Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Première partie : emplois du temps et formes d’appropriation de l’espace

Emplois du temps et formes d'appropriation de l'espace

Texte intégral

1L’ambition de ce premier chapitre est d’accéder à une « connaissance pratique directe » (en référence aux travaux des sociologues de l’école de Chicago) répondant à notre souci de comprendre le système de cohérence interne d’un festival des arts de rue Viva Cité.

2En partant du terrain et des propos recueillis, il s’agit de décrire le plus fidèlement possible les différents « usages » du festival par son public et d’en comprendre les modes de réception. En d’autres termes, quels sont les processus qui structurent et dynamisent l’action organisée des festivaliers, quelles appropriations spatio-temporelles font-ils de l’événement et comment se négocient, en situation, des liens sociaux caractéristiques des formes d’investissement du quotidien et de l’urbain ?

  • 1 Monder Kilani, L’Invention de l’autre. Essai sur le discours anthropologique, Lausanne, Payot, 200 (...)

3Pour rendre compte du festival in situ, la difficulté réside dans la nécessité de respecter la subjectivité et l’oralité de nos différents interlocuteurs d’une part, et d’autre part de produire une écriture, un texte, consciemment à la recherche de significations, afin de présenter des logiques et/ou rationalités sous-jacentes à la diversité du réel. Pour le dire autrement, il s’agit d’élaborer une légende pour rendre plus intelligible le vaste paysage de nos observations et entretiens en concevant cette tâche comme une interaction « dynamique entre le dedans et le dehors, l’identique et le différent, la proximité et la distance »1.

4Les éléments de réponse apportés à nos interrogations se sont faits en trois étapes. Tout d’abord, nous avons recensé la récurrence des motifs donnés par les spectateurs sur leur présence au festival. Ensuite l’usage des programmes fournis par les organisateurs nous a semblé un indicateur pertinent des formes d’appropriation d’un temps festif.

5Enfin une des spécificités paradoxale des arts de la rue à Sotteville est l’investissement d’un endroit particulier : le Bois de la Garenne. Comment les festivaliers vont-ils raconter leur présence dans ce lieu spécifique à la fois cœur de l’événement, espace scénique au grand air et territoire d’investissements symboliques multiples ?

Compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, 2005 (collection P. Roland).

Compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, 2005 (collection P. Roland).

Notes

1 Monder Kilani, L’Invention de l’autre. Essai sur le discours anthropologique, Lausanne, Payot, 2000.

Table des illustrations

Titre Compagnie L’Acte théâtral, Têtes de lecture, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search