Version classiqueVersion mobile

Un festival sous le regard de ses spectateurs

 | 
Damien Féménias
, 
Pascal Roland
, 
Betty Lefèvre

Préface

Pierre Bourguignon

Texte intégral

1Voilà une étude bien utile à notre réflexion. Nous souhaitons toujours mieux connaître sont ces milliers de assistent à notre qui personnes qui festival ? Quelles sont leurs motivations. Dans quelle mesure sont-elles sensibilisées aux actes de création ? Quels sont les effets des spectacles de rue sur le regard des spectateurs, des riverains, des habitants ? Autant de questions qui, pour être abordées dans cet ouvrage, nous permettent une continuité dans la réflexion et dans l’action nécessaires à notre projet culturel.

2Le public mais surtout les habitants ont toujours pris toute leur place dans ce projet culturel, et ce dès le début de cette belle aventure. Lorsque nous avons créé le festival Viva Cité comme ensuite l’Atelier 231, nous avons tout de suite intégré les associations d’habitants, les spectateurs, les scolaires, les retraités...et même le personnel municipal à la préparation de cet événement. Viva Cité est un projet et une « réalisation ville », je dis cela parce que nous nous sommes volontairement investis dans sa bonne marche. Tous les services municipaux sont au travail, les services techniques, mais aussi les espaces verts, pour la décoration et la création d’événements, ou la police municipale, qui participe, avec une société de sécurité privée et de nombreux bénévoles de la vie associative sportive, à la sécurité du festival. L’accueil du public est assuré, sur un stand, par des gens qui, par ailleurs, travaillent dans différents services de la mairie. Pour que les compagnies puissent se produire dans de bonnes conditions et que tout se passe bien sur le terrain, elles bénéficient chacune d’un accompagnateur que nous appelons une « nounou d’artiste ». Le travail que nous faisons pour l’Atelier 231 et Viva Cité est extrêmement mobilisateur et valorisant, mais c’est un vrai travail dont il faut avant tout créer les conditions. Jamais il ne s’est agi de « plaquer » des spectacles mais, au contraire, d’inviter la population à participer à cette aventure du festival. Ne pas exclure : c’est là aussi mon rôle de maire. Aujourd’hui, Viva Cité rassemble près de 90 000 personnes !

3Pour comprendre le succès de ce festival et l’originalité de la culture à Sotteville-lès-Rouen, il faut se pencher sur son histoire, qui reste vivace dans les mémoires de ses habitants. Sotteville-lès-Rouen est aujourd’hui la 2e plus grande ville de l’agglomération rouennaise et le 2e gisement d’emplois et d’activités commerciales après Rouen. Au début du XIXe siècle, Sotteville, profitant de l’essor de la métallurgie, est la première ville à se développer. Elle devient rapidement la ville d’implantation du chemin de fer, pour lequel il faut fabriquer des voies, des locomotives, des wagons de marchandises, des voitures de voyageurs, ou encore des ateliers d’entretien. Une importante main-d’œuvre spécialisée est alors nécessaire. À l’époque, les salariés du chemin de fer se comptent par milliers et s’organisent très tôt pour faire face au patronat. Ils créent leurs propres outils, dont les premières coopératives de consommation et de construction, les premières mutuelles de secours et d’assistance, ou les premières « sociétés populaires d’études diverses ». Sotteville est l’un des berceaux de l’anarcho-syndicalisme et la deuxième commune de France, après Commentry, à élire un maire socialiste en 1896. La culture fait partie intégrante de la lutte des ouvriers et, au début du XXe siècle, Sotteville compte trois salles de spectacle (une grande et deux petites), sept cinémas, une bibliothèque... Aucune autre commune, à part la ville-centre, n’a autant d’équipements culturels !

4Lors de la seconde guerre mondiale, Sotteville étant le premier nœud ferroviaire français, la gare de triage devient l’un des principaux objectifs à détruire pour les Alliés. En 1942, ils la pilonnent lors du premier bombardement par forteresses volantes. Près de mille bombes sont larguées en une nuit et plus de 600 Sottevillais sont tués, mais la gare est peu touchée, contrairement à Rouen. À la sortie de cette guerre, Sotteville est passée de 30 000 habitants à 3 300 en 1944, tous forts de la volonté de vivre et de recréer ! La population ouvrière a voulu très vite reconstruire ses petites maisons et en même temps reconstruire son mouvement syndical, sa vie politique et culturelle. Le centre de la ville entièrement détruit, il a fallu urbaniser et sortir du sol une construction fonctionnelle et esthétique, s’inscrivant dans l’histoire et le paysage urbain. Pour reconstruire, il y a eu la volonté de réutiliser la brique, la tuile et l’ardoise, de réutiliser les pierres et les briques de toute une série de maisons et de bâtiments détruits. Mais alors que les Sottevillais consacrent tous leurs efforts à la recréation de leur cadre de vie, ils ne s’aperçoivent pas que le monde change et la municipalité d’alors laisse de côté l’activité économique. Insensiblement, la ville se transforme en une banlieue dortoir, dotée cependant de nombreuses activités de loisirs grâce aux associations culturelles et sportives qui existent toujours, mais sans développement commercial et sans avenir en termes d’emplois. Faute de stratégie urbaine à long terme, une fois la reconstruction achevée, on cesse même de bâtir. Les jeunes Sottevillais ne peuvent donc pas rester et, peu à peu, l’aristocratie ouvrière vieillissante s’asphyxie.

5Au début des années 1980, si Sotteville reste encore une vraie ville dans sa forme, elle ne l’est plus dans sa vie de tous les jours. La vie associative s’organise autour de la nouvelle maison des jeunes et de la culture, des parents d’élèves, des partis politiques comme le PSU et de quelques jeunes syndicalistes. Ensemble, nous nous demandons comment redonner à Sotteville son dynamisme, en nous appuyant sur la fierté des habitants pour leur ville, son histoire et la nécessité objective de construire de nouveaux logements. En 1983, cette volonté nous conduit à créer une liste de gauche pour les élections municipales, que nous perdons faute d’un accord avec le parti communiste. Pour la première fois, Sotteville se retrouve alors avec une municipalité de droite qui, pendant six ans, s’emploie à rompre avec ce qui faisait le fond culturel des Sottevillais : elle supprime les subventions aux activités socioculturelles, détruit la salle des fêtes, et interdit les fêtes populaires organisées dans le Bois de la Garenne par la maison pour tous. Lors des élections municipales suivantes, en 1989, plutôt que d’attaquer la liste de droite, nous avons axé notre campagne sur une série de propositions : « Et si on faisait Sotteville chaleureuse ? » « Sotteville solidaire ? » « Sotteville accueillante ? » « Sotteville dynamique ? » Autant de questions que nous avons égrainées pendant les six mois précédant les élections. Un mois avant le scrutin, nous avons repris tous ces thèmes pour dire : « Et si on faisait Sotteville ensemble ? », « Sotteville ensemble » étant le nom de la « liste d’union laïque, démocratique et sociale » que je conduisais et qui est élue au premier tour des élections. Faire Sotteville ensemble impliquait de travailler sur trois sujets essentiels : le logement pour nos enfants ; l’embellissement et la propreté de la ville – notamment les travaux d’assainissement nécessaires pour éviter les inondations des quartiers en bord de Seine – ; et le développement de la culture et des loisirs. L’un de nos principaux objectifs était de renouer avec tout ce qui se faisait en termes de culture et de fêtes dans la ville, de recréer les grands rassemblements qui avaient fait la force et l’énergie de Sotteville, de permettre à l’ensemble des Sottevillais de vivre ensemble des moments forts et de se recréer une véritable identité culturelle en lien avec la tradition culturelle de Sotteville. Pour cela, nous avions préparé, un an avant les élections, une grande fête fédératrice, la célébration du bicentenaire de la Révolution, qui a permis aux Sottevillais de se retrouver.

6En 1990, tout en étant économes parce que notre ville n’a, structurellement, pas beaucoup de ressources, nous avons organisé le premier grand rendez-vous festif de juin. L’idée, à ce moment-là, était donc déjà de faire de cette première fête de Viva Cité un des éléments régénérateurs d’une vie de ville. Le festival s’appelait alors « Gare à la Fête » car il se tenait dans les anciens ateliers-dépôts du tramway de Rouen, une ancienne friche industrielle achetée via l’établissement public Basse-Seine au titre des réserves foncières. Les principales caractéristiques de cette fête étaient d’être très populaire, de toucher toutes les générations et d’être préparée en amont par tous les habitants. Toute l’année, nos services techniques travaillaient là avec les compagnies et les habitants pour créer les décors, les costumes, les spectacles, et, le jour du festival, deux grandes déambulations mêlant arts de la rue, musique, arts plastiques et mise en scène parcouraient la ville avant d’aboutir à la friche. Ce que nous voulions, c’était proposer aux festivaliers une relation de proximité avec les artistes. Nous voulions mettre la culture dans la rue et à la portée de tous. Et quelle discipline, mieux que les arts de la rue, permet cette rencontre entre les artistes, le public et les artistes, cette appropriation par les habitants de leurs lieux de vie ? Les arts de la rue ont la vertu de bousculer l’espace public, de l’élargir. Ils ont cette particularité de contribuer à la création d’une mémoire collective et de proposer d’autres manières de voir et de vivre sa ville et c’est bien en cela qu’ils nous intéressent.

7Après cette première grande fête, dès 1991, le festival change de nom pour prendre celui de « Viva Cité », label déposé ville, et sa direction artistique est assurée par le directeur des affaires culturelles de la ville. Nous avons poursuivi le soutien au développement de toutes les pratiques amateurs, que ce soit à l’école, dans les associations, dans les maisons de retraite ou ailleurs, en les aidant à mettre en scène le résultat de leur travail, grâce à l’équipe du Trianon Atlantique, lors d’un prélude à « Viva Cité ». Non seulement la qualité de travail s’en est trouvée améliorée, mais les différentes générations se sont rencontrées. Aujourd’hui, même une simple kermesse d’association de parents d’élèves est mise en scène autrement qu’il y a quinze ans, parce qu’un esprit s’est créé, fait de contacts, de relation et de porosité. Nous avons également encouragé les collaborations entre professionnels et amateurs, chaque fois que cela était possible, notamment en mobilisant nos concitoyens dès qu’un spectacle implique une production complémentaire en termes de danse ou de musique, ou en coproduisant des spectacles mêlant pratiques professionnelles et amateurs.

8En 1997, nous avons acheté ce que nous appelons aujourd’hui l’Atelier 231 (231 comme la locomotive Pacific 231), installé sur une ancienne friche industrielle. L’Atelier 231, devenu l’un des dix centres nationaux des arts de la rue, a la particularité d’être, en plus d’un lieu de création, de répétition et de résidence, un lieu d’accueil du public. Les Sottevillais peuvent en effet y venir pour une « visite de chantier » quand un spectacle est en cours de fabrication, pour une « sortie d’atelier », quand un spectacle fait sa répétition générale, ou pour une représentation classique. La réhabilitation des bâtiments a été confiée à une équipe remarquable d’architectes, Laurent Israel et Bernard Grimaud, à qui nous avons demandé de s’effacer derrière l’objet à réhabiliter pour lui donner un sens supplémentaire tout en lui conservant sa valeur. Toute une partie des murs et des toitures a ainsi été conservée en l’état et le bâtiment, inauguré en 1998, n’a pas été coupé du reste de la ville. C’est aussi là que l’on peut y admirer une copie de la célèbre locomotive Pacific 231, réalisée par Jean-Paul Goude en 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française.

9Les arts de la rue étant structurants pour Sotteville et l’appropriation de Viva Cité par les habitants grandissante, nous avons pensé qu’il fallait aller au-delà du festival, d’autant que nous avions, au départ, utilisé ce terme par dérision : nous ne sommes pas une ville touristique, nous n’avons pas la réputation d’être un lieu « culturel » et l’événement n’a pas lieu pendant les vacances puisqu’il est fait pour nos habitants. Peu à peu, nous avons fait en sorte que les créations et les répétitions qui se faisaient dans l’Atelier 231 aillent dans différentes parties de Sotteville. Nous avons ainsi, par exemple, réintégré le Bois de la Garenne dans le centre de Sotteville comme espace de représentation. Cette étude fait d’ailleurs bien apparaître Viva Cité comme un lieu de liberté. Le Bois joue un rôle important dans ce sentiment de liberté : on va et vient au gré de ses envies. Un spectacle nous accroche : on reste et on le regarde en entier. Cela ne nous plaît pas : on s’en va. Chacun peut ainsi prendre le risque individuel et intellectuel de regarder un spectacle. C’est aussi la raison pour laquelle nous évitons au maximum l’installation de gradins pour ne pas reproduire « dehors ce qui se fait dedans ». Cela fait partie de notre mission de service public, de notre rôle politique. La gratuité des spectacles, un parti pris que nous avons définitivement choisi, ajoute, je crois, à ce sentiment de liberté. Et je suis heureux de retrouver ces aspects dans les témoignages des personnes interrogées pour cet ouvrage.

10Le dialogue est aussi la condition sine qua non d’une politique culturelle. Dialogue entre les artistes, les équipes artistiques, les équipes administratives, pour trouver des synergies, de nouveaux modes de partenariat et de fonctionnement, de nouveaux modèles économiques. Mais aussi dialogue entre les compagnies et les habitants. Je dis bien les habitants et non les publics. Il ne s’agit pas de raisonner uniquement en termes de mise en scène de spectacles, mais en termes de mise en jeu, en contact et en perspective d’une vie culturelle multiple. D’ailleurs, lors du festival 2003, qui correspondait au début du mouvement des intermittents, nous avons vécu un événement particulier avec des spectateurs, mais sans spectacles ! Le dialogue n’a pas été rompu avec des milliers de spectateurs. Tous ceux qui faisaient le festival ont expliqué le mouvement des intermittents. Les habitants et les festivaliers ont ainsi trouvé un écho à leurs propres réflexions et à leurs luttes d’hier et d’aujourd’hui. Ce fut un temps fort qui a démontré et rendu visible que le festival n’est que la pointe émergente d’un processus qui propose tout au long de l’année des occasions de rencontres et de créativité.

11La présence de l’artiste est une véritable chance pour la cité et la présence de l’art dans l’espace public, hors des lieux qui lui sont habituellement consacrés, provoque un enrichissement du patrimoine et des personnes. La ville bouge, se modifie. Une autre perception des rues, des places surgit. Les artistes de rue ont la volonté de toujours ouvrir de nouvelles perspectives. Nous sommes sensibles à ce mouvement, c’est pourquoi nous contribuons à renforcer une dimension d’explication et d’échange permanent autour des arts de la rue. Y compris en créant un groupe d’étude à l’Assemblée nationale, en étant en contact avec nos collègues du Sénat pour qu’ils créent un groupe d’étude comparable et en tissant des relations de travail avec divers intervenants et en particulier avec le ministère de la Culture. Viva Cité touche non seulement toutes les tranches d’âges, mais aussi – et c’est à souligner – toutes les couches sociales de la population de l’agglomération. Cette ouverture sur les autres est un élément important du caractère festif de Viva Cité et la diversité des pratiques artistiques permet à chaque visiteur de se sentir concerné : musique, théâtre, échasses, spectacles jeune public...

12En quelques éditions, le festival Viva Cité est devenu un événement culturel populaire un élément de la vie de ville. La culture est ici un des éléments constituant de mon travail de maire. L’art est un des éléments de notre bataille pour que chaque homme et chaque femme gagnent un peu plus de degré de liberté. On prend pour cela tous les moyens qui sont à notre disposition, culture comprise, pour faire que la vie de chacun, séparément et ensemble, soit meilleure. Viva Cité est partie prenante des mouvements et de l’évolution des arts de la rue. Il est présent dans les débats sur les questions de la culture populaire, de la place du spectacle vivant, de l’utilisateur de l’espace public, de l’avenir des arts de la rue, comme il l’est sur cette question du vivre-ensemble. Viva Cité est un temps qui s’adresse à toute la ville, un temps de respiration, de fête et de découvertes, d’extra-ordinaire ! C’est un grand plaisir pour moi de poursuivre une telle aventure pour provoquer de nouveaux regards, pour toujours mieux rassembler, et d’être sans cesse en résonance avec mes concitoyens.

Compagnie L'Acte théâtral, Têtes de lecture, 2005 (collection P. Roland).

Table des illustrations

Légende Compagnie L'Acte théâtral, Têtes de lecture, 2005 (collection P. Roland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k

Auteur

Député-maire de Sotteville-lès-Rouen
Président du groupe parlementaire sur les Arts de la rue

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search