Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : au contact des spectacles

Conclusion

Pascal Roland

Texte intégral

1Sous l’éclairage des propos des spectateurs de Viva Cité sur les diverses représentations, peut-on effectivement dire qu’ils participent d’une vision du monde spécifique ? Est-ce que la place du spectateur, les modalités d’appréciation des propositions esthétiques et les éléments de définitions allusivement manipulés aboutissent en fin de compte à l’énonciation d’un ensemble congruent d’images sociales ? Comme nous avons pu le relever, plusieurs traits s’inscrivent dans un dessin d’ensemble.

  • 14 Margaret Mac Gowan, L’art du ballet de cour en France (1581-1643), Paris, Éditions du CNRS, 1963.
  • 15 Pour la critique de la masse soumise, voir Edgar Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset et Fasque (...)

2Le premier d’entre eux s’exprime par l’intermédiaire des modes de l’échange. Les interactions attendues avec les spectacles et ses acteurs ne sont plus, même si elles sont encore présentes – mais critiquées –, de l’ordre de la séparation. La scène, le rideau et le parterre, qui assignent des positions et les hiérarchisent14, ne sont plus les instances de la relation théâtrale. C’est bien entendu la spécificité intrinsèque des « arts de la rue » que de sortir de l’espace clos de la salle pour l’ouvrir à d’autres possibles esthétiques. Mais simultanément ils promeuvent un lien qui se veut plus égalitaire, où le « soi » du spectateur ne disparaît pas dans la masse indifférenciée d’un « public »15. En ce sens, sa présence – plus ou moins volontaire, mais finalement acceptée – sur scène, n’est que la mise en acte d’une singularité avec d’autres qui se rencontrent le temps de la représentation. Ainsi l’échange est rendu possible, ou plutôt la perturbation de l’espace « classique » transforme le rapport hiérarchique entre acteurs et spectateurs – entre « donneur » et « receveur » du spectacle –, pour construire une interdépendance dans un rapport qui apparaît plus équitable.

  • 16 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, introduction à l’archétypologie gé (...)

3L’envie d’émerveillement propose une seconde ligne interprétative d’un schéma global. Façonné à partir d’une aspiration au pluriel, d’une opposition entre le gigantisme et le minuscule, et l’attirance du ludique au détriment du « sérieux », ce désir d’« extraordinaire » s’insère de fait, si l’on suit la théorie de Gilbert Durand16, dans une quête d’enfance, réminiscence d’une période idyllique où la contrainte n’est pas ressentie. C’est l’exposition d’un bonheur fantasmé et utopique où l’ensemble des possibles semble ouvert dans l’exacerbation des sentiments.

4Comme on le remarque, ces deux traits se rejoignent dans la proposition d’une utopie de société, dans laquelle les conflits sont euphémisés, les échanges égalitaires et l’ambiance heureuse et protectrice. En cela, les dires des spectateurs sur les exhibitions du festival retrouvent une des finalités de la théâtralité, celle de l’énonciation mythique d’un monde, bien que son système de valeurs diffère du théâtre « classique ».

Encerclés par le public, Mic Mac Compagny, Scottish not dead, 2005 (collection M. Sizorn).

Encerclés par le public, Mic Mac Compagny, Scottish not dead, 2005 (collection M. Sizorn).

Notes

14 Margaret Mac Gowan, L’art du ballet de cour en France (1581-1643), Paris, Éditions du CNRS, 1963.

15 Pour la critique de la masse soumise, voir Edgar Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset et Fasquelle, 1962 ; sur l’expression du « soi » contemporain, voir Jean-Claude Kaufmann, Ego, pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan, 2001.

16 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, introduction à l’archétypologie générale, Paris, Bordas, 1960.

Table des illustrations

Titre Encerclés par le public, Mic Mac Compagny, Scottish not dead, 2005 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 813k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search