Version classiqueVersion mobile

Héros ou personnages ?

 | 
Myriam Dufour-Maître

IVe partie. Héros pour hier et aujourd'hui

Didactiques de Corneille

Archéologie de la réception scolaire du héros cornélien / Archaeology of the scholastic reception of the Cornelian hero

Corneille’s didactics

Françoise Gomez

Résumé

L’article examine l’histoire de la réception scolaire de Corneille, depuis la création des lycées napoléoniens en 1802 jusqu’en 1880, date d’introduction de la composition française au baccalauréat. Il éclaire les origines de la « tétralogie » (Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte) ainsi que la flexibilité d’un corpus dominé par le parallèle avec Racine et largement voué à des fins d’édification morale ou républicaine : instrumentalisation à laquelle pourtant le théâtre de Corneille résiste...

Texte intégral

1Dans son édition du Club français du livre de 1958, Jacques Lemarchand affirmait la volonté de lancer un retour à Corneille après des siècles de pétrification scolaire :

  • 1 Pierre Corneille, Théâtre, Jacques Lemarchand (éd.), Paris, Le Club français du livre, 1958, « Note (...)

En mettant à la portée des lecteurs du Club français du livre la présente édition du théâtre complet de Corneille, nous avons eu pour principal dessein de créer entre ces lecteurs et cette œuvre une familiarité, née d’une mise en contact aussi directe qu’il est possible. Le Corneille que connaissent la plupart des lecteurs français est, il faut bien le dire, un Corneille difforme ; c’est le Corneille dont ils ont fait la connaissance au lycée et au collège : un poète dramatique qui brusquement, sans préavis, a écrit quatre « chefs-d’œuvre » – Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte – puis est rentré dans l’ombre, et est mort vieux et pauvre, après avoir occupé à l’on ne sait trop quoi tant d’années d’une aussi longue vie. C’est cette image qu’il faut détruire, parce qu’elle est fausse, et parce que la réalité est beaucoup plus belle1.

2Le bien-fondé du procès en révision des pièces oubliées n’est évidemment pas à démontrer : chaque colloque sur l’œuvre de Corneille offre, outre ses avancées critiques intrinsèques, une chance pour l’école de réintégrer dans ses programmes des pans entiers de cette œuvre placée sous le signe de la « gageure » (Georges Forestier), Dans cette perspective, il peut s’avérer éclairant de s’interroger sur l’histoire et sur les filiations de la réception scolaire de Corneille, afin de vérifier qu’elles ne nous traversent pas encore à notre insu et ne modélisent pas encore inconsciemment nos lectures.

3Or notre système scolaire est avare de la mémoire de ses contenus littéraires ; si l’école française sait parfaitement s’étudier en tant qu’institution, l’on sait moins de choses sur l’histoire des corpus littéraires dans l’école. C’est une enquête de cet ordre que nous amorçons ici à propos de Corneille.

  • 2 Corneille, introduction générale, Théâtre complet, édition du tricentenaire établie par Alain Nider (...)

4S’agissant de Corneille, la réception scolaire des héros cornéliens s’impose d’évidence comme une entrée majeure : nulle œuvre en effet n’a peut-être été autant sollicitée pour les modèles qu’elle pouvait fournir, et il n’est pas abusif de s’interroger sur les missions éducatives dont les héros cornéliens ont été investis au fil des âges par l’école. Celle-ci a-t-elle emboîté le pas à « la critique du XVIIIe et du XIXe siècles [qui] n’a vu en [Corneille] qu’un professeur de morale et de patriotisme, chargé d’enseigner aux jeunes gens qu’il est beau de mourir pour son pays et que l’amour doit toujours céder au devoir », comme le résumait Alain Niderst en ouvrant la monumentale édition du tricentenaire de 1984, établie par ses soins2 ? Si tel est le cas, cette approche n’a pas survécu au second après-guerre et à la croyance humaniste en la valeur édificatrice intrinsèque de l’œuvre d’art. Reste à savoir si la force modélisante du héros cornélien n’est pas capable de survivre au catéchisme républicain qui a espéré, un temps, l’annexer.

  • 3 Martine Jey, La Littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Presses universitair (...)

5La période à laquelle s’attachera notre anamnèse a pour centre les années 1802-1880, de la création des lycées napoléoniens à la date, symbolique mais significative, où le discours latin cède la place à une épreuve de composition française au baccalauréat. La valeur de ce repère a été soulignée par Martine Jey3. L’instauration de la composition française en lieu et place du discours latin sanctionne la fin de la suprématie des langues anciennes sur l’étude du français, et le passage de l’ère de la rhétorique à l’ère des lettres. Cette mutation ne s’est évidemment pas opérée en un jour, rappelle Martine Jey, dont la recherche se donne pour limite ad quem 1925, englobant ainsi la « révolution » lansonienne. Nous ferons de même, mais en laissant le curseur chronologique plutôt à l’orée du XXe siècle, pour mieux remonter en sens inverse aux origines du dogme cornélien que la trinité Voltaire-Marmontel-La Harpe avait installé dans le ciel universitaire français, au moment même où les Jeunes-France revendiquaient Corneille comme l’un des leurs.

AUX ORIGINES D’UNE « TÉTRALOGIE »

6Peut-on tenter d’entendre une « voix de l’École » dans la réception de Corneille ? De quelles voix singulières cette voix collective serait-elle, dans ce cas, l’émanation ?

7La plupart du temps, l’écho que nous conservons est celui d’une voix descendante, celle des instructions officielles et des programmes, publiés à partir de 1830. Mais un mouvement plus dialectique qu’il n’y paraît place les textes officiels davantage en position d’entériner les avancées de la société civile, dont les enseignants sont un acteur majeur, que de parachuter des mesures qui n’auraient pas la prudence de l’écoute ni de la consultation.

  • 4 Hélène Merlin-Kajman, Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles lettres, 1 (...)
  • 5 « D’abord support et argument, caisse de résonance et destinataire, le public se personnifie et se (...)

8La voix du public enseignant est spontanément « caisse de résonance et destinataire », comme ce public que révéla la querelle du Cid et qu’a étudié Hélène Merlin-Kajman4 : sujet protéiforme mais présent, pourrait-on dire en parodiant le « sujet, en quelque sorte, quoique précaire et accidentel » d’Hélène Merlin-Kajman cherchant à qualifier le public du Cid5.

  • 6 Jean-François La Harpe, Le Lycée, ou Cours de littérature ancienne et moderne, Paris, H. Agasse, an (...)
  • 7 « Le corpus scolaire », op. cit., chap. I, p. 13 et suiv.

9De 1828 à 1860, traversant immuablement la variété des régimes, la liste des « livres classiques autorisés », reconduite avec peu de changements par le « Bulletin universitaire contenant les ordonnances, règlements, arrêtés concernant l’Instruction Publique », n’intègre qu’un seul et même attelage de théâtre : le « théâtre classique », résumé à la série Athalie, Esther, Polyeucte et Le Misanthrope, qui apparaît en 1828 dans la classe du soir de la « rhétorique », ancêtre de notre classe de première. Concernant l’étude des œuvres complètes, il faut attendre les instructions de 1848 pour voir citées les œuvres de Corneille et de Racine sans restrictions, et les voir passer de la classe de rhétorique à la classe de seconde. La même année, Voltaire tragique apparaît avec Mérope et Alzire. Molière, moins gâté, est encore « rivé » au Misanthrope. Ce « noyau dur » forme le cœur d’un corpus où auteurs classiques du XVIIe siècle et classiques scolaires resteront longtemps confondus, assimilés. À l’orée du romantisme, entre les auteurs grecs et latins, et le XVIIe siècle français, qu’y a-t-il ? « Un désert, et la nuit », dit tranquillement La Harpe dans la transition radicale qu’il effectue ainsi d’une partie à l’autre du Lycée, son cours de littérature6. On suivra avec Martine Jey la chronologie détaillée de la lente émergence des autres siècles, qui tient de l’anabase et de la sortie des Enfers7.

10La cohérence de choix qui associe, de 1828 à 1860, Athalie, Esther et Polyeucte présente une évidence thématique qui peut surprendre par son exclusivité : il s’agit bien entendu de pièces religieuses, qui servirent la monarchie religieuse. Si on les associe à la prédominance, dans la liste officielle, des œuvres latines et grecques, de la Bible, des textes des prédicateurs et des ouvrages rhétoriques, sans parler d’œuvres longtemps réduites à l’édification morale, comme les Fables de La Fontaine ou les Caractères de La Bruyère, on mesure à quel point le moule de l’éducation jésuite, dont il s’agit pourtant d’équilibrer l’influence, façonne encore l’enseignement public. Quant à la persistante solitude du Misanthrope, elle peut s’expliquer par le fait que de toutes les « grandes » comédies de Molière, cette pièce est la seule susceptible de se laisser enfermer dans un débat de morale privée, sujet idéal de « dispute » rhétorique (« Jusqu’où se compromettre avec le monde ? »), sans présenter le caractère subversif des Tartuffe, des Dom Juan, ou même de L’École des femmes.

  • 8 Alain Niderst, loc. cit., p. II.

11Entre temps, dans le champ des œuvres qui contribuent à la formation du professeur, la « tétralogie héroïque » de Corneille se consolide. Alain Niderst en a résumé la doxa dans son introduction générale à l’édition tricentenaire : « Corneille est devenu “le grand Corneille”, quand il a découvert que son théâtre pouvait être un théâtre politique ». 1637, Le Cid : « admirable poème d’amour », mais œuvre aussi « qui indique la fin des grands féodaux, et l’avènement d’une nouvelle génération persuadée que la gloire la plus pure se trouve dans le service du roi ». 1640 : Horace, « dédié à Richelieu ; le patriotisme, pour la France envahie par les Espagnols, est la valeur suprême. Cependant [ceux qui conduisent l’État] doivent comprendre que la force n’est pas le meilleur moyen de s’imposer. [...] C’est le sens de Cinna ». Arrive 1642 : « Au terme de ce cheminement, comme l’a noté Charles Péguy, Polyeucte rassemble toutes les valeurs des pièces précédentes – amour, gloire, civisme – et les réunit dans le service de Dieu qui les transcende et les réconcilie à la fois8. »

12Après quoi Niderst conduit à son terme, c’est-à-dire à Suréna, l’odyssée du « héros cornélien », adoubé par les travaux des Bénichou, Doubrovsky, Couton... mais ce faisant il n’en a pas moins repris les termes d’une théodicée auxquels des générations arrêtèrent leur lecture.

13Dans le Théâtre classique, nouvelle édition des agrégés de l'Université, contenant Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Britannicus, Esther, Athalie, et Le Misanthrope, « plus les principales scènes de Mérope de Voltaire », autrement dit le parfait vademecum théâtral des lycées, on lit dans la « Notice historique et littéraire » des auteurs :

  • 9 Théâtre classique, nouvelle édition des agrégés de l’Université, M. Aderer, M. Aulard, Henry et Jon (...)

On a dit avec raison que l’œuvre de Corneille est un admirable et perpétuel enseignement historique. En effet, une partie de ses drames présentent, dans leur ensemble, une suite extraordinaire de toutes les grandes époques de l’histoire romaine. Corneille aime les Romains : son mâle génie se plaît au milieu de ces figures héroïques auquel le lointain, l’imagination du poète et la tournure d’esprit de son époque prêtent une grandeur idéale9.

14Trois niveaux vont donc se superposer, permettant à la pédagogie de faire d’une pierre deux coups : le niveau de la fable, le niveau référentiel de l’histoire supposée reflétée, et l’enseignement de l’histoire romaine qu’il est possible de mener parallèlement. Corneille, en génie bienfaiteur de la cohérence des programmes, comble l’imaginaire des agrégés de grammaire. Charles Lahure, dans la notice sur Corneille de son édition des Œuvres complètes chez Hachette, lâche la bride à cette latinité fantasmée dont se souviendra un jour l’élève Leiris dans L’Âge d’homme :

  • 10 Corneille, notice sur Corneille, Œuvres complètes, suivies des œuvres choisies de Thomas Corneille, (...)

Tout change avec Horace ; nous n’avons plus sous les yeux qu’une action simple et majestueuse, la tragédie dans toute son austère grandeur. Voilà Rome ; non pas la Rome d’Auguste, maîtresse du monde et des arts, mais la Rome des premiers âges, agreste, indigente, farouche. Le jeune Horace ne sait pas aimer ; il ne sait que vaincre et punir. Ce n’est pas l’honneur qui règne ici ; c’est la patrie, c’est Rome remplissant le cœur des Romains. L’amour ne paraît qu’un instant, et on ne le voit que dans sa fureur. Il y a quelque chose d’atroce dans les imprécations de Camille et dans le « qu’il mourût » du vieil Horace. L’âme est remuée, effrayée. Les limites de l’art sont atteintes10.

15Les exercices, qu’on peut trouver dans d’autres éditions, sont éloquents sur la lecture quasi « documentaire » qui peut être faite de ce Corneille historien :

  • 11 Adolphe Lieby, appendice, « Questions ou sujets de devoirs proposés », dans Corneille, Études sur l (...)

La peinture de l’esprit romain dans Horace ;
Comparer, au point de vue de la fidélité du tableau historique (peinture des mœurs chevaleresques dans Le Cid, des mœurs romaines dans Horace), les tragédies du Cid et d’Horace ;
Rapprocher et comparer Corneille et Tite-Live, pour les passages de sa pièce que Corneille a directement imités de l’historien latin11.

16Cette grille de lecture est encore puissamment verrouillée par un projet providentiel, où se confondent le trajet de la grâce culminant avec Polyeucte, et le sacre d’un écrivain lui-même né pour le salut de la France. L’accomplissement du héros dans le projet divin redouble l’épiphanie cornélienne, dont il est l’indice et l’instrument. D’où les allures de parousie de l’évocation de la première du Cid par Victorin Fabre dans son Éloge de Corneille (1807), qui remporte le prix offert par l’Académie française et sera cité dans presque toutes les éditions, scolaires ou savantes :

  • 12 Victorin Fabre, Éloge de Corneille, 1807 ; 2e éd. Paris, Baudouin, 1808, p. 28.

Mais dans ces scènes passionnées, où devient plus vive et plus pressante cette lutte si douloureuse de l’héroïsme de l’honneur et de l’héroïsme de l’amour, lorsque, dans les développements de l’intrigue, redoublent de violence ces combats, ces orages de sentiments opposés, par lesquels l’action théâtrale se passe dans l'âme des personnages et se reproduit dans l'âme des spectateurs... ; alors, au sein de ce profond silence, je vois naître un soudain frémissement, les cœurs se serrent, les larmes coulent, et, parmi les larmes et les sanglots, s’élève un cri unanime d’admiration, un cri qui révèle à la France que la tragédie est trouvée12 !

17Eschatologies chrétienne et littéraire se confortent mutuellement :

  • 13 Charles Lahure, op. cit., notice p. III.

L’Illusion comique, jouée en 1636, est une tentative malheureuse dans le genre de la fantaisie. Mais la même année vit aussi paraître Le Cid. À dater de ce moment, Corneille était le grand Corneille, et la tragédie française était fondée13.

18Ce type de trajectoire ne pouvait que recueillir l’acquiescement du positivisme de la fin du siècle. Il faudra attendre Georges Forestier, John Lyons, Hélène Merlin-Kajman, pour que Corneille soit complètement libéré de la servitude du reflet historique, que ce soit celui de l’histoire ancienne ou des circonstances de production des pièces.

19Dans l’ontogénèse du héros cornélien qui éduque les élèves des premiers lycées, qu’ils soient impériaux, royaux ou républicains, le critère omniprésent d’un progrès est souterrainement à l’œuvre, porté par l’idée d’une providence esthétique et morale. Il engendre un mélange de dogmatisme et de liberté interprétative qu’autorise la richesse de l’œuvre.

UN CORPUS FLEXIBLE, PROPICE AUX STRATÉGIES ADAPTATIVES

  • 14 Anne Ubersfeld, « Le retour à Corneille au début du XIXe siècle », dans Myriam Dufour-Maître et Flo (...)

20L’importance de l’histoire dans la réception de l’œuvre cornélienne au XIXe siècle ne tient pas qu’à l’obsession scolaire des Romains. Au cours du colloque de 2004 consacré au Corneille des romantiques, Anne Ubersfeld rappelait, que « ce que le XIXe siècle naissant voit dans Corneille, c’est le peintre de l'histoire, à un moment où l’histoire a frappé au cœur, et frappe encore sous une autre forme, tous les individus ». Mais ce retour, ajoute-t-elle, « est aussi un anti-Voltaire14 ».

21Ici se séparent la postérité de l’œuvre dramatique voltairienne, qui ne va cesser de décliner, et la postérité critique de Voltaire, qui marquera durablement les esprits et les pratiques, s’agissant de Corneille.

22François Bessire réhabilite, citations de la correspondance à l’appui, le travail du maître de Ferney pour son édition de Corneille :

  • 15 François Bessire, « Voltaire éditeur de Corneille », dans Myriam Dufour-Maître (dir.), Corneille ap (...)

Les principes de l’édition – plus ou moins bien respectés selon les pièces – sont les suivants : un discours introductif de l’éditeur ; un « commentaire perpétuel historique et critique » sous forme de notes en bas de page « pour l’instruction des amateurs, des auteurs et des étrangers », comportant des « remarques sur la langue et sur le goût », constituant à la fois « une grammaire et une poétique », ainsi que des « remarques historiques » ; un dossier constitué, d’une part, de textes déjà publiés dans les éditions de Corneille (textes liminaires de l’auteur lui-même, textes liés à l’histoire des pièces et de leur représentation, textes sources où ont été puisés leurs arguments), d’autre part, de textes d’autres pièces sur les mêmes sujets, accompagnées elles aussi de commentaires de l’éditeur destinés à permettre la comparaison avec Corneille15 [...]

23Ce type de plan va rester, mutatis mutandis, celui des éditions scolaires pendant plus d’un siècle : présentation par l’éditeur scientifique, notes abondantes en bas de page, paratexte emprunté à l’auteur et dossier contextuel.

24Dans le Théâtre classique déjà cité (1872), on trouve successivement, pour les quatre pièces « canoniques » de Corneille, une « analyse » (en fait un résumé acte par acte), puis, si la célébrité de l’œuvre l’impose, une « Notice historique et littéraire » narrant les circonstances de la création de la pièce, puis l’avertissement et l’examen de la pièce par Corneille lui-même, qui amènent au texte proprement dit. Ce dernier est accompagné de notes infra-paginales abondantes, fidèles à l’esprit du commentarium perpetuum voltairien et de substance très variée : références à la réception de la scène suscrite (« défauts » blâmés par l’Académie dans le Cid, par exemple), variantes du texte, élucidations ponctuelles de langue (en nombre assez limité cependant), renvois intertextuels. Ces derniers sont tantôt internes à l’œuvre (citations de Guillén de Castro pour Le Cid, ou renvois à l’examen de la pièce, par exemple), tantôt externes. Par exemple les auteurs invitent à comparer le « Qui m’aima généreux me haïrait infâme » du Cid, (IV, iii), au « Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ? » de l'Andromaque de Racine, sans autre précision co-textuelle, ce qui tendrait à confirmer un usage des classiques comme réservoirs de tropes et de formules.

  • 16 Adrien Dupuy, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1892.
  • 17 Paul Desjardins, Théâtre choisi de Pierre Corneille (Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Le Menteur, (...)

25À partir du monument voltairien, le corps de doctrine s’édifie pour plus d’un siècle. On le retrouve aussi bien dans l’Histoire de la littérature française au XVIIe siècle d’Adrien Dupuy en 189216, que dans le Théâtre choisi de Pierre Corneille de Paul Desjardins en 189817.

  • 18 Ibid., p. XXXILXXXVIII.

26On retrouve d’abord « le père fondateur du théâtre français » : les éditeurs s’égayent à déchiqueter tout ce qui précède Corneille et qui n’est que faire-valoir anticipateur. Les composantes du « génie » cornélien peuvent se résumer en quatre mots : élévation, intériorité, universalité, virilité... « Ce que Corneille apporte de nouveau », développe Desjardins dans la notice introductive, se résume ainsi : « I) Son idéal de l’homme, antique et français [...] ; 2) L’action [...] ; 3) Cette action est d’abord intérieure [...] ; 4) Cette action est encore morale : la dignité tragique. » Avec « deux conséquences importantes » : c’est « un théâtre humain aussi » ; « car c’est par le dedans que tous les hommes se tiennent et se ressemblent. Les actions intérieures seules sont universelles ». Une autre conséquence est « la surprenante impression de joie [que Corneille] produit. Nul tragique n’est moins triste que lui [...] La dominante est une verte allégresse18. » On reconnaît dans ce condensé le cadre aristotélicien, l’universalisme classique, et le certificat de santé éducative : Corneille ne risque pas de démoraliser la jeunesse.

27Aux quatre vertus majeures de Corneille répondent comme en écho les quatre périodes de sa vie (Adrien Dupuy) : les débuts (1629-1636), qui éclipsent tout ce qui était avant lui ; le « grand Corneille » et les premiers échecs, de la déflagration du Cid à l’échec de Pertharite ; la retraite à Rouen et la mise en vers de l’Imitation de Jésus-Christ ; enfin le retour au théâtre, d'Œdipe à Suréna : sénescence et décadence...

28Dans un tel cadre, Corneille est tenu d’être cornélien, et on se permet de le juger au nom de lui-même. Louis Auger, qui reçut un accessit pour son Éloge de Corneille au concours proposé par l’Académie en 1807, sait pondérer ses élans...

  • 19 Louis Auger, Éloge de Pierre Corneille, Paris, Xhrouet-Deterville-Petit, 1808, p. 38-40.

Les défauts de Corneille dérivent de la même source que ses beautés ; ses erreurs sont d’autant plus considérables qu’il emploie à s’égarer toute cette force dont il se sert pour aller si avant dans la route du vrai beau [...] Corneille était dans toute la force de son âge et de son talent quand il fit Théodore : Théodore n’était encore qu’une grande erreur. Mais son génie eut une vieillesse tardive, [...] réservée aux plus affligeantes disgrâces19...

29Même ambiguïté chez Charles Lahure qui écrit d’un même mouvement, en 1857 :

  • 20 Œuvres complètes de Corneille, Charles Lahure (éd.), t. I, p. VII.

On se représente ordinairement le grand Corneille tout d’une pièce. Cependant il a débuté par Mélite, il a écrit Le Menteur ; et nous le verrons dans sa vieillesse prouver, comme en se jouant, qu’il pouvait égaler Quinault dans la pastorale. Corneille donna la Suite du Menteur en 1643 ; Théodore en 1645. Ici, pour la première fois, on ne le retrouve plus. Le succès de Polyeucte l’a égaré20 [...]

30Et quand Saint-Marc Girardin publie en 1860 son Cours de littérature dramatique, dans le tome V consacré à l’étude du mariage et de la jalousie, il conclut ainsi le chapitre LXXX sur Rotrou et Corneille :

  • 21 Saint-Marc Girardin, Cours de littérature dramatique, ou de l’usage des passions dans le drame, Par (...)

Nous sommes étonnés sans doute de voir le grand Corneille, devenu [dans La Suivante] l’aïeul de Marivaux, s’employer à peindre ces frivoles démêlés d’amour [...] Mais je n’ai pu résister au plaisir de faire connaître un prédécesseur de Corneille, presque entièrement inconnu et tout à fait différent de lui, c’est-à-dire Corneille lui-même, dans les comédies amoureuses de sa jeunesse21.

  • 22 « Qui aime bien châtie bien » (Bible, Ecclésiastique, XXX, i).

31« Qui bene amat bene castigat », la formule de l’Ecclésiastique22 qui légitime les pédagogies répressives depuis l’Ancien Testament, peut donc résumer le geste voltairien à l’égard de l’œuvre cornélienne. Forts de cette caution, bien des éditeurs, scolaires notamment, prendront avec Corneille d’étonnantes privautés, les unes bien pensantes, les autres mondaines et « artistes ». Les plus dangereuses ne sont pas nécessairement celles qu’on pense. Du côté de l’ordre moral, les éditions épurées des classiques trouvent encore un public fidèle au milieu du XIXe siècle. En 1846 P.-C. Lehuby, dans l’avertissement de ses Œuvres choisies de Corneille, « édition épurée », s’explique :

La pensée de former pour la jeunesse une Bibliothèque littéraire composée des ouvrages les plus connus [...] en y opérant toutefois quelques retranchements accessoires pour le fond, mais nécessaires dans certaines parties qui ne permettent pas de confier la plupart de ces ouvrages indistinctement à tous les lecteurs, [...] a depuis longtemps frappé de bons et sages esprits, surtout parmi ceux qui dirigent dans un but religieux et moral l’éducation de la jeunesse.

32Certes, les éditeurs prévoient deux types de critiques : celle des « hommes pour qui la vertu et la foi sont également indifférentes », hommes d’un autre bord, qu’on renvoie à Bossuet et à Rousseau (la Lettre à D’Alembert s’avère pratique en cas de besoin), et celle-ci, plus gênante à leurs yeux, dont la réfutation est plus méthodique :

  • 23 Corneille, avertissement de l’éditeur, Œuvres choisies, édition épurée, illustrée de 20 dessins par (...)

Des personnes vertueuses, [...] très sévères, à juste titre, pour le choix des lectures offertes à la jeunesse, nous blâmeront peut-être de lui présenter des œuvres dramatiques, au risque de lui inspirer le goût du théâtre [...] Certes, nous savons très bien nous-mêmes ce que le théâtre a, pour l’ordinaire, de répréhensible et de dangereux ; [...] ce qui prouve notre conviction, c’est que Corneille et Racine eux-mêmes [...], qui étaient des hommes de foi, ne nous semblent pas avoir écrit avec assez de réserve [...] Mais ces ouvrages de nos célèbres écrivains sont connus [...], on ne peut se dispenser de les faire connaître, dans quelques parties au moins, aux élèves des cours d’humanités23 [...]

  • 24 Marc Fumaroli, Héros et orateurs, rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève, Droz, 1990, puis (...)

33Marc Fumaroli estime qu’en 1677 « Phèdre apparaît dans la phase de l’histoire de la tragédie française où celle-ci, légitimée depuis longtemps par le compromis cornélien, typiquement jésuitique, ne voit plus contester que par Port-Royal cette “utilité morale” sur laquelle repose sa bonne conscience ». Fumaroli rappelle que « Corneille, en 1668, dans la préface de son édition d'Attila, avait répliqué avec hauteur à ce qu’il croyait être un dernier quarteron de puritains24 ». On voit qu’en 1846, dans les rangs scolaires, il reste encore plus d’un quarteron...

  • 25 François Andrieux, Bibliothèque dramatique ou Répertoire universel du théâtre français, Paris, Vve (...)

34Mais à l’orée du siècle Corneille a plus à craindre, peut-être, de ceux qui font profession d’intimité avec son œuvre. Un cas intéressant par la jonction qu’il présente entre la scène et l’amphithéâtre est celui de François Andrieux (1759-1833), poète dramatique, homme politique, enseignant, auteur d’une Bibliothèque dramatique ou Répertoire universel du théâtre français, et lui aussi, d’Un Corneille épuré ! (la ponctuation est de l’auteur), qui sera encore réédité en 188925. Andrieux inaugure en 1806, comme « instituteur », le nouveau « cours de grammaire et de belles-lettres » de l’École (impériale) polytechnique. Dans ce cours publié en 1810, l’exemple littéraire est inféodé aux faits de langue. Premiers ingénieurs de France, rattachés à l’armée, les polytechniciens ont besoin d’une connaissance parfaite du français. La littérature, les beaux vers notamment, seront convoqués pour servir ce dessein :

  • 26 Id., « Observations générales » de conclusion, Cours de grammaire et de belles-lettres : sommaire d (...)

C’est un privilège des beaux vers d’être facilement retenus, d’être souvent cités. Quiconque a reçu de l’éducation a lu nos grands poètes, Racine, Boileau, Voltaire, etc. Il arrive de là que si l’on est embarrassé pour décider du vrai sens d’un mot ou de l’exactitude d’une phrase, on trouve souvent un vers à citer de quelqu’un de nos auteurs classiques26.

35Corneille est donc « oublié » parmi les auteurs classiques, lors même que l’édition de Corneille par Voltaire est signalée en note (ibid.) En fait, Andrieux cite Corneille dans son cours : mais c’est pour en épingler les « incorrections » reprises au commentaire voltairien. On voit le sophisme qui sous-tend cette pédagogie de la norme anachronique : Voltaire, mon modèle, a vu en Corneille des fautes multiples ; donnant un cours de grammaire et subséquemment de belles-lettres, j’élimine donc Corneille du panthéon des belles-lettres.

36Mais Andrieux n’est pas un grammairien austère, il est l’ami du monde théâtral et auteur lui-même. Il pratique donc les coupes et au besoin les réécritures. Son édition d''Anaximandre ou le sacrifice aux Grâces, donné au Théâtre italien en 1820, contient en appendice des « changements faits à la tragédie de Nicomède de Pierre Corneille », ainsi justifiés :

  • 27 Id., Anaximandre ou le Sacrifice aux Grâces [Paris, Théâtre italien, 20 décembre 1782], Paris, Léop (...)

Je m’entretenais un soir, sur le Théâtre de la Comédie-Française, avec notre acteur tragique, Talma, du chagrin qu’on éprouvait quelquefois, aux représentations de certaines tragédies de Corneille, lorsqu’auprès des plus sublimes beautés, on trouvait des disparates fâcheuses, des expressions vieillies ou triviales, qui faisait murmurer ou sourire l’auditoire. Nous désirions tous deux qu’il y eût moyen de faire cesser cette espèce de scandale27.

37Suivent des coupes et corrections effectuées par l’auteur, qui proteste longuement de sa prudence et de ses intentions : s’il faut corriger Corneille, c’est pour servir sa cause.

  • 28 Ibid., p. 45-48.

38Andrieux ne s’arrête pas à Nicomède et passe ensuite à Polyeucte – à la demande expresse de Talma si l’on en croit son avant-propos. Concernant Félix, le dénouement lui paraît de nature à devoir être refait : « On ne peut supporter de voir que la grâce s’empare d’un pareil misérable, d’un coquin et d’un lâche, pour en faire un chrétien, tandis qu’elle laisse dans l’erreur et l’endurcissement cet honnête homme de Sévère, qui mériterait si bien d’être sauvé. » Suppression, par conséquent, dans les troisième et cinquième actes, de toute mention d’une salvation de Félix, soit cinquante-six vers coupés, puis vingt-quatre. Pratique usuelle, dira-t-on, dans l’univers des coulisses : n’est-ce pas Napoléon qui fit réintégrer dans Cinna, qu’il affectionnait, le rôle de Livie coupé depuis Voltaire ? Sans doute, mais il est instructif d’observer jusqu’où vont ces interventions : « Les changements que j’ai faits, conclut Andrieux, ont subi l’épreuve de plusieurs représentations données en l’an 12 et en l’an 13 (1804 et 1805) ; ils ont complètement réussi ; ils sont inscrits sur l’exemplaire de la Comédie, et paraissent adoptés pour toujours au Théâtre-Français. » Mais plutôt que de publier uniquement les vers refaits et les scènes coupées, pourquoi ne pas « donner une édition nouvelle de Nicomède, conforme à la représentation » ? Car notre dramaturge, ce travail effectué, « désire que le public l’approuve et le consacre de plus en plus par son suffrage28 ».

  • 29 François de Neufchâteau, Esprit du grand Corneille, Paris, Didot, 1819.
  • 30 Cité par Anne Ubersfeld dans Corneille des romantiques, op. cit., p. 159.

39Fort heureusement pour l’histoire du théâtre français, Hugo a découvert Corneille par les yeux d’un médiateur hors-norme, François de Neufchâteau. Génie précoce dont le jeune Victor sollicita la protection, homme politique et ministre engagé sans réserve dans la Révolution et l’Empire, dévoué à la cause de l’instruction publique, Neufchâteau conçut une Méthode de lecture novatrice. Académicien, il fut aussi l’auteur de l’Esprit du grand Corneille (1819)29 : « Des vingt et une pièces de Corneille qu’on ne lit pas, il a extrait tout ce qui peut être lu, et mis au jour tout ce qui peut être admiré » écrira Hugo dans Le Conservateur littéraire de janvier 182030. On sait la figure tutélaire que Corneille incarnera dans la préface de Cromwell, et tout ce qu’Hemani doit à Don Sanche d’Aragon.

40Autre exception notable, Jules Levallois, dans son Corneille inconnu, un ouvrage mûri sous les bombardements de 1870, s’efforce de contrarier les « éliminations successives » infligées à l’œuvre cornélienne : « Despréaux admire encore chez Corneille neuf pièces de théâtre ; Voltaire n’est enthousiaste que de cinq ou six ; La Harpe se contente de deux ou trois. Il est difficile d’aller plus loin. » Levallois résume en conclusion :

  • 31 Jules Levallois, Corneille inconnu, Paris, Didier, 1876, successivement p. 93, IX, et 368.

Depuis [l’époque de Voltaire], il s’est fait dans la critique littéraire une immense et décisive évolution. La philologie s’appliquant à étudier les modifications de notre langue nationale, selon l’ordre chronologique, [...] a prouvé que chaque époque parle très légitimement la langue qu’elle devait parler. On est même allé plus loin et l’on s’est attaché à dresser le lexique de la langue parlée dans ses œuvres par chaque grand écrivain. Corneille a son lexique, il en a même deux31.

41Le second de ces lexiques occupe les tomes XI et XII de l’édition Hachette, dirigée par Marty-Laveaux, dans la collection des « Grands écrivains de la France » et qui alimentera, à partir des années 1920, la célèbre collection des « Petits classiques illustrés » dirigée par René Vaubourdolle.

42Le travail de la maison Hachette avait été précédé en 1854-1855 par l’édition Didot des Œuvres de P. Corneille avec les notes de tous les commentateurs, en douze volumes, dans la collection « Les classiques françois ». Dans l’avant-propos, Lefèvre, directeur de la collection, présente les objectifs qu’il s’est fixés en reprenant l’œuvre de Louis Parrelle, éditeur scientifique :

  • 32 Œuvres de P. Corneille avec les notes de tous les commentateurs, Paris, F. Didot frères, 1854-1855, (...)

En 1845, nous apprîmes que l’édition des œuvres de Pierre Corneille éditée par M. Parrelle, publiée par nous en 1824, n’était pas complète, et nous résolûmes d’en préparer une nouvelle. Réunir les éditions originales, pour les conférer et y recueillir les variantes ; rechercher les ouvrages encore inédits, et ceux que Pierre Corneille a publiés, mais que les éditeurs n’ont peut-être pas connus ; faire rectifier et compléter le commentaire de Voltaire : telle est la tâche que nous nous sommes imposée32.

43Parallèlement, si l’on considère l’effort législatif qui fait du XIXe siècle français l’« inventeur » véritable de l’Instruction publique, il n’est pas douteux que le « public littéraire » tend à s’élargir et à se démocratiser. Le théâtre joue son rôle dans cette démocratisation, comme le montrera Emile Deschanel, père de Paul, le futur président de la République, dans son essai Le Romantisme des classiques, plusieurs fois réédité. S’appuyant sur la préface de Cromwell, l’auteur signale que pour « ne pas laisser perdre de vue la variété du génie de Corneille » il reste du chemin à parcourir :

  • 33 Emile Deschanel, Le Romantisme des classiques, Paris, C. Lévy, 1885 (4e éd.), p. 226-228.

Aujourd’hui bien des gens ne voient en lui qu’un auteur de tragédies, mais le genre tragique n’est qu’un des aspects de ce fécond et infatigable poète qui créait sans cesse des moules nouveaux [...] Venons à Don Sanche d’Aragon, qui est de 1651, quatorze ou quinze années après le Cid. Le Cardinal étant mort en 1642 [...], Corneille se hasarda à rentrer dans les voies du drame mixte, à sujets modernes, et donna cette pièce Don Sanche d’Aragon [...] En réalité, il ébauche la théorie du drame moderne, mais avec combien de précautions et d’explications ! Il croit devoir se mettre encore à couvert sous l’exemple des anciens, même pour innover dans un genre absolument différent du leur33...

  • 34 Horion, Explication du théâtre classique, Paris, Belin, 1877, p. 196-197.

44Les mœurs dramaturgiques changent, comme le souligne en 1877 Horion, dans son Explication du théâtre classique, chez Belin : « De nos jours, les passages longtemps supprimés sont rétablis par les directeurs de théâtre, conformément à une règle de goût et à un sentiment de respect qui prévalent à l’égard des grands poètes comme des grands musiciens34. » Rachel et sa génération ont joué un rôle décisif dans l’instauration de cette « règle ».

45Insensiblement, le mode de transmission des « classiques » évolue. L’enseignement des lettres, et l’édition scolaire qui l’informe tout en le reflétant, ont à leurs côtés l’escorte des éditions scientifiques, de la critique moderne et de la mise en scène, dans le cas du patrimoine théâtral ; mais la connivence culturelle, comme nous dirions aujourd’hui, qui justifiait la sobriété des éditions scolaires à plan voltairien (voir supra), ne semble plus suffire tout à fait. Un second modèle, celui du récit vulgarisateur, du « roman de l’œuvre », concurrence le classique commenté.

46Un « best-seller » cornélien est L’Histoire de la vie et des ouvrages de Pierre Corneille, par Jules Taschereau, chez Jannet : souvent rééditée et augmentée (1855, 1860, 1869...), la première édition de 1829 se présente sous la forme d’un volume de plus de 400 pages et prend place dans la « Bibliothèque elzévirienne », au format de poche (un petit in-douze). Ce « bréviaire Corneille » crée une intimité de rapport avec l’œuvre, mais aussi avec la vie du grand dramaturge. Le récit biographique enchâsse des passages choisis, les accompagne et les commente, reflet des cours de littérature où le discours professoral se considère bien souvent comme un discours d’escorte, pratiquant la paraphrase à fins explicatives. Martine Jey (op. cit.) a rappelé que parallèlement au cours magistral d’histoire littéraire, qui réinterroge peu les textes, l’ancêtre de notre moderne explication de texte consiste déjà, avant Lanson, à situer dans le temps les extraits étudiés, à les éclairer chaque fois que nécessaire d’observations ponctuelles ou de références, tout en reformulant « le sujet », « les idées », à observer la forme, les « procédés » rhétoriques, avant de finir sur l’intérêt littéraire et les beautés du passage.

47Ce cheminement pas à pas aux côtés du lecteur débutant à qui l’on évite les embûches reconduit une transmission de type patriarcal, où patrimoine et valeurs sont indissolublement liés. Ce modèle, pédagogique au sens littéral du terme, affleure dès qu’une classe d’âge suffisamment jeune est visée. En 1885, Émile Faguet, à qui l’on devra un Art de lire et plusieurs ouvrages sur Corneille, reprend la matière de son Corneille (on en comptera six éditions jusqu’en 1892) dans la collection des « Classiques populaires » Hachette, pour l’adapter dans un Corneille expliqué aux enfants, chez Legène et Oudin (1885). Faguet est encore professeur au lycée Charlemagne ; il sera plus tard titulaire de la chaire de poésie française de la Sorbonne (à partir de 1897) et reçu académicien en 1900. L’avant-propos justifie le projet de la collection :

  • 35 Émile Faguet, avant-propos, Corneille expliqué aux enfants, Paris, H. Lecène et H. Oudin, « Collect (...)

En publiant cette nouvelle collection des Classiques populaires, nous avons eu la pensée de donner aux enfants et aux jeunes gens une première idée des grands écrivains français, et, du même coup, les premiers traits d’une morale, générale, large, profonde, vraiment humaine [...] Quelle sera la méthode ? Donnerons-nous d’abord une notice sur un grand écrivain, puis des extraits de ses œuvres reliés par des analyses ? Il y aurait à craindre que la notice ne fût pas lue et que par suite les extraits ne fussent pas compris dans leur ensemble. Ramenons toujours les choses pédagogiques à la pratique naturelle, c’est-à-dire à l’usage familial. Un père de famille cause avec ses enfants. Il leur parle de respect filial et songe au Cid. Que fera-t-il ? Il dira qu’il y a eu un grand homme qui s’appelait Corneille, qu’il vivait à une certaine époque, qu’il a fait des pièces de théâtre nommées tragédies ; qu’il y en a une, entre autres, très belle, qui s’appelle le Cid, puis il racontera le sujet. Puis il prendra le livre, et, tout en indiquant la suite et la conduite de la pièce, il lira les passages les plus à la portée de l’enfance. Voilà précisément ce que nous proposons de faire. Un entretien continu, où s’introduisent, chemin faisant, naturellement, et à leur place, analyses, extraits et explications, tel est le plan que nous suivrons pour chaque volume de notre collection35.

48Le revers du primat ainsi accordé à la narration pédagogique est évidemment que le narrateur fait entendre sa voix avant celle de l’œuvre, occasion toujours possible d’instrumentalisation. Le premier chapitre, qui a pour titre « La France au temps de Louis XIII », amène l’Alsace-Lorraine dès le premier paragraphe :

  • 36 Ibid., p. 1-4.

Vous savez qu’il y a eu en France, à deux cents ans de nous environ, un beau temps, très glorieux, qui a eu ses misères, comme tous les temps, où les rois et les princes ont commis de grandes fautes, mais où la nation a rendu très grand le nom de notre pays, un temps où nous avons pris sur l’étranger, au midi le Roussillon, au nord l’Artois et une partie de la Flandre, à l’est la Lorraine et l’Alsace. Cette époque doit être chère à tous les cœurs français [...] Et voilà que, juste à cette époque-là, il est né un homme de beaucoup d’esprit et de beaucoup de cœur, ce qu’on appelle un homme de génie qui a rendu tous ces beaux sentiments [le courage et l’héroïsme], mais plus beaux encore et plus purs36 [...]

49L’apparente naïveté du conte édifiant touche ici à l’image d’Épinal. Mais cette imagerie ressortit à un stéréotype dont la profondeur est plus structurante encore.

LA « FABRICATION » DES DIOSCURES DU CIEL THÉÂTRAL FRANÇAIS

50Un paradigme oppositionnel

51La figure du Père appelle celle du Fils. Or l’histoire a voulu que Corneille fût égalé, détrôné diront les esprits belliqueux, par un rival à sa mesure. Corneille a été enveloppé avec Racine dans une gémellité de titans qui remonte au moins à 1670 (date du « combat » de Tite et Bérénice contre Bérénice), et où l’on a vu la double postulation du « génie français », pour employer une terminologie encore très courante à la veille de 1914.

52Une compilation monumentale, l’un de ces usuels conçus pour être la ressource des professeurs, le Répertoire de la littérature ancienne et moderne, en trente et un volumes, édité par Castel de Courval de 1824 à 1827, distribue le Lycée de La Harpe, ainsi que les Éléments de littérature de Marmontel, plus « un choix d’articles littéraires de Rollin, Voltaire, Batteux, etc., des notices biographiques, [...] des morceaux choisis avec des notes » sur l’ensemble de ses entrées alphabétiques. À l’article « Corneille », quand ils restituent le jugement de La Harpe, les auteurs sortent de leur réserve par une note :

  • 37 Répertoire de la Littérature ancienne et moderne, Paris, Castel de Courval, 1824-1827, t. IX, p. 19 (...)

Il y a beaucoup d’excellentes choses dans cet examen, qui reproduit en résumé la plupart des critiques déjà faites par Voltaire. Mais on y remarque aussi un peu de cette intention secrète de rabaisser Corneille, qu’on a reprochée à l’auteur du Commentaire [...] Ces efforts de La Harpe contre le génie de Corneille ont inspiré à Lebrun l’épigramme suivante que nous citons sans l’adopter :
Ce petit homme à son petit compas
Veut sans pudeur asservir le génie.
Au bas du Pinde il trotte à petit
pas37.

53On n’adopte pas, mais on cite tout de même. La postérité scolaire, cependant, préférera la figure des Dioscures. Au lendemain du désastre de 1870 et de la répression de la Commune, le ministre de l’Instruction publique faisant l’éloge des lettres devant les lauréats du concours général, rappellera que parmi la formation aux valeurs françaises, il est bon que le lycéen, fût-il plus tard industriel ou scientifique, ait été « fortifié par Corneille et touché par Racine. » Du côté cornélien, donc, Rome, l’histoire, l’honneur, l’héroïsme, la rationalité et la politique ; du côté racinien, au contraire, la Grèce, la mythologie, la passion, la sensibilité, le désir, le cœur et l’égarement.

54Paul Desjardins dans son Théâtre choisi de Pierre Corneille reprend le couple oppositif des Caractères en résumant le refrain moral que des générations de professeurs en ont tiré :

  • 38 Théâtre choisi de Pierre Corneille, avec notices et annotations de Paul Desjardins, professeur agré (...)

Corneille estime donc que la nature humaine est double : d’un côté, l’être instinctif, avec ses poussées en avant, ses faiblesses, son incohérence, ses illusions aveugles, son amour de soi naïf et cruel, ce qu’il appelle d’un mot « les sens » ; de l’autre, « la raison » (ou du moins ce qui raisonne), l’empire des idées qui se laissent définir et discuter, soit traditionnelles, comme la fidélité religieuse ou l’honneur filial, soit acquises par un effort de la personne [...] Ainsi, pour Corneille, est digne de la scène tragique seulement la vie consciente et raisonnable de l’homme. Le combat des passions contre la volonté réfléchie, voilà ce qu’il faut représenter38.

55Émile Faguet renforcera le trait en inaugurant au nom de l’Académie française, le dimanche 27 mai 1906, la statue de Pierre Corneille qui fait désormais face à la bibliothèque Sainte-Geneviève, place du Panthéon :

  • 39 Mémoires de l’Institut de France, Académie française, 1906 – no 10, Paris, impr. Firmin-Didot et Ci (...)

Corneille est le premier qui ait dit, bien avant un autre, dont l’enseignement, plus mêlé, est un peu moins sûr, « qu’il faut vivre dangereusement » et que « l’homme est un être qui est fait pour se surpasser ». Il faut vivre dangereusement, Corneille nous l’apprend par tous ses héros qui semblent ne pouvoir vivre pleinement que dans la lutte, l’énergie hardiment déployée [...] C’est lui qui, plus fortement que tout autre au monde, nous a dit [...] qu’il n’y a pas de plus grandes et de plus vives jouissances que celles de la volonté et que la volonté consiste à n’avoir plus qu’un désir qui est de combattre le désir et à n’avoir plus qu’une passion qui est de maîtriser les passions39.

56On voit clairement la récupération de Corneille au profit d’un dualisme chrétien que Pascal résumait au fragment 621 (Lafuma) des Pensées.

  • 40 Sur les origines de ce dualisme et ce qu’il doit à la philosophie stoïcienne, voir Françoise Gomez, (...)

Guerre intestine de l’homme entre la raison et les passions.
S’il n’y avait que la raison sans passions.
S’il n’y avait que les passions sans raison.
Mais ayant l’un et l’autre il ne peut être sans guerre, ne pouvant avoir paix
avec l’un qu’ayant guerre avec l’autre.
Ainsi il est toujours divisé et contraire à lui-même40.

57Mais le couple des Dioscures de notre ciel théâtral n’est pas paritaire, on l’a vu, il est vectorisé par un axe positiviste, par une logique de progrès : à Corneille l’hétérogénéité, les défauts, le génie inégal, à Racine l’unité parfaite (à partir d'Andromaque), la constance à soi-même, l’unité dans le sublime... L’Art poétique de son ami Boileau vient en apothéose figer le canon idéal de la tragédie française, et l’imposer rétrospectivement à tout le siècle pour en nourrir les manuels scolaires. La prétendue inégalité de Corneille, sa faillibilité, sont à leur tour l’aliment d’un mythe.

  • 41 Gustave Lanson, Corneille, Paris, Hachette, « Les grands écrivains français », 1898, rééd. 1919, p. (...)
  • 42 Charles Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres, t. II, p. 1175, cité par Antoine Compagnon, La Troisièm (...)
  • 43 Adrien Dupuy, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1892, p. 162.

58« Corneille est un pur Normand » : l’incipit, détaché, du Corneille de Gustave Lanson a de quoi surprendre aujourd’hui... Professeur de rhétorique au lycée Louis-le-Grand et déjà auteur de conférences à l’École normale supérieure, n’a-t-il rien de plus neuf, en 1898, à nous apprendre sur Corneille41 ? C’est que la critique littéraire est encore marquée par le déterminisme de Taine et sa théorie des trois facteurs : la race, le milieu et le moment, et qu’il n’est pas si aisé de se libérer de cette influence. Lanson, qui a déjà à son actif une célèbre Histoire de la littérature française (1894), doit aussi à Brunetière « l’idée d’une évolution littéraire pensée selon un modèle organique », rappelle Antoine Compagnon, lecture qui oriente son cours d’histoire du théâtre français à l'ENS, dont Péguy, qui y a assisté, dit que tout « se déroulait comme un fil42 ». S’agissant de Corneille, un glissement s’opère depuis la biographie vers la poétique (« Le détail est à noter : Corneille ne sera jamais un vrai Parisien. Il est et reste provincial » martèle Adrien Dupuy43 en 1892), et l’ancrage provincial se commue en vision de l’homme : « Les affections de famille n’ont guère été reçues dans la tragédie que lorsqu’elles étaient violemment perverties ou brisées, dit encore Lanson [ibid., p. 99]. Le bonhomme Corneille, au contraire, n’oublie jamais que ces hommes qu’il montre sont des pères, des maris, des fils, des frères... » Génie, oui, mais patriarche débonnaire, ancré dans les réalités. « Le bonhomme Corneille » retrouve l’image d’Épinal dans l’hommage officiel de Jules Claretie, dit par Sylvain, au nom de la Comédie-Française lors de l’inauguration de 1906, place du Panthéon :

  • 44 Mémoires de l'Institut de France, Académie française 1906 – no 10.

Voyez-vous ce bon bourgeois normand qui, sur le chemin, à la porte de sa ferme de Petit-Couronne, monte sur une pierre afin de grimper sur sa mule pour se rendre à Rouen ? Les gens du pays le saluent. Ils le saluent moins bas que le saluera l’avenir. Ce bonhomme si simple est un grand homme incomparable [...] Il a ennobli l’humanité44.

59La « simplicité » terrienne de Corneille se change en humilité, dès lors qu’on passe des pièces aux textes « autocritiques ». Corneille est revenu sur son œuvre dans ses Examens et ses Discours ? Qu’importe si le dialogue avec Aristote est aussi contestataire que méthodique : ce retour est assimilé à une forme toute prête, celle de l’examen de conscience et de la contrition. Auger, dans son Éloge de Corneille :

  • 45 Louis-Simon Auger, Éloge de Corneille, Paris, Xhrouet, 1808, p. 47.

Vous qui suivez la carrière du théâtre, après les chefs-d’œuvre de Corneille nous ne pouvez rien lire qui vous soit plus profitable que ses Examens, et surtout ses Discours sur le poème dramatique. C’est là que ce grand maître, devenu humble disciple d’Aristote et commentateur de sa doctrine, propose modestement des doutes, discute, éclaircit habilement des obscurités, concilie heureusement d’apparentes contradictions... Qu’ils rougissent ces écrivains novateurs et factieux dont la fortune ne peut s’élever qu’à la faveur du désordre ; qu’ils rentrent en eux-mêmes en apprenant qu’un des premiers, un des plus puissants citoyens de la république des lettres, que Corneille, en un mot, [...] s’est puni lui-même de quelques infractions passagères, comme si déjà la gloire n’avait pas pris soin de l’en absoudre45.

60Identifié au sol natal dont il serait l’émanation pure et fidèle, canonisé par le geste réflexif opéré sur son œuvre et sanctifié par l’épreuve de l’échec, Pierre Corneille peut ainsi accéder non seulement au rang de « Père » du théâtre national, mais aussi au panthéon des poètes éducateurs.

61Corneille « instituteur »

62Nous nous sommes jusqu’à présent attachée à la mythologie cornélienne (au sens barthésien) forgée par l’école à partir des schémas critiques, et à l’usage axiologique de héros souvent convoqués pour servir une morale institutionnelle. Reste à observer la praxis scolaire articulée à cette œuvre. Lanson, qu’on a vu héritier de ses maîtres, est aussi, et avant tout, l’artisan d’un retour à l’écoute des textes. Mais il n’est pas inutile, pour mesurer d’où il part, de convoquer le souvenir des pratiques antérieures.

  • 46 Allocution prononcée à l’ouverture des conférences de la faculté de lettres de Paris, citée par Ant (...)

63Lanson n’aura de cesse, rappelle Antoine Compagnon, de pourfendre le bachotage qui consiste, le jour de l’examen, à savoir « [régurgiter] des rhapsodies de Taine, Brunetière, Lemaître, Faguet » après avoir, au mieux, survolé les œuvres du programme46.

64L’Explication du théâtre classique par Horion, en 1877, en donne une idée précise, en proposant une batterie de questions sur chaque « grand » classique du programme. On y remarque la ponctuation faussement interrogative, plutôt mimétique du ton injonctif d’un jury que d’un questionnement véritable, comme dans cet échantillon de l’explication de Cinna :

Huitième question : Indiquez le double caractère de cette pièce, antique et moderne à la fois ?
[Réponse.] Elle est antique par les personnages, l’intrigue, et la pensée qui la domine, c’est-à-dire la lutte de la république et de l’empire ; elle est moderne par l’alliance de la politique et de la passion, l’idée accessoire de la supériorité de la femme sur l’homme, surtout par le triomphe de la pensée monarchique, si chère au XVIIe siècle.

  • 47 Horion, Explication du théâtre classique, op. cit., p. 196-197.

Neuvième question. Comparez la tragédie d'’Horace et celle de Cinna jouées la même année ?
[Réponse.] La tragédie d’Horace nous fait assister à la naissance de la république ; celle de Cinna à la naissance de l’empire ; la première ouvre l’ordre ancien, la seconde le ferme et ouvre l’ordre nouveau. On peut encore dire que la première est le tableau des vertus naïves et rudes qui doivent produire la liberté ; la seconde est le récit de la dernière tentative faite pour la maintenir. Ce sont donc deux tragédies opposées. Tel est leur rapport politique. Voici leur rapport moral : dans Horace l’inspiration est plus élevée et les sentiments sont plus purs que dans la tragédie de Cinna47.

65Sont exhaustivement traitées de la même manière Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Britannicus, Esther, Athalie, et Le Misanthrope, soit la liste canonique des instructions officielles les plus anciennes (voir supra). De même, chez Lecène et Oudin en 1888, la « Petite bibliothèque des auteurs français » propose un petit volume sur Les Héros de Corneille. Le plan en est aussi simple que trilogique :

Héroïsme de la piété filiale : Le Cid ;
Héroïsme du patriotisme :Horace ;
Héroïsme de la clémence : Cinna.

66C’est à se demander pourquoi la critique a eu tant d’états d’âme...

67Le bachotage ne résume pas, cependant, la totalité des pratiques. Certes l’échange « maïeutique » que nous connaissons aujourd’hui est encore bien loin, mais le modèle oratoire de la disputatio des collèges jésuites, la pratique (encadrée) de la délibération, qui fonde l’exercice de la dissertation, reste prégnant et structurant. Le manuel d’Adolphe Liéby, paru chez Lecène et Oudin en 1892, Corneille, études sur le théâtre classique (et portant sur Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Nicomède et Le Menteur), contient en appendice un réservoir de « sujets d’exercices ou de questions » qui permet d’esquisser une typologie des démarches intellectuelles mobilisées. Certaines n’ont guère varié jusqu’à aujourd’hui.

68Thématiquement, l’histoire, la rhétorique, mais aussi la dramaturgie classique se partagent l’essentiel des sujets. Il s’agit d’abord de discuter un jugement d’autorité, choisi pour la prise qu’il offre à la discussion. Par exemple : « “L’aventure des Horaces, des Curiaces et de Camille, écrit Voltaire (Commentaire, IV, 4), est plus propre pour l’histoire que pour le théâtre”. Discuter cette opinion de Voltaire. » Outre Voltaire, La Bruyère, Fénelon (Lettre à l’Académie) et... Corneille lui-même fournissent l’essentiel des citations, qui sont choisies surtout pour se prêter à l’art conjoint de la réfutation et de la concession, ressorts essentiels du mode délibératif.

69On peut aussi proposer au lycéen de mener une comparaison, parfois en lui fournissant des axes : comparaison de passages ou des personnages entre eux, à l’intérieur d’une même pièce (« Etudier et comparer les deux entrevues de Rodrigue avec Chimène, au troisième et au cinquième acte du Cid » ; « Comparer entre eux, au point de vue du sentiment de l’honneur, don Diègue et le comte de Gormas »...) ou entre deux pièces (le songe de Camille dans Horace et celui de Pauline dans Polyeucte, le monologue lyrique de Polyeucte et les stances de Rodrigue ; Polyeucte et Théodore comme tragédies chrétiennes ; Polyeucte de Corneille et Saint-Genest de Rotrou...), comparaison de rôles (rôle du roi Tulle dans Horace et de don Fernand dans Le Cid, du vieil Horace et de don Diègue, rôles de Félix dans Polyeucte et de Maxime dans Cinna...), comparaison entre une pièce et son hypotexte latin, par exemple Auguste dans le De dementia de Sénèque et dans Cinna...

70Enfin le lycéen peut encore être convié à mobiliser sa réflexion autour de notions problématiques supposées connues, parmi lesquelles la place des questions dramaturgiques n’est pas négligeable : l’unité d’action (« Le rôle de l’Infante dans Le Cid fait-il tort à l’unité d’action ? » ; « La tragédie d’Horace est-elle conforme à la loi de l’unité d’action ? »...), la question du récit (la bataille contre les Maures), du dénouement (Le Cid, Polyeucte...), de l’intervention des dieux (Horace), le traitement de l’histoire (Cinna)... On demande alors à l’élève d’« étudier » et d’« apprécier » : ce faisant, il passe insensiblement de la dissertation à l’analyse littéraire (ou au commentaire) et de la formation rhétorique à la construction d’un jugement de goût.

71Il arrive que les différentes démarches attendues (discuter, comparer, mobiliser la connaissance d’un référent culturel ou dramaturgique précis) se combinent :

« Nicomède, écrit Voltaire (Commentaire), est dans le goût de Don Sanche d’Aragon. »
Sainte-Beuve (Portraits littéraires, I) rapproche également ces deux pièces : expliquer et discuter ce rapprochement (p. 433).

72Les Romains sont supposés familiers, ce qui permet les échafaudages problématiques complexes :

Il me paraît, écrit Fénelon dans sa Lettre à l’Académie, qu’on a donné souvent aux Romains un discours trop fastueux. Ils pensaient hautement, mais ils parlaient avec modération. Il ne paraît point assez de proportion entre l’emphase avec laquelle Auguste parle dans la tragédie de Cinna, et la modeste simplicité avec laquelle Suétone nous le dépeint dans tout le détail de ses mœurs [...] (p. 431). On discutera ces critiques de Fénelon.

  • 48 La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », dans Les Caractères, I (Garnier Frères, 1962).

73D’Horion à Liéby, qui tous deux répondent à la demande du marché scolaire, même si le premier semble encourager sans scrupule le psittacisme, ce n’est pas tant l’intelligence de l’élève qui est mise en veilleuse, que sa liberté de lecture : il est bien convié à prendre parti, à soupeser, à « apprécier », mais c’est en référence à une pensée préconstruite, celles des Anciens qui l’ont précédé, « depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent48 » comme disait La Bruyère, « Ancien » lui-même.

  • 49 Ernest Legouvé, L’Art de la lecture, à l’usage de l’enseignement secondaire, Paris, Hetzel, 1877.

74Quant à la lecture à voix haute, elle sera le grand combat pédagogique d’Ernest Legouvé, auteur de L’Art de la lecture, à l’usage de l'enseignement secondaire49. Legouvé milite pour que les vers soient lus comme des vers, d’abord à l’école. La cause mettra du temps à être entendue...

75Dix ans après l’ouvrage de Legouvé sur la lecture, Ferdinand Buisson, proche collaborateur de Jules Ferry, sortait chez Hachette la première édition de son Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, monumental ouvrage bientôt appelé à devenir la bible des instituteurs. L’article « Littérature », dû à Émile Lecat, n’est pas tendre pour la critique : il dénonce, du point de vue du pédagogue, une certaine cacophonie ambiante.

76C’est Gustave Lanson (1857-1934) qui va, pour le secondaire tout du moins, répondre à ce besoin de cohérence. Républicain convaincu, ses études sur Corneille ou sur Bossuet ne rangent pas pour autant Lanson parmi les thuriféraires du classicisme. Auteur d’une célèbre Histoire de la littérature française (1894) qui l’instituera également « père de l’histoire littéraire », il fait l’apologie passionnée du XVIIIe siècle, victime à ses yeux de la censure de l’Empire et de la Restauration, et du XIXe siècle, qui lui est contemporain, mais dont l’accès aux œuvres est entravé par l’état de la législation sur la propriété littéraire. « Ce n’est pas qu’il faille exclure le XVIIe siècle, résume Lanson. Il faut seulement lui ôter son privilège. » Cette allure à la fois catégorique et nuancée caractérise aussi la méthode lansonienne d’analyse, destinées à façonner l’exercice de l’explication de texte pratiqué jusqu’à nous.

  • 50 Gustave Lanson et Paul Tuffrau, Manuel illustré d’histoire de la littérature française, Paris, Clas (...)
  • 51 Ibid., p. 182-199, puis, pour Racine, p. 272-290.

77Le Manuel illustré d’histoire de la littérature française est « simplement L’Histoire de la littérature française adaptée aux besoins particuliers du public scolaire50 », précise l’éditeur. Le chapitre n est celui de « La première génération des grands classiques », où prend place Corneille51. Sans surprise, on lit que « les œuvres qui fixèrent [...] la notion de la tragédie classique, qui marquèrent donc une époque dans l’histoire des lettres, ce furent Le Cid, encore imparfaitement, et surtout Horace et Cinna ». « La toute-puissance de la volonté » poursuit Lanson, qui reprend les analyses de son Corneille, est « l’idée-maîtresse » de ce théâtre. « Corneille écrivain » tient dans les trois mots : « précision, logique, éloquence. »

78Plus originale est la lecture lansonienne quand elle s’attache à des exemples précis, pour une analyse qui n’a pas l’ambition de marquer l’histoire. Pour ce faire quel meilleur public, quel public plus neuf que... les jeunes filles, premières bénéficiaires de la réforme de l’Instruction publique ! Les Principes de composition et de style, Conseils sur l’art d’écrire leur sont dédiés, sans exclusive cependant.

79Dans la partie « Invention » Corneille est cité avec Molière comme créateur de « personnages dans les récits et les dialogues » (chapitre n) : « Lisez les contes de Perrault, sans dédain, et les légendes populaires, les vies des saints sur lesquelles n’ont pas travaillé des hommes d’esprit ; lisez Homère. Après cela remettez-vous à Corneille et à Molière » (p. 75). Corneille réapparaît dans le chapitre consacré à la « Disposition » avec Horace :

  • 52 Id., Principes de composition et de style, Conseils sur l’art d’écrire, Paris, Hachette, 1887, 2e é (...)

La tragédie d’Horace présente trois actions : l’une, nationale et sublime, la victoire d’Horace sur les Curiaces, de Rome sur Albe ; l’autre, domestique et brutale, le meurtre de Camille par son frère ; la troisième, judiciaire et froide, le procès du meurtrier. Corneille avait bien vu le péril [...] Qu’a-t-il fait ? Il a conçu de telle façon les caractères du frère et de la sœur, il a si fortement éclairé l’opposition de leurs égoïsmes fanatiques, que [...] tout se tient ainsi d’une dépendance nécessaire et visible, et une seule cause se manifeste dans la diversité des effets successifs52.

80Dans Cinna, dit-il, « l’unité de l’œuvre est dans le caractère d’Auguste », que Lanson rapproche d’Othello, de Macbeth, et de Richard III. « Dans Polyeucte, dans Pompée, dans Nicomède, on trouvera des personnages et des scènes dont la familiarité touche au comique », précise encore l’auteur. Symétriquement, il signale des scènes de Tartuffe, du Misanthrope, qui sont des scènes de tragédie potentielles. Mais l’« émotion supérieure, propre au genre », n’est pas entravée pour autant.

81L’imagination créatrice de Corneille, puissance de fécondité, source de varietas, est donc tenue en bride par la fermeté et l’intelligence du plan dramatique. Vision que confirme le chapitre v (p. 134), « Subordination et proportion des parties », dans la division « Choix et succession des idées » (p. 140).

Que valent ces traits :
Rodrigue, as-tu du cœur ?

82ou

Sors vainqueur d’un combat dont Chimène est le prix

83ou

Soyons amis, Cinna
et tant d’autres, sans la situation qui les crée ?

  • 53 Voir par exemple la préface de Mithridate (dans Racine, Théâtre complet, Paris, Gallimard, « Biblio (...)

84La cohérence de la construction, d’une part, l’adéquation entre situation et réplique d’autre part, sont les deux faces d’un principe classique, qu’on voit plus souvent rattaché à Racine, lequel s’en est exprimé dans ses préfaces53 : le principe de nécessité.

85La partie III « Elocution », dévolue au style, fait comme on pouvait s’y attendre la part belle à Racine et Pascal, mais aussi à Victor Hugo et Leconte de Lisle. Corneille réapparaît au chapitre VI, au titre-manifeste : « De l’emploi des figures et de la condition qui les rend légitimes : la nécessité. » Lanson reprend le credo stylistique de l’âge classique, du moins tel que la tradition scolaire a voulu le retenir après Pascal, Boileau, Fénelon... : « Si l’on me demandait de marquer quand doivent s’employer les figures, pour toute règle je répondrai volontiers jamais » (p. 215).

  • 54 Le Cid, V, i. (dans Corneille, Théâtre complet, t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 19 (...)

86Mais Corneille « déborde » des limites d’une maxime aussi sage. « Est-il quelque ennemi qu’à présent je ne dompte ? » s’exclame Rodrigue, après avoir recueilli l’aveu célèbre : « Sors vainqueur d’un combat dont Chimène est le prix54. »

87Le court monologue qui suit, exubérant, se répand en défis sonores. Voici son appréciation par Lanson :

Cela à la lettre, ne veut rien dire, commente le professeur Lanson. Ce ne sont que des mots. S’il eût dit : « Don Sanche n’a qu’à bien se tenir » à la bonne heure ; c’était clair, sensé, pratique. Mais Corneille savait ce qu’il faisait, mieux que les plats comédiens qui, du temps de Voltaire, supprimaient le morceau [...] Que nous importe ce que fera le Cid, en réalité ? poursuit Lanson. Ce qui nous intéresse, c’est son amour, inépuisable source d’héroïsme, dont cette folle explosion d’espérance nous fait d’un coup mesurer l’énergie. Le défi de Rodrigue, sans son exagération insensée, n’est que la traduction dramatique de ce que Corneille écrit ailleurs d’après l'Imitation de Jésus-Christ :
Rien ne pèse à l’amour, rien ne peut l’arrêter ;
Il n’est point de travaux qu’il daigne supputer ;
Il veut plus que sa force ; et quoi qui se présente,
L'impossibilité jamais ne l’épouvante :
Le zèle qui l’emporte au bien qu’il s’est promis
Lui montre tout possible, et lui peint tout permis.

Le Cid sent ce que Corneille décrit, et ses paroles insensées sont dans la circonstance l’expression propre du sentiment.

88« Le sentiment », un mot qu’affectionnera Jouvet, dans un semblable emploi... Mais Lanson ne perd pas de vue ses leçons de sobriété : avec subtilité, il utilise le dispositif réflexif de L’Illusion comique pour tirer la morale de l’hyperbole, à laquelle Matamore doit sa force comique. Si Corneille est brillamment légitimé dans l'inventio de la langue de son fanfaron, le professeur d’éloquence est conforté dans ses préceptes par la mise en scène comique de la fanfaronnade. Chacun des deux y trouve son compte, si l’on peut dire...

On se dupe soi-même par l’abus des métaphores et des figures, qu’on accepte avec trop d’indulgence. On se cache la vérité des choses, et l’on entretient en soi l’ignorance ou l’amour-propre. Le Matamore de Corneille ne dit jamais qu’il va pourfendre Adraste, son rival : la chose est pratique cependant et de son intérêt. Mais il menace toujours de détrôner Jupiter ou d’enflammer le monde aux éclairs de son épée, et, par ces hyperboles que son imagination enfante, il conserve son amour-propre dans la douce persuasion de son invincible vaillance : il ne peut être mis à l’épreuve sur de tels desseins ; s’il parlait terre à terre, il perdrait l’illusion de son héroïsme au premier choc de la réalité. Les figures sont ainsi bien souvent des consolations que l’impuissance offre à la vanité, et que les grands mots déguisent à nos yeux (op. cit., p. 217).

89C’est ici le dernier exemple littéraire développé de l’ouvrage. En choisissant d’écouter tantôt la voix de l’auteur, tantôt celle du personnage, d’associer ou de dissocier librement ces deux niveaux, Lanson traduit une familiarité de compagnonnage avec Corneille qui en dit long sur la pédagogie continue qu’il a puisée, pour lui-même, dans cette œuvre. Les couplets sur la volonté, rattachés au mythe tellurique du patriarche normand, laissent entendre une méditation plus profonde sur la valeur et l’usage de la rhétorique, sur la règle et l’exception. Eternellement jeune, fougueux, imprévisible à l’instar de son héros totémique, et simultanément investi des vertus de sagesse et de tempérance, Corneille est celui qu’on sollicite pour refonder la rhétorique dans l’action, et sauver ainsi les études littéraires de l’accusation toujours menaçante de sophistique.

CONCLUSION

  • 55 Marc Fumaroli, « Pierre Corneille, fils de son œuvre », dans Héros et orateurs, Genève, Droz, 1996, (...)
  • 56 Borges, L’Auteur et autres textes, Paris, Gallimard, 1965.
  • 57 Jacques Chardonne, Le Ciel dans la fenêtre, Paris [Albin-Michel, 1959], La Table ronde, 1998, p. 10 (...)

90Marc Fumaroli a dit de Corneille qu’il fut « le fils de son œuvre55 ». Ainsi en va-t-il sans doute de tout écrivain. Borges écrit « Borges et moi56 ». « Ce Paul Valéry, qui est-ce ? » demande Valéry à Chardonne, qui ajoute : « Il voulait dire : ce Paul Valéry dont le nom est fameux, cette idée d’un homme engendré par une œuvre, figure imaginaire si différente de l’homme que voici qui s’arrête devant sa porte57... » Le nom de l’auteur ? « Shakespeare est le nom d’un texte », rappelle souvent Daniel Mesguich. De même Corneille...

91Dans ce deuil initial de la personne de l’auteur, dans la mélancolie fondatrice du commentaire, peuvent s’engouffrer tous les débats critiques d’hier et d’aujourd’hui. Que nous apprend aujourd’hui « Corneille » dans la société scolaire, microcosme de l’autre ? Qu’un mythe fondateur peut prévenir, intégralement, la lecture. Que « Corneille », en l’occurrence, concentre tous les traits anthropologiques du mythe : Père originel du théâtre français, enfanté par la terre-mère et provoquant le meurtre symbolique ; ambivalent et contradictoire, familier et transcendant, il se voit dès l’origine associer son double contradictoire, en un couple archaïque qui, pour être pleinement récupérable par la religion dominante, n’en plonge pas moins ses racines (sans calembour hasardé) jusque dans les structures indo-européennes.

  • 58 Anne Armand, L’Histoire littéraire. Théories et pratiques, Paris, Bertrand-Lacoste, « Didactiques » (...)

92Un tel mythe est donc, sur trois siècles, puissamment révélateur de l’institution qui le véhicule et de l’État qui le consacre. De Voltaire à Lanson, de la critique d’auteur aux fondements de l’explication de texte, il reste cependant le veilleur secret des méditations sur l’écriture. Porté par une vision providentielle qui l’instrumentalise en le magnifiant, s’il a pu servir l’histoire d’un culte dont Polyeucte serait l’acmé, il sert aujourd’hui encore le culte de l’histoire, référentielle ou contextuelle, qui fait partie de nos passions nationales. Or, rappelle Anne Armand, inspectrice générale de lettres, « inscrire l’histoire littéraire dans un cadre historique, c’est choisir un cadre de référence extérieur à l’objet littéraire58 ».

93Il n’est pas jusqu’au « déclin » des classiques du XVIIe siècle spontanément signalé par les enseignants d’aujourd’hui, dont on ne puisse revoir les causes dites « naturelles » (éloignement de la langue et des références, perte de la connivence culturelle nécessaire à la réception...) Le « déclin » du XVIIe siècle a été aussi le fruit d’une destitution concertée, d’un renversement d’impérialisme, au tournant des années 1880-1925 qui refondèrent notre système scolaire. Aujourd’hui que dans nos manuels « tous les siècles sont rétablis », pour parodier Rabelais, que l’exception pédagogique au droit d’auteur, les médias contemporains, internet, ouvrent sans obstacle le champ de la découverte littéraire, la conscience d’un mythe Corneille doit-il décourager d’y retourner voir ? Au contraire, prenons ce mythe pour ce qu’il est, pour une fable collective entraînante, et qu’un peu d’anthropologie scolaire, comme nous l’avons fait ici, invite au geste toujours risqué et toujours neuf de rouvrir un texte « sans savoir ».

94Enrôlé malgré lui professeur d’histoire et d’éloquence, interdit de déraison en vertu des surinvestissements idéologiques dont il fut l’objet, Corneille traverse ces remous comme un appel permanent à la relecture et à la révision critique. « Lecteurs publics » de ces fables très anciennes, comédiens et metteurs en scène n’ont d’autre choix que de l’aborder comme au premier jour. Dans l’avenir de sa réception scolaire retrempée dans le partage théâtral, Corneille reste une force intacte qu’on pourrait qualifier, sans craindre le paradoxe, de tranquillement révolutionnaire.

Annexes

DOCUMENTS ANNEXES

Le programme des lycées (appelés alors « collèges royaux »), publié dans le Bulletin universitaire no 31 du 2 août 1831 (p. 327).

Catalogue des ouvrages adoptés pour l’enseignement dans les collèges pendant l’année scolaire 1831-1832.

Sixième
Évangile des dimanches en latin.
Grammaire française, latine et grecque ; une de celles qui sont adoptées par l’Université.
Dictionnaires, un de ceux qui sont adoptés par l’Université.
Selectae e profan is [scriptoribus historiae].
Phaedri fabulae, avec les fables correspondantes de La Fontaine.
Cornelius Nepos.
Fables d’Ésope.
Cours abrégé de géographie ancienne et moderne.
Précis de l’histoire ancienne.
Mœurs des Israélites et des chrétiens.

Cinquième
Novum Testamentum (Actes des Apôtres).
Grammaire et dictionnaire, comme en 6e.
Dictionnaire grec, un de ceux qui sont adoptés par l’Université.
Racines grecques [édition de Régnier signalée en 1848].
Selectae e profanis.
Justin.
Selectae ex Ovidio fabulae.
Dialogues de Lucien.
Cours de versions grecques de M. Villemeureux.
Cours abrégé de géographie ancienne et moderne par M. Ansart.
Précis de l’histoire romaine.
Télémaque.
Fables de La Fontaine.

Quatrième
Novum Testamentum (Actes des Apôtres).
Grammaires et dictionnaires, comme ci-dessus.
Gradus [ad Parnassum].
Prosodie latine.
Racines grecques.
Cicéron (De Senectute et De Amicitia).
Quinte-Curce.
Commentant Caesaris.
Virgile.
Térence (l'Andrienne).
Cyropédie de Xénophon.
Un traité d’Isocrate.
Plutarque (traités de morale ; Vies).
Précis de l’histoire du Moyen Âge.
Morceaux choisis de Fénelon.
Fables de La Fontaine.
Vie de Charles XII.

Troisième
Novum Testamentum Graecum (Évangile selon St Luc).
Prosodie latine.
Salluste.
Cicéron (Discours).
Virgile.
Vies de Plutarque.
L’Iliade.
Précis de l’histoire moderne.
Siècle de Louis XIV de Voltaire.
Petit-Carême de Massillon.
Morceaux choisis de Buffon.
Boileau.

Seconde
Novum Testamentum Graecum (Actes des Apôtres).
Extraits de Tite-Live.
De Officiis et discours de Cicéron.
Tacite.
Virgile.
Horace.
Démosthène (Les Philippiques).
Une tragédie de Sophocle et d’Euripide.
L’Iliade.
J.-B. Rousseau.
Grandeur et Décadence des Romains.
Histoire universelle de Bossuet.
Rhétorique.
Classe du matin.
Novum Testamentum Graecum (Actes des Apôtres).
Rhétorique de M. Leclerc.
Conciones.
Discours et traités oratoires de Cicéron.
Démosthène (De Corona).
Histoire universelle de Bossuet.
Oraisons funèbres de Bossuet et de Fléchier.
Caractères de La Bruyère.
Classe du soir.
Horace.
Virgile.
Homère.
Pindare.
Une tragédie de Sophocle ou d’Euripide.

Théâtre classique (Athalie, Esther, Polyeucte et Le Misanthrope).
Boileau.
La Henriade.

N.B. : En 1840, Esther « passera » en classe de cinquième.

Corneille dans la bibliothèque d’un professeur de lycée, vers 1890.
Liste tirée de la bibliographie fournie par Adolphe Liéby dans Corneille, études sur le théâtre classique (Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1892).
Le manuel d’Adolphe Liéby offre la particularité de fournir, outre le texte de six pièces (Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Nicomède, Le Menteur) et un appareil didactique traditionnel, un « Appendice » en forme de vademecum de l’enseignant. On y trouve les « Scènes principales à étudier » pour chaque pièce puis des « Questions ou sujets de devoirs ». On y trouve aussi une bibliographie, que nous reproduisons en l’état de sa présentation, augmentée de quelques résumés biographiques des autorités littéraires moins connues de nos jours. Liéby donne aussi des bibliographies plus succinctes pour chacune des pièces : comme elles présentent des titres invariants, nous les avons regroupées sous forme synthétique. Nous complétons par des ouvrages courants en 1892 et souvent cités dans d’autres manuels, mais que Liéby ne mentionne pas.
Éditions :
Édition complète du Théâtre de Corneille, Marty-Laveaux (éd.), Hachette, Collection des grands écrivains [de la France], 1862.
Théâtre de Corneille, avec des études sur toutes les tragédies et les comédies, F. Hémon (éd.), Paris, Delagrave, 1886-1887.

Ouvrages à consulter :
Taschereau : Histoire de la vie et des ouvrages de Corneille.
Fontenelle : Vie de Corneille.
Vauvenargues : Réflexions critiques sur quelques poètes.
Voltaire : Commentaire sur Corneille, 1761.
Palissot : Commentaire.
La Harpe : Lycée.
Auger : Éloge de Corneille, 1806.
[Louis-Simon Auger : critique littéraire et journaliste. – Membre (élu en 1816) puis secrétaire perpétuel (en 1826) de l’Académie française, membre de la Commission du dictionnaire. – Éditeur notamment des œuvres de Molière, rédacteur de la Biographie universelle.]
Fabre : Éloge de Corneille (couronné par l’Académie française, 1808).
Schlegel : Cours de littérature dramatique.
Geoffroy : Cours de littérature dramatique.
[Julien-Louis Geoffroy (1743-1814), professeur de rhétorique et surtout critique influent qui tient la critique dramatique au Journal des débats, à partir de 1800. Virulent à l’égard des philosophes du XVIIIe siècle, Voltaire notamment. « Geoffroy faisait et défaisait à son gré les réputations », dit le Grand Larousse encyclopédique du XIXe siècle, qui rapporte que Talma excédé lui aurait donné un soufflet.]
Lemercier : Cours analytique de littérature.
Commentaire de l’édition Aimé Martin.
Guizot : Corneille et son temps, 1852.
[François Guizot (1787-1874) : le ministre de Louis XVIII, successivement à l’Intérieur, à l’Instruction publique (1832-1837) où on lui doit une réforme en faveur de l’enseignement primaire, puis aux Affaires étrangères (1840-1847), avant d’être président du Conseil (1847-1848), fut également historien et membre de l’Académie française (élu en 1836).]
Janin : Cours de littérature dramatique, Notice sur Corneille.
[Jules Janin, (1804-1874) : critique littéraire, notamment au Journal des débats, romancier, membre de l’Académie française (élu en 1870).]
Nisard : Histoire de la littérature française.
[Désiré Nisard (1806-1888), universitaire et critique littéraire, reçu académicien en 1850, l’un des trois Horace des Lettres que furent encore Auguste, directeur de l’École normale, brocardé par Vallès dans L’Enfant (« À genoux ! à genoux devant le divin Racine ! »), et Charles, auteur d’une intéressante Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage.]
Gerusez : Histoire de la littérature française.
Tivier : Histoire de la littérature française.
Albert : La littérature française au XVIIe siècle.
[Paul Albert (1827-1880) : professeur de littérature à la faculté des lettres de Poitiers (1860-1866) puis titulaire de la chaire de langue et littérature française moderne au Collège de France (1878-1880).]
Horion
 : Explication du théâtre classique.
Levallois : Corneille inconnu.
[Jules Levallois (1829-1903) : littérateur, secrétaire de Sainte-Beuve. Auteur de Mémoires d’un critique (1895) et responsable d’éditions scientifiques. Rouennais, il cultive un lien privilégié à sa ville natale et à Corneille.]
Merlet : Etudes sur les classiques français.
Deschanel : Le Romantisme des classiques.
[Émile Deschanel (1819-1904) : helléniste, professeur de littérature grecque à l’École normale supérieure, puis au Collège de France. Député de la Seine (1876-1881), élu sénateur inamovible en 1885. Père de Paul Deschanel, président de la République.]
Dupuy : Histoire de la littérature française au XVIIe siècle.
[Adrien Dupuy (1854-1906) : agrégé de grammaire (1880), Inspecteur général de l’enseignement secondaire (1899).]
Brunetière : Revue des deux Mondes, 15 août 1888.
Sarcey : Feuilletons dramatiques du Temps.
Faguet : Essai sur la tragédie française au XVIIe siècle.
Corneille (Collection des classiques populaires).
Dix-septième siècle (Études littéraires et dramatiques).
Lemaître : Corneille et la poétique d’Aristote.
Impressions de théâtre, 1re et 3e séries.

Après cette bibliographie générale, les recommandations bibliographiques relatives à chacune des pièces renvoient régulièrement aux éditions :
— Hachette, avec les auteurs scientifiques suivants : Gerusez, Petit de Julleville (pour tous les titres sauf Le Menteur), Anthoine (pour Horace), Lavigne (pour Le Menteur).
— Garnier, avec les auteurs scientifiques suivants : Larroumet (pour Le Cid), Marcou (pour Horace), Favre (pour Polyeucte), Thirion (pour Le Menteur).
— Delagrave, avec les auteurs scientifiques : Hémon (pour tous les titres, vu l’édition intégrale déjà recommandée).
— Belin, avec les auteurs scientifiques : Gidel (pour Horace), Gaste (pour Nicomède).

Sont cités systématiquement, pour chaque pièce, trois « Ouvrages à consulter » complémentaires à la liste initiale :
Saint-Marc-Girardin : Cours de littérature dramatique (T. I, chap, viii pour Le Cid, T. IV, chap. LXVI pour Polyeucte).
Sainte-Beuve : Portraits littéraires,
Nouveaux lundis, T. VII (pour Le Cid).
E. Faguet : Notices littéraires.
S’y adjoignent, pour Polyeucte :
Leblant : Mémoire sur la préparation au martyre dans les premiers siècles de l’Eglise (Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. xxviii).
Polyeucte et le zèle téméraire (Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. xxviii).
Delavigne : La Tragédie chrétienne au XVIIe siècle.
Aubé
 : Polyeucte dans l’histoire, 1882.
Crouslé : Lessing et le Goût français en Allemagne. et pour Horace, Cinna, Nicomède :
E. Desjardins : Le Grand Corneille historien.
H. de Bornier : La Politique dans Corneille.

On pouvait encore trouver assez fréquemment, dans la bibliothèque de notre professeur... ou dans celle de son lycée :
L’édition Didot (1854-1855) des Œuvres de P. Corneille, avec les notes de tous les commentateurs, en douze volumes in-octavo. Établie sous la dir. de Louis Parrelle, éditeur scientifique, dans la Collection « Les classiques françois », publiée par M. Lefèvre.

Le Répertoire de la littérature ancienne et moderne en 3 volumes, Castel de Courval (éd.), Paris, 1824-1827, « contenant : 1° le Lycée de La Harpe, les Éléments de littérature de Marmontel, un choix d’articles littéraires de Rollin, Voltaire, Batteux, etc. 2° des notices biographiques sur les principaux auteurs anciens et modernes, avec des jugements par nos meilleurs critiques... 3° des morceaux choisis avec des notes... » et dont le t. XXI est consacré au théâtre classique.
Et toujours, de Jean-François Marmontel (1723-1799), les Éléments de littérature, encore réédités au XIXe siècle, par exemple chez Verdière, Paris, 1818-1820 (19 vol.)

Notes

1 Pierre Corneille, Théâtre, Jacques Lemarchand (éd.), Paris, Le Club français du livre, 1958, « Note liminaire ».

2 Corneille, introduction générale, Théâtre complet, édition du tricentenaire établie par Alain Niderst, Rennes, PUR no 105, 1985,t. I, p. 9.

3 Martine Jey, La Littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Presses universitaires de Metz, « Recherches textuelles », diff. Kincksieck, 1998, p. 95-103.

4 Hélène Merlin-Kajman, Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles lettres, 1994.

5 « D’abord support et argument, caisse de résonance et destinataire, le public se personnifie et se fait voix, prosopopée : sujet, en quelque sorte, quoique précaire et accidentel. » Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 209.

6 Jean-François La Harpe, Le Lycée, ou Cours de littérature ancienne et moderne, Paris, H. Agasse, an VII-an XIII [1798-1804].

7 « Le corpus scolaire », op. cit., chap. I, p. 13 et suiv.

8 Alain Niderst, loc. cit., p. II.

9 Théâtre classique, nouvelle édition des agrégés de l’Université, M. Aderer, M. Aulard, Henry et Jonette Gidel (éd.), Paris, Eugène Belin et fils, 6e éd., 1872.

10 Corneille, notice sur Corneille, Œuvres complètes, suivies des œuvres choisies de Thomas Corneille, Charles Lahure (éd.), Paris, Hachette, 1857-1883, t. I, p. IV.

11 Adolphe Lieby, appendice, « Questions ou sujets de devoirs proposés », dans Corneille, Études sur le théâtre classique : Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Nicomède, le Menteur, Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1892, p. 429.

12 Victorin Fabre, Éloge de Corneille, 1807 ; 2e éd. Paris, Baudouin, 1808, p. 28.

13 Charles Lahure, op. cit., notice p. III.

14 Anne Ubersfeld, « Le retour à Corneille au début du XIXe siècle », dans Myriam Dufour-Maître et Florence Naugrette (dir.), Corneille des romantiques, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2006, p. 150-163, citation p. 150.

15 François Bessire, « Voltaire éditeur de Corneille », dans Myriam Dufour-Maître (dir.), Corneille après Corneille, XVIIe siècle, no 225, octobre 2004, p. 595-603, citation p. 599.

16 Adrien Dupuy, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1892.

17 Paul Desjardins, Théâtre choisi de Pierre Corneille (Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Le Menteur, Nicomède, plus un choix de scènes détachées d’autres pièces), avec notices et annotations, Paris, Armand Colin, 1898.

18 Ibid., p. XXXILXXXVIII.

19 Louis Auger, Éloge de Pierre Corneille, Paris, Xhrouet-Deterville-Petit, 1808, p. 38-40.

20 Œuvres complètes de Corneille, Charles Lahure (éd.), t. I, p. VII.

21 Saint-Marc Girardin, Cours de littérature dramatique, ou de l’usage des passions dans le drame, Paris, Charpentier, 1860, réédité et augmenté plus d'une dizaine de fois jusqu'en 1878, t. V, p. 372-373.

22 « Qui aime bien châtie bien » (Bible, Ecclésiastique, XXX, i).

23 Corneille, avertissement de l’éditeur, Œuvres choisies, édition épurée, illustrée de 20 dessins par M. Célestin Nanteuil, Paris, P.-C. Lehuby, « Bibliothèque littéraire de la jeunesse », 1846, p. V-VI.

24 Marc Fumaroli, Héros et orateurs, rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève, Droz, 1990, puis 1996, p. 504.

25 François Andrieux, Bibliothèque dramatique ou Répertoire universel du théâtre français, Paris, Vve Dabo, 1824 ; Un Corneille épuré !, extrait de la Revue d’art dramatique, t. XVI, octobre-décembre 1889, s. 1.

26 Id., « Observations générales » de conclusion, Cours de grammaire et de belles-lettres : sommaire des leçons, Paris, impr. H. Perroneau, 1800-1810, chap, v, n. p.

27 Id., Anaximandre ou le Sacrifice aux Grâces [Paris, Théâtre italien, 20 décembre 1782], Paris, Léopold Collin, 1805, p. 45.

28 Ibid., p. 45-48.

29 François de Neufchâteau, Esprit du grand Corneille, Paris, Didot, 1819.

30 Cité par Anne Ubersfeld dans Corneille des romantiques, op. cit., p. 159.

31 Jules Levallois, Corneille inconnu, Paris, Didier, 1876, successivement p. 93, IX, et 368.

32 Œuvres de P. Corneille avec les notes de tous les commentateurs, Paris, F. Didot frères, 1854-1855, 12 vol., t. I, p. ii-ij.

33 Emile Deschanel, Le Romantisme des classiques, Paris, C. Lévy, 1885 (4e éd.), p. 226-228.

34 Horion, Explication du théâtre classique, Paris, Belin, 1877, p. 196-197.

35 Émile Faguet, avant-propos, Corneille expliqué aux enfants, Paris, H. Lecène et H. Oudin, « Collection des Classiques populaires », 1885, p. V-VIII.

36 Ibid., p. 1-4.

37 Répertoire de la Littérature ancienne et moderne, Paris, Castel de Courval, 1824-1827, t. IX, p. 190.

38 Théâtre choisi de Pierre Corneille, avec notices et annotations de Paul Desjardins, professeur agrégé de l’Université, Paris, Armand Colin, 1898, p. XXXVI.

39 Mémoires de l’Institut de France, Académie française, 1906 – no 10, Paris, impr. Firmin-Didot et Cie, 1907. La formule sur « vivre dangereusement » est empruntée à Nietzsche, dans Le Gai Savoir, dont on comprend aisément que Faguet le trouve moins recommandable (« Croyez-moi ! Le secret pour récolter la plus grande fécondité, la plus grande jouissance de l’existence, consiste à vivre dangereusement ! »)

40 Sur les origines de ce dualisme et ce qu’il doit à la philosophie stoïcienne, voir Françoise Gomez, « Les passions et la science, des morales antiques à la neurobiologie », dans Jacques Jouanna, Michel Fartzoff et Béatrice Bakhouche, L’Homme et la Science, actes du XVIe congrès international de l’association Guillaume-Budé, université Paul-Valéry Montpellier III, 1er-4 septembre 2008, Paris, Les Belles Lettres (sous presse).

41 Gustave Lanson, Corneille, Paris, Hachette, « Les grands écrivains français », 1898, rééd. 1919, p. 5.

42 Charles Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres, t. II, p. 1175, cité par Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, Paris, Seuil, 1983, p. 177.

43 Adrien Dupuy, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1892, p. 162.

44 Mémoires de l'Institut de France, Académie française 1906 – no 10.

45 Louis-Simon Auger, Éloge de Corneille, Paris, Xhrouet, 1808, p. 47.

46 Allocution prononcée à l’ouverture des conférences de la faculté de lettres de Paris, citée par Antoine Compagnon, op. cit., p. 56-57.

47 Horion, Explication du théâtre classique, op. cit., p. 196-197.

48 La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », dans Les Caractères, I (Garnier Frères, 1962).

49 Ernest Legouvé, L’Art de la lecture, à l’usage de l’enseignement secondaire, Paris, Hetzel, 1877.

50 Gustave Lanson et Paul Tuffrau, Manuel illustré d’histoire de la littérature française, Paris, Classiques Hachette, 1931 (rééd. 1951), note de l’éditeur, p. 5.

51 Ibid., p. 182-199, puis, pour Racine, p. 272-290.

52 Id., Principes de composition et de style, Conseils sur l’art d’écrire, Paris, Hachette, 1887, 2e éd. 1890, p. 126.

53 Voir par exemple la préface de Mithridate (dans Racine, Théâtre complet, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1931).

54 Le Cid, V, i. (dans Corneille, Théâtre complet, t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1950).

55 Marc Fumaroli, « Pierre Corneille, fils de son œuvre », dans Héros et orateurs, Genève, Droz, 1996, chap. I, p. 17-61.

56 Borges, L’Auteur et autres textes, Paris, Gallimard, 1965.

57 Jacques Chardonne, Le Ciel dans la fenêtre, Paris [Albin-Michel, 1959], La Table ronde, 1998, p. 109.

58 Anne Armand, L’Histoire littéraire. Théories et pratiques, Paris, Bertrand-Lacoste, « Didactiques », 1993, p. 25.

Auteur

Inspectrice d’académie, inspectrice pédagogique régionale de lettres chargée du théâtre dans l’académie de Paris. Ancien professeur de Lettres supérieures et fondatrice des secteurs artistiques « théâtre » en classes préparatoires littéraires. Vice-présidente de l’agrégation interne de lettres classiques. Parmi ses derniers articles et ouvrages, La Cité idéale, Scéren – CDRP Nord-Pas-de-Calais, 2004 ; « Les passions et la science, des morales antiques à la neurobiologie », communication au 50e Congrès international de l’association Guillaume-Budé (septembre 2008), Paris, Les Belles Lettres, 2012 ; « Dix ans de partenariat théâtral en Nord-Pas-de-Calais », Nord, Presses universitaires de Lille (à paraître).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search