Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IVe Partie. Églises et abbayes

Des figures de défunts sur céramique : la diffusion des plates-tombes en Normandie (XIIIe-XVIIe siècle)

Florence Delacampagne et Christophe Maneuvrier

Texte intégral

1Les plates-tombes en céramique sont des monuments funéraires à l’effigie du défunt, généralement accompagnés d’une épitaphe. Nous excluons donc de cette étude les monuments funéraires gravés dans la pierre ainsi que les inscriptions funéraires non accompagnées de la représentation figurée du défunt. Sans être une exclusivité normande – on en connaît dans le Hainaut, l’Oise, ainsi qu’en Champagne et même à Hambourg –, le phénomène a atteint dans cette province un développement qui n’a aucun égal ailleurs, ni en France ni à l’étranger.

  • 1 Le Hardy, 1897, p. 150.
  • 2 Delacampagne et Maneuvrier, 2002, p. 123.
  • 3 Ces dessins sont conservés à la BnF, Fr. 4902. Voir Caumont, 1846, p. 578-585.
  • 4 François et Touzet, 1978.
  • 5 Norton, 1984.

2Les plates-tombes en céramique ont attiré les curieux et les chercheurs depuis fort longtemps. La plus ancienne mention d’une découverte figure dans le procès-verbal d’une visite de l’abbatiale d’Aunay-sur-Odon de 1638, qui rapporte que la tombe installée dans le chœur de l’édifice en 1624 avait remplacé une tombe plus ancienne « qui était en briques émaillées »1. En 1693, un moine anonyme de Saint-Pierre-sur-Dives note l’ouverture « d’un tombeau sur lequel etoit la figure d’un abbé tenant une crosse […]. On le referma aussitôt mais on ne put rétablir la figure, qui n’étoit que sur des pavés de briques »2. Vers la même époque (avant 1706), l’intendant Foucault fait dessiner celles qui ornent alors le chœur de l’abbatiale de Fontenay3, tandis que François-Roger de Gaignières fait de même avec celles de la salle capitulaire de l’abbaye de Jumièges. Au XIXe siècle, plusieurs découvertes sont signalées en Basse-Normandie, notamment à Hambye, Longues, Gratot, par Arcisse de Caumont, Paul de Farcy (1883), et Eugène Robillard de Beaurepaire (1883). En Haute-Normandie, d’autres découvertes sont mentionnées, souvent de façon laconique par l’abbé Cochet, et l’abbé Decorde (1857), puis par Léon de Vesly (1913). Entre les deux guerres, de nouveaux éléments de plates-tombes sont découverts à Hambye, Longues, Saint-Pierre-sur-Dives, puis à Deux-Jumeaux en 1961, et Cerisy-la-Forêt en 1971 (pl. I). Depuis, les collections anciennes ont été réétudiées (Coulthard et Delacampagne, 1995) ainsi que certaines plates-tombes oubliées (Broine, 2000 ; Delacampagne et Maneuvrier, 2002). Surtout, de nouveaux vestiges ont été mis au jour, à l’abbaye de la Lucerne (Ducoeur, 1991), Évreux (Le Cain, 1999 ; pl. II), Cherbourg (Broine, 2002), Saint-Évroult, (Vigot, 2005 ; pl. IV), Notre-Dame de Bondeville (Langlois, 2004 ; pl. I), Ardenne (Broine, 2005), Thaon (Delacampagne et Maneuvrier, 2005 ; pl. V), et Pommeréval (pl. VII). Cette documentation permet aujourd’hui de tenter un nouvel état des lieux. Deux grands types de production peuvent être individualisés. Le premier est celui que nous appelons « groupe du Bessin », il regroupe des productions effectuées par les potiers de la région du Molay aux XIIIe et XIVe siècles. Le second est le « groupe du Pays de Bray » qui rassemble des productions réalisées entre Bures-en-Bray et Neufchâtel aux XVIe et XVIIe siècles. Toutes les plates-tombes de Normandie ne rentrent cependant pas dans cette classification, soit parce qu’elles ont été produites en dehors de ces deux centres potiers, soit parce qu’elles sont datables d’autres époques. C’est le cas, par exemple, de celles de Beauchamps4 ou de Jumièges5. Enfin, au-delà de cet essai de classification, nous avons cherché, pour chacun de ces deux groupes, à préciser la chronologie des productions, leur diffusion, et surtout à identifier les utilisateurs de ces monuments funéraires.

3Le corpus est assez hétéroclite, puisqu’il comprend à la fois des monuments bien conservés, des éléments isolés, des tombeaux connus uniquement par des dessins, et de simples mentions textuelles. En Basse-Normandie, 14 sites ont fourni une cinquantaine de vestiges de platestombes (carte 1). Il s’agit pour la plupart d’abbayes bénédictines, mais aussi de Prémontrés et de Victorins. Les églises paroissiales en revanche sont peu représentées, puisque deux seulement en ont livré.

Carte 1 : plates-tombes de Normandie.

Pl. I : Notre-Dame-de-Bondeville (76).

NMI

Date des principales découvertes

Type d’établissement

Aunay-sur-Odon (14)

1

Avant 1880

Cisterciens

Cerisy-la-Forêt (50)

3

1971

Bénédictins

Cherbourg (50)

5

1993

Chanoines de Saint-Victor

Deux-Jumeaux (14)

15 ?

1961

Prieuré bénédictin de l’abbaye de Cerisy

Gratot (50)

1

Avant 1880

Église paroissiale

Hambye (50)

3

1845, 1880, 1933, 1958

Tironiens

La Lucerne-d’Outremer (50)

1

1991

Prémontrés

Le Plessis-Grimoult (14)

2

1751

Chanoines réguliers

Longues-sur-Mer (14)

9/10

1933

Bénédictins

Saint-André-de-Fontenay (14)

3

Avant 1706

Bénédictins

Saint-Évroult-de-Montfort (61)

1

1999

Bénédictins

Saint-Germain-la-Blanche-Herbe (abbaye d’Ardenne) (14)

1

1982

Prémontrés

Saint-Pierre-sur-Dives (14)

1

1893, 1925

Bénédictins

Thaon (14)

3

2004

Église paroissiale

Total

49/50

Tableau 1 : plates-tombes signalées en Basse-Normandie.

4La situation est assez différente en Haute-Normandie où l’on recense 38 découvertes sur 23 sites (cartes 1 et 2). Les découvertes multiples sont rares, et la plupart d’entre elles ont eu lieu dans des églises paroissiales.

NMI

Date des principales découvertes

Type d’établissement

Bailleul (auj. Bailleul-Neuville) (27)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Bois-L’Évêque (76)

1

1870

Église paroissiale

Boissay (76)

1

Avant 1857

Église paroissiale

Pont-de-l’Arche (27)

1

Avant 1913

Cisterciens

Bouteilles (76)

1

1856

Église paroissiale

Massy (auj. Brémontiers-Massy) (76)

1

1849

Église paroissiale

Brémontiers (Brémontiers-Massy) (76)

1

Avant 1849

Église paroissiale

Bures-en-Bray (76)

1

Avant 1849

Bénédictins

Évreux (27)

3

1999

Bénédictins

Fresles (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Grumesnil (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Harfleur (76)

1

Avant 1913

Prieuré

Hermanville (76)

1

1849

Église paroissiale

Incheville (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Jumièges (76)

9

Avant 1715

Bénédictins

Mesnières-en-Bray (76)

1

1903

Église paroissiale

Neufchâtel-en-Bray (76)

2

Avant 1931

Prieuré

Notre-Dame-de-Bondeville (76)

3

2004

Cisterciens

Pierrecourt (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Pommeréval (76)

2

Vers 2004

Église paroissiale

Quièvrecourt (76)

2

Avant 1913

Église paroissiale

Saint-Martin-le-Gaillard (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Vatierville (76)

1

Avant 1913

Église paroissiale

Tableau 2 : plates-tombes signalées en Haute-Normandie

Le « groupe du Bessin »

Aspects technologiques

5La réalisation du décor de la plate-tombe associe plusieurs techniques. Certains éléments de base du décor (arcades, colonnes, dais, anges…) sont estampés tandis que ceux qui personnalisent le défunt (visage, costume, mains, inscriptions…) sont réalisés a scraffiato. Le résultat donne alors une très fine et précise définition des motifs et les figures sont légèrement en relief par rapport à la surface originelle du pavé. La qualité du dessin incite à penser que les potiers travaillaient avec les imagiers qui réalisaient les dalles funéraires en pierre.

Centre de production

  • 6 Flambard Héricher, 2002.
  • 7 Dufournier, 2003, p. 127-128.

6Il y a longtemps que l’on sait que le centre de production se situe autour du Molay, où une importante communauté potière existait dès le Moyen Âge6. L’attribution de la quasi-totalité des plates-tombes de Normandie occidentale à cet atelier repose essentiellement sur des critères métriques et des similitudes techniques. La plate-tombe de Cherbourg est cependant la seule à avoir fait l’objet d’une analyse chimique qui a démontré qu’elle avait, de façon certaine, été réalisée à partir d’argiles du Bessin7. Les plates-tombes fabriquées dans le Bessin ont donc pu être utilisées jusqu’à 75 km au moins de leur lieu de production.

  • 8 Le Cain, 2003.
  • 9 Lachasse, 1961.
  • 10 Broine, 2002.
  • 11 Sur ces pavés : Coulthard et Delacampagne, 1995.

7D’autres analyses chimiques ont révélé que les éléments de plates-tombes trouvés à Évreux n’ont pas été fabriqués avec de l’argile du Bessin8 (pl. V). Le style du décor et la présence de pavés armoriés rappellent pourtant les productions des potiers de la région du Molay. Il n’est pas impensable que ces terres cuites aient été dessinées ou réalisées par un potier issu de ces ateliers. L’une des plates-tombes comporte un écu au chevron attribué à la famille de Coulombières9. Un carreau de pavage découvert près des plates-tombes est orné d’un écu aux armoiries de la famille des Malet de Graville que l’on rencontre aussi à Cherbourg10. Ces deux motifs sont également identiques à ceux trouvés sur des pavés découverts dans l’abbaye de Longues11. Les éléments de plates-tombes d’Évreux ont été découverts dans un contexte d’habitat du XIVe siècle, en remploi comme sole de cheminée à une centaine de mètres de l’abbaye Saint-Taurin. Cette découverte appelle plusieurs remarques : trois fragments d’angle portent un motif réalisé avec la même estampe, sans trace d’usure, ce qui suggère que l’on est en présence de pièces de rebut. Seule la présence d’un atelier à proximité de l’abbaye permet d’expliquer l’utilisation des pièces de rebut dans un habitat contemporain de ces monuments funéraires.

Pl. II : Évreux (27).

Chronologie

  • 12 La datation est incomplète mais elle comprend « MCCCX… ». Le décès est donc intervenu entre 1310 e (...)
  • 13 Langlois et Leterreux, 1999. Les époux Le Flament sont décédés l’un en 1317, l’autre en 1323.
  • 14 Farcy, 1888a, p. 18 et 104.
  • 15 En 1344, leur fils et héritier, Jean de Fontenay, fut décapité pour avoir participé à une conspira (...)
  • 16 Delacampagne et Maneuvrier, 2002, p. 123. Dans cet article, nous n’avions pas affirmé que cette pl (...)

8Trois plates-tombes seulement portent des indications sur la date du décès de l’individu qu’elles recouvraient : celle de Cherbourg (vers 1280-1289), celle de Fontenay (1340) et celle de la dame de Port à Deux-Jumeaux (vers 1310-1349)12. La comparaison stylistique entre la plate-tombe de la dame de Port et la pierre tombale des époux Le Flament découverte dans l’église Saint-Jean à Caen montre que ces deux types de tombes ont vraisemblablement été réalisés par des imagiers13 de la même école, ce qui permet de situer la plate-tombe de Deux-Jumeaux vers 1320-1330. D’autres éléments de datation peuvent être fournis par les textes lorsque l’on a la chance de pouvoir identifier le personnage représenté. C’est le cas des plates-tombes d’Aude de Brucourt et de Raoul Tesson, autrefois présentes dans l’abbaye de Fontenay. Ce dernier it en 1302 une importante donation à l’abbaye pour y fonder un obit pour lui et sa femme14. Ce texte permet donc de dater leurs plates-tombes du premier tiers du XIVe siècle15. La plate-tombe de Saint-Pierre-sur-Dives, reconstituée par G. Ruprich-Robert vers 1925, a de fortes chances d’être la même que celle qui fut en partie détruite en 1693. L’inscription funéraire a aujourd’hui presque totalement disparu mais le récit de la découverte de 1693 indique qu’il s’agissait d’un abbé nommé Jacques. Les similitudes du décor avec celles des plates-tombes de Longues, Deux-Jumeaux et Fontenay permettent de croire qu’il s’agit de l’abbé mentionné pour la dernière fois en 129716.

  • 17 Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 147.
  • 18 Demay, 1881, no 89, p. 13. Peut-être est-ce cette plate-tombe que signale le chanoine Béziers qui (...)

9Une autre plate-tombe trouvée dans l’abbaye de Longues est aujourd’hui connue seulement par un dessin d’Eugène de Beaurepaire17. L’inscription, pour laquelle il manque un carreau, peut être restituée ainsi : + ci gist : monsegnor : gville : [Bacon : ch]evaliers : segnor : dvMolai +. Il pourrait s’agir de la sépulture de Guillaume Bacon, vivant en 129518. Quant à celle de Guillaume d’Argouges, découverte également dans l’abbaye de Longues et dont le décor semble plus tardif, elle peut être datée du deuxième quart du XIVe siècle, époque à laquelle cette famille acquiert la seigneurie du Molay.

10Quatre types de plates-tombes ont pu être isolés à partir de caractères stylistiques discriminants (tableau 3). On observe sur la période du dernier quart du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle une augmentation du nombre de carreaux et une complexification du décor architectural. Les blasons sont de plus en plus fréquents et souvent présents en plusieurs endroits.

Tableau 3 : essai de classification des plates-tombes

Localisation dans l’église

11Presque toutes les plates-tombes connues en Basse-Normandie proviennent d’établissements religieux réguliers : abbayes bénédictines surtout et établissements de chanoines réguliers (tableau 1). Deux églises paroissiales seulement ont livré de tels vestiges, celles de Gratot (Manche) et de Thaon (Calvados).

  • 19 Farcy, 1888a, p. 18 et 104.

12La quasi-totalité des localisations connues concerne le chœur de l’édifice ou sa périphérie immédiate : la plate-tombe de Guillaume de Croisilles à Fontenay était placée « au milieu du chœur », celle de Raoul Taisson « à l’entrée du chœur, vis à vis de la chaire » et celle de sa femme Aude de Brucourt, « en face de celle de Raoul »19, dans le chœur également. Quant à celle découverte dans l’abbaye d’Aunay en 1638, elle se trouvait devant le grand autel.

13La plate-tombe de l’abbé Jacques, à Saint-Pierre-sur-Dives, a été découverte dans la chapelle de la Vierge, située à l’arrière du chœur. À Deux-Jumeaux, les éléments de plates-tombes ont, pour la plupart, été observés dans la chapelle de la Vierge située immédiatement au sud du chœur, tout comme à Longues où elles ont été mises au jour dans la chapelle Saint-Michel proche du chœur.

14À Thaon, les deux plates-tombes étaient probablement placées dans l’allée centrale de la première travée de la nef, juste avant l’entrée du chœur. Ce sont les seules trouvées dans la nef d’un édifice avec celle de Cherbourg qui était placée au niveau de l’allée centrale, au milieu de la nef.

Des plates-tombes pour les proches des seigneurs du Molay ?

  • 20 Paul Adam-Even et Léon Jéquier, « Un armorial français du XIIIe siècle », Archives héraldiques sui (...)
  • 21 Connu par une copie de 1461, (BnF, ms. fr. 2249) http : //www.briantimms.com/vermandois/introducti (...)
  • 22 Demay, 1881, nos 89 et 90, p. 13.
  • 23 Coulthard et Delacampagne, 1995, p. 7.

15La dispersion des plates-tombes du Bessin n’est que relative, d’autant que ces monuments sont presque toujours installés sur la sépulture d’un personnage ayant des liens très forts avec les seigneurs du Molay. Un premier lien entre la famille Bacon et les plates-tombes de Normandie occidentale est indiqué par la présence fréquente de pavés aux armes des Bacon du Molay dans l’entourage de la tombe. Selon l’armorial de Wijnbergen, réalisé vers 1265-1270, les armes de Roger Bacon étaient « de gueules à six roses d’argent boutonnées d’or »20. L’armorial du Hérault Vermandois, daté lui des années 1285-1300 indique que Roger Bacon portait « de gueules a VI Roses dargent »21 et c’est bien cet écu que l’on rencontre dès 1261 sur les sceaux des Bacon22. Des pavés aux armes des Bacon ont été découverts autour des plates-tombes des abbayes de Cerisy23, de Longues et de la Lucerne.

16Par ailleurs, d’autres liens peuvent être mis en évidence, établissement par établissement, à travers les sources écrites.

Les liens des Bacon avec l’abbaye de Cerisy et le prieuré de Deux-Jumeaux

  • 24 Bourrienne, 1932, p. 50 ; Farcy, 1887, p. 226 (d’après un cartulaire en français détruit en 1944, (...)
  • 25 Farcy, 1887, p. 226 (d’après un cartulaire en français détruit en 1944). En 1222, l’abbé de Cerisy (...)
  • 26 Le mercredi après la Sainte-Luce 1261. Traduction française éditée dans Farcy, 1887, p. 264.
  • 27 En 1307, Guillaume et Rogier Bacon, frères, sont présents lors des assises de Bayeux à propos d’un (...)
  • 28 Delisle, 1852, no 878, p. 208.
  • 29 Delisle, 1852, nos 1036 et 1037, p. 269.

17Les liens avec l’abbaye de Cerisy sont anciens et remontent au début du XIIIe siècle. Les Bacon tentent alors de fonder un établissement régulier susceptible de leur servir de sanctuaire familial. En 1207, Guillaume Bacon donne aux moines le patronage et l’église de Couvains située à 7 km de l’abbaye24, acte confirmé en 1228, par « Guillaume Bacon du Molet filz Guillaume Bacon du Molet »25. En 1261, Roger Bacon abandonne à l’abbé de Cerisy le droit de patronage de l’église de Saonnet26. Les liens avec cette abbaye sont ensuite moins visibles, mais ils sont encore bien attestés en 130727. Plusieurs abbés de Cerisy étaient d’ailleurs originaires du Bessin, comme Guillaume de Saint-Gabriel, élu en 127628, ou Thomas de Saonnet qui lui succéda en septembre 128429. La donation de 1261 de l’église de Saonnet démontre que cette famille était dans la vassalité des Bacon (pl. III).

Pl. III : Cerisy-la-Forêt (50).

  • 30 Musset, 1957.
  • 31 Delisle, 1852, no 916, p. 223 : « Item du don de Robert Baron, cinq solz. » L’acte n’est connu que (...)

18Le prieuré de Deux-Jumeaux dépendait quant à lui de l’abbaye de Cerisy en vertu d’une donation effectuée par Robert de Villiers vers 119030. La confirmation royale de cette donation en 1278 montre que les Bacon figuraient déjà parmi les bienfaiteurs du prieuré31. Roger Bacon ayant épousé Jeanne de Villiers, le prieuré devient alors l’un des sanctuaires de la famille Bacon.

Les Bacon, l’abbaye de Longues et l’église de Gratot

  • 32 Cartulaire de l’abbaye de Longues, no 75 : Farcy, 1888b, p. 51.
  • 33 Cartulaire de l’abbaye de Longues, no 103 : texte édité par Farcy, 1888b, p. 63. Cet acte est daté (...)

19Au début du XIVe siècle, c’est surtout l’abbaye de Longues qui retient l’attention des Bacon. Dès 1200, Guillaume Bacon du Molay y donne sa part de l’église de Saint-Martin de Blagny32, et en 1208, Willemus Bacon de Moleio filius Rogeri Bacon cède le patronage de l’église de Matragny33.

20Les d’Argouges, originaires du Bessin et résidant à Bayeux, s’allient à la famille de Gratot par un mariage en 1237. Les plates-tombes ont été découvertes dans l’église paroissiale de Gratot qui servait de sanctuaire familial. Cette famille, de l’entourage des Bacon, apparaît à maintes reprises dans les actes pour l’abbaye de Longues, comme témoins ou comme actants.

Les Bacon et l’abbaye de Saint-Évroult

  • 34 1343, 11 mai. Ordre de faire une enquête sur l’âge de Guillaume Bertran : « Les gens des comptes n (...)
  • 35 Cottin, 2001, p. 22.
  • 36 Acte daté du 28 juin 1369. BNF, lat. n. acq., 2198: Nortier, 1959, no 228.
  • 37 En 1354 elle donne le revenu d’une chapelle fondée par elle en sa terre d’Étreham-le-Perreux (Farc (...)

21La fille de Roger Bacon et de Jeanne de Villiers-sur-Port, prénommée Jeanne elle aussi, épouse Guillaume Bertran qui en 1343 se dit « seigneur du Molay-Bacon à cause de demoiselle Jehanne sa femme »34. Lorsqu’il meurt en 1351 sans héritier35, Jeanne se dit « dame du Molay » et « douairière de Bricquebec »36. Née dans la moyenne aristocratie régionale, elle fait désormais partie des familles les plus en vue de Normandie : Guillaume Bertran, oncle de son mari, est évêque de Bayeux, Robert Bertran, son neveu, est maréchal de France. Devenue veuve, elle fait en 1354 et 1357 plusieurs donations à l’abbaye de Longues où sont enterrés plusieurs de ses ancêtres37.

Pl. IV : Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (61).

  • 38 Gallia christiana, XI, col. 374.
  • 39 Bourrienne, 1932, p. 76 ; Gallia christiana, XI, col. 828. En août 1364, la charte est ratifiée pa (...)
  • 40 Bourrienne, 1932, p. 78.
  • 41 Béziers, p. 318-319 ; Bourrienne, 1932, p. 73. En 1369, elle cède, à l’évêque de Bayeux le fief de (...)

22Jeanne Bacon porte également une dévotion particulière à l’abbaye de Saint-Évroult à laquelle elle donne des biens situés à Sainte-Croix-Grand-Tonne, dans le Bessin. Cette donation est confirmée en 1363 par l’évêque de Bayeux38. En août 1364, elle lègue à nouveau à Saint-Évroult tout ce qui relevait de son fief de Villiers à Sainte Croix-Grand-Tonne en échange de 3 messes basses par semaine pour elle et ses parents39. C’est en effet dans cette abbaye qu’elle a choisi de se faire inhumer, sans doute auprès d’un parent, et où elle est effectivement ensevelie en 137640. Dix ans auparavant, le 1er août 1366, elle avait fondé un prieuré hospitalier à Villers-Bocage doté de 200 livres de rente et avait placé sa chapelle sous la protection de saint Évroult et de sainte Élisabeth41 (pl. IV).

Les Bacon et l’abbaye d’Ardenne

  • 42 En 1260, le mercredi après l’Ascension, il confirme à l’abbaye d’Ardenne les donations faites par (...)
  • 43 Desprairies, 1883, p. 128-133.

23Au début du XIIIe siècle, les Bacon tentent de fonder un petit établissement canonial dans l’église paroissiale du Breuil-en-Bessin, et font pour cela appel aux prémontrés de l’abbaye d’Ardenne. Vers 1200, Guillaume Bacon, seigneur du Molay, leur cède les églises de Blay et du Breuil contre la promesse des religieux d’y placer trois prêtres qui célébreront à perpétuité des messes pour lui, sa femme et ses fils. Cette donation est confirmée en 1260 par un autre Guillaume Bacon42. L’inscription sur carreaux de céramique conservée dans l’église du Breuil montre que cet édifice servit effectivement de lieu de sépulture aux Bacon. On sait que cette inscription n’est plus depuis longtemps à son endroit initial et qu’elle se développait primitivement sur trois plaques en terre cuite juxtaposées, la troisième ayant disparu depuis fort longtemps. En 1883, Desprairies en a proposé une lecture sur laquelle il convient de revenir, puisqu’une interprétation différente peut en être donnée43.

Proposition de lecture de l’inscription du Breuil, par M. Desprairies :
+ CIGIST ROBERT [fiz monsegner]
ROGER BACON CHEVAL [ir et fiz mad]
AME AELIS DASNIERES. [Ci gist Gui]
LLAME FIZ MONSEGNE [r Roger Bac]
ON CHEVALIR ET FIZ MADA [Eleono]
RE DE VILERS. DEX LOR FACE [grace]

  • 44 Farcy, 1888a, p. 75, d’après un cartulaire détruit en 1944, fo 5.
  • 45 Un jugement de l’Échiquier de 1218 confirme à l’abbé de Cerisy le patronage de Couvains contre le (...)
  • 46 Farcy, 1888a, p. 227-228.

24Outre le fait que certaines lettres ont été mal lues (monsegne pour « monsegno »), et qu’il faut à coup sûr remplacer « grace » par « merci », la proposition de Desprairies concernant les prénoms Roger et Élénore ne peut plus être acceptée sans discussion. En effet le prénom d’Éléonore est inconnu chez les Bacon. C’est pourquoi nous proposons de le remplacer par Sylvestre, prénom porté par une « dame du Molay » en 124544. Elle pourrait bien avoir hérité ce prénom de sa mère, Sylvestre de Villiers, et être la fille de Guillaume Bacon fils de Guillaume Bacon, signalé comme jeune en 1218, et qui fait plus tard des dons à Cerisy et à Ardenne45. Si l’on en croit l’inscription, Robert fils de Roger serait l’aîné de Guillaume. Or on sait justement par un acte de 1228 que Guillaume Bacon du Molay, fils de Guillaume Bacon du Molay, avait pour grandpère un certain Roger Bacon du Molay46. Il s’agit à coup sûr du Roger de l’inscription, marié à Aelis d’Asnières. En 1226, l’une des sœurs de Guillaume fils de Guillaume se prénomme Alix, prénom probablement hérité de sa grand-mère.

Nouvelle proposition de lecture de l’inscription du Breuil :
+ CIGIST. R/OBERT FI [z/ monsegno]
ROGER. BAC/ON CHEVAL/ [ir et fiz mad]
AME. AELIS / DASNIERES/ [Ci gist Gui]
LLAME FI[Z] / MONSEGNO/[r Guillame Bac]
ON. CHEVALI/R ET FIZ MADA/ [me Sylvest]
RE DE VILERS / DEX LOR FAC/ [e Merci]

Les Bacon et l’abbaye de la Lucerne

  • 47 Ducoeur, 1991, p. 76.

25Les fouilles menées dans l’abbaye de la Lucerne ont livré un fragment de plate-tombe orné d’une cotte de mailles, à proximité de plusieurs pavés armoriés dont certains aux armes des Bacon47. Le lien entre cette abbaye et les seigneurs du Molay n’est pas évident, mais il passe sans doute par l’abbaye d’Ardenne qui était une fille de l’abbaye prémontrée de la Lucerne.

Les liens avec l’abbaye du Voeu à Cherbourg

  • 48 Favreau et Michaud, 2002, no 111, p. 179.
  • 49 Broine, 2002.

26Avant de tenter de cerner les relations ayant pu exister entre cette abbaye et les Bacon du Molay, il convient de revenir sur l’identification du « prêtre Guillaume », et notamment sur son nom. Il semble bien, en effet, que les briques qui composent l’inscription ont été perturbées à une date inconnue, et que, comme le suggérait Jean Michaud, deux pavés ont bien été intervertis48. Chaque mot est précédé par un signe de ponctuation constitué d’un ou de deux points. Le groupe de lettres/GVILLA/MARGE/ME : DERAI/ne peut donc pas être en situation originelle, car il manquerait un élément de ponctuation entre le prénom et le nom. De plus la forme GVILLAM pour Guillaume est tout à fait improbable. La forme Argeme de Rai est par ailleurs en incohérence avec les usages anthroponymiques de la fin du XIIIe siècle. La présence d’un certain « Michel Dargeme » dans le terrier de Vains de 145049 ne peut être utilisée ici : d’une part il faut lire en réalité « Michiel Dargenne », d’autre part il serait appelé dans son épitaphe « Guillaume Dargeme » et non « Guillaume Argeme ».

  • 50 Trichet, 1990, p. 135.
  • 51 Delacampagne et Maneuvrier, 2005.
  • 52 « Abbas de Grestano est patronatus ecclesie Beate Marie de Quierquevilla » : Longnon, 1903, p. 319
  • 53 Bréard, 1904, p. 107.

27Il est donc très préférable de s’en tenir à la lecture de Jean Michaud et de considérer que cette plate-tombe est celle d’un individu nommé Guillaume de Margeray, originaire de la commune du même nom. Par ailleurs, il n’est pas certain que le « prêtre Guillaume » ait été chanoine de l’abbaye du Vœu. L’argument avancé selon lequel la tonsure serait caractéristique des clercs réguliers ne semble en effet pas recevable, Louis Trichet affirmant qu’en Normandie tous les clercs (prêtres, sous-diacres, acolytes…) devaient impérativement porter la tonsure50. Aucun élément du texte ne permettant de faire de ce personnage un chanoine, il vaut mieux s’en tenir à une interprétation minimale et considérer qu’il n’était que prêtre de l’église paroissiale de Querqueville. Cette situation n’a rien d’exceptionnel puisque l’on sait que la tombe d’un autre prêtre, mort en 1340 et inhumé dans l’abbaye de Fontenay, était également recouverte d’une plate-tombe, situation que l’on retrouve probablement aussi dans l’église paroissiale de Thaon51. Il n’existait d’ailleurs aucun lien direct entre l’abbaye du Vœu et l’église de Querqueville. On ne trouve en effet aucune mention de cette église dans le cartulaire de l’abbaye. La raison en est que l’église de Querqueville dépendait de l’abbaye de Grestain, dans le pays d’Auge52, qui, selon des aveux du XVe siècle possédait également plusieurs fiefs dans cette paroisse53. Le lien avec le Bessin pourrait ici passer par la famille Bertran, alliée des Bacon, richement possessionnée autour de Bricquebec dans le Cotentin et de Grestain dans le pays d’Auge, et dans le Bessin où ils sont même seigneurs du Molay au XIVe siècle. Or l’un des pavés armoriés qui jouxte la plate-tombe du prêtre Guillaume est justement aux armes des Bertran.

Les liens avec l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives

  • 54 Delacampagne et Maneuvrier, 2002.
  • 55 Cartulaire de Friardel, BNF, Lat. 164, f° 35.
  • 56 Delisle, 1852, no 472, p. 166.

28L’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives n’a laissé que fort peu d’archives médiévales et ses abbés sont très mal connus pour le XIIIe siècle. On a vu précédemment que la plate-tombe devait recouvrir la sépulture d’un abbé de la fin du XIIIe siècle nommé Jacques54. La seule liste d’abbés disponible est celle dressée dans la Gallia christiana qui est très fautive et totalement incohérente avec les sources actuellement disponibles. L’abbé Jacques, mentionné de façon continue entre 127855 et 1297, pourrait bien être le même abbé que le Jacques de Cerisy (Jacobus de Cyreseyo), moine de Fécamp choisi comme abbé de l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, en juillet 1269, et dont le nom suggère qu’il devait être originaire du Bessin56.

Les liens avec l’abbaye de Fontenay et l’église de Thaon

  • 57 Delisle, 1864, p. 79, no 289, et p. 91, no 357.
  • 58 Le 12 août 1377, Gilbert Bacon reconnaît tenir de l’évêque la terre de Saint-Vaast-sur-Seulles et (...)

29Les liens entre les seigneurs du Molay et l’abbaye de Fontenay sont moins évidents, mais Raoul Taisson, inhumé dans le chœur de l’abbaye, était aussi seigneur de Saint-Vaast dans le Bessin. Son père, dont il n’avait pas repris le nom, était Guillaume Paynel, de la famille des fondateurs de l’abbaye de Hambye où plusieurs éléments de plates-tombes furent également mis au jour57. Raoul Taisson et Aude de Brucourt eurent deux enfants dont un fils Jean qui fut décapité la veille de Pâques 1344 à Paris pour avoir conspiré avec Geoffroy d’Harcourt. Nous n’avons pas trouvé ce que devint leur fille, mais il est possible qu’elle se soit alliée avec un membre de la famille Bacon, ce qui expliquerait d’une part la présence des plates-tombes sur les sépultures de ses parents, et d’autre part le fait que l’on rencontre, en 1377, un certain Gilbert Bacon se disant seigneur de Saint-Vaast et d’Ondefontaine58, titres portés avant lui par Raoul Taisson dans l’obit de 1302.

Pl. V : Thaon (14).

  • 59 Delisle et Berger, 1909-1927, no DXCI, p. 180 ; Ramackers, 1937, 242, p. 340.
  • 60 Aveu du 12 août 1377 par lequel Gilbert Bacon reconnaît tenir de l’évêque la terre de Saint-Vaast- (...)

30C’est également par les Taisson que se fait le lien entre les Bacon du Molay et l’église de Thaon. La terre de Thaon fut initialement donnée à l’abbaye de Savigny en 1127 par Guillaume de Saint-Clair. Une confirmation d’Henri II des années 1175-1182 ainsi qu’une bulle de Lucius III datée de 1184 signalent que cette terre relevait du fief de Robert de Fontenay59. Un aveu de 1377 pour la seigneurie de Saint-Vaast et d’Ondefontaine signale à Thaon un « membre de fief » qui relevait de Gilbert Bacon60 (pl. V).

Pl. VI : Le Plessis-Grimoult (14).

  • 61 En 1221, Simon Bacon confirme à l’abbaye d’Aunay deux gerbes de la dîme de Vassy données par son b (...)
  • 62 Acte non retrouvé, signalé par Demay, 1881, no 89, p. 13.
  • 63 En 1262 il donne au prieuré du Plessis-Grimoult toute la terre située entre son fossé, sa grange e (...)

31Enfin, Les Bacon figurent également parmi les bienfaiteurs de l’abbaye d’Aunay, en 122161 et 129562, et du Plessis-Grimoult en 126263 (pl. VI), mais les liens avec ces deux établissements restent obscurs.

Le « groupe du pays de Bray »

32La découverte récente de pavés appartenant à au moins trois plates-tombes faite dans l’église de Pommeréval permet, par comparaison avec d’autres découvertes anciennes, de caractériser un second groupe typologique que l’on peut appeler « groupe du pays de Bray ».

Aspects technologiques

33Ce groupe se caractérise d’abord par les techniques de fabrication mises en œuvre : la gravure de l’effigie, des décors et de la légende est réalisée directement sur les pavés encore mous à l’aide d’une sorte de stylet, puis le tout est recouvert d’une glaçure au plomb de couleur jaune ou verte. Après cuisson, la terre du pavé est d’un rouge assez foncé qui tranche nettement avec la couleur de la glaçure. Les dimensions des pavés des plates-tombes de Pommeréval sont de 18 à 19 cm de côté, pour une épaisseur qui varie de 25 à 30 mm.

Pl. VII : Pommereval (76)
a : fig. 1.

  • 64 Decorde, 1857, p. 7.
  • 65 Vesly, 1913, fig. 18 p. 55.

34Des pavés similaires sont connus par des dessins de l’abbé Decorde64 d’une plate-tombe trouvée dans l’église de Boissay et par d’autres publiés par Léon de Vesly pour les églises de Bailleul65, et Quièvrecourt. La plate-tombe la mieux conservée de Pommeréval compte trois carreaux de largeur sur 7 ou 8 de hauteur. Elle représente un homme en pied, vêtu d’un long manteau dont seule la partie basse et quelques fragments de la partie haute sont encore présents (pl. VII).

Aire de diffusion

  • 66 « Nous épuiserions une longue nomenclature si nous attachions à spécifier toutes les églises où l’ (...)
  • 67 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. I, année 1867, 1868, p. 278.
  • 68 Léon de Vesly signale « deux pavés en faïence » dont l’un « le plus grand ; à couverte jaune, mesu (...)

35En 1849, André Pottier signale des découvertes de fragments de plates-tombes en céramique « dans presque tout l’arrondissement de Neufchâtel, depuis Gournay jusqu’à Londinières et depuis Aumale jusqu’à Saint-Saëns »66. En 1867, on signale que « des carreaux émaillés sont sortis des églises de Beaussault, de Villedieu-la-Montagne, et de Saint-Pierre-Mi-ès-Camps. Quelques-uns de ces carreaux formaient des dalles tumulaires, d’autres contenaient des antiennes à la Sainte-Vierge »67. D’autres éléments de plates-tombes sont signalés à Fresles, en « assez grand nombre », ainsi qu’à Pierrecourt et Boissay. Vers 1900, Léon de Vesly mentionne à son tour une découverte dans l’église de Mesnières-en-Bray68.

  • 69 Durand, 1933, p. 116.
  • 70 Lachasse et Roy, 1979, no 346, p. 333. Dans cette publication, ce pavé est attribué au XIIIe ou au (...)

36À la fin du XIXe siècle, on découvrit à Neufchâtel-en-Bray une autre plate-tombe entrée en 1893 au musée Mathon, qui se composait de 21 pavés de 20 cm de côté. Les pavés de terre rouge étaient recouverts d’une engobe jaune, le dessin y apparaissant en creux, d’aspect brun-verdâtre, et représentait un ecclésiastique. En bordure, une épitaphe « malheureusement incomplète ou effacée aux 4e et 5e pavés où précisément était gravé le nom du défunt, mort le dernier jour d’avril 1500 »69. Cette plate-tombe a malheureusement disparu pendant la Seconde Guerre mondiale, et il n’en subsiste actuellement qu’un seul carreau70.

Carte 2 : plates-tombes du pays de Bray.

Lieux d’installation

  • 71 L’abbé Cochet signale simplement que « dans la nef de Pommeréval, on aperçoit la ceinture noire et (...)

37Une grande incertitude demeure sur le lieu précis d’implantation de ces plates-tombes. À Pommeréval, elles furent découvertes lorsque l’on démonta l’emmarchement de l’autel qui les recouvrait. Elles étaient déjà invisibles lorsque l’abbé Cochet visita l’édifice71. Aucune observation archéologique n’a malheureusement été faite lors de la découverte, mais la bonne conservation de la partie inférieure d’une plate-tombe laisse croire qu’elles étaient alors in situ même s’il est évident que l’ordonnance des pavés avait été chamboulée. Dans tous les autres cas, on signale seulement que les éléments de plates-tombes ont été mis au jour « dans les églises », sans plus de précision.

Chronologie

  • 72 Durand, 1933, p. 116.
  • 73 Vesly, 1913, fig. 19 p. 56.

38Les légendes et les costumes des plates-tombes du pays de Bray évoquent toutes le XVIe ou le début du XVIIe siècle. Malheureusement, les inscriptions connues sont incomplètes, et les dates des décès des individus inhumés sont lacunaires. L’une des plates-tombes de Pommeréval recouvrait les restes d’un homme décédé « * le * Ve jour de octhobre mil. v. c. […] ». Celle de Neufchâtel avait été réalisée pour un ecclésiastique « mort le dernier jour d’avril 1500 ». On peut douter d’un millésime écrit en chiffres arabes à cette époque. Il est probable que la date était par ailleurs incomplète lorsque André Durand la releva72. Un pavé dessiné par Léon de Vesly provenant de l’église de Quièvrecourt comprend les mots « MIL. SIX » pour indiquer que le décès de ce défunt eut lieu dans le courant du XVIIe siècle73.

Centres de production

  • 74 Roquelet, 1984, p. 183.
  • 75 Durand, 1953, p. 133.
  • 76 Bull. de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 1867, t. I, Rouen, 1868, p. 278.
  • 77 Dubois-Hébert, 1984, p. 187-200.

39Plusieurs centres potiers sont bien attestés en Pays de Bray, dès le XIVe siècle. Le coutumier d’Hector de Chartres révèle l’existence d’une communauté potière à Bures, vers 1402. Ces potiers pouvaient disposer, moyennant une rente annuelle de 18 deniers à payer au verdier de la forêt d’Eawy, d’une certaine quantité de bois à prendre dans la forêt royale74. Quelques découvertes, malheureusement trop rapidement observées, témoignent de l’existence d’autres centres de production. À Neufchâtel-en-Bray, on découvrit ainsi, en 1951, un four de potier avec des pots vernissés et des pavés aux « décors de rosace et rosettes et fleurs de lys dans les coins », que l’observateur a daté du XIVe siècle75. Un autre four, peut-être médiéval, fut aperçu vers 1867 à Grumesnil76. Quant au grand centre de Martincamp, il n’est guère attesté avant le XVIIe siècle. On sait cependant que les potiers y utilisaient vers 1775 des argiles provenant de Martincamp, de Bully et de Quièvrecourt77. Enfin, une fabrique de pavés de faïence est bien connue à Brémontiers, sur la commune actuelle de Massy.

Les utilisateurs de plates-tombes du « pays de Bray »

40Même si la documentation est très fragmentaire, quelques dessins de pavés de plates-tombes publiés par Léon de Vesly montrent que ces monuments étaient utilisés par des laïcs – hommes et femmes –, et par des ecclésiastiques (Neufchâtel).

41Les deux plates-tombes de Pommeréval recouvraient des sépultures des membres de la famille des seigneurs du lieu. Les inscriptions sont lacunaires, mais suffisantes pour l’attester. La première peut être partiellement restituée :

Cy gist […. Bourgoi] z escuyer [… seigneur de] Pomerev [al* qui] deceda * le * ve jour de octobre mil. v. c. [… Priez]. Dieu. [pour] luy.

  • 78 Letourmy, 1996, p. 5.

42La seconde est plus lacunaire, mais elle est accompagnée, comme la première, par une représentation des armes de la famille Bourgeois (ou Bourgoise), seigneurs de Pommeréval, « d’argent au lion de sable armé et lampassé de gueules »78 :

Icy gist [… de Pomere] *valle a [… qui deceda] ab l’age […] * quoi * et * [… Priez pour son] ame.

  • 79 Bouquet, 1884, p. 4.
  • 80 Bouquet, 1884, p. 20, 21 et 29.
  • 81 Bouquet, 1884, p. 135.

43En l’absence de prénom, il est impossible d’attribuer de façon certaine ces plates-tombes à l’un ou l’autre des membres de la famille, mais il semble bien que l’une d’elles soit celle d’Antoine Bourgeois, ou plus vraisemblablement, celle de son fils Nicolas. Antoine Bourgeois était vers 1540 seigneur de Pommeréval et verdier en la forêt d’Eawy. Son fils Nicolas est beaucoup mieux connu car il fit une belle carrière dans les offices, héritant en 1554 de la charge de lieutenant du bailliage de Saint-Pierre de Neufchâtel détenue jusqu’alors par son beau-père79. En 1559, Nicolas Bourgeois se convertit au calvinisme80. C’est certainement lui qui fit reconstruire le manoir ou château de Pommeréval, dans la seconde moitié du XVIe siècle. On ignore malheureusement la date du décès de Nicolas Bourgeois, que l’on peut logiquement placer vers la fin du XVIe siècle. La plate-tombe ne peut cependant pas être celle de son fils, Mathieu, mort en 161781, puisque cette date est trop tardive pour être en concordance avec celle de l’inscription.

  • 82 Bouquet, 1884.

44Un document exceptionnel, le Mémoire des mariages, naissances et déceds et ensuite de ce qui s’est passé, digne de mémoire en la ville de Neufchâtel, d’Adrien Miton82, éclaire les liens qui unissaient les familles utilisant des plates-tombes du pays du Bray. Dans ce mémoire, Adrien Miton rapporte les naissances et les décès ainsi que les événements le touchant de près ou de loin intervenus dans la région de Neufchâtel-en-Bray entre 1520 et 1628.

  • 83 Bouquet, 1884, p. 8 et 108. Adrien Miton précise dans son mémoire que sa mère décède en 1600 à l’â (...)
  • 84 Bouquet, 1884, p. 17, et p. 22.

45Fils d’Antoine Miton et de Catherine Bourgeois83, Adrien Miton, né en 1551, avait pour marraine « la damoiselle de Pommeréval », Isabelle, épouse de Jacques Bourgeois de Pommeréval. En 1573, il choisit à son tour « le sieur de Pommeréval » pour qu’il soit le parrain de l’un de ses fils jumeaux, puis la dame de Pommeréval comme marraine de l’une de ses filles née en 157784.

  • 85 Bouquet, 1884, p. 35.

46Sa famille, comme celle des Bourgeois de Pommeréval, appartient au groupe de la noblesse d’offices du Pays de Bray, l’une et l’autre étant spécialisées dans les charges liées à la gestion des eaux et forêts. Tandis que les seigneurs de Pommeréval sont verdiers de la forêt d’Eawy, Antoine Miton, le père d’Adrien, décédé en 1581, fut pendant plus de trente ans « lieutenant des eaux et forêts de Neuchâtel »85. À ce titre, il était donc leur supérieur.

  • 86 Bouquet, 1884, p. 50.
  • 87 Bouquet, 1884, p. 15.

47L’implantation d’Adrien Miton à Neufchâtel fut très forte. Même s’il ne put conserver l’office de lieutenant des eaux et forêts de Neuchâtel qu’avait détenu son père, il fut élu, à deux reprises par la ville, gouverneur du château86. Vers la même époque, Jean Bourgeois, parent d’Adrien et de Nicolas, était sous-prieur à l’hôpital de Neufchatel. Adrien Miton signale son décès en 157587.

  • 88 Bouquet, 1884, p. 2.
  • 89 Bouquet, 1884, p. 17.
  • 90 Bouquet, 1884, p. 89.
  • 91 Bouquet, 1884, p. 138.
  • 92 Procès-verbaux de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. II, années 1849-1866, p. (...)
  • 93 Bouquet, 1884, p. 50.
  • 94 Bouquet, 1884, p. 64.

48En dehors de Pommeréval et de Neufchâtel, les familles Miton et Bourgeois avaient des liens étroits avec d’autres familles aristocratiques implantées dans des localités voisines où furent découvertes d’autres plates-tombes. Le seigneur de Mesnières était lui aussi un proche ou un parent d’Adrien Miton. Le mémoire de ce dernier commence en effet par signaler l’achèvement de la reconstruction du château de Mesnières, entreprise par Louis de Boissay88. En 1573, la « dame de Mesnières » fut choisie par Adrien comme marraine de l’un de ses fils, le parrain n’étant autre que le seigneur de Pommeréval89. C’est d’ailleurs dans ce château qu’Adrien se réfugie en 1592 lors de l’arrivée de la Ligue à Neufchâtel90. Son mémoire signale qu’il détenait des terres à Quièvrecourt où d’autres pavés d’une plate-tombe ont été mis au jour91. Enfin, signalons que le seigneur d’Hermanville, où une autre plate-tombe fut découverte en 185992, était gouverneur de la ville de Neufchâtel au moment où Adrien Miton était gouverneur du château93. Le sieur d’Harmonville était même le parrain d’un autre des fils d’Adrien Miton, né en mars 159094.

49Ces productions peu nombreuses ne semblent guère avoir été diffusées en dehors des localités situées à proximité de leur zone de production.

50À trois siècles d’intervalle, les productions du Bessin et du pays de Bray sont bien différentes. Néanmoins, elles ont en commun un même mode de diffusion. En effet, elles s’effectuent l’une et l’autre à l’intérieur d’un réseau de parenté charnelle ou spirituelle. Dans le cadre du Bessin, s’ajoutent à cela des liens de vassalité. Dans les deux cas, on ne peut donc pas réellement parler de commercialisation mais de commandes exceptionnelles effectuées par quelques familles auprès des potiers de la région placés sous leur autorité, à moins qu’il ne s’agisse de cadeaux ou de redevances offertes par ces mêmes groupes de potiers à leurs protecteurs.

  • 95 Vers 1881, on signale « dans l’église de Thourotte [Oise, cant. Ribécourt] des carreaux émaillés d (...)

51Toutefois d’autres productions ont pu obéir à d’autres fonctionnements mais la documentation est actuellement trop insuffisante pour les étudier (plates-tombes de Jumièges, Beauchamps, Hambye…). Il serait également intéressant de comparer ces productions avec celles d’autres régions notamment autour de Compiègne, où plusieurs éléments de plates-tombes de l’époque moderne ont été mis au jour95.

Sources par site

Basse-Normandie

52AUNAY-SUR-ODON (Calvados)
Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 143 ; Le Hardy, 1897, p. 150.

53CERISY-LA-FORÊT (Manche)
Lachasse, 1965, p. 594 ; Lachasse et Roy, 1979, p. 326-328, no 343 ; Musset, 1992, p. 104-105.

54CHERBOURG (Manche)
Broine, 2002 ; Favreau et Michaud, 2002, no 111, p. 179. Dufournier, 2003, p. 127-128.

55DEUX-JUMEAUX (Calvados)
Musset et Langlois, 1959 ; Musset, 1961 ; Musset, 1963 ; Lachasse, 1963 ; Lachasse et Roy, 1979 ; Coulthard et Delacampagne, 1995, p. 180-198 et 201-205, Coulthard et Delacampagne, 1997, p. 376-385 ; Delacampagne, 2003, p. 40.

56FONTENAY (Calvados)
Caumont, 1846, p. 578-585, Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 137-143, Farcy, 1883, p. 371-374, Lachasse, 1965, p. 591-592.

57GRATOT (Manche)
Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 145, Farcy, 1883, p. 374, Coulthard et Delacampagne, 1995, p. 199.

58HAMBYE (Manche)
Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 147-151 ; Farcy, 1883, p. 376 ; Le Hardy, 1883 ; Niobey, 1940 ; Lecuir, 1958 ; Lachasse et Roy, 1979 ; Delacampagne, 2003.

59LA LUCERNE D’OUTREMER (Manche)
Ducoeur, 1991.

60LE PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)
Musset, 1962, p. 16 ; Lachasse, 1965, p. 591.

61LONGUES (Calvados)
Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 146-147 ; Farcy, 1883, p. 375 ; Farcy, 1888b, p. 14-19 ; Le Mâle, 1934 ; Dewey, 1952 ; Lachasse et Roy, 1979, p. 342, no 369 ; Musset, 1964.

62SAINT-ÉVROULT (Orne)
Vigot, 2005.

63SAINT-GERMAIN-LA-BLANCHE-HERBE (Calvados)
Broine, 2005.

64SAINT-PIERRE-SUR-DIVES (Calvados)
Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 142-143 ; Broine, 2000 ; Delacampagne et Maneuvrier, 2002.

65THAON (Calvados)
Delacampagne et Maneuvrier, 2005.

Haute-Normandie

66BAILLEUL (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 55.

67BOIS-L’ÉVÊQUE (Seine-Maritime)
Cochet, 1871, p. 38-39.

68BOISSAY (Seine-Maritime)
Decorde, 1857, p. 7 et pl. VIII, no 1 ; Vesly, 1913, p. 55.

69BREMONTIERS/MASSY (Seine-Maritime)
Pottier, 1849, p. 500.

70BURES (Seine-Maritime)
Pottier, 1849, p. 501-502.

71ÉVREUX (Eure)
Le Cain, 1999 et 2003 ; Calderoni et al., s. d.

72FRESLES (Seine-Maritime)
Decorde, 1857, p. 7 ; Vesly, 1913, p. 58.

73GRUMESNIL (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 55, fig. 19 et 20.

74HARFLEUR (Seine-Maritime) pour le prieuré de Beaulieu Vesly, 1913, p. 60.

75HERMANVILLE (Seine-Maritime)
Anonyme, 1867, p. 116 ; Vesly, 1913, p. 54.

76INCHEVILLE (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 27, fig. 4 et 5, et p. 55, fig. 18.

77JUMIÊGES (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 50-54, fig. 38-46 ; Norton, 1984

78MESNIÊRES (Seine-Maritime)
Vesly, 1906, p. 266 ; Vesly, 1913, p. 55.

79NEUFCHÂTEL-EN-BRAY (Seine-Maritime)
Durand, 1953, p. 116 ; Lachasse et Roy, 1979, p. 333-334, no 346.

80NOTRE-DAME-DE-BONDEVILLE (Seine-Maritime)
Langlois, 2004.

81PIERRECOURT (Seine-Maritime)
Decorde, 1857, p. 7 ; Vesly, 1913, p. 55.

82POMMERÉVAL (Seine-Maritime)
Giordani, s. d.

83PONT-DE-L’ARCHE (Eure, abbaye de BONPORT)
Vesly, 1913, p. 54.

84QUIÈVRECOURT (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 55-57, fig, 19, 20, 21.

85ROUXMESNIL-BOUTEILLES (Seine-Maritime)
Cochet, 1856, p. 128-136.

86SAINT-MARTIN-L’HORTIER (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 55 et 57, fig. 22.

87SAINT-MARTIN-LE-GAILLARD (Seine-Maritime, église de Saint-Sulpice sur-Yerres)
Vesly, 1913, p. 58, fig, 19 et 20.

88VATIERVILLE (Seine-Maritime)
Vesly, 1913, p. 60.

À la frontière de la Normandie

89BEAUCHAMPS (Somme, ancien diocèse de Rouen)
François et Touzet, 1978.

Bibliographie

Bibliographie

Anquetil, 1908.
Anquetil, Eugène, Le livre rouge de l’évêché de Bayeux, 2 vol. , Bayeux, Tueboeuf, 1908.

Anonyme, 1867.
[Anonyme], « Note sur une plate-tombe en carreaux émaillés trouvée à Hermanville, près de Bacqueville », Procès-verbaux du Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, 1849-1866, t. II, 1867, p. 116.

Beck, 1968.
Beck, Bernard, « L’abbaye Notre-Dame de Hambye », Art de Basse-Normandie, no 44, 1968, p. 37-38.

Béziers, 1896.
Béziers, Michel, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, publiés par G. Le Hardy, 3 vol. , Rouen, 1894-1896.

Bouquet, 1884.
Mémoire d’Adrien Miton, publié par F. Bouquet, Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray et des environs, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1884.

Bourrienne, 1903.
Bourrienne, Valentin, Antiquus cartularius ecclesiae baiocensis, Rouen, 2 vol. , 1902-1903.

Bourrienne, 1932.
Bourrienne, Valentin, « Une grande dame du Bessin, cause innocente de l’invasion de la Normandie en 1346 », Annuaire de l’Association normande. Congrès de Bayeux (1931), 99e année, Caen-Rouen, 1932, p. 46-80.

Bréard, 1904.
Bréard, Charles, L’Abbaye de Notre-Dame de Grestain, de l’ordre de Saint-Benoît, à l’ancien diocèse de Lisieux, Rouen, Lestringant, 1904.

Broine, 2000.
Broine, Éric, « La plate-tombe médiévale en terre cuite de l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, t. CXIX, fasc. 1-2, mars-juin 2000, p. 65-77.

Broine, 2002.
Broine, Éric, À propos de la plate-tombe en céramique du prêtre Guillaume trouvée à l’abbaye Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg : étude archéologique et historique d’une pratique funéraire en Normandie occidentale à la fin du XIIIe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Lorren, université de Caen, 2002, 154 pages.

Broine, 2004.
Broine, Éric, « La terre cuite au service de la décoration des édifices cultuels du bas Moyen Âge. L’exemple des plates-tombes en céramique de la Normandie occidentale (XIIIe-XIVe siècles) », Matériau et construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours, actes du colloque organisé par la Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (section de Saint-Lô), Saint-Lô, 24-25 novembre 2000, publiés par Gilles Désiré dit Gosset et Janjac Leroy, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, coll. « Études et documents », no 21, 2004, p. 59-70.

Broine, 2005.
Broine, Éric, « Aspect méthodologique de la restitution du décor d’une plate-tombe ; un exemple à partir des découvertes de l’abbaye Notre-Dame d’Ardenne (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, Calvados) », Actes du 39e congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, « Les Arts du feu en Normandie » (Eu, 21-24 octobre 2004), Caen-Rouen, Annales de Normandie, 2005, p. 165-170.

Calderoni et al., s. d.
Calderoni, Paola, Guillot, Bénédicte, Le Cain, Bérengère, « Aspects techniques de la construction en pans de bois (fin XIIIe-XVe siècle) d’après plusieurs découvertes archéologiques en milieu urbain (Rouen, Harfleur, Louviers, Évreux) ».

Caumont, 1846.
Caumont, Arcisse de, Statistique monumentale du Calvados. Tome I : Arrondissement de Caen, Caen, 1846.

Caumont, 1850,
Caumont, Arcisse de, « Notes provisoires sur quelques produits céramiques du Moyen Âge », Bulletin monumental, 1850, p. 375-395.

Cochet, 1850.
Cochet, Jean Benoît Désiré, Les églises de l’arrondissement de Dieppe, 2 vol. , Paris, Derache, 1850.

Cochet, 1856.
Cochet, Jean Benoît Désiré, « Note sur des sépultures anglo-normandes trouvées à Bouteilles, près de Dieppe », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXII, 1856, p. 128-136.

Cochet, 1871.
Cochet, Jean Benoît Désiré, « Travaux de la commission », Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. II, année 1870, 1871, p. 38-39.

Cottin, 2001.
Cottin, Catherine, « Une famille de la noblesse normande : les Bertran (XIe-XIVe siècle) », Bulletin de la société historique de Lisieux, année 2001, no 48.

Coulthard et Delacampagne, 1995.
Coulthard, Nicola et Delacampagne, Florence, Pavés et plates-tombes. Collection de la Société des antiquaires de Normandie, Caen, « Cahier des Annales de Normandie », no 27, 1995, 230 pages.

Coulthard et Delacampagne, 1997.
Coulthard, Nicola et Delacampagne, Florence, « Pavés et plates-tombes dans le Calvados », dans San Juan, Guy et Maneuvrier, Jack, L’exploitation ancienne des Roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen, conseil général du Calvados, coll. « Couleurs Calvados », 1997, p. 376-385.

Decorde, 1857.
Decorde, Jean-Eugène, « Pavage des églises dans le pays de Bray », Revue de l’art chrétien, 1857, p. 7.

Delacampagne, 2003.
Delacampagne, Florence, « Les plates-tombes en Normandie », Arts funéraires et décors de la vie, Normandie XIIe-XVIe siècle, catalogue de l’exposition, Caen, Publications du CRAHM, 2003, p. 40.

Delacampagne et Maneuvrier, 2002.
Delacampagne, Florence et Maneuvrier, Christophe, « Nouveaux éléments sur la plate-tombe médiévale de Saint-Pierre-sur-Dives », Société historique et archéologique de l’Orne, t. CXXI, Bulletin 1-2, mars-juin 2002, p. 119-125.

Delacampagne et Maneuvrier, 2005.
Delacampagne, Florence et Maneuvrier, Christophe, « Les plates-tombes en céramique », Nouvelles de l’église de Thaon, Bulletin de l’Association des amis de la vieille église de Thaon, no 5, février 2005, p. 5-6.

Delisle, 1852.
Delisle, Léopold, « Cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe-le-Hardi », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 2e série, t. XVI, 1852.

Delisle, 1864.
Delisle, Léopold, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle suivi d’un Mémoire sur les anciennes collections de ces jugements (1207-1270), Paris, Imprimerie impériale, 1864.

Delisle, 1871.
Delisle, Léopold, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, A. Le Brument, 1871.

Delisle et Berger, 1909-1927.
Delisle, Léopold et Berger, Élie, Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, 4 volumes, Paris, 1909-1927.

Demay, 1881.
Demay, Germain, Inventaire des sceaux de la Normandie recueillis dans les dépôts d’archives, musées et collections particulières des départements de la Seine-Inférieure, du Calvados, de l’Eure, de la Manche et de l’Orne avec une introduction sur la paléographie des sceaux, Paris, Imprimerie nationale, 1881, 434 p.

Dewey, 1952.
Dewey, A. -Peter, « Les tombes de céramiques de l’abbaye de Longues », Gazette des beaux-arts, no 140, t. XL, septembre 1952, p. 93-100.

Dubois-Hébert, Thérèse-Marie, « Les potiers de Martincamp », Travail, métiers et profession en Normandie, actes du XVIe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Forges-les-Eaux, 1-6 septembre 1981, Cahiers Léopold Delisle, t. XXXII, années 1982-1983, 1984, p. 187-200.

Ducoeur, 1991.
Ducoeur, G. et Danièle, « Abbaye Sainte-Trinité de la Lucerne, fouilles archéologiques (1985-1990) », Actes officiels du 16e colloque du Centre d’Études et de recherche prémontrées, abbaye de Mondaye, 1990, Amiens, Centre d’Études et de recherche prémontrées, 1991, p. 76.

Dufournier, 2003.
Dufournier, Daniel, « Analyse chimique de la plate-tombe de Cherbourg », dans Broine, 2003, p. 127-128.

Durand, 1953.
Durand, André, « Four de potier découvert à Neuchâtel-en-Bray (Seine-Inférieure) », Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. XXI, années 1945-1952, 1953.

Farcy, 1883.
Farcy, Paul de, « La céramique du Calvados : atelier du Molay », Congrès archéologique de France, 1883, p. 362-379.

Farcy, 1888 b.
Farcy, Paul de, Abbaye de Longues, s. l., 1888.

Farcy, 1887.
Farcy, Paul de, Abbayes de l’évêché de Bayeux. Tome 1 : Cerisy, Cordillon, Fontenay, Longues, Laval, 1887.

Farcy, 1888 a.
Farcy, Paul de, Abbayes de l’évêché de Bayeux. Tome 2 : Cordillon (XIIe siècle-1791) et Fontenay (XIIe siècle-1791), Laval, 1888.

Favreau et Michaud, 2002.
Favreau, Robert et Michaud, Jean, Corpus des inscriptions de la France médiévale, tome 22 : Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime, Paris, CNRS éditions, 2002.

Flambard Héricher, 2002.
Flambard Héricher, Anne-Marie, Potiers et poteries du Bessin, histoire et archéologie d’un artisanat rural du XIe au XXe siècle, en Normandie, Caen, Publications du CRAHM, 2002.

François et Touzet, 1978.
François Daniel, et Touzet, Pascale, « Découvertes archéologiques à Beauchamps (Somme), abbaye du Lieu-Dit », Cahiers archéologiques de Picardie, no 5, 1978, p. 255-261.

Gervais, 1864.
Gervais, Charles, Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes exposés au musée, musée de la Société des antiquaires de Normandie, 1864, p. 90-92.

Giordani, s. d.
Giordani, S., Éléments de pavés émaillés et de pierre tombale retrouvés sous l’emmarchement de l’autel, dossier de restauration, Rouen, 7 pages.

Joliment, 1825.
Joliment, A. de, Description historique et critique et vues des monuments religieux et civils du Calvados, Paris, 1825.

Lachasse, 1961.
Lachasse, Geneviève, « Les carreaux de céramique médiévale », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LVI, années 1961-1962, 1963, p. 526-567.

Lachasse, 1965.
Lachasse, Geneviève, « Sources inédites de l’histoire des pavages de céramique médiévaux en Normandie », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LVII, années 1963-1964, 1965.

Lachasse et Roy, 1979.
Lachasse, Geneviève et Roy, Nathalie, « Les pavés de céramique médiévale », Trésors des abbayes normandes, Rouen, 1979, p. 326-333.

Langlois et Leterreux, 1999.
Langlois, Jean-Yves, et Leterreux, C., Caen, Église Saint-Jean. Rapport de sondages archéologiques, Drac de Basse-Normandie, janvier 1999.

Langlois, 2004.
Langlois, Jean-Yves, Notre-Dame-de-Bondeville (76), Sanofi-Synthélabo, DFS, décembre 2004.

Le Cain, 1999.
Le Cain, Bérengère, « Évreux (27), ZAC Joséphine, parcelle XE 434 », Bilan scientifique de la région Haute-Normandie, 1999, p. 24.

Le Cain, 2003.
Le Cain, Bérengère, Évreux-Eure. ZAC Joséphine site no 27 229 139. Évaluation et fouille 1999-2000. Document final de synthèse, Afan/Inrap, 2003, dactyl.

Lecuir, 1958.
Lecuir, R., « Note sur les dalles céramiques de Hambye conservées à la bibliothèque d’Avranches », Revue de l’Avranchin, 76e année, no 215, t. XXXVIII, juin 1958, p. 29-33.

Le Hardy, 1883.
Le Hardy, Gaston, « Note relative aux fragments de briques émaillées provenant de l’église de l’abbaye de Hambye », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XI, années 1881-1882, 1883, p. 58-60.

Le Hardy, 1897.
Le Hardy, Gaston, Étude sur la baronnie et l’abbaye d’Aunay-sur-Odon, Caen, 1897.

Le Mâle, Léon, 1934.
Le Mâle, Léon, « L’abbaye Notre-Dame de Longues », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LXI, année 1933, 1934, p. 340-345.

Leprévost, 1828.
Leprévost, Auguste, « Mémoire sur quelques monuments du département de l’Eure, et particulièrement sur l’arrondissement de Bernay », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. IV, 1828, p. 357-498.

Letourmy, 1996.
Letourmy, Pierre, La recherche de noblesse de 1666 pour la généralité de Rouen dite recherche de la Galissonière. Élection d’Arques, Saint-Pois, 1996.

Longnon, 1903.
Longnon, Auguste, Pouillés de la Province de Rouen, Paris, Imprimerie nationale, 1903.

Mancel, 1834.
Mancel, Georges, Les anciennes abbayes de Normandie, atlas de 30 planches, Caen, E. Brunet, 1834.

Musset, 1957.
Musset, Lucien, « Note sur l’ancienne abbaye de Deux-Jumeaux », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LIII, années 1955-1956, 1957, p. 405-421.

Musset, 1961.
Musset, Lucien, « De la sculpture mérovingienne à la céramique du XIVe siècle : les quatre églises de Deux-Jumeaux », Art de Basse-Normandie, no 23, automne 1961, p. 31.

Musset, 1962.
Musset, Lucien, « Sites monastiques de la Basse-Normandie, l’abbaye Saint-Étienne du Plessis-Grimoult », Art de Basse-Normandie, no 27, automne 1962, p. 16.

Musset, 1963.
Musset, Lucien, « Deux-Jumeaux, résultats des fouilles de l’ancien prieuré (1958-1961) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LVI, années 1961-1962, 1963, p. 547-553.

Musset, 1964.
Musset, Lucien, « Remarques sur les trouvailles de plates – tombes et de pavage en céramique vernissée du XIVe siècle faites à Longues depuis la fin du XVIIIe siècle », Annuaire des cinq départements de la Normandie, année 1963, Caen, 1964, p. 11-12.

Musset, 1992.
Musset, Lucien, « Trouvailles faites dans l’ancienne nef de l’abbatiale de Cerisy-la-Forêt (Manche) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LX, 1992, p. 104-105.

Musset et Langlois, 1959.
Musset, Lucien et Langlois, abbé, « Rapport préliminaire sur les sondages archéologiques effectués au cours de l’été 1958 autour de l’église de Deux-Jumeaux (Calvados) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LIV, années 1957-1958, 1959, p. 576-577.

Niobey, 1940.
Niobey, C.-E., Hambye, le château, l’abbaye, Saint-Lô, 1940.

Nortier, 1959.
Nortier, Michel, Les sources de l’histoire de Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale. 1 : Les fonds des nouvelles acquisitions latines, 1959.

Norton, 1984
Norton, Christopher, « The Thirteenth Century Tile Tombs of the Abbot of Jumièges », Journal of the British Archaeological Association, CXXXVII, 1984, p. 145-167.

Pottier, 1849.
Pottier, André, « Découvertes des tombeaux pavés de terre-cuite dans l’arrondissement de Neufchâtel », Revue de Rouen, 17, 1849, p. 500.

Ramackers, 1937.
Ramackers, Johannes, Papsturkunden in Frankreich. 2, Normandie, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1937.

Robillard de Beaurepaire, 1883.
Robillard de Beaurepaire, Eugène de, « Les carrelages funéraires en Normandie », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XI, années 1881-1882, 1883, p. 136-152.

Roquelet, 1984.
Roquelet, Alain, La vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge. Le coutumier d’Hector de Chartres, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1984.

Trichet, 1990.
Trichet, Louis, La tonsure. Vie et mort d’une pratique ecclésiastique, Paris, Cerf, 1990.

Van Nerom, 1986.
Van Nerom, « Carreaux cisterciens, briques à inscriptions, carreaux incrustés et carreaux peints à l’abbaye des Dunes », De Duinen, 16, 1986, p. 7-34.

Vesly, 1913.
Vesly, Léon de, « La céramique ornementale en Haute-Normandie pendant le Moyen Âge et la Renaissance », Congrès du millénaire de Normandie 911-1911, I et II, Rouen, 1913.

Vigot, 2005.
Vigot, Anne-Sophie, Archéologie de la salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (Orne) aux XIIIe-XIVe siècles : un espace d’inhumation privilégié ?, mémoire de maîtrise en histoire médiévale effectué sous la direction de C. Hanusse et A. Alduc-le Bagousse, université de Caen, 2005, 2 vol. 

Notes

1 Le Hardy, 1897, p. 150.

2 Delacampagne et Maneuvrier, 2002, p. 123.

3 Ces dessins sont conservés à la BnF, Fr. 4902. Voir Caumont, 1846, p. 578-585.

4 François et Touzet, 1978.

5 Norton, 1984.

6 Flambard Héricher, 2002.

7 Dufournier, 2003, p. 127-128.

8 Le Cain, 2003.

9 Lachasse, 1961.

10 Broine, 2002.

11 Sur ces pavés : Coulthard et Delacampagne, 1995.

12 La datation est incomplète mais elle comprend « MCCCX… ». Le décès est donc intervenu entre 1310 et 1349 car le décor ne saurait être daté des années 1390-1399.

13 Langlois et Leterreux, 1999. Les époux Le Flament sont décédés l’un en 1317, l’autre en 1323.

14 Farcy, 1888a, p. 18 et 104.

15 En 1344, leur fils et héritier, Jean de Fontenay, fut décapité pour avoir participé à une conspiration aux côtés de Geoffroy d’Harcourt.

16 Delacampagne et Maneuvrier, 2002, p. 123. Dans cet article, nous n’avions pas affirmé que cette plate-tombe était celle ouverte en 1693, mais ayant appris depuis que des travaux avaient été conduits vers 1925 dans la chapelle de la Vierge, nous sommes amenés à croire que ces deux trouvailles concernent le même monument.

17 Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 147.

18 Demay, 1881, no 89, p. 13. Peut-être est-ce cette plate-tombe que signale le chanoine Béziers qui ajoute que ce Guillaume serait mort en 1300, sans justifier sa source : Béziers, 1896.

19 Farcy, 1888a, p. 18 et 104.

20 Paul Adam-Even et Léon Jéquier, « Un armorial français du XIIIe siècle », Archives héraldiques suisses, 1951-1954 ; http : //www.briantimms.com/wijnbergen/wnnoirmans1.htm

21 Connu par une copie de 1461, (BnF, ms. fr. 2249) http : //www.briantimms.com/vermandois/introduction.htm

22 Demay, 1881, nos 89 et 90, p. 13.

23 Coulthard et Delacampagne, 1995, p. 7.

24 Bourrienne, 1932, p. 50 ; Farcy, 1887, p. 226 (d’après un cartulaire en français détruit en 1944, coté alors Arch. dép. Manche, H 1404).

25 Farcy, 1887, p. 226 (d’après un cartulaire en français détruit en 1944). En 1222, l’abbé de Cerisy échange avec Guillaume Bacon, baron du Molay, 97 perches de la rivière de Drôme pour faire un étang à Planquery : Farcy, 1887, p. 93.

26 Le mercredi après la Sainte-Luce 1261. Traduction française éditée dans Farcy, 1887, p. 264.

27 En 1307, Guillaume et Rogier Bacon, frères, sont présents lors des assises de Bayeux à propos d’un procès entre le roi et le couvent de Cerisy au sujet de la chapelle de Cormaqueron, Farcy, 1887, p. 242.

28 Delisle, 1852, no 878, p. 208.

29 Delisle, 1852, nos 1036 et 1037, p. 269.

30 Musset, 1957.

31 Delisle, 1852, no 916, p. 223 : « Item du don de Robert Baron, cinq solz. » L’acte n’est connu que par une mauvaise traduction française du XVIIe siècle, sans doute faut-il lire « Robert Bacon ».

32 Cartulaire de l’abbaye de Longues, no 75 : Farcy, 1888b, p. 51.

33 Cartulaire de l’abbaye de Longues, no 103 : texte édité par Farcy, 1888b, p. 63. Cet acte est daté de 1209 par Bourrienne, 1932, p. 51. Dans la même charte il confirme la cession faite par Simon Bacon, son frère, du patronage de Vaussieux (comm. réunie à Esquay-sur-Seulles, cant. Ryes).

34 1343, 11 mai. Ordre de faire une enquête sur l’âge de Guillaume Bertran : « Les gens des comptes nostre sire le roy à Paris, au baillif de Caen ou à son lieutenant, salut. Comme la terre et seigneurie du Molay Bacon, et de leur appartenances, de nostre amé Guillaume Bertran, escuier, à cause de demoiselle Jehanne sa femme, aient esté tenuz en la main de monseigneur le duc de Norm [endie], et ledit Guillaume nous ait présenté lettres par les queles ledit monseigneur le duc li a de grace donné un an d’age, en le réputant pour agié, et mandé que sa dicte terre li soit delivre ou cas qu’il ne li faudrait que un an d’aage, et pour ce que lesdictes lettres ne autrement ne nous a appert de l’aage du devant dit Guillaume, et que nous en voulons estre certefiez à plain avant que delivrance li soit faite de sa dicte terre et segnoirie, nous vous mandons et commettons que diligemmant et tost enquerez et sachez la certenité de son dit aage et que trouvé en arez envoiez nous senz demeure, feablement, sous vostre scel. Donné à Paris le XIe jour de mai, l’an M CCC XLIII » (Delisle, 1871, p. 285-286).

35 Cottin, 2001, p. 22.

36 Acte daté du 28 juin 1369. BNF, lat. n. acq., 2198: Nortier, 1959, no 228.

37 En 1354 elle donne le revenu d’une chapelle fondée par elle en sa terre d’Étreham-le-Perreux (Farcy, 1888b, p. 32), puis le 26 octobre 1357 elle cède la chapelle d’Étreham : Bourrienne, 1932, p. 72.

38 Gallia christiana, XI, col. 374.

39 Bourrienne, 1932, p. 76 ; Gallia christiana, XI, col. 828. En août 1364, la charte est ratifiée par Charles V, Gallia christiana, XI, col. 212-213 ; Bourrienne, 1932, p. 76-77.

40 Bourrienne, 1932, p. 78.

41 Béziers, p. 318-319 ; Bourrienne, 1932, p. 73. En 1369, elle cède, à l’évêque de Bayeux le fief de la Quièze, situé à Martragny : Béziers, 1896, t. III, p. 363 ; Bourrienne, 1932, p. 72.

42 En 1260, le mercredi après l’Ascension, il confirme à l’abbaye d’Ardenne les donations faites par Guillaume Bacon des églises du Breuil et de Blay « excepta capella de Moleto » ; Arch. dép. Calvados, H190 ; Bourrienne, 1932, p. 51. Lettre de Roger relative au procès entre Guillaume et l’abbaye sur les droits de patronage de la chapelle Saint-Nicolas du Molay et des églises du Breuil et de Blay : Bourrienne, 1932, p. 52. ; Arch. dép. Calvados, H190.

43 Desprairies, 1883, p. 128-133.

44 Farcy, 1888a, p. 75, d’après un cartulaire détruit en 1944, fo 5.

45 Un jugement de l’Échiquier de 1218 confirme à l’abbé de Cerisy le patronage de Couvains contre le fils de W. Bacon de Moleio qui est en dehors du pays et qui est en la garde du roi : Delisle, 1864, no 234, p. 60. En 1222, l’abbé de Cerisy échange avec Guillaume Bacon, baron du Molay, 97 perches de la rivière de Drôme pour faire un étang à Planquery : Farcy, 1888a, p. 93. En 1228, « Guillaume Bacon du Molet : filz Guillaume Bacon du Molet » confirme la donation de l’église, faite à son père, fils de Roger Bacon du Molay : Farcy, 1888a, p. 227-228. Enfin, en 1238, il cède à l’abbaye d’Ardenne le droit de patronage de l’église Saint-Nicolas-du-Molay : Delisle, 1864, no 644, p. 143.

46 Farcy, 1888a, p. 227-228.

47 Ducoeur, 1991, p. 76.

48 Favreau et Michaud, 2002, no 111, p. 179.

49 Broine, 2002.

50 Trichet, 1990, p. 135.

51 Delacampagne et Maneuvrier, 2005.

52 « Abbas de Grestano est patronatus ecclesie Beate Marie de Quierquevilla » : Longnon, 1903, p. 319.

53 Bréard, 1904, p. 107.

54 Delacampagne et Maneuvrier, 2002.

55 Cartulaire de Friardel, BNF, Lat. 164, f° 35.

56 Delisle, 1852, no 472, p. 166.

57 Delisle, 1864, p. 79, no 289, et p. 91, no 357.

58 Le 12 août 1377, Gilbert Bacon reconnaît tenir de l’évêque la terre de Saint-Vaast-sur-Seulles et d’Ondefontaine et les fiefs qui en dépendent : Anquetil, 1908, no CDXXXVI, t. II, p. 43-46.

59 Delisle et Berger, 1909-1927, no DXCI, p. 180 ; Ramackers, 1937, 242, p. 340.

60 Aveu du 12 août 1377 par lequel Gilbert Bacon reconnaît tenir de l’évêque la terre de Saint-Vaast-sur-Seulles et d’Ondefontaine et les fiefs qui en dépendent : Anquetil, 1908, no CDXXXVI, t. II, p. 45.

61 En 1221, Simon Bacon confirme à l’abbaye d’Aunay deux gerbes de la dîme de Vassy données par son beau-père Philippe de Vassy : Bourrienne, 1932, p. 51. Son sceau : Mancel, 1834, pl. IX, no 49.

62 Acte non retrouvé, signalé par Demay, 1881, no 89, p. 13.

63 En 1262 il donne au prieuré du Plessis-Grimoult toute la terre située entre son fossé, sa grange et la maison des religieux à Planquery : Bourrienne, 1932, p. 52.

64 Decorde, 1857, p. 7.

65 Vesly, 1913, fig. 18 p. 55.

66 « Nous épuiserions une longue nomenclature si nous attachions à spécifier toutes les églises où l’on rencontre encore, incrustés dans le pavage, mais presque toujours disjoints, bouleversés de telle sorte qu’il serait à peu près impossible de tenter une restitution complète, de larges carreaux nuancés de jaune et de rouge, ou de violet et de vert, signés de caractères sans suite, de fragments de noms ou de dates, et qui ont servi à composer des mémento funéraires. Qu’il nous suffise de dire que, dans presque tout l’arrondissement de Neufchâtel, depuis Gournay jusqu’à Londinières et depuis Aumale jusqu’à Saint-Saëns, il est bien peu d’églises où, en cherchant avec soin, on n’en retrouve des restes plus ou moins effacés. La seule église de Brémontier, à peu de distance de Neufchâtel, en présente encore plus de quarante pièces sur lesquelles on saisit des empreintes à peu près déchiffrables » : Pottier, 1849, p. 499.

67 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. I, année 1867, 1868, p. 278.

68 Léon de Vesly signale « deux pavés en faïence » dont l’un « le plus grand ; à couverte jaune, mesure 0,18 m de côté. Il paraît provenir d’un tombeau et appartenait à la bordure du pavage qui composait ce monument : car on remarque, gravé en creux, rempli d’une couleur rouge, la partie inférieure d’un vêtement et le chiffre XIIe, qui devait être la date de trépas du personnage » : Vesly, 1906.

69 Durand, 1933, p. 116.

70 Lachasse et Roy, 1979, no 346, p. 333. Dans cette publication, ce pavé est attribué au XIIIe ou au XIVe siècle, ce qui est une erreur puisque la date du décès est de 1500.

71 L’abbé Cochet signale simplement que « dans la nef de Pommeréval, on aperçoit la ceinture noire et les armoiries des seigneurs-patrons. Les dalles usées du chœur recouvrent peut-être leurs tombeaux » : Cochet, 1850, t. II, p. 420.

72 Durand, 1933, p. 116.

73 Vesly, 1913, fig. 19 p. 56.

74 Roquelet, 1984, p. 183.

75 Durand, 1953, p. 133.

76 Bull. de la commission des antiquités de Seine-Inférieure, 1867, t. I, Rouen, 1868, p. 278.

77 Dubois-Hébert, 1984, p. 187-200.

78 Letourmy, 1996, p. 5.

79 Bouquet, 1884, p. 4.

80 Bouquet, 1884, p. 20, 21 et 29.

81 Bouquet, 1884, p. 135.

82 Bouquet, 1884.

83 Bouquet, 1884, p. 8 et 108. Adrien Miton précise dans son mémoire que sa mère décède en 1600 à l’âge de 78 ans.

84 Bouquet, 1884, p. 17, et p. 22.

85 Bouquet, 1884, p. 35.

86 Bouquet, 1884, p. 50.

87 Bouquet, 1884, p. 15.

88 Bouquet, 1884, p. 2.

89 Bouquet, 1884, p. 17.

90 Bouquet, 1884, p. 89.

91 Bouquet, 1884, p. 138.

92 Procès-verbaux de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. II, années 1849-1866, p. 116. L’auteur signale « à Hermanville […] un tombeau du XIIIe ou du XIVe siècle, en carrelage émaillé. C’est celui d’un Masquerel, sire de Hermanville ». En raison de l’absence de relevé, une grande incertitude demeure sur l’attribution de cette plate-tombe à une époque et à une famille.

93 Bouquet, 1884, p. 50.

94 Bouquet, 1884, p. 64.

95 Vers 1881, on signale « dans l’église de Thourotte [Oise, cant. Ribécourt] des carreaux émaillés du XVIe siècle et du commencement du XVIIe siècle, portant des lettres, des mots ou des fragments de mots, et ayant servi à composer des inscriptions funéraires… Un autre groupe incomplet, formé de carreaux de 20 centimètres de côté, gravés en creux, avec incrustations noires, et non vernis, formaient un ensemble avec effigie d’un personnage en costume militaire. Cette tombe était du temps de Henri III, je crois… On en a trouvé d’analogues, une dizaine, dans une autre église du voisinage à Tracy-le-Val [Oise, cant. Ribécourt] » (Robillard de Beaurepaire, 1883, p. 136).

Table des illustrations

Légende Carte 1 : plates-tombes de Normandie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Pl. I : Notre-Dame-de-Bondeville (76).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Pl. II : Évreux (27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Tableau 3 : essai de classification des plates-tombes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Pl. III : Cerisy-la-Forêt (50).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Pl. IV : Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (61).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Pl. V : Thaon (14).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Légende Pl. VI : Le Plessis-Grimoult (14).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Pl. VII : Pommereval (76)a : fig. 1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende b : fig. 2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende c : fig. 3.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Carte 2 : plates-tombes du pays de Bray.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10056/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

Auteurs

Service départemental d’archéologie du Calvados
Conservateur au service départemental d’archéologie du Calvados. Elle a collaboré à la carte archéologique de la Gaule et publié notamment Le Calvados, Paris, 1990.

Université de Caen, CRAHAM – FRE 119
Maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie, membre du CRAHAM. Sa thèse porte sur Paysans et sociétés au Moyen Âge : le pays d’Auge jusqu’à la fin du XIIIe siècle (2000).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540