Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Première partie : emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace

Chapitre 3. Le Bois réenchanté

Betty Lefèvre

Texte intégral

1Consacrer un chapitre au Bois de la Garenne se justifie en premier lieu, par la place qu’il occupe dans les récits des festivaliers. Outre la nécessité de rendre compte de l’hétérogénéité des expériences engendrées, il s’agit ici de montrer comment les procédures d’appropriation du lieu interagissent avec l’événement Viva Cité. En d’autres termes, quelle est l’action du Bois, comme espace signifiant, sur le festival, en quoi les figures du Bois font-elles sens ?

  • 1 François Laplantine, Le Social et le sensible. Introduction à une anthropologie modale, Paris, Tér (...)

2Si le festival de Viva Cité est un temps éphémère d’effervescence sociale, il est intimement lié à une spatialité, la scène pouvant être la rue, un espace au pied des immeubles, un parking, ou encore, originalité sottevillaise, un espace boisé. Ces lieux sont investis et animés, non seulement par les scénarisations explicites des artistes, mais aussi par les déambulations ordinaires et les constructions imaginaires des festivaliers (mémoires, descriptions poétiques des spectacles, etc.) On peut dès lors construire une approche topographique du festival, mais aussi essayer de saisir la dynamique spatiale dans laquelle s’élabore le sentiment collectif « d’être ensemble » et tenter d’en repérer la « chorégraphie »1. En passant du topos au choros, on est plus à même de « ressentir, regarder, écouter » ce qui est en mouvement, cette mobilité spatiale dans laquelle « s’élabore une forme de lien physique » (Luc) essentielle dans la construction de l’expérience commune du festival.

  • 2 Robert Park, « La ville », dans Yves Grafmeyer et Isaac Joseph (dir.), L’École de Chicago – naissa (...)

3L’analyse des entretiens indique qu’est attribuée au Bois de la Garenne une forte charge symbolique, l’animant, dans un système d’interactions réciproques, de tout un ensemble de représentations collectives constitutif du lieu comme un « état d’esprit »2.

4À partir des pratiques discursives des festivaliers, le Bois de la Garenne représenté sera successivement envisagé comme mémoires, comme cœur du festival et comme dispositif d’invitation et d’ambiance.

Le Bois comme mémoires

Des lieux et des souvenirs, 2004 (collection M. Sizorn).

  • 3 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 43.
  • 4 Guy Di Méo, Géograpie sociale et territoires, Paris, Nathan, 2000, p. 53.
  • 5 Les éléments historiques présentés ici sont renseignés en partie grâce à l’ouvrage de Léon Leroy, (...)

5La problématique envisagée est double et se construit sur l’articulation espace/temps et passé/présent. Qu’en est-il des relations du Bois de la Garenne, inscrit dans un temps long, et de l’événement Viva Cité ? Comment les traces mémorielles de cet espace interfèrent-elles avec le festival ? Si on peut réfléchir, avec Fernand Braudel3, « cette durée sociale, ces temps multiples et contradictoires de la vie des hommes qui ne sont pas seulement la substance du passé, mais aussi l’étoffe de la vie sociale actuelle », pour autant, nous n’avons pas prétention à faire ici un travail instaurant la « Vérité » sur l’histoire du Bois de la Garenne. Il s’agit plus modestement de rendre compte des usages des lieux, en les inscrivant dans un temps historique reconstruit par les festivaliers. Comme le précise Guy Di Méo, « nul ne saurait nié qu’il existe un temps ou plus exactement des temps du territoire. Il nous faut donc faire la part entre la tyrannie de l’ici, du maintenant et celle du passé »4. Pour certains habitants, le contexte du Bois est le substrat de traces, d’indices du passé, et en cela déclenche des souvenirs, cette remémoration tissant des liens complexes entre présent et passé. Sylvie : « C’est pas le Bois que j’ai connu étant jeune avec mes frères. [...] Et il y avait beaucoup plus d’arbres que ça. » Or, pour singulières que soient ces pratiques de l’espace et les mémoires quelles mobilisent (en termes d’images, de durée, de sonorités, de sensations), elles engagent aussi des représentations partagées du passé. En effet, le Bois de la Garenne est perçu comme une unité spatiale attachée à la mémoire de l’histoire de la ville5, et plus globalement aux transformations d’une société rurale en société urbaine.

6Au début du XXe siècle, cet espace boisé faisait partie d’un domaine privé de 28 hectares appelé « Terre des Marettes » à cause des mares ou nappes d’eau, jamais taries, qui s’y trouvaient. Planté de châtaigniers et de hêtres, ce patrimoine forestier a vu sa superficie diminuer au gré des ventes successives à la municipalité de Sotteville pour y placer le cimetière, y construire l’hospice, l’école Marcel-Sembat en 1923, y percer des rues. Si, après guerre, un espace boisé existe encore, c’est grâce à l’engagement de Marcel Lods, architecte fonctionnaliste, qui prône l’idée de la nécessité d’« un poumon vert » dans la ville. Cet imaginaire hygiéniste justifiera longtemps (et encore aujourd’hui dans le discours des festivaliers, telle Sylvie : « Puis au moins, on respire. ») la place et le sens du Bois de la Garenne dans la ville.

Les usages du Bois de la Garenne au début du XXe siècle

7L’histoire de Sotteville est étroitement liée à l’implantation des grandes lignes de chemins de fer réalisée pour la Normandie dès 1843 et à la naissance de la SNCF. La ville reste une cité cheminote pendant plus d’un siècle, c’est dans le Bois que se font les grands rassemblements populaires, les fêtes annuelles, mais aussi que se tiennent, dès 1920, des réunions tumultueuses lors des grèves des cheminots. En effet, travaillant entre 14 heures et 18 heures par jour, ces ouvriers hautement qualifiés revendiquent une amélioration de leurs conditions de travail et participent ainsi aux évolutions du social. Leur mouvement de contestation, réprimé par les charges de la troupe, marquera longtemps la mémoire des Sottevillais. Pour témoigner de sa solidarité vis-à-vis de la lutte ouvrière, la communauté sottevillaise organise dans le Bois de la Garenne une distribution de soupes pour les grévistes. Noeud ferroviaire important, Sotteville est bombardée pendant la seconde guerre mondiale, et la ville partiellement détruite. Certains entretiens évoquent ce passé tragique : « [...] ils ont été tués les sept dans une cave pendant les bombardements. Ils ont été tués. C’est pour vous dire que le bois fait parler. Il en a vu de toutes les couleurs. » (Sylvie) À la Libération, le Bois devient le théâtre des règlements de comptes et des répressions exercées à l’encontre des collaborateurs. Pendant plusieurs années (1947 puis 1953) les grands mouvements de grève prendront cet espace comme forum de leurs revendications.

8Mais, outre ces moments historiques, le Bois de la Garenne, fort de sa fonction oxygénante, fait aussi partie de l’histoire du quotidien des Sottevillais, par exemple comme endroit privilégié pour les collations du dimanche en famille. On peut y acheter glaces, guimauves, coco, poires cuites, vignots et une spécialité nommée « plaisir », un biscuit léger et craquant fabriqué à Saint-Sever. Le jeudi, cet espace boisé devient aire de jeu scolaire et extra-scolaire. Sylvie : « [...] moi étant jeune je venais là jouer aussi. [...] Y avait un préau. C’était ici, voilà... Ce préau-là, il appartenait à la commune de Rouen. Et les élèves de l’école Marcel-Sembat du temps de monsieur Delarocque, [...] ils venaient faire de la gymnastique. » Concernant les pratiques physiques, un terrain de tennis en terre battue avait été aménagé et « réservé à l’élite sottevillaise », remarque qui pose l’idée que l’espace est aussi territoire offrant des possibilités distinctives aux individus en fonction de leur appartenance sociale.

Le Bois théâtralisé, 2005 (collection M. Sizorn).

9Le Bois est fréquenté aussi par des flâneurs et des amoureux profitant de la contemplation pour les uns et de la protection pour les autres des hêtres centenaires. À noter cette emblématique de l’arbre protecteur : par sa longévité et ses dimensions majestueuses, le hêtre dans sa maturité (comme le chêne) est investi d’un caractère divin. L’amour y trouve un refuge, mais aussi, par analogie, l’espoir d’une pérennité. Si l’arbre symbolise la force et la durée, il est aussi, en se couvrant périodiquement de fruits, symbole de fertilité : ainsi les faines broyées constituent pour les Sottevillais, au milieu du XXe siècle, une excellente boisson qu’on peut accompagner de châtaignes récoltées, parfois au lance-pierre, également dans le Bois de la Garenne.

10Quant au marché de Sotteville, un des plus importants de l’agglomération rouennaise, il s’est tenu jusqu’en 1960 dans l’allée centrale du Bois pour rejoindre ultérieurement la place de l’Hôtel-de-Ville, faute d’espace suffisant pour accueillir les 250 commerçants qu’il regroupe. Comme le précise Sylvie, « il y avait du monde [...] c’était beau. Il y avait même du théâtre [...] Il y avait le marché dans l’allée ».

11Les kermesses, souvent évoquées par les anciens Sottevillais, sont, dans les années 1950, l’expression de la vie des patronages laïques ou confessionnels et rassemblent, une fois par an, les différentes sociétés de la ville. Ce sont des rencontres populaires et festives qui prennent le Bois de la Garenne comme cadre, où les enfants des écoles présentent leurs spectacles de fin d’année, où les sociétés sportives font des démonstrations (la gymnastique est alors le sport de référence) accompagnées par la musique de la « Sottevillaise », une des plus anciennes fanfares de la ville. Les bénéfices recueillis permettaient d’alimenter les caisses des associations participantes ; Sylvie : « Et il y avait des kermesses [...] et les élèves de l’école Marcel-Sembat ils venaient faire de la barre fixe [...]. Et je me rappelle, j’avais ma sœur, elle vendait des petits trucs bleu, blanc, rouge pour mettre les petits rubans. C’était beau. »

Une identité sottevillaise reconstruite

  • 6 Guy Di Méo, op. cit., p. 55.
  • 7 Ce récit est à mettre en perspective avec la réalité historique de la fête des associations sottev (...)
  • 8 Henri Lefebvre, Le Droit à la ville. Espace et politique, Paris, Éditions Anthropos, 1968, 1972, p. (...)

12Aujourd’hui espace public et propriété de la municipalité, le Bois de la Garenne manifeste un certain état des choses, une forme sociale à laquelle les institutions politiques vont conférer une légitimité relayée par ses habitants. En recueillant la parole des Sottevillais, on sort du bois proprement dit pour s’attacher à ceux qui le fréquentaient et l’animaient, le lieu devenant prétexte à restaurer des souvenirs constitutifs, entre autres, de la « petite » histoire des implantations successives du festival Viva Cité. Précisons avec Guy Di Méo que « les acteurs sociaux qui construisent et reconstruisent au quotidien le territoire, ne sélectionnent dans ce but que certaines séquences de son histoire »6. Pour le bicentenaire de la Révolution en 1989, la « première » version du festival ne s’installe pas dans le Bois de la Garenne. Gérard : « Je suis venu quand c’était au... truc des anciens garages de bus, là-bas... donc avant que ça soit dans le Bois de la Garenne, la première année. » D’autre part, certains Sottevillais ont le sentiment que Viva Cité s’est substitué aux propositions culturelles déjà existantes pour créer un « emblème » municipal attaché à son représentant. Lucie : « Avant [...] le maire Bourguignon, donc ça remonte quand même, je dirais les années quatre-vingt peut-être, il y avait la fête des associations qui était un tout petit truc dans le haut du parc de la [Garenne]. Et donc, on se voyait là-bas et il y avait quelques stands et c’était la fête des associations. Et [...] quand la mairie PS est venue au pouvoir elle voyait ça d’un mauvais œil parce que c’était pas une initiative municipale. Je veux dire que souvent les mairies réagissent comme ça. [...] Et donc, on nous a éjectés, on a interdit de faire cette fête des associations. Et ils ont, à la place, fait Viva Cité. » Ce propos soulève et la question de l’origine mémorisée du festival7 et celle de l’espace comme un enjeu politique et social. En quoi ces données mémorielles nous éclairent-elles sur la naissance de Viva Cité ? Certes, il y a la vérité factuelle que l’histoire en tant que science s’attache à saisir, mais elle n’est pas incompatible avec la mémoire affective, enracinée dans le concret parfois altéré du témoignage. Ici, le renoncement à la fête des associations a été, au-delà de l’exactitude des formes du passé, vécu comme une prohibition, cette mémoire partiale et fragile permettant aussi d’atteindre le sens de l’événement. En revendiquant l’existence d’une vie associative « authentique » à laquelle on substitue, de manière autoritaire, un outil de prestige et de rayonnement municipal, certains « festivaliers habitants » se manifestent comme acteurs de leur quotidien et en cela porteurs d’une exigence sociale, réclamant ce qu’Henri Lefebvre8 qualifie de « droit à la ville », c’est-à-dire permettre à ceux qui l’habitent « les usages pleins et entiers des moments et des lieux de la ville ». Lucie : « [...] après, ils ont dit qu’au niveau culturel, ils voulaient quelque chose de plus grande ampleur, etc. Donc les deux premières années, c’est vrai qu’on voyait ça comme une éviction étant donné que tout Viva Cité est centralisé par la mairie de Sotteville [...]. Nous on voulait une maison des associations. Voilà. » Ce qui est mis en lumière, c’est le sentiment d’expropriation d’un lieu symbolique de la vie urbaine et le droit pour l’habitant d’intervenir dans la décision du politique pour construire l’avenir de la ville ensemble. Cette promotion d’un événement qualifié de « ronflant au niveau national... la preuve, ça passe dans Télérama » est vécue, pour quelques-uns, à la fois comme une stratégie de subordination-ségrégation du gouvernant et comme un leurre visant à faire du festival une émergence voire une apparition qui ne s’inscrirait pas dans une histoire collective.

13Ces témoignages montrent la diversité des registres signifiants attachés à un espace considéré comme un bien commun, dont on veut maîtriser aussi l’usage, non pas comme utilisateur passif, soumis à une quotidienneté organisée, mais comme individu attentif à la vie de la cité.

14D’autre part, on observe qu’à partir d’une forme spatiale comme le Bois de la Garenne se retrouvent les origines de la mémoire du festival, mais aussi comment ces souvenirs interviennent dans l’évaluation du présent.

Le Bois dans la ville, 2006 (collection mairie de Sotteville-lès-Rouen).

  • 9 Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925), p. 79·

15Si l’on considère avec Halbwachs9, que la mémoire individuelle est toujours plus ou moins mêlée à celles des autres, cette mémorisation étant impossible « en dehors des cadres dont les hommes vivant en société se servent pour fixer et retrouver leurs souvenirs », on peut avancer que la mémoire partagée des Sottevillais est constitutive d’une identité collective par adhésion à des représentations et un imaginaire communs. Le Bois désigne à sa façon, un sentiment de continuité du groupe et de valeurs convergentes autour de l’appartenance à la cité. Gérard : « Moi, j’étais dans le lycée Sembat [...] pendant toute l’année le parc était à nous... et puis quand arrive Viva Cité, on se retrouve, le parc est partagé par l’ensemble de la population et puis je trouve ça bien investir les lieux publics... et puis avoir une autre perception du parc... ça passe à une autre dimension. C’est vraiment là, la cité. » ; Sylvie : « [...] et je vous assure que s’ils le supprimaient, ça me ferait vraiment mal parce qu’il y a du monde par ici, vous voyez ? Il y a beaucoup de monde dans les HLM, il y a des enfants, et je trouve que ça leur fait une sortie parce que moi étant jeune je venais là, jouer aussi. »

  • 10 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 171.

16Là encore se donnent à lire le désir de consommer le Bois comme un espace de rencontre, un souci de faire société à partir de l’appropriation collective du lieu. Autre remarque à laquelle l’entretien précédent invite, le Bois est aussi un espace ludique où le corps est nécessairement engagé. La perception d’un espace est souvent reliée à la mémoire corporelle qui s’y est construite. Cette mise en chair du vécu rappelle la force de ce que Bourdieu appelle l’hexis corporelle10, véritable mémoire sociale incorporée, fondatrice du sentiment d’appartenance à une communauté.

  • 11 Joël Candau, Anthropologie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2005, p. 66.

17Le souvenir et l’évocation d’une jeunesse dont on est nostalgique idéalisent la réalité d’un passé retravaillé par chacun et servant de support à une comparaison avec un présent vécu comme plus morose, moins dynamique. Un autre élément, par exemple, de cette unité symbolique reconstruite par les habitants de Sotteville, c’est la croyance partagée du bois comme un autrefois festif, « plus » festif qu’aujourd’hui. Comme le précise Joël Candau11, la mémoire collective n’est jamais une mémoire univoque, mais l’œuvre de mémoires multiples parfois convergentes, souvent divergentes et parfois même antagonistes (par exemple, certains entretiens insistent sur les fêtes et d’autres sur les drames).

  • 12 Roger Bastide, Les Religions africaines au Brésil, Paris, PUF, 1995.

18De tels propos, pour subjectifs qu’ils soient, n’en constituent pas moins une image du lieu, mais aussi une mémoire « collective », pensée selon Roger Bastide12, comme « un système d’interrelations des mémoires individuelles ».

19Aujourd’hui le bois est donné comme une nécessité culturelle, un patrimoine dont la « beauté » arborescente légitime l’existence, ainsi que la qualité de vie qu’il engendre. Clément : « Eh bien, il est beau, les arbres n’ont pas été mis là il y a cinq ans, ils sont là depuis... longtemps. Moi, je suis né ici à Sotteville, donc j’ai toujours connu ce bois, et il est... ces arbres sont magnifiques... et puis les gens peuvent venir s’asseoir dans l’herbe, ils trouvent facilement un banc, c’est beaucoup plus convivial. »

20Dans son usage local et régulier, situé au pied des immeubles, le Bois est un espace public qui, comme hier, reste le grand domaine de jeu pour les enfants, de promenades dominicales pour les familles, de rencontres pour les adolescents. On pourrait écrire que le Bois synthétise à la fois la mémoire des événements historiques et des luttes sociales dont Sotteville fut le théâtre, mais aussi celle du quotidien des Sottevillais. En cela, ce lieu, par mémoires interposées et le prestige que cela lui confère, est porteur d’imaginaires qui interfèrent dans les rapports avec le festival Viva Cité. L’appel aux souvenirs contribue à l’élaboration du jugement et de l’appréciation de cette manifestation à partir de l’ambiance ressentie, des rencontres, des émotions et des sentiments partagés. Cette hétérogénéité des expériences participe de la mémoire commune du festival qui pourtant, de manière paradoxale dans les discours, se raconte parfois comme un tout homogène. Ainsi, la mémoire élabore le plus souvent une image positive et idéalisée des versions précédentes de Viva Cité qu’on affirme avoir été plus fortes en émotion, le Bois étant plus « théâtralisé », plus merveilleux, etc., ce qui suggère une représentation nostalgique de l’événement que les souvenirs saturent.

21Catherine : « Il y a des années où c’est vraiment merveilleux. [...] l’an passé, nous avons vu un spectacle où les artistes étaient sur des échasses. Il y a deux ans, nous avons vu un spectacle sur la place et c’était vraiment formidable. »

Le Bois au cœur du festival

22Le Bois instaure l’idée d’un centre autour de laquelle s’organise le festival ; Thierry : « C’est plus axé dans le Bois de la Garenne. Parce que dans les autres quartiers, il y a des choses, mais ce sont des petits spectacles. [...] l’essentiel se retrouve dans le bois de la Garenne. »

  • 13 En 2004, il y a 7 espaces de représentations dans le bois pour 25 compagnies annoncées dans le fes (...)

23Thibault : « Si vous voulez, à Vieux-Condé, c’est un festival déambulatoire de rue, alors quid tout est dans un parc. » Même si les programmes et les plans associés13 démentent en partie cette centralité des spectacles, il n’en demeure pas moins que le Bois est reçu, pensé et décrit par les festivaliers comme le cœur de Viva Cité, l’espace clé et « clos » où il se passe toujours quelque chose. Rosalie : « [...] ici, c’est basé sur un endroit, un espace vert » ; Benoît : « Le Bois de la Garenne, c’est vrai que c’est... le lieu central. » Ce qui justifie entre autres ces remarques, c’est la cinquantaine de compagnies du festival off dont une bonne moitié s’installe dans le Bois pour présenter leurs spectacles. Catherine : « [...] cela est concentré dans un même lieu. » ; Luc : « [...] tu vois, on n’est pas dans la rue... c’est quand même un lieu dédié spécifiquement au festival où les gens viennent... » ; Pierre : « C’est un festival où il y a une espèce de QG au Bois de la Garenne, où le festival est concentré, et après, il y a des petites incursions dans les quartiers. Mais en gros, tu as toujours un cœur du festival où ça te permet, comme je te disais, de rencontrer des gens. » ; Thibault : « ici, c’est pas un festival de rue, c’est un festival de parc. » Il faut reconnaître que le Bois est un passage incontournable, le noyau à partir duquel non seulement on voit des spectacles, mais aussi on croise les autres, amis, connaissances ou inconnus, artistes, organisateurs, équipe d’accueil et de restauration.

Le Bois comme espace organisationnel du festival

24Le Bois est d’abord le soutien logistique du festival : on y trouve l’espace d’accueil du public et d’informations sur les événements artistiques pendant les trois jours. La carte des lieux de productions construit ses références à partir de ce point d’accueil situé dans l’allée centrale du Bois de la Garenne. On y découvre également un espace enfants avec différents ateliers, maquillage, lecture, construction, jeux, etc., et des initiations aux techniques de cirque. Enfin, le Bois accueille les coulisses du festival. À l’arrière de la mairie, ouvrant sur le Bois, des salles abritent l’équipe technique, l’équipe de sécurité, avec le poste de secours, les artistes et les « professionnels badgés » invités à s’asseoir au chaud autour d’une boisson entre les spectacles. Il y a également le local des boulistes. Jean-Pierre : « [...] si, il y a la pétanque [...], ils jouent dans l’après-midi. » Une observation faite le samedi 24 juin 2006 à 16 heures confirmera ce propos : six anciens jouent aux boules, à côté du jardin d’enfants ; Viva Cité n’a pas dérangé leurs habitudes. Autres spécialités du Bois : l’implantation d’espaces de restauration et les buvettes, à la fois lieux de rendez-vous, d’échanges à vif sur les spectacles présentés, et/ou de convivialité. Comme le précise Chantal : « [...] si entre deux spectacles on peut se retrouver à boire un coup ou à manger des choses là au milieu du bois, c’est... c’est super sympa, oui. »

Les parapluies du Bois, 2007 (collection M. Sizorn).

  • 14 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992 (1960).

25Certains festivaliers « professionnels », comme ces intermittents du spectacle et programmateurs venus de Brest, affirment que le Bois participe de la bonne organisation du festival, ainsi Marie : « J’aime bien la façon dont c’est organisé, l’espace du parc [...], le fait qu’il y ait aussi un lieu de nuit à l’Atelier 231, voilà, la place du in et du off est intéressante aussi. » En cela le Bois est vécu comme un site diurne de convivialité, un « dehors » pour se montrer (se rencontrer) comme festivaliers ou comme artistes (les compagnies du off sont majoritairement présentes sur les pelouses du Bois), l’Atelier 231 étant son espace inversé, un « dedans » nocturne. Outre l’idée du lieu comme salle de spectacle au grand air qu’Emmanuel décrit ainsi : « Ici, c’est tout en extérieur dans un Bois [...]. J’aime pas être enfermé... », le Bois est aussi pensé paradoxalement comme un tout protecteur, un espace clos et enveloppant délimité par la ramure des arbres, dans lequel se construit une relation qu’on pourrait qualifier de fusionnelle au monde. Isabelle : « Là, on peut se confondre dans la nature. » ; ou encore Sabrina : « Tu es comme absorbé par l’environnement qui t’entoure. » À travers cette nature retrouvée, vécue comme un refuge quasi maternel, peuvent se donner à lire les symboles d’un imaginaire de la communion que Gilbert Durand14 qualifierait de « mystique ».

26La dimension du Bois fait l’objet de commentaires ; comme le précise José, « enfin des petits lieux genre Bois de la Garenne [...], enfin, un côté à échelle humaine que j’aime bien ». On pourrait écrire que, dans le Bois, se radicalise le goût du off, off de la représentation académique, mais off des arts de la rue, off de la vie quotidienne – Émilie : « On a l’impression d’un seul coup qu’on peut vivre dehors » – off du banal de l’existence comme si l’ombre du Bois autorisait ces échappées multiples.

27Ce dispositif participe d’une certaine proximité du public avec les artistes et/ou les organisateurs, ce qui est en général particulièrement attendu et apprécié. Flora : « [...] je veux faire des rencontres. Des rencontres avec des artistes, avec des spectateurs que je connais et d’autres que je ne connais pas. » Plusieurs témoignages confèrent au festival une vocation de partage, d’échanges, la possibilité de vivre un temps en commun que ce soit avec de la famille, des amis, des proches, des artistes, et l’espace du Bois, ouvert, accessible, mais aussi rassembleur, participe de cette quête de convivialité, de cet être ensemble égalitaire généralisé.

Les mots du Bois

28L’espace forestier renferme à lui seul des thèmes symboliques parmi les plus riches et les plus répandus. En témoigne la diversité des registres sémantiques qui y sont attachés.

  • 15 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 2005 (1957), p. 17.
  • 16 Robert Harrison, Forêts, essai sur l’imaginaire occidental, Paris, Champs-Flammarion, 1992.

29En effet, le Bois de la Garenne est souvent renommé comme parc (Bernard, Marie, Alain, Karine, Geoffroy), cadre (Clément), jardin (Geneviève) ou jardin public (Émilie, Thérèse), « c’est la nature » (Guillaume), un espace vert (Geoffroy), un site, un espace champêtre (Chantal), un théâtre en plein air (Luc), du plein air (Émilie, Jean), des arbres (Flora), la campagne (Bernard et Marie), la végétation (Daniel), voire même une couleur (Rosalie : « Sinon, c’est super sympa de mettre en valeur le vert »). Marie : « C’est vrai que le lieu est joli, c’est un joli parc, y a un coin nature véritablement sur le festival et ça, c’est intéressant ce côté un peu campagne du truc, c’est cool parce que l’art de la rue, ça se passe en rue [...] et là ça se passe dans un lieu... vraiment avec les petits oiseaux derrière, c’est cool quoi. » En cela l’espace du Bois de la Garenne se donne à lire ou, plus précisément, il nous parle de la diversité du vécu et des imaginaires qu’il engendre : ce discours sur le Bois témoigne d’une expérience phénoménologique, en ce sens qu’il saisit l’être tout entier dans son contact avec un monde toujours changeant. Par exemple, la transformation du Bois au fil des saisons en fait le symbole par excellence de la vie en pleine évolution. La multiplicité des appellations génère une diaspora de significations qui s’organise sur un continuum entre représentations d’une nature « sauvage » comme la forêt et un espace domestiqué comme le jardin ou le parc. Dans cette tension forêt/jardin, se compose un imaginaire collectif autour de ce que Bachelard15 appelle un « espace heureux », c’est-à-dire porteur d’un ensemble de valeurs positif comme une liberté retrouvée (Jean : « La liberté, oui, la création... l’évasion, enfin des choses comme ça quoi. »), un espace ouvert esthétique (Bernard et Marie : « C’est un joli parc. » ; Firmin : « [...] c’est un bel endroit... » ; Clément : « C’est vraiment un cadre superbe ici [...] eh bien il est beau. » ; Geoffroy : « Le lieu, il n’est pas minable. »), un lieu bienfaisant (Sylvie : « Puis au moins, on respire. » ; Jacques : « La nature apporte quelque chose qui n’est pas à négliger. ») mais aussi agréable, rassurant, sécurisant. Bernard : « C’est un lieu champêtre, ouais, c’est clair, c’est vraiment campagnard et ça, c’est cool. » Luc : « Moi j’aime bien venir ici... me promener avec mon gamin... je trouve que c’est un endroit de toute façon agréable. » ; Daniel : « Ça paraît plus convivial le fait que ça soit dans un parc, ça rassure plus les gens..., y a pas de voiture, y a pas ce souci-là. » L’imaginaire collectif fait du Bois de la Garenne une « bonne forêt »16, lieu de transformations et d’aventures visant à restaurer l’harmonie entre l’homme et la nature. Elle en fait aussi un jardin, en lien peut-être avec le jardin d’Éden, figure du paradis chez les chrétiens et les musulmans, mais plus certainement en rapport avec les valeurs fondamentales qu’on y cultive : la patience, la sérénité, le dialogue avec l’autre.

30Le dispositif à partir du Bois est également pensé comme simple, plus permissif puisqu’on « n’est pas obligé » de regarder, plus démocratique, c’est-à-dire sans l’autorité distinctive du cadre de l’art « académique » ; Daniel : « [le Bois de la Garenne] justement, c’est ce qui donne le côté bon enfant, le fait d’être en liberté... comme ça. »

Canapés publics, 2004 (collection M. Sizorn).

31Enfin, le Bois, s’il est espace, est aussi matière, celle dont les arbres sont faits. Par sa verticalité, l’arbre est considéré comme le symbole des liens que nous établissons entre le ciel et la terre, entre le visible et l’invisible, entre le profane et le sacré. La valeur symbolique attachée à l’arbre est toujours inscrite dans un contexte culturel et chaque société, dans les récits mythiques quelle élabore pour comprendre le monde, lui attribue des rôles à la fois explicatifs et reflets de notre condition humaine. Ainsi l’arbre est dans de nombreuses cultures pensé comme arbre de vie. Symbole de fertilité, il est en lien avec l’image archétypale de la mère fertile. Mais il est aussi par sa solidité, son tronc dressé vers le ciel, symbole de force et de puissance virile. Notre pensée de l’arbre est anthropomorphique et ambivalente : il nous ressemble par sa diversité, par sa solidité et sa fragilité, par ses enracinements, par la circulation d’une énergie médiatrice entre le haut et le bas, par sa vulnérabilité et sa longévité.

  • 17 Gaston Bachelard, op. cit.

32En s’installant sous les arbres, le festival de Viva Cité, avec la complicité des artistes, nous rappelle à nos questionnements fondamentaux, ceux qui nous relient à notre planète, à notre présence sur terre et à notre destin commun. On pourrait résumer ce lien par le propos d’Émilie : « Pour moi, c’est de l’écologie culturelle, c’est-à-dire que ça se passe dans un bois, ça c’est génial donc très près de la nature et en même temps dans la ville et moi je trouve que ce mélange nature/cité, spectacle... image... métaphore... tout ça, c’est bien, pour moi c’est l’écologie... de l’âme. » Comme le précise Gaston Bachelard17 à propos de ses enquêtes phénoménologiques sur la poétique de l’espace, le Bois de la Garenne est un « espace louangé » en cela que « l’espace saisi par l’imagination ne peut rester l’espace indifférent livré à la mesure et à la réflexion du géomètre. [..] Il est vécu, non pas dans sa positivité, mais avec toutes les partialités de l’imagination ».

La féerie du Bois

  • 18 François Laplantine, « Le merveilleux, l'imaginaire en liberté », Lieux et non-lieux de l’imaginai (...)
  • 19 Roger Caillois, Cohérences aventureuses. Esthétique généralisée, au coeur du fantastique, la dissy (...)

33La forêt est le lieu par excellence du merveilleux, de ces contes populaires et féeriques où des personnages surnaturels vivent des aventures auxquelles le lecteur adhère sans remettre en question le récit proposé. Comme l’écrit François Laplantine : « Le merveilleux, c’est la face nocturne de l’existence, c’est l’univers du rêve et de la magie qui procèdent tous deux à des transformations et des métamorphoses (l’alchimie des êtres et des choses) qui seraient absolument impossibles dans la vie quotidienne... l’espace est un espace hors de l’espace et le temps, un temps hors du temps. »18 Pour autant, la cohérence de cet univers fictif, lointain, enchanté est vite reconnue, et acceptée, comme la recherche délibérée d’une fantaisie dans le déroulement de la banalité quotidienne, sans que soit perturbée la réalité de nos sociétés qualifiées de modernes. Comme le précise Roger Caillois : « Autrement dit, le monde féerique et le monde réel se juxtaposent sans heurt ni conflit. [...] Le conte de fées se déroule dans un monde où l’enchantement va de soi et où la magie est la règle. »19 Pendant le festival, les artistes jouent sur ce registre de l’enchantement en usant abondamment du gigantisme, le bois se trouvant régulièrement envahi d’étranges créatures (girafes, méduses lumineuses dans les arbres, etc.) un peu inquiétantes mais débonnaires et avec lesquelles s’installe assez vite une certaine familiarité : l’Autre, dans sa différence radicale, est côtoyé voire adopté. Chantal : « Je me souviens d’une troupe d’échassiers, mais absolument extraordinaire. C’était la compagnie Hors Strates... ils ne bougeaient pas... ils s’étaient déguisés en espèces d’insectes, enfin de choses bizarres... leurs actions, [elles] consistaient à se piquer un vieux radis pour le manger, parce qu’ils se confondaient avec la végétation... ils étaient incroyables, ils débarquaient d’une autre planète, c’était fabuleux. »

34Un autre exemple, retenu lors de nos observations en 2004 de la15e édition du festival, est la proposition par la compagnie écossaise Mischief la-Bas, d’un parcours de nuit (à partir de 23 heures) dans le Bois de la Garenne, intitulé Painful Creatures : à la lueur de quelques torches et des indications de guides inquiétants (maquillés comme des vampires), cette traversée nocturne nous emmenait à la rencontre de sirènes, de gorgones et autres personnages « en souffrance » des contes et récits mythologiques. Le projet artistique visait, entre autres, à confronter le spectateur à la peur, aux ténèbres, à la rencontre avec ses propres démons, et à rappeler ainsi la force symbolique de la forêt dans les contes comme lieu de quête initiatique. Comme dans tous rituels de passage, il s’agit de franchir des seuils : la séparation, l’attente et l’intégration. Afin de se découvrir soi-même, il faut accepter dans cet espace forestier éprouvant de se perdre, d’affronter tous les dangers, de rencontrer des créatures mystérieuses. Comme le précise Sabrina : « C’est aussi ça qui plaît, tu as l’impression d’être dans un conte de fées, je ne sais pas comment te dire, c’est comme toutes les histoires que l’on nous lit lorsque l’on est petit où l’on est attiré par la lumière qui est située au milieu de la forêt, mais où l’on a peur d’aller dans cette forêt parce qu’elle est toujours habitée par les loups [...]. Là, tu vaincs une appréhension qui te hante depuis que tu es toute petite en traversant une forêt dans la nuit, et ce n’est qu’à Viva Cité que tu peux le faire, car jamais je n’irai dans une forêt seule la nuit. »

35En regroupant des formes d’expression artistique dans un espace forestier, Viva Cité participe à l’émerveillement des festivaliers en élaborant une transfiguration du quotidien, en restaurant non seulement leur désir de voir et d’entendre des histoires, mais aussi leurs capacités à s’étonner comme des enfants, les yeux écarquillés et la bouche grande ouverte devant l’inconnu et l’inattendu. C’est ce qu’une Sottevillaise appelle « la jeunesse d’âme », c’est-à-dire, précise-t-elle, « savoir être un petit peu comme un enfant [...] à n’importe quel âge, oui, l’étonnement de tout le monde, des plus petits aux plus grands ». On pourrait écrire que le Bois autorise une régression nécessaire pour accéder aux valeurs de l’enfance (disponibilité, curiosité, émerveillement, etc.).

  • 20 Ibid., p. 174.

36Bien que le mot soit souvent utilisé pour qualifier la satisfaction des spectateurs du festival, peut-on dire que Viva Cité fonctionne sur le registre du fantastique ? Si on s’attache à la lecture de Roger Caillois20, le fantastique est « un scandale, une déchirure, une irruption insolite, souvent insupportable, dans le monde réel ». En cela il engendre du désarroi, un impossible que nos schémas d’explication causale et objective du monde ne parviennent pas à accepter. Ainsi, l’apparition est un des ressorts essentiels du genre fantastique, le message consistant à faire surgir de l’insolite, de l’inadmissible dans un ordinaire dont il est banni. De ce fait, le fantastique brise l’ordre des choses, il crée des perméabilités entre le connu et l’inconnu. Exprimant l’issue tragique de toute existence, il génère de l’épouvante. Certes, il arrive que certains spectacles organisent un pseudo-fantastique où il s’agit moins d’installer la peur que de jouer avec (voir les Painful Creatures), mais on peut avancer que le festival par le Bois interposé, s’il fallait catégoriser l’événement, instaure plutôt un univers merveilleux et qui se donne gaiement pour tel ; tout concourt à faire surgir l’image d’un moment privilégié, détemporalisé, d’un âge d’or : celui du temps révolu de l’innocence et de l’enfance. Si le parcours dans le Bois se veut découverte, c’est souvent pour redécouvrir sa capacité à mobiliser son imaginaire, retrouver sa crédulité d’enfant, partir dans une aventure bénéfique et bienheureuse ; Sabrina : « C’est pour cela aussi que c’est féerique, car tu découvres des choses au fur et à mesure des pas que tu réalises. Rien n’est donné d’avance, c’est une fois que tu es devant le spectacle que tu peux constater la teneur de ce qui se fait. »

Dispositif d’invitation et d’ambiance

37Le pouvoir inducteur de l’espace restreint du bois génère un ensemble de relations sociales spécifiques au temps du festival. Si les artistes construisent des mises en forme repérables comme productions artistiques, le public adopte une posture réflexive sur le spectacle qu’il s’offre à lui-même. Daniel : « Tu vois toutes sortes de gens dans le bois... les enfants déguisés, maquillés et tout, les parents qui se laissent un peu... qui se lâchent un peu, qui font un peu la même chose, tout ça, j’aime bien moi ça, ça change. On voit une autre population. » En cela, le festival reconstruit le Bois comme une scène de théâtre ou chacun participe au décor et à l’étrangeté ambiante. Il s’agit de vouloir « en être » et d’« y aller » afin de ressentir les effets euphorisants d’une communion festive.

Arts de la rue versus arts du Bois

38Les artistes de rue visent à créer de l’insolite dans un lieu familier et s’emparent de l’espace particulier du bois pour en faire une autre aire de jeu. Ainsi une mère et sa fille justifient leur venue dans le bois (Geneviève et Natacha) : « On vient d’arriver, on a remarqué les méduses, là, qui pendent aux arbres, c’est pour ça qu’on arrive ici. »

  • 21 Bernard Jeu, Le Sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot, 1977, p. 32.

39L’objectif des arts de la rue, comme dans la plupart des œuvres artistiques contemporaines, est de créer une rupture avec le quotidien en instaurant un autre rapport au monde par stimulation des imaginaires. L’organisation de l’espace en tant que structure symbolique est partie prenante de ce réenchantement : le Bois, chaque fois, comme l’écrit Bernard Jeu en parlant du stade, est « le lieu absolu, utopique. Il n’est nulle part. Rien n’existe en dehors de lui. L’espace ludique consacre l’abolition du temps historique. C’est un centre du monde »21. Centre du festival et centre du monde, le Bois construit du rêve en accueillant des productions hétérogènes et toujours surprenantes, invitant à fuir le réel. Par exemple, en 2005, la compagnie Carabosse propose une illumination de l’allée centrale du bois de la Garenne à partir de toutes sortes de machines à faire du feu, parmi lesquelles de gigantesques lanternes sculptées commandées par d’étranges artificiers. Embraser le bois en contrôlant ce faux incendie installe un symbolisme paradoxal : celui du feu interdit et celui du Bois espace de liberté poétique ; Daniel : « Enfin moi j’ai trouvé ça super joli. Puis y avait une espèce de kiosque au milieu, en haut avec des musiciens... je ne sais pas s’ils étaient deux ou trois, c’était une musique un peu psychédélique ou... mais c’était l’idéal pour s’asseoir dans l’herbe et puis observer tout ça et puis... planer un peu quoi. »

Le Bois comme échappée

40L’investissement du Bois par les festivaliers représente des modes d’appropriations spatiales que l’on peut placer sur un continuum passif/actif, ce qu’on pourrait requalifier sur l’axe du désœuvrement à l’œuvre. De la posture où l’espace est prétexte à un déplacement en soi (se déplacer pour se déplacer) à la volonté de voir pour soi et d’en « faire partie », le bois se décline au gré des désirs de chacun.

41Ainsi, le festival fonctionne parfois comme un argument de sortie, une échappée à la routine du quotidien que l’espace concrétise. Espace de flânerie, le bois autorise tous les abandons : au hasard, à la paresse, à la rencontre artistique ou non, à l’inattendu et au plaisir. Édith et Renaud : « Là, on est venus dans le parc, on est venus comme ça... oui déambuler et puis... au hasard. » Et si le lieu offre l’opportunité d’une balade, c’est une balade dans un « jardin extraordinaire » ; Rosalie : « Bah oui, en se promenant en fait, on tombe sur des représentations, on s’arrête, enfin, s’il faut attendre, on attend un petit peu. » De plus, le dispositif spatial proposé permet de ne pas être toujours dans la posture permanente et attendue du spectateur, de faire autre chose comme le mentionne Edwige : « Ce qu’il y a de bien aussi, c’est qu’on peut bouquiner. »

42On s’autorise à butiner, à passer d’un spectacle à l’autre, à ne pas tout voir, se laisser aller au gré de son désir - Edwige : « On peut aller d’un spectacle à l’autre au gré de nos envies et puis... se retrouver à ne pas savoir où est-ce qu’on va aller, ce qu’on va faire et puis se laisser guider à chaque fois par les envies, c’est ça moi qui me branche bien. »

43Certains festivaliers légitiment leur venue par cette présence-absence ou plutôt ils veulent donner du temps au temps, ne pas se fixer d’objectif, ne pas avoir de projet précis, mais être là, disponible, voir sans prévoir en construisant une programmation à l’envers.

44Daniel : « Ça m’est arrivé de voir des spectacles du off mais par hasard et puis après en regardant où c’était situé, l’heure et puis après essayer de retrouver ce que c’était. » Les plus radicaux cultivent l’art de ne rien faire. Édith et Renaud : « [Et vous avez vu pas mal de pièces ?] Non, pas du tout,... à l’origine, on devait le faire mais bon, on s’est posés. [...] On est restés là, point final. » Le Bois est un espace de repos possible (s’asseoir dans l’herbe ou sur un banc) avec cette idée de cultiver le temps, le domestiquer pour soi. Ce temps retrouvé est aussi une façon d’accueillir l’espace autour de soi et de s’y sentir apaisé.

45Pour d’autres, la pause dans le Bois est un entre-deux, entre deux spectacles comme ce groupe de cinq personnes, programmateurs dans le nord de la France, installés autour d’une table. Thibault : « On se repose en attendant le spectacle de 15 h 30. »

Le Bois mis en salon

46Contribuant aux paradoxes des valeurs imagées du Bois de la Garenne par les festivaliers, les organisateurs aménagent cet espace comme dispositif à la fois artistique et de convivialité, où l’insolite s’invite dans un paysage quotidien. Ainsi, la 15e édition de juin 2004, placée sous le thème des transports amoureux, mobilisera, entre autres, des artistes-plasticiens pour proposer des installations aux quatre coins de la ville (la façade de l’hôtel de ville sert de support à la réalisation d’une fresque, un concours d’art postal est organisé). Mais surtout, cette année-là, ont été disposés de vieux canapés (récupérés chez Emmaüs) tout au long de l’allée centrale. Si les installations plastiques ont été relativement peu commentées (dans les entretiens recueillis) peut-être du fait de la posture « contemplative » ou extérieure qu’elles engendrent, la mise en salon du bois sera à la fois expérimentée et racontée. Bernard : « Je trouve que cette année, les canap’, c’est carrément bien venu, non c’est vrai, c’est une très bonne idée. » Thibault : « Pour moi, ce que j’adore, c’est les canapés. » Outre la surprise, Geneviève : « Je suis étonnée par tous les vieux canapés, ça fait... c’est marrant. », nos observations montrent que la présence au-dehors, d’objets familiers du dedans est dans un premier temps (le vendredi) considérée avec une certaine suspicion : on commente, on s’interroge, mais on ne s’assoit pas ou peu, Geneviève : « Qu’est ce que ça veut dire, c’est quoi, c’est... Chaque groupe investit un canapé ? » « C’est pour un spectacle ? » « C’est pour le public aussi ? » Pourtant en fin d’après-midi, les festivaliers ont investi les canapés et se réjouissent de l’initiative en termes de repos, de confort, de fatigue ; Thibault : « Et puis là, on a trouvé des bons divans, canapés qui sont au milieu du bois, alors on se repose. » Si on considère le spectateur souvent debout, parfois assis par terre ou sur les planches d’un gradin, les canapés sont une aubaine et une réponse à la vulnérabilité de notre condition humaine. Édith et Renaud : « Les canapés, c’est une très bonne idée, oui, on adhère bien aux canapés. » Le samedi, les premiers occupants ont été remplacés par des jeunes et l’usage de l’objet change : d’abord il est déplacé. On forme des cercles, il quitte l’allée centrale, trop animée, et on l’emmène dans des coins du bois plus discrets, plus sombres. On s’approprie le canapé comme un petit chez soi : on y dort, mange, boit, fume... on est là (André : « parce que la dernière fois on a fait du matin au soir. ») Les spectacles du festival ne font plus partie d’un projet, il s’agit de se poser et ne rien voir ou ne voir que ce qui vient à soi. Cette passivité festivalière est en contradiction avec le projet souvent mis en avant des arts de la rue, de la déambulation obligatoire et d’un public actif, participatif : ici l’intérêt s’est déplacé vers cet espace de confort et de convivialité. Parfois le canapé est enjeu de territoire entre groupes spécifiques (les grands et les petits). André : « De toute façon, les petits... ils vont pas tenir, ils vont pas pouvoir discuter, donc ils viennent pas. [...] donc maintenant ils veulent pas qu’on parle, les grands, parce que nous, on laisse pas parler les petits. » Dans ce cas, il s’agit d’adolescents de 14/15 ans qui appliquent aux « petits » de 11/12 ans les jeux de ségrégation ou d’interdits qu’ils subissent eux-mêmes avec les jeunes adultes 18/20 ans.

  • 22 Anne Gonon (coord.), La Relation au public dans les arts de la rue, actes du colloque « Les arts d (...)

47Bernard : « Je trouve que c’est intéressant du point de vue de l’aménagement des pôles de rencontres possibles, les canapés dans l’espace. » En effet, le dimanche la mixité s’est définitivement installée : sur les canapés se côtoient différentes générations, différents groupes sociaux (famille, bandes de copains, retraités, professionnels du spectacle...) et la parole circule avec les spectacles vus comme support ou tout simplement le quotidien et l’envie d’échanger sur tout et sur rien. Il est vrai que le dimanche, le public22 est plus familial que les autres jours : « [...] tandis que le dimanche, alors là, le dimanche, c’est vrai que le dimanche, c’est les familles, les poussettes, les enfants... » (Régis).

48Le Bois de la Garenne, lorsqu’on regarde la carte de Sotteville, est presque au centre de la ville : tel un œil sur un portrait de profil, il dévoile la place inversée d’une « nature » entourée par la ville. Souvenons-nous qu’au Moyen Âge, les villages autour des églises et de leurs jardins représentaient le carré de la civilisation et de la chrétienté « triomphant » de la sauvagerie de la forêt (lieu de tous les dangers, des sorcières et des démons), bref l’ordre de l’intérieur maîtrisant le désordre de l’extérieur. Aujourd’hui cette inversion spatiale déplace également les représentations et les imaginaires : le Bois devient un patrimoine immatériel, où l’on vit autrement, où le temps se dilate, où le calme prête à la rêverie et à la contemplation loin du bruit et des violences urbaines, où on peut, l’espace d’un instant, faire de sa vie « une œuvre d’art ». Certains festivaliers en font même le symbole de la manifestation qu’il accueille : « Ce bois... il est... ces arbres sont magnifiques, un peu disposés au hasard, mais c’est pas dérangé, c’est tout à fait dans l’esprit des arts de rue quoi, rien de quadrillé, rien de précis, tout un peu dans le flou, mais ça colle parfaitement avec l’ambiance qu’il y a ici. »

  • 23 Erving Goffman, Les Mises en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

49Dans le Bois de la Garenne l’espace participe du rêve d’un groupe de se réinventer comme totalité autour du temps idéalisé de la fête annonciatrice de la vacance estivale. D’autre part, en tant que forme spatiale, il fonde l’identité culturelle du festival et assure en même temps, par mémoire interposée, sa pérennité. Lieu d’ouverture, d’accueil, d’échanges, la centralité du Bois structure les représentations que le groupe se fait de lui-même, libérant une parole réflexive sur ses propres mises en scène23. C’est enfin un lieu d’orientation des regards pour s’adresser aux autres, mais qui déconstruit les règles conventionnelles quant à la façon d’accueillir l’œuvre d’art : ici, il faut s’adapter en permanence à une multitude de démarches diversifiées, imprévisibles, spontanées, celles des artistes et celles du public. Ce qui occasionne des rencontres pluralistes et originales, une volonté participative à un moment créatif, du merveilleux, de l’empathie et un imaginaire partial autour de la quête d’un bonheur partagé.

50En cela, l’espace du bois est une manière de rendre compte des façons dont à la fois nous construisons un monde habitable (supportable) mais aussi comment ce monde habité est un indicateur des formes du lien social, des valeurs, des identités et des symboles manipulés par les groupes qui le fréquentent.

Agence Tartar(e), Conakry et chuchotements, 2006 (collection mairie de Sotteville-lès-Ronen).

Des spectateurs embarqués, compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, le sonomographe, 2005 (collection P. Roland).

Des spectateurs embarqués, compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, le sonomographe, 2005 (collection P. Roland).

Notes

1 François Laplantine, Le Social et le sensible. Introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre, 2005, p. 42.

2 Robert Park, « La ville », dans Yves Grafmeyer et Isaac Joseph (dir.), L’École de Chicago – naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1990 (1979), p. 79.

3 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 43.

4 Guy Di Méo, Géograpie sociale et territoires, Paris, Nathan, 2000, p. 53.

5 Les éléments historiques présentés ici sont renseignés en partie grâce à l’ouvrage de Léon Leroy, Daniel Andrieu et Jean-François Glabik, Sotteville, une vie, Sotteville, Éditions Maison pour tous de Sotteville, 1991.

6 Guy Di Méo, op. cit., p. 55.

7 Ce récit est à mettre en perspective avec la réalité historique de la fête des associations sottevillaise. Grâce aux documents d’archives de Daniel Andrieu, nous avons constaté que la fête des associations avait été supprimée en 1985 (lors de sa 5e édition) par le maire de l’époque René Salmon (maire de 1983 à 1989). D’autre part, les deux premières années de Viva Cité ont été préparées avec de nombreux partenaires dont les associations, ce qui témoigne encore de la mise en œuvre d’une mémoire collective tendue entre souvenirs et oubli.

8 Henri Lefebvre, Le Droit à la ville. Espace et politique, Paris, Éditions Anthropos, 1968, 1972, p. 146.

9 Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925), p. 79·

10 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 171.

11 Joël Candau, Anthropologie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2005, p. 66.

12 Roger Bastide, Les Religions africaines au Brésil, Paris, PUF, 1995.

13 En 2004, il y a 7 espaces de représentations dans le bois pour 25 compagnies annoncées dans le festival in, en 2005 encore 7 dans le bois pour 21 spectacles dans le in et en 2006, 6 pour 21.

14 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992 (1960).

15 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 2005 (1957), p. 17.

16 Robert Harrison, Forêts, essai sur l’imaginaire occidental, Paris, Champs-Flammarion, 1992.

17 Gaston Bachelard, op. cit.

18 François Laplantine, « Le merveilleux, l'imaginaire en liberté », Lieux et non-lieux de l’imaginaire, Paris, Maison des cultures du monde, 1994, p. 78.

19 Roger Caillois, Cohérences aventureuses. Esthétique généralisée, au coeur du fantastique, la dissymétrie, Paris, Gallimard, 1976 (1965).

20 Ibid., p. 174.

21 Bernard Jeu, Le Sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot, 1977, p. 32.

22 Anne Gonon (coord.), La Relation au public dans les arts de la rue, actes du colloque « Les arts de la rue : quels publics ? », 16-17 nov. 2005, Atelier 231, Sotteville, Vic-la-Gardiole, L’entretemps, 2006.

23 Erving Goffman, Les Mises en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

Table des illustrations

Légende Des lieux et des souvenirs, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Le Bois théâtralisé, 2005 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Le Bois dans la ville, 2006 (collection mairie de Sotteville-lès-Rouen).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Les parapluies du Bois, 2007 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Canapés publics, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Agence Tartar(e), Conakry et chuchotements, 2006 (collection mairie de Sotteville-lès-Ronen).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Des spectateurs embarqués, compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, le sonomographe, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10605/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 642k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search