Version classiqueVersion mobile

Pratiques de Corneille

 | 
Myriam Dufour-Maître

Pratiques sociales et éditoriales

Panorama de l’édition théâtrale et de la composition dramatique à Rouen (fin xvie siècle — début xviie siècle)

Panorama of theatrical publication and dramatic composition in Rouen in the late 16th century to early 17th century

Sybile Chevallier Micki

Résumé

Rouen est au XVIe siècle un carrefour commercial pour toute l’Europe. Ce cosmopolitisme, l’importance de l’édition rouennaise à l’époque légitiment un intérêt particulier pour ce théâtre qui s’importe, s’écrit, s’imprime, et se joue sans doute à Rouen. Aux alentours de 1550 affleure un nouveau genre, la « tragédie française », qui ne répond volontairement à aucune règle bien qu’elle se développe après le théâtre dit « humaniste » et des volontés normatives de la composition poétique. Le Rouen de l’enfance de Pierre Corneille est le Rouen du théâtre de ces nombreux auteurs plus ou moins talentueux mais non dénués d’imagination.

Texte intégral

  • 1 Rouen-Paris, Luyne-Courbé, 1660.
  • 2 Corneille, Œuvres complètes, André Stegmann (éd.), Paris, Le Seuil, « Intégrales », p. 28.

1Dans l’examen de Mélite de l’édition de 1660 de ses Œuvres1, Corneille écrit qu’il n’avait au début de sa carrière « pour guide qu’un peu de sens commun, avec les exemples de feu Hardy, dont la veine était plus féconde que polie, et de quelques modernes qui commençaient à se produire, et qui n’étaient pas plus réguliers que lui2. »

2Alexandre Hardy, Parisien et l’un des rares dramaturges du tout début du XVIIe siècle à être passés à la postérité et à avoir subi les assauts de la recherche scientifique, n’est pourtant pas le seul auteur dont Corneille a pu connaître les oeuvres, et malgré l’affirmation de cette fréquentation exclusive de cet illustre prédécesseur, on peut supposer que Corneille était familier du théâtre composé et publié – moins certainement joué – à Rouen un peu avant sa naissance et pendant son enfance et sa jeunesse.

3Le même Alexandre Hardy écrit dans le quatrième tome de son Théâtre imprimé en 1626 à Rouen chez David Du Petit Val :

  • 3 Le Théâtre d’Alexandre Hardy, Parisien, dédié à Monsieur le Prince, t. IV, Rouen, David Du Petit Va (...)

Je donne un droit de primogeniture contre l’ordre, à ce dernier volume qui vient de sortir au jour, Veu que les precedents me font rougir de la honte des Imprimeurs, ausquels l’avarice fist trahir ma reputation, estans si pleins de fautes, tant à l’ortographe, qu’aux vers, que je voudrais de bon coeur en pouvoir effacer jusques à la mémoire [car] jaçoit que Paris excelle en nombre d’imprimeurs, qui ne le cedent à aucuns de l’Europe ; cela n’empesche que beaucoup de passevolants ne se rencontrent parmy leurs vieilles bandes : Et de ma part j’aime mieux que mon livre sans autre circonspection, soit bien imprimé à Rouen que mal à Paris3.

4Si ce très célèbre auteur que Corneille cite dans ses oeuvres a choisi les presses rouennaises, c’est que l'imprimerie, et l’imprimerie d’oeuvres théâtrales à Rouen, sont alors florissantes et ont su faire leurs preuves.

  • 4 Parmi les études entreprises, il convient de signaler le chapitre que Henry C. Lancaster consacre à (...)
  • 5 Signalons toutefois les précieuses recherches de Raymond Lebègue, dans divers articles parus ensemb (...)

5Les chiffres fournis par cet exposé ne sont en aucun cas définitifs et ont pour but principal d’éclairer un large pan de notre théâtre et de notre littérature longtemps négligé4, et qui réclame sans doute plus d’égards qu’il n’en a eu jusqu’alors5.

6Je voudrais rappeler ici que le théâtre de cette période n’est pas qu’essentiellement parisien, mais aussi provincial, qu’il est à Rouen, puisque c’est de cette ville qu’il s’agit, étonnamment fécond, que ses genres, ses sources, ses auteurs, ses imprimeurs enfin, sont nombreux et qu’en tout état de cause, le théâtre rouennais est une entreprise, si ce n’est théâtrale, du moins éditoriale avec laquelle il faut compter, et avec laquelle, je le pense, Corneille a su compter, même si, devenu ponctuellement puis définitivement parisien à partir de 1662, il la tait ou la minimise généralement.

7Ces auteurs, pour la plupart amateurs, avec toutes les réserves que ce statut implique alors, étaient, dans leur grande majorité, hommes de loi. Le Rouen de l’enfance de Pierre Corneille est ce Rouen du théâtre de ces nombreux auteurs plus ou moins talentueux mais non dénués d’imagination. C’est là, alors qu’ils gravitent sans doute dans l’entourage de son père et que leurs ouvrages couvrent peut-être la bibliothèque paternelle, que Corneille grandit, et c’est pour cette raison qu’il convient de s’intéresser à eux et à l’industrie de l’édition telle qu’elle se pratiquait dans la capitale normande pendant l’enfance du dramaturge.

8C’est à un art neuf et à un public de lecteurs – et sans doute de spectateurs – novices que s’adresse ce genre en gestation, bien loin de suivre des règles que Corneille saura ignorer ou exploiter. D’une formation pluridisciplinaire des auteurs, de la quantité et de la qualité des sources utilisées par eux, ressort un nombre impressionnant de pièces que Corneille ne peut avoir ignorées.

DONNÉES FACTUELLES : LES TEXTES IMPRIMÉS

  • 6 Titre complet : Laz d’amour divin à huit personnages, c’est à savoir : Charité, Jésus Christ, l’Ame (...)
  • 7 Anonyme, Rouen, Louis Oursel, 1640.
  • 8 Année de parution de l'ouvrage de Nicolas Filleul, Les Théâtres de Gaillon à la Royne, premier recu (...)
  • 9 Précisons que le présent article ne traite pas exclusivement d’oeuvres dont la première édition est (...)

9À ce jour, j’ai pu dénombrer 123 textes dramatiques parus entre 1500 et 1640, de la moralité anonyme du Laz d’amour divin à huit person - nages6 à Rosimonde ou le parricide puny7, soit 121 textes entre 15668 et 1640 dans la ville de Rouen par les imprimeurs libraires qui y demeuraient9. Le milieu des années 1620, avec l’arrivée du cardinal de Richelieu au pouvoir, marque par ailleurs le déclin de l’impression rouennaise, définitivement distancée alors par Paris, et l’impression tardive de cette Rosimonde dans la capitale normande reste à ce jour aussi surprenante qu’inexpliquée. Je laisse cependant pour l’instant de côté la tragédie, genre majeur en nombre, pour me pencher sur les autres genres.

  • 10 Cité par Raymond Lebègue, « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », dans Études s (...)
  • 11 Anonyme, Mystère de Job, joué par 49 personnages, Rouen, Romain Beauvais, 1604.

10Le mystère disparaît très tôt à Rouen, comme semble l’indiquer le témoignage d’un procureur général du parlement de Normandie, qui écrit en 1651 que le mystère avait été abrogé « il y a longtemps, comme chose qui excitait plutôt la curiosité que la piété des spectateurs », sans toutefois donner plus de précisions sur la date de cette décision et les circonstances qui l’ont déterminée10. Toutefois une édition fort tardive d’un manuscrit de 1478 est donnée en 1604 par Romain Beauvais11, imprimeur libraire à Rouen, dont c’est, semble-t-il, la seule incursion dans le domaine théâtral.

  • 12 Anonyme, L’Histoire et tragédie du Mauvais riche, extraite de la Sainte Escriture, &· représentée p (...)

11Cependant les genres médiévaux sont encore représentés par la moralité, parfois masquée sous le titre d'Histoire et tragédie : deux textes sont ainsi publiés par la maison Cousturier. Le premier par Daniel, sans date, mais sans doute paru entre 1592 et 1599, le second par Abraham, imprimeur éclectique, sans date non plus, mais imprimé vraisemblablement vers la fin des années 160012.

  • 13 On peut citer notamment Les comédies facétieuses, à l’imitation des anciens grecs, latins, et moder (...)

12Face à la prédominance des tragédies, la comédie tient bon avec une douzaine d’oeuvres, bien que seulement cinq auteurs se soient essayés à ce genre, de 1566 à 162913.

  • 14 Parmi lesquels quatre de Hardy publiés dans son Théâtre.

13Dès 1596, on note la première tragi-comédie, en prose, de Louis le Jars intitulée Lucelle et publiée par Raphaël Du Petit Val. Le genre sera le troisième mieux représenté dans l’édition rouennaise avec quatorze ouvrages14 de sept auteurs différents et trois anonymes, dont les parutions s’échelonnent jusqu’en 1636.

  • 15 [Guyllaume Régnault], La tragédie d’Octavie, femme de l’empereur Neron, faite et composée par celuy (...)
  • 16 Titre complet : Discours facétieux des hommes qui font sailer leurs femmes à cause qu’elles sont tr (...)

14Apparaissent des cas spéciaux, comme la farce, rarissime, avec deux ouvrages, l’un de 1599, publié avec une Tragédie d’Octavie, femme de l’empereur Néron15, ou encore Tes Ruses et finesses descouvertes sur les chambrière [sic] de ce temps de Tabarin, publiées en 1621, sans nom d’imprimeur, qui sont par ailleurs à rapprocher de deux mo-nologues grivois de Christophe de Bordeaux, publiés chez Abraham Cousturier, sans date : la Chambriere à louer, à tout faire et son pendant masculin, le Varletà louer, à tout faire. Vient s’ajouter à eux un troisième texte, intitulé Discours facétieux des hommes qui font sailer leurs femmes à cause quelles sont trop douces16, toujours publié chez Cousturier qui semble être le seul à risquer son entreprise sur ce genre d’ouvrages.

  • 17 Edition perdue à ce jour, mais une seconde de deux ans plus tardive a été donnée par le même imprim (...)

15Le deuxième genre par son importance quantitative est, avec dixsept spécimens rouennais, la bergerie, ou pastorale dramatique, et ses avatars, la tragi-pastorale (L’Instabilité des félicitez amoureuses de Blambeausault, Rouen, Claude Le Villain, 1605), et la tragi-comédie pastorale (La Sylvie de Mairet, bien sûr, publiée en 1629 par Jean Boulley17).

16Viennent enfin les tragédies, au nombre imposant de 60 textes, de pas moins de 29 auteurs qui ont signé leur(s) oeuvre(s), tandis que 8 demeurent anonymes. C’est à ces tragédies et à leurs auteurs qu’il convient maintenant de s’intéresser, dans la mesure où ceux-ci ont, pour beaucoup, la particularité de ne pas être professionnels – si tant est que la professionnalisation de l’écriture signifie quelque chose avant Corneille – mais de faire de la composition dramatique un loisir ou un enjeu symbolique de prestige, eux qui sont généralement hommes de loi et notamment avocats au parlement de Rouen.

AUTEURS ET IMPRIMEURS

  • 18 Les pistes qu'ils nous laissent sont bien minces. Les dédicataires de leurs oeuvres sont des notabl (...)

17Il faut considérer que pour les dramaturges rouennais du premier XVIIe siècle, pour la plupart membres de la bourgeoisie de robe, la tragédie est à la fois un passe-temps qui occupe leurs loisirs d’hommes de loi18 et une manière d’entrer dans les réseaux de sociabilité de la cité, sans compter pour les auteurs de tragédies religieuses un moyen d’afficher leur parti et leurs idées, et pour tout dire, une certaine façon, pour eux, de militer.

  • 19 « À haute et illustre Dame, Madame la Mareschale de Matignon », dans La Machabee, tragoedie, du Mar (...)
  • 20 Anonyme, Tragédie de Ieanne d'Arques, dite la Pucelle d’Orléans, native du village d’Emprenne, pres (...)
  • 21 Je cite rapidement La Polyxène de Jean Béhourt (intitulée « Tragi-comoedie »), imprimée par Raphaël (...)

18Jean Béhourt est régent au collège des Bons-Enfants et Jean de Virey Du Gravier sert sous les ordres du maréchal de Matignon et dans le camp du roi pendant les guerres civiles, après avoir étudié « aux universitez fameuses [du] Royaume », puis fait partie de la garnison qui protège le port de Cherbourg19, mais il est de loin le plus bavard des dramaturges de l’époque. Presque tous ces auteurs sont des Nor-mands, beaucoup sont sans doute Rouennais. Seule une recherche, non encore entreprise, au sein des Archives des départements normands pourra, je l’espère, nous éclairer un peu sur ces hommes qui ont parti-cipé activement à la création de ce nouveau théâtre, mais dont ce n’était pas le métier. Leurs oeuvres suivent la mode qui semble se répandre sur tout le territoire et au-delà, favorisant d’une part la transposition de l’histoire plus ou moins récente (une Tragedie de Ieanne d’Arques est publiée par Raphaël Du Petit Val en 1606, et en 1617, deux tragédies traitent de l’assassinat de Concini et du procès de Léonora Galligay20) et, d’autre part, l’adaptation de poèmes ou de romans21.

  • 22 M. de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, [1970], Toulouse, Edouard Privat, 1987, p. 374.
  • 23 Raymond Lebègue, « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », op. cit., p. 100, « La (...)

19À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Rouen est ainsi considérée comme la « métropole de l’édition théâtrale22 ». Elle imprime en effet plus du double du nombre des tragédies parisiennes. Bien plus, la main d’oeuvre qualifiée étant moins chère à Rouen, nombre de livres vendus dans la capitale sortent en fait des presses rouennaises : une fois imprimés, on leur fait remonter la Seine jusqu’à Paris où on les relie sous le nom d’un libraire parisien23.

  • 24 Desportes qui est d’ailleurs le dédicataire de la tragédie canadienne Acoubar de Jacques Du Hamel.
  • 25 Il donne la première édition rouennaise des Tragédies de Robert Garnier, en 1583 et sur les vingt-d (...)

20Au premier rang des imprimeurs rouennais figure Raphaël Du Petit Val, proche de Philippe Desportes24 dont il publie les oeuvres. En 1596 il obtient d’Henri IV le titre d’imprimeur du roi. Loin de se spécialiser dans un seul genre de publications, Du Petit Val suit la mode et les goûts du public, rééditant les textes qui connaissent du succès dans les autres régions, comme les oeuvres de Garnier ou de La Péruse25. Dans un premier temps Raphaël Du Petit Val gagne de fait un monopole presque entier dans la diffusion de la tragédie, qu’il s’agisse de rééditions ou d’oeuvres originales, tandis qu’il laisse à ses confrères le soin de publier les autres genres dramatiques. De ses presses sort alors la presque totalité des tragédies normandes, quels que soient leurs auteurs, leurs sources, ou leur qualité littéraire. Raphaël Du Petit Val fait aussi preuve d’une intelligence commerciale et d’un esprit d’initiative exceptionnels en publiant par trois fois les premiers recueils contenant plusieurs tragédies des auteurs de son temps : Diverses tragédies saintes de plusieurs autheurs de ce temps en 1599, et en 1606, Le Theatre des tragédies françaises nouvellement mis en lumière et de nouvelles Diverses tragédies saintes de plusieurs autheurs de ce temps. Pour chacune de ces publications, il prend d’ailleurs soin d’indiquer qu’il est le compilateur de ces textes. Si l’on lit attentivement le troisième de ces ouvrages, on s’aperçoit de sa manœuvre : le volume de 1606 comprend en effet Sichem ravisseur, Esaü ou le chasseur de Behourt, Saül le furieux et La Famine des Gabéonites de La Taille, Le Martyre des Macabées, Tobie, une tragi-comédie et enfin Joseph le chaste, comédie d’O. Du Mont-Sacré-Nicolas de Montreux. Or chacun de ces textes avait été édité chez lui dans les années précédentes et les textes reliés portent encore la date de leur première édition chez le Normand. En reliant entre elles des oeuvres qu’il avait déjà imprimées, Raphaël Du Petit Val a inventé dès 1599 un moyen original d’écouler ses stocks d’invendus en en faisant un produit nouveau.

  • 26 Nicolas Chrestien Des Croix, Rosemonde ou la vengeance en 1603 et Les Tragedies de N. Chrestien Sie (...)

21Concurremment, seuls deux imprimeurs persistent à publier aussi des tragédies : Abraham Cousturier qui publie des textes anonymes de la fin des années 1600 au début des années 1610 – période qui correspond à celle de la mort de Raphaël Du Petit Val et à la reprise de la presse familiale par son fils David – et Théodore Reinsart qui publie seulement les magnifiques oeuvres de Nicolas Chrestien Des Croix et en 1598 la tragédie en sept actes de Cammate26.

22Dans cette abondante production de très nombreux auteurs, seuls les noms des imprimeurs-libraires permettent d’organiser les re-cherches. Rouen est l’une des places fortes de l’édition française et européenne de l’époque et c’est donc par le biais de l’imprimerie, non par le biais d’obscurs auteurs, que l’on peut dessiner plus clairement la tragédie telle qu’elle se compose, s’imprime et se vend en Normandie.

TRAGÉDIES

23Un trait commun caractérise la quasi-totalité des tragédies nor-mandes de notre époque – et toutes les tragédies de l’époque, en France et à l’étranger : leur violence. Pièges mortels, crimes accomplis à la faveur de la nuit, duels, meurtres sans cesse plus raffinés dans leur insatiable cruauté, empoisonnements, dissections à vif, scènes de cannibalisme, outrages à la religion, à la pudeur et la vertu, viols, incestes : il règne dans ce théâtre, extrêmement proche de ses cousins espagnols et élisabéthains de la même époque, un désir de représenter les actes de destruction, et de destruction sanglante, par lesquels un personnage tente d’assouvir sa faim de domination. Désir de régner, désir sexuel, soif de vengeance, sont autant de raisons qui viennent justifier, dans un univers où les justices humaine et divine sont fortement remises en question, les forfaits énumérés plus haut.

  • 27 Citons notamment les écrits de Charles Estienne, Thomas Sébillet, Joachim Du Bellay, Jacques Peleti (...)
  • 28 Je choisis ici la définition d’Émile Faguet : « J’appelle drame irrégulier non pas tant celui qui s (...)
  • 29 Bien que, comme je l’ai dit précédemment, nous n’ayons aucune trace à ce jour de représentation thé (...)

24Cette tragédie ne répond volontairement à aucune règle, bien qu’elle se développe parallèlement au théâtre dit humaniste et aux volon-tés normatives de la composition poétique. Obstinément demeurée sourde aux nombreux Arts poétiques qui lui sont contemporains ou légèrement antérieurs27, cette tragédie « irrégulière28 » restera aussi indifférente à l’éclosion puis au déploiement de la doctrine classique – et parisienne – qui la conduira pourtant à sa perte. En consé-quence, elle use de règles évidentes de la composition dramatique en ne les considérant cependant pas comme conventions littéraires. Ce qui semble importer pour ses auteurs, c’est le caractère immédiat de l’applicabilité de leurs textes sur le tréteau des théâtres29.

25Il est impossible, dans la capitale comme en province et en Norman-die, de considérer le théâtre de la fin du XVIe siècle indépendamment de la période troublée dans laquelle il naît. C’est dans la France des guerres civiles que cette tragédie sanglante et cruelle prend vie, et le poids de ces circonstances n’est en aucun cas négligeable. La remise en cause de la religion notamment est lourde de conséquences. En suscitant la réflexion sur la foi catholique et ses fondements, la religion réformée donne lieu à des interrogations sur les institutions étatiques, ainsi que sur les représentants de Dieu sur terre : le clergé d’abord, mais aussi et surtout la personne du roi lui-même.

26Le théâtre de l’entre-deux-siècles, qui déjà et comme à l’âge clas-sique est majoritairement composé par des hommes de loi, met en balance des cas juridiques et judiciaires. Dans le cadre de la tragédie, forme-genre, les auteurs s’intéressent ainsi aux questions politiques mettant en jeu la souveraineté voire la légitimité d’un gouvernement en exerçant, dans le livre et sur la scène, par les actions et par les discours, le jeu des contradictions frappantes.

  • 30 Non que tous les dramaturges de l’époque militent, même si la propagande existe, comme chez Nicolas (...)

27C’est dans ces circonstances que l’on recherche les moyens nouveaux de discuter du pouvoir, de le légitimer ou au contraire de l’accuser30. Les interrogations de la vie politique du siècle qui s’achève ont besoin de se poser clairement et lisiblement aux yeux d’un public, éventuellement au cours d’une représentation qui s’offre à la vue et à la réflexion de toutes les catégories sociales, lettrées ou non. Au verbe de la tragédie dite humaniste doit donc s’ajouter, plutôt que se substituer, une expression qui propose à la fois la succession et la projection d’images fortes pour le commun et un discours intelligible pour un public averti. C’est ce genre en construction qui va donc devenir le médium de ces interrogations.

  • 31 Citons par exemple les oeuvres de François de Rosset et les traductions de Bandello par Belleforest (...)

28Il se trouve que le questionnement sur la violence et sur le tragique est général à toute la littérature de l’époque31. C’est en conséquence dans le genre épique et dans ses adaptations narratives, le roman ou la nouvelle, ainsi que dans l’histoire récente que les auteurs vont chercher les intrigues de leurs tragédies. Si les Autorités dominent, ce nouveau genre, proposé à un public populaire qui ne s’est pas encore forgé d’habitudes en matière théâtrale, recherche de nouvelles sources. Sur les 60 tragédies publiées à Rouen entre 1566 et 1640, 15 sont à sujet biblique, 15 traitent de l’antiquité, 9 de la mythologie et 2 sont hagiographiques. Mais 7 traitent de l’histoire, plus ou moins récente et 12 sont tirées d’oeuvres romanesques ou épiques, de l’Arioste, du Tasse, d’ouvrages français moins connus mais qui ont eu du succès en leur temps et surtout de Bandello et de ses traducteurs français.

  • 32 En ce qui concerne la vérité historique dont se réclament les auteurs d’histoires ou de poèmes trag (...)
  • 33 De reflection action de retourner en arrière. Dans le cadre de la représentation dramatique de ce t (...)

29Se pose alors, à propos de ces derniers sujets de l’histoire ou de récits qui se réclament souvent de la vérité historique32, la question du but des dramaturges. Nous avons vu que ce théâtre semble se donner pour fonction première celle d’un spectacle plaisant et édifiant par l’exemplarité des cas qu’il présente dans un cadre à la fois original et référencé. Cependant par l’utilisation de ces nouvelles sources, on peut considérer que les auteurs se donnent comme fonction de représenter un système probatoire qui repose sur l’exception édifiante d’une intrigue et de son dénouement, jouant sur la triple acception du mot « réflexion33 ».

  • 34 Georges Mongrédien et Jean Robert, Les Comédiens français du XVIIe siècle : dictionnaire biographiq (...)
  • 35 C’est sans doute dans l'un de ces trois lieux que la troupe de Le Pardonneur, première troupe profe (...)
  • 36 E. Gosselin, « Recherches sur les origines du théâtre à Rouen avant Pierre Corneille », Revue de No (...)

30Pour conclure, je traiterai rapidement du problème de la représen-tation de ces oeuvres. Deux obstacles majeurs sont à souligner à propos de la vie théâtrale rouennaise. D’abord les ressources documentaires sont peu nombreuses. On sait par exemple que trois jeux de paume ont servi de théâtres dans la ville au début du XVIIe siècle – les jeux de paume des Braques, de Saint-Eustache, de la Cuillère-à-pot34 – mais si l’on sait leur nom, on ne peut à ce jour spécifier les dates des représentations ni dire qui les a investis et pour quel type de théâtre35. On sait aussi que des troupes anglaises et parisiennes – quoique ces dernières légèrement plus tard et avec un répertoire majoritairement parisien – sont passées par Rouen, sans toutefois en recueillir de témoignages. En conséquence, et c’est le second problème, les rares études déjà entreprises condensent les données de ces sources dans une très large mesure36.

  • 37 Accompagné alors d'un Edouard d’Angleterre (R. Sturel, Bandello en France au XVIe siècle, [1918], G (...)
  • 38 Virey dans sa dédicace annonce qu’il a voulu « faire gouster au lecteur l'energie » de l’histoire t (...)
  • 39 Mémoires d’Adrien Miton, président en l’élection de Neufchâtel, publiés par F.-V. Bouquet, Document (...)
  • 40 Voir à ce sujet la Bibliothèque de Du Verdier, t. I, p. 419 et René Sturel, Bandello en France au X (...)
  • 41 Pour indices, les titres de ses œuvres : Esaü, ou le Chasseur, en forme de tragoedie, nouvellement (...)

31C’est pour cette même raison qu’il est à ce jour encore impossible de décrire les modalités de la représentation et des lieux théâtraux dans la ville de Rouen à l’époque étudiée. L’on sait que des représentations ont lieu dans la région mais bien en dehors de la ville et avant la naissance de Corneille. Même si elles sont attestées par quelques sources, comme les représentations à Neufchâtel-en-Bray d’un Roméo et Juliette37 de Cosme La Gambe dit Châteauvieux en 1581 ou de La Macchabée de Virey Du Gravier dans sa ville de Valognes en 1599, elles sont apparemment des faits isolés réservés à un public de cour ou d’amis, sans doute érudits38. Certainement jouées par des amateurs et des étudiants, elles ne correspondent pas au genre populaire que se propose d’être la tragédie française de la fin du XVIe siècle. En outre les tragédies de Châteauvieux sont vraisemblablement perdues et seuls les Mémoires d’un Neufchâtellois qui n’a d’ailleurs pas assisté à la représentation39 nous apprennent qu’une tragédie de Roméo et Juliette, antérieure de dix ans à celle de Shakespeare, a été jouée en Normandie40. Par ailleurs, à l’intérieur des murs de Rouen, le collège des Bons-Enfants où le régent Béhourt fait jouer ses propres drames41, est aussi et sans doute le lieu de représentation le plus certainement avéré.

32C’est donc dans ce Rouen dramatique que Corneille naît et grandit, et si rien ne nous permet d’affirmer qu’il ne connaissait pas cette littérature, rien ne nous permet non plus de le nier, ni d’en tirer quelques conséquences.

Notes

1 Rouen-Paris, Luyne-Courbé, 1660.

2 Corneille, Œuvres complètes, André Stegmann (éd.), Paris, Le Seuil, « Intégrales », p. 28.

3 Le Théâtre d’Alexandre Hardy, Parisien, dédié à Monsieur le Prince, t. IV, Rouen, David Du Petit Val, 1626, « Au lecteur ».

4 Parmi les études entreprises, il convient de signaler le chapitre que Henry C. Lancaster consacre à ce qu’il nomme the Rouen group, citant le choix de huit pièces que Beauchamp relevait en se justifiant : « Je les ai mis sous la même date, parce qu’elles sont rassemblées dans un même volume, et qu’elles sont imprimées dans la même ville, chez le même libraire et du même format. On pourrait soupçonner aussi, et par le mauvais style et par la ridicule intrigue, qu’elles sont toutes du même auteur » (Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, Paris, Prault, 1735, 3 vol., cité par Henry C. Lancaster, A History of French Dramatic Literature in the seventeenth century, Part I : The Pre-classical Period (1610-1634), Baltimore, John Hopkins Press, 1929, p. 74).

5 Signalons toutefois les précieuses recherches de Raymond Lebègue, dans divers articles parus ensemble dans ses Etudes sur le théâtre français, t. I et II, Paris, Nizet, 1977 et 1978, notamment, en ce qui concerne notre sujet, dans le t. II, « La vie dramatique en province au XVIIe siècle », [1958], p. 75-84 et « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », [1957], p. 85-107. Jean Rousset s’est aussi intéressé à certains de ces textes, spécialement des tragédies sanglantes, dans un chapitre de Circé et le Paon, la littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954

6 Titre complet : Laz d’amour divin à huit personnages, c’est à savoir : Charité, Jésus Christ, l’Ame, Justice, Vérité, Bonne inspiration, la fille de Sion, les pécheurs, Rouen, Thomas Laisné, 1500.

7 Anonyme, Rouen, Louis Oursel, 1640.

8 Année de parution de l'ouvrage de Nicolas Filleul, Les Théâtres de Gaillon à la Royne, premier recueil paru en Normandie présentant différents genres théâtraux et comprenant : Les Nayades ou naissance du Roy, Chariot, Téthis, Francine, Les Ombres et La Lucrèce. Filleul, Nicolas, Les Theatres de Gaillon. A la Royne. Par Nicolas Filleul de Rouen, À Rouen, Chez Georges Loyselet, Avec privilège du Roy, 1566.

9 Précisons que le présent article ne traite pas exclusivement d’oeuvres dont la première édition est rouennaise. En outre, si plusieurs éditions d'un même texte ont été répertoriées, le titre n’est compté qu’une seule fois, car des ouvrages comme les Tragédies de Robert Garnier, par exemple, ayant été publiées 27 fois à Rouen entre 1583 et 1626 par 11 imprimeurs différents, le décompte deviendrait vite non seulement astronomique mais faussé.

10 Cité par Raymond Lebègue, « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », dans Études sur le théâtre français II, op. cit., p. 91. On peut ainsi penser que les dates de 1548-1550 valent aussi bien pour Paris que pour Rouen et que le parlement normand suivit la sorte d'interdiction qui frappait la capitale.

11 Anonyme, Mystère de Job, joué par 49 personnages, Rouen, Romain Beauvais, 1604.

12 Anonyme, L’Histoire et tragédie du Mauvais riche, extraite de la Sainte Escriture, &· représentée par dix-huit personnages, Rouen, Daniel Cousturier, s. d. (deux éditions rouennaises de cette oeuvre semblent avoir été données à la même époque par Jean Oursel et Pierre Alline) et Ville-Toustain, Tragédie de la Naissance ou création du monde, où se void de belles descriptions des Animaux, Oiseaux, Poissons, Fleurs et autres choses rares, qui virent le iour à la naissance de l’univers, Rouen, Abraham Cousturier, s. d.

13 On peut citer notamment Les comédies facétieuses, à l’imitation des anciens grecs, latins, et modernes italiens de Pierre de L’Arivey, comprenant : le Laquais, la Vefve, Les Esprits, le Morfondu, les Jaloux, Les Éscolliers, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1600, et le dernier ouvrage en date, la Comédie des comédies de René Barry, Rouen, Jean Boulay, 1629, dont suivra une édition lyonnaise chez C. Larjot en 1630, et que son auteur qualifie faussement de « traduction de l’italien », sans doute pour lui donner un exotisme bien accueilli par ses contemporains.

14 Parmi lesquels quatre de Hardy publiés dans son Théâtre.

15 [Guyllaume Régnault], La tragédie d’Octavie, femme de l’empereur Neron, faite et composée par celuy qui porte en son nom tourné : Ung à luy m’ellut a gré. Enrichie d’une farce, Rouen, Jean Petit, 1599.

16 Titre complet : Discours facétieux des hommes qui font sailer leurs femmes à cause qu’elles sont trop douces, lequel se joue à cinq personnages comme on peut le voeir [sic] à la page suivante. Une première édition semble avoir été donnée par Abraham Cousturier, « le vieux », grand-père de notre imprimeur, en 1558, tandis que son petit-fils réimprime l’ouvrage vers l’an 1600.

17 Edition perdue à ce jour, mais une seconde de deux ans plus tardive a été donnée par le même imprimeur : La Sylvie tragi comédie pastorale [à laquelle s’ajoutent d’autres oeuvres poétiques de Mairet], Rouen, Jean Boulley, 1631.

18 Les pistes qu'ils nous laissent sont bien minces. Les dédicataires de leurs oeuvres sont des notables de la ville, des gentilshommes ou des dames et ne permettent pas de tirer de conclusion. De la même manière, les pièces poétiques qui précèdent parfois les tragédies ne sont que rarement signées, et souvent de simples initiales. On peut supposer que « I. D. H. » à qui l'on doit l'un des poèmes figurant en tête d'une édition de Sichem ravisseur ou la circoncision des Incirconcis de François Perrin (Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1606) est ce Jacques Du Hamel, avocat au parlement de Rouen et auteur de la première tragédie à sujet canadien, Acoubar, tragédie : tirée des Amours de Pistion, & Fortunie, en leur voyage de Canada (Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1603).

19 « À haute et illustre Dame, Madame la Mareschale de Matignon », dans La Machabee, tragoedie, du Martyre des sept freres et de Solomone leur mere. Par Jean de Virey, sieur du Gravier, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1599, p. 3-6.

20 Anonyme, Tragédie de Ieanne d'Arques, dite la Pucelle d’Orléans, native du village d’Emprenne, pres Voucouleurs en Lorraine, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1606 ; anonyme, La Magicienne estrangère, Rouen, Geuffroy et Besongne, 1617 et anonyme, La Victoire du Phebus François contre le Python de ce temps, Rouen, Thomas Mallart, 1617.

21 Je cite rapidement La Polyxène de Jean Béhourt (intitulée « Tragi-comoedie »), imprimée par Raphaël Du Petit Val en 1597 et la Tragedie francoise d’un more cruel envers son seigneur nommé Riviery, gentil homme espagnol, sa demoiselle et ses enfans, Rouen, Abraham Cousturier, s. d. [ca. 1610], toutes deux tirées des Novelle de Bandello ; Acoubar de Jacques Du Hamel (voir n. 18), tirée des Amours de Pistion d’Antoine Du Périer ; Les Amours de Dalcméon et de Flore (1610), tirés d’un roman du Bordelais Philippes paru en 1599 ; La Rhodienne ou la cruauté de Solyman (1621) tirée de la première nouvelle du Printemps d’Yver (Paris-Anvers, Ruelle-Silvius, 1572).

22 M. de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, [1970], Toulouse, Edouard Privat, 1987, p. 374.

23 Raymond Lebègue, « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », op. cit., p. 100, « La librairie rouennaise connaît [...] un magnifique essor : elle publie surtout des oeuvres dramatiques et des recueils de vers [...] elle bénéficiait du bon marché de la main-d’oeuvre. Encore au milieu du XVII e siècle, les feuilles imprimées à Rouen [...] seront reliées et mises en vente à Paris. » Raymond Lebègue ajoute qu’en 1587, Taillepied affirmait que « nulle autre imprimerie ne surpasse aujourd’hui celle de Rouen en beauté de caractères, de sorte que même ceux de Paris y envoient le plus souvent leurs livres pour les y faire imprimer ».

24 Desportes qui est d’ailleurs le dédicataire de la tragédie canadienne Acoubar de Jacques Du Hamel.

25 Il donne la première édition rouennaise des Tragédies de Robert Garnier, en 1583 et sur les vingt-deux éditions suivantes, sept sont de lui (deux en 1599, une en 1604, deux en 1605, une en 1612, une en 1616 – à cette date, il est déjà mort mais ses héritiers continuent pendant quelque temps à publier sous son nom) ; la dernière livraison rouennaise de Garnier est fournie par son fils David Du Petit Val en 1626. En 1596 Raphaël Du Petit Val donne encore la première édition normande de la Médée de La Péruse, qui sera rééditée chez lui trois fois (1598, s. d., 1613), voir Elliott Forsyth, La Tragédie française de Jodelle à Corneille ((1553-1640) Le thème de la vengeance, [1962], Paris, Nizet, 1994, p. 427 et 437-439.

26 Nicolas Chrestien Des Croix, Rosemonde ou la vengeance en 1603 et Les Tragedies de N. Chrestien Sieur des Croix Argentenois, en 1608 ; Jean Hays, Cammate, dans Les Premières pensées, Rouen, Théodore Reinsart, 1598.

27 Citons notamment les écrits de Charles Estienne, Thomas Sébillet, Joachim Du Bellay, Jacques Peletier Du Mans, Jacques Grévin, Jean de La Taille ou Pierre Laudun d'Aigaliers.

28 Je choisis ici la définition d’Émile Faguet : « J’appelle drame irrégulier non pas tant celui qui s'affranchit de quelqu'une des règles que nos théoriciens du XVIe siècle ont édictées, que celui qui, par sa composition générale et par son esprit, se révèle comme étranger et à la tradition antique et à la tradition du Moyen ge. [...] d’ordinaire tout y est inventé, sujet, intrigue, personnages. » Émile Faguet, La Tragédie française au XVIe siècle, Paris, Fontemoing, 1912, p. 395.

29 Bien que, comme je l’ai dit précédemment, nous n’ayons aucune trace à ce jour de représentation théâtrale à part quelques indices inclus dans les textes et leurs pièces liminaires.

30 Non que tous les dramaturges de l’époque militent, même si la propagande existe, comme chez Nicolas de Montreux ou Pierre Matthieu, exemples parmi d'autres. Si l'entrée d'Henri IV à Paris semble d’ailleurs ramener une certaine concorde dans le pays, l’actualisation de ces questionnements persiste notamment dans les tragédies du Rouennais Pierre Mainfray entre 1619 et 1621.

31 Citons par exemple les oeuvres de François de Rosset et les traductions de Bandello par Belleforest et Boaistuau qui les ont précédées, ou encore le fameux « décaméron poitevin » de Jacques Yver, Le Printemps (1572). Plus tard, le titre même des oeuvres de Jean-Pierre Camus montre la proximité lexicale des littératures (Les Spectacles d’horreur où se découvrent plusieurs tragiques effets de notre siècle, Paris, Soubron, 1630 et L’Amphithéâtre sanglant où sont représentees plusieurs actions tragiques de notre siècle, Paris, Cottereau, 1630). Notons par ailleurs que Rosset traduit les Nouvelles exemplaires de Cervantès.

32 En ce qui concerne la vérité historique dont se réclament les auteurs d’histoires ou de poèmes tragiques, il faut remarquer qu’elle correspond tout de même à certaines règles édictées dans la période. Aristote n’exige pas qu’un sujet tragique soit obligatoirement tiré de l’histoire. Selon Scaliger (1617), le sujet de comédie est inventé dans son intégralité, tandis que le sujet tragique est vrai. L’auteur du More cruel rappelle que son sujet est tiré du « Bandel », qui se réclame lui-même de la vérité historique de ses récits qu’il tient de seconde main, mais Bretog pour sa Tragédie à huit personnages (Lyon, Noël Grandon, 1571), dont l’intrigue vient visiblement de la nouvelle 6 du livre III de Bandello (Bandello, Nouvelles, A. C. Fiorato, M.-J. Leroy et C. Paul (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 2002), affirme qu’il a été témoin de l’exécution du serviteur. Les écrits de Scaliger arrivent à la toute fin de la période et on ne peut considérer que Castelvetro, qui n’acceptait aucune entorse à la règle, ait eu jusqu’en province un retentissement si impressionnant que les auteurs se sont rangés à son avis. En tout état de cause, ce qui semble le plus probable dans cette affirmation de la véracité des faits rapportés, c’est qu’ils contribuent aussi à attirer le public pour satisfaire sa curiosité, d’une part, mais encore à l’édifier par l’exemplarité de ces cas supposés « contemporains ».

33 De reflection action de retourner en arrière. Dans le cadre de la représentation dramatique de ce théâtre, il faut considérer qu’il s’agit d’une pensée bâtie à partir de la rencontre parfois violente d’un corps souffrant qui permet d’effectuer un retour en arrière – une réflexion – sur soi-même.

34 Georges Mongrédien et Jean Robert, Les Comédiens français du XVIIe siècle : dictionnaire biographique suivi d’un inventaire des troupes (1590-17 10) d’après des documents inédits, Paris, CNRS, 1981, p. 321.

35 C’est sans doute dans l'un de ces trois lieux que la troupe de Le Pardonneur, première troupe professionnelle rouennaise, joua en 1556 la moralité de Job et une farce. Le Parlement interrompit les représentations et fit supprimer la farce après l’examen des textes par deux ecclésiastiques.

36 E. Gosselin, « Recherches sur les origines du théâtre à Rouen avant Pierre Corneille », Revue de Normandie, Rouen, 1868 et R. Lebègue, « La vie dramatique à Rouen de François Ier à Louis XIII », op. cit. ; « La tragédie "shakespearienne" en France au temps de Shakespeare », dans Études sur le théâtre I, Moyen Age, Renaissance, Baroque, Paris, Nizet, 1977, p. 298-339.

37 Accompagné alors d'un Edouard d’Angleterre (R. Sturel, Bandello en France au XVIe siècle, [1918], Genève, Slatkine reprints, 1970, p. 3).

38 Virey dans sa dédicace annonce qu’il a voulu « faire gouster au lecteur l'energie » de l’histoire tragique des Macchabées, mais aussi que « le martyre [lui] a semblé merveilleusement admirable et digne d’estre veu, quoy qu'il soit de Muse plus guerriere que studieuse » (La Machabee tragoedie du martyre des sept freres et de Solomone leur mere. Par Jean de Virey, sieur du Gravier, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1599, p. 4-5). Un « Sonnet au sieur du Gravier sur sa Machabee » évoque « Divin esprit, qui d'une sainte voix/Vas animant nos profanes theatres », idem, p. 9.

39 Mémoires d’Adrien Miton, président en l’élection de Neufchâtel, publiés par F.-V. Bouquet, Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, Rouen, 1884. Le magistrat n’a pas assisté aux représentations des drames de Châteauvieux.

40 Voir à ce sujet la Bibliothèque de Du Verdier, t. I, p. 419 et René Sturel, Bandello en France au XVIe siècle, Genève, Slatkine reprints, 1970 [1918]. On ne peut qu’imaginer le propos de Châteauvieux mais comment ne pas rêver qu’en ces temps troublés l’auteur italien prônait la tolérance en montrant un fils de famille protestante aimer une fille de famille catholique, ou l’inverse ?

41 Pour indices, les titres de ses œuvres : Esaü, ou le Chasseur, en forme de tragoedie, nouvellement représentée au College des Bons Enfans de Rouen, le 2 d’Aoust, 1598, Rouen, Du Petit Val, 1599 ; Hypsicratée, ou la Magnanimité, tragoedie nouvellement représentée au College des Bons Enfans, Rouen, R. Du Petit Val, 1604.

Auteur

Termine actuellement sa thèse sur la tragédie normande de l’échafaud, fin XVIe-début XVIIe siècle, sous la direction de Christian Biet. Elle a collaboré aux ouvrages collectifs Tragédies cruelles, récits sanglants en France, fin XVIe début XVIIe siècle (2006) et Tragédies et récits de martyres en France (fin XVIe-début XVIIe siècle) (2010). Elle participe au Dictionnaire du théâtre humaniste, 1548-1620, sous la direction de Jean-Claude Ternaux.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search