Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Analyse topographique d’une petite ville normande au Moyen Âge : les origines et le développement de Pont-Audemer du XIe au XIIIe siècle1

Sébastien Lefevre

Texte intégral

Présentation générale

  • 1 Cette étude a fait l’objet d’une maîtrise : Topographie historique de la commune de Pont-Audemer, (...)

1La commune de Pont-Audemer se situe dans le département de l’Eure, sur une rivière, la Risle, qui se jette dans la Seine à 13 km de là. Elle constitue la dernière agglomération urbaine avant l’estuaire. L’agglomération se localise au fond de la vallée, à une altitude moyenne de 10 m environ, en amont d’un resserrement bien marqué des versants. L’habitat se développe également au nord sur la partie basse du vallon du Longval ainsi qu’au pied du versant sud, moins abrupt, entaillé par un autre vallon sec (« la côte de la Justice ») et par la vallée du ruisseau de Tourville et du Sébec (fig. 1). Comme toutes les agglomérations qui s’implantent sur le lit majeur de la Risle (Brionne, Beaumont-le-Roger, La Ferrière-sur-Risle, etc.), Pont-Audemer se trouve ainsi au contact de plusieurs encaissements bien marqués qui constituaient des voies de franchissement naturelles vers les plateaux environnants (celui du Roumois au nord et celui du Lieuvin au sud).

  • 2 Alfred Canel, Essai historique, archéologique et statistique sur l’arrondissement de Pont-Audemer, (...)
  • 3 Bernard Gauthiez, Élisabeth Zadora-Rio, Henri Galinié, Village et ville au Moyen Âge : les dynamiq (...)

2La commune de Pont-Audemer dispose d’une bibliographie abondante, souvent de qualité. Parmi les travaux majeurs, il faut évidemment mentionner ceux d’Alfred Canel, homme politique local du XIXe siècle, qui fut l’auteur de plusieurs ouvrages de référence2. Son approche était historique et il n’aborda que succinctement la question de l’évolution morphologique de la localité. L’étude de Bernard Gauthiez, publiée en 2003, apporta, en revanche, plusieurs éléments essentiels sur la topographie de la ville3.

Fig. 1 : localisation des édifices religieux (XIe-XIIe siècles) de Pont-Audemer et de la voie an tique reliant Lisieux à Lillebonne/Caudebec-en-Caux.

Fig. 2 : cadastre de la ville de Pont-Audemer dressé en 1835 sur lequel a été superposé le tracé du mur d’enceinte de la ville démantelé au XIXe siècle.

  • 4 A.D. Eure 3 PL 926.

3Les investigations archéologiques modernes restent largement insuffisantes et ne permettent pas une représentation précise de la topographie ancienne de Pont-Audemer. Une étude fondée sur ce thème est néanmoins tout à fait réalisable. Elle repose sur une documentation abondante : des données historiques nombreuses issues d’établissements religieux proches (Préaux, Saint-Gilles…) ou des archives de la ville (les livres de comptes ou comptes d’octrois qui couvrent la période 1455-1553). Nous disposons également de plusieurs plans dressés entre le XVIe et le XIXe siècle qui montrent la ville protégée alors par une vaste enceinte de 28 ha environ, percée de portes parfois monumentales qui, comme celle dite de Saint-Germain, ferment les rues principales et défendue par de multiples tours flanquées sur les murs de courtines. Elle fut démantelée tout au long du XIXe siècle mais reste encore très lisible sur le cadastre dressé en 18354. Apparaissent également ses faubourgs au nombre de quatre implantés devant les principales portes de la ville (fig. 2).

4L’étude consistera tout d’abord à évoquer les origines de l’agglomération, puis à en évaluer son niveau de développement, et enfin à aborder son évolution topographique. La période retenue s’étend du XIe au XIIIe siècle pendant laquelle se fixèrent définitivement les principaux éléments structurants du paysage urbain de Pont-Audemer.

Les origines de la ville

  • 5 Sébastien Lefevre, Origine et structure du peuplement de la Risle et de la Charentonne (VIe-XIIIe (...)
  • 6 Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Carte archéologique, dossier Pont-Audemer.

5Compte tenu de l’absence de données écrites anciennes sur les circonstances de la fondation ou sur l’ancienneté de la ville, il est nécessaire d’esquisser un rapide bilan des données archéologiques. L’historien local A. Canel signala, au cours du XIXe siècle, la découverte des principaux sites recensés à ce jour à Pont-Audemer. Ils remontent majoritairement à l’époque gallo-romaine et restent au final fort peu nombreux et peu structurés – monnaies, sites à tegulae, vestiges de maçonneries disséminés, un fragment de colonne, des incinérations non datées (fig. 4)5. Depuis la fin du XIXe siècle aucune découverte majeure n’est venue augmenter le nombre des indices pouvant attester l’existence d’un pôle d’habitat antique à cet endroit de la basse vallée de la Risle. Au contraire, les interventions réalisées dans le cadre de diagnostics archéologiques remettent largement en question l’hypothèse, notamment formulée par A. Canel, selon laquelle la ville médiévale succéderait à une agglomération secondaire gallo-romaine. Il faut évoquer néanmoins le diagnostic réalisé récemment par l’INRAP qui donna notamment l’occasion de mettre au jour dans le quartier Saint-Aignan du mobilier antique6.

Fig. 3 : plan géométrique de Pont-Audemer, ville du duché de Normandie, par Pierre Aimé Leloutre Faudiste, 1742. Le plan est orienté initialement au sud.
Il a été retourné pour une meilleure compréhension afin de le présenter comme les autres avec une orientation au nord.

  • 7 Marcel Baudot, « Le réseau routier antique du département de l’Eure », Normannia, 4, oct.-déc. 193 (...)

6Le site de Pont-Audemer devait constituer à l’époque gallo-romaine le premier point de franchissement de la vallée. Le réexamen de la distribution des itinéraires routiers antiques a permis de nuancer son importance et les théories avancées par M. Baudot ou R. Doranlo7. Une seule voie antique est en effet clairement attestée à Pont-Audemer. Il s’agit d’une route qui devait relier Caudebec-en-Caux (Logium) et Lillebonne à Lisieux (Noviomagus) par Pont-Audemer et Cormeilles et dont le tracé correspond aux routes départementales actuelles nos 87, 90 et 95 (fig. 2 et 4). Cette voie n’apparaît pas sur les deux documents routiers antiques, la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin, mais plusieurs indices, que nous ne détaillerons pas ici, démontrent son existence. La majorité des découvertes archéologiques répertoriées se localisent le long ou à proximité immédiate de cet axe (fig. 4). Même si, comme nous l’avons souligné, le site de Pont-Audemer ne constituait probablement pas un important pôle d’habitat durant l’Antiquité, la présence à cet endroit d’un établissement routier n’est en revanche pas à écarter.

  • 8 Pascal Pradié, Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), Paris, Les Belles Lettres, col (...)
  • 9 François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l’Eure, Paris, Picard, 19 (...)
  • 10 Dietrich Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie rurale de la Neustrie », dans H. (...)

7La mention la plus ancienne de Pont-Audemer figure dans un document de l’abbaye de Fontenelle, daté de 715, dans lequel Dagobert II confirma, à l’abbé Bénigne, la donation de Childebert III du quart de la forêt de Brotonne. Le nom apparaît sous la forme Duos Pontes (« Deux Ponts »), qui, pour les historiens du XIXe siècle, devait correspondre au nom primitif de la localité8. François de Beaurepaire proposa l’hypothèse intéressante selon laquelle cette appellation ne constituait peut-être pas le toponyme primitif et pourrait désigner à la fois cette localité et celle de Pont-l’Évêque9. Tout en acceptant l’idée que « Deux Ponts » est plutôt un terme générique, l’identification de la deuxième agglomération ne paraît cependant pas satisfaisante. Le site de Pont-Authou, situé à proximité de Pont-Audemer et sur l’ancienne voie antique qui reliait Lillebonne à Brionne (dont le nom apparaît dans ce passage), conviendrait parfaitement pour plusieurs raisons qui ne seront pas exposées ici (fig. 5). Il faut évoquer ici l’hypothèse selon laquelle le domaine de Villa Supra Mare mentionné dans le polyptyque que fit dresser, peu avant 829, Irminon, l’abbé de Saint-Germain-des-Prés, et longtemps identifié à Quillebeuf-sur-Seine, pourrait en réalité correspondre au site actuel de Saint-Germain-Village10. La dédicace de l’église ou encore les indices géographiques contenus dans le document (proximité de la forêt de Vièvre, silva Wavera, d’une vallée, d’un marais, etc.) que nous ne développerons pas ici peuvent en effet aller dans ce sens. Mais l’absence de découverte archéologique probante laisse la question en suspens.

Fig 4 : répartition des vestiges antiques mis au jour à Pont-Audemer.

Fig. 5 : tracé probable de la voie publique mentionnée dans la Chronique de Fontenelle menant à Duo-Pontes et reprenant celui d’itinéraires routiers antiques. Extrait de la Chronique de Fontenelle concernant la donation du quart de la forêt de Brotonne faite par le roi Dagobert le Jeune à l’abbé Bénigne en 715 : « Deinde ad Petram ictam secus illam uiam publicam quae dicitur Ad duos pontes et ad bracum qui dicitur Bricilionem* », chapitre III, 4, De Arlauno silva.
*La forme du nom de Brionne dans ce passage est à rapprocher de celle qui apparaît, par exemple, dans la charte, rédigée entre 1035 et 1066, par laquelle Guillaume, duc de Normandie, concède au monastère de Saint-Wandrille les églises de « Briothnienses ».

  • 11 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, Société des antiquaire (...)
  • 12 François de Beaurepaire, Les noms…, p. 159. Il est assez probable, d’après J. Le Maho, que le nom (...)

8Il faut attendre les XIe-XIIe siècles pour voir réapparaître le nom de Pont-Audemer dans les sources écrites. Il figure sous sa forme actuelle, Pontem Haldemari, dans une charte de Richard II datée de 1025, par laquelle le duc cède à l’abbaye de Fécamp une pêcherie sur la Risle à Pont-Audemer11. Au terme latin pontem, qui possède le même sens qu’en français moderne, est associé un anthroponyme, peut-être Aldemarus, d’origine germanique12. Notons qu’une partie du domaine de Pont-Audemer, difficile à estimer, relevait encore au début du XIe siècle des ducs de Normandie.

  • 13 Dudon de Saint-Quentin, History of the Normans, éd. et trad. E. Christiansen, Woodbridge, Boydell (...)
  • 14 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, Les (...)
  • 15 Il est intéressant de noter ici que Pont-Audemer présente une évolution inverse de celle de Brionn (...)

9Cette localité fait partie des lieux mentionnés fréquemment par les chroniqueurs anglo-normands du XIIe siècle. En revanche, elle n’apparaît pas dans le De moribus et actis primorum Normanniae ducum de Dudon de Saint-Quentin, rédigé entre 1015 et 102613. Bien qu’il fût originaire de Préaux près de Pont-Audemer et qu’il puisse même être apparenté aux seigneurs du lieu, Guillaume de Poitiers n’évoque jamais dans son œuvre, Gesta Guillelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, achevée vers 1073-1074, le nom de Pont-Audemer14. Faut-il en déduire que cette localité ne prit une réelle importance qu’à partir de la fin du XIe siècle15 ?

  • 16 Voir plus bas.

10Au XIIe siècle, Pont-Audemer constituait le chef-lieu d’un vaste honneur détenu par l’un des plus puissants lignages normands, d’origine scandinave, implanté dans ce secteur de la Normandie depuis au moins la seconde moitié du Xe siècle. Le berceau primitif paraît se situer autour de Tourville, dans le nom duquel il faut probablement reconnaître celui de Torf, l’ancêtre présumé de la famille. Le territoire de Pont-Audemer paraît d’ailleurs constituer un démembrement de ce village (fig. 6). Lorsqu’en 1034-1035, Onfroy, seigneur de Pont-Audemer, restaura l’abbaye Saint-Pierre, il accorda tout ce qu’il avait à Tourville excepté le marché appelé Pont-Audemer16.

Fig. 6 : limites communales actuelles et anciennes paroisses.

Pont-Audemer : une agglomération urbaine médiévale

  • 17 Dominique Rouet, Le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-de-Préaux (1034-1227), Pari (...)
  • 18 Michel de Bouard, « Le duché de Normandie », dans F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions fr (...)
  • 19 Auguste Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincsieck, « Recueil des historie (...)

11Il est souvent très difficile d’évaluer l’importance démographique d’une localité au Moyen Âge. Le degré de développement et le caractère urbain d’un lieu peuvent néanmoins être estimés par son développement économique (mention d’un ou plusieurs marchés, de foires, etc.) et par la présence ou non d’un certain nombre d’équipements le plus souvent religieux (multiplication des églises paroissiales, établissements de bienfaisance, monastères d’ordres mendiants), mais pas seulement (château, enceinte urbaine, statut particulier du peuplement, etc.). Ces éléments constituent de très bons indicateurs du caractère urbain d’un habitat qui, en ce qui concerne les plus modestes, est particulièrement difficile à déterminer à partir des seules sources écrites. Les agglomérations urbaines au Moyen Âge étaient également des chefs-lieux administratifs ou religieux. Pont-Audemer était le siège d’une vicomté qui existait déjà en 1155 puisqu’elle est mentionnée (vicecomitatu) dans la charte confirmative des biens appartenant à l’abbaye Saint-Pierre-de-Préaux17. Les vicomtés constituaient dès le début du XIe et jusque vers le milieu du XIIe siècle les circonscriptions fondamentales de l’administration locale en Normandie18. Cette localité était également le chef-lieu d’un archidiaconé, structure ecclésiastique intermédiaire regroupant les doyennés (qui eux-mêmes étaient constitués du regroupement de plusieurs paroisses). Il était établi depuis au moins le milieu du XIVe siècle, période à laquelle fut rédigé le pouillé du diocèse de Lisieux19.

  • 20 Jacques Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs et des communes en Normandie », Annales (...)
  • 21 Ibid., p. 4-9.
  • 22 « […] dedit […] domum scilicet unum in Mercatorio » (B. M. de Rouen, Y 200, fo 13 vo).
  • 23 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 77 (en 1155), p. 231 (1141-1159)…
  • 24 A. D. Eure, 7 H 710.
  • 25 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 276.
  • 26 Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint-Louis et Philippe le Ha (...)
  • 27 Bibl. nat., ms. lat. 13905, f° 24. Un acte (1155) évoque des moulins à tan et à foulon situés près (...)
  • 28 L. Delisle, Cartulaire normand…, no 1189, p. 327 ; B. M. Rouen, Y 200, fos 89 v°- 90 r°.
  • 29 Léopold Delisle, Louis Passy (éd.), Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’his (...)

12Le bourg de Pont-Audemer appartient au grand mouvement de fondation qui intervint en Normandie au cours de la seconde moitié du XIe siècle20. L’objectif des seigneurs était d’attirer et de fixer les populations environnantes en accordant aux arrivants des privilèges d’ordre fiscal. Parallèlement à la mise en place du bourg, un marché était également fondé. Il procurait aux seigneurs des bénéfices substantiels grâce au prélèvement d’un impôt sur les transactions (tonlieu). Le marché de Pont-Audemer est attesté en 1034-1035. Lorsque Onfroy, seigneur du lieu, restaura l’abbaye Saint-Pierre, il accorda notamment aux religieux tout ce qu’il avait à Tourville, en champs et en eau, excepté le marché appelé Pont-Audemer : « exepto mercato nomine Audimari pontis ». Le tonlieu est attesté entre 1035 et 104021. Certains marchés, fondés au cours de cette période, furent établis dans des agglomérations rurales qui ne se hissèrent jamais au rang de petites bourgades. Mais dans bien des cas, les mentions de « marché » revêtaient un sens topographique, désignant en fait « la place du marché » et supposant l’existence d’un habitat organisé. Entre 1135 et 1165, par exemple, Galeran, seigneur de Pont-Audemer, approuva le don d’une maison située « sur le marché »22. Plusieurs chartes du milieu du XIIe siècle mentionnent les étaux où étaient exposées les marchandises dans les marchés de Pont-Audemer23. La halle la plus ancienne paraît avoir été celle qui au XIXe siècle était dévolue à la boucherie et au commerce des toiles qui se situait vers l’extrémité sud de la Grande-Rue (fig. 7)24. Une autre halle, détruite au XVIe siècle, s’élevait dans le faubourg Saint-Aignan probablement depuis le don en 1180 par Robert de Beaumont de la coutume des horsains vendant du pain à l’abbaye du Bec25. C’est seulement vers 1223-1224 que les textes mentionnent la construction d’une nouvelle halle26. Il s’agit probablement de celle qui s’élevait au sud de la place du Pilori ou de celle placée au nord de la rue Notre-Dame-du-Pré (fig. 2 et 3). Dresser dans le détail la liste des activités artisanales à Pont-Audemer aux XIe-XIIe siècles n’entre pas dans le cadre de ce travail. Nous nous bornerons donc à citer les principales. Le travail du cuir et des étoffes est attesté entre 1077 et 1090 quand Roger de Beaumont accorda la franchise de tout ce qui était nécessaire aux religieux de l’abbaye du Bec pour leurs chaussures et leurs vêtements fabriqués à Pont-Audemer27. Le commerce du vin et la pêche aux harengs et aux saumons, attestés à la fin du XIIe siècle, occupaient également une place importante à la même époque28. L’essor de l’activité économique et commerciale se traduisit par la concession de privilèges aux habitants attestés depuis au moins l’année 1123. L’existence d’un statut communal est confirmé dans un acte du milieu du XIIe siècle mentionnant un accord arrêté « in communia apud Pontem Audomari »29.

Fig. 7 : topographie de la ville aux XIe-XIIe siècles.

  • 30 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 72-73.
  • 31 C. Johnson et H. A. Cronne (éd.), Regesta Regum Anglo-Normannorum, II, Henrici primi 1100-1135, Ox (...)
  • 32 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 238-240.

13La vocation marchande de l’agglomération de Pont-Audemer se caractérise également par la présence de plusieurs foires vers le milieu du XIIe siècle. Entre 1118 et 1120, Galeran de Meulan restitua aux moines de l’abbaye Saint-Pierre la dîme de la foire de Pont-Audemer que son père, Robert, avait injustement retenue30. Entre 1135 et 1166 la fondation de deux foires supplémentaires est attestée par les sources écrites. Une foire de trois jours fut accordée par le duc Henri Ier à la suite de l’établissement de la léproserie Saint-Gilles de Pont-Audemer entre 1156 et 116631. Entre 1165 et 1166, Robert, fils de Galeran, confirma le don de la dîme de la foire de la Pentecôte à l’abbaye Saint-Pierre de Préaux que les « moines avaient depuis longtemps »32.

  • 33 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, livres VII-VIII, éd. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, (...)
  • 34 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 352. Pont-Audemer constitue un point de rupture de charge.
  • 35 B.M. Rouen, Y 200, fos 89 vos et 90 r°.

14Pont-Audemer doit aussi son développement commercial à l’existence d’un port attesté dès le milieu du XIe siècle. Lorsqu’il évoque la fondation de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, Orderic Vital évoque en effet un portum maris, un « port maritime », à Pont-Audemer33. En amont la navigation ne se pratiquait qu’avec de longues barques à fond plat appelées échaudes34. Des relations commerciales sont attestées entre Pont-Audemer et l’Angleterre35.

  • 36 Des relations très étroites entre ces deux entités ont été relevées à Montfort-sur-Risle, Ferrière (...)
  • 37 Orderic Vital, Historia…, livres XI-XIII, t. VI, p. 334, 336.
  • 38 Ibid., p. 336.

15Le développement du bourg et des activités artisanales ou commerciales fut favorisé par la présence d’un château qui assurait la protection matérielle bien qu’il soit très difficile de déterminer s’il existait une relation topographique entre la fortification et le bourg (fig. 1)36. La proximité entre le château et l’agglomération permet néanmoins de classer Pont-Audemer dans la catégorie des bourgs castraux, nombreux dans la vallée de la Risle et celle de son affluent la Charentonne. L’étude détaillée du château de Pont-Audemer n’entre pas dans le cadre de ce travail. Il faut néanmoins préciser ici que nos recherches effectuées ont montré que le château appartient probablement à une série de fortifications comprenant Conteville, Montfort-sur-Risle, Brionne (et peut-être Harcourt), établies entre la fin du xe et la première moitié du XIe siècle à la limite méridionale du diocèse de Rouen constituant comme Pont-Audemer des chefs-lieux d’honneurs (fig. 9). L’apparition du château dans les sources écrites est plus tardive. En juin 1123, écrit Orderic Vital, le duc-roi Henri Ier Beauclerc, informé de la révolte de plusieurs barons normands, fit le siège de Montfort puis de Pont-Audemer37. Il brûla la ville et prit la forteresse au bout de six semaines38. Les vestiges encore visibles s’élèvent sur la rive droite de la Risle à l’extrémité d’un éperon formé par la vallée et un petit vallon sec qui entame le plateau. Ils consistent en deux tertres de dimensions inégales séparés par un fossé incurvé vers l’est. La structure la plus imposante, ovalaire, domine au sud-est une petite terrasse, probablement artificielle, légèrement inclinée vers la pente de l’éperon. Au sommet de ce tertre principal subsiste encore la base d’un donjon de 17,20 m de côté tout à fait comparable à celui de Brionne.

  • 39 C’est seulement à la Révolution que les paroisses Saint-Germain et Saint-Aignan furent érigées en (...)
  • 40 B. M. de Rouen, Y 200, f° 15 r°.
  • 41 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 4-8, 77-78, 268-275.

16Il existait quatre paroisses dès le XIIe siècle. Celles dédiées à Saint-Ouen et Notre-Dame furent implantées entre les deux bras de la Risle. Celles sous l’invocation de Saint-Germain et de Saint-Aignan furent cons truites dans deux des faubourgs (fig. 1 et 2)39. Les trois églises paroissiales Saint-Ouen, Saint-Germain et Notre-Dame-du-Pré, situées sur la rive gauche de la Risle, dépendaient du diocèse de Lisieux. Il n’existe plus aucun vestige de Notre-Dame-du-Pré dont une partie de la nef apparaît sur le cadastre de Pont-Audemer dressé en 1826. Saint-Aignan, bâtie sur la rive droite, relevait du diocèse de Rouen. Elle fut totalement détruite à la Révolution. Son emplacement est connu par une série de plans des XVIIe-XVIIIe siècles. D’après la pancarte de confirmation des donations de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, Onfroy céda avant 1054 ses droits sur les églises de Pont-Audemer mais ce document ne précise pas lesquelles. On ignore par conséquent si les quatre églises existaient déjà à cette époque. Une liste des revenus de Saint-Pierre de Préaux non datée, mais qui doit remonter au début du XIIe siècle, mentionne l’existence des églises Saint-Germain, Saint-Ouen et Saint-Aignan. Ces trois églises étaient construites le long de l’ancienne voie antique qui reliait Lillebonne et Caudebec-en-Caux à Lisieux ce qui peut démontrer l’ancienneté de ces édifices qui semblent les plus précoces et qui paraissent avoir été fondés avant l’église Notre-Dame qui apparaît vers 113540. Saint-Ouen et Saint-Germain présentent d’ailleurs des parties architecturales pouvant remonter de la fin du XIe siècle. Les quatre églises paroissiales figurent dans une bulle du pape Alexandre III de 117941.

  • 42 B. M. de Rouen, Y 200, fos 14 v° et 17.
  • 43 La localisation de cette léproserie ne se distingue pas de celle des autres établissements de ce t (...)
  • 44 D. Rouet, Le cartulaire…, éd. CTHS, p. 69-71.
  • 45 Nous verrons au cours de cette étude qu’au XIIe siècle l’hôtel-Dieu n’était pas inclus dans le pér (...)

17Pont-Audemer disposait également de deux établissements hospitaliers établis dès le XIIe siècle. La léproserie Saint-Gilles fut établie en 1135 par Galeran de Meulan, seigneur du lieu, et les bourgeois de la ville42. Elle se situait légèrement à l’écart de l’agglomération, à 360 m à l’ouest de l’église Saint-Germain, le long d’un chemin établi en fond de vallée, sur une terrasse alluviale, se dédoublant pour mener à l’estuaire (vers Conteville ou l’abbaye de Grestain) et à Pont-l’Évêque (fig. 1)43. Un acte rédigé avant 1106, précisant les limites de la banlieue, laisse supposer que cet établissement succède à une léproserie préexistante : « Terminus autem banlevie hic est a Sancto Germani usque ad domum lazarorum et usque ad Pontem Giroldi et usque ad Foeteleie »44. Il est probable que la date de 1135 concerne non pas la fondation de la léproserie mais peut-être son rattachement à l’ordre de Saint-Augustin. Ces religieux, en effet, furent amenés à gérer un grand nombre d’établissements hospitaliers à cette époque. L’hôtel-Dieu Saint-Jean fondé entre 1189 et 1199 par les bourgeois de la ville fut construit « au centre de la ville » à la lecture des plans des XVIe-XVIIe siècles (fig. 1 et 2)45. Ces deux fondations, et plus largement l’équipement religieux, appartiennent aux éléments constitutifs du phénomène urbain au même titre que l’activité économique et caractérisent l’essor de la localité au XIIe siècle. Précisons ici qu’il faut attendre le début du XIVe siècle pour voir s’établir à Pont-Audemer le premier monastère de type urbain (les Carmes). Les autres établissements s’implantèrent plus tardivement en 1471 (les Cordeliers), 1641 (les Carmélites) et enfin 1671 (les Ursulines).

Fig. 8 : répartition des paroisses intra-muros au XVIIIe siècle.

Fig. 9 : localisation du château de Pont-Audemer placé au sein d’une série de fortifications édifiées le long de la basse vallée de la Risle.

Analyse morphologique et évolution topographique

  • 46 Orderic Vital, Historia…, livres XI-XIII, t. VI, p. 336, 340.
  • 47 Ibid., livres I-II, t. I, p. 161; Simeon de Durham, Symeoni monachi opera omnia, éd. T. Arnold, t. (...)

18Le tracé et l’emprise de l’enceinte urbaine de Pont-Audemer représentée sur les plans dressés entre le XVIIe et le XIXe siècle ne sont clairement attestés, notamment par les comptes d’octrois de la ville, qu’à partir du XVe siècle (fig. 2). Quand Orderic Vital rapporte la prise du castrum de Pont-Audemer en 1123, il ne signale pas l’existence d’une enceinte protégeant la ville. Le chroniqueur précise néanmoins que cette place « était très grande et très riche46 ». Laisse-t-il entendre que l’agglomération possédait tous les attributs d’une ville du XIIe siècle, plusieurs églises, des faubourgs ainsi qu’une enceinte protégeant le bourg ? L’emploi du terme oppidum par certains chroniqueurs du XIIe siècle pour décrire la ville peut également le laisser supposer47.

  • 48 B.M. Rouen, Y 200, f° 15 r°.
  • 49 E. Deville, Cartulaire de l’Eglise de la Sainte Trinité de Beaumont-le-Roger, Paris, éd. Honoré Ch (...)
  • 50 Voir Alphonse Huillard-Bréholles, Archives de l’Empire, s. l. n. d., p. 307, no 86.
  • 51 B. Gauthiez, E. Zadora-Rio, H. Galinie, Village et ville…, t. I, p. 58 ; t. II, p. 47.
  • 52 La forme et la disposition générale de cette structure ressemble à celle construite en tête de pon (...)
  • 53 B.M. Rouen, Y 200, fos 14 v°, 15 r°.
  • 54 Joseph R. Strayer, The Royal Domain in the Baillage of Rouen (1936), Londres, Variorum, 1976, p. 1 (...)

19Quelques mentions recensées dans la documentation écrite médiévale disponible démontrent bien la présence de systèmes défensifs urbains dès le XIIe siècle. Leur nature et leur localisation sont difficiles à saisir. Les hypothèses formulées par certains auteurs ne sont pas satisfaisantes. Vers le milieu du XIIe siècle est mentionnée une porte : « ad portam Corneville »48. En 1180, Robert de Tournay obtint « la coutume des horsains vendant du pain, en quelque lieu qu’ils descendent ou vendent entre le pont de la Risle et la porte de Corneville »49. Les sources écrites ou les plans cartographiques modernes n’évoquent pas l’existence de cette porte. Le village de Corneville-sur-Risle se situe sur la rive droite de la Risle et aucun chemin ne peut relier directement celui-ci à l’une des portes de l’enceinte de ville représentée sur les plans du XVIIe au XIXe siècle (fig. 1 et 2). Cette impossibilité avait déjà été remarquée par A. Canel qui fut donc amené à identifier la porte de Corneville avec l’une des portes du château. Il semble que cette « porte de Corneville », qui disparaît des sources écrites à la fin du XIVe siècle, appartenait plutôt à une structure fortifiée avancée vers le quartier Saint-Aignan50. Le tracé de la voirie et du parcellaire conserve le souvenir d’une structure semi-circulaire qui prenait naissance dans le bras nord de la Risle et protégeait une vaste surface incluant l’église Saint-Aignan (fig. 7)51. L’identification de cette clôture permet de placer avec d’assez bonnes certitudes la porte de Corneville. Elle devait se trouver sur la voie de communication implantée au pied du versant qui se dirige vers le village de Corneville-sur-Risle. Le marché évoqué dans le document de 1180, établi entre le pont de la Risle et la porte de Corneville, se tenait sans doute à l’intérieur de cette structure peut-être sur la petite place quadrangulaire (fig. 7). Il est difficile de préciser la nature exacte de cette enceinte qui pouvait correspondre à une clôture maçonnée ou à un simple talus précédé à l’extérieur d’un fossé. Toujours-est-il qu’elle constitue l’aménagement défensif urbain le plus anciennement mentionné52. Est-ce à dire que l’enceinte clairement attestée à partir du XVe siècle, et dont nous connaissons le tracé grâce aux plans des XVIe-XVIIIe siècles, n’existait pas encore à cette époque ? La forme de la fortification établie dans le quartier Saint-Aignan paraît correspondre à une structure avancée se rattachant à une clôture principale. Une poterne située vers la paroisse Notre-Dame apparaît dans les sources écrites du XIIe siècle et atteste peut-être l’existence de cette enceinte53. Il faut attendre les années 1261-1266 pour trouver la mention d’une autre porte qui reste difficile à localiser. La « porte des Molins », dont le nom n’a pas été conservé, devait se situer à proximité de l’église Saint-Ouen et démontre, semble-t-il, l’existence d’une clôture protégeant l’agglomération implantée entre les bras de la Risle : « […] et touz icelz qui en tiennent entre la Blaerie et la porte des Molins de la partie de Saint Oen ont sorpris sus le fro le – Roy. »54

20Ces données, bien que très lacunaires et peu prolixes, sont néanmoins suffisantes pour démontrer l’existence d’un système d’enceintes à Pont-Audemer dès les XIIe-XIIIe siècles (fig. 7). Il est loin d’être prouvé en revanche que l’emprise et le tracé de ces remparts coïncidaient avec ceux qui sont attestés au XVe siècle et qui apparaissent sur les plans modernes. Les données écrites sont largement insuffisantes pour identifier clairement leur périmètre. Pour répondre à cette interrogation, il faut tout d’abord analyser la morphologie de l’habitat puis le découpage paroissial qui ont fossilisé l’évolution topographique de la ville.

  • 55 Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 92.

21La documentation écrite médiévale atteste l’existence de plusieurs rues situées dans les quartiers Saint-Germain et Saint-Aignan. Ils constituaient, nous le verrons, dès les XIIe-XIIIe siècles des faubourgs qui dé montrent l’importance prise par cette localité dès cette période. L’apparition d’un nom de rue au Moyen Âge indique « la densité de son peuplement, l’intérêt de son rôle de desserte ou de sa fonction économique »55. La plupart des mentions, qui ne seront pas évoquées dans le détail, signalent en effet la présence de maisons construites le long de ces rues.

  • 56 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 71-74.
  • 57 B. M. Rouen, Y 200, fos 7 r°, 33 v°.
  • 58 B. M. Rouen, Y 200, f° 27 r°.

22La « Bourguerue » est, sans nul doute, la plus fréquemment mentionnée et l’une des plus précocement attestées. Elle correspond à un tronçon de la voie antique, évoquée plusieurs fois déjà dans cette étude, dans le prolongement de la Grande-Rue (fig. 7). Elle apparaît entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle56. Un pont et des moulins s’y trouvaient57. Dans le faubourg Saint-Germain existait également au début du XIIIe siècle un vico Fabrorum58. La maison d’un certain Eudes le forgeron est d’ailleurs mentionnée entre 1118 et 1124 à cet endroit.

  • 59 B. M. Rouen, Y 200, f° 25 v°.
  • 60 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 277.
  • 61 J. R. Strayer, The Royal Domain…, p. 100.
  • 62 A.D. S.-M., ms. 18 H non coté ; abbaye du Valasse ; liasse Pont-Audemer (15).
  • 63 A.D. S.-M., ms. 18 H non coté ; abbaye du Valasse ; liasse Pont-Audemer (13).

23La « Rue Sannière » ou « Salière », mentionnée à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, se situait en revanche sur la rive droite de la Risle et appartenait à un pôle d’habitat regroupé autour de l’église Saint-Aignan59. Elle ne figure pas sur le cadastre du XIXe siècle mais correspondrait, d’après A. Canel, à la « Rue de la Gabelle » (fig. 7)60. La rue « au Pareors », évoquée en 1261-1266, était établie perpendiculairement à la Risle et le long de la fortification avancée décrite plus haut (fig. 7)61. La « rue aux Fèvres » (« in parrochia sancti Aniani »), dont le souvenir n’a pas été conservé, apparaît dans un acte rédigé en 121962. Il faut également signaler l’existence d’une autre rue dite « vico de Doit », non identifiée, dont l’existence est attestée en 1217. Elle était située entre la maison de Bernard Langevin et celle de Godefroy fils Herbert63. Peut-être s’agit-il de la « Rue du Doult-Vitran » présente sur le cadastre napoléonien et dont le tracé était parallèle à celui du canal du même nom (fig. 7).

  • 64 B. M. Rouen, Y 200, fo 19 ro.

24Un dernier faubourg, celui dit « de la Ruelle », qui s’étendait à l’ouest de la ville est enfin signalé dès 113564 (fig. 7).

  • 65 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 53.
  • 66 B. M. Rouen, Y 200, f° 14 v°.
  • 67 B. M. Rouen, Y 200, f° 26 v°.
  • 68 B. M. Rouen, Y 200, f° 52 v°.
  • 69 B. M. Rouen, Y 200, f° 91 v°.

25La topographie de la ville intra-muros, selon les plans des XVIIe-XIXe siècles, se caractérisait par deux organisations bien distinctes délimitées par le bras sud de la Risle (fig. 2 et 3). Entre le bras sud et l’autre au nord, l’habitat présentait de très fortes régularités qui supposent une mise en place planifiée. Cette partie de la ville était composée de trois rues larges parallèles, la « Grande-Rue », la « Rue aux Juifs » et la « Rue du Sépulcre » ou « Rue Notre-Dame-du-Pré ». Ces trois rues principales étaient bordées d’îlots bâtis extrêmement réguliers. Ces lotissements étaient eux-mêmes délimités d’une part par des canaux, parallèles aux trois rues principales, et d’autre part par plusieurs rues ou impasses perpendiculaires. C’est dans cette partie que les deux églises paroissiales urbaines furent implantées (Saint-Ouen et Notre-Dame). Les deux autres furent établies dans les faubourgs (Saint-Germain et Saint-Aignan). Les trois maîtresses rues, l’un des canaux et l’une des rues traversières sont attestés dès les XIIe-XIIIe siècles (fig. 7). La « Grande-Rue » et le pont, construit à son extrémité nord, sont mentionnés dans les sources écrites entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle65. Le pôle d’habitat primitif dut se développer le long de cet axe qui, avec la « Bourguerue » évoquée plus haut, correspondait à une portion de l’ancienne voie antique et constituait l’artère principale de l’agglomération. Il semble bien que son tracé servit d’ailleurs à établir l’ensemble des rues et des îlots d’habitat de la ville compris entre les deux bras de la Risle. L’existence de la « Rue aux Juifs » et du pont construit à son extrémité nord sont attestés entre 1166 et 118266. La colonie juive de Pont-Audemer était l’une des plus considérable de Normandie avec celle de Falaise aux XIIe et XIIIe siècles, ce qui démontre là encore le dynamisme économique de la localité. Une ruelle dite « Sainte Marie du Pré » apparaît également dans les sources de la première moitié du XIIe siècle : « in ruella Sancta Maria de Prato juxta plancas molendini Harundel »67. S’agit-il d’une ruelle située à proximité de l’église dont le nom n’a pas été conservé ? La « Rue Notre-Dame-du-Pré », parallèle à la Grande-Rue et à la Rue aux Juifs, est attestée sous cette forme en 1219 : « domus in vico Sancte Marie de Prato »68. Il est possible que les deux mentions désignent la même rue et que la terminologie (emploi de ruella puis de vico), indique que cet axe connut un profond remaniement et une forte urbanisation au cours de cette période. Le pont d’une rue traversière, la « Rue Bailly », « Pont du Ballie », construit au dessus du « Ruisseau du Sépulcre » dans la paroisse Notre-Dame-du-Pré, est attesté dans un document de 1221 (fig. 7)69. Ce texte et celui cité plus haut, qui évoquait la présence d’un moulin dit « moulin Harundel » dans la ruelle Notre-Dame, démontre ainsi l’existence d’une des rivières urbaines.

26Au final, les sources écrites bien que lacunaires semblent indiquer que la topographie générale de cette partie nord de la ville était déjà bien établie dès les XIIe-XIIIe siècles et qu’elle présentait de fortes analogies avec celle des XVIIe-XIXe siècles.

  • 70 B. M. Rouen, Y 200, f° 91 v°.

27L’organisation de l’habitat et le réseau viaire de la partie de la ville comprise entre le bras sud de la Risle et le faubourg Saint-Germain présentent une topographie fort différente de la précédente. L’habitat n’est plus organisé le long d’axes principaux ou de canaux parallèles. Il est clair également que la voirie n’obéit plus ici à une organisation planifiée. Seul le prolongement de la Grande-Rue est perceptible bien qu’il se dédouble devant un îlot d’habitat construit au milieu de la chaussée. La mise en place de cette occupation n’est probablement pas contemporaine de la précédente. L’inventaire des noms de rues attestés avant le XIIIe siècle montre que seule la « Rue Laitière » apparaît dans le document de 122170. Rappelons d’ailleurs à ce propos qu’aucune église paroissiale ne fut fondée dans cette partie de la ville. En revanche c’est dans ce secteur que furent établis assez tardivement, entre le XVe et le XVIIe siècle, les Cordeliers et les Carmélites, deux monastères d’ordres mendiants. De vastes terrains vagues devaient ainsi encore exister à cette époque. Ces observations montrent deux pôles habitats clairement distincts d’un point de vue topographique, qui furent mis en place à des époques différentes.

  • 71 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 280.

28Alfred Canel nous renseigne très précisément sur le découpage paroissial tel qu’il s’organisait encore à la fin de l’Ancien Régime. L’érudit local rapporte qu’« avec la commune rurale qui porte le même nom, [le faubourg Saint-Germain] forme une paroisse, qui, avant la Révolution, s’étendait encore sur le côté occidental de la rue aux Moutons, sur la partie correspondante du Vieux-Marché, sur la rue aux Bourres et même sur deux ou trois maisons de la rue de la Poissonnerie »71. De façon assez surprenante, la paroisse Saint-Germain, dont l’église est assez éloignée de l’agglomération urbaine, s’étendait sur une portion de l’agglomération protégée par les fortifications représentées sur les plans des XVIIe-XIXe siècles. La paroisse Saint-Germain formait ainsi à cet endroit une sorte d’enclave à l’intérieur de la paroisse Saint-Ouen (fig. 8). Le reste de l’habitat implanté dans cette moitié sud de la ville dépendait de la paroisse Saint-Ouen dont l’église se situait à quelques dizaines de mètres seulement. Ce découpage paroissial amène deux remarques essentielles pour la compréhension de la topographie de Pont-Audemer. Il montre tout d’abord que, vers la moitié sud de la ville, la paroisse Saint-Ouen est strictement limitée à l’emprise des fortifications de la ville du XVe siècle et qu’à aucun endroit elle ne franchit cette limite. Il apparaît ainsi que cet habitat qui relève de Saint-Ouen fut établi postérieurement à la construction du mur d’enceinte. L’agencement des paroisses montre également qu’à l’origine, l’enclave intra-muros évoquée plus haut constituait l’extrémité nord du faubourg de la ville désigné dès la fin du XIe siècle sous le nom de Bolgeruae et qui relevait dans sa totalité de la paroisse Saint-Germain (fig. 8). L’enceinte urbaine attestée au XVe siècle et représentée sur les plans des XVIe-XVIIIe siècles ne peut ainsi coïncider avec celle dont nous avons soupçonné l’existence à partir du XIIIe siècle (mention de la porte des Moulins). Cette dernière était certainement plus réduite et ne devait s’étendre qu’entre les deux bras de la Risle et c’est seulement après son agrandissement au-delà du bras sud de la Risle, vers le faubourg Saint-Germain, que l’extrémité nord du faubourg dénommé Bolgeruae qui dépendait de la paroisse Saint-Germain fut alors intégrée au périmètre fortifié. Les habitations construites dans les endroits vides de ce secteur, postérieurement à l’élargissement de l’enceinte, furent alors rattachées à la paroisse Saint-Ouen dont l’église était toute proche.

  • 72 Ibid., p. 140.

29Il peut apparaître surprenant que seule la portion occidentale de la rue aux Moutons et de la place du Vieux-Marché relevait de la paroisse Saint-Germain. Comment expliquer cette particularité ? Probablement parce que primitivement aucune maison n’était construite sur le côté opposé. Le cadastre du XIXe siècle montre très clairement que la plupart des habitations étaient construites encore à cette époque plutôt de ce côté de la rue. La présence d’un petit ruisseau nommé le « Doult Vitran », qui coulait parallèlement à la chaussée, explique l’organisation particulière de cet habitat (fig. 7). Les sources écrites rapportent que ce cours d’eau fut dévié de son lit naturel et canalisé le long de la rue Saint-Germain au XIIIe siècle72. Cet aménagement marque probablement la période à partir de laquelle le peuplement de « Bourguerue » prit la forme qu’elle conserva jusqu’au XIXe siècle. Au XVIe siècle, le pôle d’habitat situé à la sortie de la porte de Bernay se concentrait de la même façon sur un côté seulement de la chaussée là où coulait un bras de la petite rivière de Tourville (fig. 2).

  • 73 Inventaire Fougis Duclos, non coté, musée Canel de Pont-Audemer. Antérieurement à ce vaste chantie (...)
  • 74 Notons ici que la refonte profonde de l’enceinte de ville au XVe siècle correspond au démantèlemen (...)
  • 75 Il faut noter ici que l’enceinte urbaine de Bernay dont l’existence est attestée à partir du début (...)

30Plusieurs questions restent encore en suspens. À quelle époque peut-on situer l’agrandissement des fortifications de la ville ? Le 5 septembre 1449, le roi Charles VII, dans une lettre patente, exempta de la taille les habitants afin de reconstruire l’enceinte urbaine qui était alors « emparée de bois sur bout »73. À partir de cette date et tout au long de la seconde moitié du XVe siècle, les comptes de ville, que nous n’évoquerons pas dans le détail, dressent la liste d’innombrables interventions sur les fortifications de la ville74. Parmi ceux-ci, la nature des travaux entrepris aux portes de Bernay et de Saint-Germain entre 1477 et 1482 laisse supposer qu’il s’agit de leur construction et non de réaménagements ou de renforcements de structures déjà existantes comme on le suppose généralement. Il faut ainsi probablement placer à cette époque l’extension du périmètre de l’enceinte urbaine de Pont-Audemer qui atteint seulement à cette époque les limites qui apparaissent sur les plans des XVIe-XVIIIe siècles75. En 1481, Louis XI exempta de nouveau de la taille les habitants de Pont-Audemer pour « la réparation et clôture de la ville ». Le même document rapporte que « ladite ville etoit fort depopulée… » et que Louis XI avait ordonné :

  • 76 Inventaire Fougis Duclos, non côté, Musée Canel de Pont-Audemer.

ladite ville estre fortifiée, et les maisons des faubourgs, jusqu’à un grand arc loin de l’enclos d’icelle estre abbatues et mise au dedans de l’enclos pour le bien de la dite ville […] mettre et éddiffier les maisons des fauxbourgs de la dite ville au dedans l’enclos d’icelle pour icelle peupler et habituer de maisons pour laquelle chose faire et accomplir sera et est besoin faire de nouvelles rues, chemins, chaussées76.

  • 77 A. Canel, Histoire…, t. I, p. 142, t. II, p. 261.

31Ce document nous révèle probablement ici les circonstances de la mise en place du peuplement de la moitié sud de la ville. Après avoir permis la rénovation et surtout l’agrandissement de la clôture primitive, Louis XI ordonna probablement la destruction de tous les faubourgs pour peupler les secteurs non occupés de l’enceinte nouvellement construite. Les habitations reconstruites à l’intérieur de cette nouvelle enceinte furent placées sous la dépendance de la paroisse Saint-Ouen dont l’église se situe à proximité de là. Ce déplacement autoritaire de population nécessita la mise en œuvre d’un véritable programme d’urbanisme avec la création de rues nouvelles. Le même type d’opération fut renouvelé, semble-t-il, un siècle plus tard, en 1591, lorsque les habitants du faubourg Saint-Aignan reçurent l’autorisation de reconstruire leurs habitations alors ruinées, à l’intérieur de la ville. Des concessions de cette nature furent réitérées toujours dans le secteur sud de la ville nouvellement enclos : en 1593, 1598, 1608, 1616, dans la rue du Petit-Moulin, en 1571 dans l’ancien marché aux chevaux, près du grand moulin en 161077

  • 78 Ibid., p. 272.

32L’enceinte urbaine, attestée à partir du XIIIe siècle (porte des Moulins), s’étendait ainsi primitivement sur une partie de l’île formée par les deux bras de la Risle (fig. 7). Les paroisses Saint-Ouen et Notre-Dame étaient alors circonscrites strictement à ce périmètre. Cette enceinte devait être limitée au nord et au sud par les deux bras de la rivière. À l’ouest et à l’est, les limites sont plus difficiles à définir. L’ancienneté de l’axe dont la Grande-Rue constituait une portion (voie antique) et la mention précoce du pont construit sur la Risle à l’extrémité nord de cette rue supposent la présence de deux portes. La première devait se situer à l’extrémité nord de la Grande-Rue, probablement sur le même emplacement que celle qui fut désignée à partir du XVe siècle sous le nom de « Porte de Rouen ». Cette entrée était-elle même protégée par la fortification avancée qui enserrait une partie des habitations du quartier Saint-Aignan. Une deuxième porte se situait selon toute vraisemblance à l’opposé de la première, vers l’extrémité sud de la Grande-Rue. Il semble que cet accès était également protégé par une petite fortification placée au-delà du bras de rivière devant le faubourg Saint-Germain (fig. 7). La présence et le tracé de cette structure se lisaient encore parfaitement dans le parcellaire urbain du XIXe siècle. L’îlot bâti qui apparaît sur le cadastre présente une forme en demi-lune caractéristique des fortifications de type « barbacane ». Celle-ci était isolée d’un côté par le bras sud de la Risle. Devant, vers le faubourg Saint-Germain, un tronçon très court de rivière, visible sur le cadastre du XIXe siècle, constituait peut-être les derniers vestiges d’un autre fossé. Le nom de la rue dite « entre deux ponts », qui coupait en son centre la barbacane, conserve sans doute le souvenir des ponts qui enjambaient les deux bras d’eau (fig. 2 et 7). Les 816 bennellées de terre, provenant du curage des fossés de la ville, qui furent transportées en 1465 au marché aux bestes (probablement la Place du marché aux chevaux) pour y exhausser le sol, étaient peut-être destinées plus précisément au comblement des fossés de cet ouvrage défensif78.

33L’enceinte primitive ainsi restituée montre également la localisation tout à fait significative de l’hôpital Saint-Jean, fondé entre 1189 et 1199 (fig. 7). Il fut implanté à l’origine hors les murs à l’extrémité nord du faubourg Saint-Germain mais à proximité immédiate d’une porte et sur une voie fréquentée. Cette implantation correspond à une disposition très courante au Moyen Âge.

  • 79 B. M. Rouen, Y 200, f° 15 r°.
  • 80 B. M. de Rouen, Y 200, f° 26 v°, f° 52 v°.
  • 81 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 71-72.
  • 82 Ibid., p. 210-212.

34Revenons pour finir à la fondation de la paroisse Notre-Dame-du-Pré. L’existence de l’église Notre-Dame-du-Pré n’est clairement attestée que vers 113579. Comme nous l’avons déjà signalé, l’église Notre-Dame, la seule qui fut établie en retrait de l’ancienne voie antique, fut probablement fondée postérieurement aux trois autres. Le nom même de « Notre-Dame-du-Pré », suppose une implantation isolée hors les murs ou peut-être que, comme ailleurs, l’enceinte urbaine incluait de vastes espaces non bâtis. Comme au XVe siècle, l’urbanisation future de ce quartier fut sans doute anticipée et des espaces constructibles furent réservés. Il faut rappeler ici qu’une ruelle dite « Sainte Marie du Pré » apparaît dans la première moitié du XIIe siècle et que la rue Notre-Dame-du-Pré n’est attestée sous cette forme qu’en 1219. Cette évolution dans les termes trahit probablement la restructuration et l’urbanisation de ce secteur entre ces deux dates80. L’essor économique que Pont-Audemer connut au cours de cette période peut-il expliquer à lui seul cette croissance rapide de la population ? Le cartulaire de l’abbaye Saint-Pierre-de-Préaux relate que le comte Galeran, entre 1118 et 1124, ordonna la destruction de maisons à Saint-Germain (domus Sancti Germani)81. Les habitations évoquées ici se situaient probablement autour de l’église Saint-Germain et non dans le faubourg Saint-Germain qui était traditionnellement désigné sous le nom de « Bourguerue » dans les textes des XIe-XIIIe siècles. Il n’est pas impossible que Galeran, comme Louis XI plusieurs siècles plus tard, déplaça autoritairement la population de façon à étendre et densifier le bourg de Pont-Audemer peut-être vers Notre-Dame. Quelques années plus tard, vers 1141-1143, Galeran céda à Robert du Neubourg une maison située sur la pointe de l’île à Pont-Audemer et une deuxième dans son bourg neuf82. Le bourg nouvellement fondé mentionné ici se situait peut-être sur l’île formée par les deux bras de la Risle. Il correspondrait alors à l’extension vers l’ouest attestée dans la seconde moitié du XIIe siècle par la fondation de la paroisse Notre-Dame.

35En résumé, à partir de ces données de nature très diverse (sources écrites, découpage paroissial, morphologie de la ville…), il est possible de définir très précisément l’évolution de la topographie de la ville et d’établir la chronologie relative suivante :

  • Xe ( ?)- première moitié du XIe siècle : l’agglomération se développe en englobant une portion de l’ancienne voie antique où s’élève l’église Saint-Ouen. Il s’agit probablement du pôle d’habitat primitif (le « marché appelé Pont-Audemer » de la première moitié du XIe siècle). Le pôle d’habitat fortifié vers le quartier Saint-Aignan incluant l’église est peut-être mis en place parallèlement.
  • XIIe-XIIIe siècles : le bourg qui se met en place à l’intérieur de la zone comprise entre les deux bras de la Risle est rattaché à la paroisse Saint-Ouen déjà existante. Une clôture est attestée à partir de 1260. Deux places de marché s’implantent, semble-t-il, à l’extérieur de l’enceinte, devant les portes qui ferment la Grande-Rue. Parallèlement se développe assez rapidement le faubourg Saint-Germain (le long de la voie antique) dépendant de la paroisse du même nom fondée antérieurement. Ce faubourg s’étendait jusqu’au bras sud de la Risle à la sortie d’une porte fortifiée (« barbacane »).
  • 1118 : destruction volontaire d’une partie du faubourg Saint-Germain pour faciliter l’extension du bourg situé entre les deux bras de la Risle sur un espace encore non construit (le « bourg neuf »). Ce surplus de population entraîne alors vers le début de la seconde moitié du XIIe siècle la fondation de la paroisse Notre-Dame.
  • 1189 : fondation de l’hôpital Saint-Jean dans le faubourg Saint-Germain, Bolgeruae, à proximité de la porte primitive.
  • Deuxième moitié du XIIIe siècle : mise en place ou réaménagement de l’enceinte située entre les deux bras de la Risle.
  • Milieu du XVe siècle : agrandissement de l’enceinte urbaine incluant une partie du faubourg Saint-Germain. Une place de marché est fondée devant la porte dite de Saint-Germain au sud nouvellement construite.
  • 1481 : destruction des faubourgs et déplacement autoritaire de la population afin de peupler la portion de la ville nouvellement enclose et partiellement vide. Les nouveaux îlots sont placés sous la dépendance de la paroisse Saint-Ouen.

36Pour conclure, il reste à trouver une raison au développement économique assez spectaculaire de Pont-Audemer à partir du milieu du XIe siècle, auquel il faut ajouter probablement l’essor démographique bien que ce dernier soit plus difficilement appréciable. L’origine de l’agglomération, nous l’avons évoqué, ne paraît pas remonter à l’époque gallo-romaine et ne peut être rattachée au réseau urbain de cette période. L’essor de la ville illustre la profonde mutation que connut le réseau urbain secondaire entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Il est probable en effet que la croissance de la ville, qui survint sans doute vers les VIIIe-IXe siècles mais qui s’accéléra à partir de la deuxième moitié du XIe siècle, est étroitement liée au déclin de l’agglomération antique voisine de Brionne. Cette dernière, dont l’importance au cours de l’Antiquité est clairement démontrée, ne fait pas partie des principaux centres urbains médiévaux de la région. Placée en fond de vallée, au carrefour d’une voie fluviale et de plusieurs voies terrestres à l’époque romaine, Brionne subit peut-être les oscillations du niveau maritime qui entraînèrent de profonds changements dans la circulation fluviale au profit du site de Pont-Audemer qui constituait alors le port accessible aux embarcations de gros tonnage le plus en amont de la vallée de la Risle.

Notes

1 Cette étude a fait l’objet d’une maîtrise : Topographie historique de la commune de Pont-Audemer, soutenue à l’université de Rouen en 1998 sous la direction de Mme Anne-Marie Flambard Héricher.

2 Alfred Canel, Essai historique, archéologique et statistique sur l’arrondissement de Pont-Audemer, Paris, Impr. Vimont, 1833-1834, 2 tomes ; id., Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer, 1885, 2 tomes.

3 Bernard Gauthiez, Élisabeth Zadora-Rio, Henri Galinié, Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003, t. I, p. 56-77, t. II, p. 47-53.

4 A.D. Eure 3 PL 926.

5 Sébastien Lefevre, Origine et structure du peuplement de la Risle et de la Charentonne (VIe-XIIIe siècle), mémoire de DEA soutenu à l’université de Rouen sous la direction de Mme Anne-Marie Flambard Héricher, 2000, 4 tomes, t. II, p. 155-157.

6 Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Carte archéologique, dossier Pont-Audemer.

7 Marcel Baudot, « Le réseau routier antique du département de l’Eure », Normannia, 4, oct.-déc. 1932, p. 339-363. R. Doranlo, « Notes d’archéologie antique. Les voies de la civitas des Lexovii », Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, XXIX, 1937, p. 145-200.

8 Pascal Pradié, Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge », 1999, p. 50.

9 François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l’Eure, Paris, Picard, 1981, p. 159.

10 Dietrich Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie rurale de la Neustrie », dans H. Atsma (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, J. Thorbecke, t. I, 1989, p. 367-404.

11 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1961, p. 129.

12 François de Beaurepaire, Les noms…, p. 159. Il est assez probable, d’après J. Le Maho, que le nom de personne soit celui de Audemarus, fils du comte de Poitiers Ramnulf, mort en 890, et héros du siège de Paris de 885-887. À la suite de cet épisode, le roi Eudes lui aurait concédé en récompense le commandement de la place forte de Pont-Audemer située aux avant-postes de la cité de Rouen et pouvant appartenir au dispositif défensif de la baie de Seine : Jacques Le Maho, 2003, « Jardins et vergers du haut Moyen Âge en Normandie orientale (VIIIe-Xe siècle) », Les paysages ruraux en Normandie, actes du 37 congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Caen, Annales de Normandie, p. 133-142, p. 140-141. Notons ici que le terme « Audemer » contenu dans le toponyme n’a aucun rapport avec l’eau de mer comme on le trouve encore dans de nombreuses publications bien que l’influence des marées soit perceptible jusqu’à ce point.

13 Dudon de Saint-Quentin, History of the Normans, éd. et trad. E. Christiansen, Woodbridge, Boydell Press, 1998. Voir François Neveux, La Normandie des ducs aux rois (Xe-XIIe siècle), Rennes, Ouest-France, 1998, p. 19-20.

14 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, Les Belles Lettres, 1952 ; F. Neveux, La Normandie des ducs…, p. 333-335.

15 Il est intéressant de noter ici que Pont-Audemer présente une évolution inverse de celle de Brionne qui, jusqu’au début de la période ducale, devait constituer la première agglomération importante de la vallée depuis l’estuaire.

16 Voir plus bas.

17 Dominique Rouet, Le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-de-Préaux (1034-1227), Paris, CTHS, 2005, p. 220.

18 Michel de Bouard, « Le duché de Normandie », dans F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. I, Paris, PUF, 1957, p. 1.

19 Auguste Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincsieck, « Recueil des historiens de la France », 1903, p. 245.

20 Jacques Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs et des communes en Normandie », Annales de Normandie, no 4, décembre, 1958, p. 423-441, p. 428-429. Avant 1106, les limites de la banlieue (banlevia) de Pont-Audemer sont établies : « Terminus autem banlevie hic est a Sancto Germano usque ad domum lazarorum et usque ad Pontem Giroldi et usque a La Foeteleie » (D. Rouet, Le cartulaire…, p. 69-71).

21 Ibid., p. 4-9.

22 « […] dedit […] domum scilicet unum in Mercatorio » (B. M. de Rouen, Y 200, fo 13 vo).

23 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 77 (en 1155), p. 231 (1141-1159)…

24 A. D. Eure, 7 H 710.

25 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 276.

26 Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint-Louis et Philippe le Hardi, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 2e série, t. XVI, no 317, 1852, p. 47.

27 Bibl. nat., ms. lat. 13905, f° 24. Un acte (1155) évoque des moulins à tan et à foulon situés près de Bulgeruam : D. Rouet, Le cartulaire…, p. 220 ; B. M. Rouen, Y 200, f° 9 ro.

28 L. Delisle, Cartulaire normand…, no 1189, p. 327 ; B. M. Rouen, Y 200, fos 89 v°- 90 r°.

29 Léopold Delisle, Louis Passy (éd.), Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, Impr. Hérissey, 1862-1869, 3 tomes, t. II, p. 552.

30 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 72-73.

31 C. Johnson et H. A. Cronne (éd.), Regesta Regum Anglo-Normannorum, II, Henrici primi 1100-1135, Oxford, Clarendon Press, 1956, p. 293.

32 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 238-240.

33 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, livres VII-VIII, éd. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, t. IV, p. 304.

34 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 352. Pont-Audemer constitue un point de rupture de charge.

35 B.M. Rouen, Y 200, fos 89 vos et 90 r°.

36 Des relations très étroites entre ces deux entités ont été relevées à Montfort-sur-Risle, Ferrière-Saint-Hilaire ou Montreuil-l’Argillé dans l’Eure ou encore Échauffour dans l’Orne.

37 Orderic Vital, Historia…, livres XI-XIII, t. VI, p. 334, 336.

38 Ibid., p. 336.

39 C’est seulement à la Révolution que les paroisses Saint-Germain et Saint-Aignan furent érigées en deux communes distinctes sous les noms respectifs de Saint-Germain-Village et Saint-Aignan-de-Pont-Audemer. La commune de Saint-Aignan-de-Pont-Audemer fut rattachée en 1835 à celle de Pont-Audemer. Saint-Germain-Village constitue encore une commune indépendante.

40 B. M. de Rouen, Y 200, f° 15 r°.

41 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 4-8, 77-78, 268-275.

42 B. M. de Rouen, Y 200, fos 14 v° et 17.

43 La localisation de cette léproserie ne se distingue pas de celle des autres établissements de ce type qui, presque invariablement, s’implantent à l’écart des agglomérations mais souvent le long d’un axe routier majeur : Sébastien Lefevre, « La léproserie Saint-Antoine de Marissel à Beauvais. Première approche historique et archéologique », dans Bruno Tabuteau, Études des lépreux et des léproseries au Moyen Âge dans le nord de la France. Histoire-Archéologie-Patrimoine, Amiens, Publications du CAHMER., vol. 20, 2007, p. 141-150.

44 D. Rouet, Le cartulaire…, éd. CTHS, p. 69-71.

45 Nous verrons au cours de cette étude qu’au XIIe siècle l’hôtel-Dieu n’était pas inclus dans le périmètre fortifié de la ville. L’enceinte urbaine protégeait alors une superficie moins importante.

46 Orderic Vital, Historia…, livres XI-XIII, t. VI, p. 336, 340.

47 Ibid., livres I-II, t. I, p. 161; Simeon de Durham, Symeoni monachi opera omnia, éd. T. Arnold, t. 2, Londres, 1885, p. 273-274.

48 B.M. Rouen, Y 200, f° 15 r°.

49 E. Deville, Cartulaire de l’Eglise de la Sainte Trinité de Beaumont-le-Roger, Paris, éd. Honoré Champion, 1912, p. 37, note 5, L. Delisle et L. Passy (éd.), Mémoires et notes…, T. III, p. 146.

50 Voir Alphonse Huillard-Bréholles, Archives de l’Empire, s. l. n. d., p. 307, no 86.

51 B. Gauthiez, E. Zadora-Rio, H. Galinie, Village et ville…, t. I, p. 58 ; t. II, p. 47.

52 La forme et la disposition générale de cette structure ressemble à celle construite en tête de pont de la rive gauche sur la commune actuelle de Pont-de-l’Arche identifiée par J. Le Maho et datée par l’auteur de l’époque carolingienne. Comme ici, l’ouvrage, d’une forme équivalente, un peu plus vaste, protégeait un pont établi sur l’Eure et sur un axe de communication majeur. En l’absence de donnée archéologique, il serait très hasardeux de faire remonter la fortification du quartier Saint-Aignan de Pont-Audemer à une époque aussi reculée. Jacques Le Maho, « Les Normands dans la vallée de la Seine (IXe-Xe siècles) », Dossiers de l’archéologie : les Vikings en France, une synthèse inédite, no 277, octobre 2002, p. 26-33, p. 27.

53 B.M. Rouen, Y 200, fos 14 v°, 15 r°.

54 Joseph R. Strayer, The Royal Domain in the Baillage of Rouen (1936), Londres, Variorum, 1976, p. 120.

55 Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 92.

56 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 71-74.

57 B. M. Rouen, Y 200, fos 7 r°, 33 v°.

58 B. M. Rouen, Y 200, f° 27 r°.

59 B. M. Rouen, Y 200, f° 25 v°.

60 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 277.

61 J. R. Strayer, The Royal Domain…, p. 100.

62 A.D. S.-M., ms. 18 H non coté ; abbaye du Valasse ; liasse Pont-Audemer (15).

63 A.D. S.-M., ms. 18 H non coté ; abbaye du Valasse ; liasse Pont-Audemer (13).

64 B. M. Rouen, Y 200, fo 19 ro.

65 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 53.

66 B. M. Rouen, Y 200, f° 14 v°.

67 B. M. Rouen, Y 200, f° 26 v°.

68 B. M. Rouen, Y 200, f° 52 v°.

69 B. M. Rouen, Y 200, f° 91 v°.

70 B. M. Rouen, Y 200, f° 91 v°.

71 A. Canel, Histoire…, t. II, p. 280.

72 Ibid., p. 140.

73 Inventaire Fougis Duclos, non coté, musée Canel de Pont-Audemer. Antérieurement à ce vaste chantier, l’enceinte ne devait être qu’un simple talus surmonté d’une palissade. C’est au XVe siècle qu’il faut probablement placer l’apparition d’une construction en pierre.

74 Notons ici que la refonte profonde de l’enceinte de ville au XVe siècle correspond au démantèlement du château utilisé alors comme carrière.

75 Il faut noter ici que l’enceinte urbaine de Bernay dont l’existence est attestée à partir du début de la seconde moitié du XIIIe siècle connut de profondes transformations à la même époque.

76 Inventaire Fougis Duclos, non côté, Musée Canel de Pont-Audemer.

77 A. Canel, Histoire…, t. I, p. 142, t. II, p. 261.

78 Ibid., p. 272.

79 B. M. Rouen, Y 200, f° 15 r°.

80 B. M. de Rouen, Y 200, f° 26 v°, f° 52 v°.

81 D. Rouet, Le cartulaire…, p. 71-72.

82 Ibid., p. 210-212.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation des édifices religieux (XIe-XIIe siècles) de Pont-Audemer et de la voie an tique reliant Lisieux à Lillebonne/Caudebec-en-Caux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende Fig. 2 : cadastre de la ville de Pont-Audemer dressé en 1835 sur lequel a été superposé le tracé du mur d’enceinte de la ville démantelé au XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Légende Fig. 3 : plan géométrique de Pont-Audemer, ville du duché de Normandie, par Pierre Aimé Leloutre Faudiste, 1742. Le plan est orienté initialement au sud.Il a été retourné pour une meilleure compréhension afin de le présenter comme les autres avec une orientation au nord.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig 4 : répartition des vestiges antiques mis au jour à Pont-Audemer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Légende Fig. 5 : tracé probable de la voie publique mentionnée dans la Chronique de Fontenelle menant à Duo-Pontes et reprenant celui d’itinéraires routiers antiques. Extrait de la Chronique de Fontenelle concernant la donation du quart de la forêt de Brotonne faite par le roi Dagobert le Jeune à l’abbé Bénigne en 715 : « Deinde ad Petram ictam secus illam uiam publicam quae dicitur Ad duos pontes et ad bracum qui dicitur Bricilionem* », chapitre III, 4, De Arlauno silva.*La forme du nom de Brionne dans ce passage est à rapprocher de celle qui apparaît, par exemple, dans la charte, rédigée entre 1035 et 1066, par laquelle Guillaume, duc de Normandie, concède au monastère de Saint-Wandrille les églises de « Briothnienses ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Légende Fig. 6 : limites communales actuelles et anciennes paroisses.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 7 : topographie de la ville aux XIe-XIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 8 : répartition des paroisses intra-muros au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Légende Fig. 9 : localisation du château de Pont-Audemer placé au sein d’une série de fortifications édifiées le long de la basse vallée de la Risle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10038/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Sa thèse porte sur Origine et structure du peuplement en région de la Risle (Xe-XIIIe siècle).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site