Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Introduction

Texte intégral

1En 1980, au terme d’études architecturales, la soutenance, à l’Unité pédagogique de Rouen, d’un mémoire consacré au Logement social en France : l’architecte et les cités ouvrières en France et plus particulièrement en Seine-Inférieure traduisait un intérêt marqué pour l’histoire de la ville et l’analyse des formes urbaines. Entre urbanisme et histoire urbaine, deux voies s’ouvraient entre lesquelles il fallait choisir.

  • 1 Le document original, conservé à la bibliothèque municipale de Rouen, n’est plus consultable. On pe (...)
  • 2 « Le Pourtraict de la ville de Rouen », François de Belleforest, Cosmographie universelle de tout l (...)

2Une sensibilité certaine au charme particulier qu’exercent sur le touriste comme sur l’habitant, séduits par la cohabitation paisible d’habitats d’époques différentes, les plus belles des rues rouennaises et l’intérêt porté à la ville médiévale, « ville d’avant les plans », imposèrent leur choix. Ce serait l’histoire. Ce serait Rouen. « Ville d’avant les plans » : cette expression paradoxale en ce qu’elle inverse la place de la réalité et de sa représentation graphique traduit bien, par l’absence, le non-représenté, un degré de difficulté supplémentaire. Les premiers plans rouennais remontent au XVIe siècle. Le très beau Livre des fontaines de Jacques Le Lieur1, dessiné vers 1525, même s’il nous livre un dessin de ses principaux axes et édifices, avait pour but de représenter non la ville mais le cours de ses fontaines. Il faut attendre, pour une telle représentation, 1575 et la parution du « Pourtraict de la ville de Rouen » de François de Belleforest2.

3De mes premiers contacts avec la documentation rouennaise naissait la conscience de son abondance : aux riches séries ecclésiastiques (séries G et H), elle ajoute l’existence d’un tabellionage, certes lacunaire, mais ne présentant pas moins de 79 registres, couvrant près de 92 années, pour la période allant de 1360 jusqu’à l’extrême fin du XVe siècle.

4Ils m’avaient également permis de me forger une conviction et d’opérer un choix : conviction de la possibilité et de la nécessité d’une étude, à la fois topographique et socio-économique, de l’espace urbain rouennais ; choix, plutôt que de porter l’étude sur une étendue urbaine trop vaste – ce qui aurait entraîné de trop nombreux dépouillements –, de limiter la zone étudiée à quelques hectares afin de mettre en œuvre, de la façon la plus systématique possible, l’ensemble des données à la disposition de l’historien.

  • 3 Rouen devait alors être l’objet d’une thèse d’Alain Sadourny, pour les derniers siècles du Moyen Âg (...)

5Cette volonté de limiter dans l’espace l’étude de l’urbanisation d’une des grandes villes médiévales – non sans risques puisque précisément limitée – présente toutefois quelques atouts. Elle permet, par exemple, de préférer à l’étude des rentes foncières d’une ou de plusieurs communautés, à l’échelle de la ville, l’analyse de la totalité des rentes pesant sur les héritages d’une portion de cette ville afin de mieux cerner leur poids effectif3.

  • 4 Les premiers travaux portèrent sur le Clos aux Juifs puis sur un ensemble de tènements de la parois (...)

6Si les intentions étaient claires dès l’abord, une interrogation subsistait. Où porter l’étude topographique ? Une priorité s’imposait : le cœur de ville, la vieille civitas, restait – dans le cas rouennais – un espace à défricher dont l’analyse est primordiale pour celle du reste de la ville. Les circonstances ont voulu que cette interrogation soit concomitante de la découverte, après celle des monuments juifs du palais de justice, d’une troisième construction romane en pierre qui relançait débats et controverses sur la topographie du Clos aux Juifs. Tester la méthode envisagée en la mettant à l’épreuve sur un problème topographique précis « quelle était l’étendue du Clos aux Juifs ? » fut à l’origine du choix des paroisses Saint-Lô4 et Notre-Dame-la-Ronde (voir figure 1, nos 1 et 2). Ce choix – effectué il est vrai sans une idée exacte de l’étendue couverte par ces deux paroisses – allait en amener plus tard un second, conscient mais peut-être déraisonnable : ajouter aux deux déjà retenues une troisième paroisse : Saint-Herbland (voir figure 1, no 3) dans le but très précis d’englober dans l’espace défriché chaque côté des deux axes centraux du secteur que sont les rues de Courvoiserie, aujourd’hui du Gros-Horloge, et de Grand-Pont, maintenant rue des Carmes. Ces paroisses occupaient à elles trois un espace de près de sept hectares, représentant pratiquement le tiers de la portion de ville enceinte à l’époque gallo-romaine. Seules deux rues, placées dans le prolongement l’une de l’autre, et les maisons les bordant de part et d’autre se trouvaient à l’extérieur de cette enceinte. À l’intérieur de ces limites, le patrimoine médiéval, à l’abri des grands travaux et percées de l’« haussmannisation » rouennaise, a en revanche beaucoup souffert des incendies et bombardements de la deuxième guerre mondiale, qui ont détruit la majeure partie de ce qui subsistait. Si les travaux des érudits et historiens locaux conservent le souvenir de plusieurs édifices, on peut en revanche regretter, pour la connaissance de ce patrimoine et en particulier pour l’architecture civile, le trop faible nombre de dessins, relevés voire photographies restant à notre disposition.

7Si la période du XIIIe au XVe siècle constitue, pour des raisons essentiellement documentaires, le cœur de ce travail, nous ne nous sommes pas interdit, à l’occasion, quelques incursions en amont – par exemple jusqu’aux premiers siècles de notre ère lorsque s’imposait de dresser le bilan de l’héritage urbain ; ou aux XIe et XIIe siècles lorsque les données archéologiques et architecturales sur l’habitat le demandaient – ou bien en aval, jusqu’aux deux premières décennies du XVIe siècle, durant lesquelles se parachève une évolution, entamée à l’extrême fin du XVe siècle avec la construction du « Palais royal ».

Fig. 1 – Plan de localisation des établissements religieux rouennais situés intra-muros sur un fond cadastral récent
(document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).

  • 5 En haut de la rue des Carmes, le bloc de maisons compris entre les rues Saint-Lô, des Carmes et des (...)
  • 6 « C’est Rouen en 1525, en une époque de splendeur où le mécénat de Georges II d’Amboise achevant l’ (...)

8Fallait-il prolonger la recherche au-delà plus systématiquement, voire la mener jusqu’au milieu du XVIe siècle ? Nous ne l’avons pas fait parce qu’avec la première moitié de ce siècle, le paysage urbain connaît de nombreuses transformations qui affectent parfois profondément le parcellaire5. La ville de Rouen, telle qu’elle apparaît sur le Livre des fontaines, vers 1525, est un véritable chantier et sous l’influence italienne s’impose un nouveau goût : les maisons se renouvellent et les façades s’animent différemment6.

  • 7 Le présent ouvrage est issu d’une thèse soutenue le 24 octobre 1998 à l’université de Paris Sorbonn (...)
  • 8 De ce rééquilibrage en faveur de l’histoire urbaine témoignent, pour la France, deux publications :(...)
  • 9 Ces objectifs expliquent la dimension imposante de cette première partie de la thèse, ici brièvemen (...)
  • 10 « Le recours systématique au parcellaire actuel ou même aux plans et cadastres descriptifs de l’épo (...)

9Ce présent livre, issu d’une thèse universitaire soutenue en 19987, s’inscrit dans un ensemble d’études qui, dans ces dernières décennies, ont marqué un net regain d’intérêt pour l’histoire des villes, tant en ce qui concerne les publications que les productions universitaires8. Mais il met en œuvre des modes d’exploitation de la documentation peu employés jusque-là, tout particulièrement dans l’approche topographique de l’espace qui vient d’être délimité. Il nous a semblé indispensable, pour cette raison, de procéder à une présentation rapide9 des méthodes d’analyse employées afin de montrer que le paysage urbain médiéval peut être l’objet d’une démarche d’étude, résolument appuyée sur la documentation et non cantonnée à une méthode de lecture parcellaire, dont les dangers ont été récemment soulignés10.

10Avant d’aborder les trois parties thématiques, une présentation chronologique des phases de l’urbanisation de la zone étudiée s’imposait, menée en liaison avec ce que l’on peut savoir de l’urbanisation rouennaise dans son ensemble et de son contexte. Quant aux études thématiques, elles aborderont successivement l’habitat, pour lequel les nombreuses données amèneront de longs développements, le marché immobilier et ses diverses composantes, enfin les habitants.

  • 11 Voir principalement commandant Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géog (...)

11Entre les intentions initiales et les résultats de la recherche, il est toujours difficile de comptabiliser les ajustements nécessaires pour « coller » à la documentation. Effectués parfois avec enthousiasme, ils peuvent également l’être à regret. Pour évoquer ce que ne contient pas ce travail, il faut inscrire, parmi les regrets, le renoncement à prolonger l’étude des techniques de construction entreprise dans la première moitié du siècle dernier par Raymond Quenedey11, en raison de la rareté des informations rencontrées.

Aperçus méthodologiques : le travail de restitution parcellaire

  • 12 Une présentation ordonnée d’une telle recherche ne doit pas faire oublier le caractère tant expérim (...)
  • 13 Sur le rôle de ces fichiers et sur le problème de l’informatisation du traitement graphique de l’in (...)

12Pour rendre aisément compréhensible ce travail, on peut le ramener à trois étapes12. La première concerne « l’enregistrement des actes » se rapportant au secteur étudié. La mise en œuvre de sources variées, l’utilisation de plusieurs milliers d’actes nécessitent la constitution de différents fichiers afin de ne négliger aucune des pistes contenues dans chacun de ces actes qui nourrissent ainsi un ensemble comprenant au minimum un fichier des actes, un fichier des personnes, un fichier des lieux, un fichier des enseignes de maisons, un fichier des communautés et un fichier des rues13.

Fig. 2 – Schéma de montage de l’îlot 1, parcelles de Saint-Lô
(document Philippe Cailleux).

Fig. 3 – Proposition de restitution de l’îlot 1, parcelles de Saint-Lô
(document Philippe Cailleux).

  • 14 Sur les raisons de privilégier une approche « verticale » – c’est-à-dire retraçant d’abord l’évolut (...)

13Leur exploitation permet de retracer, plus ou moins rapidement et plus ou moins complètement, « l’évolution historique de chaque parcelle ». Une fois l’acte enregistré, il s’agit en effet de lui faire intégrer l’ensemble des actes portant sur la même paroisse14.

14Les difficultés rencontrées à ce stade sont de deux ordres : les premières émanent des actes eux-mêmes, les secondes des formes urbaines rencontrées. Affecter un acte à sa parcelle est une opération simple lorsque les confronts cités correspondent à ceux déjà rencontrés et que, mieux encore, les intervenants viennent s’inscrire dans une liste suivie de détenteurs de l’héritage ou de la rente qui le charge. Mais des actes trop éloignés dans le temps ne peuvent s’appuyer que sur une forte stabilité de ces confronts ou tenants, ce qui est plutôt rare. De fortes disparités dans la répartition chronologique des séries d’actes contribuent parfois à accroître les difficultés.

15Une autre source de complications découle de la façon dont les tènements sont délimités dans la documentation. Les abornements y sont donnés par côtés et par bouts et l’expérience montre, le plus souvent, que côtés et bouts désignent bien des orientations opposées deux à deux. Malheureusement, la seule mention de trois, voire deux, des abornements n’est pas exceptionnelle. Le renvoi pur et simple, par le tabellion, à un acte antérieur, est heureusement plus inhabituel.

16Autre facteur lié à l’organisation des parcelles, la présence d’une allée en limite de terrain introduit l’existence d’un confront par bas – desservi par l’allée – et d’un second par haut. Mais si les deux voisins par haut et par bas sont parfois cités, il est commun de n’en trouver qu’un, voire même, au hasard des contrats, tantôt l’un tantôt l’autre. Cette apparente incohérence ne s’efface que par la mention de l’allée, qui peut tarder à venir. Cette même présence d’une allée menant à une rue fait quelquefois apparaître la seule rue comme confront d’un côté, au détriment des voisins placés entre la voie et le tènement ainsi délimité.

17Enfin, l’existence de plusieurs voisins d’un même côté semble décourager, à l’occasion, tabellions ou contractants. La mention « et autres » suit alors commodément un premier nom, apportant là aussi quelques incertitudes. Les difficultés sont ainsi souvent accrues en cœur d’îlots, moindres pour les parcelles situées en bord de rue.

18Dès lors qu’un texte se trouve mal relié au reste du dossier d’un tènement, en raison d’une ou plusieurs des complications qui viennent d’être passées en revue, il rejoint un fichier des textes en attente. Rangé soit par paroisse soit par pâté de maisons selon le degré d’incertitude, il n’en sortira qu’après l’apport d’un éclairage complémentaire par un autre document.

Fig. 4 – Schéma de montage des parcelles de l’îlot 4, paroisse Saint-Lô
(document Philippe Cailleux).

Fig. 5 – Proposition de restitution de la partie est de l’îlot 4, au XVe siècle
(document Philippe Cailleux). La partie ouest, détruite dans les dernières années du XVe siècle, n’a pas laissé de traces et ne peut faire l’objet de restitution.

Fig. 6 – Schéma de montage des parcelles de l’îlot 8 (document Philippe Cailleux).

Fig. 7 – Représentation de l’îlot 8 sur le plan cadastral parcellaire de la ville de Rouen
ADSM, 136 Fi (photographie Dominique Pitte).

Fig. 8 – Proposition de restitution de l’îlot 8 (document Philippe Cailleux).

  • 15 Sur les rentes foncières anciennes, voir p. 354-364.
  • 16 À titre d’exemple, sur les 30 rentes prélevées sur les trois paroisses par le chapitre de Notre-Dam (...)

19Malgré ces obstacles, la documentation rouennaise offre plusieurs atouts que l’historien se doit d’exploiter au mieux. Premiers d’entre eux, les rentes foncières anciennes15 constituent le principal outil permettant de relier actes et parcelles. Il faut notamment souligner l’intérêt tout particulier que présentent les rentes foncières anciennes versées aux diverses communautés telles que la ville, les chapitres et collèges de chanoines, les fabriques paroissiales, les abbayes et prieurés sans oublier les diverses chapelles. Outre les cartulaires et liasses de documents à l’intérêt évident, la conservation, au moins partielle, des comptabilités de ces multiples communautés aide à dresser des listes plus ou moins complètes des Rouennais soumis au paiement de ces rentes. La précision de ces derniers documents est certes fort variable : simple nom suivi de la somme due, énumération de trois ou quatre noms de tenants successifs, adjonction éventuelle du nom d’un ou de plusieurs voisins ; seuls les mieux organisés de ces comptes adoptent un classement par paroisse et par rue. Mais la forte stabilité des rentes entre la seconde moitié du XIVe siècle et la fin du XVe siècle16 facilite le repérage. Que la rente soit due à une communauté renforce bien sûr la possibilité de dresser une série suivie de tenants, mais la détention par certaines familles rouennaises peut également faciliter un repérage sur longue période. Moins intéressantes dès lors qu’elles sont rachetables, les rentes constituées permettent tout de même, à l’occasion, d’établir des liaisons entre les actes.

Fig. 9 – Le réseau des rues. On a retenu le nom le plus fréquemment porté par la rue aux XIVe et XVe siècles. Les portions de rue représentées en pointillé ne relèvent pas des trois paroisses (document Philippe Cailleux).

  • 17 Tout aussi précieuse qu’exceptionnelle cette pièce de septembre 1488, au sujet de la vente d’une ma (...)

20Les mentions de lettres antérieures, parfois contenues dans les contrats qui nous sont parvenus, assurent commodément la liaison entre deux actes parfois trop distants pour être reliés17. À cette phase du travail, la mention fréquente d’enseignes est d’autant plus utile qu’il n’est pas rare de trouver des indications livrant à la fois le nom de l’enseigne existante et celui de la précédente.

21Enfin, la masse d’informations sur les familles rouennaises (filiations, mariages, etc.), recueillies principalement dans le tabellionage, permet d’apporter des éclaircissements à une présence jusqu’alors inexpliquée d’un individu dans la liste des détenteurs d’un bien.

Fig. 10 – Les limites paroissiales (document Philippe Cailleux).

  • 18 On ne peut en fait séparer dans le temps ces deux étapes sans se priver de la dynamique provenant d (...)

22Cette étape achevée, il est alors possible de procéder au « montage des parcelles » et à l’élaboration de « propositions de restitution »18.

23La confrontation des données d’une parcelle avec celles des parcelles voisines permet de regrouper la documentation par pâté de maisons et d’approcher ainsi son organisation par assemblage. Pour comprendre ce que représente le travail d’assemblage des parcelles, il faut imaginer un puzzle dont les pièces se dessineraient plus précisément au fur et à mesure de son avancement.

  • 19 Encore faut-il se défier des désignations fluctuantes d’axes ! (Voir l’index des rues.)

24Plusieurs jalons sont utilisables pour rattacher une parcelle au pâté de maisons auquel elle se rapporte. Quelques textes permettent généralement de connaître la rue bordant la parcelle mais cette indication ne constitue qu’une bien modeste avancée19. Plus intéressantes, les parcelles situées à l’angle de deux rues ne laissent subsister, après identification des axes, qu’un nombre fatalement très réduit d’emplacements envisageables : deux et beaucoup plus rarement quatre, en raison du mode d’organisation et de désignation de la voirie. Enfin, la mention, dans les confronts, de repères topographiques stables et valablement reconnus comme tels (églises, cimetières, beffrois, portes, etc.) permet d’aboutir à un point fixe. À l’inverse, des difficultés de montage non résolues et persistantes peuvent amener à mettre en cause une localisation présentée jusque-là comme établie.

Fig. 11 – Localisation des principaux édifices et équipements urbains aux alentours de 1480 (document mis en forme par Bérangère Le Cain).

25Entre les angles de rues et les repères topographiques stables, lorsqu’ils existent, d’un angle à une église par exemple ou encore d’un angle à un autre, c’est par comparaison des listes des voisins et des détenteurs qu’il faut ensuite progresser jusqu’à atteindre la continuité entre les repères et, à terme, la clôture d’un pâté de maisons. Il faut noter que cette clôture ne constitue pas fatalement un achèvement de l’îlot concerné, la situation en son cœur se trouvant généralement plus complexe, voire dans certains cas inextricable, par opposition à la situation en bordure de rue.

26Les blocs de maisons assis sur plusieurs paroisses présentent une difficulté supplémentaire lorsqu’ils se trouvent partiellement sur une paroisse échappant à la présente étude. Ils nécessitent une première approche de parcelles extérieures à la zone étudiée pour achever la restitution, dans la mesure du possible, sur un repère stable ou un angle de rue.

27À ce stade du travail, il est possible de discerner au moins trois critères pour juger de la qualité de l’organisation ainsi reconstituée. À l’échelle de la parcelle, il est envisageable de tester le degré de cohérence entre les noms mentionnés dans les confronts d’une parcelle et la liste des détenteurs des héritages voisins ; il n’est pas rare de rencontrer une coïncidence totale entre deux listes. À l’échelle des îlots, le rapport s’établissant entre le nombre de textes demeurés en attente et le nombre total d’actes est également un indicateur du degré de fiabilité. Cette remarque peut également s’appliquer à l’échelle de la paroisse.

28Cette tâche achevée, il faut ensuite procéder au codage des parcelles à fin d’identification et de renvoi au dossier mais également pour faciliter les exploitations ultérieures. La méthode d’attribution des numéros de code retenue a privilégié la paroisse, premier des éléments généralement connus au détriment du pâté de maisons. C’est donc par paroisse que chaque parcelle se voit attribuer un numéro à trois chiffres ainsi codé :

  • le premier chiffre renvoie aux pâtés de maisons numérotés par paroisse en partant de la zone nord et en se déplaçant d’ouest en est – un îlot à cheval sur deux paroisses portera donc, le plus souvent, un numéro différent pour chacune d’elle, la numérotation marquant ainsi la limite paroissiale ;

    • 20 Nous avons choisi arbitrairement une numérotation partant, en l’absence d’obstacles, de l’angle sud (...)

    les deux derniers chiffres identifient la parcelle au sein de la paroisse, puis de l’îlot20. Pour les parcelles en retrait de la rue, la numérotation découlera de l’emplacement de l’allée le long de la rue. Les morcellements et recompositions successifs de certains ensembles peuvent amener à des subdivisions sous la forme 401-1 ou 401-2 par exemple.

  • 21 Il s’agit d’informations telles que la mention d’un héritage assis devant un autre, devant le porta (...)

29À l’issue de cette phase de montage, un premier document graphique est produit (voir par exemple figures 2, 4 et 6), marquant les liaisons et voisinages des parcelles tels qu’ils ressortent de la documentation textuelle uniquement. Il convient d’y reporter les points de positionnement ou d’ancrage du bloc avec ses voisins21 ainsi que, lorsqu’elles existent, les dimensions des parcelles fournies par les rares toisés rencontrés. Il ne s’agit pas encore à ce stade de tenter de coller au terrain, mais plus simplement de livrer un canevas d’organisation des unités les unes par rapport aux autres condensant les seules informations émanant de la matière historique.

  • 22 On en trouvera ici quelques exemples, dans la partie consacrée à l’habitat.

30Les propositions de restitution (voir figures 3 et 5) naissent de l’adaptation de l’image précédente au terrain sur lequel elle s’inscrit par la mise en œuvre d’outils encore inemployés. Les fouilles archéologiques fournissent des renseignements topographiques essentiels et approximativement datés : emplacements de parois, de puits, de fosses et autres données ayant trait à l’occupation de la parcelle et à l’allure du bâti. Le repérage du bâti médiéval subsistant, tant visible que dissimulé en sous-sol, peut également apporter de précieuses indications, sous réserve d’une interrogation sur la façon dont il est parvenu jusqu’à nous (cas de façades déplacées ou redressées pour supprimer un encorbellement, cas de réemplois, etc.) Le croisement d’une documentation suffisamment descriptive et d’un bâti subsistant présente à cet égard un intérêt évident mais malheureusement trop rarement réalisé22. La série des plans et « portraits » successifs de la ville de Rouen, dont les plus anciens remontent au XVIe siècle, et qu’inaugure en 1525 le Livre des fontaines de Jacques Le Lieur, figure aussi au nombre de ces outils de même que les relevés cadastraux de la ville et notamment le premier d’entre eux, dit « cadastre napoléonien », dont le tracé conserve le souvenir de l’agencement antérieur aux profondes modifications apportées à la ville tant durant la seconde moitié du XIXe siècle que lors des années de reconstruction qui suivirent la seconde guerre mondiale (voir figure 7). À ces relevés s’ajoutent les différents plans d’alignement des rues, utiles pour suivre les transformations des parcelles. Citons enfin les indications iconographiques émanant des miniatures, gravures, photographies et cartes postales autorisant parfois une approche en élévation de ce qui a été détruit, à condition d’une analyse critique des informations ainsi obtenues.

  • 23 Voir les documents se rapportant à l’îlot 8 par exemple. Sur leur analyse, Philippe Cailleux, thèse (...)

31Du rapprochement de ces informations et des données topographiques proprement médiévales naissent des « propositions de représentation » (voir figure 8). Leur dessin s’efforce de rendre compte des divers degrés d’hypothèses et de réalités qu’il tente de traduire. Ces propositions de restitution offrent des niveaux d’achèvement fort différents parce que dépendants de divers facteurs : par exemple le nombre de documents disponibles pour un îlot donné ou la période de disparition d’un autre. Lorsque le cadastre napoléonien est la seule source d’information disponible pour le dessin des parcelles, le travail prend alors appui sur les parentés morphologiques présentées par les deux documents23. Enfin, de l’assemblage des îlots naissent plusieurs images d’ensemble. Nous en retiendrons ici trois : le tracé de la voirie (voir figure 9), la délimitation des territoires paroissiaux (voir figure 10) et la localisation des principaux édifices et équipements urbains rencontrés (voir figure 11).

Notes

1 Le document original, conservé à la bibliothèque municipale de Rouen, n’est plus consultable. On peut se reporter au fac-similé. Voir Jacques Le Lieur, Le Livre des fontaines de la ville de Rouen, Bonsecours, Éditions Point de Vues, 2005.

2 « Le Pourtraict de la ville de Rouen », François de Belleforest, Cosmographie universelle de tout le monde… auteur en partie Münster mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par François de Belleforest, Paris, Sonnius, 1575, tome II, p. 99-100.

3 Rouen devait alors être l’objet d’une thèse d’Alain Sadourny, pour les derniers siècles du Moyen Âge.

4 Les premiers travaux portèrent sur le Clos aux Juifs puis sur un ensemble de tènements de la paroisse Saint-Lô. Voir Philippe Cailleux, Le « Clos aux Juifs » de 1360 à 1520 environ, mémoire de maîtrise de l’université de Rouen, 1982, et idem, Recherches sur la topographie historique de Rouen au Moyen Âge. Un ensemble de tènements, paroisse Saint-Lô. XIVe -XVe siècles, mémoire de DEA de l’université de Rouen, 1984.

5 En haut de la rue des Carmes, le bloc de maisons compris entre les rues Saint-Lô, des Carmes et des Fossés-Louis-VIII et l’emplacement du prieuré Saint-Lô, témoigne de l’ampleur que pouvaient parfois atteindre les bouleversements parcellaires attribuables au XVIe siècle. Les maisons de la rue Saint-Lô, ainsi que les numéros 69 à 77 de la rue des Carmes, correspondent à une vaste maison de la fin du XVIe siècle. Le numéro 85 de cette dernière rue donnait entrée à une grande maison dont la parcelle s’étendait à l’arrière des numéros 79 à 87. Le décor architectural recueilli dans les remblais de démolition de l’édifice, et notamment les fragments sculptés d’une nativité, le fait dater du premier quart du XVIe siècle. Bordant au nord le précédent, un autre vaste édifice Renaissance donnait sur la rue des Carmes par le numéro 91. Voir Dominique Pitte et Yves Lescroart, « La Renaissance à Rouen. Nouvelles découvertes rue des Carmes », BAMR, octobre 1992 - septembre 1993, p. 53-62.

6 « C’est Rouen en 1525, en une époque de splendeur où le mécénat de Georges II d’Amboise achevant l’œuvre de son oncle, l’effort financier de la ville malgré l’énorme ponction des exigences fiscales de l’État, la richesse enfin des habitants l’ont transformée de ville médiévale en ville de la Renaissance », Michel Mollat, « Mue d’une ville médiévale (environ 1475-milieu du XVIe siècle) », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 174.

7 Le présent ouvrage est issu d’une thèse soutenue le 24 octobre 1998 à l’université de Paris Sorbonne – Paris IV. Le jury était composé de madame Joëlle Burnouf, professeur à l’université de Tours, et de messieurs Philippe Contamine, professeur à l’université de Paris IV, rapporteur, Jean-Pierre Leguay, professeur à l’université de Rouen, et Jean-Louis Biget, professeur émérite à l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, président. L’ensemble, portant le même titre que celui qui figure en tête de ce livre, représente 1 290 pages et cinq parties divisées en trois tomes. Quatre de ces parties ont été intégralement conservées si l’on veut bien excepter quelques corrections ou retouches de-ci de-là. La première, intitulée « Questions de méthode : approche topographique de la ville », a été réduite à quelques « aperçus méthodologiques » en fin d’introduction. Les renvois à ce travail se font désormais sous la forme Philippe Cailleux, thèse, p. X.

8 De ce rééquilibrage en faveur de l’histoire urbaine témoignent, pour la France, deux publications : L’Histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Paris, Le Seuil (l’Univers historique), 1991, et Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990), Michel Balard (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1992. Jean-Louis Biget a récemment dressé un bilan des travaux consacrés aux villes du Midi de la France, principalement pour les vingt dernières années, voir Jean-Louis Biget, « Les villes du Midi de la France au Moyen Âge », in Panoramas urbains. Situation de l’histoire des villes, Jean-Louis Biget et Jean-Claude Hervé (dir.), Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, 1995, p. 149-172.

9 Ces objectifs expliquent la dimension imposante de cette première partie de la thèse, ici brièvement évoquée. Pour une présentation complète, voir Philippe Cailleux, thèse, p. 96-426.

10 « Le recours systématique au parcellaire actuel ou même aux plans et cadastres descriptifs de l’époque “moderne” est, il faut en convenir, de mauvaise méthode, et ne devrait être envisagé qu’au prix de grandes précautions. Mieux vaudrait s’en passer complètement, et les auteurs qui, délibérément ou tacitement, acceptent l’idée d’une permanence de ce parcellaire et dessinent un tissu “médiéval” calqué sur celui d’aujourd’hui ou d’hier ne peuvent emporter l’adhésion. Seule une histoire évolutive, s’appuyant sur des repères chronologiques aussi précis que possible, devrait retenir l’attention », Jacques Heers, La Ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Hachette littérature, 2004.

11 Voir principalement commandant Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926.

12 Une présentation ordonnée d’une telle recherche ne doit pas faire oublier le caractère tant expérimental et tâtonnant de l’élaboration d’outils que le déroulement non linéaire qui voit un secteur se dessiner rapidement alors que le voisin va nourrir de multiples interrogations pendant plusieurs années ; hasards naissant de la documentation et de ce qu’elle laisse échapper.

13 Sur le rôle de ces fichiers et sur le problème de l’informatisation du traitement graphique de l’information, voir Philippe Cailleux, thèse, p. 98-100.

14 Sur les raisons de privilégier une approche « verticale » – c’est-à-dire retraçant d’abord l’évolution de chaque parcelle puis procédant ensuite à l’assemblage – plutôt qu’une approche « horizontale » – c’est-à-dire procédant par image, à un moment déterminé, d’une zone ou d’un pâté de maisons puis par superposition desdites images à des époques successives –, voir Philippe Cailleux, thèse, p. 101-102.

15 Sur les rentes foncières anciennes, voir p. 354-364.

16 À titre d’exemple, sur les 30 rentes prélevées sur les trois paroisses par le chapitre de Notre-Dame de Rouen, en 1377, 20 sont encore payées, aux mêmes montants et sur les mêmes héritages, en 1497. Voir ADSM, G 3005 (1377/1378, premier compte subsistant) et G 3006 (1497/1498). Ajoutons que 8 des 10 rentes manquantes avaient déjà été déduites du premier compte pour litige en cours ou arrérages non payés. Les deux autres furent l’objet d’un échange.

17 Tout aussi précieuse qu’exceptionnelle cette pièce de septembre 1488, au sujet de la vente d’une maison de la paroisse Notre-Dame-la-Ronde, qui ne mentionne pas moins d’une douzaine de lettres différentes se rapportant au même tènement, en indiquant pour chacune d’elles la date ainsi que l’instance devant laquelle elle fut passée.

18 On ne peut en fait séparer dans le temps ces deux étapes sans se priver de la dynamique provenant du rapprochement des informations se rapportant à des tènements attenants.

19 Encore faut-il se défier des désignations fluctuantes d’axes ! (Voir l’index des rues.)

20 Nous avons choisi arbitrairement une numérotation partant, en l’absence d’obstacles, de l’angle sud-ouest pour y revenir en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

21 Il s’agit d’informations telles que la mention d’un héritage assis devant un autre, devant le portail d’une église, etc.

22 On en trouvera ici quelques exemples, dans la partie consacrée à l’habitat.

23 Voir les documents se rapportant à l’îlot 8 par exemple. Sur leur analyse, Philippe Cailleux, thèse, p. 407-411.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de localisation des établissements religieux rouennais situés intra-muros sur un fond cadastral récent(document Dominique Pitte et Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2 – Schéma de montage de l’îlot 1, parcelles de Saint-Lô(document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3 – Proposition de restitution de l’îlot 1, parcelles de Saint-Lô(document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4 – Schéma de montage des parcelles de l’îlot 4, paroisse Saint-Lô(document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5 – Proposition de restitution de la partie est de l’îlot 4, au XVe siècle(document Philippe Cailleux). La partie ouest, détruite dans les dernières années du XVe siècle, n’a pas laissé de traces et ne peut faire l’objet de restitution.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6 – Schéma de montage des parcelles de l’îlot 8 (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 7 – Représentation de l’îlot 8 sur le plan cadastral parcellaire de la ville de RouenADSM, 136 Fi (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 8 – Proposition de restitution de l’îlot 8 (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 9 – Le réseau des rues. On a retenu le nom le plus fréquemment porté par la rue aux XIVe et XVe siècles. Les portions de rue représentées en pointillé ne relèvent pas des trois paroisses (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 10 – Les limites paroissiales (document Philippe Cailleux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 11 – Localisation des principaux édifices et équipements urbains aux alentours de 1480 (document mis en forme par Bérangère Le Cain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search