Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Annexes

Texte intégral

Profil des enquêtés1

  • 1 Abréviations utilisées dans le tableau : parents/prog – parents/programme ; amis/prog. – amis/prog (...)

Prénoms

Lieu de résidence

Modes de connaissances du festival

Classe d’âge

« Qualité »

Adeline

Haute-Normandie

autre

35-39

autre

Ambroise

Sotteville-lès-Rouen

autre

15-19

public jeune

André

Sotteville-lès-Rouen

parents/prog.

15-19

public jeune

Aude

amis

35-39

grand public

Basile

Rouen rive droite

autre

40-44

amateur cult.

Bernard

En dehors de la région

amis/prog.

25-29

Artiste

Bertrand

Rouen rive droite

autre

20-24

public jeune

Bruno

Rouen rive droite

autre

40-44

amateur cult.

Catherine

Rouen rive gauche

programme

40-44

grand public

Céline

Haute-Normandie

autre

35-39

autre

Chantal

Rouen rive droite

programme

55-59

amateur cult.

Clément

En dehors de la région

amis

35-39

grand public

Daniel

Haute-Normandie

parents

35-39

amateur cult.

David

Rouen rive droite

parents

40-44

grand public

Davy

Haute-Normandie

parents

50-54

autre

Denis

Rouen rive gauche

amis

20-24

public jeune

Édith

Rouen rive droite

parents

15-19

public jeune

Edwige

Sotteville-lès-Rouen

autre

65+

autre

Élisabeth

Sotteville-lès-Rouen

programme

20-24

grand public

Émeline

Haute-Normandie

parents

30-34

grand public

Émilie

Rouen rive droite

autre

40-44

amateur cult.

Firmin

Haute-Normandie

autre

35-39

autre

Fleur

Rouen rive droite

parents

15-19

Flora

Haute- Normandie

autre

40-44

amateur cult.

Florence

Rouen rive droite

amis

20-24

amateur cult.

Gaël

Sotteville-lès-Rouen

programme

55-59

grand public

Geneviève

Rouen rive droite

parents

40-44

grand public

Geoffroy

Rouen rive droite

autre

30-34

grand public

Gérald

Sotteville-lès-Rouen

autre

15-19

public jeune

Gérard

Sotteville-lès-Rouen

autre

65+

autre

Gilles

Rouen rive droite

autre

20-24

public jeune

Grégoire

Rouen rive droite

autre

20-24

public jeune

Ingrid

Rouen rive droite

autre

20-24

public jeune

Jacques

Rouen rive droite

amis

20-24

amateur cult.

Jean

Haute-Normandie

autre

30-34

grand public

Jean-François

Sotteville-lès-Rouen

programme

55-59

amateur cult.

Karine

Rouen rive gauche

autre

65+

grand public

Luc

Rouen rive droite

amis

30-34

grand public

Lucie

Rouen rive gauche

autre

45-49

amateur cult.

Marguerite

Sotteville-lès-Rouen

autre

grand public

Marie

En dehors de la région

amis/prog.

25-29

artiste

Matthieu

En dehors de la région

autre

35-39

artiste

Nadège

Haute-Normandie

parents

50-54

autre

Natacha

Rouen rive droite

presse

15-19

grand public

Nicolas

Sotteville-lès-Rouen

15-19

public jeune

Raïssa,

En dehors de la région

programme

35-39

prog. spect.

Reine

En dehors de la région

programme

35-39

prog. spect.

Renaud

Rouen rive droite

parents

15-19

public jeune

René

En dehors de la région

programme

35-39

prog. spect.

Roland

En dehors de la région

programme

35-39

prog. spect.

Rosalie

autre

15-19

public jeune

Sandrine

En dehors de la région

amis

35-39

grand public

Serge

autre

25-29

artiste

Sylvie

Rouen rive gauche

autre

65+

grand public

Tanguy

Sotteville-lès-Rouen

amis

20-24

grand public

Thérèse

Rouen rive droite

parents

15-19

public jeune

Xavier

Haute-Normandie

parents

<15

public jeune

Grille thématique d’entretien

11/ racontez découverte du festival et des arts de la rue :

2– comment avez-vous découvert le festival ?

3– avec qui ou par qui ?

42/ racontez usages du temps et de l’espace :

5– déplacements sur le site (parcours, zones, trajectoires),

6– « activités pratiquées » (jeux enfants, bodega, restaurant etc.),

7– usages du programme, gestion du temps.

83/ perception (de ce qui se passe) et attentes vis-à-vis du festival :

9– organisation, gratuité, ambiance, contenus, échanges.

104/ perception (de ce qui se passe) et attentes vis-à-vis des spectacles et des artistes :

11– organisation, gratuité, contenus, échanges avec artistes.

125/ perception (de ce qui se passe) et attentes vis-à-vis des « autres » publics :

13– organisation, contacts, formes et contenus des échanges.

146/ perception (de ce qui se passe) et attentes vis-à-vis de l’espace « public » :

15– la rue, la ville,

16– ce que le festival fait de la rue/ville, etc.

Extraits d’entretiens

17Entretien réalisé avec Émilie

18Ça fait combien de temps que vous connaissez Viva Cité ?

19Je pense que ça fait à peu près une dizaine d’années.

20Ouais. Et donc vous êtes de l’agglomération, non ?

21Oui... actuellement j’habite Déville mais... l’année dernière j’habitais Amfreville et il y a cinq ans, Rouen.

22Et comment est-ce que vous avez été informée de l’existence de ce festival, de ce qui se passait ici...

23Moi, je suis activement toutes les... activités théâtrales et notamment les activités théâtrales de type populaire. J’adore ça, tout ce qui est près du carnaval, tout ce qui est près de l’expression populaire. On peut dire que moi, je suis motivée par plein de styles parce que je suis prof dans l’enseignement professionnel et prof de culture générale.

24Donc vous êtes une habituée de ce style de pratique culturelle, vous allez souvent au spectacle...

25Oui, je vais un peu...

26Vous sortez pendant l’année ?

27Souvent aux spectacles, dans la mesure de mes moyens quand même, et je vais plus souvent finalement au cinéma qu’au théâtre mais je vais pas mal au théâtre et surtout... je fréquente aussi des milieux qui sont autour du théâtre.

28Et vous allez dans d’autres festivals durant l’année, durant l’été ?

29Alors les festivals, est-ce que je vais aux autres festivals ? Ça peut m’arriver mais c’est plus ou moins quand même le hasard... du milieu où je me trouve. Mais effectivement je vais participer, par exemple, cet été à une semaine... de stage, une semaine d’activités culturelles et théâtrales.

30Alors justement qu’est-ce qui vous plaît dans Viva Cité ? C’est quoi Viva Cité finalement ? Comment vous pourriez le qualifier par rapport à d’autres types d’activités ?

31Moi je dirais que c’est... Pour moi, c’est de l’écologie culturelle, c’est-à-dire que ça se passe dans un bois, ça c’est génial donc très près de la nature et en même temps dans la ville et moi je trouve que ce mélange nature/cité, spectacle... image... métaphore... tout ça, c’est bien, pour moi c’est l’écologie... de l’âme.

32Oui, Viva Cité, certes ça se passe dans la cité, ça se passe dans le parc, mais alors vous allez m’expliquer les spectacles qu’on voit, à quoi ça ressemble selon vous ?

33Alors...

34Si vous deviez les caractériser, les comparer avec d’autres.

35Peut-être qu’il y en a qui pourraient... qui mériteraient d’aller sur une scène, je ne sais pas. Ça peut être aussi une sorte de... territoire d’essais pour les troupes. Je ne sais pas. Je vois qu’il y a des danseurs bon je n’en sais rien, peut-être qu’ils veulent aller sur des scènes. Je ne sais pas. En fait, je ne vais pas tout voir, j’en vois quelques-uns, je ne vais pas tout voir. Ce que j’aime, c’est le fait que ça existe et que je puisse éventuellement y aller. Et je ne vais pas systématiquement voir tous les spectacles comme ça en... m’essoufflant, mais par contre j’y emmène effectivement... ma fille et des amis.

36Et vous vous aidez quand même du programme ou non ?

37Un petit peu. Je l’ai régulièrement. Je suis venue chercher le programme mais en fait c’est plus... une habitude... d’avoir le programme, tout ça, mais sinon est-ce que je suis vraiment le programme ? Pas tant que ça ! Ça peut arriver. C’est vrai que je n’ai pas envie de me dire Viva Cité...

38Faut que je fasse ça...

39Voilà. Bon... parfois je vais à Avignon. À Avignon c’est vrai que là, je suis un peu plus précise. Mais là... je prends plutôt ce qui vient et... s’il y a quelque chose dont j’ai entendu parler, qu’on m’a dit : « Il ne faut pas que tu rates ça, c’est extraordinaire » ou « Ça n’avait aucune forme », bon je vais aller voir, mais c’est quand même rare qu’on tombe sur ce type de spectacle. Il y a toujours des trucs qu’on revoit dans d’autres lieux donc... J’étais quand même ravie de voir un spectacle où il y avait les girafes rouges, j’ai adoré.

40Et alors vous parliez de culture pupulaire, c’est ça ? D’éducation populaire...

41Éducation populaire, oui, si on veut. Mais seulement, je ne sais pas si tout le monde est content de ce genre de chose. J’ai connu une dame qui lavait les vitres... au bout de la rue... et donc cette année, on s’est revues, elle m’a dit : « Oh, ne me parlez pas de ça. Ne me parlez pas de Viva Cité. Ça nous emmerde ! » Enfin, il y a des gens qui sont farouchement contre ce genre de chose, qui veulent que la culture soit dans les lieux spéciaux, dans lesquels ils ne vont pas d’ailleurs, ils restent devant la télé, ou je ne sais pas. Pour moi, il y a des gens qui aiment ça, d’autres qui trouvent que c’est une sorte d’agression, mais bon, moi c’est vrai que je trouve ça génial. Je trouve ça très bon enfant en plus, je trouve ça très proche de l’enfance, très proche de l’inventivité de l’enfance, donc j’adore ça. Et heureusement que ça existe !

42Donc quand vous dites éducation populaire, culture populaire, c’est l’idée que justement c’est un spectacle offert en quelque sorte, gratuit, accessible, ouvert à tous...

43Ouais, il y a ça : le côté... festif, la gratuité... Bon maintenant, c’est vrai que s’il faut donner une pièce ou deux, ce n’est pas... un problème.

44Oui, oui.

45Mais... je ne sais pas, je dirais que c’est... Pour moi, ce n’est pas une pièce, enfin c’est sûr que ça demande des moyens. Je suis intimement persuadée que la ville de Sotteville est obligée de s’investir là-dedans et tout ça, et je ne sais pas, je pense qu'elle le fait pour des raisons... proches de ce que je pense parce que j’ai lu le programme... l’éditorial du maire, bon je trouve que c’est intelligent, c’est bien ça je crois, maintenant c’est sûr que ça coûte de l’argent mais bon, c’est normal, les gens payent des impôts, il faut bien qu’il y en ait un peu qui aille à la culture et tout ça. C’est ce que je pense.

46Non, non, mais je voulais juste... savoir ce que vous mettiez derrière ces mots-là, éducation populaire, culture populaire...

47Ah oui !

48Et quand vous en parliez, vous disiez que vous étiez là-dedans...

49Oui parce que... si vous voulez, moi je pense que... les jeunes... et les moins jeunes d’ailleurs, mais enfin, les jeunes ont besoin au moins d’entrer en contact avec... leurs images personnelles, leurs images intimes, et ça, ça peut être donné quand on voit une œuvre d’art... quand on voit une œuvre d’art, une chose qui... même si c’est quelque chose..., une expérience très intime comme par exemple regarder ces méduses qui bougent avec le vent. Ces espèces de tentacules qui bougent au vent et cætera, moi je trouve ça génial, je trouve ça super d’avoir fait ce genre d’objet et... je suis très très heureuse de pouvoir le voir et je trouve que c’est bien parce que ça s’adresse à quelque chose qui est en nous et ça fait vibrer les zones qu’on n’atteint pas autrement. Et il faut les faire vibrer parce que sinon... la vie devient... terne ou violente ou... Enfin, je veux dire qu’il faut faire vibrer des trucs qui sont intermédiaires entre le tout et le rien, entre le... noir et le blanc, le bien et le mal, quelque chose qui soit ailleurs, qui soit...

50Alors ça, c’est ce qui devrait être dans le côté culture, arts...

51Non, c’est ce que j’appelais écologie de l’âme.

52D’accord. L’âme étant ce qu’il y a dedans mais aussi ce qu’on retrouve dans...

53Voilà, c’est ça. C’est une expression faite par des gens. Ça a été fait par des gens. Ils ont fabriqué ces images-là et il y en a d’autres qui les reçoivent et je veux dire, ce truc de vibrations communes... au créateur et de cette forme... Et à celui qui regarde, eh bien c’est une sorte de communication très... typiquement humaine et qui... s’éloigne, oui, qui nous éloigne complètement...

54Et alors justement, ça c’est disons le côté culture, art et caetera, alors populaire, ça voudrait dire quoi ?

55Populaire, c’est pour tout le monde, même si on n’a pas d’argent...

56C’est qu’on y accède.

57Oui.

58C’est qu’on s’adresse à tout le monde.

59Voilà. C’est-à-dire que là... il y a des gens qui peuvent venir. Ceux qui disent, ceux qui viennent, ceux qui vont, il y a des milieux plus réceptifs que d’autres mais... ces milieux-là... il y a beaucoup d’enseignants, ça c’est certain... mais il doit y avoir aussi d’autres gens. Certainement. Alors si on fait une analyse sociologique du festivalier moyen, je crois que... si vous vouliez, je serais curieuse de voir. Il y aura peut-être des enseignants, des spécialistes, enfin des gens qui sont déjà très impliqués. Il y aura peut-être beaucoup de gens de ce genre. Finalement... il faudrait pouvoir atteindre les autres aussi. Il faudrait pouvoir atteindre les autres. Je crois que là, l’option de trouver des... représentations pas du tout agressives, très, très... qu’on sert à distance comme les...

60Canapés.

61Les canapés, tout ça, c’est bien je trouve. Parce que parfois on a des spectacles un peu rudes, un peu... qui évoquent la barbarie et tout ça, et ça, ça peut peut-être rebuter les gens. Alors comme ils sont un petit peu plus habitués à des choses un peu plus... doucereuses ou des choses comme ça que délivre la télé, peut-être qu’ils sont moins agressés par ce genre de représentation. En plus, s’il y a un petit cœur rose... un lit à baldaquin blanc ou des choses comme ça... je veux dire, c’est moins agressif. Il y a eu des années où il y a eu plus... d’offensives, de trucs un peu plus... agressifs et qui, à mon avis, eux aussi ont leur place mais on est tellement stressés... Il y a tellement de choses... C’est aussi bien de faire un truc un peu... accueillant et là peut-être qu’il y a plus de gens qui peuvent venir.

62Alors, justement... la manière dont ça se passe, les publics, le festival... pour vous, ça se passe comment ? Vous voyez, c’est quand même un événement massif, il y a beaucoup de monde, il y a beaucoup de gens... Qu’est-ce que vous pensez du public ? Leur façon de se comporter... La diversité... vous en avez déjà un peu parlé.

63Oui. Moi je trouve que le public... il s’assoit dans l’herbe, il marche, il déambule, il n’est pas... obligé. Il n’est pas dans un cadre institutionnalisé comme toujours et ça c’est quand même aussi le côté pratique de la liberté. On peut regarder ou ne pas regarder, être à côté et on sait que ça se passe, et ça c’est vraiment précieux, je trouve, dans une démocratie. S’il veut, il n’est pas complètement dedans mais quand même pas en dehors. Ça, c’est génial.

64Il n’y a pas de bon public.

65Euh...

66Il n’y a pas de bons et de mauvais publics.

67Oui. Ceux que ça n’intéresse pas, ils peuvent aller un peu plus loin, c’est tout. Il change immédiatement et il n’est même pas obligé de prendre la porte. C’est vrai que... ou bien le spectacle ne plaît pas, et à mon avis l’acteur va le voir tout de suite parce que les gens vont se lever, bon il y a une certaine passivité Ok, enfin si les gens en ont ras le bol, ils vont plus loin. Donc en fait le pire qu’il puisse y avoir, si ça ne plaît pas... on va avoir l’audience du public qui l’annonce donc... Oui, je pense que le public est quand même assez bon enfant...

68C’est un public très exigeant ?

69Euh...

70Vous parliez d’Avignon par exemple...

71Ah Avignon ! Il faut dire que moi, je suis plutôt une spectatrice du off que du in donc bon... pour moi, ça me convient bien Sotteville. Sotteville c’est un peu ce genre de choses. Je ne sais pas moi, peut-être sur le public... Je trouve ça génial qu’il y ait des gamins à vélo, là, ils ont peut-être posé leur vélo pour voir un truc mais en fait ils ont la liberté de choisir : ils voient que les gens s’intéressent à quelque chose, eux s’intéressent peut-être à autre chose mais ils sentent la société vivre avec eux. La liberté d’y être ou de ne pas y être. Et pour moi, c’est un peu... reconstituer visuellement l’ensemble de la société. Je trouve ça pas mal. J’aime bien. Voilà, c’est un rassemblement. C’est une fête. Les gens recherchent ce genre de petites choses. C’est comme ça que marche le festival mais c’est encore mieux parce que... ils ont le choix, comme c’est gratuit en plus, tu n’as pas à te forcer à rentrer dans tel ou tel spectacle. Voilà.

72Et sinon, du point de vue de l’espace, qu’est-ce qu’on pourrait dire ? Ce sont les arts de la rue, ça se passe dans un jardin public, en plein air...

73Oui.

74Qu’est-ce que ça change dans... la ville, disons ?

75De toute façon, ça change que c’est... C’est sûr que... Bon, je sais que ce matin il y a eu le marché à Sotteville qui a dû avoir lieu comme d’habitude mais... il y a plein de spectacles qui se passent dans le bois donc... il est vivant. Pour moi, il y a peut-être aussi des spectacles qui sont donnés cette année en dehors du bois et donc... il y a un franchissement cette année (rires, car quelqu’un arrive et commence à parler avec elle, ce qui clôt l’entretien).

76Entretien réalisé avec Sylvie

77J’aimerais bien que vous me parliez de Viva Cité, pourquoi vous êtes ici ?

78Bon moi, je suis allée... Étant donné que c’était le samedi, je suis allée le samedi matin vers 8 h 30, 9 heures moins le quart. Alors là, voyons... j’ai commencé par prendre une tasse de café et ensuite, je suis allée visiter des stands de collègues qui tenaient un genre de loteries, et j’ai vu les collègues... le stand... ses mains en peinture, beaucoup de tabliers.... Ce sont des tabliers faits par des dames de la commune de Saint-Étienne-du-Rouvray. Alors, je suis restée toute la journée.

79D’accord.

80Donc, toute la journée, je me suis promenée. Il y avait... comment elle appelait ça ? La foire à tout.

81Oui !

82Ah, superbe ! Il y a tout. Il y avait même de très belles choses.

83Oui. C’était où ? Dans Saint-Étienne ?

84Au parc, rue du Val-l’Abbé. Et le lendemain, je suis revenue. Alors, donc il y avait... l’après-midi, il y a eu une chanteuse noire. Je ne sais pas si j’ai mon petit carnet.

85Vous notez tout ce que vous voyez ?

86Non, je n’ai pas noté. C’est parce que je récupère les bouteilles. Non, je ne l’ai pas pris. Alors je vais vous expliquer : l’après-midi, il y avait une chanteuse noire américaine, superbe. Elle avait à peu près 25 ans. Ensuite, il y a eu le... ah, non, c’est cette petite dame qui jouait très bien et un orchestre américain. Alors, la musique était tellement jolie que j’ai vu une jeune fille danser et puis un monsieur, et la dame elle était assise à côté de moi. Et puis j’ai dit : « Mince, ils jouent rien bien le rock et tout, superbe ». Alors, elle a dit à son petit-fils : « Va voir papy s’il veut danser avec la dame. » Alors, le petit garçon y est allé mais le grand-père n’écoutait pas beaucoup, il ne faisait pas attention avec le bruit de la musique. Alors, j’y suis allée et je lui ai expliqué. J’ai dit : « Monsieur, je viens vers vous. Votre petit fils vient vous demander pour danser avec moi, le rock. » Alors j’ai dansé avec ce monsieur. Il dansait parfaitement bien. Et le soir, à la suite, j’ai vu une jeune fille qui avait une casquette. J’ai dansé beaucoup avec elle. Et puis alors, je vais vous expliquer : je me suis mise à rire parce que j’étais nu-pieds et nous avons dansé un petit peu dans la poussière. Ce n’était pas fait pour. Ensuite, j’ai dansé le rock avec cette jeune fille. Je me suis bien amusée, mais l’orchestre, il s’est pas arrêté parce que premièrement ça revient peut-être trop cher... je ne sais pas... à la commune. Et il y avait peut-être une heure pour jouer, vous voyez ? Ça m’a plu parce que moi, j’ai perdu mon mari il n’y a pas longtemps, ça fait un an et demi, et je vous assure, par moment, je suis seule. Et je m’amuse parfaitement bien toute seule à danser parce que les bals, ils en font pas mal à Saint-Étienne. Je vais un peu partout : Oissel, Palais des Congrès. Comme je travaille à la commune, je vais au bal, quand il y a un bal organisé.

87Vous travaillez à la commune de Saint-Étienne ?

88Oui. Je sors beaucoup pour être moins seule, vous voyez ? Et j’ai remarqué, je m’amuse très bien, parce que j’ai très peu d’amis, j’ai des amies mais malheureusement, elles sont comme moi : elles étaient veuves, elles ont trouvé quelqu’un. Bon, je ne vais pas aller les embêter. Et puis, comme j’ai vu qu’il y avait ça ici, j’ai dit : « Je vais aller voir. »

89Vous l’avez su comment que ça existait ça ?

90Alors là, voyons, comment je l’ai su ? J’ai vu quand je me suis garée, il y a deux ou trois jours, ici, qu’ils commençaient à mettre les rambardes sur la place du marché. Et aussi, sur le journal, vous voyez ? Comment qu’ils appellent, ce truc-là ?

91Viva Cité.

92Voilà. Et comme j’étais venue l’année dernière, j’ai dit : « C’est sûrement ça qui va se préparer. » On m’en avait déjà parlé. C’est comme ça que je suis venue ici.

93Et l’année dernière, qu’avez-vous vu ?

94Alors, le manège... un manège haut. C’était formidable. C’était bien. Ils couraient tout autour. Je ne sais pas si c’était occasionné par le vent. Je ne peux pas vous dire. Ça m’a vraiment plu parce que j’ai dit : « Mince, les gars, à force de courir partout, ils arrivaient à former la musique », vous voyez ? Ça m’a plu. Et moi, je vous assure, je ne suis pas jeune mais j’aime bien m’amuser. Je vais au bal. Et là dernièrement, il y a eu un bal portugais à Oissel. Je l’ai su par des amis portugais. Et le monsieur, il m’a dit : « Il y a un bal samedi soir à Quevilly », et je suis allée au bal portugais. La musique portugaise est très jolie. Il y avait beaucoup de jeunes comme vous. Mais ce qui m’a manqué, c’est la valse et le tango. Je suis partie un petit peu avant l’heure parce que je ne voulais pas rentrer trop tard. Mais ça m’a plu.

95Et ici, qu’est-ce que vous venez chercher ?

96Ah ici, je viens chercher un peu d’ambiance. Pour l’instant, j’ai des amis. Je suis née à Sotteviile. Et bon, à force d’aller au marché et tout ça, j’ai fait des connaissances. Mais là, jusqu’ici, je n’ai rencontré personne que je connais. Et là, j’allais m’en aller voir les amis portugais en question ou alors attendre la musique... Vous faites ça toute la journée ? Vous questionnez...

97Oui. On rencontre plein de gens.

98Et c’est utilisé comment après ?

99Après, on regroupe tout ça et puis on voit quelles personnes viennent à Sotteviile, pourquoi...

100Et après, je chante.

101Vous chantez, d’accord.

102Je chante. Je suis allée au Val-l’Abbé et il y avait un orchestre breton, et monsieur le maire, les personnalités, les gens, enfin les adjoints. Et là, l’orchestre a commencé à donner des feuilles, des chansons c’est-à-dire Le temps des cerises, et j’ai chanté Les amants de Saint-Jean. Ce sont des chansons que j’aime beaucoup. En plus, le lundi je vais chanter à Saint-Jean. Je n’y vais pas en ce moment parce que j’ai eu des problèmes de famille. Je vais chanter le lundi après-midi pour les personnes âgées de Saint-Sever dans une résidence.

103D’accord.

104J’y chante pendant une heure et demie consécutive. C’est que des chansons anciennes que j’ai apprises étant jeune.

105Ah ! C’est bien.

106Oui, c’est bien. Et ça me plairait de trouver quelque chose pour chanter là.

107Ici ? Le lieu est agréable aussi.

108Alors, c’est-à-dire, ce qui manque ici, je ne sais pas. L’après-midi n’a pas encore commencé. Un petit orchestre avec de l’accordéon, des gens qui jouent pour égayer un petit peu. Vous voyez ? Pour les jeunes... parce que je trouve que ça attire les jeunes. Bon, malgré tout, les jeunes, il y en a beaucoup qui ne dansent pas parce que je vais vous dire, je suis allée à une noce l’année dernière de mon petit-fils à Bourges, on était cent personnes et il n’y a que moi qui ai dansé.

109Ah bon !

110J’ai dansé toute la nuit. Et quand j’ai commencé à faire un tango toute seule, il y a le monsieur, le chef d’orchestre, qui est venu danser avec moi. C’est pour vous dire que les jeunes ne dansent pas beaucoup, ils ne savent pas. Ils dansent les musiques de maintenant mais le tango et la valse, il n’y en a pas beaucoup. J’avais dansé toute la nuit !

111Ah oui, quelle pêche !

112Ah oui, j’adore la danse. Je suis très... comment dire... il y a un monsieur, on a mangé au foyer B, à Saint-Étienne avec des anciens parce que je ne mangeais plus, j’ai perdu mon mari, j’avais beaucoup de chagrin mais maintenant encore, je me sens seule. C’est dur.

113Et vous avez des amis qui viennent aussi ?

114Non. Là, je suis venue toute seule. J’aime bien la compagnie, vous voyez ? Je vous ai aperçue, j’ai dit : « On va discuter. » Ça me fait du bien. J’aime bien parler. Je suis très familière. Voilà.

115Vous allez rencontrer du monde ici.

116Peut être, je n’en ai pas fini (elle rit) !

117Et est-ce que vous aimeriez qu’il y ait d’autres choses, des bals ou...

118C’est-à-dire, je vais vous expliquer, parce que moi, je fais partie de la commune de Saint-Étienne-de-Rouvray, j’ai été recrutée dans les écoles maternelles comme agent spécialisé. La commune organisait des bals le samedi soir. Mais, je vais vous dire, ça revient très cher à la commune premièrement parce qu’il n’y a pas beaucoup de personnes qui viennent danser le soir, vous voyez ? Et puis ça a été annulé après. Bon, maintenant ça a l’air de reprendre un petit peu partout parce que monsieur V. remplace monsieur B., c’était le maire avant qu’il parte, ils font beaucoup d’actions. Il y a des voyages : je suis allée à Fécamp. Bon, là j’ai voulu aller... je m’étais inscrite pour aller voir le Puy-du-Fou en Vendée, mais malheureusement il y a eu une panne de car. Donc, ça n’a pas eu lieu la semaine dernière. Ça va avoir lieu fin juillet, début août. Mais je sors. J’aime bien les bals : au palais des congrès à Oissel, j’y vais avec des amis quand il y en a, vous voyez ? Et alors, c’est des orchestres qui sont formidables. À la mairie, je ne sais pas s’ils en font toujours... oui, pour les personnes âgées, je suis allée là... remarquez, je n’ai pas le droit parce qu’il y a le repas pour les Sottevillais et moi je suis de Saint-Étienne, alors j’allais au repas malgré que je n’aie pas le droit. J’avais demandé à l’entrée par l’intermédiaire d’une personne si je pouvais rentrer pour danser parce que j’avais une amie, là, alors, j’y suis allée. J’aime bien danser. Là, ils m’ont fait un petit peu de musique, vous voyez ?

119Oui, oui. Ça va peut-être recommencer un peu plus tard.

120Voilà. C’est ça. Je crois.

121Et ici tout est gratuit ?

122Oui, oui.

123C’est bien aussi ?

124C’est-à-dire c’est monsieur le maire...

125M. Bourguignon.

126Bourguignon. Il y est toujours ?

127Oui.

128Je l’ai vu là. Il était en train de manger.

129Et pour vous c’est quelque chose d’important que ça soit gratuit ?

130Oui, parce que je vais vous dire, vous savez, premièrement il y a beaucoup de monde sur Sotteville comme à Saint-Étienne, exactement, il y a la misère. Tout le monde cherche à moins dépenser. Et en même temps, ça fait profiter à des personnes qui ne sortent pas, vous voyez ? Les gens profitent. Donc, tiens, il y a ça. De temps en temps, je prends le journal. Je me dis : « Bon, il y a un bal là-bas par exemple à Couronne. » Donc, j’y vais. Mais quand je peux le savoir par l’intermédiaire du journal ou alors d’une personne, je me dis : « Tiens, il y a un bal, là. Vas-y. » Mais je ne vais pas très loin.

131Oui, oui. Et là vous êtes venue comment ? En voiture ?

132Oui, oui, j’ai conduit ma voiture. Mais, je viens... et quand j’ai perdu mon mari, je suis venue le matin dans le bois, il n’y avait personne pour passer ma solitude, vous savez ? C’est triste. Alors là, j’ai fait la connaissance d’une dame dont le mari joue aux boules. Elle m’a remonté le moral. Très gentille. Et je commence à me familiariser avec d’autres gens, même un ou deux voisins que je connais, qui viennent jouer aux boules, là, l’après-midi.

133Ici, dans ce bois-là ?

134Oui, oui, ici, là-bas dans ce chemin.

135D’accord.

136Et puis on parle. Quand je vois les dames... je ne sais pas si vous avez connu la boucherie B., la dame vient là de temps en temps, mais elle passe son après-midi avec les personnes âgées, à la petite maison qui est là, où ils font le jeu du Loto le dimanche. Elle doit jouer aux cartes. Elle doit faire partie d’un club. Mais moi, j’aimerais bien faire partie d’un club pour sortir mais pas pour m’enfermer, vous voyez ? Quand elle m’a demandé si je savais jouer aux cartes, j’ai dit : « Non, je sais pas ». et que de toute façon je n’apprendrais pas. J’ai besoin de vivre. J’ai besoin de sortir. Et les personnes que j’ai connues là m’ont remonté le moral. Et ça m’a fait du bien. De temps en temps, il y en a une qui vient à la maison, je ne sais pas, pour passer un quart d’heure, prendre le café.

137Et là, vous pensez quoi du décor qu’il y a ?

138C’est bien, parce que je trouve que c’est un bon bois. Moi, je ne voudrais pas qu’on le supprime, vous voyez ? Je l’ai connu étant jeune parce que j’y allais à l’école, à Marcel-Samba, où, d’ailleurs, maintenant, il y a eu beaucoup de changements. Ce n’est pas le bois que j’ai connu étant jeune avec mes frères. J’ai 80 ans et j’étais à l’école là, et je vous assure que s’il le supprimait ça me ferait vraiment mal parce qu’il y a du monde par ici, vous voyez ? Il y a beaucoup de monde dans les HLM, il y a des enfants, et je trouve que ça leur fait une sortie parce que moi étant jeune je venais là, jouer aussi.

139Et c’était comment quand vous étiez jeune, ce bois ?

140Il était même entouré dans le temps. Et il y avait beaucoup plus d’arbres que ça. Ah oui, il était beau !

141Et il y avait des fêtes dans ce bois ou c’était juste un parc ?

142Non, non. C’était véritablement le bois. Il y avait beaucoup d’arbres. Puis au moins, on respire.

143Et quand est-ce que ça a commencé à être transformé, à n’être plus qu’un parc ? C’est-à-dire, je vais vous expliquer, il y avait un préau. C’était ici, voilà.

144D’accord.

145Ce préau-là, il appartenait à la commune de Rouen. Et les élèves de l’école de Marcel-Samba, du temps de monsieur D., venaient faire de la gymnastique. Et il y avait des kermesses. C’était très beau. Ils venaient faire de la barre fixe.

146Ici ?

147Ici même. Il y avait la kermesse. Il y avait du monde. Et je me rappelle, j’avais ma soeur, elle vendait des petits trucs bleus, blanc, rouge pour mettre les petits rubans. C’était beau. Il y avait même du théâtre. Et je vais vous dire, c’est ce jour-là qu’ils faisaient du théâtre, ils jouaient ici, ils avaient leur théâtre là, ils ont été tués les sept dans une cave pendant les bombardements. Ils ont été tués. C’est pour vous dire que le bois fait parler. Il en a vu de toutes les couleurs ! Et ce préau, il a été démoli et tout ça. C’était pratique parce que monsieur D. venait faire de la gymnastique. Il a formé ses élèves ici. Il y était au moment de la kermesse.

148Et après, vous avez le souvenir d’autres fêtes qui avaient dans ce lieu ?

149Entre deux, les fêtes... non. Ce que je me rappelle le plus, ce sont les marchés ici.

150Ah ! Il y avait des marchés ici ?

151Il y avait le marché dans l’allée, il était lancé aussi sur l’avenue, là.

152D’accord. Ce n’était pas sur la place ?

153Non, non. À ce moment-là, ce n’était pas sur la place, ils l’ont fait après sur la place.

154D’accord. Et c’était festif aussi ? Y avait de la musique ?

155C’est-à-dire, je suis venue l’année dernière, le 14 juillet, j’ai dansé toujours avec une jeune fille du Madrillet. Le feu d’artifice était à 11 heures. Donc, l’orchestre a dû commencer la musique à 10 heures et demie. C’était un orchestre très bien, je ne me rappelle plus de son nom. Et là, j’ai dansé. Mais alors, je vais vous dire, sur le goudron ce n’est pas facile. Ce n’est pas facile pour faire la valse. Et après, je suis allée au feu d’artifice le lendemain à Saint-Étienne. Il est très beau celui-là, de Saint Etienne, très beau, des couleurs... Et Oissel aussi, c’est vraiment... Vous allez pouvoir discuter là...

156Oui !

157J’ai réussi... pour la première personne ?

158Old, parfait.

159Parce qu’il n’y en a pas beaucoup ?

160Non, pour l’instant, non. Je peux vous demander votre nom ?

161Oui. Mme D. Et vous remettez ça à qui ?

162Et bien, on est un laboratoire de l’université de Rouen.

163Et c’est fait le jour même ?

164Non, pas de tout de suite. Je peux vous demander vos cordonnées ? Si vous voulez, vous pouvez me laisser votre adresse, je vous les enverrai.

165Et bien, je vais vous donner mon adresse et puis vous me direz.

166D’accord, promis !

167C’est aussi bien pour vous que pour moi, vous voyez ?

168Oui, oui.

169Entretien réalisé avec Sabrina

170Peux-tu te présenter ?

171Je m’appelle Sabrina, je suis professeur d’Espagnol. J’ai grandi près d’Évreux, à Gravigny plus précisément. Je suis allée au lycée à Évreux, à Canada, où j’ai trouvé ma vocation pour l’Espagne et l’espagnol. J’ai fait mon cursus universitaire à la fac de Rouen et me voilà maintenant professeur à Elbeuf. Même si cette ville ne me plaît pas trop, au moins je n’ai pas changé de région car je ne le souhaitais pas non plus ; de toute façon je n’habite pas là-bas, mais à Grand-Couronne. Ça me permet d’être à mi-chemin de tout car je passe beaucoup de temps sur Rouen, car c’est là où il y a tout.

172Tu me dis avoir été étudiante à Rouen. Venais-tu à Viva Cité à cette époque là ?

173Non, mais ce n’est pas parce que je ne voulais pas, ou parce que je n’avais pas le temps. Si je ne venais pas à Viva Cité à cette époque, c’est parce que je ne connaissais pas, pourtant j’habitais à Rouen à un moment. Lorsque j’habitais à la cité universitaire, c’est sûr que mes trajets se résumaient à : « lieu de résidence, fac, BU », et de temps en temps je venais avec des copines à Rouen, mais c’était rare car la fac d’espagnol demande beaucoup de travail personnel. Je n’avais pas trop de temps pour me distraire, et en même temps, je ne voulais pas non plus le faire. Mes parents me faisaient confiance, ils se privaient pour me payer mon logement, et je me devais d’avoir des résultats. Par contre, lorsqu’en licence j’ai pris un logement sur Rouen, rive gauche, je n’y suis jamais venue car cela ne m’intéressait pas. En effet, c’est une copine qui habitait à Saint-Étienne-du-Rouvray qui m’en a parlé, mais dans sa manière de me décrire ce festival, j’avais l’impression que c’était un rendez-vous de personnes en mal d’activité. Elle me disait que c’était bien, que tu pouvais voir des spectacles différents, qu’il y avait du monde qui choisissait le type de spectacle voulu, que tout le monde était là pour s’éclater et que personne ne prenait la tête de l’autre surtout que cela se passait dans la rue, que l’on pouvait faire des rencontres et discuter avec tout le monde... Alors je vais te dire, lorsque tu as ce type de description, cela ne te donne pas envie d’y aller car tu as vraiment l’impression que ce sont des « sans amis » qui viennent là pour passer le temps et tisser un réseau de personnes « sans amis ». En plus, cette copine qui m’en avait parlé était un peu baba cool, et je pensais donc que c’était un rassemblement de type rave-party sans la musique, pour personnes âgées de plus de trente ans. C’était vague dans mon esprit, mais je n’avais vraiment pas envie d’y aller car je pensais que ce lieu n'était pas fait pour moi, ni au niveau de ce que j’allais y trouver, ni au niveau des personnes que j’allais croiser. Ensuite, l’année d’après, c’était l’année du CAPES, donc forcément je n’y suis pas allée car je préparais les oraux, c’était en 2001. Par contre, je crois que cette année-là, si je n’avais pas eu cette préparation, j’y serais peut-être allée car j’étais avec un Sottevillais qui m’avait dit que je m’étais trompée sur Viva Cité, car ce n’était pas du tout un rassemblement de babas cool. En plus, ce week-end-là, sauf erreur de ma part, je crois que c’était le dernier avant mon oral, forcément, il a fallu que je bosse énormément. Aussi, je vais te dire, cette année-là, j’avais d’autres priorités que d’aller à Viva Cité, surtout que je ne connaissais pas. Je ne regrette pas mon choix, même si mon copain de l’époque m’avait demandé de l’accompagner quelques heures, au moins pour me changer les idées, car j’étais vraiment à fond dans le CAPES. L’avenir m’a donné raison car je suis maintenant tranquille à ce niveau-là. C’est en 2002 que je suis allée pour la première fois à Viva Cité, mais lorsque j’ai découvert ce festival, j’ai regretté de ne pas y être allée plus tôt. En effet, la première fois que j’y suis allée, j’avais l’impression de revivre des expériences passées, notamment en Espagne lorsque j’y étais allée en Erasmus. Là-bas, à Cadix, les gens vivent dehors, et c’est l’impression que j’en avais. À Viva Cité, on trouvait tout ce qu’il fallait pour passer du bon temps. Il faisait beau, il y avait des bancs, des coins ombragés, notamment dans le Bois de la Garenne, il y avait des cafés pour se désaltérer, des petits restaurants afin d’aller manger... Tu peux sortir de chez toi et venir les mains dans les poches. En plus, les gens vont à la rencontre des autres spectateurs, et c’est ce qui est sympa. C’est complètement différent de ce que ma copine m’avait dit. Comme je te dis, j’avais l’impression de revivre des expériences excitantes que j’ai vécues à Cadix, et c’est peut-être ce qui m’a fait apprécier Viva Cité, car jusqu’à aujourd’hui je repense à Cadix car j’ai bien aimé, notamment au niveau culturel, car c’est le sud de l’Espagne, c’est donc bien méditerranéen comme culture et cela suppose une proximité et une ouverture à l’autre qui est assez extraordinaire, et j’aime bien cela. C’est dans ce genre de situation que je me sens bien, que j’ai envie de vivre, qui me manque d’ailleurs ici, mais je retourne aussi de temps en temps dans ces pays à culture méditerranéenne, pour retrouver cette ambiance. À Viva Cité, on en retrouve un peu, mais ce n’est pas encore la même chose, il manque des intonations, des mouvements, une proximité, une gestuelle, mais il faut s’en contenter. En Espagne, lorsque tu vas te balader, que tu rencontres du monde avec qui tu commences à parler, sans même les connaître, je trouve que c’est plaisant comme mode de vie, et c’est à Cadix que j’ai pu l’apprécier, même si j’étais déjà allée à Madrid en seconde, mais ce n’était pas pareil, car c’était pour une semaine avec toute la classe, et on n’a pas pu sortir le soir. En y retournant, j’ai constaté que tu pouvais rester dehors jusqu’à tard dans la soirée sans que le bar ne ferme ses portes à 2 heures du matin et qu’à minuit tu sens déjà que l’on veut te mettre dehors en rangeant les tables et les chaises autour de toi. En plus, ce qui est bien lorsque tu es en plein air, c’est que tu n’es pas gêné par la fumée de cigarettes des autres qui t’accompagnent ou qui t’entourent. C’est ce qui est bien, c’est ce que je retrouve à Viva Cité et qui me plaît. Tu ne subis pas les autres. C’est aussi pour cela que j’aime venir à Viva Cité, car cela me permet de m'évader pour pas cher puisque je n’ai pas besoin de faire des heures et des heures de voiture pour me dépayser.

174Quelle forme de dépaysement tu y retrouves ?

175Lorsque tu es à Viva Cité, tu n’as pas l’impression d’être à proximité de Rouen car tu es dans un monde différent, dans une dynamique que tu ne revois pas ailleurs. D’ailleurs, je suis allée un jour dans le Bois de la Garenne pour essayer de revivre des sensations que j’avais éprouvées lors de Viva Cité, c’était en 2003 je crois (silence). J’étais venue à Sotteville, et je me suis dit que ce serait bien de m’arrêter pour voir ce bois lorsqu’il est vide et que nulle activité n’y est retrouvée. Par contre, j’ai été déçue car c’est vrai que, hormis les élèves du lycée, il n’y avait rien. Je veux bien que c’était l’hiver, mais c’est vrai qu’il n’y a rien dans ce bois qui pourrait très bien être aménagé en parc avec des sources, des espaces pour enfants, des kiosques... J’étais déçue, et depuis, je me suis dit que je n’y viendrais plus pour me promener. Je préfère garder à l’esprit un lieu féerique, un lieu rempli de monde plutôt que de le voir vide avec des adolescents qui ne font que passer pour se rendre au lycée. C’est dommage, car la mairie pourrait faire quelque chose avec un espace pareil situé entre une station de métro, une place importante, et le lycée riche de 2 500 élèves je crois. Maintenant, je ne viens plus en dehors de Viva Cité, de toute façon, c’est vrai que je n’ai rien à faire à Sotteville, et c’était d’ailleurs par accident que j’y étais venue en 2003, oui c’est ça c’est en 2003 puisque j’avais fait mes vœux cette année-là, et lorsque j’avais vu l’état du lycée, je m’étais dit que je n’arriverais pas à enseigner dans un lycée aussi délabré. Il y a aussi des spectacles dans ce lycée pendant Viva Cité. Je ne sais pas si les artistes utilisent tout le lycée ou seulement une partie, mais je trouve que c’est bien qu’il y ait cette ouverture vers la culture. C’est un moyen comme un autre d’inviter les élèves à s’éveiller, car je vois au niveau des miens, ils n’en ont rien à faire de ce genre de manifestation. Je ne sais pas s’ii y a une option « art » dans ce lycée, mais ce serait bien et Viva Cité pourrait être un tremplin pour ces élèves.

176Tu me parles d’un lieu féerique. Quels sont les éléments qui te font penser à ça ?

177Comme je te l’ai dit, cela me fait penser à Cadiz et c’est pour moi la plus belle année que j’ai passée. Mais ce lieu, avec le bois, les environs, c’est vraiment exceptionnel. En plus, le soir c’est toujours animé. On a l’impression de s’enfoncer dans une grande forêt, et même si tu vois que les routes ne sont pas loin, il est des parties de ce Bois de la Garenne qui t’empêchent de voir autour de toi. Aussi, le fait d’être pris par un spectacle et d’être aveugle par rapport à ce qui t’entoure ne te laisse pas supposer que tu es dans un petit bois à proximité d’une station de métro, de la mairie, d’un lycée. Tu es comme absorbé par l’environnement qui t’entoure. Aussi, je me souviens cette année, il y avait une sorte de spectacle avec des bougies. Enfin, non, ce n’était pas un spectacle avec des bougies, c’est plutôt qu’ils avaient illuminé le bois avec des bougies et c’était vraiment exceptionnel. J’avais vu cela le vendredi soir, j’étais arrivée tard et j’avais vu le bois illuminé de loin et j’étais excitée à l’idée de savoir ce qui se passait. C’est ça aussi qui plaît, tu as l’impression d’être dans un conte de fées, je ne sais pas comment te dire, c’est comme toutes les histoires que l’on nous lit lorsque l’on est petit où l’on est attiré par la lumière qui est située au milieu de la forêt, mais où l’on a peur d’aller dans cette forêt parce qu'elle est toujours habitée par des loups que tu crains. Et je crois que cette année avec ces petites bougies, nous avions vraiment l’impression que c’était un conte de fées. Aussi, le fait que ce Bois de la Garenne ne soit pas dense, lorsque nous étions dedans, nous avions vraiment l’impression d’être dans une clairière. En plus, avec le monde qu’il y avait autour, on avait l’impression que tous étaient éblouis par ce jeu de lumière. Ces arbres de bougies permettaient de transpercer la nuit et de nous sentir ainsi en sécurité par rapport au danger pouvant survenir de la traversée d’une forêt. Là, tu vaincs une appréhension qui te hante depuis que tu es toute petite en traversant une forêt dans la nuit, et ce n’est qu’à Viva Cité que tu peux le faire, car jamais je n’irai dans une forêt seule la nuit. Les autres années, il n’y avait pas forcément ces jeux de lumière dans le Bois de la Garenne, d’ailleurs, je ne me souviens plus s’ils mettent un éclairage ou si c’est chaque compagnie qui met ses projecteurs ! Il n’y a que dans les contes de fées que l’on peut vivre dans une forêt, où on peut se promener dans une forêt sans danger parce qu’on sait qu’il y a quelqu’un qui veille sur nous. Pendant Viva Cité, on peut aller et venir dans ce bois sans danger. C’est ce qui me fait penser aux contes de fées, car en plus, il y a toujours des lueurs ici et là te laissant penser qu’il se produit quelque chose d’extraordinaire dans tel ou tel lieu et tu es curieux d’aller voir ce que c’est. Le fait que la lumière soit fine t’oblige à te déplacer pour aller constater de plus près la magie du spectacle qui se produit. C’est pour cela aussi que c’est féerique, car tu découvres des choses au fur et à mesure des pas que tu réalises. Rien n’est donné d’avance, c’est une fois que tu es devant le spectacle que tu peux constater la teneur de ce qui se fait. En plus, le fait de ne pas être préparé à voir telle ou telle chose, ça permet de te laisser emporter par l’événement. C’est ce qui est bien aussi, parce que cela finit toujours bien et c’est ce qui fait que c’est féerique car tu es toujours content à la fin : l’histoire finit bien. Il est vraiment rare que je sois partie d’un spectacle parce que c’était nul. Si je suis partie, c’est soit parce que je n’avais plus le temps, soit parce que je voulais en voir un autre qui me semblait bien à côté. C’est ce qui est bien à Viva Cité, c’est que tu peux jongler d’un spectacle à l’autre sans pour autant devoir faire moult démarches pour changer ton billet. Tu te laisses aller dans ce Bois de la Garenne et tu te poses en fonction des spectacles, du nombre de personnes qui regardent une représentation et de l’enthousiasme qu’ils ont à la suivre, de l’écho que tu as pu en avoir. Tu ne te sens pas attaché à un spectacle, à un siège. Tu peux zapper comme tu veux et je trouve que c’est relativement intéressant comme principe.

178Je vois que tu ne te fais pas de programme !

179Non, je n’en fais plus. Par contre, la première fois où je suis venue, j’en avais fait un mais j’avais été déçue car c’est vrai que je ne connais pas grand-chose dans ces spectacles, Viva Cité est le seul festival que je suis. Forcément, je ne connais pas les compagnies, ni le type de spectacle qu’elles proposent. La première année, j’avais fait un petit programme, et après, en discutant avec des personnes que j’avais rencontrées, je me suis rendue compte que j’avais loupé pas mal de choses intéressantes. J’avais vu de bons spectacles, mais pas les meilleurs visiblement, j’étais passée à côté de pas mal de choses. Donc, depuis, je me laisse aller, j’écoute ce qui se fait de bien et je me laisse aller. Mon programme, ce sont les autres qui me le font et en même temps, je fais celui des autres en donnant mon avis sur les représentations auxquelles j’ai assisté. Par exemple, là où on s’est rencontrés, le spectacle qui était au stade de Sotteville, le 1er Championnat de France de n’importe quoi, personne ne l’avait vu, mais tout le monde en parlait en disant que ce devait être un spectacle intéressant. La critique était bonne, mais je crois que c’est parce que quelqu’un avait dit qu’il fallait absolument le voir car cette compagnie était déjà venue, et que leur spectacle avait été formidable. D’ailleurs, je n’ai pas été déçue par ce spectacle. Après, j’en ai parlé à d’autres pour qu’ils y aillent le lendemain et c’est comme cela que cela se fait. Le programme est plus riche en te laissant guider par les autres qui connaissent les spectacles ou alors qui les ont déjà vus. Je commence maintenant à connaître les spectacles, mais je me laisse encore guider, car comme je te le disais tout à l’heure, je ne suis que Viva Cité, et encore depuis peu de temps, puisque je crois que ce festival existe depuis une vingtaine d’années. En plus, ce qui est embêtant lorsque tu te fais ton programme, c’est qu’il faut arriver à l’ouverture, te poser dans un coin pour repérer les spectacles supposés te plaire et enfin commencer ton circuit. Pendant ce temps où tu te fais ton planning, tu perds au moins un spectacle. Déjà que sur l’ensemble du week-end je n’arrive pas à rester entièrement, alors si en plus je dois maintenant perdre du temps à décortiquer le programme, lire les critiques... je ne vois plus rien. Il faudrait peut-être que les organisateurs envoient le programme et les critiques avant Viva Cité pour que chacun puisse avoir un aperçu. Mais en même temps, le fait de se laisser aller est une bonne chose, car tu peux partir quand tu veux d’un spectacle. Tu vois des bouts de quelques spectacles, puis tu vas en voir un autre où tu arrives pour la fin. Il te paraît bien, alors tu regardes le programme pour savoir quand il repasse et là tu y assistes entièrement, en ayant prévenu des potes pour qu’ils t’accompagnent. C’est un peu comme cela que cela se passe à chaque fois, surtout que nous ne pouvons pas arriver le vendredi à l’ouverture pour repartir le dimanche soir. D’ailleurs, le dimanche, je n’aime pas trop, j’ai l’impression qu’il n’y a rien. Il y a moins de monde et cela ne permet pas de t’attirer vers tel ou tel spectacle. Tu as l’impression que les gens ne font que passer, c’est comme s’ils avaient déjà vu toutes les représentations, mais c’est impossible de tout voir. C’est ça, le dimanche, c’est assez particulier et je trouve que le déroulement ne donne pas envie d’aller voir les spectacles. Je ne sais pas si tu fais la même chose que moi, mais je suis surtout attirée par les spectacles où il y a du monde, car cela te donne une idée de la qualité d’une représentation. C’est sûr que lorsque tu vois beaucoup de monde en train de rire, cela te donne envie d’y aller, alors que si tu vois juste les artistes entourés de trois personnes, tu n’as pas envie d’y aller. C’est sûr que c’est difficile pour eux, c’est même dommage de ne pas aller les voir, mais là on ne peut pas aller les voir par compassion. Je me souviens d’un spectacle, il y deux ans, où ils étaient deux à faire une représentation avec des petites choses (sceau, escabeau, tabouret...), ils avaient fait le plein de spectateurs. Au début, il devait y avoir une cinquantaine de personnes qui assistaient au spectacle, puis, au fur et à mesure, notamment avec les rires et l’énergie qu’ils diffusaient, nous étions au moins 400 à assister au spectacle. Les gens étaient tous assis, nous étions quasiment sur l’allée principale du Bois de la Garenne, alors que le spectacle se tenait au moins à cent mètres d’elle. C’était un des spectacles qui m’a le plus marquée en 2003. C’était un petit et un grand qui se tapaient dessus, qui faisaient des expériences, qui bricolaient sur les arbres, qui faisaient participer le public... C’était vraiment très drôle, on aurait dit des clowns, sauf qu’ils n’avaient pas de nez rouge. Je ne me souviens plus du nom de cette compagnie... Elle était vraiment très bien. J’ai d’ailleurs regretté de ne pas y être retourné le lendemain. En plus, ils n’étaient pas là l’année dernière. Je me demande d’ailleurs comment ils choisissent les artistes.

180J’ai l’impression que tu te contentes des spectacles qui se déroulent dans le Bois de la Garenne ?

181C’est vrai que j’ai du mal à sortir du bois parce que c’est toujours la même chose : à chaque fois, tu donnes rendez-vous aux autres dans le bois, et là tu commences à aller voir des spectacles qui sont situés près de toi. Ensuite, tu discutes avec d’autres personnes qui te disent d’aller voir tel ou tel spectacle qui se déroule aussi dans le bois. Il est tellement grand qu’il doit y avoir au moins vingt spectacles en même temps. Aussi, dès que tu as soif ou que tu as envie d’aller manger un morceau, tu peux aller au café ou dans un des restaurants. C’est pratique, tu n’as pas besoin d’aller dans la ville alors que tu sais très bien que tu pourras trouver une sandwicherie pour manger. Là, tu restes sous les arbres pour te restaurer et je trouve que c’est plaisant. Tu as l’impression de faire un pique-nique et cela te rappelle un peu ta jeunesse lorsque tu allais avec tes parents faire des pique-niques. Tu es à l’air libre pour manger et ce n’est pas comme une terrasse de restaurant, car là, même s’il y a du monde autour de toi, il n’y a pas de passants comme lorsque tu manges en pleine rue et qu’ils regardent ce que tu manges, tu n’as pas à subir le bruit des voitures et les odeurs des échappements aussi. Je ne sais pas, mais je trouve que c’est un côté un peu naturel qui ressort. Tu n’as pas besoin de te prendre la tête sur le menu, sur la table que tu veux... Là, tu prends un sandwich, une boisson, tu t’installes où il y a de la place et tu parles avec tes voisins pour discuter des spectacles vus. Tu conseilles des spectacles et tu te fais conseiller également. Ce n’est pas comme dans les autres restaurants où chacun s’isole, où il faut essayer de se faire discret pour éviter d’attirer l’attention sur soi. Durant ce week-end, tu peux parler avec tout le monde sans qu’il ne te soit reproché d’importuner telle ou telle personne. Si un jour tu manges en centre-ville, tu verras que tout le monde est isolé, les tables sont éloignées les unes des autres, alors que là, on mange sur des tables de dix, vingt personnes, le but des restaurateurs est de pouvoir rassembler et de satisfaire un maximum de personnes. Tu vois, tout est dans le Bois de la Garenne, que ce soit au niveau des spectacles ou des petits restaurants. En plus, je ne sais pas si c’est la même chose pour toi, mais j’ai l’impression que les meilleurs spectacles sont dans ce bois. Tout y est. Mais tu vois, il y a trois ans de cela, lorsque les intermittents du spectacle étaient en grève, le bois était vide, il y avait des spectacles ici et là, mais c’était vide. Alors que les autres années, le bois est plein et c’est aussi peut-être ce qui m’attire. C’est vrai, tu es toujours attiré par la foule, par les grands mouvements plutôt que par l’isolement où tu te demandes ce qui se passe parce que ce n’est pas commun. En plus, les grosses animations mises en place par les organisateurs se trouvent toujours dans le Bois de la Garenne. Je repense à la dernière édition où ils ont mis en place des arbres de bougies que je trouvais vraiment exceptionnels, maintenant je regrette de ne pas avoir pris un appareil photo pour le montrer et pour le garder en souvenir. J’ai trouvé cela encore plus beau que les espèces de méduses mises sur les arbres l’année d’avant je crois, oui, c’est l’année d’avant car avant c’était l’année de la grève où il y avait un cochon accroché et c’est tout. En plus, cette année-là, comme il n’y avait pas beaucoup de spectacles et qu’il y avait l’Armada, j’avais très vite opté pour l’Armada parce que j’avais l’impression de perdre mon temps et de m’ennuyer à Viva Cité. Lorsque je repense aux arbres de bougies, je crois que c’est vraiment un des événements majeurs de la dernière édition. Ce n’était pas un spectacle en tant que tel, mais c’était une belle animation qui a marqué mon esprit et celui des personnes qui étaient avec moi. Je sais que cela t’a marqué aussi, car nous en avons parlé le jour où nous nous sommes vus. D’ailleurs, je repense à un truc, c’est que nous ne nous voyons qu’à Viva Cité. En deux ans, nous ne nous sommes vus qu’à Viva Cité. C’est bien, cela permet de rester en contact avec des personnes que tu ne rencontres pas ailleurs. C’est aussi à Viva Cité que j’ai revu des copains de promo. C’est un lieu de rencontre sans forcément que tu t’en rendes compte. Par contre, je constate que c’est quasiment toujours les mêmes personnes qui y assistent. J’ai l’impression de voir les mêmes personnes d’une année sur l’autre.

182As-tu envie de suivre d’autres festivals ?

183Je ne sais pas car il faut du temps pour cela. En plus, comme je te le disais, je ne suis pas spécialiste de cela et donc je ne sais pas où il y en a, sauf Avignon dont on entend parler tous les étés. Hormis celui-là, je ne sais pas où il y en a. En plus, je crois que Avignon est payant. Je vais te dire, pour l’instant je ne suis que Viva Cité et cela me va bien car je trouve du plaisir dans cette participation annuelle, et peut-être que si j’en faisais plus, je m’en lasserais. Je suis amateur et cela me va bien comme ça. J’ai déjà du mal à aller voir des spectacles dans l’année, alors si je devais en plus me faire d’autres festivals... Viva Cité me va bien parce c’est à la fin de l’année et il n’y a pas de préparations de cours à faire, car si cela se déroulait dans l’année, je pense que je n’y viendrais que pour une journée, ou alors je devrais m’avancer, mais ce n’est pas encore évident de le faire. Je suis encore une jeune professeur et j’ai beaucoup de préparations à faire.

184La gratuité du spectacle est-elle importante ?

185Énormément. Je ne vais pas te dire que cela me gênerait de payer chaque spectacle, encore faut-il savoir quelle somme. Mais le fait que les spectacles proposés à Viva Cité soient gratuits est bien. Déjà, ne pas mettre la barrière de l’argent pour découvrir ce festival est bien. Personnellement, la première année où j’y suis allée, je ne sais pas si j’y serais allée si cela avait été payant car tu ne veux pas forcément dépenser de l’argent pour un truc que tu ne connais pas, et surtout dont tu ne sais pas si cela va te plaire. Aujourd’hui encore cela se pose comme problème car il y a des spectacles devant lesquels tu ne restes pas très longtemps car tu t’ennuies, tu n’arrives pas à rentrer dedans... Le fait que cela soit gratuit te permet de le quitter et d’aller vers un autre où tu n’auras pas besoin de débourser d’argent. Cela te permet de te laisser porter par les spectacles, par le public, par ton humeur, car si tu devais payer, cela te contraindrait à rester jusqu’à la fin, ou alors à ne plus aller voir de spectacle car tu en aurais assez de payer pour rien. Je vois l’an passé, il y a au moins dix spectacles que je n’ai pas suivis jusqu’au bout ou que j’ai récupérés en route. C’est pas mal quand même car j’ai assisté à six, sept spectacles en entier. Tu t’imagines un peu un week-end à 70 euros pour assister à sept spectacles ! C’est peut-être un peu cher 10 euros le spectacle ? Je ne sais pas combien ils pourraient faire payer cela, mais je suis globalement contre.

186Financièrement, tu serais prête à participer à quelle hauteur ?

187Je ne sais pas, une somme symbolique de 1 ou 2 euros, sous forme de collecte à la fin de chaque spectacle. Cela se fait surtout pour le off je crois, car chaque fois qu’il y a ce type de quête, les artistes disent bien qu’ils la font pour payer leurs défraiements car ils sont bénévoles. J’ai l’impression que les artistes du in n’ont pas le droit de le faire ! Oui, 1 ou 2 euros, ça me semble être le maximum car il ne faut pas oublier qu’il y a des partenaires publics, comme la mairie, les collectivités territoriales, le ministère... À un moment donné, il faut arrêter de demander de payer, surtout que c’est toujours aux mêmes qu’on le demande. Je vois, dans mon établissement, on a un budget et on le gère, on demande rarement aux élèves de participer à tel ou tel projet car ce n’est pas normal, ils paient déjà assez comme ça. Quand je te dis que je serais prête à payer 1 ou 2 euros pour chaque spectacle, je crois que je devrais dire que cela devrait être au jugement de chacun, car il y a des spectacles qui n’en valent pas la peine, ou plutôt dans lesquels je n’arrive pas à rentrer et là, même 1 euros c’est trop cher. Non pas que je sois radin, mais j’estime que si tu paies, c’est que tu es satisfait par la représentation. C’est ce que l’on fait d’ailleurs avec les gens du off. Avec mes potes, on donne de temps en temps lorsque le spectacle était bien, en plus, depuis que l’on sait qu’ils ne sont pas payés, alors que les autres oui, je vais te dire on essaie d’aller plus vers les spectacles du off que ceux du in. C’est une forme de soutien, je trouve. Aussi, avec le temps, on s’est rendu compte que les spectacles du off étaient mieux que ceux du in. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est l’impression que l’on a et en plus, c’est une constatation que l’on a faite a posteriori. En effet, après avoir assisté à certains spectacles, nous avons regardé s’il s’agissait des spectacles du in ou du off, déjà, il m’a fallu une édition de Viva Cité pour me rendre compte qu’il y avait cette distinction, et nous avons constaté que les meilleurs avaient été ceux du off. Aussi, comme je te le disais, j’aime bien rester dans le Bois de la Garenne, et j’ai l’impression que les spectacles du off ont majoritairement lieu dans le bois. C’est peut-être aussi pour cela que j’aime plus le off que le in. C’est aussi, je pense, pour cette inégalité de traitement. Certains sont payés, et je pense même bien payés, alors que d’autres n’ont pas un centime pour proposer une prestation équivalente, voire supérieure. S’il fallait faire payer les spectacles, je pense que la totalité de l’argent recueilli devra être entièrement reversé aux artistes du off. Je sais, je suis un peu idéaliste en disant cela, mais je n’aime pas trop les injustices. J’aime pas lorsqu’une personne se fait agresser, je n’aime pas voir des faibles se faire exploiter, et j’ai l’impression que les gens qui organisent des grands festivals comme Viva Cité n’en ont rien à faire de cela. Ils sont là pour rentabiliser leur spectacle et qu’il ait un écho favorable dans le monde des festivals. C’est une logique de reconnaissance qu’ils suivent et c’est tout. Car je crois savoir que les artistes du off doivent passer par là pour pouvoir passer dans le in, mais c’est aussi un moyen intéressant pour les organisateurs d’avoir des artistes pour rien. Alors, s’il s’agit de se faire des bénéfices sur notre dos, je ne suis pas d’accord. En plus, il ne faut pas oublier que c’est une animation culturelle et que dans la grande tradition française cela est gratuit. Je ne vois pas pourquoi on nous demanderait de payer alors qu’ils ont des financements auxquels on contribue de manière indirecte.

188Penses-tu que cela soit aussi simple ?

189Je ne sais pas. Tu penses que je me trompe ? Pour moi, les organisateurs voient dans les artistes du off des personnes pouvant rehausser le niveau des spectacles proposés à moindres frais. Je ne suis pas la seule à penser cela, je t’assure que beaucoup de personnes pensent que le off est mieux que le in. Comme je te l’ai dit tout à l’heure, je me laisse porter par le commentaire des autres et beaucoup me conseillent des spectacles du off plutôt que ceux du in. À l’exception des grosses compagnies qui se produisent à vingt ou trente personnes, Viva Cité est rehaussé par le off. Maintenant, c’est mon point de vue. C’est aussi peut-être parce que je ne suis pas spécialiste des festivals des arts de rue que je pense ainsi. Peut-être qu’avec mon œil amateur je ne vois pas la subtilité de certains spectacles du in. Peut-être que c’est parce que je n’aime pas toutes ces formes d’injustice que j’apprécie davantage le in. D’ailleurs, Viva Cité, c’est un ensemble. Nous ne pouvons avoir de in sans off, et inversement. Les deux sont liés et c’est au spectateur de faire son choix, même si pour ma part je souhaite davantage assister aux spectacles du off. Il faudrait que je me penche sur la question à l’avenir et de demander des explications aux artistes. C’est une question que je n’ai jamais posée. Il va falloir que je me renseigne.

190Penses-tu que la promotion de Viva Cité soit suffisante ?

191Chaque année, je me réserve le dernier week-end du mois de juin parce que je sais que c’est à cette époque que se déroule Viva Cité. Par contre, c’est aussi vrai que nous ne pouvons pas avoir le calendrier avant, savoir quel type de compagnie il va y avoir, savoir si cela se déroulera sur Sotteville ou sur l’agglomération comme en 2003 je crois. Il y a un problème au niveau de la campagne d’affichage, car ce n’est que lorsque l’on est dans Sotteville que l’on voit des affiches présentant Viva Cité. Je pense qu’il faudrait faire plus car il y a beaucoup de personnes qui habitent Rouen qui ne savent pas forcément ce que c’est. Il y a une partie de la population rouennaise et même haut-normande qui ne sait pas ce que c’est alors qu'elle pourrait trouver le concept sympa. France 3 Normandie aussi pourrait s’investir davantage, mais je n’ai jamais rien vu à ce sujet sur les différentes éditions. J’ai l’impression que c’est discret comme événement alors qu’il est très intéressant et que la population vienne assister à ce type d’événement. Je pense qu’il faudrait mettre des affiches dans Rouen pour toucher plus de personnes. Mais bon, je ne sais pas, peut-être qu’il y a un réseau de diffusion qui existe, mais dans ce cas, c’est toujours les mêmes personnes, qui en plus sont informées de la date exacte, qui sont alors informées. Cela ne va pas dans le sens d’une démocratisation, d’une large diffusion de cet événement. Par contre, c’est bizarre, en retirant les programmes, je n’ai jamais été informée d’une liste de diffusion, comme il existe notamment avec le Hangar 23 où l’on reçoit le programme deux fois dans l’année. J’imagine que ce n’est pas forcément des programmateurs qui sont en concurrence, ils pourraient donc s’allier, ou au moins le dire dans le programme de la saison estivale que l’on reçoit en février ou en mars je crois. C’est dommage de ressentir aussi peu d’investissement au niveau de la communication. Il faut croire que lorsqu’il y a des merdes comme Lorie au Zénith, il y a des affiches partout dans la région, par contre, lorsqu’il y a de bonnes choses, c’est plus discret comme diffusion. On a l’impression que l’accès à la culture se mérite. Il faudrait pouvoir toucher un maximum de monde, et même dans mon entourage, pourtant je côtoie des personnes intéressées par le culturel, beaucoup n’entendent pas parler de Viva Cité, beaucoup ne savent même pas ce que c’est. L’année dernière, je l’ai fait découvrir à une professeur de quarante ans qui a toujours été à Elbeuf et qui habite à Cléon. Elle est loin de l’agglomération rouennaise, mais pas aussi loin que cela pour ne pas en entendre parler. Par contre, c’est comme moi, elle a été séduite par le concept. Elle m’a même dit qu'elle y était revenue avec son mari et ses enfants le dimanche. Je ne pense pas que ce soit ainsi qu’il faille faire pour développer ce festival qui est méconnu, même par les gens de la proche couronne. On entend parler d’Avignon, mais même France 3 n’en parle pas. C’est tout de même dommage.

192Penses-tu qu’il y ait une diversité de spectacles à Viva Cité ?

193C’est justement ce que je trouve de bien dans cette manifestation : il y a de tout. Par exemple, si tu veux un spectacle son et lumière, tu ne vas qu’à celui du samedi soir qui se tient systématiquement sur la place du marché ; si tu veux des spectacles pour enfants, tu vas dans la partie proche de l’avenue dans le Bois de la Garenne ; si tu veux des spectacles divers tu te balades dans le reste du bois, dans la rue, dans les gymnases... J’ai même entendu dire qu’il y avait un spectacle qui avait eu lieu chez des gens... C’est cette diversité qui est bien. En plus, lorsque je te dis qu’il y a des spectacles pour les petits, ils ne sont pas exclusivement pour eux, j’y assiste de temps en temps et je trouve qu’ils sont vraiment très bien. Ils sont faciles d’accès et c’est aussi le but de la participation à un tel spectacle, tu te dois de ne pas te casser la tête pour comprendre le sens. Tu n’es pas forcément là pour réfléchir à tout ce que tu vois. On se casse assez la tête comme ça le reste du temps pour pouvoir faire un vide. Par contre, je pense qu’il faut être dedans et les spectacles pour les enfants te permettent aussi de t’échapper et de te rappeler ta jeunesse. Tu t’assieds dans l’herbe et tu te laisses porter par la représentation. Chaque année, j’en fais au moins deux pour enfants. C’est ce qui est bien et je ne sais pas si dans des gros festivals, comme Avignon qui semble être une usine, il y a des spectacles pour enfants qui rencontrent un énorme succès, et pas simplement auprès des enfants.

Typologie des spectacles de rue

Reprise d’une conférence de Daniel Andrieu les 9 et 10 novembre 2006 au 3e colloque « HorsLesMurs » à Gand (Belgique)2

  • 2 Organisé par Theater op de Markt, Zomer van Antwerpen et Internationaal Straattheater-festival Gen (...)

194Les compagnies de rue appréhendent leurs créations dans la ville et mettent en forme leurs spectacles selon deux genres. Très simplement nous remarquons que certains spectacles sont statiques quand d’autres se déplacent.

195Le champ des spectacles statiques compte des artistes qui se posent sur un coin de trottoir et font montre de leur savoir-faire. Alors rapidement le cercle de spectateur apparaît... musique, chanson, acrobatie, jonglage, marionnette, art forain.... On nomme aussi ces artistes cognes trottoirs ou les manchards car bien souvent leur survie dépend du contenu sonnant et trébuchant de la manche, du chapeau. Ces spectacles demandent une grande réactivité avec le public. Certains artistes de Viva Cité tels D’Irque, Léandre, Schaul Pifer, Nino Costrini se situent dans cette mouvance.

196D’autres compagnies font le choix de spectacles de « grande échelle » et se produisent au cœur de la cité avec une abondance de moyens techniques, de nombreux comédiens. Elles associent les expressions pluridisciplinaires : musique, cirque, le jeu des comédiens, la lumière, la pyrotechnie. Retenons la compagnie Jo Bithume, la compagnie Titanick, le Groupe F,ou enfin Sol Pico avec Amor Diesel – une vision contemporaine de la Belle et la Bête – comme compagnies emblématiques du genre cité. Les spectacles in situ répondent le plus souvent à une logique environnementale inhérente à la dramaturgie même. Ainsi, pour les compagnies Ilotopi avec Narcisse Guette et KMK avec Roman fleuve, l’eau et sa surface sont indispensables. Le spectacle Itinéraire sans fond de Kumulus s’inscrit dans une gare de chemin de fer, un terrain vague. Pour De Onderneming, la troupe flamande souhaite retrouver des décors naturels. Un port comme toile de fond par exemple, un pastis servi à l’assistance pour se mettre dans l’ambiance des récits de Marcel Pagnol. C’est aussi Babelo Boulo du Cercle de la Litote qui privilégie de jouer dans une cour d’usine ou enfin le Théâtre de l’Unité qui présente Oncle Vania de Tchekhov à la campagne en jouant sur les perspectives naturelles des paysages. Bill Mitchell, metteur en scène anglais, appelle cela du landscpape théâtre. Au final, observons qu’il s’agit d’un théâtre de scène à ciel ouvert qui demande des espaces naturels pour s’épanouir.

197Cela peut faire penser aux mises en scène d’Ariane Mnouchkine qui réunissent spectateurs et acteurs sur le même terrain.

198Les « installations » sont des projets artistiques qui réalisent un pont entre arts plastiques et mise en valeur du patrimoine. Citons la compagnie Carabosse avec les milliers de pots à feux, ainsi que la compagnie australienne Bambuco aux bambous qui s’enfoncent dans les façades des maisons ou encore la compagnie allemande Angiie Hiesl avec les chaises punaisées en surplomb des murs des rues, proposant une assise aux personnes âgées. Rappelons les installations culinaires et de feux de la compagnie Wim Doedel que nous avons pu voir sur Viva Cité, ainsi que l’Œil du cyclone du Groupe Zur où poésie se conjugue aux nouvelles technologies. Dans la même veine, retenons Puce Muse qui projette des images géantes sur les bâtiments publics et souligne leur architecture.

199Enfin, rappelons La Vengeance des semis du Phun, métamorphose progressive de la station de métro « Hôtel de ville » de Sotteville-lès-Rouen en ferme géante.

200Les grandes formes sont plus élaborées tant au niveau du contenu, de la scénographie que du nombre de comédiens. Très souvent, les spectateurs sont installés sur des gradins mais toujours avec le cercle. On peut citer les Piétons avec Jardins de femmes, Semola Théâtre avec In Concert, les Frères Kazamaroff, les Alama’s Givrés avec Le Pic de Hubbert, Annibal et ses Eléphants avec la Bête.

201Évoquons le second genre de spectacles de rue, celui des déambulations.

202Les spectacles mobiles se déclinent selon différentes formes qui vont du déplacement anodin et solitaire d’un artiste dans la ville aux déambulations de grande ampleur.

203Les plus petites formes déambulatoires comme « les interventions » cherchent à prendre le badaud à témoin en tant que complice ou victime de la situation mise en place. Citons les ineffables Contres visites de Jérôme Poulain de la compagnie Joseph K, les différents spectacles de la compagnie No Tune International, les fantaisies de Princesse Peluche, interventions transformant un regard aveugle en point de vue acéré sur la condition de toutes les cibles des inégalités.

204Dans la catégorie supérieure avec plus de comédiens, rappelons l’invraisemblable Cortège funèbre de la compagnie Cacahuète, qui, en panne de voiture, est obligé de traverser la ville à pied avec le cercueil de la maman, ainsi que la compagnie Opéra Pagaï avec Safari intime qui organise une improbable soirée portes et fenêtres ouvertes dans les quartiers.

205Enfin, dans cette même veine revoyons les déambulations de la compagnie Délice Dada, Circuit D, Indigène, La Donation Schroeder, et Noir où le spectateur est invité à suivre une enquête policière hypothétique dans une zone industrielle.

206L’intervention magnifie la rue qui retrouve son rôle de réceptacle, de haut-parleur et d’organisateur pour la dénonciation, la contestation et l’émancipation.

207De grandes déambulations convoquent l’histoire et la mémoire des habitants de quartier et les jouent ainsi Le Sens de la visite des 26 000 Couverts, ou les projettent aux murs grâce aux nouvelles technologies comme KomplexKapharnaüm.

208D’autres déambulations comme les girafes de la compagnie OFF convient aux épopées nocturnes.

209Enfin, existent les déambulations à l’échelle de la ville. On change d’envergure quand on passe aux spectacles dits « à machines ».

210Le Géant, La Visite du sultan des Indes du Royal de Luxe, les délires mécaniques de Générik Vapeur avec Taxis, les bestiaires oniriques d’Oposito avec Transhumance, les Trottoirs de Jo Burg ou encore Toró.

211C’est aussi les gonflables de la compagnie Les Plasticiens Volants qui ont réussi la performance de permettre une excellente vision de leur histoire à des foules excessivement denses. Citons aussi les cortèges des Rois faignants de la compagnie Transe Express qui partent des quatre coins de la ville.

212Depuis maintenant plus de trois décennies les artistes de rue nous offrent une palette fourmillante de sons, de couleurs, de formes. On a l’impression que rien ne leur résiste, peu de reconnaissance artistique, peu de moyens financiers, peu regardé par les médias... qu’importe, la générosité des compagnies, leur imagination débordante, leur débrouillardise, leur talent séduisent un public toujours plus nombreux avide d’émotions, de grâce, de partage dans l’espace public.

Notes

1 Abréviations utilisées dans le tableau : parents/prog – parents/programme ; amis/prog. – amis/programme ; amateur cult. – amateur « culturel » ; prog. spect. – programmateur spectacles.

2 Organisé par Theater op de Markt, Zomer van Antwerpen et Internationaal Straattheater-festival Gent.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search