Version classiqueVersion mobile

Pratiques de Corneille

 | 
Myriam Dufour-Maître

Remerciements

Texte intégral

1MES REMERCIEMENTS TRÈS CHALEUREUX vont d’abord aux membres du comité scientifique du colloque « Pratiques de Corneille », Mmes Hélène Merlin-Kajman et Liliane Picciola, MM. Christian Biet, Georges Forestier, John Lyons, Alain Viala et Jean-Marie Villégier. Leur réflexion commune autour du terme de pratiques a été le gage de la cohérence du colloque et du volume qui en est issu, et cette cohérence scientifique, qui n’implique aucun alignement des uns sur les autres, est assez rare dans le cadre des volumes commémoratifs pour être ici soulignée. Qu’ils soient aussi remerciés d’avoir, avec autant de simplicité que de brio, « joué le jeu » qui leur était proposé, d’ouvrir chacun un chapitre par un article de cadrage d’une part, d’inviter en nombre jeunes chercheuses et chercheurs d’autre part. C’est à eux que ce livre doit d’être non une commémoration convenue, mais un véritable jalon des études cornéliennes, à la fois état des champs de recherches qu’ils ont ouverts et cultivés, et perspectives offertes aux travaux à venir.

2Ma très vive gratitude va également à Jean Maurice et à Jean-Claude Arnould, successivement directeurs du Centre d’étude et de recherche éditer – interpréter (CEREDI), pour leur soutien intellectuel, moral et financier tout au long du projet. La confiance qu’ils m’ont accordée, leur générosité intellectuelle, leur rayonnement, leur aide constante, décisive et discrète ont été les ferments de la réalisation, et de l’achèvement.

3Le Mouvement-Corneille, association 1901, s’est pleinement associé à la conception des journées de juin 2006, et je veux féliciter et remercier plus particulièrement les membres de son bureau, qui se sont dépensés sans compter pour la réussite du projet. Travail patient, multiple, dans l’ombre, mais ô combien décisif, que celui accompli par Mme Evelyne Poirel, vice-présidente du Mouvement-Corneille et membre associée du CEREDI : que sa modestie souffre que je le mette ici dans sa juste lumière. Un grand merci à Mmes Marylène Champalbert et Sabine Noël, qui nous menèrent avec brio « sur les pas de Corneille » à travers le vieux Rouen, à Sylvaine Guyot secrétaire de l’association, à Sandrine Berrégard sa trésorière, à Philippe Priol et Jean-Claude Guézennec. Sans leur aide enthousiaste, active et généreuse, le quatrième centenaire de Corneille n’eût pas été ce moment de fête de l’esprit et des coeurs qu’il demeure dans le souvenir des participants. Etat d’esprit qui s’est retrouvé le 17 septembre 2006, la commémoration se poursuivant à l’initiative du Mouvement-Corneille par un « Marathon Corneille », après-midi et soirée de lectures de l’oeuvre au lycée Corneille de Rouen.

4M. Alain Le Vern, président de la région Haute-Normandie, M. Didier Marie, président du conseil général de la Seine-Maritime et M. Jean-Yves Merle, vice-président chargé de la culture, M. François Zimeray, président de l’agglomération de Rouen et M. Serge Martin-Desgranges, directeur de la culture, du patrimoine et de la jeunesse, conscients de l’importance internationale, nationale et locale de ce quatrième centenaire, ont voulu lui donner l’éclat que méritent la figure et l’oeuvre de Pierre Corneille, et la générosité de ces institutions nous a permis, avec l’aide du CEREDI et du conseil scientifique de l’université de Rouen, d’inviter et d’accueillir agréablement à la maison de l’université des spécialistes de Corneille venus de près de quarante universités françaises et étrangères. Les congressistes n’ont pas oublié le magnifique accueil qui leur a été réservé au conseil général, et s’associent ici à mes remerciements. Que Mme Isabelle Maraval, directrice de la culture, de la jeunesse et des sports, Mme Catherine Scelles, M. Nicolas Robine et tous leurs collaboratrices et collaborateurs trouvent ici témoignage de notre reconnaissance pour les efforts, déployés là aussi avec autant d’énergie généreuse que d’efficacité, pour donner à cette commémoration son caractère festif en même temps que profondément sérieux, et son ouverture au grand public en même temps qu’aux éminents spécialistes. Le partenariat établi à cette occasion entre le département de la Seine-Maritime et l’université de Rouen paraît à cet égard un exemple des liens féconds qui peuvent être tressés entre la cité et les lieux de production du savoir. De nombreux Rouennais sont venus écouter la très belle conférence-lecture donnée, à l’initiative du conseil général et de l’agglomération de Rouen, par Christian Biet et Daniel Mesguich, « Corneille, jeune auteur » : et c’était là donner le ton d’une célébration qui entendait bien offrir une image renouvelée de Corneille, pour notre temps et pour tous.

5Collaboration féconde encore que celle du CEREDI avec la bibliothèque municipale de Rouen, qui nous a ouvert les portes du musée Corneille de la rue de la Pie, avec le musée départemental Pierre-Corneille. Mes remerciements à Christelle Quillet, conservateur du fonds ancien à la bibliothèque municipale de Rouen, et à Sophie Fourny-Dargère, conservateur et directeur du musée de PetitCouronne, pour leur accueil si chaleureux, prélude à des projets com-muns qui n’ont cessé depuis de se développer, jusque récemment autour de Thomas Corneille et de la mémoire du festival Corneille de Barentin.

6Du colloque au livre, l’étape fut longue, et n’aurait pas été franchie sans l’aide là encore décisive du CEREDI, la relecture minutieuse effectuée par Mme Hélène Hôte, docteur ès lettres de l’université de Rouen et membre associée du CEREDI, et celle, pour l’introduction, d’Hélène Merlin-Kajman et d’Alain Viala. Un mot encore pour saluer le talent et la générosité de Jean-Marc de Pas, dont la belle terre cuite de Corneille orne ce volume. Merci enfin à M. François Bessire, professeur de littérature et directeur des Publications des universités de Rouen et du Havre : l’accueil qu’il fait de ce volume dans ses collections achève de donner à la célébration du quatrième centenaire de la naissance de Corneille son ancrage normand en même temps qu’il l’assure de son large retentissement.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search