Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Ire partie. Approche chronologique du secteur et de son urbanisation

Approche chronologique du secteur et de son urbanisation

Texte intégral

1Cette partie est le produit d’une double intention. D’une part fournir une trame chronologique au lecteur avant d’aborder les études thématiques consacrées à l’habitat, au marché immobilier ainsi qu’aux habitants et pour cela retracer, pour les trois derniers siècles du Moyen Âge, les faits marquants de l’urbanisation du secteur étudié. D’autre part replacer cette étude de l’urbanisation d’une portion de la ville dans le cadre plus vaste de l’évolution urbaine de Rouen au cours des XIIIe, XIVe et XVe siècles.

2Ce dernier point pose d’emblée un problème. Alors qu’à l’évidence Rouen occupe une place notable au sein du royaume de France – ne serait-ce que par l’importance de sa population – et que l’histoire médiévale urbaine connaît depuis quelques décennies une vitalité remarquable, beaucoup d’inconnues demeurent quant à l’histoire de cette ville et portent sur des questions essentielles. Prenons un exemple particulièrement sensible : celui des enceintes. En dépit des nombreux articles qui leur sont consacrés et des hypothèses variées dont elles font l’objet, il faut bien constater aujourd’hui que leurs tracés hypothétiques et même leur nombre soulèvent encore de nombreuses interrogations, nous privant d’un élément de premier plan pour l’analyse du développement rouennais.

  • 1 Une conférence tenue à Rouen le 2 décembre 1995 avec Dominique Pitte et intitulée « Les enceintes d (...)

3Ces incertitudes traceront donc les limites de l’insertion dans un cadre plus vaste1. Avant d’aborder le XIIIe siècle, encore convenait-il, en introduction, de rappeler l’héritage des siècles précédents afin de prendre la mesure des continuités et des ruptures.

Prolégomènes : des premiers temps de la ville à « l’État plantagenêt »

  • 2 Les pieux découverts lors de travaux au bas de la rue Grand-Pont en 1898, dans lesquels Léon de Ves (...)

4Si certains vestiges d’une présence humaine sur le lieu et aux environs immédiats de la ville remontent aux temps préhistoriques, les premières traces de l’existence d’un habitat et d’une agglomération, sur le site même de Rouen, ne sont pas antérieures au Ier siècle de notre ère2. Malgré les découvertes de quelques objets et monnaies gauloises, les vestiges d’habitation font toujours défaut et l’existence d’un oppidum voisin reste à établir. Les nombreuses fouilles menées durant ces trois dernières décennies sur le site concordent sur ce point et il paraît aujourd’hui difficile d’en faire le lieu d’une agglomération gauloise qu’auraient habitée les Véliocasses avant la conquête romaine. Évoquant les raisons de l’installation en ces lieux d’une ville, les auteurs mentionnent tous la qualité du site :

  • 3 Rouen gallo-romain. Fouilles et recherches archéologiques 1978-1982, catalogue d’exposition (24 sep (...)

L’un des arguments majeurs pour la fixation d’une ville à cet endroit est la configuration du site. C’est un point privilégié de la Seine, entre Paris et la mer, correspondant à un seuil géologique qui, ralentissant le courant, rend le franchissement du fleuve plus facile. C’est aussi le point de rencontre de plusieurs vallées qui assurent une circulation aisée entre le bord du fleuve et le plateau, facilitant les communications est-ouest et nord-sud par ce point de passage. Une autre donnée morphologique importante est l’existence d’une terrasse moyenne en pente douce, ni marécageuse ni inondable, sur laquelle la ville s’est édifiée, en bordure du fleuve3.

  • 4 Dominique Lefebvre, « Un cadre naturel exceptionnel », in Rouen 1992-1994…, p. 38-39.

5Dominique Lefebvre la décrit comme « une large terrasse plane en bordure d’une rive concave protectrice »4.

  • 5 Pour l’analyse des quelques données, voir Michel Mangard, « Rouen antique », p. 13-29 ; Brigitte Be (...)
  • 6 Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », p. 3.
  • 7 Brigitte Beaujard attribue aux Véliocasses et aux Calètes un système municipal complet au milieu du(...)

6En l’absence d’une réelle documentation textuelle, l’histoire de la cité, des débuts de la domination romaine à la deuxième moitié du IIIe siècle, est très mal connue5. Dans le partage en trois de la Gaule chevelue, réalisé par Auguste en 16-13 av. J.-C., les Véliocasses, tout comme leurs voisins Aulerques, Éburovices et Calètes, se trouvèrent détachés de la Gaule Belgique et unis au peuple de la Celtique et se virent placés sous l’autorité d’un légat impérial installé à Lyon6. Nous ne savons pas quand Rouen devint le chef-lieu de la cité des Véliocasses ni quel était alors son statut7. C’est donc, pour cette période, vers l’archéologie qu’il faut exclusivement se tourner pour l’analyse du développement urbain.

  • 8 Jean-Yves Langlois, « Notice, place de la Pucelle », p. 32.
  • 9 Dominique Pitte, « La fouille de 1984 : naissance, évolution et disparition d’un quartier », in La (...)

7L’occupation de la terrasse alluviale, au Ier siècle, par une ville ouverte s’étend sur un espace relativement restreint mais qui dépasse, dès cette période, la limite nord de notre zone d’étude. La fouille de l’espace du Palais a mis au jour, entre les rues des Fossés-Louis-VIII et Saint-Lô, les restes d’« habitats modestes en matériaux légers ». Au sud-ouest de la ville, l’habitat atteint la place de la Pucelle mais y semble « relativement lâche »8. Une fouille de 1984, place de l’Hôtel-de-ville au pied de l’église Saint-Ouen, a mis en évidence la limite d’extension de la ville au nord-est ; l’axe nord-sud mis au jour s’y trouvait bordé par une zone inondable9 (voir figure 1, page suivante).

8Le siècle suivant est marqué par une densification de l’habitat et un accroissement de la ville, effectué en plusieurs directions :

    • 10 Ibid., p. 8.

    extension vers l’est, sensible par exemple place de l’Hôtel-de-ville où l’axe nord-sud précédemment cité est franchi par la création au début du IIe siècle d’un nouveau quartier10 ;

    • 11 « Et l’on édifie plus au sud un nouveau port ». Voir Dominique Halbout-Bertin, « Rouen – Place de l (...)

    extension au sud également. On a pu observer place de la Haute-Vieille-Tour le remblaiement, effectué au début du IIe siècle, de toute la place, qui était marécageuse, et l’abandon d’un quai du siècle précédent11.

Fig. 1 – Rouen gallo-romain. Des repères ont été rajoutés sur le fond de plan réalisé d’après celui d’Éric Follain pour présenter le résultat des fouilles et recherches récentes.

  • 12 Sur les nécropoles rouennaises, voir Éric Follain, « Les nécropoles », in Le Mausolée antique de Ro (...)

9L’emplacement des nécropoles du haut Empire est connu depuis le XIXe siècle. La première au nord-ouest (rue du Renard) bordait la voie menant à Lillebonne ; la deuxième au nord (Gendarmerie) apparaît liée à la voie se dirigeant vers Amiens. Quant à la troisième, à l’est, elle se situait au long de la voie menant à Beauvais et Paris12.

  • 13 Deux premières pièces étaient connues par des observations et un plan établis en 1789 par M. Torcy (...)
  • 14 Constat dressé dès 1979 par Michel Mangard, « Rouen antique », p. 17, que les récentes découvertes (...)
  • 15 Cet axe nord-sud devait se maintenir avec un léger décalage. Il a ainsi été repéré sous des maisons (...)
  • 16 Pas plus de trace d’un temple de la divinité protectrice de la cité sous l’église Saint-Lô que d’un (...)

10Au début du IIIe siècle, l’espace urbanisé couvre une surface comprise entre 60 et 70 hectares. Peut-on se faire alors une idée du paysage urbain ? L’entreprise est difficile. Bien peu de ses bâtiments sont connus. Seuls sont localisés l’amphithéâtre au nord de la ville – à l’emplacement que devait occuper plus tard le château de Philippe Auguste – et les thermes – récemment identifiés comme tels – que jouxtait peut-être la curie13. Les limites du centre monumental antique restent donc à déterminer tout comme l’emplacement de ses autres monuments, à commencer par celui du forum. Le tracé des rues, connues ou restituables, est loin de former un maillage précis ou encore un plan en damier14. Des deux axes principaux, seul ressort le tracé du cardo maximus15 alors qu’il n’en va pas de même pour le decumanus maximus, encore incertain. Aucun des temples de Rotomagus, aucune des divinités auxquelles ils étaient dédiés ne sont connus et les quelques suppositions émises se sont révélées erronées16. L’habitat est en revanche mieux appréhendé. Il se présentait sous deux formes : de grandes demeures maçonnées côtoyaient des maisons en torchis et colombages. Ces dernières abritaient également les artisanats et commerces rencontrés en de nombreux points de la ville.

  • 17 Sur cet incendie, voir Philippe Halbout, Romain Verlut, « Rouen, tunnel Saint-Herbland », p. 52 ; C (...)

11Si les incendies ont laissé de nombreuses traces dans le sol de la ville gallo-romaine, l’un d’entre eux, remarquable par son ampleur, détruisit une bonne partie de la ville dans la deuxième moitié du IIIe siècle. On en retrouve la marque en de multiples endroits et il n’a pas épargné le centre de la ville comme le montrent les fouilles effectuées aux environs de Saint-Lô et du palais de justice ou encore à la cour d’Albane. Il constitue en de nombreux points une rupture dans le mode d’occupation. À la suite de cet incendie, le réseau d’égouts n’est pas repris. Aux niveaux incendiés succèdent généralement des habitats moins denses ou des zones abandonnées17.

  • 18 L’analyse archéomagnétique – méthode de datation des structures en terre cuite – des briques du mur (...)
  • 19 « Une première fois, en 260, ils se rallient à Postumus, le fondateur de l’empire gaulois, et aband (...)

12C’est après cet incendie qu’intervient l’édification d’une enceinte à Rotomagus, entre la fin du IIIe et le début du IVe siècle. Si cette dernière hypothèse avait, jusqu’à peu de temps encore, la préférence des archéologues, de nouvelles recherches feraient maintenant retenir la seconde moitié ou la fin du IIIe siècle18, époque durant laquelle les habitants de Rotomagus se sont détournés à deux reprises des empereurs légitimes19. Le tracé de cette enceinte, loin d’être repéré en totalité, a toutefois été reconnu en quelques points. Les plus importants d’entre eux concernent le mur nord, dont les vestiges ont été exhumés le long de la rue des Fossés-Louis-VIII, sur près de 80 mètres.

  • 20 Voir notamment Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.
  • 21 Pour la comparaison avec d’autres superficies, voir Paul-Albert Février, « Vetera et nova : le poid (...)

13Si les murs ouest et est sont à peu près discernables, il n’en va pas de même pour le mur sud qu’aucune excavation n’a encore rencontré et dont la localisation ne repose que sur des suppositions. Ajoutons enfin que quelques auteurs avaient évoqué l’existence de tours venant renforcer le mur gallo-romain sans que leur existence soit attestée, ce qui est chose faite depuis la récente découverte de l’une d’entre elles20. En dépit des incertitudes pesant sur le tracé du mur sud, l’espace enclos se révèle d’une superficie relativement vaste puisqu’il se situe entre 20 et 25 hectares, plaçant Rouen parmi les villes closes gallo-romaines de superficie moyenne21.

14Le règne des tétrarques marque un retour à la paix, à partir de 293. Après 297, le partage de la Lyonnaise fait de Rouen la capitale de la IIe Lyonnaise, au sein de laquelle se retrouvent également les cités d’Armorique et du Cotentin. Elle reste capitale lorsqu’après 369 l’Armorique constitue une IIIe Lyonnaise.

  • 22 Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », p. 18.

L’autorité du gouverneur établi à Rouen s’étend dès lors sur un territoire dont les limites sont proches de celles de la Normandie. Outre ce personnage, des bureaux s’installent donc au IVe siècle à Rouen. D’après la Notice des dignités, des troupes y viennent aussi au début du Ve siècle22.

15Il faut malheureusement constater que les constructions de fosses médiévales et de caves modernes ont fait disparaître à Rouen, en de trop nombreux endroits, les niveaux de la fin de l’Antiquité tout comme ceux du haut Moyen Âge, rendant difficile ou impossible l’analyse du type d’occupation de cette période et délicate la réponse à certaines questions essentielles. La ville s’est-elle alors repliée dans son enceinte ?

  • 23 Avitianus est le deuxième évêque de la liste épiscopale. Sur la légende du martyr saint Nicaise – q (...)
  • 24 Depuis la découverte de cette basilique, en 1987, Jacques Le Maho a publié plusieurs articles. Sur (...)
  • 25 Nancy Gauthier, « Les premiers siècles… », p. 13.

16Avec le IVe siècle, se présentent les premières certitudes quant à l’existence et l’organisation de l’Église de Rouen puisque son évêque Avitianius est mentionné dans la liste des participants au concile d’Arles en 31423. La ville était peut-être dotée d’une église cathédrale dès cette date. Son existence est en tout cas établie à la fin du siècle suivant, quand l’évêque Victrice fait édifier une basilique, localisée depuis quelques années au nord de l’emplacement supposé de l’ecclesia prima. Le De laude sanctorum, texte d’un sermon prononcé par Victrice en 395-396 montre que l’édifice est alors en construction24. Le De laude sanctorum témoigne également du fait qu’avec Trèves et Tours, Rouen est une des premières villes de Gaule où le monachisme soit attesté25.

17À la fin de l’époque romaine, les fonctions militaire, administrative et religieuse de Rouen apparaissent clairement affirmées même si la ville gallo-romaine se révèle au total inégalement connue. Pour le secteur qui nous intéresse, les informations topographiques sont en faible nombre. Outre une urbanisation précoce, il faut retenir en premier lieu le tracé du rempart délimitant castrum et suburbium, la voirie dont le dessin allait – mais en partie seulement et avec un léger décalage – se conserver, enfin la présence de thermes publics, seul bâtiment localisé du centre monumental antique (l’amphithéâtre paraissant quelque peu excentré). Tout près, le groupe épiscopal comprenant la cathédrale avec, à son côté nord, la basilique du IVe siècle constitue un élément majeur du paysage urbain.

18Munis de ces informations, nous devons maintenant aborder la vaste période qui s’étend de la disparition de l’Empire jusqu’à la cession faite à Rollon au Xe siècle. Si, à l’échelle de la ville, il est possible de relever quelques grandes lignes d’évolution, en revanche la moisson se montre beaucoup plus pauvre encore pour la portion de la ville sur laquelle notre regard est fixé.

  • 26 « Grégoire de Tours cite “tous les citoyens de Rouen et surtout les plus âgés des Francs de ce lieu (...)
  • 27 « […] ad basilicam sancti Martini, quae super muros civitatis ligneis tabulis fabricata est, confug (...)
  • 28 Deux églises paroissiales rouennaises ont été dédiées par la suite à saint Martin. Il s’agit de Sai (...)

19Bien que l’absence d’interruption de la liste épiscopale témoigne de la continuité chrétienne dans la cité, la ville ne réapparaît dans la documentation que dans la seconde moitié du VIe siècle, grâce à Grégoire de Tours. Par ce dernier, on y apprend l’installation d’une colonie franque. Pour Lucien Musset, cette information fait de Rouen l’un des points d’appui de la nouvelle dynastie26. Le récit que nous donne Grégoire de Tours du mariage de Mérovée, fils de Chilpéric, avec Brunehaut à Rouen, en 576, nous révèle l’existence d’une basilique Saint-Martin dans laquelle les époux – pour ne pas être séparés – vont chercher asile27. L’emplacement de cette basilique en bois, sur les murs de la ville, a fait l’objet de plusieurs hypothèses28. L’Histoire des Francs, par la mention d’un comte de Rouen, nous montre également que Rouen est, déjà en 583, le chef-lieu d’un comté.

20Utilisant la documentation littéraire Nancy Gauthier a montré l’importance croissante de la ville durant toute la période mérovingienne :

  • 29 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge… », p. 7.

Dans le royaume qui devient progressivement la Neustrie, la Seine en aval de Melun constitue une espèce d’axe. Le danger, à ce moment-là, vient généralement de l’est (Bourgogne et surtout Austrasie) : Rouen, couverte par Paris, se trouve dans une zone protégée29.

  • 30 L’expression est empruntée à Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 34. « On constate av (...)

21Rouen frappe monnaie depuis la fin du VIe siècle. Parmi ses évêques se distinguent Romanus et plus encore à partir de 641 Audoenus – saint Ouen – l’une des « figures dominantes de l’Église de Gaule » dont l’action proprement rouennaise n’a pourtant pas laissé de trace30.

  • 31 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », BAMR, octobre 1994 - sept. 1995, p. 37.

22Outre l’ensemble cathédral et la basilique Saint-Martin déjà mentionnés – tous deux intra-muros – que sait-on de la topographie rouennaise ? Notre connaissance de l’aspect de la cité est très limitée pour ne pas dire inexistante. Aux abords de la cathédrale, l’un des rares lieux où l’on a pu observer des niveaux médiévaux antérieurs au Xe siècle, Jacques Le Maho constate l’importance des espaces non bâtis jusqu’à l’époque carolingienne31.

  • 32 L’expression est de Nancy Gauthier qui fait un point complet des sources et de ce que l’on peut dir (...)

23Plusieurs sanctuaires, hors les murs, ont abrité – à coup sûr pour certains, hypothétiquement pour d’autres – les tombes des saints évêques de la ville ainsi que des reliques. Citons, en premier lieu, la basilique Saint-Pierre où fut inhumé le corps de saint Ouen, mort en 684. Son culte connaissant un rapide succès – la fête de saint Ouen devenant d’ailleurs « l’une des grandes solennités rouennaises »32 – son patronage allait se substituer à celui de saint Pierre. Des inhumations y sont pratiquées dès le VIe siècle. Au nord de la cité, l’église Saint-Godard est peut-être le lieu d’inhumation de saint Romain, mort en 639. Au nord-ouest, la principale nécropole du bas Empire reste en usage durant tout le haut Moyen Âge.

24Le point qui retiendra tout particulièrement notre attention concerne la présence possible d’inhumations, à l’intérieur de l’enceinte, à proximité de la rue Saint-Lô, dont la datation peut intriguer. L’abbé Cochet rapporte :

  • 33 Jean-Benoît Cochet, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, Derache, 1866, p. 123. (...)

En 1847, des fouilles faites dans l’enceinte de l’École normale, enclave de l’ancienne abbaye de Saint-Lô, firent voir, à 1 mètre du sol, un cercueil de pierre qui contenait le corps d’un homme et celui d’un enfant. Aux alentours, on a rencontré des ossements humains et des tombeaux en plâtre. M. Déville a dessiné pour la commission des antiquités, le sarcophage de Saint-Lô. Nous sommes tenté de croire qu’il est mérovingien33.

  • 34 Renseignements communiqués par Dominique Pitte. Données non publiées.
  • 35 Les légendes à propos de l’origine de Saint-Lô ne manquent pas. François Farin s’en amuse déjà au X (...)

25En 1990, une surveillance de travaux, lors de la déviation de réseaux, rue Saint-Lô, a permis de relever l’existence – entre 1,80 et 3 mètres de profondeur sous la voirie actuelle – de sépultures avec des fragments d’un sarcophage34. Ils se trouvaient sous trois niveaux de voie ferrée, nettement plus bas que les restes observés par l’abbé Cochet (voir figure 2). Les deux indices convergent et semblent suggérer l’existence précoce d’une zone d’inhumation au sein du castrum, à proximité du site que devait occuper le prieuré Saint-Lô. Si ces indices venaient à être confirmés, ils permettraient de conforter la tradition qui rapporte l’ancienneté de l’église Saint-Sauveur, dédicace primitive du prieuré35.

Fig. 2 – Surveillance de travaux, rue Saint-Lô, 1990 (document Dominique Pitte).

  • 36 Lucien Musset, « Naissance de la Normandie », in Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1987, (...)
  • 37 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 40-41. La fouille a révélé l’existence d’une rue g (...)
  • 38 Michel Fixot, « Une image idéale, une réalité difficile : les villes du VIIe au IXe siècle », in Hi (...)

26Dans l’ensemble carolingien, la place qui revient à la future Normandie semble plus modeste que celle accordée par les Mérovingiens. « Dans un empire allant des Pyrénées à l’Elbe la vallée de la Seine comptait moins que celle du Rhin »36. C’est vers la fin du VIIIe siècle ou le début du IXe siècle que sont bâties, autour des églises du groupe cathédral, plusieurs salles communes à usage de logis, de lieux de réception ou d’hôtellerie ainsi que deux maisons, probables logis de chanoines37. Ces aménagements sont à replacer dans le contexte de la nouvelle organisation canoniale, mise en place aux VIIIe et IXe siècles, facteur de modification de la topographie des villes intra-muros parce qu’à l’origine d’une extension notable des groupes épiscopaux. Cette nouvelle organisation « donna à l’ancien groupe épiscopal une valeur spirituelle et représentative nouvelle »38.

  • 39 Sur la permanence du réseau routier, voir Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 20-21. G (...)

27Utilisant toujours le réseau routier antique, Rouen possède au IXe siècle un portus ou quartier portuaire, dont l’existence est démontrée par une charte de Charles le Chauve mais dont l’emplacement exact reste indéterminé39. Cette période est surtout dominée par les invasions scandinaves. Elles firent sentir leurs effets à plusieurs reprises mais principalement en 841, lorsqu’une flotte viking brûla la ville.

  • 40 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge », p. 19.

Les raids se succèdent désormais, interdisant toute vie normale. On évacue les reliques les plus précieuses, comme celles de saint Godard et de saint Ouen. À partir de 852, les Normands hivernent même sur la Seine. Charles le Chauve renonce bientôt pratiquement à défendre la Seine en aval de Pîtres. Rouen désormais se contente de survivre, mais moins mal que les autres cités normandes si l’on considère qu’elle est la seule ville qui ait continué à être habitée par ses évêques et qu’elle put même offrir l’hospitalité à celui de Coutances40.

  • 41 L’enceinte est encore en élévation, tout comme l’amphithéâtre, et l’on utilise encore des portions (...)
  • 42 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 34. Cette datation ne repose pas sur des données a (...)

28L’héritage de cette période, encore marquée par l’empreinte gallo-romaine41, ne nous laisse pas de données pour l’espace découpé par nos trois futures paroisses mais uniquement des interrogations. Jacques Le Maho formule l’hypothèse que l’église Saint-Hermeland (Herbland), placée non loin du parvis de l’ensemble cathédral, pourrait avoir été à l’origine une chapelle de porte du VIIIe siècle42.

  • 43 Xavier Peixoto, « Espace du Palais », p. 12. Plus au nord, une fouille très récente a décelé les tr (...)
  • 44 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 35. La fouille n’a pas permis, à notre connaissanc (...)
  • 45 Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.

29Faut-il rattacher à cette période les vestiges découverts, sur le site de Saint-Lô, par une fouille menée à l’est de la rue Socrate, restes d’un bâtiment orienté est-ouest, aux fondations imposantes, dont une partie se trouvait sur l’emprise du chantier, et correspondait peut-être à un avant-corps ou à une tour-porche43 ? C’est l’hypothèse de Jacques Le Maho pour qui cette tour-porche est d’époque carolingienne44. Lors de cette fouille n’ont été rencontrées, de l’autre côté de la rue, que de rares fosses d’époque carolingienne, seuls témoignages d’une occupation : « il apparaît clairement que l’essentiel du terrain est alors occupé par des jardins ou de larges espaces non bâtis »45.

30La session faite à Rollon, en 911, des pays de la basse Seine allait faire de Rouen le principal centre du comté puis du duché de Normandie, en liaison avec le monde nordique. Avec la naissance de l’État normand, Rouen prend une nouvelle importance :

  • 46 Lucien Musset, « Le rôle de Rouen dans la Normandie ducale (911-1204) », Connaître Rouen, tome IV, (...)

C’est à bon droit que Rouen exprime et résume la Normandie primitive. C’était la seule ville notable du territoire cédé à Rollon. Les frontières mêmes de ce territoire paraissent avoir été tracées en fonction de Rouen : elles dessinent une sorte d’immense arc de cercle, coupant arbitrairement les ressorts carolingiens, comme le Talou, le Vexin, le Méresais, mais clairement dessiné avec Rouen pour centre et, autour d’elle, un rayon défensif de 50 à 65 kilomètres. Surtout c’est à Rouen que s’opéra la rencontre et la synthèse de la civilisation franque et des apports scandinaves46.

  • 47 Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », AN, octobre-décembre 1956, p. 248. Pour ill (...)

31La conquête de l’Angleterre, en 1066, place la ville dans un vaste ensemble dont surent tirer profit les marchands rouennais47, même si duché et royaume connurent des périodes de séparations et ne furent pas épargnés par les conflits dynastiques. Au XIIe siècle, cet ensemble dans lequel la ville se trouve incorporée s’agrandit à deux reprises et comprend, peu après le mariage d’Henri II, outre l’Angleterre et la Normandie, le Maine, l’Anjou, la Touraine et l’Aquitaine.

  • 48 « […] autant qu’une ville peut être capitale à cette époque », ibid., p. 3-8.
  • 49 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaine (...)

32À quoi ressemble cette ville que l’on peut considérer comme capitale du duché, du Xe au XIIe siècle48 ? On suppose généralement que l’enceinte gallo-romaine, probablement remaniée, subsiste encore, percée d’au moins cinq portes49.

  • 50 François Farin, Histoire de la ville de Rouen…, 1re partie, p. 97 ; Jacques Le Maho, « Autour d’un (...)
  • 51 ADSM, 2E1/180, 12 juillet 1436. On ne sait rien de la localisation des résidences éventuelles des c (...)

33François Farin rapporte qu’une forteresse aurait été édifiée par Rollon au début du Xe siècle, à l’angle sud-ouest du rempart. « On ne sait au juste sur quels souvenirs, historiques ou légendaires repose la tradition », rappelle Jacques Le Maho, dans un article récent, avant d’évoquer plusieurs indices en faveur de cette tradition de l’existence d’une forteresse ou résidence princière que les Rouennais appellent « le donjon », à la fin du XIIe siècle50. Nous y ajoutons une indication topographique. Si la présence, à proximité, d’une paroisse Saint-Pierre-du-Chastel ne peut suffire à établir cette existence – ne trouve-t-on pas une famille du Chastel, célèbre famille rouennaise, habitant le secteur ? –, le fait de trouver, dans les confronts d’une maison de la rue aux Oues (ensuite aux Ours), la mention de « la basse court du chastel » constitue un indice révélateur. En l’absence d’autres sources, à qui attribuer l’édification de cette éventuelle forteresse51 ?

  • 52 Robert de Torigni, Chronique (suivie de divers opuscules historiques de cet auteur), Léopold Delisl (...)

34La construction de la tour de Rouen, dans l’angle sud-est de la cité, est, elle, attribuable à Richard Ier. Cette forteresse ducale, dont l’aula turris est représentée sur la tapisserie de Bayeux, est notamment l’objet d’une campagne de travaux, sous le règne d’Henri Ier Beauclerc, entre 1106 et 1135. Incendiée vers 1200, elle devait subsister jusqu’en 1205, date de sa destruction par Philippe Auguste52.

  • 53 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 54. L’amphithéâtre romain y semble toujours en él (...)
  • 54 Voir Lucien Musset, « Monachisme d’époque franque et monachisme d’époque ducale en Normandie : le p (...)
  • 55 Voir Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.
  • 56 Voir Philippe Cailleux, « Un point de l’histoire des enceintes rouennaises : la création de la rue (...)
  • 57 Sur ces différentes étapes, voir Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 61, qui place la (...)

35Avec la poussée démographique des XIe et XIIe siècles, l’espace enclos se révèle trop étroit. Le suburbium est habité dès le XIe siècle53 et, toujours hors les murs, un bourg s’est développé autour de l’abbaye de Saint-Ouen, dont les moines furent les premiers à réintégrer la Normandie, en 918-919, époque à laquelle ils revinrent à Rouen avec les reliques de leur saint patron54. À l’intérieur de la première enceinte, tout près du site de Saint-Lô, la fouille des terrains placés à l’ouest de la rue Socrate a montré qu’aux XIe -XIIe siècles ce secteur, jusque-là occupé par des jardins ou par de larges espaces non bâtis, connaissait lui aussi une phase sensible de développement urbain, dont témoignent une quarantaine de structures domestiques55. Faut-il attribuer au XIe ou au XIIe siècle la création d’une nouvelle enceinte ? L’existence de cette dernière est en tout cas un point acquis dans la seconde moitié du XIIe siècle, avant qu’Henri II n’accorde aux religieux de Beaubec la possibilité de percer le mur d’enceinte pour créer une issue sur la rue de l’Aumône, dont l’emplacement occupe celui du fossé de l’enceinte56. Elle est donc très certainement édifiée lorsque se mettent progressivement en place, à partir du milieu du XIIe siècle, les institutions communales ; mise en place dans laquelle les « Établissements de Rouen » document qui devait servir de modèle pour plusieurs villes de l’ouest et du sud-ouest, marquent une étape remarquable57.

  • 58 André Cerné, « Une ancienne halle aux marchands de Rouen premier siège de l’administration communal (...)

36Par une charte généralement placée entre 1186 et 1192, en raison du nom du maire devant qui elle est passée, on apprend l’existence, non loin de l’église Saint-Éloi, de la « halle aux marchands », que l’on reconstruit alors en pierre, et qui, depuis l’étude d’André Cerné, est considérée comme ayant abrité dans ses murs le premier hôtel de ville58.

  • 59 « (913) Rollon consent à ce que les corps de saint Laud et de saint Rumphaire, évêques de Coutances (...)
  • 60 Pour la circonstance, les pièces sont nombreuses. Une bulle d’Innocent II, en 1143, autorise Algare (...)

37À l’intérieur de la cité, les collectivités religieuses sont peu nombreuses. Les plus importantes sont le chapitre de la cathédrale et la collégiale Saint-Lô. D’abord église Saint-Sauveur, cette dernière, ancienne dépendance du siège épiscopal de Coutances à la suite d’une donation que la tradition attribue habituellement à Rollon59, n’apparaît réellement dans la documentation que lors de sa transformation en chapitre régulier par Algare, évêque de Coutances, en 1144. Ce dernier fait venir pour cela des religieux de Sainte-Barbe-en-Auge60.

  • 61 Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô…, tome II, p. 294-296.
  • 62 On citait, jusque-là, la charte de réformation d’Eudes Rigaud, en 1252, comme première pièce authen (...)
  • 63 Parmi les témoins énumérés dans une charte du prieuré Saint-Lô, passée entre 1175 et 1183 devant Ro (...)
  • 64 Par Gosselin, vicomte d’Arques, et par Emmeline sa femme. Selon l’Histoire de Guillaume de Jumièges (...)
  • 65 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 58.

38Parmi les possessions confirmées par une charte d’Henri II figure l’église Saint-Jehan-sur-Renelle de Rouen61. Citons encore une communauté rattachée à Saint-Candé-le-Vieux et la collégiale Notre-Dame-la-Ronde. Dans une notice consacrée à cette dernière, Charles de Beaurepaire avait fait remonter la première attestation de l’existence de cette collégiale à 121662. Mais une mention de la fin du XIIe siècle permet d’établir son existence dans les dernières décennies de ce siècle63. Quant aux bénédictines de Saint-Amand, elles sont établies depuis 1035-1040 à proximité de l’angle nord-est de la première enceinte64. C’est surtout dans la banlieue que se trouvent installés les monastères. Le XIe siècle est une période de fondation qui voit leur nombre augmenter sensiblement. Cette dense implantation est complétée au siècle suivant par des fondations charitables et hospitalières que l’on peut lier à l’essor démographique de la ville65.

39Évoquant la mise en place du réseau paroissial, Lucien Musset considère que, commencé au Xe siècle, il prit une forme à peu près définitive au XIIe siècle :

  • 66 Ibid., p. 57. À propos de ce nombre particulièrement élevé, l’auteur ajoute : « On en trouve d’anal (...)

La vieille cité et son glacis de terres gagnées sur la Seine furent répartis en une douzaine de paroisses ; le bourg forma la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, dont le siège fut longtemps à l’abbatiale ; les faubourgs ouest et nord-ouest formèrent peu à peu une douzaine d’autres paroisses équilibrant la cité ; enfin la banlieue, plus lointaine, eut une dizaine de sanctuaires paroissiaux. Soit 35 paroisses, dont les deux tiers environ sont attestés avant 120466.

  • 67 ADSM, G 6856, et p. 83 du présent ouvrage. Dans la charte de confirmation des biens de Saint-Lô par (...)
  • 68 Les tracés des limites de ces deux paroisses nous sont-ils d’un quelconque secours pour déceler une (...)
  • 69 Voir Pierre-André Sigal, L’Homme et le Miracle dans la France médiévale (XIe -XIIe siècles), Cerf, (...)
  • 70 Sed cum iuxta sancti Ermelandi basilicam transituri ueniremus… Voir Inventio et miracula Sancti Vul (...)
  • 71 ADSM, G 4324.
  • 72 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 47.
  • 73 Jules-Joseph Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges (vers 825-1204) conservées aux archives de la (...)

40Pour Saint-Lô, la paroisse est citée, en tant que telle, au début du XIIIe siècle, et l’apparition d’une église paroissiale, distincte de l’église prieurale est antérieure à 1316, sans qu’il soit possible de préciser davantage cette antériorité67. Pour Notre-Dame-la-Ronde, l’existence de la paroisse n’est attestée qu’au début du XIIIe siècle68. Les quelques indications se rapportant à Saint-Herbland sont plus riches. En 1053, une grave épidémie touche le pays de Caux, atteignant bientôt Rouen. Les moines de l’abbaye de Saint-Wandrille, accédant aux demandes des Rouennais, transportent en ville les reliques de saint Vulfran, qui sont menées en procession du 23 au 27 juin. Le départ, le 27 juin, des moines et des reliques marque la fin de l’épidémie69. Le voyage et les miracles alors réalisés sont racontés par un moine de l’abbaye, dont le précieux récit contient la plus ancienne mention de Saint-Herbland, qualifiée de basilica70. En 1201, à l’occasion de la vente d’une rente aux chanoines de Notre-Dame de Rouen, on apprend que l’acte est réalisé in ecclesia Sancti Ermelandi71. Les fonctions politiques de la ville attiraient les grandes abbayes qui disposaient généralement d’une résidence rouennaise, telles les abbayes de Boscherville, de Saint-Wandrille au diocèse de Rouen mais également les abbayes du Mont-Saint-Michel ou de Cerisyla-Forêt72. Plusieurs de ces demeures se trouvent paroisse Saint-Lô. Aux moines de Saint-Pierre de Jumièges appartient le « manoir de La Poterne », qualifié de mansum pertinentem ad Turrem Alverdi par une charte de Richard II, d’août 102773.

  • 74 Voir Jules-Joseph Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges…, p. 157-161 et Suzanne Deck, « Les marc (...)

41Au siècle suivant, un nommé Clare, à qui les moines avaient accordé la possession temporaire de cette tour – alors appelée tour Rainier – est l’un des Pilatins, partisans de Guillaume Le Roux, du nom de leur chef Conan, fils de Gilbert Pilate. Ses fils prétendant conserver la tour – hereditario jure –, le litige se concluait par un arrangement, en 1138, aux termes duquel les religieux recouvraient la possession de leur bien74.

  • 75 Léopold Delisle, Élie Berger, Recueil des actes de Henri II roi d’Angleterre et duc de Normandie co (...)
  • 76 […] et quadraginta pedes terre de fronte et quindecim de lato extra murum, in vico Elemosine, ubi f (...)
  • 77 ADSM, G 1504. Le vidimus accompagne une pièce de procédure pour savoir si le tènement des religieux (...)
  • 78 Nous avons vu que Saint-Lô relevait de la juridiction de l’évêque de Coutances, qui y trouva un tem (...)

42Fondée en 1127, sous le patronage de saint Laurent, l’abbaye de Beaubec est rattachée à l’ordre de Citeaux en 1148. Est-ce avant ou après ce rattachement que ses religieux se retrouvent en possession d’un tènement situé à proximité du prieuré Saint-Lô ? Le premier acte à les signaler sur la paroisse Saint-Lô est une charte d’Henri II, de la seconde moitié du XIIe siècle75, par laquelle le souverain leur concède la liberté d’édifier sur et au long du mur lui appartenant (l’enceinte) ainsi que la possibilité d’entrer et de sortir, au travers du mur, en la rue de l’Aumône. Par cet acte, ils obtiennent une large portion de terre, en la même rue, pour y accueillir des pauvres76. La charte d’Henri II inclut dans la donation le tènement près de Saint-Lô, mais il s’agit probablement d’une confirmation comme le montrent les termes empruntés à l’argumentaire du procureur général du roi, dans une procédure de la première moitié du XVe siècle, « le roy qui pour lors estoit roy d’Angleterre, duc de Normendie et d’Aquitaine et conte d’Aniou le donna a ung nommé Rogier Gaingnet […] et peult estre que ledit Gaingnet ou ses successeurs l’ont depuis donné a l’eglise dudit lieu de Beaubec ». Cette analyse se trouve confortée par une mention empruntée à un cartulaire de l’abbaye et évoquant, à Rouen, manerio nostro quod fuit Nicholai Groignet77. De plus, trois évêques disposaient d’une demeure rouennaise. L’évêque de Coutances résidait au prieuré Saint-Lô, celui de Bayeux près de Saint-Candé-le-Vieux et celui de Lisieux à Saint-Candé-le-Jeune78.

  • 79 Dominique Barthélemy, L’Ordre seigneurial XIe -XIIe siècles, Paris, Seuil, 1990, p. 119.
  • 80 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 67-68. Un texte de 1199 sur la coutume des moulin (...)

43Dominique Barthélémy a montré que les organisations des métiers étaient plus tardives que celles des communes, n’apparaissant surtout que dans la seconde moitié du XIIe siècle et se faisant rares avant 1200. Les taverniers de Rouen, cités en 1135, se placent en tête d’une énumération assez courte, les statuts véritables attendant le XIIIe siècle79. Deux métiers rouennais du cuir sont cependant organisés en guildes au XIIe siècle : les cordonniers et corroyeurs ainsi que les tanneurs. On sait peu de chose de la draperie, qui anime pourtant déjà les quartiers est, au long du Robec, mais certaines activités semblent sous contrôle ducal telles la boulangerie et la boucherie80.

  • 81 Jacques Heers, La Ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 82 Victor Mortet et Paul Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la (...)
  • 83 Nullus bolengarius potest habere amplius quam duas fenestras ad panem vendendum, unam scilicet in h (...)
  • 84 Lucien Musset, « Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », AN, no 1, 1976, p. 3. La foire (...)

44Comme en d’autres villes, l’aître de la cathédrale abrite, dès cette époque, des activités marchandes, au bénéfice des chanoines. À la fin du XIIe siècle, un conflit éclatait entre le chapitre cathédral et la ville de Rouen à propos des cabanes, initialement des constructions légères vite démontées le soir puis devenues fixes. Détruites par l’incendie de 1188, elles sont immédiatement reconstruites, « au grand dam des marchands de la ville qui accusaient le chapitre de favoriser les siens en les exemptant des taxes »81. L’affaire s’aggrave (gravis dissensio) lorsque le mur nouvellement construit par le chapitre, autour du cimetière de la cathédrale, et les échoppes sont l’objet de dégradations. Le refus de la commune de les réédifier entraîne une réplique des chanoines : la dépose des croix des églises et l’arrêt de la célébration de tout office. Les autorités de la ville se voient finalement contraintes à reconstruire mur et échoppes82. Un règlement de 1199 montre que les boulangers disposent à cette date de « fenêtres marchandes » à l’aître Notre-Dame83. C’est également dans le cimetière que Saint-Ouen accueillait l’une des foires rouennaises qui, comme bon nombre de foires urbaines, ne disposaient pas de sites propres et se tenait in atrio ecclesiae84. C’est durant l’époque ducale qu’apparaissent pour Rouen les premières mentions de noms de rues, dont certains sont liés aux activités artisanales. Elles sont toutefois bien peu nombreuses au XIe siècle.

  • 85 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 55. Il ne faut pas exclure que des noms comme cel (...)

Le premier vrai nom de rue apparaît en 1063, dans un acte de Saint-Ouen : « la rue où résident les potiers, sur la Seine » ; selon l’usage du temps, il se réfère à l’activité dominante, ou à la direction de la rue. On a ainsi, au début du XIIe siècle, la rue de la porte de Robec, en 1116 la rue aux Juifs, en 1194 la rue Saint-Martin, vers 1200 la rue des Tonneliers et celle des Tailleurs85.

45Il faut probablement y ajouter le nom de rue « du comte de Guiffard », rencontré au XIIIe siècle et qui correspond à l’ancien nom de la rue de la Chaîne tout comme celui de « rue du comte de Leicester ». Apparaît également à l’époque ducale la rue Massacre (in vico Macelli) dont le toponyme évoque l’une des anciennes boucheries de Rouen, attestée à cet endroit au XIIIe siècle, mais dont l’installation est très probablement plus ancienne.

  • 86 Norman Golb fait remonter l’existence de la colonie juive de Rouen à l’époque de la domination roma (...)
  • 87 Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 72-75. Sous Henri Ier, le principal personnage de la communaut (...)
  • 88 Ibid., p. 95-96, d’après Guibert de Nogent, Histoire de sa vie, Georges Bourgin (dir.), Paris, Pica (...)

46Terminons par un point qui mérite quelques développements en raison du rôle qu’y jouent les trois paroisses. L’apparition des Juifs en tant que groupe, dans la documentation rouennaise, est un point acquis dans la seconde moitié du XIe siècle86. Selon le témoignage de Guillaume de Malmesbury, Guillaume le Conquérant installe à Londres, après 1066, des Juifs provenant de la communauté de Rouen87. Ici, comme en tant d’autres villes, le départ des croisés, en 1096, est marqué par un pogrom et Guibert de Nogent a rapporté les massacres perpétrés à Rouen, dans une église non nommée (in quaddam ecclesiam)88. Avec le XIIe siècle, cette communauté devait se reconstituer et connaître une période de plus grande prospérité.

  • 89 Voir figure 3, lettre B1.
  • 90 « L’an M. C. XVI la cité de Rouen fut pres que toute bruslée par le feu qui print a la rue aux Juif (...)

47Les données rouennaises se rapportant à leur présence et résidence en ville, à cette période, sont peu nombreuses. Le bâtiment situé à l’est de la cour du palais de justice89, sur les murs duquel on relève la présence de plusieurs graffitis hébraïques, a probablement été édifié aux environs de 1100. Peu de temps après, en 1116, une chronique de Rouen rapporte qu’un incendie, parti de la rue aux Juifs, gagne toute la cité90. Édifice et toponyme suggèrent donc une implantation effective dans ce secteur de la ville, au début du XIIe siècle.

  • 91 Voir figure 3, lettre B2.
  • 92 […] cum Iudaei parochiam S. Laudi pro parte magna occupaverint et adhuc residuum de die in diem occ (...)

48Dans la seconde moitié du siècle, un nouveau bâtiment est édifié non loin du précédent91. À l’extrême fin du siècle, le pape Célestin III réagit devant le récent accroissement de la communauté rouennaise et ses conséquences pour le revenu des paroisses ; accroissement que l’on ne peut manquer de rapprocher de l’expulsion des Juifs du domaine royal capétien, en 1182. On apprend pour la circonstance que les Juifs occupaient alors une grande partie de la paroisse Saint-Lô et qu’ils tentent même, jour après jour, d’occuper l’espace restant. Le pape commande donc qu’ils soient astreints à verser une compensation pour les dîmes et autres contributions qu’auraient payées les paroissiens qu’ils remplacent à l’église Saint-Lô ainsi qu’à d’autres paroisses92. Car la paroisse Saint-Lô n’est pas seule concernée comme le suggère également ce passage d’une chronique, pour l’année 1318 :

  • 93 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. XXXV(...)

Les Juys qui tenoient a Rouen beaucoup d’eritagez ès paroissez de Saint-Erbland, Notre-Dame la Roonde et à Saint-Lo, et avoient une rue appellée la rue aux Juis (et encore est appelée, et estoit leur moustier en une place de present appellée le Clos à Juys) furent boutez hors de la dicte ville, et leurs héritages confissiez au Roy93.

  • 94 ADSM, 80H 35, et ms Y 44, f° 72, probablement Saint-André-hors-la-Ville.
  • 95 Sur le Mont-aux-Juifs voir Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 9-13.

49Ce texte montre que les résidences acquises par des Juifs rouennais semblent surtout se localiser sur les trois paroisses citées, mais ils ne s’y limitent probablement pas comme peuvent le laisser penser quelques mentions isolées. Ainsi Robert le Juif, que l’on trouve cité à plusieurs reprises parmi les témoins de divers contrats, acquiert, vers 1200, un tènement, paroisse Saint-Laurent, le long de la Renelle, ou encore Raoul le Juif, cité comme tenant de la terre voisine dans la vente d’une terre de la paroisse Saint-André94. Le Mont-aux-Juifs, situé au nord de la ville, hors les murs, est peut-être utilisé comme cimetière pour les Juifs, avant le XIIIe siècle95.

  • 96 Nous résumons ici les données présentées dans la première partie de la thèse. Voir Philippe Cailleu (...)
  • 97 Il ne peut s’agir de la reprise d’une délimitation plus ancienne comme en témoigne le nom du tenant (...)

50Que nous apprend la documentation ultérieure à propos du Clos aux Juifs ? L’étude des actes postérieurs à 1360 montre que l’espace désigné alors par l’expression « Clos aux Juifs » se trouvait limité au nord par la rue Saint-Lô, à l’ouest par la petite rue Dourdonne, au sud par la rue aux Juifs et à l’est par un groupe de maisons, sans que l’on sache si les maisons en bordure des rues citées s’y trouvaient incluses. L’expression « escolle as Juys », rencontrée neuf fois entre 1360 et 1387, semble être un toponyme plus ancien que « Clos aux Juifs » et désigner le même espace. Il disparaît après 1387 mais depuis quand existe-t-il ? Et depuis quand parle-t-on de Clos aux Juifs96 ? Le rédacteur d’un dénombrement de 1389 continue pourtant à citer, avec celle de Saint-Lô, la paroisse Notre-Dame-la-Ronde pour localiser le Clos aux Juifs97. Ce dernier point pourrait sembler étrange si l’on ne se rappelait, par ailleurs, que la « terre des Juifs » s’étendait également, au XIIIe siècle, sur la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, de l’autre côté de la rue aux Juifs. Hélas, on ne trouve plus d’indications permettant de la localiser par la suite. Dès lors, à quelle occupation de l’espace faut-il songer quand on rencontre une indication comme celle de Clos aux Juifs, lorsqu’elle renvoie aux temps de la présence juive en cet endroit ? Le fait de se poser cette question – mais peut-on l’éliminer ? – rend également incertaine la réponse à une seconde : quelles sont les fonctions des deux bâtiments trouvés dans la cour du palais de justice ?

  • 98 Cette présentation des trois hypothèses reprend un texte écrit pour une exposition intitulée Le Clo (...)

51L’abondance des publications sur ce point est à rapprocher de la vigueur des controverses et, faute de pouvoir reprendre tous les arguments évoqués, nous présenterons simplement les arguments les plus marquants avancés par les trois hypothèses en présence98. Remarquons qu’elles concernent surtout le premier édifice mis au jour (B1), le second (B2) ayant suscité moins d’interrogations (voir figure 3).

Fig. 3 – Localisation des vestiges romans situés de part et d’autre de la rue aux Juifs
(document Dominique Pitte, Philippe Cailleux).

52Première hypothèse : les arguments en faveur de la fonction de synagogue sont les suivants :

  • la position semi-encavée est très fréquente dans le cas d’une synagogue. Deux explications sont avancées : un artifice pour respecter la prescription rabbinique imposant une hauteur supérieure à celle des autres bâtiments, sans choquer la majorité chrétienne, ou bien la traduction dans la réalité du verset du Psalmiste (Psaume 130.1) « Des profondeurs je t’invoque, ô Éternel » ;

  • l’orientation ouest-est de l’édifice est de rigueur pour les synagogues occidentales ;

  • la différence frappante entre le décor extérieur et l’absence de décor intérieur est recommmandée dans le cas d’une synagogue ;

  • la synagogue romane n’a pas besoin d’une abside dans son mur est, car il n’y a pas de prescriptions rabbiniques en ce sens ;

  • la synagogue située au côté sud de la rue aux Juifs est une synagogue plus tardive, appartenant à l’une des communautés juives rétablies au XIVe siècle (bâtiment B5, figure 3) ;

  • la salle basse ne peut être une salle de livres ou de bibliothèque car elle se trouve à 2 mètres au-dessous du sol extérieur (problèmes d’humidité) ;

  • la présence de savants rouennais se placerait dans la seconde moitié du XIIe siècle. A-t-on pu construire, vers 1100, un édifice pour accueillir cinquante ans plus tard des savants ?

  • le vocable de Scola est couramment employé par les documents pour désigner en fait une synagoga.

53Deuxième hypothèse : les arguments suivants plaident pour le rôle de résidence :

  • les caractéristiques architecturales du monument offrent une forte ressemblance avec celles des « halls à étage » anglo-normands du XIIe siècle. On y retrouve notamment le même plan rectangulaire, le même éclairage parcimonieux de l’étage bas, un sol souvent fait de terre battue, l’absence de cheminée murale à ce niveau, le même type d’escalier à vis logé dans une tourelle d’angle, le même solivage portant le plancher de l’étage ;

  • dans ce type de construction, l’étage bas est subalterne tandis que l’étage haut est noble, résidentiel et éclairé par de véritables fenêtres ;

  • s’il fallait finalement retenir l’une des deux autres hypothèses, il conviendrait alors de constater la parenté d’un édifice cultuel ou paracultuel d’une communauté juive avec les canons de l’architecture civile contemporaine ;

  • il est, en tout cas, peu probable que l’étage bas ait servi de réserve pour les livres, étant donné la présence d’un sol en terre battue et les traces d’un foyer.

54Troisième hypothèse : les arguments utilisés pour la fonction d’école des hautes études juives ou Yeshiba sont les suivants :

  • le monument ne peut être une synagogue car celle-ci est située sur la rive sud de la rue aux Juifs. On peut la voir sur le Livre des fontaines de Jacques Le Lieur. Son plan comporte une entrée sur le côté ouest en conformité avec le principe rabbinique (entrée à l’opposé du mur face auquel les fidèles font la prière) et révèle sur le mur est une abside courbe en saillie. C’est dans une telle abside que se trouvaient rangés les rouleaux de la Torah dans une synagogue de style roman ;

  • le développement remarquable des études juives à Rouen justifie l’existence d’un bâtiment réservé à cet effet ;

    • 99 Norman Golb cite un texte de 1363, publié dans Lucien Valin, Le Roule des plès de héritage de la ma (...)

    ce dernier édifice est localisé en B1 comme le montrent une citation de Charles de Beaurepaire parlant d’école aux juifs et une mention, au « Roule des plés de la mairie de Jehan Mustel » de 1363, d’un terrain borné d’un côté et d’un bout par l’école aux Juifs99 ;

  • dans ce bâtiment les érudits juifs de Rouen se livraient à leurs études et dispensaient leur enseignement. La salle basse qui subsiste était la bibliothèque ou salle des livres dans laquelle étaient rangés les manuscrits. Elle était surmontée par au moins deux étages : un premier réservé très probablement à la salle d’étude et le second aux maîtres.

  • 100 Voir p. 167-180.

55Est-il possible de trancher, aujourd’hui, entre ces trois hypothèses ? Une meilleure connaissance des maisons en pierre rouennaises permet de replacer les bâtiments B1 et B2 dans un ensemble plus large qui rend incertaines les analyses en termes de fonctionnalité religieuse100. Nous savons, par les sources qui viennent d’être évoquées, que sur l’espace désigné par le nom de Clos aux Juifs – mais pour quelle délimitation ? – se trouvaient le « moustier » – entendre probablement la synagogue – et une école aux Juifs – si les deux bâtiments sont distincts – mais s’agit-il de B1, de B2 ou de bâtiments situés de l’autre côté de la rue aux Juifs ? À quand remonte leur édification ?

  • 101 Ce bâtiment, dont le plan est connu grâce au « Plan général de la maison de ville et autres maisons (...)
  • 102 Nicétas Périaux reprend, dans son Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen…, quelques-un (...)

56Quant au bâtiment B5, son identification comme synagogue repose sur une tradition rouennaise du XVIIIe siècle mais cette appellation ne se rencontre pas auparavant101. Il pourrait s’agir d’une désignation non fondée, comme il en existe d’autres dans la région, les maisons médiévales en pierre étant facilement qualifiées, aux XVIIIe et XIXe siècles, de synagogue quand elles n’ont pas été baptisées maison des Templiers102.

57Si bien des interrogations demeurent – quand apparaît-il sous la forme d’un clos ? quelle était son étendue initiale ? quels bâtiments comportait-il ? – une idée semble pouvoir être rejetée sur le Clos aux Juifs : celle d’un lieu d’habitation où aurait été regroupée la communauté juive rouennaise. Rien ne permet d’évoquer un ghetto mais tout indique plutôt un regroupement de quelques constructions dont le nombre total n’est pas connu et dont la destination reste incertaine.

Notes

1 Une conférence tenue à Rouen le 2 décembre 1995 avec Dominique Pitte et intitulée « Les enceintes de Rouen, questions d’histoire et d’archéologie » a permis de recenser quelques-uns des problèmes posés à la recherche. Un exemple en est donné par la création de la rue de l’Aumône : voir Philippe Cailleux, « Un point de l’histoire des enceintes rouennaises : la création de la rue de l’Aumône », BAMR, octobre 1995 - septembre 1996, p. 95-98. L’application des méthodes de travail qui viennent d’être exposées à quelques zones judicieusement choisies de la ville permettra peut-être d’en savoir plus. Cette application constitue à nos yeux un objectif prioritaire pour les années à venir. Ajoutons qu’à la vue de certains plans, tels ceux de Bernard Gauthiez – « Paris, un Rouen capétien ? Développements comparés de Rouen et Paris sous les règnes d’Henri II et Philippe Auguste », Anglo-Norman Studies, XVI, Proceedings of the Battle Conference 1993, 1994, p. 117-136 – on pourrait croire la question élucidée. Il s’agit en fait d’hypothèses qui ne font pas toujours bon ménage avec les résultats de fouilles archéologiques. Ainsi, à l’emplacement de la proposition de tracé de la deuxième clôture (XIe siècle ou début du XIIe siècle ?), nulle trace d’enceinte dans la fouille d’un îlot au nord de la rue des Bons-Enfants qu’elle est censée traverser. Voir Dominique Pitte, « Une portion d’enceinte médiévale (XIVe siècle) mise au jour au collège Barbey-d’Aurevilly », BAMR, octobre 1993 – septembre 1994, p. 92, note 4.

2 Les pieux découverts lors de travaux au bas de la rue Grand-Pont en 1898, dans lesquels Léon de Vesly vit les traces d’une cité lacustre, ne seraient que les fondations d’un édifice gallo-romain, voir Michel Mangard, « Rouen antique », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (éd.), Toulouse, Privat, 1979, p. 13. Les fouilles menées de 1993 à 1994, place de la Pucelle, ont fourni les plus anciens témoins de cette occupation, à proximité d’un petit cours d’eau : « L’ancien lit de ce petit affluent de la Seine, aujourd’hui disparu, a livré, outre des silex taillés mésolithiques (entre 8 000 et 6 000 ans avant J.-C.), une pirogue monoxyle ainsi que de la céramique datée de l’âge du bronze final (1 200-800 ans avant J.-C.) », Jean-Yves Langlois, « Notice, place de la Pucelle », in Rouen 1992-1994, Archéologie et travaux, Rouen, Association pour la promotion de l’archéologie en Haute-Normandie, 1994, p. 32. En 1992, l’habitat le plus ancien, découvert au nord du palais de justice, remontait au deuxième quart du Ier siècle après J.-C., datation effectuée à partir de la céramique extraite d’un dépotoir : « Étant associé avec d’autres fosses dépotoirs et une construction, il permet de définir cette présence comme une véritable occupation et de commencer, dès cette période, l’histoire de l’habitat dans cette partie de Rotomagus », Éric Follain et Élisabeth Lecler « Rouen, espace du Palais. Un premier résultat : un dépotoir précoce témoin de la naissance de Rotomagus », in Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie – année 1992, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, 1993, p. 80. La fouille menée pour la station de métro Palais de Justice a, elle, révélé des traces d’habitat attribuables au début de l’époque tibérienne, Marie-Clothilde Lequoy et alii, « Rouen – Métro bus de l’agglomération rouennaise – Station Palais de Justice », in Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie – année 1995, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, 1996, p. 66.

3 Rouen gallo-romain. Fouilles et recherches archéologiques 1978-1982, catalogue d’exposition (24 septembre - 30 novembre 1982), Rouen, musée des Beaux-Arts, 1982, p. 3.

4 Dominique Lefebvre, « Un cadre naturel exceptionnel », in Rouen 1992-1994…, p. 38-39.

5 Pour l’analyse des quelques données, voir Michel Mangard, « Rouen antique », p. 13-29 ; Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », EN, no 4, 1976, p. 2-20 ; Louis Harmand « La romanisation », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1987, p. 55 à 74.

6 Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », p. 3.

7 Brigitte Beaujard attribue aux Véliocasses et aux Calètes un système municipal complet au milieu du Ier siècle apr. J.-C., tout en précisant qu’en l’absence de documents, elle utilise un raisonnement par analogie, à partir de l’exemple des Aulerques. L’hypothèse la plus fréquente situe la fondation à l’époque d’Auguste, donc en 14 apr. J.-C. au plus tard. Voir Xavier Delestre, « Rouen des origines au IVe siècle apr. J.-C », in Le Mausolée antique de Rouen. Fouilles de l’espace du Palais, catalogue d’exposition, Rouen, musée départemental des Antiquités, 1995, p. 9.

8 Jean-Yves Langlois, « Notice, place de la Pucelle », p. 32.

9 Dominique Pitte, « La fouille de 1984 : naissance, évolution et disparition d’un quartier », in La Place de l’Hôtel-de-ville à Rouen : évolution d’un espace urbain de sa création à nos jours, catalogue d’exposition, Rouen, hôtel de ville, 1988, p. 6-11.

10 Ibid., p. 8.

11 « Et l’on édifie plus au sud un nouveau port ». Voir Dominique Halbout-Bertin, « Rouen – Place de la Haute-Vieille-Tour », in De la Gaule à la Normandie. 2 000 ans d’histoire – 30 ans d’archéologie, Rouen, musées départementaux de la Seine-Maritime, 1990, p. 201.

12 Sur les nécropoles rouennaises, voir Éric Follain, « Les nécropoles », in Le Mausolée antique de Rouen, p. 14.

13 Deux premières pièces étaient connues par des observations et un plan établis en 1789 par M. Torcy et une fouille menée en 1981. Avec ces premières données, l’hypothèse formulée faisait de ce bâtiment une halle aux poissons (voir Patrick Halbout, « Une halle aux poissons à Rouen aux IIe-IIIe siècles ? », Gallia, tome XLVI, 1989, p. 163-172). Après une intervention sur un terrain voisin des premières salles et la découverte de nouvelles structures, Dominique Pitte rattache l’ensemble des vestiges aux thermes publics. Voir Dominique Pitte, « Rouen, rue des Carmes », in Bilan scientifique… – année 1992, p. 88. L’identification comme curie d’un bâtiment situé plus au sud (voir Patrick Halbout, Romain Verlut, « Rouen, tunnel Saint-Herbland », in Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie – année 1991, Rouen, 1992, p. 52), hypothétique, demanderait à être confirmée.

14 Constat dressé dès 1979 par Michel Mangard, « Rouen antique », p. 17, que les récentes découvertes de voirie confirment (voir figure 1).

15 Cet axe nord-sud devait se maintenir avec un léger décalage. Il a ainsi été repéré sous des maisons bordant la rue des Carmes, lors de la fouille du no 85 de cette rue. Dominique Pitte, Yves Lescroart, « La Renaissance à Rouen. Nouvelles découvertes rue des Carmes », BAMR, 1992-1993, p. 53.

16 Pas plus de trace d’un temple de la divinité protectrice de la cité sous l’église Saint-Lô que d’un autre sous l’église Saint-Herbland, supposée surmonter un temple de Vénus. Voir Michel Mangard, « Rouen antique », p. 18. Les « traditions » révélant l’existence de temples « païens » à Rouen sur lesquels se seraient bâties des églises ne manquent pas. Voir par exemple Auguste Lévy, Étude scientifique et archéologique sur le territoire de la ville de Rouen dans les temps les plus reculés, Rouen, Péron, 1860, ouvrage dans lequel l’auteur multiplie allégrement les îles les accueillant.

17 Sur cet incendie, voir Philippe Halbout, Romain Verlut, « Rouen, tunnel Saint-Herbland », p. 52 ; Chrystel Maret, Vincenzo Mutarelli, Xavier Peixoto, « Rouen, espace du Palais », in Bilan scientifique… – année 1992, p. 78, et Jacques Le Maho, « Le groupe épiscopal de Rouen du IVe au Xe siècle », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, Jenny Stratford (dir.), Leeds, Maney (The British Archaeological Association, Conference Transactions for the year 1986), 1993, p. 20.

18 L’analyse archéomagnétique – méthode de datation des structures en terre cuite – des briques du mur nord mis au jour à l’espace du Palais propose une datation autour de l’année 280 à plus ou moins 15 ans. Voir Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », in Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie – année 1993, Rouen, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, 1994, p. 94-95.

19 « Une première fois, en 260, ils se rallient à Postumus, le fondateur de l’empire gaulois, et abandonnent son successeur, Tetricus, incapable de maîtriser les Barbares. En 286, ils suivent Carausius, ce général auquel Dioclétien avait confié la défense des côtes de la Manche et que ses soldats acclament imperator […]. Calètes et Véliocasses restent à ses côtés tant que l’armée romaine ne vint pas rétablir l’autorité légitime en 293 ». Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », p. 17.

20 Voir notamment Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.

21 Pour la comparaison avec d’autres superficies, voir Paul-Albert Février, « Vetera et nova : le poids du passé, les germes de l’avenir, IIIe -VIe siècle », in Histoire de la France urbaine, I. La ville antique des origines au IXe siècle, Georges Duby (dir.), Paris, Le Seuil, 1980, p. 408, où l’enceinte rouennaise, dotée de 18 hectares, semble toutefois légèrement sous-évaluée.

22 Brigitte Beaujard, « La Haute-Normandie à l’époque gallo-romaine », p. 18.

23 Avitianus est le deuxième évêque de la liste épiscopale. Sur la légende du martyr saint Nicaise – qu’ignore cette liste – et sur ce qu’il faut penser de la tradition qui fait de saint Mellon – Mallonus – le premier évêque de la cité, voir Nancy Gauthier, « Les premiers siècles. L’implantation du christianisme », in Le Diocèse de Rouen – Le Havre, Nadine-Josette Chaline (dir.), Paris, Beauchesne (Histoire des diocèses de France), 1976, p. 8-9.

24 Depuis la découverte de cette basilique, en 1987, Jacques Le Maho a publié plusieurs articles. Sur la datation des vestiges et l’analyse du sermon de Victrice pour établir qu’existent alors deux édifices dont l’un en cours de construction, se reporter à Jacques Le Maho, « Victrice de Rouen et l’archéologie. Quelques observations nouvelles sur la cathédrale et son environnement architectural au IVe siècle », BAMR, octobre 1990 - sept. 1991, p. 7-19.

25 Nancy Gauthier, « Les premiers siècles… », p. 13.

26 « Grégoire de Tours cite “tous les citoyens de Rouen et surtout les plus âgés des Francs de ce lieu”. On ne connaît par lui de groupes homogènes de Francs qu’en deux autres villes, parmi celles qui reçurent la plus forte empreinte des conquérants : Tournai et Trèves. C’est dire que Rouen dut être l’un des points d’appui de la nouvelle dynastie ». Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve siècle - 1204) », in Histoire de Rouen, p. 32. Voir également, p. 32-33, l’analyse de la liste épiscopale.

27 « […] ad basilicam sancti Martini, quae super muros civitatis ligneis tabulis fabricata est, confugium faciunt ». Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Liber V, 2, Henri Omont (éd.), Paris, Picard, 1886, p. 148.

28 Deux églises paroissiales rouennaises ont été dédiées par la suite à saint Martin. Il s’agit de Saint-Martin-sur-Renelle et de Saint-Martin-du-Pont. La première se situait au nord-ouest de l’enceinte antique, à environ 80 m, la seconde se trouvait peut-être le long du mur sud de cette dernière, mur à la localisation encore incertaine. Pour un résumé des arguments en faveur de l’une et de l’autre, voir Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge (650-850) », in La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, colloque historique international, Hartmut Atsma (dir.), Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia, 16), 1989, tome II, p. 10. Pour le comte de Rouen, Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Liber VI, 22, p. 220.

29 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge… », p. 7.

30 L’expression est empruntée à Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 34. « On constate avec étonnement que la tradition rouennaise ne crédite son plus prestigieux évêque d’aucune construction d’église, d’aucune action marquant la ville épiscopale de son empreinte personnelle », Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge… », p. 9. Sur saint Ouen, voir du même auteur « Les premiers siècles – Les temps barbares », in Le Diocèse de Rouen – Le Havre…, p. 16-20. Sur l’évolution de Rouen et d’autres cités de la Neustrie devenues, après la mort de Dagobert, de véritables principautés épiscopales, voir Stéphane Lebecq, Les Origines franques Ve -IXe siècle, Paris, Le Seuil, 1990, p. 143-144.

31 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », BAMR, octobre 1994 - sept. 1995, p. 37.

32 L’expression est de Nancy Gauthier qui fait un point complet des sources et de ce que l’on peut dire du monastère dans « Rouen pendant le haut Moyen Âge », in La Neustrie…, 1989, tome II, p. 11-15. Voir également, dans le même ouvrage, Patrick Perin, « À propos des origines de Saint-Ouen de Rouen », p. 21-39.

33 Jean-Benoît Cochet, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, Derache, 1866, p. 123. Les dessins montrent qu’il s’agit d’un sarcophage à loge céphalique. Voir ADSM, 6Fi 21, 22 et 23.

34 Renseignements communiqués par Dominique Pitte. Données non publiées.

35 Les légendes à propos de l’origine de Saint-Lô ne manquent pas. François Farin s’en amuse déjà au XVIIe siècle, in Histoire de la ville de Rouen, divisée en six parties, Rouen, Lebrun, 1731-1738, partie IV, p. 38.

36 Lucien Musset, « Naissance de la Normandie », in Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1987, p. 88. Signe du moindre rôle de Rouen, « ni la ville ni ses évêques n’apparaissent souvent dans les rares documents que les Vikings ont épargnés ». Voir également, idem « Rouen au temps des Francs… », p. 35.

37 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 40-41. La fouille a révélé l’existence d’une rue gallo-romaine, d’axe nord-sud, suivie sur près de 40 m de long et sur laquelle étaient alignés la façade occidentale de la basilique nord et le côté ouest du cloître canonial ; rue régulièrement entretenue jusqu’au Xe siècle, ibid., p. 34.

38 Michel Fixot, « Une image idéale, une réalité difficile : les villes du VIIe au IXe siècle », in Histoire de la France urbaine, I, La ville antique…, p. 541-543. Voir aux mêmes pages le rôle du modèle messin et celui de l’Institutio des chanoines rédigée en 816 à Aix-la-Chapelle ainsi que les mesures juridiques prises pour l’acquisition des surfaces nécessaires à cette extension. L’auteur y indique que de telles mesures furent prises à Rouen en 822.

39 Sur la permanence du réseau routier, voir Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 20-21. Georges Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1952, tome II, no 407, p. 409. Sur le commerce de ce port et son importance au IXe siècle, voir Jacques Le Maho « Rouen au haut Moyen Âge », p. 28-32. Sur l’usage de plus en plus fréquent du terme portus dans les régions septentrionales de la Gaule à partir du IXe siècle, voir Michel Fixot, « Une image idéale, une réalité difficile… », p. 534-535.

40 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge », p. 19.

41 L’enceinte est encore en élévation, tout comme l’amphithéâtre, et l’on utilise encore des portions de voiries romaines.

42 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 34. Cette datation ne repose pas sur des données archéologiques provenant de la fouille de cet emplacement. L’auteur a fourni les arguments sur lesquels il appuie cette hypothèse dans un article plus récent. Voir idem, « Recherches sur les origines de quelques églises de Rouen (VIe -XIe siècle) », BCDASI, tome XLIII, 1995, p. 144-148.

43 Xavier Peixoto, « Espace du Palais », p. 12. Plus au nord, une fouille très récente a décelé les traces d’un vaste chantier de construction remontant à la fin de l’époque carolingienne, voir Éric Follain et al., « Rouen : 2 000 ans d’histoire sous la rue Socrate », Archeologia, no 340, décembre 1997, p. 8-11.

44 Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 35. La fouille n’a pas permis, à notre connaissance, une datation aussi précise. L’auteur procède probablement par parenté morphologique. Nous avons déjà évoqué les probables inhumations mérovingiennes sur le site de Saint-Lô.

45 Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.

46 Lucien Musset, « Le rôle de Rouen dans la Normandie ducale (911-1204) », Connaître Rouen, tome IV, 1971, p. 1.

47 Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », AN, octobre-décembre 1956, p. 248. Pour illustrer l’immense développement des échanges avec l’Angleterre et l’importance de leur volume, Lucien Musset rappelle que Robert Courteheuse, en 1087, put utiliser le blocus comme moyen de pression sur son frère, le roi Guillaume Le Roux, et engager pour cela des corsaires flamands ; Lucien Musset, « La Seine normande et le commerce maritime du IIIe au XIe siècle », RSSHN, no 53, 1969, p. 12.

48 « […] autant qu’une ville peut être capitale à cette époque », ibid., p. 3-8.

49 Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926, p. 60. L’auteur y dénombre 4 portes, oubliant la porte Saint-Clément. Lucien Musset en compte six parce qu’il y ajoute la Poterne, pour laquelle nous n’avons rencontré, à l’époque ducale, que les qualificatifs de tour Rainier ou tour Alverede. Voir également Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 54.

50 François Farin, Histoire de la ville de Rouen…, 1re partie, p. 97 ; Jacques Le Maho, « Autour d’un millénaire. L’œuvre architecturale à Rouen de Richard Ier, duc de Normandie (mort en 996) », BAMR, octobre 1995 – septembre 1996, p. 65.

51 ADSM, 2E1/180, 12 juillet 1436. On ne sait rien de la localisation des résidences éventuelles des comtes ni des rois mérovingiens et carolingiens : « La cité, qui est résidence comtale franque jusqu’en 905, a servi de séjours à plusieurs souverains mérovingiens (Childéric à Clotaire II). Au IXe siècle, la fréquentation royale décline notablement, mais Charlemagne, puis Louis le Pieux s’y rendent chacun à deux reprises. Au Xe siècle, Louis IV, qui a des visées sur la principauté, réside pour un temps dans ce que Dudon de Saint-Quentin appelle les palatia de la cité qu’il distingue de la résidence des Ducs ». Annie Renoux, « Palais capétiens et normands à la fin du Xe et au début du XIe siècle », in Le Roi de France et son royaume autour de l’an mil, actes du colloque Hugues Capet 987-1987, la France de l’an mil (Paris-Senlis, 22 au 25 juin 1987), Michel Parisse et Xavier Barral I Altet (dir.), Paris, Picard, 1992, p. 185.

52 Robert de Torigni, Chronique (suivie de divers opuscules historiques de cet auteur), Léopold Delisle (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1872, tome I, p. 164-165. Henricus rex circa turrem Rhotomagi quam aedificavit primus Ricardus dux Normannorum in palatium sibi, murum altum et latum cum propugnaculis aedificat, et aedificia ad mansionem regiam congrua infra eundem murum parat. Pour un point des connaissances sur cette forteresse, voir Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 46-47, et Jacques Le Maho, « Autour d’un millénaire… », p. 65-68. Voir, p. 61 du présent ouvrage.

53 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 54. L’amphithéâtre romain y semble toujours en élévation au XIe siècle. Cité au siècle précédent par la Vie métrique de Saint-Romain, il est décrit plus précisément par la Troisième Vie de Saint-Romain, écrite vers 1056. Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge », p. 2-3.

54 Voir Lucien Musset, « Monachisme d’époque franque et monachisme d’époque ducale en Normandie : le problème de la continuité », in Aspects du monachisme en Normandie (IVe - XVIIIe siècle), actes du colloque scientifique de l’année des abbayes normandes (Caen, 18 au 20 octobre 1979), Lucien Musset (dir.), Paris, Vrin, 1982, p. 59.

55 Voir Xavier Peixoto et al., « Rouen, espace du Palais », p. 94.

56 Voir Philippe Cailleux, « Un point de l’histoire des enceintes rouennaises : la création de la rue de l’Aumône », BAMR, octobre 1995 - septembre 1996, p. 95-98, et p. 302 du présent ouvrage. On peut, à cet égard, regretter que la fouille du tunnel Saint-Herbland, menée en 1991, n’ait fait l’objet, pour tout rapport, que de quelques lignes, parmi lesquelles on peut lire : « le fossé subit un comblement en deux temps : XIe puis XIIIe siècles ; entre deux est édifiée le long et en contrebas de la rue Ganterie une maison romane, type first floor hall en moellons de silex branchés et fenêtres appareillées en calcaire », Patrick Halbout, Romain Verlut, « Rouen tunnel Saint-Herbland », p. 51-52. On aimerait connaître les raisons de ces datations et leur précision, tant leur importance est grande.

57 Sur ces différentes étapes, voir Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 61, qui place la rédaction des « Établissements » entre 1160 et 1170.

58 André Cerné, « Une ancienne halle aux marchands de Rouen premier siège de l’administration communale », BSLE, 1932, p. 253-262. Le terrain cédé s’étend de la rue Saint-Éloi jusqu’à « l’ancienne halle » que l’on souhaite probablement agrandir.

59 « (913) Rollon consent à ce que les corps de saint Laud et de saint Rumphaire, évêques de Coutances, soient rapportés à Rouen, et reçus à l’église Saint-Sauveur. Il donne à Thierry, évêque de Coutances, et à ses successeurs l’église susdite avec la terre contiguë pour l’habitation de l’évêque et des clercs », Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1961, p. 19-20 (parmi les diplômes perdus ou supposés). Toujours selon la tradition, les nombreux miracles et guérisons accomplis par l’entremise des reliques de Saint-Lô seraient à l’origine du changement de nom. Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô de Rouen, ses prieurs, ses privilèges, ses revenus, Rouen, Cagniard, 1890-1891, tome I, 1890, p. 22-23.

60 Pour la circonstance, les pièces sont nombreuses. Une bulle d’Innocent II, en 1143, autorise Algare à établir des chanoines réguliers à Saint-Lô. L’approbation d’Hugues, archevêque de Rouen, nous livre le nom des chanoines séculiers qui s’y trouvaient alors, et qui conservent leurs prébendes jusqu’à leur mort. Ils ne sont que trois : Gaufridus archidiaconus, Nicolaus thesaurarius et Girardus, ce dernier simple chanoine. L’institution de chanoines réguliers est confirmée par le pape Eugène III (1145-1153) entre 1145 et 1150. Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô…, tome II, p. 288-292 et Philippe Jaffé, Regesta Pontificum Romanorum ab condita ecclesia ad annum post Christum natum MCXCVIII, 2e édition, Leipzig, 1888, tome II, p. 65. On trouve l’information en 1146 dans Adolphe Chéruel, « Normanniae Nova Chronica ab anno Christi CCCCLXXIII ad annum MCCCLXXVIII », MSAN, tome XVIII, 1852, p. 10. La Chronique de Robert de Torigny, rapporte, à l’année 1151, le décès d’Algare de Coutances, vir admodum religiosus, qui canonicos regulares posuit in ecclesia Sancti Laudi Rothomagensis, et in ecclesia de Caesarisburgo [Cherbourg]. Sur le rôle des chanoines séculiers dans l’église normande, voir Lucien Musset, « Observations sur les collégiales normandes au XIe siècle », Revue historique de droit français et étranger, 1959, p. 267.

61 Voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô…, tome II, p. 294-296.

62 On citait, jusque-là, la charte de réformation d’Eudes Rigaud, en 1252, comme première pièce authentifiant son existence. Charles de Beaurepaire, « Notice sur l’église Notre-Dame-la-Ronde », BCDA, tome VI, p. 128.

63 Parmi les témoins énumérés dans une charte du prieuré Saint-Lô, passée entre 1175 et 1183 devant Rotrou, archevêque de Rouen, figure un certain Bérenger, prêtre de Sainte-Marie-la-Ronde (Berengero, presbitero Sancte Marie Rotunde). Charte publiée par Léonce de Glanville, Histoire du prieuré de Saint-Lô…, tome II, p. 329-330.

64 Par Gosselin, vicomte d’Arques, et par Emmeline sa femme. Selon l’Histoire de Guillaume de Jumièges, écrite un siècle plus tard, il ne s’agirait pas d’une fondation mais d’une réédification d’un monastère pré-normand. Voir par exemple Édouard Delabarre, L’Abbaye de Saint-Amand de Rouen, extrait de BAMR, 1907, Rouen, Lecerf, 1908, p. 7, et pour une reprise plus récente de cette tradition, Jacques Le Maho, « Rouen au haut Moyen Âge », p. 34.

65 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 58.

66 Ibid., p. 57. À propos de ce nombre particulièrement élevé, l’auteur ajoute : « On en trouve d’analogues en bien des villes épiscopales anglo-normandes : telles Bayeux (20 paroisses) et York (35) ». Elles sont 35 à Paris : 7 rive gauche, 14 rive droite et 14 dans la Cité. Jean Favier, Paris au XVe siècle, 1380-1500. Nouvelle histoire de Paris, Paris, Diffusion Hachette, 1994, p. 20.

67 ADSM, G 6856, et p. 83 du présent ouvrage. Dans la charte de confirmation des biens de Saint-Lô par Henri II (entre 1154 et 1189), mention est faite de l’église Saint-Lô et des chanoines réguliers y servant Dieu, et, dans les possessions rouennaises, de l’église Saint-Jehan. Rien ne suggère alors l’existence d’une paroisse distincte. C’est dans les premières décennies du XIIIe siècle qu’apparaissent les premiers actes se rapportant à des tènements situés in parrochia Sancti Laudi (voir par exemple 9H 993, janvier 1219, n. s. 1220).

68 Les tracés des limites de ces deux paroisses nous sont-ils d’un quelconque secours pour déceler une antériorité (voir p. 28) ? On peut observer une différence très nette sur un point : alors que la paroisse Saint-Lô est limitée par l’emplacement de l’enceinte gallo-romaine, au nord mais aussi à l’ouest, la paroisse Notre-Dame-la-Ronde se trouve, en revanche, placée de part et d’autre de l’emplacement du mur ouest de cette même enceinte. Mais interpréter cette différence est un exercice par trop incertain.

69 Voir Pierre-André Sigal, L’Homme et le Miracle dans la France médiévale (XIe -XIIe siècles), Cerf, 1985, p. 9.

70 Sed cum iuxta sancti Ermelandi basilicam transituri ueniremus… Voir Inventio et miracula Sancti Vulfranni, Jean Laporte (dir.), MSHN, 14e série, 1938, p. 7-87. Dom Laporte place la composition de l’ouvrage entre 1074 et 1087. Le récit n’évoque que peu d’édifices religieux rouennais. Le moine y fait une bonne place à l’église Saint-Laurent, qui relève de son abbaye (ad usque sancti Laurentii aecclesiam, quae nostrae erat ditionis). La différence de termes serait intéressante si, un peu plus avant dans le récit, l’église Saint-Laurent n’était pas aussi appelée basilica (totam basilicam interius implesset). Faut-il inclure l’église Saint-Herbland parmi les églises paroissiales existant à cette date ? Avant de devenir paroissiale, Saint-Herbland, placée sous le patronage de la cathédrale, est rangée par Jacques Le Maho au nombre des églises annexes du groupe épiscopal (« Rouen au haut Moyen Âge », p. 34). Voir le présent ouvrage, p. 46.

71 ADSM, G 4324.

72 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 47.

73 Jules-Joseph Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges (vers 825-1204) conservées aux archives de la Seine-Inférieure, Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie, 1916, tome I, p. 38, confirmation de biens. Une tradition, remontant au XIIe siècle – date de la notice sur les origines de Jumièges figurant en tête des annales de Jumièges –, indiquait comme lieu de détention de saint Philibert, en raison de son opposition à Ebroïn, la tour Alverède, à Rouen. Voir René Poupardin, Monuments de l’histoire des abbayes de Saint-Philibert (Noirmoutier, Grandlieu, Tournus) publiés d’après les notes d’Arthur Giry, Paris, Picard et fils, 1905, p. XX-XXI.

74 Voir Jules-Joseph Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges…, p. 157-161 et Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen… », p. 248.

75 Léopold Delisle, Élie Berger, Recueil des actes de Henri II roi d’Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises et les affaires de France, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1916, tome I, p. 504, où cette charte est placée entre 1156 et 1172-1173. À son propos, Léopold Delisle écrivait : « Vidimus de l’année 1433, conservé aux archives de la Seine-Inférieure d’après M. Bénet, qui en a communiqué la copie en 1881. La cote G 1265, alors fournie par ce savant, ne correspond pas au document qui, jusqu’à présent, n’a pas été retrouvé ». Le vidimus de cette charte, du 28 juin 1433, se trouve bien aux Archives départementales mais sous la cote G 1504.

76 […] et quadraginta pedes terre de fronte et quindecim de lato extra murum, in vico Elemosine, ubi facient duo stadia viginti et octo pedum longitudinis, pro hospitando per manus ipsorum pauperes Christi et residuum retinebunt. Cette partie de l’acte soulève quelques interrogations. L’accueil des pauvres suggère une origine aux maisons des pauvres de la rue de l’Aumône, pour lesquelles nous ignorons de fait l’acte de naissance, mais nous n’avons pas trouvé de trace de droits de l’abbaye sur les maisons de la rue de l’Aumône. Par ailleurs, l’explication habituellement donnée au nom de la rue se révèle non fondée et il faut, dès lors, se demander à quelle aumône royale renvoie le nom de la rue. Un texte de 1300 cite la rue de « l’omosne nostre sire le roy a Rouen ». Voir BMR, registre V1, f° 255.

77 ADSM, G 1504. Le vidimus accompagne une pièce de procédure pour savoir si le tènement des religieux de Beaubec est tenu du roi comme fief laïc ou comme terre d’aumône. Le procureur évoque, lui, une autre charte royale, non retrouvée, qu’il dit « de si ancien temps que alors l’en ne mectoit point de date es chartres ». Le premier membre connu de la famille Groignet, Nicolas, apparaît comme témoin d’une charte en 1171. Le prénom Roger est effectivement employé dans cette famille puisqu’en 1208 l’un des quatre enfants d’Hugues Groignet est ainsi prénommé. Voir Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen… », AN, p. 249-253. BnF, Nouvelles acquisitions latines, no 1801, f° 13. Un dénombrement de 1460 (n. s.) indique, lui, que le manoir a été « aulmosné par le duc de Normandie, roy d’Angleterre » (voir Suzanne Deck, « Le temporel de l’abbaye cistercienne de Beaubec », AN, no 3, 1974, p. 152).

78 Nous avons vu que Saint-Lô relevait de la juridiction de l’évêque de Coutances, qui y trouva un temps refuge. Les évêques y résidèrent souvent et plusieurs d’entre eux y furent semble-t-il inhumés. Sur les droits de l’évêque et les diverses tentatives des archevêques pour les réduire, voir Léonce de Glanville, Histoire du prieuré Saint-Lô…, tome I, p. 25 et suivantes. Sur l’exemption de Saint-Candé, enclave du diocèse de Lisieux dans celui de Rouen, voir Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Paris, Klincksieck, 1903, p. XVII, et Henri de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, 1872, réimpression Brionne, Le Portulan, 1971, tome I, p. XII-XVI.

79 Dominique Barthélemy, L’Ordre seigneurial XIe -XIIe siècles, Paris, Seuil, 1990, p. 119.

80 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 67-68. Un texte de 1199 sur la coutume des moulins mentionne : Omnes fullones et tinctores super aquam Rodobecci manentes, qui domos tenent, et habent vasa fullonum et calderias, Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, extrait de MSAN, tome XVI, Caen, Hardel, 1852, no 50. On rencontre, par ailleurs, des Rouennais vendant leur production aux foires de Provins, en 1175. Michel Mollat, « La draperie normande », in Produzione, commercio e consumo dei panni di lana, (secoli XII-XVIII), Marco Spallanzani (dir.), Atti della seconda settimana di studio (10 au 16 avril 1970), Instituto internazionale di storia economica F. Datini (Prato), Florence, Olschki, 1976, p. 404.

81 Jacques Heers, La Ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Fayard, 1990, p. 388.

82 Victor Mortet et Paul Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, Paris, Picard et fils, 1929, tome II, p. 165-167, notamment un mandement de Richard Cœur de Lion du 9 novembre 1194 ainsi qu’un extrait d’une bulle de Célestin III du 11 octobre 1195.

83 Nullus bolengarius potest habere amplius quam duas fenestras ad panem vendendum, unam scilicet in hospicio suo et aliam in atrio Beate Marie. Voir Léopold Delisle, Cartulaire normand…, no 50, p. 10-11.

84 Lucien Musset, « Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », AN, no 1, 1976, p. 3. La foire de l’Ascension, dite foire du Pré, se tenait au faubourg Saint-Sever et celle de la Saint-Gervais à proximité du prieuré de Saint-Gervais.

85 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 55. Il ne faut pas exclure que des noms comme celui de rue aux Tailleurs proviennent en fait de celui de possesseurs de terrains.

86 Norman Golb fait remonter l’existence de la colonie juive de Rouen à l’époque de la domination romaine mais il s’agit d’une simple supposition : Norman Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d’une culture oubliée, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1985, p. 9. Il relève ensuite deux sources rabbiniques qui évoquent l’une une persécution des Juifs de Rouen sous Richard II et l’autre une confiscation des biens d’un riche Juif rouennais vers 1035, ibid., p. 31-50 et 51-70. Lucien Musset, qui retient comme indice d’une présence plus ancienne le fait qu’Ibrahim ibn Yaqub ait fait halte à Rouen vers 965, se montre très méfiant à l’égard des deux sources précédentes. Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs… », p. 65.

87 Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 72-75. Sous Henri Ier, le principal personnage de la communauté londonienne est Rubi Gotsce, originaire de Rouen. Il eut au moins deux fils : Abraham et Isaac. Yossi, fils de ce dernier, devient, en 1207, « presbytre » de la communauté juive d’Angleterre, ibid., p. 144-146 et 275. Il avait auparavant cédé à des coreligionnaires des biens familiaux situés rue aux Juifs.

88 Ibid., p. 95-96, d’après Guibert de Nogent, Histoire de sa vie, Georges Bourgin (dir.), Paris, Picard, 1907, p. 118-119.

89 Voir figure 3, lettre B1.

90 « L’an M. C. XVI la cité de Rouen fut pres que toute bruslée par le feu qui print a la rue aux Juifz », Alexandre Héron, Deux chroniques de Rouen, Rouen, Lestringant, 1900, p. 31.

91 Voir figure 3, lettre B2.

92 […] cum Iudaei parochiam S. Laudi pro parte magna occupaverint et adhuc residuum de die in diem occupare contendant. Voir Philippe Jaffé, Regesta Pontificum Romanorum…, tome II, p. 641, 1191-1198. […] consequerentur, Sancti Laudi ecclesiae et aliis, quarum parochias detineant occupatas, annis singulis recompensare curaverint. Norman Golb ne semble pas avoir relevé ce texte qui montre que le principe de mettre à contribution les Juifs pour compenser les dîmes non payées est déjà à l’œuvre à Rouen, avant le quatrième concile de Latran, en 1215 (une opinion différente est soutenue dans, Les Juifs de Rouen…, p. 322). La bulle ne mentionne ni l’existence d’un clos ni celle d’un édifice religieux.

93 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, Le Brument, 1870, p. XXXV. Cette information provient de « l’extrait des annees de la nativité d’aucuns papes de Romme, empereurs, rois de Franche et d’Angleterre » placé aux feuillets qui précèdent la Chronique de Rouen et dont les indications s’arrêtent en 1318. Elle fait partie de celles que Charles de Beaurepaire indique comme écrites d’une autre main, ou du moins ajoutées après coup, annotations que Vallet de Viriville attribue à Jean Le Féron (voir Chronique de la pucelle ou chronique de Cousinot suivie de la chronique normande de Pierre Cochon relatives aux règnes de Charles VI et de Charles VII, Auguste Vallet de Viriville (éd.), réimpression de l’édition de 1859, Genève, Slatkine, 1976, p. 357 et p. 4). Il faut en ce cas supposer qu’il recopie un texte dont il n’est pas l’auteur car la formulation « une place de present appellée le Clos à Juys » ne peut être attribuée à un auteur du XVIe siècle, le Clos aux Juifs ayant cédé, en 1429, la place au Neuf Marché qui devait lui-même laisser place au palais abritant le parlement. Remarquons enfin la date de 1318, pour le moins étonnante.

94 ADSM, 80H 35, et ms Y 44, f° 72, probablement Saint-André-hors-la-Ville.

95 Sur le Mont-aux-Juifs voir Norman Golb, Les Juifs de Rouen…, p. 9-13.

96 Nous résumons ici les données présentées dans la première partie de la thèse. Voir Philippe Cailleux, thèse, fiches détaillées de l’îlot 6, constitué des parcelles 401 à 419 de la paroisse Saint-Lô, p. 126-339 et plus particulièrement à la fiche 410, p. 183-202. Les parcelles à l’est sont numérotées 411 à 419. On peut lire, en 1361, dans les confronts de celle qui porte le numéro 418, un autre toponyme désignant le même lieu : celui de « Jardin aux Juifs ».

97 Il ne peut s’agir de la reprise d’une délimitation plus ancienne comme en témoigne le nom du tenant cité à l’est, Raoul de Guiffart (tenant de la parcelle 411, voir ADSM, G 6388, 27 novembre 1398).

98 Cette présentation des trois hypothèses reprend un texte écrit pour une exposition intitulée Le Clos aux Juifs de Rouen au Moyen Âge : contexte et topographie et réalisée en collaboration avec Alain Sadourny et Dominique Pitte. Il est le produit d’une rédaction collective. La première hypothèse est formulée par Bernhard Blumenkranz et son équipe CNRS, voir notamment Bernhard Blumenkranz, « La synagogue de Rouen », in Art et Archéologie des Juifs en France médiévale, Toulouse, Privat, 1980, p. 277-303. Sur la seconde, voir M. de Boüard, « Archéologie : l’affaire de la synagogue de Rouen », L’Histoire, no 48, 1982, p. 80-84. Pour la troisième, outre l’ouvrage déjà cité de cet auteur, voir Norman Golb, « Nature et destination du monument hébraïque découvert à Rouen », Proceedings of the American Academy for Jewish Research, vol. XLVIII, 1981, p. 101-182.

99 Norman Golb cite un texte de 1363, publié dans Lucien Valin, Le Roule des plès de héritage de la mairie de Jehan Mustel, Rouen, Wolf, 1924, p. 100. Sur cet acte et les autres mentions de cette école, se reporter aux fiches 401 à 410 de la première partie de la thèse.

100 Voir p. 167-180.

101 Ce bâtiment, dont le plan est connu grâce au « Plan général de la maison de ville et autres maisons qui lui appartiennent » dressé en 1738 par R. Vernisse, menuisier à Rouen, fait partie d’un tènement appartenant aux chanoines de Notre-Dame-la-Ronde. Ce plan le désigne comme synagogue, tout comme plusieurs baux et dessins de la seconde moitié du même siècle (voir ADSM, G 7481 et 7482). On constate, sur ce plan, que le mur situé à l’est présente dans son épaisseur un cercle auquel correspond, à l’extérieur uniquement, un renflement. La coloration verte de ce cercle, code employé systématiquement pour marquer les puits et fontaines du plan, permet d’affirmer qu’il s’agit d’un puits placé dans la muraille. Faut-il y voir, comme le suggère Norman Golb, « une abside courbe en saillie où, comme dans toutes les synagogues de style roman, étaient gardés les rouleaux de parchemin sacrés de la Torah » (Les Juifs de Rouen…, p. 17) ? Le même auteur précise – mais s’agit-il bien d’une évidence ? – « c’est évidemment en raison de sa rotondité qu’on a choisi la partie absidiale du mur est pour l’emplacement de puits » (« Nature et destination du monument hébraïque… », p. 147). Voir également sur ce bâtiment Édouard Gosselin, « La synagogue de la rue Massacre à Rouen », in Études normandes, no 4, 1983 p. 63-70 et un article à paraître prochainement de Philippe Cailleux et Dominique Pitte, « Sommes-nous en présence de la synagogue médiévale de Rouen ? Contribution à la connaissance topographique du Clos aux Juifs ».

102 Nicétas Périaux reprend, dans son Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen…, quelques-unes de ces suppositions et, à propos de la rue aux Juifs, cite Pierre Périaux qui parle « des preuves de l’existence de synagogues dans quelques-unes des caves de la rue aux Juifs, près du Palais de Justice et de la rue des Carmes » et pour la rue Saint-Lô évoque l’auteur des Lettres sur Rouen qui « rapporte qu’il existait autrefois, dans la même rue, un peu au-dessus de la rue Boudin, une vieille chapelle qu’on croit avoir servi originairement de synagogue et qui aurait plus tard fait partie d’une propriété particulière ». Voir Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, revue de ses monuments, Rouen, Le Brument, 1870, p. 338 et 573. Mais il y a fort à parier qu’il s’agit, en guise de preuves, de celliers médiévaux encore conservés au XIXe siècle sous les maisons et dont quelques exemplaires sont étudiés dans la deuxième partie. Sur de telles appellations incertaines, voir Bernard Lizot, « En marge de la « juiverie » de Breteuil, les perrins de Breteuil, Verneuil et Tillières », Vie et Art en Normandie, 1977, no 5, p. 21-23.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Rouen gallo-romain. Des repères ont été rajoutés sur le fond de plan réalisé d’après celui d’Éric Follain pour présenter le résultat des fouilles et recherches récentes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2 – Surveillance de travaux, rue Saint-Lô, 1990 (document Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 3 – Localisation des vestiges romans situés de part et d’autre de la rue aux Juifs(document Dominique Pitte, Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search