Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IVe Partie. Églises et abbayes

Les églises du Mont-Saint-Michel : de la crypte au sanctuaire de hauteur

François Neveux

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est une version réduite de notre communication au colloque de Solofra, en Itali (...)

1Dominant la baie de plus de cent mètres, le Mont-Saint-Michel apparaît comme le type même du sanctuaire de hauteur. Il n’en fut pas toujours ainsi. Le premier oratoire d’Aubert cherchait à imiter le modèle du Mont-Gargan, le plus ancien et le plus prestigieux des sanctuaires dédiés à l’archange. Or ce sanctuaire n’est pas situé au sommet de la montagne, mais à l’intérieur d’une grotte ouverte dans son flanc : c’est avant tout une église souterraine. En Italie, de nombreuses grottes michaéliques ont suivi celle du Mont-Gargan. Sur le mont Tombe (futur Mont-Saint-Michel), il n’existait pas de grotte naturelle. C’est pourquoi l’évêque Aubert a voulu, selon toute probabilité, édifier une grotte artificielle, c’est-à-dire une crypte. Par la suite, du XIe au XVe siècle, de nombreuses cryptes ont été construites sur le Mont, pour soutenir la grande église abbatiale. Dans un premier temps, nous passerons rapidement en revue toutes ces cryptes médiévales du Mont. Puis nous reviendrons sur le texte fondateur, la Revelatio, pour nous demander s’il y a bien eu à l’origine une crypte sur le Mont. Enfin, nous montrerons brièvement comment on est passé de la crypte au sanctuaire de hauteur1.

2Le mot crypte provient d’un mot latin (crypta), lui-même dérivant d’un mot grec (cryptè). Il évoque quelque chose de caché et de souterrain. Dans le vocabulaire chrétien, ce terme a d’abord été utilisé pour désigner la pièce souterraine aménagée autour du tombeau d’un saint, et plus précisément d’un martyr (confessio, martyrium). C’est au-dessus de telles cryptes qu’on a édifié les basiliques. Les basiliques sont ainsi des édifices à deux niveaux, un niveau souterrain et un niveau supérieur.

3À partir de là, le mot crypte a pris rapidement un second sens. Il a désigné les parties inférieures d’une église, même si celles-ci n’abritent aucun corps saint. L’existence de la crypte s’explique souvent par des raisons architectoniques. Elle sert de soubassement à l’édifice supérieur et, la plupart du temps, à une partie seulement de cet édifice. Il s’agit alors tout simplement de compenser la dénivellation du terrain. Les cryptes devenaient nécessaires à partir du moment où l’on construisait une vaste église sur un terrain qui était rarement plan. C’est fréquemment le cas pour les grandes cathédrales ou abbatiales de l’époque romane comme de l’époque gothique, en particulier en Normandie (cathédrales de Rouen et de Bayeux, abbatiale de la Trinité de Caen et, naturellement, Mont-Saint-Michel).

4Au Mont-Saint-Michel, à partir du XIe siècle, on entreprit de construire autour d’un étroit rocher une grande église, flanquée d’un monastère. Il s’avéra donc indispensable de s’appuyer sur des cryptes. Compte tenu de la configuration du terrain, les cryptes sont consubstantielles à l’abbaye montoise.

5L’église abbatiale du Mont-Saint-Michel comporte donc de nombreuses cryptes : Notre-Dame-sous-Terre, crypte Saint-Martin, crypte Notre-Dame-des-Trente-Cierges et crypte des Gros-Piliers.

  • 2 Notre-Dame-sous-Terre est placée sous la terrasse depuis la destruction des trois dernières travée (...)
  • 3 Paul Gout, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’abbaye et de la ville. Étude archéologique et archi (...)
  • 4 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes effectuées au cours des chantiers de restaura (...)
  • 5 Paul Gout, Michel de Boüard et Yves-Marie Froidevaux se sont montrés d’accord pour dater l’édifice (...)

6Notre-Dame-sous-Terre est la crypte la plus ancienne du Mont-Saint-Michel. Elle était située autrefois sous la nef et le bas-côté nord de l’église abbatiale, mais aujourd’hui sous la terrasse de l’ouest2. Elle ne fut redécouverte qu’en 1907 par Paul Gout3. Pour qu’elle retrouvât son aspect primitif, il fallut encore attendre les travaux d’Yves-Marie Froidevaux, architecte en chef des Monuments historiques (en 1959-1960)4. On a beaucoup discuté de sa datation. Aujourd’hui, historiens et archéologues s’accordent à la dater du Xe siècle5. Sans doute s’agit-il de l’église de la communauté des chanoines, reprise et terminée après l’arrivée des moines (en 965). Elle a coexisté avec l’église supérieure bâtie sous l’abbatiat de Maynard (965-991), à laquelle elle était reliée par deux escaliers. Notre-Dame-sous-Terre est un édifice à deux nefs, séparées par deux arcades en plein cintre. Vers l’est, du côté du rocher, les nefs se terminent par deux petites absides, surmontées par des tribunes, dont les autels étaient consacrés à la Sainte Vierge et à la Trinité.

7Depuis le XIe siècle (1030-1040), la crypte Saint-Martin soutient le croisillon sud du transept de l’église abbatiale. Elle comprend une voûte en berceau de vaste dimension, renforcée par un arc doubleau. Vers l’est, un arc en plein cintre de section plus restreinte ouvre sur une abside voûtée en cul-de-four (comportant une petite fenêtre). En regardant l’abside, on est donc en présence d’arcs en plein cintre de différentes dimensions, emboîtés les uns dans les autres. Par sa simplicité comme par ses remarquables proportions, la crypte Saint-Martin est à coup sûr un chef-d’œuvre de l’art roman.

8Notre-Dame-des-Trente-Cierges est contemporaine de la crypte Saint-Martin. Elle lui fait pendant et soutient le croisillon nord du transept. Le mur sud s’appuie directement sur le rocher et les constructeurs l’ont laissé volontairement bien visible. La crypte est divisée en deux travées par un arc doubleau et elle est voûtée d’arêtes. Vers l’est, elle comprend, comme la crypte Saint-Martin, une abside en cul-de-four ouvrant sur une petite fenêtre en plein cintre, qui dispense une lumière parcimonieuse.

  • 6 Jean Vallery-Radot, « La crypte du chœur roman de l’abbatiale du Mont-Saint-Michel », Bulletin de (...)

9Dans son aspect actuel, la crypte des Gros-Piliers date du milieu du XVe siècle. Les fouilles effectuées en 1964 ont cependant montré qu’elle doublait et masquait une crypte semblable remontant à l’époque romane. La crypte romane épousait la forme du chœur. Elle comptait dix piliers soutenant les piles du chœur et un déambulatoire sans chapelles rayonnantes, de forme polygonale6.

  • 7 François Neveux, « Les reliques du Mont-Saint-Michel », Culte et pèlerinages à saint Michel en Occ (...)
  • 8 Ibid., p. 251.

10La principale fonction de ces cryptes semble avoir été purement architectonique. Elles étaient destinées, dès le XIe siècle, à soutenir la grande église supérieure romane, complétée au XVe siècle par un chœur gothique. Dans cette église supérieure, les moines célébraient les offices, et rendaient notamment un culte à saint Michel. Installé au centre du chœur, l’autel majeur était dédié à l’archange. Le corps de saint Aubert reposait derrière cet autel majeur. C’était du moins le cas en 1396, lorsque fut rédigé l’inventaire des reliques7. L’abbaye conservait encore le chef du même saint évêque et les deux reliques proprement michaéliques : un morceau du rocher du Mont-Gargan et un fragment du manteau rouge de l’archange8. Ces reliques, et les nombreuses autres que possédait l’abbaye à cette époque, étaient gardées au trésor, situé dans le croisillon sud.

11Les cryptes ne semblent pas avoir reçu de reliques et ne pas avoir joué un rôle notable dans le déroulement de la liturgie. Telle est du moins la situation à la fin du Moyen Âge, époque à partir de laquelle nous disposons d’une documentation à ce sujet. On peut se demander s’il en fut toujours ainsi et si les premiers édifices construits au Mont ont comporté une crypte, sur le modèle du Mont-Gargan. Ces édifices ayant entièrement disparu, il nous faut remonter aux textes fondateurs, et en particulier à la Revelatio.

  • 9 Pierre Bouet et Olivier Desbordes sont maîtres de conférences de latin à l’université de Caen. Pie (...)
  • 10 Voir Pierre Bouet, « La Reuelatio et les origines du culte à saint Michel sur le mont Tombe », ibi (...)

12Les origines du Mont-Saint-Michel nous sont connues à travers le texte de la Revelatio Ecclesiae Sancti Michaelis. Ce texte fondateur est désormais bien connu par les travaux de Pierre Bouet. Celui-ci va d’ailleurs en donner prochainement une édition scientifique, avec la collaboration d’Olivier Desbordes9. Il fut rédigé selon toute vraisemblance par un clerc du Mont resté anonyme, sans doute dans les années 82010.

  • 11 Bibliothèque municipale d’Avranches, ms. 211, fos 180v°-188v°.

13Ce texte célèbre nous est parvenu par l’intermédiaire d’une trentaine de manuscrits, dont l’un des plus anciens est le manuscrit 211 de la bibliothèque municipale d’Avranches11. Celui-ci a été copié par le moine Hervardus, entre 990 et 1010. La Revelatio est divisée en huit leçons (lectiones), qui retracent d’abord les circonstances historiques, le rapport avec le sanctuaire italien du Mont-Gargan et la situation du lieu (ancienne forêt progressivement envahie par la mer). Ce sont les leçons IV et V qui nous intéressent particulièrement. La leçon IV raconte le triple songe de l’évêque Aubert, la présence sur le site d’un taureau qui avait piétiné un espace circulaire et l’aménagement de cet espace par l’évêque, avec l’aide de nombreux paysans. Deux énormes rochers qui encombraient le site sont déplacés par le dénommé Bain et ses douze fils, grâce à l’intervention miraculeuse de l’archange.

14La leçon V évoque la construction du premier oratoire, dont elle donne une description relativement précise. En voici les termes exacts :

  • 12 Texte et traduction de Pierre Bouet et Olivier Desbordes dans Culte et pélérinage…, op. cit., p. 1 (...)

Extruxit itaque fabricam non culmine subtilitatis celsam sed in modum criptae rotundam, centum, ut estimatur, hominum capacem, illius in monte Gargani uolens exequare formam, in monte prerupti silicis angelico apparatu facta terrigenis ad laudem et gloriam Dei habitatione.
Il [l’évêque Aubert] construisit donc un édifice, qui ne se dressait pas en hauteur avec un faîtage élégant, mais qui avait une forme circulaire à la manière d’une grotte [ou crypte], capable de contenir, estime-t-on, une centaine de personnes ; il voulait qu’il ait une forme identique à celle de l’édifice du Mont Gargan, où selon les indications de l’archange une demeure avait été construite sur le rocher abrupt à l’intention des habitants de la terre pour la louange et la gloire de Dieu12.

  • 13 Les rotondes cherchent d’abord à imiter le Saint-Sépulcre de Jérusalem. Si l’on veut replacer la r (...)

15Ce texte nous indique d’abord que le premier sanctuaire ne se situait pas au sommet du rocher, mais sur une plate-forme aménagée non loin de ce sommet. Ensuite, il nous précise sa forme, celle d’une rotonde13. C’était donc un édifice circulaire. L’auteur ajoute une précision importante. L’édifice en question était construit in modum criptae, ce qui signifie « à la manière d’une grotte », mais aussi bien « à la manière d’une crypte ». Quoi qu’il en soit, cette construction cherchait à imiter le sanctuaire du Mont-Gargan, comme c’est expressément écrit quelques mots plus loin.

16La référence au Mont-Gargan est claire, bien qu’elle ne soit pas exempte d’ambiguïté. Le Mont-Gargan est d’abord une montagne, qui culmine à plus de 1 000 mètres d’altitude (796 m pour Monte Sant’Angelo, 1 014 m pour le Monte Nero). L’archange n’est pas apparu au sommet de la montagne, mais dans une grotte creusée dans son flanc, à peu de distance du sommet. Cette grotte a été dès l’origine le lieu de culte dédié à saint Michel (et l’est encore de nos jours). Dans le cas du Mont-Gargan, nous avons donc l’association entre un culte des hauteurs et un culte souterrain. La Revelatio nous montre que l’évêque Aubert (inspiré par l’archange) a voulu conserver ce double aspect au Mont-Saint-Michel.

  • 14 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes effectuées au cours des chantiers de restaura (...)
  • 15 C’est ce qui ressort de la conférence donnée par Christian Sapin et consorts au Mont-Saint-Michel, (...)

17Aubert disposait à proximité de sa ville épiscopale d’une montagne, le mont Tombe. Celui-ci est évidemment beaucoup plus modeste que le Mont-Gargan, puisqu’il culmine à moins de 100 mètres (200 coudées d’après la Revelatio, soit 88 m). Il s’élève toutefois de la même manière, directement au-dessus de la mer, qui l’entourait de toute part au VIIIe siècle (et même encore de nos jours). La seule difficulté était l’absence de grotte sur les flancs de cette montagne. Si l’on en croit la Revelatio, l’évêque la tourna en construisant une grotte artificielle. Ce premier sanctuaire, situé sur une esplanade, était adossé au rocher, à quelque 10 mètres du sommet. Vraisemblablement, la partie absidiale de l’oratoire était formée par la grotte creusée dans le rocher lui-même (par Aubert et son équipe). Il ne reste malheureusement rien de ce premier édifice. En 1960, cependant, Yves-Marie Froidevaux a dégagé, derrière l’une des absides de Notre-Dame-sous-Terre, un mur formé de gros blocs de pierre. Il a cru qu’il s’agissait des restes (émouvants) du premier sanctuaire du Mont14. La plupart des commentateurs postérieurs l’ont suivi sur ce point. Or les dernières analyses archéologiques laissent à penser qu’il s’agit d’un simple mur de soutènement, plus tardif15.

  • 16 Voir Michel de Boüard, « L’église Notre-Dame-sous-Terre au Mont-Saint-Michel », op cit., p. 8-27 ; (...)
  • 17 Dans Notre-Dame-sous-Terre, l’autel du sanctuaire nord (à gauche), est dédié à la Vierge Marie, al (...)

18On ne peut rien dire d’autre de ce premier sanctuaire. Pourtant, le modèle du Mont-Gargan a encore été utilisé par la suite dans les constructions du Mont. C’est peut-être le cas pour Notre-Dame-sous-Terre, lorsque cette église est divisée en deux nefs, dans le courant du Xe siècle16. À cette étape, la volonté d’imitation du Mont-Gargan est toujours patente, puisque la grotte est divisée naturellement en deux parties. Yves-Marie Froidevaux a souligné le fait que les dédicaces des deux autels rappelaient aussi la grotte du Mont-Gargan17. Notre-Dame-sous-Terre était relativement spacieuse par rapport à l’oratoire primitif, qui ne pouvait contenir qu’une centaine de personnes. On peut y voir l’église des chanoines, qui constituaient le personnel du sanctuaire avant l’arrivée des moines (en 965). C’est seulement un siècle plus tard que Notre-Dame-sous-Terre est devenue une crypte, lors de la construction de la nef romane. En attendant, l’église des chanoines allait être supplantée par une nouvelle église, édifiée en hauteur.

  • 18 Introductio monachorum, Bibl. mun. Avranches, ms. 210, fos 10-19 ; Édouard de Beaurepaire (éd), Le (...)
  • 19 Cette pluralité des églises est encore attestée par Raoul Glaber. Celui-ci indique qu’un incendie (...)

19À leur arrivée, les moines bénédictins ont dû cohabiter avec les chanoines et partager avec eux la seule église qui existait alors sur le Mont. Nous savons, par l’Introductio monachorum, que cette cohabitation fut difficile18. C’est sans doute pour cette raison que les moines décident rapidement de construire une nouvelle église. Celle-ci fut installée au sommet du rocher. Son édification nécessita d’importants travaux de terrassement. Il fallut attaquer la roche granitique pour dégager une plate-forme suffisamment grande au sommet du Mont. La nouvelle église surplombait ainsi Notre-Dame-sous-Terre, mais ne la prenait pas pour soubassement. L’existence de cette église est certaine, puisque ses fondations ont été retrouvées sous l’abbatiale romane par Paul Gout (en 1908)19. Les deux églises ont coexisté pendant un certain temps. Le Mont-Saint-Michel comportait donc plusieurs églises, selon un modèle dominant au cours du haut Moyen Âge, pour les grands lieux de culte19. Notre-Dame-sous-Terre en était cependant réduite à un rôle secondaire.

20La construction du nouveau sanctuaire en hauteur traduisait un véritable changement idéologique. Les moines abandonnaient le modèle qui avait prévalu depuis l’origine, celui d’un sanctuaire qui s’efforçait d’imiter le Mont-Gargan. On n’avait plus de grotte artificielle, ni même d’église à deux nefs. La nouvelle église s’inscrivait dans une autre tradition, qui voulait qu’on célébrât l’archange saint Michel sur la hauteur. Il nous reste à rechercher quelles ont pu être les sources d’inspiration des moines du Mont.

  • 20 Voir Colette Lamy-Lassalle, « Sanctuaires consacrés à saint Michel en France des origines à la fin (...)

21L’église haute du Mont se situe dans une tradition déjà ancienne, dont le prototype est l’oratoire du Château-Saint-Ange, né à la suite d’une vision de Grégoire-le-Grand (590-604). Parmi les plus anciens sanctuaires de ce type, on peut mentionner Saint-Michel-de-Glanfeuil (avant 543), une chapelle dans une tour de l’enceinte du Mans (avant 623), un oratoire installé dans la muraille romaine de Reims (696) et Saint-Mihiel (que la tradition fait remonter à 709)20. Bien entendu ce court inventaire est loin d’être exhaustif.

  • 21 Dom Jean-François Pommeraye, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, Richard La (...)

22De tels sanctuaires, situés sur des lieux élevés, sont nombreux dans le monde franc. Ils sont fréquemment installés sur les remparts des villes et sur les portes des enceintes urbaines ou monastiques. Ils assurent ainsi la protection de l’archange guerrier pour parer aux faiblesses de la défense. La construction de la nouvelle église haute du Mont, dédiée à saint Michel, va elle-même susciter une postérité. L’exemple le plus probant en est sans doute le prieuré Saint-Michel, situé sur les hauteurs entourant la ville de Rouen, qui dépendait de la grande abbaye Saint-Ouen. Son origine est obscure et c’est seulement au XVe siècle qu’il est intitulé « Saint-Michel-du-Mont-Gargan »21.

  • 22 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes… », op. cit., p. 15-18. En 1776, Notre-Dame-s (...)

23Au cours du XIe siècle, les moines du Mont-Saint-Michel entreprennent la construction d’une troisième église (romane), beaucoup plus vaste que les précédentes. La plate-forme aménagée précédemment se révéla très insuffisante pour supporter un édifice d’une telle dimension. Il fallut donc aménager des cryptes pour soutenir une bonne partie de la nouvelle construction. Le paradoxe, c’est qu’on n’en a pas profité pour installer un sanctuaire michaélique, sur le modèle de la grotte du Mont-Gargan. L’édifice qui s’y prêtait le mieux était Notre-Dame-sous-Terre, qui avait été un moment conçue comme une imitation de la grotte garganique. Or cette crypte ne semble pas avoir été particulièrement visitée par les pèlerins. Elle fut altérée par les fondations des piliers de la nef, avant d’être rendue complètement inutilisable au XVIIIe siècle22.

24Au XIe siècle, le projet primitif d’Aubert (inspiré par l’archange) est bien oublié. Le Mont-Saint-Michel n’est plus considéré comme une imitation du Mont-Gargan. Il a pris son autonomie en négligeant ses cryptes et en devenant uniquement un sanctuaire de hauteur. Le sanctuaire normand est rapidement devenu un lieu de pèlerinage très fréquenté et sa renommée est restée très grande tout au long du Moyen Âge. Il a lui-même fait figure de modèle, supplantant celui du Mont-Gargan dans une grande partie du monde chrétien (mais pas en Italie du Sud). Le Mont-Saint-Michel a donc contribué au développement du culte de saint Michel dans des lieux élevés, naturels ou artificiels. Avec lui, l’archange a quitté les grottes et les cryptes pour résider sur les montagnes ou les collines. Ce nouveau modèle ne rompait pourtant pas complètement avec le Mont-Gargan, qui était une véritable montagne. En tout cas, il a donné naissance à un chef-d’œuvre architectural de première grandeur, l’abbaye du Mont-Saint-Michel, qu’on a pu à juste titre qualifier de « Merveille de l’Occident ».

Bibliographie

Bibliographie sommaire. (limitée aux principaux ouvrages cités)

Huynes Dom Jean, Histoire générale de l’abbaye du Mont-Saint-Michel au péril de la mer, éd. E. de Robillard de Beaurepaire, 2 vol. , Rouen, A. Lebrument, 1872-1873.

Le Roy Thomas, Les curieuses recherches du Mont-Sainct-Michel, éd. E. de Robillard de Beaurepaire, 2 vol. , Caen, Le Blanc-Hardel, 1878.

Gout Paul, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’abbaye et de la ville. Étude archéologique et architecturale des monuments, 2 vol. , Paris, Armand Colin, 1910.

Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, 5 volumes, Paris, Lethielleux, 1967-2001 :

– tome I : Histoire et vie monastique, Dom J. Laporte, dir., 1967, rééd. 1993 ;

– tome II : Vie montoise et rayonnement intellectuel, R. Foreville, dir., 1967, rééd. 1993 ;

– tome III : Culte de saint Michel et pèlerinages au Mont, M. Baudot, dir., 1967, rééd. 1993 :

– tome IV : Bibliographie générale et sources, M. Nortier et H. Decaëns, 1967, rééd. 2001 ;

– tome V : Études archéologiques, M. Nortier, dir., 1993.

Le Mont-Saint-Michel. Histoire et Imaginaire, Paris, Anthèse/Éditions du Patrimoine, 1998 (contributions de Maylis Baylé, Pierre Bouet, Jean-Paul Brighelli, Henry Decaëns, Monique Dosdat, Nicolas Faucherre, François Neveux, François Saint-James).

L’Angelo, la Montagna, il Pellegrino. Monte Saint’Angelo e il santuario di San Michele del Gargano, Foggia, Claudio Grenzi, 1999 (contributions de Giorgio Otranto, Pina Belli d’Elia, Gioia Bertelli, Immacolata Aulisa, Silvia Bettochi, Rita Mavelli, Stefania Mola, Maria Pia Pettinau Vescina, Anna Maria Triputti).

Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident. Les trois monts dédiés à l’archange, actes du colloque international de Cerisy-la-Salle/Mont-Saint-Michel, 27-30 septembre 2000, P. Bouet, G. Otranto et A. Vauchez, dir., Rome, École française de Rome, 2003.

Culto e santuari di san Michele nell’Europa medievale, Culte et sanctuaires de saint Michel dans l’Europe médiévale, actes du congrès international de Bari/Monte Sant’Angelo (5-8 avril 2006), P. Bouet, G. Otranto et A. Vauchez, dir., Bari, Edipuglia, 2007.

Il culto di San Michele in Campania. L’area serinese solofrana, actes du colloque international de Solofra, 16-18 mars 2007 (à paraître).

Gazeau Véronique, Normannia monastica. Princes normands et abbés bénédictins (Xe-XIIe siècle), 2 vol. , Caen, Publications du CRAHM, 2007 :

– tome I : Princes normands et abbés bénédictins ;

– tome II : Prosopographie des abbés (dont les abbés du Mont-Saint-Michel de 965 à 1212).

Notes

1 Cette contribution est une version réduite de notre communication au colloque de Solofra, en Italie : « Le cripte di Mont-Saint-Michel in Normandia », à paraître dans Il culto di San Michele in Campania. L’area serinese solofrana, actes du colloque international de Solofra, 16-18 mars 2007.

2 Notre-Dame-sous-Terre est placée sous la terrasse depuis la destruction des trois dernières travées de la nef au XVIIIe siècle.

3 Paul Gout, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’abbaye et de la ville. Étude archéologique et architecturale des monuments, 2 vol. , Paris, Armand Colin, 1910, t. II, p. 389-397.

4 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes effectuées au cours des chantiers de restaurations entre les années 1960 et 1968 », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. V, 1993, p. 13-33 (église préromane dite Notre-Dame-de-sous-Terre, p. 14-25) ; Jean Vallery-Radot, « Le Mont-Saint-Michel, travaux et découvertes », ibid., p. 35-61 (Notre-Dame-sous-Terre, p. 35-52) ; Michel de Boüard, « L’église Notre-Dame-sous-Terre au Mont-Saint-Michel », Journal des savants, 1961, p. 8-27.

5 Paul Gout, Michel de Boüard et Yves-Marie Froidevaux se sont montrés d’accord pour dater l’édifice du Xe siècle. Cette datation a été récemment confirmée par les études scientifiques dirigées par Christian Sapin et Pierre Guibert (présentées au Mont-Saint-Michel le 10 novembre 2006).

6 Jean Vallery-Radot, « La crypte du chœur roman de l’abbatiale du Mont-Saint-Michel », Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1965, p. 70-77 ; id. « Le Mont-Saint-Michel, travaux et découvertes », op. cit., p. 52-61. Jean Vallery-Radot raconte lui-même (p. 55) qu’il a visité les fouilles du chœur le 27 février 1964, avec une délégation de la commission supérieure des Monuments historiques. Les fouilles en question étaient conduites par Joseph Decaëns, sous la direction de Michel de Boüard, doyen de la faculté des lettres de l’université de Caen. C’est donc Joseph Decaëns qui a fait les découvertes, publiées aussitôt par J. Vallery-Radot !

7 François Neveux, « Les reliques du Mont-Saint-Michel », Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident, P. Bouet, G. Otranto et A. Vauchez (dir.), Rome, École française de Rome, 2003, p. 245-269 (p. 250).

8 Ibid., p. 251.

9 Pierre Bouet et Olivier Desbordes sont maîtres de conférences de latin à l’université de Caen. Pierre Bouet est en outre fondateur de l’Office universitaires d’études normandes (OUEN), dont l’actuelle directrice est Catherine Bougy. Les textes fondateurs du Mont-Saint-Michel seront publiés prochainement aux Presses universitaires de Caen par P. Bouet, O. Desbordes et C. Bougy. En attendant, on peut consulter le texte de la Revelatio et sa traduction (française et italienne) dans Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident..., op. cit., p. 10-26. La traduction française a été assurée par Pierre Bouet et Olivier Desbordes et la traduction italienne par Immacolata Aulisa.

10 Voir Pierre Bouet, « La Reuelatio et les origines du culte à saint Michel sur le mont Tombe », ibid., p. 65-90.

11 Bibliothèque municipale d’Avranches, ms. 211, fos 180v°-188v°.

12 Texte et traduction de Pierre Bouet et Olivier Desbordes dans Culte et pélérinage…, op. cit., p. 14 et 19.

13 Les rotondes cherchent d’abord à imiter le Saint-Sépulcre de Jérusalem. Si l’on veut replacer la rotonde du Mont dans un cadre plus large, on peut consulter Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, Actes du colloque de Dijon (1993), Mo nique Jannet et Christian Sapin, dir., Dijon, musée archéologique de Dijon, 1996. Voir notamment la contribution de Carol Heitz, « Le modèle du Saint-Sépulcre », p. 229-236.

14 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes effectuées au cours des chantiers de restaurations entre les années 1960 et 1968 », op. cit., p. 25.

15 C’est ce qui ressort de la conférence donnée par Christian Sapin et consorts au Mont-Saint-Michel, le 20 novembre 2006.

16 Voir Michel de Boüard, « L’église Notre-Dame-sous-Terre au Mont-Saint-Michel », op cit., p. 8-27 ; Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes… », op. cit., p. 14-25 (p. 19). Contrairement à Y.-M. Froidevaux, M. de Boüard pensait que les arcades et le pilier central avaient été ajoutés après coup. Les analyses récentes présentées par Christian Sapin confirment son opinion. La division en deux nefs ne serait donc pas d’origine.

17 Dans Notre-Dame-sous-Terre, l’autel du sanctuaire nord (à gauche), est dédié à la Vierge Marie, alors que celui du sanctuaire sud (à droite) est dédié à la Trinité. Il semble que ce soit aussi les dédicaces originelles de la grotte du Mont-Gargan. Selon le récit de l’Apparitio, la grotte avait été consacrée par l’Archange lui-même, à Dieu, c’est-à-dire à la Trinité. C’est seulement par la suite que l’autel de droite (qui est l’autel principal) a été dédié à saint Michel. L’autel de gauche est resté consacré à la Vierge Marie. Voir Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes… », op. cit., p. 22 et note 16.

18 Introductio monachorum, Bibl. mun. Avranches, ms. 210, fos 10-19 ; Édouard de Beaurepaire (éd), Les curieuses recherches du Mont-Saint-Michel de Thomas Leroy, Caen, Le Blanc-Hardel, 1878, t. I, p. 419 ; voir Cartulaire du Mont-Saint-Michel, fac-similé du manuscrit 210 de la bibliothèque municipale d’Avranches, Avranches, Mairie d’Avranches/Les Amis du Mont-Saint-Michel, 2005. Ce fac-similé comprend une traduction de l’Introductio monachorum par Pierre Bouet et Olivier Desbordes. Ce document figurera parmi les textes fondateurs dont ils préparent l’édition scientifique (à paraître aux Presses universitaires de Caen). 19 Paul Gout, Le Mont-Saint-Michel..., op. cit., p. 387 et suiv.

19 Cette pluralité des églises est encore attestée par Raoul Glaber. Celui-ci indique qu’un incendie (en 992) ravagea « l’abbaye et ses églises » : Raoul Glaber, Historiarum libri quinque, éd. M. Prou, Paris, Picard, 1886, p. 60. Voir Maylis Baylé, « Les constructions préromanes et romanes », Le Mont-Saint-Michel. Histoire et Imaginaire, Paris, Anthèse/Éditions du Patrimoine, 1998, p. 102-114 et note 7, p. 234.

20 Voir Colette Lamy-Lassalle, « Sanctuaires consacrés à saint Michel en France des origines à la fin du IXe siècle », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, op. cit., t. III, p. 112-122 ; G. Weill, « Le culte de saint Michel à Saint-Mihiel », ibid., p. 325-328. La date de 709 est celle d’un faux, forgé au XIe siècle par les moines de Saint-Mihiel pour s’opposer aux revendications de l’abbaye de Saint-Denis sur leur établissement. Il est probable que cette date a été choisie en référence avec la fondation du Mont-Saint-Michel.

21 Dom Jean-François Pommeraye, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, Richard Lallemand, 1662, p. 356 et 451-452 ; abbé André Fouré, « Le prieuré Saint-Michel au Mont Sainte-Catherine près Rouen », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, op. cit., t. III, p. 309-318 ; Angela Laghezza, « Note sul culto micaelico tra Puglia e Normannia. Il priorato di San Michele del Monte Gargano a Rouen », Vetera Christianorum, 44, 2007, fasc. I, p. 97-110.

22 Yves-Marie Froidevaux, « Observations et découvertes… », op. cit., p. 15-18. En 1776, Notre-Dame-sous-Terre fut dénaturée par la construction du mur de fondation de la nouvelle façade classique.

Auteur

Université de Caen, OUEN/CRHQ
Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Basse-Normandie. Sa thèse d’État portait sur Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys, 1996.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540