Version classiqueVersion mobile

Pratiques de Corneille

 | 
Myriam Dufour-Maître

Pratiques politiques

Othon ou l’homme de cour malgré lui : tragédie tacitéenne et pratiques politiques

Othon or the courtier in spite of himself: Tacitean tragedy and political practices

Charles-Olivier Stiker-Metral

Résumé

Dans Othon, joué en 1664, Corneille s’inspire d’un épisode des Histoires de Tacite. Sa peinture de la cour, son analyse des ambitions et des rivalités sont fidèles à l’historien romain. Est-ce à dire que Corneille participe à la démolition du héros et rejoint La Rochefoucauld dans la dénonciation de l’universalité du règne de l’amour-propre ? Au contraire, en maintenant dans cet univers un héros magnanime, qui met la fidélité à la foi donnée au-dessus de l’empire, le dramaturge propose une méditation mélancolique sur les pratiques politiques.

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Chauveau ne recense que sept pièces inspirées de Tacite dans son article « Tacite revi (...)

1 Avec othon , en 1664, Corneille fait le choix d’un sujet pris dans le premier livre des Histoires de Tacite. Ce choix, peu courant chez les dramaturges français du XVIIe siècle1 mérite qu’on s’interroge sur ses raisons. En effet, en consacrant une pièce à la Rome impériale, Corneille rompait avec la « Rome de Tite-Live » que Guez de Balzac le louait d’avoir édifiée avec Horace et Cinna.

2Corneille cède-t-il à un effet de mode, et, brûlant ce qu’il avait adoré, apporte-t-il sa pierre à la démolition du héros ? Une partie de la critique a épousé cette hypothèse, voyant dans Othon l’amorce du déclin du héros ou encore le signe d’une évolution irrésistible des représentations de l’homme, atteignant le grand Corneille lui-même.

3Or il semble qu'Othon ne marque de rupture ni d’un point de vue dramaturgique, ni d’un point de vue moral. Dans le récit de Tacite, peu linéaire au demeurant, Corneille pouvait trouver plusieurs éléments d’un sujet tragique : la fausse annonce de la mort d’Othon, occasion d’un coup de théâtre semblable à celui de Nicomède, et la possibilité d’une alliance matrimoniale entre Othon et Vinius. Par conséquent, Corneille choisit cet épisode parce qu’il y trouve une structure qui convient à son esthétique théâtrale : la prise du pouvoir par Othon permet un dénouement à rebondissement et l’alliance projetée entre Othon et Vinius, faisant du premier le meurtrier indirect de son futur beau-père, permet de faire surgir la violence au cœur des alliances, conformément à l’impératif aristotélicien que Corneille fait sien.

  • 2 Voir les pages consacrées à la réception de Tacite dans l'ouvrage d’Étienne Thuau, Raison d’État e (...)

4Pour autant, la coloration tacitéenne est-elle accessoire dans cette pièce ? En s’attachant à cette période de l’histoire romaine, Corneille ne pouvait se tenir à l’écart du débat sur le mythe romain et sur la valeur des pratiques politiques décrites par Tacite. Tacite, en ces années 1660, est à la fois, aux côtés de Machiavel, la référence des théoriciens de l’absolutisme étatiste, mettant le prince à l’écart de la morale commune, et le bréviaire des courtisans livrés aux soupçons du prince et aux rivalités politiques2. De l’historien impérial, les hommes du XVIIe siècle retiennent donc la description des pratiques de cour et du jeu subtil des ambitions rivales dans le dédale des cabinets.

  • 3 Voir Marc Fumaroli, « La tragédie de la cité terrestre dans Horace », dans Exercices de lecture. D (...)

5En faisant le choix de l’inspiration tacitéenne, Corneille fait donc place à la part d’ombre de l’histoire romaine, poursuivant la méditation sur le destin de la cité terrestre amorcée avec Horace3. La structure tragique d'Othon est porteuse d’une réflexion sur les arcana imperii et sur le destin de l’héroïsme dans les temps les plus sombres de cette histoire, l’inspiration tacitéenne permettant au dramaturge de peindre la politique de cabinet et de se demander ce qui reste de la grandeur romaine en des temps où triomphent l’amour-propre et l’intérêt privé.

  • 4 Avis au lecteur.

6En choisissant pour sujet dramatique l’avènement d’Othon, Corneille ne s’attache pas aux épisodes les plus commentés des Annales, comme le règne de Tibère ou celui de Néron qui fournit pour sa part l’intrigue de La Mort d’Agrippine et de Britannicus. Au contraire, il privilégie un moment relativement obscur de l’histoire de Rome et un personnage dont Tacite et, à sa suite, Plutarque et Suétone, soulignent l’ambiguïté : après avoir connu la corruption de la cour de Néron et pris le pouvoir dans des circonstances troubles, Othon apparaît comme un bon empereur et se rachète par une mort héroïque. Corneille projette donc sur son personnage sa fin glorieuse : dans sa pièce, Othon est un héros avant même de devenir empereur. De plus, Corneille a pu emprunter à la Bérénice de Segrais, qui compile divers épisodes des Histoires de Tacite, un portrait plus flatteur d’Othon. Il confère également à ce dernier les traits héroïques que Tacite reconnaît à Pison et rabaisse pour ce faire la vertu de ce personnage. De ce point de vue, Corneille est fondé à affirmer qu’il n’a « encore mis aucune [histoire] sur le théâtre à qui [il ait] gardé plus de fidélité, et prêté plus d’invention4 ».

  • 5 Georges Forestier, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1996, p. (...)
  • 6 Avis au lecteur.

7Georges Forestier a insisté sur la conformité entre Othon et les autres héros cornéliens, caractérisés principalement par le refus du change5. Corneille lui-même affirme l’héroïsme de son personnage : « J’ai tâché de faire paraître les vertus de mon héros dans tout leur éclat, sans en dissimuler les vices, et je me suis contenté de les attribuer à une politique de cour6. » C’est donc là le principal amendement opéré par Corneille sur le personnage de Tacite : au trouble Othon de l’historien romain, débauché, factieux, régicide, le dramaturge substitue un courtisan malgré lui. Paradoxalement, cette « invention » par Corneille d’un héros égaré à la cour lui permet de rester fidèle à la peinture tacitéenne de la corruption de la cour et de ses pratiques politiques, dans la mesure où il faut leur attribuer les vices que les historiens s’accordent à reconnaître chez Othon.

8Ainsi, Lacus, peu désireux de voir Othon accéder au trône, reconnaît la vertu de l’ancien compagnon de Néron – c’est précisément ce qui lui fait redouter de le voir empereur :

Il sait trop ménager ses vertus et ses vices.
Il était sous Néron de toutes ses délices,
Et la Lusitanie a vu ce même Othon
Gouverner en César et juger en Caton.
Tout favori dans Rome et tout maître en province,
De lâche courtisan il se montra grand prince.
(v. 605-609)

9Ce récit, placé dans la bouche d’un adversaire politique, est conforme au récit de Tacite, qui reconnaît qu’Othon fut un bon gouverneur. La référence à César et Caton permet de voir en lui un « vrai romain », un reste de cette Rome de Tite-Live égaré en des temps où la politique contraint les héros à dissimuler leur grande âme. Camille corrobore ce portrait d’Othon en homme vertueux :

Othon près d’un tel maître a su se ménager,
Jusqu’à ce que le temps ait pu l’en dégager.
Qui sait faire sa cour se fait aux mœurs du Prince,
Mais il fut tout à soi quand il fut en province,
Et sa haute vertu par d’illustres effets
Y dissipa soudain ses vices contrefaits.
(v. 951-956)

10Othon est donc exempt de toute tentation hypocrite : ses vertus ne sont pas des vices déguisés, mais il feint le vice pour survivre au sein d’une cour corrompue. Lui-même a été trompé par les artifices de Poppée, « qui n’en voulait qu’au trône et qui [l]’aimait moins qu’elle » (v. 194). La sortie de la cour, autorisée par l’exil prononcé par Néron, permet de dissiper l’équivoque et rend à l’héroïsme l’évidence qui lui faisait défaut : Othon, rendu « tout à soi », se découvre et fait paraître une vertu qui l’apparente aux héros cornéliens les plus indiscutables. Le passé du personnage a donc vu s’opérer une métamorphose.

  • 7 « Et je fus le premier qu'on vit au nouveau Prince / Donner toute une armée et toute une province  (...)

11Revenu à la cour après avoir appuyé la révolte de Galba, mais devancé auprès du prince par l’habileté des courtisans professionnels que sont Vinius, Martian et Lacus7, Othon lui-même affirme à Albin qu’il lui est impossible d’échapper à la contrainte des alliances stratégiques :

Ceux qu’on voit s’étonner de ce nouvel amour
N’ont jamais bien conçu ce que c’est que la cour.
Un homme tel que moi jamais ne s’en détache,
Il n’est point de retraite ou d’ombre qui le cache,
Et si du souverain la faveur n’est pour lui,
Il faut, ou qu’il périsse, ou qu’il prenne un appui.
(v. 15-20)

12Othon n’a d’autre choix que de se plier aux contraintes du système curial : son héroïsme l’a placé dans une situation politique où il lui est désormais interdit de se retirer loin du monde et du bruit. La cour et ses pratiques ont pris au piège le héros un moment affranchi des intrigues de cabinet ; et la réprobation que suscite la conduite d’Othon n’a d’égal que « l’horreur » qu’il éprouve à rechercher l’appui d’un protecteur corrompu.

13L’alliance entre un « un homme tel qu’Othon » (v. 7) et Vinius, un consul « qui ravage, qui pille, qui peut tout [...] auprès de l’empereur, mais dont tout le pouvoir ne sert qu’à faire horreur » (v. 10-12) est donc de pure circonstance. Sous un souverain fort, la vertu peut paraître :

Quand le monarque agit de sa propre conduite,
Mes pareils sans péril se rangent à sa suite
Le mérite et le sang nous y font discerner.
(v. 21-23)

14Au contraire, dans une société de cour, l’héroïsme manque d’évidence. Le héros se trouve alors contraint à rechercher la protection des « lâches ennemis de tous les gens de cœur », et à se réfugier dans « une adroite et prompte servitude ».

15Or c’est du fait même de cette science de la cour que survient l’amour d’Othon pour Plautine : si, dans un premier temps, l’intérêt porté par Othon à la fille de Vinius n’était, comme le remarque Albin, « qu’une politique » (v. 65), le héros dissimulé a su reconnaître en Plautine son alter ego, un cœur « noble et grand ». Dans ce face-à-face amoureux, le courtisan désabusé peut encore accéder au rêve pastoral auquel aspirent les héros cornéliens. Cette reconnaissance mutuelle des vrais Romains met en échec les calculs intéressés : « cette politique est devenue amour » (v. 68). C’est pourquoi Othon, parfait amant comme il est parfait Romain, se refuse au jeu du pouvoir, réitérant à Vinius le caractère supérieur de son amour pour Plautine :

Et l’amour est la seule [politique] où tout mon cœur s’applique.
Rien ne vous a servi, Seigneur, de me nommer :
Vous voulez que je règne et je ne sais qu’aimer.
(v. 242-244)

16Lorsque la politique se réduit à une quête de la faveur des conseillers calculateurs, l’amour est le dernier refuge de la grande âme. C’est précisément cet amour qui est mis en péril par les nécessités politiques de la cour.

  • 8 Voir Roger Guichemerre, « Le renoncement à la personne aimée en faveur d'un/d'une autre dans le th (...)

17Ce n’est que sur l’injonction de Plautine qu’Othon se résout à briguer les faveurs de Camille afin d’accéder à l’empire. Ce dernier, qui préférerait « éviter par [sa] mort / Les barbares rigueurs d’un si cruel effort », cède à cette demande devant le risque que court Plautine elle-même8.

18La nécessité d’accéder au trône pour échapper à la mort, plusieurs fois réaffirmée par Vinius dans cette scène, ne devient tragique que dans la mesure où Othon et Plautine sont des amants parfaits et où leur amour s’affranchit des calculs : ils sont placés dans une situation où ils n’ont d’autre choix que mourir et faire mourir la personne aimée ou renoncer à accomplir leur amour.

19L’originalité dramaturgique d'Othon tient peut-être à ce que le héros n’y est pas persécuté par un envieux ou un lâche, mais par la structure même du pouvoir politique. Il n’est pas persécuté par un tyran, mais par le jeu politique des conseillers. À la différence de La Mort de Pompée, il n’y pas d’intervention héroïque susceptible de triompher des manœuvres des conseillers. C’est Rome même qui est viciée par un mode de gouvernement fondé sur la tromperie et le marchandage. Tacite décrit en effet le mécanisme du pouvoir sous Galba comme une lutte d’influence entre les conseillers de ce « prince faible et crédule » :

  • 9 Tacite, Histoires, Perrot d'Ablancourt (trad.), Jean Piétry et Eric Pesty (éd.), Paris, Ivrea, 200 (...)

Toute l’autorité était partagée entre le Consul Titus Vinius, Cornelius Laco Chef des Cohortes Prétoriennes, et Icelus affranchi du Prince qu’il avait fait Chevalier Romain, et nommé Martianus. Mais comme leurs intérêts étaient différents, ils n’étaient pas bien d’accord entre eux, en l’élection d’un successeur, non plus qu’aux autres choses de moindre importance9.

20Tous font état de cette faiblesse de Galba. Martian se réfère au pouvoir absolu que les affranchis ont conquis « pour les premiers emplois et les secrets conseils » (v. 504) auprès des princes. La valeur des hommes n’est pas le fruit de l’admiration, comme c’est le cas pour le héros, mais de la crainte :

On voit ce que je vaux, voyant ce que je puis.
(v. 496)

21Lacus, pour sa part, décrit la société de cour comme un monde où les conseillers exercent en réalité le pouvoir :

Nos ordres règlent tout, nous régnons, retranchons,
Rien n’est exécuté dès que nous l’empêchons ;
Comme par un de nous il faut que tout s’obtienne,
Nous voyons notre cour plus grosse que la sienne.
(v. 623-626)

  • 10 Vinius fait ainsi allusion aux meurtres d'Agrippa et de Britannicus et Martian au pouvoir absolu d (...)

22Ainsi, du fait de la faiblesse de Galba, les conseillers sont devenus les véritables souverains et exercent ce pouvoir usurpé sur le mode de la tyrannie : ils menacent, font les successeurs à leur guise et transforment les souverains en esclaves de leur politique. Si Galba semble un meilleur empereur que Néron, les monstres tacitéens des Annales ne sont jamais loin et leur souvenir est sans cesse évoqué dans Othon pour montrer à quels excès peut se livrer la libido dominandi10..

23Dans cette configuration, les conseillers sont menés par le seul souci de leur intérêt personnel, comme le fait remarquer Lacus dans une leçon de politique qu’il donne à Martian :

Et qu’importe à tous deux de Rome ou de l’État ?
Qu’importe qu’on leur voie ou plus ou moins d’éclat ?
Faisons nos sûretés et moquons-nous du reste.
Point, point de bien public s’il nous devient funeste.
De notre grandeur seule ayons des cœurs jaloux,
Ne vivons que pour nous, et ne pensons qu’à nous.
(v. 651-656)

  • 11 Sur cette définition de la politique, voir Hélène Merlin-Kajman, L‘Absolutisme dans les lettres et (...)
  • 12 Lacus et Vinius commencent leurs discours contradictoires par cette revendication en V, ii.
  • 13 Lacus prononce des paroles dignes de Tartuffe : « Nous avons parlé/Selon ce qu’à tous deux le Ciel (...)

24Jusque dans leur syntaxe, ces maximes politiques de Lacus évoquent celles de La Rochefoucauld, transformant les constats anthropologiques du moraliste en règles de conduite. Le bien commun n’est pas l’objet de cette politique : ce dernier terme revêt dans la pièce de Corneille son acception la plus négative, désignant une technicité des pratiques de pouvoir mises au service de l’intérêt particulier des conseillers11. Leur parole se caractérise par ce que Camille appelle « l’artifice » (v. 722), qui désigne peut-être moins le mensonge flagrant, que le stratagème, qui prennent le masque de l’ami ou du serviteur sincère12 et dissimulent leur intérêt personnel derrière une fiction de vertu ou derrière le recours aux volontés divines13. Déliée de toute attache ontologique, la parole du conseiller est ainsi malléable et versatile.

  • 14 Michel Prigent, Le Héros et l’Etat dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, PUF, 1988, en part (...)

25La cour tacitéenne est donc le lieu politique d’une dissolution de la hiérarchie : le serviteur de l’État a fait place à l’homme de cour, uniquement soucieux de sa propre conservation. Sur ce point, Michel Prigent distingue avec raison cette politique des conseillers tacitistes de la raison d’État, qui dégénère ici en raison d’intérêt14 : ils n’ont, pour reprendre les termes d’Othon, « pour raison d’État que leurs propres affaires » (v. 26). Selon Vinius, la politique de cour est la politique de l’amour-propre :

Aime Othon, si tu peux t’en faire un sûr appui,
Mais s’il en est besoin, aime-toi plus que lui.
(v. 1323-1324)

26Derrière cet appel à l’amour-propre transparaît une inquiétante soif de régner prête à tout sacrifier pour parvenir au pouvoir impérial, au risque du déchaînement de la violence :

Que tu vois mal encor ce que c’est que l’Empire !
Si deux jours seulement tu pouvais l’essayer,
Tu ne croirais jamais le pouvoir trop payer ;
Et tu verrais périr mille amants avec joie,
S’il fallait tout leur sang pour t’y faire une voie.
(v. 1118-1122)

  • 15 « Si sa voix est pour nous, la leur est inutile. / Nous serons pareil nombre, et dans l’égalité / (...)

27Pour Vinius, le mariage prend place dans les stratégies de pouvoir : marier Othon à Camille sera le moyen d’acquérir une voix supplémentaire et décisive auprès du prince15. C’est pourquoi il propose à Plautine un mariage avec Pison, ou avec quiconque sera susceptible de régner.

28Par conséquent, les projets de mariage ne viennent pas consacrer un couple uni par une « vraie amitié », mais prennent place dans un dispositif de conquête du pouvoir :

  • 16 Avis au lecteur.

Je puis dire qu’on n’a point encore vu de pièce où il se propose tant de mariages pour n’en conclure aucun. Ce sont intrigues de cabinet qui se détruisent les unes les autres16.

29La dégradation du mariage en « intrigue », qui, dans la stratégie de Vinius ou dans le chantage de Martian, légitime le « change », est violemment refusée par Plautine, laquelle, si elle a convaincu Othon de se donner à Camille, entend lui garder une foi inébranlable :

Que votre politique a d’étranges maximes !
Mon amour, s’il l’osait, y trouverait des crimes.
(v. 1329-1330)

  • 17 Sur le sens de la fidélité amoureuse chez Corneille, voir Marc Fumaroli, « Du Cid à Polyeucte : un (...)

30La rime « maximes »/» crimes » traduit l’indignation de ce cœur vertueux face à la loi de l’intérêt. Plautine soumet la conquête du trône à une exigence plus haute. Face à la duplicité généralisée, aux mensonges et aux tromperies de la politique de cour, la foi jurée à son amant demeure le dernier sanctuaire inviolable de la conscience héroïque17 :

Je sais aimer, Seigneur, je sais garder ma foi,
Je sais pour un amant faire ce que je doi,
Je sais à son bonheur m’offrir en sacrifice,
Et je saurais mourir si je vois qu’il périsse.
(v. 1331-1334)

31Son éloge des amants séparés, dans lequel, à la suite de Tallemant Des Réaux, on a voulu voir une excuse de l’amour du roi pour Mlle de La Vallière, n’est en réalité pas autre chose que le mode d’expression de l’amour réciproque, qui « n’aspire qu’au bien d’aimer et d’être aimé », opprimé par la dégradation du mariage en marchandage politique. Les amants, désormais, sont condamnés à la réciprocité d’une souffrance muette, sur laquelle les intrigues de cour n’auront pas prise.

32À l’inverse, dans les pratiques de cour, l’amour, comme l’amitié et les alliances, répondent donc à une motivation intéressée et sont susceptibles de changer au gré des nécessités. Camille dénonce à Galba cette complaisance du courtisan :

Qui veut également tout ce qu’on lui propose,
Dans le secret du cour souvent veut autre chose ;
Et maître de son âme, il n’a point d’autre foi,
Que celle qu’en soi-même il ne donne qu’à soi.
(v. 1517-1520)

33Tel un caméléon, le courtisan s’efforce de ne rien montrer de ses aspirations, afin de mieux les satisfaire. Au fond du cœur du courtisan se tapit un amour-propre insatiable et insondable. À l’instar de l’amour-propre de La Rochefoucauld, le courtisan « ne se soucie que d’être », peu importe sous quelle forme et au nom de quelles valeurs. Les décisions politiques ne se prennent plus seulement dans le secret des cabinets, mais dans le secret du cœur du courtisan le plus habile à dissimuler ses véritables intentions afin de manœuvrer le souverain au gré de ses intérêts.

  • 18 Judd D. Hubert, « Le jeu de l’histoire et de la théâtralité dans Othon », dans Ouverture et dialog (...)

34Or, précisément, dans cet univers où le secret règne en maître, le héros est contraint à son tour de dissimuler, afin de placer son intériorité à l’abri des vicissitudes du pouvoir, mettant ainsi en péril la reconnaissance de sa vertu. Comme l’a montré Judd D. Hubert dans un article suggestif, la dissimulation devient la seule arme pour lutter contre la politique de cour18. La structure politique de la société de cour rend ainsi la vertu indiscernable, et la menace de mort qui pèse sur les amants contraint le héros à feindre l’amour face à Camille, comme il avait feint le vice à la cour de Néron. De même que, dans un premier temps, son amour pour Plautine fut l’effet d’un calcul politique, séparant ce que le cœur sent de ce que la bouche explique (v. 66), Othon feint l’amour pour Camille afin de sauver sa vie et celle de Plautine. Le récit que fait Flavie de la déclaration d’Othon met en relief sa maîtrise des apparences : en parfait « homme de cour », Othon fait preuve d’une « éloquence accorte », utilise des « termes trop choisis » et des « gestes concertés », fait régner « la justesse » dans les détails les plus infimes de son comportement. De même que l’amour sincère d’Othon pour Plautine se laisse mal distinguer de la politique qui l’a initialement motivé, « en Othon, l’amour n’est que civilité » face à une Camille prête à se laisser abuser, confortée dans ses illusions par Albine.

35Othon va plus loin encore dans le mensonge. En effet, lui qui ne désire pas le trône sans Plautine se résout à passer pour un intrigant :

Camille
Je ne sais quel amour je vous ai pu donner,
Seigneur, mais sur l’Empire il aime à raisonner [...]
Vous n’aimez que l’Empire et je n’aimais que vous.
(v. 1131-1132 et v. 1143)

36C’est au contraire parce qu’il n’aime pas l’empire, mais Plautine, qu’Othon se refuse à épouser Camille qui a renoncé au trône pour lui. Loin de faire d’Othon un factieux héros d’une tragédie de conspiration comme auraient pu inviter à le faire les titres marginaux de Coëffeteau ou de la traduction de Perrot d’Ablancourt, Corneille fait de ce « courtisan devenu berger », pour emprunter une expression de Marc Fumaroli, un amant désintéressé qui, après avoir été un courtisan malgré lui, devient un empereur malgré lui. Il faut qu’il soit proclamé empereur par les soldats (v. 1475) pour se résoudre à prendre le pouvoir. La passivité d’Othon résulte donc de son héroïsme et de son refus de la conjuration, laquelle n’est autre chose que la politique courtisane continuée par d’autres moyens.

37Ce n’est qu’une fois sorti de la cour pour prendre la tête de l’armée qu’Othon peut faire valoir son désintérêt pour l’empire, affirmé par Atticus :

Vous l’allez bientôt voir lui-même à vos genoux
Vous faire offre d’un sort qu’il n’aime que pour vous,
Et dont sa passion dédaignerait la gloire,
Si vous ne vous faisiez le prix de sa victoire. [...]
Galba n’a rien à craindre : on respecte son nom,
Et ce n’est que sous lui que veut régner Othon.
(v. 1723-1726 et v. 1739-1740)

38La prise du pouvoir par Othon se veut donc tout autre chose qu’une usurpation. Elle entend au contraire restaurer la hiérarchie naturelle en rendant à Galba un pouvoir que lui ont confisqué les courtisans. Seule cette restauration, scellant la réconciliation entre le héros et l’État, pourrait permettre à Othon de consacrer le couple qu’il forme avec Plautine.

39C’est toutefois de la violence de la cour que vient l’ultime renversement, interdisant à Othon d’être une tragédie à fin heureuse. À la différence de Cinna ou Nicomède, il n’y a pas d’épiphanie héroïque au dénouement d’Othon. Ce dernier ne peut qu’exprimer une douleur qui est celle d’un simple particulier :

Je ne reviens ici qu’en malheureux amant,
Faire hommage à vos yeux de mon dernier moment.
(v. 1807-1808)

40Ce dénouement paradoxal ne permet pas au triomphe politique du héros de consacrer son couple en recevant Plautine de l’empereur légitime, comme Cinna avait reçu Emilie du pouvoir souverain d’Auguste : la violence de la cour obscurcit donc l’avènement d’Othon et interdit au héros le bonheur auquel il aspire. Bien que Corneille profite d’une incertitude historique pour innocenter Othon et charger Lacus de ce meurtre et de ce régicide, le règne d’Othon est placé, irrémédiablement, sous le signe du deuil, comme si la politique ne pouvait désormais déboucher sur autre chose que la mélancolie.

41En faisant le choix d’un sujet tacitéen, Corneille se place sur le même plan de référence que les théoriciens de la raison d’Etat ou que La Rochefoucauld, dont les Maximes paraissent dans l’édition de Hollande en cette même année 1664. La cour de la Rome impériale refoule ainsi l’héroïsme hors de l’espace public, vers le for intérieur des personnages. Dans cette pièce, Corneille se montre donc sensible aux stratégies de l’amour-propre, ennemies de l’intégrité du héros. Toutefois, à la différence de La Rochefoucauld, il refuse de s’en tenir à la dénonciation des vertus contrefaites : dans certaines âmes, il existe des forces qui résistent à l’amour-propre et qui le tiennent en échec. La vertu romaine se distingue à ses yeux de la libido dominandi. Le destin de Rome manifeste ainsi le drame de la cité terrestre, menacée par la mise en liberté des appétits individuels dans la société de cour. Corneille propose par conséquent une interprétation « libérale » de Tacite, opposée à l’interprétation étatiste : les leçons de l’historien rejoignent celles de l’auteur du Dialogue des orateurs dans la nostalgie d’un univers politique qui puisse reconnaître et consacrer les « illustres effets » d’un héros laissé « tout à soi ».

Notes

1 Jean-Pierre Chauveau ne recense que sept pièces inspirées de Tacite dans son article « Tacite revisité : la tragédie du pouvoir mise en scène au XVIIe siècle », dans Yvonne Bellenger (dir.), La Littérature et ses avatars, Paris, Aux amateurs de livres, p. 41-52.

2 Voir les pages consacrées à la réception de Tacite dans l'ouvrage d’Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Albin Michel, 1966. À propos d Othon, voir Margaret Mc Gowan, « Othon dans son contexte contemporain », dans Pierre Corneille. Actes du colloque tenu à Rouen du 2 au 6 octobre 1984, Paris, PUF, 1985, p. 507-517 et José Sanchez, « Le choix de Tacite », dans Corneille, Othon, José Sanchez (éd.), Mugron, Éditions José Feijoo, 1989, p. 51-57.

3 Voir Marc Fumaroli, « La tragédie de la cité terrestre dans Horace », dans Exercices de lecture. De Rabelais à Paul Valéry, Paris, Gallimard, 2006, p. 189-224.

4 Avis au lecteur.

5 Georges Forestier, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1996, p. 205-209. Voir aussi André Stegmann, « L’ambiguïté héroïque d'Othon », French Studies in Southern Africa, no 14, 1985, p. 46-54.

6 Avis au lecteur.

7 « Et je fus le premier qu'on vit au nouveau Prince / Donner toute une armée et toute une province : / Ainsi je me comptais de ses premiers suivants / Mais déjà Vinius avait pris les devants, / Martian l’affranchi dont tu vois les pillages, / Avait avec Lacus fermé tous les passages : / On n’approchait de lui que sous leur bon plaisir ; » (v. 34-39).

8 Voir Roger Guichemerre, « Le renoncement à la personne aimée en faveur d'un/d'une autre dans le théâtre de Pierre Corneille », dans Pierre Corneille, op. cit., p. 581-592.

9 Tacite, Histoires, Perrot d'Ablancourt (trad.), Jean Piétry et Eric Pesty (éd.), Paris, Ivrea, 2003, I, V, p. 408.

10 Vinius fait ainsi allusion aux meurtres d'Agrippa et de Britannicus et Martian au pouvoir absolu des affranchis sous Claude et Néron.

11 Sur cette définition de la politique, voir Hélène Merlin-Kajman, L‘Absolutisme dans les lettres et la théorie des deuxcorps, Paris, Champion, 2002, p. 26-27.

12 Lacus et Vinius commencent leurs discours contradictoires par cette revendication en V, ii.

13 Lacus prononce des paroles dignes de Tartuffe : « Nous avons parlé/Selon ce qu’à tous deux le Ciel a révélé » (v. 695-696).

14 Michel Prigent, Le Héros et l’Etat dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, PUF, 1988, en particulier p. 423.

15 « Si sa voix est pour nous, la leur est inutile. / Nous serons pareil nombre, et dans l’égalité / Galba pour cette Nièce aura de la bonté » (v. 170-172).

16 Avis au lecteur.

17 Sur le sens de la fidélité amoureuse chez Corneille, voir Marc Fumaroli, « Du Cid à Polyeucte : une dramaturgie du couple », dans Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève, Droz, 1990, p. 399-413.

18 Judd D. Hubert, « Le jeu de l’histoire et de la théâtralité dans Othon », dans Ouverture et dialogue. Mélanges offerts à Wolfgang Leiner, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1988, p. 231-246.

Auteur

Maître de conférences à l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3, a publié Narcisse contrarié. L’amour-propre dans le discours moral en France (2007), et plusieurs articles consacrés aux formes de l’écriture morale au XVIIe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search