Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Ire partie. Approche chronologique du secteur et de son urbanisation

Chapitre 1. De Philippe Auguste à la conquête lancastrienne

Texte intégral

Sous le règne des « Capétiens directs »

  • 1 John W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au (...)
  • 2 Citation française dans Alain Sadourny, « L’époque communale (1204 - début XIVe siècle) », in Histo (...)

1Après plusieurs tentatives pour s’emparer de villes normandes – Rouen est vainement assiégée en 1193 – et la commise de tous les fiefs continentaux de Jean sans Terre prononcée par la cour du roi de France, en 1202, Philippe Auguste s’assure la conquête de tout le duché de Normandie en deux campagnes militaires, du printemps 1203 à l’été 1204. Son succès est facilité par l’attitude du roi d’Angleterre qui refuse de venir défendre son duché en personne. Les Rouennais, après avoir obtenu une trêve et promis de se rendre dans les trente jours s’ils ne reçoivent pas de secours du roi Jean, capitulent le 24 juin 12041. Selon les termes employés par Guillaume Le Breton, panégyriste du roi, « elle succombait enfin, l’orgueilleuse Commune, mutilée dans sa puissance, forcée d’ouvrir elle-même une brèche dans ses remparts et de renverser de ses propres mains son antique citadelle »2.

  • 3 1205, Dirupta est magna turris Roberti per Regem Franciae Philippum, et novum castrum aedificatum e (...)
  • 4 « […] evertique fecit muros Rothomagi. Append. ad Rob. de Mont., Historiens de F., 18-347 », cité p (...)

2L’une des premières mesures prises par Philippe Auguste fut en effet la destruction de la vieille tour de Rouen. Il entreprend également de faire édifier un nouveau château, de l’autre côté de la ville, à l’emplacement de l’amphithéâtre, à proximité de la fontaine Gaalor3. Pratique-t-on alors simplement une brèche, au caractère fortement symbolique, comme le suggère le texte cité plus haut ou faut-il penser, à la lecture d’autres sources, que les fortifications de la ville sont alors abattues et les fossés comblés4 ?

  • 5 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 77 et Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, tome I, p. 1 (...)

3En mai 1207, Philippe Auguste, pour ôter toute velléité de résistance, probablement à la suite de heurts entre les nouveaux officiers royaux et les Rouennais, fait une démonstration militaire mais n’en confirme pas moins, cette année-là, les privilèges urbains5.

  • 6 « Les historiens sont généralement d’accord pour attribuer à Philippe Auguste la fondation de la tr (...)

4Est-ce à Philippe Auguste qu’il faut attribuer la réalisation d’une troisième enceinte ? Quel tracé faut-il lui attribuer ? Autant de questions qui subsistent en l’absence de vestiges de ce mur et d’une reprise méthodique du dossier6.

  • 7 « En gros, les vicomtes normands accomplissent des fonctions similaires à celles des prévôts capéti (...)
  • 8 La décision de séparer le sort de la Normandie de celui des autres territoires angevins semble anté (...)
  • 9 Alain Sadourny, « Les marchands normands en Angleterre au lendemain de la conquête de 1204 », Cahie (...)

5Le système administratif et judiciaire des Plantagenêts est intentionnellement laissé en place, d’autant plus facilement que les offices correspondent à ceux que le roi a créés dans le domaine capétien7. Mais l’annexion de la Normandie à ce domaine8 allait entraîner la disparition des liens privilégiés qu’entretenait Rouen avec l’Angleterre. Les marchands rouennais perdaient notamment leur port de Dunegate et les avantages commerciaux qu’ils y avaient9. Rappelant que Rouen conservait son monopole avec l’Irlande, Alain Sadourny souligne que la situation du commerce rouennais n’est pas alors si catastrophique :

  • 10 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 78. Sur les incidences de la conquête de la Normandie s (...)

En fait Rouen se voyait désormais soudé à son arrière-pays naturel, le Bassin parisien. Il n’y avait plus d’obstacle à ce que le port devint le débouché maritime des plaines parisiennes et de la Haute Bourgogne. Mais Rouen voyait Paris se dresser entre lui et ces hauts pays10.

  • 11 Auguste Longnon, Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. I-II. Le texte du p (...)
  • 12 Le calcul est effectué à partir des superficies actuelles des communes. Henri Dubois, « L’essor méd (...)

6À défaut de source fiscale permettant d’estimer au moins approximativement la population rouennaise, c’est à partir d’un document ecclésiastique qu’il est possible d’effectuer cette opération, pour les premières décennies du XIIIe siècle. En effet, le « pouillé » dit d’Eudes Rigaud, vraisemblablement complété lorsqu’il occupait le siège archiépiscopal, fut probablement rédigé au temps de son prédécesseur, Pierre de Collemezzo, vers 1240. Ce document livre pour une grande majorité des paroisses, même urbaines, le nombre de leurs « paroissiens » (parrochiani), c’est-à-dire des chefs de famille de la paroisse11. Avec 1 236 paroisses dénombrées pour 99 925 chefs de feu, la densité d’ensemble du diocèse de Rouen (13,12 feux au kilomètre carré) se placerait alors un peu en dessous de celle de la région parisienne et trois points en dessous de celle du diocèse de Bayeux à la même époque12. Analysant les disparités que cache cette moyenne Henri Dubois conclut :

  • 13 Ibid., p. 247.

On retrouve donc au diocèse de Rouen la concentration des hommes près de la mer et autour des centres antiques de peuplement. Il faut y ajouter leur accumulation dans les vallées des fleuves côtiers, et l’importance du fait urbain (Rouen, Dieppe, Eu)13.

  • 14 Le nombre de 7 618 donné par Jean-Pierre Bardet provient de deux erreurs : Saint-Herbland s’y trouv (...)
  • 15 Manquent, outre les paroisses pour lesquelles les chiffres ne sont pas connus, « les pauvres, les g (...)
  • 16 L’état actuel des connaissances se rapportant à la ville de Rouen dans les premières décennies du X (...)

7À Rouen même, les 31 paroisses pour lesquelles le nombre est connu, totalisent 7 639 pariochani, soit une moyenne de 246 par paroisse14. Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Candé-le-Vieux, ne relevant pas de l’évêché de Rouen, comptent parmi les paroisses pour lesquelles ce nombre n’est pas donné. Le poids démographique des quartiers est – dont le développement est notamment lié à celui de la draperie – se fait déjà sentir. Les quatre paroisses placées à l’est de l’enceinte gallo-romaine représentent 3 650 paroissiens, soit pratiquement la moitié du total, proportion qu’il faut toutefois réduire si l’on tient compte des non-dénombrés15. Par ordre d’importance, viennent ensuite pour l’essentiel, les paroisses les plus éloignées du centre de la ville. L’encadrement paroissial se fait plus lâche à mesure que l’on s’éloigne du centre16.

  • 17 Voir Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 79. Adolphe Chéruel, calculant sur la base de 5 pe (...)

8À partir de ces données, et partant d’une base de trois à quatre personnes par feu, les historiens de Rouen estiment que la population de la ville, dans les premières décennies du XIIIe siècle, comporte de 30 000 à 40 000 personnes17.

9Parmi les principales transformations du paysage religieux que connaît alors la ville, figure, en premier lieu, l’établissement à Rouen des communautés mendiantes. On les trouve dans un premier temps hors les murs. Les premiers venus, après 1220, sont les frères prêcheurs, suivis, dans la même décennie, par les frères mineurs. Les premiers obtiennent de l’archevêque de Rouen le manoir de Saint-Mathieu, au faubourg Saint-Sever, tandis que les seconds se font donner plusieurs pièces de terre près du cours de l’Aubette, à l’emplacement du Clos Saint-Marc.

  • 18 Voir p. 47.
  • 19 Jean Richard, Saint Louis roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, Marabout, 19 (...)
  • 20 Ibid., nos 670 à 672, 678.

10À voir les tentatives de transfert intra-muros, ces établissements sont probablement jugés trop périphériques par leurs détenteurs. Les premiers à obtenir ce transfert sont les frères prêcheurs qui, en 1246, reçoivent un terrain en arrière du mur d’enceinte, à l’ouest de la ville, très vite agrandi par plusieurs donations de particuliers. L’église, rapidement bâtie, est consacrée en 1261 par Eudes Rigaud. Quant aux frères mineurs, ils ont d’abord essuyé un refus du chapitre, mais c’est l’un des leurs, Eudes Rigaud, qui, devenu archevêque de Rouen, les fait transférer à l’intérieur des murs. En 1251, il supprime à leur bénéfice la paroisse Saint-Clément – dont les habitants sont répartis entre Saint-Étienne-des-Tonneliers et Saint-Martin-du-Bout-du-Pont –, l’ancienne église servant provisoirement à leurs cérémonies jusqu’à la construction d’une nouvelle, tandis que plusieurs grandes familles leur cèdent terrains et droits à l’emplacement appelé « le Donjon »18. Dans les deux cas, on peut relever les interventions des archevêques mais également celles de saint Louis qui, à Rouen comme à Paris, Compiègne, Carcassonne, Mâcon, Évreux… a favorisé leur établissement19. Ces interventions royales bénéficient également aux dominicaines « Sorores inclusas ordinis Sancti Domini », encore appelées les Emmurées, qui se fixent, en 1261, dans le faubourg Saint-Sever, dans le manoir de Saint-Mathieu qu’avaient tenu un temps les frères de cet ordre20.

  • 21 ADSM, G 2090, fos 219 à 224, 27 mai 1428. Sur l’installation des ordres mendiants à Rouen, voir H. (...)
  • 22 La lecture d’un manuscrit du XVIIe siècle, qui recense les inscriptions funéraires des divers édifi (...)
  • 23 Vers le milieu du XIIe siècle, les sessions de l’échiquier se tiennent surtout à Caen et Rouen. Ell (...)
  • 24 ADSM, 9H 1014, 1219 n. s., concession par Adam, prieur de Saint-Lô, confirmée la même année par Rob (...)
  • 25 Voir Répertoire des abbayes et prieurés de Seine-Maritime, Rouen, Archives départementales de Seine (...)
  • 26 ADSM, 14H 18, juin 1247.

11La seconde moitié du siècle voit également arriver, à des dates mal déterminées, les carmes, dont le premier couvent est installé « au dehors de la ville de Rouen, oultre le pont de Seine et entre ledit pont et l’ostel des amurees », ainsi que les ermites de Saint-Augustin, assez éloignés de la ville sur la colline de Bihorel21. Le succès remporté par les ordres mendiants – dès le XIIIe siècle, de grandes familles rouennaises choisissent leurs églises comme lieu de sépulture et leur destinent leurs aumônes – en fait des concurrents sérieux pour le clergé traditionnel22. Les exemples d’achat d’hôtels rouennais par les grandes abbayes normandes ont déjà été évoqués. La participation de leur abbé à l’échiquier de Normandie, dont les sessions se tiennent notamment à Rouen23, constitue l’une des raisons de ces achats. Ces biens détenus ne restent pas toujours de simples résidences, leurs détenteurs cherchant généralement à y bâtir un oratoire ou chapelle. Ainsi, l’une après l’autre, les deux communautés religieuses déjà installées sur la paroisse Saint-Lô obtiennent l’autorisation de disposer d’oratoires avec autel pour pouvoir y célébrer le service divin. Ce sont d’abord les religieux de Jumièges en 1219, puis en 1223 les religieux de Beaubec24. Tout comme pour la période précédente, d’autres abbayes normandes trouvent une résidence rouennaise dans ce secteur de la ville. La plus ancienne mention témoignant de la présence, sur la paroisse Saint-Lô, des religieux de l’abbaye de Notre-Dame-de-Valmont, abbaye bénédictine fondée en 1169 à l’instigation de Nicolas d’Estouteville, seigneur du lieu, par des religieux venant de Hambye (Manche), date de décembre 1235, quand un clerc rouennais leur donne un terrain en pure aumône, bientôt agrandi par l’acquisition d’un terrain voisin25. Quant aux religieux de Conches, abbaye fondée au XIe siècle sous le vocable de Saint-Pierre, ils possèdent un tènement rue du comte de Leicester, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, depuis le milieu du XIIIe siècle au plus tard26.

  • 27 Le 1er pouillé, rédigé avant cette date, n’a pas enregistré les modifications et signale trois chan (...)
  • 28 L’ordonnance de mars 1252 (n. s.) fut renouvelée par Eudes Rigaud en 1255 et approuvée par saint Lo (...)
  • 29 « Guillelmo dicto Lucratore », cité par le pouillé, est très probablement Guillaume Le Gaagneur, qu (...)

12Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, on comptait trois chanoines à la collégiale Notre-Dame-la-Ronde ; leur collation appartenait au roi. L’absence fréquente des chanoines, non astreints à résidence, dut faire scandale puisqu’en 1252 et 1255, à la demande de saint Louis, Eudes Rigaud introduit une nouvelle organisation. L’ancienne est connue en partie par le pouillé rédigé vers 1240 et par la charte d’Eudes Rigaud : trois chanoines y sont assistés de trois vicaires27. Les nouvelles dispositions prévoient l’existence de quatre chanoines, l’un d’entre eux portant le titre de doyen et se voyant adjuger une prébende de 50 livres tournois par an, les trois autres prébendes en valant 40. Les trois vicairies sont dotées d’une valeur de 16 livres tournois de rente annuelle. Sur le reste du revenu, la cure est dotée de 21 livres par an, le surplus étant utilisé en distributions quotidiennes perçues par les chanoines et vicaires résidant réellement28. Outre les conditions de résidence, le texte précise, entre autres, que la collation du curé et des chanoines revient au roi. Le même pouillé, par ses additions, montre que l’église Saint-Herbland comportait, dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, deux chapelles, fondées l’une par un couple de Rouennais, Guillaume Le Gaagneur et sa femme, et la seconde par une habitante de Beauvais, Perronelle Au Dos29.

  • 30 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, divisée en six parties, Rouen, Lebrun, 1731-1738, t. (...)
  • 31 « Item ponit et probare intendit quod licet ante annum Domini 1316, et in ipso anno prior et canoni (...)
  • 32 « […] turris et campane, dicto anno, circa Pentecostes eiusdem anni, propter antiquitatem et debili (...)
  • 33 «[…] modicum diversorium seu habitaculum».
  • 34 « […] in quo officium suum divinum facerent coram seipsis et dictis parrochianis insimul et ecclesi (...)
  • 35 Voir p. 83.
  • 36 Voir pour Saint-Ouen, André Masson, L’Abbaye Saint-Ouen de Rouen, Rouen, Defontaine et Picard, 1930 (...)

13Est-ce au début du XIVe siècle qu’il faut faire remonter les tentatives des paroissiens de Saint-Lô pour obtenir une église paroissiale distincte de celle du prieuré ? C’est l’avis de François Farin qui place les premières demandes en 1307 ; demandes n’aboutissant, selon lui, à un accord qu’en 134430. Cette chronologie ne peut être retenue comme en témoignent les propos des représentants des paroissiens de Saint-Lô lors d’une procédure de 136331. Les paroissiens évoquent la date de 1316 parce qu’elle est restée dans les mémoires en raison de l’effondrement de la tour contenant les cloches du monastère32. Les dégâts occasionnés par cet effondrement sont considérables puisqu’au dire des paroissiens ne subsiste alors qu’un lieu d’habitat33, dans lequel les religieux sont contraints de faire le service divin pour eux et les paroissiens et d’administrer les sacrements aux paroissiens34. Il faut donc relire l’accord de 1344 comme un arrangement élaboré une fois l’église réédifiée ou au moins remise à neuf, sans que l’on puisse déterminer quand eurent lieu les travaux35. La séparation des deux églises, réalisée aux frais du prieuré, est donc antérieure à 1316. Peu de temps après, en 1318, débutent les travaux de reconstruction de l’abbatiale Saint-Ouen, dont le chevet roman venait de s’effondrer. Quant à la cathédrale, le nouvel édifice entrepris après le terrible incendie de 1200, et dont la nef était très avancée dès 1204, se voit doter, dans la seconde moitié du siècle, de chapelles et surtout de deux splendides portails : le portail des Boursiers au nord et de la Calende au sud36.

14La documentation normande livre par ailleurs quelques renseignements sur plusieurs propriétés des paroisses Saint-Lô ou Notre-Dame-la-Ronde tenues par des Juifs rouennais au XIIIe siècle. Les personnages de premier plan de cette communauté n’apparaissent que de façon indirecte et les transactions enregistrent surtout des ventes à des chrétiens, après d’éventuelles confiscations royales.

  • 37 L’acte cite en confront la terre de Josce Judei fratris Bruni, c’est-à-dire Yossi, frère de Brun et (...)
  • 38 ADSM, 14H 20, fos 103-104.
  • 39 Le texte cite Bonnevie le Juif pour la terre placée à l’opposé de la rue (voir Norman Golb, Les Jui (...)
  • 40 Voir la première partie de la thèse, à la fiche 415, et ADSM, G 2088, f° 45, avril 1285 ou 1286. Pa (...)

15Une maison ayant appartenu à Viette de Caudebec – probablement située paroisse Saint-Lô – est vendue par Philippe Auguste, en 1221, à un certain Jehan de Gournai37. Bonnevie le Juif est cité, en 1236, dans les confronts d’un tènement de la rue Courvoiserie, en bordure de l’aître de Notre-Dame-la-Ronde38. À partir de ce texte, Norman Golb identifie sa maison comme étant le bâtiment mis au jour au 31-33, rue aux Juifs (B3, voir figure 3, p 57). Cette hypothèse suppose, pour être vérifiée, une forte dimension des parcelles placées entre la rue Courvoiserie et ce bâtiment au XIIIe siècle39. Si elle se révélait exacte, cette propriété figurerait alors au rang des biens rachetés, avant la confiscation de 1307, par des chrétiens puisqu’en 1285 ou 1286 elle appartient à Jehan du Change, peut-être l’année de son exercice de maire de la ville40.

  • 41 Sur Calot le Juif, voir Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 382-385. Les héritages qu’il tenait au (...)
  • 42 ADSM, G 2088, f° 45, 1285 ou 1286. De quel Yossi s’agit-il ? Pas de trace de Joste dans la partie d (...)
  • 43 Pour Norman Golb, cette faible somme est le résultat d’un compromis entre le roi et la ville (Norma (...)

16Calot le Juif détenait également des biens, paroisse Saint-Lô, peut-être même y habitait-il. Ce procurateur de la communauté des Juifs du royaume, décédé le 16 avril 1300, apparaît dans un acte de 1338, comme ancien tenant d’héritages situés de part et d’autre de la rue aux Juifs41. On relève également quelques noms moins célèbres. Ainsi un tènement est dit « jouxte le petit Juifs » tandis que le même acte évoque, pour un autre confront, un « devant dit Joste » ou Josce42. Mais lorsqu’en 1307, les biens des Juifs rouennais sont cédés par Philippe le Bel à la ville de Rouen, moyennant 300 livres tournois de rente annuelle, il est possible qu’une partie des biens qui avaient été leurs ait été vendue antérieurement à des Rouennais. Cela constituerait l’un des facteurs d’explication du faible montant de la transaction43. Les quelques indications témoignant d’un retour de Juifs à Rouen aux XIVe et XVe siècles ne concernent plus les trois paroisses sur lesquelles ils résidaient surtout aux siècles précédents.

  • 44 Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, (...)
  • 45 Ibid., p. 60, où l’auteur envisage sa construction vers 1240.
  • 46 Voir le présent ouvrage, p. 87.

17La topographie rouennaise des pouvoirs connaît, au cours du XIIIe siècle, des modifications qui ne se limitent pas au changement de localisation du château évoqué plus haut. Après la concession faite par Philippe Auguste, en 1220, du fief rouennais du comte de Leicester (infra Rhotomagum et infra banleucam Rothomagi) – dont une partie se trouvait paroisse Notre-Dame-la-Ronde, près de la porte Massacre, au sud de la rue Courvoiserie – ce dernier emplacement sert de siège au deuxième hôtel de ville44. Le siège du pouvoir municipal s’installait pour plusieurs siècles à l’intérieur de l’ancien castrum. L’emplacement du beffroi, également situé au sud de la rue, laisse penser que ce dernier fut érigé entre 1220 et 1352, avant que ne prenne forme le projet de transfert de l’autre côté de la rue45. Mais son existence en cet endroit n’est avérée qu’au milieu du XIVe siècle46.

  • 47 En 1231 et 1287, un tènement de la paroisse Saint-Herbland, placé devant la cathédrale, rue Grand-P (...)
  • 48 Ordonnances des roys de France de la troisième race, recueillies par ordre chronologique, Paris, Im (...)
  • 49 Rue Saint-Lô, ADSM, 9H 999, 1293 ; la rue qui mène au portail de Saint-Lô, perpendiculaire à la pré (...)

18Durant cette période, même s’il n’est qu’occasionnellement utilisé dans les écrits, l’usage des noms de rues s’est généralisé, sans qu’il soit toujours possible de savoir, pour chacun d’eux, à quand remonte leur création. Quelques toponymes évoquent des activités : des tènements de la paroisse Saint-Herbland sont dits « en boulangerie », au XIIIe siècle. Non loin de là, bordant l’aître au nord, un tènement se trouve « en la mercerie ». Tout près de la porte Massacre et des étals à bouchers, un tènement est assis « en Massacre » tandis que plusieurs autres, paroisses Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland, sont dits « en Courvoiserie », toponymes apparemment réservés le premier à la partie de la rue proche de la porte et le second à celle se trouvant à proximité de la cathédrale47. C’est également dans cette portion de la rue Courvoiserie que, depuis le XIIe siècle au dire d’une ordonnance royale, « toutes manieres de Changes, & d’Orfevreries demourans en la ville de Rouen ont accoustumé à demourer, & tous leurs ouvreurs de Change et d’Orfevrerie »48. Les indications de pavements montrent que les principales rues du secteur sont pavées dans la seconde moitié du XIIIe siècle au plus tard : les rues Grand-Pont, Saint-Lô, aux Juifs, de la Porte-aux-Fèvres mais aussi les rues Dourdonne et du comte de Leicester49.

  • 50 Voir par exemple ADSM, 9H 1017, décembre 1231, pour un tènement de la rue Percière, et ADSM, G 2090 (...)

19Probablement remanié à maintes reprises, le mur ouest de la première enceinte est encore en élévation, en plusieurs endroits, au XIIIe siècle. De nombreuses pièces se rapportant à des terrains situés au long de la rue Percière, sur les paroisses Saint-Jean et Saint-Martin-sur-Renelle, mentionnent les murs de la cité du côté du tènement des moines de Jumièges, sis paroisse Saint-Lô. En 1284, un tènement de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, situé à proximité de la Porte aux Fèvres, se trouve entre le mur de la ville et la maison d’un nommé Martin Le Clotier50.

  • 51 Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur les halles de la Vieille-Tour de Rouen », Pr. TAR, 1889-1 (...)
  • 52 Voir Lucien Musset, « Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », AN, no 1, 1976, p. 12.

20À l’inverse de ce qui se passe pour les autres implantations marchandes, les conditions de naissance des halles de la Vieille-Tour sont à peu près connues. Avant 1259, saint Louis avait fait édifier des halles pour les toiles, à l’emplacement de l’ancien château des ducs de Normandie devenu le marché de la Vieille-Tour (mercatum de Veteri-turre). En 1262, le roi cède le marché en ferme perpétuelle à la ville, avec les moulins de Rouen et de Déville ainsi que le vivier de Martainville, s’engageant à ne pas créer d’autre marché ou d’autre halle51. Sept ans plus tard, il lui accorde la tenue, en ce lieu, d’une foire de huit jours, à l’octave de la Purification52.

  • 53 BMR, registre T1, f° 65. En 1375, le chapelain de la chapelle du manoir de Déville, appartenant à l (...)

21Plus proche de notre secteur, la halle aux cordonniers, en bordure du manoir de la Poterne mais du côté se trouvant sur la paroisse Saint-Jehan, est attestée à cet emplacement dès 1312. Mais le métier est organisé en guilde dès le XIIe siècle et la halle probablement plus ancienne53.

  • 54 On rencontre ce nom au XIIe siècle, voir par exemple Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint (...)

22C’est au cours du XIIIe siècle que les premières adductions d’eau, qualifiées de sources ou fontaines, font leur apparition dans la documentation. Elles se captent en deux points placés tous deux non loin du donjon du château de Philippe Auguste. Sur le tracé du premier aqueduc, se prenait successivement le cours de Saint-Lô puis celui de la ville, enfin une fontaine appelée par la suite « fontaine du Château », pour laquelle les données manquent et dont le trop-plein alimentait le cours de la Renelle. Ce ruisseau allait se jeter dans la Seine en passant notamment entre les paroisses Saint-Jehan-sur-Renelle et Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres d’une part et Notre-Dame-la-Ronde de l’autre54.

  • 55 Voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles,(...)
  • 56 « […] pro quadam domo que fuit Roberti Anglici et pro aque ductu fontis eorumdem super quibus erat (...)

23Les religieux de Saint-Lô ont toujours avancé, dans les divers conflits mettant en jeu les eaux de la source Gaalor, l’antériorité de leurs droits par rapport à ceux des autres utilisateurs de cette source. André Cerné, dans sa belle étude sur les anciennes sources et fontaines de Rouen, soulignant que la première concession de date certaine est celle accordée aux cordeliers en 1257, leur attribue, « toutes réserves faites bien entendu », une utilisation remontant probablement à l’époque de la construction du château de Philippe Auguste55, édifié à partir de 1205 « iuxta fontem qui vulge dicitur Gaalor ». Une mention que nous avons trouvée dans un cartulaire de l’abbaye de Beaubec montre que l’antériorité est bien réelle. En 1223, un litige survenu entre Beaubec et Saint-Lô concerne une rente de 30 sous tournois portant à la fois sur une maison et sur le cours ou aqueduc de la fontaine56.

  • 57 BMR, registre V1, f° 255, 1299, n. s. 1300.

24Sur ce cours, les pauvres demeurant en la rue de l’Aumône ont droit, à la fin du XIIIe siècle au plus tard, à une fontaine ; une prise de la dimension d’une maille tournois leur étant autorisée : « lesdiz povres en doivent avoir la laise d’une maille tournoise ». En 1300, les religieux de Saint-Lô sont invités par le vicomte de Rouen, à l’avenir, à ne pas renouveler ce qu’ils avaient commis au préjudice des pauvres, c’est-à-dire à ne pas empêcher « le cours de l’eaue de ladicte fontaine a tort et sans raison »57.

  • 58 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome I, p. 281-282. La concess (...)

25En 1257, le maire et les pairs de Rouen cèdent à saint Louis un « plein pouce en rond » de l’eau de la fontaine Gaalor, pour que cette eau soit menée, à travers les rues de la ville, jusqu’au couvent des Cordeliers, installés depuis 1254 dans l’angle sud-ouest de la première enceinte. Cette cession permet au roi d’accorder à son tour ce droit aux frères mineurs58.

  • 59 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines…, p. 159-160.

26Le second aqueduc est celui de la fontaine Notre-Dame, encore appelée source ou fontaine du Chapitre. Elle est mentionnée vers le milieu du XIIIe siècle, mais son existence est plus ancienne puisqu’en 1254, on évoque une ancienne cuve (in veteri cuva) à partir de laquelle part une conduite menant à l’abbaye de Saint-Amand59.

  • 60 Sur ce tracé voir ADSM, 12 fi 34 (plan de la fin du XVIIe siècle) ainsi que G 2088, fos 125-126, pr (...)
  • 61 Voir p. 255, à la rubrique « fontaines et puits ».

27Le tracé, tel qu’il est connu par plusieurs plans mais également par un procès-verbal de visite, n’a probablement pas subi de modifications importantes depuis le XIIIe siècle. Partant non loin des murs de la ville et du château puis entrant dans la ville au nord de l’église Saint-Godard, il longe ensuite cette église ainsi que Saint-Laurent et se dirige, par la rue Saint-Laurent, vers la rue de l’Aumône et le prieuré Saint-Lô pour traverser la rue du même nom et gagner les rues appelées plus tard rue Boudin et du Bec (voir figure 1). Il remonte ensuite la rue Courvoiserie jusqu’à l’aître Notre-Dame – où se trouvait probablement dès le XIIIe siècle une fontaine – à partir duquel un embranchement dessert l’hôtel-Dieu60. Quelques hôtels placés sur le trajet bénéficiaient-ils alors de prises d’eau ? Ce qui est établi pour le siècle suivant ne l’est pas pour ce siècle61.

Fig. 1 – Extrait d’un « plan du cours de la fontaine de Notre-Dame-de-Rouen »
ADSM, 12 fi 34, ancien G 4252, fin du XVIIe siècle.

  • 62 Voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines…, p. 213-214 et 403. L’abbaye utilisait ses pr (...)

28Vers le milieu du siècle, les religieux de Saint-Ouen réalisent également de sérieux travaux d’adduction d’eau. On les voit procéder à divers achats, en 1248 : par le premier, ils se rendent acquéreurs d’une source située en un tènement de la rue des Champs et par le second, du droit de faire passer un conduit de pierre par un tènement de la rue Saint-Nicaise62.

  • 63 Les troubles sociaux ont touché plus tôt la Flandre, dès le milieu du siècle. Voir André Leguai, «  (...)

29Relevons, au terme de cette période, que le contexte social de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle est marqué par un accroissement des antagonismes qui atteint les centres urbains commercialement les plus actifs de l’Europe63. À la domination économique des riches s’ajoute l’accaparement du gouvernement municipal.

30Alors que la population rouennaise connaissait une augmentation sensible, le nombre de familles se partageant le pouvoir a diminué notablement au cours du XIIIe siècle. On constate, là comme en tant d’autres villes, la formation d’un patriciat :

  • 64 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, (...)

« À Rouen, cinq familles semblent avoir constamment détenu la mairie : les Du Donjon, les Groignet, les Des Essarts, les Du Chastel, et surtout les Val Richer dont le nom apparaît vingt fois au XIIIe siècle »64.

  • 65 « En 1276 déjà, le roi avait été obligé de supprimer la maltôte qu’il avait tenté de lever à Rouen. (...)

31En 1281, le maire de Rouen est massacré par la foule pendant la foire de la Chandeleur. Les criminels, arrachés des couvents franciscains et dominicains où ils se sont réfugiés, sont pendus. L’affaire rouennaise présente des points communs avec celles de Provins et d’Arras. Si l’ordonnance de Philippe III déterminant les conditions de l’administration de la justice à Rouen et reconnaissant, dans sa ville, le droit du maire en matière de police place ce dernier en position difficile en cas de troubles, la raison essentielle du mécontentement réside dans l’alourdissement de la fiscalité dû aux besoins accrus de la royauté mais également de la ville dont l’endettement est important65.

  • 66 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 94.
  • 67 Voir Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises. Caractères et évolution des origines au XVII (...)
  • 68 Voir Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 95, et Alain Leguai, « Les troubles urbains dans l (...)
  • 69 Philippe le Bel ne leur rendit qu’en 1309, et moyennant finance, le droit de percevoir le péage du (...)

32En 1286, Philippe le Bel impose une taille que la commune refuse : le maire, Thomas Naguet, et plusieurs bourgeois sont emprisonnés66. Le climat social ne s’améliore pas dans les années qui suivent : en 1289, toute assemblée d’ouvriers tisserands est interdite et, en 1292, lors d’une émeute, la maison du receveur du roi est pillée et le château, où se trouvaient les conseillers du roi, assiégé67. La réaction, un peu tardive, du maire et des riches bourgeois de la ville, venus prêter main-forte aux assiégés, est à l’origine de la réaction de Philippe le Bel qui supprime la commune. Deux ans plus tard, le roi accepte son rachat : il en coûte 12 000 livres parisis aux Rouennais68. Ces derniers perdent également leur monopole sur la basse Seine69.

  • 70 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 63-64.

33Les tensions sont à nouveau sensibles vers 1315-1320. Aux revendications du « petit commun » à l’encontre des « gros bourgeois » se mêlent des heurts entre les métiers de la draperie : foulons et tisserands s’opposant aux drapiers70. Le différend opposant le « commun » aux autorités municipales est porté devant l’échiquier de Pâques 1320. Pour permettre la participation d’un plus grand nombre aux affaires, Philippe le Long abolit les Établissements de Rouen et promulgue, au début de 1321, une nouvelle constitution :

  • 71 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 97. Sur l’analyse de la nouvelle constitution et notamm (...)

Les membres les plus riches des métiers, les « moyens », réussissent donc, au moins en théorie, à imposer leur point de vue et à participer à la gestion de la cité. La ville allait conserver cette constitution jusqu’à la Harelle. Elle ne fit toutefois pas totalement disparaître les antagonismes71.

  • 72 Le mouvement insurrectionnel qui agite le royaume, à partir des derniers mois du règne de Philippe (...)

34La charte aux Normands, autre charte publiée peu auparavant – le 19 mars 1315 –, allait, notamment pour le consentement à l’impôt que l’on croyait ainsi instituer, être évoquée à maintes reprises dans les soubresauts du XIVe siècle72.

Des débuts de la guerre de Cent Ans jusqu’à la conquête lancastrienne

  • 73 L’expression est empruntée à Philippe Contamine. Voir Philippe Contamine et al., L’Économie médiéva (...)

35Avec le règne de Philippe VI s’ouvre la phase la plus dramatique de l’interminable conflit franco-anglais qui allait plonger plusieurs générations de Français dans un univers marqué par la guerre, les dévastations et les épidémies. Le plus spectaculaire de ces maux fut indéniablement la Peste noire. Il est vrai que l’analyse de l’économie occidentale, dans la première moitié du XIVe siècle et plus précisément de la décennie précédant l’irruption de la peste, montre que ces années ne sont pas exemptes de « signes préoccupants, témoignant d’un malaise multiforme »73.

  • 74 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie du début du XIVe au mili (...)
  • 75 Roger Jouet, « Autour de la Peste noire en Basse-Normandie au XIVe siècle. Une méthode d’investigat (...)
  • 76 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 34-35. S’agit-il de la (...)

36En Normandie, Guy Bois a montré que, de l’ouverture des hostilités jusqu’au début du règne de Charles V, la situation économique, sociale et démographique n’a pas cessé de se dégrader, et que l’on pouvait lire les signes avant-coureurs de l’inflexion de la courbe démographique de 1314 à 1347. Mais la situation démographique des villes, et notamment celle de Rouen, reste mal connue74. Il n’en reste pas moins que la vaste ponction humaine exercée par la Peste noire – aggravée par les diverses récurrences – et ses conséquences, notamment psychologiques, pèsent lourd dans l’inventaire des « malheurs du temps ». Elle a paradoxalement laissé peu de traces directes, dans les archives, de son passage en Normandie. Par des indications insérées dans le manuscrit des Notes théologiques de Richard de Saint-Victor, on apprend que la peste est entrée en Normandie à la Saint-Jacques 134875. Selon une autre source, elle atteint Rouen aux environs de la Saint-Jean-Baptiste76.

  • 77 ADSM, G 7134, cité par Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 261. On mentionne encore la peste à Rouen (...)
  • 78 Voir Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans à la Harelle », in Histoire de Rouen, p. (...)
  • 79 En 1362, l’ouest du royaume est touché par ce que les contemporains ont appelé la « seconde peste » (...)

37Elle sévit encore en décembre 1348, lorsque Jean, duc de Normandie, confirmant des lettres d’amortissement accordées par son père, parle de la « grant mortalité qui longuement a esté et est encore »77. Conséquence immédiate, il est nécessaire d’agrandir plusieurs cimetières rouennais : c’est au moins le cas pour ceux de Saint-Martin-sur-Renelle, Saint-Godard et Saint-Martin-du-Bout-du-Pont78. La peste devait encore frapper la Normandie à plusieurs reprises dans la seconde moitié du XIVe siècle79.

  • 80 Voir Jean Favier, « La tourmente », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, (...)
  • 81 Sur cette première chevauchée anglaise, voir Philippe Contamine, La Guerre de Cent Ans, Paris, Pres (...)
  • 82 Voir Philippe Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects fi (...)
  • 83 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 26-29. On y trouve (...)
  • 84 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 28. Pour les demandes d (...)
  • 85 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 95.
  • 86 Voir Amable Floquet, Essai historique sur l’échiquier de Normandie, Rouen, Frère, 1840, p. 103.
  • 87 Marie-Thérèse Caron, Noblesse et Pouvoir royal en France XIIIe-XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 19 (...)
  • 88 Sur le « drame du château de Rouen », voir Françoise Autrand, Charles V le Sage, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 89 Voir Jean Favier, « La tourmente », p. 220, et Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent An (...)

38Quant à la guerre, Jean Favier a souligné que, pour les Normands, elle est d’abord perçue comme une suite de rébellions féodales80. Les Harcourt, Jean Malet, sire de Graville, ou encore Raoul de Brienne, comte d’Eu, figurent parmi ceux qui cristallisent les mécontentements. En raison d’un complot mené, en 1343, par Geoffroy d’Harcourt, ce dernier, disgrâcié et dépouillé de ses biens, trouve refuge en Angleterre et sollicite l’aide d’Édouard III qui débarque à Saint-Vaast-la-Hougue avec une armée de 15 000 combattants, le 12 juillet 1346, et prend notamment les villes de Saint-Lô, Caen, Lisieux, emportant un énorme butin. Le pont de Rouen étant coupé, la ville n’est pas inquiétée et seule la rive gauche est dévastée. Après avoir traversé la Seine à Poissy, la chevauchée anglaise se dirige vers le nord. Rattrapée par l’armée de Philippe VI, elle apporte à Édouard III sa première victoire, à Crécy, pour s’achever par la chute de Calais81. Avec les premières opérations militaires de la guerre de Cent Ans, Rouen, comme la plupart des villes françaises, est contraint à investir des sommes considérables dans ses fortifications, et ce malgré les difficultés économiques et la crise démographique que l’on vient d’évoquer82. Les travaux de construction d’une nouvelle enceinte commencent, à Rouen, dès 1346, pour s’achever dans la deuxième décennie du siècle suivant83. Pour financer cette opération, il fallut recourir, dès 1347, à l’imposition, dans une période où les demandes de subsides ne manquent pas84. Dès l’année suivante, des émeutes contre le fisc agitent Rouen tout comme la plupart des villes normandes85. En 1351, après de nouvelles émeutes, la répression est sévère : on pend vingt-trois drapiers au gibet86. Également impliquée dans la résistance à l’impôt, une partie de la noblesse normande est poussée à la révolte par l’attitude du roi Jean. L’exécution de Raoul de Brienne, comte d’Eu et connétable de France, le 19 novembre 1350, incite les nombreux parents et amis qu’il comptait dans cette noblesse à rejoindre l’entourage de Charles de Navarre87. L’irruption violente du roi au château de Rouen, le 5 avril 1356, lors d’un banquet durant lequel le dauphin recevait le roi de Navarre et ses barons, et les quatre exécutions qui suivirent, entraînent quelques dizaines de chevaliers normands à défier le roi88. Geoffroy d’Harcourt, bientôt suivi par Philippe de Navarre, ayant prêté l’hommage lige au souverain anglais, le duc de Lancastre débarque en Normandie, se rend rapidement maître d’Argentan, de Verneuil et de Pont-Audemer, puis menace Rouen, incendie ses faubourgs, avant de se retirer en Cotentin89. Après le désastre de Poitiers, les tensions sont vives entre les Rouennais – qui participent au climat d’hostilité à l’égard de la noblesse – et les nobles voisins. Ceux du pays de Caux sont suspectés, en février 1358 (n. s.), d’avoir pour mission de piller la ville, « et distrent aucuns que c’estoit du congié du regent et de ses mareschaux ». Le conflit prend un tour violent :

  • 90 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 95 et 97. Cité par Philippe Contamine qui relève toutefois (...)

Et lesdiz bailliz de Caux et ses alliez portoient guerre as bourgois de la ville et ardoient les manoirs as bourgois quant autre chose ne povoient faire […] Et aussi cheuz de Rouen alerent ardre le manoir au seigneur du Vivier et ne povoit venir nul gentilhomme a Rouen par la porte Saint Hilaire qu’il ne fust tué, et fu appellé une grante pieche la porte de Machacre90.

  • 91 Sur la cérémonie expiatoire de Rouen, voir Françoise Autrand, Charles V le Sage…, p. 284-286.
  • 92 Le dauphin voulait croire, habilement, que la prise du château constituait une mesure de sécurité p (...)

39Il est vrai que le mois précédent, Charles de Navarre avait fait son entrée solennelle à Rouen, où une cérémonie expiatoire avait eu lieu, le 10 janvier 1358, à la mémoire des quatre exécutés de 1356. Les Rouennais paraissent alors sensibles à la propagande navarraise91. Les troubles évoqués se placent peu de temps après le départ de Charles de Navarre. Les Rouennais s’emparent alors du château, détruisent le prieuré de Saint-Gervais et le château du seigneur du Vivier cité plus haut. Mais, en traitant avec le dauphin, ils obtiennent amnistie pleine et entière, le 4 septembre 135892.

  • 93 Pour une description de la Normandie divisée, voir Jean Favier, « La tourmente », p. 219-220.
  • 94 Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 99.
  • 95 À propos de cette expression, Jean Favier remarque qu’elle fait trop souvent oublier que les Navarr (...)

40À la fin de 1360, la Normandie se trouve divisée en trois93 et la navigation sur la Seine est fort dangereuse. La situation ne s’améliore que dans les derniers jours du règne de Jean le Bon et avec Charles V. Les Rouennais, dont le commerce se trouve totalement perturbé, entreprennent une expédition – conduite par Jacques Le Lieur, ancien maire de la ville – contre la forteresse de Rolleboise94. La prise des places fortes le long de la Seine, dans les premiers jours d’avril 1364, la victoire de Cocherel, le mois suivant, sur ceux que l’on désigne comme « Anglo-Navarrais »95, puis l’abandon par Charles de Navarre, l’année suivante, d’une partie de ses possessions assurent progressivement un rétablissement de l’autorité royale en Normandie orientale.

  • 96 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome I, 1843, p. 353-356. Le c (...)
  • 97 Michel Mollat, « La draperie normande », in Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (seco (...)

41C’est peut-être dans ces années et à coup sûr entre 1309 et 1362 que Rouen change de sceau : l’agneau y prend la place du léopard, trop attaché au souvenir des Plantagenêts96. Comme le souligne Michel Mollat, il s’agit, pour la capitale d’une province drapière, de l’adoption d’une image de marque97.

  • 98 BNF, nouvelles acquisitions françaises 21707, no 1.
  • 99 Voir Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thè (...)
  • 100 Raymond Cazelles relève l’existence de deux Vincent du Val Richer, l’un bourgeois de Paris et l’aut (...)
  • 101 Sans oublier le clergé rouennais. Quelques années plus tard, un chanoine rouennais, Michel Durand, (...)
  • 102 ADSM, 2E1/151, 5 août 1364 et 28 juin 1365.

42La documentation ne laisse percer que des échos très atténués de ces événements sur la vie des paroissiens. Tout juste relève-t-on quelques indications les concernant. On peut lire le nom de Bertaut Jourdain parmi une liste de trois cents personnes « a qui le roy a pardonné pour le roy de Navarre tous les malefices que ils ont fait toute leur vie jusques au 12e jour de decembre 1360 »98. Cet avocat rouennais – « mestre Bertaut » – est l’un des rares clercs mariés. Il possède des biens paroisse Notre-Dame-la-Ronde, où il demeure probablement99. Sur la même liste figure Vincent du Val Richier, lui aussi probablement rouennais et tenant d’un tènement de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde100. Charles de Navarre disposait bien d’appuis dans la bourgeoisie rouennaise101. En des temps militairement aussi troublés, il faut parfois monnayer sa liberté. Guillaume Marcote, dit « Patichier », paroissien de Saint-Lô, se fait aider pour payer sa rançon « a ceuls de Evreux, ou il estoit prisonnier ». Quelque temps plus tard, Jehan Pitemen, probable paroissien de Saint-Herbland, prête la somme nécessaire à sept habitants des paroisses voisines de Saint-Ouen et La Trinité-de-Touberville (Eure), pour qu’ils puissent payer leur rançon « au fort du Pontaudemer »102.

  • 103 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 295-299. Cité par Guy B (...)

43Autre conséquence, l’îlot de sécurité que représente une ville close attire les populations rurales. Cet afflux de réfugiés du « pais d’envyron Rouen » semble particulièrement important en 1358 et 1359, provoquant, selon une ordonnance du maire du mois de novembre, un renchérissement du prix des vivres et des loyers. Beaucoup mouraient de faim103.

  • 104 Les exemples de sous-affermage sont nombreux. Dans ce contrat de 1360, la multiplication des interv (...)

44Avec l’alourdissement de la charge fiscale, la perception de nouveaux revenus fiscaux et le recours à la ferme, se développe un groupe de fermiers, d’autant plus important que l’on pratique volontiers le sous-affermage, et ce à plusieurs compagnons. Même si, en contrepartie d’un risque partagé, ces pratiques amoindrissent les marges réalisées, les marchands et artisans rouennais sont néanmoins, ou a contrario pour cette raison, attirés par cette forme de revenu annexe104.

  • 105 François de Beaurepaire, « Les sources de l’histoire du Moyen Âge à la bibliothèque de la ville de (...)

45Il faut également loger les nouveaux officiers de finance. C’est sur la paroisse Saint-Herbland qu’ils trouvent un logis pour leurs activités. En 1357, un maçon installe une porte et répare une paroi en « la chambre ordenee pour le Conseil sur les Canges devant Nostre Dame de Rouen ». Quelques années plus tard, une indication vient compléter la première. Vers 1365, le manoir qui est dit avoir appartenu à sire Jehan Dorbec, et au rez-de-chaussée duquel sont installées des échoppes de changeurs devant la cathédrale, est occupé par les élus : « Enquel manoir tiennent leur estat les esleus du roy, nostre seigneur, a Rouen pour la provision et deffense du royaume et les esleus pour la redempcion du roy nostre seigneur que diex absoille »105.

  • 106 AN, JJ71, p. 121v°, novembre 1338. Cette charte mentionne les lettres de Philippe le Bel en 1308. L (...)
  • 107 Les actes de la première donation (à moins qu’il ne s’agisse d’un achat) – le tènement de Michel Ca (...)
  • 108 ADSM, 32 HP26, charte de Jean, fils aîné du roi de France, alors duc de Normandie, comte d’Anjou et (...)

46Quelles sont alors les autres modifications du paysage bâti de nos trois paroisses ? La plus notable concerne la paroisse Saint-Lô. Installés à Rouen dans le courant du XIIIe siècle, les carmes avaient édifié leur couvent à côté du « Clos des Galées » en un lieu pour lequel Philippe le Bel leur avait accordé amortissement – ce qu’il fit « par ses lettres l’an 1308 »106 – mais que la proximité de la Seine rendait peu propice à leurs activités : « Lequel leur avoit esté donné en aumosne pour ediffier leur eglise et leur habitacion et il ne puissent illec que ediffier pour la ruyne et pour les eaues qui trop les grievent ». S’étant fait donner deux terrains, ils obtiennent de Philippe VI, en 1337, des lettres d’amortissement de ce nouveau lieu, placé en bordure des rues Grand-Pont et de la Chaîne, « dont l’une partie fu Michel Canterel et l’autre partie fu Guillaume de La Commune », paroisse Saint-Lô107. Les carmes devaient une rente de 27 sous tournois au duc de Normandie, que ce dernier leur donne en 1339108.

  • 109 ADSM, G 6860. La rente est rachetable par 120 l.t. Le curé de Saint-Lô, qui est l’un des religieux (...)
  • 110 Mise à part la dotation initiale, les premiers donateurs de tènements assis paroisse Saint-Lô sont (...)
  • 111 ADSM, G 6860. Après le bornage, le maire amortit la place – « afin que nous, maire devant dit, leur (...)

47Il leur faut également ménager les puissances locales que sont principalement les maire et pairs de la ville d’une part et les religieux de Saint-Lô, de qui relève la paroisse sur laquelle ils s’installent. Un arrangement est trouvé avec ces derniers, dès le mois de novembre 1337, pour les dédommager lorsque des paroissiens se font inhumer chez les carmes. Les carmes s’engagent à payer 12 livres tournois de rente, tous les ans, aux religieux de Saint-Lô et le quart des droits de luminaire, de draps et d’oblations perçus pour la circonstance, au curé de la paroisse109. Ce dernier accord, tout comme les donations de Rouennais dont les biens se trouvaient dans le voisinage, paroisse Saint-Lô, témoignent de l’intérêt très vite porté aux nouveaux arrivants et de la ferveur qu’ils suscitent110. Quant aux maire et pairs rouennais, ils se rendent sur les lieux amortis, en 1338, pour les faire borner et délimiter, sans préjudice pour la ville. Après la protestation du curé et des religieux de Saint-Lô qui, percevant des rentes seulement sur certains emplacements de leur tènement, craignent de les voir perdre de la valeur faute d’un garnissement suffisant, ils consentent, devant la juridiction du maire, à garantir ces rentes sur tous leurs héritages111.

  • 112 ADSM, 32HP 26 pour les trois pièces, et AN, JJ 87, no 216, 217 pour 1359. Dès 1348, les frères carm (...)

48Vers le milieu du siècle, les carmes, encore modestement installés, ont des projets d’agrandissement. Ils retrouvent, pour les réaliser, les mêmes soutiens, et notamment dans la famille royale avec Jean le Bon qui, en mai 1351, leur amortit gracieusement un manoir et dépendances récemment acquis et leur remet 78 sous tournois de cens qu’il y prenait, mais aussi en la personne de Charles, alors régent du royaume, duc de Normandie et dauphin de Viennois, qui intervient au moins deux fois en leur faveur, en septembre 1359. Il leur donne une place vide, dont les dimensions fort réduites – 18 × 7 pieds – s’expliquent par sa localisation sur les anciens murs de Rouen, et autorise que « le cloistre et chapitre qu’il edifient de nouvel, pres de leur eglise, pour rechevoir les trespasses a sepulture qui a eulz ont devocion », tout comme une petite place située au bout de leur église, soient bénis et sacrés112.

  • 113 ADSM, 32HP 26, 2 pièces, l’une d’Antheaume de Marromme du 7 décembre 1360 et l’autre de frère Jehan (...)
  • 114 En raison de l’accroissement de leur emprise sur l’îlot, les nouvelles parcelles se trouvent aussi (...)
  • 115 C’est en 1372 que les carmes prirent effectivement possession d’une maison de la rue de la Chaîne, (...)

49L’année suivante, les carmes associent à leurs oraisons et prières les maires et tous les habitants de la ville et s’engagent notamment à dire, le lendemain de l’enterrement du maire ou du clerc de la commune, vigiles et messes solennelles pour le salut de son âme. En contrepartie, ils obtiennent la possession paisible et perpétuelle de leurs pièces de terre « comme pure omosne »113. Ils trouvent encore le soutien des détenteurs de tènements voisins, chevaliers ou bourgeois, qui, par don ou vente, viennent ainsi agrandir l’hôtel des Carmes114. La donation de Macy Campion, chevalier, a pour but de leur permettre d’édifier leur infirmerie115.

  • 116 ADSM, 32HP 26. Ces contrats sont conservés en petit nombre. Ils montrent que les carmes pratiquent (...)
  • 117 La fondation du duc de Bedford (voir p. 127) permet d’avoir une idée a minima de leur importance. L (...)

50Les biens donnés ou achetés ne sont pas tous destinés à un usage religieux et plusieurs maisons de la rue Grand-Pont (devenue rue des Carmes), comprises entre l’église et la porte de Grand-Pont, leur assurent un revenu régulier mais également une réserve pour leurs projets futurs116. Ces ressources sont nécessaires à une installation en plein cœur de ville car elle présente comme inconvénient majeur une forte charge en rentes foncières. Si les carmes contrôlent en effet la quasi-totalité de la partie ouest de l’îlot dès la fin du XIVe siècle, il leur faut, en revanche, acquitter de fortes rentes aux anciens propriétaires du sol. Leur situation sur ce plan devait attendre le XVe siècle pour s’améliorer117.

  • 118 Il existe plusieurs copies de ce texte, repris par ailleurs dans celui de 1363, évoqué après (ADSM, (...)
  • 119 L’accord mentionne « la vielle massonnerie de la chapelle S. Paul » et un peu plus loin « l’advance (...)
  • 120 Les travaux envisagés concernent aussi bien des raccordements aux piles que des aménagements de cha (...)

51Nous avons vu, plus haut, que l’effondrement d’une tour du prieuré de Saint-Lô, en 1316, avait produit des dégâts considérables à l’église. Les paroissiens y avaient perdu leur espace propre. Ils ne le retrouvent apparemment qu’en 1344 comme en témoigne « l’ordenance qui ce doit faire entre le prieur et couvent de Saint Lau de Roen d’une part et les parrochiens d’altre a la cause d’un mostier de la parroche »118. On a donc, au minimum, sérieusement avancé la réédification ou réparation de l’église119. La clôture alors prévue entre l’église prieurale et la paroissiale doit avoir une largeur de trois pieds120. Elle doit être percée d’un huis dont les clés doivent être portées par le curé de la paroisse et le sacristain du couvent. Cette communication, dont les conditions d’usage sont minutieusement détaillées, peut notamment servir aux paroissiens pour faire « sonner » leur messe paroissiale. « Et s’il advenait que les parroissiens vouleussent faire tour et clocher à leur dicte parroisse, pour sonner quand à faire en auraient ils, le pourront faire sans contredit […] ». Une condition est toutefois posée « en icelle maniere que la dicte tour ne serait ne ne pourrait estre plus près du couvent que la chambre du curé, d’auprès la tour marchande par devers l’aître ».

  • 121 « Parrochiani parrochie Sancti Laudi quandam turrim altam quam campanille nominant, extra dictam ec (...)
  • 122 Voir ADSM, G 6856. Les conclusions de cette affaire manquent au dossier. Cette tour est probablemen (...)

52Cette tour, destinée à abriter les cloches de la paroisse, fut effectivement construite121. Les paroissiens y installent deux belles cloches (magnas, grossas et ponderosas) qui sonnent pour la première fois le jour des vigiles de Noël 1362. C’est précisément leur sonnerie qui, dérangeant l’évêque de Coutances lorsqu’il résidait dans son hôtel et oratoire de Saint-Lô de Rouen mais également les religieux du lieu, est à l’origine de la procédure les opposant aux trésoriers et paroissiens, en 1363122.

  • 123 ADSM, G 7465. Le premier détenteur de cette vicairie est Jehan Le Villain, fils du fondateur. Elle (...)
  • 124 La fondation est mentionnée au siècle suivant (ADSM, 2E1/186, 28 décembre 1454). Le décès de sire J (...)
  • 125 Avec les deux mentionnées par le pouillé (voir p. 63), et les deux nouvellement créées. À moins qu’ (...)

53Pour Notre-Dame-la-Ronde, les informations sont plus rares. Nous avons évoqué, pour le milieu du XIIIe siècle, la réforme de la collégiale entreprise, à la demande de saint Louis, par Eudes Rigaud. L’organisation ainsi mise en place est complétée, en 1367, par la fondation d’une quatrième vicairie, à l’initiative de Jehan Le Villain, bourgeois rouennais123. La présentation relevait du roi. À Saint-Herbland, il faut relever la fondation de deux chapelles par un paroissien des plus notables du lieu, sire Jehan Dorbec, trésorier de France et receveur de Normandie124. Avec ces deux nouvelles chapelles, dédiées l’une à saint Jacques et l’autre à saint Mathieu, l’église en compte au moins quatre, dans les dernières décennies du siècle125.

  • 126 André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 26-27. Les divers actes de vente cités ont é (...)

54Peu de temps après le démarrage de la construction de la nouvelle enceinte et quatre ans après les ravages de la Peste noire, les finances communales semblent tout de même suffisamment pourvues pour que l’on envisage le transfert du siège de l’administration municipale, alors sur la portion du fief de Leicester se trouvant paroisse Notre-Dame-la-Ronde. De l’autre côté de la rue Courvoiserie, à l’arrière des maisons bordant la voie, un vaste tènement s’étend jusqu’à la rue aux Juifs. Il appartient aux Du Chastel, riche famille rouennaise anoblie, « dont six ou sept membres n’ont pas rempli les fonctions de maire moins de 22 ou 23 fois en 172 ans, de 1183 à 1355 »126, et qui est installée sur la paroisse Notre-Dame-la-Ronde depuis 1212 au plus tard.

  • 127 Il s’agit probablement du procureur du duc de Normandie cité, par exemple, le 24 janvier 1359 (n. s (...)
  • 128 BMR, tiroir 50 et registre T1, fos 5 et 6. Les florins sont dits à « l’escu du coing du roy ». Le t (...)
  • 129 BMR, registre T1, f° 5.
  • 130 La pièce de vente d’une petite portion appartenant à Vincenote Du Chastel, citée dans les confronts (...)

55Avant l’achat, le manoir avait été divisé entre Robert Du Chastel, bailli de Gisors et Jacques « dit Le Cras », son frère, avant de revenir à leurs héritiers. Un premier achat est effectué le 6 juin 1352 par l’intermédiaire de Jehan Le Breton127 qui joue le rôle de prête-nom. Jacques et Robert Du Chastel lui vendent le manoir ayant appartenu à feu Robert, leur père, et situé le long de la rue aux Juifs. La même année, il est revendu par ledit Le Breton à la « communauté de la ville » pour le même prix de 1 000 florins d’or128. Mais c’est l’ensemble du tènement initial qui intéresse les édiles. Au mois de novembre de la même année, Jacques Du Chastel l’aîné vend – cette fois-ci directement aux représentants de la ville – un second tènement, situé au sud du premier, ainsi que 9 livres tournois de rente à prendre sur le premier (voir figure 2). La vente se conclut – rente incluse – pour un prix nettement inférieur : 260 florins d’or129. L’ensemble ainsi acheté représente une dépense minimum de 1 360 florins130.

  • 131 Raymond Quenedey datait l’un des corps de bâtiment à galerie de 1410, tout en ajoutant un point d’i (...)

56Se contente-t-on des bâtiments existants ou entreprend-on d’en édifier de nouveaux ? L’auteur de l’étude la plus complète sur les anciens hôtels de ville de Rouen pensait que l’on avait alors non seulement acheté le cadre du manoir des Du Chastel mais également utilisé ses bâtiments eux-mêmes, à peine modifiés. Il souligne l’existence, antérieurement à 1410, des bâtiments disposés en équerre, au fond et à l’est de la cour, constructions en bois formant avant-solier sur une galerie ouverte131 (voir figure 3).

Fig. 2 – Plan provenant de l’ouvrage d’André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, Lestringant, 1934, p. 28.

  • 132 BMR, tiroir 50, 24 janvier 1358, n. s. 1359, et 2E1/153, 6 septembre 1381. En 1370, deux étals à bo (...)
  • 133 ADSM, 2E1/151, 28 mai 1365. Faut-il voir en la Renelle un ruisseau qui aurait alimenté en eau au mo (...)

57Tout près du nouveau et de l’ancien manoir de la ville, du côté sud de la porte Massacre, le beffroi est désigné, dans la seconde moitié du siècle, du nom de « Tenement de Cache Ribaut », nom de la cloche qu’il renferme, ou encore, quelque temps plus tard, de « tour de Cache Ribaut »132. Non loin de cette porte coule la Renelle mais les mentions de « Vieille Renelle », que l’on rencontre à partir de 1365, montrent qu’à une date non déterminée on a procédé au détournement de son cours133.

Fig. 3 – L’hôtel de ville à la fin du XVIIIe siècle. D’après une gravure de Jules Adeline illustrant l’ouvrage d’André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, planche III (photographie Dominique Pitte).

  • 134 « Les rares assemblées réunies par Charles V ne sont que des réunions très locales destinées à assu (...)

58À la fin du règne de Charles V, le pouvoir royal s’exerçait sur toute la Normandie, à l’exception de la ville de Cherbourg, défendue par des troupes anglaises. Pour mener la guerre, le roi établissait lui-même l’impôt sur le duché, obtenant le consentement des Normands sans convoquer les États134.

  • 135 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 139-212.
  • 136 Pour un travail récent sur ce Tumulte, voir Allessandro Stella, La Révolte des Ciompi, les hommes, (...)
  • 137 Sur cette question de l’impôt, voir Françoise Autrand, Charles V le Sage, p. 669-687, et notamment (...)
  • 138 Françoise Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, p. 79-80.

59Mais les troubles sociaux qui affectent toute une partie de l’Europe dans les années 1378-1382 – d’une ampleur telle que certains historiens qualifient ces années de révolutionnaires135 – marquent une rupture de ce consentement. Après le « Tumulte des Ciompi » qui ébranle Florence136, l’agitation se déclare au royaume de France et s’y prolonge, l’Angleterre connaît un soulèvement des Travailleurs et plusieurs villes impériales traversent une période particulièrement agitée. En France, les premières années du règne de Charles VI sont des années difficiles pour le jeune souverain qui doit faire face à un royaume révolté, qui refuse l’impôt. Inquiet de la misère du royaume et des révoltes qui, depuis 1378, secouaient le Languedoc, Charles V, son père, avait dans les dernières années de son règne réformé l’impôt, engageant une politique d’allégement fiscal, envoyant des commissaires pour remédier à l’injustice des fouages pour finalement les abolir le jour de sa mort137. Cette abolition ne concernait pas les aides, mais les collecteurs chargés de leur levée rencontrent de grandes difficultés, notamment au nord de la Seine, et, le 16 novembre 1380, le jeune Charles VI publie une ordonnance abolissant tous les impôts levés depuis le temps de Philippe le Bel138.

  • 139 Georges Lecarpentier, La Harelle, révolte rouennaise de 1382, Paris, Bouillon, 1903, p. 5.
  • 140 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 171. Il s’agit d’aides sur (...)

60Le roi avait également convoqué les états généraux. Les états de Normandie, réunis le 10 décembre 1380 à Rouen puis à Louviers en février 1381, votent un fouage de 1 à 6 blancs par feu et par semaine pendant un an139. L’année suivante, après une ordonnance du mois de janvier, applicable au 1er mars suivant, sur la perception des aides, les troubles éclatent en Normandie peu de temps après une réunion des officiers des aides, fixant leur montant140.

  • 141 Dans son analyse de la première journée, Françoise Autrand introduit deux temps, opérant une distin (...)
  • 142 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 162. Les maires visés sont Guérout de Marromme, Guillaume (...)

61L’émeute éclate à Rouen le 24 février 1382, jour de la Saint-Mathias et premier lundi de carême, commencée, selon Pierre Cochon, par des gens de métier – « dignans, drapiers et gens de poure estofle » – qu’il qualifie de « merdaille » et dit être secrètement soutenus par « aucuns gros marcheans et vinetiers ». Elle dure trois jours. Après avoir placé à leur tête un drapier nommé Jehan Le Cras141, et décrété l’abolition des impôts, les émeutiers ouvrent les portes des prisons et s’en prennent aux « grans de la ville » et notamment à quatre anciens maires142.

  • 143 Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », et Chronique normande…, p. 164-165. Sur l (...)
  • 144 Au dire de Pierre Cochon, Thomas Pougnant, avocat et bailli d’Harcourt, agit sous la menace de la d (...)
  • 145 L’expression est de Françoise Autrand, Charles VI…, p. 98. Le Conseil royal est peu disposé à laiss (...)

62Après une nuit de pillages, les dirigeants de la ville réagissent, plaçant des corps de garde en plusieurs points de la ville et arrêtant des insurgés. Ils tentent alors de détourner l’émeute à leur profit en la dirigeant vers les établissements religieux avec lesquels ils sont en conflit : le chapitre de la cathédrale ainsi que les religieux de Saint-Ouen se voyaient contraints le premier à renoncer à une rente de 400 livres tournois sur les halles et moulins de la ville et les seconds à leurs droits de baronnie et de juridiction en la ville ainsi qu’à une amende de 200 livres tournois due par la ville en raison d’un jugement récent du parlement de Paris143. La « commotion » prend fin le troisième jour, après une assemblée solennelle au cimetière Saint-Ouen, durant laquelle Thomas Pougnant, bailli du comte d’Harcourt, lit la charte aux Normands, puis l’on fait promettre à tous ceux qui venaient d’être lésés de pardonner144. Restait à s’inquiéter d’un autre pardon, royal celui-là. Mais les envoyés ne peuvent approcher Charles VI alors que Paris est en pleine émeute des Maillotins. Paris une fois apaisé, le roi et sa suite se dirigent vers Pont-de-l’Arche, où ils séjournent à partir du dimanche de la Passion, et ce n’est que le samedi, veille des Rameaux, que les Rouennais assistent à l’entrée du roi dans une ville réduite à l’obéissance, « spectacle nouvellement mis en scène à l’intention du royaume entier »145.

  • 146 Le roi reçoit 120 marcs de vaisselle d’or et le duc de Bourgogne 50 « et pour celle finance furent (...)

63Avant l’entrée royale, quelques meneurs avaient été décapités, les bourgeois avaient dû porter les chaînes des rues et leurs armes au château et l’on avait descendu de leur tour les deux cloches de la ville, coupables d’avoir appelé à la révolte. Il faut ensuite offrir au roi et au duc de Bourgogne de somptueux cadeaux. Des commissaires royaux sont très vite chargés de recueillir les aides sur les boissons et la vente des draps. Mais la conséquence la plus lourde est incontestablement la fin de l’autonomie communale : la ville perd son maire et l’administration rouennaise passe désormais sous le contrôle du bailli146.

  • 147 Le seul cité, « un fou nommé Cornette, boucher », y perd la vie pour ses propos séditieux (Chroniqu (...)

64Au mois de juin suivant, les états de Normandie doivent accepter une nouvelle imposition sur les draps et boissons, pour le paiement de « six cents glaives et deux cents arbalétriers ». Lors de la levée de cette imposition aux halles de Rouen, le 1er août, les percepteurs sont malmenés par un rassemblement d’habitants comprenant surtout des drapiers, directement visés par l’aide, et, apparemment, des bouchers147. Ils doivent prendre la fuite. Mais l’ordre est rapidement restauré, la « seconde Harelle » n’est qu’un court épisode. Il a tout de même pour effet d’annuler le pardon royal. L’amende qui frappe la ville est lourde : 100 000 francs dont le roi remet 40 000. Le plus ancien des registres de délibérations de la ville qui nous soit parvenu montre qu’en 1389, et même 1390, les Rouennais n’ont pas terminé de payer ce que le registre qualifie, au recto du premier feuillet, de taille des 25 000 livres tournois « pour l’amende fecte au roy n. s. pour les commocions advenuez en ladite ville ».

  • 148 Sur la question confuse des paiements des Rouennais, un bilan est dressé par Georges Lecarpentier, (...)

65Les montants restant à payer s’échelonnent entre 2 et 42 % de leur contribution. Cette première taxation concernant nos paroisses nous livre une indication importante : tout comme dans les exemples postérieurs, plus complets, la paroisse Saint-Herbland, plus petite et comportant moins d’habitations, est tout de même la plus imposée des trois. Pour échapper à cette amende, des habitants fuient la ville, aggravant la charge de ceux qui restent148.

  • 149 Voir la « Chronique rouennaise », in Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 321.

66Alors que le roi retire à Rouen ses privilèges économiques sur la Basse Seine – Paris conservant les siens –, la pression financière que subissent les Rouennais se trouve encore aggravée par les autres exigences de la royauté. En 1386, 300 bourgeois sont retenus 9 jours prisonniers au manoir de la ville pour assurer le paiement d’une taille de 16 000 livres tournois149. En 1388, les difficultés de la fabrique de Notre-Dame-la-Ronde, qui ne peut faire face aux frais d’amortissement, témoignent indirectement de celles des paroissiens :

Et il soit ainsy que, nagueres, le roy n. s. ait ordonné que tous les acques de heritage et rente que les eglises ont faiz, par don ou autrement, depuis quarante ans soient par eulx mis hors de leurs mains ou que ilz lui en facent et paient certaine finance, comme en ses lettres mandemens sur ce fais est plus aplain contenu […] pour incliner et obeir aux mandemens et ordonnances du roy n. s. et eschiver au dommage de ladite eglise, pour ce que ilz n’avoient des biens en tresor d’icelle eglise de quoy ilz peussent de ce faire ou paier finance au roy notre dit sire ne reparer icelle eglise qui par necessité falloit a reparer.

  • 150 G 2089, f° 395, 2 mai 1388.
  • 151 ADSM, 1B 12, f° 156, échiquier de Pâques 1395. Encore est-ce parce que « l’assiete d’une masse pour (...)

67Ils sont donc contraints à revendre 6 livres 19 sous tournois de rente150. Il n’en est malheureusement pas dit plus de l’état de l’église. Pour cette période, il faut bien dire que les données concernant les trois églises sont rares. Tout juste apprend-on l’érection d’une croix au cimetière de l’église Saint-Herbland151.

  • 152 Selon le religieux de Saint-Denys, c’est la cloche qu’il faut enlever. Voir le religieux de Saint-D (...)
  • 153 André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 59, et BMR, registre A1.

68Lors de la première Harelle, Charles VI avait, en raison du rôle joué par la cloche d’alarme de la commune, ordonné son enlèvement152. Rien dans les sanctions connues n’évoque la destruction de la tour qui les abrite et que nous avons supposé plus haut être une partie de la porte Massacre. Et pourtant il faut bien imaginer une destruction au moins partielle, peut-être lors de l’enlèvement des cloches. Sinon, comment expliquer cette indication du registre des délibérations qui, pour la séance du 19 juin 1389, mentionne la lecture d’une lettre royale adressée au bailli qui évoque une délibération antérieure envisageant « de fere une auloge et la fere asseoir ou estoit le beffroy de ladite ville »153.

  • 154 Le 1er août 1390, les conseillers décident de payer aux religieux du Mont-aux-Malades la rente qu’i (...)
  • 155 Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 62-66. Une plaque de cuivre, scellée da (...)

69Pour réaliser le nouvel édifice, il faut d’abord abattre plusieurs étals et maisons placés à proximité et assurer le règlement des rentes assises sur ces biens154. En dépit des difficultés financières, – la ville a beaucoup de mal à payer ses fournisseurs – les travaux du beffroi vont bon train et le gros œuvre est achevé en moins de sept ans. Après la réalisation d’un pavillon et d’un campanile, on installe l’horloge et sa cloche, la Cacheribaut, avant Pâques 1396155.

  • 156 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 279, « à partir de 1400, faim et peste se donnent la main dans u (...)

70Pour le début du XVe siècle, Guy Bois a montré que l’ambiance démographique s’est assombrie et qu’une poussée de mortalité contribue à stabiliser le niveau de population ou, au moins, à ralentir sa croissance156. Il semble, en tout cas, qu’avec les premières années du XVe siècle, la population de Rouen, peut-être plus touchée, atteigne un niveau très bas, ce qui rend plus lourde encore la pression fiscale. Le roi intervient à plusieurs reprises soit pour alléger cette pression, soit pour tenter de porter remède à la situation.

  • 157 Cité dans une charte du 25 juillet 1404. Voir Charles Richard, Recherches historiques sur Rouen, fo (...)

71Après la levée d’une aide de 40 000 livres tournois sur l’élection de Rouen, « pour resister, par la mer et autrement, a l’emprise de Henry de Lencastre, soy disant roy d’Engleterre », Charles VI, constatant que les Rouennais en « ont esté tres grandement grevez, pour cause que grant partie des maisons de ladicte ville sont vuides, cheues, et tournees en ruyne, par povreté et petit peuple », les autorise, le 5 juin 1404, à utiliser 6 000 livres tournois de ladite aide pour les employer aux travaux de fortification157.

72En 1408, le même constat est dressé :

  • 158 Ordonnances des rois de France de la troisième race…, tome IX, Paris, Imprimerie royale, 1755, p. 4 (...)

[Rouen qui] souloit estre moult grandement peuplee et habitee de plusieurs marchans et autres personnes et les maisons et heritages d’icelle reparez, soustenuz et de grand valeur ; neantmoins puis aucun temps en ça, icelle ville a esté et encores est moult diminuee et despeuplee et les maisons d’icelles demolies, cheues et tournees en ruyne et sont chascun jour et la marchandise comme du tout decheue158.

  • 159 Seuls trois métiers obtiennent un traitement particulier. Il s’agit des dinands – métier pour leque (...)
  • 160 Alfred Coville, Recherche sur la misère en Normandie au temps de Charles VI, Caen, 1886, p. 14. L’u (...)

73Au nombre des causes énoncées par l’ordonnance royale figurent la guerre bien sûr, l’épidémie précitée (mortalitez) mais également les « ordonnances, statutz et autres observances riguoreuses » des métiers qui en interdisent l’accès à ceux qui ne l’ont pas appris en la ville, selon la durée d’apprentissage prévue. Ce monopole local est mis à mal par l’ordonnance qui autorise l’exercice à Rouen de leur métier à ceux qui l’ont appris dans les villes où existent statuts et règlements à condition d’en être jugés capables par les gardes des métiers159. Il s’agit bien d’attirer de nouveaux venus. Pour Alfred Coville, ces mesures furent inefficaces puisqu’en 1411, les Rouennais doivent, pour se garder, « mettre des chaînes à travers les rues “parce qu’ils ne la pourroient autrement garder qu’elle est de grant circuit, tres petitement peuplee et en la plus grande partie comme vuide, vague et inhabitee” »160.

  • 161 ADSM, 32 H, 13 février 1408, n. s. et BMR, registre A4, f° 36, 28 avril 1397. Il faudrait disposer (...)
  • 162 Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses du duc de Bedford à Rouen, tiré à part (BEC, tome XXXIV) (...)

74Dans ce contexte difficile, les frères des Carmes disposent pourtant de moyens financiers pour entreprendre la réalisation de « certain ediffice de machonnerie par maniere d’entree et portail de ladite eglise ». Ils demandent, à cette fin, au vicomte de Rouen de faire poser des bornes le long des rues de Grand-Pont et de la Chaîne : ce qui est fait le 13 février 1408. Il s’agit là, très probablement, de la dernière phase d’un chantier commencé au siècle précédent. On trouve trace, en effet, dans une délibération de 1397, de la décision des conseillers de la ville d’accorder aux religieux deux dons ou « hanses de six frans » que doit leur remettre le « hansier » pour « mectre et emploier es ouvrages et emparement de leur eglise »161. L’une ou l’autre de ces phases dut concerner le chœur puisque l’on sait que Charles VI et Isabeau de Bavière ont contribué à sa construction « comme le témoignaient les armoiries qu’on apercevait encore, dans le dernier siècle, à la principale verrière de cet édifice »162.

  • 163 Voir Léon Puiseux, Les Docteurs normands au commencement du XVe siècle, Paris, Imprimerie impériale (...)
  • 164 Ordonnances des rois de France de la troisième race…, tome IX, p. 240-242.

75Dans les deux premières décennies du XVe siècle, qui voient d’abord s’installer la guerre civile puis la reprise des opérations anglaises sur le sol français, les Rouennais tentent d’abord d’éviter toute compromission dans le conflit entre Armagnacs et Bourguignons163. Face au danger, on tente de se prémunir. En 1407, les chanoines de Notre-Dame-la-Ronde obtiennent des lettres de sauvegarde de Charles VI qui leur donne pour juge ordinaire le bailli de Rouen, pour les affaires intervenant en ville et jusqu’à douze lieues aux environs164.

  • 165 Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô…, tome I, p. 202-203.

76Quatre ans plus tard, le même Charles VI, par lettres datées du 6 août, prend sous sa « protection et sauvegarde especial à la conservation de leurs droits » les religieux de Saint-Lô, désigne cinq de ses sergents comme leurs gardiens spéciaux et les autorise « en cas d’eminent peril [à] mettre nos pennonceaulx et bastons royaulx en et sur les maisons, manoirs, terres, possessions et bien quelconques des diz supplians »165.

  • 166 L’abbaye se trouve à Lisors, à 5 km de Lyons-la-Forêt, dans l’Eure. ADSM, 2E1/157, f° 300, 1399.

77Les hôtels rouennais possédés par les communautés religieuses leur servent d’abri occasionnel, lors du passage de troupes. Ainsi, en 1399, l’abbé et le couvent de Mortemer-en-Lyons, qui ne renoncent pas au revenu d’un hôtel situé sur la paroisse Saint-Candé-le-Vieux, le cèdent à ferme et à louage à un Rouennais de cette paroisse mais se ménagent la possibilité d’y être hébergés « ainsi que se lesdiz religieux avoient besoing de fere residence a Rouen pour guerres pour passage de gens d’armes ou pour eschiquier »166.

78La tenue de l’échiquier de Normandie n’est pas ici la première cause citée, bien que souvent à l’origine des possessions urbaines de ces communautés. Contraints par l’absence de protections dignes de ce nom, plusieurs ordres religieux viennent d’ailleurs trouver refuge à l’intérieur des remparts. C’est chose faite dès 1411-1412 pour les religieuses de Saint-Mathieu-lès-Rouen, encore appelées les Emmurées, ce que nous apprend une charte de Charles VI, du dernier jour de février 1411 (n. s. 1412), évoquant :

  • 167 ADSM, 68 HP 3, à propos de leur droit en bois de chauffage à prendre en la forêt de Rouvray.

[…] l’umble supplique des religieuses ammurees de Saint Mathieu lez Rouen, contenant comme, par noz predecesseurs qui les fonderent oudit hostel, doivent illec tenir leur religion sans en partir se ce n’est pour raison du fait de la guerre et aucuns autres cas, lequel leur hostel est au dehors de nostre dicte ville de Rouen, oultre la riviere de Saine, sans aucune fortereche, pour doubte de laquelle guerre qui est de present, se sont retraites pour eulx mectre a sauvecté en un hostel que ilz ont loue en nostre dicte ville de Rouen ouquel ilz tiengnent leur religion en actendant que au plaisir Dieu ilz puissent briefment retourner en leur dit hostel de religion167.

  • 168 Les confronts d’une maison de la paroisse Saint-Pierre-du-Châtel mentionnent par côté et par bout « (...)

79Où trouvèrent-elles alors refuge ? Probablement paroisse Notre-Dame-la-Ronde, c’est en tout cas là qu’elles se trouvent en 1423, dans l’hôtel de Thomas Dubreuil, rue Courvoiserie, à proximité du beffroi168.

  • 169 ADSM, 26HP 105. L’ensemble des faits cités est connu par ce mandement qui évoque « plusieurs d’iceu (...)

80Les fortifications ne sont pas le seul souci des autorités en charge de la ville. En 1414 probablement, le cours de la fontaine Gaalor leur pose des problèmes : son débit s’est réduit des deux tiers et il n’atteint plus tous les points habituellement desservis. Après enquête un diagnostic est établi : « et ayent esté trouvez les conduis en aucuns lieux avoir esté faist anciennement de bost lequel estoit pourry et en aucuns autres lieux les conduis fais de pierre estre fondus ». Devant le refus de certains de participer aux frais entraînés par les travaux, Charles VI, dans un mandement adressé au bailli de Rouen, au début de 1415, lui commande de rassembler un nombre suffisant de notables de la ville pour établir « quelles parroisses et quelles personnes sont tenus a contribuer a ladite reparacion […]. Et ou cas que de ce faire seront refusans ou delayans, pour ce que la chose requiert scelerité et le bien publique comme dit est, contraignez les a ce faire »169.

  • 170 Bernard Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Paris, Librairie académique (...)
  • 171 La teneur de ces lettres est donnée par T. Bouquet, « Alain Blanchart », RSS, tome V, 1858, p. 183- (...)
  • 172 Adolphe Chéruel a publié les principales sources se rapportant aux événements de 1417, Histoire de (...)
  • 173 Selon les chroniques citées, deux dates sont proposées pour cette entrée des troupes bourguignonnes (...)
  • 174 L’expression est empruntée à Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, no 1, 1 (...)

81Il est vrai que, un temps contenues, les factions s’affrontent dans la ville. En avril 1417, le duc de Bourgogne adresse à Rouen, comme à la plupart des bonnes villes, des lettres dressant le procès du gouvernement armagnac170. En réaction, arrivent à Rouen, au mois de juin, des commissaires royaux dont la mission est d’assurer la mise en défense de la ville, les lettres de Charles VI évoquant la menace d’un siège de la ville par les Anglais171. Ils disposent pour cela de pouvoirs étendus, parmi lesquels la possibilité de lever l’impôt, de fixer le prix des denrées et d’expulser les séditieux. Après la publication par Raoul de Gaucourt, bailli armagnac de Rouen, des lettres d’accréditation des commissaires, les partisans bourguignons provoquent un soulèvement. Le bailli est assassiné dans son hôtel de la rue de l’Aumône. Son lieutenant ainsi que plusieurs autres officiers royaux connaissent un semblable sort172. Seul le château résiste aux émeutiers. Le dauphin Charles, institué depuis peu lieutenant général du roi pour l’ensemble du royaume, se dirige alors sur Rouen, où, après s’être vu refuser l’entrée, il ramène les Rouennais à l’obéissance et leur accorde des lettres de pardon. Mais un second coup de main, en janvier 1418, permet aux Bourguignons de se rendre maîtres de la ville et du château173. L’opinion publique normande, et tout particulièrement rouennaise, paraît alors acquise à Jean sans Peur, « réputé champion de la “reformation du royaume” »174.

  • 175 « Item apres le partement dudit mestre Jaspar, ledit hostel fut loué a Jehan Petit, lors viconte de (...)

82Faut-il attribuer aux bâtons royaux placés sur Saint-Lô le mérite d’en faire un abri sûr ? C’est en tout cas là que le vicomte de Rouen, Jehan Petit, paroissien de Saint-Lô, demeurant dans l’hôtel de la rue aux Juifs appartenant à la fabrique de la cathédrale, trouve refuge lors de l’entrée des Bourguignons175.

  • 176 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 3-4. Après l’enlè (...)
  • 177 Ibid., p. 34-36.

83À la fin de janvier 1418, la reine Isabeau, « aiant, pour l’occupation du roy, le gouvernement et administration du royaulme », adresse, depuis Troyes où elle réside, un mandement au capitaine et au bailli de Rouen pour qu’ils fassent détruire églises, châteaux et maisons fortes des faubourgs, « en telle maniere qu’ils ne peussent nuire a la dicte ville au siege que l’on disoit que les ennemis se preparoient y mettre »176. Six mois plus tard, la ville était investie par une forte armée anglaise. Entre-temps, pressé par les Rouennais, Jean sans Peur leur avait envoyé une troupe de capitaines avec environ quatre mille hommes d’armes177.

Notes

1 John W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1991, p. 253.

2 Citation française dans Alain Sadourny, « L’époque communale (1204 - début XIVe siècle) », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 76. Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale (1150-1382), Rouen, Périaux, 1843, tome I, en donne la citation latine à la page 93.

3 1205, Dirupta est magna turris Roberti per Regem Franciae Philippum, et novum castrum aedificatum ex altera parte civitatis per eumdem Regem iuxta fontem qui vulge dicitur Gaalor. Voir Pierre Labbe, « Chronicon Rotomagense sublatis minus necessariis ab anno Christi primo ad 1344 », in Novae Bibiothecae manuscriptorum librorum, Paris, Cramoisy, 1657, tome I, p. 370. Sur les châteaux construits par Philippe Auguste et sur celui de Rouen, voir John W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement…, p. 380-386 et Dominique Pitte et Bernard Gauthiez, Le Château de Philippe Auguste. Nouvelles recherches, catalogue d’exposition, Rouen, tour Jeanne-d’Arc, 1987.

4 « […] evertique fecit muros Rothomagi. Append. ad Rob. de Mont., Historiens de F., 18-347 », cité par Léon Fallue, « Essai sur l’époque de construction des diverses enceintes militaires de Rouen », Revue de Rouen et de la Normandie, 1846, p. 89.

5 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 77 et Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, tome I, p. 101.

6 « Les historiens sont généralement d’accord pour attribuer à Philippe Auguste la fondation de la troisième enceinte ; mais ils diffèrent d’opinion quand il s’agit d’en fixer l’emplacement », Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926, p. 62. Adolphe Chéruel attribuait, lui, cette enceinte, « dite enceinte de Saint Louis », à ce souverain (Histoire de Rouen…, tome II, p. 24). Il est vrai qu’une campagne de fortifications est menée par saint Louis en Normandie, en 1257. Voir Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 653. Une fouille menée à l’emplacement supposé de ce mur, en retrait du boulevard des Belges, à l’ouest de la ville, n’a pas davantage rencontré de vestiges de l’enceinte du XIIIe siècle que de celle du XIIe siècle, censées suivre à l’ouest le même tracé et atteindre toutes deux la limite des boulevards (selon Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise…, p. 62). La portion d’enceinte dégagée sur plus de 20 m de longueur, comportant les vestiges d’une tour en forte saillie par rapport à l’enceinte, ne peut avoir été édifiée avant 1416 et se rattache probablement à une campagne de refonte de la fortification aux abords immédiats de la forteresse construite par les souverains anglais. La fouille n’a par ailleurs retrouvé aucune trace d’une occupation antérieure à l’installation des frères prêcheurs, au milieu du XIIIe siècle. Voir Dominique Pitte, Bérangère Le Cain, Paola Caldéroni, « Les fouilles du rectorat (1992) : contribution à la connaissance des enceintes de Rouen », in Actes du 121e congrès des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26 au 31 octobre 1996), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1998, p. 117-134. La confusion régnant dans l’analyse des hypothétiques enceintes est aggravée par l’utilisation, sans discernement, des diverses concessions de fossés accordées par les rois de France, dans le cours du XIIIe siècle, trop systématiquement interprétées comme la marque d’un abandon du rôle militaire de cette enceinte. Une sentence de l’échiquier, en 1291, venant clore un différend entre le bailli et le vicomte de Rouen d’une part, le maire et les pairs de l’autre, à propos de la cession, moyennant rente, des fossés de la cité de Rouen, juge que « nostre seigneur le roy poeit et devoit baillier les devant dis foussés à clorre et non pas à herbergier ne à emplir, et que ceux qui herbergiés les avoient ou emplis seroient contraincts à les délivrer », Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome I, p. 300-301.

7 « En gros, les vicomtes normands accomplissent des fonctions similaires à celles des prévôts capétiens, et les juges itinérants normands ressemblent aux baillis capétiens. Malgré l’identité de titres, le bailli normand est le seul à ne pas avoir un homologue capétien exact », John W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement…, p. 286 et plus largement p. 285-298. Sur la façon dont les Normands se préparaient tout de même à vivre à l’heure française, voir Jean Favier, « La Normandie royale », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 196.

8 La décision de séparer le sort de la Normandie de celui des autres territoires angevins semble antérieure au lancement des campagnes militaires. John W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement…, p. 285.

9 Alain Sadourny, « Les marchands normands en Angleterre au lendemain de la conquête de 1204 », Cahiers d’études médiévales, no 1, 1979, p. 134.

10 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 78. Sur les incidences de la conquête de la Normandie sur la rivalité commerciale des deux villes, voir Adolphe Chéruel, « Lutte commerciale entre Paris et Rouen pendant les XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles », Revue des sociétés savantes, 1858, p. 174 et suivantes, et Alain Sadourny, « Les marchands normands en Angleterre… ».

11 Auguste Longnon, Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. I-II. Le texte du pouillé est édité dans Léopold Delisle, « Polyptychum Rotomagensis Dioecesis », RHGF, tome Xxiii, 1876, p. 228-329.

12 Le calcul est effectué à partir des superficies actuelles des communes. Henri Dubois, « L’essor médiéval », in Histoire de la population française, I, des origines à la Renaissance, Jacques Dupâquier (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 245.

13 Ibid., p. 247.

14 Le nombre de 7 618 donné par Jean-Pierre Bardet provient de deux erreurs : Saint-Herbland s’y trouve créditée de 60 chefs de feu au lieu de 80 et Saint-Pierre-le-Portier de 65 au lieu de 66, ce qui donne bien les 7 639 feux indiqués par Alain Sadourny. Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1983, tome II, p. 9 et Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 79.

15 Manquent, outre les paroisses pour lesquelles les chiffres ne sont pas connus, « les pauvres, les gens sans attaches (marins et marchands étrangers), les membres des communautés religieuses et toute la communauté juive qui semblait être assez importante », Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 79.

16 L’état actuel des connaissances se rapportant à la ville de Rouen dans les premières décennies du XIIIe siècle ne permet pas, à partir des données du pouillé, de proposer de façon raisonnable des calculs de densité. Relevons toutefois qu’avec une superficie d’1,1 ha, ses 80 chefs de feu, l’absence d’implantation religieuse sur son territoire, la densité pour la paroisse Saint-Herbland – exprimée en feux à l’hectare – ne devait pas être trop éloignée de 72. Elle ne peut être en tout cas inférieure. Mais combien de Juifs, de pauvres… y résidaient-ils alors ?

17 Voir Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 79. Adolphe Chéruel, calculant sur la base de 5 personnes par feu et estimant à 10 000 les non-dénombrés, arrivait à un total de 50 000 âmes (Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 284). Raymond Quenedey jugeait cette évaluation trop forte sur deux points : l’estimation à 5 personnes et les 10 000 personnes supplémentaires, ramenant l’estimation totale entre 25 000 et 30 000 habitants (L’Habitation rouennaise…, p. 57). Jacques Le Goff semble plus réservé vis-à-vis de ces chiffres puisqu’il place Rouen avec Bruges, Tours, Orléans, Amiens, Reims et Bordeaux parmi les villes comportant autour de 20 000 habitants. Jacques Le Goff, Saint Louis…, p. 69.

18 Voir p. 47.

19 Jean Richard, Saint Louis roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, Marabout, 1986, p. 402. Sur les chartes en faveur des couvents rouennais, voir notamment Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, Hardel, 1852, les nos 392, 524, 576, 577 pour les frères mineurs et 563, 603 pour les frères prêcheurs.

20 Ibid., nos 670 à 672, 678.

21 ADSM, G 2090, fos 219 à 224, 27 mai 1428. Sur l’installation des ordres mendiants à Rouen, voir H. Renaud, Le Rôle des ordres mendiants à Rouen à la fin du Moyen Âge (1220-1530), mémoire de maîtrise de l’université de Rouen, 1994, p. 18-19, et Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 87-88.

22 La lecture d’un manuscrit du XVIIe siècle, qui recense les inscriptions funéraires des divers édifices religieux rouennais, permet de mesurer leur influence (voir BMR, fonds Martainville, ms Y2).

23 Vers le milieu du XIIe siècle, les sessions de l’échiquier se tiennent surtout à Caen et Rouen. Elles se fixent à Caen, vers 1175, pour les deux sessions de Pâques et de la Saint-Michel, pour ne revenir à Rouen qu’après 1207. Voir Lucien Musset, « Le rôle de Rouen dans la Normandie ducale (911-1204) », Connaître Rouen, tome IV, 1971, p. 5.

24 ADSM, 9H 1014, 1219 n. s., concession par Adam, prieur de Saint-Lô, confirmée la même année par Robert, archevêque de Rouen, puis en 1224 par l’évêque de Coutances, par une charte datée de Rouen. Pour Beaubec, voir BNF, Nouvelles acquisitions latines, no 1801, f° 13.

25 Voir Répertoire des abbayes et prieurés de Seine-Maritime, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1979, p. 150-151. ADSM, 19H, cartulaire de l’abbaye, fos 187 et 120. En 1250 et 1251, ils rachetaient deux rentes de 10 s.t. pesant sur leur terrain (fos 120 et 194).

26 ADSM, 14H 18, juin 1247.

27 Le 1er pouillé, rédigé avant cette date, n’a pas enregistré les modifications et signale trois chanoines. Léopold Delisle, Polyptychum…, p. 230-231. Ces distributions atteignent 50 l.t. par an selon le pouillé de 1337 (y compris les 21 l. de la cure ?). Voir Auguste Longnon, Pouillés de la province de Rouen…, p. 2.

28 L’ordonnance de mars 1252 (n. s.) fut renouvelée par Eudes Rigaud en 1255 et approuvée par saint Louis, en avril 1256. Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’église Notre-Dame-la-Ronde », BCDA, tome VI, p. 129, et Léopold Delisle, Cartulaire normand…, no 500, p. 89, et no 557, p. 103, ainsi que ADSM, G 7372.

29 « Guillelmo dicto Lucratore », cité par le pouillé, est très probablement Guillaume Le Gaagneur, que l’on voit à plusieurs reprises acheter des rentes vers le milieu du XIIIe siècle (voir par exemple ADSM, G 4302, 1257 n. s.).

30 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, divisée en six parties, Rouen, Lebrun, 1731-1738, t. II, 4e partie, p. 45.

31 « Item ponit et probare intendit quod licet ante annum Domini 1316, et in ipso anno prior et canonici predicti haberent magnum monasterium seu ecclesiam cum turre et campanas in ipsa turre alta positas de quas omnes parrochiani dicte ecclesie poterant ipsas, cum pulsabantur, audire, quasque campanas dicti parrochiani pulsare consueverant et pulsabant pro populo ad divina convocando et tunc dicti parrochiani haberent locum ad dictam parrochialem suam destinatum et ordinatum, separatum a loco seu ecclesia dictorum priorum et conventus ac prioratus ipsorum, in quo ipsi prior et conventus suum servicium faciebant ». ADSM, G 6856.

32 « […] turris et campane, dicto anno, circa Pentecostes eiusdem anni, propter antiquitatem et debilitatem, ad terram corruerunt ». ADSM, G 6856.

33 «[…] modicum diversorium seu habitaculum».

34 « […] in quo officium suum divinum facerent coram seipsis et dictis parrochianis insimul et ecclesiastica sacramenta ipsis parrochianis ministrarent ».

35 Voir p. 83.

36 Voir pour Saint-Ouen, André Masson, L’Abbaye Saint-Ouen de Rouen, Rouen, Defontaine et Picard, 1930, p. 17, et pour la cathédrale, Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 88-92.

37 L’acte cite en confront la terre de Josce Judei fratris Bruni, c’est-à-dire Yossi, frère de Brun et fils de Bonnevie qui possédait un tènement paroisse Saint-Lô acquis avec son frère de Josceus filius Isaac, en 1203 (voir p. 54 du présent ouvrage). Voir Léopold Delisle, Cartulaire normand…, p. 47 et Norman Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d’une culture oubliée, p. 278, qui donne la transcription de Lechaudé d’Anisy. Voir Magni rotuli scaccarii Normanniae sub Regibus Angliae, Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy (éd.), MSAN, tome XV, 1846, p. 159.

38 ADSM, 14H 20, fos 103-104.

39 Le texte cite Bonnevie le Juif pour la terre placée à l’opposé de la rue (voir Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 279-282). La distance qui sépare la limite parcellaire de cette maison de la rue Courvoiserie est d’environ 35 m, ce qui laisse la place à une rangée de maisons au long de la rue et à une parcelle à l’arrière. En ce cas, la maison de Bonnevie se serait trouvée placée au sud de la précédente.

40 Voir la première partie de la thèse, à la fiche 415, et ADSM, G 2088, f° 45, avril 1285 ou 1286. Par ce bail, accordé par le bailli de Rouen, Jehan du Change se rend acquéreur soit de la parcelle 415 soit de la parcelle 701 située de l’autre côté de la rue (sur laquelle se trouve B5). Il possède déjà, à cette date, l’une des deux. On peut imaginer que le bailli cède, au nom du roi, un bien provenant d’une confiscation ou d’une saisie pour amende.

41 Sur Calot le Juif, voir Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 382-385. Les héritages qu’il tenait au nord de la rue – probablement la parcelle 418 – semblent appartenir ensuite à la veuve de Raoul Le Tellier, prénommée Ameline (voir Philippe Cailleux, thèse, p. 259-260). Au sud de la rue, sa mention dans les confronts d’un tènement borné par la suite par le manoir de la ville – la parcelle 701 de Saint-Lô – est intéressante. Est-il alors détenteur d’une ancienne portion de la « terre aux Juifs » ? La localisation de son tènement laisse un doute entre deux hypothèses : il peut s’agir d’une portion de ce qui allait devenir le manoir de la ville ou bien encore d’une maison comprise entre ce manoir et la parcelle 701 qui porte au XVe siècle l’enseigne du croissant et qui devait une rente de 40 s.t. à la ville (parcelle 328 de Notre-Dame-la-Ronde).

42 ADSM, G 2088, f° 45, 1285 ou 1286. De quel Yossi s’agit-il ? Pas de trace de Joste dans la partie de l’acte qui précède la mention.

43 Pour Norman Golb, cette faible somme est le résultat d’un compromis entre le roi et la ville (Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 407-409). Relevons par ailleurs que la dizaine d’actes du XIIIe siècle ayant trait à la paroisse Saint-Herbland ne mentionne aucun tenant juif.

44 Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, Lestringant, 1934, p. 19-25. On y trouve une réfutation des opinions différentes de Léopold Delisle et Adolphe Cheruel.

45 Ibid., p. 60, où l’auteur envisage sa construction vers 1240.

46 Voir le présent ouvrage, p. 87.

47 En 1231 et 1287, un tènement de la paroisse Saint-Herbland, placé devant la cathédrale, rue Grand-Pont, est dit en la boulangerie (in bolengaria) (ADSM, G 4299 et 3541). ADSM, G 3540, juillet 1257 : la mercerie est dite du « Post-Morand » ou du « Port-Morand » selon les cas. ADSM, G 4356, 1227, pour un tènement in Corveseria et 14 H 18, f° 98, 1231, pour un tènement in Macello.

48 Ordonnances des roys de France de la troisième race, recueillies par ordre chronologique, Paris, Imprimerie royale, 1723, tome I, p. 789-790. Ordonnance de Charles IV le Bel, de décembre 1325, qui réagit à l’installation de changes « en plusieurs autres lieux divers & obscurs » établis par des chaussetiers, chandeliers, merciers, épiciers et autres personnes, et interdit toute autre localisation de cette activité qu’il soumet à contrôle.

49 Rue Saint-Lô, ADSM, 9H 999, 1293 ; la rue qui mène au portail de Saint-Lô, perpendiculaire à la précédente, est pavée en 1251 au plus tard, 19 H cartulaire, f° 120, novembre 1251 ; rue aux Juifs, ADSM, G 2088, f° 45, 1285 ; rue Grand-Pont, ADSM, G 3541, 1286 ; rue de la Porte-aux-Fèvres (future rue aux Ours), ADSM, 14 H 20, f° 108, 1271 ; rue Dourdonne, ADSM, G 3674, 1259 n. s. ; rue du Comte-de-Leincestre, ADSM, G 4356, 1291. Curieusement, nous n’avons pas trouvé de mention semblable avant la première moitié du XIVe siècle pour la rue Courvoiserie, que l’on peut tout de même supposer pavée étant donné l’importance de cet axe.

50 Voir par exemple ADSM, 9H 1017, décembre 1231, pour un tènement de la rue Percière, et ADSM, G 2090, fos 62-63, 1284.

51 Voir Charles de Beaurepaire, « Notice sur les halles de la Vieille-Tour de Rouen », Pr. TAR, 1889-1890, p. 243-245. La cession se fait pour un montant annuel de 3 000 l.t. Les origines marchandes de la place du Vieux-Marché tout comme celles de la « halle des marchands » évoquée plus haut et dont une partie fut nouvellement édifiée dans le dernier quart du XIIe siècle, restent bien obscures.

52 Voir Lucien Musset, « Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », AN, no 1, 1976, p. 12.

53 BMR, registre T1, f° 65. En 1375, le chapelain de la chapelle du manoir de Déville, appartenant à l’archevêque de Rouen, se voit attribuer le tènement, après une procédure exercée, pour une rente de 46 s.t., à l’encontre du prévôt et des échevins des cordonniers rouennais. En 1387, elle est transformée en habitation puisqu’y demeure un certain Pierre Guerould (BMR, registre T1, fos 66-67).

54 On rencontre ce nom au XIIe siècle, voir par exemple Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô de Rouen…, Rouen, Cagniard, 1891, tome II, p. 330, pièce 19, « in domo Durandi carnificis super Renellam ». Sur son étymologie, voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Rouen, Lestringant, 1930, p. 379-383.

55 Voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Rouen, Lestringant, 1930, p. 71-72. On sent l’auteur assez peu convaincu des droits de Saint-Lô.

56 « […] pro quadam domo que fuit Roberti Anglici et pro aque ductu fontis eorumdem super quibus erat contentio ». Voir BNF, Nouvelles acquisitions latines, no 1801, f° 13.

57 BMR, registre V1, f° 255, 1299, n. s. 1300.

58 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome I, p. 281-282. La concession de saint Louis est de la même année. Revenant sur la cession, un acte de 1456 dit qu’il est accordé que le roi « prinst ou feist prendre de l’eaue des conduis de la fontaine yssant des fossez du chastel de ladite ville, lors nomme Gaalor et de present nommee la fontaine du chastel, plain pouce en ront » (ADSM, 2E1/187, 25 mai 1456). Que représentent, au milieu du XIIIe siècle, les droits de la ville sur Gaalor ? Le « cours de la ville » n’existe pas encore. Preuve en est qu’en 1257, pour faire venir l’eau, il faut installer les conduites. D’ailleurs quel lieu desservirait-il ? La donation laisse supposer que la ville possédait des droits sur la fontaine alors appelée Gaalor et probablement sur la Renelle mais le texte de 1456 montre que le roi en détient sur la fontaine du Château.

59 André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines…, p. 159-160.

60 Sur ce tracé voir ADSM, 12 fi 34 (plan de la fin du XVIIe siècle) ainsi que G 2088, fos 125-126, procès-verbal de visite de 1415. Un acte de 1319 mentionne le cours de la fontaine au cimetière (André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines…, p. 52).

61 Voir p. 255, à la rubrique « fontaines et puits ».

62 Voir André Cerné, Les Anciennes Sources et Fontaines…, p. 213-214 et 403. L’abbaye utilisait ses propres sources, situées au nord-est de son emplacement. La source s’ajoute alors à deux autres.

63 Les troubles sociaux ont touché plus tôt la Flandre, dès le milieu du siècle. Voir André Leguai, « Les troubles urbains dans le nord de la France à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle », RHES, no 54, 1976, p. 281-282.

64 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1993, p. 27, définissent le patriciat comme « un groupe de familles qui, se perpétuant au gouvernement municipal, en exerçait le monopole ». Le trait est peut-être un peu forcé dans le cas rouennais : pour la seconde moitié du XIIIe siècle, les 48 noms connus appartiennent à 20 familles différentes et seules 2 des 5 familles citées y figurent, se partageant la mairie pour 11 années. Pour consulter la liste des maires, voir Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir), Toulouse, Privat, 1979, p. 427-430. Le nombre des pairs connaît une réduction sensible : « vingt-cinq à vingt-sept au maximum, vingt-deux même dans un monitoire du chapitre de 1291 (sur les 22 noms il y avait douze maires). En un siècle, le nombre des pairs s’était réduit des trois quarts », Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 93.

65 « En 1276 déjà, le roi avait été obligé de supprimer la maltôte qu’il avait tenté de lever à Rouen. En 1283, deux ans après les troubles, des commissaires royaux viennent à Rouen pour y régler, avec la municipalité, l’administration financière. Certes, les documents sont muets sur l’origine sociale des émeutiers mais ce n’est pas beaucoup s’avancer d’affirmer que leur colère avait été provoquée par le sentiment de l’inégale répartition des charges », André Leguai, « Les troubles urbains dans le nord de la France… », p. 288-289. Sur l’endettement de la ville, voir Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 93.

66 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 94.

67 Voir Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises. Caractères et évolution des origines au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1970, p. 163-164, et Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 45-46. On trouve une relation des événements dans la Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, Hercule Géraud (éd.), Paris, Renouard, 1843, tome I, p. 282.

68 Voir Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 95, et Alain Leguai, « Les troubles urbains dans le nord de la France… », p. 298-299.

69 Philippe le Bel ne leur rendit qu’en 1309, et moyennant finance, le droit de percevoir le péage du pont de Seine. Adolphe Chéruel souligne que les Rouennais, ayant appris « à ménager le roi et ses ministres, s’empressèrent d’accorder à Enguerran de Marigny le libre passage sous le pont de Rouen pour toutes les denrées qui venaient de ses domaines ou qu’on y transportait ». Ce droit fut remis en cause dès 1315 par Louis X. Voir Adolphe Chéruel, « Lutte commerciale entre Paris et Rouen… », p. 177.

70 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 63-64.

71 Alain Sadourny, « L’époque communale… », p. 97. Sur l’analyse de la nouvelle constitution et notamment le rôle des douze prud’hommes du commun créés pour la circonstance, voir Eugène Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, Académie des sciences, belles-lettres et arts, 1932. Michel Mollat et Philippe Wolff relèvent qu’en 1345 et 1358 les gens du commun accusèrent les plus riches des bourgeois rouennais de ne pas appliquer loyalement la charte (Les Révolutions populaires en Europe…, p. 63).

72 Le mouvement insurrectionnel qui agite le royaume, à partir des derniers mois du règne de Philippe le Bel, qualifié de mouvement de barons par Jean Favier, se termine ici plus tôt qu’ailleurs. La charte aux Normands est « la première des chartes par lesquelles le roi capitule devant l’indignation des barons et des villes », Jean Favier, « La Normandie royale », p. 211.

73 L’expression est empruntée à Philippe Contamine. Voir Philippe Contamine et al., L’Économie médiévale, Paris, Armand Colin, 1993, p. 292. Pour l’analyse des « formes et symptômes du malaise », se reporter aux pages 293 à 297.

74 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie du début du XIVe au milieu du XVIe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 251-269 et 50-52. Utilisant le quotient « feux de monnéages 1347/ménages du pouillé du XIIIe siècle » pour les paroisses des faubourgs de Rouen et constatant sa valeur plus faible en ville qu’en milieu rural, l’auteur conclut que la place relative de la ville a décru depuis le milieu du XIIIe siècle. Mais la date de 1347 est trop proche de deux événements : le passage des troupes anglaises et la création d’une nouvelle enceinte commencée depuis l’année précédente. Cette dernière opération, qui implique expropriation et destruction de maisons, peut également entraîner des déplacements de population intra-muros. Or, des six paroisses retenues parce que soumises en totalité au paiement du monnéage, deux sont concernées par le tracé de cette nouvelle enceinte et l’on sait que des maisons y ont été abattues l’année précédente (Saint-Godard et Saint-Hilaire) tandis que deux autres relèvent de la banlieue et non des faubourgs.

75 Roger Jouet, « Autour de la Peste noire en Basse-Normandie au XIVe siècle. Une méthode d’investigation », AN, no 4, 1972, p. 267-268, qui place donc cette arrivée au 25 juillet 1348, supposant donc qu’il s’agit de la fête de Jacques le Majeur.

76 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 34-35. S’agit-il de la fête de la « nativité » (24 juin) ou de celle de la « décollation » du saint (29 août) ? Le fait que le rédacteur de la Chronique manuscrite de Sainte-Catherine, pour comptabiliser les victimes rouennaises, parte de la dernière semaine d’août pour s’arrêter à Noël est un argument en faveur de la seconde fête, ibid., p. 34, citation de la chronique. L’indication d’une fin de l’épidémie à la dernière semaine d’août 1348 (Roger Jouet, « Autour de la Peste noire… », p. 267) est une erreur. Le chiffre de 100 000 victimes rapporté par le chroniqueur n’a pas grande valeur mais il montre que l’énormité de la mortalité a frappé les survivants. Voir également Charles de Beaurepaire, « Note sur la Peste noire de 1348 », BCDA, tome X, 1894, p. 94-96.

77 ADSM, G 7134, cité par Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 261. On mentionne encore la peste à Rouen en 1350, voir Henri Dubois, « La dépression », in Histoire de la population française, I, des origines à la Renaissance, Jacques Dupâquier (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 316.

78 Voir Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans à la Harelle », in Histoire de Rouen, p. 100.

79 En 1362, l’ouest du royaume est touché par ce que les contemporains ont appelé la « seconde peste », Henri Dubois, « La dépression », p. 324-325. En 1379, une autre peste est signalée à Rouen. Voir Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 100.

80 Voir Jean Favier, « La tourmente », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1987, p. 219.

81 Sur cette première chevauchée anglaise, voir Philippe Contamine, La Guerre de Cent Ans, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 27-30, Jean Favier, « La Tourmente », p. 219-220. Philippe VI se trouvait alors à Rouen comme le montre la Continuation de la Chronique de Richard Lescot : Postea Luxovium intrans, per Falesiam, Trouart et Beccum transiens hostiliter, prope Rothomagum, ubi rex Philippus erat, pervenit […]. Voir Chronique de Richard Lescot religieux de Saint-Denis (1328-1344) suivie de la continuation de cette chronique de Richard Lescot (1344-1364), Jean Lemoine (éd.), Paris, Renouard, 1896, p. 72.

82 Voir Philippe Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers et économiques », RH, tome CCLX, juillet-septembre 1978, p. 37. Sur l’enceinte comme forme d’investissement défensif, voir le même article.

83 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 26-29. On y trouve quelques montants d’indemnités reçues, en 1347, par des bourgeois expropriés dont les biens se trouvaient paroisse Saint-Éloi, paroisse Saint-Hilaire ou encore en Aubevoie. À en croire la Chronique normande de Pierre Cochon il y aurait eu deux enceintes : d’abord une simple palissade doublée de fossés, ensuite une muraille de pierre renforcée de portes : « Et fu toute la belle quesnee du bosc de Bihorel jouxte Rouen toute abatue pour faire des hez a faire les pallis entour la chité de Rouen. Et fut cette closture commenchee l’an mil. CCC.XLVI. Cy lairon a parler de ceste closture de portez et de murs de pierres en son lieu », Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, Charles Robillard de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. 70.

84 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 28. Pour les demandes de subsides, voir Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 258-259.

85 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 95.

86 Voir Amable Floquet, Essai historique sur l’échiquier de Normandie, Rouen, Frère, 1840, p. 103.

87 Marie-Thérèse Caron, Noblesse et Pouvoir royal en France XIIIe-XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1994, p. 93.

88 Sur le « drame du château de Rouen », voir Françoise Autrand, Charles V le Sage, Paris, Fayard, 1994, p. 174-182. Outre les lettres de défi de Philippe de Navarre, l’auteur cite celles d’une dizaine de chevaliers envoyant les leurs de Cherbourg et d’une vingtaine d’autres réunis autour de Geoffroy d’Harcourt, ibid., p. 183.

89 Voir Jean Favier, « La tourmente », p. 220, et Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 99.

90 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 95 et 97. Cité par Philippe Contamine qui relève toutefois qu’un tel comportement d’hostilité des villes, même s’il s’est répété, est loin de représenter l’attitude prépondérante : voir « La noblesse et les villes dans la France de la fin du Moyen Âge », Bulletino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, no 91, 1984, p. 476.

91 Sur la cérémonie expiatoire de Rouen, voir Françoise Autrand, Charles V le Sage…, p. 284-286.

92 Le dauphin voulait croire, habilement, que la prise du château constituait une mesure de sécurité pour « s’opposer à ce qu’il fût livré par trahison à nos ennemis », voir Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 119.

93 Pour une description de la Normandie divisée, voir Jean Favier, « La tourmente », p. 219-220.

94 Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 99.

95 À propos de cette expression, Jean Favier remarque qu’elle fait trop souvent oublier que les Navarrais en question sont souvent originaires de Guyenne ou de Normandie. Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, article Charles le Mauvais, p. 251.

96 Voir Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome I, 1843, p. 353-356. Le changement est, sous cet angle, bien tardif, à moins que la reprise du conflit et les revendications d’Édouard III n’aient rendu ce léopard trop voyant. Rappelons qu’entre 1356 et 1360, plusieurs actes émanés de la chancellerie anglaise attribuent à Édouard III le double titre de roi de France et de duc de Normandie (voir John Le Patourel, « Édouard III, “roi de France et duc de Normandie”, 1356-1360 », RHDFE, tome XXXI, 1953, p. 317-318).

97 Michel Mollat, « La draperie normande », in Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (secoli XII-XVIII), p. 403.

98 BNF, nouvelles acquisitions françaises 21707, no 1.

99 Voir Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse de doctorat, Université de Paris IV, 1988, p. 141, ADSM, 2E1/151, 13 novembre 1365. Son nom apparaît dans l’obituaire de Notre-Dame-la-Ronde (ADSM, G 7418).

100 Raymond Cazelles relève l’existence de deux Vincent du Val Richer, l’un bourgeois de Paris et l’autre bourgeois de Rouen, tous deux élus, en même temps, gouverneurs des subsides : Raymond Cazelles, Étienne Marcel champion de l’unité française, Paris, Tallandier, 1984, p. 235. Selon lui, le bourgeois qui paraît au Conseil royal, à partir de mars ou avril 1357, avec d’autres bourgeois choisis par les États qui viennent de se tenir, est très probablement le Rouennais, ibid., p. 193-194. Une maison appartenait à sa famille, paroisse Notre-Dame-la-Ronde, à côté de celle de maître Bertaut Jourdain (ADSM, 2E1/151, 9 décembre 1365). On trouve également le nom de Vincent du Val Richier dans l’obituaire de Notre-Dame-la-Ronde. S’agit-il du maire de Rouen en 1347-1348 ou de son fils ?

101 Sans oublier le clergé rouennais. Quelques années plus tard, un chanoine rouennais, Michel Durand, tenant parti pour le roi de Navarre, obtient de Charles V des lettres de rémission pour « toutes offenses crimes et malefices » qu’il aurait pu commettre de la Toussaint 1357 jusqu’à la date des lettres (ADSM, G 3716, 20 juin 1365). Quant à Philippe d’Alençon, l’archevêque de Rouen, il est connu pour ses sympathies navarraises, voir François Neveux, « Nicolas Oresme et le clergé normand du XIVe siècle », RH, no 569, janvier/mars 1989, p. 59.

102 ADSM, 2E1/151, 5 août 1364 et 28 juin 1365.

103 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant l’époque communale…, tome II, p. 295-299. Cité par Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 268. Une charte du dauphin Charles, au bénéfice de l’hôtel-Dieu, datée d’octobre 1359, nous livre une description rapide de la situation, s’attardant surtout sur le sort des femmes enceintes accueillies par cette communauté : « en oultre que le pais d’envyron Rouen a esté tant et tellement grevé et opprimé par iceulx que moult de bonnes gens du pais se y sont traiz a refuge, qui en maladie sont cheuz et plusieurs femmes aussi, descheues de leur chevance, grosses et encaintes, necessaire y a convenu, et de jour en jour convient, recevoir et leur administrer leurs necessitez et leurs enfans soustenir », voir Gustave Panel, Documents concernant les pauvres de Rouen, tome I, Rouen, Lestringant, 1917, p. 3.

104 Les exemples de sous-affermage sont nombreux. Dans ce contrat de 1360, la multiplication des intervenants et le morcellement des fermes sont très sensibles : trois bourgeois rouennais – parmi lesquels figurent deux paroissiens de Saint-Lô – prennent des fermiers de « l’imposicion du grant pois de la ville de Rouen » – il s’agit de Jehan Postel, de Percheval Lemperial et de leurs compagnons – diverses petites fermes dont celle de l’imposition de détail des figues et raisins. Mais il est précisé que cette ferme ne vise que les ventes des « espiciers qui vendront en l’eictre Nostre Dame de Rouen et non autres ». On retrouve le même type de restriction géographique pour la dinanderie et l’étamerie visées par le même contrat (ADSM, 2E1/150, mercredi précédant le pardon Saint-Romain 1360). De 1360 à 1370, nous avons recensé au moins 5 fermiers parmi les 32 paroissiens de Saint-Lô dont nous avons retrouvé la trace (voir ADSM, 2E1/151, f° 167, 2E1/152, f° 34 r° ainsi que le précédent contrat).

105 François de Beaurepaire, « Les sources de l’histoire du Moyen Âge à la bibliothèque de la ville de Rouen… », CLD, tome XIII, fasc. 2, 1964, p. 36-37, no 121, 11 avril 1357, et AN, KK 1309, no 196.

106 AN, JJ71, p. 121v°, novembre 1338. Cette charte mentionne les lettres de Philippe le Bel en 1308. Le mois n’est pas précisé.

107 Les actes de la première donation (à moins qu’il ne s’agisse d’un achat) – le tènement de Michel Canterel – n’ont pas été retrouvés. Elle se place entre novembre 1336 et la chandeleur 1337, comme le montrent les actes du second tènement. La première date est celle de la vente du tènement de Guillaume de La Commune, paroissien de Saint-Lô, à Emon Le Sauvage. On y cite, en confront, « l’eritage Michel Canterel à cause de sa femme ». La seconde est celle de la donation du tènement aux carmes, par le nommé Emon Le Sauvage, habitant Saint-Nicolas-le-Painteur. Le terrain apparaît alors borné par la maison « as diz freres » (ADSM, 32HP 26). François Farin évoque le rôle de Pierre Roger, alors archevêque de Rouen, qui, en 1336, « les fist entrer dans la ville et leur assigna un lieu propre pour se loger, près de la porte Beauvoisine, et la chapelle de Sainte Apolline leur fut donnée » (Histoire de la ville de Rouen, tome II, 6e partie, p. 66). Mais il n’est fait état, dans le premier acte d’amortissement, que des deux tènements cités. Par ailleurs, la mention de porte Beauvoisine pour désigner la porte de Grand-Pont est pour le moins étonnante au XIVe siècle. Dans son Histoire des pères carmes de Rouen, écrite au XVIIIe siècle, le père E. Guéroult mentionne, lui aussi, le rôle du futur Clément VI mais parle d’une inscription « a une ancienne vitre dans la chambre ditte du Reverend pere provincial ». Il rapporte également que Philippe VI « nous donna et amortit la place de la chapelle de Sainte-Apolline (comme nous tenons par tradition ayant de tout temps successivement fait la memoire commune de cette sainte […]) ». La parenthèse est ajoutée pour expliquer l’interprétation à laquelle l’auteur se livre, car les pièces qu’il a en main ne citent à aucun moment cette chapelle. Voir BMR, ms Y 205, f° 21 et 19.

108 ADSM, 32 HP26, charte de Jean, fils aîné du roi de France, alors duc de Normandie, comte d’Anjou et du Maine qui, en juin 1337, reconnaît avoir vu les lettres de son père, du même mois, et consentir à leur contenu « sauf en aucunes choses nostre droit et en toutes l’autrui et sans preiudice des habitans de la dicte ville de Roen ou aucun autre » et AN, JJ 71, no 255, avril 1339.

109 ADSM, G 6860. La rente est rachetable par 120 l.t. Le curé de Saint-Lô, qui est l’un des religieux du prieuré, n’exclut pas de réclamer d’autres compensations au cas où les carmes procéderaient à de nouvelles acquisitions sur le territoire de sa paroisse.

110 Mise à part la dotation initiale, les premiers donateurs de tènements assis paroisse Saint-Lô sont la veuve de Guillaume de Préaux, en 1340 – qui donne également un calice d’une valeur de 13 l. 10 s.t. et demande à être associée aux prières – et un certain Jehan Bourdet, paroissien de Saint-Lô, en 1348, qui demande à être inhumé au cimetière des carmes. En 1340 (n. s.), un tènement est acheté à Ricart Vincent dit Barate et à sa femme. Voir ADSM, 32HP 26.

111 ADSM, G 6860. Après le bornage, le maire amortit la place – « afin que nous, maire devant dit, leur voussissons de grace d’amortir le lieu dessus dit en tant comme a nous peut et doit appartenir […] sauf et reservé tel droit comme les rentiers qui ont rente sur les dis lieus ont » – et, en récompense, les religieux accordent « a nous, successeurs de ladite ville », une messe de Notre-Dame par semaine, le mercredi, et plus généralement de les associer à leurs bienfaits (ADSM, 32HP 26, 1er juillet 1338).

112 ADSM, 32HP 26 pour les trois pièces, et AN, JJ 87, no 216, 217 pour 1359. Dès 1348, les frères carmes avaient obtenu du chapitre cathédral qu’il leur cède deux maisons appartenant à la fabrique moyennant 18 l.t. de rente annuelle et la garantie de pouvoir faire valoir leurs droits sur la totalité des biens desdits frères (ADSM, G 2088, fos 11-13).

113 ADSM, 32HP 26, 2 pièces, l’une d’Antheaume de Marromme du 7 décembre 1360 et l’autre de frère Jehan, humble prieur des frères de l’ordre de Notre-Dame du Carme, du 12 décembre suivant.

114 En raison de l’accroissement de leur emprise sur l’îlot, les nouvelles parcelles se trouvent aussi bien sur la paroisse Saint-Lô que sur celle de Saint-Amand. Raoul du Boueley leur donne un tènement de la paroisse Saint-Lô, en 1351 (n. s.) (ADSM, 32HP 1) et, en 1357, ils achètent à Guillaume de Hatentot et sa femme une maison de la rue Grand-Pont (ADSM, 32HP 26). En 1374 ou 1375, Andrieu Grente, avocat du roi, leur laisse un tènement de la paroisse Saint-Lô ayant issue sur la rue de l’Aumône pour 30 l.t. de rente par an, rente rachetée l’année suivante à l’exception d’un denier, par 300 francs d’or. Relevons encore la vente d’un tènement de la paroisse Saint-Amand, en 1386 (n. s.), comprenant une remise du vendeur – Aymery Blanchy, paroissien d’Yerville (Seine-Maritime) – qui « délesse » aux carmes 5 l.t. des 35 de la vente « pour le quart d’un anuel pour les ames de son pere et mere [sic] » (ADSM, 32HP 26).

115 C’est en 1372 que les carmes prirent effectivement possession d’une maison de la rue de la Chaîne, donnée quelques années plus tôt par ce chevalier « pour faire leur enfermerie » (ADSM, 32HP 26, déclaration de biens non amortis en date du 12 février 1404, n. s. 1405). Ce bâtiment n’étant pas commencé, le frère dudit Campion intente un procès aux carmes, « lequel procez fut jugé par le roy Charles qui le termina » ; la maison revenait audit frère et à son pupille et neveu puis, à leur mort, aux religieux qui se voyaient donner par le roi l’amortissement et les frais du procès (BMR, ms Y 205, f° 25). Macy Campion (ou Massieu ou Mace ou Matthieu), chevalier et seigneur du Boschéroult, sénéchal de l’archevêque (en 1320, 1325, 1332 et 1344), assiste, parmi les sages, à l’échiquier de Pâques 1348 (voir Fernand Soudet, Mémorial de l’échiquier des archevêques de Rouen. 5 juin 1381, Caen, Jouan et Bigot, 1926, p. 33). On trouve également son nom dans la liste des présents à l’échiquier de Normandie. Selon François Farin, il figurait parmi les nobles à l’échiquier de 1346 et son nom paraît auparavant parmi les avocats en 1336 et 1337 (Histoire de la ville de Rouen, tome I, 2e partie, p. 27-28).

116 ADSM, 32HP 26. Ces contrats sont conservés en petit nombre. Ils montrent que les carmes pratiquent le bail à viage du ou des preneurs. Quelques contrats comportent des clauses de réservation. Par un arrangement du 22 juillet 1377, le prieur rouennais Jehan de Saint-Ligier remet 20 s.t. de rente au tenant à viage d’une maison « pour la cause d’une partie d’un gardin […] laquele partie nouz avon prise pour l’acressement de nostre lieu ». Il s’agit de la simple exécution d’une clause prévue au contrat initial, datant de 1368, et prévoyant la possibilité pour le bailleur de reprendre une bande de 3 pieds de terre (environ 1 m) du jardin, près de la clôture. L’accroissement est ici bien modeste. On trouve une clause similaire dans un contrat du 22 avril 1361 (ADSM, 2E1/150).

117 La fondation du duc de Bedford (voir p. 127) permet d’avoir une idée a minima de leur importance. Les 14 rentes citées pour un montant de 55 l. 15 s.t. ne recouvrent pas la totalité de la charge comme le montrent, par exemple, le rachat, en 1524, d’une rente créée en 1301 ou encore la rente de 38 s.t. non énumérée par la fondation et qu’ils payent encore, en 1590, au domaine ordinaire de la vicomté (ADSM, 32HP 1, 27 mai 1524, et 2B 765, f° 185).

118 Il existe plusieurs copies de ce texte, repris par ailleurs dans celui de 1363, évoqué après (ADSM, G 6855 et 6856). On le trouve publié dans Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô…, tome II, no 65, p. 399-403.

119 L’accord mentionne « la vielle massonnerie de la chapelle S. Paul » et un peu plus loin « l’advancement des vieilles fermes », ce qui montre que l’on a conservé des parties plus anciennes.

120 Les travaux envisagés concernent aussi bien des raccordements aux piles que des aménagements de charpente et couverture.

121 « Parrochiani parrochie Sancti Laudi quandam turrim altam quam campanille nominant, extra dictam ecclesiam et eidem ecclesie contiguam de novo fieri et edificari atque erigi de facto fecerunt ». ADSM, G 6856.

122 Voir ADSM, G 6856. Les conclusions de cette affaire manquent au dossier. Cette tour est probablement celle qu’un texte de 1415 se rapportant à la fontaine Notre-Dame désigne comme « tour carree nommee la cappelle Saint Michiel », à proximité des murets fermant l’aître de la paroisse, et que l’on voit représentée, en saillie sur le cimetière, dans le Livre des fontaines (voir ADSM, G 2088, f° 126).

123 ADSM, G 7465. Le premier détenteur de cette vicairie est Jehan Le Villain, fils du fondateur. Elle lui rapporte 40 l.t. par an. Quant au fondateur, membre d’une famille rouennaise possédant des biens paroisse Notre-Dame-la-Ronde, il est vraisemblablement apparenté à Jehan Le Villain le jeune, qualifié, en 1356, de « trésorier du subside octroyé pour la guerre en Normandie et député pour les bailliages de Rouen, Caux et Gisors », voir François Blanchet, « Sources de l’histoire de la Normandie aux Archives nationales, série KK », CLD, tome xv, fasc. 3-4, 1966, p. 21, no 1. Il ne s’agit probablement pas du même personnage si l’on se réfère à cette mention de la succession de feu Jehan Le Villain le jeune, le 23 avril 1362 (ADSM, 2E1/150).

124 La fondation est mentionnée au siècle suivant (ADSM, 2E1/186, 28 décembre 1454). Le décès de sire Jehan d’Orbec survint en octobre 1363 au plus tard. À cette date, son fils aîné, Guillemin, est « sous aagié » (voir BMR, tiroir « Réserve archives », 30 octobre 1363). En 1364, les tuteur et amis des enfants obtiennent de messire Guillaume de Dormans, chevalier, conseiller du roi et chancelier en Dauphiné, l’étalement du paiement d’une dette de 3 137 francs. Cette dernière somme représente le reste, dû au trésor royal, du dernier compte du trésorier, utilisé par le souverain pour régler au chancelier une dette (ADSM, G 2089, fos 373-374). Le droit de présentation est exercé au moins une fois au bénéfice de la famille puisqu’à la fin du XIVe siècle, le chapelain n’est autre que maître Guillaume Dorbec, fils aîné du trésorier et, quelques années plus tôt, chanoine de Harlebeke, en Flandres (Belgique) (ADSM, 2E1/153, f° 77, et 2E1/154, f° 280 vo). En 1464, ce droit appartient, pour la chapelle Saint-Mathieu, à Jehan Vincent, arrière-petit-fils du fondateur (ADSM, G 1231). La dévotion du trésorier à saint Jacques se lit dans le fait que son autre fils porte ce prénom.

125 Avec les deux mentionnées par le pouillé (voir p. 63), et les deux nouvellement créées. À moins qu’il ne s’agisse des deux premières, les chapelles Sainte-Catherine et Saint-Louis viennent s’ajouter aux quatre précédentes (BMR, ms Y29, tome III, no 69, 5 janvier 1373 (n. s.) et ADSM, 2E1/155, 23 septembre 1394).

126 André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 26-27. Les divers actes de vente cités ont été utilisés par cet auteur qui donne par ailleurs un schéma exact de la position approximative des différentes parcelles. Il a pour cela utilisé le plan de l’hôtel de ville dressé en 1738 par un menuisier rouennais, nommé Vernisse, qui a eu l’heureuse idée d’inclure dans son dessin les limites des propriétés bordant l’hôtel de ville. La conjonction des actes disponibles dans le chartrier de la ville et du plan de Vernisse sont à l’origine de la restitution reproduite à la page suivante.

127 Il s’agit probablement du procureur du duc de Normandie cité, par exemple, le 24 janvier 1359 (n. s.), voir BMR, tiroir 50.

128 BMR, tiroir 50 et registre T1, fos 5 et 6. Les florins sont dits à « l’escu du coing du roy ». Le tènement était chargé de 2 rentes : l’une de 9 l.t. à Jaques Du Chastel l’aîné et l’autre de 16 l. dues aux héritiers de Jaques Du Chastel dit « Le Cras ». Le rachat de la rente de 9 l. le 21 novembre 1352 est évoqué ci-dessus. Quant à celui des 16 l., il ne se fait que plus tard, en 1366 et en trois fois, par acquisition de 5 l. 6 s. 8 d.t. à chacune des filles de Jacques Du Chastel, BMR, registre T1, fos 5 et 6 et ADSM, 2E1/151, 22 mars 1365, n. s. 1366. Il en coûte encore 100 florins à la ville.

129 BMR, registre T1, f° 5.

130 La pièce de vente d’une petite portion appartenant à Vincenote Du Chastel, citée dans les confronts, manque.

131 Raymond Quenedey datait l’un des corps de bâtiment à galerie de 1410, tout en ajoutant un point d’interrogation à sa datation, L’Habitation rouennaise…, p. 396. André Cerné relève que le bâtiment du fond fait l’objet, en 1410, d’un marché pour la réparation « de soleure des galleries du manoir de lad. ville, laquelle estoit tres ruineuse et pourrie » (Les Anciens Hôtels de ville de rouen…, p. 32). Il est donc plus ancien. Quant à l’aile est, le même auteur la voit contemporaine de la précédente mais faisant probablement l’objet de modification lors de la construction de la chapelle, vers le milieu du XVe siècle.

132 BMR, tiroir 50, 24 janvier 1358, n. s. 1359, et 2E1/153, 6 septembre 1381. En 1370, deux étals à boucher sont même dits « seanz soubz Cacheribaut », ADSM, 2E1/152, 1er octobre. La base de cette tour a subsisté dans le beffroi de 1389, avec ses matériaux semblables à ceux de la porte. Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 60. Sur les cloches du beffroi dont la cacheribaut (ou chasse-ribaud), ibid., p. 75-86.

133 ADSM, 2E1/151, 28 mai 1365. Faut-il voir en la Renelle un ruisseau qui aurait alimenté en eau au moins la partie ouest de l’enceinte gallo-romaine ? L’ancien cours cité au XIVe siècle passait à l’arrière des maisons de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde placées à l’ouest des rues Dourdonne et du Porc. Le détournement ne concerne pas le tracé en arrière de cette dernière rue. Mais, plus en amont, il affecte le cœur de l’îlot délaissé au profit d’un cours empruntant la rue d’Escauderie. Il a été mis au jour, lors de la fouille de la station Palais de Justice, place Foch, présentant des « traces extrêmement complexes de ses nombreux aménagements », voir Marie-Clothilde Lequoy, « Rouen – Métro-bus station Palais de Justice – Place Foch », in Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie – année 1994, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, 1995, p. 99. Dans sa Chronique normande, Pierre Cochon attribue à Jehan Davy, bailli de Rouen, vers 1409, d’avoir « refourm[é] la Renelle » sans préciser davantage (Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 332). Fit-il alors paver une partie de son cours ? Au XVe siècle, on cite en tout cas, à propos de cette rue, le « pavement de dessus l’eaue de Renelle », ADSM, 2E1/168, 16 novembre 1420.

134 « Les rares assemblées réunies par Charles V ne sont que des réunions très locales destinées à assumer des charges également locales », Jean Favier, « La Tourmente », p. 223. L’auteur relève que les Normands perdaient la principale garantie de la charte de 1315 et ajoute : « Symbole encore, à partir de 1364, il n’y eut plus de duc de Normandie ».

135 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 139-212.

136 Pour un travail récent sur ce Tumulte, voir Allessandro Stella, La Révolte des Ciompi, les hommes, les lieux le travail, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

137 Sur cette question de l’impôt, voir Françoise Autrand, Charles V le Sage, p. 669-687, et notamment la critique du fouage par ce que l’auteur appelle, avec humour, le « club Charles V ».

138 Françoise Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, p. 79-80.

139 Georges Lecarpentier, La Harelle, révolte rouennaise de 1382, Paris, Bouillon, 1903, p. 5.

140 Michel Mollat, Philippe Wolff, Les Révolutions populaires en Europe…, p. 171. Il s’agit d’aides sur la marchandise, le vin et le drap.

141 Dans son analyse de la première journée, Françoise Autrand introduit deux temps, opérant une distinction que l’on ne trouve pas dans la Chronique normande de Pierre Cochon. Aux gens de métier succèdent les bas-fonds. L’action prend ensuite – du moins dans un premier temps – l’allure d’une fête burlesque (Charles VI…, p. 91).

142 Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 162. Les maires visés sont Guérout de Marromme, Guillaume Alorge, Eude Clément et Jehan Le Tréffilier, tous anciens maires qui avaient trouvé refuge, comme d’autres, dans les couvents rouennais et notamment chez les cordeliers. Le maire en exercice, Robert Deschamps, n’apparaît pas dans la liste et il ne semble, curieusement, pas inquiété.

143 Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », et Chronique normande…, p. 164-165. Sur les raisons qui opposaient alors les Rouennais à l’abbaye, voir Georges Lecarpentier, La Harelle, révolte rouennaise…, p. 14-15.

144 Au dire de Pierre Cochon, Thomas Pougnant, avocat et bailli d’Harcourt, agit sous la menace de la destruction de sa maison, mais étant donné le rôle du comte d’Harcourt dans la défense de la province aux états de Normandie, est-il étonnant de voir son bailli chargé de cette lecture ? Voir Françoise Autrand, Charles VI…, p. 93. L’avocat rouennais habitant une maison de la rue Grand-Pont, paroisse Saint-Lô, et qui obtient, en 1391, des religieux de Saint-Lô de ne pas payer de rente pour un jardin en acceptant en contrepartie d’« être de leur conseil et pencion », est, sinon le même personnage, un probable parent (ADSM, 2E1/154, 10 janvier 1390, n. s. 1391). Y eut-il également attaque du château et meurtre de son châtelain ? C’est l’avis de Georges Lecarpentier qui suit en cela André Chéruel et plusieurs chroniqueurs (La Harelle…, p. 18-19). On trouve une réfutation des arguments avancés dans Eugène Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen…, p. 71-72.

145 L’expression est de Françoise Autrand, Charles VI…, p. 98. Le Conseil royal est peu disposé à laisser le roi pardonner « à cause de l’exemple. Caen s’est soulevé le même jour que Rouen, et bientôt Falaise et les autres villes de Normandie, grandes ou petites. Orléans, Reims, Amiens, Laon… sont aussi en proie à l’émeute », ibid., p. 93.

146 Le roi reçoit 120 marcs de vaisselle d’or et le duc de Bourgogne 50 « et pour celle finance furent venduez toute la vesselle d’argent des frariez et charitez », Chronique normande de Pierre Cochon, p. 167. Sur les autres, voir Françoise Autrand, Charles VI…, p. 98-99, ainsi que Georges Lecarpentier, La Harelle…, op. cit., p. 20-26. La mise en place d’une nouvelle administration municipale ne se fit pas d’un seul coup, comme en 1320, mais progressivement, voir Eugène Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen…, p. 83 et suivantes.

147 Le seul cité, « un fou nommé Cornette, boucher », y perd la vie pour ses propos séditieux (Chronique normand de Pierre Cochon…, p. 168). Cette famille de bouchers rouennais n’est pas inconnue : un Gautier Cornette tient, avec Emmeline sa mère, un étal à boucher à la porte Massacre en 1372. En 1381, il est paroissien de Saint-Vivien (ADSM, 2E1/152, 6 mars 1371, n. s. 1372, et 2E1/153, 6 septembre 1381). Quant à Loys Cornete, paroissien de Saint-Jehan, il prend à ferme, en 1370, les étals appartenant à la ville et « seans soubz Cacheribaut », à la porte Massacre. Robin Cornette, descendant probable et lui aussi paroissien de la paroisse Saint-Jehan, les prend à son tour, en 1397, en compagnie d’un autre boucher, Robin Guerrart (ADSM, 2E1/152, 1er octobre 1370 et 2E1/157, 6 octobre 1397).

148 Sur la question confuse des paiements des Rouennais, un bilan est dressé par Georges Lecarpentier, La Harelle…, p. 34-36 mais aussi par Eugène Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen…, p. 79, qui tient compte des indications contenues dans le premier registre des délibérations intitulé « Pappier des deliberacions et appointemens fais devant nous Jehan de La Tuille, bailli de Rouen et de Gisors et commissaire du roy n. s. en ceste partie touchans la ville de Rouen » et commencé le 11 juin 1389 (BMR, registre A1). Il indique la contribution de quinze paroisses, qui représente environ 53 % du total, et les sommes encore dues. Pour six paroisses, la dette est inférieure à 10 % de la contribution, pour cinq autres comprise entre 10 et 20 % ; elle est supérieure à 30 % pour trois des quatre autres paroisses. La paroisse Saint-Herbland, qui doit acquitter 800 l. t., y figure parmi les moins endettées (9 %) tandis que les paroissiens de Saint-Lô doivent encore 20 % environ de leurs 700 l. et que seule la dette (7 l. 10 s.t.) de Notre-Dame-la-Ronde est citée (BMR, registre A1, fos 1 à 32). Il est vrai que pour Saint-Lô, les deux tiers de la somme restant, sont finalement remis « pour non valloir ». L’expression n’est pas claire mais peut-être s’agit-il de paroissiens ayant déserté la ville. Eugène Le Parquier relève que « dans les derniers mois de 1389, on signalait encore des absents dans toutes les paroisses et beaucoup de cotes irrécouvrables par suite du départ ou de la misère des contribuables », L’Organisation municipale de Rouen…, p. 81.

149 Voir la « Chronique rouennaise », in Chronique normande de Pierre Cochon…, p. 321.

150 G 2089, f° 395, 2 mai 1388.

151 ADSM, 1B 12, f° 156, échiquier de Pâques 1395. Encore est-ce parce que « l’assiete d’une masse pour asseoir une croix de pierre », près de la maison d’un voisin, inquiète ce dernier.

152 Selon le religieux de Saint-Denys, c’est la cloche qu’il faut enlever. Voir le religieux de Saint-Denys Chronique de Charles VI, Louis-François Bellaguet (éd. et trad.), Paris, Crapelet, 1839, tome I, p. 144-145. Le texte de la Chronique normande de Pierre Cochon…, rapporte que « les cloches de la commune furent deschendues » (p. 166) tandis que, selon une troisième source, seul « fut le battant de la cloche osté par les gens du roy et porté ou chastel » ; voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 58.

153 André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 59, et BMR, registre A1.

154 Le 1er août 1390, les conseillers décident de payer aux religieux du Mont-aux-Malades la rente qu’ils percevaient sur une « maison qui avoit esté abatue pour lever les pierres du Beffroy et aussi l’en leur referoit ladite maison » (BMR, registre A1, f° 147). Quelques mois plus tard, ils examinent le devis des travaux de charpenterie à effectuer à la maison de Huet Le Valoiz « en costé de devers le beffroy » (BMR, registre A1, f° 164 v°, 19 novembre 1390). Ils règlent 12 s.t. de rente à l’abbaye de Fontaine-Guérard pour une année (de la Saint-Michel 1394 à la Saint-Michel 1395) à cause d’« une meson et estal appartenant a Guillaume Honfroy bouchier […] piecha abatu pour lever les pierrez au befroy d’icelle ville » (BMR, tiroir 410, quittance du 10 septembre 1395).

155 Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen…, p. 62-66. Une plaque de cuivre, scellée dans le mur du beffroi, précise que, commencé en l’an 1389, il fut achevé en 1398 (a. s. ou n. s. ?). Le beffroi est l’œuvre de Jehan de Bayeux, maître des œuvres de maçonnerie de la ville mais également de la cathédrale. Sur cet architecte, voir Charles de Beaurepaire, « Notes sur les architectes de Rouen », BAMR, 1901, p. 75-96.

156 Guy Bois, Crise du féodalisme…, p. 279, « à partir de 1400, faim et peste se donnent la main dans une nouvelle danse macabre ». L’auteur y montre, par l’étude du nombre annuel de décès des desservants de paroisse dans le diocèse de Rouen, que l’épidémie de peste s’annonce au début de 1400, s’assoupit au printemps pour redoubler d’intensité l’été puis faiblir, non sans un ultime regain dans l’été 1401.

157 Cité dans une charte du 25 juillet 1404. Voir Charles Richard, Recherches historiques sur Rouen, fortifications, porte Martinville, Rouen, Péron, 1844, p. 208-211. Les travaux sont estimés à 20 000 francs et plus, « ce que faire ne pourroient sans faire taille en ycelle ville, a laquelle taille le peuple ne se vouldroit accorder ».

158 Ordonnances des rois de France de la troisième race…, tome IX, Paris, Imprimerie royale, 1755, p. 412 et suivantes.

159 Seuls trois métiers obtiennent un traitement particulier. Il s’agit des dinands – métier pour lequel l’accès à la maîtrise est réservé aux enfants de maître – ainsi que des bouchers non forains et des drapiers de la grande draperie, métiers pour lesquels existait déjà une branche foraine. En 1358, les bouchers réfugiés en ville avaient déjà obtenu, malgré l’hostilité des Rouennais, la possibilité de vendre leur viande mais seulement aux portes de la ville. Quant aux ouvriers du textile, une ordonnance de Charles V, datée de 1373, les avait autorisés, pour une durée de dix ans et sous certaines conditions, à travailler en ville et dans les faubourgs. En 1401, le bailli de Rouen avait doté cette « draperie foraine » d’un règlement. Voir Alain Sadourny, « Des débuts de la guerre de Cent Ans… », p. 102-105.

160 Alfred Coville, Recherche sur la misère en Normandie au temps de Charles VI, Caen, 1886, p. 14. L’usage des chaînes n’est toutefois pas une nouveauté, comme le montre leur confiscation, lors de la Harelle.

161 ADSM, 32 H, 13 février 1408, n. s. et BMR, registre A4, f° 36, 28 avril 1397. Il faudrait disposer de davantage de données sur le financement du chantier et les travaux entrepris pour mesurer l’importance des donations dont bénéficient alors les carmes.

162 Charles de Beaurepaire, Fondations pieuses du duc de Bedford à Rouen, tiré à part (BEC, tome XXXIV), Nogent-le-Rotrou, Gouverneur, 1873, p. 3.

163 Voir Léon Puiseux, Les Docteurs normands au commencement du XVe siècle, Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 3, qui rappelle notamment l’attitude des Rouennais affirmant, dans une déclaration du conseil de la ville du 29 août 1405, se garder eux-mêmes « jusqu’à ce que les choses fussent apaisées entre “messieurs d’Orléans et de Bourgogne” » et celle des magistrats caennais menaçant de détruire les maisons de ceux qui prendraient les armes pour l’un ou l’autre parti.

164 Ordonnances des rois de France de la troisième race…, tome IX, p. 240-242.

165 Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô…, tome I, p. 202-203.

166 L’abbaye se trouve à Lisors, à 5 km de Lyons-la-Forêt, dans l’Eure. ADSM, 2E1/157, f° 300, 1399.

167 ADSM, 68 HP 3, à propos de leur droit en bois de chauffage à prendre en la forêt de Rouvray.

168 Les confronts d’une maison de la paroisse Saint-Pierre-du-Châtel mentionnent par côté et par bout « l’ostel qui fu Thomas Du Breul ou sont de present logez les Amurees », ADSM, 2E1/170, 10 avril 1423. Il s’agit du tènement désigné comme « manoir de La Morissière » ou encore par son enseigne à « l’Image Notre-Dame ».

169 ADSM, 26HP 105. L’ensemble des faits cités est connu par ce mandement qui évoque « plusieurs d’iceulx parroissiens, dont les aucuns avoient esté appelez a la deliberacion devant dite et autres qui par raison se aydent ou peuvent aydier d’icelle fontaine et qui raisonnablement y doivent contribuer, sont refusant ». En raison de sa présence dans le fonds de Saint-Lô, on peut supposer qu’il concernait le prieuré ou la paroisse, voire même les deux.

170 Bernard Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Paris, Librairie académique Perrin, 1988, p. 177.

171 La teneur de ces lettres est donnée par T. Bouquet, « Alain Blanchart », RSS, tome V, 1858, p. 183-193. Voir également Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Marseille, Laffitte Reprints, 1977, réimpression de l’édition de Rouen, Le Grand, 1840, pièces justificatives, p. 12-21.

172 Adolphe Chéruel a publié les principales sources se rapportant aux événements de 1417, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Marseille, Laffitte Reprints, 1977, réimpression de l’édition de Rouen, Le Grand, 1840, pièces justificatives, p. 23-34. Sur Raoul de Gaucourt, voir Maurice Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen (1171-1790), Rouen, Maugard, 1953, p. 110-112.

173 Selon les chroniques citées, deux dates sont proposées pour cette entrée des troupes bourguignonnes, soit le 7, soit le 12.

174 L’expression est empruntée à Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc, Rouen, la Normandie », EN, no 1, 1995, p. 12.

175 « Item apres le partement dudit mestre Jaspar, ledit hostel fut loué a Jehan Petit, lors viconte de Rouen, lequel y demoura jusques a l’entree des Bourguenons lesquielx pillerent tous ses biens et son corps fu sauvé en l’eglise de Saint Lo […] ». Son successeur dans l’hôtel n’est autre que Guillaume de Houdetot, bailli bourguignon de Rouen et l’un de ses défenseurs durant le siège (voir ADSM, G 6859).

176 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, pièces justificatives, p. 3-4. Après l’enlèvement de la reine, peu après la Toussaint 1417, Jean sans Peur met sur pied, avec cette dernière, un gouvernement, présidé par Isabeau, qu’ils établissent à Troyes le 23 décembre suivant. Il y reste jusqu’au 8 juillet 1418 (voir Françoise Autrand, Charles VI…, p. 543). Cette lettre ne peut donc être datée du début de 1417. Voir Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, 1400-1470, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 82. Le texte publié par Adolphe Chéruel respecte l’ancien style. Les ordres furent appliqués, et furent détruits les manoirs de Richebourg et d’Emendreville tout comme l’église de l’abbaye Notre-Dame-du-Pré sur la rive gauche de la Seine, les pierres de taille de cette dernière église servant à renforcer les fortifications urbaines : Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination…, p. 3 et pièces justificatives, p. 5-6. L’auteur relève que, sur l’autre rive, l’église du prieuré Saint-Gervais, au nord-ouest de Rouen, avait été détruite antérieurement, citant une pièce de février 1362 (n. s.) – une destruction qui est à attribuer aux événements de 1358 (voir, p. 78 du présent ouvrage).

177 Ibid., p. 34-36.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Extrait d’un « plan du cours de la fontaine de Notre-Dame-de-Rouen »ADSM, 12 fi 34, ancien G 4252, fin du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 2 – Plan provenant de l’ouvrage d’André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, Lestringant, 1934, p. 28.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 3 – L’hôtel de ville à la fin du XVIIIe siècle. D’après une gravure de Jules Adeline illustrant l’ouvrage d’André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, planche III (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search