Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Première partie : emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace

Chapitre 2. Usage du programme et jeu du hasard : une esquisse de typologie

Barbara Évrard et Hakim Ferradji

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple : http : //www.isere-tourisme.com ; Emmanuel Ethis (dir.), Aux marches du palais (...)
  • 2 François Rouet, « Comment se pose la question des prix dans le domaine culturel ? », dans Olivier (...)
  • 3 Pierre Sauvageot, « J’ai beaucoup aimé ton dernier public », dans Anne Gonon (coord.), La Relation (...)

1Plusieurs études1 se sont attachées aux publics des festivals et à leurs travers des variables classiques l’âge, sexe, caractéristiques au que sont le la classe sociale, la provenance géographique... Des typologies sont d’ailleurs proposées afin de rendre compte de ces focales. Ces recherches permettent de mieux connaître le profil des publics des festivals, mais elles laissent peu de place à la trajectoire de l’acteur social au sein de la manifestation. François Rouet2 propose, lui, quatre profils de spectateurs : le public cœur de cible (les initiés), le grand public, le public potentiel et le non-public (indifférent ou réfractaire). La typologie de Pierre Sauvageot présentée lors d’un colloque organisé par l’Atelier 2313 s’intéresse plus spécifiquement aux publics de Viva Cité et définit sept comportements types : les spectateurs, les badauds, les observateurs, les habitants, les participants, les complices et les protestataires.

2Que font les publics de leur temps de présence sur le festival ? Comment s’organisent-ils ? Dans quelle mesure utilisent-ils les programmes ? Que viennent-ils faire s’ils ne viennent pas pour la programmation ? Les choix des festivaliers peuvent être résumés en trois questions : où vais-je ? Pour voir quoi ? À quelle heure ? Le problème est la compréhension du choix parmi l’ensemble des possibles.

3Peu nombreuses sont les études qui caractérisent les parcours des festivaliers au sein des manifestations, comme nous l’avons déjà signalé. En analysant des usages du programme, nous nous proposons de compléter le panel des indicateurs permettant d’accroître la connaissance des publics des festivals des arts de la rue.

4Le programme est conçu comme un outil d’aide à la décision, mais son usage se révéle complexe. Les festivaliers sont soumis à des contraintes avec lesquelles ils composent. Ils se trouvent dans l’obligation de choisir les spectacles, les horaires et les lieux de représentations. Le festivalier est nécessairement actif dans le choix des spectacles, la gestion du temps, la durée de présence au festival. Deux figures « extrêmes » peuvent être identifiées. D’une part l’hyperorganisé surinvestit dans l’activité (il est équipé d’une montre, d’un sac à dos, de chaussures de randonnée, d’un vêtement de pluie, d’une feuille de route...) et il vit le festival en solitaire, pour lui-même, ou avec ses semblables. L’autre figure est le flâneur qui vient sans équipement, sans but précis. Il ignore le programme volontairement ou parce qu’il n’en connaît pas l’existence et il ne présente pas d’intérêt manifeste a priori pour le contenu du festival. Pour autant la plupart des festivaliers naviguent entre ces deux pôles.

  • 4 Nous cherchons ici à définir des « types idéaux » : « On obtient un idéal-type en accentuant unila (...)

5Analyser les différents usages du programme, c’est donc lire les diverses formes de présence au festival Viva Cité et révéler les attentes et l’approche qu’en ont les spectateurs. Cela constitue une nouvelle forme de classification des festivaliers. Pour autant, notre propos n’a pas de visée normative ou prédictive, mais compréhensive. Les festivaliers ne sont plus repérés par catégories socioprofessionnelles, mais par le sens qu’ils donnent à leur présence dans ce festival, à la manière dont ils l’investissent. Nous chercherons, de fait, à dresser une typologie4 des formes d’appropriation du festival.

6L’analyse des observations et des réponses apportées par les festivaliers à la question « Comment utilisez-vous le programme ? » permet de repérer trois types d’utilisation. Dans le premier type, il s’agit de gérer et surtout de rentabiliser son temps de présence sur le festival par l’organisation d’un emploi du temps anticipé afin d’assister au plus grand nombre de spectacles.

7Un autre type d’utilisation consiste à repérer les « immanquables » tout en ménageant une place à la flânerie et à la surprise. Les festivaliers préférant déambuler (le plus souvent dans le Bois de la Garenne), sans obligation, en s’arrêtant « au feeling », en restant à l’écoute du bouche-à-oreille et des rencontres. Les temps de battement entre deux représentations laissent une place à l’exploration et à l’inattendu largement investis.

8Enfin, l’absence de programmation est induite par une présence conjoncturelle – presque accidentelle – au festival. On y vient par hasard, en voisin, simplement pour la « balade ». Le festival n’est alors qu’un décor original (ré)enchantant cet espace.

Un spectateur organisé, 2007 (collection M. Sizorn).

Anticiper son parcours, programmer son week-end

9Certains festivaliers anticipent le festival, et par là même leur plaisir, en récupérant le programme au préalable. Ils se créent ainsi un véritable emploi du temps où chaque spectacle constitue une étape du parcours à accomplir. Ils s’aménagent en fait un temps « pour soi » où seule la satisfaction de son propre plaisir compte. Parce que le festival a une durée limitée, le jeu consiste à prévoir ses déplacements et à anticiper ce qu’il faut voir : « C’est l’expérience qui m’a fait me rendre compte que, quelquefois, il y a des super spectacles qui ne passent que deux fois. Et si on les rate, c’est foutu », d’après Chantal. La première motivation de la programmation est donc le désir de ne pas rater les « bons » spectacles.

10Ainsi, la présence de ces festivaliers à Viva Cité fait l’objet d’une gestion préalable, rigoureuse et anticipée afin d’être rentabilisée. Chantal explique d’ailleurs : « Une semaine avant, je vais à la mairie chercher une palanquée de programmes [...]. Et puis j’étudie soigneusement les programmes. J’essaye de voir ce que je peux voir : le maximum de choses. » Une autre explication semble donc être celle de chercher à tout voir, à tout entendre, et donc à tout savoir. Dans la mesure où Viva Cité est un événement annuel sur une durée de trois jours, il s’inscrit dans l’éphémère, sa programmation est unique. Ainsi les plus friands cherchent-ils à préparer « leur » festival en sélectionnant les spectacles à l’avance afin d’en profiter le plus possible.

  • 5 Emmanuel Ethis, « Petite sociomorphologie des festivaliers ordinaires », dans Emmanuel Ethis (dir. (...)

11Mais il n’y a pas que le temps qui est en jeu, il y a également le confort du spectateur. Tout est prévu pour que rien ne vienne gâcher le plaisir. Daniel a donc « pris le petit escabeau de trois marches [...] parce qu’à la fin [il] y avait tellement de monde que quand tu es à dix ou quinze mètres derrière, tu vois plus, t’entends plus, tandis qu’avec mon petit escabeau c’était bien ». Pour ces habitués, venir au festival constitue une véritable organisation où rien n’est laissé au hasard : le programme est récupéré à l’avance, l’emploi du temps étudié et préétabli, le festivalier s’est équipé (chaussures confortables par exemple). Le festival fait alors l’objet d’une minutieuse préparation. Rien ne doit venir perturber le festivalier en quête, le temps d’un week-end, des spectacles. Ainsi, pour être confortablement installés et profiter au mieux des représentations, certains emportent coussins, sièges ou encore escabeau. Emmanuel Ethis écrit à propos du Festival d’Avignon : « Durant près de trois semaines, le Festival semble ainsi fonctionner comme un jeu de piste, boussole à la main, où l’on court après Molière, Queneau et Brecht. Cet enchaînement d’actions occupe une telle place que le fait de s’organiser pour se rendre à un spectacle compte au moins autant, sinon plus, que celui d’y assister. »5

Étude attentive du programme, 2004 (collection M. Sizorn).

12Le programme devient alors un véritable « guide ». Les synopsis, les photos permettent une anticipation de l’univers du spectacle. Chaque festivalier peut, de fait, en fonction de ses goûts, de ses envies et de ses connaissances artistiques, jalonner son parcours à Viva Cité puisque pour Mathilde, « les compagnies on les connaît guère. [Avec] le synopsis, on voit un petit peu, on se dit : tiens ça doit être sympathique ». Ainsi, même novice des arts de la rue, chaque festivalier peut, de cette façon, créer son programme. L’expert, lui, repère les « immanquables », comme autant d’étapes jalonnant son parcours au sein du festival, en sélectionnant les compagnies connues. Une observation effectuée in situ note qu’« une institutrice a préparé son programme pour les trois jours sur un petit carnet : tout y est méticuleusement noté ».

13Une autre manière de sélectionner les spectacles peut aussi se faire par le bouche-à-oreille. Sabrina nous dit lors d’un entretien : « La première année, j’avais fait un petit programme, et après, en discutant avec des personnes que j’avais rencontrées, je me suis rendu compte que j’avais loupé pas mal de choses intéressantes. J’avais vu de bons spectacles, mais pas les meilleurs visiblement, j’étais passée à côté de pas mal de choses. Donc, depuis, je me laisse aller, j’écoute ce qui se fait de bien et je me laisse aller. Mon programme, ce sont les autres qui me le font et en même temps je fais celui des autres en donnant mon avis sur les représentations auxquelles j’ai assisté. [...] Le programme est plus riche en te laissant guider par les autres qui connaissent les spectacles ou alors qui les ont déjà vu. » L’expérience et les avis extérieurs, de ceux qui savent parce qu’ils ont déjà vu le spectacle, constituent donc une source d’informations précieuse et utile. Au-delà du partage d’un avis, c’est aussi du lien social qui se crée à travers la mise en place d’un éphémère réseau.

14Le temps se présente à la fois comme un enjeu (être à l’heure) et une ressource (gérer au mieux son temps de présence). Les horaires indiqués dans le programme permettent aux spectateurs d’être présents dès le début du spectacle. De cette façon ils peuvent à la fois voir et entendre les artistes. Daniel explique par exemple : « On revient parce qu’on n’a pas vu le spectacle en entier. On revient parce que moi je ne suis pas grande, donc en gros s’il y a une colonne devant moi j’y vois rien. Donc demain j’essaierai d’être à l’heure pour m’asseoir devant et voir quelque chose [...] si tu veux voir des spectacles correctement, il faut venir au moins un quart d’heure avant que le spectacle démarre pour bien s’installer [...] parce que quand on arrive sur un spectacle qui est déjà commencé, c’est toujours plus compliqué d’accrocher et tout. » (Cécile)

15En revanche, lorsque les festivaliers viennent en groupe, la stratégie consiste à choisir leurs « compagnons » au regard de leurs intérêts : « En général j’y vais avec ma fille, parce qu’elle est comme moi. On va voir un maximum de choses » ; « Jusque-là, quand j’y suis allée, c’était avec des gens qui avaient un peu les mêmes goûts. » (Chantal) ; ou bien ils s’organisent pour faire coïncider leurs différents programmes pensés au préalable. L’utilisation du programme est donc, ici, un outil permettant d’optimiser sa présence à Viva Cité, à la fois en organisant le temps, et en sélectionnant les représentations satisfaisant ses attentes.

Rester disponible à l’inattendu, au partage et aux compromis

  • 6 François Laplantine, La Description ethnographique, Paris, Nathan, 1996.

16Le deuxième type de déambulation correspond à ce que nous pouvons appeler le choix de la « semi-liberté ». Les modalités de repérage sont, ici, plus aléatoires. L’intérêt, l’envie du moment sont au cœur du séjour à Viva Cité. Parfois, le programme est vu, sans pourtant être regardé6. Considéré comme un « guide » contraignant, il est perçu comme un rappel à l’ordre. Pour cette raison, certains festivaliers font le choix de s’en détacher. Les participants s’écartent du programme pour se laisser porter. Si pour certains, ce fascicule est un appui, pour d’autres, il est ignoré, notamment afin de se laisser aller au rythme des spectacles qui se déroulent, en particulier dans le Bois de la Garenne. Le programme, comme nous l’avons vu, n’est pas toujours scrupuleusement suivi par les festivaliers, surtout pour les initiés. Il est parfois ignoré par une partie d’entre eux qui préfèrent se laisser guider par la rumeur, l’écho des spectacles ou des compagnies diffusé par le public. « [...] je laisse toujours une place à la surprise ou au conseil des gens, le bouche-à-oreille fonctionne pas mal dans les compagnies intéressantes à voir donc... on fait le choix. » (Bernard) Cette attitude est surtout adoptée pour profiter de l’expérience des personnes assistant à Viva Cité. Il y a, dans ce cas, la volonté de partager les sentiments des uns et des autres. Un besoin de partager l’événement caractérise ces acteurs préférant substituer au programme le goût des autres. Ils sont ouverts à un spectacle dans la mesure où il est conseillé.

17Les habitués adoptent une approche légèrement différente, préférant se fier aux compagnies qu’ils connaissent, « les valeurs sûres ». Ils programment ainsi quelques spectacles qu’ils savent à leur goût, c’est-à-dire fidèles à leurs attentes. Pour le reste, ils choisissent d’errer au sein du festival en s’arrêtant ici ou là, happés par la musique, interloqués par le décor ou le jeu des artistes. Les festivaliers construisent, de fait, des allers-retours permanents entre le programme et le festival, entre l’anticipation et l’errance. Le prospectus se fait alors partenaire, compagnon de voyage. Pour Gaël, « c’est plus au détour, en me baladant, il y a un truc qui m’intéresse, “tiens, je m’arrête”. Sauf cette année, je voulais voir le clou du spectacle, le grand truc avec tous les véhicules. En plus j’ai été déçu. Sinon, c’est plus je me balade et puis je m’arrête ». Une partie du week-end est certes anticipée, mais c’est un programme relativement souple, laissant une place importante à la déambulation sans but précis, sinon la quête de l’inopiné. Il s’agit, en fait, ici plus d’une posture qui permet au festivalier de se faire surprendre, que d’une réelle programmation.

18Le festival est aussi l’occasion d’un temps partagé en famille, puisque les enfants se trouvent bien souvent au centre de la déambulation. Dans ce cas, le programme, ce sont eux qui le font, qui choisissent : « Moi, j’avoue que je suis [ma fille]. Je suis obligée de la suivre. C’est un peu elle qui mène la danse pour le moment. Mais bon, moi j’avoue que j’ai pas vu ce que je voulais voir, parce que matériellement c’est pas possible », indique Aude. Certains parents font alors passer le plaisir des enfants avant le leur. S’ils parviennent parfois à « voler » des morceaux de spectacles qu’ils auraient aimé voir, ils se mettent avant tout au service des goûts des plus jeunes. Deux démarches sont alors repérables : la première est de suivre l’enfant dans son « zapping » à la recherche de spectacles. Ou bien, la sélection est effectuée en amont par les adultes qui guident les enfants dans l’univers du festival.

Compagnie Ex Nihilo, Calle Obrapia #4, 2004 (collection M. Sizorn).

  • 7 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1989, p. 234-235.

19Viva Cité apparaît ainsi comme un rendez-vous où la programmation, l’ordre établi, la rationalisation, le respect méticuleux des règles et des codes sont mis entre parenthèses. En d’autres termes, le spectateur s’octroie, à cette occasion, une respiration lui permettant de signifier une rupture avec son quotidien en se libérant de l’« intensification de la vie nerveuse »7 propre à la modernité. Il se produit une forme de vagabondage : « On va d’un endroit à l’autre. [...] c’est un peu le coup de cœur, quoi, si ça nous plaît, on reste, si ça nous plaît pas, on s’en va et puis s’il y a trop de monde et qu’on arrive pas à bien voir, et bah... Mais c’est pas du tout programmé à l’avance. » (Catherine) La souplesse de cette programmation favorise une déambulation, permettant le questionnement des lieux et des espaces, qui ne se réalise pas seul mais parfois avec un groupe de personnes partageant expériences et impressions.

Festival et Bidons, 2005 (collection P. Roland).

20L’objectif de certains festivaliers est de se laisser aller au gré des spectacles dans la mesure où, pour Bernard, « Ça fait une petite promenade. Voilà, c’est sympathique, le lieu est sympa donc... une petite balade et hop... Non, je pense que... ça va être... mais après c’est difficile de choisir, de se dire : je vais plus aller voir ça que ça », principalement dans le Bois de la Garenne où se concentre l’essentiel de l’activité. La présence de multiples propositions artistiques dans ce bois satisfait, notamment, les personnes n’ayant pas préparé de programme, car ainsi elles peuvent déambuler dans un espace restreint et perçu comme accueillant. En effet, c’est souvent accompagné des enfants, d’amis que l’on se rend à Viva Cité. Thérèse considère que « en plus à Viva Cité, quand on vient, on vient pas pour voir quelque chose de précis, enfin personnellement c’est pas comme ça, on vient comme ça... pour regarder... Pour voir quoi. Pour voir n’importe quel spectacle et on tombe dessus. On regarde comme ça, souvent on prend et ça nous plaît ». Comme nous le constatons, les festivités favorisent l’errance dans le sens où celle-ci permet de trouver des opportunités.

21Cette manifestation s’inscrit dans un temps de rupture avec l’ordinaire où l’acteur exprime son désir de découvrir, de se faire surprendre. Dans cet espace, les festivaliers cherchent à s’imprégner d’une « ambiance » qui leur permet de s’exprimer et aussi de s’extraire, au moins le temps de quelques jours, du quotidien. Ce foisonnement artistique répond aux attentes des spectateurs en quête de sens et de plaisirs. Ce festival, à la recherche de la satisfaction immédiate d’un plaisir, s’inscrit ainsi dans un loisir de type hédoniste, en opposition au temps quotidien du travail et des contraintes sociales.

22Viva Cité, par son déroulement dans un espace ouvert, permet d’attirer un public aux horizons d’attentes diversifiés. Ceux qui prévoient d’y assister viennent avec des espoirs particuliers : « [...] je me suis réservé cette soirée pour moi, car je ne suis pas dans la même dynamique avec mes enfants que je ramènerai demain. Là, je me laisse porter alors que demain, je les suivrai. Je ne vivrai pas les spectacles de demain de la même manière. Les enfants sont très heureux de venir à Viva Cité. Ils auraient voulu venir, mais ils attendront demain. Casimir, qui a quatre ans, tenait absolument à venir, mais il attendra demain. » Sabrina, mère de famille, se réserve du temps pour se laisser aller, seule, au grés des spectacles. Elle se laisse imprégner par l’ambiance, détachée, momentanément, de toute préoccupation. Par ailleurs, notons la volonté de profiter de l’événement avant de le vivre avec ses enfants, ce qui réduit la part de l’inattendu.

23Pour certains, la découverte de Viva Cité se fait donc au fil des spectacles. Loin de toute anticipation, ce type de participant préfère vivre le festival dans l’instant et au hasard. Dans une errance déambulatoire, le festivalier s’arrête au gré des spectacles, des décors, des ambiances, des ressentis. Pendant la durée du festival, les frontières spatio-temporelles se défont et donnent une autre dimension au paysage habituel : « On a l’impression de s’enfoncer dans une grande forêt, et même si tu vois que les routes ne sont pas loin, il est des parties de ce bois de la Garenne qui t’empêchent de voir autour de toi. Aussi, le fait d’être pris par un spectacle et d’être aveugle par rapport à ce qui t’entoure ne te laisse pas supposer que tu es dans un petit bois à proximité d’une station de métro, de la mairie, d’un lycée. Tu es comme absorbé par l’environnement qui t’entoure. » Sabrina témoigne de l’expérience de ce que l’on pourrait appeler la « porosité » au monde, non plus maîtriser son environnement mais se rendre disponible, réceptif, et accueillir sans choisir ce qui se présente à soi.

24Les spectacles, comme les trains, respectent les horaires... L’usage du programme est alors indispensable lorsque les spectateurs souhaitent voir les représentations dans leur totalité. La question est alors de savoir, pour ce type de spectateurs, comment l’outil programme est utilisé. Or, lorsque le festivalier choisit de ne pas l’employer, de déambuler au hasard, voir le spectacle entièrement est difficile. La nécessité de s’organiser conduit à une programmation des spectacles qui entre alors en contradiction avec le désir de détachement du temps de l’acteur. C’est donc entre les représentations que l’inattendu retrouve sa place. Pour Chantal, ces moments « creux » sont l’occasion de se laisser surprendre : « [...] bien entendu, j’ai toujours l’œil et l’oreille en éveil. Parce que même entre les spectacles que j’ai repéré, y a toujours des temps de battement, donc j’arrête pas de sillonner le Bois de la Garenne dans tous les sens. [...] C’est justement en me baladant comme ça que j’arrive à tomber sur des choses » ; « C’est vrai que je programme ça un petit minimum quoi. J’ai pas envie non plus que ce soit le truc complètement figé d’avance quoi. C’est vrai que je trouve que c’est aussi important de pouvoir se laisser surprendre à un coin du bois par quelque chose qu’on n’avait pas prévu. » L’acteur est confronté à des logiques qui peuvent être contradictoires. Ainsi, participer à un festival suppose de faire des choix de compagnies, de lieux, d’horaires. En amont, le directeur du festival et son équipe ont élaboré une programmation en sélectionnant des artistes, en fixant le nombre de représentation, et les espaces de présentation des œuvres. Entre le désir de profiter du festival tel qu’il a été conçu et celui de vouloir se faire surprendre, la tension est forte. En effet, les temps « libres » entre les différents spectacles sont laissés afin de concilier ces deux logiques.

25Bien que le programme soit un outil important, son usage en est parfois détourné. Il est aussi utilisé à d’autres fins que la sélection de spectacles. Certains festivaliers y inscrivent leurs impressions, ou annotent les spectacles. De programme, il devient « carnet souvenir » et mémoire critique. Il permet non seulement de garder le souvenir des spectacles vus mais aussi d’en estimer la valeur. Étudier l’usage du programme, c’est donc, en définitive, lire les expériences sociales vécues par les festivaliers en accédant à la lecture des souvenirs couchés sur le papier. Le programme devient ainsi le témoin d’une expérience vécue. S’il n’est pas nécessairement destiné à être conservé, il constitue la trace de l’événement passé.

Déambuler sans programme

26Viva Cité est un festival ouvert, notamment par la diversité de ses publics. Il y a certes des spectateurs « experts », habitués aux festivals et pour certains initiés aux arts de la rue, mais il y en a d’autres qui viennent à Viva Cité parce que c’est un moment de convivialité. Parmi eux, certains n’utilisent pas de programme, ils n’en connaissent d’ailleurs pas toujours l’existence. De la même façon, ils ignorent les noms des compagnies présentes, ou les intitulés des pièces vues. Ils sont là « en balade », n’hésitant pas à partir si le spectacle ne leur convient pas, en saisissant alors un autre au passage. Ils voient quelques représentations mais ne s’en souviennent pas toujours, sans rechercher des informations pour éventuellement les revoir dans leur intégralité. Lorsque Gilles vient voir du « théâtre de rue, les animations. On sait quand même que ça pète plus ou moins... on sait que l’on va passer une bonne soirée ». Nous sommes, ici, dans une participation circonstancielle où le « zapping » permet de passer d’une représentation à l’autre sans nécessairement avoir besoin de « rentrer dedans », ou d’en saisir toutes les dimensions. Ce festival est perçu comme étant ouvert à un large public où chacun trouve son propre mode d’appropriation.

  • 8 Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot & Rivages, 1998, p. 32.

27Viva Cité est un spectacle de rue installé dans un espace singulier puisqu’il investit et la ville et son bois. « On est arrivé [...] à 14 h 20, on a mangé et puis bon on n’a pas encore eu l’occasion d’aller faire un tour, j’attends mes deux collègues et ensuite on va aller voir un peu partout ce qui se passe exactement », nous dit Firmin. En cette circonstance, les promeneurs d’un jour s’accordent du temps, profitant de l’ambiance et éventuellement des spectacles du moment. En d’autres termes, ils flânent. La flânerie se fait alors expression d’une reconquête du temps à l’opposé du rythme de vie quotidien majoritairement orienté vers la production : c’est une protestation sourde. Flâner, ce « n’est pas suspendre le temps, mais c’est s’en accommoder sans qu’il nous bouscule »8. Sans programme, ces festivaliers hédonistes goûtent le moment présent et les découvertes que le hasard leur offre.

28Les spectateurs gèrent donc leur temps, et s’adonnent à toutes sortes de plaisirs : ils déambulent au gré de leurs envies en appréciant les instants passés dans ce Bois de la Garenne où l’inattendu, l’inexplicable, le fortuit surprennent et amusent, permettant de se divertir en famille ou entre amis. Ainsi, pour Gaël, « c’est plus je me balade et puis je m’arrête tu vois ».

  • 9 Roger Sue, Temps et ordre social. Sociologie des temps sociaux, Paris, PUF, 1994, p. 11-32.
  • 10 Ibid., p. 203.

29Tout se passe comme si les spectateurs venaient à Viva Cité pour passer un « bon moment » sans contrainte, pas même celles de la programmation : « Par exemple, j’ai vu que les Alama’s Givrés sont actuellement dans la rue, mais je n’ai pas envie de courir. Je ne suis pas dans cette dynamique. » (Flora) Certes, les spectacles, à travers leur succession, rappellent le temps qui passe, mais l’horloge ne s’impose pas9. Les spectacles ne sont, ici, plus au cœur du festival. Ils font presque partie d’un décor sur lequel s’arrête parfois le regard, par simple curiosité, mais le « festivalier » (en est-il encore un ?) vient avec d’autres motivations. Parce que la ville endosse ses habits de fête, le citadin prend plaisir à y déambuler et à la redécouvrir autrement. « Une nouvelle société se crée en marge de la société “officielle” et de sa représentation publique. En ce sens, la montée de l’individualisme, si souvent critiquée, serait moins un repli sur soi qu’une nouvelle manière de vivre des relations sociales multiformes et changeantes. »10 Cette parenthèse va dans le sens d’une reconstruction des relations sociales dans la cité. Parce qu'elle se transforme, la ville offre l’occasion de s’y rencontrer autrement, dans des lieux en quelque sorte réinventés.

30Ce festival est une distraction dans le sens où la majorité des participants ne viennent pas « armés » d’un oeil expert, à la recherche du spectacle ou parce qu’une compagnie appréciée est présente. Les « promeneurs » n’ont pas nécessairement d’attentes spécifiques, ils peuvent trouver des éléments de satisfaction dans les spectacles ou simplement dans « l’autre cadre » proposé par Viva Cité. Ils sont simplement là, par hasard, parce qu’il se passe quelque chose d’inhabituel. Se détacher des autres, des spectacles, aller et venir dans la ville devenue espace scénique, et en particulier le Bois de la Garenne, crée une forme d’appartenance au festival.

31Même si, nous l’avons vu, Viva Cité favorise la rencontre avec un cercle de connaissances, il permet aussi une ouverture sur le monde. Edith considère qu’« il y a des personnes intéressantes à rencontrer. Il n’y a pas qu’à la télévision que l’on peut voir des choses intéressantes, même dans la rue c’est possible ». La culture n’est pas nécessairement dispensée dans des lieux officiels, ou à la télévision à travers les émissions dites « culturelles ». Certes, le public est présent, mais l’ouverture constatée laisse supposer que la culture vient à la rencontre des personnes, elle s’invite dans l’espace public et tranfigure le quotidien.

32Viva Cité n’est pas simplement une succession de spectacles. Ceux qui n’utilisent pas le programme, souvent des Sottevillais, viennent parfois simplement pour se rencontrer, profiter des stands restauration ou rafraîchissement installés. Ces personnes profitent de l’événement en partageant un moment avec leurs amis, sans trajectoires précises. Viva Cité offre aussi un espace ouvert et convivial. Cela se traduit d’ailleurs par l’appropriation des lieux de passage qui se font soudain lieux de rencontre. Comme le dit Quentin, « si l’occasion se présente pourquoi pas, mais pour le moment il n’y a rien. Comme on le disait tout à l’heure, il n’y a pas une seule jeune qui est là. La plupart, elles préfèrent rester entre elles, se faire une soirée plutôt que de venir ici. Pour l’instant, nous n’avons pas eu l’occasion de draguer ici ».

33En cela Viva Cité remplit différentes fonctions, qui ne se réduisent pas à l’événement artistique : c’est aussi un moment de sociabilité.

34Nous avons mis en évidence que le festival est vécu différemment par les acteurs rencontrés : il n’y a pas qu’une seule manière de vivre le festival. Le programme impose de choisir (de l’avoir ou non, de s’en servir ou pas). Mais les arbitrages rendus ne sont pas du même ordre. Dans la première partie, nous avons vu que le festivalier choisit entre les spectacles qu’il veut voir. Le programme est alors l’outil support de la création d’un emploi du temps, pour certains, rigoureux. La deuxième partie traite du festivalier qui organise son temps entre différentes représentations mais laisse place aussi aux amis, à la familles, aux surprises... Enfin, la troisième partie a mis en avant l’absence de programme mais aussi la faible présence (voire l’absence totale) des spectacles. Ici ce sont davantage la balade, la rencontre, la convivialité qui font du festival un lieu festif plus que culturel.

35Ainsi, nous proposons de rendre plus lisibles les trois types de déambulations repérées à travers l’analyse des usages du programme.

36Tout d’abord « les affamés » : cette catégorie rassemble les spectateurs initiés et experts. Ils connaissent le festival et y reviennent généralement d’une année sur l’autre. Ils préparent consciencieusement leur venue à Viva Cité en récupérant le programme à l’avance afin de se constituer un emploi du temps qui leur permet d’assister au plus grand nombre de spectacles possible. Ces spectateurs sont présents sur toute la durée du festival et y viennent seuls ou avec des personnes ayant des goûts similaires et partageant leurs intérêts.

37Ensuite « les disponibles » : curieux de tout, avides de surprise, ils déambulent au sein du festival à la recherche de l’inattendu. Sans but précis dans ce festival, ils s’arrêtent au gré de leurs envies. Ils se constituent un programme qu’ils ne suivent pas toujours pour satisfaire leurs envies de découvertes et de surprises. Le programme se fait ici compagnon d’aventure.

38Enfin « les flâneurs » : leur présence au festival est bien souvent le fruit du hasard. Ils sont ici, sans but particulier, ils se « baladent ». Ils n’ont pas connaissance du programme et ne s’en soucient guère. Ils se promènent au hasard, sans hâte et profitent juste de l’événement, à l’occasion ils s’attardent devant un spectacle mais leur objectif n’est pas là. Ils répondent simplement à l’invitation du festival, ils satisfont leur curiosité en venant voir ce qui advient sans autre but que de passer le temps.

39Le festival parvient à attirer les « flâneurs », pour autant participent-ils vraiment à l’événement ? Le programme, difficile à lire, n’aide pas toujours à faire un choix. Ce problème de lecture ayant été identifié, une solution a été proposée sous forme de parcours thématiques s’adressant à différents publics. Si le flâneur le souhaite, il peut se servir de ce « parcours » comme une clé d’entrée dans le festival. Ce qui semble l’intéresser davantage, c’est surtout la dimension fête populaire et moins la dimension culturelle.

40Nous remarquons cependant que l’essentiel des déambulations ont lieu dans le Bois de la Garenne. Cette étendue de verdure semble effectivement avoir une position privilégiée. Est-ce parce qu’il est au cœur de Viva Cité ? Cet espace vert favorise-t-il la rêverie ? En quoi est-il propice à la déambulation ?

Parcours thématiques, 2006 (collection P. Roland) ;

Notes

1 À titre d’exemple : http : //www.isere-tourisme.com ; Emmanuel Ethis (dir.), Aux marches du palais : le festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation française, 2001 ; Emmanuel Ethis (dir.), Avignon, le public réinventé : le Festival sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation française, 2002.

2 François Rouet, « Comment se pose la question des prix dans le domaine culturel ? », dans Olivier Donnat, Les Publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquêtes, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2001, p. 139-146.

3 Pierre Sauvageot, « J’ai beaucoup aimé ton dernier public », dans Anne Gonon (coord.), La Relation au public dans les arts de la rue, actes du colloque : « Les arts de la rue : quels publics ? », organisé par l’Atelier 231, à Sotteville-lès-Rouen les 16 et 17 novembre 2005, Vic-la-Gardiole, L’entretemps, 2006, p. 71-72.

4 Nous cherchons ici à définir des « types idéaux » : « On obtient un idéal-type en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes obtenus isolément, diffus ou discrets, que l’on trouve tantôt en petit nombre et par endroits pas du tout, qu’on ordonne selon les différents points de vue choisis unilatéralement, pour former un tableau de pensée homogène [einheitlich]. On ne trouve nulle part un pareil tableau dans sa pureté conceptuelle : il est une utopie », Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.

5 Emmanuel Ethis, « Petite sociomorphologie des festivaliers ordinaires », dans Emmanuel Ethis (dir.), Avignon, le public réinventé, op. cit., p. 246.

6 François Laplantine, La Description ethnographique, Paris, Nathan, 1996.

7 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1989, p. 234-235.

8 Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot & Rivages, 1998, p. 32.

9 Roger Sue, Temps et ordre social. Sociologie des temps sociaux, Paris, PUF, 1994, p. 11-32.

10 Ibid., p. 203.

Table des illustrations

Légende Un spectateur organisé, 2007 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Étude attentive du programme, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Compagnie Ex Nihilo, Calle Obrapia #4, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Festival et Bidons, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Parcours thématiques, 2006 (collection P. Roland) ;
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 502k

Auteurs

Doctorante en STAPS
Membre du laboratoire CETAPS, EA 3832, université de Rouen.

Docteur en STAPS
Membre du laboratoire CETAPS, EA 3832, université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search