Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Prologue

Daniel Andrieu

Texte intégral

1Un festival sous le regard de ses spectateurs nous parle du public ou plutôt de publics pluriels et hétérogènes du festival Viva Cité. Les auteurs s’appuient sur les discours et les pratiques des spectateurs, leur manière de dire et de vivre l’événement. Les propos recueillis rythment l’analyse et entraînent le lecteur à la découverte de Viva Cité au filtre des mots des festivaliers.

2Pour quelqu’un d’engagé dans l’organisation du festival, la lecture de cet ouvrage mobilise curiosité, intérêt et peut s’avérer parfois surprenante.

3Lecture intéressante, car Viva Cité est pour moi un terrain professionnel et non un terrain de recherches. Aussi, ce regard distancié, attentif aux paroles des spectateurs, met en lumière la manière dont les festivaliers « reçoivent » ce qui leur est donné à voir, à entendre et à ressentir.

4Lecture surprenante, également par les décodages du festival par les spectateurs, façons variées d’envisager et de se représenter cet événement qui ne coïncident pas toujours avec la « réalité ».

5L’essentiel réside dans l’existence d’une appropriation et d’une élaboration de Viva Cité par les publics et cet ouvrage par les thématiques diverses qu’il aborde le met assurément en perspective.

6Mon propos ne consistera pas à introduire ou présenter ce livre. Les auteurs le feront par la suite et je laisse au lecteur le plaisir de la découverte. Je souhaiterais simplement joindre un récit à ceux qui vous seront donnés à lire et présenter Viva Cité selon mon expérience personnelle. Une autre « mémoire » de l’événement s’ajoutera ainsi à celles retranscrites dans les pages qui suivent.

Histoire d’un festival...

7Détruite à 70 % pendant la seconde guerre mondiale, Sotteville-lès-Rouen a mis plus de trente ans à se reconstruire. Malgré cela, cette ville a une histoire originale avec la culture. Son économie étant essentiellement fondée sur l’industrie textile au début du XIXe siècle, elle s’industrialise vers 1850 à partir de la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Le Havre. Le Railway arrive à Rouen avec dans ses valises d’imposants ateliers de construction implantés à Sotteville-lès-Rouen, mais aussi un état d’esprit particulier. Les constructeurs, le personnel, les financiers sont anglais et écossais. Nous assistons alors au fil des années à un métissage de valeurs entre les idées des trade-unions et du syndicalisme à la française. La ville devient une sorte de laboratoire social avec la création d’un restaurant populaire, de coopératives d’achat, d’un théâtre, d’une bibliothèque, de nombreuses associations d’éducation populaire, un groupe d’espérantistes... La volonté est de donner aux ouvriers les moyens de comprendre et maîtriser le monde qui les entoure. Par ailleurs, le comité des fêtes de la place Voltaire organise de nombreuses manifestations et des événements culturels très suivis par la population. Avant la seconde guerre mondiale, pas moins de sept cinémas sont sur le territoire de la ville... Après les bombardements du 18 avril 1944, il ne restera rien de ce bel ordonnancement fondé sur la solidarité, l’éducation populaire et la culture. En 1988 la ville de Sotteville-lès-Rouen dépensait 1,7 % de son budget pour la culture, c’est très faible. En effet, à cette époque, les villes de 30 000 habitants se situent largement au-dessus, entre 5 et 8 %, en 2008 ce pourcentage a évolué pour se situer entre 8 et 15 %.

8C’est dans ce contexte que naît en 1987 l’idée de créer un événement culturel à Sotteville-lès-Rouen. Chaque semaine, une équipe de passionnés se réunit pour imaginer un événement fédérateur à Sotteville-lès-Rouen au profit de l’ensemble de l’agglomération rouennaise. Une complicité forte se met en place avec la nouvelle équipe municipale élue en mars 1989. Volonté politique et projet porté par une équipe créative et imaginative ont permis la symbiose nécessaire à la naissance de l’aventure Viva Cité.

9En 1990 l’idée était de créer un événement consensuel qui rassemble dans un large éventail les associations, les artistes amateurs, les plasticiens, les groupes de théâtre, mais aussi des artistes professionnels de théâtre de rue, des groupes musicaux. La compagnie Mélodie Théâtre associée à la ville crée Vapeur sur la ville avec une centaine de participants et la locomotive imaginée par Jean-Paul Goude pour la célébration du bicentenaire de la Révolution. Ce premier événement aura lieu place des Martyrs-de-la-Résistance, tout comme les fêtes du bicentenaire de la Révolution en 1989 il préfigurera Viva Cité. Le souci des organisateurs était de transformer ces grands espaces industriels abandonnés par les tramways de Rouen en un lieu incongru, féerique et surnaturel. En 1991, suite au succès populaire de cette première édition, décision est prise de transférer le festival dans le Bois de la Garenne, lieu des fêtes des associations organisées de 1982 à 1985 par la maison pour tous. C’est encore un événement hybride où la musique tient un grand rôle. Dès l’ouverture du Trianon transatlantique, scène de musique actuelle, les concerts trouvent un espace mieux adapté que le plein air. L’édition de 1992 s’oriente résolument vers le théâtre de rue et les arts plastiques en espace public. En 1998 la danse contemporaine apparaît sur le festival. C’est aussi à partir de cette époque que le festival privilégie les rues, les places situées autour du centre-ville. Dès 2002 une attention particulière est portée aux propositions de spectacles de déambulation urbaine.

10Au fil des années, Viva Cité s’est donc transformé, faisant de chaque édition un événement original. Le festival a progressivement envahi la ville et pourtant ce livre révèle que dans l’imaginaire de nombreux spectateurs Viva Cité est resté intimement lié au Bois de la Garenne.

... et de son Bois

  • 2 La friche des tramways de Rouen sert alors de base arrière au festival, de lieu de résidence d’arti (...)

11Lors de la délocalisation du festival dans le Bois de la Garenne, les organisateurs souhaitaient faire de ce parc public un lieu magique à l’image de la forêt de Brocéliande. Le Bois de la Garenne est alors pensé comme devant être « le cœur » du festival2. Cette décision ne réside pas uniquement dans le fait que le Bois soit un espace « agréable » dans la ville. En effet, un esprit particulier souffle au travers des cimes de ses grands arbres. Sauvé de la destruction par l’urbaniste Marcel Lods lors de la reconstruction de la ville à partir de 1946, il marque le nouveau centre, avec la grande place et la nouvelle mairie. Espace central, espace chargé d’histoire, le Bois n’est toutefois pas « naturellement » un espace « extraordinaire ». C’est bien la présence des compagnies de rue qui permet de créer de nouveaux lieux, hors du quotidien. En 2003, durant la grève des artistes et techniciens du spectacle, nous avons tous constaté que l’esprit était devenu frondeur et que la magie n’agissait pas sans eux. Pendant le festival, le contenu artistique amorce le mouvement de « rupture avec le quotidien » chez le spectateur.

12Si le Bois de la Garenne dessine les routes aux voyages avec les artistes qui le transfigurent, il n’est pas magique en soi. Cet esprit particulier de Viva Cité, cette bulle arrachée au temps, ne saurait exister sans un travail important de préparation en amont. Le travail des organisateurs consiste à rendre les espaces où déambuleront les spectateurs les plus conviviaux possible. Le Bois de la Garenne s’y prête à merveille. Il convient de réfléchir, en partenariat avec les artistes, aux lieux où les spectacles auront le cadre le plus adapté. Certains artistes choisissent à dessein de ne pas se produire dans le bois. Ils souhaitent toucher un public volontaire qui n’hésite pas à se déplacer pour tenter l’aventure. La plupart des spectacles de la programmation off, parfois plus fragiles ou moins connus, sont aujourd’hui concentrés dans le Bois, ce qui leur donne une visibilité plus immédiate.

13L’histoire des différentes éditions révèle que Viva Cité n’est pas seulement le Bois de la Garenne. Pourtant, pour beaucoup, le festival est particulièrement lié à cet espace. Les discours retranscrits dans l’ouvrage révèlent la force de cette représentation partagée par de nombreux spectateurs. L’essentiel des spectacles aurait lieu dans le Bois de la Garenne, est-il rapporté dans le livre. Par exemple, la plupart des déambulations sont présentées dans les rues de la ville au grand bonheur des spectateurs marcheurs. Cette erreur d’appréciation est très intéressante, car elle illustre un écart entre la programmation réelle et la représentation de la programmation que se fait le spectateur. Si le bois est un lieu important au sein du festival, il s’insère dans une géographie plus large : celle de la ville et de ses différents espaces.

Des arts surprenants dans la ville

  • 3 Théâtre de rue, théâtre in situ, théâtre de paysage.

14Les artistes de rue se jouent des espaces de la ville. Leurs actions artistiques s’inscrivent ouvertement dans des espaces pluriels. On peut les voir sur une place, au pied d’un monument, dans une friche industrielle, sur la façade d’une HLM, sur les docks, une route nationale, un ferry-boat, un bassin, une rue, un bois... Ainsi dans les « arts de la rue », il convient de considérer « la rue » comme un terme générique, on pourrait dire un raccourci ! Les artistes de rue jouent dans des espaces non affectés à... comme le sont un théâtre ou une salle de musique. Les Anglo-Saxons parlent de Street Theatre, mais aussi de Site Specific ou encore de Landscape Theater3 pour bien signifier une installation des artistes et du public hors des normes admises habituellement.

15Les artistes qui choisissent de travailler dans l’espace public invitent le spectateur à regarder autrement : nouvel œil porté sur la ville. Jouer dans la rue, c’est jouer où ce n’est pas pré-« vu ». C’est l’irruption de formes artistiques hybrides dans le quotidien, en tout cas dans les lieux du quotidien de la ville, qui une fois l’événement passé, s’en trouvent touchés comme marqués, tout comme les personnes qui y ont assisté. Le spectacle de rue c’est voir et surprendre la ville autrement, finalement peut-être envisager ou voir la vie autrement. Les arts de la rue réalisent aussi le mélange des genres artistiques. Pour certains spectacles, difficile de définir la proposition : installation plastique, spectacle musical, représentation théâtrale, performance de danse contemporaine ou condensé des quatre genres ? Ces processus créatifs propres aux arts de rue expliquent que l’idée de « surprise » est souvent au centre des discours des spectateurs évoquant les spectacles auxquels ils ont assisté durant Viva Cité. En effet, si l’étude révèle l’apparition d’une catégorie de spectateurs « experts », étudiant au mieux le programme afin d’assister à un maximum de spectacle, cela n’enlève pas aux artistes de théâtre de rue leur extraordinaire capacité à surprendre leur public. Deux exemples éclaireront ce propos.

16En 1991, place de l’Hôtel-de-Ville, la compagnie internationale Alligator (CIA) procède au tournage d’un film. La semaine précédant le festival, un casting a été mis en place. La scénographie intègre caméras, plateaux de tournage, travelling, fauteuils au nom des artistes... La représentation se joue devant plusieurs milliers de spectateurs. À la fin du spectacle, le metteur en scène annonce qu’il s’agit en fait d’un faux tournage. Pour beaucoup, cela n’a pas dissipé le trouble. Ce qui a été montré était la réalité d’un plateau de cinéma. Acteurs, producteurs, réalisateurs ont tous eu droit à la séance d’autographe ou aux questions insistantes sur la date de sortie du film sur les écrans. L’œuvre proposée joue sur la labilité des frontières entre le « vrai » et le « faux », ce qui est théâtre et ce qui est réalité, provoquant chez le spectateur des émotions contrastées allant jusqu’au déni de la réalité.

17En 2007, la compagnie 26 000 Couverts nous invite à un Shakespeare. Les spectateurs attendent devant la salle de théâtre. La sirène d’incendie résonne, une comédienne affolée nous apprend que la représentation n’aura pas lieu, que finalement elle ne sait pas... Son indécision agace et frustre les spectateurs. Certains parlent de manque d’organisation, de légèreté. D’autres pensent qu’il faut faire appel aux pompiers. Nous assistons, en fait, au début d’une représentation de théâtre de rue. Le spectateur s’est laissé surprendre par l’utilisation non conventionnelle d’une salle de spectacle.

Histoire d’un projet citoyen

18Le projet culturel à Sotteville-lès-Rouen repose sur des enjeux sociaux et politiques. Viva Cité émane de ce que l’on nomme l’éducation populaire avec cette volonté « pédagogique » de favoriser des coopérations entre des équipes artistiques et des artistes amateurs ou simplement des volontaires. Viva Cité est un clin d’œil à la cité athénienne avec une quête de formation du citoyen...

19Accompagner les publics dans la découverte progressive des différentes formes d’art relève de la programmation d’un festival. Ce rendez-vous perdure depuis vingt ans à Sotteville-lès-Rouen. Le choix est favorisé par la variété, le nombre et la gratuité des propositions. Au-delà de cette rencontre ponctuelle annuelle, du temps du festival, un autre accompagnement des publics est assuré, tout au long de l’année, avec des rencontres et la présence au quotidien d’artistes en résidence, dont la démarche et les interrogations deviennent familières à la population. En ouvrant les portes de l’Atelier 231 où les compagnies peuvent présenter le fruit de leurs expérimentations, c’est un autre cheminement, comme des parcours accompagnés, une « éducation » au long cours, on pourrait dire une inducation qui est proposée régulièrement au public par les organisateurs. Souhaiter que les spectateurs intègrent la « vision du monde » insufflée par les artistes, espérer qu’ils s’en emparent pour mieux s’accomplir, demande un travail de tous les jours. En cela, Viva Cité n’est que la partie émergée d’un iceberg qui requiert l’attention et l’inventivité de toute une équipe, d’organisateurs et d’artistes.

20La ville de Sotteville-lès-Rouen a la chance de pouvoir compter un festival qui rencontre l’enthousiasme de son public et un pôle de création artistique qui assure la présence d’artistes dans le quotidien des citoyens. Il existe une interdépendance étroite, fertilisante pour chaque partie, mais le tout dépasse chacune des parties. C’est à cela, sans doute, que l’on reconnaît que la culture peut être intégrée à la société. Les artistes ont trouvé à Sotteville-lès-Rouen une ville accueillante, curieuse, qui a su mettre des moyens matériels et financiers nécessaires à l’épanouissement de leur art. Les ateliers d’artistes plasticiens, l’Atelier 231 sont des témoins, des structures originales qui permettent aux œuvres produites par les artistes et les compagnies d’irriguer le territoire de la commune et souvent bien au-delà.

  • 4 Centre régional de documentation pédagogique de Haute-Normandie. Conférence du 23 janvier 2008 sur (...)

21Fédérateurs, les arts de la rue abordent et doivent aborder aussi ce qui divise, oppose, pour ne pas devenir alibi à une politique culturelle sans contenu ou à un projet de ville sans véritable sens. Comme l’a rappelé Floriane Gaber, lors d’une rencontre organisée par le CRDP4 et l’Atelier 231, les arts de la rue en France sont nés de l’après-Mai 68 : pantalons « pattes d’eph’« et maquillages pour la fanfare aux improvisations sulfureuses de Jérôme Savary – engagement plus sérieux pour les parades militantes du Teatro de la Camera ou du Théâtre de l’Olivier – défendant l’identité languedocienne. En 1973, Aix-en-Provence ouvre ses portes aux saltimbanques et rassemble sur ses places et ses trottoirs aussi bien Markovec, l’homme le plus fort du monde, capable de tirer un camion avec les dents, que les jeunes artistes, échappés des théâtres, des galeries et des conservatoires, pour se produire « au plus près des gens ». Dans l’Hexagone, les arts de la rue grandiront sous cette égide multiple, oscillant entre revendications, amusement, plaisanterie et provocation.

22Ce n’est assurément et pas si simplement un pan de la culture qui repose et initie la conversation, le dialogue entre l’artiste, le politique, le social et la population. Dans cette démarche, la création artistique reste essentielle, mais n’est plus le seul objectif poursuivi. Cette ouverture, cet accès au processus de création s’enracine dans une volonté, voire une utopie à défendre. Elle présuppose que l’artiste, le producteur, les élus locaux, les organisateurs, le public aient ensemble un désir fort de coopérer dans cette démarche de création. Cette nouvelle façon de voir les choses provoque l’expérimentation, le tâtonnement, le laboratoire, les présentations publiques d’étapes de travail, les rencontres entre artistes, les nouveaux rapports sur le territoire par le biais d’échanges avec la population. Les organisateurs doivent accompagner au jour le jour la gestation de ce qu’ils aident à construire jusqu’à la diffusion. Au-delà de leur caractère événementiel, à travers les lieux de création, les arts de la rue deviennent dans leur dimension créatrice un élément fondateur d’une politique culturelle. Les relations aux publics trouvent alors une véritable épaisseur, le temps de la rencontre est vraiment partagé.

23Ce qui différencie les arts de la rue d’autres formes d’expression artistique réside dans leur capacité à créer des situations spécifiques à chaque territoire, dans un rapport au public qui pose directement la question de la démocratie locale.

24Mêlant les genres et les rencontres extraordinaires au cœur de l’anodin, du commun, des communs, de la commune, les arts de la rue apparaissent aujourd’hui comme un réservoir inépuisable de vitalité et de création.

Le public sur le bitume, Princesses Peluches, Mme Le Jaune s’affiche, 2005 (collection P. Roland).

Notes

2 La friche des tramways de Rouen sert alors de base arrière au festival, de lieu de résidence d’artistes, de construction de décor. Cet espace, devenu aujourd’hui un complexe résidentiel, conserve cette mémoire « artistique ». En effet, la présence régulière d’artistes sur le lieu, notamment des plasticiens, a permis qu’un bâtiment soit conservé. Il accueille désormais le fonds régional d’art contemporain grâce à une politique de développement culturel téméraire menée par la ville de Sotteville-lès-Rouen.

3 Théâtre de rue, théâtre in situ, théâtre de paysage.

4 Centre régional de documentation pédagogique de Haute-Normandie. Conférence du 23 janvier 2008 sur le thème « Esthétique et enjeux des Arts de la rue ».

Table des illustrations

Légende Le public sur le bitume, Princesses Peluches, Mme Le Jaune s’affiche, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Auteur

Directeur artistique du festival Viva Cité. Directeur de l’Atelier 231, Centre national des arts de la rue
Daniel Andrieu est nommé à la MJC de Sotteville-lès-Rouen par la fédération française des Maisons des jeunes et de la culture le 1er septembre 1977. Il est appelé par la nouvelle équipe municipale élue en mars 1989 au poste de directeur des affaires culturelles de la ville de Sotteville-lès-Rouen à partir du mois de septembre de la même année. Il coordonne alors la mise en place de Gare à la Fête puis de Viva Cité. Il initie l’Atelier 231 dont il devient le directeur en janvier 2002. L’Atelier 231 a, entre autres missions, la direction artistique du festival Viva Cité.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search