Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Ire partie. Approche chronologique du secteur et de son urbanisation

Chapitre 2. De la conquête anglaise aux premières décennies du XVIe siècle

Texte intégral

  • 1 Si l’on excepte Calais, comme le rappelle la légende d’une médaille frappée, apparemment dès 1451, (...)

1Dans cette plage de temps d’une centaine d’années, durant laquelle la Normandie, région des plus dévastées, se transforme en l’une des plus riches du royaume, il paraissait incontournable de distinguer la période durant laquelle les Normands se trouvent sous la tutelle anglaise de celle qui suit le retour au sein d’un royaume débarrassé, après 1453, de la présence anglaise1.

2Entre la reddition, le 19 janvier 1419, et l’entrée de Charles VII à Rouen, le 10 novembre 1449, s’écoulent trente années pendant lesquelles Rouen est demeuré sous contrôle anglais. En vertu du traité de Troyes, la Normandie demeure officiellement partie intégrante du royaume de France. Mais conquise avant ce traité, elle connaît de fait un statut particulier et Rouen occupe une place spécifique dans la « France anglaise » :

  • 2 Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, no 1, 1995, p. 13-14. Sur la « Franc (...)

Disons d’un mot qu’elle était considérée comme la province de France la plus, voire la seule anglicisée, comme un véritable bastion de la double monarchie, voire comme une colonie anglaise. À Rouen, les Anglais se sentaient beaucoup plus en sécurité qu’à Paris, où leur présence se faisait discrète2.

3Pour ces trente années, outre les thèmes habituellement traités, il convient donc d’ajouter deux interrogations auxquelles, malgré ou peut-être grâce à un champ d’étude géographiquement restreint, il est possible d’apporter, même de façon limitée, quelque éclairage. La première a trait à la présence anglaise dans la capitale normande : que représente concrètement cette présence pour un Rouennais ? La seconde s’intéresse aux conséquences de la guerre et de cette présence anglaise sur la vie urbaine rouennaise.

  • 3 Michel Mollat, « Mue d’une ville médiévale (environ 1475 - milieu XVIe siècle) », in Histoire de Ro (...)

4Enfin, pour la période suivante, on sera particulièrement attentif au rythme de transformation du cadre urbain, que Michel Mollat qualifie de « mue d’une ville médiévale »3.

Sous la domination anglaise

  • 4 Voir Philippe Contamine, La Guerre de Cent Ans, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 8 (...)
  • 5 Émile-Guillaume Léonard, Histoire de la Normandie, Paris, Presses universitaires de France, 1972, p (...)

5Le débarquement en France de l’armée d’Henri V, en 1417, marque les débuts d’une entreprise de conquête de la Normandie, le commandement anglais renonçant aux grandes chevauchées au profit d’« une progression méthodique, aboutissant à une occupation continue »4. Maître, dès les premiers mois de l’année suivante, de tout le Cotentin, à l’exception de Cherbourg, Henri V se dirige alors par Évreux, Louviers et Pont-de-l’Arche vers Rouen, place qu’il commence à investir à la fin du mois de juillet5.

  • 6 Voir Jean Glénisson, Victor Deodato Da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux xive e (...)

6La résistance des Rouennais dure six mois, durant lesquels l’espérance d’une aide extérieure – aide qu’ils attendaient du duc de Bourgogne – entretient leur résolution6. En témoignent les fréquentes rumeurs de l’arrivée de secours. Au dire de Thomas Basin :

  • 7 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1964, tome (...)

On leur affirmait presque chaque jour que sous peu le duc de Bourgogne, alors à Paris avec le roi, viendrait à leur secours à la tête d’une forte armée et qu’avec son aide ils pourraient attaquer le camp des Anglais et se débarrasser du fardeau du siège. Et, pour mieux cheviller au cœur des bourgeois l’espoir de cet événement, on feignait que des messagers et des lettres transmises aux bourgeois au nom dudit duc et mêmes lues publiquement eussent apporté sa promesse qu’à jour certain et désigné d’avance il arriverait pour leur donner secours et protection7.

7Mais abandonnés par Jean sans Peur, les Rouennais durent se résoudre à se rendre. Le « traicté et composition de la rendue de la ville de Rouen », en date du 13 janvier 1419 (n. s.), leur laissait jusqu’au 19 janvier à midi pour obtenir des secours.

8La Chronique d’un bourgeois de Verneuil traite du siège et de la « composition » en quelques lignes qui se font l’écho des souffrances endurées par les habitants ; Henri V, quitte Pont-de-l’Arche le jour de la Sainte-Anne :

  • 8 Chronique d’un bourgeois de Verneuil (1415-1422), Amédée Hellot (éd.), BSHN, 1880-1883, p. 220. Les (...)

[Il] sen ala mectre le siege devant Rouen, ou il fut jusques au jour saint Fabien et saint Sebastien quilz se rendirent par composicion. Et dedans la ville, le siege durant, mengoient chevaulx, chiens, chatz, ratz, souriz ; et apres se rendirent par composicion et paierent. iiiic mil par composicion. Et y moururent de fain plus de .XXXVIIIM personnes de compte fait8.

9La chute de Rouen est rapidement suivie de la conquête de tout le pays de Caux. En Normandie, seul le Mont-Saint-Michel échappait à la conquête anglaise et, malgré les tentatives répétées, il ne fut jamais pris.

  • 9 ADSM, 1B 23, f° 41, manuel de l’échiquier de la Saint-Michel 1424. On ne sait hélas d’où viennent l (...)

10Les mésaventures d’un couple de Rouennais, Thomas Olivier et sa femme, sont l’occasion de saisir l’agitation qui pouvait régner dans une ville conquise. Après une supplique que les époux adressent aux juges de l’échiquier normand pour être relevés d’une amende, le jugement, rendu en 1424, nous livre les faits survenus deux jours « aprez la rendue de la ville de Rouen ». Le couple est alors absent de son hôtel, comme probablement de nombreux autres Rouennais à la recherche de vivres, « ladite femme estoit allee pourcachier vivre pour ses enffans, dont l’en ne povoit lors recouvrer ». En leur absence, quatre personnes, entrées en ville à la recherche d’un gîte « pour ce qu’ilz ne povoient trouver logiz pour la multiplicacion des gens d’armes lors illec », installent leurs chevaux dans l’hôtel. Avant le retour des époux, à qui leurs détenteurs les réclament, « estoient venus oudit hostel englois » qui s’étaient emparés des chevaux9.

  • 10 Sur le texte de la capitulation de Rouen, voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la dominatio (...)
  • 11 Ibid., pièces justificatives, p. 46. Voir également aux p. 64 à 70 un état de la composition de la (...)
  • 12 Voir ADSM, 2E1/168, 4 décembre 1419 et 28 mars 1419, n. s. 1420. La date exacte de sa fin de détent (...)

11La résistance a un prix. Une fois le délai écoulé, il faut se soumettre à un ensemble de conditions, au nombre desquelles figure notamment le versement de 300 000 écus10. Pour garantir l’exécution du traité, une clause prévoit la remise au roi vainqueur de quatre-vingts « notables ostages » dont vingt devaient être chevaliers et écuyers et les soixante autres bourgeois de la ville, les frais de nourriture de ces otages revenant en principe à la ville11. De nombreux Rouennais doivent s’endetter ou vendre des biens pour payer leur contribution à la composition mais aussi, dans le cas des otages, pour faire face aux frais de leur détention, qu’il leur faut en effet acquitter dans un premier temps. Certains, parmi ces derniers, en prévision des frais à venir, ont pris leur disposition. Messire Gilles Torel, prêtre et curé d’Orgeville, dispose d’une procuration, en date du 18 janvier 1419, par laquelle il peut vendre les héritages et les revenus de maître Baudes de Marromme, bourgeois de Rouen et l’un des otages. Le 4 décembre suivant, ledit prêtre vend une maison de la rue Grand-Pont, alors que maître Baudes se trouve retenu comme otage au château de Lillebonne « pour la composicion faicte au roy notredit seigneur pour la ville de Rouen, a cause de la redempcion d’icelle », vente approuvée le 28 mars de l’année suivante12.

  • 13 BMR, registre A6, 11 septembre 1410, liste des membres de la Cinquantaine. Il s’agit très certainem (...)
  • 14 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 49-51.

12Bertin de La Marche figure, lui aussi, au nombre des otages. Ce paroissien de Saint-Herbland, chasublier et probablement membre du collège de la cinquantaine des arbalétriers, se retrouve, au lendemain de la reddition de Rouen, « es prisons de la grosse tour du chastel en compagnie d’autres notables pendant 27 jours ou il paia 7 l. 10 s. par jour ». Son cas illustre les difficultés rencontrées pour se faire rembourser puisque Marion, sa veuve, remariée à Jehan Quesnel, maçon rouennais, ne reçoit qu’en septembre 1435 le remboursement de la somme avancée13. Le lieu de détention des otages semble loin d’être unique pour chacun, comme le montrent les lettres de rémission de 1423 accordées à Guillemot Le Clerc, « otage de la rançon de la ville de Rouen », lequel « eust esté mené prisonnier de lieu en autre et derrenierement en la ville de Caen »14.

  • 15 ADSM, 1 B 34, f° 77 et suivants. Arrêt de l’échiquier de Pâques 1459, pour une affaire dans laquell (...)

13Les sommes à verser peuvent se révéler très élevées. Guillemot Le Clerc paye environ 400 francs pour « sa porcion de ladicte finance » tandis que Jehanne, fille et héritière de feu Jehan Segouin, en possession, par sa succession, « de plusieurs grans heritaiges et maisons assises en la ville de Rouen et ailleurs » se voit contrainte à verser la forte somme de 900 livres tournois. Apparemment faute de biens meubles, plusieurs de ses maisons, paroisse Saint-Candé-le-Jeune, sont saisies et mises en criée. Il est alors probable que la forte augmentation des décrets d’héritage – à la suite des procédures entamées pour obtenir paiement des récalcitrants, un mandement d’Henri V ordonnant de « contraindre par corps et biens tous ceulx de quelque estat ou condicion qu’ilz fussent qui avoient esté assiz au paiement de ladite composicion » – ne pouvait qu’agir défavorablement sur le prix des décrets. Elle favorisait un petit groupe d’acquéreurs que des plaignants désignent comme « eulx voulans heriter et logier a leur plaisir en icelle ville »15.

  • 16 ADSM, 2E1/175, 14 février 1431, n. s. 1432.
  • 17 ADSM, 2E1/171, 26 juin 1425.
  • 18 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 71-75.
  • 19 François Blanchet, « Actes concernant la Normandie dans la série KK des Archives nationales », CLD,(...)

14Les dettes engendrées par la participation à la composition de la ville pèsent encore sur les héritiers des personnes ainsi taxées. Dans la succession de Guillaume Languedor, plâtrier et de sa femme, demeurant paroisse Saint-Lô, on en mentionne plusieurs « tant a la composicion de la ville de Rouen fecte a deffunt le roy Henry, cui Dieu pardonne, que d’autres grans debtes »16. Les non-Rouennais présents en ville au moment de sa « composition » se trouvent également contraints de participer au paiement de cette dernière. C’est notamment le sort de Jehan Coulombel, de Bernay, dont une maison située en ce lieu est passée par décret de justice pour avoir paiement de 225 livres tournois « pour sa cotte et porcion du paiement de la composicion »17. L’énormité de la somme est telle qu’en 1430 il est encore dû 41 073 écus et 15 sous tournois qu’Henri VI réduit à 24 000 saluts d’or par acte du 7 novembre de la même année, la moitié de cette somme devant être réglée « en toute haste possible »18. La ville a alors recours à l’emprunt pour paier rapidement 20 000 de ces 24 000 saluts19.

  • 20 Voir Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire : le palais royal de Rouen », Bulletin archéolo (...)
  • 21 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 43. On prévo (...)

15La volonté de s’assurer d’une possession durable de la ville conquise se lit dans l’une des premières mesures mises en œuvre par le roi conquérant : la construction d’un « palais », dont le rôle de forteresse, « puissante et sûre », est attesté tant par les actes que par la localisation20. La décision de bâtir est antérieure à la reddition puisqu’Henri V fait inclure, dans les conditions auxquelles se soumettent les Rouennais, le fait qu’il « auroit certain lieu et espace de terre a l’arbitrage de sa haultesse, pour ediffier certain pallais, dedens ladicte cité ou dehors, pres les murailles ou il verra le mieux expedient »21.

  • 22 ADSM, 2E1/167, 13 mars 1418, n. s. 1419, et Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire… », p. 2 (...)

16Dès le mois de mars 1419, les experts chargés de l’opération délimitent un terrain de 267 toises et demie de pourtour. Après la première impulsion donnée aux travaux du vivant d’Henri V, le chantier semble connaître une phase moins active sous la régence du duc de Bedford, pour s’animer avec ses successeurs22.

  • 23 Voir p. 96.
  • 24 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. XVII ; ADSM, 2E1/169, f° 169 v° et f° 193 (...)

17La ville enlevée par les Anglais a fortement souffert du siège. Mais les dégâts subis par les monuments civils et religieux ne sont pas tous, loin s’en faut, imputables au siège : l’incendie des prisons royales, placées à proximité du château, rue de la Truie, remonte, par exemple, au coup de main bourguignon de janvier 141823. Dans les années qui suivent, on utilise, pour les remplacer, une portion de l’Hôtel commun. Il est difficile de se faire une idée du nombre de maisons détruites par le siège, cette précision étant rarement apportée. On trouve toutefois quelques exceptions : une maison située au lieu appelé « la boucherie de Saint-Ouen », sur cette paroisse, est dite « abbatue et demolie durant le saege ». Quant à cette maison de la rue Ecuyere, paroisse Saint-Michel, elle a été « demolie par hault des bombardes gectees en icelle ville de Rouen »24. À ces destructions récentes s’ajoutent de graves problèmes de gestion des biens et revenus fonciers des particuliers ; gestion désorganisée par la mortalité consécutive aux opérations militaires, et notamment par le siège, mais aussi par les migrations de Rouennais ayant quitté leur région pour fuir les Anglais. En 1420, l’une des conséquences les plus visibles en est, pour reprendre les termes d’une ordonnance d’Henri V, « que en nostre dicte bonne ville a de present grant quantite de places wydes, non closes, les unes qui autresfois ont este ediffiees et les autres non ». Or l’existence de ces places vides et non closes pose un problème d’hygiène publique, en raison de leur utilisation comme dépôt d’ordures :

[…] esquelles l’ent met de jour et de nuit grans immodices et ordures, dont naissent en icelle ville grant infeccions tres deshonnourables pour l’honneur et estat de nostre dicte ville et prejudiciable a tous les manans et habitans en icelle […].

  • 25 Étant donné les précisions apportées, le terme de « places vuydes » semble d’abord désigner des par (...)

18En souverain soucieux de la « police » de sa « bonne ville » et de son embellissement – « Pourquoy nous qui de nostre cuer desirons le bien, honneur et estat de nostre dicte bonne ville estre tenu et maintenu en bonne prosperite, et icelle augmenter a nostre pouair, et pourveoir ad ce que elle soit de cy en avant gouvernee par si bonne et honnourable police que nulles telles infeccions ny puissent »25 – Henri V enjoint au bailli de Rouen ou à son lieutenant qu’ils fassent mettre réellement et de fait en la main du roi toutes les places vides et non closes de la ville :

  • 26 Une indemnisation des frais de clôture est alors prévue si quelqu’un se présente dans le délai d’un (...)

[…] en faisant savoir que s’il est ascun qui pretend droicture soit de fons ou de rente en icelui heritage se veult comparoir, pour icelui clorre et maintenir, et de ce faire soit deuement applegier y sera resçeu. C’est assavoir de faire la dite closture de haye bon et suffisant, dedens deulx mois ensuyant de dite submission afin que icelles places ne demeurent descloses26.

19Si personne ne se présente, il faut alors :

  • 27 Sur le décret d’héritage, voir p. 338-342.

[les] mestre en cries et subhastacions, et icelles subhastacions faictes par trois dymenches a l’oye de la paroisse ou l’heritage sera assis, avec une criee faicte en plain marchie au plus offrant et derrain encherisseur en passes, decret et lettre de vendue a prix de rente comme de nos propres debtes, de la quelle rente a quoy ilz demouront, le preneur pourra avoir la moictie pour l’argent au pris du roy, le tout pour tourner au prouffit de ceulx qui auront droicture sur iceulx heritages par ordre selon la coustume et usage du paiis […]27.

  • 28 ADSM, 2E1/172, 16 novembre 1426. La date du décret n’est pas indiquée. Le délai pour clore est de d (...)

20Le procédé, ingénieux, semble avoir bien fonctionné. Nous pouvons en suivre la mise en œuvre dans l’adjudication d’une de ces places vides, paroisse Notre-Damela-Ronde, à l’angle des rues du Porc et de la Porte-aux-Fèvres. Appartenant à Alips, veuve d’un certain Philippe Pouppart – cette dernière « en deffaulte d’accomplir le contenu esdites ordonnances », c’est-à-dire probablement coupable de ne pas l’avoir fait nettoyer et clore – elle est passée par décret et enchérie par un prêtre demeurant à Rouen, Jehan Desmares, pour 12 sous 6 deniers tournois de rente. La veuve s’oppose alors au décret. Son droit lui étant reconnu, elle se voit attribuer le bénéfice de la rente de 12 sous 6 deniers tournois pour laquelle Jehan Desmares lui verse 62 sous 6 deniers tournois, montant du rachat au denier 10, c’est-à-dire au « prix du roi », de la moitié de la rente, soit 6 sous 3 deniers tournois. Il est rappelé que le preneur doit clore et nettoyer la place selon le mandement et ordonnance du roi28.

21Les tenants de rentes sur ces places vides ne se trouvent pas pour autant sans recours, comme le montre l’action des chanoines du Sépulcre de Rouen, en 1430. Ces derniers avaient acquis en 1377, de maître Guillaume et Jaquet Dorbec, frères, 37 sous 6 deniers tournois de rente à prendre sur une maison de la paroisse Saint-Jehan-sur-Renelle « laquelle maison soit de puis ce tournee en ruyne et decadence et tant que ou seoit icelle maison n’a pour present que une vuyde place ».

  • 29 ADSM, G 9373. L’appel à garant fonctionne 53 ans après la vente de la rente. Jehan Millart est cons (...)

22En application de l’ordonnance royale, cette dernière est adjugée à Jehan Millart comme au plus offrant pour 10 sous tournois de rente annuelle dont la moitié achetable au prix du roi. Les chanoines, pour avoir paiement des arrérages coutumiers, « avoient fait justice sur icelle vuide place a l’encontre de laquelle justice icelui Millart eust fait delivrance », en raison précisément de l’ordonnance. Restait donc aux chanoines à appeler à garant Jaques Dorbec « pour leur garantir et fournir et faire valloir » leur rente. Un arrangement est trouvé le 11 décembre 1430 et les chanoines se voient assigner 38 sous tournois de rente sur trois maisons, paroisses Saint-Maclou et Saint-Sauveur29. L’indemnisation est possible mais encore fautil trouver un garant. Le problème n’est-il pas alors simplement déplacé ? Jaques Dorbec pouvait-il à son tour appeler quelqu’un comme garant ?

  • 30 ADSM, 2E1/171, f° 195. L’acquisition est antérieure. Sur le rôle de Martin Loison à l’échiquier, vo (...)

23De tels investissements fonciers attirent les spéculateurs. On voit, par exemple, un procureur à l’échiquier de Normandie, maître Martin Loison, acquérir « une vuide place en gardin ou soulloit avoir trois maisons », paroisse Saint-Vivien, ainsi que deux autres places, le tout pour 12 sous tournois de rente annuelle, tandis qu’un autre emplacement vide, toujours paroisse Saint-Vivien, ne lui revient que 2 sous 6 deniers tournois l’an30.

  • 31 André Bossuat rappelle que les Anglais suivirent avec empressement les procédés déjà employés par l (...)

24D’autres biens changent également de mains. Le pouvoir anglais met en œuvre très rapidement une politique de confiscation des biens des Français déclarés « rebelles »31, généralement pour avoir rejoint les rangs de l’armée delphinale ou cherché refuge dans une province voisine, échappant à l’occupant anglais. Ces biens faisaient l’objet d’une redistribution rapide au profit des serviteurs du nouveau pouvoir, Anglais ou Français ralliés.

  • 32 Voir notamment Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », et Charles Vautier, Extrait du (...)

25Les listes de ces confiscations ont été publiées dès le XIXe siècle et il est hors de notre propos de les énumérer toutes32. Il s’agit, en s’appuyant sur un espace clairement délimité, de déterminer ce que pouvaient représenter les confiscations de maisons urbaines, moins étudiées que les seigneuries, et de s’intéresser au sort des donations royales au fil des années, les situations créées se révélant parfois fort complexes.

  • 33 Voir Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », no 278, p. 46-47. Sur Gautier de Beaucham (...)

26Une première série d’expropriations intervient rapidement et correspond aux sanctions prises à l’encontre des premiers « rebelles » à avoir fui la Normandie. Elles nous sont souvent connues par l’acte de donation qui leur fait suite. Ainsi, le 31 janvier 1419 (n. s.), Gautier de Beauchamp, fideli nostri milito, se voit concéder, par Henri V, un hôtel de la rue Grand-Pont, paroisse Saint-Lô, alors estimé à 20 livres tournois de rente annuelle, hôtel qui appartenait auparavant à Jehan Auber, vicomte de Rouen. Le bénéficiaire, chevalier anglais, était depuis peu bailli de Rouen33.

  • 34 Pour la donation, voir Charles Vautier, Extrait du registre des dons…, 8 mai 1419. Pour l’« appoint (...)

27Des biens appartenant à Regnault Cousin sont donnés par Henri V, dès 1419, à un nommé Jehan de Vuyse ou Wise, écuyer, très probablement anglais. Mais ce dernier, apparemment peu satisfait de la valeur du don – « lesquielx heritages et rentes ne valloient pas ne ne sont sont de si grant valleur comme ledit escuier cuidoit, actendu les rentes a heritage et charges que l’en demande sur iceulx qui se montent grant sommes de deniers » – lorsqu’il se voit opposer une action en justice de plusieurs membres de la famille, préfère trouver un arrangement et leur laisse, pour 200 livres tournois, les héritages donnés34.

  • 35 Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », no 400, p. 73.
  • 36 Un Thomas Du Breuil tient effectivement, à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, les hér (...)

28Les héritages de Thomas Du Breuil, assis au bailliage de Rouen, reviennent, le 12 avril 1419, à Jehan Hauvain ou Haulvain ou encore Hanam, jusqu’à une valeur de 150 francs par an. Ce dernier les tient du roi « par hommage », à la charge d’une ceinture de haubergeon (unam zonam pro lorica), à rendre chaque année, à la fête Saint-Jehan, au château de Caen35. Ce sont ainsi deux tènements de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, situés à proximité de la porte Massacre, de part et d’autre de la rue Courvoiserie, qui passent aux mains de cet écuyer anglais36.

  • 37 Uxor Petri Hericon, militis nobis inobedientis et rebellis. Voir Louis de Bréquigny, « Rôles norman (...)
  • 38 ADSM, 2E1/170, 15 avril 1423.

29En 1421, pour les bons services qu’il lui rend, Henri V récompense maître Jehanson Salvart, qualifié de « dilectus ligeus lathomus noster », en lui donnant les terres de Bourdeny, de Saint-Aubin et la sergenterie de Cailly, auxquelles s’ajoutent des rentes et possessions aux bailliages de Rouen et de Caux et ailleurs, le tout jusqu’à la valeur de 100 francs de rente annuelle. Ces terres et rentes sont confisquées à la dame de La Grange, femme d’un chevalier déclaré lui aussi rebelle, Pierre de Hérisson37. Il doit tenir ses biens per homagium en rendant au roi, chaque année, à son château de Rouen, une truelle à la fête Saint-Michel. Jehanson Salvart est ici récompensé pour son rôle dans la construction du palais. Parmi les rentes, 10 sous tournois sont à prendre sur une maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, en la rue du Comte-de-Leicester. Le texte d’un arrangement de 1423 montre qu’à cette donation s’est opposé Jehan Segueut (ou Segueult) le Jeune, « tant en son droit que au droit de sa femme ». Jehanson Salvart, notamment pour « aucunement supporter les fraits, mises et coustages que ledit Segueut disoit avoir fais a cause desdites terres », lui laisse plusieurs des rentes données. En contrepartie le nommé Segueut renonce à toute demande sur les terres de Bourdeny et Saint-Aubin38.

  • 39 Les lettres de rémission, du 28 août 1427, sont publiées par Paul Le Cacheux, Actes de la chancelle (...)

30Jehanson Salvart est encore concerné par une saisie de biens mais elle s’exerce cette fois-ci à ses dépens. Elle vient sanctionner sa participation à un complot visant à livrer la ville, dans lequel le rôle principal revient à Richart Mittes. Condamné à être décapité, mené au lieu du supplice pour finalement être gracié, il voit ses biens confisqués par le roi – et notamment sa maison de la rue Saint-Lô – pour finalement échoir à Jehan de Mortemer, qualifié en 1428 de serviteur du Régent39.

  • 40 ADSM, 2E1/173, 13 mars 1427, n. s. 1428. Le roi fait procéder à une autre confiscation de biens fam (...)

31Il est également fait état, à plusieurs reprises, dans les confronts de quelques parcelles situées entre la rue Grand-Pont et le prieuré Saint-Lô, d’un tènement « qui fu Thomas Pougnant, appartenant a monseigneur Jehan Salvain, chevalier ». Sommes-nous en présence d’une confiscation des biens du nommé Thomas, avocat et conseiller du roi, qui résidait là depuis la fin du XIVe siècle, comme le suggère l’association répétée des deux noms ? Un acte de 1428 semble plus précis. Il concerne des héritages « venus et escheus par forfaiture et confiscacion en la main du roy nostre seigneur pour la rebellion et desobeissance de messire Jehan Pougnant, chevallier, ainsné filz et heritier dudit deffunt Thomas ». C’est donc à ce dernier, et non à son père, que le vaste tènement de la paroisse Saint-Lô aurait été confisqué40.

  • 41 ADSM, J 759, double du compte de la vicomté, terme Saint-Michel, f° 49.

32Guillaume Merlin se voit donner une maison qui appartenait à maître Pierre de La Tillaye, ce dernier « estant hors de l’obeissance du roy »41 :

  • 42 ADSM, 2E1/172, 3 mai 1426.

auquel don eust este mis contredit par Michel de La Tillaye filz dudit maistre Pierre disant icellui heritage a lui appartenir par la succession a lui venu et escheu de la mort de Laurence de La Tillaye son aelle, nagaires deffuncte et morte en ceste obeissance a laquelle fu et appartint ladite maison […]42.

33Aux termes de l’accord conclu le 3 mai 1426 entre les parties, dans le but d’éviter un procès, Guillaume Merlin reconnaît le droit de Michel de La Tillaye, précise que par ses lettres patentes « il ne povoit subcomber le droit dudit Michel » et lui laisse la maison, « voullant que ores et pour le temps a venir il en joysse soit a son droit de patentes ou autrement en tant que a lui touche par ledit don ».

34Quant à Michel de La Tillaye, il s’engage à faire donner par le roi, dans un délai d’un an, audit Guillaume Merlin 10 livres tournois de rente annuelle à vie, prévoyant tout de même qu’au cas « ou il ne le fourniroit, icellui de la Tillaye lui promist rendre et paier, l’annee subsequente XL l.t., a chaque terme de l’an X l. ». Hormis cette clause étonnante, la situation paraît dès lors clarifiée.

  • 43 Une indication de 1431 montre Michel de La Tillaye comme « a present bourgois et demourant a Eu et (...)
  • 44 ADSM, 2E1/174, 5 novembre 1430. La vente se fait pour 55 l. t.

35Les actes suivants montrent qu’il n’en fut rien. En 1428, Michel de La Tillaye, qui demeure alors en la ville d’Eu, vend pour 120 livres tournois en paiement échelonné son droit en la maison à Jehan Salvain, chevalier et bailli de Rouen43. Il s’engage par ailleurs à remettre au bailli des lettres de confirmation du roi à propos de son hôtel. À défaut de ces lettres, Jehan Salvain se dispensera du dernier paiement et recueillera les revenus de la maison jusqu’à la remise des lettres. En 1430, c’est au tour de Guillaume Merlin, écuyer, seigneur de Valliquerville, de vendre à Jehan Maillart et à Jehanne sa femme, de la paroisse Saint-Maclou de Rouen, tout son droit en raison du don royal, s’engageant à leur donner un double des lettres patentes du roi mais aussi d’une vérification de la chambre des comptes et d’un mandement du vicomte de Rouen44. Ces acheteurs ne sont pas des inconnus puisque la femme de Jehan Maillart est sœur de maître Pierre de La Tillaye, victime de la confiscation. Le compte de la vicomté pour le terme Saint-Michel 1431 cite la maison parmi les terres tenues en la main du roi comme étant à Guillaume Merlin. Michel de La Tillaye ne renonçait pas pour autant à ses droits. Le contrat avec Jehan Salvain probablement annulé, il revendait ses droits à Pierre Charité, bourgeois de Rouen, à nouveau pour la somme de 12 livres tournois et selon des clauses proches des précédentes, en promettant toujours des lettres royales « dedans la feste chandeleur par ensuivant de la date des lettres d’acquisition ».

  • 45 ADSM, 2E1/178, 12 mai 1434.
  • 46 Cette rente est évoquée dès 1428 dans la vente faite à Jehan Salvain et correspond au revenu de la (...)

36Le même Pierre Charité revendait le 12 mai 1434 ses droits à Gieffin Mallet et Jehanne sa femme de la paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres de Rouen45. Le 22 août de la même année, Jehan Maillart et sa femme cédaient à Jehan Salvain ce qu’ils avaient acquis de Guillaume Merlin en 1430. Les textes manquent ensuite pour éclairer cette situation confuse. Son dénouement nous est, en revanche, connu. En 1452, Guillaume Mallet, fils de Guieffin Mallet, acquiert la maison par décret d’héritage en raison des 100 sous tournois de rente que devait à son père Michel de La Tillaye46. À lire l’ensemble des pièces retrouvées, il est évident que l’accord initial devint caduc. Y en eut-il un autre ? Les droits s’ajoutaient-ils ? La promesse d’obtention de lettres royales laisse plutôt penser le contraire et donne l’impression d’une série de ventes parallèles. Une indication de 1443 pour le confront de la maison voisine mentionne Jehan Salvain chevalier mais la situation a pu s’inverser après la reconquête de la Normandie.

Fig. 1 – Résidences des Anglais sur les trois paroisses
(document Philippe Cailleux).

  • 47 Il est vicomte d’Arques de 1420 à 1425 ou 1426, puis vicomte de Conches et de Breteuil, à partir de (...)
  • 48 Son départ est antérieur au 26 janvier 1430 (n. s.), date à laquelle les maisons sont louées à maît (...)

37Un nom figure encore parmi ceux des « saisis » dont des biens se trouvent sur nos trois paroisses : celui de Guillaume Campion qui occupe successivement plusieurs offices de vicomte en Normandie, à partir de 142047, avant de changer de camp entre 1428 et 1430. Les deux maisons qu’il détenait sur les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde sont ensuite louées au profit du roi48.

  • 49 L’estimation des surfaces confisquées est difficile à mener en raison, précisément, du nombre des p (...)
  • 50 AN, JJ 175, no 214, 1er mars 1432, n. s. 1433. Mort en 1423 « en notre obeissance », pour reprendre (...)

38Les propriétés confisquées ne représentent donc pas moins de 5 à 6 % des tènements de la paroisse Saint-Lô et de 3 à 4 % de ceux de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde alors que nous n’en avons pas relevé paroisse Saint-Herbland (voir figure 1, pages suivantes). Pour les trois paroisses réunies, les confiscations concernent donc de 3 à 4 % des tènements. En raison du rang des personnalités victimes des confiscations, il est évident qu’une estimation en surface aboutirait à un pourcentage sensiblement supérieur49. Soulignons encore que plusieurs des nouveaux détenteurs, comme nous venons de le voir, ont dû passer des compromis avec les héritiers restés en « l’obéissance ». Certains d’entre eux, serviteurs du nouveau pouvoir, bénéficient également de donations royales. C’est ainsi qu’en 1433 maître Jacques de Calais et Katherine sa femme se voient donner par Henri VI tous les biens ayant appartenu à feu Guillaume Le Tavernier, leur beau-père et père, sans que les fils de ce dernier puissent prétendre y avoir des droits50.

39Si les Anglais ne sont pas seuls à bénéficier des faveurs royales, elles permettent à quelques-uns d’entre eux de résider à Rouen. Ces donations ne sont pas l’unique moyen d’obtenir une résidence rouennaise et le recours plus paisible à l’acquisition, voire à la location, n’est pas oublié.

  • 51 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

40Le premier signe de l’élection de résidence par un Anglais sur l’une des trois paroisses est très proche de la reddition de la ville puisque dès février 1419, l’orfèvre rouennais Robin Alorge, demeurant paroisse Notre-Dame-la-Ronde, affermait et louait à Guillaume Motieu « du pais d’Engleterre » une partie de son hôtel de « la Chèvre », sur la paroisse Saint-Herbland51.

  • 52 ADSM, G 6859, voir les déclarations des 5e et 7e témoins au cahier d’audition des témoins, à propos (...)
  • 53 ADSM, G 6859, différend entre le prieuré de Saint-Lô et le curé de Notre-Dame-la-Ronde pour savoir (...)

41Mais il n’est pas le seul à y résider et quelques manoirs hébergent des hôtes anglais d’illustre lignage. Parmi les occupants du manoir de la Fontaine, situé à l’angle des rues Saint-Lô et du Bec, sans que l’on puisse préciser la durée de leur séjour, on relève le comte de Warwick (Wairewyc), peut-être alors qu’il est capitaine de Rouen, et le seigneur de Norfolk (Nofford) ainsi que le duc de Gloucester (dux Grocestrie)52 tandis qu’à l’autre angle des mêmes rues, le manoir de la fabrique de la cathédrale est occupé par « plusieurs seigneurs anglais », parmi lesquels « Jehan de Robessart, le conte de Suffoc et aultres », pour ensuite être loué à Jehan de Quinquellay, bailli anglais de Rouen qui « y demoura plusieurs annees »53.

  • 54 Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, (...)
  • 55 Pour l’achat d’une maison, voir ADSM, 2E1/170, 31 janvier 1423, n. s. 1424. Il la conserve jusqu’en (...)

42Guillaume Wymyngton, écuyer, seigneur de Roiville « ou pays d’Outresaine », avait obtenu en 1418 une maison à Argentan. Appointé à la chambre des comptes à Caen puis à Rouen, il possède des maisons dans les deux villes54. Il demeure paroisse Saint-Lô quelque temps, après l’achat d’une maison située en la rue Barate55.

  • 56 ADSM, G 2102 pour le premier et 2E1/173, 4 janvier 1427, n. s. 1428.
  • 57 Voir infra.

43Quelques mentions plus rapides laissent deviner des présences moins illustres, par exemple celle d’un « anglois nommé Richart Conbreton » dans une maison de la rue Grand-Pont, paroisse Saint-Lô. Quant à Jehennequin Grestain (ou Jehan Grethan) et Jehanne sa femme, après avoir résidé paroisse Saint-Martin-sur-Renelle, ils achètent tous deux une maison de la rue Saint-Lô et s’installent sur cette paroisse56. Si l’on ajoute à cette liste les deux Anglais ayant épousé des habitantes des trois paroisses57, la présence étrangère, sans atteindre à la colonisation massive, n’en est pas moins réelle.

  • 58 Cette partie a été rédigée avant la parution de l’article de Robert Massey, « Lancastrian Rouen : M (...)
  • 59 Voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au bas Moyen Âge (XI (...)
  • 60 Pour retenir une date voisine de celle de l’aide, une montre du 15 octobre 1422, indique que la gar (...)
  • 61 Christopher Thomas Allmand évoque, par exemple, une demande d’indemnisation présentée, en 1452, à l (...)

44Faute d’une étude similaire, il est difficile de déterminer ce qu’il en est pour les autres paroisses de la ville58. La conservation des rôles de l’aide de 1421, pour plusieurs d’entre elles, nous donne toutefois une indication utile, quoiqu’incomplète, du nombre d’Anglais résidant en ville, deux ans après sa reddition. Il ne s’en trouve pas de recensés dans les paroisses Saint-André, Saint-Hilaire, Saint-Pierre-du-Châtel, Saint-Vigor et Notre-Dame-la-Ronde, un seul à Saint-Nicolas-le-Painteur et Saint-Michel. Ils sont deux à Saint-Amand, Saint-Candé-le-Jeune, Saint-Denis, trois à Saint-Nicaise, quatre à Saint-Candé-le-Vieux, au moins sept à Saint-Etienne des Tonneliers, au moins huit à Saint-Laurent, au moins neuf soldats et un marchand à Saint-Maclou. À Saint-Patrice, quatre Anglais, portiers du château, sont rangés parmi les pauvres tandis que sept des dix nobles recensés sont très probablement des Anglais. Trois Anglais demeurent chez des particuliers, à Saint-Étienne-de-la-Grande-Eglise, tandis que huit hommes et deux femmes habitent le même hôtel, paroisse Saint-Ouen et qu’à Saint-Éloi on signale juste la présence, parmi les 39 pauvres, d’une femme « amie d’un Anglais »59. Si l’on tient compte des paroisses non citées, leur nombre doit probablement atteindre la centaine de résidants, sans compter les soldats en garnison60. Leur effectif a, par ailleurs, connu des fluctuations sensibles. Ainsi, l’abandon du Maine et de l’Anjou, au printemps 1448, et le repli anglais sur la Normandie sont très probablement la cause d’un accroissement marqué de leur présence en Normandie, surtout dans les villes, plus sûres61.

  • 62 Nous ne l’avons, à vrai dire, pas rencontrée. Ce fait s’explique, bien sûr, par la composition de l (...)
  • 63 ADSM, 2E1/171, 9 octobre 1425. Jehan Milles est probablement un parent de maître Guillaume Milles, (...)

45Les témoignages directs ou indirects des relations entre Rouennais et Anglais sont relativement peu nombreux. Les sources, par leur nature, enregistrent surtout les conflits mais les témoignages de relations plus pacifiques s’y rencontrent aussi. Au premier rang d’entre eux, se rangent les indications de mariage. Anglais et Rouennaises s’y unissent surtout, la situation inverse ne se rencontrant que très rarement62. Nous ne savons pas si la femme de Jehan Grethan, mentionnée plus haut, était rouennaise mais, en revanche, il est certain que d’autres épousèrent des filles de Rouennais. En 1425, Jehan Milles, anglais, vend avec Alips sa femme, fille et héritière de Regnault Le Roux, orfèvre de la paroisse Saint-Herbland, un tènement qui fut audit Regnault relevant à la fois de ladite paroisse et de celle de Saint-Candé-le-Jeune. Tous deux s’affirment « estre vrays hommes liges et subgiez du roy nostre sire et avoir sur ce patent lettre ou ensagnement suffisant »63.

  • 64 Deux ans plus tard, dans la même maison « demeure a present Thomas Weufilde anglois », BMR, ms. g 1 (...)

46En 1437, dans les confronts d’un tènement de la rue Grand-Pont, paroisse Saint-Herbland, est citée la maison de « la femme qui fu Jehan Le Bourgois » pour laquelle on précise qu’elle est « a present mariee a Thomas Coq anglois »64.

47Si les exemples de couples rouennais séparés ne manquent pas, on recense au moins un cas de Rouennaise ayant épousé un Anglais. Gilles Sterker dit Mombray, héraut du duc de Norfolk, séparé de sa femme Alips, veuve de Guillaume Trubert, voit ses biens regroupés dans une seule pièce de la maison appartenant à sa femme et à sa belle-fille :

[…] de laquelle chambre ledit Mombray n’avoit pas esté content et ne l’avoit pas voulu acepter pour ce que il disoit que c’estoit l’estable aux chevaux et aussi qu’il n’y povoit gesir ne faire sa demeure parce que il n’y avoit point de cheminee ne place ou il peust fere feu ne elle n’estoit convenable ne raisonnable pour demeure d’aucun […].

  • 65 L’arrangement est du 8 mars 1427 (n. s.). L’acte est publié par Paul Le Cacheux, Rouen au temps de (...)

48Il obtient finalement de son épouse un arrangement plus honorable65.

  • 66 En 1436, le bailli de Rouen est Jehan Salvain dont l’hôtel se trouve rue Grand-Pont, paroisse Saint (...)

49Sans nouvelle d’un époux et donc très certainement dans une situation difficile, certaines Rouennaises prennent le risque d’une accusation de bigamie en contractant un nouveau mariage avec un Anglais. On ne peut exclure, par ailleurs, qu’il y eut à Rouen comme ailleurs en Normandie des cas de mariage forcé par un vainqueur utilisant la violence pour arriver à ses fins. Des procédures révèlent aussi l’existence de cas de concubinage, tel ce procès pour la nourriture d’un enfant qu’engage une servante de l’hôtel du Bailli, à Rouen, à l’encontre d’un nommé Richard Rempston66.

  • 67 Voir Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 79-80. L’auteur n’évoque pas de cas de N (...)

50Rouen reste suffisamment de temps sous la férule anglaise pour que l’on puisse s’interroger sur le sort d’une deuxième génération, mais nous n’avons hélas pas trouvé d’indication la concernant. Que devinrent les enfants de ces couples, notamment après la reconquête ? Il semble qu’avec le « recouvrement », tous les Anglais ne fuient pas la Normandie. Même si beaucoup de mariages n’y résistent pas, ils ne sont pas tous brisés67.

  • 68 Texte des lettres, du 20 mai 1427, dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI…, tome (...)

51Autre source d’indications, les données conservées par les lettres de rémission ou les jugements de l’échiquier se révèlent souvent difficiles à analyser. Elles lèvent tout de même un coin de voile sur des modes divers et complexes de cohabitation. Intéressante à ce titre, cette affaire de fausse monnaie, fabriquée dans un hôtel rouennais « ou pend l’enseigne du pot de cuivre », paroisse Saint-Patrice, à laquelle se trouvent mêlés Jehan Hardint, écuyer, et Perrecte sa femme, damoiselle « natisve de nostre duchié de Normandie », occupants de l’hôtel voisin, à l’enseigne de la Cloche, poursuivis pour ne pas avoir dénoncé les activités clandestines de leurs voisins68.

  • 69 Le mari, dinandier, le père et le cousin de la femme sont en cause. Les époux Poissonier obtiennent (...)

52S’il faut en croire leur version des faits, le premier réflexe de l’écuyer est de dénoncer à la justice ses voisins mais il est retenu par sa femme, pour qui « ce seroit grant pitié de fere mourir tant de gens, et mesmement lesdiz Poissonnier et sa femme, qui sont tres jeunes gens, chargiez de plusieurs petiz enfans »69.

  • 70 Cent francs et six marcs d’argent avec « une douzaine de vaisselle d’estain ». Ne sont pas oubliés (...)

53Elle souhaite consulter son confesseur. De même son mari se rend à l’église – probablement Saint-Patrice – pour être entendu en confession par un prêtre. Suivant les conseils reçus, il accepte de se rendre aux supplications de ses voisins et leur échange son silence contre la promesse de cesser leurs activités illicites et se voit promettre la remise d’une forte somme70.

  • 71 ADSM 1B 24, f° 17, échiquier de Pâques 1426. Le lieu n’est pas mentionné mais l’affaire passe devan (...)

54Il apparaît clairement que les conflits naissent souvent des fréquents voyages des résidants anglais. L’échiquier de Normandie traite, par exemple, une affaire qui tient au caractère itinérant de l’existence d’un nommé « Jehan Simond angloiz » qui « avoit fait certain voyage avec monseigneur de Clarence » et, par sécurité, avait – selon ses dires – « mis en garde » dans un panier fermant à clé de l’or, de l’argent et des bijoux en l’hôtel de Regnault Le Saonnier mais dut constater à son retour que « or, argent et joyeaux avoient esté prins audit pennier et icellui rompu et la serrure ». Pour se défendre, le Rouennais conteste avoir reçu les objets en question qui auraient été placés « par ledit Simon et ses gens ou il lui avoit pleu en une maison desclose » mais, au final, pour éviter le procès, verse 10 saluts d’or à l’Anglais71.

  • 72 Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI…, tome II, p. 18-22 et 358 (no 541).

55Les incidents qui émaillent les nuits rouennaises et pour lesquels Anglais ou Rouennais obtiennent rémission sont-ils très différents de ceux qui impliquent d’autres acteurs ? Il est vrai que la rixe mortelle qui oppose un forgeron rouennais à « deux varlez angloiz » a pour origine le refus du forgeron d’utiliser la langue natale des valets, ces derniers lui soutenant qu’il sait la parler. Mais le meurtre d’un tailleur, commis par Henri Gregory, écuyer anglais demeurant à Rouen, intervient après la découverte, dans une chambre de la ville, de la victime buvant en compagnie de la femme du nommé Gregory72.

  • 73 ADSM, G 7468. Ce dernier résidait-il sur la paroisse ? Un autre Smyth, Jehan celui-là, « natif du p (...)

56D’autres conflits mettent en cause le clergé de la ville. Un acte de l’official de Rouen, daté de 1438, faisant état d’un accord entre les chanoines et la fabrique de Notre-Dame-la-Ronde, nous apprend que les trésoriers avaient fait enlever les corps de plusieurs membres d’une même famille de la paroisse – il s’agissait de Gautier Le Sage, autrefois clerc de la commune de Rouen, de maître Gautier Le Sage, doyen de ladite église de la Ronde, et d’Émeline sa sœur – pour inhumer à leur place messire Gautier Smyth73. S’agit-il d’un épisode de plus dans les rapports, à l’occasion conflictuels, des chanoines – le corps d’un des leurs avait été déplacé – et de la fabrique ou faut-il y voir le signe d’une différence de comportement vis-à-vis des Rouennais d’outre-Manche ? Ce type d’interrogation ne peut manquer d’être posé pour de nombreux faits trop souvent mis au compte d’un « esprit de résistance ».

  • 74 On trouvera une présentation de ces affaires dans Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…,(...)

57Ainsi, dans l’analyse du comportement du clergé, faut-il voir dans les multiples conflits de juridictions qu’entretiennent le chapitre ou l’archevêché avec les officiers royaux – qui se traduisent à l’occasion par la restitution de clercs impliqués dans des affaires pouvant atteindre à la lèse-majesté – l’effet d’une volonté de s’opposer aux représentants de la « France anglaise » ou bien prennent-ils l’allure, plus habituelle, de la défense des intérêts de l’Église face aux empiétements du pouvoir séculier ? La part des choses paraît bien difficile à établir74.

  • 75 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 27-34. La sentence des vicaires généraux (...)
  • 76 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. CXIII-CXV.
  • 77 Tous trois défavorables au procès, ils sont jetés en prison, Régine Pernoud, Marie-Véronique Clin, (...)
  • 78 Le dominicain Pierre Bosquier doit également se rétracter publiquement pour avoir accusé les juges (...)

58Le clergé rouennais n’a pas échappé aux rigueurs du nouveau pouvoir. Dès 1421, sur les instances d’Henri V, plusieurs chanoines, chapelains et curés de la ville et du diocèse se trouvent privés de leurs bénéfices ecclésiastiques pour s’être réfugiés « en pays ennemi », alors que d’autres partent plus tard75. Quels étaient les sentiments de ceux qui restaient ? Les ralliés au gouvernement anglais sont certainement nombreux76 et la participation du haut clergé rouennais au procès de Jeanne d’Arc lui a valu de sévères jugements qui n’épargnent que peu d’entre eux, parmi lesquels se distinguent notamment, aux côtés de Jean de Saint-Avit, évêque d’Avranches, Nicolas de Houppeville et Jehan Lohier77. Quelques-uns, tels Jean Basset official et Jean Le Roy promoteur de l’église de Rouen, sont incarcérés pour avoir émis des opinions non conformes à propos de Jeanne d’Arc78.

  • 79 Ibid., p. 19-21, auteur qui penserait volontiers que Charles VII était, aux yeux de Pierre Cochon, (...)

59Par ailleurs, étudiant l’œuvre historique de Pierre Cochon, Philippe Contamine a relevé, dans la chronique de ce notaire de cour d’Église né à Rouen vers 1390 et mort après le départ des Anglais, les mentions les plus révélatrices de son texte, qui le montrent « considérant les conquérants anglais nettement comme des étrangers »79.

  • 80 Sur cette question, voir notamment Germain Lefevre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise. La (...)
  • 81 « Le 23 juillet 1419, Henri V charge Warwick de faire une enquête sur les attentats qui ont été com (...)
  • 82 Sur les divers complots, voir les articles de Germain Lefevre-Pontalis et Dominique Goulay déjà cit (...)
  • 83 Dominique Goulay, « La résistance à l’occupant anglais… », p. 43. Le départ, solution largement emp (...)

60Au-delà du seul clergé, la question de savoir s’il y eut véritablement un « esprit de résistance » à l’« occupant anglais », préoccupation centrale de plusieurs travaux historiques, a naturellement porté l’attention sur les complots, aspect le plus tangible du rejet de l’occupant80. En effet, complots et coups de mains se succèdent au moins jusqu’en 1440. Ils commencent très tôt, dès 141981. Nouvelles alertes, pour ne citer que les principales, en 1421, 1424 (première conjuration de Richard Mittes), 1427 (seconde conjuration de Richard Mittes), 1429. L’affaire de 1432 compte parmi les plus sérieuses mais, après s’être introduite par surprise dans le Vieux Château, la centaine d’assaillants courageux, menée par Ricarville, sans soutien réel, doit se rendre et vient grossir le nombre des exécutés dans la métropole rouennaise. Quelques années après le soulèvement du pays de Caux, le complot mal connu de 1438 et le rôle d’un certain Jehan Du Hamel « qui avoit voulu faire entrer en la ville de Rouen, le ennemis du roi », la répression se fait plus sévère82. Ces diverses menées impliquent, au total, un nombre assez réduit de Rouennais et les bourgeois rouennais exécutés par les Anglais semblent avoir été peu nombreux, alors que la ville est un centre de répression et d’exécution fort actif83.

  • 84 Une charte de Charles VII, en date du 28 août 1453, rendant à la famille les biens confisqués à Rob (...)
  • 85 Les éléments d’identification du nommé Jehan Auber manquent. Il dispose probablement de relations à (...)
  • 86 Germain Lefevre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », 1936, p. 104-130. Pour l’auteur, Gu (...)

61À cet égard, le sort de Robert Alorge, fils d’une illustre famille rouennaise exécuté en 142184, est assez exceptionnel. Guillaume de La Mare, impliqué dans le second complot de Richard Mittes, est lui aussi exécuté en 1427 mais Jehan Auber85 et le principal conjuré s’enfuient de Rouen, Jehan Auber trouvant refuge à Bruges tandis que d’autres, tel Jehanson Salvart, obtiennent des lettres de rémission86.

  • 87 Anne Curry, « The Impact of War and Occupation on Urban Life in Normandy, 1417-1450 », in French Hi (...)
  • 88 « Charles VII, considérant qu’ils étaient “prestz et appareillez de soy exposer a tous perils de fo (...)

62S’appuyant sur les travaux consacrés à la résistance en Normandie, Anne Curry considère qu’ils ont surtout mis en évidence le défaut d’activité anti-anglaise dans les villes. Le même auteur relève, il est vrai, à partir du milieu de l’année 1429, un climat d’hostilité qui amène les Anglais à considérer le service armé des Français – principalement celui de « guet et garde » – comme « insuffisant et inopportun » et à installer dans la garnison rouennaise, des troupes soldées87. On sait aussi qu’une députation de la ville de Rouen s’est rendue, en décembre 1425, auprès de Charles VII, à Mehun, pour l’assurer de « l’intencion, humble desir, et loyale volonté » des bourgeois en sa faveur88.

  • 89 Sur tous ces points, de même que sur une certaine réticence des Rouennais à l’égard de Jeanne d’Arc (...)

63Il n’en reste pas moins, malgré l’existence d’activités et de réactions antianglaises, que la ville de Rouen constitue pour les représentants du pouvoir anglais un lieu privilégié : c’est à Rouen que se tient le procès de Jeanne d’Arc ; Rouen encore que choisit le duc de Bedford pour élire sépulture en la cathédrale ; Rouen, enfin, qui se rallie bien tardivement à Charles VII89.

  • 90 Les développements qui suivent, appuyés sur les données rencontrées principalement dans les registr (...)
  • 91 Pour Michel Mollat, on atteint le maximum de misère, cette année-là, à Rouen, Toulouse et Paris. Mi (...)

64S’il n’est jamais très aisé de déterminer comment les habitants vécurent ces années90, les toutes premières semblent compter parmi les plus difficiles. Elles sont marquées par un accroissement du nombre des pauvres qui culmine en 142191.

  • 92 Pour les cours commerciaux de l’écu d’or d’après les livres du changeur Colin de Preaulx, voir Mich (...)
  • 93 Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, Colette Beaune (éd.), Paris, Le Livre de poche, 199 (...)
  • 94 ADSM, 2E1/169, 1er décembre 1421.

65À l’afflux des réfugiés avant le siège, aux fortes sommes exigées des habitants, s’ajoutent les fortes et rapides variations qui affectent monnaies d’or et d’argent depuis 141992. Les mutations de l’année 1421, dont les traces se ressentent dans les transactions qui suivent, marquent les contemporains par leur brutalité. Le « bourgeois de Paris » rapporte dans son journal, à l’année 1421 : « Item, le samedi 12e jour d’avril ensuivant, fut criee la monnaie à Rouen, que le gros de 16 deniers parisis ne vaudrait que 4 deniers parisis, et le noble 60 s.t., et l’écu 30 s.t. »93, entendre pour un Rouennais que le gros passait de 20 à 5 deniers tournois soit un cours réduit des trois quarts. Il fallait 48 gros et non plus 12 pour faire 1 livre. Le 1er décembre 1421, le tabellion, pourtant peu enclin à développement lorsqu’il écrit la date, ajoute à celle-ci les mots suivants : « environ deux heures apres midi, les gros, qui depuis le 12e d’avril derrain passé ont eu cours pour V d.t. piece, furent mis et criez a II d. ob. t. chacune piece »94. Il fallait cette fois-ci 96 gros pour 1 livre tournois.

  • 95 ADSM, 2E1/168, 23 avril et 29 décembre 1420. Le reste est payé, dans chacun des cas en gros de 20 d (...)

66Certains contrats se font l’écho des brutales variations du cours des monnaies, l’un des effets les plus immédiats de ces mesures étant la multiplication, lors des ventes, des stipulations de paiements non plus données en monnaie de compte, mais en précisant la ou les espèces utilisées et, pour les paiements en écus d’or, le poids d’or. Ces procédés, en principe non licites, ont pour but, notamment, de protéger l’acheteur en cas de rachat ou de retrait lignager. Un autre effet est la montée des prix, exprimés en unité de compte, de certains tènements dont les tenants entendent récupérer les espèces investies alors que les cours s’envolent. La maison de la paroisse Saint-Herbland, achetée par Pierre Pitemen le jeune à Jehan Courel, le 23 avril 1420, pour 440 livres tournois est payée en 25 nobles d’or au cours de 5 livres tournois chaque et en 70 écus d’or valant 3 livres tournois pièce. Elle est revendue, huit mois plus tard, par le même pour 600 livres mais l’augmentation ne traduit que les variations des cours des mêmes espèces : les 25 nobles sont comptés à 7 livres et les 70 écus d’or à 4 livres95.

  • 96 Vente d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, rue d’Albane. Aux 24 l. s’ajoutent 2 l. de vin. I (...)
  • 97 ADSM, 2E1/172, 13 février 1425, n. s. 1426. La vente est du 23 septembre 1419. Naudin Courel, paroi (...)

67Les mauvaises affaires réalisées par des contractants lésés par des paiements en monnaie, dont le cours chute ensuite brutalement, encombrent les registres des années suivantes, encore n’y trouve-t-on que les appointements. Guillaume des Essars, fils d’un bourgeois de Rouen demeurant à Paris, obtient en 1425 d’un orfèvre rouennais, Henry Le Gat, qu’il lui reverse 24 livres tournois pour une transaction réalisée en 1420 pour un montant de 275 livres, dont il s’était alors tenu pour content mais pour laquelle il « disoit avoir esté deceu a cause et par raison de la monnoie qui paiee en fu qu’il disoit estre de fieble valleur »96. Un an plus tard, Naudin Courel, ayant menacé d’entamer une procédure de « clameur révocatoire » pour annuler ou ramener au « juste prix » la vente d’une échoppe « [de] laquelle vendue icellui Naudin disoit avoir esté deceue de moictié oultre le juste pris, tant a cause de la monnoie qui lors lui en fu paiee qu’il disoit estre de fieble valleur que par autre maniere qu’il entendoit declairer en temps escheu », obtient de Jehan son frère la somme de 80 livres tournois. Le marché initial avait été conclu pour 110 livres tournois avec 40 sous au vin97.

  • 98 ADSM, 2E1/169, f° 79.
  • 99 Dans son étude sur Les Pauvres au Moyen Âge, Michel Mollat notait, pour 1421 : « À Rouen, l’afflux (...)
  • 100 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422, et G 6859, 17 décembre 1421. Les tènements sont tous deux r (...)

68Autre conséquence, directe ou indirecte, certains renégocient leurs contrats tel Thomas Le Clerc, natif de Londres et demeurant alors paroisse Saint-Maclou, qui, ayant pris en location, le 3 mai 1421, neuf échoppes appartenant au roi et sises rue aux Tailleurs sur la paroisse Saint-Herbland pour 126 livres tournois obtient correction du contrat initial, ramené le 4 décembre de la même année à 42 livres selon le commandement du vicomte de Rouen, Michel Durant98. Dans un tel contexte, l’hôtel-Dieu a du mal à faire face aux demandes des pauvres alors nombreux à Rouen99. Ces difficultés expliquent la présence de clauses inhabituelles dans les contrats les impliquant. Ainsi lorsqu’ils prennent à rente un ensemble de huit louages, Guillaume et Colin Auber, de la paroisse Saint-Herbland, leur versent, en 1422, outre la rente prévue, une somme de 50 livres « pour et affin de aider a subsenter la grant multitude de poures qui de jour en jour sourviennent en icellui hostel pour et a l’occasion des grans guerres et mortallité qui puis lonct temps ont esté et sont encores ou pais de Normendie ». On trouve une clause similaire dans le bail qui leur fut également concédé, plusieurs mois avant, par les mêmes religieux100.

  • 101 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 25.
  • 102 Les villes arrachées à l’ennemi, Harfleur, Montivilliers, Fécamp, furent reprises mais Harfleur ne (...)
  • 103 « Now the war had forced the English to retreat, and Rouen became the true capital of the lancastri (...)

69Les problèmes de pauvreté sont très certainement aggravés par la présence à Rouen de nombreux réfugiés. Derrière une présence constante, on devine des variations importantes de leurs effectifs sans que l’on puisse les déterminer avec précision. Quelques dates fixent toutefois des repères. Si, après la stabilisation monétaire, le commerce rouennais connaît une dizaine ou douzaine d’années qui représentent « peut-être ses meilleures années du siècle »101, l’année 1435 est marquée par une succession d’événements qui a pu faire dire à Michel Mollat qu’elle « sonne le glas de la prospérité sous la domination anglaise » avec la mort du duc de Bedford (14 septembre), la paix d’Arras (20 septembre), la libération de Dieppe (28 octobre) bientôt suivie de l’insurrection de tout le pays de Caux et la reprise de Paris l’année suivante102. L’effet immédiat de cette série de revers anglais est le renforcement de l’importance de Rouen dans le dispositif anglais : la ville devient la vraie capitale lancastrienne sur le continent. Le 11 juillet de la même année, le duc d’York, depuis peu lieutenant général de Normandie, ordonne d’y établir une chambre des comptes, qui s’installe à l’hôtel de la Monnaie. Elle est pleinement établie à la mi-octobre 1436 au plus tard103. Autre effet de ces événements, l’afflux de nouveaux réfugiés à Rouen. Le cas de Robert Dufay, natif de la paroisse de Vatteville, connu par une enquête de 1454, à propos de la navigation en basse Seine, est relevé par Michel Mollat :

  • 104 Michel Mollat, La Vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, IXe -XVIe siècle, Paris, Hachette, (...)

[Il] embarqua au service d’un maître de navire de Jumièges, puis travailla la terre chez son père ; il se réfugia à Rouen lors de la révolte de 1435 contre l’occupation anglaise, s’y maria, reprit le métier de la mer qu’il pratiquait encore ; il avait cinquante ans104.

70Que survienne une crise de subsistance, et la situation des réfugiés devient catastrophique. Particulièrement aiguë, celle qui se produit en 1438-1439 est rapportée par le « bourgeois de Paris » :

  • 105 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 385.

Item, en celui temps, avoit si cher temps à Rouen que le setier de bien pauvre blé coûtait 10 francs, et tous vivres au prix ; et trouvait-on tous les jours en mi les rues des petits enfants morts que les chiens mangeaient ou les porcs […]105.

  • 106 Guy Bois, « Comptabilité et histoire des prix : le prix du froment à Rouen au XVe siècle », AESC, 1 (...)
  • 107 ADSM, 2E1/182, 13 mars 1440, n. s. 1441. Cette date correspond au rachat des religieux et non à cel (...)

71De cette crise, témoigne aussi le prix du froment à la Halle de Rouen. Établissant une comparaison à partir des prix de la mine rouennaise et du setier parisien, Guy Bois estime que « la crise de 1438-1439 semble avoir été plus aiguë à Rouen qu’à Paris, en raison sans doute des désordres qui affectaient alors la Haute-Normandie »106. Autre témoin, le comportement des religieux de l’hôtel-Dieu, qui, en raison de « la tres grant charge de povres, languereux, souffreteux qui estoient, et qui continuelment venoient chacun jour, a l’occasion de la cherté de vivres et famine qui avoit eu cours », vendent à Jehan Malerbe, bourgeois de la paroisse Saint-Maclou, deux maisons leur appartenant en ladite paroisse dont ils tirent 300 livres tournois avec 3 livres au vin et 10 de rente, maisons qu’il leur faut racheter en 1441, sous la contrainte exercée par « monseigneur Loys, cardinal de Luxembourg, archeveque de Rouen et chancelier de France ou ses officiers »107.

  • 108 ADSM, 2E1/184, 10 janvier 1443, n. s. 1444. Cette paroisse est située à une vingtaine de kilomètres (...)
  • 109 ADSM, 2E1/184, 29 décembre 1443. Thomas Duquesne « a present retrait a Rouen, a l’occasion et pour (...)
  • 110 André Dubuc, « Le tabellionage rouennais… », p. 802 et ADSM, 2E1/179, 21 juin 1435.
  • 111 François Maillard, « Informations en Normandie sous le règne d’Henri VI (1424-1447). Contribution à (...)

72Dans les années qui suivent les registres du tabellionage conservent la trace des nouveaux venus, sans qu’il soit possible de savoir depuis quand et à la suite de quels événements ils y ont trouvé refuge. Leur paroisse d’accueil est parfois mentionnée : Estienne Bertin, dit Doutreleaue, et sa femme, « retrais a Rouen », demeurent en la paroisse Saint-Denis, après avoir habité la paroisse de Saint-Germain-des-Essours108. Pour d’autres, seule la provenance est indiquée109. Ces mouvements de population sont suffisamment importants pour se traduire par des arrangements inattendus. Les habitants d’Auffay, soumis au paiement d’une « composition » par La Hire et Poton de Xaintrailles, vendent à Roger Mustel, vicomte de l’Eau, une rente de 36 livres tournois, somme qui doit lui être versée par les habitants d’Auffay « retraits a Rouen par l’occasion de la guerre »110. Une information commandée par le roi aux gens des Comptes à Rouen, en avril 1440, pour le bailliage de Caux, est faite à Rouen, plusieurs témoins y demeurant en raison des guerres111.

  • 112 Michel Nortier, « Quittances ecclésiastiques conservées à la bibliothèque municipale d’Aix-en-Prove (...)

73La situation commerciale des Rouennais s’aggrave dans la dernière décennie de la présence anglaise, comme le montrent les difficultés de la vicomté de l’Eau. À la fin de 1442, le prieur du Mont-aux-Malades ne reçoit que 25 livres 9 sous 2 deniers tournois sur les 70 livres qu’il perçoit annuellement, à la Saint-Michel, à titre d’aumône, les charges de la vicomté excédant ses revenus112.

  • 113 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 383-385, 17 juin 1446. La Grande Ferme, l’une (...)

74En 1444, les Rouennais accueillent la trêve de Tours avec des feux de joie. Elle permet une reprise certaine de l’activité mais dont les effets sont lents comme le montre un mandement royal de 1446, autorisant la reprise et une nouvelle mise aux enchères de la Grande Ferme de la vicomté de l’Eau, les fermiers subissant de lourdes pertes d’exploitation113.

  • 114 BMR, registre XX1, f° 168 vo et Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, op. cit., p. 61.

75La reprise des hostilités, en 1449, plonge, pour plusieurs mois, de nombreux marchands rouennais dans une phase d’inactivité ; ce dont témoigne le sort des boursiers qui « ont pou ou neant estallé en ladite halle pendant ledit temps et auxi a esté la marchandise de leurdit mestier comme adnullee par ce que les marchans du pais de France et de Bretaigne et d’ailleurs n’ont ozé communiquer ou marchander avecques ceulx de ladite ville de Rouen ». Mais cette situation ne perdure pas et la domination anglaise s’effondre en quelques semaines : Rouen capitule le 29 octobre 1449 et Charles VII fait son entrée dans la ville le 10 novembre suivant114.

  • 115 Pour un point d’ensemble, voir Philippe Contamine « Rançons et butins dans la Normandie anglaise (1 (...)

76Par ailleurs, à en croire ce que laissent percer les actes notariés, les Rouennais paraissent plus exposés qu’à la période précédente aux risques que la guerre fait planer sur leurs activités. Les marchands courent le risque, au gré de leurs fréquents déplacements et de ceux des opérations militaires, de se faire rançonner115. Quelques contrats laissent paraître une claire conscience de ce risque. Le 18 avril 1422, Guillemin Le Cauchois et Naudin Courel reprennent certaines dispositions du traité précédemment conclu en 1421 pour le mariage du nommé Le Cauchois et d’Alipson Courel. Parmi les nouvelles clauses, il est prévu :

  • 116 ADSM, 2E1/169, 18 avril 1422. Naudin Courel exerce, tout comme deux de ses frères, l’office de chan (...)

S’il advenoit que ledit Naudin Courel, en allant en aucunes des affaires ou besongnez autres que celles dudit Cauchois ou par son commandement, fust prins prisonnier des adverses ou adversaires du roy nostre sire que Dieu veulle, icellui Cauchois ne seroit tenu d’aucune chose paier ne contribuer a la renchon dudit Courel se il ne lui plaist116.

  • 117 ADSM, 2E1/170, 21 janvier 1423, (n. s. 1424). Il est tentant de rapprocher ce fait de la prise en 1 (...)
  • 118 ADSM, 2E1/176, 6 janvier 1432, n. s. 1433.

77On ne peut plus parler de risque pour Amauri de Bapaumes, bourgeois de la paroisse Saint-Herbland, qui, en janvier 1424, vend à son voisin Miquelot de Caval, de la même paroisse, une rente de 60 sous tournois et reconnaît, par la même occasion, lui devoir la somme de 12 écus d’or pour « loial prest que lui a fait ledit Caval a lui aidier a proscurer a raenchon pour estre delivré de Yvery ou il a esté prisonnier »117. Même mésaventure, quelques années plus tard, pour Guillaume Des Bruières, orfèvre demeurant lui aussi paroisse Saint-Herbland, contraint de vendre une maison à Pierre Surreau « pour aider a paier plusieurs et grans empruns qu’il a convenu qu’il ait fait pour paier sa finance et raenchon aux ennemis et adversaires du roy nostre sire, dont il a nagueres esté prisonnier en la ville de Beauvaiz »118. Nous ne connaissons pas les conditions de leur prise ni comment ils ont « pourchassé » leur rançon. Combien d’autres ont-ils eu à faire de même ?

  • 119 ADSM, 2E1/167, 1er mars 1418, n. s. 1419.
  • 120 ADSM, 2E1/169, 2 novembre 1421.

78Certains sont sollicités pour aider au paiement de la rançon d’autres. C’est le cas de Berthin de La Marche, paroissien de Saint-Herbland et l’un des otages au lendemain de la reddition, qui prête, en 1419, 45 livres tournois à Pierre Coippel, demeurant dans le Vexin, pour payer sa rançon aux Anglais dont il est prisonnier119. Guillaume Bouic, de la paroisse Saint-Lô, prête 30 moutons d’or, en compagnie d’un écuyer probablement anglais, à Jehan de Mary, écuyer demeurant en la paroisse de Saint-Côme-du-Mont, près de Carentan (Manche), pour ses dépenses quand il était prisonnier120. On peut imaginer que par des temps aussi troublés de tels prêts ne sont pas sans risques.

  • 121 ADSM, 2E1/172, 18 novembre 1426, don à Laurens Hemery son cousin et filleul demeurant paroisse Sain (...)

79Autre signe de l’inquiétude sous-jacente, la prudence de certains donateurs, tel ce Laurent Lalemant, paroissien de Saint-Lô de Rouen, qui, à deux reprises, donne à ses proches des rentes et héritages à tenir après sa mort. À chaque fois, il se réserve, en cas de perte ou déchéance de ses biens, la possibilité de revenir sur le don et de revendre le bien cédé. Les raisons invoquées pour cette perte sont les mêmes, dans les deux cas : « par vieillesse ou impotence de son corps, fortune de guerre ou autres adventures »121.

  • 122 Voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909 (...)

80Après avoir évoqué quelques aspects de la vie des habitants, il nous reste à retracer les principaux événements relatifs à l’évolution urbaine et principalement à celle de nos trois paroisses, durant cette trentaine d’années. Contrairement à une image trop souvent retenue, la période anglaise n’est pas, pour Rouen, une époque d’inactivité et de régression urbaine : même si l’importance des travaux est inférieure à ce qu’elle sera au demi-siècle suivant, l’on y répare et rebâtit largement édifices publics et religieux. Commençons par ceux-ci. Le mauvais état de plusieurs édifices religieux de la ville nécessite de sérieuses réfections voire une reconstruction. Rappelons que les installations hors les murs avaient souffert plus que les autres en raison des destructions systématiques réalisées avant le siège. L’église Saint-Gervais doit recevoir une nouvelle charpente en 1434, celle de Saint-Hilaire se rebâtit en 1438, pendant que l’on répare le clocher et la tour du prieuré Saint-Paul122.

  • 123 Thomas Carte, Catalogue des rolles gascons, normans et francois conservés dans les archives de la t (...)
  • 124 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 348, n. 1 ; Michel Mollat, « Une expansion différée par la (...)
  • 125 À propos de ce personnage, voir p. 425.
  • 126 Ibid., p. 24 et 69.
  • 127 Henri Denifle, La Désolation des églises et monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de C (...)
  • 128 Charles Ouin-Lacroix, Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Maclou de Rouen, Rouen, Mégard, (...)
  • 129 Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de la Bib (...)
  • 130 Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, no 198, 1991, (...)
  • 131 Voir Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses du duc de Bedford à Rouen (extrait de BEC, tome XXX (...)

81On s’active également intra-muros. En 1420-1421, les paroissiens de Saint-Vigor obtiennent d’Henri V quarante chênes pour la réparation de leur église123. L’abbaye de Saint-Ouen a subi de nombreux dégâts. En 1423, le nouvel archevêque ne peut y être reçu, selon l’usage, parce que l’hôtel et les maisons de l’abbaye de Saint-Ouen sont pour partie en ruine et pour une autre occupés par les troupes du comte de Suffolk. En 1437, la même raison est invoquée pour ne pas recevoir Louis de Luxembourg, l’un de ses successeurs. Seules les troupes changent : ce sont, cette fois, celles du duc d’York et du sire de Talbot124. L’on s’affaire pourtant à l’église abbatiale : la très belle rose du croisillon sud est l’œuvre d’Alexandre de Berneval125. C’est dans l’urgence qu’il faut intervenir, en 1441, car, en raison de l’inachèvement des parties hautes du transept, les piliers qui supportent le poids de la tour centrale menacent de s’effondrer126. Après l’effondrement d’une tour contenant les cloches de l’église paroissiale Saint-Michel puis celui du chœur, une nouvelle église est en construction dès 1427127. En raison de la ruine de leur vieille église, écroulée en 1432, les trésoriers et paroissiens de Saint-Maclou décident d’en élever une neuve et, en 1437, ils approuvent le plan proposé par le maître d’œuvre, Pierre Robin128. En 1445, dans une supplique adressée au duc d’York, ils sollicitent l’amortissement de 20 livres sterling qu’ils doivent recevoir en don, pour pouvoir poursuivre leurs travaux. Le 22 avril de l’année suivante, Henri VI leur accorde l’amortissement des dons qui leur seront faits et y ajoute un don de 40 livres tournois129. C’est également à cette période que l’on commence à reconstruire l’église Saint-Laurent130. L’église des Carmes est, elle aussi, l’objet d’une importante campagne de travaux. Il est vrai que les frères trouvent alors plusieurs bienfaiteurs, dont le moindre n’est pas le duc de Bedford. Ce dernier leur confie, ainsi qu’aux célestins et au chapitre cathédral, le soin de perpétuer, à Rouen, le souvenir de sa piété. Nous avons évoqué plus haut le poids des rentes que les frères carmes devaient acquitter. Pour les en soulager, le duc fait acheter, par ses conseillers, à Guillaume de Hastentot, chevalier et seigneur du Bec-aux-Cauchois, une partie de la dîme de la paroisse de Sierville, dont le revenu était notamment affecté au paiement de 55 livres 15 sous tournois de rente dues pour leur couvent. L’acte insiste sur un point, Bedford est présenté comme le premier à effectuer une fondation aux Carmes : « et aussi qu’ilz n’ont eu aucun fondeur », « lequel don fu fait par icellui prince, comme fondeur, pour premiere dotacion d’icellui couvent et lieu ». Les religieux s’engageaient, pour leur part, à dire, dans leur église, une messe quotidienne et perpétuelle, « a l’intention de mon dit seigneur le regent et de la tres haulte et puissante princesse madame Anne de Bourgongne, sa femme et espouse, comme leurs propres fondeurs », ainsi qu’un obit pour chacun d’eux. De plus, ils autorisaient le couple à « faire meitre aux deux costez de la dicte eglise du Carme les ymages de leurs deux personnes contrepans a genoulz, et dessoubz eulx leurs armes et les ymages eslevez »131.

  • 132 ADSM, 2E1/175, 7 mars 1431, n. s. 1432.

82Lorsqu’en 1432, Jehan Marcel, riche changeur rouennais, fonde une messe quotidienne ainsi que deux obits en cette église, il fait préciser que la messe sera dite, après la sonnerie de huit heures, en la chapelle qu’il a fait lui-même édifier à ses frais, « laquelle chappelle est la premiere au bout de l’eglise auprez du portail, acosté devers la rue de la Quayne ». Le chantier suivant son cours, on précise : « en ce pendant que l’eglise se refait et parfait, ladite messe sera dicte, en icelle heure, en une des chappelles de la vieille eglise »132.

  • 133 L’avis d’emploi de la somme, avec le consentement des religieux, émane de Guillaume le Duc, préside (...)
  • 134 BMR, ms. Y 205. Également cité par Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses…, p. 4. Ce dernier y (...)

83En 1443, les exécuteurs testamentaires du duc de Bedford remettent aux frères des Carmes la somme de 600 livres tournois pour et en acquit de 32 livres 5 sous tournois de rente encore dues de 55 livres 15 sous tournois, montant total de sa donation. Cette somme est destinée à la construction du cloître « ordonné estre fait en ladite eglise »133. Selon L’Histoire des pères carmes, c’est plus précisément « le principal et grand côté du cloître d’une structure admirable, les pilastres étant bien degagez l’un de l’autre à hauteur de 10 pieds outre les chapiteaux et piedestaux » qu’il faut attribuer à la générosité du duc134.

  • 135 Voir Henri Denifle, La Désolation des églises…, tome I, no 179, p. 67 et Léonce de Glanville, Histo (...)

84L’église prieurale et le prieuré Saint-Lô paraissent en tel état de ruine qu’il faut envisager les réédifier mais les moyens semblent manquer aux religieux. Pour cela, en 1441, l’évêque de Coutances, Gilles de Duremort, les autorise à faire des quêtes en son diocèse et, pour stimuler la générosité de ses ouailles, permet aux religieux de porter en procession un os du bras de saint Lô135.

  • 136 « […] comme l’indiquait le registre des dépenses de cette construction », ibid., p. 206. On notera (...)

85Léonce de Glanville, qui a peut-être eu entre les mains un registre des dépenses de la nouvelle église, suppose que les aumônes furent abondantes puisque le 27 février 1446, 1er lundi de carême, on posait la première pierre136 :

  • 137 Ibid., p. 206. Le très long prieurat de Guillaume Le Bourg – commençant en 1411, il couvre notammen (...)

La voûte du chœur, le portail et la chapelle Sainte-Anne furent terminés et la maison prieurale agrandie sous la direction de Guillaume Le Bourg, dont les armes étaient sculptées au milieu du chœur, sur les consoles qui soutenaient la voûte du côté du dortoir c’est à dire vers le nord. On les retrouvait aussi de l’autre côté, sur les piliers, vis-à-vis la chaire, avec un autre écusson qui pouvait représenter les armoiries de Gilles, lesquelles se voyaient aussi au-devant du portail, faveur que l’évêque de Coutances avait bien méritée en apportant son puissant concours à une aussi importante entreprise, « pour laquelle accomplir », dit un ancien mémoire, « les religieux consumèrent grand nombre d’or et d’argent, voir même jusqu’aux pierres précieuses et ornements de l’église137 ».

  • 138 C’est à « un historien du temps » (?) que Léonce de Glanville emprunte la citation latine. Cet aute (...)

86Il faut très certainement ajouter à cette liste la chapelle de la Sainte-Vierge, « chapelle sumptuosa tam in materia quam in opere hominum », dans laquelle se trouvaient inhumés Pierre Baille, écuyer, ancien conseiller-maître en la chambre des comptes à Rouen et receveur général de France et de Normandie ainsi que sa femme138.

  • 139 Il s’agit par la même occasion d’assurer le revenu du domaine royal ou encore celui de la ville. Da (...)

87Les édifices religieux ne sont pas les seuls à bénéficier de remise en état ou de reconstruction. Les autorités urbaines ont en effet pour souci d’améliorer les conditions matérielles et surtout celles favorisant l’activité économique139.

  • 140 Le nombre d’emplacements occupés avant la Saint-Michel 1420 est très faible : une seule échoppe et (...)
  • 141 Ibid., p. 23. Ces concessions, antérieures à la pratique de l’office, régularisent donc une situati (...)

88Pour les changeurs, nous disposons de quelques indications concernant la remise en route de cette activité. En février 1421, un sergent enquête pour le bailliage sur l’occupation des échoppes et buffets de change à proximité de la cathédrale. On apprend ainsi que des onze échoppes de la paroisse Saint-Herbland, huit sont tenues par des changeurs alors qu’elles n’étaient que cinq à l’être à la Saint-Michel 1420. Les onze buffets du long du mur de la cathédrale sont tous occupés alors que deux ne l’étaient pas à la Saint-Michel 1420140. Mais le cadre matériel de cette activité semble bien préservé : seul un hôtel ne comporte plus de table et une place de buffet est vide. Lorsque la plupart de ces changeurs obtiennent d’Henri V, à la fin de 1421 et au début de 1422, des lettres de concession d’office, leur métier a donc réintégré son emplacement accoutumé et ajoute à l’animation marchande des rues bordant l’aître de la cathédrale celle qui va de pair avec l’exercice de cet office141.

89La forte – voire excessive – animation marchande régnant à l’aître de la cathédrale est précisément à l’origine d’une décision d’aménagement à la fin de la décennie. Avant de l’évoquer, suivons le lieutenant général du bailli dans la description qu’il donne, en 1429, de la topographie – principalement marchande – de la ville :

  • 142 BMR, tiroir 67, 21 avril 1429.

Comme l’estat de la justice qui jadis fut ordonne ou cartier et es parties de devers le chastel, l’estat de la drapperie en une autre partie, les halles et marchié publique en une autre partie, pareillement la marchandise des vins et l’estappe de vins et autres marchandises venans par eaue et d’autre part une place notable et publique, dicte le vieulx marchié, en laquelle est l’estappe de vins et poissons frees et sallez et autres marchandises venans par terre et illec sont recueullis les bouchers et marchans forains vendans chars vives et mortes en gros et a detail comme boeufs, vaches, brebis, moutons porcs et telles choses appropriees a usage de corps humain ; aussi y est le seiour et la marchandise des chevaulx admenez de dehors pour vendre aux seigneurs et autres personnes qui les veullent acheter […]142.

  • 143 La présence d’échoppes sur le cimetière a été évoquée dès la fin du XIIe siècle (voir p. 53), échop (...)
  • 144 Parmi « les gens populaires et mecaniques illec vendans publiquement et continuelement diverses den (...)

90Cette vision, ordonnée par une division fonctionnelle de l’espace urbain, est à l’origine d’un choix qui devait changer fortement la physionomie du secteur : le transfert du marché, installé de façon plus ou moins spontanée à l’aître de la cathédrale143, sur l’espace du Clos aux Juifs ; le toponyme « Neuf Marché » se substituant très rapidement au précédent. Dans un premier temps, ce sont les chanoines de la cathédrale qui font expulser les marchands et leurs diverses marchandises du cimetière144. Ces derniers se tournent alors vers le bailliage pour « estre pourveus de lieu et place convenables pour maintenir leurs vies, estas et marchandises ».

  • 145 L’espace disponible n’est pas la seule raison de cette décision, présentée comme unanime. Il est ra (...)
  • 146 La façon dont ceux-ci « entreprenoient et abusoient en moult de manieres, par voyes subtiles et cau (...)

91Après consultation des notables de la ville, et notamment de ses conseillers, le choix se porte sur le Clos aux Juifs, « le quel lieu est une place grande, notable et spacieuse, assise en cueur de ville »145. Le lieutenant du bailli ordonne donc aux conseillers de la ville de faire aménager les lieux de façon à permettre à chacun d’étaler sa marchandise et aux sergents de faire crier l’ordonnance par la ville pour que nul ne puisse prétendre « juste cause d’ignorance », non sans mettre en garde les marchands de poulailles, accusés de manœuvres frauduleuses pour contourner les ordonnances146.

  • 147 BMR, tiroir 239, 27 février 1429, n. s. 1430, et tiroir 67, février 1433, n. s. 1434, « lequel lieu (...)
  • 148 Le premier compte de la ville indique, pour 1447, l’existence d’équipements remontant très certaine (...)
  • 149 Voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 410, p. 183-202. Sur la place occupée par ces p (...)
  • 150 ADSM, 2E1/190, 29 septembre 1436. Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du XIIIe au début (...)

92On veille à la stricte application de l’ordonnance, ce qui ne va pas sans difficultés. En 1430, cinq merciers et une mercière sont accusés d’exposer et vendre à l’aître de la cathédrale ou « ailleurs en la dicte ville que endit marchié et autres places ordonnees pour ce faire ». En 1434, le bailli doit faire rappeler, à la requête du procureur général de la ville, aux vendeurs et vendeuses de fruits et légumes qu’ils ne peuvent exercer leur activité ailleurs. On apprend ainsi que les travaux d’aménagement du Neuf Marché ont été exécutés rapidement147. Il est difficile de se faire une idée d’ensemble des constructions alors réalisées, les données étant à la fois partielles et tardives148. L’installation du marché sur l’espace autrefois occupé par le Clos aux Juifs a très vite pour effet d’attirer sur les paroisses Saint-Lô et Notre-Dame-la-Ronde plusieurs marchands, surtout des « fruitiers » et des « poulaillers », venus résider à proximité du Neuf Marché. Certains d’entre eux, riverains, obtinrent même l’autorisation d’ouvrir des fenêtres marchandes. L’existence d’un marché n’est pas non plus étrangère à l’édification de maisons destinées à la location, à proximité149. Elle entraîne encore la disparition des équipements destinés au jeu de l’arbalète, jeu auquel le Clos aux Juifs avait à plusieurs reprises servi de cadre, sa dimension se prêtant à ce type d’activités. En 1436, il est fait mention d’une huisserie placée près de l’endroit où sont les chapeliers et où se trouvait auparavant « une bute pour le jeu de l’arbaleste »150.

  • 151 À l’emplacement de l’ancien château des ducs de Normandie, non loin de l’église Saint-Denis.
  • 152 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 132-146. La ville devait au roi une rente annu (...)

93Peu avant ces aménagements, il avait fallu procéder à la remise en état d’une partie des halles de la Vieille-Tour151. La halle aux toiles et ses dépendances ainsi que la halle aux revendeurs des draps « de dehors » ayant servi à forger des canons et bombardes et à leurs essais, de 1422 à 1426, elles avaient subi de grands dommages au dire des témoins d’une information, menée à la suite de lettres royales et d’un mandement « de noz seigneurs dez comptes »152.

  • 153 Deux places vides de la paroisse Saint-André sont vendues le 8 juillet 1427 par un nommé Michel Bas (...)

94-Porte-aux-Fèvres et Notre-Dame-la-Ronde, leurs détenteurs ne pouvant assumer les frais leur incombant153.

  • 154 Voir Adolphe-André Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, tome II, p. 189-190. (...)
  • 155 Pour le rachat, voir ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433 (n. s. 1434). Cet acte nous apprend la date du bail (...)
  • 156 BMR, ms. g 165, no 200, vidimus de 1446 d’une donation, « pour l’advanchement et honneur dudit mest (...)

95Mentionnons encore deux tènements dont l’évocation se justifie par l’identité de leurs nouveaux détenteurs. Le nombre d’hôtels déjà détenus par les ordres réguliers, important pour la paroisse Saint-Lô, s’accroît en 1429, après que les religieux du Bec-Hellouin acquièrent de Jehan Le Bas et de Jehanne sa femme le vaste manoir nommé « manoir de la Fontaine » sur les paroisses Saint-Herbland et Saint-Lô. L’abbé est alors Robert Vallée qui élit résidence dans l’hôtel. Il y meurt le 4 mai 1430154. Son successeur, Thomas Frique, y réside également. C’est sous son abbatiat que, quelques années plus tard, les religieux rachètent aux bailleurs ce qu’ils leur devaient encore de rente et entreprennent d’importants travaux au manoir, faisant notamment reconstruire l’une des maisons. En 1444, ils obtiennent d’Henri VI des lettres d’amortissement de leur acquisition155. Quant aux orfèvres rouennais, très nombreux sur la paroisse Saint-Herbland, ils se voient donner une maison toute proche de cette église par l’un des leurs, Guillaume Lalemant, se trouvant parmi les tout premiers à disposer d’une maison de métier156.

  • 157 Il est hélas très difficile – pour ne pas dire impossible – de mettre au jour d’éventuels usages di (...)
  • 158 En raison de l’existence d’une enseigne du Porc. Un texte de 1494 vient préciser qu’il s’agit du «  (...)
  • 159 Sur ces désignations, se reporter à l’index des noms de rues placé en annexe.

96Terminons par une remarque à propos des noms de rues. Leur étude – du moins tels qu’ils se présentent sous la plume des tabellions157 – permet de relever quelques nouveaux noms durant cette période. Ces changements affectent surtout les voies de circulation de même direction que la rue de Grand-Pont (des Carmes), dessertes secondaires reliant entre eux les axes de direction parallèle à la rue Courvoiserie, ces derniers bénéficiant de désignations plus tôt stabilisées. En liaison avec sa diffusion dans la première moitié du XVe siècle, apparaissent les premiers noms de rue empruntés à une enseigne y pendant. C’est le cas notamment des rues de l’Écu-de-France et du Porc158. Quant à la présence de plusieurs baillis, résidant successivement en l’hôtel de la Fabrique, elle vaut à la rue qui le borde à l’est le toponyme de ruelle au Bailli159.

Du « recouvrement » de la Normandie aux premières décennies du XVIe siècle

97Après 1450, la Normandie voit s’éloigner la guerre et son cortège de destructions et de déprédations systématiques.

  • 160 Philippe Contamine, « Guerre, fiscalité royale et économie en France (deuxième moitié du XVe siècle (...)

Désormais, sauf quelques épisodes passagers (telle la guerre du Bien public, 1465) la guerre est repoussée aux frontières du royaume, face aux possessions bourguignonnes, au duché de Bretagne, au royaume d’Aragon. Durant la seconde moitié du XVe siècle, la Normandie, pour reprendre son exemple, ne connut des hostilités sur son sol qu’en 1465, 1468 et 1472 : même dans ce dernier cas (ravage du pays de Caux par l’armée de Charles le Téméraire), ce ne fut qu’une tourmente sans lendemain160.

  • 161 Voir Marie-Thérèse Caron, Noblesse et Pouvoir royal en France, XIIIe -XVIe siècle, Paris, Armand Co (...)

98Dirigée contre Louis XI, la révolte de nobles mécontents, coalisés et unis « sous ombre du Bien public », touche la Normandie en 1465. Peu après la bataille de Montlhéry, le château et la ville de Rouen sont livrés aux adversaires du roi, exemple bientôt suivi par Harfleur, Dieppe, Honfleur, Caudebec, Lisieux, Évreux, Caen, etc.161 Obligé de traiter avec les coalisés, Louis XI leur accorde diverses concessions. Parmi les bénéficiaires, son frère, Charles de France, obtient l’apanage de Normandie et prend possession de sa province en novembre 1465.

  • 162 Michel Mollat, « Une expansion différée par la guerre (1382 - environ 1475) », in Histoire de Rouen (...)
  • 163 Les Normands retrouvaient, certes très provisoirement, un duc ; ce qui ne s’était pas produit depui (...)
  • 164 Adolphe Chéruel, « Le dernier duché de Normandie », Revue de Rouen, 1847, p. 537. Les agents de la (...)
  • 165 Lors d’une séance de l’échiquier de Rouen, le 9 novembre 1469, l’anneau ducal, reçu par le duc Char (...)
  • 166 Un acte du 16 octobre 1472 évoque cet épisode et mentionne la destruction par le feu du manoir du f (...)

99Michel Mollat a souligné qu’en raison de leur crainte de nouvelles dévastations, les habitants firent à Charles de France un accueil plutôt frais162. Les Normands n’eurent, en tout cas, pas le temps de s’habituer à leur nouveau duc163. Dès le mois de janvier de l’année suivante, le roi est à Pont-de-l’Arche, à proximité de Rouen, où Charles de France se trouve bloqué. Dès le départ du duc pour Honfleur, les Rouennais traitent avec le roi et obtiennent une amnistie164. Il fait affirmer par les états de 1468 l’inaliénabilité de la Normandie et, deux ans plus tard, met définitivement fin à l’existence du duché165. En 1472, les dégâts sont plus importants lorsque, après avoir vainement tenté de prendre Beauvais, l’ost bourguignon se dirige vers la Normandie et dévaste le pays de Caux, mais le siège de Rouen est rapidement levé166.

  • 167 « Moins d’un siècle après, aucune autre province ne contribue davantage aux dépenses du royaume et, (...)
  • 168 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 309. S’y opère une triple mutation. Après le trend séculaire de (...)
  • 169 Ibid., p. 67.

100Analysant les étapes de l’effort de redressement en Normandie qui allait faire, en moins d’un siècle, de la région de France sans doute la plus dévastée, la plus forte contributrice aux dépenses du royaume167, Michel Mollat, s’appuyant sur l’étude du commerce maritime, distingue deux phases : une première allant de 1450 à 1475 se caractérise par la « persistance du marasme », le redressement provenant surtout d’une seconde phase marquée commercialement par « l’accélération des échanges et l’élargissement des débouchés ». En matière de prix et de salaires, Guy Bois place le tournant décisif, pour la Normandie comme pour l’ensemble du royaume, dans les années 1460168. De plus, à partir du milieu du siècle, s’esquisse une phase d’essor démographique que Guy Bois a mise en évidence pour les faubourgs de Rouen, qu’il dit offrir, à la fin du siècle, « le spectacle de véritables villes champignons »169.

101Tous les facteurs ne sont pas favorables et il faut également relever quelques ombres au tableau, à commencer par la pression fiscale. Les Anglais une fois expulsés, la fiscalité royale ne cesse pas pour autant de peser sur la Normandie dont les habitants se sentent injustement pressurés :

  • 170 Philippe Contamine, « Guerre, fiscalité royale et économie en France… », art. cit., p. 127 et 128. (...)

En 1484, ses représentants aux états généraux de Tours soutenaient qu’à elle seule elle payait le quart des impôts royaux. Et les chiffres lui donnent raison, du moins pour cette période. Selon ces mêmes députés, elle aurait dû payer soit le huitième soit même le dixième, puisque telle était sa place réelle dans le royaume170.

  • 171 Mentionné par Henri Dubois, « La dépression (XIVe et XVe siècles) », dans Histoire de la population (...)
  • 172 La peste n’a pas non plus épargné la ville dans la première moitié du siècle. Ses résurgences l’ont (...)
  • 173 ADSM, 2E1/188, 11 juillet 1458. La récurrence de 1457 est mentionnée comme particulièrement grave p (...)
  • 174 ADSM, G 2505. Guy Bois la mentionne en août 1467. S’agit-il de la même ?
  • 175 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 316, qui voit dans l’absence de grande mortalité avant 1500 le s (...)

102Quant à la croissance démographique évoquée plus haut, elle ne se fait pas sans accidents, parmi lesquels la peste, dont la mortalité au XVe siècle a changé d’allure – aux yeux de certains historiens – en devenant endémique171. Elle exerce en tout cas ses ravages, à Rouen, à plusieurs reprises dans la seconde moitié du XVe siècle172. L’une nous est connue par un conflit qu’elle fit naître entre deux voisins. Robine, une veuve de la paroisse Saint-Nicolas de Rouen, profite de l’absence de son voisin, Pierre Lamy, pour faire hausser la dalle de sa maison, laissant ainsi les eaux s’écouler dans le petit jardin de son voisin. On apprend incidemment que ce dernier « lors estoit demourant ou pais de Caux ou il s’estoit retrait pour la peste ». L’acte qui rapporte les faits est du 11 juillet 1458, mais il est précisé que l’entreprise, entamée par défaut de voisin, était commencée à la Saint-Michel précédente, soit en 1457173. Pour la décennie suivante, le compte du chapitre de la cathédrale, pour la période qui va de la Saint-Michel 1468 à la Saint-Michel 1469 – ce dernier terme non compris –, montre que plusieurs des louages sont vacants pour deux de ces termes, en raison de la peste qui sévit à Rouen174. Elle est encore signalée à Rouen en septembre 1479 et en août 1483, mais « à aucun moment n’apparaît une épidémie d’envergure »175. Ces deux facteurs n’ont en tout cas pas empêché la reprise démographique des années 1450-1500.

103Dans cette phase de reconstruction rouennaise, après avoir évoqué quelques-uns des problèmes posés par le « recouvrement » et principalement celui des confiscations, nous analyserons plus particulièrement deux groupes d’initiatives. Le premier implique les autorités municipales tandis que le second s’applique à la reconstruction des édifices religieux. On a souvent vanté la sagesse de Charles VII qui sut ne rien bouleverser en Normandie, confirmant la charte aux Normands, conservant l’université de Caen, et l’échiquier de Normandie.

  • 176 Jean Favier, « La tourmente », p. 239.

S’il y eut des élus nommés par le roi pour établir l’assiette fiscale, la Normandie demeura pays d’états, où les représentants des nobles, des clercs et des bourgeois étaient appelés à consentir l’impôt et, dans la pratique, à en discuter le montant176.

  • 177 BMR, ms. G 165, no 170, 1494. Sur la multiplication des affaires portées, au XVe siècle, devant la (...)

104Ainsi, pour contenter les Normands, Charles VII maintient à Rouen un organisme créé par Bedford, qui devient, en 1462, une véritable cour des aides. C’est dans un hôtel de la paroisse Saint-Herbland appartenant au roi, « l’hôtel des Changes » assis devant la cathédrale, que se tient, à la fin du XVe siècle la juridiction de « messeigneurs les generaulx conseillers du roy nostre sire sur le fait de la justice des aides en Normandie »177.

105Point plus délicat, il fallait également songer au règlement des confiscations et à l’indemnisation des familles dont les biens avaient été confisqués par le pouvoir anglais. Plusieurs mesures avaient été prises par l’administration royale, non exemptes de contradictions qu’André Bossuat expliquait par des intentions peu conciliables :

Dans la pratique, le roi se trouva pris entre l’obligation de rendre intégralement à ses sujets fidèles ce qu’ils avaient perdu pour le suivre et la nécessité de laisser fléchir certains principes pour attirer à lui les Français encore engagés dans la désobéissance.

  • 178 André Bossuat, « Le règlement des confiscations sous le règne de Charles VII », Comptes rendus de l (...)

106D’où l’importance que cet auteur attribuait aux lettres d’abolition accordées aux villes reconquises et à l’étude de l’action des tribunaux ayant la charge d’appliquer des textes contradictoires178. La façon dont sont traités les cas de confiscations évoqués plus haut nous permet-elle d’en savoir davantage ? Reprenons, pour cela, chacun d’eux :

  • 179 ADSM, 2E1/188, 10 mai 1458. Pierre Baille, receveur général de Normandie, occupe l’hôtel de Jehan A (...)

107– lorsque Pierre Baille revend, en 1458, un droit qu’il détient en une portion de l’hôtel confisqué en 1419 à Jehan Auber, vicomte de Rouen, il remet à l’acheteur ses propres lettres d’acquisition, nous livrant le nom des anciennes détentrices : deux des filles du nommé Jehan Auber. La date de confection des lettres n’est hélas pas citée, ce qui ne permet pas de déterminer à quand remontent leurs droits179 ;

  • 180 Une portion de l’hôtel des Bons-Enfants est cédée, en 1451, par le nommé Du Breuil à un brasseur (B (...)

108– les deux tènements de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, confisqués à Thomas Du Breuil, reviennent, probablement dès 1451, à Pierre Dubreuil l’aîné, écuyer, seigneur de « Beauvaix pres Thury et du Mesnil Engrin ». En 1461 au plus tard, ils ont tous deux changé de mains180 ;

  • 181 ADSM, 2E1/190, 2 juillet 1461.

109– l’hôtel de la Hache, tenu par Jehanson Salvart avant ses démêlés avec la justice royale, appartient en 1461 à Étienne Salvart, petit-fils du célèbre « maçon »181 ;

110– en 1464, le tènement de la paroisse Saint-Lô appartenant aux Pougnant et donné à Jehan Salvain est aux mains de Jehan de Montespedon, écuyer, seigneur de Beauvoir, conseiller du roi et son bailli de Rouen :

  • 182 ADSM, 2E1/192, 16 février 1463 (n. s. 1464). Jehan Bureau, seigneur de Montglat, décédé en juillet (...)

[…] par don ou transport a lui fait d’icellui heritage et tenement par feu noble homme monseigneur Jehan Bureau, chevalier, seigneur de Montglas, trésorier de France auquel en avoit esté fait don par feu de tres noble memoire le roy Charles, derrain trespassé cui Dieu pardoint, comme a lui venu et escheu par consideracion pour l’absence et desobeissance des heritiers dudit feu Salvain182 ;

  • 183 BMR, registre XX1, f° 153, 29 août 1450.

111– quant aux biens saisis sur Guillaume Campion, ils sont restitués à ses héritiers au nom de l’édit de Compiègne et la rente prélevée au bénéfice du domaine de la vicomté est annulée, une fois établi par enquête du vicomte qu’elle n’est pas antérieure à « la descente des Anglais dans ce pays » (sic)183.

  • 184 1B 34, échiquier de la Saint-Michel 1459, fos 77-80. Une partie de l’affaire est renvoyée à plus ta (...)

112Il ressort de notre échantillon que les héritiers des familles destituées de leurs droits se trouvent très largement réinvestis des biens autrefois perdus, mais il convient également de relever que la restitution est largement facilitée par le fait que les tenants sont généralement des Anglais ou des Français ralliés, qui quittent rapidement les lieux en 1449, et non des Français rentrés dans l’obéissance. D’autres plaintes s’élèvent à partir de 1449, telle celle de Jehanne, fille et héritière de Jehan Segouin, dont plusieurs maisons se sont trouvées mises en criée – hors les formes légales et à bas prix selon ses dires – pour assurer le versement de sa part de la « composition de la Ville » et qui réclame, avec Laurent Guedon son époux, réparation du préjudice subi. Ils se retournent notamment vers les héritiers du vicomte de Rouen, de son lieutenant et de l’un des receveurs de la composition qui se révèlent également être les acquéreurs – parfois avec intermédiaires – des biens criés. L’échiquier enregistre finalement l’accord mesuré conclu entre les parties prenantes. L’heure est indéniablement à la réconciliation184.

Une « communauté de ville » active

  • 185 « […] en septembre 1453, on renforce les gardes des portes et le Conseil impose aux hôteliers la dé (...)
  • 186 BMR, tiroir 152, 2 mai 1459. On évoque les fortifications, et plus particulièrement la réalisation (...)
  • 187 Voir Dominique Leost, Rouen au lendemain de la reconquête française (1449-1455), mémoire de maîtris (...)

113Sur le plan urbain, le dynamisme des années qui suivent la reconquête française se traduit par l’ouverture de chantiers, dont plusieurs relèvent de l’initiative des édiles rouennais. Beaucoup sont entamés dans les dix premières années. Comme pour la plupart des grandes villes normandes, les fortifications urbaines constituent une priorité pour les Rouennais : la menace exercée par les navires et corsaires anglais y provoque une inquiétude qui devait se réveiller à de multiples reprises jusqu’au XVIe siècle185. En 1459, pour faire face aux dépenses, les autorités rouennaises obtiennent de Charles VII le revenu de plusieurs aides pour une durée de trois ans186. Élément essentiel de l’activité rouennaise, le pont de Seine (Pont-Mathilde) a, lui, fait l’objet, dès 1449, de sérieuses réparations puisqu’elles nécessitent une dépense annuelle de 300 livres tournois187.

  • 188 Mandements des 18 juillet et 22 août 1450 d’un montant total de 43 l. 10 s.t. pour deux marchands d (...)
  • 189 Jehan Polly, maçon, reçoit 43 l.t. pour récupération de « XVII cent et demi de vieille pierre de ca (...)
  • 190 19 septembre 1450. Voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 410, p. 183-202. Huit des éc (...)

114Six mois après l’entrée de Charles VII à Rouen, « belle et honorable », d’importants travaux d’aménagement sont entrepris au Neuf Marché. Il s’agit d’abord d’édifier de nouvelles échoppes. Pour cela, les conseillers de la ville achètent, en plusieurs fois, du bois et 26 000 tuiles pour couvrir les loges et échoppes188. Une partie de la pierre employée pour la réparation des murs du marché est récupérée dans « la muraille du moustier Saint Michiel » de Rouen189. Rapidement achevées, les nouvelles constructions sont affermées, par mise aux enchères, dès le mois de septembre 1450190.

  • 191 BMR, tiroir 67.
  • 192 Voir Pierre Le Verdier, Mystère de l’Incarnation et Nativité de notre sauveur et rédempteur Jésus-C (...)

115Une fois réaménagé, le Neuf Marché n’en continue pas moins d’être l’objet d’attention de la part des diverses autorités, cela afin d’assurer les conditions de son bon fonctionnement et la propreté des lieux. Ainsi, en 1456, une ordonnance du lieutenant du bailli de Rouen, « pour entretenir ordre et bonne police sur le fait de la marchandise de haierie et poullaillerie », détermine avec soin les emplacements, en un seul rang, des « poullailliers et poullaillieres advenans » ainsi que ceux des « advenans revendans a chous » par rapport aux échoppes des « poullailliers jurez »191. Le cadre de l’activité marchande, avec la soixantaine d’échoppes et de hayons – neufs pour la plupart – est donc établi, pour le Neuf Marché, jusqu’à la fin du siècle. C’est dans ce cadre que l’on dresse les « établies » ou estrades pour jouer, lors des fêtes de Noël 1474, le mystère de l’Incarnation et Nativité de Jésus-Christ, dans la partie septentrionale du marché192.

116En 1455 au plus tard, les conseillers rouennais entreprennent les démarches préalables à la réalisation d’un autre projet d’envergure : l’édification d’une fontaine qui allait prendre le nom de « fontaine Massacre » en raison de son emplacement. Par les lettres patentes qu’ils obtiennent de Charles VII, le 7 août 1455, il apparaît que leur requête a déjà quelques mois : « comme ces choses nous ont autreffoiz esté remonstrees par notre amé et feal conseillier Jehan Hardouyn, tresorier de France ». Considérant que pour le bien des cités et bonnes villes du royaume et « décoracion d’icelle […] soit chose requise et tres neccessaire […] que les rues et places soient fournies et garnies de eaues tant pour les dangiers qui peuvent advenir a cause de feu et autrement que aussi pour l’administracion des creatures », le roi autorise que l’on entreprenne des travaux au cours de la fontaine du Château (il s’agit là du château édifié par Philippe Auguste) – encore appelée fontaine Gaalor – et qui alimente ledit château mais aussi, depuis le milieu du XIIIe siècle, la fontaine des Cordeliers. Or « … grant partie de l’eaue d’icelle fontaine s’espart en terre et va a perdition […] en dommageant les caves et celliers prouchains de ladite sourse ».

  • 193 BMR, tiroir 24.
  • 194 Voir ADSM, 2E1/187, 25 mai 1456. En préambule, il est rappelé comment la fontaine des Cordeliers av (...)

117Une seule réserve est formulée : que la fontaine du Château demeure « suffisamment garnie »193. Le projet repose sur l’utilisation des conduites qui traversent la ville pour mener l’eau des fossés du château jusqu’au couvent des Cordeliers, en empruntant notamment les rues de Dourdonne et du Porc. Un accord des frères mineurs est donc indispensable à sa réalisation. C’est chose faite le 25 mai 1456. Les conseillers de la ville s’engagent à faire à leurs frais les travaux nécessaires mais également à entretenir à l’avenir les installations depuis les fossés du château jusqu’à une cuve qu’ils veulent asseoir près du beffroi de Massacre, à un endroit qui reste à déterminer. Ils doivent également veiller à assurer aux cordeliers l’alimentation en eau qui leur revient194.

  • 195 Pour cette raison les conseillers de la ville avaient empêché, des années auparavant, le nommé Vauq (...)
  • 196 BMR, registre T1, fos 20-21, 11 juin 1457. « […] laquelle maison lesditz conseillers avoient intenc (...)

118Les travaux commencent très vite, dès le mois de mai. Il faut notamment bâtir « une maison ou chambrecte ou ladite fontaine se prent et ou la cuve est assise prez le chastel de Rouen et ce qui en deppend » ainsi que la cuve citée plus haut. Ce n’est que le 13 juin 1457 que les édiles achètent une maison tenue par Laurence, veuve d’un certain Jehan Vauquelin, et ses trois enfants mineurs Jehan, Colin et Marguerite. Cette petite maison – aussi appelée appentis – au coin des rues du Porc et Courvoiserie comprenait deux étals à boucher donnant sur chacune des rues et se trouvait appuyée le long du beffroi195. Le mois précédent, ils avaient échangé aux religieux de Saint-Ouen de Rouen 6 livres tournois de rente foncière ancienne due par la maison196 qui, aussitôt achetée, est abattue.

  • 197 Trois charpentiers aident, avant le 4 juillet 1457, à détruire et « abatre certain appentiz estant (...)

119Les travaux s’étalent de mai 1456 à août 1458. Ils atteignent la somme de 442 livres 2 sous 9 deniers 1 obole tournois. Le compte des dépenses n’oublie pas de compter une « chayne de fer pour attacher I bachin pour boire en la fontaine »197. L’aspect de cette fontaine nous est connu par le dessin qu’en a laissé Jacques Le Lieur dans son Livre des fontaines. On y trouvait cinq statues commandées à Paul Mosselman, « ymaginier » d’origine flamande, et dont le choix avait été arrêté le 5 avril 1459 :

  • 198 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen : leur histoire à travers les siècles, Rou (...)

Item, par lesdis Conseillers fut marchandé avec Paul Mausellement, ymaginier, pour sa peine de tailler cinq ymages en pierre, en cinq pieces d’environ de hault III piés III poulx, pour la fontaine pres Massacre, c’est assavoir l’image de Notre Dame et son enfant et IIII aultres ymages en fourme d’evesques, comme saint Mellon, saint Romain, saint Nigaize et saint Ouen, pour la somme de vingt l.t.198.

  • 199 À cette date existaient, outre la fontaine du Château et celle des Cordeliers déjà évoquées, celles (...)
  • 200 La partie du projet qui prévoyait que « le residu pourra estre conduit dicelui lieu du Berfray ou e (...)

120Cette création d’une fontaine inaugure une nouvelle période marquée par une sérieuse prise en compte, de la part des autorités municipales, du besoin de la communauté de disposer d’équipements publics distribuant l’eau199. Les progrès sont toutefois assez lents au XVe siècle : cette fontaine est suivie d’une autre, mais il faut attendre la première moitié du XVIe siècle pour voir leur nombre se multiplier200.

  • 201 BMR, tiroir 75, dossier de plusieurs pièces du dernier quart du XVe siècle.

121Les autorités se voient contraintes, à plusieurs reprises, de réglementer l’usage de la fontaine. Il leur faut principalement interdire que l’on y fasse « lavenderie de linge, de lessives » : il semble en effet que l’habitude se soit prise d’installer dans la rue « cuves ou autres grands vaisseaulx », alimentés à l’auge de pierre de la fontaine à l’aide de « petites goutieres de bois », au point que « bien souvent ceulx qui veullent avoir d’icelle eaue n’en peuvent avoir. Et si est le chemin des rues joingnant ladite fontaine tellement empeschié a celle cause que a paine y peult l’en passer ». Gageons que les conseillers de la ville sont les premiers à s’affliger de la situation en se rendant à l’Hôtel commun. Plus grave encore, les bouchers, chapeliers et bonnetiers y lavent « conrees de bestes, trippes, boyaulx, chappeaulx, bonnetz et autres choses playnes d’ordure, tellement que icellui auge de pierre est plain jusques au bort de immondices et ordures ». Il faut donc prévoir des amendes pour les contrevenants201.

  • 202 ADSM, 2E1/186, 17 mai 1454. Le manoir doit en outre 72 s.t. de rente en deux parties. Il est loué, (...)
  • 203 BMR, tiroir 50, 16 octobre 1464.
  • 204 ADSM, 2E1/225, 14 août 1497. La vente se fait pour 300 l.t. et 100 s. au vin. La maison devait 6 l. (...)

122On peut également se demander – à suivre leurs acquisitions – si les conseillers rouennais n’envisagent alors pas d’étendre leur manoir. En 1454, ils achètent de Pierre Dubreuil, écuyer, un manoir situé en bordure de celui de la ville et où pendait l’enseigne des Bons-Enfants, donnant à la fois sur les rues de Dourdonne et Courvoiserie, pour 437 livres 10 sous tournois202. En 1464, c’est au tour de Cardot Coulombel et Agnès sa femme de leur céder, pour 110 livres tournois, une petite maison et héritage jouxtant le manoir de la Ville et l’hôtel des Bons-Enfants sur lequel elle avait droit d’aller aux puits et aisements203. Enfin, une portion de l’hôtel des Bons-Enfants, cédée en 1451 à un brasseur moyennant une rente de 6 livres tournois et transmise ensuite à un boucher, est finalement rachetée par la ville en 1497204.

  • 205 L’« échiquier de Normandie » est transformé par Louis XII, en 1499, en « cour souveraine de l’échiq (...)
  • 206 Voir 2E1/218, 18 mars 1494 (n. s.).
  • 207 BMR, registre T1, fos 85 et 86, 11 mars 1494 (n. s.).
  • 208 On peut en tout cas constater que le corps de bâtiment édifié le premier et désigné par la suite so (...)

123Dans la dernière décennie du XVe siècle, le projet de construire une « salle commune de la Ville », rapidement modifié par la décision de Louis XII d’installer à Rouen ce qui allait bientôt devenir le parlement de Normandie205, entraîne une nouvelle transplantation du marché et l’édification, à quelques pas du manoir de la Ville, d’un premier ensemble de bâtiments voués à l’exercice de la justice, aux proportions certes plus modestes que celles de l’actuel palais de justice, fruit de multiples extensions. Pour réaliser la salle commune, en laquelle doivent notamment se trouver les écritoires du bailli et du vicomte de Rouen, la ville fait procéder, dès 1494, à l’acquisition de plusieurs tènements situés à l’est de la petite rue Dourdonne, dont les constructions sont très rapidement détruites206. Une « assiecte et cotisacion » est assise sur les gens de justice, auxquels on prélève la somme de 1 000 livres tournois, dont 500 pour contribuer à l’achat des deux tènements207. Les travaux sont-ils commencés lorsqu’en 1499, le roi Louis XII ordonne qu’à l’avenir l’échiquier normand se tienne de façon permanente à Rouen208 ? Ce qui ressort clairement, ce sont les attentes royales à l’égard de la ville :

ladicte communaulté feroit faire pour ceste foys a ces despens audict lieu du Neufmarché le pallais pour tenir ledict eschiquier, tant en salle, chambres, prisons, conciergerie que autres choses avec necessaires et magnificques.

  • 209 Ce marché se tenait à l’emplacement de la place de la Pucelle, au sud-est de la place du Vieux-Marc (...)
  • 210 Sur ces points, voir Philippe Cailleux, « La disparition d’un îlot rouennais à la fin du XVe siècle (...)
  • 211 BMR, registre XX3.

124Maigre consolation, la ville se voit accorder les futurs revenus des échoppes, dont on prévoit l’édification tout autour du palais. Reste à régler le sort des marchands de fruits, poulailles et autres denrées. Leur transfert est prévu, pour tous ou pour partie d’entre eux, au « marché aux Veaulx prez Sainct George »209. L’espace initialement prévu ne suffit donc plus et les conseillers doivent procéder à de nouveaux achats. Possédant à cette date toutes les propriétés placées à l’est, ils obtiennent des détenteurs des deux tènements placés à l’ouest de la petite rue Dourdonne qu’ils leur cèdent leurs biens à l’emplacement desquels s’élèvent, quelques années plus tard, plusieurs constructions dont la Conciergerie et des échoppes210. En 1508, les travaux sont encore en cours mais on loue déjà les échoppes appuyées sur la « grant salle du pallais neuf du Neuf marché ». Dans l’une d’entre elles, se tient, à titre provisoire, le greffe de la « table de marbre », depuis peu détachée de celle de Paris211.

  • 212 On trouvera plusieurs de ces expropriations au tiroir 66 du chartrier de la ville (BMR).
  • 213 BMR, tiroir 152, déjà évoqué plus haut. Sur de telles concessions en faveur de Dieppe, Honfleur et (...)

125Ultime projet d’envergure, tant par les sommes engagées que par la superficie aménagée pour accueillir le Neuf Marché dans son nouvel emplacement, c’est à partir de la fin de l’année 1518 que la ville procède à un certain nombre d’expropriations qui touchent les tenants des maisons situées entre la grande rue Dourdonne, la rue d’Escauderie et la rue menant de Saint-Lô à Saint-Jehan. La nouvelle place, destinée aux activités marchandes, avait également pour but d’embellir les abords du palais nouvellement édifié212. Pour financer les divers chantiers, la ville bénéficie très tôt de l’aide royale. Ainsi Charles VII lui renouvelle, à plusieurs reprises, la concession d’aides sur de nombreux produits. Évoquant notamment les dépenses dues à la fortification et plus spécialement aux travaux effectués à la porte Cauchoise, les gages du capitaine et des autres pensionnaires rouennais, les fortes rentes dues au roi en raison des halles et des moulins, l’édification de fontaines, les lettres royales de 1459 citent des aides sur le vin, la cervoise, le cidre, les harengs, la laine, l’orge, l’avoine mais également sur le sel. Cette année-là, la prise à ferme de la seule aide sur chaque queue de vin vendu au détail « ou beue par estorement » se négocie au prix de 2 160 livres tournois pour une année213. Ces concessions contribuèrent à une active politique d’aménagement urbain.

Des églises en chantier

  • 214 La fin du XVe et le début du XVIe siècle sont pour Marc Vénard « la grande époque de repeuplement e (...)

126À côté des autorités en charge de la ville, abbayes et prieurés mais surtout trésors et fabriques constituent un autre groupe ordonnateur d’ouvrages. Les églises paroissiales rouennaises sont, en effet, l’objet de travaux dont l’importance, certes variable puisqu’allant de la création de chapelles à la réédification de l’église elle-même, témoigne d’une volonté affirmée de reconstruction214. Ils sont, le plus souvent, rendus possibles par les contributions volontaires des habitants, moins souvent par le recours aux indulgences.

  • 215 Bertrand Lecureur, « Les chantiers de Rouen à la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’église paroissia (...)
  • 216 Anne-Marie Carment-Lanfry, La Cathédrale Notre-Dame de Rouen, Rouen, Société des Amis des monuments (...)
  • 217 Ibid., p. 37-38, et Deux chroniques de Rouen, Alexandre Héron (éd.), Rouen, Lestringant, 1900, p. 1 (...)
  • 218 Pour 1497, voir Deux chroniques de Rouen, p. 106. Les maîtres d’œuvre sont Guillaume Pontifs puis J (...)
  • 219 ADSM, G 3694, 24 novembre 1469. Louis XI, à cette date, exempte les héritages du chapitre, des chan (...)
  • 220 ADSM, G 6268. Les paroissiens de Saint-Vincent de Rouen obtiennent une autorisation semblable en 15 (...)
  • 221 La taxation rapportait 210 l. aux trésoriers de Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres et 366 l.t. à ce (...)
  • 222 Ibid., p. 129.

127De 1458 à 1481, le chantier de l’église Saint-Vincent de Rouen connaît plusieurs phases de travaux. Un nouveau « beffray » est achevé en 1464. Après de plus modestes travaux, les années 1470 à 1478 voient l’édification d’un nouveau transept et de ses deux portails et en 1481 s’achève la construction du portail ouest215. À la cathédrale, le chapitre fait ajouter un haut étage puis couvrir la tour Saint-Romain restée sans couronnement. Les travaux prennent dix ans, de 1468 à 1478216. La décennie suivante voit s’ouvrir le chantier de la tour de Beurre – la première pierre est posée par Robert de Croixmare, archevêque de Rouen – qui devait durer une vingtaine d’années217. En 1497, Henry Potin, évêque de Philadelphe et religieux des Carmes, bénit la tour ainsi que l’église paroissiale Saint-Étienne. Mais le couronnement de la tour ne devait être achevé qu’en 1506218. En 1469, les paroissiens de Saint-Maclou ont congé du roi pour lever, une seule fois, une imposition de 2 sous 6 deniers tournois « sur chacun pié d’eritage assis sur rue » pour la « perfection et achevement de leur eglise »219. Les paroissiens de Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres obtiennent du roi, le 22 décembre 1487, l’autorisation de lever une taxe d’un montant légèrement supérieur puisque de 3 sous tournois, dont les revenus doivent servir à financer les travaux du chœur, commencés depuis peu220. En 1492, c’est au tour du trésor de Saint-Michel de pouvoir lever semblable taxation, cette fois-ci de 5 sous tournois par pied d’héritage221. Le cas de Saint-Laurent est intéressant puisqu’il permet de mesurer l’effort financier que représentent de tels chantiers pour les trésors de ces paroisses. En trente-huit ans, c’est-à-dire de 1444 à 1482, la somme dépensée pour la nouvelle église s’élève à 9 500 livres tournois222.

  • 223 Voir p. 128.
  • 224 Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen…, tome I, p. 211. Ce dernier archevêq (...)

128Dans ce contexte bâtisseur, nos trois églises n’échappent pas à cette vague d’édification. Après les travaux réalisés au prieuré Saint-Lô, dont les débuts remontent aux dernières années de la présence anglaise223, l’église prieurale est bénie et dédiée le 28 mai 1456 – peu après le décès du prieur Guillaume Le Bourg – par Guillaume d’Estouteville, archevêque de Rouen224. Quant à l’église paroissiale, apparemment trop petite, elle est, une vingtaine d’années plus tard, l’objet de projets d’agrandissement qui dépendent de l’accord du prieur et des religieux de Saint-Lô, détenteurs des terrains voisins de l’église.

  • 225 ADSM, 2E1/204, 22 décembre 1479. La mise en place des cahiers, lors de la reliure du registre a été (...)

129Après avoir tenté de les contraindre à céder une parcelle – en raison d’une obligation pour laquelle ils ne détiennent pas de lettres –, les paroissiens parviennent à un premier accord avec eux, le 22 décembre 1479. Au lieu de leur laisser, comme ils le souhaitent, « une grant maison de pierre, en facon de tour quarree, seant au bout de ladite eglise paroissial, avec le fons de la terre, contenant quatre estages de bas en hault et les uns sur les autres », les religieux ne leur concèdent que la propriété des deux étages du bas de la tour. Il est vrai que les paroissiens avaient agi sans ménagement : « a l’endroit d’une porte estouppee qui y estoit vers les fons, avoyent en leur dicte neccessité fait d’estoupper ladicte porte », afin de s’approprier les deux étages de bas, accompagnant leur action d’une procédure de « gaigepleige » « affin qu’on ne les peust empeschier en leur dit accroissement ainsi pretendu en ladite tour ». Ils devaient verser 10 livres tournois de rente au prieuré et s’engagaient, par ailleurs, à ne pas endommager les deux étages supérieurs ou à les restaurer à leurs frais225. Cette demi-solution ne dut guère résoudre les problèmes, et, le 8 avril 1483, un nouvel accord est conclu. Les paroissiens obtiennent cette fois-ci la totalité de la « tour carree » afin de la faire abattre à leurs frais mais ne sont autorisés à récupérer, lors de la démolition, que la moitié de la pierre.

130La tour communiquant avec une salle appartenant au prieuré, ils doivent faire clore provisoirement cette salle :

[Lorsqu’ils] ediffiront leur mur neuf de leur nef, ils se submettent et obligent clore et recouvrir ladite salle et enclaver la paroy d’icelle salle avec leur dit mur et mettre et asseoir audit mur devers icelle salle corbeaux et autre maconnerie pour asseoir et porter post trefs et solliveaux […].

  • 226 ADSM, G 6855. Plusieurs clauses sont communes aux deux textes. Elles ne sont pas toutes évoquées ic (...)

131Par une disposition de l’accord, on apprend que l’entrée de l’église paroissiale se faisait, jusqu’à cette date, par la rue Saint-Lô puisqu’elle envisage les contraintes de hauteur imposées au pavage à réaliser, en cas d’ouverture sur l’autre rue, pour ne pas gêner l’écoulement des eaux du prieuré ainsi que celles de l’autre côté de cette voie. Relevons une clause qui témoigne de l’esprit de prévoyance des religieux : en cas de découverte d’or, d’argent ou de vaisselle, lors de la destruction de la tour, ces objets devaient revenir au prieuré226. Avait-on fait une semblable découverte durant le chantier de l’église prieurale ou celui d’une autre église rouennaise ?

  • 227 ADSM, 2E1/210, 26 janvier 1485, n. s. 1486.
  • 228 ADSM, G 2143. Cette affaire revient à de nombreuses reprises, dans ce registre des délibérations du (...)
  • 229 ADSM, G 3694, 21 février 1485, n. s. 1486. Tout comme son père l’avait fait pour les 2 s. 6 d.t. ac (...)

132Ce dernier accord est bien exécuté, comme l’indique le transfert de rentes effectué en 1486, par les trésoriers, en faveur du prieuré227. Mais les travaux de la nouvelle tour valent aux paroissiens quelques déboires avec les chanoines de la cathédrale ; les canalisations de la fontaine de ces derniers se trouvant à l’emplacement du nouvel édifice228. Pour rassembler les fonds nécessaires, les trésoriers ont recours au moyen le plus largement employé à cette période puisqu’en 1486, ils sont, eux aussi en possession d’une autorisation royale, accordée par le roi Charles VIII, de lever une imposition de 3 sous par pied d’héritage sur rue pour employer la somme recueillie à « la construction et perfection de leur eglise »229.

  • 230 ADSM, G 6855, une requête non datée et concession du 20 mars 1516, n. s. 1517. Le dossier comporte (...)

133En 1516 ou 1517, une autre demande est formulée – à laquelle il est répondu favorablement – pour un nouvel agrandissement cette fois indéniablement au nord : elle concerne « une portion de terre edifiee de maisons a prendre droit aligné du dehors de l’huisserie qui est au cloistre du dit prieuré pour entrer en ladite eglise parroissiale afin de faire ladite eglise droite et carree vers le bout de bas d’icelle eglise » et a pour but de permettre l’achèvement d’un édifice « qui est de grande somptuosité », et que les trésoriers et paroissiens avaient « encommencé a faire par l’un des costés de ladite eglise, vers le cymetiere et rue passant au bout d’icelui cymetiere ». Les termes de la requête sont significatifs : cet accroissement est nécessaire pour que « le peuple qui chacun jour afflue en grand nombre en icelle parroisse puisse estre receuilly en icelle vostre eglise et parroisse »230. L’achèvement du bas-côté nord dut demander une quinzaine d’années puisque l’église paroissiale ne devait être dédiée qu’en 1533, comme il est inscrit sur une pierre gravée que l’on peut encore lire aujourd’hui, en empruntant la rue Saint-Lô.

  • 231 Xavier Peixoto, « L’espace du Palais », in Rouen 1992-1994, archéologie et travaux, Rouen, Associat (...)

134Lors d’une fouille menée en 1992-1993, les investigations réalisées à l’emplacement de la façade de la paroissiale ont mis en évidence différents pans de murs. Ils ont également révélé l’existence d’un bâti plus ancien que Xavier Peixoto, titulaire de la fouille, estime pouvoir correspondre à un avant-corps ou à une tour-porche231. Sa forme et son emplacement au bout de la nef, le fait que la nouvelle façade et entrée – ouvrant sur la rue menant au grand portail de Saint-Lô – se trouve à peine quelques mètres plus loin sont autant d’éléments permettant de voir dans cet édifice la tour de quatre étages cédée en 1483 aux paroissiens.

  • 232 À partir des mêmes actes, nous proposons ici une analyse fort différente de celle donnée par Charle (...)
  • 233 ADSM, G 7462, 17 mai 1459. Chapitre et trésor se partagaient par moitié lesdites maisons tout comme (...)
  • 234 ADSM, G 7462, 23 mai 1463. Il en coûte 100 s.t. de rente au trésor. Ces maisons, vouées à la démoli (...)
  • 235 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477. Voir par exemple la déclaration de Guillaume Lefevre, paroissien d (...)
  • 236 BMR, registre A8, 29 décembre 1464.

135Il est également possible, en dépit du caractère dispersé des informations, de suivre l’évolution du chantier de Notre-Dame-la-Ronde. Tentons d’en relever la chronologie232. Les trésoriers et paroissiens entreprennent d’abord la construction d’une nouvelle chapelle. En 1459, ils achètent la part de revenu que prenait le chapitre de la collégiale sur deux petites maisons ou échoppes situées entre le chœur de l’église et la rue Courvoiserie, au long de la chapelle Saint-Eutrope233. Cet acte pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une autre chapelle mais, quatre ans plus tard, lorsque le chapitre cède à nouveau au trésor son droit en la moitié de deux maisons suivantes, celles-ci se trouvent bornées par « certain ediffices de maconnerye nouvelle encommencé au bout de la chappelle Saint Eutroppe en icelle eglise »234. Cette analyse est corroborée par les dires de plusieurs paroissiens235. Il s’agissait donc d’étendre l’espace disponible. Cette dernière chapelle est d’ailleurs encore en travaux à la fin de l’année 1464, lorsque les conseillers de la ville répondent favorablement à la demande d’aide des paroissiens de Notre-Dame-la-Ronde pour achever la chapelle « que l’en repare de present ». Ils acceptent, à leurs frais, lorsqu’« elle sera en estat, que l’en y puisse faire une belle et notable fourme de pierre et de verre »236.

  • 237 ADSM, G 7461, 14 septembre 1477. La question des droits sur le cimetière se concluait par un accord (...)
  • 238 ADSM, G 7461, Il doit comporter ce qui est nécessaire à un « revestuaire de chapitre ». Par l’enquê (...)

136En 1477, les trésoriers, empiétant sur l’espace du cimetière, entreprennent l’édification d’une nouvelle chapelle, dédiée à saint Julien. Mais le creusement des fondations provoque une ouverture dans la maçonnerie et la voûte d’un édifice récent, que les chanoines disent servir à tenir leur chapitre alors que les trésoriers le qualifient de « revestuaire », précisant qu’il « a esté ediffié de nouvel » et « est appliqué pour mectre le tresor et ornemens de la dicte eglise »237. Par sentence du lieutenant du bailli, en date du 5 octobre de la même année, les trésoriers et paroissiens doivent finalement faire bâtir, au bout de leur nouvelle chapelle, un édifice semblable à celui qu’ils sont autorisés à détruire, après construction du nouveau, pour pouvoir achever leur chapelle238.

  • 239 Issu d’une modeste famille rouennaise, Guillaume Mésard est licencié en décret. Secrétaire du cardi (...)
  • 240 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

137L’entreprise d’embellissement ne s’arrête pas à l’église. En 1475, à l’initiative de maître Guillaume Mésard, doyen et curé de Notre-Dame-la-Ronde, un accord est passé avec le chapitre de la collégiale pour mettre à exécution le projet du curé : « pour le bien et augmentacion de ladicte cure, voyant que le presbitaire dudit lieu estoit vieil et ruyneux, icelui faire abattre et demolir tottalement pour et afin de en ediffier et construire en lieu d’icelui ung tout neuf »239. L’espace étant mal disposé « pour ordonner et composer ledit presbitaire », on procède alors à l’échange de portions d’édifices240. Cet accord montre que le chapitre n’est pas en reste : une portion de construction est bornée par une grande et neuve maison lui appartenant.

  • 241 « […] actenta demolitione dicte ecclesie et occupatione illius de materiebus pro ejus reparacione r (...)
  • 242 Ibid.

138C’est un peu plus tard dans le siècle, en 1484, que commencent les travaux de reconstruction de l’église Saint-Herbland. Dans une notice qu’il lui a consacrée, Charles de Beaurepaire a suivi les débuts du chantier d’après les indications relevées dans les délibérations capitulaires. Le 20 mars 1484, le chapitre de la cathédrale accorde aux paroissiens de Saint-Herbland, en raison de l’état de l’édifice241, que le sermon des samedis de Carême soit prononcé dans l’aître de Notre-Dame. Le 26 juillet suivant, les mêmes paroissiens demandent au chapitre l’autorisation de placer dans le cimetière les pierres destinées à la construction et réédification de leur église242.

139Les éléments manquent ensuite pour suivre la progression du chantier dans les dernières décennies du XVe siècle. Un devis de 1504, signé par Roullant Le Roux, de la paroisse Saint-Lô et Richard Boessel de la paroisse Saint-Godard – tous deux « machons » – montre que la maçonnerie est loin d’être achevée. Pour la « perfection », il faut encore faire « les fondemens de plusieurs pilliers qu’ilz sont encore a fonder avec le portail et une huisserie du costé de la petite estre, avec le pignon et la tour de ladite eglise ».

140En 1510, la situation du chantier paraît suffisamment critique pour que, le 5 mai, 18 paroissiens, propriétaires et demeurant en la paroisse, consentent et accordent « soubz le bon plaisir du roy » qu’une assiete soit faite sur chaque pied d’héritage sur rue – pouvant aller jusqu’à 10 sous par pied – afin d’utiliser la somme collectée pour :

[…] aider a achever et parfaire icelle eglise tant de machonnerie que couverture. Laquelle [somme] nous voyons de present estre necessaire a raison de ce qu’il y a partie de la couverture soustenue sur trestes ou apuyes laquelle couverture est abessee et en dangier de ruyne. Et mesmes que partie de ladite eglise est a descouvert en telle maniere que de la pluye et du vent en peult venir plusieurs inconveniens, tant aux gens d’eglise en celebrant et faisant le divin service que aux personnes qui y assistent. Et est necessité que, devant que l’yver soit, que ladite eglise soit couverte et ladite machonnerie montee pour soustenir ladite couverture […].

141Cette solution est envisagée parce que « ladite eglise est en grans rentes envers plusieurs personnes et que, sans ladite assiete, on ne scavoit fournir audit achevement necessaire, consideré le petit revenu d’icelle eglise ».

  • 243 ADSM, G 6700, pièces du 5 mai, du 27 mai et du 5 juin 1510. Le rôle n’est malheureusement pas conse (...)
  • 244 Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancienne église Saint-Herbland », p. 184-185, et notamm (...)

142Le 27 mai 1510, par une lettre adressée au bailli de Rouen ou à son lieutenant, le roi accorde en effet aux paroissiens une imposition de 5 sous tournois par pied d’héritage – sous réserve qu’ils emploient bien la somme audit édifice et non ailleurs –, mise en exécution le 5 juin suivant par Loys Daré, lieutenant général du bailli243. Malgré cette contribution, l’église ne fut réellement achevée qu’en 1530-1531, après la construction du portail de Grand-Pont244.

143On connaît cette église, détruite en 1824 parce qu’elle menaçait ruine, grâce à trois dessins réalisés par Hyacinthe Langlois pour la commission des antiquités (voir figure 2) et à une description d’Eustache de La Quérière :

  • 245 Cité par Charles de Beaurepaire, ibid., p. 178.

Comme à l’ouest cette église se trouvait engagée dans les maisons particulières, son portail principal se voyait au bas du collatéral sud. Une petite porte vis-à-vis communiquait à l’aître vers le nord. Cette église, reconstruite en l’année 1483, était remarquable par l’élégance de ses proportions et l’achèvement de toutes ses parties. Elle se composait d’une nef et de deux bas-côtés, à l’extrémité desquels étaient des autels ou chapelles. Les piliers étaient ornés de moulures gothiques qui allaient se perdre dans les voûtes, dont les clefs étaient artistiquement découpées en rosaces à jour. Celles du chœur étaient dorées. Un petit clocher gothique en bois, revêtu de plomb, d’une forme svelte et élégante, s’élevait du milieu du faîte de l’édifice qui était orné de balustrades de pierre dans son pourtour245.

  • 246 ADSM, 32HP 3. Les informations proviennent de l’Abrégé de l’origine et établissement de la charité (...)

144Les habitants ne s’intéressent pas au sort des seules églises paroissiales. À partir de 1460, on édifie aux Carmes une nouvelle chapelle pour laquelle – le fait est suffisamment rare pour être noté – nous connaissons les raisons présidant à son érection. Elle est le fait d’un riche marchand de la paroisse Saint-Lô, Jehan Le Vignereux, qui, en 1460, alors qu’il se trouve en captivité, se recommande à la Vierge et forme le vœu, s’il parvient à recouvrer la liberté, de bâtir une chapelle en son honneur. Sous le nom de Notre-Dame-de-Recouvrance, « il fit donc bastir la chapelle au lieu ou elle est à present, dans le couvent desdits religieux Carmes à main droite du côté du grand Autel de pierre de taille, laquelle il fit orner d’Autel, de vitres, d’un Jubé, de bancs, et de toutes les choses necessaires »246.

  • 247 On lit, dans l’abrégé imprimé en 1695, p. 6 : « Les Freres s’etants assemblez, firent entr’eux des (...)
  • 248 C’est à la « frarie de monseigneur Saint Cler fondee ou prioré de Notre Dame des Carmes » que se ve (...)
  • 249 Catherine Vincent relève qu’à la fin du Moyen Âge, les couvents rouennais des ordres mendiants abri (...)

145Cette chapelle devient le siège de la confrérie Notre-Dame-de-Recouvrance, dont les statuts remontent à 1466247. Cette confrérie n’est d’ailleurs ni la première ni la seule à s’installer dans leur couvent. S’y trouvaient déjà les confréries des brodeurs et celle des barbiers et chirurgiens248. Le rayonnement des ordres mendiants parmi la population rouennaise se traduit par la place qu’ils occupent dans l’incontestable foisonnement des confréries rouennaises de la seconde moitié du XVe siècle et du début du siècle suivant249.

  • 250 Les chiffres évoqués à la page précédente incluent les confréries du XVIe siècle commençant. Pour l (...)
  • 251 L’expression est empruntée à Marc Vénard, « La construction des églises paroissiales… », p. 12. On (...)

146À notre échelle, les cinq confréries des Carmes devancent largement les deux confréries sises en l’église Saint-Herbland250. Plus généralement, leur installation dans les divers lieux de culte est un facteur d’enrichissement de l’ornementation des églises qu’il ne faut pas négliger. Ces multiples exemples de reconstructions, mais aussi d’agrandissements rendus nécessaires par la poussée démographique, font de la seconde moitié du XVe siècle rouennais l’une des « grandes périodes bâtisseuses », même si de nombreux chantiers ouverts alors ne connaissent leur achèvement que durant le demi-siècle suivant251. Le mouvement, amorcé durant l’occupation anglaise, atteint ici une tout autre ampleur.

Fig. 2 – Vue de l’église paroissiale Saint-Herbland en cours de destruction
ADSM, 6Fi Rouen 21 (photographie Dominique Pitte).

147Pour conclure cette évocation qui, des linéaments aux derniers contours, s’étend sur une quinzaine de siècles, rappelons ce qui en constitue les faits saillants. L’espace que devaient plus tard délimiter nos trois paroisses s’est trouvé très tôt urbanisé. Inclus dans la ville ouverte dès le Ier siècle, il appartient au centre monumental de la ville antique. Une enceinte, créée à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle – topographiquement marquante par la distinction qu’elle établit entre castrum et suburbium – le place à l’angle nord-ouest de ce castrum. Son tracé fixe la limite nord de la future paroisse Saint-Lô. L’influence de la voirie gallo-romaine se ressent principalement dans la conservation du tracé du cardo maximus, voie de desserte de Beauvais, même s’il est ensuite l’objet d’un léger décalage.

148Aux abords immédiats de cet espace, la christianisation de la cité se marque dès le IVe siècle par l’érection d’un ensemble cathédral. Il est possible que, dès les temps mérovingiens, un édifice religieux ait occupé une partie de l’emplacement des thermes. Cette existence est en tout cas avérée aux temps carolingiens, au cours desquels l’église Saint-Sauveur et ses dépendances servent de refuge à l’évêque de Coutances. À son propos, les données manquent jusque vers le milieu du XIIe siècle, date à laquelle un chapitre régulier est installé, à l’initiative d’un évêque de Coutances, dans la collégiale Saint-Lô, nom donné à l’ancienne église Saint-Sauveur après le transfert des reliques de saint Lô. Le second sanctuaire à apparaître dans la documentation est l’église Saint-Herbland, dès le XIe siècle, alors qu’à la fin du siècle suivant vient le tour de la collégiale Notre-Dame-la-Ronde. Il est malheureusement impossible de déterminer à quelle période chacune de ces églises a donné naissance à une paroissiale distincte.

149Probablement présents dès le Xe siècle à Rouen, les Juifs connaissent, avec le XIIe siècle, une période de prospérité. L’existence d’une rue aux Juifs au début du XIIe siècle montre que le territoire de la paroisse Saint-Lô accueille alors plusieurs édifices religieux et civils de cette communauté, dont le nombre de membres semble connaître une progression sensible, sur la paroisse Saint-Lô et peut-être les paroisses environnantes, à la fin du siècle, après l’expulsion de 1182 du domaine royal capétien. Une autre expulsion, ordonnée par Philippe le Bel en 1307, met un terme à leur présence dans ce secteur de la ville.

150Avec le XIIIe siècle, s’achèvent les implantations religieuses au nord de la rue Saint-Lô – pas moins de quatre communautés, prieuré de Saint-Lô compris. Possédant, depuis une date non déterminable, un hôtel sur la paroisse Saint-Lô, les religieux de Jumièges et de Beaubec obtiennent, respectivement en 1219 et 1223, l’autorisation d’y édifier un oratoire. Il en alla peut-être de même pour les moines de l’abbaye de Valmont, dotés eux aussi, en 1235, d’un terrain alors que l’abbaye de Saint-Pierre-de-Conches se rendait propriétaire, avant le milieu du XIIIe siècle, d’un terrain de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde.

Fig. 3 – Extrait du plan de Jacques Gomboust (1655). D’après une copie de Jules Adeline, collections de la bibliothèque municipale de Rouen, estampes topographiques, plans du XVIIe siècle, no 3755 (photographie Dominique Pitte).

Fig. 4 – Extrait du plan de Nicolas De Fer (1709). Collections de la BMR, estampes topographiques, plans du XVIIIe siècle (photographie Dominique Pitte).

151Dans les années 1337, les carmes, effectuant plus tardivement que les autres ordres mendiants leur transfert en centre-ville, prennent place à l’est de la rue Grand-Pont. D’abord fort modestement installés, ils se trouvent, après une politique méticuleuse d’achat et les donations de fidèles, à la tête d’un vaste ensemble comprenant le couvent mais également plusieurs tènements sur lesquels ils prélèvent rentes ou revenus locatifs.

152Enfin, au XVe siècle, fuyant l’insécurité de leur monastère, les emmurées – provisoirement – et les religieux du Bec-Hellouin trouvent refuge au cœur de la ville, en occupant deux très belles demeures, les premières rue du Gros-Horloge et les seconds dans la rue qui allait prendre le nom de rue du Bec pour cette raison. À côté de ces nombreux édifices religieux – dont l’état dégradé et les dimensions trop restreintes nécessitent agrandissement ou reconstruction amorcés dès l’occupation anglaise mais surtout dans la seconde moitié du XVe siècle – les derniers siècles du Moyen Âge sont marqués par l’installation d’édifices civils aux fonctions diverses.

  • 252 Mais ils ne purent, après cette date, se libérer de la tutelle exercée par le bailli sur les affair (...)
  • 253 Selon l’ordonnance de Charles IV le Bel, leur présence remonte au XIIe siècle (voir p. 69). Pour un (...)
  • 254 C’est encore paroisse Saint-Herbland – mais un peu plus au nord, au long de la rue Grand-Pont – que (...)

153À partir de 1220, le transfert à l’intérieur de l’espace de l’ancien castrum, sur la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, du siège de l’administration communale, d’un côté puis de l’autre de la rue Courvoiserie, modifie la géographie des pouvoirs rouennais. Ce vaste hôtel, auquel s’ajoutent un beffroi et plus tardivement une chapelle, constitue un élément imposant du paysage de ce secteur, sans atteindre, il est vrai, l’aspect prestigieux de certains de ces homologues de la France du nord. Supportant mal la perte de leur beffroi, les Rouennais purent effacer rapidement les effets de l’une des sanctions qui leur furent imposées, après les deux Harelles, en le réédifiant rapidement au même emplacement, et en y réinstallant leurs cloches252. À partir du début du XIVe siècle, l’obligation de localiser les échoppes et tapis des orfèvres et changeurs le long de la rue Courvoiserie et autour de la cathédrale avait concentré au sud de la paroisse Saint-Herbland une bonne partie des représentants de ces activités liées aux métaux précieux253. C’est au même endroit que les élus trouvent, vers 1365, un manoir pour abriter leurs activités, dans lequel s’installent plus tard les généraux sur la justice des aides. Au travers de ces décisions, s’affirme la fonction financière de cette portion de la ville254.

  • 255 L’aître de la cathédrale, où se tenaient auparavant la plupart des marchands concernés, se trouve p (...)

154Rouen est sous la domination anglaise lorsque se prend une décision d’aménagement, rapidement suivie d’effets, qui introduit, au cœur du secteur étudié, le premier espace public à vocation marchande255. Si les installations initiales du Neuf Marché se révèlent relativement sommaires, leur succèdent, à partir de 1450, des équipements plus élaborés qui témoignent de la volonté des autorités urbaines de favoriser la reprise économique, après les années de torpeur qui ont marqué la fin de la présence anglaise. Ces mêmes responsables, conscients de la nécessité, tant en raison des risques d’incendie que des besoins de la population, de doter la ville de fontaines, font édifier, à partir de 1456, la fontaine Massacre, au pied du beffroi, mais sont apparemment contraints à réduire le projet primitif, plus ambitieux. La progression de leur nombre devait rester limitée durant la seconde moitié du XVe siècle.

  • 256 Les échoppes ne disparaissent pas complètement du lieu mais les activités exercées y sont différent (...)

155Lorsque, à la fin du siècle, se dessine le projet de réaliser une « salle commune de la ville », le choix de la placer à l’extrémité ouest du Neuf marché ne remet pas en cause l’existence de ce dernier. Mais la transformation du programme, après intervention du roi, et la réalisation d’un « palais royal » pour abriter l’échiquier et des prisons s’accommodent moins bien du maintien du marché à cet emplacement256. Cet ultime transfert, accompagné de la création d’une place, ne devait être entrepris qu’à partir de la fin de la seconde décennie du XVIe siècle.

156Ces repères une fois donnés – afin d’inscrire les trois parties qui suivent dans un cadre chronologique dont les limites ont été d’emblée précisées –, il est désormais possible d’ouvrir l’analyse thématique par l’étude de l’habitat.

Notes

1 Si l’on excepte Calais, comme le rappelle la légende d’une médaille frappée, apparemment dès 1451, à l’effigie de Charles VII : « Quand je fus faite, sans différence,/Au prudent roi ami de Dieu/On obéissait partout en France,/Fors à Calais qui est fort lieu », voir Jean Favier, La Guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 613. Les villes normandes n’en continuèrent pas moins de se sentir vulnérables à la menace anglaise. « De part et d’autre de la Manche, jusqu’à la fin du XVe siècle, les ressorts de l’agressivité entre les deux peuples restent tendus », André Plaisse, « Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI », Connaissance de l’Eure, numéro hors série, no 4, 1986, p. 26.

2 Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, no 1, 1995, p. 13-14. Sur la « France anglaise », voir La « France anglaise » au Moyen Âge, actes du 111e congrès des sociétés savantes (Poitiers, 1986), Paris, Éditions du CTHS, 1988, et notamment les contributions de Philippe Contamine, « La “France anglaise” au XVe siècle. Mythe ou réalité », p. 17-29, Peter Shervey Lewis, « La “France anglaise” vue de la France française », p. 31-39 ; André Leguai, « La “France bourguignonne” dans le conflit entre la “France française” et la “France anglaise” », p. 41-52.

3 Michel Mollat, « Mue d’une ville médiévale (environ 1475 - milieu XVIe siècle) », in Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 145-178.

4 Voir Philippe Contamine, La Guerre de Cent Ans, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 85.

5 Émile-Guillaume Léonard, Histoire de la Normandie, Paris, Presses universitaires de France, 1972, p. 75.

6 Voir Jean Glénisson, Victor Deodato Da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux xive et XVe siècles », dans Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, colloque d’histoire médiévale (Orléans, octobre 1979), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1982, p. 119.

7 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1964, tome I, p. 65.

8 Chronique d’un bourgeois de Verneuil (1415-1422), Amédée Hellot (éd.), BSHN, 1880-1883, p. 220. Les dates correspondent au 26 juillet et au 20 janvier. Le nombre des victimes a marqué les imaginations.

9 ADSM, 1B 23, f° 41, manuel de l’échiquier de la Saint-Michel 1424. On ne sait hélas d’où viennent les quatre individus dépouillés de leurs chevaux ni ce qui les amène en ville. Tout juste sait-on que l’un d’entre eux est un prêtre. Ce texte a été publié dans Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen, Lestringant, 1931, p. 70-71.

10 Sur le texte de la capitulation de Rouen, voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Marseille, Laffitte Reprints, 1977, réimpression de l’édition de Rouen, Le Grand, 1840, pièces justificatives, p. 39-54, et le commentaire note 1.

11 Ibid., pièces justificatives, p. 46. Voir également aux p. 64 à 70 un état de la composition de la ville de Rouen, datable de 1429-1430, selon lequel, outre les 80 otages, 33 bourgeois auraient été détenus en la grosse tour du château, selon une ordonnance royale.

12 Voir ADSM, 2E1/168, 4 décembre 1419 et 28 mars 1419, n. s. 1420. La date exacte de sa fin de détention, antérieure au 28 mars, n’est pas connue. Les Maromme sont l’une des plus puissantes familles de Rouen. Nous avons mentionné plus haut Guérould, l’un des derniers maires de la ville dont la maison fut saccagée lors de la première Harelle (voir p. 89 du présent ouvrage) mais Antheaume de Maromme fut également maire en 1360. Un autre Antheaume, neveu de l’évêque de Bayeux, obtient de Charles VI, en 1387, la création d’une charge de monnayeur, voir Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe frères, 1850, p. 201. La famille possédait notamment un vaste tènement sur la paroisse Saint-Lô, objet de diverses subdivisions et cessions dans le courant du XVe siècle (voir Philippe Cailleux, thèse, p. 388-399). Maître Baudes compte, de façon récente, en 1432, parmi les paroissiens de Saint-Lô (ADSM, 2E1/176, 18 mars 1432, n. s. 1433, « demourant a present »).

13 BMR, registre A6, 11 septembre 1410, liste des membres de la Cinquantaine. Il s’agit très certainement du même, faute de traces d’un autre Bertin de La Marche. Son décès intervint dans les mois qui suivirent sa détention puisqu’en janvier 1420, un acte est passé par ses exécuteurs, au nombre desquels se trouve sa veuve. Le rayon d’action de ce marchand semble avoir été assez étendu puisque sont évoqués, pour la circonstance, ses dettes et revenus à Pontoise, à Rouen, au pays de Bretagne et dans tout le duché de Normandie (ADSM, 2E1/168, 30 janvier 1419, n. s. 1420). Sur le remboursement de cette somme, voir Philippe Lardin, « Les travaux d’aménagement, d’entretien et de reconstruction du château de Gaillon au XVe siècle d’après les sources écrites », AM, tome Xxv, 1995, p. 123. Sur les procédures entamées par les otages à l’encontre de la ville, voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 79-82.

14 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 49-51.

15 ADSM, 1 B 34, f° 77 et suivants. Arrêt de l’échiquier de Pâques 1459, pour une affaire dans laquelle Laurent Guedon et Jehanne sa femme apparaissent comme porteurs d’une doléance à l’encontre des héritiers de Michel Durant, lors des faits vicomte de Rouen, de ceux de Michel Du Mont, son lieutenant, de ceux de Guillaume Le Chevat, l’un des receveurs de la composition de la ville. La vente d’un bien est parfois retardée par un prêt. Pour rembourser Guillaume Lalemant et sa femme de l’avance faite « pendant le siege et pour aidier a paier sa composicion », Jehan Bourdon, habitant de Saint-Éloi et garde de la monnaie de Rouen, doit se résigner à vendre son tènement de la paroisse Saint-Herbland pour 306 écus d’or, vin compris, somme que « icellui Bourdon n’eust peu bonnement rendre audit Lalemant si non par la vendue dessus dicte ou par vendant d’aucuns de ses autres heritaiges, en son plus grant dommage », ADSM, 2E1/169, 13 novembre 1421.

16 ADSM, 2E1/175, 14 février 1431, n. s. 1432.

17 ADSM, 2E1/171, 26 juin 1425.

18 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 71-75.

19 François Blanchet, « Actes concernant la Normandie dans la série KK des Archives nationales », CLD, tome xiv, fasc. 1, janvier-mars 1965, p. 56, nos 209 et 210. Colin Marguerie, fils de Jehan et conseiller de la ville est remboursé de son prêt en 1435 (no 210). Un acte du 12 juillet 1430 donne un cours du salut à 28 s. 4 d.t. (ADSM, 2E1/174, 10 juillet 1430), ce qui chiffre le reste de la dette à 34 000 l.t. A. Chéruel sous-évalue légèrement cette somme qu’il estime à 30 000 l.t. (Histoire de Rouen sous la domination…, p. 83).

20 Voir Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire : le palais royal de Rouen », Bulletin archéologique du comité des Travaux historiques et scientifiques, 1991, fasc. 23-24, p. 215, qui cite un extrait d’un compte du trésorier des guerres d’Henri V : « [...] unum palacium [...] pro securitate domini regis et retinencie sue ac municione et defencione ejusdem ville contra maliciam inimicorum ». L’emplacement retenu se trouvait à l’angle sud-ouest de la dernière fortification urbaine, bordant le fleuve, en aval de la ville. Cette forteresse ajoutait au château de Philippe Auguste un deuxième ouvrage assurant le contrôle de la ville et renforçant sa protection. La ligne de tours et courtines reliant les deux châteaux devait assurer une liaison précieuse entre les deux garnisons et menait rapidement au fleuve.

21 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 43. On prévoyait l’indemnisation des propriétaires des biens se trouvant sur le lieu à choisir : « leur satisfera ou les rescompensera a son arbitrage et discretion d’autres maisons, lieus et ediffices ».

22 ADSM, 2E1/167, 13 mars 1418, n. s. 1419, et Pierre-Yves Le Pogam, « Un chantier exemplaire… », p. 217-221. L’auteur, relevant que l’on ne trouve presque aucun acte concernant le palais avant 1436, suggère « Le régent, qui résidait au château de Rouen (auquel des aménagements nombreux étaient apportés dans cette même période), se sentait probablement moins préoccupé par le palais qu’Henri V. Il avait pourtant une réputation de bâtisseur, mais désirait probablement affirmer la présence anglaise en Normandie d’une façon moins arrogante ou moins coûteuse. Les régents de France et gouverneurs de Normandie qui lui succédèrent à partir de 1435 durent accorder plus d’importance au palais dans un contexte politique où, après le traité d’Arras, l’alliance entre Charles VII et le duc de Bourgogne pouvait compromettre à plus ou moins brève échéance la domination anglaise en France ».

23 Voir p. 96.

24 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. XVII ; ADSM, 2E1/169, f° 169 v° et f° 193 v°. Voir d’autres exemples dans l’ouvrage précédent, p. XVII, note 5 et plus largement, pour un tableau des destructions, les p. XVII-XIX. Elles seront également évoquées plus bas avec les travaux de reconstruction.

25 Étant donné les précisions apportées, le terme de « places vuydes » semble d’abord désigner des parcelles qui ne sont plus édifiées. Mais il est ajouté plus loin « affin que de cy en avant elle ne chee en ruine ». Se reporter à la deuxième partie pour l’étude des sens différents de cette expression et de l’apparition de ces « vuides places ». Le texte de l’ordonnance du 29 mars 1420 (n. s.) se trouve publié dans Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy (éd.), MSAN, tome XXIII, 1858, 1re partie, p. 135.

26 Une indemnisation des frais de clôture est alors prévue si quelqu’un se présente dans le délai d’un an et d’un jour pour réclamer la possession de la place vide. Passé ce délai, qui correspond à celui du retrait lignager, les preneurs pourront en faire « comme de leur propre heritage ».

27 Sur le décret d’héritage, voir p. 338-342.

28 ADSM, 2E1/172, 16 novembre 1426. La date du décret n’est pas indiquée. Le délai pour clore est de deux mois (voir supra).

29 ADSM, G 9373. L’appel à garant fonctionne 53 ans après la vente de la rente. Jehan Millart est conseiller en cour laïque et avocat au bailliage de Rouen (voir ADSM, 1B 22, la liste des avocats pour l’année 1423). Maître Guillaume Dorbec (ou d’Orbec) et Jaquet son frère, paroissiens de Saint-Herbland, sont les fils de sire Jehan d’Orbec, trésorier de France et de Normandie.

30 ADSM, 2E1/171, f° 195. L’acquisition est antérieure. Sur le rôle de Martin Loison à l’échiquier, voir ADSM, 1B 22, la liste des procureurs pour l’année 1423. Maître Martin Loison figure également dans la liste des procureurs généraux du temporel de l’archevêché de Rouen en 1423 et 1439, voir Fernand Soudet, Mémorial de l’échiquier des archevêques de Rouen, Caen, Jouan et Bigot, 1926, p. 34.

31 André Bossuat rappelle que les Anglais suivirent avec empressement les procédés déjà employés par les Armagnacs et Bourguignons au gré de leur succès (confiscation des biens de l’adversaire en 1411, 1413 et 1418). Il ajoute : « De son côté le gouvernement du Dauphin, devenu en 1422 le roi Charles VII, n’hésita pas à user de représailles. En janvier 1421, à l’assemblée des États, tenue à Selles en Berry, il déclara confisqués les biens de ceux qui étaient restés dans le parti contraire et les distribua à ses propres partisans. De cette façon tous les Français, quels qu’ils fussent, étaient forcément considérés comme rebelles par celui des deux gouvernements auquel ils n’obéissaient pas et tous tombaient également sous le coup de la confiscation ». Voir André Bossuat, « Le rétablissement de la paix sociale sous le règne de Charles VII », MA, 1954, p. 139-140.

32 Voir notamment Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », et Charles Vautier, Extrait du registre des dons confiscations maintenues et autres actes faits dans le duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420 par Henri V, roi d’Angleterre, Paris, Lord Byron, 1828.

33 Voir Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », no 278, p. 46-47. Sur Gautier de Beauchamp, voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen (1171-1790), Rouen, Maugard, 1953, p. 122-124.

34 Pour la donation, voir Charles Vautier, Extrait du registre des dons…, 8 mai 1419. Pour l’« appointement » avec la famille, voir ADSM, 2E1/168, 30 octobre 1419. Selon cet accord, une partie des maisons semble en mauvais état. Les opposants à la possession, descendants de deux sœurs du nommé Regnault, sont Guillemin de La Fontaine et ses frères et les enfants mineurs de Jehan Gouppil. Ils appuient leur opposition sur le fait, disent-ils, que Regnault Cousin leur avait « délaissé » les héritages donnés pour être déchargé des 70 l.t. de rente pesant sur eux. Les biens donnés ne sont pas tous cités par l’acte mais Regnault Cousin possédait un groupe de plusieurs maisons sur les paroisses Saint-Lô et Saint-Laurent, parmi lesquelles figuraient des maisons à l’enseigne du Signot et de la Cage, citées par la transaction, mais surtout l’hôtel de la Porte de Grand-Pont, paroisse Saint-Lô. C’est pour ce dernier hôtel, chargé d’une servitude envers le chapitre lors de la procession des Rameaux, que Regnault Cousin – le même ou un sien parent – est, en 1394, l’objet d’une procédure en justice pour avoir refusé l’accès de son hôtel au chantre et ses élèves (ADSM, G 2090, fos 158-159). La porte de Grand-Pont appartient bien, quelques années plus tard, à l’un des descendants : Colin de La Fontaine (ADSM, 2E1/181, 12 septembre 1439).

35 Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », no 400, p. 73.

36 Un Thomas Du Breuil tient effectivement, à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, les héritages cités. Avocat demeurant à Rouen, on le retrouve dans la liste des présidents de l’échiquier des archevêques de Rouen, voir Fernand Soudet, Mémorial de l’échiquier des archevêques…, p. 34. En 1408, il est dit demeurer à présent à Caen (ADSM, 2E1/162, 6 mars 1408). Nous n’avons pas trouvé de traces d’opposition à cette donation.

37 Uxor Petri Hericon, militis nobis inobedientis et rebellis. Voir Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », p. 182-183, ainsi que Philippe Cailleux, thèse, p. 203-210, fiche de la parcelle 411 de Saint-Lô.

38 ADSM, 2E1/170, 15 avril 1423.

39 Les lettres de rémission, du 28 août 1427, sont publiées par Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie, 1908, tome II, p. 47-50. La donation, datée de la veille tout comme la sentence du bailli, se trouve dans AN, JJ 174, no 13. Il existe plusieurs autres donations en faveur de cet écuyer anglais qui reçoit, en avril 1427 (n. s.), les biens de feu Thomas Osforde dans le duché d’Alençon et le comté du Maine qui lui sont échangés l’année suivante. En 1434, il est gratifié de deux maisons à Argentan. Ibid., tome II, p. 348, 358 et 387.

40 ADSM, 2E1/173, 13 mars 1427, n. s. 1428. Le roi fait procéder à une autre confiscation de biens familiaux. Thomas Pougnant est, en 1396, sergent de la sergenterie de Saint-Victor, sergenterie qu’il laisse à Jehan de Recuchon, chevalier, et à son épouse, fille dudit Pougnant, lors de leur traité de mariage. Eux aussi s’étant « absentés », la sergenterie est remise aux mains du roi puis adjugée par décret (ADSM, 2E1/172, f° 45, 1426 n. s.). À noter qu’il existe également une concession des biens que fuerunt Thome Poingnant rebellis, au bailliage de Rouen, à Guillaume Vuest, jusqu’à la valeur de 250 francs par an, voir Louis de Bréquigny, « Rôles normands et français… », no 609, p. 99, 10 juin 1419. Le frère de Thomas, Jacques Pougnant, devait, lui, poursuivre sa carrière sous la domination anglaise. Après avoir tenu plusieurs vicomtés normandes, il est nommé vicomte de Rouen par Henri V dès 1419 (Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, p. 142).

41 ADSM, J 759, double du compte de la vicomté, terme Saint-Michel, f° 49.

42 ADSM, 2E1/172, 3 mai 1426.

43 Une indication de 1431 montre Michel de La Tillaye comme « a present bourgois et demourant a Eu et procureur de monseigneur le conte d’illec » (ADSM, 2E1/174, f° 337). La vente est du 22 septembre 1428.

44 ADSM, 2E1/174, 5 novembre 1430. La vente se fait pour 55 l. t.

45 ADSM, 2E1/178, 12 mai 1434.

46 Cette rente est évoquée dès 1428 dans la vente faite à Jehan Salvain et correspond au revenu de la maison perçu à défaut des lettres royales. Elle est encore stipulée lorsque Pierre Charité vend ses droits audit Mallet. Sa survivance en 1451 laisse supposer qu’il n’y eut pas de lettres royales en faveur de Michel de La Tillaye. Sur le décret d’héritage du 3 janvier 1451 (n. s. 1452), voir ADSM, 2E1/192, 20 octobre 1463.

47 Il est vicomte d’Arques de 1420 à 1425 ou 1426, puis vicomte de Conches et de Breteuil, à partir de 1426 (voir Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou état des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale, 1942, tome II, notices 6054 et 12652 bis), office qu’il détient encore le 18 janvier 1428 (n. s.), voir ADSM, 2E1/173. On lui connaît au moins un frère, prénommé Jehan, ADSM, 2E1/169, 30 juillet 1421.

48 Son départ est antérieur au 26 janvier 1430 (n. s.), date à laquelle les maisons sont louées à maître Jehan Tourtier (BMR, registre T1, fos 82 et 96).

49 L’estimation des surfaces confisquées est difficile à mener en raison, précisément, du nombre des parcelles aux formes complexes, développées en arrière des terrains bordant la rue. Deux des propriétés, au minimum, figurent parmi les plus belles du secteur (pour l’estimation du nombre de tènements par paroisse et la localisation des tènements de grande valeur, se reporter à la deuxième partie). Nous ne risquons pas une évaluation des confiscations à l’échelle de la ville, faute d’une estimation fiable du nombre des tènements.

50 AN, JJ 175, no 214, 1er mars 1432, n. s. 1433. Mort en 1423 « en notre obeissance », pour reprendre les termes de la charte d’Henri V, Guillaume Le Tavernier avait trois fils, Guillaume, Richart et Jaquet, qui avaient choisi de fuir la ville. Françoise Autrand a montré que, parmi les gens de robe, tout comme dans la haute noblesse, les exemples abondent de familles partagées entre les deux (trois ?) obédiences et que « la sauvegarde des biens menacés de confiscation n’était certes pas le but avoué de cette attitude, mais elle en fut souvent le résultat » : Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du parlement de Paris 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 151. Cet exemple montre qu’il en va de même pour une partie de la bourgeoisie marchande rouennaise. Les Le Tavernier possédaient des biens sur les trois paroisses. Sur Jacques de Calais, licencié en lois et conseiller du roi en sa cour souveraine à Rouen depuis 1422, voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 43. Le don accordé aux époux pour l’« accroissement » de leur mariage est toutefois limité à 100 l.t. de revenu annuel, une fois déduites les charges. La donation concerne tous les biens non nobles situés en la ville et banlieue de Rouen mais également au bailliage du lieu.

51 ADSM, 2E1/167, 28 février 1418, n. s. 1419.

52 ADSM, G 6859, voir les déclarations des 5e et 7e témoins au cahier d’audition des témoins, à propos du différend entre le prieuré Saint-Lô et le curé de Saint-Herbland. Richard de Beauchamp, comte de Warwick, fut capitaine de Rouen en 1423 puis de 1428 à 1431. Lieutenant du roi d’Angleterre en Normandie en 1437, il mourut à Rouen à la fin du mois d’avril 1439. John de Mowbray, comte de Norfolk et de Nottingham, fils de Thomas duc de Norfolk, était aussi désigné sous le nom de comte Maréchal (voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, p. 41). Tout comme Humfrey, duc de Gloucester, frère d’Henri V, et le comte de Warwick, déjà cité, il avait participé au siège de Rouen.

53 ADSM, G 6859, différend entre le prieuré de Saint-Lô et le curé de Notre-Dame-la-Ronde pour savoir de quelle paroisse relève le manoir. Jehan de Robessart, chevalier, l’un des signataires, en 1419, du « traicté et composition de la rendue de la ville de Rouen » (voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, p. 39-54), est seigneur d’Escaillon et de Saint-Sauveur-le-Vicomte (voir 2E1/169, 1er décembre 1421), cette dernière seigneurie étant tenue par hommage à la suite d’un don royal (voir A. Dupont, « Pour ou contre le roi d’Angleterre », BSAN, tome LIV, années 1957-1958, p. 157, article dans lequel l’auteur rappelle que ce chevalier fut capitaine de Carentan de 1441 à 1443). William de La Pole, comte de Suffolk, avait rejoint l’armée d’Henry V en novembre 1418 pour participer au siège de Rouen. Idem, ibid., p. 58. Jehan de Quinquellay est l’une des diverses formes francisées de John Kigley, bailli de Rouen durant les années 1421-1422. Dix ans plus tard, on le retrouve commandant les troupes anglaises assiégeant le château de Torcy (voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen…, p. 125-126). L’auteur du « Memore pour remonstrer que l’ostel en quel demouret en son vivant mestre Jehan Basset, cantre de l’eglise de Rouen, est assis en la parroisse Saint Lo… » le montre comme paroissien de Saint-Lô et, à ce titre, payant les dîmes et autres droits paroissiaux.

54 Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 56-57.

55 Pour l’achat d’une maison, voir ADSM, 2E1/170, 31 janvier 1423, n. s. 1424. Il la conserve jusqu’en 1428, date de sa revente à messire Jehan Le Dengié, alors chanoine de Bayeux (ADSM, 2E1/173, 1428). Il s’agit de Roiville dans l’Orne. Un rôle de fouage de 1458 concernant la paroisse de Roiville, en la vicomté d’Argentan, mentionne parmi les exempts le prévôt du fief du lieu. Voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au Bas Moyen Âge (XIVe -XVIe siècle)… Rôles de fouage paroissiaux de 1422 à 1458 », CLD, tome XXII, 1973, p. 107. Le même Guillaume Wymyngton, acquéreur d’une maison de la paroisse Saint-Laurent, une dizaine d’années plus tard, est qualifié de clerc et auditeur en la chambre des comptes du roi à Rouen (ADSM, 2E1/181, f° 180 vo). Il revint apparemment s’installer à Rouen en 1436, après le transfert de la chambre des comptes, voir Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 88.

56 ADSM, G 2102 pour le premier et 2E1/173, 4 janvier 1427, n. s. 1428.

57 Voir infra.

58 Cette partie a été rédigée avant la parution de l’article de Robert Massey, « Lancastrian Rouen : Military Service and Property Holding, 1419-49 », in England and Normandy in the Middle Ages, David Bates et Anne Curry (éd.), London, Hambledon Press, 1994, p. 269-286, ouvrage dont nous avons malheureusement pris tardivement connaissance. Cet article, s’il n’apporte pas d’informations nouvelles pour les tenures de nos trois paroisses, évoque quelques-uns des détenteurs anglais des autres paroisses de la ville.

59 Voir Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au bas Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Rôles de l’aide de 1421, CLD, tome XX, fasc. 1-2, 1971, p. 52-55. Le rôle du fouage de la paroisse Saint-Amand a, par ailleurs, été publié, voir chanoine Lesourd, « Rôle du fouage de la paroisse Saint-Amand de Rouen (1421) », BSHN, tome VIII (1896-1899), 1899, p. 239-240. On y voit que les deux personnes citées pour Saint-Amand le sont comme « Engloys et gens d’armes » : ce sont Thomas Roques, serviteur du duc d’Exeter, et Radigo de Villeruel « homme d’armes ». Sur la présence, parmi ceux qui furent récompensés pour leurs services en Normandie, de Gallois, d’Écossais, d’Irlandais, de Gascons, de Flamands, de Danois ainsi que de Portugais, voir Christopher Thomas. Allmand, « La Normandie devant l’opinion anglaise », BEC, tome CXXVIII, p. 354.

60 Pour retenir une date voisine de celle de l’aide, une montre du 15 octobre 1422, indique que la garnison du château comportait, outre le capitaine et ses trois lieutenants, 25 hommes d’armes à cheval, 34 hommes d’armes à pied et 180 archers, appartenant apparemment, à de très rares exceptions près, « à la nation conquérante », voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. XXXVIII.

61 Christopher Thomas Allmand évoque, par exemple, une demande d’indemnisation présentée, en 1452, à l’administration anglaise par plusieurs habitants du Maine qui s’étaient retirés en Normandie et y avaient à nouveau perdu leurs biens (Lancastrian Normandy…, p. 360). Les registres 2E1/183 et 2E1/184 du tabellionage rouennais nous laissent sans information pour la période avril 1445 - avril 1451. Pour une étude de l’évolution des garnisons royales en Normandie anglaise, voir Anne Curry, « Les “gens vivans sur le pais” pendant l’occupation anglaise de la Normandie (1417-1450) », in La Guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, I, guerre et violence, actes du 119e congrès des sociétés historiques et scientifiques (Amiens, 1994), Philippe Contamine et Olivier Guyotjeannin (dir.), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1996, p. 213. L’évaluation la plus forte se place en 1436 et atteindrait les 6 000 hommes.

62 Nous ne l’avons, à vrai dire, pas rencontrée. Ce fait s’explique, bien sûr, par la composition de l’immigration anglaise. Le tabellionage rouennais a également conservé la trace de mariages entre Anglais résidant à Rouen, voir par exemple Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 130-132.

63 ADSM, 2E1/171, 9 octobre 1425. Jehan Milles est probablement un parent de maître Guillaume Milles, clerc de la chambre des deniers du duc de Bedford puis conseiller du roi et maître en sa chambre des comptes à Rouen. Ce dernier résidait paroisse Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres. Voir notamment 2E1/174, 12 juillet 1430.

64 Deux ans plus tard, dans la même maison « demeure a present Thomas Weufilde anglois », BMR, ms. g 165, no 256, 20 juin 1437, ADSM, 2E1/181, 13 juin 1439. Autres exemples de tels couples dans André Dubuc, « Le tabellionage rouennais durant l’occupation anglaise (1418-1445) », BPH, tome II, 1967, p. 803-804.

65 L’arrangement est du 8 mars 1427 (n. s.). L’acte est publié par Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 107-111.

66 En 1436, le bailli de Rouen est Jehan Salvain dont l’hôtel se trouve rue Grand-Pont, paroisse Saint-Lô. L’épisode est rapporté par Jean-Luc Dufresne, « La délinquance dans une région en guerre : Harfleur-Montivilliers dans la première moitié du XVe siècle », Questions d’histoire et dialectologie normande, actes du 105e congrès national des sociétés savantes (Caen, 1980), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1984, p. 206. Six ans plus tôt, un Jehan Rempston figure parmi les vingt archers gardant la porte Cauchoise sous les ordres de Jehan Werleton, « lance à cheval », voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 160-161.

67 Voir Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy…, p. 79-80. L’auteur n’évoque pas de cas de Normandes ayant accompagné leur mari dans sa fuite. Jean-Luc Dufresne mentionne un cas de femme illustrant « la triste situation des épouses abandonnées par les Anglais » et condamnée par l’officialité de Montivilliers, en 1452, pour avoir pris comme concubin un pauvre immigrant picard (« La délinquance dans une région en guerre… », p. 202).

68 Texte des lettres, du 20 mai 1427, dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI…, tome II, p. 26-34. Le couple demeure en l’hôtel en compagnie d’un page, nommé Michelet Fromat, et de Michelecte, la chambrière.

69 Le mari, dinandier, le père et le cousin de la femme sont en cause. Les époux Poissonier obtiennent également des lettres de rémission, ibid., p. 26-34. La monnaie contrefaite est bretonne.

70 Cent francs et six marcs d’argent avec « une douzaine de vaisselle d’estain ». Ne sont pas oubliés les page et chambrière qui doivent recevoir chacun 12 francs et pour lesquels l’écuyer reçoit 6 francs qu’il n’a pas le temps de leur remettre, partant précipitamment au siège de Pontorson. Les lettres ne mentionnent pas le ou les dénonciateurs.

71 ADSM 1B 24, f° 17, échiquier de Pâques 1426. Le lieu n’est pas mentionné mais l’affaire passe devant le bailli de Rouen et un Regnault Le Saunier demeure, en 1412, paroisse Saint-Nicolas de Rouen (ADSM, 2E1/163, 29 janvier 1411, n. s. 1412).

72 Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI…, tome II, p. 18-22 et 358 (no 541).

73 ADSM, G 7468. Ce dernier résidait-il sur la paroisse ? Un autre Smyth, Jehan celui-là, « natif du pais d’Angleterre », habite paroisse Saint-Éloi en 1442, voir ADSM, 2E1/183, f° 36.

74 On trouvera une présentation de ces affaires dans Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. CXVII-CXX. Autour du seul Privilège Saint-Romain, on peut recenser plusieurs conflits de cette nature, dans les deux siècles précédents, voir Amable Floquet, Histoire du Privilège de Saint-Romain en vertu duquel le chapitre de la cathédrale de Rouen délivrait anciennement un meurtrier, tous les ans, le jour de l’ascension, Rouen, Le Grand, 1833, tome I, p. 116-177.

75 Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 27-34. La sentence des vicaires généraux de l’archevêché mentionne 26 noms dont pas moins de 13 chanoines de la cathédrale. Parmi ces derniers, Simon Le Poulailler devait en fait revenir en Normandie, en 1428. Quant à Jehan Ier d’Étampes, d’une famille de la grande noblesse du Berry, et Jehan Porquier, ils ne résident pas alors à Rouen, voir Vincent Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse, université de Paris IV, 1988, p. 978, 926 et 1023. Relevons encore cette pièce, du 17 novembre 1438, « es assises de patronnage d’eglise vuys et vacans », qui signale le départ d’un chanoine de Notre-Dame-la-Ronde, maître Gilles Des Champs, dit « en l’absence et hors de l’obeissance du roy », ADSM, G 1223.

76 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. CXIII-CXV.

77 Tous trois défavorables au procès, ils sont jetés en prison, Régine Pernoud, Marie-Véronique Clin, Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 1986, p. 200. Les auteurs y mentionnent également onze avocats de l’officialité qui émirent des réserves et les protestations de trois des assesseurs.

78 Le dominicain Pierre Bosquier doit également se rétracter publiquement pour avoir accusé les juges d’avoir mal agi. Sur ces points, voir Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, 1995, no 1, p. 19.

79 Ibid., p. 19-21, auteur qui penserait volontiers que Charles VII était, aux yeux de Pierre Cochon, au moins à partir de son couronnement, le vrai roi de France (p. 21).

80 Sur cette question, voir notamment Germain Lefevre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise. La guerre de partisans dans la Haute-Normandie (1424-1429) », BEC, no 54, 1893, p. 475-521 ; no 55, 1894, p. 295-305 ; no 56, 1895, p. 433-508 ; no 57, 1896, p. 5-54 et no 97, 1936, p. 102-130 ; Dominique Goulay, « La résistance à l’occupant anglais en Haute-Normandie (1435-1444) », AN, 1986, no 1, p. 37-55 et no 2, p. 91-104. Cet accent mis sur les complots ne l’a pas été sans quelques excès. Paul Le Cacheux, dont les ouvrages – et notamment celui consacré au Rouen d’alors – sont fort précieux, n’hésite pas à intituler « Rapport des Anglais avec la population : les complots » l’une des deux parties, pourtant nuancée, de sa copieuse introduction consacrée aux rapports anglo-rouennais (la suivante est consacrée à l’attitude du clergé).

81 « Le 23 juillet 1419, Henri V charge Warwick de faire une enquête sur les attentats qui ont été commis à Rouen contre l’État et la majesté royale et qui auraient pu amener la perte de la ville », Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. CI.

82 Sur les divers complots, voir les articles de Germain Lefevre-Pontalis et Dominique Goulay déjà cités. Thomas Basin a laissé un récit et une analyse fort vivants des tragiques événements survenus dans sa région natale, en 1434-1435 : Histoire de Charles VII, tome I, p. 213-227. Pour 1438, voir Dominique Goulay, « La résistance à l’occupant anglais… », p. 43. Pour l’auteur, les années 1438-1439 correspondent à un maximum d’activité et la résistance décline après 1440.

83 Dominique Goulay, « La résistance à l’occupant anglais… », p. 43. Le départ, solution largement employée – comme en témoigne le nombre de personnes déclarées absentes et rebelles – pour qui ne voulait pas se trouver lié par serment à un pouvoir qu’il ne reconnaissait pas légitime, faisait, il est vrai, disparaître de ce théâtre d’opérations les plus déterminés. Le serment demandé ou prêté ne laisse en effet pas indifférent. La noblesse bourguignonne n’est pas non plus sans réticences à l’égard d’Henri V. Ainsi, lorsqu’en 1422, Philippe le Bon décide d’aller voir le roi d’Angleterre au siège de Meaux, plusieurs seigneurs du duché et du comté qui se trouvent avec lui, parmi lesquels le prince d’Orange, s’abstiennent de l’accompagner « afin de non estre requis de par luy ni des siens de faire le serment aux Anglois », Georges Chastellain cité par Marie-Thérèse Caron, « La fidélité dans la noblesse bourguignonne à la fin du Moyen Âge », in L’État et les Aristocraties (France, Angleterre, Écosse) XIIe -XVIIe siècle, Philippe Contamine (dir.), Paris, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1989, p. 104.

84 Une charte de Charles VII, en date du 28 août 1453, rendant à la famille les biens confisqués à Robin Alorge, indique les causes de son exécution : « Robin Alorge, en hayne de ce qu’il avoit et favorisoit nous et notre party, a esté, durant les guerres et divisions, decapité audict lieu de Rouen par nos ennemis et adversaires les Anglois », voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 70. Il s’agit d’un fils de Robert Alorge. Ce dernier est présenté par Pierre Cochon comme l’un des plus riches bourgeois de la ville depuis la mort de Jacques Le Lieur, ancien capitaine de la ville. Le portrait, à la coloration bien négative, est celui d’un fils indigne : « Lequel out. j. filz, nommé comme luy Robert, et malvez à son pere. Et plaida à luy, et s’en courcha tant qu’il en mourut. Lequel, après la conqueste du roy englois, de Normendie, lequel fist serement audit roy, et le faussa, et s’alia au filz du roy de France, et fu pris à Rouen, et emprisonné, et le col trenché au Viel-Marchié, vendredy .XIIIe. jour de jung mil .CCCC. XXI. », voir la « Chronique rouennaise » in Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 334.

85 Les éléments d’identification du nommé Jehan Auber manquent. Il dispose probablement de relations à Bruges. La municipalité de cette ville rejette d’ailleurs la demande d’extradition adressée par les autorités rouennaises. Il faut dire qu’elle tombe au moment où « l’animosité du duc de Bourgogne contre le gouvernement anglais est à son comble », voir Germain Lefevre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », p. 118-119. Les Auber(t) sont nombreux à Rouen au XVe siècle. L’une des branches de cette (ou de ces familles) est installée sur la paroisse Saint-Herbland et compte plusieurs marchands de draps ou de pelleteries. Outre le Jehan Auber, vicomte de Rouen, dont l’hôtel a été confisqué en 1419, on relève encore un Jehan Aubert, l’un des « ouvriers monnoiers du serement de France », ADSM, 2E1/168, f° 17.

86 Germain Lefevre-Pontalis, « Épisodes de l’invasion anglaise… », 1936, p. 104-130. Pour l’auteur, Guillaume Delamare est vraisemblablement le même personnage que celui dont la signature figure au bas de la capitulation de 1419, à côté de celle de Richard Mittes.

87 Anne Curry, « The Impact of War and Occupation on Urban Life in Normandy, 1417-1450 », in French History, octobre 1987, p. 158. Le tableau est fort différent hors les villes. Les soldats sont 84 à s’installer, dès novembre 1429, pour assurer le guet. Ils se trouvent ensuite incorporés à la garnison permanente, voir Anne Curry, « L’effet de la libération de la ville d’Orléans sur l’armée anglaise : les problèmes de l’organisation militaire en Normandie de 1429 à 1435 », in Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, Paris, CNRS, 1982, p. 99. Dans les années qui précèdent la fin de la guerre, la situation a considérablement changé : « Indeed, the numbers of Normans serving in garrison may have increased towards the end of the war : of twenty men-at-arms in Rouen palace in 1446, fourteen were French, five coming from the city itself », Anne Curry, « The Impact of War and Occupation… », octobre 1987, p. 170.

88 « Charles VII, considérant qu’ils étaient “prestz et appareillez de soy exposer a tous perils de fortune pour rendre et remettre leur ville en son obeissance,” leur délivra, à la date du 14 décembre, des lettres d’abolition relativement à tout ce qui s’était accompli depuis la rémission accordée par lui, lors de son voyage de Rouen, en 1417 », Gaston Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, tome II, 1964 (2e édition), p. 22-23.

89 Sur tous ces points, de même que sur une certaine réticence des Rouennais à l’égard de Jeanne d’Arc, après 1450 et même après le procès de réhabilitation, on se reportera à Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, no 1, 1995, p. 9-27. Jean-Luc Dufresne a observé, dans les registres de l’officialité rouennaise, tout comme à Montivilliers, que les injures contre les Anglais se multipliaient dans les années qui suivent la libération de la province (« La délinquance dans une région en guerre… », p. 206). Mais ce type de réactions, postérieures à leur départ, doit être utilisé avec précaution. Relèvent-elles de l’hostilité enfin formulable ou d’un défoulement-dédouanement ?

90 Les développements qui suivent, appuyés sur les données rencontrées principalement dans les registres du tabellionage, ont pour but de mettre en évidence quelques points de l’existence des Rouennais durant ces années. Pour une étude économique et sociale de cette période, on se reportera principalement à l’introduction, intitulée « Le commerce normand pendant la dernière phase de la guerre de Cent Ans », de Michel Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et sociale, Paris, Plon, 1952, p. 3-62, et à l’ouvrage de Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie du début du XIVe au milieu du XVIe siècle, Paris, 1981. Pour Rouen, on dispose de l’article du même auteur intitulé « Comptabilité et histoire des prix : le prix du froment à Rouen au XVe siècle », AESC, 1968, p. 1262-1282, et des développements de Paul Le Cacheux consacrés à ces sujets dans l’introduction de Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, 1931, p. LXI-XCIX et CXX-CXXVII. Les troisième et quatrième parties de ce présent livre développent par ailleurs plusieurs aspects économiques et sociaux de cette période et notamment ceux se rapportant au marché immobilier.

91 Pour Michel Mollat, on atteint le maximum de misère, cette année-là, à Rouen, Toulouse et Paris. Michel Mollat Du Jourdain, La Guerre de Cent Ans vue par ceux qui l’ont vécue, Paris, Le Seuil, 1992, p. 136.

92 Pour les cours commerciaux de l’écu d’or d’après les livres du changeur Colin de Preaulx, voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 28. Ce cours est en constante progression jusqu’en 1422. Dans l’exemple donné page suivante, les dates s’intercalant entre celles publiées et les cours se trouvent en léger repli. « Ce fut seulement après la mort d’Henri V que la réforme monétaire produisit ses effets. L’on revint à la monnaie antérieure aux affaiblissements de 1417. », ibid., p. 29. Pour une étude des différentes monnaies utilisées lors des transactions enregistrées par les tabellions rouennais et les conséquences des mutations sur les prix et salaires, se reporter à Philippe Lardin, « La crise monétaire de 1420-1422 en Normandie », in L’Argent au Moyen Âge, actes du 28e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Clermond-Ferrand, 1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 102-143.

93 Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, Colette Beaune (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1990, p. 169. Pierre Cochon évoque l’année 1421 comme « la plus forte année à passer, en France et en Normendie, que omcques homme veist, de tous vivrez et de toutez autres choses », et « les mutations des monnoies qui pardestruicet tout », Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 344-345.

94 ADSM, 2E1/169, 1er décembre 1421.

95 ADSM, 2E1/168, 23 avril et 29 décembre 1420. Le reste est payé, dans chacun des cas en gros de 20 d.t. pièce. Les deux ventes se placent avant le décri des gros.

96 Vente d’une maison de la paroisse Saint-Herbland, rue d’Albane. Aux 24 l. s’ajoutent 2 l. de vin. Il s’agit d’un arrangement pour éviter un procès, le vendeur ayant affirmé son intention de s’en remettre à la justice (clameur révocatoire) ou de revenir à un « juste et loial pris ». ADSM, 2E1/171, 20 février 1424, n. s. 1425. La vente, passée au Châtelet de Paris, date du 18 juillet 1420.

97 ADSM, 2E1/172, 13 février 1425, n. s. 1426. La vente est du 23 septembre 1419. Naudin Courel, paroissien de Saint-Herbland, est l’un des tenants d’échoppes de change se trouvant en l’hôtel de Jehan Courel – son frère – mentionnés dans l’enquête réalisée en 1421 (n. s.) par Jehan Boniface, sergent du roi, à propos des rentes dues au domaine royal en la ville et banlieue de Rouen. Voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, document XIII, p. 22-24. L’épisode est aussi rapporté par l’auteur dans sa note 1 de la page 23.

98 ADSM, 2E1/169, f° 79.

99 Dans son étude sur Les Pauvres au Moyen Âge, Michel Mollat notait, pour 1421 : « À Rouen, l’afflux des réfugiés au temps du siège (1418-1419) augmenta considérablement le nombre des pauvres ; et même après la capitulation, trois paroisses du centre de la ville comptaient 93 feux astreints au fouage contre 207 qui ne pouvaient le payer ; le pourcentage dépasse ainsi 66 % », Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge, étude sociale, Paris, Hachette, 1978, p. 286. Une étude sur l’ensemble des paroisses de la ville pour lesquelles les données existent donne un total de 1 228 feux assujettis et de 541 pauvres (ni la paroisse Saint-Maclou, dont les relevés sont très incomplets, ni la paroisse Saint-Aignan, trop éloignée, n’ont été prises en compte dans ces totaux). Cette aide de 1421 fait apparaître généralement plus de pauvres que les fouages de date proche. « Il est vrai que la base d’évaluation n’est absolument pas la même dans l’un et l’autre cas : pour le fouage ce sont les biens meubles qui sont pris en considération ; pour l’aide, ce sont les revenus. », Michel Nortier, « Contribution à l’étude de la population de la Normandie… : Rôles de l’aide de 1421 », p. 7. Les données se trouvent aux pages 52 à 55.

100 ADSM, 2E1/169, 5 mars 1421, n. s. 1422, et G 6859, 17 décembre 1421. Les tènements sont tous deux rue aux Juifs, à la fois sur les paroisses Saint-Lô et Saint-Herbland. Dans un contrat du 8 février 1422 (n. s.), les religieux de l’hôtel-Dieu bénéficient d’une fondation « pour les aidier a supporter aux vivres des povres mendians qui, a l’occasion des guerres et mortallités qui courent en cest pais, sourmontent de jour en jour en icelluy hostel », ADSM, 2E1/169.

101 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 25.

102 Les villes arrachées à l’ennemi, Harfleur, Montivilliers, Fécamp, furent reprises mais Harfleur ne le fut qu’en 1447, ibid., p. 52 et suivantes pour l’analyse des conséquences.

103 « Now the war had forced the English to retreat, and Rouen became the true capital of the lancastrian dominion », Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy 1415-1450…, p. 41. Pour Thomas Basin, Rouen est alors le « siège de presque toute la puissance anglaise dans le royaume de France » (Histoire de Charles VII, tome I, p. 215). Sur la chambre des comptes, voir Anne Curry, « L’administration financière de la Normandie anglaise continuité ou changement ? », in La France des principautés. Les chambres des comptes XIVe et XVe siècles, Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. 101.

104 Michel Mollat, La Vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, IXe -XVIe siècle, Paris, Hachette, 1983, p. 144. Sise en aval de Jumièges, Vatteville disposait d’un port de pêche sur l’autre rive de la Seine.

105 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 385.

106 Guy Bois, « Comptabilité et histoire des prix : le prix du froment à Rouen au XVe siècle », AESC, 1968, p. 1279.

107 ADSM, 2E1/182, 13 mars 1440, n. s. 1441. Cette date correspond au rachat des religieux et non à celle de la vente, non fournie par l’acte. C’est à la cruauté de ce même Louis de Luxembourg, « qui était homme plein de sang », et au rôle de Simon Morhier, que le « bourgeois de Paris » attribuait les malheurs des Rouennais, Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 385.

108 ADSM, 2E1/184, 10 janvier 1443, n. s. 1444. Cette paroisse est située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Rouen.

109 ADSM, 2E1/184, 29 décembre 1443. Thomas Duquesne « a present retrait a Rouen, a l’occasion et pour le fait de la guerre » demeurait auparavant paroisse de Quièvremont-en-Caux (Sainte-Marguerite-sur-Mer, près de Dieppe). Sa venue à Rouen peut être rapprochée des opérations dont Dieppe était alors le théâtre : Talbot y menait un siège depuis novembre 1442, siège levé par le Dauphin dans la deuxième semaine d’août 1443. Voir par exemple Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 413.

110 André Dubuc, « Le tabellionage rouennais… », p. 802 et ADSM, 2E1/179, 21 juin 1435.

111 François Maillard, « Informations en Normandie sous le règne d’Henri VI (1424-1447). Contribution à la Gallia regia », in Questions d’histoire et de dialectologie normande, actes du 105e congrès national des sociétés savantes (Caen, 1980), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1984, p. 172.

112 Michel Nortier, « Quittances ecclésiastiques conservées à la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence », CLD, tome XV, fasc. 3-4, 1966, p. 53, no 52.

113 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 383-385, 17 juin 1446. La Grande Ferme, l’une des deux branches de cette vicomté, tenue pour trois ans, valait aux fermiers une perte de 600 l.t. la première année, de 1 000 l.t. la seconde, l’année en cours semblant plus mauvaise encore.

114 BMR, registre XX1, f° 168 vo et Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, op. cit., p. 61.

115 Pour un point d’ensemble, voir Philippe Contamine « Rançons et butins dans la Normandie anglaise (1424-1444) », in La Guerre et la Paix au Moyen Âge, actes du 101e congrès national des sociétés savantes (Lille, 1976), Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 241-270.

116 ADSM, 2E1/169, 18 avril 1422. Naudin Courel exerce, tout comme deux de ses frères, l’office de changeur à Rouen, voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 23, 22 février 1421 (n. s.).

117 ADSM, 2E1/170, 21 janvier 1423, (n. s. 1424). Il est tentant de rapprocher ce fait de la prise en 1423 d’Ivry-la-Bataille (Eure) par Gérard de La Pallière, au service de Charles VII. Le « bourgeois de Paris » évoque ainsi sa garnison : « Item, en ce temps avait au chastel d’Ivry-la-Chaussée une grande compagnie de larrons qui se disaient Armagnacs ou de la bande, auxquels rien, s’il n’était trop chaud ou trop pesant, ne leur échappait, et, qui pis est, tuaient, boutaient feux, efforçaient femmes et filles, pendaient hommes, s’ils ne payaient rançon à leur guise, ni marchandise nulle par là n’y pouvait échapper », Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 206 et n. 65.

118 ADSM, 2E1/176, 6 janvier 1432, n. s. 1433.

119 ADSM, 2E1/167, 1er mars 1418, n. s. 1419.

120 ADSM, 2E1/169, 2 novembre 1421.

121 ADSM, 2E1/172, 18 novembre 1426, don à Laurens Hemery son cousin et filleul demeurant paroisse Saint-Maclou, et 2E1/174, 6 juillet 1430, don à Blessot et Belote Hurel.

122 Voir Charles de Beaurepaire, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 209-213, et ADSM, G 7522.

123 Thomas Carte, Catalogue des rolles gascons, normans et francois conservés dans les archives de la tour de Londres, Londres, 1743, 1420-1421, no 342, membrane 14.

124 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 348, n. 1 ; Michel Mollat, « Une expansion différée par la guerre (1382 - environ 1475) » dans Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 136, et André Masson, L’Abbaye Saint-Ouen de Rouen, Rouen, Defontaine et Picard, 1930, p. 22.

125 À propos de ce personnage, voir p. 425.

126 Ibid., p. 24 et 69.

127 Henri Denifle, La Désolation des églises et monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Picard, 1897, tome I, p. 68.

128 Charles Ouin-Lacroix, Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Maclou de Rouen, Rouen, Mégard, 1846, p. 9-10.

129 Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris… », CLD, tome XVI, fasc. 3-4, 1967, no 175, p. 88, et Charles Ouin-Lacroix, Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Maclou…, p. 223-227. Par ces textes, on apprend que l’église, « pour son antiquité », se trouvait en grande partie démolie, ce qui perturbait le service divin, évalué, avec les fondations, à une quarantaine de messes par jour.

130 Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, no 198, 1991, p. 129.

131 Voir Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses du duc de Bedford à Rouen (extrait de BEC, tome XXXIV), Nogent-le-Rotrou, Gouverneur, et ADSM, G 2090, fos 219-224. Voir également Jenny Stratford, « John, Duke of Bedford, as Patron in Lancastrian Rouen », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, J. Stratford (éd.), Leeds, Money, British Archeological Association, Conference Transactions for the year 1989, 1993, p. 103.

132 ADSM, 2E1/175, 7 mars 1431, n. s. 1432.

133 L’avis d’emploi de la somme, avec le consentement des religieux, émane de Guillaume le Duc, président du Conseil du roi à Rouen, de Jehan Salvain, conseiller du roi et bailli du lieu et de Nicolas Moulineulx, maître des comptes à Rouen. Voir ADSM, 2E1/183, 18 juin 1443. La quittance des religieux est datée de la veille.

134 BMR, ms. Y 205. Également cité par Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses…, p. 4. Ce dernier y voit un don supplémentaire, ce qu’infirme la quittance de 1443.

135 Voir Henri Denifle, La Désolation des églises…, tome I, no 179, p. 67 et Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô…, p. 206, qui précise que le même évêque faisait également recueillir des fonds pour « réparer sa maison épiscopale de Saint-Lô et sa cour d’église ».

136 « […] comme l’indiquait le registre des dépenses de cette construction », ibid., p. 206. On notera l’usage de l’imparfait (?).

137 Ibid., p. 206. Le très long prieurat de Guillaume Le Bourg – commençant en 1411, il couvre notamment toute l’occupation anglaise – prend fin en 1456, date de sa mort, ce qui place probablement une partie des travaux sur la période suivante.

138 C’est à « un historien du temps » (?) que Léonce de Glanville emprunte la citation latine. Cet auteur, relevant la présence des armes dudit Baille « sculptées au bas des ogives de la voûte et peintes aux verrières tout autour de cette chapelle » et concluant à juste titre qu’il l’avait probablement fait construire à ses frais, plaçait cette édification en 1400. Il s’appuyait pour cela sur la date d’inhumation de Pierre Baille qu’il fixe au 20 avril 1400, ibid., p. 200 tout en remarquant que la date relevée par François Farin est celle du 26 août de la même année (François Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, Lebrun, 1738, tome II, 6e partie, p. 15). L’une et l’autre sont pourtant difficiles à retenir. Pierre Baille fut receveur général de Normandie de 1436 à 1449 (voir Michel Nortier, « Les sources de l’histoire de la Normandie… », p. 58). En 1451, où il est dit « nagueres receveur de Normendie », il vend à maître Eustache Lombart son droit en une maison de la paroisse Saint-Lô (ADSM, 2E1/185, 31 décembre 1451). Une dizaine d’années plus tard, à l’occasion d’une transaction entre les religieux de Saint-Lô d’une part et le même Eustache Lombart, gendre dudit Baille, et Loyse sa femme d’autre part, les religieux de Saint-Lô font état « de la bonne amour que iceulx religieux avoient toujours eu audit deffunt Pierre Baille et en recompensacion de plusieurs bons dons et courtoisies que iceulx religieux disoient que ledit deffunt Pierre Baille leur avoit fait en son vivant en plusieurs et maintes manieres » (2E1/190, 2 avril 1461, n. s. 1462). Ces déductions se sont trouvées confirmées par la découverte d’un relevé plus crédible de l’épitaphe, plaçant le décès de Pierre Baille le 16 août 1458 (BMR, ms. Martainville Y2, p. 46).

139 Il s’agit par la même occasion d’assurer le revenu du domaine royal ou encore celui de la ville. Dans l’exemple qui suit, l’enquête a pour but de déterminer les sommes dues par les changeurs au domaine royal, en raison du « droit de tapis ».

140 Le nombre d’emplacements occupés avant la Saint-Michel 1420 est très faible : une seule échoppe et cinq buffets. Pour le texte de cette enquête, voir Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, op. cit, p. 22-24, 22 février 1421 (n. s.).

141 Ibid., p. 23. Ces concessions, antérieures à la pratique de l’office, régularisent donc une situation. Relevons également que l’enquête précède de quelques semaines la première des fortes mutations monétaires ordonnées par Henri V.

142 BMR, tiroir 67, 21 avril 1429.

143 La présence d’échoppes sur le cimetière a été évoquée dès la fin du XIIe siècle (voir p. 53), échoppes sur lesquelles le chapitre prélevait des droits. On imagine que les chanoines ont vu d’un bon œil, du moins dans un premier temps, l’arrivée de nombreux marchands mais tant la multiplication des incidents (« plusieurs sacrileges, debas, descors, discencions, rancunes et divisions sont advenues par plusieurs foiz et reconcilié en grant esclande et desplaisance ») que la forte affluence des jours de fête, gênant le « service divin », sont à l’origine de leur décision (voir BMR, tiroir 67, 21 avril 1429).

144 Parmi « les gens populaires et mecaniques illec vendans publiquement et continuelement diverses denrees et marchandises », le lieutenant du bailli recense des vendeurs (et « venderesses ») de rôtisserie, de tripes, de mercerie, de fruits, de fèvres, d’arbres à replanter et d’herbilles (« pour mectre en maisons et en chambres en la saison d’esté »), de bois, de vaisselle de terre et de bois, d’oiseaux et de volailles, enfin de chapeaux de fleurs.

145 L’espace disponible n’est pas la seule raison de cette décision, présentée comme unanime. Il est rappelé que cet emplacement coûtait 300 l.t. de rente annuelle à la ville – rente due au roi – sans rien lui rapporter car la place « estoit aussi comme inhabitee et […] les heritages d’environ en petite valleur et en grant ruyne », BMR, tiroir 67, 21 avril 1429.

146 La façon dont ceux-ci « entreprenoient et abusoient en moult de manieres, par voyes subtiles et cauteleuses, a l’encontre des ordonnances » est précisée. Ils sont accusés, avec les pâtissiers et « regratiers », d’envoyer leurs gens et serviteurs, « et les vestoient de garnaches ou autres habis dissimulez, faignans estre forains et gens de village », pour les mêler aux vendeurs forains, aux heures où ces derniers sont autorisés en ville, et vendre les marchandises dont ils ne pouvaient se débarrasser selon leurs ordonnances. Le vêtement distingue ici gens des villes et gens des villages. La garnache est une sorte de long sarrau, voir Algirdas Julien Greimas, Dictionnaire de l’ancien français. Le Moyen Âge, Paris, Larousse, 1992, p. 288.

147 BMR, tiroir 239, 27 février 1429, n. s. 1430, et tiroir 67, février 1433, n. s. 1434, « lequel lieu pour ce faire leur a esté de par ladicte ville a grant frais et despense mis sus ».

148 Le premier compte de la ville indique, pour 1447, l’existence d’équipements remontant très certainement à l’installation du marché. Il est fait état de l’existence de 17 places et hayons loués par la ville et deux places au moins sont restées vides (BMR, registre XX1). Était-ce, à l’origine, les seules structures permanentes installées par la ville ? Ce n’est pas certain.

149 Voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 410, p. 183-202. Sur la place occupée par ces professions, se reporter à la quatrième partie. Pour les constructions neuves, voir à la deuxième partie les maisons édifiées, avant et après 1450, par la fabrique de la cathédrale, rue aux Juifs.

150 ADSM, 2E1/190, 29 septembre 1436. Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 255, signale que le Clos accueille un tel jeu en 1376 et 1385. En 1407, se plaignant de ne pas disposer d’un espace suffisamment vaste pour leurs exercices, les arbalétriers de la Cinquantaine avaient obtenu de la ville l’autorisation de disposer d’une « vuide place », près du couvent des Dominicains (BMR, tiroir 121, 12 août 1407). Après la construction du château voulu par les Anglais dans ce secteur de la ville, se sont-ils rabattus sur le Clos avant de s’installer plus au nord de la ville ou s’agit-il d’équipements inemployés depuis plusieurs décennies ?

151 À l’emplacement de l’ancien château des ducs de Normandie, non loin de l’église Saint-Denis.

152 Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc…, p. 132-146. La ville devait au roi une rente annuelle de 3 000 l.t. à cause des halles et moulins. La requête des habitants au roi pour solliciter un dédommagement n’est pas datée ; les lettres royales sont du 20 novembre 1427, le mandement du 10 février 1428 et l’information du lundi 26 avril 1428 et des jours suivants. La halle aux « draps de dehors » est encore appelée halle d’Auffay, Pavilly et Darnétal, en raison de la présence de drapiers provenant de ces trois localités normandes.

153 Deux places vides de la paroisse Saint-André sont vendues le 8 juillet 1427 par un nommé Michel Basin (ADSM, 2E1/173). Il est alors précisé qu’il les avait obtenues par décret de justice, pour les raisons qui viennent d’être évoquées, le 28 septembre 1424. Un acte du 21 mai 1430 rappelle qu’en 1424 une place vide de la rue du Porc a été mise en criée pour « paier le talluage du cours de ladite Renelle ».

154 Voir Adolphe-André Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, tome II, p. 189-190. Cet auteur, reprenant ce que dit Charles de Beaurepaire dans sa « Notice sur l’ancien hôtel de l’abbaye du Bec à Rouen », Pr. TAR, années 1853-1854, p. 312-321, considère également que Robert Vallée occupait l’hôtel à titre de louage avant son acquisition en 1429. Nous n’avons pas trouvé trace de cette location. Cet abbé, soupçonné d’avoir livré la forteresse du Bec aux Français en 1421, s’était trouvé accusé de trahison et emprisonné à Rouen puis remis en liberté au bout de cinq mois. Adolphe-André Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, p. 189.

155 Pour le rachat, voir ADSM, 2E1/177, 9 mars 1433 (n. s. 1434). Cet acte nous apprend la date du bail initial : le 28 janvier 1429 (n. s.). L’un des témoins au procès survenu entre les curés de Saint-Lô et de Saint-Herbland à propos des droits respectifs de leur paroisse mentionne « illam domum in qua abbas et conventus de Becoheluini fecerunt fieri novum edificium ». Un autre témoin se rappelle bien que « tam de tempore domini Roberti abbatis de Becco quam de tempore abbatis Thome servitores ipsorum abbatum in dicta domo commorantes », ADSM, G 6859, cahier d’audition, 10e et 5e témoins ; amortissement G 9195, f° 15, 28 septembre 1444.

156 BMR, ms. g 165, no 200, vidimus de 1446 d’une donation, « pour l’advanchement et honneur dudit mestier et pour fere les assemblees dicellui mestier », en date du 12 octobre 1441, par Guillaume Lalemant et Colecte sa femme. Ce don fait figure de contribution, « chacun en son regard », à la fondation par ce métier d’une charité, en l’honneur de la transfiguration de Jésus-Christ et de saint Éloi, et d’un service divin pour le salut de l’âme des orfèvres, en l’église Saint-Herbland.

157 Il est hélas très difficile – pour ne pas dire impossible – de mettre au jour d’éventuels usages différenciés selon les divers groupes de citadins. Les tabellions et plus généralement les rédacteurs d’actes transcrivent-ils ici des usages communs à tous – et notamment à leurs clients – ou choisissent-ils parmi plusieurs usages ?

158 En raison de l’existence d’une enseigne du Porc. Un texte de 1494 vient préciser qu’il s’agit du « Porc-espy » ou porc-épic. Voir ADSM, 2E1/219, 29 juillet 1494.

159 Sur ces désignations, se reporter à l’index des noms de rues placé en annexe.

160 Philippe Contamine, « Guerre, fiscalité royale et économie en France (deuxième moitié du XVe siècle) », in La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Bernard Chevalier et Philippe Contamine (dir.), actes du colloque international du Centre national de la recherche scientifique (Tours, 1983), Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 125.

161 Voir Marie-Thérèse Caron, Noblesse et Pouvoir royal en France, XIIIe -XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1994, p. 217-221 et Adolphe Chéruel, « Le dernier duché de Normandie », in Revue de Rouen, 1847, p. 529-540.

162 Michel Mollat, « Une expansion différée par la guerre (1382 - environ 1475) », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 135.

163 Les Normands retrouvaient, certes très provisoirement, un duc ; ce qui ne s’était pas produit depuis le siècle précédent. Après son annexion au royaume de France, Philippe Auguste et ses successeurs préférèrent gouverner sans intermédiaire cette belle part de leur royaume et seuls les deux premiers Valois, Philippe VI et Jean II confièrent le duché à leur fils aîné, le premier au futur Jean II en 1333 et le second au futur Charles V en 1355. Voir Émile-Guillaume Léonard, Histoire de la Normandie, p. 70-71. Ce dernier ne souhaitait manifestement pas avoir de successeur au duché et son avènement, en 1364, devait marquer le début d’une longue période durant laquelle les Normands se passèrent de duc.

164 Adolphe Chéruel, « Le dernier duché de Normandie », Revue de Rouen, 1847, p. 537. Les agents de la royauté impliqués dans la rébellion sont en revanche sévèrement châtiés. C’est notamment le cas de Jean Le Boursier, seigneur d’Esternay et détenteur de l’hôtel du Lion d’or, assis paroisse Notre-Dame-la-Ronde, noyé le 1er janvier 1466 dans l’Eure, ibid., p. 538.

165 Lors d’une séance de l’échiquier de Rouen, le 9 novembre 1469, l’anneau ducal, reçu par le duc Charles lors de son investiture, est solennellement brisé, voir Jean Favier, « La tourmente », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1987, p. 242. Voir également la lettre du roi au connétable, en date du 1er novembre 1469, dans Hervé Dubois, Louis XI. Lettres choisies, Paris, Le Livre de poche, 1996, p. 193-194, dans laquelle Louis XI explique qu’il s’agit, par ce geste, d’avertir les Normands que son frère a définitivement renoncé au duché.

166 Un acte du 16 octobre 1472 évoque cet épisode et mentionne la destruction par le feu du manoir du fief d’Isneauville appartenant à l’un des héritiers de Jehan Duquesnay, sénéchal de l’archevêque de Rouen (ADSM, 2E1/199).

167 « Moins d’un siècle après, aucune autre province ne contribue davantage aux dépenses du royaume et, tandis que ses campagnes semblent être redevenues le “pays des gras pâturages et des évêchés fameux”, les riches marchands de Rouen et de Dieppe arment pour les destinations des mondes nouveaux », Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. III.

168 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 309. S’y opère une triple mutation. Après le trend séculaire de baisse des prix amorcé vers 1320, commence un mouvement de hausse de longue durée ; l’écart entre prix agricoles et prix industriels cesse de se creuser ; à la hausse des salaires réels des 150 dernières années succède un mouvement de baisse durable.

169 Ibid., p. 67.

170 Philippe Contamine, « Guerre, fiscalité royale et économie en France… », art. cit., p. 127 et 128. Les calculs estimatifs de l’auteur, réalisés notamment à partir des données fournies par l’ouvrage de Guy Bois, suggèrent que les niveaux des prélèvements fiscaux, dans la seconde moitié du XVe siècle, se sont trouvés fréquemment supérieurs à ceux de 1348, 1356, 1370 ou 1425.

171 Mentionné par Henri Dubois, « La dépression (XIVe et XVe siècles) », dans Histoire de la population française, 1, des origines à la Renaissance, J. Dupâquier (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 327.

172 La peste n’a pas non plus épargné la ville dans la première moitié du siècle. Ses résurgences l’ont affectée en 1417 et 1447, voir BNF, ms. fr. 4899, p. 27.

173 ADSM, 2E1/188, 11 juillet 1458. La récurrence de 1457 est mentionnée comme particulièrement grave par Jean Favier, « La Normandie royale », in Histoire de la Normandie, p. 216. On en relève une autre en 1453, BMR, registre A 8, f° 32.

174 ADSM, G 2505. Guy Bois la mentionne en août 1467. S’agit-il de la même ?

175 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 316, qui voit dans l’absence de grande mortalité avant 1500 le signe le plus spectaculaire du recul de la mort.

176 Jean Favier, « La tourmente », p. 239.

177 BMR, ms. G 165, no 170, 1494. Sur la multiplication des affaires portées, au XVe siècle, devant la cour des Aides et la création des cours des aides de province, voir Jean-François Lemarignier, La France médiévale, institutions et société, Paris, Armand Colin, 1970, p. 381.

178 André Bossuat, « Le règlement des confiscations sous le règne de Charles VII », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, année 1947, p. 14-15. À propos des lettres d’abolition délivrées à Rouen, on peut lire : « Selon les lettres accordées à Rouen en novembre 1449 et qui semblent avoir servi de modèle, les habitants recouvrent leurs biens et les revenus qui n’auraient pas été perçus par les officiers royaux avant la réduction de la ville. Mais il est entendu que les sujets fidèles ne paieront aucun arrérage de rente dû par eux pendant le temps où ils n’ont pas joui de leurs biens. C’est, au fond, un moyen de concilier les grâces octroyées aux villes soumises avec les prescriptions de l’édit de Compiègne que le roi devait confirmer quelques mois plus tard ».

179 ADSM, 2E1/188, 10 mai 1458. Pierre Baille, receveur général de Normandie, occupe l’hôtel de Jehan Auber depuis 1432 au moins (ADSM, 2E1/175, 19 janvier 1431, n. s. 1432). Faut-il imaginer que les enfants de Jehan Auber ont auparavant retrouvé une partie des biens de leur père ou leurs droits sont-ils, au moins partiellement, restaurés après 1449 ? Nous reprenons les cas dans l’ordre des saisies mentionnées plus haut. L’hôtel de Regnaut Cousin n’est pas mentionné puisqu’un accord était trouvé avec la famille dès 1419. Enfin, nous ne reviendrons pas sur l’imbroglio né de la donation des biens de maître Pierre de La Tillaye, déjà exposé.

180 Une portion de l’hôtel des Bons-Enfants est cédée, en 1451, par le nommé Du Breuil à un brasseur (BMR, tiroir 50, 8 janvier 1450, n. s. 1451). Le reste est ensuite acquis par la ville (ADSM, 2E1/186, 17 mai 1454). Le second tènement, au sud de la rue Courvoiserie, appartient aux enfants de l’écuyer, au moins jusqu’en 1456, mais en 1461 il est la propriété d’un nommé Vincent Massieu (ADSM, 2E1/187, 7 décembre 1456, 2E1/189, 10 mars 1460, n. s. 1461). Les communes du Mesnil-au-Grain et de Beauvais se trouvent non loin de Thury-Harcourt dans le Calvados. La procuration donnée à son fils aîné, Pierre Dubreuil le jeune, est d’ailleurs passée devant le tabellion du roi « en siege de Thury ». Le fils aîné, lui aussi écuyer, est dit demeurer en la paroisse « d’Esson en diocese de Baieux et viconté de Falloize », paroisse voisine de Thury-Harcourt.

181 ADSM, 2E1/190, 2 juillet 1461.

182 ADSM, 2E1/192, 16 février 1463 (n. s. 1464). Jehan Bureau, seigneur de Montglat, décédé en juillet de l’année précédente avait été armé chevalier par Louis XI lors de son sacre. Voir notamment Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, p. 193. Jehan de Montespedon, dit Houaste, est bailli de Rouen depuis août 1461. Voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis…, p. 156-159.

183 BMR, registre XX1, f° 153, 29 août 1450.

184 1B 34, échiquier de la Saint-Michel 1459, fos 77-80. Une partie de l’affaire est renvoyée à plus tard.

185 « […] en septembre 1453, on renforce les gardes des portes et le Conseil impose aux hôteliers la déclaration des noms de leurs clients étrangers ; l’année suivante, la ville est en état de défense. Les bourgeois seront tenus au guet jusqu’en 1461 », Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 77.

186 BMR, tiroir 152, 2 mai 1459. On évoque les fortifications, et plus particulièrement la réalisation d’un boulevard de pierre de taille réalisé devant la porte Cauchoise, mais également la réalisation d’une ou plusieurs fontaines.

187 Voir Dominique Leost, Rouen au lendemain de la reconquête française (1449-1455), mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1986, p. 36.

188 Mandements des 18 juillet et 22 août 1450 d’un montant total de 43 l. 10 s.t. pour deux marchands de bois, du 28 avril 1450, pour 8 000 tuiles à 40 s.t. le millier soit 16 l. ; mandement du 20 juin suivant pour la même quantité et la même somme. Le prix comporte transport et voiturage. Un dernier mandement du 1er août concerne 10 000 autres tuiles pour un prix très légèrement inférieur, cette fois-ci décomposé pour chaque millier en 35 s. pour les matériaux et 4 s. 6 d. pour le transport ce qui représente 19 l. 15 s.t., voir BMR, registre XX1, compte de la ville, 3e compte, 1449-1450. Les mandements correspondant aux travaux du Neuf Marché ont déjà été évoqués en première partie, dans la fiche de la parcelle 410.

189 Jehan Polly, maçon, reçoit 43 l.t. pour récupération de « XVII cent et demi de vieille pierre de carrel aparement yssue de la muraille du moustier Saint Michiel de ladite ville et laquelle pierre a esté mise et employee en l’ouvrage en repparacion des murs du Neuf marché, au pris de L. s.t. pour cent » (BMR, registre XX1, mandement du 20 juin 1450).

190 19 septembre 1450. Voir Philippe Cailleux, thèse, fiche de la parcelle 410, p. 183-202. Huit des échoppes, probablement non achevées, sont tout de même attribuées à cette date, mais pour une durée inférieure de quelques mois. Par ailleurs, les conseillers procèdent, jusqu’en 1456, à l’achat de plusieurs maisons en bordure du marché, qu’ils louent, après les avoir réédifiées à l’occasion. Leurs achats de maisons devaient continuer après cette date, au gré des opportunités.

191 BMR, tiroir 67.

192 Voir Pierre Le Verdier, Mystère de l’Incarnation et Nativité de notre sauveur et rédempteur Jésus-Christ, représenté à Rouen en 1474 publié d’après un imprimé du XVe siècle, Rouen, Cagniard, 1884-1886, 3 volumes.

193 BMR, tiroir 24.

194 Voir ADSM, 2E1/187, 25 mai 1456. En préambule, il est rappelé comment la fontaine des Cordeliers avait été créée. « Comme par les maire et pers de ladite ville eust, es mois d’avril 1257, esté octroyé et acordé a prince de noble memore Loys roy de France qui lors estoit que il prinst ou feist prendre de l’eaue des conduis de la fontaine yssant des fossez du chastel de ladite ville lors nommé Gaalor et de present nommee la fontaine du chastel plain pouce en ront et que icelle ainsi prinse il feist mener par conduiz soubz terre par les rues dudit lieu de Rouen au lieu et par le lieu que lors tenoient les Cordelliers et freres myneurs » (voir p. 71 du présent ouvrage).

195 Pour cette raison les conseillers de la ville avaient empêché, des années auparavant, le nommé Vauquelin d’ajouter un celier et de construire plus en hauteur. BMR, tiroir 50, 30 juillet 1453. Pour l’achat, voir BMR, registre T1, f° 28 et registre XX2. La vente fut probablement arrangée.

196 BMR, registre T1, fos 20-21, 11 juin 1457. « […] laquelle maison lesditz conseillers avoient intencion d’acquerir de la veusve et enffans dudit Vaucquelin pour y faire l’issue de l’eaue d’une fontaine par ladicte ville ».

197 Trois charpentiers aident, avant le 4 juillet 1457, à détruire et « abatre certain appentiz estant en la place ou ladite fontaine a esté construicte en Massacre » et touchent à eux trois 15 s. pour une journée de travail. Voir pour cela et pour le montant des travaux BMR, tiroir 24, rouleau en parchemin, compte des dépenses.

198 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen : leur histoire à travers les siècles, Rouen, Lestringant, 1930, p. 108. Voir à cette page la note 2 sur Paul Mosselman qui travailla notamment aux stalles de la cathédrale en 1457-1458. La délibération provient du registre A8, f° 117.

199 À cette date existaient, outre la fontaine du Château et celle des Cordeliers déjà évoquées, celles de Saint-Lô et des Pauvres de la rue de l’Aumône ainsi que les différentes prises se faisant sur le cours de la fontaine Notre-Dame et sur ceux de l’abbaye de Saint-Ouen (voir p. 70-73), ensemble de points d’eau dont le mode d’accès est mal connu et qui, pour la plupart, relèvent d’un usage privé. On ne relève pas d’autres créations en 1463, lorsque, en raison de la sécheresse qui venait de régner, on procède « a la visitacion du cours et sourses desdites fontaines » (BMR, registre V1, f° 162). Rouen paraît donc sur ce plan bien en retard. Plusieurs fontaines publiques existent par exemple à Chartres dès le XIVe siècle. Voir Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987, p. 114.

200 La partie du projet qui prévoyait que « le residu pourra estre conduit dicelui lieu du Berfray ou environ ou sera ladite cuve jusques audit lieu du Vieil marché ou autrez lieux ou il sera advisé estre convenable pour le bien de ladite ville et des habitans en icelle » ne fut pas réalisée (ADSM, 2E1/187, 25 mai 1456). La deuxième fontaine construite par la ville le fut au carrefour de la Crosse, vers 1485, alors que pendant le demi-siècle suivant s’édifièrent, pour ne parler que du cours de la ville, la fontaine des Carmes, de Saint-Pierre-l’Honoré, de la Conciergerie du palais et de l’hôtel commun. Le Vieux marché, dont la desserte était envisagée par le cours de la ville dut attendre les travaux de captation de la source appelée Yonville, à l’ouest de la ville, pour disposer en 1518, tout comme le marché aux veaux voisin, de sa fontaine (André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen…, p. 281-285). La fontaine de la Crosse est évoquée dans le chapitre IV, à la rubrique « fontaines et puits ».

201 BMR, tiroir 75, dossier de plusieurs pièces du dernier quart du XVe siècle.

202 ADSM, 2E1/186, 17 mai 1454. Le manoir doit en outre 72 s.t. de rente en deux parties. Il est loué, dès 1454, pour 15 l.t. puis, dès l’année suivante, pour 18 l.t. par an (BMR, registre A8, délibérations du 24 septembre et du 20 janvier 1455, n. s. 1456). Le revenu est donc de 14 l. 8 s.t. par an, ce qui paraît faible au regard de l’investissement. En 1456, la ville se réserve la possibilité de reprendre l’hôtel pour le réparer ou le réédifier autrement. L’interruption des comptes de la ville nous empêche de savoir quand il fut, de fait, réédifié. Le compte suivant (BMR, registre XX3, 1508-1509) fait état de 9 louages, pour un revenu annuel de 92 l. 10 s.t. Dans l’un d’eux, tenu par un nommé Lambert, horloger, on trouvait une forge. Il est fort probable que ces nouvelles constructions s’étendaient également sur l’espace occupé par la maison acquise en 1464.

203 BMR, tiroir 50, 16 octobre 1464.

204 ADSM, 2E1/225, 14 août 1497. La vente se fait pour 300 l.t. et 100 s. au vin. La maison devait 6 l.t. au tenant de l’hôtel des Bons-Enfants et donc, à cette date, à la ville.

205 L’« échiquier de Normandie » est transformé par Louis XII, en 1499, en « cour souveraine de l’échiquier », installée à Rouen de façon permanente et devient, après un édit de 1515, « cour du Parlement de Normandie ».

206 Voir 2E1/218, 18 mars 1494 (n. s.).

207 BMR, registre T1, fos 85 et 86, 11 mars 1494 (n. s.).

208 On peut en tout cas constater que le corps de bâtiment édifié le premier et désigné par la suite sous le nom de « Salle des Procureurs » correspond à la description de l’édifice projeté en 1494 (texte du 11 mars).

209 Ce marché se tenait à l’emplacement de la place de la Pucelle, au sud-est de la place du Vieux-Marché. BMR, registre T1, fos 100-101, 16 juin 1499.

210 Sur ces points, voir Philippe Cailleux, « La disparition d’un îlot rouennais à la fin du XVe siècle : contribution à l’histoire du palais de justice », BAMR, octobre 1994 – septembre 1995, p. 63-72. Voir également idem, thèse, fiches des parcelles 201 et 202 de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde formant l’îlot 5, p. 374-385.

211 BMR, registre XX3.

212 On trouvera plusieurs de ces expropriations au tiroir 66 du chartrier de la ville (BMR).

213 BMR, tiroir 152, déjà évoqué plus haut. Sur de telles concessions en faveur de Dieppe, Honfleur et Harfleur, voir Michel Mollat, Le Commerce maritime normand…, p. 77. Les sommes perçues devaient permettre de couvrir les déficits des comptes du domaine de la ville. Sur ces déficits et notamment les problèmes liés aux halles, voir Dominique Leost, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », AN, no 2, 1993, p. 141-144. En 1449, les aides octroyées par le roi en complément d’autres évoquaient les travaux de réparation du pont de Seine mentionnés plus haut.

214 La fin du XVe et le début du XVIe siècle sont pour Marc Vénard « la grande époque de repeuplement et de reconstruction qui correspond à ce qu’on a appelé la Renaissance heureuse ». Voir Marc Vénard, « La construction des églises paroissiales du XVe au XVIIIe siècle », RHEF, no 190, p 12.

215 Bertrand Lecureur, « Les chantiers de Rouen à la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’église paroissiale Saint-Vincent », BAMR, octobre 1992 – septembre 1993, p. 80.

216 Anne-Marie Carment-Lanfry, La Cathédrale Notre-Dame de Rouen, Rouen, Société des Amis des monuments rouennais, 1977, p. 37.

217 Ibid., p. 37-38, et Deux chroniques de Rouen, Alexandre Héron (éd.), Rouen, Lestringant, 1900, p. 105. En 1485 ou en 1487 ? La date de 1485, retenue par Anne-Marie Carment-Lanfry, est également mentionnée par un ajout de l’un des manuscrits des Deux chroniques (manuscrit L) qui relate une seconde fois le même fait à la date de 1487, en accord avec la date donnée par le manuscrit P. Mais une charte de Charles VIII (ADSM, G 3694, 1486) montre qu’on y travaille déjà en 1485.

218 Pour 1497, voir Deux chroniques de Rouen, p. 106. Les maîtres d’œuvre sont Guillaume Pontifs puis Jacques Le Roux.

219 ADSM, G 3694, 24 novembre 1469. Louis XI, à cette date, exempte les héritages du chapitre, des chanoines et collèges de chapelains de la cathédrale du paiement de cette somme. L’église était à peu près achevée en 1472, à l’exception des combles et du clocher. En 1511, Louis XII leur octroie la même faveur pour l’érection du clocher, achevé en 1520. L’imposition est alors de 12 d.t. par pied d’héritage sur rue. Voir Charles Ouin-Lacroix, Histoire de l’église et de la paroisse de Saint-Maclou de Rouen, Rouen, Mégard, 1846, p. 11-12 et 228.

220 ADSM, G 6268. Les paroissiens de Saint-Vincent de Rouen obtiennent une autorisation semblable en 1518 sous le nom d’« assiette du pied », voir Marc Vénard, p. 19-20.

221 La taxation rapportait 210 l. aux trésoriers de Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres et 366 l.t. à ceux de Saint-Michel. Voir Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, no 198, p. 129.

222 Ibid., p. 129.

223 Voir p. 128.

224 Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen…, tome I, p. 211. Ce dernier archevêque avait, en mai 1452, accordé des indulgences à ceux qui contribueraient à la reconstruction de l’église prieurale, ibid., tome II, p. 404-405. Cette charte nous apprend qu’un campanile, commencé, est encore bien loin d’être achevé.

225 ADSM, 2E1/204, 22 décembre 1479. La mise en place des cahiers, lors de la reliure du registre a été, à cet endroit, mal réalisée. Le début du texte manque et il semble rangé au 26 décembre. L’accord mentionne également « la petite maison qui fait la closture dicelle tour vers la rue ».

226 ADSM, G 6855. Plusieurs clauses sont communes aux deux textes. Elles ne sont pas toutes évoquées ici. Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen…, p. 218-220 ne connaît le premier accord que par ce qu’en dit Nicétas Périaux dans son Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, revue de ses monuments, Rouen, Le Brument, 1870, p. 569. Il reprend les conclusions de ce dernier, elles-mêmes empruntées à l’Histoire de la ville de Rouen de François Farin (tome II, p. 45) pour qui, en 1479, les paroissiens ajoutent une aile à leur église, du côté du cimetière, puis, le premier bas-côté construit, complètent l’édifice en ajoutant une autre aile vers le nord, en 1483. La comparaison des deux textes laisse pourtant bien peu de doute : il s’agit de deux contrats concernant la même tour. François Farin pense qu’en 1483 seul un emplacement est cédé : celui de la tour de Coutances, tombée en 1316. Cette interprétation ne résiste pas à la lecture du texte : « auront toute ladite tour carree en long et en le en haut et en bas jusques en rue, par ainsi que lesdits tresoriers et parroissiens feront abbatre ladite tour et faire les vidages d’icelle tour a leur despens ». Difficile décidément de s’y retrouver dans les diverses tours de Saint-Lô.

227 ADSM, 2E1/210, 26 janvier 1485, n. s. 1486.

228 ADSM, G 2143. Cette affaire revient à de nombreuses reprises, dans ce registre des délibérations du chapitre, pour l’année 1485 (1re mention, f° 17, mars 1484, n. s. 1485).

229 ADSM, G 3694, 21 février 1485, n. s. 1486. Tout comme son père l’avait fait pour les 2 s. 6 d.t. accordés à Saint-Maclou, Charles exempte de tout versement le chapitre, les chanoines et collèges de chapelains de la cathédrale, évoquant les travaux qu’ils ont eux aussi entrepris : notamment « y ont encommencé ung grant et sumptueulx ediffice d’une grosse tour ». Il s’agit de la tour de Beurre, commencée l’année précédente. Par l’accord du 8 avril 1483 déjà cité, les religieux de Saint-Lô, là aussi prévoyants, avaient fait exempter par avance leurs tènements en la paroisse d’une quelconque « assiette pour pied d’heritage ».

230 ADSM, G 6855, une requête non datée et concession du 20 mars 1516, n. s. 1517. Le dossier comporte une autre pièce non datée. Il s’agit d’une réponse du prieuré à une requête des paroissiens, sur laquelle l’archiviste qui l’a classée a noté « 1485 consentement des religieux ». Elle concerne des terrains eux aussi placés au nord de l’église entre la rue et le cloître. S’agit-il des mêmes ou d’une concession antérieure ? d’une datation erronée ? Cette dernière hypothèse est fort probable. Une des conditions de l’accord est le dédommagement d’un nommé Guillaume Tostier, prêtre, « usufruitaire, sa vie durant », d’une maison qu’il faut détruire. Or le bail correspondant existe et porte la date du 12 avril 1507. Voir ADSM, 26 HP32.

231 Xavier Peixoto, « L’espace du Palais », in Rouen 1992-1994, archéologie et travaux, Rouen, Association pour la promotion de l’archéologie en Haute-Normandie, 1994, p. 12.

232 À partir des mêmes actes, nous proposons ici une analyse fort différente de celle donnée par Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’église Notre-Dame-la-Ronde », BCDA, tome VI, année 1882, Rouen, 1883, p. 133-134. Les justifications sont données dans les notes suivantes.

233 ADSM, G 7462, 17 mai 1459. Chapitre et trésor se partagaient par moitié lesdites maisons tout comme les deux suivantes au long de la même rue, en se dirigeant vers l’est.

234 ADSM, G 7462, 23 mai 1463. Il en coûte 100 s.t. de rente au trésor. Ces maisons, vouées à la démolition, sont toujours debout en 1501, lorsque les trésoriers négocient un accord pour être déchargés de la rente (ADSM, G 7462, 13 février 1501 n. s.).

235 ADSM, G 7461, 13 septembre 1477. Voir par exemple la déclaration de Guillaume Lefevre, paroissien de Notre-Dame-la-Ronde âgé d’environ 50 ans qui parle des « maisonnectes qui soulloient estre au lieu ou est la chapelle Saint Eutroppe ».

236 BMR, registre A8, 29 décembre 1464.

237 ADSM, G 7461, 14 septembre 1477. La question des droits sur le cimetière se concluait par un accord en 1493 (ADSM, 2E1/217, 13 avril). Charles de Beaurepaire affecte les travaux de 1477 à la chapelle Saint-Eutrope (« Notice sur l’église Notre-Dame-la-Ronde », p. 134), mais l’accord de 1493 est précis à deux reprises. Évoquant « certaine chappelle que avoient de nouvel commencé a faire construire et ediffier iceulx parroissiens, en cymetiere d’icelle eglise, en enclavant et comprenant icellui chappitre », il parle plus loin de « ladicte chappelle, que l’en dit la chappelle Saint Julien ». Il mentionne également « le lieu du cymetiere comprins esdits nouvel ediffice et chappele Saint Julien ».

238 ADSM, G 7461, Il doit comporter ce qui est nécessaire à un « revestuaire de chapitre ». Par l’enquête menée, on apprend que ledit « chapitre ou revestuaire » avait été élevé grâce aux deniers de maître Guillaume Mésard, doyen et curé de Notre-Dame-la-Ronde, une dizaine d’années auparavant. Le nouveau, situé au bout de la chapelle Saint-Julien, gênant un nouvel accroissement de l’église, devait subir le même sort comme le montre un accord de 1513, prévoyant une réédification, cette fois-ci au bout de la chapelle Saint-Eutrope (ADSM, 2E1/248, 18 octobre 1513).

239 Issu d’une modeste famille rouennaise, Guillaume Mésard est licencié en décret. Secrétaire du cardinal d’Estouteville en 1452, il est reçu, la même année, à une chapellenie perpétuelle de la cathédrale. Souvent en déplacement entre Rouen et Rome, il s’installe à Rouen dans la seconde moitié des années 1450. Il est alors doyen et curé de Notre-Dame-la-Ronde, une bulle du pape Calixte III ayant réuni en sa faveur, au milieu de la décennie, le doyenné et la cure (ADSM, G 7461 et Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’église Notre-Dame-la-Ronde », p. 130). Vicaire général de l’abbaye de Saint-Ouen pour le cardinal d’Estouteville, il est, à partir de 1476, vicaire de l’archevêque et son official en 1483. En 1496, il obtient du chapitre de Notre-Dame-la-Ronde une dispense de l’office, en raison de son âge et de sa « débilité » et meurt en 1498 (voir Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen…, p. 998, notice 355, et ADSM, G 7461). Les solides revenus de cet important personnage de la cour diocésaine lui permettent de fortement contribuer à l’embellissement de l’église et du chapitre. En 1477, il fonde une messe quotidienne à Notre-Dame-la-Ronde, à dire, selon les jours, en la chapelle Notre-Dame ou en la chapelle Saint-Eutrope, et laisse pour cela au trésor une maison, estimée valoir 15 l.t. par an, ainsi que 5 l.t. de rente annuelle (ADSM, G 7471, 18 août 1477).

240 ADSM, G 7460, 23 octobre 1475.

241 « […] actenta demolitione dicte ecclesie et occupatione illius de materiebus pro ejus reparacione requisitis ». Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancienne église Saint-Herbland », p. 179-180.

242 Ibid.

243 ADSM, G 6700, pièces du 5 mai, du 27 mai et du 5 juin 1510. Le rôle n’est malheureusement pas conservé. Seuls trois paiements sont mentionnés au dos de la cédule du 5 mai 1510, à la date du 31 mai.

244 Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’ancienne église Saint-Herbland », p. 184-185, et notamment les quittances pour des travaux de sculpture.

245 Cité par Charles de Beaurepaire, ibid., p. 178.

246 ADSM, 32HP 3. Les informations proviennent de l’Abrégé de l’origine et établissement de la charité et confrairie de Notre-Dame de Recouvrance…, imprimé en 1695, p. 2-3. On ne sait aux mains de qui se trouvait, en 1460, Jehan Le Vignereux.

247 On lit, dans l’abrégé imprimé en 1695, p. 6 : « Les Freres s’etants assemblez, firent entr’eux des statuts, l’obeissance desquels commença le 15. d’avril 1466. » Ces statuts sont approuvés par l’archevêque de Rouen, le 24 mai suivant (ADSM, 32HP 3). Voir également Louis Martin, Répertoire des anciennes confréries et charités du diocèse de Rouen approuvées de 1434 à 1610, Fécamp, Durand et fils, 1936, p. 155, 25 mai 1466. Par l’imprimé de 1695 (p. 3), on apprend également que Jehan Le Vignereux se trouve dans la liste des premiers échevins de la confrérie, tout comme son beau-père, Jacques Vitton (ou Vittou).

248 C’est à la « frarie de monseigneur Saint Cler fondee ou prioré de Notre Dame des Carmes » que se versent diverses parts des amendes prévues par les statuts des brodeurs rouennais de 1457. Voir Charles de Beaurepaire, « La broderie à Rouen », in Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Cagniard, 1909, p. 243-267. Sur la confrérie Saint-Côme, Saint-Damien et Saint-Lambert, au même lieu, voir Christiane Lereboullet, Recherche sur les confréries de métier à Rouen du XIIIe au XVe siècle, thèse de l’École des chartes, Paris, 1960, p. 80, 137 et 211.

249 Catherine Vincent relève qu’à la fin du Moyen Âge, les couvents rouennais des ordres mendiants abritent un nombre élevé de confréries : elles sont au moins 9 aux Carmes, 8 aux Jacobins, 5 aux Augustins et 4 aux Cordeliers. « Ces chiffres, sans atteindre celui de la cathédrale, où treize confréries ont leur implantation, demeurent largement supérieurs à ceux des paroisses, dont les mieux nanties comptent de cinq à sept confréries, la moyenne se situant plutôt vers deux ou trois ; ils laissent également loin derrière l’abbaye de Saint-Ouen, où seulement trois confréries sont connues pour la période. Aucun autre établissement religieux de la ville n’enregistre un tel succès. Bien qu’il ait fallu aux Rouennais un long temps de familiarisation avec ces nouveaux centres de dévotion, l’adoption est acquise au XVe siècle ». Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, École normale supérieure, 1988, p. 96.

250 Les chiffres évoqués à la page précédente incluent les confréries du XVIe siècle commençant. Pour le XVe siècle, nous n’avons pas trouvé trace de confrérie à Notre-Dame-la-Ronde et à Saint-Lô, ce que corroborent les données rassemblées par Catherine Vincent, ibid., carte de la p. 77. Ont leur siège à Saint-Herbland les confréries de Saint-Herbland, depuis le XIVe siècle, et de Saint-Éloi, au siècle suivant. Aux Carmes, après les confréries citées à la page précédente, s’installent celles des bienheureuses Marie, vierge, Marie Jacobi et Marie Salomé (les trois Maries) puis de « l’Annonciation du Seigneur, du Sacrement du corps du Christ, et des SS. Savinien et Potentien et Dignefort et de la bienheureuse Marie-Madeleine ». Il s’agit apparemment, dans ce dernier cas, d’une adjonction à la confrérie Notre-Dame, voir Louis Martin, Répertoire des anciennes confréries…, 1936, p. 155, et ADSM, G 9478, p. 13 et G 9480, p. 6.

251 L’expression est empruntée à Marc Vénard, « La construction des églises paroissiales… », p. 12. On trouvera, à la page suivante du même article, un recensement, décennie par décennie, des autorisations de quête et concessions d’indulgences pour les églises paroissiales du diocèse de Rouen, qui montre que le constat dépasse le cadre rouennais. Les dédicaces, en raison des difficultés d’achèvement, ont souvent attendu le XVIe siècle.

252 Mais ils ne purent, après cette date, se libérer de la tutelle exercée par le bailli sur les affaires de la ville.

253 Selon l’ordonnance de Charles IV le Bel, leur présence remonte au XIIe siècle (voir p. 69). Pour une étude du nombre d’orfèvres et changeurs habitant les trois paroisses, voir p. 417-419.

254 C’est encore paroisse Saint-Herbland – mais un peu plus au nord, au long de la rue Grand-Pont – que devait se fixer, au siècle suivant, la chambre des comptes (l’organisme installé à Rouen sous l’occupation anglaise avait été supprimé par Charles VII en 1451).

255 L’aître de la cathédrale, où se tenaient auparavant la plupart des marchands concernés, se trouve placé sur une paroisse limitrophe.

256 Les échoppes ne disparaissent pas complètement du lieu mais les activités exercées y sont différentes (voir Philippe Cailleux, thèse, p. 183-202).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Résidences des Anglais sur les trois paroisses(document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 2 – Vue de l’église paroissiale Saint-Herbland en cours de destructionADSM, 6Fi Rouen 21 (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 3 – Extrait du plan de Jacques Gomboust (1655). D’après une copie de Jules Adeline, collections de la bibliothèque municipale de Rouen, estampes topographiques, plans du XVIIe siècle, no 3755 (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 4 – Extrait du plan de Nicolas De Fer (1709). Collections de la BMR, estampes topographiques, plans du XVIIIe siècle (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search