Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Troisième partie : le festival comme totalité signifiante

Conclusion

Damien Féménias

Texte intégral

  • 1 Joffre Dumazedier, Sociologie empirique du loisir, Paris, Seuil, 1974.

1Annonçant l’été et les vacances, Viva Cité appelle un état d’âme particulier qui, le temps d’un week-end, est connu de tous. Mettant la ville en effervescence, Viva Cité exerce une « pulsation » qui produit le sentiment de vivre quelque chose en commun : la force de l’attraction se mesure à l’oubli ou à l’aveuglement qu’elle suscite, au désir généreux d’atteindre « les autres », qui se détournent de l’événement. La manifestation cristallise nombre d’attentes contemporaines, et intervient effectivement dans la genèse, la transmission et les motivations du comportement social. On y retrouve notamment les fonctions manifestes du loisir que les enquêtes de Joffre Dumazedier1 ont révélées.

2Par l’artiste auquel on s’identifie, par l’importance qu’on accorde au jeu, à la rêverie, à la convivialité, aux nourritures imaginaires auxquelles chacun a droit, les entretiens révèlent des motifs liés à la réalisation des virtualités désintéressées de l’homme « total ». Purement esthétique, la participation demeure ironique et profane : on adhère aux illusions poétiques aussi longtemps qu’on accepte de se prêter au jeu, et on rend hommage aux artistes sans perdre de vue que ce sont bien des hommes que l’on admire. Intenses et détachées, les diverses formes de participation mobilisent une image culturelle de l’individu actif et créatif, capable d’être acteur et auteur de sa propre vie.

  • 2 Michel Maffesoli, La Conquête du présent, Paris, PUF, 1979.

3Ce souci de soi, pour autant, ne relève pas du repli. Dans la ville, le festival est aussi « fait pour la ville », nous dit Basile, qui aujourd’hui « revisite autrement » des lieux qu’il a vus « sous festival ». Au fond, Viva Cité répond à une demande de réenchantement2 du quotidien : il s’agit plus de s’approprier la ville ensemble que de la fuir. Le festival, comme l’univers des loisirs, institue simultanément un monde commun et la liberté de s’en détourner, et offre un analyseur de choix pour comprendre notre rapport à la vie commune.

La loi et la lettre, 2005 (collection M. Sizorn).

La loi et la lettre, 2005 (collection M. Sizorn).

Notes

1 Joffre Dumazedier, Sociologie empirique du loisir, Paris, Seuil, 1974.

2 Michel Maffesoli, La Conquête du présent, Paris, PUF, 1979.

Table des illustrations

Titre La loi et la lettre, 2005 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search