pierre, comme le révèle ce marché de maçonnerie par lequel Ricart Le Conte doit « parsoler de pierre une petie estable du manoir de la Ville »381.

  • 382 ADSM, 2E1/225, 17 août 1497.

307En 1497, les étables de l’hôtel de Robert Courault sont dans un triste état et le chapelain qui prenait une rente « sur certain heritage de present le bas ediffié et appliqué a usage d’estable a chevaulx ou basse salle », inquiet de ce que lesdites « estables et ediffices dessus a cause de ladite ruyne » ne puissent supporter la rente, obtient de l’échanger. Dans le cas présent, il y avait aussi étage mais sa fonction n’est pas précisée. Ces écuries, situées sur la rue de Grand-Pont, dépendaient auparavant de l’hôtel de sire Jehan de Montespedon, conseiller de Louis XI et son bailli de Rouen382.

308Pour mettre à couvert les chevaux, de façon plus temporaire, on utilise plus simplement un auvent. Un compte de 1494, concernant les généraux conseillers du roi sur le fait de la justice des aides en Normandie, rapporte un versement de 45 sous tournois à un charpentier.

  • 383 BMR, ms. g165, no 170.

[…] pour un grant hautevent d’aes par lui fait, mis et assis en l’un des boutz de l’ostel qui fut Guerard Postel, ouquel est et siet la court, chambre et juridicion de mesdits seigneurs, afin de mectre soubz ledit hautevent a couvert les mulles desdits seigneurs pendent qu’ilz sont et assistent en ladite court […]383.

309Pour terminer cette analyse de la parcelle par éléments successifs il faut évoquer maintenant, brièvement, les quelques équipements très rarement spécifiés par la documentation rouennaise de la fin du Moyen Âge.

  • 384 ADSM, 2E1/233, 14 février 1502, n. s. 1503. Sur l’oriol, voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouenn (...)

310Il en est ainsi, par exemple, de l’oriol, pièce liée à l’escalier, rencontré en 1503, lors d’un partage d’une maison de la paroisse Saint-Lô, dans lequel est mentionné « ung degré a pans fait en facon d’oriol »384.

  • 385 Voir Charles de Beaurepaire, « Sur les jeux de paume de Rouen », BCDA, 1884, p. 357-370. Parmi ceux (...)
  • 386 ADSM, 2E1/200, 7 mars 1474.

311C’est également le cas des jeux de paume. On connaît au moins une dizaine de ces jeux, à Rouen, dans la seconde moitié du XVe siècle385. Un tel jeu n’est attesté, pour les trois paroisses, qu’à l’hôtel de Jehan Le Levreur l’aîné, paroisse Saint-Lô. En 1474, son voisin l’autorise à « mectre ou fere clouer ou asseoir sur et a l’encontre de sondit pallis et maison des aestz pour fere cloueson et aussi aulvens a jouer a la paulme »386.

  • 387 ADSM, G 7440. « Petit à petit, l’appellation devait s’étendre à n’importe quelle taverne recevant d (...)

312Galerie et auvent sont des équipements courants pour les jeux de paume. Celui-ci semble extérieur. Le tènement du nommé Le Levreur, chaussetier, appelé « les Marivaux », est dit, dans la première moitié du XVIe siècle, « anciennement nommé le tripot des Marivaux », suggérant qu’on y tenait probablement taverne mais depuis quand387 ?

  • 388 Voir p. 287-288.

313Certains équipements ne sont même pas mentionnés. Il en va ainsi de ceux des tavernes et hôtelleries. Les rares cas recensés pour les trois paroisses388 ne mentionnent aucun équipement spécifique. Simone Roux a dressé un constat identique, pour le quartier de l’Université à Paris :

  • 389 Simone Roux, Le Quartier de l’Université à Paris du XIIIe au XVe siècle : étude urbaine, thèse de d (...)

On peut être étonné que les hôtelleries et les tavernes soient si rarement signalées quand un immeuble est vendu ou estimé. Ces lieux, parfois mentionnés, ne sont quasiment jamais décrits. Tout se passe comme si n’importe quelle maison pouvait servir à ces métiers, au prix d’aménagements internes qui n’intéressent pas les rédacteurs d’actes389.

  • 390 ADSM, 2E1/152, 16 novembre 1372.

314La lecture d’un contrat de 1372 laisse la même impression. Le preneur d’un manoir de la paroisse Saint-Godard y est autorisé, tout comme ses héritiers, à « mectre une ensaingne a tavernier sur ladite porte, se il leur plest et ils veullent tenir taverne… »390.

Quelques aspects de la maison et de sa construction à la fin du Moyen Âge

315Nous avons regroupé, sous cet intitulé, quelques aspects qui paraissaient mériter – au regard des sources dépouillées – un développement spécifique. Certains ont trait à la construction. Les actes passés devant les tabellions rouennais, les comptabilités conservées livrent parfois quelques indications quant aux types de matériaux employés. Les conflits de voisinage nous informent également sur les aspects techniques qui les alimentent : évacuation de l’eau et problèmes de vues. Enfin, les mentions de plus en plus nombreuses d’enseignes accrochées aux demeures demandaient une étude de l’utilisation de cet outil de repérage de la maison, à rapprocher de celle des autres repères topographiques.

Quelques remarques à propos des matériaux de construction

  • 391 Se reporter notamment à Philippe Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale, XIVe - X (...)

316Il n’est pas question ici de dresser un inventaire complet des matériaux de construction employés391 – ni la masse documentaire dépouillée ni l’angle d’approche ne s’y prêtant réellement – mais plus simplement, de privilégier quelques thèmes en fonction des données rassemblées.

  • 392 Nous rejoignons tout à fait Jean-Marie Pesez qui, au terme d’un article « Le bois dans les construc (...)
  • 393 La découverte récente d’une précision concernant une maison en pierre est venue contredire l’idée s (...)

317Cela posé, les questions ne trouvent pas toujours réponse. Tenter, par exemple, d’apprécier la part respective des maisons à pan de bois et des maisons de pierre est une entreprise que n’autorise pas la documentation rouennaise en raison de son caractère fragmentaire392 et faute de pouvoir déterminer ce qui fait ou ne fait pas apparaître la mention d’un matériau393. C’est donc à un simple récapitulatif des mentions d’usage de la pierre qu’il faut procéder, duquel ne peut naître qu’une idée a minima de son utilisation.

Les maisons en pierre

318Un point est certain : la maison de pierre n’a pas disparu durant les deux derniers siècles du Moyen Âge. Il est, en revanche, plus délicat voire impossible de déterminer quand il s’agit de la survivance de constructions plus anciennes ou, au contraire, de nouvelles bâtisses édifiées au cours des XIVe et XVe siècles.

  • 394 Voir ADSM, 26 H, carton 4, inventaire des lettres de la cuisine. Jehan Bouguerel, frère dudit Pierr (...)

319Une indication donnée par les abornements d’un jardin, datable de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle, mentionne la maison de pierre de Pierre Bouguerel, localisable, paroisse Saint-Lô de Rouen, en la rue de Grand-Pont, à proximité de la porte du même nom394.

  • 395 Voir BMR, registre T1, f° 6, et G 2490 ainsi que la notice sur la salle.

320Dans les confronts du manoir de la Ville se trouve, en 1366, une maison « qui est de pierre par devers le gardin ». Il s’agit très probablement du manoir de la fabrique de la cathédrale qu’occupe en 1432 Jehan Basset et dans lequel se superposent un cellier et une salle basse, tous deux voûtés395.

  • 396 Le terme de « perrin » pour désigner des habitations en pierre se rencontre ailleurs. Voir notammen (...)
  • 397 C’est peut-être à cette mention que renvoie Charles de Beaurepaire lorsqu’il écrit : « On voit enco (...)

321Parmi les nombreux édifices du manoir de la Fontaine, il en est au moins un en pierre, désigné comme « perrin »396. Le procès entre les curés de Saint-Lô et de Saint-Herbland montre par ailleurs que cet îlot est riche en bâtisses de pierre. Les « maisons de pierre qui ont leur yssue par devant en ladicte rue de Courvoiserie […] qui furent anciennement a sire Jehan Dorbec » sont suffisamment vastes pour que s’y trouvent « VIII ou X parroissiens et mesnages qui les tiennent ». Le même procès nous apprend que la maison appartenant à Jehan Surreau, et qu’avait tenue auparavant Pierre Surreau, est également en pierre. Revenons au manoir de la Fontaine : toujours selon les témoignages contenus au même dossier, une portion est communément appelée (vulgariter dicta) « la Tour de pierre »397.

  • 398 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398.
  • 399 ADSM, 2E1/183, 13 mars 1442, n. s. 1443.
  • 400 ADSM, 2E1/186, 15 mars 1454, n. s. 1455.

322Certaines maisons présentent seulement – ou alors ils sont seuls mentionnés – des pignons de pierre. Pour le tènement des Mustel, paroisse Saint-Lô, son existence est avérée, en 1398, du côté du jardin. Probablement en raison de son état, le preneur est autorisé à refaire un nouveau pignon en bois ou en pierre selon son choix398. Le pignon de pierre de l’hôtel de Jehan Thorel, paroisse Saint-Herbland, est apparemment endommagé par le chantier d’une nouvelle maison399. Rue Saint-Lô, un tènement est dit en 1455 « tenement de pierre sur rue » et dix ans plus tard « maison a pignon de pierre devant, vieille et ruyneuse »400.

  • 401 ADSM, G 3019, (1448-1449).

323En revanche, les maisons comportant des murs latéraux en pierre semblent relativement rares. Le clerc de ville relève cette particularité, paroisse Saint-Lô, où il perçoit une rente « pro quadam domo cuius latera sunt de lapidibuz »401. Cet agencement, qui limite les risques de propagation des incendies, est peut-être faiblement diffusé à Rouen.

Les maisons à pan de bois

324La remarque qui vient d’être faite quant à la fréquence des maisons en pierre s’applique également aux maisons à pan de bois, et à moins qu’elles n’aient subsisté assez longtemps pour laisser au minimum une trace iconographique correctement lisible et datable, il n’est pas si fréquent d’établir leur existence aux derniers siècles du Moyen Âge, le silence sur les matériaux employés étant la règle la plus fréquente.

  • 402 On pourra également se reporter aux observations faites par Yves Lescroart dans son article « Bois (...)

325Concernant les techniques de construction, la documentation utilisée est malheureusement fort silencieuse et il faut renvoyer le lecteur aux études menées par Raymond Quenedey à la fois sur les rares textes décrivant les ossatures en bois et sur du bâti subsistant402.

  • 403 ADSM, 2E1/184, 30 décembre 1443.

326Les problèmes de datation des maisons par leurs bois sont compliqués par les réemplois, dont témoignent les mentions de récupération de matériaux tout comme cette indication de nouvelle maison, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, « edifiee de tres viel bois », qui se trouve, en 1443, « non plastree, couverte ne sollee »403.

327Deux aspects de ce mode de construction ont toutefois retenu notre attention. Le premier – parce qu’évoqué à plusieurs reprises par les actes du XVe siècle – est celui de la stabilité de ces structures à pans de bois. Une observation peut d’ailleurs venir à l’esprit de tout promeneur, parcourant aujourd’hui les rues du centre de Rouen, devant l’inclinaison prise par certaines maisons. Elles semblent avoir trouvé un équilibre que l’on imagine mal voulu par leurs concepteurs. Que faut-il penser d’une telle évolution ? Relevons quelques indices.

  • 404 ADSM, 2E1/173, 15 septembre 1428.

328Lors de l’établissement du bail d’une « vuide place » de la paroisse Saint-Lô, il est stipulé que « lesdits preneurs ne pourront contraindre icellui bailleur a redrechier sa paroy qui joint du costé d’icellui heritage », choix leur étant offert de laisser la paroi en l’état ou de la reprendre à leurs frais404.

329Guillaume Olivier, en 1422, est obligé de céder plusieurs de ses rentes sur des maisons des paroisses Saint-Jehan et Notre-Dame-la-Ronde en échange d’une maison voisine de la sienne appartenant à la veuve de Tassin Morin, rue Saint-Ouen :

[…] pour ce que ledit Olivier ne povoit lever alingné sa dite maison et ediffice du costé l’eritage et maison de ladite deguerpie jusques a ce que icelle deguerpie eust fait redrecquier le costé de sadite maison lequel est pendant sur l’eritage dudit Olivier que il voulloit ediffier pour ce que il estoit tourné en ruine et non valloir et n’y avoit en icellui costé seulle, parne, coulombez, postz ne entretoisez qu’ilz ne fussent pourris et tellement que ledit costé estoit demoly.

  • 405 ADSM, 2E1/169, 10 août 1422.
  • 406 ADSM, 2E1/218, 19 novembre 1493.

330Ladite veuve ne pouvait faire face aux frais de réparation405. Un arrangement est trouvé entre deux paroissiens de Saint-Herbland, le premier – Guillaume Le Cordier, écuyer et verdier de la forêt de Roumare – souhaitant que soit redressée la solle de la maison du second qui se trouvait « versee dehors sur une ruelle qui est entre lesdites deux maisons ; en laquelle ruelle ledit Le Cordier voulloit faire redrechier une vieille paroy »406.

  • 407 ADSM, 2E1/218, 31 décembre 1493.

331Une vieille maison de la rue Saint-Nicolas, appartenant à Gaultier Neron « libratier », pose bien des problèmes à ses voisins. De l’avis de l’un d’entre eux, l’inclinaison est sérieuse : « disoit ledit Robert Courault que ladite vieille maison pendoit de plus d’un pié et demy sur son heritage », soit près de 50 centimètres. Mais la situation n’est pas meilleure pour l’un des autres côtés : « par semblable ladite vieille maison pendoit et cheoit en plusieurs lieux et endroiz sur l’eritage dudit Jehan Garin ». À tel point que le nommé Garin reconnaît la nécessité de la faire redresser « pour ce qu’elle estoit si vieille et caduque qu’elle estoit en danger de tumber chacun jour se l’ediffice que ledit Jehan Garin avoit de nouvel fait faire a l’encontre ne la soustenoit »407.

  • 408 Sur la mauvaise prévention du roulement, déformation du pan de bois, et ses raisons techniques, voi (...)

332Toutes ces situations présentent un point commun ; dans chacune d’elle, un vide dans la structure du bâti semble à l’origine du mouvement de ce dernier : ruelle dans un cas, vides places dans les autres408.

  • 409 ADSM, 2E1/203, 12 novembre 1478.

333Un deuxième aspect – lui aussi étroitement lié à la technique – est le caractère plastique – extrêmement modulable ou emboîtable – des volumes déjà construits, qui explique les enchevêtrements de propriété, source de tant d’ennuis pour l’historien tentant d’achever une restitution. Il explique les transferts de propriété d’une seule pièce, simplifiés – on le suppose – par le fait que les maisons se jouxtaient à des hauteurs sous plafond voisines. Suivons un exemple, paroisse Saint-Herbland. En 1478, maître Pierre Vitou, prêtre, vend à son voisin, Jehan Dany, une petite chambre. Le dessus, le dessous, l’avant, l’arrière appartiennent audit Dany ; sur l’un des deux côtés restants : le vendeur. Il est en fait probable que Jehan Dany procède au rachat d’une pièce à l’origine détachée de son domicile. Les travaux se limitent à clore « les huisseries qui sont en ladite chambre, en costé de devers la maison dudit Vitou »409. On rebouche donc l’ouverture devenue inutile.

La couverture

334Les fouilles archéologiques aussi bien que les témoignages textuels attestent la place importante accordée à la tuile dans les couvertures des maisons rouennaises, à partir du XIIIe siècle. Relevons quelques mentions :

    • 410 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398.

    en 1398, Jacquemin Ambroyse, preneur de deux maisons de la paroisse Saint-Lô, est autorisé à utiliser du bois, de la pierre et des tuiles ainsi que d’autres matériaux provenant de ces maisons pour réaliser de nouveaux édifices410 ;

    • 411 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440.

    les nouvelles constructions prévues par l’arrangement entre Guillaume Desbruieres et Sanson Duval doivent avoir, elles aussi, une couverture de tuiles411 ;

    • 412 Îlot 9 de la paroisse Saint-Lô, voir ADSM, G 2130, f° 234.

    l’estimatif des travaux à faire au manoir de Jehan Basset, chantre de la cathédrale, occupant un bien de la fabrique situé rue aux Juifs, accepté par les chanoines le 22 septembre 1445, prévoit une couverture en tuiles comme elle l’est déjà probablement puisque le prix donné pour les divers matériaux cités est valable « sauf a prendre et soy aydier des matieres estans de present sur ledit heritage »412 ;

    • 413 ADSM, G 2505, compte de 1468-1469. La maison de Noel Caval faisait face à la « porte d’erbenne », c (...)

    un nommé Fautrel, couvreur de tuile, aidé de Toussaint Dubosc, homme de bras, est payé par la fabrique de la cathédrale pour avoir « ouvré de son mestier a recouvrir sur la maison Noel Caval, laquelle avoit esté descouverte a cause des claies des establies de la tour Saint Romain, lesquelles estoient trebuches a cause du vent tres impetueulx »413 ;

    • 414 ADSM, 14H 20, 3 juin 1417, et 2E1/170, f° 127 r°, toutes deux de l’îlot 13.

    c’est encore la tuile qui est citée dans l’estimatif des réparations à effectuer à la maison de défunt Adam Noel située paroisse Notre-Dame-la-Ronde, à l’angle des rues du Porc et aux Ours, estimatif dressé en 1417 à la demande des religieux de l’abbaye de Saint-Ouen ainsi que dans la liste des matériaux provenant d’une maison abattue quelques années plus tard, paroisse Saint-Herbland414.

  • 415 Voir Gustave Panel, Ordonnances de 1519…

335Plus révélateur encore, lorsqu’en 1519 le parlement de Rouen, dans une ordonnance, décrit les dispositifs obligatoires pour l’installation des latrines dans les maisons, il est fait mention d’une sortie de ventilation « au dessus des tuilles d’icelles maisons »415.

  • 416 À la fin du XVe siècle, un louage de maisons, paroisse Saint-Gervais, est dit couvert de chaume tou (...)
  • 417 ADSM, 2E1/233, 8 décembre 1502.

336Ces quelques citations, prises parmi d’autres, témoignent de la part essentielle qui revient à la tuile. Pas de trace en revanche de toits de chaume qui, s’ils existent encore à Rouen au XVe siècle, paraissent relever de secteurs moins centraux, ni même de couvertures en ardoise, dont l’emploi reste rare au XVe siècle et semble réservé à de prestigieuses constructions Les indications ne font pas davantage place à l’essente pour la couverture des maisons. Quant aux mentions d’ardoises, elles ne se rencontrent pas avant le début du XVIe siècle pour les maisons des trois paroisses416. En 1502, l’une des parties d’un contrat est tenue de faire ardoiser tout le bois de sa maison vers le jardin ou cour des religieux du Bec417.

L’utilisation du verre

337Cette utilisation du verre, délicate à estimer, est tout de même révisée à la hausse dans plusieurs travaux récents. Nous en avons trouvé de très nombreuses mentions dans un contexte certes particulier, mais qui n’en est pas moins révélateur : les problèmes de voisinage nés de l’existence d’ouvertures donnant sur les propriétés voisines. Parmi les solutions retenues pour se prémunir des deux risques encourus – regards indésirables et jets d’ordures – les « verres a voirre dormant » :

    • 418 ADSM, 2E1/150, 2 juin 1362.

    dans un contrat de 1362, il est stipulé que les vues du bailleur ne peuvent être empêchées mais elles doivent être « treilliees ou verrees leqel qui miex plaira »418 ;

    • 419 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419. Raymond Quenedey faisait le constat suivant : « Dans le (...)

    lorsque Robin Alorge, orfèvre, loue son hôtel en 1419, le preneur s’engage à « maintenir et garder a ses coustz les verrierrez »419 ;

    • 420 ADSM, 2E1/198, 17 avril 1471, et ADSM, G 7460, 1475.

    En 1471, Cardin Drouet, de Saint-Lô, est autorisé à faire faire cinq « verres a voirre dormant » sur un mur de 16 pieds de long et, en 1475, les chanoines de Notre-Dame-la-Ronde « pourront avoir leurs veues a l’usaige de leur hostel par esclaires de verre dormant »420 ;

    • 421 ADSM, 2E1/217, 17 août 1493.

    s’il n’est pas seul employé, le verre apparaît encore dans cet arrangement trouvé en 1493 entre deux habitants de Saint-Herbland – l’un pelletier et l’autre « taillandier » – à propos de « certaines veues a verre dormant et toillys de caulactes qui de present sont en une paroy de haulteur de quatre estages » de l’hôtel du pelletier421 ;

    • 422 ADSM, 2E1/156, 1er décembre 1396.

    certains hôtels comptent plusieurs verrières comme celui de Guillaume de Mesnieres, de Saint-Lô, où l’on travaille, en 1396, « depuis le pignon de hault jusques a la seconde verriere de la sale de lostel »422.

L’évacuation de l’eau

338Évacuer l’eau vers la rue est un souci constant, qui transparaît dans tous les exemples qui vont suivre, et pour lequel on sait trouver des solutions. La question posée est alors de savoir s’il n’y a pas déplacement du problème vers la voirie et comment sont évacuées ces eaux que reçoit le pavement de la rue. De ce dernier point, nous ne pourrons, hélas, rien dire, faute d’indications éclairantes.

  • 423 ADSM, 2E1/183, 14 avril 1442.
  • 424 ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.
  • 425 ADSM, G 7366, 10 mars 1426, n. s. 1427.
  • 426 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478.

339Pour la partie située à proximité de la voie, l’évacuation des eaux pluviales se fait simplement par l’intermédiaire de gouttières en bois, ou en plomb, récupérant l’eau des chéneaux. Ce dernier terme, non rencontré, laisse supposer que le tout était désigné comme gouttière. L’emploi du bois peut d’ailleurs s’ajouter à celui du plomb dans le but de protéger ce dernier, tel ce « tuel […] revestu de bois », pour sa sûreté423. Il est aussi fait état, dans un cas, de récupération des eaux du « lermier » ou larmier424. Le fait de passer d’une maison « appentiche » à une maison présentant son pignon sur la rue crée, à cet égard, des problèmes, qu’un paroissien de Saint-Nicolas-le-Painteur résout tout simplement en évacuant l’eau sur le cimetière paroissial ; ce qui provoque la réaction des trésoriers de la paroisse qui entament un procès avec ce paroissien, Étienne Guyot, peintre, faisant observer « que la maison ancienne estoit appentiche, dont toute l’eaue estoit cheant sur la rue, et que celle qui de present y estoit estoit d’autre forme et fecte a pignon sur rue, pour faire veues et degoutz vers ladicte eglise »425. Ce qui laisse supposer que chéneaux et gouttières n’étaient pas d’un emploi systématique. Pour la ou les parties situées à l’arrière de la parcelle, il faut généralement récupérer les eaux dans la cour et les conduire vers la rue par des cahots ou conduites. Témoigne de cette organisation une description empruntée à un contrat de partage d’une maison de la paroisse Saint-Lô, lorsque les parties envisagent la possibilité de réédifier, plus haut qu’il ne l’est, un des deux lots : « chacun seroit tenu porter ses eaues en droit soy, c’est assavoir le devant par goutiere en rue et le derriere par sa court et cahos sans preiudice l’un de l’autre »426.

  • 427 Voir p. 250, la rubrique « Les cours ».
  • 428 ADSM, 2E1/201, 17 janvier 1476, n. s. 1477.
  • 429 ADSM, G 4337.

340La cour joue en effet un rôle important dans le dispositif d’évacuation. Très souvent on ne parle pas simplement de la cour mais de la « cour ou dalle »427. Les méthodes de puisage de l’eau au puits reposant essentiellement sur la corde et le seau – en raison de la manipulation des seaux – constituent une autre cause de stagnation d’eau qui incite probablement aussi au pavage de cette cour. Cédant une portion de sa maison à un voisin, Robin Le Doys, bonnetier de Notre-Damela-Ronde, concède que les eaux tombant sur la dalle « tant dudit puys que autres, seront portees ou temps advenir par dessus l’eritage dudit vendeur par les cahotz qui sont en iceluy, du costé dudit Jehan Dubost »428. En 1449, sur le chantier de la maison du Cornet d’argent, paroisse Saint-Nicolas-le-Painteur, un maçon taille des pierres pour « paver la dalle d’entours le puis dudit hostel »429.

  • 430 Ce rôle de la bétoire est clairement défini par cette indication : « ha une beteure en I gardin, la (...)
  • 431 ADSM, 2E1/157, 17 mars 1397, n. s. 1398.
  • 432 ADSM, 2E1/203, 19 avril 1478 après Pâques.

341À défaut de dalle, c’est également dans la cour que l’on trouve la « beteure » ou bétoire, quand ce type de puisard ne se trouve pas au jardin430. On trouve également dalles et cahots dans des pièces de l’habitation comme en témoigne la vente d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, en 1398 ; transaction qui ne comprend pas « une petite chambre qui est empres l’ouvrouer d’icelle en laquelle on fait faire une dalle dont les cahos passent par empres ledit ouvrouer et se rendent es cahos ensiens »431. Dans une maison de la paroisse Saint-Étienne-de-la-Rue-aux-Tonneliers, c’est par la salle basse qu’ils passent : « Et pourra ce present lot vuider et mectre ses eaues de sadite petit court en la rue par devant par les cahotz qui sont assis en ladite grant salle basse. »432

342Que rejette-t-on à la rue ? La réponse à cette question est importante pour se faire une idée de l’état des rues rouennaises à la fin du Moyen Âge. Que nous apprend à cet égard la documentation utilisée ?

343L’une des causes d’un désaccord entre Michel Le Barrier, riverain de la rue Courvoiserie et voisin du manoir de la Ville, et les conseillers de cette même ville est le fait qu’il ait « empeschié le cours des eaues d’une dalle seant oudit manoir de ladite ville » et passant par son héritage. La ville s’engage à l’avenir à :

  • 433 BMR, tiroir 50, 4 février 1401, n. s. 1402.

[Entretenir] ladicte dalle en la maniere que autreffoiz a esté, sans y acueillir plus d’eaues que celles qui y sont a present, et les dictes eaues passeront par l’eritage dudit Barrier, en la maniere que autreffoiz ont passé, et y fera la ville une trillie ou pallette de fer perchié de demi pié (a main) ou environ pour cause qu’il n’y puisse passer nulles ordures et n’y sera l’en tenu a gecter fors eaues cleres et natureles et se autrement l’en faisoit ledit Barrier le pourra contredire sans debat […]433.

  • 434 ADSM, 2E1/213, 27 mars 1489, n. s. 1490.

344Le risque encouru est en effet de rendre impossible la circulation de l’eau : « parce que aucuns immondices ou ordures ne seront mises ne jectez qui empescheront le cours d’icelles eaues »434.

  • 435 ADSM, 2E1/178, 14 avril 1434, n. s. 1435.

345Pour éviter la présence des immondices ou tout au moins des plus gros, la solution évoquée dans l’exemple précédent se retrouve ailleurs : au tènement de la taverne de la Croix de fer on prévoit, après son partage, qu’il y « aura une platine de fer assez dru pertuisse par ou les eaues qui cherront en icelle court s’en pourront aler en la rue Saint-Nicolas sans grosse ordure par les cahoz qui y sont »435.

  • 436 ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.
  • 437 ADSM, 2E1/193, 17 octobre 1464, paroisse Saint-Pierre-du-Châtel.
  • 438 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479.

346Ce sont « gredil et cahot » que l’on trouve également à proximité d’un puits commun à deux maisons de Notre-Dame-la-Ronde436. L’espacement des barreaux est un point suffisamment important pour donner lieu à précision : « a l’entree desquelz cahots sera un gredil […] d’un pousse entre deux broches »437. Ces dernières précautions ne protègent toutefois pas d’une eau sale : « et avec ce, y mectre un gredil sans y gecter nulles immondices ne eaues qui soient infectes »438.

  • 439 ADSM, G 2088, fos 242-243.
  • 440 Dans un compte de dépenses réalisées pour l’édification de la fontaine Massacre, un « maçon », Guil (...)

347Lorsque le matériau de construction d’une dalle est mentionné, il s’agit de pierre. Tout comme les exemples déjà cités, les dalles de trois louages construits pour la fabrique en 1452 sont dites « dalles de pierre »439. Ce matériau est également attesté pour les cahots : on taille des pierres et l’on se fournit en « parpoins pour faire cahotz »440. On peut supposer qu’ils étaient recouverts en pierre.

Les problèmes de « vues »

  • 441 ADSM, 2E1/168, 9 janvier 1419, n. s. 1420.

348Les interdictions concernant les vues sont fréquentes pour les tènements installés à proximité des établissements religieux. Dans ce bail à rente de 1420, accordé par les religieux de Saint-Lô, il est spécifié que le preneur ne pourra pas édifier le « bout de devers le gardin desdits religieux, par quoy il puisse venir veue », ce qui leur porterait préjudice441.

349Mais l’imbrication des parcelles, la construction d’annexes et les partages d’héritages font aussi – avec l’évacuation des eaux – des problèmes de vues et ouvertures sur les parcelles voisines, les deux grands sujets de désaccord entre voisins.

  • 442 ADSM, 2E1/191, 18 octobre 1462.

350Dans les clauses d’un accord intervenu entre Guillaume Mallet, d’une part, et Jehan de Montespedon, écuyer et bailli de Rouen, de l’autre, pour mettre un terme à un procès à propos d’un ensemble d’édifices situés à l’arrière de la maison de Guillaume Mallet, paroisse Saint-Lô, on précise la hauteur minimum des fenêtres. Au bailli revient une cour avec puits, dalle et cuisine tandis que Guillaume Mallet conserve deux étages et un grenier situés au-dessus de son cellier. Le problème posé est celui des vues des étages surmontant la cour. Un accord est donc passé, à condition que ledit Mallet fasse « clore les veues et huisseries et fenestres qui sont esdits deux estages, devers ladite dalle, cuisine et ediffices tant verroier a voirre dormant qu’elles soient a sept pieds de haulteur au dessus du plancher et ayre d’iceulx estages »442. Ces fenêtres se réduisaient ainsi à de simples entrées de jour. De telles conditions peuvent expliquer les hauteurs parfois inhabituelles qu’atteignent certains bâtis de fenêtres. La hauteur atteint ici presque 2,30 m. Il n’est pas explicitement dit qu’il s’agit du bas de la fenêtre mais cette précision se retrouve ailleurs.

  • 443 ADSM, 2E1/162, 17 mars 1408, n. s. 1409.
  • 444 ADSM, 14H 20, fos 154-155

351Mais l’on craint également que, par ces ouvertures, ne soient jetés ordures et détritus : « et n’aura, en icelle maison, veue ou fenestre par quoy l’en puisse riens geter en l’eritaige d’iceulx mariez »443. Pour la même raison, le preneur de plusieurs tènements de la paroisse Saint-Ouen doit, en 1343, clore – avec du verre ou autrement – les fenêtres de la basse salle et est tenu de faire – ou faire faire – celles de la haute salle à une hauteur telle qu’un homme ne puisse y voir ni même « y actaindre y de sa main, et si les feront clorre de trilliees en telle maniere que l’en ne puisse riens gester parmi lesdites fenestres sur son voisin ou fere les clorre de verre comme celles de la basse salle »444.

  • 445 ADSM, 2E1/172, 4 avril 1426.

352Une autre solution réside dans l’emploi de barreaux de fer, tels ceux qui doivent orner deux fenêtres que ne peuvent « estouper » ou boucher les acheteurs mais qui doivent rester « de la laise et hauteur que ilz sont de present, par ainsi que ilz seront caliez de fer de barreaulx montans et traversans a demi pié a main de base »445.

  • 446 ADSM, 2E1/233, 9 décembre 1502.

353Les fers doivent être espacés de 6 pouces l’un de l’autre, dans ce partage de 1502, toujours pour la même raison : afin que « ledit second lot ne puisse gecter nulles ordres eaues ne nulles immondices dedens la court dudit premier lot »446.

  • 447 Voir Charles de Beaurepaire, « Devis pour la charpente de l’église Saint-Gervais de Rouen (1434) », (...)
  • 448 BMR, tiroir 50, 30 juillet 1453.

354La « lucane » ou lucarne fait son apparition – dans les textes du moins – au cours du XVe siècle. Elle permet aux maisons présentant leurs murs gouttereaux sur la rue d’éclairer les combles de l’habitation. Un devis pour l’église Saint-Gervais en mentionne une en 1434447. Dans un arrangement avec les conseillers de la ville, en 1453, Jehan Vauquelin, dont la maison borde le beffroi, est autorisé à édifier aussi haut que la maison de son voisin « qui va jusques et au dessoubz du lermier des fenestres premieres dudit belfroy […], en ce comprins la lucane dont il pourra faire une semblable si lui plaist »448.

  • 449 Voir la fontaine Massacre sur la figure 1 du cahier couleur.

355La construction de la fontaine Massacre allait, très vite, faire disparaître la maison du nommé Vauquelin mais non celle de son voisin. Or la consultation de la représentation de cette maison, dans le Livre des fontaines de Jacques Le Lieur, nous valut la surprise de constater que la première maison après la fontaine est bel et bien représentée avec une lucarne, au chassis ramassé et à pente simple qui se distingue de la pente unique du toit449. Ce rapprochement confirme la précision que peut atteindre, sur certains points, la représentation de ce livre.

  • 450 ADSM, 2E1/212, 11 juin et 2E1/233, 8 décembre 1502.

356Deux autres indications font état de lucarnes : un partage entre deux frères, en 1488, prévoit qu’à l’un d’eux revient notamment un appentis, qu’il n’est pas autorisé à édifier plus haut mais dans lequel il peut faire une lucarne. En 1502, il faut « pelomber » quatre lucarnes donnant sur la rue aux Juifs450.

357L’exiguïté des cours intérieures et son corollaire – le peu de jour des pièces qui les bordent – sont ressentis comme des inconvénients auxquels on envisage des solutions :

  • 451 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479.

S’il estoit ainsi qu’en temps advenir l’en fist ou ediffiast en ladite grant maison aucune court ou que celle qui y est fust eslargie ledit acheteur pourroit faire et avoir sur icelle jours et veues a verre dormant451.

  • 452 ADSM, 2E1/221, 23 juin 1495.

358Un souci identique est à l’origine de l’échange réalisé entre Jehan Carie le jeune et Jehan Carie l’aîné, son père, ce dernier récupérant une chambre et grenier enclavés dans sa maison de la paroisse Saint-Herbland « pour et affin que, en icellui lieu, fust fait une court pour donner clarté et lumiere es heritages desdits pere et filz, qui estoient joingnans l’un de l’autre, esquielz lieux n’avoit aucune clarté ne lumiere. »452.

359Quant à la modification d’un partage d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, réalisé entre deux frères, Robin et Colin Petit, envisagée pour permettre à l’un d’eux d’édifier un nouveau corps de logis à l’arrière de la parcelle, elle n’est possible que sous condition :

  • 453 ADSM, 2E1/212, 12 novembre 1488.

« Et ne pourra ledit Robin faire son ediffice en plus avant sur la court que il ne demeure audit Colin, en sa chambre hault, trois fenestres a jour franches sur ladite court… »453

  • 454 ADSM, G 2497.
  • 455 ADSM, 2E1/218, 26 février 1493, n. s. 1494.

360Les maîtres de l’œuvre de la fabrique de la cathédrale acceptent, en janvier 1463 (n. s.), de faire installer trois fenêtres dans l’un des louages de la rue aux Juifs occupé par un cordonnier, « lesquelles fenestres estoyent necessaires a faire pour le bien dudit hostel et du louagier ». Les nouvelles baies font des envieux : le mois suivant, on installe « une fenestre neusve » au louage voisin, tenu par un orfèvre454. Est-ce pour cette raison – la faible clarté – que l’on stocke le bois dans cette basse chambre d’une maison de la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres, pièce du rez-de-chaussée, côté cour455 ?

La maison et son enseigne

  • 456 L’un des plus anciens ouvrages consacrés aux enseignes est d’ailleurs l’œuvre d’un historien rouenn (...)

361Les enseignes des maisons médiévales rouennaises ont déjà été évoquées par plusieurs ouvrages ou articles456. Mais ces études ou notes évoquant les enseignes laissent généralement de côté deux perspectives pourtant importantes.

  • 457 « – Maison du Pot d’étain, 1381. Ce doit être un ferblantier, qu’on appelait alors un Potier d’étai (...)

362La première s’intéresse aux tenants ou propriétaires des maisons auxquelles elles sont accrochées. En effet, l’enseigne est trop souvent étudiée pour elle-même, sorte de code un peu énigmatique attirant par son pittoresque ou bien n’évoque son détenteur que lorsqu’il est supposé être évident. Une maison à l’enseigne de la Clé ne suggère-t-elle pas un serrurier, le Pot d’étain un potier d’étain, et les Connils blancs un éleveur de lapins domestiques457 ?

363La seconde s’attache à déterminer l’importance, quantitativement parlant, de l’enseigne et à étudier ce que nous apprend une étude topographique de sa répartition.

364Par ailleurs, cet ornement, accroché à la façade et pendant sur la rue, loin d’être un simple appendice de la maison, se donne à voir. Partant, elle présente, nous semble-t-il, un double intérêt :

  • offerte aux regards des passants, l’enseigne constitue un jalon précieux pour tous, habitants et étrangers, dans une ville de la fin du Moyen Âge où les repères topographiques ne sont pas si nombreux et dont les noms des rues ne sont pas encore stabilisés pour peu que l’on quitte les grands axes. Elles contribuent à la structuration de l’espace et le rendent plus familier ;

  • choisi par le tenant de l’héritage, le motif décoratif qu’il affiche sur la rue semble emprunter à un stock iconographique dont le caractère répétitif frappe lorsque l’on passe d’une ville à l’autre. Mais ce choix n’est-il pas par ailleurs l’expression individuelle, familiale, professionnelle, politique, de fiertés, d’attachements, de goûts ou de dévotions particulières… ainsi signalés à tous ?

365Nous commencerons donc par nous intéresser à la diffusion de l’enseigne aux deux derniers siècles du Moyen Âge, avant d’aborder l’étude thématique de sa représentation.

La diffusion de l’enseigne à la fin du Moyen Âge

366Pour la mesurer, il fallait d’abord dresser un inventaire – le plus exhaustif possible – des enseignes médiévales indiquées pour les trois paroisses. Sur ce secteur ont été recensées les seules enseignes attestées en tant que telles, c’est-à-dire par des expressions telles que « maison en laquelle pend pour enseigne » ou domum in qua pendet intersignum.

Tableau 12 – Nombre d’enseignes recensées par décennie, 1370-1500

1370-1379

2

1380-1389

5

1390-1399

7

1400-1409

15

1410-1419

18

1420-1429

24

1430-1439

33

1440-1449

41

1450-1459

41

1460-1469

50

1470-1479

42

1480-1489

42

1490-1499

38

  • 458 Il s’agit du chantier de la maison du Cornet d’argent, paroisse Saint-Nicolas-le-Painteur, ouvert e (...)

367Car l’enseigne, à Rouen, pend sur la rue. Un devis des années 1449-1450 nous en montre une sous la forme d’un tableau accroché à une potence458. Des expressions moins précises et pouvant éventuellement évoquer un décor de poutres ou poteaux de façade telles que « maison du Moulin-à-vent » ont été retenues lorsqu’une enseigne y est par la suite mentionnée, ici « le Moulinet ». Notons toutefois que ce type d’expression est d’un emploi rare dans la documentation rouennaise.

368Compte tenu de cette précision, le nombre d’enseignes pour les trois paroisses s’élève à 107 au minimum, pour une longueur totale de rue voisinant les 1 500 mètres.

369À quelle période font-elles leur apparition ? 17 (soit 16 %) d’entre elles sont accrochées au plus tard dans la deuxième moitié du XIVe siècle ; 48 (soit 45 %) dans la première moitié du XVe siècle et 35 (soit 33 %) dans la seconde moitié du siècle. Les 6 % restants correspondent à des enseignes pour lesquelles la période d’apparition n’est pas déterminable, faute de renseignements suffisants. Pour se rapprocher du passant empruntant ces voies, cette première indication demandait à être complétée par une estimation du nombre d’enseignes pendant à une même période sur les rues précédemment délimitées.

370Ces chiffres traduisent, jusqu’à 1460, une constante progression de l’usage de l’enseigne. Après cette date, un léger tassement s’explique par le fait que la disparition d’enseignes déjà anciennes n’est pas compensée par le nombre des nouvelles apparitions. À combien de tènements sont accrochées ces 107 enseignes ? Ils sont plus de 90 puisque seuls quatre tènements ont porté trois enseignes successives et cinq tènements en ont eu deux. Le renouvellement répété du motif affiché n’est donc pas un élément explicatif du nombre total.

371Revenons en 1460. Cinquante enseignes représentent en moyenne une enseigne tous les 30 mètres de rue. Mais que nous apprend leur répartition spatiale ?

372En reprenant en compte les trois périodes évoquées précédemment, on observe, pour la seconde moitié du XIVe siècle, une répartition presque exclusivement le long de deux axes : les rues de Courvoiserie et de Grand-Pont (plus de 70 % d’entre elles). Dans la première moitié du XVe siècle, la forte diffusion de l’enseigne se traduit à la fois par le renforcement de la concentration au long des deux mêmes voies mais aussi par une dispersion le long d’axes jusque-là peu touchés pour atteindre, dans la seconde moitié du XVe siècle, une répartition équilibrée entre les deux groupes de voies.

373Concentrée d’abord le long des deux rues principales, l’enseigne s’est donc propagée aux autres voies, pour l’essentiel, au XVe siècle. Tout indique, dans la documentation rouennaise, que le succès de ce mode de repérage de la maison n’est pas spécifique au cœur de la ville et qu’il touche toutes les paroisses. Mais l’enseigne est-elle le seul outil topographique à connaître une telle évolution ? Qu’en est-il par exemple des noms de rues ?

  • 459 Un acte concernant l’abbaye de Saint-Ouen mentionne à cette date la rue où résident les potiers, su (...)

374Si le premier nom de rue est mentionné pour Rouen dans un acte de 1063459, leur existence pour la plupart des axes principaux n’est attestée qu’au XIIIe siècle. Peut-on dire que l’habitude de nommer les rues s’installe alors de façon fréquente ? Certes non ! Évoquons pour cela quelques faits :

  • si l’on s’intéresse au premier registre du tabellionage rouennais (ADSM, 2E1/150) qui couvre la période de juin 1360 à mars 1363 (n. s.), l’on constate que, sur les 84 actes qu’il contient se rapportant aux trois paroisses, seuls 16 d’entre eux (soit à peine 20 %) désignent la rue autrement que par le terme de pavement ;

    • 460 La série des comptes appelés du « Clerc de ville » s’interrompt entre 1394 (ADSM, G 9836) et 1404 ( (...)

    c’est seulement après 1394 et en 1404 au plus tard que le clerc de ville, chargé des comptes des rentes du chapitre de l’église Notre-Dame pour la ville de Rouen, ajoute à son classement par paroisses un classement par rues, jusque-là non mentionnées460.

  • 461 ADSM, 2E1/190 à /193.

375Un autre regard, dans la seconde moitié du XVe siècle, traduit une évolution sensible. Les quatre registres du tabellionage couvrant la période avril 1461 – avril 1465 livrent 95 actes, dont 55, soit 58 %, mentionnent un nom de rue461. Là aussi donc, le XVe siècle marque un essor dans l’utilisation du repère topographique. Le souci de se repérer dans la ville se traduit dans les faits par l’utilisation d’outils dont l’usage allait se révéler durable. Mais est-il possible de discerner quelques-unes des raisons de l’émergence de ce besoin ?

376La nature des sources utilisables en rend au moins une aisément perceptible. Elle concerne les propriétaires de rentes foncières pour qui une contrainte est impérative : localiser l’assiette de la rente pour faire valoir leur droit sur un héritage déterminé ; l’assignation de la rente sur tous les biens du débirentier ne se développera qu’à partir de la seconde moitié du XVe siècle. Que le souvenir de la localisation se perde, et disparaît avec lui la perception de la rente ; ce qui n’est pas sans se produire. Prenons deux exemples :

    • 462 ADSM, G 7322.

    pour la période 1437-1440, le trésorier de la paroisse Saint-Nicolas de Rouen mentionne comme non valable une rente de 16 sous 8 deniers tournois sur des héritages paroisse Saint-Lô « pour ce que on ne scait ou ilz sont », alors que le don remonte à l’année 1363 et que le trésor est en possession de l’acte de donation462 ;

    • 463 ADSM, G 4607.

    à une demande formulée, dans la première moitié du XVe siècle, par les « chapelains de la commune » de la cathédrale au chapitre de Rouen, qui percevait pour eux plusieurs rentes dont 39 n’avaient pas été versées, les chanoines répondent pour la plupart des rentes concernées qu’ils « ne scavent que c’est ne ou ce est » et invitent les chapelains à déclarer « aplain le lieu de la situation » des hôtels concernés463.

  • 464 Toutes deux accrochées à des maisons de la rue Saint-Lô.

377Celui qui affichait sur rue un tel signe distinctif de la maison avait-il le sentiment de contribuer au repérage de tous dans la ville ? Si la réponse à cette question est a priori peu aisée, un indice permet toutefois de le penser. Nous n’avons que très exceptionnellement rencontré, dans une même paroisse, deux fois la même enseigne. Lorsqu’il y a confusion possible, on distingue soigneusement, par exemple, la « Petite Hache » de la « Hache couronnée »464. Mais dès que l’on quitte le cadre de la paroisse, les répétitions sont fréquentes. Un pointage très rapide montre qu’au moins une sur trois des enseignes recensées existe également dans une des autres paroisses rouennaises. L’originalité du repérage résiderait donc dans un couplage paroisse-enseigne. Un autre témoignage réside dans la répugnance à changer une désignation, en dépit des changements successifs de propriétaires et d’activités exercées, ce que manifeste l’extraordinaire longévité de certaines enseignes encore en place au XVIe siècle, voire au XVIIIe siècle.

Étude thématique de l’enseigne

  • 465 Simone Roux, Le Quartier de l’Université à Paris…, p. 1033-1037.

378Les motifs décoratifs des enseignes ont d’abord été classés en six groupes. Le plus important, puisqu’il représente presque une enseigne sur trois, emprunte ses thèmes à la nature : accessoirement aux végétaux et aux astres, principalement aux animaux. L’aigle (d’or ou d’argent), la chèvre, le coq, le cygnot et le paon y reviennent à deux reprises. Viennent ensuite trois groupes d’importance égale, s’élevant à dix-sept enseignes. « Les activités et leurs objets » constituent le premier groupe, le deuxième utilise « l’iconographie religieuse », avec surtout les « images » de tel ou tel saint, le troisième « l’homme, son corps, ses vêtements et insignes », dans lequel l’écu de France (simple ou double) apparaît quatre fois, la tête sarrasine ou noire à deux reprises. Enfin, « la maison et ses objets », avec quatorze enseignes parmi lesquelles la cloche et le pot d’étain sont mentionnés plusieurs fois, précède le dernier groupe où sont rangés les thèmes légendaires et folkloriques qui représentent seulement sept enseignes. Cette importance du groupe « nature » rejoint, dans des proportions très voisines, ce qu’avait constaté Simone Roux pour les maisons du quartier de l’Université à Paris, pour les XIVe et XVe siècles465. Les comparaisons avec les autres groupes sont moins parlantes et pour aller plus loin, il serait nécessaire de disposer de davantage d’enquêtes de même nature.

Tableau 13 – L’enseigne

Tableau 13 – L’enseigne

379Intéressons-nous maintenant aux corrélations qu’il est possible de déceler entre l’occupant de la maison et son enseigne.

  • 466 Aux Petits Souliers, paroisse et rue Saint-Lô, demeure en 1434 Robin Le Bouchier, cordonnier (ADSM, (...)
  • 467 ADSM, 2E1/181, 23 juin 1439.

380Les objets évoquant plus ou moins directement une activité peuvent effectivement signaler l’exercice de cette activité. Les Petits Souliers signalent bien la demeure d’un cordonnier, la Barberie celle d’un barbier et le Grand Éperon un fabricant d’éperons466, mais une telle corrélation se doit d’être vérifiée car elle est loin d’être systématique. Ainsi, en 1439, c’est un épicier, Raoulin Quesnel, qui tient la maison à l’enseigne du Pot d’étain et non un potier d’étain ou étamier467. D’ailleurs, une telle pratique de l’enseigne professionnelle entraînerait une répétition lassante et produirait fatalement un autre type de répartition que celui évoqué.

  • 468 Voir à ce sujet Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une appro (...)

381L’analyse d’un groupe professionnel particulièrement enclin à utiliser l’enseigne, les orfèvres, permet à cet égard de montrer que la corrélation établie entre l’occupant et son signe distinctif est plus complexe. Contraints avec les changeurs à s’établir rue Courvoiserie par une ordonnance de Charles le Bel de décembre 1325, les orfèvres rouennais sont encore très nombreux, au XVe siècle, à habiter cette rue à proximité de la cathédrale. Ils y possèdent même un hôtel, depuis 1441, et l’église Saint-Herbland abrite leur confrérie, fondée en l’honneur de la Transfiguration et de saint Éloi468.

  • 469 L’identification des marques de la plaque du musée de Cluny n’est pas toujours aisée et le nombre d (...)
  • 470 ADSM, 2E1/220, 26 janvier 1494, n. s. 1495, acte par lequel Jehan Viguier, orfèvre, « pour la bonne (...)

382Or, parmi leurs enseignes, on ne trouve pratiquement pas d’objets évoquant le travail de l’orfèvre pas plus que d’image Saint-Éloi mais de nombreux animaux tels que le bœuf, la chèvre, le coulomb blanc, le « cygnot »… Quelques objets telles la cloche ou la lanterne. L’idée de comparer ces thèmes avec d’autres signes ou marques professionnelles a alors orienté les recherches vers les marques d’orfèvres. Par chance, le musée de Cluny possède une table de cuivre de leurs marcs et seings, commencée en 1408, où sont lisibles, pour chaque orfèvre, son nom, l’initiale de son prénom ainsi que son poinçon. L’existence de cette table a permis d’établir, dans cinq cas au moins, un usage commun aux deux séries de représentations. Le coq, la cloche, l’écu de France, la chèvre et la croix (d’or) servent chacun d’enseigne et de poinçon à un même orfèvre469. Mais là aussi, pas de caractère systématique, enseignes et poinçons différant en plusieurs circonstances. Un acte de la fin du XVe siècle permet d’affirmer qu’il s’agit d’enseignes à usage d’orfèvre. Quel signe distinctif comportaient-elles ? La question reste posée. Le même acte met en évidence le caractère patrimonial de l’enseigne puisqu’elle est donnée par un orfèvre à son neveu, également orfèvre470. De tels dons peuvent être à l’origine de transferts d’une paroisse à une autre.

  • 471 Les barbiers rouennais, comme ceux d’autres régions, honoraient alors comme patrons saint Côme et s (...)
  • 472 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477 et 2E1/224, 4 octobre 1496.

383Interrogeons maintenant les thèmes religieux employés et plus particulièrement les « Images ». Pas de traces d’Image Saint-Lô, paroisse Saint-Lô ou d’Image Saint-Herbland pour la paroisse du même nom. En revanche, une Image Notre-Dame apparaît tardivement, paroisse Notre-Dame-la-Ronde. Une recherche dans les prénoms des paroissiens aboutit à la même conclusion : le très faible succès des saints éponymes. Trouve-t-on un lien avec les saints patrons de métiers ? Un seul cas probant, celui de l’Image Saint-Cosme-et-Damien, attribuable, mais pour le début du XVIe siècle, à Guillaume Bourdon et à son fils, tous deux barbiers471. Les données concernant la plupart des « Images » sont malheureusement insuffisantes pour pouvoir déceler un éventuel lien avec l’appartenance du propriétaire à une confrérie du même nom. Il faut, en outre, disposer de listes de confrères pour la même période. Les créations de chapelles forment toutefois une autre piste. La construction d’une nouvelle chapelle par les trésoriers de Notre-Dame-La-Ronde donnant lieu à une enquête, nous apprenons ainsi que la chapelle Saint-Julien est, en 1477, en cours de construction. Or le premier acte postérieur à cette édification désigne la première maison située à l’est de l’église, en 1496, comme maison où pend l’enseigne de l’Image Saint-Julien472. La fierté d’une construction récente toute proche s’ajoute ici à une dévotion particulière.

  • 473 Sur la paroisse Saint-Herbland. Voir notamment ADSM, 2E1/182, 20 janvier 1441.
  • 474 Paroisse Saint-Herbland, ADSM, G 3520, 8 juillet 1510.
  • 475 Un tènement est limité d’un bout par « les hoirs ou ayans cause de deffunct Guillaume Le Bouteillie (...)

384Le patronyme fournit encore un autre critère de choix. Guillaume Paon, bourgeois rouennais, demeure, dans la première moitié du XVe siècle, rue du Gros-Horloge, à l’enseigne du Paon473. L’usage se teinte parfois d’ironie voire d’autodérision, tel Guillaume Baudouyn, drapier, demeurant en 1510 à l’Âne Baudouyn474. Inversement, l’enseigne peut être à l’origine du sobriquet. En 1480, Guillaume Le Bouteiller et Jeanne sa femme prennent en « fieffe » un hôtel à l’enseigne du Moulinet, déjà évoqué, pour y demeurer. En 1518, le même Le Bouteiller est dit « Moullynet » et, deux ans plus tard, sa veuve est appelée « la Moullynette »475.

385Plusieurs axes de recherche se sont cependant révélés improductifs, du moins à ce jour, davantage peut-être en raison de la difficulté à établir leur réalité plutôt que de leur non-efficience. Il en va ainsi de l’héraldique, en dépit de la proximité évidente des thématiques, ou encore, axe voisin, du clientélisme politique.

  • 476 Guillaume Le Tavernier, orfèvre, demeurant alors en la paroisse Saint-Herbland, est tenant d’un hér (...)

386Terminons par les auberges et tavernes, trop souvent supposées lorsque pend une enseigne. Et pourtant ! Sur l’ensemble des maisons des trois paroisses étudiées, une seule a tenu lieu avec certitude de taverne – il s’agit de l’Écu de France –, deux abritent un aubergiste476. Deux autres portent le même nom qu’une taverne dont la paroisse n’est pas connue. Cette donnée doit être nuancée par le fait que le tabellion ou les contractants ne mentionnent qu’exceptionnellement la taverne qui apparaît dans les comptabilités ecclésiastiques, hélas moins fournies. Toutefois, un opuscule du XVIe siècle, consacré aux tavernes de Rouen, en cite environ 80, dont seulement deux se trouvent sur la zone étudiée.

  • 477 Jean-Pierre Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 110, et d’une manière plus (...)

387Revers de son abondance, nous n’avons pas trouvé dans la documentation rouennaise d’anecdotes ou de scènes de rue liées à une enseigne, de plaintes de voisins incommodés par les grincements de son balancement sur son pivot ni même de thèmes marquant des goûts nouveaux telle l’Écrevisse évoquée par Jean-Pierre Leguay477 ni encore d’utilisation de thèmes humoristiques.

388L’enseigne paraît donc représenter un outil de repérage de la maison, en pleine expansion au XVe siècle. Peut-être faut-il même parler d’une mode de l’enseigne ? Paradoxalement, ce qui semblait à l’origine emprunter à un stock limité de thèmes se révèle en fait permettre aux groupes mais aussi à l’individu d’exprimer des goûts, des traits parfois personnels, dans un mouvement qui contribue en même temps au repérage de tous dans l’espace urbain.

  • 478 Rappelons que l’utilisation du bâti subsistant, en raison des difficultés qu’elle engendre (datatio (...)

389Au terme de cette étude menée à partir d’un échantillon limité à trois paroisses de la ville – non sans utilisation d’exemples en dehors de l’échantillon lorsque l’apport le justifiait478 – la maison rouennaise offre un tableau contrasté d’où se dégagent tout de même quelques lignes-forces.

  • 479 L’existence d’un travers de rue, forme urbaine remarquable, est également attestée à la fin du XIII(...)

390Les actes des XIIe-XIIIe siècles ne nous apportent que de rares indications sur le contenu des parcelles et leur organisation : mention de celliers dont on donne parfois la localisation – sous la maison –, présence significative de jardins. L’importance des activités artisanales et marchandes dans l’agencement de l’habitat est mise en évidence par les mentions d’étals ou de fenêtres marchandes, au moins le long des axes principaux et notamment de la rue Courvoiserie479.

  • 480 Cette sous-évaluation ne semble pas purement rouennaise ni même purement urbaine.

391Les matériaux de construction sont évoqués de deux manières : le rédacteur de l’acte distingue soigneusement les maisons de pierre des maisons de bois et de pierre. Nul doute qu’à côté de ces deux formes – dont la fréquence a trop longtemps été sous-évaluée480 – coexistent des bâtis pour lesquels le bois seul est employé, mais les données archéologiques et architecturales ne nous renseignent pas sur ces derniers, alors que les vestiges de maisons de pierre – principalement leur étage bas – abondent.

  • 481 Pour les édifices antérieurs, l’encavement est dû à la montée du niveau des sols, à l’origine de tr (...)

392Se présentant sous la forme de vastes quadrilatères partiellement enterrés, ces étages bas – dont le fenestrage devait procurer une quantité de lumière variable – avaient peut-être des fonctions différentes. Mais, après l’enfoncement dans le sol de ces structures481, dans le courant du XIIIe siècle, la fonction de cellier l’emporte et c’est sous ce nom qu’ils apparaissent dans la documentation de ce siècle. Lorsqu’il est possible de reconstituer l’élévation de cet habitat, elle se présente sous la forme de bâtiments de forte hauteur – le pignon atteignant une quinzaine de mètres – dans lesquels se développent un ou deux étages au-dessus du niveau bas. Les murs extérieurs peuvent présenter une riche ornementation que l’on retrouve également, mais peut-être plus parcimonieusement, à l’intérieur.

  • 482 En allait-il différemment des grandes demeures édifiées avec d’autres matériaux ?
  • 483 Sur ce point, voir Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècl (...)

393La localisation de la majeure partie des corps principaux de construction, au cœur des îlots, dévoile une parcelle moins centrée sur la rue, en rupture avec le schéma d’organisation plus urbanisé qui devait dominer aux deux siècles suivants482. Par ailleurs, les parallèles établis avec quelques manoirs ruraux du XIIIe siècle suggèrent que nous ne sommes pas en présence de formes typiquement urbaines483.

  • 484 Les 16 tènements recensés ne se trouvent pas toujours sur une seule paroisse mais si l’on s’intéres (...)
  • 485 Rappelons que les écarts s’atténuent lorsque, à partir du nombre minimum de maisons par paroisse, l (...)

394Avec les XIVe et XVe siècles, la documentation, plus riche, permet d’approcher avec davantage de précision la parcelle. Elle révèle, entre les trois paroisses, des différences importantes de superficie moyenne par tènement : aux 120 mètres carrés de Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland s’opposent les 240 de Saint-Lô. Un tel écart s’explique principalement par la localisation, paroisse Saint-Lô, de la majeure partie des tènements de grande valeur484. Il est, en revanche, trop incertain de déterminer l’espace disponible par maison, faute de pouvoir déterminer une valeur approchée du nombre de maisons par paroisse485. Les valeurs moyennes cachent, par ailleurs, de fortes disparités et les exemples présentés témoignent de l’existence, à proximité les uns des autres, de louages des plus modestes et de belles demeures.

395De ces tènements, la maison seule, même si elle dispose de bâtiments auxiliaires, est le constituant le plus fréquent. Avec ses annexes généralement bâties autour de la cour, à l’arrière de la parcelle, après le premier corps de logis dont le rez-de-chaussée est investi par les activités marchandes ou artisanales, elle a atteint une hauteur que la fréquence des niveaux de type R + 3 souligne. Les largeurs sur la voie publique, lorsque l’on peut les approcher, se révèlent le plus souvent réduites. L’échoppe ou l’ouvroir qui ornent la plupart des maisons dont l’organisation est connue laissent deviner une rue où la succession en rythme serré des espaces de travail et de vente scande déjà les pas du marcheur urbain. Les maisons du centre de la ville, tout comme celles de la périphérie, disposent d’ailleurs d’équipements relativement lourds, propres à l’exercice de métiers relevant de la métallurgie, de la plâtrerie, etc. L’existence de celliers, très fréquemment attestée – il peut en exister plusieurs pour une même habitation –, et l’imposant volume de ceux qui subsistent montrent qu’au-delà des simples besoins de stockage des occupants, ils sont un élément essentiel des activités artisanales et marchandes.

  • 486 C’est le cas de l’hôtel de la fabrique de la cathédrale, rue aux Juifs, mais également, vers la fin (...)
  • 487 Parmi les témoignages de cette densification au XVe siècle, relevons le fait que l’on rencontre des (...)

396Signe d’un espace maintenant rempli, le jardin se fait beaucoup plus rare. Il devient, dans la seconde moitié du XVe siècle, l’ornement privilégié des plus belles parcelles et a, pour les autres, laissé place à la cour. Plusieurs de ceux qui subsistent voient leur superficie diminuer par la création de louages ou de maisons de rapport486. La tendance au morcellement des grandes parcelles, observée pour le XVe siècle, est un autre indicateur de la densification de l’habitat487.

  • 488 À propos des renseignements sur le genre de vie des habitants qu’apportent la distribution et la dé (...)

397Les trop rares données permettant d’évoquer les façons d’habiter cette maison rouennaise révèlent un espace adaptable et se prêtant facilement à réorganisation, même si certains partages montrent des morcellements de l’espace – et notamment celui consacré au travail – provoquant une incontestable exiguïté. S’il convient de ne pas oublier l’extrême variabilité du nombre des pièces – lorsque l’on passe du plus modeste des louages à la vingtaine de pièces de la demeure de grands bourgeois tels Pierre Surreau ou encore Hugues Aubert –, on est tout de même, à la lecture des descriptions de leur agencement, surpris par l’extrême diversité de leurs fonctions, par les changements d’affectation rencontrés et par la présence de nombreux louages contribuant à la flexibilité de l’organisation spatiale. Les plus belles de ces demeures expriment les aspirations de la haute bourgeoisie à un mode de vie proche de celui de l’aristocratie, mais les pièces de travail qu’elles comportent n’en rappellent pas moins leur mode d’ascension488. L’existence de la chambre individualisée est avérée au XVe siècle, durant lequel on ressent, par ailleurs, un indéniable souci pour la quantité de lumière pénétrant dans l’habitation.

  • 489 Voir par exemple, en 1396, cette étable à pourceaux sur la paroisse Saint-Sauveur (ADSM, 2E1/156, f (...)

398Terminons par un fait révélateur d’une absence : on ne relève comme présence animale que celle des chevaux et comme équipement que « l’étable » qui leur est destinée. L’urbanisation du cœur de la ville se distingue en cela de celles des paroisses les plus proches du rempart où subsistent encore des équipements plus ruraux tels que des étables à pourceaux489.

Notes

1 Pour une réflexion sur ce type de sources et leur utilisation, voir Les Cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique. Jean-Louis Biget et al. (dir.), Rome, École française de Rome, 1989. Sur l’utilisation d’un livre-rentier, voir par exemple Jean-Pierre Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au milieu du XVe siècle d’après un Livre-Rentier », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, tome LIV, 1977, p. 69-116.

2 L’acquisition date du 28 janvier 1428 (n. s. 1429). Elle est mentionnée dans un acte postérieur : voir ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433 (n. s. 1434). Ce vaste manoir, déterminant pour la structure de l’îlot et dont il sera fait mention plus bas, comportait un ensemble de louages qui ont été utilisés jusqu’à cette date au moins. Pour cette raison, il n’a pas été déduit. Saint-Herbland se distingue également des deux autres paroisses par le fait qu’aucun des quatre îlots qui la composent ne relève uniquement de son territoire. Si la première caractéristique permet de cerner très précisément la part de l’habitat, la seconde introduit une légère incertitude sur la superficie totale de la paroisse liée à la place exacte de la limite en cœur d’îlot.

3 À propos du manoir de la Fontaine, devenu manoir des religieux du Bec-Hellouin, voir la remarque de la page précédente.

4 Cette définition, proposée dans un article de 1994, est très voisine de ce que rapporte un texte du XVe siècle, récemment découvert, dans lequel – en réponse à une accusation portant sur un décret qui n’aurait pas été conforme aux règles de procédure, notamment parce que « on avoit mis et passé ensemble et pour ung pris plusieurs maisons divises qui devoient estre passees separeement », il est rétorqué : « Et combien qu’il y eust eu plusieurs louages, [furent] passez ensemble et par ung mesme pris si estoit ce tout ung tenement tenant ensemble qui se povoit et devoit ainsi passer ». Voir Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une approche de l’espace rouennais à la fin du Moyen Âge », Histoire, économie et société, no 3, 1994, p. 415, n. 20, et ADSM, 1 B 34 (1459). L’emploi, dans ce travail, du mot « parcelle » renvoie en fait à la même réalité que celle recouverte par le mot « tènement » sous la plume du tabellion. Ce dernier terme s’employait également en Angleterre. Sur son usage, en Angleterre aussi bien qu’en Normandie, voir Frédéric Joüon Des Longrais, « La tenure en Angleterre au Moyen Âge », in La Tenure, Bruxelles, Nouvelle Société d’éditions (Recueils de la société Jean Bodin, tome III), 1938, p. 165-210. Sur la question du statut de la terre à Rouen, voir p. 322-324 du présent ouvrage.

5 ADSM, 2E1/158, 1er juin 1402.

6 Voir p. 192 pour la discussion du sens du mot étage.

7 ADSM, 26 HP 4.

8 ADSM, 2E1/165, 2 juillet 1413, paroisse Saint-Lô.

9 ADSM, 2E1/152, 5 mars 1372, n. s. 1373.

10 ADSM, 2E1/174, 12 juillet 1430.

11 Sur ce dernier, voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 419, p. 287-305.

12 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422.

13 Ces valeurs minimales donnent, a contrario, pour chaque maison et ses annexes les surfaces au sol maximales suivantes : Saint-Lô 160 m2, Notre-Dame-la-Ronde 95 m2, Saint-Herbland 90 m2.

14 Sur cette politique, voir p. 102. Le recensement réalisé par François Neveux, dans son étude sur Bayeux et Lisieux, des places vides à Bayeux au XIVe siècle – en fait jusqu’en 1417 – en dénombre 45 puis 49 de 1417 à 1450 mais elles ne sont que 4 puis 5 dans la cité, les autres se trouvant dans les faubourgs. Le phénomène de résorption ne semble donc pas s’être produit à Bayeux. Le rapprochement entre la répartition des maisons détruites et celle des places vides incite cet auteur à utiliser la mention de ces dernières comme moyen indirect de connaître les destructions. Voir François Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du lys, 1996, p. 106 à 112 et 610. Les quelques exemples cités plus haut, au moins pour le cas rouennais, montrent que leur mention correspond également à des cas de ruine par vétusté ou encore à l’absence d’occupants.

15 Les maisons d’angle sont comptées pour chacune des deux rues.

16 BMR, registre T1, f° 27 et tiroir 159.

17 La zone 4 est longuement détaillée, tènement par tènement, acte par acte. Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 117-339.

18 Le nombre de 9 tènements s’explique parce qu’à cette date les parcelles 412 et 418 ne forment qu’un seul tènement tandis que l’ensemble 415 n’est alors partagé qu’entre deux tenants. Les diverses subdivisions de propriété de cette dernière parcelle ainsi que de celle portant le numéro 419 expliquent les variations plus importantes qu’ailleurs du nombre de tènements au cours du XVe siècle. Le nombre de maisons est ici plus stable. Selon le principe énoncé plus haut, nous avons retenu l’indication de maison lorsqu’elle était employée au moins une fois à la place de celle de louage. Pour 419, les maisons comportant 2 louages chacune et l’ensemble faisant 6 louages ou étages, ce sont donc 3 maisons qui ont été comptabilisées. Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 203-305.

19 Les 5 maisons de la rue Saint-Lô disposent de plus de place (parcelles 411 à 414) puisqu’elles s’y étendent sur 42 m, soit 8,40 m en moyenne. Cette longueur est à rapprocher des 16 m de largeur minimum des deux celliers correspondant aux parcelles 411 et 412. Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 326-339 et notamment le plan p. 332.

20 ADSM, G 6268. Les paroissiens de Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres obtinrent du roi, le 22 décembre 1487, l’autorisation de lever cette taxe, dont les revenus étaient destinés à poursuivre les travaux du chœur, commencés depuis peu. Le rôle comporte 46 inscriptions. Sont écartées les 8 indications telles que « les hostelz et heritages », faute de connaître le nombre de maisons, ainsi que deux indications de longueur masquées par une tache. 3 maisons, parmi les 36 restantes, se distinguent par l’importance de leur longueur sur rue, de 15 à 23 m. Ces dernières supprimées, la moyenne pour 33 maisons n’est plus que de 5,5 m. À noter que 8 d’entre elles ne dépassent pas 4 m.

21 ADSM, G 6700.

22 Voir Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 218 et Hugues Neveux, « Structure et fonctions des maisons de Cambrai au XVe siècle », in Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims (1970), Paris, Bibliothèque nationale, 1974, p. 212.

23 À part quelques exceptions, sont alors prélevés 2 s.t. par an sur « chascun feu demourant en maison a pignon » tandis que « ceulx qui auroient maisons apentiches paieront saize deniers », soit les deux tiers de la somme précédente. Voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 288-292.

24 Voir Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé, XIVe -XVe siècles », in Histoire de la vie privée, II, De l’Europe féodale à la Renaissance, Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Paris, Le Seuil, 1985, p. 462.

25 Bien que deux de ces cas ne précisent pas que les deux pignons se trouvent sur la rue, ils ont été ajoutés aux trois autres, plus explicites, l’existence d’un pignon entraînant généralement celle d’un second.

26 C’est le cas du tènement « ou il a deux pignons sur rue », à l’angle des rues Courvoiserie et du Bec, acheté en 1426 par Pierre Surreau (ADSM, 2E1/172, 3 mai) ; d’un autre assis à l’angle des rues de la « Capellerie » et de Grand-Pont, paroisse Saint-Herbland, « edifié de maisons a deulx pignons » (ADSM, 2E1/183, 14 avril 1442) ; d’un hôtel et tènement donnant par trois côtés sur une ruelle et sur les rues Courvoiserie et aux Tailleurs, à cheval sur la même paroisse et celle de Saint-Candé-le-Jeune, « ouquel a plusieurs louages et maisons a deux pingnons » (ADSM, 2E1/191, 20 janvier 1462, n. s. 1463) ; de la « maison a deux pignons » appartenant à Robin Mustel, paroisse Saint-Lô, à l’angle des rues Saint-Lô et Grand-Pont (ADSM, 2E1/174, 7 juin 1430).

27 ADSM, G 6388, fos 33-34.

28 ADSM, 2E1/150, 23 mars 1362, n. s. 1363.

29 ADSM, 2E1/151, f° 155.

30 Voir Philippe Cailleux, thèse, présentation de l’îlot 5, p. 374-385.

31 ADSM, 2E1/155, f° 134.

32 Dans 11 cas, l’information provient de la documentation textuelle. Le douzième cas est celui d’une maison située à l’angle des rues aux Juifs et du Bec dont l’élévation est connue par des dessins du XIXe siècle. Cette dernière, comme la plupart des autres, fait l’objet d’une présentation détaillée dans les pages qui suivent. On ne peut exclure, à l’occasion, qu’un cellier plus haut que le niveau de la rue ne crée une légère surélévation de l’étage bas. Lorsqu’il est nommé, le rez-de-chaussée est généralement appelé « 1er étage » mais il est question, en 1460 (n. s.), pour une maison de la paroisse Saint-Maclou, du « premier estage de hault » surmontant une « aire de bas » et une cuisine (ADSM, G 4315). Dans un partage de 1465, on mentionne successivement le cellier, l’étage de bas sur le cellier, le second étage, le tiers étage puis le grenier (ADSM, 2E1/194, 9 juin 1465). Il est révélateur, à cet égard, qu’un partage de 1479 envisage les problèmes posés par un rehaussement éventuel des constructions de l’un des deux lots d’une maison de la paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/203, 27 février 1478).

33 Les indications de maisons menaçant ruines, trop peu nombreuses pour que leur répartition soit signifiante, n’ont pas été abordées. La ruine effective peut par ailleurs être à l’origine d’une « vuide place ».

34 Ce parti pris est parfois à l’origine d’étranges contorsions telle cette analyse, empruntée à André Cerné, à propos de la chapelle de l’hôtel de ville : « De 1411 à 1447, les registres des délibérations manquent ; mais la misère est grande pendant l’occupation anglaise et c’est peu avant la libération que durent reprendre les travaux. On peut fixer presque à coup sûr en 1446-1447 la réfection du bâtiment central et la construction de la chapelle, puisqu’à ce bâtiment sont adjoints en 1448 une petite salle accessible par le degré (escalier) et un petit compteur ou bureau de recette », André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, Lestringant, 1934, p. 34. On peut a contrario y voir un signe d’activité émanant même des années les plus difficiles.

35 Pour le nord de la rue aux Juifs, voir Philippe Cailleux, thèse, parcelle 415, p. 236-261.

36 ADSM, G 2088, f° 32. Pour le jardin, voir G 6859, vidimus d’un acte du 28 octobre 1390 à propos des dîmes fruitières de l’hôtel canonial occupé par maître Gaspar Carit, chanoine de la cathédrale.

37 Voir par exemple ADSM, G 2486 (1420-1421) où l’un des louages est dit magno locagio et l’autre alio locagio. Le compte G 2491 (1432-1433) indique un revenu de 40 l. 10 s. par an soit 10 l. 2 s. 6 d.t. par terme.

38 ADSM, G 6859, pièce non datée, du milieu du XVe siècle. Maître Nicole Havart fut évêque de Bayeux de 1419 à 1431. Voir Honoré Fisquet, La France pontificale (Gallia christiana). Histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France. Métropole de Rouen, Bayeux et Lisieux, Paris, Repos, 1866, p. 71-72.

39 ADSM, G 2492 (1457-1458). Les maisons les plus récentes sont étudiées ci-après comme exemple de maisons plus ordinaires. Voir « Un ensemble de louages, rue aux Juifs (1452) », p. 208-211. Aux 25 l. de pension payée par le chanoine s’ajoutent 64 l. 10 s.t. de location (voir G 2493, 1459-1460).

40 ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433, n. s. 1434. Sur le perrin, voir, dans le présent ouvrage, le développement consacré aux maisons de pierre, p. 269-270.

41 Nous n’avons pas retrouvé l’acte d’achat des religieux, en 1429 (daté du 30 janvier 1428), acte cité par une pièce du procès, mais un rachat, en 1434, permet d’établir qu’ils devaient 170 l. t. de rente, rachetables par 1 700 l. t. (ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433, n. s. 1434). Cette rente venait-elle en complément d’un versement ? Le cahier d’audition des témoins se trouve au G 6859.

42 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec à Rouen », Pr. TAR, 1854, p. 321.

43 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462. Le partage comprenait de nombreux autres biens, non évoqués ici. La disparition de l’enseigne, que suggère l’usage du soulloit, est très provisoire puisqu’elle est citée quelques mois plus tard (ADSM, 2E1/192, 15 septembre 1463). L’absence de vente ne nous permet pas de connaître la valeur exacte de l’ensemble ainsi constitué. Un seul des locataires est nommé, en 1462, il s’agit de Cardinot Gaudry mais, en septembre de l’année suivante, ce sont Jehan Vauchelle « bouteiller », Colin Des Busquets cordonnier, Jehan Louvel couturier et un verrier qui occupent, pour partie, les lieux.

44 ADSM, 2E1/154, 20 juillet 1391.

45 ADSM, G 6858. Trois de ces grands tènements placés aux limites de la paroisse Saint-Lô ont fait l’objet de contestations de la part des titulaires des cures voisines de Saint-Amand, Saint-Herbland et Notre-Dame-la-Ronde. Il n’est pas indifférent d’observer que ces contestations font généralement suite au morcellement du tènement d’origine. Ce ne sont jamais les résidences principales qui sont en cause mais bien plutôt des louages ou dépendances, créant des situations nouvelles et, partant, la possibilité de contestations. Les religieux de Saint-Lô – c’est à l’un des leurs que revient la cure de la paroisse – semblent tout de même particulièrement visés.

46 ADSM, 2E1/168, 14 janvier 1420, n. s. 1421. Le vin de la transaction est de 5 l. t. Il s’agit d’une des rares maisons « franches et quittes de rente ». L’écu d’or d’Henri V, émis le 12 janvier 1420, comme la 7e émission de l’écu de Charles VI du 26 février 1420 avaient cours pour 40 s.t. mais, pour cette période de forte anarchie monétaire, Philippe Wolff a souligné l’importance des variations des cours commerciaux des monnaies d’or (voir Étienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, Nathan, 1970, p. 128 et 130). Une transaction, passée une quinzaine de jours avant, donne à l’écu un cours de 4 l. t. (ADSM, 2E1/168, 29 décembre 1420). A fortiori avec un cours supérieur, le prix atteint est considérable.

47 ADSM, 2E1/194, 1er octobre 1465, la vente de son droit sur l’héritage représente la somme de 2 000 l. t., somme à déduire de ce qu’il doit en raison du traité de mariage de sa nièce. La vente, rachetable, est annulée le 8 août 1471. Pour les étables, voir 2E1/225, 17 août 1497.

48 Le terme de cellier est employé au pluriel dans les actes de la fin du XVe siècle. En 1458, la parcelle est achetée par Jehan Le Vignereux pour la somme de 900 l. t., avec 30 s.t. au vin et une pelleterie de 5 l. t. de valeur, à charge de payer au roi 25 s.t. de rente annuelle. On se trouve donc légèrement en dessous de la valeur de 1 000 l. t (ADSM, 2E1/188, 5 juillet 1458). En 1495, lors de son acquisition par Alonce de Cyville, marchand de la paroisse Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, ce dernier débourse 1 200 l. t. auxquelles il faut ajouter 5 l. t. pour le vin, la rente due étant inchangée (17 février 1494, n. s. 1495).

49 Voir Philippe Cailleux, thèse, présentation de l’îlot 8, p. 387-409.

50 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 163-164. Il n’existe pas d’actes de vente avant 1520. À cette date, la partie principale est vendue à un changeur rouennais, Pierre Adam pour 2 500 l. t., à la charge de 30 s.t. de rente. Il s’agit alors de plusieurs maisons, héritages, jardin et tènements (ADSM, 2E1/253, 4 avril 1519, n. s. 1520).

51 Voir Philippe Cailleux, thèse, parcelles 412 et 418, p. 211-217 et 275-286.

52 L’ensemble des parcelles 412-418 est adjugé, en 1475, au plus offrant, pour le prix de 110 l. t. de rente. Cité par ADSM, 2E1/211, 21 septembre 1487.

53 Voir Werner Paravicini, « Charles le Téméraire à Tours », in Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d’histoire urbaine (XIIe -XVIIIe siècle) offertes à Bernard Chevallier, Tours, Publications de l’université de Tours, 1989, p. 54-55 pour le séjour rouennais, du 19 au 21 décembre. Sur cet hôtel particulier, plus connu sous le nom d’hôtel d’Étancourt, voir Charles de Beaurepaire, « Note sur l’hôtel d’Étancourt », in Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 214-216, et Georges Dubosc, Par-ci par-là. Études normandes de mœurs et d’histoire, 2e série, Rouen, Defontaine, 1922, p. 49-59.

54 ADSM, 2E1/186, 6 juillet 1454 – date à laquelle il coûte 800 écus d’or, soit 1 200 l. t., et doit 25 l. 15 s. et 4 d.t. de rente – et G 2088, fos 119-120.

55 ADSM, 2E1/154, 15 novembre 1393 et G 4357, 18 février 1484, n. s. 1485, transaction pour 900 l. t. et 16 l. t. de rente.

56 La présence des emmurées, dont le couvent se trouvait sur la rive gauche de la Seine (Saint-Mathieu), est attestée par une mention du 10 avril 1423 (ADSM, 2E1/170). En 1461, vendu pour 1 270 l. t. et 20 l. au vin, moyennant le paiement de 6 s. 3 d.t. de rente, il passe, pour peu de temps, aux mains des religieux de Bernay (2E1/189, 10 mars 1460, n. s. 1461). L’absence d’acte, après 1471, ne permet pas de déterminer la date de construction du jeu de paume mentionné en 1519 (2E1/252, 16 mai 1519). Le tènement était, à la fin du XIVe siècle, à Jehan de La Moricière.

57 BMR, tiroir 49, registre T1, f° 21, 4 octobre 1490. Aux 836 l. 10 s.t. et 40 l. au vin payés aux vendeurs, Raoul Élies et ses fils, s’ajoute un total de près de 1 874 l. t. pour le rachat et les arrérages des rentes constituées pesant sur le tènement, les rentes foncières anciennes se montant à 4 l. t. en deux rentes.

58 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 322, et Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, Rouen, Lestringant, 1892. Voir infra, l’étude pièce par pièce de la présente partie.

59 ADSM, 2E1/172, 3 et 29 mai. Pour des raisons non déterminables, Pierre Surreau achète le viage et utilise un prête-nom – Oudin Le Riche, son clerc – pour l’achat du fonds. La vente comprend également un jardin, de l’autre côté de la rue du Bec. En 1432, s’ajoute à cet ensemble la maison voisine de la première, rue Courvoiserie, achetée pour 250 l. t. à Guillemin Des Bruieres, orfèvre, demeurant paroisse Saint-Herbland, à la charge de 14 l. t. de rente et de 30 l. t. de rente à viage (ADSM, 2E1/176, 6 janvier 1432, n. s. 1433).

60 ADSM, 2E1/187, 20 septembre 1456. Le cours de l’écu d’or est alors de 30 s.t. Avec les 8 écus du vin, ils représentent donc un total de 1362 l. Le tènement ne doit pas de rente.

61 ADSM, 2E1/184, 2 juillet 1444. Un texte de 1464 évoque deux hôtels ou louages et ajoute aux éléments déjà cités un petit jardin et une cuisine. L’ensemble est alors cédé pour 870 l., à la charge de 15 l. t. de rente (2E1/193, 27 novembre 1464).

62 Nombre minimum bien sûr puisque la valeur de plusieurs tènements reste inconnue, faute d’une transaction. Il faudrait probablement rajouter, par exemple, le tènement de la famille Le Tavernier, assis sur les deux paroisses de Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde, et dont une partie porte l’enseigne de l’Écu de France. L’enseigne paraît attachée à cette famille puisque l’hôtel de la paroisse Saint-Herbland portant la même image lui appartenait également, ce qui n’étonne pas lorsque l’on constate que ce même écu sert de poinçon à l’orfèvre Guillaume Le Tavernier (voir « Les enseignes », p. 279-288). En revanche, nous n’avons pas rangé dans cette catégorie le tènement du Grand-Éperon, étudié dans les pages suivantes. Vendu en 1440 par la veuve de Colin de Clatot, « féron » de la paroisse Saint-Nicolas, en deux fois – fonds et viage – moyennant 348 l. t. (vin compris) pour le premier et 163 l. t. pour le second, il est alors chargé de 2 l. t. de rente que prennent les religieux du Mont-aux-Malades. Ce qui en fait un ensemble proche de la valeur moyenne pour cette période. À nouveau mis en vente dans la dernière décennie du XVe siècle, cette fois-ci en deux parties, il se négocie 1 040 l. t. pour la portion chargée de 30 s.t. de rente et 600 l. t. (vins compris) pour celle chargée de 10 s.t. de rente (ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1489, n. s. 1490 et 2E1/217, 5 août 1493). La montée des prix, très sensible à la fin du siècle et tout particulièrement dans sa dernière décennie, ne peut toutefois expliquer à elle seule cette multiplication par trois du prix du tènement. Un accord, passé en 1488 entre Colin et Robin Petit, deux frères tenants des héritages, fournit probablement un autre élément d’explication : il envisage comment permettre à l’une des portions d’édifier une maison neuve « au lieu ou est assis le vieil » (ADSM, 2E1/212, 12 novembre 1488). La description renvoyant au vieil édifice, nous l’avons placé parmi les demeures plus ordinaires. Le raisonnement à l’aide d’un seuil, méthode dont l’avantage est la commodité, n’en présente pas moins des inconvénients comme l’illustre le présent cas, pour la fin du XVe siècle. La prise en compte d’un seuil indexé sur la montée des prix demanderait, au préalable, la détermination d’un échantillon plus large de belles demeures pour s’assurer que leurs prix suivent la même évolution.

63 Voir ADSM, 2E1/167, 7 mai 1418, pour les liens familiaux, et 2E1/180, 24 octobre 1436, pour le métier.

64 ADSM, 2E1/167, 21 novembre 1418

65 Voir p. 252-255, « Les jardins ».

66 ADSM, 2E1/180, 24 octobre 1436.

67 Voir par exemple un acte du 5 juillet 1458 qui la montre bornée, de ce côté, par la rue devant l’église Saint-Lô mais aussi par une allée menant d’un des hôtels suivants à la même rue (ADSM, 2E1/188).

68 Eustache de La Quérière, Description historique des maisons de Rouen…, tome I, Paris, Didot, 1821, p. 81-83. Voir également Philippe Cailleux et Dominique Pitte, « Une propriété de la famille Mustel, paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge », BAMR, octobre 1991 – septembre 1992, p. 81-87.

69 ADSM, 2E1/174, f° 46. L’intérêt de ce texte n’avait pas échappé à Paul Le Cacheux qui en avait donné une transcription dans Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen, Lestringant, 1931, p. 174-178. Reprendre l’analyse de cet acte nous a paru nécessaire en raison de l’absence de commentaires, de localisation et d’analyse du document par l’auteur. L’existence de plusieurs baux concernant à la fois cette maison et ses voisines nous permet par ailleurs de proposer une restitution de son agencement intérieur. L’enchevêtrement des volumes et de la propriété créait une situation complexe justifiant probablement la demande de mesurage.

70 Dans cet exemple, le « premier étage » ou « étage premier » désigne clairement le rez-de-chaussée.

71 Cette mesure est prise « entre deux postz, dont le post de derriere a sept poux, une ligne moins, lesquelz postz sont de ladicte maison et font cloeson par derriere ». Sur la base d’un pied de 0,324 m (voir glossaire), le « post » ou poteau de derrière avait une dimension d’environ 18,7 cm et le rez-de-chaussée de 5,40 × 3,65 m.

72 Soit 5,35 × 4,08 m.

73 Soit 5,20 × 2,24 m.

74 Soit 2,91 m.

75 Soit 1,74 × 1,82 m pour la cheminée et 0,49 × 0,92 m pour les aisements.

76 Soit 5,68 × 4,45 m.

77 Cette portion comportait deux petites chambrettes avec, au milieu, le conduit de cheminée comme en témoigne un acte du 13 août 1433, date à laquelle elle se trouva rattachée à la présente demeure (ADSM, 2E1/177, f° 160).

78 Soit 5,45 × 2,97 m.

79 Ainsi, en 1402, il est tenu à louage par un nommé Richard Laigle (ADSM, 2E1/158, f° 347 ro).

80 Richart de Saint-Morisse est cité dans la liste des baillis de Dieppe, pour l’archevêque de Rouen, pour les années 1424-1425, par Emmanuel Coppinger dans son introduction du Coustumier de la vicomté de Dieppe par Guillaume Tieullier, Dieppe, Leprêtre, 1884, p. LXXI. Il exerçait en fait cet office en 1423 au plus tard, puisqu’il figure, avec ce titre, dans la liste des officiers prêtant serment à l’échiquier, cette année-là (ADSM, 1B22, 1423). Cardinet le jeune, bourgeois dieppois, était fils dudit Richart.

81 Mahiet Le Jumel appartenait à une famille au sein de laquelle on rencontre plusieurs orfèvres. Un nommé Matheus Le Jumel, très probablement le même, s’était vu concéder un office de changeur aux bailliages de Rouen, Caen et Caux, le 12 décembre 1421. Voir les « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy et Léon Puiseux (éd.), MSAN, tome XXIII, no 1062, 1858, p. 190.

82 Compliquant ainsi l’emboîtement des volumes.

83 Cette somme semble avoir paru insuffisante à Cardinet de Saint-Morisse, expliquant peut-être le retrait lignager, puisque le 10 décembre 1431, il la revendait pour 640 l. t., 5 l. au vin et moyennant le paiement des mêmes rentes (ADSM, 2E1/175, f° 62).

84 ADSM, G 2487 et comptes suivants.

85 ADSM, G 2134, f° 165.

86 ADSM, G 2088 fos 242-243.

87 Encore appelé, selon les comptes, Hans Voissel ou Hance de Vvesel ou encore Hans de Vezel et dont nom et prénom suggèrent une origine hanséatique.

88 Les « lignieres » ou linières disposaient d’une halle à la Vieille-Tour. Voir notamment Charles de Beaurepaire, « Notice sur les halles de la Vieille-Tour de Rouen », Pr. TAR, années 1889-1890, Rouen, 1981, p. 256.

89 La seconde y apparaît pour les années 1447-1450 pour un « hayon » qu’elle tient de la ville comme « revenderesse » de fruits (BMR, registre XX1, f° 20) tandis que la première est mentionnée pour une échoppe, en 1456-1458 (BMR, registre XX2).

90 ADSM, 2E1/194. Les deux frères n’habitent pas Rouen. Guillaume est dit de la paroisse de « Bretheville sur la mer en Vaudesaire » c’est-à-dire Bretteville, dans la Manche à 7 km de Cherbourg, et son frère de Théville, quelques kilomètres plus à l’est. Quelques années plus tard, en 1474, la maison appartient à un brasseur, Robin de Chamberlenc, et à Jehanne sa femme (2E1/200, 1er septembre 1474).

91 Le cas de cette maison illustre la difficulté rencontrée pour dater les maisons rouennaises. Le faire à partir de leurs seules représentations iconographiques est une opération qui présente trop d’incertitudes pour être envisagée. Les maisons datées avec certitude sont trop rares pour autoriser une typologie. L’existence d’actes permettant d’attester une plage de construction – c’est le cas ici – est donc indispensable. Encore faut-il disposer d’une description permettant d’établir que la maison décrite est bien la maison subsistante ! La parenté est possible entre la maison et appentis décrits en 1467 et le bâti dessiné à quelques siècles d’écart. La somme à investir dans la construction, en 1467, insuffisante pour réédifier, montre que l’on procède alors à de sérieux travaux d’entretien. Mais, en raison de la brièveté de la description de 1467, il est impossible d’affirmer qu’une autre maison n’a pas été bâtie dans les décennies suivantes. Cette dernière hypothèse, peu probable si l’on observe la parcimonie du fenestrage, n’aurait en tout cas pas modifié l’organisation de la parcelle.

92 Il existe au moins deux dessins de cette maison. L’un provenant des estampes topographiques du fonds Deglatigny, à la bibliothèque municipale de Rouen, le second du dossier par rue des archives municipales. Une photographie de cette maison est publiée dans Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1900-1939 en 800 photographies, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 188.

93 ADSM, G 2492, Saint-Michel 1457/1458.

94 ADSM, G 2496 et G 2497.

95 ADSM, G 6859, 1453, déclaration du sixième témoin : « ante domum quam nunc inhabitat Michael Reugier speciarus signatam ad intersignum cunabuli » (enseigne du Bers ou berceau).

96 ADSM, G 2088, fos 244-245.

97 Eustache de La Quérière, Description historique…, tome I, Paris, Didot, 1821, p. 148, les localise sur les montants.

98 Compte tenu de l’espace perdu sous les combles. Rappelons que son loyer oscille, vers 1460, entre 10 et 13 l. t.

99 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488.

100 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1489, n. s. 1490, portion vendue 1 020 l. t. avec 20 l. au vin. Le reste est vendu le 5 août 1493 pour 580 l. avec 20 l. au vin, 2E1/217.

101 ADSM, 2E1/228, 4 mars 1499, n. s. 1500, et 2E1/242 pour la vente du 16 février 1508, n. s. 1509.

102 Par la fondation faite à l’église Saint-Lô par Jehan Le Vignereux, en 1484, les trésoriers et paroissiens sont en possession d’un tènement à l’enseigne du Bers, qui est cité par deux des abornements de la maison étudiée. Cette rente provient, très probablement, du bail à rente d’une partie du tènement du Bers, auquel la maison se rattachait auparavant. Pour la fondation, voir ADSM, G 6853.

103 Voir Georges Dubosc, « Une vieille maison de la rue Saint-Lô », BAMR, 1901, p. 51-58.

104 ADSM, 2E1/173, 4 janvier 1427, n. s. 1428.

105 ADSM, 2E1/181, 4 juillet 1439. Le salut d’or a cours, à cette date, pour 29 s. 3 d.t. pièce soit une somme légèrement inférieure à 15 l. t. (voir le même registre, à la date du 20 juin).

106 ADSM, 2E1/216, 15 février 1492, n. s. 1493.

107 La longueur de la parcelle dessinée sur le cadastre napoléonien est voisine de 11,5 m mais, à moins de 7 m de la rue, se lit une minuscule courette suivie de petits édifices. Ce qui laisse supposer un corps de logis sur rue d’une surface au sol de 30 m2 environ. Nous n’avons pas incorporé à l’ensemble présenté deux maisons. La façade de la première, maison natale de Jean Jouvenet située 9 rue aux Juifs, est connue par deux dessins (ADSM, 84 Fi Rouen 55 et 84 Fi 196). Son ornementation, notamment sa porte surmontée d’un gable formant un arc en accolade, et ses fenestrages (toutefois plus rares) ne sont pas sans rappeler ceux du presbytère de Saint-Maclou, 5 rue Eugène-Dutuit, daté par Raymond Quenedey, sans plus de précision, du commencement du XVIe siècle (L’Habitation rouennaise…, planche, p. 168-169). Les actes se rapportant au tènement sont antérieurs. La seconde est sise au 99 de la rue du Gros-Horloge. Cette maison à quatre niveaux (R + 3), dont le premier étage présente un fenestrage continu, à encorbellements et à ferme débordante, a fait l’objet d’une brochure intitulée « Une maison du Moyen Âge, une maquette pour mieux comprendre », Rouen, Musées départementaux de Seine-Maritime, 1985, dans laquelle elle est datée, en raison de ces caractéristiques, de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle. Raymond Quenedey voit en 1524, en raison de deux arrêts du parlement, une date butoir pour les maisons à encorbellements, ibid., p. 86. Nous n’avons pas trouvé, dans les actes du début du XVIe siècle, d’indications éclairant dates et circonstances de sa construction.

108 ADSM, 2E1/174, 6 janvier 1430 (n. s. 1431) ; 2E1/206, 9 octobre 1481 et tiroir 64, 17 mai 1468.

109 ADSM, 2E1/167, 11 septembre 1418 ; 2E1/184, 26 janvier 1444 (n. s. 1445), et BMR, registre T1, f° 27.

110 ADSM, 26 HP4, voir notamment le compte de 1436 et, pour le trésor de Saint-Jehan, l’acte de 1418 (note précédente).

111 Environ 3,60 × 5,60 m.

112 2E1/162, 14 novembre 1408 ; 2E1/171, 18 juillet 1425, et BMR, registre T1, f° 27.

113 BMR, ms. g4, 23-27, 10 août 1438.

114 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422. La maison coûte aux deux frères 10 l. t. (soit 1 l. 5 s.t. par louage) de rente annuelle et le versement de 50 l. t., somme présentée comme don et paiement pour aider à sustenter « la grant multitudes de povres ». À titre de comparaison, les mêmes frères devaient déjà, aux mêmes religieux, 20 l. t. de rente et la somme de 30 écus d’or pour les trois louages voisins, immédiatement à l’est, à l’angle des rues aux Juifs et Grand-Pont (ADSM, G 6859, 17 décembre 1421). La comparaison entre le schéma de restitution et le cadastre napoléonien ne permet pas de retrouver les limites précises de la parcelle d’origine, dans un secteur remanié par la suite. Il faudrait suivre dans le détail l’évolution des parcelles jusqu’au début du XIXe siècle pour mieux comprendre le tracé parcellaire.

115 Le mobilier des maisons rouennaises a été évoqué par Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 323-334, qui a donné en notes, aux pages 323 et 324, les sources utilisées et pour la plupart publiées. Il y mentionne et utilise, entre autres, les deux seules sources se rapportant aux trois paroisses et détaillant le mobilier. Lucien-René Delsalle a repris l’étude du mobilier, à partir des mêmes sources, voir « Derrière les pans de bois » in Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc (1400-1470), Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 44-51.

116 Thomas Le Sueur, plâtrier, utilise, en 1432, 20 mines de plâtre « pro faciendo l’aire galice aule bassa super voultam cellarii et etiam reparando voultam dicte aulle qui erat in pluribus locis fracta et etiam magnas fenestras et treillies de ferro resituando » (ADSM, G 2490). La superposition de deux voûtes laisse entendre qu’il s’agit d’une maison en pierre.

117 ADSM, G 6858, rouleau d’audition des témoins entendus par l’official de Rouen en 1439. Mention des magnas aulas que le témoignage de messire Jehan Le Rat, prêtre, montre situées l’une au-dessus de l’autre.

118 2E1/157, 24 février 1398, n. s. 1399.

119 Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 43-45. Le marché passé avec deux peintres, le 15 décembre 1420, porte principalement sur la décoration d’une chapelle qu’il vient de faire construire en l’église paroissiale.

120 Le rapprochement des deux derniers exemples amène une interrogation : comment interpréter les deux singuliers successifs ? La mention de salle basse seule, dans le second cas, montre qu’il ne doit pas s’agir d’une seule pièce dite à la fois basse et haute. Peut-on y voir alors le signe d’une association fréquente de ces deux pièces aboutissant à une contraction, pour aller plus vite ? C’est probable.

121 ADSM, 2E1/203, 19 avril 1478.

122 ADSM, 2E1/170, 28 décembre 1423.

123 ADSM, 2E1/224.

124 ADSM, 2E1/244, 31 octobre 1509.

125 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488.

126 Les Affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, Michel Mollat (éd.), tome I, Paris, École pratique des hautes études, 1952, p. 111-116.

127 ADSM, 2E1/157, 24 février 1398, n. s. 1399.

128 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 331. Les exemples retenus par l’auteur sont une salle de l’hôtel de ville (1460) et la salle basse de l’hôtel Surreau (1435). Une portion de la maison de Robert Alorge, orfèvre rouennais, offre un exemple où l’abondance de meubles y est moins marquée. Pour la location accordée par le nommé Alorge à un Anglais, peu de temps après la chute de la ville, le rédacteur du bail, après avoir fait le tour des chambres d’étage, en vient au « bas dudit hostel » et recense : près de l’huis, un petit « coffret » ensuite, sans davantage de précision quant au lieu, un « drecheur (dressoir) a coffre, fermant a clé », devant la première cheminée, une table, deux « trestes » (tréteaux), deux « fourmes » (formes ou sièges), et deux « boucques » (chenets), puis, « aupres d’illec », une « rescousse », deux tables, deux « trestes », trois « fourmes » et une sculpture de la Vierge, pour terminer ce niveau par la dalle, la cuisine et une chambre. Chacun des lieux parcourus, avant ou après, se trouvant désigné, on peut supposer que la description centrale renvoie à une grande salle, désignée par trois zones, à moins que l’indication « près de l’huis » ne concerne un couloir. ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419. Sur la « rescousse », voir la note de Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges…, p. 227.

129 ADSM, G 6859.

130 ADSM, 2E1/205, 25 avril 1480.

131 ADSM, 2E1/159, 30 juin 1404.

132 Sur les dix pièces qualifiées de chambres, sept comportent au moins un lit et trois relèvent d’un autre usage. Les lits y ont une largeur comprise entre deux et trois « lez ». Relevons encore que l’une des chambres se trouve « sur le portail ». Voir Les Affaires de Jacques Cœur…, Michel Mollat (éd.), tome I, p. 111-116.

133 Jean Verdon, La Nuit au Moyen Âge, Paris, Hachette (Pluriel), 1995, p. 179 et 193. Voir également Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 329 et 331.

134 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

135 ADSM, 2E1/157, 6 février 1399, n. s. 1400.

136 C’est l’opinion de Raymond Quenedey qui précise : « Dans les textes normands, le terme de solier n’a pas, en général, le sens d’étage ; en effet, les devis et les états des lieux indiquent d’abord le nombre des étages et comptent ensuite les soliers parmi les pièces de la maison », ibid., p. 310.

137 ADSM, 2E1/150, 26 janvier 1360, n. s. 1361.

138 ADSM, 2E1/151, 11 octobre 1363.

139 ADSM, 2E1/152, 23 septembre 1372.

140 ADSM, 2E1/152, 29 avril 1373.

141 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.

142 ADSM, G 4402, 4 juin 1426.

143 ADSM, 2E1/151, 10 avril 1364.

144 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443.

145 ADSM, 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434.

146 BMR, tiroir 50, 30 juillet 1453. La maison se trouvant placée au long de la tour du beffroi, les conseillers de la ville empêchent donc le preneur d’y faire un cellier ainsi que de construire plus haut que ne s’élève la maison voisine.

147 ADSM, 2E1/206, 20 janvier 1481, n. s. 1482.

148 ADSM, 2E1/178, 19 mars 1434, n. s. 1435, « escarrye » signifie de forme carrée.

149 ADSM, 32 H, samedi après Quasimodo 1333. Les dimensions évoquées paraissent bien petites puisque la surface de la chambre dépasse à peine 5 m2.

150 ADSM, 2E1/205, 21 octobre 1480.

151 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419. Texte partiellement édité dans Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges…, p. 226-227 et daté de mars 1420 (n. s.). La référence donnée, le 18e registre du tabellionage correspond en fait aux années 1418-1419.

152 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479. Autre mention d’une chambre appelée « la chambre painte » pour une maison de la paroisse Saint-Godard au 2E1/154, 2 décembre 1393.

153 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462. La mention d’un appentis nommé paradis, rencontrée pour une maison de la paroisse Saint-Candé-le-Jeune, doit-elle faire rechercher une autre explication à cette désignation (2E1/196, 12 mars 1467, n. s. 1468) ?

154 ADSM, 2E1/218, 26 février 1493, n. s. 1494, et 2E1/182, 22 mai 1441. Dans ce dernier exemple, messire Nicolle Mannourry, prêtre, réserve son droit et ce notamment « en une chambre derriere, en hault, la ou ledit messire Nicole estoit logié ».

155 Le terme de boutique ou « bouticle » ne se rencontre que rarement. On le trouve dans l’inventaire de la maison d’Hugues Aubert, receveur des Aides à Rouen, dressé en 1453. Voir Les Affaires de Jacques Cœur…, Michel Mollat (éd.), tome I, p. 111-116.

156 ADSM, 2E1/224, 10 octobre 1496.

157 ADSM, 2E1/181, 13 mai 1440.

158 ADSM, 2E1/197, 4 octobre 1468.

159 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474. Il s’agit de pieds à main, terme expliqué dans le glossaire. L’ordre de grandeur est donc légèrement supérieur à 6 × 5,1 m (valeur reposant sur le pied à pied), avant partage.

160 ADSM, 2E1/183, 14 avril 1442.

161 ADSM, 2E1/164, 29 mars 1412, n. s. 1413.

162 ADSM, 2E1/168, 10 novembre 1420.

163 ADSM, G 7462.

164 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen, Lestringant, 1931, documents, p. 22, 22 février 1420, 1421 n. s. et ADSM, 2E1/169, 3 mai 1421. Ces neuf échoppes sont dites sur la rue aux Tailleurs. Il n’est pas exclu que l’hôtel en comporte d’autres.

165 ADSM, 2E1/169, 22 juillet 1421.

166 Soit des dimensions d’environ 3 × 4 m pour 2,60 m de haut. ADSM, 2E1/178, 18 février 1434, n. s. 1435.

167 ADSM, 2E1/167, 23 septembre 1419.

168 ADSM, 2E1/169, 22 juillet 1421.

169 ADSM, 2E1/181, 19 mars 1439, n. s. 1440.

170 ADSM, 2E1/164, 22 septembre 1412 et 2E1/212, 14 avril 1488.

171 Les dimensions de l’ensemble étal-échoppe sont également données : 9 pieds séparent la rue de la solle de la paroi de derrière. L’ouvrage est dissymétrique puisque mesurant 7 pieds 1 pouce à l’arrière et 10 pieds 4 pouces sur le devant, pour une hauteur de 8,5 pieds. « Et au coing de devant icellui estal, vers ladite rue de Dourdonne, a ung petit cabaret contenant trois piez deux poux de lé et de long quatre piez deux poux ou environ le tout pié a main » soit une surface probablement inférieure à 10 m2 pour le premier et 1,5 m2 pour le second. (ADSM, 2E1/180, 22 septembre 1436). On peut envisager que ce nom provienne du mode de couverture de cette excroissance, peut-être couverte par une portion de toit en saillie ou avant-toit auquel on donne en Normandie le nom de « cabaret ». Voir Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, tome I, Paris, Vieweg, 1881, p. 763.

172 ADSM, 2E1/172, 13 décembre 1426.

173 ADSM, 2E1/163, 12 juillet 1411.

174 ADSM, 2E1/183, 6 décembre 1442. Nous n’avons pas trouvé trace de contrat de location de la maison à un épicier alors que plusieurs résident dans les maisons voisines.

175 ADSM, 2E1/190, 21 septembre 1461. Un prédécesseur, Jehan Duchemin, exerçait la même activité. Voir G 9195, f° 34, 27 février 1446, n. s. 1447.

176 ADSM, 2E1/205, 14 décembre 1480, mention du four et 2E1/209, 11 décembre 1483, mention du successeur G 9892, 12 avril 1516.

177 Philippe Cailleux, « La disparition d’un îlot rouennais à la fin du XVe siècle : contribution à l’histoire du palais de justice », BAMR, octobre 1994 - septembre 1995, p. 67 et n. 21.

178 « Aucun inventaire d’atelier ne nous étant parvenu, il n’est pas possible de savoir si les maisons de métallurgistes possédaient un équipement particulier. Cependant, on constate que plusieurs générations de “fèvres” se succédèrent dans certains immeubles. Dans d’autres cas, c’est un boulanger qui remplace un serrurier. Le four à pain n’aurait-il pas alors succédé au foyer de la forge ? La permanence des installations est manifeste dans l’un des immeubles où entre 1427 et 1590 se suivirent un serrurier, un taillandier, un coutelier, deux fondeurs, puis à nouveau un serrurier », Denis Cailleaux, « Les serruriers de Sens à la fin du Moyen Âge », in Hommes et Travail du métal dans les villes médiévales, Paris, Association pour l’édition et la diffusion des études historiques, 1988, p. 89.

179 ADSM, 14 H 20, fos 104 et 105.

180 Il est probable que le pressage du drap évoqué ici renvoie au catissage. « Cette opération consistait à intercaler entre les plis du drap de petites planchettes de bois. Le drap ainsi plié, bien d’équerre, était introduit dans une presse afin de “maintenir bien parallèles et lisses les fibres de laine”. Le catissage était une pratique courante en Normandie », Francis Concato, « La technique drapière en Normandie à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles) », AN, no 2, 1975, p. 93-94. La citation de l’auteur provient de Guy de Poerck, La Draperie médiévale en Flandre et en Artois. Technologie et terminologie, Bruges, De Tempel, 1951, tome I, p. 149.

181 ADSM, G. 6859. « Le ramage ou tendage était destiné à donner aux draps des dimensions conformes aux statuts […] à Rouen, il semble que le drap n’ait été tendu qu’après avoir été tondu », Francis Concato, « La technique drapière en Normandie… », p. 90. Il est à remarquer que ces interventions sur le drap ne commencent qu’au stade des apprêts. Mais rappelons que nous ignorons tout du reste de la maison.

182 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

183 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.

184 ADSM, G 6859, XVe siècle.

185 ADSM, 2E1/167, 15 décembre 1418.

186 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 5 et 13. L’énumération des pièces ne mentionne pas d’étude. Ce que relève avec exactitude Raymond Quenedey lorsqu’il procède à l’énumération des pièces (L’Habitation rouennaise…, p. 322). On est donc surpris de lire, quelques pages plus loin, qu’une telle pièce spéciale y existait, ibid., p. 331. L’étude mentionnée renvoie très probablement à un meuble.

187 Les Affaires de Jacques Cœur…, tome I, p. 111-116.

188 L’acte de 1418 évoqué précédemment laisse planer un doute. Après avoir décrit la parcelle comme comportant cuisine, ouvreur, basse chambre et des aisements, la description s’attache à ce qui tient à clou et à cheville sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’autres pièces – la première liste paraît incomplète – ou du mobilier.

189 ADSM, 2E1/244, 31 octobre 1509.

190 Voir p. 205 du présent ouvrage et Philippe Cailleux, « Une maison de “marchans et gens de mestier” à Rouen en 1430 », BAMR, octobre 1993 - septembre 1994, p. 86.

191 ADSM, 2E1/172, 4 avril 1426.

192 ADSM, 2E1/170, 28 décembre 1423.

193 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

194 ADSM, 2E1/200, 25 janvier 1474, n. s. 1475.

195 Soit environ 5,2 × 2,2 m.

196 Approximativement 16 m2.

197 ADSM, 2E1/205, 18 décembre 1480.

198 ADSM, 2E1/164, 7 janvier 1412, n. s. 1413.

199 « Pot laveur a deux tuyaulx » dans la cuisine de Pierre Surreau, « laveur a deux chantepleures » à l’hôtel de la Couppe, rue des Ferroniers (voir Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais…, p. 47), « lavoer de cuyvre a deux tuaux », à l’hôtel d’Hugues Aubert, receveur des Aides à Rouen (voir Les Affaires de Jacques Cœur…, p. 111-116). Cette dernière cuisine semble par ailleurs assez vaste pour qu’on y trouve notamment deux grosses tables.

200 15 mars 1454, n. s. 1455.

201 ADSM, 2E1/212, 11 juin 1488, et 2E1/217, 5 août 1493.

202 ADSM, G 2089, f° 380.

203 Pour le bois de chauffage : « Ung quarteron de gloe ou environ, cent et demi de fagotz ou environ, tant grans que petiz ». Le baril de sel gros contient environ une mine. Voir Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 88-89, qui aborde en notes les problèmes de métrologie.

204 ADSM, 2E1/150, 14 avril 1361, n. s. 1362. Les contractants possèdent tous deux des biens rouennais mais la paroisse n’est pas ici précisée.

205 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise, p. 312-313.

206 ADSM, 2E1/151, 22 septembre 1364.

207 ADSM, 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434. La paroisse n’est pas indiquée. Peut-être s’agit-il de la paroisse Saint-Vincent sur laquelle ont résidé plusieurs membres de cette famille.

208 BNF, P.O. 2924, dossier Du Valricher, 64971, 14 avril 1385. Sur cette armée de la mer, en 1385, voir Françoise Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, p. 148.

209 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479.

210 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.

211 ADSM, 2E1/222, 15 janvier 1495, n. s. 1496.

212 Et non d’un plafond dont l’usage est, à coup sûr, plus rare : « Un caractère important résulte des textes qui donnent des détails de construction un peu précis : même en sous-sol, le cellier est surmonté d’un plafond », Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 313-314. Nous avons relevé une seule mention, à la fin du XVe siècle, montrant qu’on envisage alors les deux techniques. Il est en effet autorisé de construire sous une allée à condition de « dessoubz faire si bonne voulte ou plancher. » (ADSM, 2E1/214, 10 avril 1491, n. s. 1492).

213 Voir à la rubrique « seulle », p. 234.

214 ADSM, 2E1/214, 9 avril 1491.

215 ADSM, J759, f° 127.

216 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.

217 ADSM, 2E1/158, f° 387 vo.

218 ADSM, 2E1/211, 18 novembre 1487, parcelles 615 et 616 de Saint-Lô.

219 ADSM, 2E1/224, 10 octobre 1496.

220 ADSM, 2E1/158, 14 septembre 1402.

221 ADSM, 2E1/224,

222 ADSM, 2E1/181, 4 avril 1440, Saint-Lô, parcelles 604 et 605.

223 Voir ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419, et 2E1/200, 15 novembre 1474.

224 ADSM, G 2517, compte de 1498-1499, travaux de hucherie, 12 juin.

225 ADSM, 2E1/233, 14 février 1502, n. s. 1503, et 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479.

226 ADSM, 2E1/191, 18 octobre 1462 ; 2E1/157, 28 octobre 1398, et 2E1/197, 4 octobre 1468.

227 ADSM, 2E1/178, 8 mars 1434, n. s. 1435.

228 ADSM, 25 HP 1.

229 ADSM, 2E1/187, 29 novembre 1456.

230 ADSM, 2E1/158, f° 308.

231 ADSM, 2E1/171, 18 juillet 1425.

232 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440.

233 ADSM, 26 HP 32, 27 juillet 1499, Saint-Lô, parcelles 109-111. Cas non isolé puisque, quelques mois plus tard, les mêmes religieux imposent une clause similaire à Jehan de Boutigny, demeurant alors audit prieuré, lorsqu’il leur prend à rente et à héritage une maison de la rue Percière, paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle : « Par ce que ledit Jehan de Boutigny promist faire ediffier, endit heritage dessus bourné, ung cellier de pierre voulté de la longueur dudit heritage, dedens trois ans prouchain venans du jourduy, jusques a la valeur de la somme de 40 l. t. », 2E1/229, 10 avril 1500, n. s. 1501. En 1464, on mentionne, paroisse Saint-Pierre-du-Châtel, un cellier que Richart Dubost « puis nagueres eust encommenché a faire faire dedens ladite neusve maison […], qui encore est a parfere » (ADSM, 2E1/193, 17 octobre).

234 ADSM, 2E1/220, 7 octobre 1494.

235 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 90-91. Le poinçon vaut une demi-queue. Le vin de Conihout était produit dans ce hameau et dans les paroisses environnantes, en aval de Rouen, tout près de Jumièges.

236 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

237 ADSM, 2E1/200, 15 novembre 1474.

238 BMR, registre U1, f° 203, sentence du 26 février 1404, n. s. 1405. Il est fait mention du fer descendu en la ville de Paris par « un nommé Vybert, marchant de Rouen » en qui l’on peut voir Jehan Vibert, marchand de fer ou « féron » apparaissant à maintes reprises dans la documentation de cette période.

239 Dans son ouvrage sur Winchester médiéval, Derek Keene, après avoir constaté la forte concentration de celliers dans le centre commerçant de la ville, leur prête un double rôle de stockage mais aussi de vente. Il relève également, au début du XVe siècle, l’interchangeabilité, dans certains cas, des termes cellar et tavern Voir Derek Keene, Survey of Medieval Winchester, Oxford, Clarendon Press, 1985, t. I, p. 165-167. Cité par Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen du XIe au XIIIe siècle, la maison romane », AM, 1994, p. 270, n. 53.

240 ADSM, 2E1/167, 21 novembre 1418.

241 ADSM, 2E1/170, f° 19 et 2E1/172, fos 126-127.

242 Se reporter au chapitre précédent.

243 On trouve encore des traces de celliers non complètement enfouis dans la première moitié du XIVe siècle. C’est pour un tel cellier que Jehan de Nonancourt, chanoine de la cathédrale, achète le fonds d’une pièce de terre à ses voisins « pour avoir une veue tant seulement doreenavant en un chelier […] de deux piez de carreure de creux par dessus terre » (ADSM, G 2088, f° 46, 1340).

244 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398, et 2E1/169, 2 novembre 1421.

245 ADSM, 2E1/186, 17 février 1454, n. s. 1455, et 2E1217, 31 mai 1493.

246 ADSM, 2E1/213, 28 mars et 6 avril 1489, n. s. 1490, et 2E1/218, 24 octobre 1493.

247 BMR, tiroir 24 et 2E1/187, 25 mai 1456.

248 ADSM, G 4846, 31 mars 1533, n. s. 1534.

249 Les devis et les états de lieux mentionnent généralement soit un cellier, soit une cave, mais jamais l’un et l’autre. Sauf dans un devis de 1424, où les termes sont employés pour désigner un même local, la distinction est nette. Elle se trouve mise en évidence par un devis de 1614, où il est dit : « Avand de faire laquelle cave il convient desmollir le cellier de présent faict soubz la maison », Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 313. L’auteur a-t-il réalisé que le devis de 1424 ne concernait pas une maison rouennaise mais un manoir rural de la paroisse Notre-Dame-de-Douville, comme il est précisé au feuillet précédant le devis ? La netteté de la distinction provient en fait d’une analyse erronée du cellier (voir p. 236 du présent ouvrage).

250 Sur la différence d’usage du terme garde-robe entre France et Angleterre voir Margaret Wood, The English Mediaeval House, Londres, Bracken Books, 1983, p. 377 : « It is the polite version of “latrine”, and may be confused with the mediaeval wardrobe (French garderobe), which was then not a piece of furniture but an important storage chamber for the dress materials acquired at the great fairs, clothing and valuables, a room with a fireplace, and in which dressmaking and similar work was done. » ADSM, 2E1/205, 21 octobre 1480. La réservation comporte également le droit d’aller aux « retraits » de la maison.

251 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1489, n. s. 1490. L’existence d’une telle pièce n’est pas relevée dans l’hôtel de Pierre Surreau. Dans une maison de la paroisse Saint-Laurent, à l’enseigne de la Fleur de lys, à l’extrême fin du XIVe siècle, un grenier est dit « de dessus la garde robe » (ADSM, 2E1/157, f° 315).

252 Pour le premier hôtel : ADSM, 2E1/169, 19 mars 1421. La pièce est équipée de fenêtres, « lesquelles fenestres d’icelle despence seront par ledit de Resenchon trillies de fer ». Pour le deuxième, ADSM, 2E1/167, 15 décembre 1518. Pour le troisième, voir Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 50-51. Pour la maison de la paroisse Saint-Lô, voir ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494. Dès le XIIIe siècle, on trouve mention d’une dépense pour une maison de la paroisse Saint-Maclou, décrite en 1240. Entre l’aula et les greniers, se trouvent en effet « quator camere, garda roba cum expensa » (ADSM, G 4321).

253 La vente d’une maison de la paroisse Saint-Ouen de Rouen comporte notamment le droit de « mectre ung ponchon ou deux de boesson en une chambre basse nommee la despence », ADSM, 2E1/182, 22 mai 1441. Ce ne sont pas moins de 298 livres d’étain que l’on trouve dans une autre dépense rouennaise, celle de l’hôtel de Huguet Aubert, sur une paroisse non citée. Il est vrai que cette résidence ne comporte ni cellier, ni seulle. Voir Les Affaires de Jacques Cœur…, tome I, p. 111-116.

254 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462.

255 ADSM, 2E1/187, 29 novembre 1456. Pour le « bouel », voir la rubrique « cellier ».

256 Une maison de la paroisse Saint-Maclou, dont l’organisation des étages est connue par une copie d’un acte de 1241 (n. s.) se termine cum granariis superioribus (ADSM, G 4321). Le louage d’un « manoir et ménage » est accordé en 1361 à l’exception du grenier lui-même déjà loué (ADSM, 2E1/150, 6 avril 1361). L’observation de Raymond Quenedey « Il ne cesse d’être mentionné par les textes à partir de 1405. L’insuffisance de documents ne permet pas de remonter aux époques antérieures », tient en fait davantage aux sources utilisées par l’auteur (L’habitation rouennaise…, p. 311).

257 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418 ; 2E1/181, 13 mai 1440 et 2E1/228, 4 mars 1499, n. s. 1500.

258 ADSM, 2E1/183, 30 mars 1442, n. s. 1443.

259 ADSM, 2E1/159, 11 octobre 1403.

260 Philippe Cailleux, « Deux notices sur des maisons médiévales rouennaises », BAMR, octobre 1993 - septembre 1994, p. 81. Faut-il voir, dans le surcroît, la partie se trouvant au-dessus ou au contraire au-dessous de ce plancher supplémentaire ? L’énumération donnée pour chacun des louages, ordonnée de bas en haut, termine logiquement par les surcroîts : « ung celier et vers la rue ouvreur et en derriere une sallette acheminee, par en hault deux chambres dont l’une sera acheminee avec les greniers et sourcroiz ».

261 ADSM, 2E1/172, 3 mai 1426.

262 ADSM, G 6859. Cette utilisation insolite est relevée par Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec », Pr TAR, 1853-1854, p. 318-319. Ces noces ne pouvaient être célébrées que « par le congié et auctorité de nosseigneurs les vicaires de l’archeveschié de Rouen et l’official dudit lieu », G 6859.

263 ADSM, G 6859, contestation entre le curé de Saint-Lô et celui de Notre-Dame-la-Ronde, pièce non datée (milieu du XVe siècle). Cette donation concernait aussi une parcelle située de l’autre côté de la rue aux Juifs et a pour cette raison été détaillée plus haut pour la parcelle 415 de la paroisse Saint-Lô.

264 ADSM, 2E1/212, 21 avril 1488 et 2E1/177, 7 mars 1433, n. s. 1434.

265 Louis Poan de Sapincourt, « La chapelle de l’ancien hôtel de ville de Rouen. Notice sur la partie mise à jour en janvier 1910 », BAMR, année 1910, p. 69-74 ; et André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 35 et 39.

266 Ibid., p. 39.

267 Raymond Quenedey, désignant l’avant-solier comme un bâtiment en surplomb dont le rez-de-chaussée était laissé en totalité ou en partie libre à la circulation, distingue donc deux catégories : la première correspond aux galeries ménagées sous les maisons et avançant sur la voie publique, la seconde les passages traversant les bâtiments élevés au-dessus des rues (L’Habitation rouennaise…, p. 87). Si le terme d’avant-solier est bien utilisé au Moyen Âge pour les deux catégories, les expressions « travers de rue » et « alleur » sont au moins aussi fréquentes et établissent une claire distinction.

268 ADSM, G 2088, f° 45, avril 1285 ou 1286.

269 ADSM, G 2088, fos 34 à 39.

270 ADSM, G 2088, f° 59, et G 4402.

271 ADSM, 2E1/209, 3 janvier 1483, n. s. 1484.

272 ADSM, 2E1/174, 12 juillet 1430 ; 2E1/177, 13 août 1433 ; 2B 765, f° 221, compte du domaine ordinaire de la vicomté de Rouen de 1590, où il est noté « ung alleeur ». La rue des Belles-Femmes fit l’objet dans la deuxième moitié du XVIe siècle d’un élargissement. Dans une lettre de Charles IX au bailli de Rouen, en date du 21 décembre 1566, prescrivant l’élargissement de la rue, on peut lire : « Aussi que sur lad. voye et rue est basty une petitte maison de peu de valleur et partye de quelques aultres qui anticippent sur icelle, mesmes environ le melieu de lad. rue y a ung certain petit bastiment qui traverse en forme de porche, et va l’on de maison en l’aultre, qui corrompt l’air et la veue de lad. rue et autres maisons voysinnes comme ainsy en plusieurs autres lieux et endroictz de lad. ville sur semblables passages et destroictz qui peuvent apporter tel et semblable preiudice au public contre nos edictz et ordonnances […] ». Voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 84. Relevons encore ce pont en travers de la rue aux Vieilles, paroisse Saint-Vincent (2E1/245, 29 décembre 1510). Autres exemples cités, ibid., p. 89.

273 Voir Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 35, qui rapporte également qu’à Nice, en 1157, « les consuls niçois ne peuvent interdire à l’évêque d’élever un passage voûté, une “crypta” (sic), au-dessus d’une ruelle, pour relier deux blocs de bâtiments lui appartenant ».

274 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 88.

275 Les pièces se rapportant à la première maison citent des avants-soliers à partir de 1456 (ADSM, 2E1/187, 6 décembre 1456). Un acte de 1489 montre que l’avant-solier appartient bien à la maison située derrière (ADSM, 2E1/213, 22 octobre 1489). Cette dernière doit une livre de poivre au roi mais aucune rente à la ville (voir par exemple l’acte du 6 décembre 1456). La maison suivante doit 4 l. t. de rente au roi (2E1/242, 22 janvier 1508). L’origine de ces rentes n’est pas indiquée. Il faut cependant noter que la maison située à l’angle des rues Grand-Pont et de la Chapellerie ne verse aucune rente au roi (mais une à l’hôpital du roi en la rue Saint-Ouen). Une autre rente, due à Saint-Lô, permet de faire remonter à 1449 au plus tard l’existence des avant-soliers puisqu’à cette date les comptes du prieuré retiennent que l’hôtel qui fut à un nommé Dubusc se trouve « soubz les avansolliers prez Nostre Dame » (ADSM, 26 H, carton 4).

276 ADSM, 2E1/164, 4 janvier 1412, n. s. 1413.

277 ADSM, 2E1/241, 15 septembre 1507.

278 ADSM, 2E1/186, 19 octobre 1454. Il faut dès lors supposer qu’il existait un moyen de franchir la Renelle, petite rivière traversant l’îlot compris entre ces deux rues.

279 ADSM, 2E1/184, 26 janvier 1444, n. s. 1445.

280 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

281 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478, n. s. 1479, et 2E1/214, 10 avril 1491, n. s. 1492.

282 ADSM, 2E1/214, 10 avril 1491, n. s. 1492.

283 ADSM, 2E1/220, 7 octobre 1494, Saint-Lô.

284 ADSM, 2E1/184, 3 juin 1444.

285 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

286 ADSM, 2E1/233, 9 décembre 1502

287 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 315.

288 ADSM, 2E1/191, 20 juillet 1462.

289 ADSM, 2E1/183, 13 mars 1442, n. s. 1443.

290 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 85. Le poinçon ou « ponchon » vaut deux caques et demi.

291 Voir la rubrique « jardins », p. 252.

292 ADSM, 2E1/180, 25 février 1436, n. s. 1437. Sur le pied à main se reporter au glossaire. La dimension est légèrement supérieure à celle obtenue avec le pied à pied qui donne, lui, une surface de l’ordre de 5 m × 2,6 m ou 13 m2.

293 ADSM, 2E1/184, 9 janvier 1443.

294 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

295 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440. Voir p. 274 du présent ouvrage, « L’évacuation de l’eau ».

296 ADSM, 2E1/175, 17 avril 1431, n. s. 1432.

297 BMR, tiroir 258, 7 novembre 1499.

298 ADSM, 2E1/184, 3 juin 1444.

299 Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 88-89.

300 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

301 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

302 Voir à cette rubrique.

303 ADSM, 2E1/154, 10 janvier 1390, n. s. 1391.

304 ADSM, 2E1/150, f° 122.

305 BMR, registre A6, f° 95, 7 juin 1410.

306 « decimam fructuum crescentum in orto », ADSM, G 6859.

307 2E1/155, f° 179 vo.

308 ADSM, 2E1/172, 29 mai 1426.

309 ADSM, 2E1/174, 21 mai 1430.

310 ADSM, 2E1/154, 24 octobre 1393.

311 Environ 90 m.

312 BMR, registre XX1, f° 28.

313 ADSM, 2E1/154, 20 juillet 1391.

314 BMR, registre A5, f° 40, 3 février 1404, n. s. 1405, cité par André Cerné, Les Anciens Hôtels de Ville de Rouen…, p. 41.

315 BMR, registre XX1, f° 28.

316 ADSM, 2E1/173, 18 janvier 1428 n. s.

317 ADSM, 2E1/154, 8 mars 1392, n. s. 1393.

318 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec », p. 318. Sur la vigne à Rouen voir les observations du même auteur dans Notes et documents concernant l’état des campagnes de la Haute-Normandie dans les derniers temps du Moyen Âge, Évreux, Huet, 1865, p. 108-109.

319 Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancien Hôtel de l’abbaye du Bec », p. 316.

320 Philippe Lardin, « L’archevêché de Rouen au XVe siècle, transformations et réparations courantes », BAMR, octobre 1992 - septembre 1993, p. 63.

321 2E1/152, 4 avril 1372.

322 Lorsqu’il faut réglementer, en raison des abus, l’usage de la fontaine Massacre, il faut prévoir une amende pour les tenants des hôtels « qui respondront de leurs gens et serviteurs ». Sont notamment visés – pour les usages non professionnels – les Rouennais qui font laver leur linge (BMR, tiroir 75, 1490 n. s.). Sur l’approvisionnement en eau comme corvée féminine, voir Françoise Piponnier, « L’univers féminin : espaces et objets », in Histoire des femmes en Occident, II, le Moyen Âge, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Plon, 1991, p. 349.

323 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 232.

324 ADSM, G 2481, compte de 1407-1408.

325 ADSM, G 2487.

326 ADSM, G 2088, f° 31 et suivants.

327 ADSM, 2E1/152, 2 juillet 1371.

328 2E1/177, 9 mars 1433, n. s. 1434.

329 Il est à l’origine d’un différend entre les religieux du Bec, qui tiennent le manoir depuis 1429, et le chapitre de la cathédrale, ce dernier ayant fait couper « certain conduit ou tuyau de plomb yssant du grant tuyau par lequel court l’eaue de la fontaine du cymetiere de ladite eglise de Rouen. Et par icellui tuyau entroit l’eaue en la fontaine de l’ostel ». Voir ADSM, G 4260, 1er septembre 1490. Les cordeliers mais aussi les religieuses de Saint-Amand bénéficiaient également d’une fontaine. Au long du cours de la fontaine du Chapitre, les deux maisons citées ne sont pas les seules à prélever de l’eau ; c’est également le cas d’une maison de la rue Saint-Laurent, dans le cellier de laquelle se trouve, « en la paroy comme l’en devale par le degrey », un « baril » fermant à clef pour servir à la maison uniquement. Voir Albert Tougard, « Notice sur la fontaine du Chapitre », BCDA, tome XII, 1902, p. 278.

330 L’usage de la fontaine de l’aître Notre-Dame est réglementé par le chapitre et probablement surveillé par ses sergents. En 1319, l’official de Rouen s’élève contre l’auteur d’un « détournement ou empêchement » du cours de la fontaine, au cimetière, qu’il dit servir aux prêtres et chapelains mais également « ad communem utilitatem civium civitatis » (André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 52). Pierre de Quièvremont est mis à l’amende, en 1376, pour y avoir jeté un homme et, en 1480, il est fait défense aux femmes, sous peine d’excommunication, d’y faire leur lessive et d’y laver des intestins de porc. Voir Albert Tougard, « Notice sur la fontaine du Chapitre », p. 279. La présence, dans le fonds du prieuré Saint-Lô, d’un mandement de Charles VI adressé au bailli de Rouen lui commandant de déterminer la liste des paroisses et personnes devant contribuer aux frais de réparation d’« un soursin de fontaine nommee la fontaine Gaalor » suggère une contribution du prieuré ou de la paroisse ou même des deux. Le fait que certaines paroisses de la ville soient seulement mises à contribution doit-il laisser penser qu’alors seuls les paroissiens de ces dernières puisaient de l’eau aux fontaines ? (ADSM, 26HP 105, 14 février 1414, n. s. 1415). L’existence d’une fontaine, rue Saint-Lô, est fort probable au début du XVe siècle.

331 Vers la fin du cours du Chapitre, en 1415, on parle du « pyssot et yssue d’eaue qui vient du revestiaire en ladicte rue ».

332 Pour cette fontaine, voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 114 et suiv.

333 Voir les indications relevées à chacun de ces éléments de la parcelle.

334 Maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.

335 ADSM, 2E1/241, 15 septembre 1507. Dans ce partage la cour et le puits se trouvent entre les deux lots.

336 ADSM, 2E1/180, 25 février 1436, n. s. 1437.

337 ADSM, 2E1/179, 12 mars 1435, n. s. 1436. Cette concession est étroitement liée à la constitution de rente qu’elle accompagne puisqu’en cas de rachat, le crédirentier perd son droit avant expiration du délai prévu.

338 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

339 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 114. Sur les droits des tanneurs, voir le tiroir 24 du chartrier de la ville.

340 Charles de Beaurepaire, « Les étuves de Rouen », BCDA, tome XI, p. 82-88. Complétant la liste des étuves recensées par Nicétas Périaux dans son Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen, revue de ses monuments, Rouen, Le Brument, 1870, p. 215-218, l’auteur n’en trouve pas davantage sur les trois paroisses.

341 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

342 Pierre Garrigou Grandchamp, Demeures médiévales. Cœur de la cité, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 90.

343 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 315.

344 Soit 4 × 4 m. ADSM, 2E1/169, 28 octobre 1421.

345 ADSM, 2E1/183, 6 décembre 1442, 2E1/177, 13 août 1433, et 2E1/213, 15 mars 1489, n. s. 1490.

346 Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé, XIVe -XVe siècle », in Histoire de la vie privée, II, de l’Europe féodale à la Renaissance, Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Paris, Le Seuil, 1985, p. 461.

347 Après l’intervention de deux plâtriers, payés pour avoir replâtré « le trou de dessus la fosse des privees » et refait le siège, c’est un huchier qui réalise les deux sièges proprement dits (ADSM, G 4337).

348 Philippe Cailleux, « Une maison de “marchans et gens de mestier”… », p. 86.

349 ADSM, 2E1/220, 15 novembre 1494.

350 Voir p. 203-205, « Le tènement d’un étamier, rue Grand-Pont (1418) ».

351 ADSM, 2E1/183, 30 août 1443.

352 ADSM, 2E1/205, 25 avril 1480.

353 ADSM, 2E1/209, 11 décembre 1483.

354 ADSM, 2E1/192, 18 janvier 1463, n. s. 1464.

355 ADSM, 2E1/169, 28 octobre 1421.

356 ADSM, 2E1/200, 7 juin 1474.

357 ADSM, 2E1/248, 25 avril 1513.

358 ADSM, 2E1/184, 25 septembre 1444.

359 ADSM, 2E1/209, 16 mars 1483, n. s. 1484.

360 ADSM, 2E1/174, 11 novembre 1430.

361 BMR, tiroir 50, 16 octobre 1464. Pour un probable partage par moitié, les frais s’élevaient donc à 7 l. 5 s.t. Incluaient-ils des dépenses d’entretien ? Ces aisements se trouvaient à proximité de la grande salle de réunion de la ville. Les conseillers rouennais avaient peut-être en mémoire les mésaventures de leurs prédécesseurs, victimes de la chute d’aisements partagés entre la ville et un nommé Michel Le Barrier. Ces derniers ayant « cheus et fondus », ils « portoient si mauvaise oudeur que ou dit manoir dicelle ville ne povoit aucun bonnement converser », BMR, tiroir 50, 28 février 1397, n. s. 1398.

362 ADSM, G 2120, f° 8. La cédule est datée du 20 décembre 1401. Le marché comporte également d’importants travaux de réfection. Le manoir, occupé alors par maître Jaques de Fréville, chanoine, se trouve près de la cathédrale.

363 Voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 98 et Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues…, p. 155. On en trouvait de semblables à Loches et Tournai : voir Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé… », p. 461.

364 Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues…, p. 152, signale l’existence de retraits ou latrines de la ville, rue du Vieil-Pont, non loin du couvent des Cordeliers, très probablement sur la Renelle, à une date imprécise, peut-être 1400-1403.

365 BMR, tiroir 75, pièce de l’avant-dernière décennie du XVe siècle, non complètement datée, non signée et non scellée attachée à une seconde, en date du 7 avril 1489, n. s. 1490, dans laquelle le mode de répartition des amendes est différent de celui envisagé dans la précédente. On peut supposer que des difficultés s’élevèrent, de la part de la ville sur ce dernier point puisqu’à la répartition moitié au roi moitié au sergent est substituée celle d’un tiers au roi, un tiers à la ville – pour payer les commissaires à instituer sur ce fait – et un tiers aux dénonciateurs.

366 Ordonnance citée très brièvement par Raymond Quenedey et publiée intégralement par Gustave Panel, Ordonnances de 1519 sur le fait de la chose publique à Rouen, Rouen, Lainé, 1925. Par rapport à l’ordonnance de 1512 un certain nombre de mesures sont répétées mais celle concernant les latrines est nouvelle. Voir Charles Lormier, Ordonnances contre la peste et autres ordonnances concernant la salubrité publique dans la ville de Rouen rendues par la cour de l’échiquier de 1507 à 1513 et réimprimées d’après une édition de Martin Morin, Rouen, Boissel, 1863.

367 ADSM, 2E1/213, 21 janvier 1488, n. s. 1489.

368 Voir p. 215, le développement consacré à la maison à l’enseigne du Grand-Éperon, paroisse Saint-Herbland.

369 ADSM, 2E1/208, 16 mars 1482, n. s. 1483.

370 ADSM, 2E1/159, 30 juin 1404.

371 Voir Julien Félix, Inventaire de Pierre Surreau…, p. 92. En l’absence de cet inventaire, l’écurie n’aurait pas été connue, les actes recensés pour la parcelle ne la mentionnent pas. Le terme de « haquenée », qui se répand aux XIVe-XVe siècles, désigne « un animal souple, docile, tranquille, la monture par excellence des dames (d’où la haque, le haquet) ». Voir Philippe Contamine, « Glanes d’hipponymie médiévale (France, XIVe-XVe siècles) », in Commerce, Finances et Société (XIe -XVIe siècle), Recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le professeur Henri Dubois, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1993, p. 370.

372 ADSM, G 4357, 1362.

373 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 376.

374 ADSM, 2E1/173, f° 184. 18 janvier 1427, n. s. 1428.

375 ADSM, G 2090, f° 228. Il s’agit de la parcelle 616, paroisse Saint-Lô alors que l’hôtel canonial cité ensuite correspond à la parcelle 617. Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 404-406.

376 Raymond Quenedey, Un devis de charpenterie de 1393, à Rouen : les étables de Fécamp, Paris, Imprimerie nationale, 1913. Le devis provient d’un registre de délibérations capitulaires des archives départementales : le G 2119. Là non plus nous n’avons pas retrouvé d’autres indications à leur propos.

377 Le compte de Notre-Dame-la-Ronde pour l’année 1505 indique que messire Gieffroy Le Verger, vicaire, tient par louage une chambre, une étable et un grenier. Les tènements loués par les chanoines sur leur paroisse semblent d’ailleurs riches en étables puisque le compte en mentionne trois (ADSM, G 7419).

378 ADSM, G 7460, 8 juin 1499.

379 2E1/221, 16 mai 1495. La surface est donc inférieure de moitié à celle des étables de Fécamp sous réserve que le pied à pied ne diffère pas sensiblement du « pied à terre », unité de ce dernier toisé.

380 Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie, tome II, 1908, p. 26-34.

381 BMR, registre A4, f° 49, 3 décembre 1397.

382 ADSM, 2E1/225, 17 août 1497.

383 BMR, ms. g165, no 170.

384 ADSM, 2E1/233, 14 février 1502, n. s. 1503. Sur l’oriol, voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 243-248. Ajoutons-y le fait qu’une telle pièce est mentionnée, à Rouen, dès la fin du xive siècle (ADSM, 2E1/154, f° 191, « chambre nommee l’oriol »).

385 Voir Charles de Beaurepaire, « Sur les jeux de paume de Rouen », BCDA, 1884, p. 357-370. Parmi ceux qu’il cite, le jeu de paume « du Corbel » est également appelé « tripot », ibid., p. 361. Ce nombre est très certainement inférieur à la réalité. Les Marivaux ne s’y trouvent pas recensés, pas plus que le jeu de paume placé dans la cour du tènement de Jehan Le Cras, paroisse Saint-Jehan, « ou l’en fait de present gieu de paulme » (ADSM, 2E1/174, 20 juillet 1430).

386 ADSM, 2E1/200, 7 mars 1474.

387 ADSM, G 7440. « Petit à petit, l’appellation devait s’étendre à n’importe quelle taverne recevant des joueurs, quel que soit le jeu considéré, pourvu qu’il fût d’argent. “Tripot” devenait synonyme de “maison de jeux”. Une telle évolution est sensible dès le XIVe siècle », Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 262. André Cerné, dans son article « Le jeu de paume de Braques et la famille des Braque en Normandie », ne voit, dans le terme de tripot, qu’un simple synonyme de jeu de paume. BSLE, 1932, p. 264.

388 Voir p. 287-288.

389 Simone Roux, Le Quartier de l’Université à Paris du XIIIe au XVe siècle : étude urbaine, thèse de doctorat d’État, Paris X-Nanterre, 1989, p. 392.

390 ADSM, 2E1/152, 16 novembre 1372.

391 Se reporter notamment à Philippe Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale, XIVe - XVIe siècle, les matériaux et les hommes, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 1998.

392 Nous rejoignons tout à fait Jean-Marie Pesez qui, au terme d’un article « Le bois dans les constructions de la ville médiévale : les questions », concluait : « Il ne faut pas se dissimuler le caractère fragmentaire, pointilliste des données, qu’elles nous viennent de documents ou qu’elles nous viennent de l’archéologie. Le hasard a conservé ici des maisons à pan de bois, ailleurs des hôtels de pierre ; de la même façon la mention du matériau intervient de façon irrégulière dans les documents, peut-être du fait d’un soudain souci de précision ou parce que la rareté invitait le scribe à ne pas négliger cette indication ». Jean-Marie Pesez, « Le bois dans les constructions de la ville médiévale : les questions », in Le Bois et la Ville du Moyen Âge au XXe siècle, colloque des 18 et 19 novembre 1988 à Saint-Cloud, Jean-Louis Biget et al. (dir.), Fontenay/Saint-Cloud, École normale supérieure, 1991, p. 200-201.

393 La découverte récente d’une précision concernant une maison en pierre est venue contredire l’idée selon laquelle les constructions de pierre, plus rares, étaient indiquées du fait de cette rareté. La lecture des auditions de témoins, à l’occasion d’un procès entre les curés de Saint-Lô et Saint-Herbland, fut en effet très instructive. On y apprend, de manière indirecte, que la maison de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, demeure pour laquelle subsistent plusieurs actes de vente et un inventaire après décès – tous imprécis à ce sujet –, est en fait bâtie en pierre. L’un des témoins donne en effet comme confront au tènement contesté la maison en pierre – domum lapideam – d’un nommé d’Orleans qu’il dit avoir ensuite appartenu à Me Nicole Dubosc, évêque de Bayeux (ADSM, G 6859, cahier, dernier témoin). Or, c’est aux héritiers de ce dernier que Pierre Surreau l’achète en 1426 (ADSM, 2E1/172, 3 mai 1426). Une pièce du même dossier de la série G évoque la procession de Saint-Lô qui va jusqu’à la « grant maison de pierre qui fu sire Jehan d’Orleans ».

394 Voir ADSM, 26 H, carton 4, inventaire des lettres de la cuisine. Jehan Bouguerel, frère dudit Pierre, est probablement le donateur d’une rente à la confrérie des notaires de cour d’Église (voir G 2098, 1303).

395 Voir BMR, registre T1, f° 6, et G 2490 ainsi que la notice sur la salle.

396 Le terme de « perrin » pour désigner des habitations en pierre se rencontre ailleurs. Voir notamment Bernard Lizot, « En marge de la “Juiverie” de Breteuil, les perrins de Breteuil, Verneuil et Tillières », Vie et Art en Normandie, no 9, p. 21-23. On le trouve également employé pour une maison de la paroisse Saint-Martin-sur-Renelle. Voir ADSM, 9H 1015, 1342.

397 C’est peut-être à cette mention que renvoie Charles de Beaurepaire lorsqu’il écrit : « On voit encore un escalier de pierre, fort étroit, contenu dans une tourelle tronquée à son sommet, qui pourrait bien être cette tour que mentionnent les vieux titres » (« Notice sur l’ancien hôtel du Bec à Rouen », p. 321). Procès au G 6859.

398 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398.

399 ADSM, 2E1/183, 13 mars 1442, n. s. 1443.

400 ADSM, 2E1/186, 15 mars 1454, n. s. 1455.

401 ADSM, G 3019, (1448-1449).

402 On pourra également se reporter aux observations faites par Yves Lescroart dans son article « Bois longs, bois courts et encorbellements : formes et fonctions dans la construction à pans de bois en Normandie », in Le Bois dans l’architecture, actes des colloques de la direction du Patrimoine, (1993), Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1995, p. 195-199, dans lequel l’auteur émet des réserves vis-à-vis des conceptions de l’évolution des constructions à pan de bois par trop linéaires ou déterminées par les seules contraintes du matériau. Il souligne par ailleurs une certaine équivoque dans les exemples choisis par Raymond Quenedey à l’appui de sa démonstration pour le « premier système » de pans de bois, utilisant les bois longs.

403 ADSM, 2E1/184, 30 décembre 1443.

404 ADSM, 2E1/173, 15 septembre 1428.

405 ADSM, 2E1/169, 10 août 1422.

406 ADSM, 2E1/218, 19 novembre 1493.

407 ADSM, 2E1/218, 31 décembre 1493.

408 Sur la mauvaise prévention du roulement, déformation du pan de bois, et ses raisons techniques, voir Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 159-161.

409 ADSM, 2E1/203, 12 novembre 1478.

410 ADSM, 2E1/157, 28 octobre 1398.

411 ADSM, 2E1/182, 29 novembre 1440.

412 Îlot 9 de la paroisse Saint-Lô, voir ADSM, G 2130, f° 234.

413 ADSM, G 2505, compte de 1468-1469. La maison de Noel Caval faisait face à la « porte d’erbenne », c’est-à-dire à l’entrée du logis ou clos des chapelains du collège d’Albane, dont les bâtiments se trouvaient au pied de la cathédrale, sous la tour Saint-Romain, à proximité de la rue du même nom. Cette maison était bordée par la rue d’Albane appelée plus tardivement la rue des Quatre-Vents.

414 ADSM, 14H 20, 3 juin 1417, et 2E1/170, f° 127 r°, toutes deux de l’îlot 13.

415 Voir Gustave Panel, Ordonnances de 1519…

416 À la fin du XVe siècle, un louage de maisons, paroisse Saint-Gervais, est dit couvert de chaume tout comme une maison contenant quatre petits louages, paroisse Saint-Godard, rue du Maulévrier (ADSM, 2E1/211, 8 janvier 1487 [n. s. 1488], et 2E1/220, 25 février 1494 [n. s. 1495]). Pour l’hôtel archiépiscopal de Rouen, Philippe Lardin a montré que dans les comptes d’entretien des bâtiments anciens, seule la tuile est utilisée et que les essentes, mentionnées à la fin du XIVe siècle, disparaissent ensuite. Il est vrai que le cardinal d’Estouteville avait choisi des ardoises ardennaises comme matériau de couverture des nouveaux bâtiments achevés en 1466. Voir Philippe Lardin, « L’archevêché de Rouen au XVe siècle, transformations et réparations courantes », BAMR, octobre 1992 - septembre 1993, p. 67 et 65. Le même auteur a comptabilisé les mentions de matériaux de couverture dans les bâtiments royaux de 1360 à 1540, ce dans les manuscrits français nos 26003 à 26126 de la BNF. Si les « essendes » y paraissent presque aussi souvent que la tuile, pour la période 1360-1396, le nombre de mention des premières décline ensuite très vite, alors que chaume et ardoise sont quasiment toujours absents. Voir Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment…, p. 717. Voir également Michel de Boüard, « Note sur les matériaux de couverture utilisés en Normandie au Moyen Âge », AN, no 3, 1965, p. 415-436. Cet auteur signale l’existence en 1370 et 1375, au château de Rouen, de couvertures associant tuiles et essentes, ajoutant qu’« on ne peut en aucune maniere savoir comment étaient faites ces couvertures composites » (p. 435). Les tuiles utilisées sont le plus souvent des tuiles à talon.

417 ADSM, 2E1/233, 8 décembre 1502.

418 ADSM, 2E1/150, 2 juin 1362.

419 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419. Raymond Quenedey faisait le constat suivant : « Dans les dernières années du XIVe siècle et les premières du XVe siècle, le verre n’apparaît guère dans les comptes qu’aux fenêtres des monuments publics, beffroi, hôtel de ville, château de Rouen. Cependant, en 1424, 1426, 1427, il est question de réparations faites à des verrières posées à une époque plus ancienne dans des manoirs canoniaux » (L’Habitation rouennaise…, p. 229-230). L’auteur, à partir de deux délibérations capitulaires, montre également que le verre y compte comme objet mobilier. La clause de 1362 montre que le verre figure, dès cette période, au nombre des solutions plausibles pour une habitation civile.

420 ADSM, 2E1/198, 17 avril 1471, et ADSM, G 7460, 1475.

421 ADSM, 2E1/217, 17 août 1493.

422 ADSM, 2E1/156, 1er décembre 1396.

423 ADSM, 2E1/183, 14 avril 1442.

424 ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.

425 ADSM, G 7366, 10 mars 1426, n. s. 1427.

426 ADSM, 2E1/203, 27 février 1478.

427 Voir p. 250, la rubrique « Les cours ».

428 ADSM, 2E1/201, 17 janvier 1476, n. s. 1477.

429 ADSM, G 4337.

430 Ce rôle de la bétoire est clairement défini par cette indication : « ha une beteure en I gardin, laquelle rechoit la superfluité de l’eaue qui ne peut entrer es tuyaulx ou conduiz de Notre Dame et de Saint Amand », voir Albert Tougard, « Notice sur la fontaine du Chapitre », p. 265-288 ; p. 277. À l’hôtel du « Calimachon », paroisse Saint-Lô, on trouve une « court et une beteure » (ADSM, 2E1/175, 17 avril 1431, n. s. 1432), une « beteure que l’en disoit estre en un petit jardin » (ADSM, 2E1/188, 11 juillet 1458) Le compte de la fabrique de la cathédrale, de la Saint-Michel 1460 à la Saint-Michel 1461, rapporte les travaux effectués par deux hommes de bras à « la beteure de la court d’Erbenne » (cour d’Albane), « a la curez et mectre deulx pieulx, un gros solivel, buche desus, et emplir de caillous bis » (ADSM, G 2495).

431 ADSM, 2E1/157, 17 mars 1397, n. s. 1398.

432 ADSM, 2E1/203, 19 avril 1478 après Pâques.

433 BMR, tiroir 50, 4 février 1401, n. s. 1402.

434 ADSM, 2E1/213, 27 mars 1489, n. s. 1490.

435 ADSM, 2E1/178, 14 avril 1434, n. s. 1435.

436 ADSM, 2E1/223, 31 mai 1496.

437 ADSM, 2E1/193, 17 octobre 1464, paroisse Saint-Pierre-du-Châtel.

438 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479.

439 ADSM, G 2088, fos 242-243.

440 Dans un compte de dépenses réalisées pour l’édification de la fontaine Massacre, un « maçon », Guillemot Bertin, est cité avec ses aides pour avoir taillé 7 toises 5 pieds « de grans cahoz pour lesdites fontaines au pris de XXX s. la toise » (BMR, tiroir 24, compte de dépenses, 1456-1458). Dans les travaux réalisés au « Cornet d’argent », paroisse Saint-Nicolas-le-Painteur, un maçon travaille « a taillier pierre pour faire cahos » tandis qu’un marchand de pierre fournit 4 toises et 2 pieds de « parpoins pour faire cahos » (ADSM, G 4337). L’usage du bois n’est pas exclu. On range parmi les causes de la diminution du débit de la fontaine Gaalor, constatée au début du XVe siècle, le fait que l’on a trouvé « les conduis en aucuns lieux avoir esté faist anciennement de bost, lequel estoit pourry » (ADSM, 26 HP 105, 14 février 1414, n. s. 1415).

441 ADSM, 2E1/168, 9 janvier 1419, n. s. 1420.

442 ADSM, 2E1/191, 18 octobre 1462.

443 ADSM, 2E1/162, 17 mars 1408, n. s. 1409.

444 ADSM, 14H 20, fos 154-155

445 ADSM, 2E1/172, 4 avril 1426.

446 ADSM, 2E1/233, 9 décembre 1502.

447 Voir Charles de Beaurepaire, « Devis pour la charpente de l’église Saint-Gervais de Rouen (1434) », in Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 209-213.

448 BMR, tiroir 50, 30 juillet 1453.

449 Voir la fontaine Massacre sur la figure 1 du cahier couleur.

450 ADSM, 2E1/212, 11 juin et 2E1/233, 8 décembre 1502.

451 ADSM, 2E1/203, 5 janvier 1478, n. s. 1479.

452 ADSM, 2E1/221, 23 juin 1495.

453 ADSM, 2E1/212, 12 novembre 1488.

454 ADSM, G 2497.

455 ADSM, 2E1/218, 26 février 1493, n. s. 1494.

456 L’un des plus anciens ouvrages consacrés aux enseignes est d’ailleurs l’œuvre d’un historien rouennais, Eustache de La Quérière, Recherches historiques sur les enseignes des maisons particulières, Rouen, Lebrument, 1852. Il faisait suite à un article du même auteur « Des enseignes considérées comme signes indicatifs des maisons particulières », Pr. TAR, 1849, p. 272-293. Une bonne partie de ces deux publications est consacrée aux enseignes rouennaises. Voir également Charles de Robillard de Beaurepaire, Les Tavernes de Rouen au XVIe siècle publié d’après un opuscule rarissime, Rouen, Boissel, 1867, livrant l’intégralité d’un texte où abondent les noms d’enseignes, la plupart remontant au XVe siècle ; Paul Deschamps, « Les anciennes hôtelleries rouennaises », BAMR, 1958-1970, p. 103-114 ; Georges Dubosc « Les enseignes de jadis à Rouen », in Par-ci par-là. Études d’histoire et de mœurs normandes, 5e série, Rouen, Defontaine, 1927, p. 121-134.

457 « – Maison du Pot d’étain, 1381. Ce doit être un ferblantier, qu’on appelait alors un Potier d’étain […]. – Maison des Connils blancs, 1468. C’est sans doute la maison d’un éleveur de lapins domestiques […]. – Maison de la Clef, 1387. N’est-ce pas la maison d’un serrurier ? » Quelques citations empruntées, parmi de nombreuses autres du même genre, à Édouard Fournier, Histoire des enseignes de Paris, Paris, Dentu, 1884, p. 51. Ces attributions hypothétiques sont hélas très usitées.

458 Il s’agit du chantier de la maison du Cornet d’argent, paroisse Saint-Nicolas-le-Painteur, ouvert en 1449 et achevé en 1450, dont le compte est conservé. On y apprend qu’un peintre nommé Jehan Soudain est payé le 22 mai 1450 « pour avoir paint ung tableau auquel est figuré l’ensaingne du Cornet d’Argent ». Quant au serrurier, il l’est pour « une verge de fer, ung crampon et deux bendes de fer mis a tenir la potence et le tableau ». Voir ADSM, G 4337.

459 Un acte concernant l’abbaye de Saint-Ouen mentionne à cette date la rue où résident les potiers, sur la Seine. Voir notamment Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve siècle - 1204) », in Histoire de Rouen, s Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 55.

460 La série des comptes appelés du « Clerc de ville » s’interrompt entre 1394 (ADSM, G 9836) et 1404 (ADSM, G 3010).

461 ADSM, 2E1/190 à /193.

462 ADSM, G 7322.

463 ADSM, G 4607.

464 Toutes deux accrochées à des maisons de la rue Saint-Lô.

465 Simone Roux, Le Quartier de l’Université à Paris…, p. 1033-1037.

466 Aux Petits Souliers, paroisse et rue Saint-Lô, demeure en 1434 Robin Le Bouchier, cordonnier (ADSM, 2E1/178, f° 7). À l’enseigne de la Barberie, rue de Courvoiserie, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, demeurent maître Pierre Le Barbier et sa femme (ADSM, 2E1/205, 2 août 1480). Enfin, la maison où pend l’enseigne du Grand Éperon est occupée en 1441 par Robin Petit, éperonnier, et sa femme (ADSM, 2E1/182, 4 août 1441).

467 ADSM, 2E1/181, 23 juin 1439.

468 Voir à ce sujet Philippe Cailleux, « Modèles et pratiques en histoire médiévale urbaine : une approche de l’espace urbain rouennais à la fin du Moyen Âge », Histoire, Économie et Société, no 3, 1994, p. 401-417

469 L’identification des marques de la plaque du musée de Cluny n’est pas toujours aisée et le nombre des concordances pourrait être supérieur à cinq pour cette raison. Ajoutons que l’étude porte sur trois paroisses, les orfèvres résidant sur une autre paroisse peuvent donc, pour quelques-uns d’entre eux, venir augmenter cette liste. Les cinq cas recensés sont ceux de : 1°, Guillaume Le Tavernier, dont le poinçon représentait un écu à trois fleurs de lys ou écu de France et dont un hôtel familial, à la limite des paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde, portait l’enseigne de l’Écu de France ; 2°, Guillaume Desbruières, qui a pour poinçon une cloche, est orfèvre de la paroisse Saint-Herbland et propriétaire d’une maison en la rue Courvoiserie où pend l’enseigne de la Cloche (ADSM, 2E1/181, f° 340 v°) ; 3°, Jehan Hazart, dont la marque représente une chèvre, demeure rue Courvoiserie en la paroisse Saint-Herbland et verse une rente de 6 l. 5 s.t. au chapitre de la cathédrale « pro domo signata a la chievre sive ad capram » (ADSM, G 3012, compte de 1430-1431) ; 4°, le volatile, très probablement un coq, qui figure sur le poinçon de Henry Le Mesgre est à rapprocher de la mention, dans le même registre de compte, d’une rente portant sur une maison voisine de la précédente versée à « Guyfineto Le Mesgre pro Henrico Le Mesgre patre suo pro Aelicia Sevestre pro domo signata au coq » (ADSM, G 3012) ; 5°, le dernier cas laisse une incertitude mais mérite tout de même de figurer ici. En effet, Robin Ribault, orfèvre, tient en louage, avant 1440, puis en propriété, une maison rue Courvoiserie qui est dite, en 1437, avoir pour enseigne la Croix d’or et « ou souloit pendre l’enseigne du Beuf » (ADSM, 2E1/180, 26 juillet 1437) mais la plaque de Cluny mentionne un nommé G. Ribault dont la marque est une croix, sans qu’il ait été possible de trouver une initiale G parmi les prénoms de cette famille comportant plusieurs orfèvres. La table des marcs a été utilisée dans un article consacré aux orfèvres de Rouen. Voir Claude Cassan, « Les orfèvres de Rouen », Art et curiosité, no 73, décembre 1978 - janvier-février 1979, p. 33-126.

470 ADSM, 2E1/220, 26 janvier 1494, n. s. 1495, acte par lequel Jehan Viguier, orfèvre, « pour la bonne amour naturelle qu’il avoit a Simon Bacheler son nepveu, orfevre, demourant audit lieu de Rouen », donne audit Simon « l’enseigne du Coullomp (Pigeon) dont ledit Viguier s’est servy ou fait et enseigne dudit mestier », On peut également supposer un repère spécifique pour cette mention d’une « enseigne à tavernier » que l’on envisage accrocher au-dessus d’une porte, en cas d’exercice de cette activité (ADSM, 2E1/152, 16 novembre 1372).

471 Les barbiers rouennais, comme ceux d’autres régions, honoraient alors comme patrons saint Côme et saint Damien, tout comme les chirurgiens. Ils appartenaient à la confrérie Saint-Côme, Saint-Damien et Saint-Lambert en l’église des Carmes de Rouen, située sur le territoire de la paroisse Saint-Lô. Les statuts de 1407 prévoyaient l’adhésion à « la charité monseigneur Saint Denys ». Un changement s’est donc produit au cours du XVe siècle. Voir ADSM, J 758 et Christiane Lereboullet, Recherche sur les confréries de métier à Rouen du XIIIe au XVe siècle, thèse de l’École des chartes, Paris, 1960, p. 80, 137 et 211.

472 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477 et 2E1/224, 4 octobre 1496.

473 Sur la paroisse Saint-Herbland. Voir notamment ADSM, 2E1/182, 20 janvier 1441.

474 Paroisse Saint-Herbland, ADSM, G 3520, 8 juillet 1510.

475 Un tènement est limité d’un bout par « les hoirs ou ayans cause de deffunct Guillaume Le Bouteillier dit Moulinet et la rue Dordonne » (BMR, tiroir 239, 15 juillet 1518) et deux ans plus tard on trouve mention, dans les confronts, de « l’heritage de la Moullynette » (BMR, registre T1, f° 27, 23 juin 1520).

476 Guillaume Le Tavernier, orfèvre, demeurant alors en la paroisse Saint-Herbland, est tenant d’un héritage situé sur les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde, en la rue du Bec, à l’enseigne de l’Écu de France, en portion duquel « l’en tient taverne devant l’ostel du Bec », ADSM, 2E1/191, 12 janvier 1462. En 1454, Jehan Dubusc, hôtelier, réside paroisse Saint-Lô en l’hôtel où pend l’enseigne du Dauphin, ADSM, 2E1/186, 27 décembre 1454. Peu de temps auparavant, Masse Leber, tavernier, avait loué de la ville (BMR, registre A7, f° 92), un hôtel auquel pend, en 1456, l’enseigne de la Hache couronnée (BMR, registre XX2). Voir aussi, plus haut, les remarques à propos des équipements des tavernes.

477 Jean-Pierre Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 110, et d’une manière plus générale les pages 104 à 110 consacrées aux enseignes.

478 Rappelons que l’utilisation du bâti subsistant, en raison des difficultés qu’elle engendre (datation incertaine, état primitif non déterminable), a été strictement cantonnée aux cas jugés utilisables.

479 L’existence d’un travers de rue, forme urbaine remarquable, est également attestée à la fin du XIIIe siècle. Sa fonction est de relier deux parcelles réunies en une seule main mais séparées par une rue.

480 Cette sous-évaluation ne semble pas purement rouennaise ni même purement urbaine.

481 Pour les édifices antérieurs, l’encavement est dû à la montée du niveau des sols, à l’origine de travaux de prolongement des escaliers d’accès.

482 En allait-il différemment des grandes demeures édifiées avec d’autres matériaux ?

483 Sur ce point, voir Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », AM, tome XXIV, 1994, p. 275.

484 Les 16 tènements recensés ne se trouvent pas toujours sur une seule paroisse mais si l’on s’intéresse à leur superficie principale, ils sont alors 9 à relever de la paroisse Saint-Lô, 4 de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde et 3 de la paroisse Saint-Herbland.

485 Rappelons que les écarts s’atténuent lorsque, à partir du nombre minimum de maisons par paroisse, l’on estime les surfaces au sol maximales par maison.

486 C’est le cas de l’hôtel de la fabrique de la cathédrale, rue aux Juifs, mais également, vers la fin du XVe siècle du manoir de la ville et du manoir de la Fontaine, devenu hôtel du Bec.

487 Parmi les témoignages de cette densification au XVe siècle, relevons le fait que l’on rencontre des constructions neuves, à la place des appentis et autres annexes, à l’arrière des parcelles. Ce rôle de réserve foncière des cœurs d’îlots, édifiés en maisons bonnes à louer lorsque la demande solvable est forte, a été souligné par Bernard Chevalier, Les Bonnes Villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 186. Un autre exemple, celui de Jehan Richier, montre que des particuliers sont à la recherche d’espace pour bâtir. Il n’hésite pas à utiliser pour cela l’ancien cours de la Renelle, à l’ouest de la grande rue Dourdonne : « Comme puisnagueres Jehan Richier, cousturier, demourant parroisse Nostre Dame la Ronde de Rouen, ait fait faire ediffier et assoir une maison masure en forme d’appentis ou derriere de sa maison ou il demeure, en comprenant audit ediffice tout l’ancien cours par lequel anciennement l’eaue de Renelle soulloit courir », ADSM, 2E1/209, 13 février 1483, n. s. 1484. Les voisins situés de l’autre côté de l’ancienne Renelle, considérant qu’ils détiennent la moitié de cet emplacement, veulent le contraindre à reculer ses constructions pour laisser non bâti l’emplacement de l’ancien cours d’eau. L’arrangement du 13 février prévoit que les constructions restent en place mais que le couturier doit assurer le passage de l’eau par l’ancien cours, sous ses constructions, si la ville le rétablit un jour.

488 À propos des renseignements sur le genre de vie des habitants qu’apportent la distribution et la dénomination des pièces, voir Philippe Contamine, « Les aménagements de l’espace privé XIVe - XVe siècle », in Histoire de la vie privée, II, de l’Europe féodale à la Renaissance, Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Paris, Le Seuil, 1985, p. 464-467.

489 Voir par exemple, en 1396, cette étable à pourceaux sur la paroisse Saint-Sauveur (ADSM, 2E1/156, f° 63). Cette présence en ville semble d’ailleurs de plus en plus mal tolérée : « Élever des pourceaux ne doit pas être une habitude car, en 1455, en louant une loge sur l’enceinte, près de la Vieille Haranguerie, les conseillers de la ville précisent que le nouveau locataire “n’y pourra ou souffrira […] loger aucunes trouyes ou pourceaulx, pour ce que autresfois ceulx debvant y en ont mis, dont grans plaintes sont venues devant la ville à cause de ce, des voisins” », Mme Bourienne-Savoye, « Saint-Vincent de Rouen, une paroisse de marchands au XVe siècle », BAMR, 1958-1970, p. 131. Lucien-René Delsalle rappelle la décision desdits conseillers, en date du 25 mai 1407, « qu’il seroit crié en ladite ville que nul, de quelque estat ou condition qu’il fust ne tenist ou nourrist pourchaux en icelle ville sur paine d’amende […] ne iceulx pourchaux laissast aller aval la dite ville », et commente : « Décision ambiguë, si on ne peut élever de porc on ne risque pas d’en voir errer en ville. La défense ne sera pas respectée », en s’appuyant sur le bail de 1455 mentionné plus haut, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc…, p. 43. Retenons tout de même la réaction des voisins, très révélatrice. S’agit-il d’ailleurs d’une réaction ambiguë ou n’y a-t-il pas tout simplement interdiction à tous, rouennais ou non, de faire passer des animaux par la ville ?

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Description des parcelles, seconde moitié du XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 1 – Localisation des tènements de grande valeur(document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2 – Le tènement d’un « étamier », localisation et organisation en 1418(document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3 – Maison de la rue Grand-Pont (des Carmes). A : cellier. B : ouvroir. C : salle ou chambre. D : cuisine. E : chambrette. F et G : chambres. H : deux petites chambrettes (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4 – Plan de localisation, sur le cadastre actuel, des louages de la rue aux Juifs ainsi que de la maison de la rue Grand-Pont (1430) et schéma d’organisation des trois louages de la rue aux Juifs (document Philippe Cailleux et Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5 – La maison du Pot d’étain. 1er lot du partage d’après un acte du tabellionage en date du 9 juin 1465 (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 6 – Maison du 21 rue aux Juifs, AMR, dossiers par rue (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 7 – Maison de la rue aux Juifs, d’après un partage du 4 mars 1500 [n. s.](document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 8 – La maison de l’Image Sainte-Catherine. D’après un dessin d’Édouard Duveau, dans Georges Dubosc, « Une vieille maison de la rue Saint-Lô », BAMR, 1901, p. 51-58 (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 9 – Huit petits louages de la rue aux Juifs(document Philippe Cailleux)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 13 – L’enseigne
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10745/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540