Version classiqueVersion mobile

Héros ou personnages ?

 | 
Myriam Dufour-Maître

IIe partie. Regards, voix, discours constitutifs

Cet absent à la lourde présence : Hannibal dans le théâtre de Pierre Corneille

On the heavy presence of an invisible character: Hannibal in Pierre Corneille’s plays

Suzanne Guellouz

Résumé

Dix-huit fois nommé ou signalé par allusion tout au long de la pièce et par presque tous les personnages, Hannibal occupe une place importante dans Nicomède. Il est même celui par qui tout arrive. S’il est en effet la cause indirecte de la situation sentimentale, à laquelle Corneille accorde plus d’importance qu’il ne le dit, il est aussi la cause directe du problème politique qui est posé par le retour non réglementaire du héros, qui est au cœur de la tragédie. On ne peut donc rester insensible au rôle que joue ce personnage dans le développement de l’intrigue et dans la portée idéologique de la pièce.

Texte intégral

  • 1 Saint-Évremond, Lettres, textes publiés avec introduction, notices et notes par René Ternois, Pari (...)
  • 2 On notera que tous les écrivains du XVIIe siècle – sauf erreur – écrivent sans « h » le nom que l’ (...)
  • 3 C’est ce paradoxe dont a fait l’objet celui qui fut le témoin – et la victime – de « la mutation q (...)

1 Même si elles sont moins nombreuses qu’on le laisse entendre, les pièces de Corneille dont le sujet est emprunté à l’histoire romaine couvrent la totalité de ce domaine : cela va de la royauté (avec une tragédie comme Horace) au Bas-Empire (avec Héraclius) en passant par le Haut-Empire (qu’il s’agisse d’Othon ou de Tite et Bérénice) y compris ses débuts (avec Cinna) et par la République : témoins La Mort de Pompée, Nicomède, Sertorius ou Sophonisbe. C’est dans ce cadre qu’on eût attendu que Corneille traitât « le sujet d’Annibal » que, dans une lettre de mars ou avril 1668 adressée au comte de Lionne, Saint-Évremond appelait de ses vœux. Selon René Ternois, Lionne tenait de Corneille lui-même qu’il s’agissait véritablement d’un projet1 ; de là le commentaire du moraliste à qui Lionne en avait fait part. Ce projet n’aboutit pas et Pierre Corneille, contrairement à Thomas, qui devait écrire, en 1669, La Mort d’Annibal2, ne contribua donc pas à grossir la troupe, peu nombreuse, des poètes ou des dramaturges qui traitèrent d’un personnage pourtant depuis longtemps érigé en mythe3.

2À défaut d’une pièce complète, nous retrouvons dans deux des quatre tragédies portant sur la Rome républicaine – Nicomède et Sophonisbe – mention du conflit le plus important de cette époque, celui qui a opposé les Romains aux Carthaginois.

3Encore faut-il noter que c’est la pièce qui a été le plus tardivement rédigée – Sophonisbe date de 1663 – qui traite de la période la plus ancienne – Hannibal y est encore en vie –, alors que la pièce la plus ancienne – Nicomède date de 1651 – évoque ce prestigieux personnage juste après sa mort. D’autre part, il n’y a pas de commune mesure entre les occurrences que l’on peut relever dans l’une et l’autre tragédie. Dans Sophonisbe, Hannibal est seulement évoqué, furtivement, dans la première confrontation entre la reine de Numidie, Sophonisbe, et sa rivale, Erixe, à la scène iii de l’acte I. Ailleurs le nom du héros cède la place à celui de la ville qu’il incarne mais qui le dépasse, Carthage, voire à celui d’Asdrubal, il est vrai père de l’héroïne éponyme.

  • 4 Vers 22,35,41,72,276,294,310,444,574, 911, 925, 952,1159,1175,1297 et 1727.
  • 5 « Le maître, qui prit soin d’instruire ma jeunesse », II, iii, vers 663 et « Que ce vieillard conf (...)
  • 6 À la scène i de l’acte V il déclare en effet à sa mère Arsinoé : « Je les connais [il s’agit des R (...)
  • 7 Totalement absent de l'acte I, il joue les figurants dans les scènes ii, iii et iv de l’acte II, d (...)

4Dans Nicomède, en revanche, il est dix-huit fois question d’Hannibal : il est seize fois nommé4 et il fait l’objet de deux allusions5. D’autre part cette présence est continue : elle concerne tous les actes et tous les personnages, y compris la confidente Cléone, à l’exclusion d’Attale qui parle de Carthage et non d’Hannibal6 et d’Araspe, capitaine des gardes de Prusias, qui, il est vrai, n’est massivement présent que dans l’acte II et qui n’y prend la parole qu’à la scène i7.

5Cela confère à ce personnage historique une place importante même s’il n’est pas, et pour cause, un des personnages de la pièce.

6Quelles sont en effet les données ? Dès la scène i de l’acte I, nous apprenons que l’ambassadeur des Romains, Flaminius, est venu dans la capitale de la Bithynie en compagnie d’Attale, fils de son roi, Prusias, jusque là otage à Rome, pour l’échanger, avec l’aide de la reine Arsinoé, contre Hannibal qui s’y était réfugié et qui, pour ne pas devenir prisonnier de Rome, s’est empoisonné. Nous y apprenons aussi qu’Attale, en l’absence de Nicomède, son frère, parti guerroyer, est tombé amoureux de Laodice, la fiancée de celui-ci. À la scène v de ce même acte I, nous apprenons que cet ambassadeur, Flaminius, est le fils du héros malheureux de Trasimène (v. 305-306) et cette filiation est rappelée – et à deux reprises (v. 584 et 620) – à la scène iii de l’acte II.

  • 8 Histoires, III, i, Jules de Foucault (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 30. L’auteur de ce (...)

7Or la seule de ces données qui soit historiquement incontestable est celle qui concerne la fin d’Hannibal. On sait en effet que le héros de la deuxième guerre punique, qu’un historien comme Polybe appelle précisément « la guerre d’Annibal8 », chassé de son pays, après avoir séjourné chez Antiochus III, se rend chez Prusias I de Bithynie, l’aide dans la guerre qu’il mène contre un allié de Rome, Eumène II de Pyrame, et s’intègre au monde hellénistique, victime du désir de domination qui est alors celui des Romains. De là la menace qu’il représente pour eux et leur décision de se le faire livrer par son hôte entraînant son suicide.

  • 9 Scipion Dupleix, l’auteur d'une Histoire romaine parue en 1637, que Corneille a autant utilisée qu (...)
  • 10 Ibid., p. 1483.

8En revanche, que la démarche des Romains ait reposé sur un échange est totalement inventé par Corneille9. Quant au rôle joué dans la négociation par le fils du vaincu de Trasimène, il n’est évoqué que dans les Vies de Hannibal et de Scipion, un ouvrage composé au XVe siècle par Donat Acciaioli qui passait pour avoir été traduit de Plutarque et qui était partant souvent intégré aux éditions des Hommes illustres procurées à partir de la traduction de l’Escluse10 ; ce qui rend cette version des choses suspecte. On sait aussi que le personnage d’Arsinoé a été, selon la formulation de Georges Couton « créé de toutes pièces » et qu’il n’est d’Attale que ce roi de Pergame avec lequel Nicomède s’est allié contre son propre père.

  • 11 Corneille le cite dans son Avis au lecteur, éd. citée, p. 639-640.
  • 12 Voir la scène ii de l’acte I, où Attale demande à Laodice si « cet homme est à [elle] » (v. 183 et (...)

9On voit bien cependant quel intérêt avait Corneille à corser ainsi une histoire qu’il entendait au demeurant profondément transformer puisque, en renonçant, comme il le dit dans son Avis au lecteur puis dans son Examen, au « dessein de parricide » réalisé par le fils, en réponse au projet meurtrier conçu par le père, il trahissait totalement le texte de Justin, dont il était parti11. L’invention du « marchandage » permet d’introduire, grâce au rôle attribué à Arsinoé dans ces tractations, le thème, éminemment porteur, de la seconde épouse dominant un époux qui « ne voit que par ses yeux » (I, i, v. 12) et celui de la marâtre désireuse de substituer son fils à un aîné qui doit légitimement succéder à son père, qui lui est traditionnellement lié. Quant au recours à un homme qui pouvait en vouloir au Carthaginois non seulement en tant que citoyen romain mais encore en tant qu’individu atteint dans sa vie privée, il permet de faire de cet ambassadeur le passionné de la cause romaine qu’il demeure par delà la mort de son ennemi personnel. L’invention d’Attale, dont le séjour à Rome a été suffisamment long pour qu’il ne connaisse pas son aîné12 et dont le retour s’est effectué en un temps où cet aîné était lui-même absent, permet, quant à elle, à Corneille de doubler le thème de la rivalité politique de celui de la rivalité amoureuse.

10Si ces infractions à l’histoire, que semblent avoir inspirées à Corneille un certain goût du romanesque, et qu’il a commises en toute conscience, peuvent relever de l’ornementation, elles ont aussi, sans que leur auteur ait été forcément tout à fait conscient de leurs conséquences, un incontestable impact dramaturgique. Cet impact tient à la place qui est accordée à Hannibal.

11On en trouve une première trace dans le fait que, contrairement à ce que déclarait Corneille dans son Avis au lecteur et dans son Examen – « La tendresse et les passions, qui doivent être l’âme des tragédies, n’ont aucune part en celle-ci » –, les problèmes sentimentaux, même s’ils ne sont pas primordiaux, sont loin d’être absents de la pièce.

12L’amour qu’Attale, sitôt arrivé de Rome, a conçu pour Laodice est perceptible dès la scène ii de l’acte I. Attale n’a certes pas la possibilité d’y déclarer longuement sa flamme à Laodice puisqu’il s’agit d’un amour malheureux :

Quoi, Madame, toujours un front inexorable ?
Ne pourrai-je surprendre un regard favorable,
Un regard désarmé de toutes ces rigueurs,
Et tel qu’il est, enfin, quand il gagne les cœurs ?
(v. 119-122.)

13Mais cet attachement est assez fort pour que ce même personnage puisse déclarer à Flaminius, à la scène v de l’acte IV :

Je l’avouerai pourtant, le Trône de mon père
Ne fait pas le bonheur que plus je considère,
Ce qui touche mon cœur, ce qui charme mes sens,
C’est Laodice acquise à mes vœux innocents.
(v. 1403-1406.)

14Cet amour vient, nous l’avons dit, contrarier la relation amoureuse – car en l’occurrence il s’agit d’un amour réciproque – qui existe entre Nicomède et Laodice. Pour reposer sur un sens aigu de l’honneur et sur une admiration sans bornes, l’amour que Laodice porte à Nicomède relève aussi de l’affectif :

Ma gloire, et mon amour peuvent bien peu sur moi
S’il faut votre présence à soutenir ma foi,
Et si je puis tomber en cette frénésie
De préférer Attale au vainqueur de l’Asie.
(I, i, v. 45-48.)

15Et c’est bien cette passion qu’en termes sobres mais fermes l’héroïne oppose aux avances d’Attale :

La place est occupée, et je vous l’ai tant dit,
Prince, que ce discours vous dût être interdit.
(I, ii, v. 133-134.)

16Tout aussi sobrement exprimés mais tout aussi profonds sont les sentiments que Nicomède nourrit pour Laodice. Témoin le premier vers qu’il lui adresse, faisant allusion à Attale : « Je le sais, ma Princesse, et qu’il vous fait la Cour » (I, i, v. 18).

  • 13 Il en va de même dans Rodogune. Ici comme là, c'est « le péril du héros » (« Discours de l'utilité (...)

17Ainsi, bien que nous ne trouvions plus par la suite aucune trace de sentiment – pas même dans la scène iv de l’acte III, où a lieu l’ultime tête-à-tête des deux amants – et que Corneille renonce au dénouement nuptial, qui aurait pourtant pu avoir sa raison d’être13, force nous est de reconnaître que les premiers actes leur font une assez large place.

18Or – c’est une évidence – ce schéma, qui est celui d’un amour partagé que tâche d’entraver un amoureux pourtant éconduit, ne se serait jamais mis en place, si les Romains n’avaient pas tenu à se faire livrer Hannibal. Sans cela, en effet, Attale ne serait pas rentré en Bithynie, il ne serait pas tombé amoureux de Laodice. Et Nicomède, qui n’aurait pas été en proie aux craintes d’un fiancé jaloux, ne serait pas revenu dans son pays sans y avoir été invité par son père.

19Mais ce retour s’explique aussi par l’effet que la mort d’Hannibal a produit sur le héros, qui déclare lui-même :

Par mon dernier combat je voyais réunie
La Cappadoce entière avec la Bithynie,
Lorsqu’à cette nouvelle, enflammé de courroux,
D’avoir perdu mon maître, et de craindre pour vous,
J’ai laissé mon Armée aux mains de Théagène.
(Ibid., v. 27-31.)

  • 14 À la scène v de l’acte I, nous apprenons de la bouche d’Arsinoé qu elle a chargé ces deux personna (...)

20On ne saurait mieux dire que ce retour n’est pas l’« œuvre » de la « main » d’Arsinoé, comme elle le croit (v. 342.), même si le piège tendu à Nicomède par l’utilisation quelque peu rocambolesque qui est faite de Métrobate et de Zénon14 n’y est pas tout à fait étrangère.

21On ne saurait mieux dire non plus – et c’est là la preuve que c’est par Hannibal que tout arrive – que, s’il est la cause indirecte de la situation sentimentale, Hannibal est bien la cause directe du problème politique qui est ici posé, et qui est essentiel puisque cette réflexion sur le retour non réglementaire du héros est au cœur de la réécriture de l’histoire de Nicomède.

  • 15 Œuvres complètes, Jean Giono (intr.), Edmond Barincou (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de l (...)

22Ce qui est en jeu, en effet, ce sont les difficultés qui sont liées à la relation qui existe entre le roi et l’un de ses sujets, surtout lorsqu’ils sont en position respective de père et de fils, et plus précisément le problème de l’ingratitude. Sans aller jusqu’à penser, avec Georges Couton, que le chapitre xxix du livre I du Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel, où il traite du général qui, après avoir remporté mainte victoire, est mal accueilli par son prince qui en est pourtant le bénéficiaire15, « fournit la clef la plus sûre pour déchiffrer la tragédie », on ne peut en nier l’importance ni refuser de rattacher à cette réflexion le cas de Nicomède qui vient de conquérir trois royaumes, le Pont, la Galatie, la Cappadoce. Les premières paroles que Prusias lui adresse sont du reste éloquentes : « Revenir sans mon ordre, et se montrer ici ? » (II, i, v. 365).

23Et Prusias de justifier aussitôt l’ingratitude dont il fait preuve. À Araspe, qui s’interroge sur les « secrètes raisons de tant d’impatience » (Ibid., v. 372), il répond en effet :

Je ne les vois que trop, et sa témérité
N’est qu’un pur attentat sur mon autorité,
Il n’en veut plus dépendre, et croit que ses conquêtes
Au-dessus de son bras ne laissent point de têtes,
Qu’il est lui seul sa règle, et que, sans se trahir
Des Héros tels que lui, ne sauraient obéir.
(II, i, v. 373-378.)

24Nous sommes bien en effet devant un des cas envisagés par Machiavel : celui où la puissance en principe supérieure craint, par la mise en œuvre d’une dialectique qui rappelle, mutatis mutandis, celle du maître et de l’esclave, de se faire ravir son autorité par le subordonné qui a consolidé son pouvoir. Le rapprochement s’impose d’autant plus que Prusias est encore plus explicite un peu plus loin :

Et sa seule présence est un secret reproche :
Elle me dit toujours qu’il m’a fait trois fois Roi,
Que je tiens plus de lui, qu’il ne tiendra de moi,
Et que, si je lui laisse un jour une Couronne,
Ma tête en porte trois, que sa valeur me donne.
J’en rougis dans mon âme, et ma confusion,
Qui renouvelle et croit à chaque occasion,
Sans cesse offre à mes yeux cette vue importune,
Que qui m'en donne trois, peut bien m’en ôter une,
Qu’il n’a qu’à l’entreprendre, et peut tout ce qu’il veut.
(Ibid., v. 420-429.)

25Et qu’il est renforcé dans ses soupçons par un Araspe que nous voyons partagé entre le sentiment que Nicomède est aussi « vertueux » que Prusias est « bon père » (Ibid., v. 400) ou que « tout autre que lui devrait être suspect » et qu’« un retour si soudain manque un peu de respect » (Ibid., v. 369-370) et par une Arsinoé prête à tout pour – telles sont ses paroles – « éblouir [entendons tromper] le Roi, Rome et la Cour » (I, v, v. 346).

  • 16 Éd. citée, p. 640 et 642.

26Mais ce qu’il ne faut pas oublier de signaler c’est que, si la mort d’Hannibal affecte le personnage éponyme au point de lui faire commettre cette faute, c’est qu’il est pour lui la personnalité de référence. Présenté d’abord comme un « grand homme » – périphrase qui apparaît dès la deuxième mention qui en est faite (I, i, v. 23) –, il est aussitôt après revendiqué comme un « maître » (III, iii, v. 952 et IV, ii, v. 1175) dont le héros éponyme se dit le « disciple » (II, iii, v. 579) et dont il suit les « leçons » (I, iii, v. 276 et II, iii, v. 574). De là une dimension idéologique qui nous met bien au-delà de la phrase de l’Avis au lecteur et de l’Examen où Corneille déclare : « J’ai approché de cette histoire celle de la mort d’Annibal, qui arriva un peu auparavant chez ce même roi et dont le nom n’est pas un petit ornement à mon ouvrage16. » D’autant que cette remarque suit le commentaire sur la transformation de l’histoire par la suppression du parricide. De l’acceptation d’un comportement barbare, on passe en effet à l’exaltation d’une politique reposant sur l’honneur et la dignité, toutes vertus incarnées par le général punique.

27C’est pourquoi Laodice, parangon de fierté et digne compagne de Nicomède, cite, elle aussi, Hannibal en parlant à Flaminius :

La maîtresse du monde ! ah, vous me feriez peur,
S’il ne s’en fallait pas l’Arménie, et mon cœur.
Si le grand Annibal n’avait qui lui succède,
S’il ne revivait pas au prince Nicomède,
Et s’il n’avait laissé dans de si dignes mains
L’infaillible secret de vaincre les Romains ;
(III, ii, v. 909-914.)

28et en V, vi en parlant à Arsinoé :

J’irai jusque dans Rome en briser les liens,
Avec tous vos sujets, avecque tous les miens,
Aussi bien Annibal nommait une folie,
De présumer la vaincre, ailleurs qu’en Italie.
(v. 1725-1728.)

  • 17 Voir l’importance accordée à Sophonisbe, portée à la scène par Le Trissin en 1514, puis traduite, (...)

29C’est en fait la dimension idéologique de toute la pièce qui est donnée par ce rapport que Nicomède et ses alliés entretiennent avec Hannibal. Il nous permet en effet de prendre position dans le débat sur l’attitude de Corneille à l’égard de Rome. Selon certains critiques, qui s’appuient essentiellement sur Horace, Cinna, La Mort de Pompée ou Sertorius, Corneille serait inconditionnellement du côté de Rome, à qui il porterait une admiration sans limites. Pour d’autres, et qui s’appuient précisément sur Nicomède, où non seulement serait exaltée, à travers la figure d’Hannibal, la résistance à Rome mais où encore serait dénoncé l’impérialisme romain, l’admiration qu’il aurait pour cette puissance serait sérieusement entamée. Cette hypothèse est a priori d’autant plus recevable que le thème de la dénonciation de l’impérialisme romain est très présent dans la tragédie depuis la Renaissance17 et qu’il peut s’expliquer par la haine que Rome portait à la royauté, alors qu’à ce moment-là on comptait sur les rois pour lutter contre d’autres injustices.

  • 18 Voir notamment le personnage de Sabine, à qui, notons-le, Corneille accorde 373 vers alors qu’il n (...)

30En réalité, les messages délivrés ne sont pas aussi univoques qu’on a bien voulu le dire. De même qu’Horace – et une lecture approfondie des autres pièces mentionnées permettrait peut-être d’aboutir à de semblables conclusions – ne peut se lire comme un éloge sans réserve de Rome18, de même Nicomède ne peut être lue comme sa pure et simple réfutation. Témoin, d’abord, la parfaite connaissance de Rome que le héros affiche dès la scène ii de l’acte I (v. 156 et suiv.) en rappelant cette haine – évoquée précédemment – que cette cité a pour les rois et les reines et à laquelle, par delà l’ironie dont il accable son rival Attale, on ne peut pas ne pas être sensible. Témoin encore l’égalité qu’établit entre Rome et Carthage le parallélisme qui existe entre les deux hémistiches d’un des vers les plus importants qu’il prononce à la scène suivante : « Des leçons d’Annibal, ou de celles de Rome » (I, iii, v. 276). Une égalité que conteste évidemment Flaminius qui, à la scène iii de l’acte II, ne voit dans les réactions de Nicomède qu’« un effet des leçons d’Annibal », ce « perfide ennemi de la grandeur romaine », faites de « mépris » et de « haine » (v. 574-576), mais que Nicomède tient à réaffirmer en en nuançant les contours lorsqu’il répond :

Non, mais il m’a surtout laissé ferme en ce point,
D’estimer beaucoup Rome, et ne la craindre point.
(v. 577-578.)

31Nicomède ne saurait mieux dire non seulement que, sans faire preuve d’aveuglement, on peut faire preuve de courage mais encore que l’absence de crainte est à la mesure de l’estime que l’on porte à l’adversaire, ce qui est la meilleure manière de dire et que Carthage vaut Rome et que Rome vaut Carthage ! Et que Nicomède, parce qu’il est aussi éloigné du mépris que de la bassesse, de la vanité que de la pusillanimité, est celui dont la pensée est la plus légitime.

  • 19 Serge Lancel emploie le terme d’« ombre ». Cette métaphore, au demeurant bien fondée, ne doit évid (...)
  • 20 Il n’est pas inutile de rappeler qu’après Le Trissin, Mellin de Saint-Gelais et Jodelle, précédemm (...)

32Reste à savoir de quelle originalité fait preuve Corneille. Mais c’est là une tout autre affaire. Contentons-nous donc de rappeler d’abord quel rôle joue, dans le développement de l’intrigue et dans la portée idéologique de Nicomède, le recours au personnage d’Hannibal, cet absent à la si lourde présence19. Signalons ensuite, puisque nous les avons toutes deux évoquées, la différence qui existe, de ce double point de vue, entre les pièces carthaginoises : dans Sophonisbe en effet, non seulement il est essentiellement question de Carthage – et de celle qui l’incarne alors, Sophonisbe – et non d’Hannibal, mais encore cet Hannibal, tout vivant qu’il est, est présenté comme un vaincu sinon définitif du moins probable20. Ce qui n’est évidemment pas le cas dans Nicomède, où il survit, et en mieux, dans la personne du héros.

Notes

1 Saint-Évremond, Lettres, textes publiés avec introduction, notices et notes par René Ternois, Paris, Marcel Didier, 1967, t. I, p. 137. Et Saint-Évremond de préciser : « S’il y peut faire entrer la conférence qu’il eut avec Scipion avant la bataille, je m’imagine qu’on leur fera tenir des discours dignes des plus grands hommes du monde qu’ils étaient. »

2 On notera que tous les écrivains du XVIIe siècle – sauf erreur – écrivent sans « h » le nom que l’on a pris aujourd’hui l’habitude d’orthographier « Hannibal ».

3 C’est ce paradoxe dont a fait l’objet celui qui fut le témoin – et la victime – de « la mutation qui, en l’espace d’un siècle – du milieu du IIIe au milieu du IIe siècle avant notre ère – a commencé à fixer pour longtemps et sur tous les plans – politique, économique, culturel – les contours de l’espace méditerranéen occidental » que signale Serge Lancel dans la remarquable biographie qu’il a écrite du fameux Punique (avant-propos, dans Hannibal, Paris, Fayard, 1995, p. 8). En ce qui concerne le XVIIe siècle, on ne peut en effet faire état que de peu de choses. L'Annibal ou Le Grand Annibal de Georges Scudéry, dont l’existence est signalée par Tallemant (Historiettes, Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1970, t. II, p. 696), Beauchamps (Recherches sur les théâtres de France depuis l’an 1161 jusqu à présent, 1735, 3 vol. , t. II, p. 99) et les rédacteurs du Dictionnaire portatif des théâtres (1754, p. 528), de la Bibliothèque des théâtres (1733, « Additions et Corrections », p. 323) et de la Bibliothèque du théâtre français (1748, t. II, p. 154) mais dont ne parlent ni Pellisson, dans son Histoire de l’Académie française depuis son établissement jusqu’en 1652, « Catalogue des Messieurs de l’Académie », t. XXXVI, 1730, p 362 ni Nicéron, dans ses Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres de la République des lettres, 1727-1745, t. XV, p. 114, a probablement été écrite par Scudéry mais à la fin de sa vie et représentée sans succès, donc non éditée et en tout état de cause perdue, conclut Evelyne Du tertre (Scudéry dramaturge, Genève, Droz, 1988, p. 89).

4 Vers 22,35,41,72,276,294,310,444,574, 911, 925, 952,1159,1175,1297 et 1727.

5 « Le maître, qui prit soin d’instruire ma jeunesse », II, iii, vers 663 et « Que ce vieillard confie et gloire et liberté / Plutôt au désespoir qu’à l’hospitalité », IV, ii, vers 1177-1178, dans Corneille, Œuvres complètes, Georges Couton (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, t. II. Toutes nos références renvoient à cette édition.

6 À la scène i de l’acte V il déclare en effet à sa mère Arsinoé : « Je les connais [il s’agit des Romains] Madame, et j'’ai vu cet ombrage / Détruire Antiochus et renverser Carthage » (vers 1523-1524).

7 Totalement absent de l'acte I, il joue les figurants dans les scènes ii, iii et iv de l’acte II, disparaît dans l’acte III jusqu’à la scène vii, où il joue les huissiers, avant de rejouer les figurants dans les scènes i à iv de l’acte IV, pour disparaître ensuite jusqu’à la scène v de l’acte V, où il endosse l’habit de messager, et être le seul personnage absent de la scène finale !

8 Histoires, III, i, Jules de Foucault (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 30. L’auteur de cette édition signale, dans sa notice, que les historiens grecs qui adoptent le point de vue des Carthaginois emploient tous cette expression, alors que les Romains, des annalistes à Cicéron ou Tite-Live, parlent de « seconde guerre punique » (bellum Punicum secundum), ibid., p. 12.

9 Scipion Dupleix, l’auteur d'une Histoire romaine parue en 1637, que Corneille a autant utilisée que Justin pour écrire Nicomède, (voir Corneille, Œuvres complètes, op. cit., p. 1460), évoque la pratique qui consiste, pour les rois alliés des Romains, à envoyer leurs fils ou leurs frères comme otages à Rome mais ne dit pas qu elle ait été mise en oeuvre par Prusias.

10 Ibid., p. 1483.

11 Corneille le cite dans son Avis au lecteur, éd. citée, p. 639-640.

12 Voir la scène ii de l’acte I, où Attale demande à Laodice si « cet homme est à [elle] » (v. 183 et 202) et en attend le respect qu'il devrait plutôt lui porter (« Insolent, est-ce enfin le respect qui m'est dû ? », v. 233) et la scène suivante, où, suite à l’entretien qui a lieu entre sa mère et son frère, il apprend la vérité : « Madame, c'est donc là le Prince Nicomède ! » (v. 263).

13 Il en va de même dans Rodogune. Ici comme là, c'est « le péril du héros » (« Discours de l'utilité et des parties du poème dramatique », éd. citée, t. III, 1987, p. 126) qui « constitue » la tragédie : la pitié même qu'il inspire – car il en inspire – n’a d'utilité que pour souligner l’admiration que doit nous inspirer la façon dont il vient à bout des difficultés.

14 À la scène v de l’acte I, nous apprenons de la bouche d’Arsinoé qu elle a chargé ces deux personnages peu recommandables de dire à Nicomède que la reine les a envoyés auprès de lui pour l’assassiner ; c’est ce dont il vient se plaindre, croyant encore, à la scène iv de l’acte III, pouvoir compter sur leur témoignage (v. 964) mais « ces hommes du commun » (III, vii, v. 1044) affirment que c’est Nicomède qui les a subornés ; de là, la demande de Nicomède, une fois que le piège s’est refermé sur lui : « Punissez donc, seigneur, Métrobate et Zénon/Pour la reine, ou pour moi, faites-vous-en raison » (IV, ii, v. 1257-1258). Seule l’intervention du peuple, dont Cléone dit, à la scène iv de l’acte V, qu’il « vient de [les] déchirer » (v. 1566), met un terme à la sombre histoire qu’introduisent ces personnages.

15 Œuvres complètes, Jean Giono (intr.), Edmond Barincou (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1952, p. 445-448.

16 Éd. citée, p. 640 et 642.

17 Voir l’importance accordée à Sophonisbe, portée à la scène par Le Trissin en 1514, puis traduite, en 1584, par Claude Mermet de Saint-Rambert en Savoie et adaptée en français par Mellin de Saint-Gelais en 1556, et à Cléopâtre, dont Jodelle a fourni en 1553 la première mouture (Cléopâtre captive, Kathleen M. Hall (éd.), University of Exeter, 1979) : toutes héroïnes qui préfèrent le suicide à la captivité.

18 Voir notamment le personnage de Sabine, à qui, notons-le, Corneille accorde 373 vers alors qu’il n’en prête que 296 à Camille, 294 au Vieil Horace, 223 à Curiace et, surtout, 249 à Horace, et que l’on peut considérer comme le seul personnage qui s’oppose légitimement au héros éponyme.

19 Serge Lancel emploie le terme d’« ombre ». Cette métaphore, au demeurant bien fondée, ne doit évidemment pas être prise dans un sens négatif.

20 Il n’est pas inutile de rappeler qu’après Le Trissin, Mellin de Saint-Gelais et Jodelle, précédemment évoqués (n. 17), c’est au tour de Montchrestien et de Mairet d’offrir, le premier, en 1596, une Sophonisbe qui devait être présentée en une seconde édition sous le titre La Carthaginoise ou la Liberté (Les Tragédies de Montchrestien, nouvelle édition d’après l’édition de 1604, avec notice et commentaire par L. Petit de Julleville, Krauss Reprint, 1970) et le second, en 1635, avant Cléopâtre qui date de 1636, une Sophonisbe (Théâtre complet, Bénédicte Louvat, Alain Riffaut et Marc Vuillermoz (éd.), Paris, Champion, t. I, 2004).

Auteur

Professeur émérite à l’université de Caen, a travaillé sur le dialogue comme forme littéraire (Le Dialogue, Paris, PUF, 1992) et sur les relations que la France a entretenues avec l’Espagne au XVIIe siècle. Elle a également organisé des colloques sur des écrivains normands : P.-D. Huet, Saint-Évremond, Segrais.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search