Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

Préface

Philippe Contamine

Texte intégral

1Au sein de l’historiographie médiévale française, les études d’histoire urbaine, notamment pour la période XIIIe-XVe siècle, correspondent à une tradition bien établie : approches générale, politique et institutionnelle, économique et sociale, voire culturelle et religieuse. Et cela pour deux raisons au moins : 1°, l’existence de sources documentaires appropriées en nombre relativement abondant, qu’elles soient de caractère officiel (les registres des délibérations municipales et de comptabilité publique) ou officieux (les registres des notaires ou des tabellions) ; 2°, l’impression, en grande partie justifiée, qu’entre le règne de saint Louis et celui de Louis XII, les villes, les « bonnes villes » du royaume de France, jouèrent un rôle de plus en plus déterminant, notamment dans leur environnement rural, dans leurs liens avec les pouvoirs centraux et dans leurs rapports entre elles, et qu’il était dès lors indispensable d’en faire l’histoire de la façon la plus large et la plus approfondie possible.

2Il est un domaine toutefois où les recherches ont été somme toute parcimonieuses, et ce domaine, c’est celui de la topographie et de ce qu’on peut appeler, d’un terme relativement anachronique, l’urbanisme : une semblable carence (qui au demeurant n’a rien d’absolu) s’explique sans doute par la trop fréquente absence de sources écrites adéquates, par les mutations souvent radicales que le bâti urbain a connues un peu partout depuis le Moyen Âge, et aussi par l’idée, reposant sur un a priori, selon laquelle il s’agissait là d’investigations minutieuses et exigeantes débouchant sur des conclusions d’intérêt seulement local et pour ainsi dire domestique.

3Architecte devenu historien, à l’aise aussi bien dans les archives que dans l’archéologie monumentale et de terrain, Philippe Cailleux a eu l’heureuse idée de passer outre aux préjugés communs et, s’armant de patience, d’étudier rigoureusement, du point de vue qui était le sien, non pas des quartiers, mais des paroisses, en l’occurrence trois des 35 paroisses que comptait alors la populeuse métropole normande. Des paroisses pourvues de quelques constructions monumentales. Des paroisses contiguës, petites et centrales, qui ont pour nom Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland. Pour ce faire, il a dû et su dominer une bibliographie considérable, telle qu’elle s’est progressivement constituée sur deux siècles, d’autant plus délicate à manier que les travaux de détail, souvent d’ailleurs de grande qualité, n’ont que trop rarement eu l’occasion d’être repris dans des études synthétiques. Bref, il est devenu familier – condition indispensable pour la bonne compréhension des phénomènes envisagés – avec l’histoire générale de Rouen à travers trois siècles. Et quels siècles ! tout chargés qu’ils furent d’événements politiques et militaires souvent dramatiques, de crises démographiques et économiques, de tumultes sociaux, et animés de puissantes transformations. Pour ce faire aussi, il a dû constituer de nombreux fichiers (des personnes, des lieux, des enseignes, des communautés, des rues…) et c’est précisément l’interaction de ces fichiers qui lui a permis de parvenir à des analyses pertinentes éclairant les problèmes les plus fondamentaux.

4Le choix s’est donc porté volontairement sur un espace de 7-8 hectares, riche d’une vingtaine de rues et représentant environ le vingtième de la superficie totale de Rouen à l’intérieur de sa troisième enceinte, celle qui fut édifiée entre 1345 et le début du XVe siècle. En dessous de la paroisse, l’unité de base est le tènement – une structure relativement immobile. C’est ainsi que la minuscule paroisse de Saint-Herbland comptait 70 tènements, contre 90 tènements pour Notre-Dame-la-Ronde et 110 tènements pour Saint-Lô. Mais les choses se compliquent dès lors qu’il pouvait y avoir – et qu’il y avait effectivement souvent – plusieurs maisons par tènement, ou plutôt plusieurs toits, généralement en tuiles, les uns à double, les autres à simple pente. Autant dire que les maisons, donnant le plus souvent sur la rue, étaient fort étroites – 4, 5 ou 6 mètres – mais qu’en revanche elles comportaient plusieurs étages, couramment trois étages au-dessus du rez-de-chaussée. Naturellement, à chacune de ces petites maisons en hauteur correspondait un seul feu mais l’on relève aussi des maisons abritant plusieurs feux. Des veuves étaient par exemple réduites à vivre dans une seule pièce pourvue d’une cheminée. Un peu plus favorisée, en 1413, la veuve d’Évrart Vinet, de la paroisse de Saint-Lô, vend à Guillaume Luce, de la paroisse de Saint-Laurent, la maison qu’elle habite, acquise du vivant de son mari. Il lui restera, pour elle et sa chambrière, deux pièces superposées situées au-dessus de la cuisine de l’« hôtel ». De plus, elle pourra se rendre à la cuisine, « pour cuire son pot et traire de l’eaue au puis d’icelle cuisine ».

5Philippe Cailleux ne se contente pas d’analyses topographiques précises, il s’efforce aussi de faire vivre, malgré la fréquente aridité d’une documentation dont la base est fournie par les actes austères du tabellionage rouennais, cet entassement de maisons, avec le statut et les occupations de leurs habitants, professionnelles et privées.

6Mais les maisons à colombages de l’époque, les unes bien entretenues, voire esthétiquement séduisantes, les autres rudimentaires et même franchement délabrées, n’étaient pas simplement des niches où venait tant bien que mal se loger une humanité contrastée (car, ici comme ailleurs, les « gros » y côtoyaient les « menus »), elles étaient aussi un capital, sur lequel reposaient des rentes perpétuelles, des rentes viagères, des rentes rachetables et aussi des locations. C’est l’ensemble de ce marché immobilier qu’étudie Philippe Cailleux, essentiellement à travers la période 1380-1500, la seule que l’on puisse franchement appréhender d’un point de vue quantitatif. Or, il apparaît – ce qui ne laisse pas de surprendre – qu’en dépit de quelques sévères accidents de parcours (notamment après la Harelle de 1382), le marché immobilier s’est assez bien tenu, il demeura une bonne affaire pour les quelques nobles, les hommes de loi, d’administration et de finance, les marchands, les communautés religieuses, les fabriques des paroisses qui y avaient investi. Un exemple ici : en 1434, Guillaume Millart et sa femme, de la paroisse de Saint-Lô, vendent à un bourgeois de la paroisse de Saint-Martin sur la Renelle leur maison moyennant 90 livres tournois et le paiement de 6 livres tournois de rente foncière par an. Mais aussitôt l’acheteur leur loue cette maison pour une durée de trois ans, à 15 livres tournois par an, à charge pour le propriétaire d’entretenir la maison. Le contraste est frappant par rapport à ce qu’on sait de Paris où la conjoncture fut détestable pendant une trentaine d’années, de 1420 à 1450. Somme toute, à Rouen, tout juste remise de l’immense épreuve du siège de 1418-1419, l’occupation anglaise eut du bon.

7Conduite avec maîtrise et sobriété, la substantielle étude de Philippe Cailleux, issue d’une thèse de doctorat en histoire que j’ai eu le plaisir et l’honneur de diriger, ne vient pas seulement, ponctuellement, éclairer tout un pan de l’histoire rouennaise : elle vaut aussi pour la probe démarche méthodologique sur laquelle elle repose, qu’il conviendrait d’appliquer, si possible, à d’autres villes pour la période XIVe-XVIIe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search