Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Troisième partie : le festival comme totalité signifiante

Le festival comme totalité signifiante

Texte intégral

1Viva cité n’est pas simplement un tout qui contient des spectacles : le festival se met en scène lui-même, dans une ville qu’animent d’autres activités. Au bar-tabac, des habitués se trouvent intégrés au déroulement d’une pièce : le festival fait du quotidien une expérience ambiguë, qui soudain participe d’une sorte de théâtralité généralisée.

2Néanmoins, parce qu’aucun des présents n’est vierge de toute culture, l’événement n’est pas reçu comme une nouveauté absolue. Les gens ne sont pas totalement déroutés par ce qui advient. Leurs attentes dévoilent des références et des valeurs qui sont « connues » de tous, c’est-à-dire qui, si elles ne sont pas partagées par tous, puisent à une réserve commune de significations « historiquement disponibles ».

3En cela la manifestation cristallise nombre d’attentes contemporaines. Quelles sont-elles ? Pour mieux les voir, et par là mieux comprendre ce que les gens font du festival, la partie qui suit procède en quatre temps. Par l’analyse du regard porté sur les créateurs et la création, on précise d’abord ce qui aujourd’hui est attendu des artistes, et ce que leur médiation cristallise. Partant de ce que les gens perçoivent des différences sociales qui traversent « le » public de Viva Cité, on comprend ensuite comment le festival répond à une demande globale de « faire société ». Par ce qu’ils disent de la gratuité, les gens témoignent aussi de notre rapport à la vie commune, et permettent de questionner le sens et la place des politiques culturelles en démocratie. Moment joyeux, coloré et parfois bruyant, Viva Cité donne accès, enfin, à l’exploration de la manière dont le ludique et le festif intègrent aujourd’hui la vie sociale, que nous développerons de façon plus approfondie dans la conclusion.

4Alors, s’il bouscule les repères de la vie commune, s’il s’approprie le territoire du quotidien, dans quelle mesure le festival intervient-il dans la genèse, la transmission et les motivations du comportement social ?

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search