Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IVe Partie. Églises et abbayes

Topographie, architecture et utilisations des celliers gothiques de l’abbaye de Jumièges (XIIIe-XVIe siècle)

Gilles Deshayes

Texte intégral

  • 1 Les résultats des fouilles archéologiques menées en 2007 nous amènent à reprendre et compléter l’a (...)

1Les celliers médiévaux1, sous-sols utilitaires d’édifices ou constructions à part entière, appartiennent à une architecture de conservation et de stockage tout autant répandue que méconnue. Les corpus régionaux nombreux et variés, leur appartenance presque exclusive au bas Moyen Âge, la difficulté d’y accéder et de les dater avec précision peuvent expliquer la carence de la recherche.

2Les celliers de quelques abbayes de Normandie orientale présentent l’opportunité d’étudier et de confronter leur topographie et leurs évolutions architecturales par l’étude du bâti. La fouille archéologique, parfois associée à de rares données historiques, permet de connaître leurs utilisations et leurs aménagements intérieurs.

  • 2 Nous excluons le « grand cellier » – utilisation et appellation modernes de l’hôtellerie construit (...)
  • 3 Réalisés en avril 2007 avec le soutien du groupe archéologique du Val-de-Seine, du ministère de la (...)

3Cette étude pluridisciplinaire a été appliquée aux celliers des bâtiments conventuels de l’abbaye de Jumièges2. Enrichies par des sondages archéologiques récents3, les multiples informations recueillies et interprétées concernent les responsables de ces caves (cellérier et autres officiers), leur datation (XIIIe et XIVe siècles), leurs modes de construction gothique et leurs mutations modernes, enfin quelques contenants (tonneaux, vases à boire) et denrées entreposées (œufs, poissons, fruits de mer).

4Après la présentation du réseau de celliers implantés au sud de l’église Saint-Pierre seront détaillées la cave à cellules latérales du réfectoire puis les salles basses de deux maisons civiles.

Fig. 1 – Localisation des celliers de l’abbaye de Jumièges d’après le plan des ruines par Roger Martin du Gard, Georges Lanfry et les plans modernes (G. Deshayes, 2007)

Un réseau de celliers au sud de l’église Saint-Pierre (fig. 1)

  • 4 Par opposition au « logis abbatial classique » édifié vers 1670 au nord-est de l’église Notre-Dame

Le cellier du logis abbatial médiéval 4  : une salle basse à colonnade du milieu du XIII e siècle (fig. 2)

Le cellier du logis abbatial médiéval           4            : une salle basse à colonnade du milieu du XIII           e            siècle (fig. 2)

Fig. 2 – Cellier du logis abbatial du XIIIe siècle (cliché ND).

5Ce cellier est la salle basse, intacte et encavée, d’un vaste monument disparu, bâti au sud-est de l’église Saint-Pierre. Il est accessible à l’ouest par un vestibule, voûté en berceau brisé sur doubleau sans chanfrein, ouvert à l’origine sur la cour sud du monastère.

  • 5 La base des baies du mur est, au-dessus du sol extérieur du XIIIe siècle, se situe aujourd’hui à p (...)

6Ses quatre travées doubles sont voûtées de croisées d’ogives chanfreinées séparées de larges doubleaux ogivaux sans chanfrein ; tous ces arcs retombent sur une colonnade centrale de trois colonnes à chapiteaux et sur douze culots ancrés dans les murs. Cette vaste pièce, d’abord semi-enterrée et éclairée de larges baies5, fut ensuite encavée et aérée par de larges soupiraux percés dans les voûtains, après destruction des étages. L’arcade ouest du vestibule fut obstruée en 1305 par la construction d’un dortoir au sud de Saint-Pierre (voir plus bas).

7On distingue deux groupes de salles similaires :

  • des salles voûtées d’arêtes (XIIe-XIIIe siècle) : dans le nord certaines caves civiles à Lille et les écuries du château des comtes à Gand ; dans le Massif armoricain, les celliers des abbayes de Beauport (Paimpol), Mortain, la Lucerne d’Outremer et Notre-Dame-du-Vœu (Cherbourg) ;
  • des salles voûtées de croisées d’ogives : au XIIe siècle, aux abbayes de Fountains (Angleterre) et de Gruchet-le-Valasse, le promenoir des moines et le scriptorium du Mont-Saint-Michel ; au XIIIe siècle, les celliers des abbayes de Saint-Jean-des-Vignes (Soissons) et de Bonport (Pont-de-l’Arche) ; au XIVe siècle, les celliers des pressoirs du prieuré de Haute-Bruyère à Épernon et de la maison d’Ourscamp à Paris, la salle gothique de l’abbaye de la Trappe, la salle des gens d’armes de la Conciergerie à Paris et, à Jumièges, la porterie et les écuries.

8Ces architectures souterraines réapparaissent dans le XVe siècle flamboyant, sans chapiteau ni culot : cave du magasin « Le Saint-Jacques » à Conches-en-Ouche ; salle des chevaliers du château de Montmirail.

9La salle basse de Jumièges s’apparente à des édifices du XIIIe siècle, dont certains celliers monastiques approvisionnés par d’abondantes rentes en nature citées par les sources (vin, œufs et poissons).

  • 6 Théodose Bonnin (éd.), 1852, Regestrum vistationum archiepiscopi rothomagensi/Journal des visites (...)
  • 7 T. Bonnin, op. cit., p. 622 : « aula nova prope capellam abbatis ». Cité et commenté par Jacques L (...)
  • 8 ADSM 9H35, f° 17 v°.
  • 9 Arch. nat., N. 2. S. M. 13.3 : « Plan géométral de l’abbaye de Sainct Pierre de Jumieges », par Pi (...)

10En 1267, Eudes Rigaud mentionne la camera de l’abbé auquel il reproche la construction d’edificia sumptuosa6. En 1269, il localise une aula nova près de la chapelle de l’abbé (sans doute Saint-Pierre)7. Ces camera et aula correspondent vraisemblablement aux salles hautes d’un logis abbatial bâti dans les années 1260 et dont subsiste la salle basse. La « chambre » fut détruite et remplacée avant 1617 par « la chambre carrée »8, édifice bâti au-dessus du vestibule de la salle basse et détruit après 16749.

  • 10 Dom Dubusc, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges par un religieux bénédictin de (...)
  • 11 ADSM 9H79, plan vers 1650.
  • 12 ADSM 9H4: « Grand Cartulaire », charte 468: « In veteri burgo aput Gemmeticum […] supra vineam Wil (...)

11Cette salle basse s’apparente à des architectures variées. Sa position semble désigner l’abbé comme son principal utilisateur. Pourtant, aucun escalier ne liait directement les deux niveaux de l’édifice. Un cellier abbatial a pu exister à Jumièges : en 1472, l’abbé Antoine Crespin en possédait un à Rouen10. Les critiques d’Eudes Rigaud en 1267 concernaient peut-être la construction d’un cellier trop monumental pour une seule personne. L’implantation d’un si grand cellier pourrait aussi être liée à la proximité des vignes du Vieux-Bourg, quartier d’habitation situé à l’est de l’église Notre-Dame jusqu’au milieu du XVIIe siècle11 et planté de vignes vers 122012.

  • 13 ADSM 9H32, « Jumieges ».

12Cet espace d’abord semi-enterré aurait aussi pu être une écurie, proche de celles bâties au XIVe siècle au sud de la porterie et de celles de Gand. Cette éventuelle écurie aurait été éclairée et ventilée par ses grandes baies, son accès se faisant par une large entrée et un grand vestibule. Elle logeait peut-être le cheval de l’abbé et ceux de ses hôtes de marque accueillis au logis. L’abbé possédait déjà son propre cheval et sa propre écurie en 123313.

  • 14 Inscription épigraphique au-dessus de son entrée.

13Après la construction du dortoir et de son souterrain et l’enfouissement du vestibule, la salle basse devint une cave où les moines aménagèrent une glacière en 173614.

Un cellier sous le dortoir : une cave médiévale à pilier central, rehaussée au XVIIe siècle

  • 15 ADSM 9h112, « Journal du cellérier », f° 37 v° : « mur de la vigne ». Seul un pressoir à cidre app (...)

14Ce cellier est une cave médiévale fortement remaniée, située à l’époque moderne sous l’emprise des dortoirs successifs. Il est lié au cellier précédent par un souterrain, à la cave du réfectoire par une courte galerie. Des portes le liaient au dortoir au nord et à d’autres espaces souterrains au sud (accès aujourd’hui murés). Peut-être était-il en relation avec un pressoir disparu et le clos de vignes situé au sud des bâtiments conventuels et attesté en 150715.

  • 16 ADSM 9H35, f° 17 v° (1617).
  • 17 Dom Dubusc, op. cit., t. III, p. 13.
  • 18 Nous nous éloignons de l’idée répandue de voir dans les placards et niches murales des celliers de (...)

15Les murs des deux travées doubles de cette cave conservent la trace d’arcs faux-formerets antérieurs aux voûtes d’arête des « caves et caveaux du dortoyr neuf »16 construit entre 1607 et 161417. Au Moyen Âge, cet espace était peut-être composé de deux celliers parallèles séparés par un mur bahut. La cave conserve une niche murale destinée au rangement18. Trois soupiraux en assuraient l’aération à l’époque moderne. Reconstruit de 1701 à 1732, le dortoir fut entièrement démoli entre 1796 et 1819, les espaces souterrains au sud du cellier furent alors bouchés.

Le souterrain du dortoir (1305) : un lien entre deux celliers précédents

  • 19 Plan de 1674, doc. cité.
  • 20 Observations partagées avec Jacques Le Maho.
  • 21 Bibl. munic. de Rouen, ms A593, fo 112, daté par Y. Delaporte. Cité et commenté par Nathalie Manou (...)
  • 22 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 43-44 : « […] l’abbé Guillaume se trouva dans la nécessité de fair (...)

16Ce long souterrain, voûté en tiers-point sans doubleau, fut bâti sous « le dortoir »19, pour relier le vestibule du cellier abbatial au cellier précédent. Entre Saint-Pierre au nord et le dortoir au sud s’étalait une « gallerïe voisyne des logementz » (1617) ou « allée voûtée sous le dortoir » (1674). Il n’en subsiste qu’un doubleau chanfreiné surbaissé (sur piédroits de même profil) dans le mur ouest des terrasses et un chéneau dans le mur sud de la chapelle Saint-Martin (croisillon sud de la croisée de Saint-Pierre)20. Cette galerie, liant la camera ou aula au cloître, était vraisemblablement traversée, dans les années 1310-1320, lors des processions liturgiques qui passaient entre le cimetière et le cloître, « per sub dormitorium »21. Le dortoir et son souterrain furent bâtis au sud de cette galerie, sans doute en 130522.

  • 23 Jean-Denis Clabaut, Les caves médiévales de Lille, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Se (...)

17Huit coups de sabre et des empreintes de couchis dans la maçonnerie révèlent une construction en 9 tranches. Notons qu’en 1305 l’abbé « employa un an entier à faire les préparatifs en bois, en pierre et en tout genre de matériaux ». À chaque étape, dans une fosse, la voûte était maçonnée sur un cintrage de bois long de 4 m. Cette technique de construction permettait de commencer une construction souterraine dans une fosse sans déstabiliser les constructions avoisinantes23 (« l’allée voûtée » au nord du souterrain). Les architectes du dortoir anticipèrent l’obstruction du vestibule du cellier abbatial en bâtissant dès le début du chantier un souterrain le reliant au cellier du dortoir.

Le cellier du réfectoire : une cave à cellules latérales du XIVe siècle

Construction et évolution du réfectoire et de son cellier (fig. 1)

  • 24 Georges Lanfry, « Les bâtiments monastiques de l’abbaye de Jumièges. Le réfectoire », 7 folios (ar (...)

18Les données historiques, l’observation des ruines et les fouilles menées en 1946 par Georges Lanfry24 et en 2007 nous amènent à dresser un premier bilan de l’évolution de ce bâtiment conventuel.

19À la fin du XIIe ou au XIIIe siècle, le réfectoire est (re)construit au sud du carré claustral, adossé au mur de l’hôtellerie. Au XIIIe siècle, un es pace voûté de croisées d’ogives est adossé à sa façade ouest (voir plus bas).

  • 25 Il est possible que ce pavage soit le premier pavage du réfectoire, déposé lors des travaux de con (...)
  • 26 Estimations de G. Lanfry, art. cité.

20Au XIVe siècle, une fosse semble creusée au cœur du réfectoire pour la construction d’une vaste cave à 26 cellules latérales identiques (fig. 3). La même cave, à six cellules, est construite dans la première moitié du XIVe siècle au manoir de la Vigne (Mesnil-sous-Jumièges), ancienne grange viticole du monastère mutée en hôtellerie à cette époque ; dans ces deux sites, le cellier est approvisionné par un large escalier au milieu duquel s’ouvre une porte de distribution. À Jumièges, les remblais de voûtes sont couverts d’un pavage redécouvert en 1946 et 2007 ; les pavés de terre cuite, larges de 11 cm et épais de 3 cm, sont posés en quadrillage dans l’axe du réfectoire. Ce sol carrelé et vernissé est un remploi désordonné de nombreux pavés unis (certains prédécoupés) et de quelques pavés historiés25. Enfin, à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, le mur pignon est percé d’une grande baie en tiers-point, moulurée, à meneaux et remplage, large d’environ 6 m et haute de 11 ou 12 m pour un pignon pouvant atteindre une hauteur de 18 m26.

  • 27 ADSM 9H732, f° 7 (texte rédigé entre 1451 et 1467, relatif aux travaux effectués depuis 1450).
  • 28 Plan de 1674, art. cité.

21Dans les années 1450, les donations post mortem d’Agnès Sorel27 permettent la construction d’une « gallerie jouxte le Refecteur pour aller et venir à couvert en la cuisine du couvent » située au sud du réfectoire28.

Fig. 3 – Cave à cellules latérales sous le réfectoire (cliché G. Deshayes, 2002)

  • 29 Datation confirmée par Véronique Legoux, conservatrice-restauratrice de peinture monumentale.
  • 30 Jean Chapelot, « Le donjon et son enceinte, une résidence royale », Vincennes. Du manoir à la rési (...)

22Du XIIIe au XVIe siècle, les parements intérieurs du réfectoire reçurent quelques couches de peinture. Les fragments jetés au XVIe siècle laissent imaginer au XIIIe siècle un décor de faux appareil ocre jaune lié d’un mortier blanc souligné d’un in tracé lie-de-vin29 (motif également présent dans les deux églises). Une partie de ce décor (la base des murs ?) fut repeinte d’une couche ocre rouge. Une des moulures des baies de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle fut couverte d’un chevronné rouge et jaune. Enfin, un microfragment suggère l’existence, sur fond azur, de leurs de lys réalisées à la feuille d’or. Dans les années 1360, les mêmes leurs furent peintes sur les ogives de la chambre du roi Charles V, dans le donjon de Vincennes30.

  • 31 Cette couche contenait deux tessons de grès domfrontais datés du XVIe siècle par Élisabeth Lecler (...)
  • 32 G. Lanfry, art. cité, et plan de 1674, doc. cité.
  • 33 G. Lanfry, art. cité.
  • 34 H. Mousset, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Canton de (...)
  • 35 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 255.

23À la Renaissance, la baie occidentale est détruite et remplacée par une baie en anse de panier, plus basse et autorisant la construction d’un étage jusqu’ici inexistant. Une épaisse couche de 40 cm de débris de cette démolition vient recouvrir le premier pavage, très usé31. L’humidité de la cave à cellules est enfin atténuée par la mise en place, au sud, de soupiraux traversant le premier pavage. Un mur nord-sud est maçonné entre les quatrième et cinquième paires de cellules, pour répondre à un tassement des murs gouttereaux ou pour supporter un mur de refend ou l’un des piliers soutenant le plancher du nouvel étage32. Un second carrelage de pavés de terre cuite, glaçurés et de même épaisseur, est posé en opus reticulum : la plupart sont unis (jaunes ou verts) et larges de 12 cm. Les autres, identiques, décorés de feuillages jaunes sur fond rouge, étaient associés par quatre « tous les 72 cm »33, formant des quadrilobes ; ils furent fabriqués dans le Pays d’Auge au XVIe siècle34. Ces transformations du réfectoire correspondent certainement aux travaux de l’abbé Philippe de Luxembourg qui, en 1515-1516, introduisit à Jumièges la réforme de Chézal-Benoît : en avril 1516, « les réformés commencèrent à loger dans les chambres qu’il avoit fait bâtir sur le réfectoire »35.

  • 36 ADSM 9H58.
  • 37 ADSM 9H37, f° 166 r°.

24C’est sans doute dans la cave du réfectoire qu’étaient stockés en 1784 « 19 muids de vin de Longueville, 5 muids d’Auxerre 1e qualité, 9 muids d’Auxerre 2e qualité, 200 bouteilles de vin de différentes qualités, 60 muids de Grods cidre, 63 muids de Petit cidre »36, et en 1790 « les 22 grosses tonnes et 20 tonneaux de differentes grandeurs »37.

  • 38 Charles Nodier, Justin Taylor, Alphonse de Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’an (...)
  • 39 G. Lanfry, art. cité.

25Le réfectoire fut en très grande partie démoli entre 1796 et 181938. Sa cave résista aux infiltrations jusqu’en 1943, quand une partie des voûtes céda « sous le poids des charriots ennemis »39. Les huit premières cellules ouest furent ensuite restaurées puis couvertes d’une chape de béton. Par mesure de protection et de sécurité, les autres cellules furent remblayées.

Les caves à cellules latérales en Normandie orientale (fig. 4)

26La cave du réfectoire appartient à une architecture de celliers caractéristique du XIVe siècle. Celle-ci semble apparaître dans la seconde moitié du XIIIe siècle par la percée de cellules entre les arcs doubleaux de celliers voûtés en berceau : prieuré de Beauvoir-en-Lyons, abbaye de La Noë (La Bonneville-sur-Iton). Parmi ces caves, celles ayant bénéficié d’une datation archéologique sont des constructions du XIVe siècle : en Haute-Normandie les châteaux de Gisors et Blainville-Crevon, la ferme du Plessis (Grandcamp), la maison forte de Cany-Barville et le manoir du Mesnil-sous-Jumièges ; en Île-de-France, les manoirs des jardins du Carrousel et de la cour du château de Vincennes.

27Cette architecture « francilienne » est présente autour du Bassin parisien : Haute-Normandie (près de 60 caves recensées, surtout dans la basse vallée de la Seine et dans le sud de la région entre les vallées de la Risle et de l’Eure), Île-de-France, Picardie et Centre, régions directement menacées et occupées pendant la guerre de Cent Ans.

28Souvent bâtie dans des sites fortifiés, la cave protège des pillages : abbayes fortifiées pendant la guerre de Cent Ans (Jumièges, Le Bec, Conches), résidences royales (Vincennes, le Louvre, Gisors), châteaux (Avrilly, Beaussault, Blainville, Conches-en-Ouche, Gaillon, Hacqueville), manoirs (Le Mesnil, Chauvincourt, Betteville, Saint-Martin-de-Boscherville, Saint-Philbert-sur-Risle), maisons fortes (Cany). Ces caves sont aussi protégées par la difficulté de leurs accès (une seule entrée, à l’intérieur des manoirs du Mesnil, de Betteville et Chauvincourt) ou par plusieurs portes (Le Bec). Les denrées d’un domaine sont-elles alors conservées à l’abri des pillages et du froid dans un seul « énorme » cellier fortifié (Jumièges, Le Bec, Conches, Gaillon, basilique Saint-Denis) ?

29Cette architecture protège aussi du froid. Dans la première moitié du XIVe siècle, les températures chutent fortement, jusqu’à faire geler le vin dans les tonneaux. Les celliers sont-ils enfoncés en terre pour isoler les denrées du froid extérieur ? En dehors des « caves » traditionnelles, la plupart de ces caves n’ont ni baies ni soupiraux, rarement un puits d’aération (Le Bec, château de Conches). Elles sont toutes plus ou moins profondes. Dans leurs cellules, les tonneaux et les denrées restent à l’abri des variations de température et des courants d’air. Les larges portes d’accès des tonneaux sont presque toujours gardées closes, un accès secondaire s’effectuant par un escalier de service (abbayes de Conches et de Jumièges, caves civiles de Conches, manoir du Mesnil).

30On observe deux types d’implantation : dans les sites hors d’eau, un cellier implanté au plus près des lieux de consommation (réfectoires de Jumièges et de Conches) ; dans les sites inondables, un cellier implanté à flanc de coteau, à proximité des bâtiments conventuels ou des vignes (La Noë et Fontaine-Guérard, Le Bec et Lyre).

31Trois types de « fondations » apparaissent :

  • une architecture « traditionnelle » et francilienne : la « cave » est la première étape de construction et la fondation d’un édifice de plusieurs niveaux (bourg monastique de la basilique Saint-Denis ; Louvre médiéval ; manoir du Carrousel du Louvre).
  • une architecture « minière » : une galerie et ses cellules sont creusées sous terre ou dans la roche, puis elles sont maçonnées. Le creusement s’effectue depuis un rez-de-chaussée ou une cave, ou à flanc de coteau, parfois par-dessous un bâtiment (réfectoire de Conches ; manoir de la cour du château de Vincennes). Ces caves sont extensibles à volonté (Lyre), sans contraintes de profondeur (Le Bec).
  • une architecture « chirurgicale » et rare, très proche de la première : un édifice, sans être détruit, est éventré pour l’implantation une cave (réfectoire de l’abbaye de Jumièges et manoir du Mesnil-sous-Jumièges, logis du prieuré Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle).

Fig. 4 – Carte de répartition des caves à cellules latérales en Normandie orientale (G. Deshayes, 2008).

32Leurs voûtes comptent de nombreux signes lapidaires (numérotation en chiffres romains correspondant parfois aux hauteurs d’assises) : abbayes de Jumièges et de Conches, château d’Avrilly, manoirs du Mesnil, de Chauvincourt et du Louvre, prieuré de Beauvoir, caves civiles à Gisors et Conches.

33S’agit-il donc d’une architecture d’agrandissement ou de remplacement ? Si les celliers précédents étaient insuffisants, ces caves auraient servi à agrandir l’espace de stockage. Au XIVe siècle, il n’y a ni augmentation significative de la production et de la consommation, ni augmentation de la durée de conservation. Par contre, de nombreux sites fortifiés servent ponctuellement de refuges ou de places fortes où de nombreuses personnes sont amenées à vivre longtemps.

34Quand le besoin en surface souterraine est trop important pour se limiter à un petit agrandissement, certains sites en viennent à compléter leurs anciens celliers par une vaste cave comptant au moins 20 cellules latérales (Jumièges, Le Bec, Conches, Gaillon, Saint-Denis), « entrepôts » isolés du froid et protégés des pillages.

Les salles basses des maisons civiles adossées à l’hôtellerie (fig. 1)

La salle basse de la maison sud (XIIIe siècle)

35Ce cellier est la salle basse ruinée d’une maison civile bâtie au sud du porche de l’hôtellerie et contre sa façade. Cette maison comptait deux étages. Au sud existait un édifice ou une galerie du XIIIe siècle, couvert d’au moins deux croisées d’ogives et adossé à la façade ouest du réfectoire : la topographie autorise l’hypothèse d’une cuisine, antérieure à celle localisée au sud du réfectoire dans les années 1450 et en 1674.

  • 40 ADSM L 3211, fo 26.
  • 41 Archives de la famille Lanfry. Un sondage en 2007 a confirmé son existence et révélé les couleurs (...)

36La salle basse, divisée en deux travées voûtées de croisées d’ogives sur pilastres et séparées d’un large doubleau chanfreiné, était liée par trois portes à l’hôtellerie et à son porche. Elle fut divisée en deux pièces distinctes par un mur de refend : cellier au nord (niveau de craie damée à 15 cm du sol actuel), cuisine pavée au sud (avec deux petits fours ?) « Cellier » en 1674, la maison fut louée après la Révolution jusqu’à sa destruction par la chute du pignon de la bibliothèque en 179940. Les décombres furent dégagés en 1968 par Georges Lanfry, mettant au jour un pavage complet constitué de pavés gothiques, vernissés, unis ou historiés, en remploi41.

37Les chapiteaux épurés des pilastres et piliers carrés et chanfreinés de la grange aux dîmes de Provins et du cellier du Mont-Saint-Michel dateraient la salle basse de la maison sud du XIIIe siècle.

  • 42 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 13.

38Les ouvertures pratiquées entre hôtellerie et cellier permettraient d’attribuer cette maison à l’hôtelier, officier chargé de l’accueil des hôtes. En 1254, des personnes « donnèrent pour l’hôtellerie. D’où vient l’établissement de l’office d’hôtelier »42. La maison sud fut peut-être construite grâce à ces dons dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Les denrées et revenus en nature de l’hôtelier auraient alors été apportés dans la travée nord par le porche puis redistribués vers la cuisine et l’hôtellerie.

La salle basse de la maison nord (XIVe siècle)

Topographie

  • 43 N. Manoury, art. cité, p. 86-93.

39Ce cellier est la salle basse d’une maison civile bâtie contre la façade de l’hôtellerie, entre le porche et le parloir, constructions du XIIe siècle43. La salle haute était chauffée par une cheminée de tuileau puis une autre de briques, éclairée de baies à meneaux cruciformes ; ses murs furent recouverts d’enduits blancs et de plâtre ; deux portes permettaient de descendre dans l’hôtellerie et dans le porche.

Architecture (fig. 5 et 6)

40Le plan et l’orientation de la salle dépendent des bâtiments romans. Ses dimensions dans œuvre, 11,10 m sur 4,40 m, en font un vaste espace de 49 m ². La gêne occasionnée par la petite porte du mur est empêcha l’implantation de culots à égale distance, d’où l’existence d’une travée carrée au nord et deux autres rectangulaires au sud.

41Les trois travées étaient couvertes de croisées d’ogives séparées d’arcs doubleaux. Les nervures à double chanfrein retombaient sur des culots polygonaux, sauf dans l’angle nord-est (ogive ancrée dans un contrefort roman). Le sol d’origine est couvert d’environ 90 cm de couches d’occupation du bas Moyen Âge, de déchets et de remblais du XVIe siècle. Les niveaux des XVIIe et XVIIIe siècles ainsi que les décombres de la démolition de la maison semblent avoir été décaissés et nivelés. La hauteur sous voûte initiale peut être estimée à environ 3,70 m.

Fig. 5 – Proposition de restitution de la salle basse de la maison nord au XIVe siècle (G. Deshayes, 2007).

Fig. 6 – Élévation du mur est de la salle basse de la maison nord (G. Deshayes, 2008).

  • 44 Arch. nat., N.2.S.M.13.1 : « Plan de l’abbaye royalle de Sainct Pierre de Jumieges veüe du costé d (...)

42Les vestiges du mur ouest permettent de restituer pour chaque travée de la salle basse une étroite baie à large ébrasement, fermée d’une grille de fer. Ce même mur était appuyé de puissants contreforts à deux larmiers, bâtis dans l’alignement des deux doubleaux du cellier pour soutenir la poussée des voûtes et le mur de façade44.

Construction

43À l’est, le sol fut décaissé d’1,50 m au pied du mur de la façade de l’hôtellerie, avec reprise en sous-œuvre hétérogène et désorganisée. Le parement de cette façade fut entaillé pour l’ancrage des culots et voûtains de la salle basse, un contrefort fut détruit et une étroite porte (66 cm) percée.

44Aucun des murs ouest, est et sud de la salle basse ne reçut de fondation. À l’exception des éléments architectoniques de la maison et des parements romans, les maçonneries de la salle basse ne sont constituées que de remplois.

45Au sud (fig. 7), la porte nord du porche conserva son piédroit ouest mais fut élargie à 159 cm à l’est, permettant la descente des tonneaux sur un escalier initialement maçonné sur 138 cm puis élargi à 184 cm (coup de sabre), doté de marches hautes (20 cm) et profondes (27 cm).

46Les parements gothiques et éléments architectoniques du cellier se composent essentiellement de pierres calcaires blanches du val de Seine (« pierre de Caumont »). Du silex gris, équarri, fut utilisé dans le parement assisé du mur ouest et en remploi dans les soubassements des autres murs. Le blocage des voûtes se compose de moellons de calcaire blanc et de quelques petits silex.

47Les petits culots d’angle et les grands culots de parement sont tous identiques entre eux, décomposables en deux culots superposés. Les claveaux ont tous le même profil à double chanfrein.

Fig. 7 – Sondage archéologique dans la partie sud de la salle basse de la maison nord (cliché G. Deshayes, avril 2007).

48Le layage (marteau taillant droit) fut employé pour les pierres de taille des édifices romans entourant le cellier. Lors du chantier gothique, cette taille fut supplantée par la bretture (marteau taillant droit brettelé) pour la taille des éléments architectoniques (ouvertures, arcs et culots). Plus tard, les parements trop lisses des deux salles de la maison furent piquetés pour maintenir les enduits.

49Les parements gothiques ne sont pas constitués d’appareillage régulier. Seuls les piédroits et chaînages comportent des pierres de taille neuves, d’une hauteur moyenne de 22 à 23 cm. Les voûtes étaient parementées de petites assises de pierres équarries de 7 à 9 cm d’épaisseur.

Datation

50Cette salle basse est postérieure aux édifices contre lesquels elle s’adosse (2e moitié du XIIe siècle). Elle est contemporaine de la salle haute dont la baie moulurée évoque un large XIVe siècle.

  • 45 ADSM 9H63 (1491-1494), fos 30 v° et 47 r°.

51Les traces de bretture confirment l’attribution chronologique de la salle basse à la période gothique. Les dimensions de ses portes d’origine (largeur) et des marches du grand escalier (hauteur et profondeur) sont quasiment identiques à celles de la cave du manoir du Mesnilsous-Jumièges (1re moitié du XIVe siècle). Les culots sont proches de ceux du cellier du manoir de Vincennes, datés du XIVe siècle (chapiteaux et culots disparaissent de l’architecture gothique normande au XVe siècle). L’utilisation du silex équarri dans la construction en Normandie orientale trouve quelques exemples dès le XIVe siècle : châteaux de Longchamps, de Longueville-sur-Scie, de Montfort-sur-Risle et de Lyons-la-Forêt, chapelle du manoir de Maupertuis, sites probablement renforcés pendant la guerre de Cent Ans qui empêchait l’approvisionnement en pierre de taille calcaire. Enfin, l’utilisation du plâtre, courante au bas Moyen Âge, se trouve appuyée par l’existence de deux « plastriers » parmi les Jumiégeois de la fin du XVe siècle45.

  • 46 Datation par Élisabeth Lecler (Inrap).
  • 47 ADSM 2E1/150 f° 159 r° : en 25 février 1362, Philippe Harel, tuilier à Barneville, livra 8000 tuil (...)

52Les premiers niveaux d’occupation du cellier, lentement constitués par les piétinements au pied du grand escalier, contenaient de nombreux tessons de céramique dont les plus anciens datent de la seconde moitié du XIVe siècle46. Ils renfermaient aussi quelques fragments de tuiles vernissées dont la production toute proche à Barneville-sur-Seine est citée dans la seconde moitié du XIVe siècle47.

  • 48 Jacques Le Maho, L’abbaye de Jumièges, Paris, Centre des monuments nationaux, Éd. du Patrimoine, 2 (...)
  • 49 Arch. municipales de Jumièges.
  • 50 Dom Dubusc, op. cit.
  • 51 N. Manoury, art. cité, p. 94-95.
  • 52 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 147-148.
  • 53 Marquis de Frondeville, « Jumièges et la guerre de Cent Ans », Jumièges. Congrès Scientifique du x (...)

53Liée à l’hôtellerie comme la maison sud, la maison nord fut sans doute fréquentée par un officier laïc48. En 1777, les registres paroissiaux localisent des inhumations dans la galerie ouest du cloître, « côté recettes »49. En 1762, dom Dubusc rapporte que l’abbé Guillaume le Jeune, entre 1332 et 1349, avait « fortement diminué en longueur » l’église Saint-Pierre et avait entrepris de « bâtir des recettes et des greniers dans l’emplacement de l’ancienne porte de l’église Saint-Pierre, où est aujourd’hui la nouvelle bibliothèque »50. En 1762, celle-ci est la bibliothèque mauriste bâtie en 1665 au-dessus de l’ancienne l’hôtellerie. Dom Dubusc semble croire que Saint-Pierre s’étendait jadis jusqu’au porche très décoré de l’hôtellerie, qu’il prenait pour le porche de l’église. Les « recettes et greniers » du monastère, gérées par un receveur, furent donc bâtis entre 1332 et 1349 à l’emplacement de l’hôtellerie. Enfin, d’une part, N. Manoury localise, au XIVe siècle, le vestiaire des moines (sartrinum) dans la partie nord de l’hôtellerie51 ; d’autre part, dans les années 1410, le responsable du vestiaire commun des moines n’est autre que le « receveur des rentes seigneuriales »52. Par conséquent, la maison nord était peut-être une maison destinée au receveur et bâtie à son intention dans les années 1330-1340. Par ailleurs, les sources53 révèlent que l’abbaye n’eut à subir qu’une courte occupation navarraise en 1358 (qui ne perturba sans doute pas d’éventuels chantiers en cours) et fit partie des places fortes de la basse Seine entre 1359 et 1369, situation qui ne put que favoriser de nouveaux travaux.

54La confrontation des données archéologiques, convergeant vers une construction de cette maison civile au milieu ou dans la seconde moitié du XIVe siècle, et des données historiques, suggérant l’édification de la maison du receveur a priori dans les décennies suivant les années 1330, nous permet de dater cet édifice des années 1330-1400, avec une plus forte probabilité pour les années 1330-1370. La salle basse dut servir en premier lieu de cellier pour stocker les recettes en nature du receveur.

Un cellier au bas Moyen Âge

55D’après le sondage réalisé contre le mur sud, les usagers du cellier marchent d’abord sur le terrain naturel avant de piétiner des couches de craie damée, régulièrement posées pour assainir la salle. L’absence de craie contre le mur est sur une largeur de 120 cm suggère la présence d’une rangée de tonneaux posés sur des chantiers, face aux baies du mur ouest.

  • 54 Identifications de Benoît Clavel (archéozoologue Inrap).

56D’après la céramique des niveaux d’occupation, la salle basse sert de cellier de la seconde moitié du XIVe siècle au cours du XVIe siècle. On y stocke surtout des vases à boire (pichets, godets, coupes, gourdes), de décors et d’origines variés (céramiques très décorées rouennaise et locale, nombreux grès du Beauvaisis et quelques grès domfrontais). L’alimentation stockée (plus ou moins longtemps) se répartit en fruits de mer (moules et huîtres), œufs, poissons (carpe, carrelet, anguille, hareng, brochet, saumon,…) et autres espèces animales54.

Dépotoir, fruitier, ruine

  • 55 On notera la découverte d’un sinot en grès du Bessin-Cotentin, destiné au transport et à la conser (...)

57Dès le début du XVIe siècle, la salle basse est transformée en dépotoir, recevant de nombreux déchets de consommation et de construction par sa porte sud55. Il semble que les nombreux remblais de démolition suivants ont été jetés au cours du même siècle et que les niveaux postérieurs ont été décaissés et nivelés à l’époque contemporaine.

  • 56 Plan de 1674.
  • 57 ADSM, 12 Fi 461 : plan de Herment tracé entre le devis de construction du fronton du dortoir (1777 (...)
  • 58 C. Nodier, J. Taylor, A. de Cailleux, op. cit., vol. I, pl. 18 (plan de Cailleux de 1819).

58Au XVIIe siècle, la salle basse sert à nouveau de « cellier »56. Avant la Révolution, son utilisation comme « fruitier »57 ne trouve pour tout vestige plausible dans les murs qu’une série de paires de petits trous horizontaux et profonds, dans lesquels des étagères de bois étaient ancrées, calées au plâtre. Privée de sa toiture dans les années 1790, la maison s’écroule partiellement entre 1796 et 181958. La porte sud est dégagée vers 1900 et un escalier posé sur les décombres dans les années 1950.

59Les celliers gothiques de l’abbaye de Jumièges fournissent une remarquable documentation historique, archéologique et topographique sur l’architecture de stockage médiévale, ses usages quotidiens et ses évolutions.

60L’absence de l’unique cellier roman dans le monde gothique suggère son incapacité à résister à des évolutions complexes. À partir du XIIIe siècle, le développement grandissant des offices monastiques génère une démultiplication des bâtiments conventuels et de leurs celliers, réceptacles de revenus en nature indigestes sur le court terme. Chaque officier, clerc ou laïc, doit gérer individuellement ses propres rentes, les stocker et les redistribuer. À partir du XVe siècle, la pérennité de la prédominance des celliers gothiques induit de profonds changements dans le monde monastique. L’époque moderne, initialisée par le régime de la commende et la perte de pouvoir – surtout économique – des moines face à l’abbé tout-puissant, signe le déclin des bâtiments et celliers disparates pour se concentrer toujours plus sur une poignée d’édifices utiles.

61Les caves à cellules latérales du XIVe siècle témoignent aussi de phénomènes complexes qui se télescopent en un seul siècle : centralisation des denrées à conserver, enfoncement des espaces de stockage face au froid, protection des produits contre les pillages, réserves pour places fortes en cas de troubles, etc.

  • 59 Thèse en cours sous la direction d’Anne-Marie Flambard Héricher (université de Rouen) : Les cellie (...)

62L’étude des celliers monastiques en Normandie orientale59 témoigne par ces exemples de l’intérêt de confronter les données issues de l’archéologie, de l’histoire, de la topographie et de l’iconographie, afin de restituer une image plausible et documentée de ces espaces de stockage.

63De nouveaux relevés du bâti et sondages archéologiques permettront de préciser et de dater les utilisations et les phases de construction et d’évolution de ces celliers, car de nombreuses hypothèses et questions restent encore en suspens.

Notes

1 Les résultats des fouilles archéologiques menées en 2007 nous amènent à reprendre et compléter l’article publié en 2005 dans le bulletin Haute-Normandie archéologique du Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie.

2 Nous excluons le « grand cellier » – utilisation et appellation modernes de l’hôtellerie construite au XIIe siècle – qui est de plain-pied avec les cours et les autres édifices conventuels, et qui ne s’apparente pas aux salles basses et aux caves de notre étude.

3 Réalisés en avril 2007 avec le soutien du groupe archéologique du Val-de-Seine, du ministère de la Culture, de la direction régionale des Affaires culturelles et du conseil général de Seine-Maritime.

4 Par opposition au « logis abbatial classique » édifié vers 1670 au nord-est de l’église Notre-Dame.

5 La base des baies du mur est, au-dessus du sol extérieur du XIIIe siècle, se situe aujourd’hui à plus de 3,30 m sous le sol des terrasses du XVIIe siècle.

6 Théodose Bonnin (éd.), 1852, Regestrum vistationum archiepiscopi rothomagensi/Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1248-1269), Rouen, Le Brument, p. 584-585. Une camera est déjà citée en 1233 (Archives départementales de la Seine-Maritime [ADSM], cote 9H32 : « Jumieges. Etat de l’office du mareschal de l’abbé (…). may 1233 »).

7 T. Bonnin, op. cit., p. 622 : « aula nova prope capellam abbatis ». Cité et commenté par Jacques Le Maho, « Les constructions de l’abbaye de Jumièges à l’époque prénormande (VIIe-IXe siècle) : les témoignages des textes et de l’archéologie », Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLVIII, 2000, p. 132.

8 ADSM 9H35, f° 17 v°.

9 Arch. nat., N. 2. S. M. 13.3 : « Plan géométral de l’abbaye de Sainct Pierre de Jumieges », par Pierre de la Vigne (8 mai 1674).

10 Dom Dubusc, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges par un religieux bénédictin de la congrégation de Saint-Maur (1762), éd. et annot. abbé J. Loth, Rouen, 1884, t. II, p. 234.

11 ADSM 9H79, plan vers 1650.

12 ADSM 9H4: « Grand Cartulaire », charte 468: « In veteri burgo aput Gemmeticum […] supra vineam Wilfranni de Puteo. »

13 ADSM 9H32, « Jumieges ».

14 Inscription épigraphique au-dessus de son entrée.

15 ADSM 9h112, « Journal du cellérier », f° 37 v° : « mur de la vigne ». Seul un pressoir à cidre apparaît sur le plan de 1674.

16 ADSM 9H35, f° 17 v° (1617).

17 Dom Dubusc, op. cit., t. III, p. 13.

18 Nous nous éloignons de l’idée répandue de voir dans les placards et niches murales des celliers de simples supports de luminaires.

19 Plan de 1674, doc. cité.

20 Observations partagées avec Jacques Le Maho.

21 Bibl. munic. de Rouen, ms A593, fo 112, daté par Y. Delaporte. Cité et commenté par Nathalie Manoury, « Les bâtiments conventuels de l’abbaye de Jumièges », Archéologie médiévale, t. XXVI, 1996, p. 96.

22 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 43-44 : « […] l’abbé Guillaume se trouva dans la nécessité de faire bâtir un nouveau dortoir à la place de l’ancien qui tombait en ruines, et qui étoit d’ailleurs trop petit pour loger soixante religieux qui composoient alors sa communauté. […] Il jeta les fondements de ce nouvel édifice en 1305, sur un terrain de 180 pieds de long sur 40 de large. […] Il fut achevé en moins de trois ans et en état de loger toute la communauté, ce qui l’engagea, en fort peu de temps, à de grandes dépenses […]. »

23 Jean-Denis Clabaut, Les caves médiévales de Lille, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 62.

24 Georges Lanfry, « Les bâtiments monastiques de l’abbaye de Jumièges. Le réfectoire », 7 folios (archives de la famille Lanfry). Cet article inédit, postérieur à 1946, était vraisemblablement destiné à être publié dans un des tomes du Congrès scientifique du XIIie centenaire de Jumièges (imp. Lecerf, 1955).

25 Il est possible que ce pavage soit le premier pavage du réfectoire, déposé lors des travaux de construction de la cave, et reposé ensuite sans organisation.

26 Estimations de G. Lanfry, art. cité.

27 ADSM 9H732, f° 7 (texte rédigé entre 1451 et 1467, relatif aux travaux effectués depuis 1450).

28 Plan de 1674, art. cité.

29 Datation confirmée par Véronique Legoux, conservatrice-restauratrice de peinture monumentale.

30 Jean Chapelot, « Le donjon et son enceinte, une résidence royale », Vincennes. Du manoir à la résidence de Charles V, Les Dossiers d’archéologie, no 289, déc. 2003-janv. 2004, p. 70.

31 Cette couche contenait deux tessons de grès domfrontais datés du XVIe siècle par Élisabeth Lecler (Inrap).

32 G. Lanfry, art. cité, et plan de 1674, doc. cité.

33 G. Lanfry, art. cité.

34 H. Mousset, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Canton de Vimoutiers (Orne), Caen, Développement culturel en Basse-Normandie, 1994, p. 38-39 : pavés identiques posés dans le manoir du Mesnil à Roisville dans la 2e moitié du XVIe siècle.

35 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 255.

36 ADSM 9H58.

37 ADSM 9H37, f° 166 r°.

38 Charles Nodier, Justin Taylor, Alphonse de Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Paris, Didot, vol. I, 1820, pl. 18 (plan de Cailleux de 1819).

39 G. Lanfry, art. cité.

40 ADSM L 3211, fo 26.

41 Archives de la famille Lanfry. Un sondage en 2007 a confirmé son existence et révélé les couleurs de ses carreaux.

42 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 13.

43 N. Manoury, art. cité, p. 86-93.

44 Arch. nat., N.2.S.M.13.1 : « Plan de l’abbaye royalle de Sainct Pierre de Jumieges veüe du costé du midy », par Pierre de la Vigne (8 mai 1674).

45 ADSM 9H63 (1491-1494), fos 30 v° et 47 r°.

46 Datation par Élisabeth Lecler (Inrap).

47 ADSM 2E1/150 f° 159 r° : en 25 février 1362, Philippe Harel, tuilier à Barneville, livra 8000 tuiles glaçurées au plomb au manoir du Mesnil-sous-Jumièges. D’autres tuiles unies, jaunes et vertes, furent trouvées en 2001 au pied du mur nord de l’église Saint-Pierre, remaniée au XIVe siècle.

48 Jacques Le Maho, L’abbaye de Jumièges, Paris, Centre des monuments nationaux, Éd. du Patrimoine, 2001, p. 58.

49 Arch. municipales de Jumièges.

50 Dom Dubusc, op. cit.

51 N. Manoury, art. cité, p. 94-95.

52 Dom Dubusc, op. cit., t. II, p. 147-148.

53 Marquis de Frondeville, « Jumièges et la guerre de Cent Ans », Jumièges. Congrès Scientifique du xiiie centenaire, t. I, Rouen, impr. Lecerf, 1955, p. 89-94.

54 Identifications de Benoît Clavel (archéozoologue Inrap).

55 On notera la découverte d’un sinot en grès du Bessin-Cotentin, destiné au transport et à la conservation du beurre bas-normand, et de fragments de vitraux du XIVe ou XVe siècle.

56 Plan de 1674.

57 ADSM, 12 Fi 461 : plan de Herment tracé entre le devis de construction du fronton du dortoir (1777) et le départ des premiers moines (1790).

58 C. Nodier, J. Taylor, A. de Cailleux, op. cit., vol. I, pl. 18 (plan de Cailleux de 1819).

59 Thèse en cours sous la direction d’Anne-Marie Flambard Héricher (université de Rouen) : Les celliers médiévaux des abbayes de Normandie orientale. Fonctions, topographie, architecture.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des celliers de l’abbaye de Jumièges d’après le plan des ruines par Roger Martin du Gard, Georges Lanfry et les plans modernes (G. Deshayes, 2007)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Le cellier du logis abbatial médiéval 4  : une salle basse à colonnade du milieu du XIII e siècle (fig. 2)
Légende Fig. 2 – Cellier du logis abbatial du XIIIe siècle (cliché ND).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Légende Fig. 3 – Cave à cellules latérales sous le réfectoire (cliché G. Deshayes, 2002)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 4 – Carte de répartition des caves à cellules latérales en Normandie orientale (G. Deshayes, 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 5 – Proposition de restitution de la salle basse de la maison nord au XIVe siècle (G. Deshayes, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 6 – Élévation du mur est de la salle basse de la maison nord (G. Deshayes, 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 7 – Sondage archéologique dans la partie sud de la salle basse de la maison nord (cliché G. Deshayes, avril 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10053/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 853k

Auteur

Université de Rouen, GRHis
Doctorant de l’université de Rouen, sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Son sujet de thèse est Les celliers médiévaux des abbayes de Normandie orientale. Fonctions, topographie, architecture.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540