Version classiqueVersion mobile

Pratiques de Corneille

 | 
Myriam Dufour-Maître

Bibliographie générale

Texte intégral

Sont repris ici l’ensemble des ouvrages et articles cités dans l’ouvrage, auxquels s’ajoutent les références bibliographiques concernant son sujet, sans ambition d’exhaustivité toutefois.

ŒUVRES DE CORNEILLE

Éditions anciennes citées plus particulièrement

Clitandre, Paris, François Targa, 1632.

Mélite, Paris, François Targa, 1633.

La Veuve, Paris, François Targa, 1634.

Andromède, tragédie, Paris, Le Blond (s. d.), in-f°.

Œuvres de Corneille, première partie (contient Mélite, Clitandre, La Veuve, La Galerie du Palais, La Suivante, La Place Royale, Médée, L’Illusion comique), Paris, Antoine de Sommaville et Augustin Courbé, 1644, 2 vol., in-12, frontispice et portrait gravés par Michel Lasne.

Le Théâtre de P. Corneille, reveu et corrigé par l’autheur, imprimé à Rouen et se vend à Paris chez Augustin Courbé et Guillaume de Luyne, 1660, 3 vol. in-8.

Le Théâtre de Pierre Corneille, Rouen, Laurent Maurry, 1663.

Théâtre de P. Corneille Reveu et corrigé par l’Autheur, à Rouen et se vend à Paris chez Thomas Jolly, in-12, 1664.

Éditions modernes utilisées dans le volume

Andromède, Christian Delmas (éd.), Paris, STFM, 1974.

Le Cid, Georges Forestier (éd.), Paris, STFM, 1992.

Cinna, Georges Forestier (éd.), Gallimard, « Folio classique », 1994.

L’Illusion comique, Robert Garapon (éd.) (1957), Paris, STFM, 2001.

Œdipe, Bénédicte Louvat (éd.), Toulouse, Société de littératures classiques, 1995·

Œdipe, Corneille et Voltaire, Publications de l’université de Saint-Etienne, 2004.

Trois discours sur le poème dramatique, Marc Escola et Bénédicte Louvat (éd.), Paris, Flammarion, 1999.

Œuvres complètes de Pierre Corneille, Charles Marty-Laveaux (éd.), Paris, Hachette, 1862-1868.

Œuvres complètes, André Stegmann (éd.), Paris, Seuil, « Intégrales », 1963.

Théâtre complet, Georges Couton (éd.), Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1993, t. I.

Théâtre complet, Liliane Picciola (éd.), Paris, Dunod, « Classiques Garnier », 1996, t. II.

Théâtre complet, Christine Noille-Clauzade (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 2006, t. III.

Œuvres complètes, Georges Couton (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980-1987, 3 vol.

Writings on the Theatre, Henry Thomas Barnwell (éd.), Oxford, Blackwell, 1965.

AUTRES ŒUVRES DE L’ANTIQUITÉ AU XVIIe SIÈCLE

Anonyme, Discours facétieux des hommes qui font saller leurs femmes à cause quelles sont trop douces, lequel se joue à cinq personnages comme on peut le voeir [sic] à la page suivante, Rouen, [Abraham Cousturier, 1558 ?], Cousturier, vers 1600.

Anonyme, L’Histoire et tragédie du Mauvais riche, extraite de la Sainte Escriture, & représentée par dix-huit persotinages, Rouen, Daniel Cousturier, s. d.

Anonyme, Laz d’amour divin à huit personnages, c’est à savoir : Charité, Jésus Christ, l’Ame, Justice, Vérité, Bonne inspiration, la fille de Sion, les pécheurs, Rouen, Thomas Laisné, 1500.

Anonyme, La Magicienne estrangère, Rouen, Geuffroy et Besongne, 1617.

Anonyme, attribuée à l’abbé d’Aubignac, Le Martyre de sainte Catherine, tragédie, Caen, Eleazar Mangeant, 1650 [1649].

Anonyme, Mystère de Job, joué par 49 personnages, Rouen, Romain Beauvais, 1604.

Anonyme, Rosimonde ou le parricide puny, Rouen, Louis Oursel, 1640.

Anonyme, Tragédie de Ieanne d’Arques, dite la Pucelle d’Orléans, native du village d’Emprenne, pres Voucouleurs en Lorraine, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1606.

Anonyme, Tragédie francoise d’un more cruel envers son seigneur nommé Riviery, gentil homme espagnol, sa demoiselle et ses enfans, Rouen, Abraham Cousturier, s. d. [ca. 1610] ; dans Christian Biet (dir.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (XVIe-XVIIesiècle), Paris, Robert Laffont, p. 549-590.

Anonyme, La Victoire du Phebus François contre le Python de cetemps, Rouen, Thomas Mallart, 1617.

Abelly Louis, La Tradition de l’Église, touchant la Devotion particulière des Chrestiens envers la tres-saincte Vierge Marie Mere deDieu. Paris, Jacques Langlois et Emanuel Langlois, 1652.

Aristote, LaPoétique, Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot (trad.), Paris, Seuil, 1980.

—, Rhétorique, Médéric Dufour (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1967.

Aubignac François Hédelin d’, La Pratique du théâtre, Paris, Antoine de Sommaville, 1657 ; Genève, Slatkine Reprints, 1996 ; Hélène Baby (éd.), Paris, Champion, 2001.

—, Deux Dissertations concernant le Poème dramatique, Paris, Jacques Du Brueil,'663.

—, Dissertations contre Corneille [1663], Nicholas Hammond et Michael Hawcroft (éd.), University of Exeter Press, 1995.

Baillet Adrien, Jugements des savants sur les principaux ouvrages des auteurs, Dezallier, 1686.

Balbinus Bohuslaus, Verisimilia humaniorum disciplinarum, seu judicium privatum de omni litterarum (quas humaniores appellant) artificio quo in libello praecepta epistolarum, latinitatis, grammaticae, poeseos (generatim et speciatim) emblematum, symbolorum, historiae, rhetoricae (sacrae et profanae) aliaque hujusmodi, summa brevitate adferuntur, et quid in singulis verisimile sit, proponitur, in eorum potissimum gratam, qui humaniora studia ab origine prima repetere cupiunt, ad exemplar Pragetise nunc recusum cura Christiani Weissi, gymn. Zittaviens. rect. [1666], Lipsiae, J. Gerdes et al., 1687.

Bandello Matteo, Nouvelles, Adeline Ch. Fiorato, Marie-José Leroy et Corinne Paul (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 2002.

Bartolommei Girolamo, Tragédie, Firenze, Pietro Nesti, 1655, in-4°, 2 vol.

Bary René, L’Esprit de cour ou les conversations galantes, Paris, Charles de Sercy, 1662.

Baudoin Jean, Le Prince parfait, et ses qualitez les plus eminentes. Avec des conseils et des exemples Moraux et Politiques ; Tirez des Œuvres de Juste-Lipse, & des plus célébrés Autheurs anciens & modernes, qui ont écrit de l’Histoire universelle, Paris, Cardin Besongne, 1650.

Béhourt Jean, La Polyxène, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1597.

—, Esaü, ou le Chasseur, en forme de tragoedie, nouvellement representée au College des Bons Enfans de Rouen, le 2 d’Aoust 1598, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1599.

—, Hypsicratée, ou la Magnanimité, tragoedie nouvellement représentée au College des Bons Enfans, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1604.

Beni Paulo, Pauli Beni Eugubini in Aristotelis Poeticam Commentarii, Padoue, Francesco Bolzetta, 1613.

La Bible nouvellement translatée, préfaces par Pierre Gibert et Jacques Roubaud, Paris, Bayard, 2005.

Bodin Jean, Les six livres de la République, Paris, Fayard, « Corpus », 1986.

Bordeaux Christophe de, Chambrière à louer, à tout faire, Rouen, Abraham Cousturier, s. d.

—, Varlet à louer, à tout faire, Rouen, Abraham Cousturier, s. d.

Boileau Nicolas, Œuvres complètes, Françoise Escal (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1966.

Bordelon Laurent, Caractères naturels des hommes en cent dialogues, Paris, A. Seneuze, 1692.

—, Diversités curieuses en plusieurs lettres, Coustelier, 1697.

Bossuet Jacques Bénigne, Maximes et réflexions sur la comédie (1694), dans Charles Urbain et Eugène Levesque (éd.), L’Église et le théâtre, Paris, 1930.

Botero Giovanni, Della ragione di Stato [1589], traduction française par Gabriel Chappuys (édition bilingue) sous le titre Raison et gouvernement d’État en dix livres, Paris, 1599.

Boursault Edme, La Satire des Satires [1669], Recueil de pièces choisies, La Haye, 1714.

Bretog Jean, Tragédie à huit personnages, Lyon, Noël Grandon, 1571, dans Christian Biet (dir.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Robert Laffont, p. 3-38.

Camus Jean-Pierre, Les Spectacles d’horreur où se découvrent plusieurs tragiques effets de notre siècle, Paris, Soubron, 1630, dans Christian Biet (dir.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Robert Laffont, p. 258-273.

—, L’Amphithéâtre sanglant où sont représentees plusieurs actions tragiques de notre siècle, Paris, Cottereau, 1630, dans Christian Biet (dir.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Robert Laffont, p. 230-257.

Castelvetro Lodovico, Poetica d’Aristotele vulgarizzata, et sposta, stampata in Vienna d’Austria, per Gaspar Stainhofer, 1570.

Caussin Nicolas (le père), Eloquentiae sacrae et humanae Parallela libri XVI, Paris, Sébastien Chappelet, 1619.

Caussin Nicolas (le père), La Cour Sainte, ou Γinstitution chrestienne des Grands, avec les exemples de ceux qui dans les cours ont fleury en saincteté, Paris, S. Chappelet, 1624.

Chapelain Jean, Lettre ou discours de M. Chapelain à Monsieur Favereau cotiseiller du Roi en sa cour des Aides, portant son opmio77 sur le poème d'Adonis du Chevalier Marino paru dans LAdone, poema del cavalier Marino [...], Paris, O. di Varano, 1623.

—, Opuscules critiques, Alfred C. Hunter (éd.), Paris, Droz, 1936.

Chevreau Urbain, La suitte et le mariage du Cid, Tragicomedie, Paris, Toussainct Quinet, 1638, publié dans Les Suites du Cid de Corneille (1637-1639) : Chevreau, Desfontaines, Chillac, Daniela Dalla Valle (éd.), Toulouse, Société de littératures classiques, 2009.

—, L’École du sage ou le caractère des vertus et des vices, Lyon, François Comba, 1660.

Chillac Thimoclée de, L’ombre du comte de Gormas, et la mort du Cid, tragicomedie, Paris, Cardin Besongne, 1639, publié dans Les Suites du Cid de Corneille (7637-7639) : Chevreau, Desfontaines, Chillac, Daniela Dalla Valle (éd.), Toulouse, Société de littératures classiques, 2009.

Chrestien Des Croix Nicolas, Rosemonde ou la vengeance, Rouen, Théodore Reinsart, 1603.

—, Les Tragedies de N. Chrestien Sieur des Croix Argentenois, Rouen, Théodore Reinsart, 1608.

Cicéron, De Inventione, Guy Achard (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1994.

—, La République, Esther Bréguet (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1980.

Conti Armand de Bourbon (prince de), Traité de la comédie et des spectacles, selon la tradition de l’Eglise, tirée des conciles et des saints Pères (1666), Karl Vollmöller (éd.), Heilbronn, 1881.

Les continuateurs de Loret... Lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault, Perdou de Subligny, Laurent et autres (1665-1689), Damascène Morgand et Charles Fatout, 1881.

Coustel Pierre, Sentiments de l’Église et des saints Pères pour servir de décision sur les comédies et les comédiens opposés à ceux de la lettre qui a paru sur ce sujet depuis quelques mois, Paris, Vve Coignard, 1694.

Delrio Martin, Syntagma tragoediae latinae in tres partes distinctum [1593], Paris, Petri Billaine, 1620.

Denores Jason, Discorso [...] intorno à que’principii, cause, et accrescimenti che la comedia, la tragedia, et il poema heroico ricevono dalla philosophia morale, & civile, & da’Governatori delle Republiche [...], Venezia, Paolo Mietto, 1586.

Desfontaines Nicolas-Marc, La vraye suitte du Cid. Tragi-comedie, Paris, Anthoine de Sommaville, 1638, publié dans Les Suites du Cid de Corneille (7637-/639) : Chevreau, Desfontaines, Chillac, Daniela Dalla Valle (éd.), Toulouse, Société de littératures classiques, 2009.

Desmarets De Saint-Sorlin Jean, L’Office de la Vierge Marie mis en vers [1645], Paris, H. Legras, 1647.

Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1694.

Diogène Laërce, Vie, doctrine et sentences des philosophes, traduction, notice et notes par Robert Genaille, Paris, Garnier-Flammarion, 1965.

Donati Alessandro, De arte poetica libri III, Rome, 1631, réédité 1643, 1659, 1684.

Donneau De Visé Jean-François, Nouvelles nouvelles, Paris, Pierre Bienfaict, 1663·

Dryden John, OfDramatick Poesie. An essay, London, Henry Herringman, 1668.

—, The Worfis of John Dryden, H. T. Swedenberg (éd.), Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1974-1994.

Du Hamel Jacques, Acoubar, tragédie : tirée des Amours de Pistion, & Fortunie, en leur voyage de Canada, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1603.

Du Peschier Nicolas, Comédie des comédies, Rouen, Jean Boulay, 1629 ; Lyon, C. Larjot, 1630.

Du Ryer Pierre, Lisandre et Caliste, Paris, Pierre David, 1632.

Du Verdier Antoine, Bibliothèque, Lyon, Honorât, 1585.

Épictète, Entretiens, dans Les Stoïciens, Émile Bréhier (trad.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1962.

Félibien André, Des Principes de l’Architecture, de la Sculpture, de la Peinture et des autres Arts qui en dépendent. Avec un Dictionnaire des termes propres à chacun de ces arts, Paris, Coignard, 1690.

Fénelon François, Lettre à l’Académie [1716], Ernesta Caldarini (éd.), Genève, Droz, 1970.

Filleul Nicolas, Les Theatres de Gaillon. A la Royne, Rouen, Georges Loyselet, 1566.

Fioretti Benedetto, Proginnasmi poetici di Udeno Nisiely da Vernio, Accademico apatista, Florence, Zanobi Pignoni, 1639.

Fontenelle Bernard Le Bovier de, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), Alexandre Calame (éd.), Paris, STFM, 1991.

—, « Éloge de Corneille », Nouvelles de la République des Lettres, janv. 1685, III, art. IX.

—, Œuvres complètes, Paris, Fayard, 1989, t. III.

Galluzzi Tarquinio, Rinovazione dell''antica Tragedia, Rome, 1621; impr. Vaticane, 1633.

Garnier Robert, La Troade, Jean-Dominique Beaudin (éd.), Paris, Champion, 1999.

Giraldi Giovanni Battista – CINZIO, Discorso over lettera di Giovambattista Giraldi Cinthio intorno al comporre delle Comedie e delle Tragedie a Giulio Ponzio Ponzoni, Ferrare, 1543.

—, Lettera sulla “Didone" (1543), dans Il Teatro italiano. La tragedia del Cinquecento, Turin, Einaudi, 1977, t. II.

Gryphius Andreas, Leo Armenius, Oder Fürstenmord, dans Dramen, Eberhard Mannack (éd.), Francfort, Deutscher Klassiker Verlag, 1991.

Guarini Gian Battista, Il Compendio dellapoesia tragicomica, Venise, G. Ciotti, 1601 ; Luigi Fasso (éd.), Turin, UTET, 1962 ; Laurence Giavarini (éd.), Paris, Champion, 2008.

Guez De Balzac Jean-Louis, « De la gloire », dans Œuvres diverses, Roger Zuber (éd.), Paris, Champion, 1995.

—, Aristippe ou De la Cour, Paris, Augustin Courbé, 1658.

Hardy Alexandre, Le Théâtre d’Alexandre Hardy, Parisien, dédié à Monsieur le Prince, Rouen, David Du Petit Val, 1626, t. IV.

Hays Jean, Cammate, dans Les Premières pensées, Rouen, Théodore Reinsart, 1598.

Heinsius Daniel, Aristotelis De Poetica Liber Daniel Heinsius recensuit, ordini suo restituit, Latine vertit, notas addidit. Accedit eiusdem De Tragica Constitutione Liber [...], Lugduni Batavorum, apud Ionannem Baldvinum, 1611, deux parties en un vol. ; De Constitutione Tragoedioe. La Constitution de la tragédie, dite la Poétique d’Heinsius, Anne Duprat (éd. et trad.), Genève, Droz, 2001.

La Bruyère Jean de, Les Caractères, Robert Garapon (éd.), Paris, Garnier, 1962, rééd. 1990 ; Emmanuel Bury (éd.), Paris, Livre de poche, 1995.

La Mesnardière Hippolyte Jules Pilet de, La Poétique, Paris, Sommaville, 1639.

La Mothe Le Vayer François de, La Rhétorique du prince, Paris, Courbé, 1651.

—, De la patrie et des étrangers, Philippe-Joseph Salazar (éd.), Paris, Desjonquères, 2003.

—, De la vertu des païens, dans Jacques Prévot (dir.), Libertins du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2004, t. II.

La Peruse Jean Bastier de, Médée, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1596.

L’Arivey Pierre de, Les comédies facétieuses, à l’imitation des anciens grecs, latins, et modernes italiens, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1600.

La Rochefoucauld François VI de, Maximes et Réflexions diverses, Jean Lafond (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 1976 ; Laurence Plazenet (éd.), Paris, H. Champion, 2005.

Le Bossu René (le père), Traité du poème épique, Paris, Le Petit, 1675 ; réimpr. de l’éd. de 1714, introd. de Volker Kapp, Hamburg, Buske, 1981.

Le Boulanger De Chalussay Charles, Élomire Hypocondre, Paris, Sercy, 1670 ; Ch.-L. Livet (éd.), Paris, Liseux, 1878.

Le Moyne Pierre (le père), Les œuvres poétiques du Père Le Moyne, Paris, Louis Billaine, 1671.

Lipse Juste, Politicorum sive civilis doctrine libri sex qui ad Principatum maxime spectant, Leyde, Plantin, 1589, trad. fr. de Charles le Ber, Les Politiques ou doctrine civile de Justus Lipsius, Paris, Matthieu Guillemot, 1597 [1re éd. 1590].

—, Les deux livres De la constance. Esquels en forme de devis familier est discouru des afflictions, et principalement des publiques, et comme il se faut résoudre à les supporter, traduction anonyme du latin, édition de Tours (1592) ; Paris, Noxia, 2000.

—, Justi Lipsii Civis romani admiranda, sive de Magnitude romana, Rome, apud Nicolaum Mutium, 1600 [1re éd. 1598].

Lipse Juste, Monita et exempla politica libri duo qui Virtutes et Vitia Principium spectant, Anvers, Moret, 1595, trad. fr. anonyme : Les Conseils et les exemples politiques de Juste Lipse. Divisez en deux livres. Touchant les vertus et les vices des princes, Paris, Jean Richer, 1606.

Longepierre Hilaire Bernard, « Parallèle de Monsieur Corneille et de Monsieur Racine », publié dans Le Jugement des Savants, Paris, 1686, vol. 9 ; dans Médée [...] suivie du Parallèle de Monsieur Corneille et de Monsieur Racine..., Emmanuel Minel (éd.), Paris, Champion, « Sources classiques », 2000, p. 180-181.

Longin (pseudo-), Du sublime, traduction, présentation et notes par Jackie Pigeaud, Paris, Rivages, 1991 ; On Great Writing (On the Sublime), George Maximilian Anthony Grube (trad.), Indianapolis, Hackett, 1991 ; Traité du sublime, traduction de Boileau, introduction et notes de Francis Goyet, Paris, Livre de poche, 1995 ; On the Sublime, W. Hamilton Fyfe et Donald Russell (trad.), Aristotle, Poetics, Longinus, On the Sublime, Demetrius, On Style, Cambridge-Londres, Loeb Classical Library, 1995 ; De la sublimité du discours. Traduction inédite du XVIIe siècle, Emma Gilby (éd.), Chambéry, Act Mem, « La Bibliothèque volante », 2008.

Lope De Vega Felix, El Arte nuevo de hacer comedias en este tiempo, Juana de José Prades (éd.), Madrid, Consejo Superior de Investigationes Científicas, « Clásicos hispánicos », 1971 ; traduction française par Juan Penalver sous le titre de Lope de Vega : le nouvel art dramatique dans Théâtre populaire, no 8, juillet-août 1954, p. 6-14.

Lucrèce, De rerum natura, Alfred Ernout (trad.), introduction et notes par Elisabeth de Fontenay, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

Mairet Jean, Chryséide et Arimant [1630] Henry C. Lancaster (éd.), Paris, Presses universitaires, 1925 ; dans Georges Forestier (dir.), Théâtre complet, textes établis et commentés par Perry Gethner, Jean-Pierre van Elslande et Françoise Lavocat, Paris, Champion, 2008, t. II.

—, La Sylvie, tragicomédie pastorale, Rouen, Jean Boulley, 1631.

Maistre Antoine de et alii (pseudonyme DUMONT), L'Office de l’Eglise et de la Vierge... (volume dit Heures de Port-Royal), Paris, Veuve J. Camusat et P. Le Petit, 1650.

Mariana Juan de, De rege et regis institutione, Toleti, P. Rodericus, 1599.

Marillac Michel de, Les CL. Pseaumes de David, et les X. Cantiques, inserés en l’office de l’Eglise, Paris, E. Martin, 1625.

Masen Jacob, Palaestra eloquentiae ligatae [1654-1657], Cologne, J. Busaeus, 1661-1664.

Ménage Gilles, Menagiana, Paris, F. et P. Delaulne, 1693.

Méré Antoine Gombaud (chevalier de), Divers propos du chevalier de Méré, Charles-Henri Boudhors (éd.), RHLF, 1922-1925.

[Miton Adrien], Mémoires d’Adrien Miton, président en l’élection de Neufchâtel, publiés par F.-V. Bouquet, Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, Rouen, 1884.

Montaigne Michel de, Les Essais, Pierre Villey-Saulnier (éd.), Paris, PUF, 2e éd. Quadrige, 1992.

Montfleury Antoine Jacob (dit), L’Impromptu de l’Hôtel de Condé, dans La querelle de l’École des Femmes, Georges Mongrédien (éd.), Paris, Librairie Didier, 1971, t. II.

Morvan De Bellegarde Jean-Baptiste, Réflexions sur ce qui peut plaire ou déplaire dans le commerce du monde, Paris, Arnoul Seneuze, 1688.

—, Réflexions sur le ridicule et sur les moyens de l’éviter, Trévoux, Imprimerie de Son Altesse Sérénissime Monseigneur Prince souverain de Dombe, 1717.

Musson Pierre, Tragoediae seu diversarum gentium et imperium magniprincipes dati in theatrum Collegii Regii Henrici Magni, La Flèche, G. Griveau, 1621.

Naudé Gabriel, Considérations politiques sur les coups d’État, Frédérique Marin et Marie-Odile Perulli (éd.), préface de Louis Marin, Paris, Editions de Paris, 1988.

Nicole Pierre, Traité de la comédie (1667 et 1675), Georges Couton (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1961 ; Laurent Thirouin (éd.), avec d’autres pièces d’un procès du théâtre, Paris, Champion, 1998.

Paccius Alexander [PAZZI Alessandro], Aristotelis Poetica per Alexandrum Paccium Florentinum in Latinum conversa, Venetiis, in aedibus haeredum Aldi, et Andreae Asulani soceri, 1536.

Pascal Blaise, Les Provinciales, Louis Cognet et Gérard Ferreyrolles (éd.), Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1992.

—, De l’Esprit géométrique et de l’Art de persuader, dans Œuvres complètes, Michel Le Guern (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000.

Perrault Charles, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, David J. Culpin (éd.), Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », 2003.

Perrin François, Sichem ravisseur ou la circoncision des Incirconcis, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1606.

Petra, Dyonisii Longini, Liber de grandi sive sublimi genere orationis, Geneva, J. Tournai, 1612.

Pline Le Jeune, Panégyrique de Trajan, Marcel Durry (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1948.

Plutarque, Les Vies parallèles, Émile Chambry (trad.), Les Belles Lettres, 1973 ; François Hartog (éd.), Paris, Gallimard, 2001.

Pontanus Jacobus, Poeticarum institutionum libri III [1594]. Editio tertia, emendatior, Avignon, J. Bramereau, 1600.

Puget De La Serre Jean, Sainte Catherine, tragédie en prose, Paris, Antoine de Sommaville et Augustin Courbé, 1643.

Pure Michel de, Idée des Spectacles anciens et nouveaux, Michel Brunet, 1668.

Racine Jean, Œuvres complètes, Georges Forestier (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999.

Rapin René (le père), Réflexions sur la poétique, Paris, F. Muguet, 1674.

Régnault Guyllaume], La tragédie d’Octavie, femme de l’empereur Neron, faite et composée par celuy qui porte en son nom tourné : Ung à luy m’ellut a gré. Enrichie d’une farce, Rouen, Jean Petit, 1599.

Rhétorique à Herennius, Henri Bornecque (éd.), Paris, Garnier, 1932.

Ribadeneyra Pedro de, Tratado de la Religion y virtudes que debe tener el Principe cristiano para gobernar y conservar sus estados, Madrid, P. Madrigal, 1595

Robortello Francesco, Francisci Robortelli Vtinensis in librum Aristotelis De Arte poetica explicationes [...], Florentiae, dans Officina Laurentii Torrentini Ducalis Typographi, 1548 [W. Fink Verlag, « Poetiken des Cinquecento », Munich, 1968].

—, Dionysiou Longinou rhetorosperihypsous biblion, Basle, Jean Oporin, 1554.

Saavedra Diego de, Idea de un Principe Politico Cristiano, Munich, N. Enrico, 1640.

Saint-Amand Antoine Girard de, Œuvres, Charles-Louis Livet (éd.), Paris, Janet, 1855.

Saint-Évremond Charles de Marteguel de, Dissertation sur le grand Alexandre [1668], Véritables Œuvres, Londres, J. Tonson, 1706.

—, Œuvres en prose, René Ternois (éd.), Paris, Marcel Didier, 1962-1969,4 vol.

Sanguin Claude, Heures en vers françois. Contenant les CL. Pseaumes de David, selon l’ordre de l’Eglise. Où sont compris les offices de la Vierge, les sept pseaumes penitentiaux, l’office des morts, les vespres, complies, heures canoniales, et cantiques, Paris, J. de La Caille, 1660 ; 2e émission, 1667 sous le titre d’Heures de Cour (même adresse).

Scarron Paul, L’Escolier de Salamanque, ou les Genereux Ennemis, tragicomédie, Paris, Sommaville, 1655.

—, Poésies diverses, Paris, STFM, 1960.

—, Le Roman comique, Yves Giraud (éd.), Paris, Flammarion, 1981.

Schélandre Jean de, Tyr et Sidon, préface d’Ogier, Joseph W. Barker (éd.), Paris, A. G. Nizet, 1975.

Scudéry Georges de, Ligdamon et Lidias, Paris, Targa, 1631.

—, La Comédie des comédiens, Paris, A. Courbé, 1635 ; d’Isabella Cedro (éd.), Fasano, Schena, « Bibboteca della Ricerca », 2002.

—, La Mort de César, [1636], seconde édition in-4°, Paris, A. Courbé, 1637.

—, L’Apologie du théâtre, Paris, A. Courbé, 1639.

Senault Jean-François, Le Monarque ou Les Devoirs du souverain, Paris, Pierre Le Petit, 1661.

Sénèque , De la clémence, François Préchac (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1925.

—, Lettres à Lucilius, Paul Veyne (éd.), Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1993, 1998.

Soarez Cypriano, De arte rhetorica libri tres, ex Aristotele, Cicerone et Quinctiliano praecipue deprompti, Bixiae, 1615.

Somaize Antoine Baudeau de, La Pompe funèbre de M. Scarron, Paris, Ribou, 1660.

—, Les Véritables Précieuses, Paris, Ribou, 1660.

Summo Faustino, Discorsi [...] ne queli si discorreno le piu principali questioni di poesia e si dichiarano molti luoghi dubi e difftcili intorno all’arte delpoetare [...], Padova, F. Bolzetta, 1600.

Tabarin, Les Ruses et finesses descouvertes sur les chambrière [sic] de ce temps, s. b, 1621.

Tacite, Histoires, trad. Perrot d’Ablancourt, Jean Piétry et Eric Pesty (éd.), Paris, Ivrea, 2003.

Tallemant Des Réaux Gédéon, Historiettes, Antoine Adam Paris (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, 2 vol.

Tristan L’Hermite François – Du Sober, Les Amours, Véronique Adam (éd.), dans Œuvres complètes II Poésie (I), Paris, Champion, « Sources classiques », 2002.

Tristan L’Hermite François – Du Solier, L'Office de la Sainte Vierge [1646] ; Œuvres complètes, III, Poésie (II), Jean-Pierre Chauveau (éd.), Paris, Champion, 2002.

Varet Alexandre, De l’éducation chrétienne des enfants selon les maximes de l’Écriture sainte et les instructions des saints Pères, Paris, Promé, 1666.

Vettori Pierre, Petri Victorii Commentant in primum librum Aristotelis de Arte poetarum [...], Florentiae, ex officina Juntarum, Bernardi filiorum, 1560.

Vigneul-Marville, Mélanges d’Histoire et de Littérature, Rouen-Paris, Besoigne, 1699.

Ville-Toustain, Tragédie de la Naissance ou création du monde, où se void de belles descriptions des Animaux, Oiseaux, Poissons, Fleurs et autres choses rares, qui virent le iour à la naissance de l’univers, Rouen, Abraham Cousturier, s. d.

Villiers Pierre de, Entretiens sur les tragédies de ce temps, Paris, E. Michallet, 1675.

Virey Jean de, La Machabee, tragoedie, du Martyre des sept freres et de Solomone leur mere, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1599, dans Christian Biet et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Tragédies et récits de martyres en France (fin XVIe-début XVIIe), Paris, Classiques Garnier, 2009, p. 132-181.

Voisin Joseph de, La Défense du traité de monseigneur le prince de Conti touchant la comédie et les spectacles, ou la Réfutation d’un livre intitulé Dissertation sur la condamnation du théâtre [dissertation attribuée à d’Aubignac], Paris, Coignard, 1671.

Yver Jacques, La Rhodienne ou la cruauté de Solyman, dans Le Printemps, Paris-Anvers, Ruelle-Silvius, 1572.

Yves De Paris (le R), Les Morales chrétiennes, Paris, D. Thierry, 1640-1643.

ŒUVRES ET ÉTUDES DU XVIIIe AU XXIe SIÈCLE

Adam Antoine, Histoire de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, Albin Michel, 1997 [1re éd. 1948].

Albanese Ralph, « Corneille à l’École républicaine », Papers on French Seventeenth-Century Literature, no 46, 1997, p. 145-156·

—, Corneille à l’Ecole républicaine : du mythe héroïque à l'imaginaire politique en France (1800-1950), Paris, L’Harmattan, 2008.

Alborg Juan Luis, Historia de la literatura española. III, Madrid, Gredos, 1972.

Alexandre Paul, « L’honneur de Suréna », dans Madeleine Bertaud et Alain Niderst (dir.), Onze Études sur la vieillesse de Corneille dédiées à la mémoire de Georges Couton, Paris, Klincksieck, 1994, p. 141-152.

Amossy Ruth (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Paris, Delachaux et Niestlé, 1999.

Andioc René, Sur la querelle du théâtre au temps de Leandro Lernández Morattn, Tarbes, Impr. Saint-Joseph, 1970.

Apostolidès Jean-Marie, Le Prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Minuit, 1985.

Araújo Luís Antonio de, História crítica do teatro na qual se tratam as causas da decadência do seu verdadeiro gosto, Lisbonne, Oficina Rollandina, 1779.

Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961.

Auger Louis-Simon, Éloge de P. Corneille, Paris, Xhrouet, 1808.

Autrand Michel, « Stratégie du personnage secondaire dans l’Attila de Corneille. Étude dramaturgique », dans Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 519-533.

—, « À propos de Pulchérie », dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 87-94.

Bablet Denis et Gischia Léon, « Conversations vénitiennes », dans Jean Vilar, Cahiers de l'Herne, no 67, Paris, L’Herne, 1995.

Baby Hélène, La Tragi-comédie de Corneille à Quinault, Paris, Klincksieck, 2001.

Bailly Jean Sylvain, Discours et mémoires par l’auteur de l’histoire de l’astronomie, Paris, Bure l’aîné, 1790.

Barbafieri Carine, « Corneille vu par Voltaire : portrait d’un artiste en poète froid », dans Corneille après Corneille. 1684-1797, XVIIe siècle, no 225, octobre 2004, p. 605-616.

—, Atrée et Céladon. La galanterie dans le théâtre tragique de la France classique (1634-1702), Presses universitaires de Rennes, 2006.

Barbey dAurevilly Jules, Les Œuvres et les hommes, Les Poètes, Lemerre, 1890, 2e série, XI.

Bardot Jean-Claude, Jean Vilar, Paris, Armand Colin, 1991.

Barthes Roland, « Les maladies du costume de théâtre », Théâtre populaire, no 12, mars-avril 1955, p. 64-76.

Bauer Barbara, « Das Bild als Argument: Emblematische Kulissen in den Bühnenmeditationen Franciscus Langs », Archiv für Kulturgeschichte, no 64, 1982, p. 79-170.

—, Jesuitische “ars rhetorica” im Zeitalter der Glaubenskämpfe, Francfort, P. Lang, 1986.

Beauchamps Pierre-François Godard de, Recherches sur les théâtres de France, Paris, Prault, 1735, 3 vol.

Bénichou Paul, Morales du Grand Siècle, Paris, Gallimard, 1948.

Benjamin Walter, Origine du drame baroque allemand [Berlin, 1928], Paris, Flammarion, « Champs », 1974 ; Sibylle Müller (trad.), Paris, Flammarion, 1985, rééd. 2000, 2009.

Berrégard Sandrine, « Les didascalies dans le théâtre de Corneille », XVIIe siècle, no 227, 2-2005, p. 227-241.

—, « La pratique de l’argument dans le théâtre de Tristan L’Hermite : de l’écriture dramatique à l’écriture narrative », XVIIe siècle, no 232, 3-2006, p. 499-512.

—, « Corneille entre classiques et romantiques : contradictions et conciliations dans la critique de la fin du XIXe siècle », dans Corneille des romantiques, Rouen, PURH, 2006, p. 245-260.

—, « Le débat entre Corneille et d’Aubignac au sujet des didascalies : de la théorie à la pratique », Revue d’histoire du théâtre, no 2, 2008, p. 113-126.

—, « Espace scénique, espace dramatique, espace textuel. La présence du hors-scène dans le péritexte », dans Georges Forestier et Lise Michel (dir.), La Scène et la coulisse dans le théâtre du XVIIe siècle en France, Paris, PUPS, « Theatrum mundi », 2011.

Bertaud Madeleine et Niderst Alain (dir.), Onze Études sur la vieillesse de Corneille dédiées à la mémoire de Georges Couton, Paris, Klincksieck, 1994.

Biet Christian, Œdipe en monarchie. Tragédie et théorie juridique à l’âge classique, Paris, Klincksieck, 1994.

—, « Plaisirs et dangers de l’admiration », dans Corneille, Cinna, Rodogune, Nicomède, Littératures classiques, no 32, janvier 1998, p. 121-134.

—, « La sainte, la prostituée, l’actrice. L’impossible modèle religieux dans Théodore vierge et martyre de Corneille », Littératures classiques, no 39,2001, p. 81-103.

—, Droit et littérature sous l’Ancien Régime. Le jeu de la valeur et de la loi, Paris, Champion, 2002.

—, Moi, Pierre Corneille, Paris, Gallimard, 2006.

Biet Christian et Triau Christophe, Qu’est-ce que le théâtre ?, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2006.

Blanchot Maurice, « La fin du héros », dans L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1969.

Blocker Déborah, « Élucider et équivoquer : Francesco Robortello (ré)invente la catharsis », dans Jean-Pierre Cavaillé (dir.), Stratégies de l’équivoque, Cahiers du Centre de recherches historiques, no 33, 2004, p. 109-140.

—, « Une “muse de province” négocie sa centralité : Corneille et ses lieux », Dossiers du GRIHL, 2008, http://dossiersgrihl.revues.org/2133.

—, Instituer un « art ». Politique du théâtre dans la France du premier XVIIe siècle, Paris, Champion, 2009.

Borgstedt Thomas, « Angst, Irrtum und Reue in der Màrtyrertragödie. Andreas Gryphius’Catharina von Georgien vor dem Hintergund von Vondels Maeghden und Corneilles Polyeucte martyr », dans Thomas Borgstedt et Kurt Kiesant (dir.), Text und Konfession. Neue Studien zu Andreas Gryphius, Amsterdam, Rodopi, « Daphnis, 28 », 1999, p. 563-574.

Bluche François (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990.

Boüard Michel de (dir.), Histoire de la Normandie, [1970], Toulouse, Privat, 1987.

Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.

—, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, éd. revue et corrigée Seuil, « Essais », 1998.

Brasillach Robert, Corneille, Paris, Fayard, 1938.

Bray René, La Formation de la doctrine classique en France, Paris, Hachette, 1927.

—, « L’introduction des vers mêlés sur la scène classique », PMLA, no 66, 1951, p. 456-484·

Brereton Geoffrey, « Romanesque tragedy: Thomas Corneille and Quinault », dans French Tragic Drama in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Londres, Methuen & Comme Ltd, 1973, p. 220-239.

Brody Jules, Boileau and Longinus, Genève, Droz, 1958.

—, « What Was French Classicism », dans David Lee Rubin (dir.), Rethinking Classicism: Overviews, Continuum: Problems in French Literature from the Late Renaissance to the Early Enlightenment, 1, 1989, p. 51-77.

Brunetière Ferdinand, Manuel de l’histoire de la littérature française, Paris, C. Delagrave, 1898.

—, « Corneille », dans Études critiques sur l’histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1899, 6e série.

Canguilhem Georges, « Qu’est-ce que la psychologie ? », Cahiers pour l’analyse, nos 1-2, 1966, p. 79-93.

Carson Anne, « Essay with Rhapsody: On the Sublime in Longinus and Antonioni », dans Decreation: Poetry, Essays, Opera, New York, Alfred A. Knopf, 2005, p. 43-51.

Cavaillé Jean-Pierre, « Le politique révoqué : note sur le statut du politique dans la philosophie de Descartes », Diogène, no 138, avril-juin 1987, p. 123-142.

—, Dis/simulations, Paris, Champion, 2002.

Chauveau Jean-Pierre, « Tacite revisité : la tragédie du pouvoir mise en scène au XVIIe siècle », dans Yvonne Bellenger (dir.), La Littérature et ses avatars, Paris, Aux amateurs de livres, 1991, p. 41-52.

Chazet René de, Éloge de Pierre Corneille, Paris, Imprimerie de le Normant, 1808.

Cho Mansoo, Les tragédies de Thomas Corneille. Adaptation des sources et recherche dramaturgique, thèse de doctorat, Madeleine Bertaud (dir.), université de Nancy II, 2001.

Civardi Jean-Marc, La Querelle du Cid (1637-1638), Paris, Champion, 2004.

Clairon Claire-Josèphe Léris (dite Mlle), Mémoires, Paris, Buisson, an VII [1799]-

Collins David A., Thomas Corneille, protean dramatist, La Hague, Mouton & Co, « Studies on French Literature », 1966, VII.

Cometti Jean-Pierre, Qu’est-ce que le pragmatisme ?, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2010.

Conesa Gabriel, compte rendu de Georges Forestier, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Revue d’histoire du théâtre, no 191,1996, p. 363.

Copfermann Émile, Roger Planchon, Lausanne, La Cité-L’Âge d’homme, 1969.

Crouzet Guy, « La grande leçon du Cid », Le Matin, 18 novembre 1940.

Coulet Henri, Histoire du roman en France, Le Roman avant la révolution, Paris, Colin, 1967, t. I.

Couprie Alain, « De l’usage de l’histoire dans les tragédies de Corneille et de Racine : deux visions différentes de la tragédie politique », Papers on French Seventeenth Century Literature, XXVII, 52, 2000, p. 225-234.

Couton Georges, La Vieillesse de Corneille (1658-1684), Paris, Maloine, 1949 ; rééd. Eurédit, 2003.

—, Corneille et la Fronde : théâtre et politique, Clermont-Ferrand, Faculté des lettres de l’université de Clermont, 1951, nouvelle édition : Paris, Eurédit, 2008.

Couton Georges, Corneille, Paris, Hatier, « Connaissance des lettres », 1958.

—, Corneille et la tragédie politique, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1984.

—, « Les portraits de Corneille », dans Présence de Pierre Corneille, Rouen, Bibliothèque municipale ; Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1984.

—, Écritures codées. Essais sur l’allégorie au XVIIe siècle, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990.

Cronk Nicholas, The Classical Sublime: French Neoclassicism and the Language of Literature, Charlottesville, Rookwood Press, 2002.

Dalla Valle Daniela, « L’onore de Cid : dalla tragicommedia del 1637 alla querelle du Cid e alle suites di Chevreau, Desfontaines e Chillac », dans Alberto Roncaglia et Massimiliano Spiga, Il tema dell’onore nel teatro barocco in Europa, Antonio Stauble (éd.), Florence, Franco Cesati, 2004, p. 143-170.

Declercq Gilles, L’Art d’argumenter : structures rhétoriques et littéraires, Paris, Editions universitaires, 1993.

—, « Topique de l’ineffable dans l’esthétique classique : rhétorique et sublime », Dix-septième siècle, no 207, janvier 2000, p. 199-220.

—, « L’identification des genres oratoires en tragédie française du 17e siècle (Iphigénie ; Cïnna) », dans Claire L. Carlin et Kathleen Wine (dir.), Theatrum Mundi, Studies in honor of Ronald W. Tobin, Charlottesville, Rookwook Press, 2003, p. 230-238.

Declercq Gilles et Rosellini Michèle (dir,),]ean Racine, Paris, PUF, 2003.

Deierkauf-Holsboer Sophie Wilma, Le Théâtre du Marais, Paris, Nizet, 1954.

Delmas Christian, Mythe et Mythologie dans le théâtre français (1650-1676), Genève, Droz, 1985.

—, « L’unité du genre tragique au XVIIe siècle », dans Mythe et Histoire dans le Théâtre classique, hors-série de la revue Littératures classiques, Paris, Champion, 2002, p. 33-54.

Denis Delphine, Le Parnasse galant, Paris, Champion, 2001.

Derche R., « Agésilas et Attila de Corneille », L’Année propédeutique, nos 1-2, novembre-décembre 1956.

Descimon Robert, « Plusieurs histoires dans l’histoire littéraire », note critique sur l’ouvrage de Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, dans Annales, HSS, septembre-octobre 2000, p. 1109-1114.

Descotes Maurice, Le Public de théâtre et son histoire, Paris, PUF, 1964.

Desgraves Louis, Répertoire des programmes des pièces de théâtre jouées dans les Collèges en France (1601-1700), Genève, Droz, « Histoire et civilisation du livre », 1986.

Dewey John, L’Art comme expérience [Art as Experience, 1915], trad. Jean-Pierre Cometti et alii, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2010.

Diderot Denis, Lettres sur le théâtre à Mlle Jodin [janvier 1767], Robert Abirached (éd.), Paris, Gallimard, 1994.

—, Paradoxe sur le comédien, précédé des Entretiens sur le Fils naturel, avec préface de Raymond Laubreaux, Paris, Flammarion, « GF », 1967.

Dierckens Alain (dir.), L’Antimachiavélisme de la Renaissance aux Lumières, Bruxelles, Éditions de l’université [libre] de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions », 1997.

Dorchain Auguste, Pierre Corneille, Paris, Garnier Frères, 1918.

Dort Bernard, Corneille dramaturge [1957], Paris, L’Arche, 1972.

Dotoli Giovanni, Temps de préfaces, Paris, Klincksieck, 1996.

Doubrovsky Serge, « Arnolphe ou la chute du héros », Mercure de France, no 343, septembre-décembre 1961, p. 111-118.

—, Corneille et la dialectique du héros, Paris, Gallimard, « Tel », 1963.

Drei Henri, « Éléments pour une analyse du mot et du concept de vertu chez Machiavel et Montesquieu », Rivista di Letterature moderne e comparate, Pise, Pacini, fasc. 4, octobre-décembre 1988, vol. 41, p. 309-327.

Dufour-Maître Myriam (dir.), Corneille après Corneille. 1664-1791, XVIIe siècle, no 225, octobre 2004.

— et Naugrette Florence (dir.), Corneille des romantiques, Rouen, PURH, 2006.

Duvignaud Jean, « La tragédie auto-critique de l’histoire », Théâtre populaire, no 13, mai-juin 1955.

Emelina Jean, « Corneille et la catharsis », dans Corneille, Cinna, Rodogune, Nicomède, Littératures classiques, no 32, janvier 1998, p. 105-120.

Fabre Victorin Marie J.-J., Éloge de Pierre Corneille, Paris, Baudouin, 1808.

Faguet Émile, La Tragédie française au XVIe siècle, Paris, Fontemoing, 1912.

Faria Jorge de, « Um século de teatro francês em Portugal (1737-1837) », Bulletin d’histoire du théâtre portugais, no 1, 1950, t. I, p. 62-92.

Ferreyrolles Gérard, « Attila et la théologie du fléau de Dieu », dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 535-544.

Figueiredo, Theatro de Manuel de Figueiredo, Lisbonne, Impressão Régia, 1804.

Fonseca Pedro José da, Elementos de Poética tirados de Aristóteles, de Horácio e dos mais célebres Modernos, Lisbonne, Oficina Miguel Manescal da Costa, 1765.

Force Pierre, Molière et le prix des choses. Morale, économie et comédie, Paris, Nathan, 1994.

Forestier Georges, « Où finit Bérénice commence Tite et Bérénice », dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 53-75·

—, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1996 ; rééd. Genève, Droz, « Titre courant », 2004.

—, « Politique et tragédie chez Corneille, ou de la “broderie” », Littératures classiques, no 32, janvier 1998, p. 63-74.

—, Corneille, le sens d’une dramaturgie, Paris, SEDES, 1998.

—, Passions tragiques et règles classiques. Essai sur la tragédie française, Paris, PUF, 2003.

Forestier Georges, Caldicott Edric et Bourqui Claude (dir.), Le Parnasse du théâtre. Les recueils d’œuvres complètes de théâtre au XVIIe siècle, Paris, PUPS, 2007.

Forsyth Elliott, La Tragédie française de Jodelle à Corneille (1553-1640). Le thème de la vengeance, [1962], Paris, Nizet, 1994.

Foucault Michel, Il faut défendre la société [1976], Paris, Gallimard-Seuil, 1997.

—, L’Herméneutique du sujet [1981-1982], Paris, Gallimard-Seuil, 2000.

—, Sécurité, territoire, population [1977-1978], Paris, Gallimard-Seuil, 2004, leçon du 1er février 1978.

Freire Francisco José, Arte Poética ou as regras da verdadeira Poesia, Lisbonne, Oficina Luiz Ameno, 1748.

Fricheau Catherine, « Savoirs, techniques et esthétiques de l’espace à l’âge classique », dans Histoire de la France littéraire, Classicismes, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, PUF, 2006.

Fumaroli Marc, « Jean-Louis Guez de Balzac et Pierre Corneille (1637-1645) », Travaux de linguistique et de littérature, Paris, Klincksieck, 1975, XXX, 2, p. 73-89.

—, L’Âge de l’éloquence : Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, Droz, 1980 ; Paris, Albin Michel, 1994.

—, « La querelle de la moralité du théâtre au XVIIe siècle », Bulletin de la Société française de philosophie, 84e année, no 3, juillet-septembre 1990, p. 65-97.

Fumaroli Marc, Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève, Droz, 1990, 2de édition revue et corrigée, « Titre courant », 1996.

—, « La tragédie de la cité terrestre dans Horace », dans Exercices de lecture. De Rabelais à Paul Valéry, Paris, Gallimard, 2006, p. 189-224.

Garçâo Antonio Correia, Dissertation première sur le caractère de la tragédie, Obras Poéticas, Lisbonne, Régia Oficina Tipográfica, 1821.

Gasté Armand, La Querelle du Cid, Paris, H. Welter, 1898.

Génetiot Alain, Les Genres lyriques mondains (1630-1660). Étude des poésies de Voiture, Vion d’Alibray, Sarasin et Scarron, Genève, Droz, 1990.

Genette Gérard, Figures II, Paris, Seuil, 1969.

Gérard Albert, « Pierre Corneille ou la sénilité lucide », Œuvres & Critiques, XVI, 2, 1991, p. 29-56.

Gilby Emma, Sublime Worlds: Early Modem French Literature, Londres, Legenda, 2006.

Guicharnaud Jacques, Molière, une aventure théâtrale, Paris, Gallimard, 1963.

Gilmont Jean-François, « Peut-on parler de contrefaçon au XVIe et au début du XVIIe siècle ? La situation de Genève et d’ailleurs », Bulletin du bibliophile, no 1, 2006, p. 19-39.

Gofflot Victor-L., Le Théâtre au collège, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Champion, 1907.

Gosselin Édouard, « Recherches sur les origines du théâtre à Rouen avant Pierre Corneille », Revue de Normandie, Rouen, Cagniard, 1868.

Grace Joan C., « John Dryden’s Theory of tragedy: ‘They, Who have best succeeded on the stage, have still conform’d their genius to their age’« , dans Tragic theory of the critical works of Thomas Rymer, John Dennis and John Dryden, Londres, Associated University Press, 1975.

Greenberg Mitchell, Corneille, Classicism and the ruses of symétrie, Cambridge University Press, 1986.

—, « Suréna’s Melancholy and the End of the Ancien Régime », dans Selma A. Zebouni (dir.), Actes de Bâton-Rouge, Paris-Seattle-Tübingen, 1986, p. 124-125.

Gregorio Laurence A., « Their Mean Task: Women and the classical Ideal in Corneille’s Theater »,PFSCL, « Biblio 17 », 1999, p. 371-388.

Grimm Jürgen, « Jean de La Fontaine : “Malgré Jupiter même et les temps orageux”. Pour une réévaluation du livre XII des Fables », Œuvres et critiques, no 16, 2, 1991.

Grosperrin Jean-Philippe, « Furies de théâtre. Mythologie et dramaturgie des fureurs dans la tragédie classique », dans Mythe et Histoire dans le théâtre classique – Hommage à Christian Delmas, no spécial de Littératures classiques, 2002, p. 261-281.

Guellouz Suzanne, « Saint-Evremond et l’Espagne », dans Suzanne Guellouz (dir.), Saint-Evremond au miroir du temps, Tübingen, Gunter Narr, « Biblio 17 », 2005, p. 149-165.

Guichemerre Roger, « Le renoncement à la personne aimée en faveur d’un/d’une autre dans le théâtre de Pierre Corneille », dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 581-592.

—, « L'Attila de Corneille : histoire et actualité politique », dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 41-52.

Guillot Catherine, « Théâtralisation des passions et catharsis : le personnage de Cléopâtre dans le frontispice de Rodogune de Corneille (1647) », Papers on French Seventeenth Century Literature, no 58, 2003, vol. 30, p. 29-40.

Guion Béatrice, Pierre Nicole moraliste, Paris, Champion, 2002.

Habermas Jürgen, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978 ; Paris, Payot, 1993·

Hache Sophie, La Langue du Ciel, Paris, Champion, 2000.

Hamon Philippe, L’Ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996.

Harrison Helen L., « Thomas Corneille’s Darius. Tottering on the brink of identity », Papers on french Seventeeth-Century Literature, no 43, 1995, XXII, p. 525-537.

Hass Ulrike, Das Drama des Sehens. Sehen und Gesehenwerden als Biihnenform der Moderne, Munich, Fink, 2004.

Hawking George D., A study of the Tragoediae sacrae of Father Caussin (1583-1651), Baltimore-Londres-Paris, Johns Hopkins UP-Oxford UP-Les Belles Lettres, 1943.

Hénin Emmanuelle, Ut pictura theatrum. Théâtre et peinture de la Renaissance italienne au classicisme français, Genève, Droz, 2003.

Herland Louis, Corneille, Paris, Seuil, « Ecrivains de toujours », 1956.

Howe Alan, Le Théâtre professionnel à Paris (1600-1649). Documents du Minutier central des notaires de Paris, Paris, Centre historique des Archives nationales, 2000.

Howe Alan et Trethewey John, « Pierre Corneille’s Le Veritable and some problems of literary history », French Studies, vol. 26, juillet 1972, p. 266-275.

Hubert Judd D., « Le jeu de l’histoire et de la théâtralité dans Othon », Ouverture et dialogue. Mélanges offerts à Wolfgang Leiner, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1988, p. 231-246.

Huerta Vicente Garcia de la, Raquel, Jerry I. Johnson (éd.), Madrid, Clásicos y ensayos, « Aubí », 1975.

Janin Jules, Rachel et la Tragédie, Paris, Amyot, 1858.

Jay Antoine, Éloge de Pierre Corneille, Paris, Collin, 1808.

Jehasse Jean, « Guez de Balzac et Corneille face au mythe romain », dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 247-283.

—, « Juste Lipse et le Panégyrique de Trajan : un bilan de la pensée politique lipsienne », dans Christian Mouchel, Juste Lipse (1547-1606) en son temps, Paris, Champion, 1996, p. 503-515.

Jobez Romain, « Droit et tragédie en Allemagne : Gryphius et le droit monarchique », Littératures classiques, no 40, 2000, p. 175-194.

Joubert Marie-Agnès, La Comédie-Française sous l’Occupation, Paris, Talladier, 1998.

Jouhaud Christian, La Main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, Gallimard, 1991.

—, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, PUF, 2000.

—, Sauver le Grand Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Seuil, 2007.

Jouhaud Christian et Descimon Robert, « La Fronde en mouvement : Le développement de la crise politique entre 1648 et 1652 », XVIIe siècle, no 145. 1984, p. 305-322·

Jouvet Louis, Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, 1952.

Joye Jean-Claude, Amour, Pouvoir et Transcendance chez Pierre Corneille, Berne-Francfort, Lang, 1986.

Kaminski Nicola, « Martyrogenese als theatrales Ereignis : Des Leos Armenius theaterhermeneutisches Kommentar zu Gryphius’Märtyrerdramen », dans Thomas Borgstedt et Kurt Kiesant (dir.), Text und Konfession. Neue Studien zu Andreas Gryphius, Daphnis, 28, 3-4, 1999, p. 613-630.

Kantorowicz Ernst, Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen-Age, Paris, Gallimard, 1988 ; Œuvres, Jean-Philippe et Nicole Genet (trad.), Paris, Gallimard, « Quarto », 2000.

Kerr Cynthia B., « Opération sauvetage : la mise en scène moderne des dernières pièces de Corneille », dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 171-185.

—, Corneille à l’affiche. Vingt ans de créations théâtrales, ig8o-2000, Papers on French Seventeenth Century Literature, no 123, Tübingen, Gunter Narr, « Biblio 17 », 2000.

Kibédi Varga Aron, Rhétorique et littérature [1970], Paris, Klincksieck, 2002.

Kintzler Catherine, Poétique de l’opéra français, de Corneille à Rousseau, Paris, Minerve, 1991.

Knight R. C., « Que devient l’héroïsme dans les tragédies matrimoniales ? », dans Alain Niderst (dir), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 625-638.

Koselleck Reinhardt, Le Règne de la critique, Paris, Minuit, 1979.

Krauss Werner, Corneille als politischer Dichter, Marburg, Adolf Ebel, 1936.

Lagrée Jacqueline, « Juste Lipse : la vertu stoïcienne de la constance », dans Pierre-François Moureau, Le Stoïcisme au XVIe et XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1999, p. 94-116.

La Harpe Jean-François de, Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, Paris, Depelafol, 1825.

—, Éloge de Racine, dans Œuvres complètes de Jean Racine, Paris, Pourrat frères, 1841.

Lancaster Henry C., A History of French Dramatic Literature in the seventeenth century, Baltimore, John Hopkins Press, 1929.

Lanson Gustave, « Le héros cornélien et le généreux selon Descartes », Revue d’histoire littéraire de la France, 1894, p. 397-411.

—, Corneille, Paris, Hachette, 1898, rééd. 1919.

Lebatteux Guy, « Idéologie monarchique et propagande dynastique dans l’œuvre de Giambattista Giraldi Cinthio », dans André Rochon (dir.), Les Écrivains et le pouvoir en Italie à l’époque de la Renaissance, Paris, CNRS-Sorbonne nouvelle, 1974, t. II, p. 243-312.

Lebègue Raymond, Études sur le théâtre français, Paris, Nizet, 1977 et 1978, t. 1 et II.

Leblanc Paulette, Les Paraphrases françaises des Psaumes à la fin de la période baroque (1610-1660), Paris, PUF, 1960.

Le Brun Roger, Corneille devant trois siècles, Paris, Sansot & Cie, 1906, Genève, Slatkine Reprints, 1971.

Le Chevalier Gaël et Poirson Martial, « La Pierre philosophale ou Le Réenchantement du monde dans le merveilleux théâtral au XVIIe siècle, suivi de l’édition du canevas de la pièce », Féeries, no 3, 2006, p. 217-279.

Leclerc Guy, Le T.N.P. de Jean Vilar, Paris, Union générale des éditions, « 10-18, 538 », 1971.

Leconseiller Armand, Corneille intime, Paris, Société d’éditions littéraires et techniques, 1936.

Le Gall André, Pierre Corneille en son temps et en son œuvre, Paris, Flammarion, 1997.

Leiner Wolfgang, « Corneille, auteur de lettres dédicatoires », dans Etudes sur la littérature française du XVIIe siècle, Papers on French Seventeenth Century Literature, Paris-Seattle-Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », 1996, p. 219-231.

—, introduction « Les dernières œuvres des auteurs devant la critique », dans Wolfgang Leiner (dir.), Œuvres et critiques, 1991, no 17, vol. 2, p. 5-7.

Le Jay Gabriel François, Bibliotheca rhetorum praecepta et exempla complectens, quae tarn ad oratoriam facultatem quam ad poeticarn convenient. Discipulispariter ac magistrisperutilis, Paris, Gr. Dupuis, 1725.

Lerrant Jean-Jacques, « Au “Baty-Montparnasse" Roger Planchon conteste Le Cid », Le Progrès, Lyon, 30 novembre 1969.

Lever Maurice, La Fiction narrative en prose au XVIIe siècle : répertoire bibliographique du genre romanesque en France (1600-1700), Paris, CNRS, 1976.

—, Le Roman français au XVIIe siècle, Paris, PUF, « Littératures modernes », 1981.

Lisle J. A., Essai sur les théories dramatiques de Corneille d’après ses Discours et ses Examens, Paris, W. Remquet et Cie, 1852.

Lochert Véronique, « Entreparleurs, acteurs, personnages : who’s who dans les listes de dramatis personae aux XVIe-XVIIe siècles ? », dans Françoise Lavocat, Claude Murcia et Régis Salado (dir.), La Fabrique du personnage, Paris, Champion, 2007, p. 55-68.

—, « La didascalie dans le théâtre français au XVIIe siècle : une pratique mineure ? », Littératures classiques, no 51, 2004, p. 43-67.

—, L’Écriture du spectacle. Les didascalies dans le théâtre européen aux XVIe et XVIIe siècles, Genève, Droz, 2009.

Lockert Lacy, « The Tragedies of Thomas Corneille », dans Studies in French Classical tragedy, Nashville, The Vandebilt University Press, 1958, p. 216-252.

Longino Michèle, « Pollux : modèle cornélien du voyageur savant ou la “naissance” de l’anthropologie », dans Giovanni Dotoli (dir.), Les Méditerranées du XVIIe siècle, Tübingen, Gunter Narr, « Biblio 17,137 », 2002, p. 271-283.

Loraux Nicole, La Voix endeuillée. Essai sur la tragédie grecque, Paris, Gallimard, 1999.

Louvat-Molozay Bénédicte, « De l’oracle de tragédie comme procédé dramaturgique : l’exemple de Corneille », dans Mythe et Histoire dans le théâtre classique – Hommage à Christian Delmas, no spécial de Littératures classiques, 2002, p. 395-415.

Luzân Ignacio, La Poética, Russell P. Sebold (éd.), Madrid, Labor, 1977.

Luzân Ignacio, La Virtud coronada, Miguel A. Figueras Marti (éd.), Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1995.

Lyons John D., Exemplum: The Rhetoric of Example in Early Modern France and Italy, Princeton University Press, 1989.

—, « Unseen space and Theatrical narrative », dans Baroque Topographies: Literature/History/Philosophy, Yale French Studies, no 80, 1991, p. 70-90.

—, The Tragedy of Origins. Pierre Corneille and Historical Perspective, Stanford University Press, 1996.

—, Kingdom of disorder. The Theory of Tragedy in Classical France, West Lafayette, Purdue University Press, 1999.

Mac Clure Ellen, « Neo-Stoicism and the Spectator in Corneille’s Horace », EMF, Studies in Early Modern France, vol. 13, 2010, p. 144-158.

Mac Gowan Margaret, « Othon dans son contexte contemporain », dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 507-517.

Mallinson Jonathan, The Comedies of Corneille. Experiments in the comic, Manchester University Press, 1984.

Maravall José-A., La Philosophie politique espagnole au XVIIe siècle dans ses rapports avec l’esprit de la Contre-Réforme [1953], Paris, Vrin, 1955.

Marin Louis, Politiques de la représentation, Paris, Kimé, 2005.

Marmontel Jean-François de, Poétique française, Paris, Lesclapart, 1763.

Maskell David, « Corneilles Examens Examined: The Case of Horace », French Studies, no 51, 1997, p. 267-280.

Mazouer Charles, « L’épreuve dans les comédies de Pierre Corneille », Papers on French Seventeenth Century Literature, no 48, 1998, vol. 25, p. 145-156.

—, « Les épreuves de l’amour dans L’Illusion comique et Le Cid », dans Corneille, Le Cid, L’Illusion comique, Paris, SEDES, 2001, p. 79-96.

Mazouer Charles, Présences de Corneille, Charles Mazouer (dir.), Œuvres et critiques, XXX, 2, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005.

Menéndez Y Pelayo, Historia de las ideas estéticas en España, Madrid, Pérez-Dubrull, 1923.

Merlin-Kajman Hélène, Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1994, 1996.

—, L'Absolutisme dans les Lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique, Paris, Champion, 2000.

—, « Le déchirement de l'ethos », dans François Cornilliat et Richard D. Lockwood (dir.) Ethos et Pathos. Le statut du sujet dans la rhétorique, Paris, Champion, 2000, p. 305-319.

Merlin-Kajman Hélène, « La “scène publique” dans L’Illusion comique et dans Le Cid : fanfaronnades et bravades », Littératures, no 45, automne 2001, p. 49-68.

—, « Le lieu de la scène », dans Érec R. Koch (dir.), Classical unities : Place, Time, Action, Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17, 131 », 2002, p. 15-32.

—, « Mamamouchi-Molière, ou les enjeux du signifiant au XVIIe siècle », dans XVIIe siècle et modernité, XVIIe siècle, no 223, avril 2004, p. 317-332.

—, « Corneille, une politique de l’image scénique », dans Charles Mazouer (dir.), Présences de Corneille, Œuvres et critiques, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005, XXX, 2.

—, « Indignité comique et public en débat », dans Emmanuelle Hénin (dir.), Les Querelles dramatiques en France XVIe-XVIIIe siècles, actes du colloque de Reims (octobre 2006), Louvain, Peeters, « La République des lettres, 37 », 2010, p. 97-iii.

Menezes Francisco Xavier de, Henriqueida, Lisbonne, Oficina António Isidore da Fonseca, 1741.

Methivier Hubert, La Fronde, Paris, PUF, 1984.

Mongrédien Georges, Recueil des textes et des documents du XVIIe siècle relatifs à Corneille, Paris, CNRS, 1972.

Mongrédien Georges et Robert Jean, Les Comédiens français du XVIIe siècle : dictionnaire biographique suivi d’un inventaire des troupes (1590-1710) d’après des documents inédits, Paris, CNRS, 1981.

Morel Eugène, Projet de théâtres populaires, édition de La Revue d’art dramatique, Paris, Librairie Ollendorff, 1900.

Morel Jacques, « Corneille metteur en scène » (1985), dans Agréables mensonges. Essais sur le théâtre français du XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1991, p. 155-163.

Morel Jacques, « À propos d’Agésilas », dans Onze Études sur la vieillesse deCorneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 37-39.

Muller Charles, Le Vocabulaire du théâtre de Pierre Corneille, Paris, Larousse, 1967.

Nadal Octave, Le Sentiment de l’amour dans l’œuvre de Pierre Corneille, Paris, Gallimard, 1948, rééd. « Tel », 1991.

Niderst Alain (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985.

—, « Les ultimes productions de Corneille devant trois siècles de critique », Œuvres et critiques, no 16, 2, 1991, p. 21-27.

—, « L’Empire, l’amour et Dieu » (Tite et Bérénice et Pulchérié), dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 77-85.

Niderst Alain (dir.), Pierre Corneille, Paris, Fayard, 2006.

— et Fumaroli Marc (dir.), Pierre Corneille et l’Europe, Papers on French Seventeenth Century Literature, Tübingen, Gunter Narr, « Biblio 17 », janvier 2008, no 68, vol. 35.

Nussbaum Martha C., The Fragility of Goodness: Luck and Ethics in Greek Tragedy and Philosophy [1996], Cambridge University Press, 2001.

Oestreich Gerhard, Neostoicism & The Early Modern State, Cambridge UP, 1982.

Palacios Fernandez Emilio, « El teatro », dans Francisco Aguilar Pinal (dir.), Historia literaria de España en el siglo xviii, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 1996.

Parmentier Bérengère, « Arts de parler, arts de faire, arts de plaire. La publication des normes éthiques au XVIIe siècle », dans De l'« utilité » de la littérature, Littératures classiques, no 37, automne 1999, p. 141-154.

Pavis Patrice, Le Théâtre au croisement des cultures, Paris, Corti, 1990.

Perchellet Jean-Pierre, « Corneille et ses publics au XVIIIe siècle », dans Corneille après Corneille. 1684-1791, XVIIe siècle, no 225, octobre 2004, p. 550.

Picard Raymond, Nouveau Corpus racinianum, Paris, CNRS, 1976.

Picciola Liliane, Corneille et la dramaturgie espagnole, Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires José Feijoo, 1985 et Papers on French Seventeenth Century Literature, Paris-Seattle-Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio 17 », 2002.

Picot Émile, Bibliographie cornélienne, Paris, Fontaine, 1876 ; Naarden, H. W. Van Bekhoven, 1967-1968, 2 vol.

Piemme Jean-Marie, « Généalogie du projet dramaturgique », dans L’Invention de la mise en scène, Dix textes sur la représentation théâtrale,1750-1930, Bruxelles, Labor, 1989, p. 11-33.

Pieters Jürgen, « Normality, deviancy and critique. Toward a ‘governmental’reading of Shakespeare’s Measure for Measure », dans Marc Boone and Marysa Demoor (dir.), Charles V in Context: Making of a European identity, Bruxelles, VUB Press, 2003, p. 189-205.

Pieters Jürgen et Roose Alexander, « ‘The art of saying no’. Premonitions of Foucault’s ‘Governmentality’ in Etienne de La Boétie’s Discours de la servitude volontaire », dans Jeroen Deploige et Gita Deneckere, Mystifying the Monarch. Studies on Discourse, Power and History, Amsterdam University Press, 2006.

Pina Francisco de — Sa e de Melo, Arte Poética, Lisbonne, Oficina Francisco Borges de Sousa, 1765.

Poirson Martial, « Du comique à l’économique : fonctions et fictions de l’argent dans le théâtre de Molière », dans Gabriel Conesa (dir.), Molière mis en scène, L’École des lettres, no 13, juin 2002.

—, « Les Classiques ont-ils cru à leurs machines ? », Revue d’histoire du théâtre, no 3, juin 2004, p. 181-194.

Poulouin Claudine, « Corneille, père de la scène française. La théorisation de la supériorité de Corneille par Fontenelle », dans Corneille après Corneille. 1684-1791, XVIIe siècle, no 225, octobre 2004, p. 735-746.

Prigent Michel, Le Héros et l’État dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, PUF, « Quadrige », 1986.

Prost Brigitte, « Une œuvre classique est une pièce d’or », dans Mises en scène de Corneille, Revue d’histoire du théâtre, no 2006-1, p. 5-9.

—, Le Répertoire classique sur la scène contemporaine. Les jeux de l’écart, préface de Jean Rohou, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Proust Marcel, La Recherche du temps perdu, Jean-Yves Tadié (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989.

Qualia Charles B., « Corneille in Spain in the eighteenth century », Romanic Review, no 24, 1933, p. 21-29.

Ranciere Jacques, Le Partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique Éditions, 2000.

Rathe Alice, La Reine se marie. Variations sur un thème dans l’œuvre de Corneille, Genève, Droz, 1990.

Renucci Paul, « Les méandres de la nécessité et de la fortune », dans Georges Barthouil, Machiavelli attuale/Machiavel actuel, Ravenne, Longo, 1982, p. 89-97.

Reynier Gustave, Thomas Corneille. Sa vie et son théâtre, Paris, Hachette, 1892 ; Genève, Slatkine Reprints, 1970.

Riffaud Alain, « Edition critique et description matérielle : un enjeu mineur ? L’exemple de la ponctuation dans le théâtre imprimé », Littératures classiques, no 51, 2004, p. 17-42.

—, « L’impression du Cid de Corneille (1637-1648) », RHLF, no 3, 2006, p. 543-570·

—, Théâtre imprimé (1630-1650), Le Mans, Matière à dire, 2006.

—, La Ponctuation du théâtre imprimé, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », 2007, 30.

Rivaille Louis, Pierre Corneille correcteur de ses premières œuvres (1632-1644), Paris, Boivin, 1936.

Rizza Cecilia, « Le défi d’un vieux poète », dans Onze Etudes sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 21-35.

Rohou Jean, La Tragédie classique, Paris, SEDES, 1996.

—, « Corneille, dramaturgie et politique », dans Daniel Riou (dir.), Lectures de Corneille, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 15-36.

—, Avez-vous lu Racine ?, Paris, L’Harmattan, 2000.

—, Histoire de la littérature française du XVIIe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2000.

—, Le XVIIe siècle, une révolution de la condition humaine, Paris, Seuil, 2002.

—, « La périodisation : une reconstruction révélatrice et explicatrice », Revue d’histoire littéraire de la France, no 102-5, septembre-octobre 2002, p. 707-732.

—, « Pour une histoire de la fonction de la littérature dans la condition humaine », dans Luc Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle, PUF, 2005, p. 593-609.

Rolland Romain, Le Théâtre du Peuple, Paris, Albin Michel, 1926.

Rollinat-Levasseur Ève-Marie, « Lire les didascalies : une lecture stéréoscopique », dans Frédéric Calas, Romdhane Élouri, Saïd Hamzaoui et Tijani Salaaoui (éd.), Le Texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Tunis, Presses universitaires de Bordeaux – Sud Éditions, 2007, p. 81-93.

Rousseau Jean-Jacques, Lettre à d’Alembert, Jean Rousset (éd.), dans Œuvres complètes, Bernard Gagnebin et Marcel Raymond (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1995, t. IV, p. 3-125.

Rousset Jean, Circé et le Paon, la littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954.

Rubidge Bradley, « Catharsis through Admiration: Corneille, Le Moyne, and the Social uses of emotion », Modem Philology, no 3, février 1998, vol. 95, p. 316-333·

Salazar Pfiilippe-Joseph, « L’amertume du thym et la douceur du miel, La Mothe Le Vayer écrivain sceptique », dans François de La Mothe Le Vayer, De la patrie et des étrangers, Paris, Desjonquères, 2003, p. 7-21.

Sanchez José, « Le choix de Tacite », dans Corneille, Othon, José Sanchez (éd.), Mugron, Editions José Feijoo, 1989, p. 51-62.

Sanders James B., André Antoine directeur à l’Odéon, Paris, Minard, 1978.

Santos Ana Clara, « La fortune de Racine au Portugal : traduction et mise en scène », Seventeenth Century French Studies, vol. 26, 2004, p. 209-219.

Sarcey Francisque, Quarante Ans de théâtre (1827-1889), Paris, Bibliothèque des Annales politiques et littéraires, 1900-1902.

Sarrazac Jean-Pierre et Marcerou Philippe (dir.), Antoine, l'invention de la mise en scène, Paris-Arles, Centre national du théâtre – Actes Sud-Papiers, 1999.

Schérer Jacques, La Dramaturgie classique en France, Paris, Nizet, 1950.

Schlumberger Jean, Plaisir à Corneille, Paris, Gallimard, 1936.

Schmitt Carl, Théologie politique [1922, 1969], Jean-Louis Schlegel (trad.), Paris, Gallimard, 1988.

—, Hamlet ou Hécube, Paris, l’Arche, 1992.

Schoentjes Pierre, Poétique de l’ironie, Paris, Seuil, 2001.

Scott Stephen, « Love and Politics in Corneilles Agésilas », dans Alan Howe et Richard Waller (dir.), En marge du classicisme. Essays on the French theatre from the Renaissance to the Enlightenment, Liverpool University Press, 1987, p. 62-63.

Senellart Michel, Machiavélisme et raison d’État, Paris, PUF, 1989.

—, « La raison d’État antimachiavélienne », dans Christian Lazzeri et Dominique Reynié (dir.), La Raison d’État : politique et rationalité, Paris, PUF, 1992, p. 15-42.

—, Les Arts de gouverner. Du régimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995.

Sherman Stuart, « Dryden and theatrical imagination », dans Steven N. Zwicker, The Cambridge companion to John Dryden, Cambridge University Press, 2004, p. 15-36.

Sick Franziska, « Tragisches Potential und untragisches Ende. Absolutistische Konzepte in den frühen Dramen Corneilles », dans Rudolf Behrens et Roland Galle (dir.), Historische Anthropologie und Literatur. Romanistische Beiträge zu einem neuen Paradigma in der Literaturwissenschaft, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1995, p. 91-107.

—, « Pierre Corneille, Le Cid (1637) », dans Henning KrauB, Till R. Kuhnle et Hanspeter Piocher (dir.), 17. Jahrhundert. Theater, Tübingen, Stauffenburg, 2003, p. 35-69.

Siguret Françoise, « Analyse des gravures illustrant l’édition de 1660 des Œuvres de Pierre Corneille », dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 679-693.

Sôrman Richard, Savoir et économie dans l’œuvre de Molière, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, 2001.

Spielmann Guy, « Pour une syntaxe du spectaculaire », dans Claire Le Brun-Gouanvic et Marie-France Wagner (dir.), Les Arts du spectacle au théâtre (1550-1700), Paris, Champion, 2001.

—, Le Jeu de l’ordre et du chaos, Paris, Champion, 2002.

Stegmann André, L’Héroïsme cornélien. Genèse et signification, Paris, Armand Colin, 1968.

—, « L’ambiguïté héroïque d’Othon », French Studies in Southern Africa, no 14, 1985, p. 46-54.

Stenzel Hartmut, Die französische Klassik. Literarische Modernisierung und absolutistischer Staat, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995.

Strauss Léo, Discours de la tyrannie [1954], Paris, Gallimard, 1997.

Suard Jean-Baptiste, Recueil des discours, rapports et pièces diverses lus dans les séances publiques et particulières de l’Académie française. 1803-1819, Paris, Firmin Didot frères, 1847.

Surgers Anne, « Ils ont dû faire un choix », dans Georges Forestier et Lise Michel (dir.), La scène et la coulisse dans le théâtre du XVIIe siècle en France, Paris, PUPS, « Theatrum mundi », 2011.

Susini Eugène, « Claude Malingre, sieur de Saint-Lazare, et son histoire de Catherine de Géorgie », Études germaniques, no 1, 1968, p. 37-53.

Sweetser Marie-Odile, « Amour et renoncement : renouvellement de l’art cornélien dans la dernière période », dans Onze Études sur la vieillesse de Corneille, Paris, Klincksieck, 1994, p. 95-122.

Szarota Elida Maria, Künstler, Grübler und Rebellen, Berne-Munich, Francke, 1967.

Teulade Anne, « Un lieu pour saisir une dramaturgie sans théorie : les préfaces du Siècle d’or espagnol », dans Philippe Forest (dir.), L’Art de la préface, Nantes, Editions Cécile Defaut, « Horizons comparatistes », 2006, p. 87-101.

Thirouin Laurent, L’Aveuglement salutaire. Le réquisitoire contre le théâtre dans la France classique, Paris, Champion, 1997.

—, « Les dévots contre le théâtre, ou de quelques simplifications fâcheuses », Littératures classiques, no 39, 2000, p. 105-121.

Thuau Étienne, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Albin Michel, 1966.

Treilhou-Balaudé Catherine (dir.), Le Théâtre dans le théâtre, L’Illusion comique, Pierre Corneille, Chasseneuil-du-Poitou, SCEREN-CNDP, « Baccalauréat théâtre », 2009.

Turnovsky Geoffrey, « Identité littéraire et librairie au dix-septième siècle », dans Martial Poirson (dir.), Art et argent au temps des Premiers Modernes, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 2004 : 10, p. 35-45.

Ubersfeld Anne, « Le retour à Corneille au début du XIXe siècle », dans Corneille des Romantiques, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2006, p. 149-163.

Valentin Jean-Marie, Les Jésuites et le théâtre (1554-1680), contribution à l’histoire culturelle du monde catholique dans le Saint Empire romain germanique, Paris, Desjonquères, 2001.

—, La Ville, l’école, la cour, pratiques sociales, enjeux poétologiques et répertoires du théâtre dans l’Empire au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 2004.

—, Pierre Corneille et l’Allemagne. L’Œuvre dramatique de Pierre Corneille dans le monde germanique (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Desjonquères, « La Mesure des choses », 2007.

Van Delft Louis, Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l’âge classique, Paris, PUF, 1993.

Vasoli Cesare, « Machiavel inventeur de la raison d’État » dans Yves-Charles Zarka (dir.), Raison et déraison d’Etat, Paris, PUF, 1992, p. 43-66.

Viala Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985.

—, Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, Paris, PUF, « Quadrige essais débats », 2005.

—, La France galante, Paris, PUF, 2008.

Vialleton Jean-Yves, Poésie dramatique et prose du monde. Le comportement des personnages dans la tragédie en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2004.

Vialleton Jean-Yves, « La vie de Corneille comme moment de la réflexion des classiques sur la littérature », RHLF, no 106, 2006, p. 599-628.

Vilar Jean, De la tradition théâtrale, Paris, Gallimard, « Idées », 1955.

—, Le Théâtre, service public [1975], Paris, Gallimard, 1986.

Voltaire, Commentaires sur Corneille, The Complete Work, Oxford, The Voltaire Foundation, 1975, t. LIII à LV

Weinberg Bernard, « Translations and Commentaries of Longinus, On the Sublime, to 1600: A Bibliography », Modern Philology, no 3, février 1950, vol. 47, p. 145-151.

Wickelgren Florence, La Mothe Le Vayer. Sa vie et son œuvre, Paris, P. André, 1934·

Woodrough Elisabeth, « Corneille et la Grande-Bretagne : l’intérêt que suscite l’œuvre de Pierre Corneille outre-Manche au XVIIe siècle », dans Alain Niderst, Pierre Corneille, Paris, PUF, 1985, p. 73-82.

Worth-Stylaniou Valérie, Confidential Strategies. The Evolving Role of the Confident in French Tragic Drama (1635-1677), Genève, Droz, 1999.

Yung Marc-René, Hercule dans la littérature française du XVIe siècle, Genève, Droz, 1966.

SITES INTERNET ET BLOGS

http://www.corneille.org (Mouvement Corneille).

http://www.paris-sorbonne.fr (Centre de recherche de l’histoire du théâtre).

http://www.fl.ul.pt/centro-estudos-teatro.htm (Corneille au Portugal).

http://passouline.blog.lemonde.fr/2006/06/01/2006_06_corneille_dbarq/.

http://dossiersgrihl.revues.org (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire, EHESS).

http://www.mezetulle.net (blog de Catherine Kintzler, plusieurs articles sur Corneille).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search