Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Première partie : emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace

Conclusion

Betty Lefèvre

Texte intégral

1Au dire du public, en plagiant le poète Paul Giraldy, on pourrait écrire qu’on vient au festival « par jeu, par hasard, par curiosité ». Mais on y vient aussi pour vivre des moments partagés, de l’échange en famille, entre amis, entre regardeurs et regardés, cet être « libre ensemble » reposant sur un équilibre subtil entre goût des autres et souci de soi.

2D’autre part, fondée sur l’activité collective et les conventions établies par le monde des arts de la rue, la réputation de Viva Cité en fait un festival de référence auquel les spécialistes et/ou amateurs doivent leurs présences.

3Pour participer au mieux à l’expérience festival, les organisateurs ont mis à disposition du public différents documents sous formes de parcours thématiques (familial, accro des arts de la rue, randonneur, musical...). Mais cette classification a priori, renseigne plus sur le souci des organisateurs d’établir une relation au public que sur les agissements du public lui-même. Avec ou sans programme, chacun construit un emploi du temps spécifique à ses attentes, à ses désirs et la typologie élaborée dans les pages précédentes témoigne à la fois de la diversité des investissements de l’événement et de la quête (utopique ?) d’une société plus solidaire, plus attentive aux vibrations collectives. En ce sens, en transformant l’espace public et les rapports à l’altérité, la cérémonie Viva Cité invite à rêver le monde.

4Ce temps d’effervescence (qu’on pourrait qualifier de communautaire) s’inscrit à Sotteville dans un espace original pour des arts de la ville, puisqu’il prend comme lieu d’exercice privilégié le Bois de la Garenne.

5Notre analyse montre que ce site s’expose dans une mémoire sociale collective, à la fois nostalgie du passé et rappel historique, la réception du festival faisant écho à l’évocation (mythifiée ?) de souvenirs d’appartenance identitaire.

  • 1 Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1990 (1912), p. 598.

6De plus, le Bois de la Garenne, agora du festival, au travers de l’hétérogénéité des usages qu’en font les acteurs, réorganise les manières d’être ensemble et invente des formes de solidarités ponctuelles. Comme le précise Durkheim : « C’est que la société ne peut faire sentir son influence que si elle est un acte, et elle n’est un acte que si les individus qui la composent sont assemblés et agissent en commun. »1

7Enfin, l’esprit du lieu comme forêt, espace typique des contes de fées, impulse, avec la complicité créative des artistes, des configurations imaginaires et symboliques. Dans un quotidien transfiguré, le public aussi se donne à voir, se théâtralise et redécouvre avec jubilation sa capacité à jouer et à s’émerveiller comme un enfant.

  • 2 Jean Duvignaud, Le Jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 13 ; 15 ; 18.

8Dans ces récits du festival par ses festivaliers se livre une description concrète, signifiante, en actes de la manifestation et en cela ces premiers éléments d’enquête sont riches d’enseignements. Mais au-delà du repérage d’une organisation temporelle et spatiale ou de la diversité des expériences, ils nous renseignent également sur les valeurs partagées dans la société contemporaine et la nécessité de prendre en compte ce que Jean Duvignaud2 appelait « le prix des choses sans prix », c’est-à-dire ce qu’il qualifiait « [d’]états de disponibilités [...] une certaine expérience de l’être, qui prend racine dans la liberté du jeu » comme « ces manifestations irrépétables et inopinées que sont la fête, la création artistique, les rêves, la pratique de l’imaginaire qu’est le jeu ».

Notes

1 Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1990 (1912), p. 598.

2 Jean Duvignaud, Le Jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 13 ; 15 ; 18.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search