Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : au contact des spectacles

Chapitre 5. Un voyage merveilleux

Audrey Bottineau

Texte intégral

1Aller et déambuler au sein d’un festival de rue tel que Viva Cité invite à traverser divers imaginaires, à voyager au travers de différentes visions artistiques. Chacun des participants peut vivre une expérience particulière le temps d’un week-end. Il est possible de remarquer que l’attirance pour ce festival est en lien avec une attente d’émerveillement. Quels sont les divers éléments composant cette recherche du merveilleux ? Quelles sont les justifications mises en avant dans l’appréciation des spectacles exposés ?

2Si l’assemblage de plusieurs pratiques ou techniques esthétiques semble l’initiateur d’un espoir d’étonnement, le choc des émotions ressenties apparaît comme le ferment d’un émerveillement producteur d’un ré-enchantement d’un monde quotidien qui, dans ses fissures, paraît laisser sourdre des éblouissements extraordinaires. Nous allons donc envisager ces différents éléments qui construisent la réception des arts de la rue dans le cadre de ce festival.

Être étonné

3Viva Cité se compose de plusieurs disciplines artistiques : théâtre, danse, musique, cirque... se côtoient ou se combinent parfois au sein d’un même spectacle, rendant alors difficile la classification ordinaire et précise des arts. Marguerite parle d’une représentation où les artistes « font du trapèze avec les fils [...]. C’est un petit peu du music-hall tout autant que du cirque et tout mais pas beaucoup. C’est un mime un petit peu ». Daniel a vu « un mélange de danse et [...] d’acrobaties ». Entremêler des styles amène les visiteurs à se déplacer dans des espaces artistiques dont les frontières sont de plus en plus floues : Daniel aime « bien le côté décalé, c’est pas que du théâtre, c’est pas que... du jonglage, des acrobaties ou... c’est un mélange de tout avec une petite touche d’humour, j’aime bien en général c’est... ce mélange-là que j’aime bien ». Ce nomadisme artistique tel qu’il est développé dans les arts de la rue semble correspondre à une tendance de l’art en général : loin de l’idée d’une pureté disciplinaire, les arts de rue permettent de revisiter la définition traditionnelle de l’art, faisant du métissage une source de créativité.

  • 1 En effet, cherchant à réunir les arts dissociés, le contemporain se rapproche de l’art baroque, en (...)
  • 2 Pascal Roland, Danse et imaginaire, étude socio-anthropologique de l’univers chorégraphique contem (...)

4Une nouvelle palette de possibles naît de ce mélange et crée une forme d’étonnement. Ainsi Jean qualifie le spectacle de « polyvalent » puisque, dit-il, « ce qui caractérise un peu ces spectacles-là, c’est qu’ils sont quand même beaucoup... y a beaucoup d’arts concentrés dans un même spectacle, y a de la danse, y a de la musique, y a de la peinture, y a quand même beaucoup de disciplines qui sont regroupées dans un même spectacle ». Cette recherche de totalité, constante de l’art vivant contemporain, permet de dépasser les classifications habituelles des arts et de l’esthétique1. Cette multiplicité des pratiques artistiques au sein d’un même spectacle offre une grande diversité créative, génératrice de plusieurs registres d’étonnement. Du novice à l’expert, le métissage des arts et la valorisation de la différence sont donc à comprendre en termes d’équivalence de plaisirs : ne pas sélectionner un type d’art mais en entremêler plusieurs, ce qui déplace les modes de réception habituels des productions artistiques. L’étonnement naît de cette diversité et d’une représentation collective qui s’attache encore à dissocier les arts. Comme l’écrit Pascal Roland, « La volonté d’abolition des limites entre les genres du spectacle fait appel, [...] non plus à la discipline en tant que telle, mais [aux] liens tissés entre les divers matériaux sollicités »2. Cette pluralisation des expériences artistiques est créatrice d’une mise à l’épreuve de la sensibilité des festivaliers, chacun ne délimitant plus rationnellement les productions, ou bien l’art et le non-art.

5Certaines installations visent de façon très directe à créer la surprise. Chantal se souvient « avoir vu des choses étonnantes, par exemple une cabine téléphonique en plein milieu du bois de la Garenne remplie d’eau et de poissons rouges ». Le public ressent une ambiance particulière à laquelle contribuent les spectacles « quand il y a des choses comme ça qui sont surprenantes ». Pour Jean, les choses sont « marquantes aussi, [avec] les bonhommes bleus... suspendus à des arbres ». Différences et diversité sont régulièrement convoquées pour interroger les spectateurs sur leur capacité à accepter ce franchissement des frontières entre sens et non-sens, entre acceptable et inacceptable, chacun questionnant ainsi ses propres limites à la tolérance. L’atmosphère recherchée dans le cadre de ce festival est sans doute dans cette promenade paradoxale au contact de « gens bizarres » où on se sent parfois « secoué » (Chantal), « bousculé » (Daniel), et où parallèlement on construit une familiarité avec ce qui semblait originellement étrange et étranger.

6La vocation artistique du festival permet à chacun de s’interroger, parfois jusqu’à voir son intimité profonde questionnée, « quand on voit une oeuvre d’art, une chose qui... même si c’est quelque chose de... une expérience très intime » (Émilie). Cette difficulté à trouver des mots pour expliquer ce qui est ressenti indique à quel point la réception d’une production artistique s’avère être quelque chose d’intérieur, de personnel, et rappelle combien il est difficile de mettre des mots sur une expérience sensible.

Ceci n’est pas un oiseau, compagnie Transe Express, Les Rois Faignants, 2004 (collection M. Sizorn).

L’émotion comme source d’émerveillement

7Si le métissage des arts est source d’étonnement, la « taille » du spectacle trouble également les festivaliers. De l’impression d’intimité avec les artistes, d’un sentiment de proximité à la sensation de dépassement par « le grandiose », car comme l’indique Daniel, il « y a toujours un très gros spectacle. Ça fait un peu grandiose, un peu... spécial », « ça doit être le spectacle le plus impressionnant ». Il en émerge une stupéfaction catalysée par un jeu sur les rapports d’échelle. « Où suis-je ? » semble être le questionnement du spectateur dans l’incertitude de ce qu’il devient, nain ou géant, dans une impression de débordement.

  • 3 Jean-Claude Kaufmann, L’Invention de soi, une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004.

8Au-delà de la tension grand/petit, ces spectacles, constitutifs de la majorité de la programmation du festival, génèrent un univers que l’on peut qualifier de merveilleux. Dans une société revendiquant « l’invention de soi »3, chacun puisera dans les formes qui lui sont proposées le désir de renouer avec le monde féerique de son enfance, où la beauté est centrale pour nous faire accéder à un univers merveilleux : la princesse des contes est belle, le prince est beau et les spectacles, petits et grands, exploitent largement ce registre comme en témoigne Chantal, enseignante, qui vient « partager ce qui est beau ». En lien avec une société en quête d’individualisation, s’inventer comme être original et unique semble possible grâce à ces « petits » spectacles. Chacun se crée alors son merveilleux, son voyage dans un extraordinaire qu’il construit personnellement. Une sensation d’intimité (bien que parfois un nombre important de spectateurs partage ces représentations) est alors soulignée par certains participants. En fait, il s’agit essentiellement de la sensation de faire le choix de ce que l’on va voir, de ce qui nous fait rêver.

Suspensions, 2006 (collection M. Sizorn).

9Pour Chantal, « par exemple, Titanick, c’était vraiment de la grosse, grosse machinerie. Mais j’ai trouvé que la grosse machinerie, elle tuait, elle tuait la poésie ». À travers cette définition négative du merveilleux, liée au gigantisme de certains spectacles, il n’en demeure pas moins que le grandiose participe de l’étonnement et de la construction d’un autre monde. Malgré ces critiques et au vu du nombre de spectateurs présents pour ces spectacles, une forme de merveilleux semble se construire, emmenant les participants dans un imaginaire lointain. De plus, si cette opposition grandiose/petit semble répondre à des conventions standards de spectacles de rue, il n’en demeure pas moins que faire coexister de l’artisanat et de l’industriel peut étonner. En outre, face au constat des difficultés qu’a notre société contemporaine à les faire subsister tous deux à niveau égal, cette cohabitation peut sembler extraordinaire, et créer alors du merveilleux. Enfin, d’une manière qui se veut démocratique, chacun pourra créer de l’étonnement, construire son merveilleux dans l’univers qu’il juge le mieux lui convenir : aller dans la multiplicité de l’artisanat et/ou (puisque les deux peuvent se juxtaposer) dans l’industrie.

10Pour Émilie, « regarder ces méduses qui bougent avec le vent, avec ces espèces de tentacules qui bougent au vent et cætera, moi je trouve ça génial, je trouve ça super d’avoir fait ce genre d’objet et... je suis très heureuse de pouvoir le voir et je trouve que c’est bien parce que ça s’adresse à quelque chose qui est en nous et ça fait vibrer les zones qu’on n’atteint pas autrement ». L’ambiance du Bois durant le festival, ses spectacles, produit des émotions, déclenche une réaction chez chaque spectateur, fonction essentielle, du moins jugée comme telle, de l’œuvre d’art.

De la peur aux rires

  • 4 Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Robert Laffont, 1976.

11Les enfants semblent plus sensibles et en proie à la peur lorsqu’ils se trouvent confrontés à certains univers : Xavier, le fils de Jean et Émeline, explique qu’il a eu peur des échasses il y a quelques années : « Ouais, puis je me tenais contre maman, y avait des grosses voix. » Cette peur a été soulignée à plusieurs reprises, ainsi, la fille de Karine et Geoffroy a eu quelques frissons ; « Elle, elle a quatre ans et demi. Je sais pas comment elle voit ça, pourtant c’était pas effrayant. Mais bon elle a eu peur. » Sans que cela ne soit obligatoirement l’effet recherché, les productions déambulatoires peuvent être inquiétantes, surtout celles qui exploitent le gigantisme. Toutefois, comme dans les contes et récits, la peur est un élément structurant et récurrent. Loin de raviver leurs angoisses, Viva Cité, comme le note Bruno Bettelheim au sujet des contes de fées4, les apaise.

  • 5 Henri Bergson, Le Rire, essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 1993, p. 129.
  • 6 Selon Bergson, on fait de l’humour quand « on décrit minutieusement et méticuleusement ce qui est (...)

12Chez les adultes, de l’amusement au bonheur avéré, les sentiments semblent plus positifs : Marguerite souligne combien un spectacle « était vraiment rigolo », « amusant ». L’humour5 dans les représentations est souvent souligné et ce type de spectacle semble primordial. Jean fait la description suivante : « C’était des gens suspendus, suspendus avec des cordages, alors déjà ils arrivent... c’était vachement marrant, c’est qu’ils savent pas marcher, ils sont sur des... » Le comique de situations est décrit durant les entretiens, soulignant combien il est important pour bon nombre de festivaliers de se changer les idées, notamment en passant par l’humour6. Le rire à Viva Cité est pluriel et s’y côtoient plusieurs figures du comique : des spectacles relevant du second degré à l’éclat de rire franc et direct.

  • 7 Fascicule de programmation du festival 2007.

13Le rire peut être sarcastique, évoquant parfois une critique de la société dans laquelle nous évoluons. Par exemple, le spectacle L’OMC est notre amie, de la compagnie les Tambours battants, fait « rire jaune » par une critique acerbe de notre société. Cette « farce militante », comme elle est qualifiée dans le fascicule présentant les spectacles, est décrite de la manière suivante : « En 30 minutes, les Tambours battants mettent fin à bon nombre de préjugés et vous permettent enfin d’envisager l’avenir avec confiance : les multinationales ne sont pas responsables de la pollution et de la paupérisation du Sud, l’OMC est une œuvre caritative, les OGM c’est fun... »7 Le rire est aussi explosif, relevant plus du comique de situation comme dans les productions clownesques telles que celle de la compagnie Le tennis en 2007, donnant à voir des jongleurs imitant une rencontre sportive. Ils ont remplacé les raquettes par des massues et nous est alors présenté un match étrange, caricaturé voire déjanté. Mais que ce soit la peur des enfants ou ces différentes « couleurs » de rires, ces émotions ont pour fonction de mener l’individu vers un univers décalé du quotidien.

  • 8 David Le Breton, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Payot et Rivages, 199 (...)
  • 9 « La contagion émotionnelle désigne le phénomène de propagation d’une émotion d’un individu à d’au (...)
  • 10 Edgar Morin, L’Esprit du temps, t. 1, Paris, Grasset et Fasquelle, 1962.
  • 11 Gilles Lipovetsky, L’Ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Folio, 1989.
  • 12 Olivier Mongin, Éclats de rire, variation sur le corps comique, Paris, Seuil, 2002, p. 320.
  • 13 Jean Duvignaud, Le Propre de l’homme, histoires du comique et de la dérision, Paris, Hachette, 198 (...)

14Notons que le fait d’entendre des enfants rire par exemple rend le public adulte lui-même plus réactif. « D’une certaine manière, l’émotion est soufflée par le groupe qui attache une importance particulière à certains faits »8, nous expose David Le Breton. Le rire, ainsi, devient alors communicatif parmi plusieurs membres du public et cette « contagion émotionnelle »9 emmène le groupe de spectateurs dans un drôle de voyage. Le public peut alors s’inscrire dans la création de cette ambiance humoristique comme le souligne Chantal : « À chaque fois c’était des gens de Sotteville donc qui étaient... dont les talents étaient mis en valeur par cette troupe des piétons qui nous amenait vers eux à travers cette déambulation assez humoristique. » L’ambiance du festival, si elle ne suffit pas à explorer toute la palette des émotions possibles, est pourtant présente dans les paroles des interviewés, et si le festival n’est pas toujours à la hauteur de leurs espérances, il leur procure toutefois une forme de bienêtre. Est ici interrogée la problématique du bonheur10 : Viva Cité, c’est tout autant vivre ses rêves, rêver sa vie... Le festival peut ainsi représenter une échappatoire et participe au développement d’une société « décontractée »11. « Chacun l’a expérimenté, le rire procure d’autant plus de plaisir qu’il devient moins contrôlable. Plus il décontracte l’esprit, plus il contracte le corps. »12 Rire devient ainsi le « propre de l’homme »13, considéré comme nécessaire afin d’éloigner les difficultés de la vie quotidienne.

  • 14 Antonin Artaud, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1964, p. 195, cité par David Le Breton, op. ci (...)
  • 15 David Le Breton, ibid., p. 286.
  • 16 Ibid., p. 293.
  • 17 Ibid.

15Le rôle du comédien est, en tant qu’« athlète affectif »14 comme le surnomme Antonin Artaud, de donner à voir des émotions et surtout de les faire vivre, par empathie, aux spectateurs. « Le paradoxe du comédien consiste dans cet art de façonner les signes, de faire de son corps une écriture intelligible, afin de déployer à heures fixes les affres de la douleur ou de la jalousie, ou une hilarité à gorge déployée pour une réplique déjà répétée des centaines de fois. »15 Cette « mimesis décalée »16 oblige l’acteur à reprendre des gestes quotidiens dans un contexte qui n’est plus à proprement parler social, les transformant, pour reprendre les termes de Eugenio Barba en « techniques extra-quotidiennes »17. Tantôt bousculé, apeuré, amusé, le spectateur venant à Viva Cité ne reste jamais neutre, impassible devant la totalité des spectacles. L’imaginaire auquel il est invité semble éprouver sa sensibilité.

Des personnages étranges, compagnie Transe Express, Les Rois Faignants, 2004 (collection M. Sizorn).

Stupeur et merveilleux

16Au-delà d’un sentiment d’étonnement, les différentes manifestations peuvent aller jusqu’à bousculer, heurter certains spectateurs : ainsi, quand nous demandons à Marguerite si elle est parfois choquée par certains spectacles, elle nous répond : « Pas trop [...] mais j’avais la dame qui était avec moi, elle avait trouvé que c’était un peu fort, bon alors elle est partie devant. » Le sentiment d’être bousculé, de ne pas avoir à faire à une forme de normalité est un sentiment présent et récurrent pour les spectateurs et promeneurs du festival. Notons que si aucun interviewé ne dit être objectivement scandalisé, il leur est arrivé de voir chez d’autres ce qu’ils ont interprété comme un « choc ». Cette volonté de l’artiste de ne pas laisser indifférent peut parfois faire fuir, en tous les cas déranger. Ainsi, pour Marguerite, l’un des spectacles « était un petit peu osé ». Émilie explique que « parfois on a des spectacles un peu rudes, un peu... qui évoquent la barbarie et tout ça, et ça, ça peut peut-être rebuter les gens. Alors comme ils sont [...] habitués à des choses un peu plus... doucereuses ou des choses comme ça que délivre la télé, peut-être qu’ils sont moins agressés par ce genre de représentation » ces spectacles sont perçus plus « agressifs », « offensifs ». Il semblerait dès lors qu’il faille un public particulier pour apprécier certains spectacles inaccessibles à d’autres spectateurs qui n’ont pas l’habitude d’être ainsi provoqués, perturbés dans leurs représentations du monde et de l’art. Donner à voir une vision « désenchantée » du monde ne semble pas satisfaire bien évidemment tous les spectateurs et ceux-ci peuvent alors rejeter ce type de spectacles. Permettre à l’artiste d’intégrer les rues de la cité implique de sortir des limites sociales de l’art et donc de viser un public peu ou pas habitué à approcher un art qui perturbe.

17Pour ceux qui acceptent de se laisser séduire par ces spectacles aux formes parfois perturbantes, les spectacles « carrés » sont mis de côté au profit « de l’expression... hors norme » (David), permettant de sortir des sentiers traditionnels du spectacle, ou de « l’exploit physique ». Même si Chantal « se sentait agressée, ça faisait plaisir, ça faisait du bien ». Cette virulence est acceptée dans la mesure où les festivaliers n’ont pas la sensation d’être dans la réalité : tout devient possible. Se trouver questionné, bousculé, interrogé : autant d’éventualités offertes par le festival, qui développent le potentiel créatif et imaginatif de chacun afin de regarder la réalité avec un autre œil. Ce sentiment d’être heurté, stupéfié, participe de la formation d’un univers merveilleux, par la surprise de l’inattendu qu’il provoque dans la fulgurance d’un réagencement insoupçonné des éléments de construction du sens.

Le spectacle de rue comme « ré-enchantement » du monde

  • 18 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).
  • 19 Voir « La place du spectateur dans les arts de rue », p. 99-112 du présent ouvrage.

18Daniel « aime bien [...] le côté un peu... fou ». Cette sensation de folie, plusieurs fois abordée durant les entretiens, nous a peu à peu interrogé sur la frontière réalité/fiction. En effet, si le festival se déroule dans un cadre lui préexistant, les spectacles amènent les individus à se sentir ailleurs, à sortir de leur quotidien. Ces espaces investis « autrement » permettent alors une certaine réinvention ou réappropriation de l’ordinaire, destinée à modifier la situation quotidienne de tout un chacun. Pour Emilie, le festival doit « faire vibrer des trucs qui sont intermédiaires entre le tout et le rien, entre... le noir et le blanc, le bien et le mal, quelque chose qui soit ailleurs ». Bref, le festival est une sorte d’entre-deux : entre deux lieux, entre deux temps... faisant appel à l’imagination (ou au rêve) de tous ses visiteurs. Le participant n’est ainsi jamais tout à fait sûr de la réalité qu’il pense voir. Des événements anormaux, voire surnaturels, se déroulent sous ses yeux. Chantal nous raconte qu’il « y avait une vache et son veau à côté de la gare du métro avec l’étable et tout, c’était absolument extraordinaire » ou encore qu’elle a « pris des photos de cette débandade, on voyait des voitures avec des tournesols de deux mètres qui sortaient par les... fenêtres, enfin des... voitures, mais c’était extraordinaire ! » C’est d’ailleurs l’un des motifs utilisés pour inciter les gens qui ne connaissent pas Viva Cité à s’y rendre. Gaël s’est fait conseiller le festival : « Yvan m’a dit : “C’est extraordinaire, faut que tu y ailles.” » Cette faculté à s’évader du cadre de la vie quotidienne est mise en avant par plusieurs habitués de Viva Cité, qu’ils soient ou non habitants de Sotteville-lès-Rouen. Les spectacles font appel à l'imagination de chacun, et concourent à rendre le moment « merveilleux ». La rencontre avec l’extraordinaire interroge le public vis-à-vis du spectacle « habituel ». Dans les représentions communes, traditionnellement, les spectacles ont lieu dans des endroits dédiés, prévus pour accueillir artistes et spectateurs dans les meilleures conditions possibles : des fauteuils confortables, un public réactif mais point trop afin de ne pas gêner la trame de la représentation... Bref, chacun partage des conventions18 en obéissant à des règles strictes communes. Viva Cité permet de remettre en cause ces attendus19 : interactions artistes/spectateurs, lieu de représentation... Les spectacles de Viva Cité incitent à revisiter un certain nombre de règles, en y insérant de l’anormal, du « bizarre ».

Le théâtre chez soi, compagnie Autrement Dit, Délits de façade, 2005 (collection M. Sizorn).

19Comment cette manifestation, en transformant l’espace scénique habituellement alloué aux spectacles à vocation artistique, crée-t-elle une forme de merveilleux ? Comment la vie quotidienne est-elle également donnée à voir sous un angle mêlant ordinaire et extraordinaire ?

Explorer l'ailleurs

  • 20 Jean Duvignaud, Sociologie du théâtre, les ombres collectives, Paris, PUF, 1965, p. 133.
  • 21 Nathalie Heinich, Le Triple Jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit, 1998.
  • 22 Jean Duvignaud, op. cit., p. 52.
  • 23 Observation du spectacle Les Facteurs, création 2001, spectacle théâtral déambulatoire, vendredi 2 (...)

20Les lieux, que ce soit le Bois de la Garenne ou bien les rues de Sotteville, sont transformés pour l’occasion. Ainsi, l’aménagement du Bois pour la manifestation de 2007 avec « des robes de mariées » accrochées dans les arbres crée de l’anormal en y intégrant l’espace commun à la vie quotidienne. C’est l’un des changements proposés par l’art vivant contemporain. « Lieu de répétition et de représentation, la rue devient le point nodal de l’expression chorégraphique contemporaine : par la mise en cause de la centralité du regard, les passants-spectateurs pouvant contourner la représentation à leur guise, et par la transformation de l’espace scénique qu’elle produit. »20 En investissant l’espace existant dans les représentations, l’art s’oriente vers le « citoyen » ordinaire, comme le fait l’art contemporain en général21. L’espace de représentation, ouvert à des possibilités multiples, n’est plus réservé à la scène « rétrécie au “huis clos” étouffant d’une caverne »22, telle que la représente la scène à l’italienne. Ainsi, les rues se transforment en scènes originales. C’est notamment le cas lorsque la compagnie No Tunes investit, en 2004, les rues de la ville avec son spectacle Les Facteurs. Cette production théâtrale déambulatoire, interprétée par deux hommes d’une quarantaine d’années habillés en facteurs, propose de « visiter » autrement la cité. La représentation se construit à partir des réactions des « acteurs malgré eux » et des interactions avec les spectateurs. « Ainsi après avoir sonné à une porte, au hasard, les deux acteurs vont faire la lecture à haute voix d’une lettre à la personne qui ouvre la porte (ou la fenêtre lorsqu’elle se méfie de ce groupe “bizarre” massé devant sa maison). Ce sont des lettres d’amour ou de calomnies, de réclamations... L’étonnement de ceux qui participent (pour certains malgré eux) à cette déambulation est visible »23. Les artistes investissent ici une scène particulière située à la frontière entre espace public et espace privé. Le plus étonnant est que les habitants acceptent de voir leur espace intime investi par le public à l’occasion d’une intrusion physique et/ou symbolique. Ainsi, les spectateurs-acteurs malgré eux ne font plus clairement la distinction entre l’habituellement « montrable » et le « montré », faisant de la vie de tout un chacun un spectacle. Ils se fondent ici dans une autre réalité, qu’ils n’explorent que de manière ponctuelle, en intégrant l’imaginaire des artistes, un monde différent de leur quotidien. Ce qui est habituel devient inhabituel : dès lors, où est le réel ? Où est l’imaginé ? Nous ne sommes plus dans la distribution ordinaire de l’espace qui distingue clairement la scène des lieux de la vie quotidienne.

21Le festival est souvent décrit à travers sa fonction poétique consistant à faire « vibrer » les spectateurs présents. Une sorte de voyage dans un « au-delà », dans un univers devenu « poétique » devient envisageable, permettant d’oublier autant que possible le quotidien « parce qu’on a beau être dans les immeubles... c’est le décalage qui... crée cette magie. » (Chantal). L’ambiance du festival est généralement associée aux deux termes de « magie » et de « poésie » : « Y avait de l’inspiration, y avait une espèce de... richesse... imaginaire, enfin bon y avait de la poésie, de la magie » (Chantal). Poésie et magie font ici encore référence à une enfance libérée des contraintes de la vie adulte. Telle Alice au pays des merveilles, Chantal est à la fois bousculée par ce qu’elle voit et émerveillée par le moment et le lieu transformés pour l’occasion. Cette dimension magique tout autant que poétique se trouve alors explorée tout au long du festival par le décalage entre l’usage habituel des lieux et celui qui en est fait lors des représentations artistiques. Selon Flora : « De toute façon à chaque fois que l’on vient à Viva Cité, dans le Bois de la Garenne, on n’a pas l’impression d’être à Sotteville, près de Rouen, on a l’impression d’être ailleurs, on est dans un ailleurs. » Flâner ailleurs, tout en étant à Sotteville, tel un voyage virtuel : les festivaliers explorent la ville autrement, d’une façon poétique et magique. D’ailleurs, « c’est pas forcément des choses très intellectuelles, mais quelquefois c’est... simple mais très poétique » (Chantal). Le moindre événement peut devenir, dans le cadre du festival, source de poésie. « J’en ai les poils qui se dressent sur les bras quand j’y... quand j’en parle parce que je me souviens j’avais mal aux pieds parce que j’avais déjà fait tout le vendredi et le samedi, mais j’avais été embarquée, complètement emportée. Et j’avais largué tout le monde, je me fichais de savoir comment j’allais rentrer chez moi, j’étais embarquée par... cette espèce d’univers de poésie, de... lueur, c’était génial. » (Chantal) Le sentiment de vivre quelque chose d’unique, d’éprouver des émotions extraordinaires semble présent, une impression de quitter la réalité, de voyager corporellement et mentalement, chacun pouvant alors s’abandonner et laisser son esprit « planer un peu » (Daniel).

22En outre, en se déroulant quasi exclusivement en extérieur, cette manifestation est relativement dépendante de la météo. Chantal nous raconte son expérience : « Je me souviens y a quelques années avoir suivi des joueurs de cornemuse sous une pluie battante, bah les suivre jusqu’au bout, enfin... tu vois on était trempés comme des soupes mais c’était pas grave ! » Assister à un spectacle artistique sous la pluie est une chose difficilement imaginable si l’on se limite aux pratiques traditionnelles et les spectateurs acceptent (et font avec) cette mauvaise météo. Viva Cité, en revisitant l’espace scénique, intègre de l’étrange, du difficilement pensable dans l’art. De nouveaux questionnements sont alors possibles créant une forme d’étonnement : chacun peut ainsi s’interroger sur les possibilités offertes par les arts de rue, tout endroit pouvant devenir lieu de représentation artistique. De l’anormal se glisse alors dans la pratique artistique, jusque dans ses lieux de représentations. Les espaces et les spectacles sont source d’incertitude, intégrant de l’irrationnel dans une manifestation qui est pourtant très organisée : chacun se crée ses moments d’anormalité. De ce fait, ce qui nous semble le plus « banal » va peu à peu évoluer. L’impression que ce n’est pas comme d’habitude, que ce n’est pas de l’art « normal » subsiste et cela rend le festival d’autant plus merveilleux.

De l’étrange dans le quotidien

  • 24 Pour cette idée du spectacle dans la ville, se reporter à Françoise Loux, Le Corps dans la société (...)
  • 25 Pascal Roland, op. cit., p. 33.
  • 26 Ibid., p. 35.

23Tous ces indicateurs (lieux, spectacles) nous incitent à penser le Bois de la Garenne et les rues de Sotteville comme des espaces fictifs le temps d’un week-end. Pourtant, il existe bien une normalité à Viva Cité : des enfants qui s’amusent, des anciens qui jouent aux boules, des couples qui se promènent... Mais le temps d’un week-end, tout ce qui fonde l’urbanité, la vie de la ville telle qu’elle se déroule le J reste de l’année, se trouve réinventé, du moins transformé. L’étrange s’immisce dans le quotidien des Sottevillais (et - * | des autres), nous l’avons dit, jusque dans leur espace urbain. Ces spectacles, insérés dans la ville24 détournent les lieux de leur fonction principale en recréant des espaces dans de l’existant et métamorphosent la rue et le Bois en œuvres d’art. C’est ici le propre de l’expression chorégraphique contemporaine qui « transforme un lieu anonyme en territoire surprenant où tout, même l’inimaginable, semble pouvoir se passer, et simultanément, le quotidien devient enjeu de représentation »25. Ce passage de l’ordinaire à l’extraordinaire fait du festival un lieu et un moment privilégiés des imaginaires de chacun où « l’ensemble des espaces disponibles semble pouvoir devenir un lieu de représentation, l’espace d’un instant »26.

Les arbres de l’hôtel de ville, 2005 (collection M. Sizorn).

  • 27 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.
  • 28 Edgar Morin, op. cit.
  • 29 À comprendre comme « l’ensemble des phénomènes par lesquels une activité devient un art, ou par le (...)
  • 30 Michel Onfray, La Sculpture de soi, la morale esthétique, Paris, Grasset et Fasquelle, 1993, p. 98

24Partant à la « recherche du monde imaginaire de l’artiste » (Chantal), les spectacles proposés à Viva Cité font aussi appel à des images issues directement de la réalité. Ainsi, Chantal a vu des roulottes mais celles-ci étaient « incroyables » : il leur « sortait des cous et des têtes de girafes, dont les crinières étaient constituées par des ampoules allumées, c’était fabuleux ». La description qu’elle nous fait de cette manifestation souligne l’étrangeté du moment vécu, son caractère chimérique. Venir à Viva Cité, c’est aussi investir une fable dans laquelle se trouvent des animaux fantastiques : « Il y avait dans le même cortège un énorme rhinocéros métallique, il y avait un éléphant métallique. » ; ou encore : « Un poireau ou une carotte qui faisait du trapèze. » Ces paroles indiquent à quel point l’imagination du spectateur est sollicitée, perpétuellement questionnée par ce qu’ils voient. « Cette vision du monde qui est un peu surréaliste », ce « décalage », cette « démesure » (Chantal) fait vivre des moments spéciaux, « extraordinaires », illusoires, c’est-à-dire emmenant les spectateurs hors de leur quotidien. L’ambiance fantasque et fantastique crée une certaine « magie » du lieu, propre à la période du festival. « Vous allez voir des choses extraordinaires. En plus, le soir c’est beau. Il y a des jeux de lumière. Il y a une ambiance. Il y a des grands personnages. C’est complètement délirant. » (Karine) Cette forme de « délire » incite à se sentir ailleurs, « change de l’habitude » (Catherine), mais intègre pour autant des moments de la vie ordinaire. Une forme de mise en scène de la vie quotidienne27, de ce que nous vivons ordinairement est ainsi présentée lors de certains spectacles. Davy et Nadège nous font le récit d’une production : « Y avait une année, c’était des anglaises... qui lavaient le linge, alors là, c’était pas mal... de la machine, ils essoraient, ils l’étendaient... » Mettre sa vie en scène, faire de l’extraordinaire avec de l’ordinaire est ici un moyen d’interroger le spectateur sur sa situation quotidienne, sur son statut d’être humain. Le festival Viva Cité, en réinvestissant le banal, fait de notre ordinaire l’objet d’un spectacle28. Ce processus d’artification29 de la vie quotidienne fait que « chaque moment d’une existence banale se charge d’une densité artistique : cligner de l’œil, boire un verre d’eau, fermer une porte »30. Le spectacle de rue tel qu’il est présenté à Viva Cité donne à voir des individus ordinaires, proches de ceux qui observent, faisant des actions quelquefois ordinaires, mais mises en scène de façon extraordinaire. Le spectateur n’est alors jamais sûr de la situation qu’il observe, il peut à tout moment se passer quelque chose. Rendre anormal notre quotidien et rendre quotidienne une forme d’anormalité, telle est l’une des finalités du festival, créant du trouble dans nos imaginaires : où se trouve le merveilleux ? Où se trouve la réalité ? C’est bien là tout le merveilleux créé par le festival : chacun peut faire de sa vie un spectacle et insérer du spectacle dans vie. Sans cesse étonné par ce qu’il voit, entend, vit, le festivalier semble plonger dans un univers différent, décalé du quotidien.

25Nous pouvons dire qu’aller à Viva Cité, c’est d’abord rechercher le défi de son entendement dans l’espoir de sa satisfaction. Ainsi, en voguant à travers un univers où les arts se mélangent, où l’on joue sur les effets de grandeur, du minuscule au grandiose, le festivalier s’éprouve émotionnellement de différentes manières : étonnement, larmes, rires et « tremblements » provoqués par la crainte souhaitée de l’inattendu. L’émotion suscitée par les spectacles participe à un ré-enchantement du monde, par l’impulsion donnée à un vagabondage de l’imagination et à l’exacerbation des sentiments, comme le signale Chantal lorsqu’elle raconte combien elle a eu « de moments de bonheur intense », qu'elle a « envie que ça recommence... » et « en redemande ».

26Le rapport à la ville, au lieu, en sollicitant l’imagination des spectateurs ré-enchante aussi le banal, l’ordinaire, notamment par l’occasion donnée d’explorer la cité d’une façon autre. De fait, les spectacles insèrent de l’étrange dans un univers de la banalité, qui semble rationalisé mais laisse pointer l’absurde. Les pistes sont brouillées et il devient difficile de faire uniquement confiance à l’habitude de nos sens.

  • 31 Voir la première partie du présent ouvrage « Emplois du temps et formes d’appropriation de l’espac (...)

27Les spectacles donnent l’occasion d’éprouver nos représentations symboliques, de les questionner. Autrement dit, ils nous permettent de porter un regard renouvelé sur une normalité routinière, en en transformant la signification. C’est en ce sens qu’une forme d’émerveillement se produit, par la confrontation incessante de nos attentes socialement construites et de nos perceptions, provoquant l’étonnement par irruption d’un « insensé » momentané. Aussi la recherche du merveilleux est-elle principalement l’attente d’un débordement des normes établies par l’esquisse d’un monde ré-embelli. Viva Cité se fait outil d’un « enchantement » du monde31, constitutif d’un surplus d’être auquel les spectateurs paraissent aspirer.

Compagnie Lunatic, Ariane(s), 2006 (collection M. Sizorn).

Notes

1 En effet, cherchant à réunir les arts dissociés, le contemporain se rapproche de l’art baroque, en opposition à la modernité qui sépare les arts, les autonomise.

2 Pascal Roland, Danse et imaginaire, étude socio-anthropologique de l’univers chorégraphique contemporain, Cortil-Wodon, InterCommunication SPRL et ΕΜΕ, 2005, p. 39.

3 Jean-Claude Kaufmann, L’Invention de soi, une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004.

4 Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Robert Laffont, 1976.

5 Henri Bergson, Le Rire, essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 1993, p. 129.

6 Selon Bergson, on fait de l’humour quand « on décrit minutieusement et méticuleusement ce qui est en affectant de croire que c’est bien là ce que les choses devraient être », ce qui le différencie de l’ironie qui consiste à énoncer « ce qui devrait être en feignant de croire que c’est précisément ce qui est ». Rappelons que les procédés comiques peuvent, selon Bergson, être regroupés selon quatre rubriques principales : « la répétition, l’inversion (l’arroseur arrosé), l’interférence des séries (le quiproquo), et la transposition de tons ».

7 Fascicule de programmation du festival 2007.

8 David Le Breton, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Payot et Rivages, 1998, p. 137.

9 « La contagion émotionnelle désigne le phénomène de propagation d’une émotion d’un individu à d’autres », Élisabeth Pacherie, « L’empathie et ses degrés », dans Alain Berthoz, Gérard Jorland, L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 2004.

10 Edgar Morin, L’Esprit du temps, t. 1, Paris, Grasset et Fasquelle, 1962.

11 Gilles Lipovetsky, L’Ère du vide, essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Folio, 1989.

12 Olivier Mongin, Éclats de rire, variation sur le corps comique, Paris, Seuil, 2002, p. 320.

13 Jean Duvignaud, Le Propre de l’homme, histoires du comique et de la dérision, Paris, Hachette, 1985.

14 Antonin Artaud, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1964, p. 195, cité par David Le Breton, op. cit., p. 322.

15 David Le Breton, ibid., p. 286.

16 Ibid., p. 293.

17 Ibid.

18 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).

19 Voir « La place du spectateur dans les arts de rue », p. 99-112 du présent ouvrage.

20 Jean Duvignaud, Sociologie du théâtre, les ombres collectives, Paris, PUF, 1965, p. 133.

21 Nathalie Heinich, Le Triple Jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit, 1998.

22 Jean Duvignaud, op. cit., p. 52.

23 Observation du spectacle Les Facteurs, création 2001, spectacle théâtral déambulatoire, vendredi 25 juin 2004, 21 heures.

24 Pour cette idée du spectacle dans la ville, se reporter à Françoise Loux, Le Corps dans la société traditionnelle, Paris, Berger-Levrault, 1979. L’auteur y aborde l’effet des spectacles de cirque dans la société traditionnelle durant lesquels la place publique devient un lieu de l’extraordinaire, du rêve de l’exotique : « Avec la ménagerie, c’est le monde extérieur et ses mystères qui pénètrent l’espace rural », p. 111.

25 Pascal Roland, op. cit., p. 33.

26 Ibid., p. 35.

27 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

28 Edgar Morin, op. cit.

29 À comprendre comme « l’ensemble des phénomènes par lesquels une activité devient un art, ou par lesquels un producteur quelconque en vient à être considéré comme un artiste », Nathalie Heinich, La Sociologie à l’épreuve de l’art, 1re partie, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2006, p. 80.

30 Michel Onfray, La Sculpture de soi, la morale esthétique, Paris, Grasset et Fasquelle, 1993, p. 98.

31 Voir la première partie du présent ouvrage « Emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace », p. 37 et suiv.

Table des illustrations

Légende Ceci n’est pas un oiseau, compagnie Transe Express, Les Rois Faignants, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Suspensions, 2006 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Des personnages étranges, compagnie Transe Express, Les Rois Faignants, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Le théâtre chez soi, compagnie Autrement Dit, Délits de façade, 2005 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Les arbres de l’hôtel de ville, 2005 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Compagnie Lunatic, Ariane(s), 2006 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

Auteur

Doctorante en STAPS
Membre du laboratoire CETAPS, EA 3832, université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search