Version classiqueVersion mobile

Pratiques de Corneille

 | 
Myriam Dufour-Maître

Ont collaboré à ce volume

Texte intégral

1Christophe Angebault, agrégé de lettres modernes, est l’auteur de plusieurs articles dont « L’exception d’Alceste, ou comment le classicisme a pu servir à la modernité » (Dix-septième siècle, no 223, 2004), et « Force et violence dans la polémique sur le vide entre Biaise Pascal et le père Étienne Noël (1647-1648). Une expérience critique ? » (dans Polémique et rhétorique de l’Antiquité à nos jours, 2010). Ses recherches portent sur le sujet de thèse qu’il prépare sous la direction d’Hélène Merlin-Kajmann à l’université Paris 3- Sorbonne nouvelle, Censure et critique dans la littérature française au XVIIe siècle.

2Carine Barbafieri est maître de conférences à l’université de Valenciennes, où elle enseigne la littérature des XVIIe et XVIIIe siècles, depuis 2006. Elle a publié un ouvrage issu du remaniement de sa thèse de doctorat, Atrée et Céladon. La galanterie dans le théâtre tragique de la France classique (2006), une édition critique en collaboration avec Jean-Marc Civardi, de François-Marie de Marsy, Templumæ(1734)·La fabrique d’une tragédie (2009). Elle a dirigé ou codirigé la publication de plusieurs actes de colloques (Les Métamorphoses de Psyché (2004) ; Watteau au confluent des arts (2009). Elle est l’auteur d’une vingtaine d’articles sur le théâtre (théâtre professionnel et théâtre jésuite) et la critique littéraire du XVIIE siècle, étudiant en particulier la notion de « goût ».

3Sandrine Berrégard est maître de conférences en littérature française à l’université de Strasbourg. Elle est trésorière du Mouvement Corneille et secrétaire de l’Association des amis de Tristan L’Hermite. Sa thèse, Tristan L’Hermite, « héritier » et « précurseur ». Imitation et innovation dans la carrière de Tristan L’Hermite, inscrit la figure tristanienne dans l’histoire littéraire. Son travail porte sur les auteurs dramatiques de la génération de 1630, la polygraphie, les rapports entre écriture dramatique et écriture narrative. Elle a réalisé les éditions critiques de La Clorinde et de La Florimonde de Rotrou (STFM) et travaille à la publication du Théâtre de Hardy aux Classiques Garnier (Panthée, Mariamne et direction du deuxième volume) et prépare un ouvrage sur les arguments dans le théâtre français des XVIe et XVIIe siècles.

4Christian Biet est professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l’IUF, directeur de l’équipe d’accueil « Histoire des arts et des représentations ». Spécialiste de la littérature du XVIIe siècle, de l’histoire des idées et des questions relatives au théâtre, en particulier de l’Ancien Régime, ses principaux travaux portent, d’une part, sur l’esthétique du théâtre et sur les questions juridiques et économiques et leur réfraction dans la littérature, d’autre part sur l’histoire et l’esthétique du théâtre. Il a notamment publié : Œdipe en monarchie, tragédie et théorie juridique à l’Age classique (1994) ; Droit et littérature sous l’Ancien Régime, le jeu de la valeur et de la loi (2002) ; Qu’est-ce que le théâtre ? (2006) ; Théâtre de la cruauté et récits sanglants (2006) ; Théâtre et cinéma militants, Une histoire du spectacle militant (2007) ; Tragédies et récits de martyre (France, fin XVIe début XVIIe siècle) (2009).

5Déborah Blocker est professeure associée dans le département de français de l’université de Californie, Berkeley. Ses recherches sont consacrées à l’histoire sociale et politique des pratiques lettrées, dans la France du XVIIe siècle, mais aussi l’Italie de la fin de la Renaissance – avec un intérêt particulier pour l’histoire du théâtre et celle de la poétique. Elle est l’auteure de plusieurs articles sur Corneille. Dans Instituer un « art » : politiques du théâtre dans la France du premier XVIIe siècle (Paris, 2009), elle a cherché à mettre en lumière les processus sociaux et politiques par lesquels le théâtre a été établi comme « art » sous le ministériat de Richelieu. Elle travaille depuis lors à une histoire de la constitution et de la circulation des discours sur la poésie et les arts dans l’Europe moderne (1500-1850) et conduit dans ce cadre une étude sur les conditions dans lesquelles ces discours se sont développés dans l’académie des Alterati (Florence, 1570-1620).

6Sandrine Blondet, après des études de lettres et de musicologie menées à la Sorbonne et au Conservatoire de Paris, a consacré sa thèse, sous la direction de Georges Forestier, aux pièces rivales des théâtres parisiens du XVIIe siècle, et plus largement à la concurrence que se livrèrent les compagnies de l’hôtel de Bourgogne, du Marais et de l’illustre Théâtre entre 1630 et 1650. Elle prépare actuellement l’édition critique de la production tragicomique de Nicolas Desfontaines.

7Florence de Caigny est agrégée de lettres classiques et docteur de l’université Paris 4 – Sorbonne, membre du CELLF 17-18, et spécialiste du théâtre et de la réception des auteurs antiques aux XVIe et XVIIe siècle. Elle est l’auteur de Sénèque le Tragique en France (XVIe-XVIIe siècles), 2011.

8Sybile Chevallier Micki termine actuellement sa thèse sur la tragédie normande de l’échafaud, fin XVIe-début XVIIe siècle, sous la direction de Christian Biet. Elle a collaboré aux ouvrages collectifs Tragédies cruelles, récits sanglants en France, fin XVIe début XVIIe siècle (2006) et Tragédies et récits de martyres en France (fin XVIe-début XVIIe siècle) (2010). Elle participe au Dictionnaire du théâtre humaniste, 1548-1620, sous la direction de Jean-Claude Ternaux.

9Daniela Dalla Valle est professeur de littérature française et de littérature comparée à l’université de Turin. Ses travaux concernent surtout la littérature française du XVIIe siècle, notamment le baroque, le théâtre (pastorale dramatique et tragi-comédie), la nouvelle, les rapports entre la littérature française et les littératures italienne, espagnole, les littératures classiques. Elle a travaillé sur Œdipe et Le Cid : Il mito cristianizzato. Fedra/Ippolito e Edipo nel teatro francese del Seicento (2006) et Les Suites du Cid de Corneille (1637-1639). Chevreau, Desfontaines, Chillac (2009).

10Myriam Dufour-Maître enseigne à l’université de Rouen. Elle est membre du CEREDI et présidente du Mouvement Corneille. Elle a édité Corneille après Corneille (2004) et Corneille des Romantiques en collaboration avec Florence Naugrette (2006).

11Nina Ekstein est professeur de français à Trinity University à San Antonio. Elle est l’auteur de Dramatic Narrative : Racine’s Récits, de Corneille’s Irony (2007) et de plus d’une trentaine d’articles sur la littérature et surtout le théâtre du XVIIe siècle.

12Georges Forestier occupe depuis 1995 la chaire d’« Études théâtrales du XVIIe siècle » à l’université Paris-Sorbonne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’histoire et d’esthétique théâtrales, de deux livres sur Corneille, d’une biographie de Racine et de nombreuses éditions de textes dramatiques du XVIIe siècle, parmi lesquelles les nouvelles éditions des œuvres de Racine (théâtre et poésie) et de Molière (co-direction avec Claude Bourqui) dans la Bibliothèque de la Pléiade.

13Julia Grosde Gasquet est comédienne et universitaire. Ancienne élève de l'ENS (Ulm), agrégée de lettres modernes et docteur en arts du spectacle, elle est actuellement maître de conférences à l’Institut d’études théâtrales de Paris 3. Elle a publié aux éditions Champion sa thèse En disant l'alexandrin, l’acteur tragique et son art,XVIIe siècle-XXe siècle. Elle s’intéresse en particulier à l’histoire du jeu de l’acteur en Occident et à ses résonances contemporaines. Comme comédienne, elle s’est formée à l’ENSATT, à l’Académie russe des arts du théâtre de Moscou, et auprès d’Eugène Green pour le jeu baroque. Au théâtre, elle a travaillé auprès d’Andrzej Seweryn, Alain Knapp, Sergei Issayev, Sotigui Kouyaté, Guillaume Hasson.

14Emma Gilby est maître de conférences à l’université de Cambridge. Elle est l’auteur de Sublime Worlds : Early Modern French Literature (2006) et l’éditrice d’une traduction manuscrite du pseudo-Longin, De la sublimité du discours (2007) ; elle a coédité, avec Katja Haustein, Space : New Dimensions in French Studies (2005).

15Suzanne Guellouz, professeur émérite à l’université de Caen, a travaillé sur le dialogue comme forme littéraire (Le Dialogue, 1992) et sur les relations que la France a entretenues avec l’Espagne au XVIIe siècle. Elle a également organisé des colloques sur des écrivains normands : Pierre-Daniel Huet, Saint-Évremond et Segrais.

16Catherine Guillot a soutenu en 2003 un doctorat d’iconographie théâtrale à l’institut d’études théâtrales de Paris 3, sous la direction de Martine de Rougemont. Après avoir été ATER en arts du spectacle à l’université de Caen, elle enseigne aujourd’hui à l’Institut d’études théâtrales de Paris 3. Elle a publié une trentaine d’articles spécialisés en iconographie théâtrale et a participé à plusieurs colloques internationaux.

17Sylvaine Guyot, ancienne élève de l’école normale supérieure (Ulm), agrégée de lettres classiques et docteur en littérature française (université de Paris 3), est assistant professor à l’université de Harvard. Elle a publié Racine ou l'alchimie du tragique. La Thébaïde, Britannicus, Mithridate (PUF-CNED, 2010) et sa thèse, Jean Racine et le corps tragique, paraîtra aux PUF en 2012 (« Les Littéraires »). Membre du GRIHL et secrétaire du Mouvement Corneille, elle travaille actuellement sur la culture visuelle à l’époque moderne, ainsi que sur la réception des auteurs « classiques » du XVIIIe siècle à nos jours.

18Sarah Hurlburt est professeur de français à Whitman College (États-Unis). Elle a soutenu une thèse intitulée Montaigne and the Academy, 1800-1812 (université de Chicago). Elle est l’auteur d’articles sur Flaubert (Nineteenth-Century French Studies, à paraître), Montaigne (Montaigne Studies, no 16, 2004), la bande dessinée Magasin général (French Review, 84 :6, 2011) et Nathalie Sarraute (Dictionary of Literary Biography 321).

19Romain Jobez, ancien élève de l'ENS (Fontenay–Saint-Cloud), est maître de conférences en études théâtrales à l’université de Poitiers. Il est l’auteur de l’ouvrage suivant, paru aux éditions Garnier en 2010 : Le Théâtre baroque français et allemand. Le droit dans la littérature.

20Gaël Le Chevalier, agrégé de lettres modernes, docteur en esthétique théâtrale, est professeur en classes préparatoires au lycée Camille-Jullian de Bordeaux. Il a coédité avec Martial Poirson le canevas de La Pierre philosophale de Thomas Corneille et il est corédacteur de l’anthologie de l’Avant-Scène théâtre (Le Théâtre français du XVIIe siècle, 2009). Il participe à l’édition du Théâtre complet de Thomas Corneille sous la direction de Chris Gossip et prépare actuellement la publication de deux ouvrages sur Thomas Corneille (La Conquête des publics. Thomas Corneille, homme de théâtre, et La Pratique du spectateur. Voir et être vu dans le théâtre de Thomas Corneille).

21Alexandra Licha, agrégée de lettres modernes, a soutenu en 2004 une thèse sur La vertu de l'héroïne tragique (1553-1653) et enseigne au lycée international de Sèvres. Dramaturge et auteur de dossiers dramaturgiques (théâtre de l’Odéon, Amandiers de Nanterre), elle a publié notamment plusieurs articles sur les héroïnes tragiques, les femmes illustres ainsi que sur la critique dramatique. À paraître, un essai sur la critique dramatique au XIXe siècle (L’Harmattan).

22Véronique Lochert, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteur en littérature comparée, est maître de conférences à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse). Auteur de L’Écriture du spectacle. Les didascalies dans le théâtre européen aux XVIe et XVIIe siècles (2009), elle a édité plusieurs comédies de Rotrou et de Mareschal et codirigé l’ouvrage collectif Jeux d’influences. Théâtre et roman de la Renaissance aux Lumières (2010).

23Bénédicte Louvat-Molozay est maître de conférences à l’université de Montpellier 3. Elle a travaillé sur les rapports entre le théâtre et la musique au XVIIe siècle (Théâtre etmusique. Dramaturgie de l’insertion musicale dans le théâtre français (1550-1680), 2002), avant de se tourner vers la théorie dramatique classique et la constitution du modèle tragique français dans les années 1630-1640. Elle a édité plusieurs textes théoriques et dramatiques de la période, parmi lesquels les Trois Discours sur le poème dramatique de Corneille en collaboration avec M. Escola (1999) et La Sophonisbe de Mairet (2004). Elle a collaboré à l’édition des œuvres complètes de Molière (2010). Elle s’est récemment spécialisée dans l’étude des relations entre le théâtre français et le théâtre anglais et dans les contacts entre le français et l’occitan au XVIIe siècle.

24John D. Lyons est Commonwealth professor of french à l’université de Virginie. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la littérature et le théâtre du XVIIe siècle, ainsi que sur Corneille (Tragedy of origins, 1996 ; Kingdom of disorder, 1999). Ses ouvrages les plus récents sont French Literature: A Very Short Introduction (2010) et The Phantom of Chance. From Fortune to Randomness in Early-Modern French Literature (2011).

25Anne Mantero, maître de conférences à l’université de Franche-Comté, travaille principalement sur la poésie spirituelle des XVIe et XVIIe siècles. Elle a édité l’œuvre de Pierre Poupo et des textes de Le Moyne et de Martial de Brive.

26Charles Mazouer est professeur de littérature française à l’université Michel-de-Montaigne–Bordeaux 3. Dans son université, il est directeur du Centre de recherches sur l’Europe classique (XVIIe et XVIIIe siècles). Il est spécialiste de l’ancien théâtre français, du Moyen Âge à l’aube des Lumières. Il a édité un certain nombre de textes de théâtre des xvi e et XVIIe siècles. Il dirige actuellement une grande histoire du théâtre français et la collection « Bibliothèque du théâtre français » aux Classiques Garnier. Dernières publications : Le Théâtre français de la Renaissance (2002), Le Théâtre d'Arlequin. Comédies et comédiens italiens en France au XVIIe siècle (2002), Molière et ses comédies-ballets (2006). Le Théâtre français de l'Âge classique (2006 et 2010), Farces du Grand Siècle. De Tabarin à Molière. Farces et petites comédies du XVIIe siècle (2008).

27Hélène Merlin-Kajman, professeur à la Sorbonne-nouvelle, membre senior de l’IUF, fellow au Sidney Sussex College de Cambridge, est spécialiste du XVIIe siècle français. Ses recherches portent sur la littérature, l’histoire, la langue, la question de la transmission. Elle dirige le Cercle 17-21, qui cherche à repenser la valeur paradigmatique du « siècle classique ». Elle vient de lancer un mouvement, Transitions, qui a pour but de réactiver la valeur transitionnelle de la littérature et de l’écriture. Elle est en outre écrivain et a publié : Public et littérature en France au XVIIe siècle (1994), L’Absolutisme dans les Lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique (2000), L’Excentricité académique. Institution, littérature, société (2001), La Langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement (2003), Rachel (roman, 1981), Le Cameraman (roman, 1983), L’Ordalie (roman, 1992), Avram (roman, 2002), La Désobéissance de Pyrame (roman, 2009).

28Lise Michel a soutenu en 2006 à l’université de Paris 4 une thèse intitulée Dramaturgie et politique dans la tragédie française (1634-1651) (à paraître). Après avoir été ATER à l’université d’Artois, elle enseigne dans le secondaire et est chargée de cours à l’université de Savoie. Ses travaux de recherche portent principalement sur le théâtre de l’époque classique. Elle a notamment participé à l’édition des Œuvres complètes de Molière parues en 2010, et codirigé les ouvrages collectifs, La Reconnaissance sur la scène française (2009) et La Scène et la coulisse dans le théâtre du XVIIe siècle en France (2011).

29Laura Naudeix, ancienne élève de l'ENS de Fontenay, est l’auteur d’une thèse consacrée à la Dramaturgie de la tragédie en musique (2005). Elle enseigne à l’université catholique de l’Ouest à Angers la littérature, l’histoire du théâtre et des arts du spectacle. En collaboration avec N. Lecomte et J.-N. Laurenti, elle a réédité La Danse ancienne et moderne ou Traité historique de la danse de Louis de Cahusac (2004). Elle a également collaboré à l’édition des Œuvres complètes de Molière (Psyché, Les Amants magnifiques, La Comtesse d’Escarbagnas, 2010).

30Liliane Picciola est professeur de littérature du XVIIe siècle à l’université Paris Ouest–Nanterre-La Défense. Elle a publié notamment les parties « théâtre » et « roman » de Littérature française du XVIIe siècle (1992) et Corneille et la dramaturgie espagnole (2002). Elle a procuré l’édition critique de sept pièces de Corneille, de Polyeucte à Héraclius (1996) et de la Diane de Rotrou (2003), et a dirigé deux numéros de Littérales : Métamorphoses de la laideur (no 36, 2005) et Les extrémités des émotions. Du spectaculaire à l'inexprimable (no 42, 2008).

31Martial Poirson, maître de conférences à l’université Stendhal–Grenoble 3 en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles et en arts du spectacle. Coordinateur scientifique des programmes « Création 1 et 2 » de l’ANR (2008-2016), il a dirigé plusieurs ouvrages portant notamment sur l’articulation entre économie et littérature (Art et argent dans la France des Premiers modernes, 2004 ; Les Frontières littéraires de l'économie, 2008) ; sur les implications politiques des productions théâtrales (Le Théâtre sous la Révolution française : politique du répertoire, 2008) ; sur les spectacles d’enchantement (Perrault en scène, 2009 ; Les Scènes de l’enchantement, 2011) ; et sur les représentations actuelles du XVIIIe siècle et de la Révolution française (L’Écran des Lumières, 2009 ; Filmer le XVIIIe siècle, 2009).

32Brigitte Prost est maître de conférences à Rennes 2–université européenne de Bretagne et enseigne aussi au conservatoire de Rennes, ainsi qu’à l’École du Théâtre national de Bretagne, l’histoire du théâtre et l’analyse dramaturgique et scénique. Expert à la Direction générale des affaires culturelles et à la Ville de Rennes pour le spectacle vivant, elle s’investit également auprès des compagnies de théâtre de la région Bretagne. Membre du comité de rédaction de L'Annuaire théâtral, elle est l’auteur d’articles dans de nombreuses revues consacrées au théâtre. Auteur de plusieurs ouvrages sur les classiques et leurs mises en scène, dont Le Répertoire classique sur la scène contemporaine. Les Jeux de l’écart (2010), elle a codirigé un ouvrage collectif intitulé Lectures de Endgame/Fin de partie de Samuel Beckett (2009) et prépare actuellement un autre, Le Théâtre de répertoire : lieu de mémoire, lieu de création, ainsi qu’une étude sur le Mohini Attam (danse du Sud-Ouest de l’Inde).

33Alain Riffaud, maître de conférences à l’université du Maine depuis 2000, est habilité à diriger des recherches depuis 2005. Il travaille sur le théâtre du XVIIe siècle. Il a procuré des éditions critiques de l'Iphigénie de Jean Rotrou (1999), et du Marc-Antoine de Jean Mairet (2004). Il concentre ses recherches sur l’impression du théâtre : il a publié différents articles sur les questions de bibliographie matérielle, dont l’un fait état de ses découvertes sur l’impression de l’édition originale du Cid, tandis que d’autres éclairent d’un jour nouveau les éditions originales de Molière ; il a aussi édité un Répertoire du théâtre français imprimé entre 1630 et 1660 (2009), et une Archéologie du livre français moderne (2011). Parallèlement, Alain Riffaud s’intéresse à l’œuvre de Jean Bruller, dit Vercors. Il a publié en 2002 une anthologie de l’œuvre de Vercors. Il a également réalisé en 2000 l’édition critique de La Danse des vivants de Jean Bruller.

34Jean Rohou a enseigné à l’université de Rennes 2 de 1961 à 1994. Il est spécialiste de la littérature du XVIIe siècle, notamment de la tragédie classique et particulièrement de Racine, mais aussi de la fonction de la pratique littéraire dans la condition humaine, et des conditionnements de cette pratique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la littérature et le théâtre du XVIIe siècle.

35Eve-Marie Rollinat-Levasseur est maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle–Paris 3. Depuis sa thèse, L’Énonciation théâtrale : l’expression de la subjectivité à l’âge classique (2000), elle s’attache notamment à l’étude de la présentation matérielle des éditions des œuvres dramatiques pour développer à la fois une histoire du genre théâtral et une histoire de la lecture. Parallèlement, elle fait des recherches sur le théâtre dans le cadre de la didactique des langues. Elle a édité plusieurs pièces, parmi lesquelles Cinna, en 2010.

36Alexander Roose, lecturer à l’université de Cambridge (Clare College), a soutenu une thèse sur la curiosité de Montaigne, sous la direction de Fernand Hallyn, qui paraîtra prochainement aux éditions Champion. Il a publié récemment des articles sur la sagesse dans Le Songe de Poliphile, sur la rhétorique de La Mothe Le Vayer et sur Barthélemy Aneau et Jérôme Cardan.

37Ana Clara Santos, a soutenu une thèse de doctorat sur Le rôle de la mère dans la tragédie racinienne et cornélienne, sous la direction de Jacques Morel (Sorbonne nouvelle, 1996). Elle se consacre, depuis quelques années, en tant que membre du Centre d’études de théâtre de la faculté de lettres de l’université de Lisbonne, à la recherche sur la réception de la dramaturgie française au Portugal ainsi qu’à l’histoire du spectacle portugais au XIXe siècle. Elle a publié en collaboration deux volumes du Répertório teatral na Lisboa oitocentista (2007 et 2011) et dirigé Relações literárias franco-peninsulares (2005).

38Franziska Sick est professeur de littérature française à l’université de Kassel. Elle a publié récemment : Medium und Gedächtnis. Von der Überbietung der Grenzen (2004), Zeitlichkeit in Text und Bild (2007), Raumkpnzepte. Disziplinäre Zugänge (2009), Raum und Objekt im Werk von Samuel Beckett (2011).

39Anne-Élisabeth Spica, professeur à l’université de Metz, membre de l’IUF, travaille sur les langages par l’image et l’allégorie au XVIIe siècle en Europe ; elle s’intéresse à la théorie des genres (fiction narrative en prose) et à la littérature néo-latine, dont le théâtre des jésuites. Elle est l’auteure notamment de Symbolique et emblématique humaniste : l’évolution et les genres (1996) et de nombreux articles.

40Charles-Olivier Stiker-métral, maître de conférences à l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3, a publié Narcisse contrarié. L’amour-propre dans le discours moral en France (2007), et plusieurs articles consacrés aux formes de l’écriture morale au XVIIe siècle.

41Anne Teulade est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Nantes. Sa thèse paraîtra prochainement aux éditions du Cerf dans une version remaniée intitulée Unir la terre au Ciel ? Paradoxes de la sainteté au théâtre. Elle a dirigé un volume intitulé Reflets du Siècle d’or espagnol. Modèles en marge (2010), et publié des articles sur le théâtre du XVIIe siècle et la poétique des genres baroques. Elle s’intéresse actuellement aux fonctions du paradigme mélancolique dans les textes européens des XVIe et XVIIe siècles.

42Clotilde Thouret est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Paris 4–Sorbonne. Spécialiste du théâtre européen de la fin de la Renaissance et de l’âge baroque, elle a publié Seul en scène. Le monologue dans le théâtre européen de la première modernité (2010) et des articles sur les rapports entre théâtre et politique, et théâtre et morale.

43Alain Viala, professeur à l’université d’Oxford et professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, est notamment l’auteur de Naissance de l’écrivain (1985), Racine. La stratégie du caméléon (1991), Le Théâtre en France (1996 et 2005), Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire (2006), La France galante (2009).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search