Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Troisième partie : le festival comme totalité signifiante

Chapitre 8. Un désir de mixité sociale

Yamina Samaali

Texte intégral

  • 1 La Relation au public, actes du colloque « Les arts de la rue : quels publics ? », 16-17 novembre (...)
  • 2 Nathalie Heinich, La Sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001.

1S’intéresser aux 70 000 spectateurs1 de Viva Cité, c’est avant tout appréhender la réception que les spectateurs entretiennent avec les phénomènes artistiques2 mais c’est aussi comprendre et par là même expliquer la diversité des publics, telle qu'elle est pensée et dite par les festivaliers. Ainsi, nous tenterons de raconter le public en interprétant le sens qu’il donne à la diversité sociale.

2Y a-t-il un public ou des publics ? De quel(s) mélange(s) s’agit-il ? Comment se construisent-ils ? Quels sont les ingrédients constitutifs de la diversité ? Et dans quelle mesure peut-on parler de mixité à Viva Cité ?

Quelle(s) diversité(s) ? Quel(s) mélange(s) ?

3À la question « que pensez-vous des gens qui viennent à ce festival ? » ou plutôt « comment les festivaliers se perçoivent-ils ? », les discours mettent en avant l’idée d’un « bon public » ou d’un « mauvais public », mais ils insistent aussi sur l’hétérogénéité des spectateurs présents. Outre la diversité sociale citée souvent pour parler de l’accès à une « culture pour tous », est également évoqué le mélange des âges, des lieux de résidence et des rapports aux arts de la rue.

Des différences visibles

4Parmi les éléments constitutifs de cette hétérogénéité, nous avons pu identifier la référence à des individus appartenant à des milieux sociaux différents où le niveau d’études, la profession et le rapport à l’art et à l’offre culturelle ne sont pas les mêmes.

5Une première différence est perçue entre « les bobos, les intellos » et « des gens très très simples », comme le précise Chantal : « Un public très, très mélangé. A la fois bon des... À la fois des bobos, des intellos, bon qui viennent de Rouen et des alentours. Mais c’est clair qu’il y a des gens très, très simples... ça se voit quoi, ça se sent bien et j’ai encore constaté ça cette année. Des gens très simples qui sont là. » Dans ce premier cas, les festivaliers parlent d’une diversité manifeste, de l’importance de l’ouverture de cette manifestation à des individus d’origines sociales différentes, mais les paroles et les mots employés traduisent une certaine hiérarchisation des rapports entre les éléments de ce mélange. « Les gens simples » sont définis comme « populaires », qui n’accèdent pas à l’art et à la culture, ne fréquentent pas les lieux théâtraux. Viva Cité, selon Chantal, est « peut être les seules fois où ils voient des choses culturelles ». De l’autre côté, nous trouvons les « bobos et les intellos » qui sont définis comme une « élite », un « petit groupe de privilégiés » par rapport à l’offre culturelle. Rappelons que cette appellation est le diminutif de bourgeois bohème visant à catégoriser des cadres moyens à fort capital culturel. Les deux éléments regroupés « peuvent partager la même chose mais à des degrés différents » (Chantal). Autrement dit, les « bobos/intellos » et les « gens simples » n’ont pas les mêmes goûts ni les mêmes perceptions esthétiques. On voit très bien ici comment les festivaliers posent les frontières et les limites entre des individus appartenant à des classes sociales distinctes.

6C’est le cas aussi d’une autre différence posée entre « des enseignants, des spécialistes » et « d’autres gens » :« [...] il y a beaucoup d’enseignants, ça c’est certain... mais il doit y avoir aussi d’autres gens. Certainement. Alors si on fait une analyse sociologique du festivalier moyen, je crois que... si vous voulez, je serais curieuse de voir. Il y aura peut-être des enseignants, des spécialistes, enfin des gens qui sont déjà très impliqués. Il y aura peut-être beaucoup de gens de ce genre. » (Émilie) Les premiers éléments de ce mélange sont identifiés à des « milieux plus réceptifs », « des gens qui sont déjà très impliqués » (Émilie). Il s’agit donc de personnes ayant un niveau d’études supérieures, qui exercent une profession intellectuelle (enseignants) et qui ont une certaine connaissance du milieu des arts de la rue (des spécialistes). À l’opposé « les autres gens » sont ceux qui ne sont pas « des enseignants et des spécialistes ». Donc, des personnes ayant un niveau d’études différent ou plutôt inférieur à celui de ces derniers. « Les autres », par déduction, ont des professions autres qu’enseignants ou en lien avec les arts de la rue.

7La représentation de la diversité semble ici fondée sur le regroupement d’éléments différents, opposés et situés à l’extrémité de « l’échelle sociale ». Le public de Viva Cité semble au dire même des festivaliers être constitué essentiellement par « des bobos, des intellos, des enseignants et des spécialistes ».

Différentes générations à Viva Cité, 2007 (collection M. Sizorn).

8Pour les spectateurs, la diversité n’est pas strictement abordée par rapport aux différences liées aux catégories professionnelles mais repose sur d’autres éléments.

9Ainsi, alors que la question de la catégorie d’âge n’était pas une thématique posée dans les entretiens, elle a souvent été spontanément abordée par les festivaliers. C’est plutôt à la question « que pensez-vous des gens, de l’ambiance ? » qu’ils évoquent un mélange intergénérationnel, ou pour le dire avec cette enquêtée qui, mère célibataire, 38 ans, vient au festival avec sa fille de 4 ans : « Tout est mélangé. Y a tous les âges : y a des papis, y a des mamies, des papas, des mamans, des copains, des enfants [...]. Enfin, c’est bien quoi. » (Aude) Les festivaliers parlent d’une manifestation ouverte à tous les âges. Mais de quels âges parle-t-on ? Quand des termes tels que « vieux » et « jeunes » sont évoqués, de quels « vieux » et de quels « jeunes » s’agit-il ?

10Il n’est pas rare d’entendre des personnes âgées, en tout cas qui se définissent comme telles, dire que le festival attire et intéresse les jeunes. Le contraire est vrai : des jeunes qui se disent jeunes, adolescents, parlent en caricaturant l’image de la manifestation de « Viva-personnes-âgées ». Nicolas, 15 ans, habitant de Sotteville-lès-Rouen, affirme que « c’est pour les personnes âgées ce type de rendez-vous. Il n’y a rien pour la jeunesse. Il n’y a que les ballons, mais bon, c’est pour les petits. Pour les 15-25 ans il n’y a rien ». Les jeunes, comme c’est le cas ici, sont identifiés à la catégorie 15-25 ans. On parle alors de « jeunes lycéens », des « ados », des jeunes qui « viennent comme à une sortie... comme ils vont en boîte » (Gaël). Quant aux personnes âgées ou « les vieux » pour reprendre l’expression de certains festivaliers, ils sont définis par leurs apparences, « je me souviens avoir vu des gens justement dans la rue qui étaient des petites mémères, des petits pépères » (Chantal), par leurs goûts, « les vieux, c’est pas ça... ils vont aller voir Alain Barrière au Zénith » (Gaël), par l’usage qu’ils font du festival, « ils viennent pour être entre eux » (Ambroise). La référence à l’âge, dans ce cas, est vague et n’est pas récurrente dans les entretiens. Les personnes âgées, quand certains font allusion à l’âge, sont celles qui ont plus de 50 ans. Entre ces deux catégories d’âge, le public est « plutôt familial » comme l’affirme Daniel : « On voit des enfants, on voit des familles donc les parents. »

  • 3 Étude de Sondage – communication et perspective (SCP) réalisée en 1998 sur un échantillon de 305 p (...)

11Les festivaliers présentent donc l’événement comme un espace ouvert à tous « du plus petit au plus grand ». L’enquête quantitative réalisée en 19983 révèle que 7 % des personnes interrogées ont moins de 20 ans, 21 % ont entre 20 et 29 ans, 25 % entre 30 et 39 ans, 31 % entre 40 et 49 ans et enfin 16 % ont plus de 50 ans.

12Mais l’âge n’est pas le seul ingrédient de ce mélange décrit dans les discours. D’autres éléments viennent renforcer l’image d’une manifestation regroupant des individus différents par leurs lieux de résidence et leurs connaissances du festival et des arts de la rue.

13Il est donc question dans les paroles d’une autre différence posée entre les Sottevillais et les autres. Ici, les discours divergent sur l’évidence de la diversité géographique. Certains pensent que le public n’est pas seulement Sottevillais, ni seulement rouennais. Il est aussi cosmopolite : « C’est ouvert à tous et international. » (Aude) Les moyens de diffusion de l’information et de publicité se sont développés, sont plus nombreux, et certains sont reconnus tant au niveau national qu’international (journal télévisé sur France 3, magazine Télérama), ce qui donne à cete manifestation un rayonnement au-delà des frontières. Et de ce fait, il attire un public diversifié géographiquement. D’autres trouvent que le festival ne peut être considéré comme un rassemblement de tous les Sottevillais. Certaines représentations insistent sur la concentration des spectacles au centre (Bois de la Garenne et les rues proches de celui-ci).

14Un dernier mélange est enfin perçu par les festivaliers entre habitués et néophytes, comme le précise cet enquêté : « Tu as quand même pas des gens qui arrivent par hasard dans le festival, enfin ça peut mais c’est à la marge, mais ça je pense que ça peut exister à certains endroits. » (Luc) Les premiers sont considérés comme des « fidèles » mais pas spécialement avertis, comme l’indique Chantal : « Des gens très simples qui sont là. Qui sont des fidèles quoi je pense... je pense que cette espèce de mélange il continue à s’opérer. » Ils peuvent être aussi « des passionnés », « des gens plus avertis » : « Le dimanche c’est peut-être plus... les gens plus avertis [...], le soir je pense que c’est des gens vraiment... des gens qui connaissent [...], je pense que c’est plus des passionnés enfin » (Daniel). Les néophytes, quant à eux, sont identifiés dans les discours comme « monsieur Tout-le-monde », c’est-à-dire « des gens qui viennent par curiosité même si ça les intéresse pas du tout à la base » (Daniel). La différence est ici fondée sur la connaissance du festival et des arts de la rue, mais aussi sur le rapport à l’offre culturelle et artistique. Les festivaliers sont donc, comme le montrent les entretiens, en grande partie des habitués. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont tous impliqués et avertis.

Les non-dits de la diversité

15Pour parler de la diversité, les festivaliers ont évoqué ou plutôt ont fait allusion à certaines différences comme celles entre jeunes/vieux, locaux/autres, initiés/néophytes, « bobos, intellos »/« gens très simples », « enseignants, spécialistes »/« autres ». Mais d’autres éléments, convoqués habituellement pour décrire le public, ont été absents dans les discours, éveillant, de fait, nos questionnements.

  • 4 Ann Oakley, Sex, Gender and Society, Londres, Maurice Temple Smith, Ldt, 1972.

16Ce qui nous a interpellé tout d’abord, c’est la quasi-absence de toute référence au genre4, au mélange entre hommes et femmes alors qu’il constitue un des premiers éléments souvent employés, dans les enquêtes par sondage, pour décrire les comportements culturels. S’agit-il d’une évidence, un allant de soi ? Les arts de la rue regroupent-ils hommes et femmes sans différenciation ou sur-représentation des uns et des autres ? La diversité dans les arts de la rue peut-elle n’être fondée que sur les catégories socioprofessionnelles ? Autrement dit les discours politiques sur la démocratisation de la culture et la question de la gratuité ne font-ils pas oublier aux festivaliers d’autres différences aussi importantes, à notre sens, et constitutives de la diversité ?

  • 5 Dans l’enquête de 1997 sur les pratiques culturelles des Français dirigée par Olivier Donnat, 56 % (...)

17Dans tous les cas, les enquêtes par sondage5 confirment la présence d’hommes et de femmes dans les spectacles des arts de la rue avec des pourcentages relativement semblables.

  • 6 Entre ces deux catégories, 56 % avec un CAP-BEP, 59 % avec un BEPC et 69 % avec un bac déclarent a (...)

18Par ailleurs, ces mêmes enquêtes révèlent d’autres différences que les festivaliers ont énoncées vaguement. Il s’agit d’abord du niveau d’études. Selon l’enquête de 1998, 51 % des personnes interrogées ont un diplôme du supérieur, 31 % du secondaire. Nous remarquons ici qu’aucune référence n’est faite à des personnes n’ayant aucun diplôme. L'enquête d’Olivier Donnât révèle que 39 % des Français n’ayant aucun diplôme ou le CEP déclarent avoir été à un spectacle de rue au cours de leur vie, contre 75 % ayant un niveau d’études supérieures6. Concernant la question des professions, l’enquête de 1998 sur les festivaliers de Viva Cité montre que 45 % des festivaliers ont une profession de cadres, cadres intermédiaires ou commerçants, 28 % sont employés ou ouvriers, 21 % sont inactifs et 6 % retraités.

Poussette et vélo au spectacle, 2005 (collection P. Roland).

19Par ces quelques chiffres, nous avons voulu illustrer les différences non dites ou dites vaguement. Il ne s’agit pas de décrire le public de Viva Cité à travers une démarche quantitative. D’ailleurs, répertorier ces quelques différences, c’est avant tout une autre manière de donner à voir un tout. C’est aussi montrer ce qui dans les paroles relève d’une diversité perçue (réelle) ou d’un désir du divers.

Entre désir et perception de la diversité

20Le désir de voir un public diversifié à Viva Cité est repérable dans les discours. Ce qui amène à se demander si la perception d’une hétérogénéité n’est pas aussi l’effet d’une projection de ce désir.

Une diversité vécue

21Si la diversité décrite dans les discours est avant tout perçue, c’est parce qu’elle est aussi vécue. Autrement dit, certains festivaliers disent la diversité à partir de leur expérience personnelle. Les représentations qu’ils ont de Viva Cité et aussi d’eux-mêmes se posent comme obstacle à la découverte de la manifestation.

22C’est le cas de David qui nous dit : « Avant je ne m’intéressais pas du tout à ce genre de chose-là, moi, j’étais plutôt... comment dire ?... pas un ancien gosse de banlieue, ce n’est pas ça, qui s’intéresse que à la moto, la mobylette, la french-music, etc., c’était un petit peu entre les deux [...] et donc, je m’intéressais pas du tout à ce genre de chose-là. C’était très, très loin de moi, quand j’étais plus jeune et, limite, m’intéressait pas du tout, c’était nul pour moi. » Viva Cité est présenté comme une manifestation, un endroit fermé regroupant une certaine catégorie de personnes comme dans ce cas les « babs » qui « boivent de la bière, les gosses traînent, [...] restent très tard, jusqu’au dimanche soir très tard... sachant qu’ils travaillent le lendemain ». Le festival correspond ici à un « bordel organisé »à l’image de ceux qui sont censés le fréquenter – ce qui n’est qu’une représentation parmi d’autres. Un autre enquêté, Basile, précise : « Je pensais que c’était carrément... une espèce de fête, à moitié, je voyais ça à la limite du patronage, je ne sais pas pourquoi, je voyais ça vraiment un petit truc, [...] une sorte de patronage, je voyais ça comme une sorte de grande kermesse en fait, pour moi, c’était ça, ce truc-là, Viva Cité [...] c’est le genre de fête où moi, je suis allé quand j’étais gosse, genre les kermesses scouts, ces machins-là, tu vois, en fait c’est pour ça que ça m’est venu comme ça de dire ça, oui, c’est aussi pour dire que je pensais que ça avait un côté vachement... et vachement propre et politiquement hyper correct, pas de débordements, pas de fantaisies. »

23Une fois à Viva Cité, ces festivaliers découvrent une autre image de la manifestation. Elle ne se résume plus en un rassemblement homogène, un regroupement d’individus adhérant aux mêmes valeurs. Au contraire, des différences se donnent à voir, ou pour le dire avec David : « Bref j’y suis allé la première année pour lui faire plaisir. Et puis... ça m’a pas déplu... Et puis finalement de voir toutes ces têtes différentes... j’ai trouvé ça rigolo, sympa, de voir autant de gens différents... Qu’il n’y avait pas que des babs [...] puis au final, quelque part, je pense que je me suis reconnu un peu dans la foule. Je pense qu’il y avait sûrement des gens comme moi, qui venaient juste pour voir mais qui avaient leurs principes, forcément on a tous des principes. »

24La manifestation qui semblait au départ comme un milieu fermé se dit alors comme un moyen d’ouverture à d’autres univers : « Et puis moi, je trouve que... ce genre de festival-là, ça... en plus que ce soit beau, que ce soit différent, je crois que ça peut aider certaines personnes à s’ouvrir à la société et pas se renfermer sur une société banlieusarde, d’HLM, de groupement de quartier, etc. » (David). Elle est aussi l’occasion d’accepter les différences des autres mais surtout d’assumer sa propre différence. L’enquêté parle d’ailleurs d’une « thérapie » lui permettant de mieux accepter le regard des autres et leurs jugements.

Le désir d’« atteindre les autres »

25Outre l’affirmation d’une diversité perçue ou « vécue », les discours révèlent les limites de tous ces mélanges évoqués dans les parties précédentes. Et si la manifestation est « ouverte à tous », sa vocation démocratisante est souvent mise en question, faisant apparaître par là même un désir d’« atteindre les autres ». Alors comment ce désir se manifeste-t-il ? De quels « autres » parle-t-on ? Et surtout comment les atteindre ?

26Tout d’abord, questionner la diversité sociale, c’est avant tout une manière de se demander comment rendre la manifestation plus accessible à tous. Le public semble se composer en grande partie de cadres, d’employés et de professions intellectuelles, comme le précise Lucie : « Alors c’est un public quand même, ça descend pas massivement de Château-Blanc par exemple, non ce n’est pas vrai. Mais ça vient d’un peu partout quand même. C’est un pôle sur l’agglomération. Moi, je dirais que c’est le milieu employés, cadres moyens, un peu de toute l’agglo qui viennent... Les Sottevillais, peut être ceux qui habitent juste autour, mais j’ai vu beaucoup de Sottevillais par exemple regarder la télé, on les voyait depuis chez eux alors que le spectacle était dans la rue... Je rencontre très peu de gens de mon quartier, donc le quartier, des gens de Château Blanc ou des gens, des familles venues de toutes communautés, etc. » La gratuité, qui est souvent désignée comme moyen d’ouverture à cette offre culturelle, semble ne pas attirer « les autres » qui ne sont ni des cadres ni des intellectuels. « Les autres » ne sont pas impliqués dans le milieu des arts de la rue. Ils sont moins réceptifs. D’où le désir de les atteindre, qui se traduit parfois dans les termes de l’obligation et de la nécessité : « Finalement... il faudrait pouvoir atteindre les autres aussi. Il faudrait pouvoir atteindre les autres... » (Émilie).

27Ce désir de toucher, d’avoir un effet sur les autres se manifeste aussi à travers toutes ces propositions que les festivaliers formulent en mot, afin de les « amener », mais aussi de les « impliquer ». Certains festivaliers parlent d’une « éducation populaire » qui doit être progressive à travers Viva Cité et ses spectacles comme le précise Émilie : « Je crois que là, l’option de trouver des représentations pas du tout agressives, très [...] qu’on sert à distance comme les canapés. Les canapés, tout ça, c’est bien je trouve. » L’artistique-questionnant est ici mis de côté pour laisser la place à d’autres usages plus « simples » qui ne questionnent pas la réalité vécue, comme la détente, loin du stress quotidien : « [...] mais on est tellement stressés... Il y a tellement de choses... C’est aussi bien de faire un truc un peu... accueillant et là peut-être qu’il y a plus de gens qui peuvent venir » (Émilie). Les canapés et les fauteuils disposés un peu partout dans le bois sont des moyens d’accueillir, d’introduire et d’initier progressivement sans « rebuter ». Assis sur ces fauteuils, les festivaliers ne sont pas « complètement dedans mais quand même pas en dehors ». Viva Cité doit donc attirer ses futurs festivaliers, les « séduire » par les « pétarades », le bruit des « gros trucs » : « Donc je dirais qu’ils sont presque forcés par moments parce que y’a les pétarades... Mais ce qu’il y a de bien c’est que... en fait ils sont séduits quoi... ça les, ça les attrape, ça les chope, ça les... ça les amène à venir. » (Chantal). Les spectacles doivent aussi être adaptés pour ne pas choquer : « Parce que parfois on a des spectacles un peu rudes, un peu... qui évoquent la barbarie et tout ça... ça peut peut-être rebuter les gens. Alors comme ils sont un petit peu plus habitués à des choses un peu plus... doucereuses ou des choses comme ça que délivre la télé, peut-être qu’ils sont moins agressés par ce genre de représentation. En plus, si y a un petit coeur rose... un lit à baldaquin blanc ou des choses comme ça. » (Émilie). Ce sont donc, selon certains festivaliers, de « petites choses » dont les festivaliers non initiés ont besoin.

28Outre la prise en compte des facteurs sociaux d’accès à la culture pour atteindre « les autres », les festivaliers parlent aussi d’« apporter » les spectacles aux futurs participants. Certes, Viva Cité est déjà une manière de réduire la distance entre l’offre culturelle et les habitants : « Je suis sûre qu’il y a des gens, ils passent comme ça, ils habitent dans les immeubles en face, ils regardent et ils font : ah tiens, je vais aller voir, j’y vais et... en plus c’est pas payant, je vais te dire, ils rentrent et voilà et c’est [...] oui c’est apporter... le spectacle aux gens, et en même temps, les gens... viennent le voir et donc ça apporte [...] aux spectacles. » (Daniel). Il s’agit pour certains d’apporter les spectacles dans d’autres quartiers de la ville, comme le précise Nicolas : « Cela devrait être un événement rassemblant tous les habitants de la ville, mais ils concentrent leurs activités sur le centre-ville plutôt que de les extérioriser pour que tous les habitants puissent participer à ce rassemblement. »

29Toujours dans ce désir d’atteindre les autres, les personnes interviewées questionnent l’organisation et les moyens employés pour amener d’autres publics : « [...] si les politiques de la ville voulaient amener plus de personnes, ou ceux qui s’occupent de ça, je ne sais pas moi comment ça se passe ? » Ils essayent de chercher les bons moyens, donnent leurs conseils et point de vue : « [...] il faudrait, à mon avis à moi... il faudrait qu’ils montrent aux gens, comment dire ?... aux gens un peu trop carrés dans leur vie, mais qui s’intéressent, trop carrés et pas à tout ça, il faudrait qu’ils arrivent à leur montrer que, je sais pas, qu’ils peuvent venir, mais je ne sais pas de quelle façon... les gens, oui, peut-être. Moi, je crois que, un slogan comme“l’ouverture à la vie”, tu vois [rires]... tu vois, un truc comme ça. » (David). On voit ici comment certains festivaliers expriment en mots le désir d’impliquer les autres, souhaitant que le festival puisse être l’occasion d’accroître encore la diversité des publics. De fait, le rôle des organisateurs est mis en évidence pour atteindre cette hétérogénéité idéale.

La fabrique du divers

30Dans les discours, le public est, pour certains, diversité. Celle-ci est exprimée à partir d’une perception, une vue générale et globale de cet ensemble d’individus présents à Viva Cité. Elle est exprimée aussi à travers un vécu : c’est faire de sa propre expérience une preuve de la mixité sociale. Pour d’autres, il s’agit d’une diversité sociale illusoire. Le public de la manifestation est constitué de certaines catégories socioprofessionnelles et le devoir d’impliquer les autres s’impose.

31La pluralité perçue et désirée émane d’un autre « divers », qui est celui des spectacles, des lieux, de la liberté d’accès à ces derniers, de la gratuité, de la proximité des artistes. Et elle traduit un désir de rencontre, de sociabilité et de partage.

La diversité à sa place

  • 7 Exception faite de l’Atelier 231.

32La perception de la manifestation comme un rassemblement d’individus d’origines sociales et culturelles différentes découle tout d’abord de l’organisation de l’espace où se déroule le festival. Le Bois de la Garenne, les rues de la ville constituent des espaces publics auxquels chacun a librement accès. Ces lieux sont ouverts7, non limités et par conséquent ouverts à « tous » en apparence. L’absence de pratiques discriminantes de l’espace comme des barrières qui réglementent l’accès aux spectacles ou la répartition inégalitaire des spectateurs devant une œuvre met en cause l’existence de tout système hiérarchique et ségrégatif des festivaliers. Le Sottevillais, le touriste tout comme le simple passant peuvent accéder à tous les spectacles sans restriction. D’ailleurs, dès que les spectacles se déroulent dans des lieux fermés et à un nombre de places réduit, les festivaliers évoquent une sorte de discrimination comme le précise cette enquêtée : « Y’a aussi quelque chose, quelque chose de aberrant cette année, c'est que on a dû faire la queue pendant longtemps pour certains spectacles, ils nous ont fermé le portail devant le nez en disant c’est fini, y’a trop de monde déjà. Ça, j’avais jamais vu ça. Avant y’avait toujours de la place quoi. On pouvait toujours se pointer, s’agglutiner, se... là c’était comme quand on va aux spectacles, au théâtre à un endroit fixe... puis on vous dit non y’a plus de billets quoi. Et alors là pour moi c’est... l’anti-Viva Cité [...]. Je me souviens d’ailleurs que ça a pas mal râlé... devant... devant les grilles là-bas... justement sur le... l’espèce d’élitisme ou je ne sais pas quoi. » (Sabrina).

33Cependant, si Viva Cité est facile d’accès et offre un espace de libre circulation entre les œuvres, C’est surtout grâce à ses conditions matérielles d’accessibilité. S’exprimant sur leurs motivations, les festivaliers mettent en avant la gratuité de l’offre : « C’est pas payant, tout le monde ne peut pas se permettre... d’aller voir des spectacles, c’est vrai que y a des familles qui ne peuvent pas se le permettre, donc là d’avoir l’opportunité d’avoir... un spectacle comme ça de rue avec toutes sortes de différents spectacles, je trouve que c’est bien. Oui, mais le fait que ce soit gratuit, moi je trouve que c’est bien. Ça donne la chance à tout le monde. » (Aimé).

34En opposition aux spectacles de salle dont on paye l’accès, le festival place les spectateurs en situation de gratuité, les fait sortir du rapport marchand et des réflexes de consommation qui l’accompagnent comme l’explique Fleur : « Dans la rue, quand on se balade et puis on regarde, enfin je ne sais pas, un truc bête, on regarde toutes les vitrines, on se dit : Oh j’aimerais bien avoir ça mais je ne peux pas l’acheter, c’est trop cher. Alors que là, on se balade, on voit tout et y a même pas à acheter, y a juste à regarder, et c’est beau, regarder rien de plus, y a pas besoin de payer tout le temps, tout le temps. »

35La gratuité, selon certains festivaliers, ouvre ainsi ces moments de création à un éventail très large de personnes. Elle permet à l’étudiant, à l’ouvrier, aux familles nombreuses de découvrir et d’appréhender « des arts » et une « culture » qualifiés de « chers ». La manifestation sottevillaise suscite le désir de voir se diffuser une culture gratuite, abondante, d’accès direct.

  • 8 Voir www.artmaniaque.com/article.php3

36Outre la gratuité, les spectateurs choisissent au sein d’une offre diversifiée. Pendant trois jours et deux nuits, les arts de la rue dans toute leur diversité (arts plastiques, théâtre, danse, cirque, musique) se donnent à voir dans le Bois de la Garenne et les rues de la ville. Pour l’édition de 2005, 400 artistes, 21 compagnies dans le in et 40 dans le off permettent une certaine diversité dans la programmation8. La multiplicité des pratiques artistiques dans le festival et aussi au sein d’un même spectacle (petit, grandiose, in, off, etc.) touchant toutes les générations offre une multitude de choix selon les goûts de chacun.

  • 9 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).

37La proximité des artistes est également un autre élément qui produit la diversité. Dans l’expérience du festivalier, être proche des artistes et participer à certains spectacles, c’est avant tout être acteur à son tour. Le spectateur, à côté de l’artiste, avec l’artiste participe de l’événement et ce faisant contribue à construire, selon l’expression de Becker, « le monde des arts de la rue »9. L’échange et le contact n’effacent pas seulement la barrière entre artiste et spectateur mais atténuent aussi les différences liées à leurs statuts respectifs comme le dit Jacques : « Le spectateur peut se sentir acteur... Je me suis fait inviter dans l’arène, ils m’ont expliqué la mécanique de leur spectacle, et c’est ce qui est bien. C’est quelque chose que l’on trouve de moins en moins de se faire inviter par des gens pour qu’ils nous montrent ce qu’ils font. C’est la mondialisation, le commerce. Là, on va vers l’humain, on est curieux, on lui demande ce qu’il fait et non pas “je suis cela et j’ai cela”. »

Désir de rencontres et d’échanges divers

38Nous voyons alors s’exprimer un désir d’atteindre les autres, un désir de diversité qui révèle d’autres aspirations comme la rencontre et la diversité des échanges qu’elle génère. La rencontre comme déclencheur de présence étant déjà abordée dans les parties précédentes, nous nous intéressons ici au « divers » perçu dans les rencontres et les échanges. À Viva Cité, on peut rencontrer des personnes connues, certains membres de la famille, des camarades, des voisins, des collègues de travail, etc., « c’est un lieu qu’on est... quasiment sûr de rencontrer des gens qu’on connaît, donc c’est sympa... Ça fait partie des plaisirs du festival, on se balade et on rencontre des gens ici... Des gens qu’on n’a pas forcément l’occasion de voir dans d’autres circonstances ou comme des collègues qui sont sur des sites un petit peu éloignés. Non, non mais c’est vrai c’est sympa » (Élodie). Quelles soient des rencontres attendues ou inattendues, elles ont en commun le fait d’avoir lieu dans d’autres contextes, dans d’autres circonstances bousculant un peu l’ordre des choses et des relations. C’est aussi l’occasion de voir les autres et de découvrir les rapports autrement.

39La rencontre et l’échange sont des incitateurs de présence, permettant à certains de sortir de leur solitude : « Ah ici, je viens chercher un peu d’ambiance, [...] Là, je suis venue toute seule. J’aime bien la compagnie, vous voyez ? Je vous ai aperçue j’ai dit : “On va discuter”. Ça me fait du bien. J’aime bien parler. » (Sylvie) Le Bois de la Garenne, avant même qu’il soit investi par les spectacles est d’ailleurs un lieu de rencontre : « [...] et quand j’ai perdu mon mari, je suis venue le matin dans le bois, y’avait personne, pour passer ma solitude, vous savez ? C’est triste. Alors là, j’ai fait la connaissance d’une dame dont le mari joue aux boules. Elle m’a remonté le moral. Très gentille. Et je commence à me familiariser avec d’autres gens, même un ou deux voisins que je connais, qui viennent jouer aux boules, là, l’après-midi. » (Sylvie) Et il demeure un lieu de rencontre dans les mémoires ; des rencontres « extraordinaires » avec des personnes différentes dans des lieux et des moments différents de ceux du quotidien : « À l’époque, j’étais seule, et je me revois dans le Bois de la Garenne et je faisais trois pas et je rencontrais du monde. C’était tellement extraordinaire comme situation que je me souviens avoir noté le nom de ces personnes sur le programme. À la fin du festival, j’ai compté le nombre de personnes, et j’ai constaté que j’avais fait des bises à cinquante personnes différentes. C’était quelque chose de fabuleux, parce que j’avais passé un moment extraordinaire de rencontre, un moment de rencontre avec des amis, et avec d’autres qui le sont un peu moins. » (Flora)

40Viva Cité est également un moment de retrouvailles des anciennes connaissances, aussi bien que des nouvelles rencontres : « Je retrouve des gens que je ne vois que là-bas, ça c’est clair. Des anciens élèves par exemple, ça j’en retrouve des palanquées là-bas. Mais ça m’est aussi arrivé de... en fait d’échanger avec des gens qui étaient sur place quoi. Euh... bon ça va pas devenir des amis, mais il y a quelque chose de... de fort quand même au niveau du partage justement de la joie. » (Chantal) D’autres partages sont aussi rendus possibles. La proximité des artistes et des spectacles donnent lieu à des rencontres nouvelles, différentes de celles des cadres « traditionnels » : « Y a plus de proximité, c’est sûr, [...] on peut discuter un peu avec eux... C’est plus interactif. Y a des spectacles qui sont très interactifs, qui sont très participatifs, qui font danser les gens, qui font... donc c’est une interaction à la fois autour du spectacle puisqu’on peut rencontrer les artistes et puis pendant le spectacle... Puis même on est parfois partie prenante, on est pris dans un cortège ou un... on va nous inviter à danser ou... à chanter, c’est quand même... c’est un peu ça, le propre des arts de la rue, c’est le côté... partie prenante quand on est public, quoi. » (Jean).

41Toutes ces rencontres ont pu avoir lieu grâce à un ensemble d’éléments. D’abord, l’organisation et l’aménagement de l’espace offrent « des pôles de rencontres possibles », comme les canapés, les espaces de restauration, de maquillage pour les enfants, etc., pour le dire avec Marie : « Du point de vue de l’aménagement, des pôles de rencontre possibles, les canapés dans l’espace, enfin voilà, c’est plein d’endroits possibles de rencontres... » Ce sont aussi, la disponibilité et la disposition des festivaliers à l’échange et au partage qui favorisent les rencontres : « C’est un endroit où on est apaisé, je dirais. Y a pas de tensions, y a pas de tout ça. » (Aude).

42Outre le désir de rencontre, il y a un désir de retrouvailles : retrouver des personnes mais aussi des liens. Le festival offre la possibilité de venir en famille et de vivre l’événement ensemble : « Je suis donc venue montrer aux petits ce que c’était, car maintenant j’habite à Petit-Quevilly. Comme la distance n’est pas très grande, j’ai pensé qu’il était intéressant de venir leur montrer Viva Cité. » (Catherine) Pour certains festivaliers, Viva Cité, en comparaison d’autres festivals ou spectacles en salle, offre un cadre favorable pour les sorties en famille. Les parents peuvent assister aux spectacles tout en étant avec les enfants, et les poussettes qui trouvent leur place autour d’un spectacle en sont un exemple. Le partage de l’événement avec les enfants est parfois l’une des principales motivations de la sortie, « et puis faire plaisir aux enfants surtout parce qu’on est là pour ça » (Geoffroy).

43Ainsi le festival répond au désir de se retrouver ensemble, en famille mais aussi en groupe, entre amis comme le dit Jean : « On a vécu... quand même quatre ans à Rouen donc... c’est un peu le... Viva Cité c’est un peu le rendez-vous pour retrouver les copains de Rouen. »

44À l’image des rencontres qui sont diversifiées, le partage de l’événement prend aussi plusieurs formes. Il s’agit de moments vécus avec des personnes connues et inconnues, dans différents lieux comme le précise Chantal : « Ça peut être dans les espaces de convivialité quand on va boire un pot, quand on va se restaurer un peu... Et donc là, c’est sûr que quand il y a des choses comme ça qui sont surprenantes... je ne sais pas moi, j’ai envie de demander aux gens ce qu’ils en pensent. Moi j’aime bien échanger comme ça. »

  • 10 Michel Maffesoli, Au creux des apparences, pour une éthique de l’esthétique, Paris, Plon, 1990.

45On voit ici comment s’exprime le désir de rencontrer et de se retrouver autrement. Le festival est donné à voir comme un lieu de partage d’une sensibilité : « Mais c’est agréable de savoir, en tant que spectateur, qu’il y aura des contacts, des échanges de paroles, de gestes... » (Flora). Il est aussi un moment de « l’être ensemble » : il répond au « besoin de reliance » selon l’expression de Maffesoli, autrement dit c’est à travers cet « être avec les autres » qu’on a confiance dans le monde que l’on partage10.

  • 11 Claude Rivière, « Ethnocentrisme », dans André Akoun, Pierre Ansart (dir.), Dictionnaire de sociol (...)

46Tous ces discours sur le divers ne sont-ils pas aussi une forme de perception ethnocentrique, c’est-à-dire « la tendance à faire de son groupe d’appartenance le seul modèle de référence » et aussi de sociocentrisme qui est « l’attitude consistant à considérer la société dont on fait partie comme le modèle à partir duquel on juge les autres »11 ?

47Il ne s’agit pas ici d’employer l’ethnocentrisme sous ses formes extrêmes, ni le sociocentrisme que rencontre le sociologue exposé au risque permanent de prendre pour modèles les normes et les idéologies de sa communauté, de sa classe sociale, de sa nation ou de sa religion dans l’étude de la société. Nous nous appuyons ici sur ces concepts pour interpréter le sens que les festivaliers ont attribué à la diversité. Nous parlons d’ethnocentrisme dans la mesure où les festivaliers ont dit la diversité à partir de la perception de certaines différences auxquelles ils ont été plus attentifs. C’est le cas, tout d’abord, de ces festivaliers qui affirment la présence dans la manifestation de personnes différentes d’eux-mêmes. Prenons les exemples, que nous avons évoqués plus haut, des jeunes ou des personnes âgées qui ont décrit le public du festival à partir de leurs classes d’âge. C’est le cas aussi de certains festivaliers qui considèrent que le public de Viva Cité est composé essentiellement de cadres et d’enseignants en se référant à leurs propres catégories socioprofessionnelles. Autrement dit, ce sont parfois des enseignants qui évoquent les limites de la mixité sociale. Pour ces derniers, le public à Viva Cité est issu des milieux « cultivés », « impliqués » dans la pratique culturelle. L’ethnocentrisme se manifeste également à travers ce que nous avons qualifié de diversité vécue : c’est-à-dire la diversité dite par des festivaliers faisant de leur expérience et de leur présence au festival une des manifestations de la mixité sociale. Ces derniers parlent de la diversité en constatant la présence de personnes qui sont socialement proches d’eux.

48Les festivaliers ont donc parlé de diversité à partir de leurs propres catégories socioprofessionnelles, leurs propres classes d’âge, leurs propres expériences. Et à travers tous ces discours sur la diversité à Viva Cité ont été exprimées d’autres aspirations et d’autres attentes qui ne sont pas sans lien avec la complexité du social dans lequel nous vivons aujourd’hui. Le festival est un moment de « re-création » de soi dans l’appartenance à ce groupe qui est « les festivaliers de Viva Cité ». Il est aussi un lieu de sociabilité où des liens sont créés et découverts autrement. On y vient en famille, en groupe. On cherche le contact et le partage de l’événement. On essaie de recréer la famille, le groupe traduisant ainsi la précarité et la fragilité de ces liens dans les sociétés actuelles.

Suspensions, 2007 (collection M. Sizorn).

Suspensions, 2007 (collection M. Sizorn).

Notes

1 La Relation au public, actes du colloque « Les arts de la rue : quels publics ? », 16-17 novembre 2005, Vic-la-Gardiole, L’entretemps, 2006.

2 Nathalie Heinich, La Sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001.

3 Étude de Sondage – communication et perspective (SCP) réalisée en 1998 sur un échantillon de 305 personnes.

4 Ann Oakley, Sex, Gender and Society, Londres, Maurice Temple Smith, Ldt, 1972.

5 Dans l’enquête de 1997 sur les pratiques culturelles des Français dirigée par Olivier Donnat, 56 % d’hommes contre 49 % de femmes sont allés au cours de leur vie à un spectacle de rue. (dans Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des Français, enquête 1997, La Documentation française, Paris, 1998). Pour l’enquête réalisée sur le public de Viva Cité en 1998, 57 % des spectateurs sont des femmes et elles représentent 65 % des Sottevillais.

6 Entre ces deux catégories, 56 % avec un CAP-BEP, 59 % avec un BEPC et 69 % avec un bac déclarent aller au cours de leur vie à un spectacle de rue.

7 Exception faite de l’Atelier 231.

8 Voir www.artmaniaque.com/article.php3

9 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).

10 Michel Maffesoli, Au creux des apparences, pour une éthique de l’esthétique, Paris, Plon, 1990.

11 Claude Rivière, « Ethnocentrisme », dans André Akoun, Pierre Ansart (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, Seuil, 1999.

Table des illustrations

Légende Différentes générations à Viva Cité, 2007 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Poussette et vélo au spectacle, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Suspensions, 2007 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

Auteur

Doctorante en STAPS
Membres du laboratoire CETAPS, EA 3832, université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search