Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : au contact des spectacles

Au contact des spectacles

Texte intégral

1Si des raisons, manifestes ou latentes, une organisation temporelle et l’investissement symbolique d’un espace sont déterminants dans l’appropriation subjective des spectateurs d’un festival, il est aussi intéressant de s’interroger sur son essence même : les spectacles proposés. Quelles sont les attentes des spectateurs et comment reçoivent-ils les propositions esthétiques qui leur sont soumises ? Autrement dit, que nous disent-ils de et sur les représentations et leurs contextes d’exposition ? Finalement, que recherchent-ils en assistant à divers spectacles d’inspiration apparemment disparate ? Trois pistes nous semblent fécondes pour répondre à ce questionnement.

  • 1 Mickaël Fried, La Place du spectateur, Paris, Gallimard, 1990.
  • 2 Jean Duvignaud, Sociologie du théâtre, Paris, PUF, 1965.

2Tout d’abord la place du spectateur1 est à examiner. En effet, quelle place s’accorde-t-il et laquelle lui consent-on ? S’il existe une spécificité du théâtre de rue, ne doit-elle pas s’exprimer a priori dans les modalités d’échange qui justifient l’élaboration des significations mieux partagées ? En d’autres termes, la sortie de l’espace scénique issu de la modernité2, revendiqué dans l’intitulé même des « arts de la rue », n’est-elle qu’un leurre ou bien au contraire se réalise-t-elle dans une transformation effective du rapport au spectacle et au spectaculaire ? L’analyse de ces différentes questions nous permettra d’envisager en quoi ce festival participe, ou non, de la diffusion de la modification contemporaine du soi et de l’altérité.

3Ensuite, il semble essentiel d’approfondir le caractère même de l’attrait des propositions artistiques. Si le désir d’émotions est une constante de l’assistance à une représentation, de quels types d’émotions est-il question ? À partir de quels éléments surgissent-elles ? En outre, que produisent-elles, sont-elles la source d’un émerveillement attendu ? Les réponses apportées nous autoriseront à questionner les logiques des impressions subjectives dans l’opposition traditionnelle ressenti/raisonné qui érige un rapport à la culture.

4Enfin, nous nous interrogerons sur ce qu’est un spectacle de rue, d’après les propos recueillis. Que nous dit-on lorsqu’une déclaration affirme que « c’en est » ou non ? Quels sont les différents critères qui aboutissent de fait à une définition implicite des pratiques artistiques offertes le temps du festival ? En cela, il s’agit de discerner ce qui construit les éléments endogènes d’appréciation des spectacles, de faire émerger les composantes intrinsèques de structuration de la signification, pour en expliciter les convergences potentielles avec les aspirations esthétiques actuelles.

5Assister à un spectacle, ce n’est pas seulement être présent à un moment, à un endroit, c’est aussi participer à une vision du monde, la questionner et éventuellement la partager pour la transformer. C’est ce que nous allons apprécier à partir des dires de nos spectateurs.

Compagnie Jérôme Dubouloz, 2005 (collection P. Roland).

Notes

1 Mickaël Fried, La Place du spectateur, Paris, Gallimard, 1990.

2 Jean Duvignaud, Sociologie du théâtre, Paris, PUF, 1965.

Table des illustrations

Légende Compagnie Jérôme Dubouloz, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search