Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Première partie : emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace

Chapitre 1. Venir à Viva Cité

Pierre Gastelais

Texte intégral

  • 1 Enquête du réseau Eunetstar, coordonnée par Floriane Gaber, Les Publics des arts de la rue en Euro (...)

1Le dernier week-end de juin à Sotteville-lès-Rouen, les artistes sont dans la rue et les spectateurs sont nombreux à ce rendez-vous annuel. Venir à Viva Cité, nous allons le voir, n’est pas réservé exclusivement à un public amateur d’art tant la dimension festive est constitutive de cette manifestation (dans le mot festival, on trouve d’ailleurs la racine latine festivus, là où il y a la fête). Cet aspect festif, loin d’être « résiduel » ou secondaire, mérite attention et analyse. En effet, le festival Viva Cité se présente comme un ensemble de réjouissances publiques et organisées que chacun s’approprie à sa façon. On peut avancer que la pluralité des expériences des spectateurs constitue des publics diversifiés1 dans ses attentes, ses intérêts et ses comportements.

2Si ce texte s’attache à repérer l’origine de leur présence au festival en répertoriant ce que nous avons appelé les déclencheurs, il prend également en compte la quête de la fête, tant au niveau des pratiques que des espaces investis. Ainsi, si certaines personnes interrogées privilégient la réception des spectacles, d’autres annoncent leur désir de « fête ». Jean et Émeline : « [...] et puis y a pas d’enjeu particulier, quoi, on vient voir, on s’amuse et puis voilà. Il y a un esprit un peu fête. »

3Quels sont les éléments justifiants de la venue à Viva Cité, alors qu’y sont conjointement tissés des enjeux artistiques, éducatifs, politiques et festifs ?

Au coin de la rue : expliquer sa présence par la proximité

4« En fait, j’habite juste à côté, donc déjà, c’est peut-être pour ça que j’y vais. Voilà, et... oui, en fait, ça fait partie... sur Sotteville, ça fait partie des trucs importants. » (Gaël) La proximité est souvent ce qui permet la découverte de Viva Cité pour un certain nombre de festivaliers, Sottevillais et habitants de l’agglomération rouennaise. Comme le précise une interviewée : « [...] je suis donc venue montrer aux petits ce que c’était, car maintenant j’habite à Petit-Quevilly. Comme la distance n’est pas très grande, j’ai pensé qu’il était intéressant de venir leur montrer Viva Cité. » À cette proximité spatiale s’ajoute la curiosité engendrée par une turbulence inhabituelle :« [...] quand j’y suis allé la première fois, j’habitais à côté, donc, attiré par les bruits, je suis allé voir en fait juste par curiosité plutôt que pour le théâtre, parce que le théâtre, ça me... c’est pas ma tasse de thé ! ! ! Non, mais j’y suis allé, oui, parce que j’avais envie de voir ce que c’était. » (Gaël)

5Pour les Sottevillais, le rapport de proximité entre Viva Cité et publics prend parfois une autre forme. Si le festival se passe en grande partie dans le Bois de la Garenne, les artistes investissent également les rues et les spectacles s’écartent de ce centre symbolique. Certains habitants ont l’opportunité d’assister à des mises en scène ou des déambulations au pied de leur habitation, voire de participer eux-mêmes à certaines prestations lorsque les artistes investissent leur propriété. Ces « riverains curieux », qui ne se déplaceraient peutêtre pas pour assister aux spectacles, sont un type de public dont la présence (voire la captation) est construite par la volonté de l’artiste (et du politique) d’établir un échange culturel en allant à la rencontre de la population, en jouant devant sa porte.

Le festival en poussette, 2004 (collection M. Sizorn).

6Pour un certain nombre de spectateurs, la gratuité est en outre un élément facilitant leur accès aux spectacles : Viva Cité a la particularité de proposer l’accès gratuit à tous « que ce soit gratuit, que ce soit accessible à tout le monde, c’est pour ça que j’aime bien » (Renaud). Roland confirme l’idée que la gratuité permet à une certaine partie du public d’être là, quid tout le monde a « sa chance » : « [...] avoir l’opportunité d’avoir... un spectacle comme ça, de rue avec toutes sortes de différents spectacles, je trouve que c’est bien [...]. Oui, mais le fait que ce soit gratuit, moi je trouve que c’est bien. Ça donne la chance à tout le monde. »

Voir des spectacles

7À la question « Que venez-vous chercher à Viva Cité ? », Catherine répond : « Un peu de spectacle, de l’originalité. [...] cela change de l’habitude. On rencontre des gens, et on voit différents spectacles. » Sa fille : « Les spectacles sont vraiment bien, en plus il y a des lumières qui sont jolies. » Florence : « Nous n’avons pas encore tout vu. Il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir. »

8L’offre culturelle proposée par le festival a engendré des habitudes et suscité le désir d’assister à des spectacles de rue. La réputation acquise par Viva Cité, dépassant l’espace régional, peut donc être soulignée comme un déclencheur. Rosalie dit par exemple avoir découvert Viva Cité grâce à sa fille « qui a vu dans Télérama qu’il y avait ce festival ». Chantal déclare quant à elle que « c’est par voie de presse » qu’elle en a entendu parler. Le bouche-à-oreille participe aussi de la promotion du festival ; un proche, un voisin, un membre de la famille, un ami, un collègue peuvent inviter à participer à l’événement : « Nous avons un ami qui est artiste et qui fait une représentation. Il nous a donc demandé de venir. » (Florence) « Je l’ai connu... je me souviens plus... par des amis, oui je crois, qui devaient nous y emmener [...]. C’est d’ailleurs une de mes collègues [...] qui connaît bien la région, qui nous a conviées à venir ici. » (Adeline) La parole circule autour de l’événement, attisant la curiosité et aujourd’hui les gens viennent parce qu’« on en a entendu parler ».

  • 2 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).

9À noter qu’une partie des spectateurs de Viva Cité est constituée d’artistes ou de programmateurs, de personnes impliquées dans les arts de la rue ou plus généralement dans les « mondes de l’art »2. « C’est le premier festival de l’été, le plus gros, enfin un gros festival en début d’été, on vient voir les compagnies pour... éventuellement programmer l’année prochaine. » (Bernard) Certains témoignages de « spécialistes » attestent à la fois des attentes particulières et une capacité à décrire l’événement dans ses registres les plus divers.

10Les spectacles de Viva Cité ne sont pas uniquement pour les plus grands. En effet, certains sont pensés en direction du « jeune public » et font l’objet d’une programmation spécifique. Ainsi, au milieu d’un public d’enfants et de parents, nous avons assisté à un spectacle mettant en scène deux clowns dont les gags et pitreries suscitaient de nombreux éclats de rire chez les enfants.

Venir en famille : passer un bon moment

11Nous avons observé que le samedi et le dimanche, particulièrement dans le courant de l’après-midi, de nombreuses familles sottevillaises se donnent rendez-vous au parc de la Garenne, derrière l’hôtel de ville. Les couleurs, la musique, les spectacles, la foule, sont autant d’éléments qui plaisent mais aussi « changent » du quotidien :

Davy : oui pour venir voir et puis pour passer un peu les journées.
Nadège : oui, passer une après-midi.
Davy : passer une après-midi, parfois deux, ça dépend.
Nadège : bon, là, il fait beau là, on va profiter.
Davy : non, puis c’est pour faire un tour quand même parce que bon...
Nadège : bah, ça change un petit peu, oui. De la vie de tous les jours...

12Le motif premier pour ce couple est d’occuper son temps libre, l’intérêt artistique paraissant secondaire. Ils sont présents parce que « ça change », ça « fait passer les journées » : Viva Cité semble les aider à rompre avec leur quotidien.

  • 3 François de Singly, Les Uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003.

13Autre élément émergeant des entretiens : la place faite aux enfants et plus largement à la structure familiale. Pour certains festivaliers, c’est le motif de leur venue. « [On est là] parce qu’on peut venir avec les enfants, ça se déroule sur une journée complète, le cadre est favorable aux enfants ; comme nous on adore ça, mais qu’on n’a pas fréquemment l’occasion de sortir le soir ou... des choses comme ça... ça s’y prête facilement », confie Émeline, mère de famille habitante de la commune. La fréquentation du festival, contrairement à d’autres activités de loisirs, n’est pas le prétexte à une certaine dispersion familiale. Il s’agit d’occuper son temps libre oui, mais à condition de se faire plaisir « ensemble »3. Émeline souligne d’ailleurs que « plutôt que d’aller dans des petites salles à Paris le soir où l’on voit des choses équivalentes, ça permet de venir en famille ». Jean, son conjoint, ajoute alors : « C’est pas un projet éducatif... mais oui en fait je pense que ça les habitue quand même à une certaine... ça les ouvre un peu... ça les ouvre sur certaines choses. »

14Dans ce cas précis, le festival présente un double avantage : la proximité et la facilité d’accès (espace ouvert), ce qui permet aux enfants de ne pas être dans une attention soutenue à l’ensemble du spectacle, de bouger, voire de faire du bruit. Le cadre du Bois de la Garenne est, à ce propos, particulièrement propice aux activités ludiques. Tout d’abord l’espace est clos, du moins symboliquement, puisque des barrières basses séparent le Bois de la rue, ce qui donne un sentiment de sécurité et permet de laisser une certaine autonomie de déplacement ou du moins une « liberté encadrée » aux plus jeunes. De tous âges, nous en avons observé courir ici et là, en présence de leurs parents ou en bande, sous l’œil plus ou moins attentif des adultes. Les sons et les couleurs, la foule, les guirlandes, les objets insolites suspendus aux arbres constituent un décor qui plonge petits (et grands) dans un monde magique.

15Un lieu spécifique a particulièrement attiré notre attention : « l’espace enfants ». On y retrouve beaucoup d’activités ludiques pour occuper, amuser, éduquer les plus jeunes. Différents ateliers sont proposés par des professionnels de l’animation : construction de marionnettes, contes populaires, espace de jeux anciens, maquillage, trampoline, initiations au cirque (acrobaties, équilibre, jonglage). Afin de profiter de cette palette d’activités proposées, vu le succès qu’elles rencontrent, il est parfois nécessaire de réserver sa participation en s’inscrivant à l’accueil. En fonction des activités, l’âge des enfants est variable : alors que les plus jeunes (vers 4 ans) préfèrent l’atelier « maquillage », les préadolescents s’amusent ensemble sur les structures gonflables ou sur le trampoline. Si la configuration de l’espace laisse aux enfants un sentiment de liberté, les animateurs de la Maison pour tous qui les encadrent gardent la maîtrise de l’afflux important de jeunes, par une organisation précise du passage d’atelier en atelier et des files d’attente : en effet, la sécurité est un souci permanent au regard du grand nombre de participants, en particulier sur les ateliers « à risque » (trampoline par exemple). Cela permet à certains parents de laisser leurs enfants sous la responsabilité des animateurs, afin de voir plus « sereinement » un spectacle, alors que d’autres restent à proximité des activités, encourageant, félicitant leur petit, allant parfois jusqu’à intervenir dans l’animation de la pratique. Si la fonction éducative des ateliers est intéressante à souligner, aux yeux des enfants ce moment est d’abord celui d’une certaine jubilation festive, un temps séparé du temps de l’école, autorisant des excès (rires, cris, agitations) constitutifs du plaisir ludique partagé.

16Viva Cité offre un certain confort pour les familles, il est accueillant car il n’oblige pas à choisir entre une sortie culturelle et les enfants : « En fait c’est le genre de festival qui se prête bien... quand on a un gamin en bas âge alors que les festivals un peu plus sérieux, un peu plus officiels, c’est quasiment impossible de les faire avec des gamins », disent Luc et Élodie. On comprend bien dans ce discours le souci d’articuler de façon très pragmatique vie de famille et festival : Viva Cité est « accessible », il convient aux parents comme aux enfants et n’oblige pas les adultes à choisir entre leur responsabilité parentale et leur désir d’échappée culturelle.

Se nourrir à Viva Cité, 2004 (collection M. Sizorn).

Se poser en retrait, ensemble

17Assis « en tailleur » dans le Bois de la Garenne, un petit groupe de six adolescents (de 14 à 18 ans) attire notre regard. Ils boivent des sodas (parfois de la bière), fument des cigarettes qu’ils font « tourner » entre eux, discutent, rient. Pour la plupart vêtus de jeans et de tee-shirts, de marques ou non, portant des casquettes pour quelques uns, ces jeunes paraissent s’amuser. Les relations filles/garçons ont retenu plus particulièrement notre attention par le rapport de séduction qu’elles mettaient en œuvre. Ainsi, un simulacre de combat s’établit entre un garçon et une fille (celle-ci l’ayant chatouillé), témoignant d’un désir d’intimité que ce « jeu de mains » donne à voir. Ces adolescents, comme beaucoup d’autres, s’approprient une partie du parc, ils investissent l’espace circulaire formé par le groupe où ils se sédentarisent, de quelques dizaines de minutes à plusieurs heures. L’attention est centrée essentiellement sur le groupe, éventuellement sur des passants du même âge. Les spectacles ne font pas l’objet d’un grand intérêt. Fondamentalement sédentaires, les jeunes gens se déplacent peu vers eux et ne prennent pas le temps de s’arrêter pour les regarder en entier. C’est ce que nous avons constaté en voyant le groupe concerné assis au même endroit, après être repassé sur le lieu deux heures plus tard.

18Nous nous sommes alors questionné sur les motifs de leur présence, liés en partie à l’ambiance qu’ils trouvent à Viva Cité et de laquelle ils participent. Ces jeunes sont presque tous sottevillais, ce sont des habitués du parc qu’ils fréquentent aussi le reste de l’année, ils connaissent des personnes dans le festival (camarades, professeurs, voisins, familles), et considèrent cette manifestation comme un rendez-vous annuel. Nous avons interrogé un groupe d’adolescents (15-19 ans) en leur demandant combien de spectacles ils avaient vus : « Pas aujourd’hui... » [Pas aujourd’hui ? et vous venez tous les jours ?] Non, non, non, pas du tout. Mais là... à l’origine on devait le faire mais... bon on s’est posés (rires). [Et ça fait longtemps que vous êtes là ?] Oui, aussi... [rires]. On est restés là, point final. » Ici, « se poser », rester assis et observer, profiter de l’ambiance « en marge », à l’écart des autres festivaliers, sont les activités qui rythment la journée de ces adolescents. Leur discours questionne sur leur perception/réception du festival. Sont-ils insatisfaits de ce qui leur est proposé ? Est-ce un choix délibéré de leur part de s’écarter, d’adopter une participation en retrait de l’ambiance du festival ? Sont-ils dans une position de rébellion, de rejet des valeurs adultes (culture, norme sociale, famille), ce qui expliquerait les jeux avec les normes et les interdits sociaux (consommation d’alcool ou de cannabis) ? En utilisant des codes comportementaux spécifiques, comment se démarquent-ils ?

19Gérald nous précise : « Par contre je trouve que ce n’est pas adapté aux jeunes. C’est plus pour les vieux. Pour les jeunes, il y a des animations avec des ballons, mais c’est vraiment pour les enfants, il n’y a rien pour les adolescents. » Le sentiment de frustration se justifie ici du fait d’une position « entre deux » (trop vieux pour les jeux d’enfants et trop jeune pour les activités de vieux) expliquant en partie les attitudes de « retrait » des groupes de jeunes, présents parce que Sotteville est en fête, mais une fête qui ne correspond pas à leurs attentes adolescentes.

20Par leur comportement « en marge », les adolescents du Bois de la Garenne sont dans une démarche « rebelle », ils se démarquent à la recherche d’émotions et de valeurs partagées entre soi et que l’espace investi en territoire concrétise. Leur attitude « avachie » sur le gazon, qui peut paraître inutile ou improductive (rien n’est réellement produit, si ce n’est du lien social intracommunautaire), en opposition au temps scolaire ainsi qu’à l’activité des festivaliers adultes qui peut paraître productive (enrichissement culturel), est aussi un élément qui fait de ce « sit-in des ados » un moment festif pour eux.

L’ambiance et la convivialité : venir pour se restaurer

21Le thème de l’« ambiance » est apparu plusieurs fois dans les entretiens. Il semble, en effet, qu’un des motifs principaux de la présence au festival soit la recherche d’une ambiance, celle qu’on a connue et qu’on cherche à retrouver tous les ans. Celle-ci peut être créée, outre les productions artistiques et selon les spectateurs rencontrés, par les espaces de restauration, lieux par excellence de convivialité et de rencontres.

22Comme en témoigne l’expérience de Chantal, les espaces participent de la création d’une atmosphère conviviale, mise en place grâce à un décor évoquant les rituels d’accueil coutumiers de certaines cultures. « Ce que j’avais trouvé le plus extraordinaire au niveau de la convivialité, c’était l’année où il y avait... des espaces thé. Il y avait les copains là, les plastiqueurs qui avaient installés des yourtes, des espèces de tentes genre tente touareg et tout ça. » L’altérité et le voyage sont ici associés à cette ambiance.

23Comme le souligne Gaël à propos des coins buvette et restauration : « Ah oui, ça c’est sympa... C’est sympa parce que t’as un stand africain, t’as un stand chinois, asiatique. Et ça c’est sympa. Et il y a plein de gens qui restent, qui viennent bouffer avec toute la famille et qui repartent après. Je ne dis pas qu’ils viennent là comme au restau, mais je trouve que ça ajoute à la convivialité du truc. Et ça, c’est plutôt sympa. »

24L’espace « restaurants du monde » est situé au centre du parc de la Garenne, il est de forme circulaire et délimité par les « cases » des restaurateurs proposant des mets variés, d’origines différentes. Le public présent est assez diversifié et même si l’on y retrouve une grande majorité de familles, il y a un certain brassage social : les personnes âgées côtoient les enfants, les familles, des adolescents, des artistes. Les gens se réunissent, par groupes amicaux ou familiaux, sur les grandes tables installées au centre, tel un banquet, donnant l’impression d’une grande communauté qui fait du moment du repas un moment de plaisir partagé. La liberté de mouvement, les flux de personnes entre les tables, entre l’intérieur de ce « mini-village » et l’extérieur, font de ce lieu un espace ouvert à tous, à condition de disposer de quelques euros pour s’acheter quelque chose à manger.

25« L’heure de pointe » est particulière car elle donne lieu à des queues interminables. Le dimanche midi est un moment « critique ». Les stands sont assaillis et l’ambiance est plus mouvementée qu’à n’importe quel autre moment de la journée. Le volume sonore est plus fort, on est plus serré, on essaye de se faire de la place et des agacements apparaissent. Nous y avons observé des personnes manger debout ou même sortir s’asseoir sur le gazon, à défaut de chaises et de tables disponibles. D’autres pénètrent dans l’enceinte pour espérer s’installer et font demi-tour, apparemment découragées par la foule.

26Cependant, cette ruée vers les stands n’enlève rien au caractère festif de ce lieu ; au contraire, le nombre important de personnes participant de cette ambiance accentue la « convivialité », on échange sur les spectacles, on se renseigne sur des lieux « mal » indiqués, on s’entraide pour manger comme pour voir « la chose à ne pas manquer ».

Se restaurer à Viva Cité, 2007 (collection M. Sizorn).

Faire la fête à Viva Cité

27Le soir venu, les vendredis et samedis, alors que les familles sont rentrées se coucher après le spectacle du soir sur la place du marché, le festival n’est pas terminé pour autant : les concerts prennent la relève des spectacles de théâtre ou de danse. Dans la continuité de la journée de festival, la fête se poursuit sous d’autres formes, avec un public différent, avec des motifs différents : une partie des festivaliers se donne rendez-vous à la « Bodega ».

28La « Bodega » se situe dans la cour de l’école de la rue Raspail, non loin de la place du marché. Lorsqu’on regarde le lieu depuis la rue, on aperçoit d’abord une grande tente au centre de l’espace, à l’intérieur de laquelle se dresse une petite scène pouvant accueillir groupes de musique et compagnies, et il demeure de l’espace réservé au public. Sur la gauche est aménagé un espace barbecue sur lequel grillent calamars et agneau. Sur la droite est placé un bar, à l’intérieur duquel les serveurs proposent alcools et sodas. Plus loin, une zone est dégagée avec quelques chaises en rangs, placées en face d’une scène extérieure, où jouent des groupes de musique. Sur une partie du terrain restant, entre la barrière et la grande tente, des tables et des chaises accueillent des festivaliers qui préfèrent s’attabler. Comme Chantal le relève, « ça peut être dans les espaces de convivialité quand on va boire un pot, quand on va se restaurer un peu parce que c’est vrai que trois jours d’affilée... faut recharger les batteries ». Enfin, en levant les yeux on aperçoit les grands arbres de la cour de l’école, auxquels sont accrochées des guirlandes, ainsi qu’un assortiment de lumières colorées, ce qui participe de la transformation de ce lieu d’éducation en espace festif. En proposant des tapas et des sangrias, en décorant et colorant les lieux, l’ambiance créée est de type feria, telle qu’on la trouve en Espagne ou dans le sud de la France. Il est intéressant de noter que la « Bodega » est gérée par une association, la Karavan Pass, qui, outre la configuration des lieux, organise sa propre programmation avec, en journée, des petits groupes musicaux et des spectacles de théâtre de rue et, en soirée, des concerts de musique du monde.

29Selon le moment de la journée, le public que l’on retrouve à la « Bodega » est âgé de 20 à 40 ans environ. Femmes et hommes y sont représentés à égales proportions, et la présence d’enfants est assez rare, sauf en journée. Pour l’apparence vestimentaire, nous avons observé une façon de s’habiller plutôt « urbaine », mais aussi des présentations de soi plus « fantaisistes » : vêtements originaux ou d’une autre époque, coupes de cheveux « décalées », combinaison de couleurs, aspect plus rock’n’roll. On retrouve également quelques personnes en « tenue de festivaliers », en short et en bermuda, n’ayant certainement pas eu le temps de se changer avant la soirée. Comme c’est le début de l’été, parfois les jeunes femmes sont vêtues en jupe. Beaucoup se rencontrent et se saluent, se serrent la main, se font la bise. En questionnant différentes personnes, nous nous sommes rendu compte qu’un grand nombre d’entre elles résident dans l’agglomération, sortent le soir dans les bars de Rouen, fréquentent les salles de spectacles de la région. Beaucoup de noctambules, de groupes d’amis rouennais, voire les nouvellement étiquetés « bourgeois bohèmes » se retrouvent à la « Bodega », dont l’ambiance festive constitue une garantie de soirée réussie. À partir de minuit, la fréquentation du lieu augmente : outre la bière, on vient consommer la sangria, spécialité obligatoire de toute « bodega » reconnue et quelques alcools forts. Sylvain avoue « [être] resté à la Bodega cette année ! [...] je suis plus resté à boire des coups plutôt qu’à voir des spectacles, [...] j’ai pas mal rencontré de gens, comme d’hab’, voilà, on s’est un peu raconté les vies de tout le monde et puis voilà quoi ! » L’exemple de Sylvain témoigne de l’importance accordée à ces espaces d’échanges où chaque année on retrouve un décor, la complicité festive, les amis, la musique.

30Fidèle du festival, il ajoute : « Il y a une espèce d’énergie dans ce festival, une ambiance super sympathique. Au fil des années, c’est devenu un rendez-vous, en fait. Maintenant c’est devenu un lieu de retrouvailles de pas mal d’amis, de potes de lycée, de potes de Sotteville qui se retrouvent chaque année. » Le rendez-vous avec les connaissances participe de ce qu’on pourrait appeler une communion recherchée, en relation avec le fait d’être « fidèle », c’est-à-dire de pratiquer le festival régulièrement. Le même festivalier précise : « J’ai assisté à la première édition de Vivacité, ça devait être en 90, 91, [...] ça devenait un rendez-vous... » Cette volonté de retrouver les choses à l’identique, ce vécu convivial et joyeux spécifique de l’événement constituent un motif de la présence d’une partie du public, d’un public particulier amateur de festivité. « Le soir je crois que j’ai dû manger à la Bodega, rencontrer un groupe d’amis là-bas. Je crois qu’ensuite je suis allé à l’Atelier 231, faire “l’after” là-bas. » (Sylvain)

31Parmi les espaces festifs se trouve également l’Atelier 231 qui propose aux festivaliers la possibilité de prolonger la nuit après les spectacles et d’y « faire la fête ». C’est un hangar désaffecté de l’industrie des voies ferrées qui abrite les locaux du Centre national de production des arts de la rue. Pendant l’année, l’Atelier 231, haut lieu du passé cheminot sottevillais, accueille des compagnies en « résidence » pendant plusieurs semaines, ce qui occasionne des représentations publiques gratuites appelées « visites de chantiers » ou « sorties d’atelier ». Pendant le festival, le bar et la véranda de l’Atelier accueillent artistes et festivaliers noctambules pour faire la fête dans le sens le plus couramment admis : euphorie, rencontres, concerts et musiques. On y danse, on y boit, on se retrouve, on discute et on se rencontre. Lieu de l’after où se succédaient les Dj’s, l’édition 2007 est marquée par une fermeture à une heure du matin et l’installation d’une structure proposant nourriture et boissons : « l'Île aux cerises ».

32Venir à Viva Cité, c’est alors l’aborder par des chemins buissonniers, c’est l’apprivoiser par la musique et la fête, le désir de rencontres et de retrouvailles. Sylvie confie : « Ah ici, je viens chercher un peu d’ambiance. Pour l’instant, j’ai des amis. Je suis née à Sotteville. Et bon, à force d’aller au marché et tout ça, j’ai fait des connaissances. Mais là, jusqu’ici, je n’ai rencontré personne que je connais. Et là, j’allais m’en aller voir les amis portugais en question ou alors attendre la musique... » Déterminé par l’idée de rencontre, Viva Cité devient, pour certaines personnes, le « prétexte » de retrouvailles en retissant du lien social que le quotidien rend moins palpable. Pour les habitants de Sotteville et de l’agglomération rouennaise, Viva Cité, c’est un moment de l’année où l’on revoit des gens que l’on n’a pas vus depuis longtemps. On retrouve des amis, des collègues, des voisins. C’est alors le moment d’échanger, de se donner des nouvelles, de regarder ensemble un spectacle ou de boire un verre : « C’est vrai que je me suis aperçue que je retrouve des gens que je vois que là-bas, ça c’est clair. Des anciens élèves par exemple, ça j’en retrouve des palanqués là-bas. Mes copains comme par hasard je les retrouve là-bas. Mais ça m’est aussi arrivé de... en fait d’échanger avec des gens qui étaient sur place quoi. Bon ça va pas devenir des amis, mais il y a quelque chose de... fort quand même au niveau du partage justement de la joie, enfin de... » Chantal, enseignante, témoigne ansi du plaisir, vécu l’année précédente et recherché, de rencontrer et d’échanger, cette activité de communication faisant de Viva Cité une fête rituelle de la socialité.

33Flora, sottevillaise, raconte son expérience : « À l’époque, j’étais seule, et je me revois dans le bois de la Garenne et je faisais trois pas et je rencontrais du monde. C’était tellement extraordinaire comme situation que je me souviens avoir noté le nom de ces personnes sur le programme. À la fin du festival, j’ai compté le nombre de personnes, et j’ai constaté que j’avais fait des bises à cinquante personnes différentes. C’était quelque chose de fabuleux, parce que j’avais passé un moment extraordinaire de rencontre, un moment de rencontre avec des amis, et avec d’autres qui le sont un peu moins. » La recherche du lien, le besoin de socialité et de sociabilité sont exposés en relation avec l’obligation de s’extérioriser ou au moins d’adopter une certaine empathie nécessaire pour goûter au climat du festival, comme nous le relate Flora : « Bien entendu, bon on ne peut pas être dans sa bulle en venant à Viva Cité. Nous le sommes assez comme ça. Si on vient assister à Viva Cité en étant renfermé, il ne se produira rien de magique. Il faut venir et s’ouvrir aux autres pour qu’il y ait quelque chose de particulier. Au niveau de la magie, c’est ce que je disais tout à l’heure par rapport au fait d’avoir passé environ une heure trente à discuter avec les techniciens et les artistes l’an passé. »

34Viva Cité, lieu de rencontres, espace de regroupement, permet à chacun de tisser du lien social, ce qui contribue à restaurer l’ambiance (celle d’hier et d’aujourd’hui) autour d’affinités partagées : retrouver des espaces conviviaux, propices à l’échange apparaît ainsi comme un des motifs clefs de la venue au festival.

35Des entretiens réalisés, nous avons tenté d’extraire les éléments permettant d’identifier les déclencheurs de la venue du public à l’événement. Nous avons vu que les motifs sont variés, se complètent parfois, du désir de profiter prioritairement de l’événement, « [je n’ai pas envie de] traîner là, manger des frites... [sinon, on] peut avoir l’impression d’avoir loupé sa journée », au plaisir de se réunir pour faire la fête, dans un contexte en rupture avec le quotidien, improductif et excessif.

36Si certains invoquent le hasard pour expliquer leur venue (« à vrai dire, je suis là un peu par hasard », Jacques), cette évidence, comme nous l’avons constaté, est à relativiser. On peut ainsi expliquer la présence de certains publics par la proximité géographique, par la proposition culturelle ou par la recherche d’une ambiance (rencontres, partages, décor, convivialité). La promotion, le bouche-à-oreille, la proximité, la réputation ne sont-ils pas des éléments plus « rationnels », qui laisseraient cependant au festivalier le sentiment d’être tombé « par hasard » sur le festival ? « En fait, moi j’habitais Oissel, donc bah voilà et puis un soir on est venus ici, on a vu un peu de lumière, donc on est venus et puis voilà. Ça s’est fait comme ça... sans savoir où on était et... puis chaque année, enfin après on s’est renseignés un petit peu avec un de mes amis et puis on s’est aperçus que c’était un festival et voilà. » (Nadège et Davy.)

Notes

1 Enquête du réseau Eunetstar, coordonnée par Floriane Gaber, Les Publics des arts de la rue en Europe, Les cahiers HorsLesMurs, no 30, juillet 2005.

2 Howard S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982).

3 François de Singly, Les Uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003.

Table des illustrations

Légende Le festival en poussette, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Se nourrir à Viva Cité, 2004 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Se restaurer à Viva Cité, 2007 (collection M. Sizorn).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k

Auteur

Professeur agrégé d’EPS
Membre du laboratoire CETAPS, EA 3832, université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search