Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Plans, « courbes rues » et bâtiments circulaires dans les villes médiévales (Xe-XVe siècle)

Jean-Pierre Leguay

Texte intégral

  • 1 Leonardo Benevolo, La ville dans l’histoire européenne, Paris, Seuil, 1993 ; Charles Delfante, Gra (...)
  • 2 Yves Barel, La ville médiévale, Grenoble, Presses universitaires, 1977 ; A. Chédeville, J. Le Goff (...)

1Dans l’infinie variété des paysages urbains médiévaux, le plan circulaire ou elliptique, plus ou moins régulier, que les historiens et les géographes nomment aussi radioconcentrique, a été largement diffusé. On le trouve dans les bourgs qui doublent les fondations antiques, dans les villes nées sous la protection d’un château ou d’une abbaye, ainsi que dans les fondations, nommées en Aquitaine « castelnaux » ou « bastides », « villeneuves » ou « neu(f)bourgs » ailleurs1. Ce dynamisme créatif a été rappelé dans plusieurs travaux de synthèse et dans des monographies2.

2Nous retrouvons le cercle ou des figures géométriques qui s’en rapprochent dans la disposition des rues et des allées qui s’enroulent et se déroulent à l’intérieur de multiples enceintes formant, avec les églises, les bâtiments utilitaires et les belles résidences, l’ossature d’une ville et qu’évoque l’expression « courbe rue » rencontrée dans les archives.

3Certains monuments médiévaux restent fidèles à la rotonde, un plan qui avait été adopté par les constructeurs des théâtres ou d’amphithéâtres de l’Antiquité. Les premiers baptistères, des églises et des chapelles, mais aussi des ouvrages de défense ou des bâtiments utilitaires (tels que les puits, les fontaines ou les phares) ont continué de s’en inspirer.

  • 3 Les plans des villes ont fait l’objet d’une étude italienne très précise de Lucia Nuti, Ritratti d (...)

4Cet examen d’un aspect particulier de la morphologie urbaine repose sur l’apport conjoint des sources écrites (archives ecclésiastiques, seigneuriales et communales), de l’archéologie et de la toponymie et surtout de l’iconographie : vues cavalières, dessins (comme ceux de l’armorial de Revel à Montbrison), « mappes » (cartes sardes en Savoie). Des reconstitutions ont été faites à partir des premiers cadastres, des censiers ou livres-rentiers, des aveux ou déclarations de biens ou encore des enquêtes fiscales. La photographie aérienne a facilité l’étude des plans circulaires de petites villes et de villages (Aquitaine, Provence)3.

Le plan circulaire : idéogramme sigillaire et pictural ou réalité ?

5La forme auréolaire pose bien des interrogations sur l’appropriation de l’espace par les humains et le processus de développement de l’habitat.

6Ses origines se perdent dans la nuit des temps. La rotonde a paru, à certains écrivains du passé, à la fois simple d’exécution, naturelle et idéale et surtout conforme à la représentation du monde qu’on se faisait alors. On a trop souvent associé à l’Antiquité le plan orthogonal et oublié que le plan circulaire était aussi bien représenté.

7Le hiéroglyphe égyptien représentant la ville était un cercle avec une croix à l’intérieur. Les Étrusques, les Grecs (dont Platon) et d’autres peuples du Bassin méditerranéen comme les Arabes (à Alep, à Bagdad) ont choisi le plan central, tracé sur le sol par les arpenteurs ou gromatici à l’aide d’un cordeau. Vitruve, auteur du fameux De Architectura, dont la pensée logique a tant marqué les hommes de l’Antiquité puis du Moyen Âge, notamment à l’époque de la renovatio carolingienne puis du renouveau des écoles et des universités, le choisit aussi pour les enceintes urbaines, tout en conservant, intra-muros, le quadrillage orthogonal des rues.

  • 4 Pierre Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Van Oest, 1954 ; G. Jehe (...)

8En contradiction totale avec la réalité, la mosaïque dite de Madaba (début du VIe siècle) attribue à Jérusalem, la ville sainte par excellence, une forme ovale symbolique, traversée au milieu par une rue droite bordée de portiques. D’autres représentations adoptent le même modèle spatial ; la Mappa Mundi d’Hereford, en produit un stéréotype idéal sous l’aspect d’une enceinte crénelée, protégeant une ville découpée en quatre quartiers par quatre rues avec un centre de gravité formé d’un édifice lui-même circulaire entouré d’une colonnade4. Rome, l’autre ville sainte, a été inscrite dans un cercle dans l’Itinéraire d’Einsiedeln et presque représentée par cette forme sur une miniature illustrant le poème Dittamendo de Fazio degli Uberti. Plusieurs miniatures carolingiennes, des illustrations de psautiers respectent cette circularité qui est l’image modèle de la Jérusalem céleste.

  • 5 La morphologie circulaire se retrouve aussi dans les villages comme le montre Monique Bourin-Derru (...)

9Les Romains ont donc conservé ce plan circulaire dans leur aire d’expansion, moins souvent, il est vrai, que le plan carré ou rectangulaire, centré autour du forum. Il se retrouve au Moyen Âge, dans le processus de développement urbain et villageois observé en France ou en Espagne : Séville s’enroule dans un méandre du Guadalquivir. En Italie, Milan est, selon Bonvesin da La Riva, « une rotondité aussi merveilleuse [qui] est le signe de sa perfection »5. On retrouve aussi le plan circulaire en dehors des limites de l’ancien limes antique. Les comptoirs et les camps scandinaves (Birka, Trelleborg, York), des terpen ou villages sur buttes artificielles de tourbe des rivages de Hollande et d’Allemagne du Nord, les gorods russes dominés par leur forteresse ou Kreml’ (Novgorod sur le Volkhov, plus tard Moscou) en témoignent encore. Contrairement à une hypothèse longtemps retenue, il semble tout à fait exclu d’y voir une influence des camps de chariots nomades installés en cercle ou en ovale.

  • 6 Brigitte Bedos-Rezak, « Towns and Seals : Representation and Signification in Mediéval France », B (...)
  • 7 Benoît Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale. Gascogne gersoise, Bordeaux, Fédération (...)

10La France a choisi la rotondité en totalité ou en partie dans la morphogenèse des bourgades apparues de façon spontanée entre le Xe et le XIIIe siècle telles qu’on les voit par exemple sur des sceaux représentant une ville-image idéelle6. Ce schéma spatial s’oppose au plan en échiquier. L’adaptation à un site constitue un premier élément dans l’élaboration, l’évolution et la pérennité topographiques de l’espace urbain. Une colline protectrice, un éperon occupé jadis par un oppidum gaulois ou un relief tabulaire au pied d’une position élevée réservée au château ont pu inciter les humains à s’y établir et, dans certains cas, la contrainte du relief joue un rôle important dans l’élaboration du futur plan rond ou ovale. Ce phénomène d’incastellamento, à la française, pour reprendre l’expression utilisée pour l’Italie par P. Toubert, longtemps expliqué par l’insécurité causée par les Sarrasins ou des problèmes d’hygiène (la peur du paludisme) a été en fait voulu par les maîtres du sol : les seigneurs entendaient mettre en valeur un territoire, dynamiser la production agricole et surtout mieux contrôler leurs dépendants en les regroupant près des centres de pouvoir et les exploiter de façon plus rationnelle sur les plans économique, fiscal, militaire et judiciaire. Il facilitait aussi l’installation à demeure d’artisans et de marchands7. Évitons pourtant tout déterminisme du relief car il arrive que des villes de plan circulaire naissent en plaine, sur un terrain plat, à l’intérieur d’un large méandre d’un cours d’eau par exemple.

11Une forteresse stéréotypée avec tourelles d’angle, une enceinte circulaire, carrée ou polygonale, un édifice religieux – abbaye bénédictine, collégiale ou prieuré – un pont occupant une position centrale qu’il n’a pas forcément dans la réalité, un bâtiment collectif avec une halle et la place publique voisine (comme à Sarrant dans le Gers), perchés ou non sur une hauteur, donnent une représentation sublimée. Ces bâtiments métonymiques ont joué, séparément ou simultanément, auprès des populations rurales voisines et de quelques étrangers un rôle attractif de noyau urbain et une fonction structurante dans l’élaboration de la future agglomération. Les ouvrages d’une ville-idéogramme, schématiquement représentés, ont servi de point de fixation de l’habitat sur les pentes et le long des chemins convergents vers les points d’ancrage de l’habitat.

  • 8 Michel Bur, « Aux origines du second réseau urbain. L’impact du château sur le peuplement », Les p (...)

12La nécessité s’est vite fait sentir, en des temps difficiles, d’aménager, au pied de la colline ou à mi-pente, une protection. Cette dernière a pu tout simplement être formée par les murs ou « marenches » des maisons accolées, s’emboîtant mutuellement comme des poupées gigognes, et disposées en cercle. La protection se réduit souvent à un fossé, un talus de terre ou une palissade. Le système de défense du bourg et celui du château peuvent s’articuler, se compléter, la ville occupant l’emplacement d’une basse cour. Mais, dans le meilleur des cas, la bourgade s’est dotée d’un véritable carcan de muraille, d’une « chemise avec des créneaulx » et des tours, des sections de courtine et des portes d’entrée. C’est ce que Michel Bur nomme la « castralisation » du bourg8. La qualité de la « closture », de la « cloison » et de ses tours de flanquement dépendait des moyens matériels et financiers de la communauté. À une collectivité aisée correspondait souvent (mais pas toujours) une belle muraille (Conflans près d’Albertville).

  • 9 Pierre Lavedan et Jeanne Huguenet, Histoire de l’urbanisme, t. II, Paris, Arts et métiers graphiqu (...)

13Des voies principales rayonnantes – baptisées parfois de « charrières » ou « carrères », de « pavés » ou de « grandes rues » partent des portes de l’enceinte et rejoignent directement, en gravissant la pente, le centre occupé par les monuments générateurs de la ville, à moins qu’elles ne sinuent avant d’atteindre leur but. Des ruelles transversales, en arc de cercle, formant des anneaux successifs plus ou moins réguliers, achèvent la trame d’un tissu urbain structuré, compact ici, lâche ailleurs et occupé encore par de vastes jardins et des ateliers. Les ruelles concentriques évitent les inconvénients d’une trop forte pente9.

  • 10 Jean Charbonnel, Histoire de Brive et de sa région, Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France (...)

14Une étude menée à l’échelle d’une province ou d’un pays montre que chaque ville exhibée sur un idéogramme ou reconstituée a posteriori est en fait un cas particulier tant par ses origines, la régularité ou l’irrégularité de son enceinte ainsi que de la disposition de ses chaussées ou la densité de son habitat. Brive-la-Gaillarde est presque l’illustration parfaite du schéma décrit10.

15Urbanistes, historiens, archéologues ont souligné les avantages et les inconvénients d’un plan radioconcentrique. L’enceinte ronde (Arras, Gruissan dans l’Aude, Limoges), ovale (Vence, Senlis, Uzès) ou semi-circulaire (Blois, Chalon-sur-Saône) est plus courte et moins coûteuse à construire qu’une enceinte orthogonale. La défense est efficace, offre peu d’angles morts, réclame moins de défenseurs. L’accès au cœur historique est plus aisé que dans le cas d’un quadrillage rigoureux où les rues qui se coupent à angle droit rendent les virages difficiles à prendre pour des charrettes emportées par la vitesse ou de lourds chariots. La vie collective y serait, dit-on, plus intense. L’arrière des maisons qui enveloppent le centre d’une série de cercles concentriques, forme une protection supplémentaire si l’enceinte est franchie par l’ennemi, et aide les soldats de la garnison dans une opération de repli défensif.

  • 11 Jean-Pierre Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 1999.

16Mais des nuisances qui n’existaient pas forcément à l’origine se sont révélées à l’usage, au fil des siècles. L’espace disponible pour la construction est davantage limité. Les rues sont généralement étroites, pentues, même si elles sont concentriques ou interrompues par des paliers successifs. Les ordures dévalent les pentes au moindre orage ou stagnent sur les placettes, sur le parvis des églises ou sous les arches et les herses des portes de l’enceinte11. Les parcelles constructibles, les « fons », les « tènements », les « places à bâtir », des lanières barlongues perpendiculaires à la voie publique, sont rendues irrégulières par les contraintes de la déclivité et les nombreux coudes.

17Ce plan offre enfin une inadaptation à la croissance future et s’avère même parfois, de nos jours, impraticable à certaines heures d’intense circulation dans une conurbation en pleine expansion.

Courtines circulaires et « courbes rues »

18Avec les progrès réalisés par l’architecture militaire, la défense urbaine a opté pour les formes circulaires, ovoïdes, semi-circulaires, de préférence aux constructions quadrangulaires, mais sans les faire disparaître dans certaines régions (Provence, Languedoc, Savoie, etc.). L’expression « courbe rue » a été quelquefois employée pour désigner une rue en arc de cercle ou étroite et sinueuse : on trouve ce terme dans la microtoponymie (Lamballe).

  • 12 Pour les détails archéologiques on se reportera à la récente étude et à la bibliographie d’Alain S (...)

19Une ville médiévale type ne se conçoit pas sans ses remparts, même s’il existe des localités qui en sont dépourvues (Saint-Brieuc). C’est l’élément du paysage urbain que voient, admirent et décrivent en premier les visiteurs et qui est représenté sur les sceaux, les miniatures ou les dessins (Montbrison, Semur-en-Auxois, Tours). Les remparts sont décrits dans les documents d’archives (Rennes, Nantes, Troyes). Le spirituel et le matériel, le divin et le civique s’articulent dans l’image topographique urbaine, apparentée à une véritable icône quand la ville ainsi exprimée est placée sous la protection du Christ, de la Vierge ou du saint fondateur12.

  • 13 J.- P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, C. Klinc (...)
  • 14 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, de la défense à la résidence, t. I, Par (...)

20De superbes donjons ronds dominent les paysages urbains de leur masse. L’exemple de Coucy ou d’Aigues-Mortes avec la tour Constance est loin d’être exceptionnel. Citons encore Dourdan, Chinon, Aulnay en Charente-Maritime, Châtillon-sur-Indre, Issoudun. Quand les Rennais étendent leur système fortifié au cours du XVe siècle, ils sont amenés à construire plusieurs tours circulaires dont la fameuse tour Le Bart, véritable donjon de 21,60 m de haut dont on connaît bien les détails de construction de 1428 à 144313. La tour ronde ou ovale est plus ancienne qu’on ne le disait jadis ; l’une d’elles protégeait le pont de Paris contre les attaques normandes en 885. Ce dispositif cylindrique, doublé quelquefois d’un éperon (à Carcassonne), s’est démultiplié en tourelles en encorbellement, en bretèches. Quand les défenseurs ont été amenés à se prémunir contre la menace du canon ou à utiliser cette nouvelle arme, ils ont construit des ouvrages semi-circulaires ou en fer à cheval qu’on nomme « moineaux », des boulevards qui préfigurent les travaux de Vauban, de véritables tours d’artillerie14.

21La protection d’une ville est également assurée par l’eau : douves, étangs, rivières, canaux se distinguent parfois par leur tracé irrégulier qui inclut les cercles et les demi-cercles (Arras, Bruges, Troyes).

22Intra et extra-muros, les rues médiévales sont rarement droites, même si elles portent ce nom, pour des raisons qui tiennent à la configuration du terrain. Leur forme est tributaire de la restructuration d’un chemin rural, de l’avancée des maisons sous forme de tourelles et de galeries, ou tout simplement du laxisme des autorités qui, sauf exception (Aurillac, Abbeville), tolèrent les avancées de maisons et les constructions parasitaires (Paris, Reims).

23Les cercles, les courbes et les sinuosités se voient très bien sur les panoramas stéréotypés de villes des miniatures. La réalité n’est pas forcément respectée ; la confusion des périodes et l’anachronisme ne sont pas exclus dans une composition globale destinée à mettre en valeur un personnage ou un événement.

  • 15 Christine Bousquet-Labouerie, « L’image de la ville dans les Grandes Chroniques de France, miroir (...)

24Les premiers plans cavaliers du Moyen Âge et de la Renaissance offrent maintes configurations circulaires. L’exemple de la vue cavalière de Chaumont, datant du XVIe siècle, est à cet égard très significative. Les courbes s’observent au niveau de l’enceinte, du fossé, d’une place allongée occupant une ancienne douve, des rues et des ruelles15.

  • 16 A.D. Côtes-du-Nord G, acte du 12 avril 1516 et compte de Jehan Godet, chanoine et receveur du Chap (...)

25L’espace réduit intra-muros a généré partout des formes planimétriques circulaires ou en arc de cercle, multiplié les anneaux successifs de ruelles, les courbures. Les sinuosités se devinent dans des noms tels que rue Creuse, rue Corbe. Une rue Corbe Saint-Guillaume, au tracé biscornu, passait à Saint-Brieuc près de la maison du four du Chapitre et mettait en communication le quartier Saint-Guillaume avec le centre ; une autre existe dans le prolongement du faubourg populeux du Val à Lamballe16. Le plan de Rodez en 1496 n’est qu’une succession de courbes, jusque dans les représentations de blocs d’habitations. Dans le Missel de Juvénal des Ursins du XVe siècle détruit en 1871, on voyait, à l’arrière-plan de la procession de la Fête-Dieu, la Maison aux piliers, siège de l’administration marchande de Paris, la Seine et une enceinte en arc de cercle. La rue Neuve à La Guerche de Bretagne décrit un large coude en passant derrière l’église collégiale.

  • 17 Ghislaine Fabre et Thierry Lochard, « Morphogenèse de Montpellier (XIe-XIIe siècle) », La morphogé (...)

26On s’est interrogé sur les raisons de l’existence de la forme circulaire dans la topographie d’un noyau urbain ancien ou de quartiers périphériques et sur la présence de rues coudées. Montpellier offre des exemples étonnants avec le quartier Saint-Firmin, signalé dans les textes dès le XIIe siècle et dont une reconstitution de la voirie souligne la structure arrondie ancienne17.

27La plupart des villes radioconcentriques disposent d’un chemin circulaire en bordure de leur enceinte. L’intérêt de ce positionnement est évident. En cas de siège, il facilite l’accès aux tours et aux escaliers des courtines et protège les pâtés de maisons contre les matières inflammables lancées par des engins à catapulte ou à ressort, les bricoles ou les coullards. En temps normal, il facilite les dégagements et la restauration des ouvrages militaires, et autorise aussi le dépôt d’ordures puis leur évacuation par les portes d’entrée voisines.

28Les voies transversales, les petites rues de liaison débouchant sur les principales rues convergentes vers un centre, suivent volontiers, sur un site de hauteur, les courbes de niveau, donnant ainsi des informations altimétriques sur les plans. Au fond, de même que la démarche humaine normale est plus souvent sinusoïdale que rectiligne, les villes médiévales, tributaires d’un site, offrent la vision, dans l’occupation de l’espace restituée sur les plans, d’une accumulation d’irrégularités, de contours, qui surprennent encore le visiteur le plus blasé.

29Des monuments antiques, de forme ronde ou ovale, des survivances d’un passé révolu, visibles sur les plans (les arènes à Périgueux ou d’Arles), ont été convertis en châteaux ou colonisés par les maisons ; la cristallisation de l’habitat autour de ces noyaux structurants primitifs a fini par constituer de véritables quartiers aux formes extrêmement diversifiées. Une courbure plus ou moins accentuée affecte parfois le tracé des ruelles qui entourent un noyau central, une défense collective rudimentaire – motte ovale ou donjon –, l’enclos d’un établissement ecclésiastique primitif (à Saint-Firmin de Montpellier ou autour de l’église Saint-Aubin de Guérande), voire un bâtiment commercial.

30La proximité d’un cours d’eau sinueux (Besançon), de jardins, de prés, d’un parc situé dans les faubourgs peut influer aussi sur la disposition des rues qui étaient souvent à l’origine d’anciens chemins ruraux.

31Bref, quiconque examine un plan urbain découvre une accumulation de sinuosités, de cercles et d’arcs de cercle qui se profilent jusque dans les arcades des maisons ou les tourelles de façade.

Les rotondes monumentales civiles et religieuses

32Il est bien évident que des églises ou des bâtiments utilitaires de plan basilical sont mieux représentés que les édifices circulaires ramassés. Mais les exceptions ne manquent pas dans les ouvrages aussi bien civils que religieux.

  • 18 Noël Duval (dir.), Naissance des arts chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, 1992 ; Maria Antonie (...)

33Les constructions religieuses ont adopté souvent le plan circulaire dès le Bas-Empire. Les baptistères du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, ces lieux sacrés (loca sacra), connus essentiellement par des fouilles, remontant aux Ve et VIe siècles ont adopté un plan central : carré, circulaire à l’image de celui du Latran (Nevers), hexagonal (PortBail), octogonal (Fréjus) ou des solutions plus compliquées avec le quadriconque (Vénasque), le tétraconque (Grenoble) ou la croix (Mariana et Sagone en Corse). La rotonde se rattache aux traditions funéraires antiques, à l’Anastasis ou église de la Résurrection appelée en Occident le Saint-Sépulcre de Jérusalem et au rite baptismal, baptismi sacramenta. Rappelons que le premier sacrement, porteur de vie, d’espoir et de salut, celui qui intègre à la communauté chrétienne, purifie de la faute originelle, efface les péchés, s’est longtemps pratiqué par immersion, dans une cuve au centre de ces constructions originales. Les baptistères étaient initialement inclus dans le groupe épiscopal et n’ont pas forcément été détruits aux siècles suivants quand le rite de l’aspersion s’est imposé. De petits sièges épiscopaux, trop pauvres pour s’engager dans des travaux de rénovation, les ont conservés comme chapelles ou pour d’autres usages18.

34Des cathédrales, témoins de l’histoire sacrée et de la mémoire collective, des églises palatiales dans la tradition d’Aix-la-Chapelle comme Saint-Jean de Liège, mais aussi des églises paroissiales et d’innombrables chapelles sépulcrales, castrales, privées ou communes, affectent également la forme centrale, chargée d’une symbolique chrétienne contenue par exemple dans l’appellation de l’église de la sauveté du Saint-Sépulcre de Villeneuve-d’Aveyron en Rouergue. Elles remontent souvent à des époques anciennes, au temps des premiers pèlerinages en Terre sainte aux IVe et Ve siècles qui ont mis en contact l’Occident et l’Orient.

  • 19 Raymond Rey « Le sanctuaire paléo-chrétien de la Daurade à Toulouse et ses origines orientales », (...)

35Des variantes accompagnent l’adjonction d’un chœur axial, d’absidioles rayonnantes ou de tours et introduisent des combinaisons originales qui inscrivent, par exemple, une croix grecque aux extrémités arrondies dans un cercle (Sainte-Croix de Quimperlé). Ces monuments, souvent disparus, sortent de l’oubli au hasard d’un témoignage, d’un croquis ancien, de découvertes archéologiques (Saint-Bénigne de Dijon). La Daurade de Toulouse est connue par un dessin de dom Martin au XVIIIe siècle. Ce monument, bâti sur le plan des martyria orientaux, avait une forme ovale et était éclairé par des fenêtres. Son nom vient de la présence de mosaïques dorées célébrant le triomphe de la Vierge19.

  • 20 René Crozet, l’art roman, Paris, PUF, 1962, p. 55-57 ; Christian Heck, Histoire de l’art, Moyen Âg (...)

36Les actes des différents congrès archéologiques de France ou des monographies s’efforcent de reconnaître les influences, de dégager les filiations entre monuments et de restituer le savoir des maîtres d’œuvre anonymes ou connus. Mentionnons parmi les réalisations romanes les plus connues : Saint-Bénigne de Dijon, élevée par Guillaume de Volpiano, détruite à la Révolution, restituée par des lithographies et des narrations anciennes, Neuvy-Saint-Sépulcre en Berry, Sainte-Croix de Quimperlé, l’église de Charroux dans le Poitou, Orcival dans le Puy-de-Dôme, Saint-Bonnet en Corrèze, etc.20

37Chaque ville dispose de bâtiments utilitaires, de lieux de sociabilité où se réunissent les habitants. Là se transmettent les nouvelles et des « bruycts ». Le plan central ramassé reste une exception, sans doute parce qu’il n’est guère adapté aux usages pratiques. Sauf preuve du contraire, les halles, les hôtels de ville, les tribunaux ou les ateliers monétaires l’ignorent.

  • 21 René Lisch, « Sainte-Croix de Quimperlé », Congrès archéologique, 115e session (Cornouaille 1957), (...)
  • 22 Marius Battard, Beffrois, halles, hôtels de ville dans le nord de la France et la Belgique, Arras, (...)
  • 23 J.- P. Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires urbains au Moyen Âge d (...)

38Parmi les éléments de constructions civiles de forme ronde ou ovale, figurent, après les absides arrondies caractéristiques comme à Saint-Caprais d’Agen, les parties supérieures des beffrois21 qui sont les symboles des libertés municipales. Ces bâtiments renfermant des salles de réunion comportent parfois une bretèche à usage de balcon d’où le maire et les échevins ou jurés s’adressent à la foule, une horloge avec un jacquemart à personnages automates, un clocher où pendent la « bancloque » du Nord et ses carillons, une girouette. Le gros œuvre se présente plutôt sous forme d’une souche carrée à l’allure d’un gros donjon. Mais le couronnement, échelonné en paliers successifs et en retraits, au-dessus d’une plate-forme à balustrade, peut fort bien être circulaire ou comporter des tourelles d’angles ou des échauguettes avant de s’achever par une flèche, une lanterne à clocheton (Arras, Bergues, Le Cateau). Les vastes ensembles municipaux, aménagés à l’époque gothique, comportent fréquemment des tourelles d’angle circulaires ou hexagonales qui abritent des escaliers en vis ou des garde-robes (Alost, Béthune)22. L’un des plus curieux exemples, connu par des textes et des croquis, est l’horloge de Rennes, anéantie, dans la nuit du 21 au 22 décembre 1720, par un gigantesque incendie. Ce monument étonnant fut élevé sur une vieille tour désaffectée, rachetée à un particulier, la tour Saint-James, à deux pas de la porte Jacquet dans le quartier historique de la Cité. La souche d’une vingtaine de mètres de haut reçut plusieurs étages. Une première galerie en pierre recouverte d’un petit toit supportait un donjon octogonal d’une douzaine de mètres de haut. Une seconde galerie fut élevée dessus et reçut un édicule charpenté à huit pans, en retrait. C’est là qu’étaient logés le mécanisme de l’horloge, les cadrans et un jacquemart représentant l’archange saint Pierre triomphant d’un dragon23.

  • 24 Alain Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 15-16 ; Maur (...)

39Des moulins, élevés sur un bâti circulaire, sont couramment représentés sur les dessins (Dole) et sur les peintures. Des phares ont été construits dès l’Antiquité à Ostie, à Ravenne, à Douvres et, en face de ce dernier ouvrage, à Boulogne en Gaule avec la tour d’Ordre, une pyramide octogonale de 200 pieds de haut et de 12 étages, éclairée toute la nuit. Restaurée du temps de Charlemagne pour servir à la flotte principale d’une marche maritime destinée à combattre les Normands, elle protège ensuite la navigation commerciale et est encore représentée, avec ses aménagements postérieurs, sur un dessin de 1611. D’autres tours-phares ont été installées au Moyen Âge sur un môle ou un îlot (le phare fortifié de Cordouan près de l’estuaire de la Gironde), à l’entrée d’un port ou au sommet d’une tour ronde d’une enceinte. La tour de la Lanterne à La Rochelle sert d’abri à un dispositif d’éclairage. Dunkerque dispose pour sa part du Leuguenaer octogonal dès le XIVe siècle. La côte corse garde encore des souvenirs archéologiques de ces installations où des guetteurs entretenaient des feux. Enfin, à Aigues-Mortes, dans la ville neuve construite du temps de saint Louis, la tour Constance disposait dans sa partie supérieure d’une tourelle aménagée pour recevoir une lanterne de forme circulaire en fer grillagé, avec un foyer régulièrement alimenté en bois ou en charbon de bois ; des lames de corne translucide empêchaient le vent d’éteindre la flamme. On adaptera vite aux ouvertures des lanterneaux des phares des panneaux de verre épais24.

  • 25 Catherine Gouédo-Thomas, Usage de l’eau : dans la vie privée, au Moyen Âge, à travers l’iconograph (...)

40Les puits collectifs adoptent également des formes circulaires. L’expression de « parlement de femmes », empruntée à Robert Fossier, souligne une fonction méconnue mais essentielle de ce lieu de sociabilité où circulent les informations, où s’élabore la rumeur, « la parole sans auteur », où se traitent nombre d’affaires familiales à commencer par les mariages. Les bachelettes des analectes se mirent dans l’eau, devenue miroir du corps et de l’âme, font assaut de coquetterie, y rencontrent leurs amants mais découvrent aussi les dégâts laissés par l’âge ! Ces ouvrages utilitaires, représentés sur les miniatures ou analysés par les archéologues, ont reçu en garde-fou une margelle maçonnée, munie d’une marche ou « marchape » en Provence, d’une rigole ou auget, d’une gargouille pour faciliter l’écoulement du surplus. La qualité des matériaux utilisés est suggérée par l’origine de la carrière ou par le prix d’achat des blocs de grès, des assises calcaires, des variétés de schistes ou de granits bien indiqués dans des comptes seigneuriaux ou municipaux ou dans les devis. Le système de puisage, un « corps en bois » et en métal, fait la distinction entre les appareils seulement utilitaires et les œuvres d’art. Le puits à bascule ou à balancier, très rare en ville, doit son originalité à sa longue flèche mobile, adaptée à un montant vertical fixe et munie à l’opposé, dans une encoche, d’un contre-poids lié par des colliers de fer. Une autre catégorie d’appareil est représentée par le puits doté d’une potence, en forme d’équerre en bois ou en fer forgé, mieux adaptée à la profondeur des nappes mais nécessitant de la force physique pour remonter l’eau à bout de bras. Une poulie métallique est accrochée à la courbure ou au linteau de la potence qui tient une corde ou une chaîne, un crochet et un seau en douvelles de bois cerclé de fer, un « bacin pour boire », disait-on à Rouen, un « soillot a puiser » ou une « chauderote » en Bourgogne. Les édifices les plus élégants sont abrités sous un toit à coupole ou en forme de pyramide, parfois sous un véritable baldaquin à accolades flamboyantes, sculpté en bois, en pierre ou en métal25. Le puits à barre horizontale et à tambour enrouleur entre deux montants verticaux est mû à la manivelle qui économise les forces et facilite le puisage. Il est pourtant peu répandu, à peine plus que le puits à grande roue, actionnée à la main ou au pied. Des chefs-d’œuvre conçus et ornés par les plus grands artistes remontent au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Ils comptent davantage dans l’esthétique de la rue et de la place publique que les arbres et les statues très rares et sont des témoins de sa prospérité. Il subsiste de magnifiques cuves à Carcassonne, à La Châtre, au château de Nantes, à Najac, à l’hôtel de ville de Bourges, à Annecy avec le puits Saint-Jean des Hospitaliers, à Carcassonne où l’ouvrage d’excellente facture (XIVe siècle) est en grès. La silhouette du puits de Rodez est ornée de sculptures représentant des coquilles Saint-Jacques. La belle margelle et le calvaire du puits de la Chartreuse de Champmol, dont les sculptures sont attribuées au ciseau de Claus Sluter et de Claus de Werve ont été copiés à Dijon où ils offraient à la vue des passants une succession de prophètes, abrités sous un édicule de la Renaissance.

41La fontaine, au sens actuel du terme, appelée aussi « pompe » (Guingamp), comporte des bassins, des vasques, des « lacs » (labra en latin) disséminés dans toute agglomération qui ont parfois une forme circulaire En 1451, un visiteur, Antoine Artesan, donne une image flatteuse de Blois :

  • 26 Jean Paul Sauvage « Blois, capitale d’une principauté féodale », Histoire de Blois, Y. Denis (dir. (...)

Là tous près des eaux de la Loire, s’élève une petite colline, un spacieux et fort château […]. Au milieu du bourg, est une fontaine de pierre aux eaux argentées et brillantes entièrement belle qui suffit, s’il est permis de le dire, à toute la ville et qui aurait droit de porter le nom de Gaja à l’instar de la fontaine de Sienne26.

42Sans avoir l’équivalent des œuvres d’art italiennes ou allemandes (Viterbe, Sienne, Rome, Nuremberg), des villes françaises disposaient de monuments intéressants, connus soit par des écrits (la fontaine des Innocents du XVIe siècle à Paris, les deux fontaines en marbre à Narbonne en 1512), soit par des peintures (celle du polyptyque de Notre-Dame de Montluçon). Dans la catégorie des ensembles monumentaux complexes dont parle Catherine Gouédo-Thomas entrent des bassins circulaires, tréflés, polygonaux ou en forme de conques qui se superposent le long d’une colonne centrale et constituent des pyramides à cascades, munies de becs pour laisser échapper les jets. Des tuyaux, « de petites gouttières de bois » (fontaine du Gros-Horloge à Rouen), un globe d’où s’échappent des conduites (Montluçon), des gargouilles en sortent. La pyramide du Massacre à Rouen, identifiée parfois à un puits, était ornée de 5 statues commandées à Paul Mosselman un « Ymagier » flamand, déjà connu pour avoir travaillé aux stalles de la cathédrale :

  • 27 Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Ro (...)

Item, par lesdis conseillers fut marchandé avec Paul Musellement, ymagier, pour sa peine de tailler cinq ymages en pierre, en cinq pieces d’environ de hault III piez et III poulx, pour la fontaine pres Massacre c’est assavoir l’image de Notre-Dame et son enfant et IIII aultres ymages en fourme d’evesques, comme saint Mellon, saint Romain, saint Nigaize et saint Ouen pour la somme de vingt livres tournois27.

  • 28 Le livre des fontaines, fac-similé, Bonsecours, Points de vues, 2005.

43Des peintures, des miniatures, des dessins à la plume représentent aussi des vasques superposées, au milieu de jardins paradisiaques, et restituent de somptueux ensembles décoratifs. Un document figuré, bien connu, Le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur à Rouen tire de l’oubli plusieurs chefs-d’œuvre remarquables28.

  • 29 André Guillerme, « Puits, aqueducs et fontaines : l’alimentation en eau dans les villes du nord de (...)

44Les fontaines urbaines sont abondamment sculptées. Une croix, des fleurs de lys ou une statuette de saint sur une colonne est comme une assurance spirituelle, un saint Martin à cheval à Limoges, un cavalier royal à Saint-Bertin. Les gargouilles donnent volontiers dans la composition humaine, le chevalier au faucon à Mende, ou animale (le cerf à Reims), quelquefois dans la plaisanterie avec les grimaces d’un singe, dans l’exotique avec une gueule de lion, dans le fantastique avec un griffon à la fontaine du chemin des Lattes à Montpellier ou la Dragonescha de Riom. Une sirène, un poisson, un dauphin vomissant l’eau à gros bouillons restent aussi dans la tradition médiévale et moderne29. Un arbre, un orme, est planté à côté pour donner de l’ombre, à la fontaine de la Clautre à Périgueux.

  • 30 Philippe Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à l’époque (...)

45L’habitat enfin comporte aussi des éléments circulaires. Comme en Italie, beaucoup de riches bourgeois ont voulu copier la noblesse et ont multiplié dans les villes des tours (turris) pour imprimer, dans le paysage, leur condition supérieure. À défaut d’avoir un usage défensif, de servir d’ultime retranchement, sauf peut-être dans des cas particuliers de conflits inter-familiaux (Metz), cette construction en hauteur a valeur symbolique. Les textes y font sans cesse allusion à propos de Gand. On les rencontre aussi à Aix-en-Provence surnommée la ville des tours, à Avignon où en 1226 le roi Louis VIII aurait fait abattre 300 maisons à tourelles, à Provins avec la turris Girardi Senescalli, à Béziers, à Besançon, à Toulouse ou même dans de toutes petites localités comme à Conflans près d’Albertville en Savoie.30

46La forme circulaire ou ovale est, à la réflexion, plus courante qu’on ne l’imaginait jadis. Des témoignages soulignent la variété des plans conformes qui constituent des marques d’identité et de singularité. La courbe, les sinuosités sont aussi présentes dans l’ordonnance des rues et de ruelles, y compris dans les schémas d’ensemble, au départ orthogonaux, mais modifiés par de nouveaux aménagements ou des constructions parasitaires. Des monuments religieux de petite dimension, des édifices civils à plan central s’écartent de la basilique. La diffusion des plans cavaliers à l’époque moderne, les descriptions de paysages urbains laissés par des voyageurs, l’exploitation systématique des archives municipales et privées permettraient de poursuivre et d’approfondir une telle recherche aux siècles suivants.

Notes

1 Leonardo Benevolo, La ville dans l’histoire européenne, Paris, Seuil, 1993 ; Charles Delfante, Grande histoire de la ville de la Mésopotamie aux États-Unis, Paris, A. Colin, 1997 ; Ch. Delfante et J. Pelletier, Villes et urbanisme dans le monde, Paris, Masson, 1994.

2 Yves Barel, La ville médiévale, Grenoble, Presses universitaires, 1977 ; A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud, La ville médiévale, des Carolingiens à la Renaissance, tome II de L’histoire de la France urbaine G. Duby (dir.), Paris, Seuil, 1980 ; Yves Esquieu, La ville au Moyen Âge. L’exemple français, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, 2001 ; Jacques Heers, La ville au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1990 ; Georges Jehel et Philippe Racinet, La ville médiévale. De l’Occident chrétien à l’Orient musulman Ve-XVe siècle, Paris, A. Colin, 1996 ; David Nicholas, The Later Medieval City 1300-1500. A History of Urban Society in Europe, London-New York, Longman, 1997 ; Susan Reynolds, Kingdoms and Communities in Western Europe 900-1300, Oxford, Clarendon Press, 1984 ; Fritz Rörig, The Medieval Town, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1969 ; Jean Schneider, « Problèmes d’histoire urbaine dans la France médiévale », Actes du 100e congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1975, paru en 1977, p. 137-162.

3 Les plans des villes ont fait l’objet d’une étude italienne très précise de Lucia Nuti, Ritratti di Città, Visione e memoria tra Medioevo et Settecento, Venise, Marsilio Editori, 1996. Voir aussi Gabriel Fournier, Châteaux, villages et villes d’Auvergne au XVe siècle d’après l’armorial de Guillaume Revel, Paris, Arts et métiers graphiques, 1973, et Krzysztof Pawlowski, Villes et villages circulaires du Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1992.

4 Pierre Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Van Oest, 1954 ; G. Jehel et Ph. Racinet, La ville médiévale, op. cit., p. 129-132.

5 La morphologie circulaire se retrouve aussi dans les villages comme le montre Monique Bourin-Derruau, Village médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle), Paris, L’Harmattan, 1987 ; Ead. « Introduction à la problématique d’un colloque », Morphogenèse du village médiéval (IXe-XIIe siècle), actes de la table ronde de Montpellier de février 1993, Cahiers du Patrimoine, 1996, p. 17-30.

6 Brigitte Bedos-Rezak, « Towns and Seals : Representation and Signification in Mediéval France », Bulletin of the John Rylands University of Manchester, no 72/3, 1990, p. 35-48 ; I. Katz, « Les représentations de villes dans l’art chrétien avant l’an mil », L’Information d’histoire de l’art, no 3, 1964, p. 130-132 ; J. Pelletier et Ch. Defante, Villes et urbanisme, op. cit., p. 34-35.

7 Benoît Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale. Gascogne gersoise, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1980, p. 104-114 ; André Debord, « Les bourgs castraux dans l’Ouest de la France », Châteaux et le peuplement en Europe occidentale du Xe au XVIIIe siècle, colloque de Flaran, I, Auch, 1980, p. 55-61 ; Brigitte Bedos-Rezak, « Du modèle à l’image : les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge », Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, actes du colloque international de Marche-en-Famenne, octobre 2001, M. Boone, E. Lecuppre-Desjardins et J. P. Sosson (dir.), Anvers, Garant, 2002, p. 189-205 ; Pierre Lavedan, « Existe-t-il un urbanisme roman ? » Mélanges Crozet, vol. I, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966 ; Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, École française de Rome, 1973.

8 Michel Bur, « Aux origines du second réseau urbain. L’impact du château sur le peuplement », Les peuplements castraux dans les pays de l’Entre-Deux, actes du colloque de Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992, p. 11.

9 Pierre Lavedan et Jeanne Huguenet, Histoire de l’urbanisme, t. II, Paris, Arts et métiers graphiques, « Bibliothèque de la Société française d’Archéologie » no 5, 1974.

10 Jean Charbonnel, Histoire de Brive et de sa région, Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France », 1991. Voir plan de Brive dans J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, 1984, p. 29.

11 Jean-Pierre Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 1999.

12 Pour les détails archéologiques on se reportera à la récente étude et à la bibliographie d’Alain Salamagne, Les villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.- P. Gisserot, 2002.

13 J.- P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, C. Klincksieck, 1968, p. 146-148 ; Bernard Sournia, « Les fortifications d’Aigues-Mortes », congrès archéologique de France, 134e session, Pays d’Arles 1976, Paris, 1979, p. 12-13.

14 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, de la défense à la résidence, t. I, Paris, Picard, 1991 ; J.- P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981.

15 Christine Bousquet-Labouerie, « L’image de la ville dans les Grandes Chroniques de France, miroir du prince ou du pouvoir urbain ? », La ville au Moyen Âge, t. II, Sociétés et pouvoirs dans la ville, CTHS, 1998, p. 247-260.

16 A.D. Côtes-du-Nord G, acte du 12 avril 1516 et compte de Jehan Godet, chanoine et receveur du Chapitre (29 juillet 1492.) ; J.- P. Leguay, « Lamballe », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2003, p. 55-119.

17 Ghislaine Fabre et Thierry Lochard, « Morphogenèse de Montpellier (XIe-XIIe siècle) », La morphogénèse du village médiéval, actes du colloque de Montpellier, 1993, Montpellier, « Cahiers du patrimoine », 1996, p. 243-244.

18 Noël Duval (dir.), Naissance des arts chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, 1992 ; Maria Antonietta Crippa et Mahmoud Zibawi, L’art paléochrétien. Les grandes saisons de l’art chrétien, La Pierre-qui-vire, coll. « Zodiaque », 1998 ; Armen Khatchatrian, Les baptistères paléochrétiens, Paris, Klincksieck, 1962.

19 Raymond Rey « Le sanctuaire paléo-chrétien de la Daurade à Toulouse et ses origines orientales », Annales du Midi, 1949 ; Philippe Wolff, Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1974.

20 René Crozet, l’art roman, Paris, PUF, 1962, p. 55-57 ; Christian Heck, Histoire de l’art, Moyen Âge, chrétienté et islam, Paris, Flammarion, 1996 ; Éliane Vergnolle, L’art roman en France, Paris, Flammarion, 1994, p. 61-62 (Saint-Bénigne de Dijon).

21 René Lisch, « Sainte-Croix de Quimperlé », Congrès archéologique, 115e session (Cornouaille 1957), Orléans, 1957, p. 84-93 ; Yves Bellancourt « L’église Sainte-Croix », L’abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, Bernard Tanguy (dir.), Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 1999, p. 219-231.

22 Marius Battard, Beffrois, halles, hôtels de ville dans le nord de la France et la Belgique, Arras, Brunet, 1948.

23 J.- P. Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires urbains au Moyen Âge d’après les textes, l’archéologie, les plans et les gravures anciennes », Mélanges A. Chédeville, Mondes de l’Ouest et villes du monde, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 247-248 et photographie de couverture du livre.

24 Alain Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 15-16 ; Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques, t. I, Les origines de la civilisation technique, Paris, PUF, 1962, p. 579 et t. II, Les premières étapes du machinisme, PUF, 1965, p. 429.

25 Catherine Gouédo-Thomas, Usage de l’eau : dans la vie privée, au Moyen Âge, à travers l’iconographie des manuscrits à peintures de l’Europe septentrionale (XIIIe-XVIe siècle), Lilles, Éditions du Septentrion, 2001 ; J.- P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 201-211.

26 Jean Paul Sauvage « Blois, capitale d’une principauté féodale », Histoire de Blois, Y. Denis (dir.), Toulouse, Privat, 1995, p. 65-66.

27 Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Rouen, 1930 ; P. Cailleux Trois paroisses de Rouen, XIIIe-XVe siècle. Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland, thèse, université de Paris IV-Sorbonne, 1998, p. 633 ; Raymond Quenedey, L’habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926.

28 Le livre des fontaines, fac-similé, Bonsecours, Points de vues, 2005.

29 André Guillerme, « Puits, aqueducs et fontaines : l’alimentation en eau dans les villes du nord de la France Xe-XIIIe siècle », L’eau au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA, « Senefiance », no 15, 1985, p. 187-200.

30 Philippe Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à l’époque gothique (1400-1450), Aix-en-Provence, PUP, 1995 ; J. Heers, Le clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, 1974, p. 202-203 ; G. Jehel et Ph. Racinet, La ville médiévale, op. cit., p. 94-95 ; J.- P. Leguay, « La propriété et le marché de l’immobilier à la fin du Moyen Âge dans le Royaume de France et dans les grands fiefs périphériques », Actes du colloque de l’École française de Rome : d’une ville à l’autre, structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes (XIIIe-XVIe siècle), J. C. Maire Vigueur (dir.), Rome, 1989, p. 135-199 ; id., Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, J.- P. Gisserot, 2006.

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Professeur émérite à l’université de Rouen. Sa thèse portait sur Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles. Dernier ouvrage paru : Vivre en ville au Moyen Âge, Éditions Gisserot, 2006.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540