Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Le château des archevêques de Rouen à Louviers

Thomas Guérin

Texte intégral

  • 1 Le château et les défenses de ville en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge, préparée par l’a (...)

1En 2004, les fortifications médiévales de Louviers ont fait l’objet d’un mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Mme Anne-Marie Flambard Héricher. Les nouvelles recherches sur le sujet entreprises dans le cadre d’une thèse de doctorat1 conduisent aujourd’hui à préciser ou revisiter les conclusions d’alors.

2C’est avant tout le cas du château que nous choisissons d’aborder, car il est de loin la structure la plus problématique de Louviers tant sur le plan archéologique qu’historique. Souvent le pôle d’intérêt de recherches anciennes ou récentes, il n’en demeure pas moins excessivement nébuleux. De délicates problématiques touchant à sa durée de vie comme à sa localisation sont en cause. Maintes fois soulevées, elles n’aboutissent jamais à une explication satisfaisante. On assiste au contraire à une récupération systématique des hypothèses érudites formulées au XIXe siècle.

3Nous n’aborderons pas ici l’ensemble des facettes de ce sujet complexe. Ce survol proposera un point de la question à partir du corpus des sources rassemblé vers 1880. Loin d’être sibylline, cette documentation médiévale permet de se faire une très bonne idée de la nature morphologique du complexe castral de Louviers. Mieux, cet exercice est réalisable avant même d’aborder les principaux problèmes de ce sujet : l’origine de ce complexe, sa pérennité dans le tissu urbain de la fin du Moyen Âge et surtout sa localisation.

Le château : principales caractéristiques

  • 2 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1883, t. 1, p. 94, lxxi.
  • 3 À savoir un espace délimité par un enclos et un fossé pouvant être tous deux partiels et disposant (...)
  • 4 Jacques Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », Archéologie médiévale, X, 1980, p. 15 (...)

4La présence d’une fortification qu’on pourrait qualifier de castrale à Louviers remonte à l’extrême fin du XIIe siècle ou au tout début du suivant. À cette époque, Avicie, fille de Robert le François, cède à Gauthier le Magnifique la terram de castellerio avec plusieurs autres de ses possessions et toutes leurs dépendances2. Bien qu’on puisse conjecturer sur la nature de cette fortification, le terme même de castellerio sous-entend la parenté de cette structure avec un château au sens le plus large3. L’appellation latine ici employée évoque d’ailleurs le terme de câtelier, souvent associé à d’anciens retranchements4. Si l’acquisition d’une structure fortifiée à Louviers par l’archevêque de Rouen au tournant du XIIIe siècle ne fait aucun doute, la localisation de cette terram de castellerio est plus problématique puisque l’acte de vente ne donne aucune précision sur sa localisation exacte. De même, la filiation entre cette fortification primitive et le château seigneurial des XIVe et XVe siècles n’est que conjecturale.

La désignation de l’ensemble castral dans les sources

  • 5 T. Bonnin, op. cit., t. 2, p. 74, cccxlvii.
  • 6 Arch. dép. Seine-Maritime, G 634.

5En 1346, le fort de Louviers est mentionné lorsque la ville est pillée puis incendiée par l’armée d’Édouard III5. En dehors de cette source narrative, ce sont principalement les documents comptables médiévaux qui nous dépeignent le château des archevêques de Rouen. La principale source reste le compte de recettes et dépenses du comté de Louviers pour la période du 20 septembre 1367 au 15 août 13686, celui-ci décrivant avec une abondance de détails les travaux entrepris au château.

  • 7 Ibid., G 659.

6La terminologie se rapportant à l’édifice dans son ensemble est assez variée. Globalement, on constate que c’est l’appellation chastel qui est de loin la plus fréquente. On la retrouve tout au long de la période, dès 1367 et jusqu’en 1501. Elle sert toujours à désigner l’ensemble castral. Seule l’expression « pignon du chastel » utilisée en 14617 pourrait induire une exception dans cette constance sémantique. Dans ce cas uniquement le terme chastel semble désigner une construction spécifique et non pas l’ensemble du château.

7La dénomination de forteresse est après chastel celle qui est la plus souvent rencontrée. D’après notre documentation, elle s’inscrit dans une période allant de 1382 à 1426. Elle remplace le terme de fort qu’on ne rencontre que dans la seconde moitié du XIVe siècle, en 1346 puis en 1367-1368. Il semble à ce titre que fort soit l’expression employée pour désigner le noyau castral primitif avant et durant les grands travaux de 1367-1368. L’ensemble appelé fort constituerait la première enceinte fortifiée, détachée des fortifications urbaines de Louviers. La lecture des sources médiévales montre que la plupart des bâtiments importants sont compris dans ce fort, ce qui nous conforte dans l’idée qu’il peut s’agir du château dans son extension initiale. D’ailleurs, l’abandon de cette désignation après 1368 est également un indice en faveur de cette hypothèse.

  • 8 Ibid., G 983.

8À partir de 1367 au moins, le noyau castral primitif est agrandi et amélioré. Cette même année l’archevêque de Rouen fait démolir plusieurs bâtiments pour les besoins de l’agrandissement de son château. En 1383 une charte royale déclare qu’il est question de le renforcer « tant de nouvelles murailles comme de tours et autrement et desja ait encommencié à faire fère les fondementz »8. Ces grands travaux sont justifiés par la volonté de fournir aux habitants de la ville un endroit où ils « pourroient se retraire et garder corps et biens ». L’édification des défenses urbaines dans le même temps conduit à la juxtaposition des deux systèmes dont la vocation est concurrente. Ce sont vraisemblablement ces agrandissements, souvent au détriment du tissu urbain, qui amènent dès 1382 à désigner l’ensemble sous le terme forteresse. L’indépendance du complexe castral étant partiellement neutralisée par l’édification des défenses de ville, l’archevêque se devait de transformer son fort devenu obsolète. En tant que forteresse, le château seigneurial constitue de fait un élément de l’enceinte fortifiée urbaine, même s’il en reste dissocié.

9Nous terminerons notre tour d’horizon par les désignations de maison et d’hostel qui sont de loin les moins fréquentes. Leurs occurrences se situent dans le dernier tiers du XIVe siècle. Maison est parfois employée dans les documents émanant de l’archevêque. En revanche l’expression « hostel ou hostelz » n’est utilisée que dans la charte royale de 1383. Dans chacun des cas ces usages terminologiques correspondent à une désignation de l’ensemble du système castral. Ils sont donc à considérer comme des synonymes de chastel. Dans la plupart des cas, le vocable maison et l’expression « hostel ou hostelz » ne sont pas isolés et côtoient celles de chastel et de forteresse, ou encore celle moins polysémique de fort.

10On notera que la charte de 1383 utilise également l’appellation « forteresse de son dit hostel ». Ici, il semble que ce soit le principal organe résidentiel qui soit mis en avant : l’Hostel de Monseigneur. En revanche le terme de forteresse semble d’une portée plus générale sans forcément désigner des défenses particulières à l’Hostel lui-même.

  • 9 T. Bonnin, op. cit., t. 2, p. 144, cccxci.
  • 10 Arch. mun. Louviers, EE 10, portefeuille 7.
  • 11 Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du mil (...)

11Enfin, un document royal de 13829 et une ordonnance anglaise de 143610 emploient respectivement les appellations maison fort et forte maison. Ce sont parmi les seules fois où ce terme est employé mais il se réfère sans conteste au château. Dans les deux cas la terminologie est associée aux moyens de la défense urbaine. L’acception de maison forte suggérait donc une participation – réelle ou seulement velléitaire – au système fortifié de la ville. Notons que cet usage atteste peut-être plus l’interchangeabilité du vocabulaire médiéval qu’une réalité castello logique. Il semble en effet inapproprié de considérer le château de Louviers comme une maison forte, du moins selon notre définition contemporaine : une résidence « secondaire », principalement rurale et en marge des villages11.

12En définitive, le vocabulaire médiéval utilisé dans les sources ne semble guère hésitant sur la nature de l’édifice qu’il désigne. La fonction militaire de l’ensemble est la plupart du temps mise en avant, concurremment avec son aspect résidentiel. Il ne fait aucun doute que nous sommes en présence d’une véritable fortification castrale. À la fin du XIVe siècle le château se modifie ; il cesse d’être la fortification singulière d’une ville ouverte pour se juxtaposer aux nouvelles défenses urbaines, ce que le vocabulaire des sources semble assez bien restituer.

Les bâtiments de l’enceinte

13Au moins initialement, le château seigneurial des archevêques se constitue d’une enceinte fortifiée à l’intérieur de laquelle se distribue toute une série de bâtiments (fig. 1). Jusqu’en 1382, rien ne nous permet d’envisager la présence de plus d’un enclos. Les très rares indications topographiques sont en outre insuffisantes pour construire un plan même schématique de la distribution des bâtiments dans le complexe castral. Nous nous bornerons donc à présenter ces structures et leurs fonctions dans la mesure où la localisation de la majorité d’entre elles est impossible.

Fig. 1 : schéma synoptique des principaux bâtiments du complexe castral cités dans les sources (1367-1468).

  • 12 Arch. dép. Seine-Maritime, G 635.
  • 13 Le cas est d’ailleurs comparable à celui du château urbain de Breteuil-sur-Iton. La documentation (...)
  • 14 Charles de Beaurepaire, « De l’administration de la Normandie sous la domination anglaise, aux ann (...)
  • 15 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 57-59, cccclxii.
  • 16 À titre d’exemple, le château de Lillebonne, bien que doté d’une grosse tour maîtresse « philippie (...)

14Le premier et sans doute le plus important des bâtiments du château est l’Hostel de Monseigneur. Bien que ceux-ci soient rarement vus à Louviers, il est la résidence des seigneurs archevêques et la représentation de leur autorité temporelle. L’Hostel de Monseigneur fait partie du fort, le noyau castral, mais n’a apparemment pas d’organes militaires propres. Il ne jouit que d’une fonction résidentielle pour laquelle il dispose notamment de latrines et d’un personnel attaché au service du bâtiment en la personne du « maistre dostel »12. Les travaux qui y sont entrepris en 1367-1368 ou encore en 1424-1425 ne laissent jamais entendre qu’il peut s’agir d’une structure partiellement fortifiée voire de l’élément d’une tour maîtresse. D’ailleurs, au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle, la présence d’une telle tour n’est absolument pas attestée. L’Hostel de Monseigneur en tant qu’élément pivot du complexe castral joue parfaitement le rôle qui lui échoit sans nécessiter la présence d’une quelconque structure phallique13. On doit néanmoins nuancer ce constat puisqu’en 1425 le capitaine anglais Guillotin de Lansac est retenu avec un homme d’armes à cheval, un à pied et six archers pour la garde de la tour de Louviers14. Il nous semble inapproprié de considérer que cette tour – dont c’est ici l’unique mention – est autre chose qu’un élément du château. À Louviers, comme dans d’autres places normandes, l’office de capitaine, même s’il s’étend à la ville entière, est d’abord associé au château seigneurial et à son détenteur15. Mais alors qu’est-ce que cette tour ? Appartient-elle au noyau castral sans nécessairement intégrer les organes résidentiels nobles qui l’érigeraient, primitivement, au rang de tour maîtresse ? L’éventualité n’est pas à écarter16. La possibilité du réaménagement d’une ancienne tour voire d’une construction neuve entre la fin du XIVe et le premier tiers du XVe siècle sont elles aussi des hypothèses recevables.

  • 17 Au château de Rouen, entre 1376 et 1408 notamment, la chambre de la Reine est un arsenal où sont e (...)
  • 18 Arch. dép. Seine-Maritime, G 989.
  • 19 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 1re partie, p. 145, cccxci.
  • 20 Arch. dép. Seine-Maritime, G 638.

15D’autres espaces résidentiels sont présents dans l’enceinte du fort et sont destinés à des officiers seigneuriaux ou au personnel du château. La chambre au Capitaine et la chambre messire Eudes Dache sont uniquement mentionnées dans le compte de 1367-1368. Des deux, c’est celle du capitaine qui fait l’objet des travaux les plus importants : édification d’une cloison de plâtre, achat d’une penture pour l’huis. La chambre messire Eudes Dache n’est concernée que par de menus travaux de serrurerie. C’est aussi le cas de la chambre sous le degré de la Vieille-Tour, elle aussi citée en 1367-1368. Contrairement aux deux autres, cette dernière n’est pas forcément un espace résidentiel17. En 1346, on signale que le bailli demeure au château18. C’est vraisemblablement aussi le cas du vicaire général cité en 1346 et 138219. Le receveur dispose peut-être aussi d’une résidence dans le noyau castral comme le suggère sa mention, aux côtés du bailli et du vicaire, toujours en 1346. L’Ostel du Receveur est cité en 1367-1368 mais sans le moindre indice topographique il est plus hasardeux de le situer dans l’enceinte du château. En effet, cet hôtel peut très bien se situer en ville où l’archevêque possède également des édifices consacrés à l’administration de sa seigneurie. L’aumônier, qu’on rencontre aux côtés du capitaine dans la direction de certains travaux fait peut-être aussi partie des occupants du fort. Avec eux, on sait qu’en 1346 s’y trouvent « plusieurs autres » des gens de l’archevêque, sans plus de précisions, et qu’il existe une maison des chapelains dont on couvre l’escalier en 1424-142520.

  • 21 En 1423, Guillaume de Mons s’échappe du château en sautant le mur ; Paul Le Cacheux, Actes de la c (...)

16La présence de la chapelle n’est attestée qu’à la même année, lors de l’achat de cierges lui étant destinés. Les documents médiévaux ne nous fournissent aucune information quant à sa dédicace. Le même document signale la présence d’un bâtiment de cuisines, d’un fenil et d’un fournil. Ce dernier est le seul à être localisé dans l’enceinte, à proximité de l’entrée du château. Auparavant, dès 1367-1368, le fort accueillait un grenier à blé et une salle. Après la conquête de la ville en 1418, l’administration anglaise ajoute peut-être au château une fonctionnalité carcérale21.

17Le château des archevêques possède donc tout l’éventail des bâtiments dits « d’honneur » qu’on peut rencontrer dans les principales forteresses urbaines ou semi-urbaines de la fin du Moyen Âge : résidence noble, salle, chapelle et cuisines. La moitié de ces bâtiments est d’ailleurs explicitement localisés dans le noyau castral qu’est le fort. Le château possède également des structures plus fonctionnelles destinées au contrôle de la seigneurie ou au logis du personnel assurant ce contrôle.

Les organes de la défense

18Les travaux d’amélioration – ou de destruction – des fortifications castrales occupent une part non négligeable de la documentation disponible. Ils mettent en lumière différents éléments de la défense qui se prêtent mieux que les bâtiments de l’enceinte à une tentative de localisation, même relative.

19Ce sont les portes du château qui reviennent le plus régulièrement dans les sources médiévales. Celui-ci dispose en effet de deux ouvertures, l’une simplement nommée la porte du Chastel et l’autre la porte des Champs. Toutes deux apparaissent explicitement et pour la première fois dans la comptabilité de 1367-1368. L’ultime mention de la porte des Champs est datée de 1426. En revanche, la porte du Chastel est pour la dernière fois citée en 1467-1468.

  • 22 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 129, ccclxxvii.
  • 23 Arch. dép. Seine-Maritime, G 640.
  • 24 Ibid., G 665.

20Selon toutes les apparences, cette dernière est le plus ancien moyen d’accès au noyau castral. L’ouverture est équipée de guérites et d’un pont-levis. Elle est défendue par un « petit fossé » et prolongée par un pont de pierre. Les travaux dont elle bénéficie à la fin du XIVe siècle comptent parmi les plus lourds. Néanmoins, la nature précise des organes concernés par le chantier est difficile à interpréter. On sait que « la masse du pont » est rehaussée et qu’elle est dotée d’une porte en pierre. Les comptes précisent d’ailleurs qu’on fabrique des voûtes pour celle-ci. La masse dont il est question correspond vraisemblablement à un ouvrage de maçonnerie, mur ou courtine. Ainsi, lorsqu’en 1374 Charles V accorde une continuation des aides pour la fortification de la ville, il précise que « l’en a clos la moitié des murs et plus de franche matière, les quelx sont faiz et accompliz de mace et de quernel »22. Dans le cas du château, il pourrait s’agir des éléments d’une barbacane défendant la tête de pont, du côté de la ville. Dans le même temps, le « petit fossé » situé sous le pont-levis est redressé. La stabilité de ses pentes est assurée grâce à une centaine de petits fagots qui y sont disposés. La porte subit une opération de démontage ponctuel en 1424-1425 car son « avant-solier » pend dangereusement sur la rue et doit être abattu. En conservant une certaine réserve, il nous semble possible de placer cet avant-solier au niveau de la masse du pont plutôt que sur la porte du Chastel elle-même. L’année suivante, le pont est cité pour des réparations en 1426-142723. La porte est au moins partiellement démantelée en 1468 puisque à cette date il est question d’une « vide place où soulloit estre l’entrée du chastel »24.

  • 25 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 148, cccxciv.
  • 26 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 57-59, cccclxii.

21Comme l’entrée principale, la porte des Champs fait partie du fort. En revanche elle est percée au cours du XIVe siècle et n’appartient donc pas aux dispositifs les plus primitifs du château. En 1383, Charles V indique que c’est seulement depuis que la ville a été fortifiée que la « forteresse […] a eu une porte par laquelle l’on peut issir d’icelle ville »25. Si nous ignorons la date précise du percement de la porte des Champs, les années 1367-1368 constituent néanmoins un terminus ante quem. Elle existe à cette époque puisqu’on y met un « gros toroul et une chienne de fer » ainsi qu’« une serreure et une clef ou guichet de la dicte porte ». Compte tenu de sa relation avec l’édification des défenses urbaines, elle n’est sans doute pas antérieure aux années 1360. D’après le document comptable du XIVe siècle la porte des Champs semble être une ouverture assez simple comportant une porte et un guichet pratiqué dans celle-ci. Ces dispositions suggèrent une possible configuration mixte de l’accès, à la fois charretier et piétonnier. La porte ne semble pas disposer d’éléments défensifs très élaborés comme en témoigne un accord conclu entre l’archevêque et les habitants de Louviers en 142626. Ces derniers obtiennent alors de leur seigneur que l’issue soit équipée d’un pont-levis et de deux tourelles de flanquement contre le mur du château. L’accord stipule aussi qu’en cas de menace l’accès devra être muré « pour la seureté d’icelui chastel comme de la dicte ville ». Cependant, rien n’indique que toutes les modalités de l’accord ont été respectées par l’archevêque de Rouen.

22Les autres organes de la défense apparaissent plus occasionnellement dans les sources. La présence initiale de courtines maçonnées et de tours est sous-entendue en 1383, car il est question de renforcer le château « tant de nouvelles murailles comme de tours ». Toutefois, une seule est reconnue en relation avec le noyau castral. Elle est désignée dans la comptabilité de 1367-1368 sous le nom de Vieille-Tour ; l’appellation suggérant fortement qu’il s’agit d’un édifice antérieur à la seconde moitié du XIVe siècle. La tour confiée à la garde de Guillotin de Lansac en 1425 est quant à elle bien délicate à identifier. Hypothétiquement il nous semble envisageable de la dissocier de la première.

23Le château bénéficie d’organes défensifs de bois cités en 1367-1368. Deux maisons sont abattues dans les faubourgs pour construire des guérites. Elles sont placées en différents points du fort et plâtrées, sans doute pour leur assurer une meilleure résistance au feu. La même année, le « pal » du fort qui gisait dans les fossés est relevé. L’apparente négligence à l’égard de cette palissade ajoutée aux courtines dont est apparemment clos le château conduisent à supposer qu’il s’agit d’une ligne de défense extérieure, éventuellement située sur la contrescarpe des fossés. Ces derniers, élargis à la fin du XIVe siècle isolent totalement le château du reste des défenses urbaines jusqu’en 1426 au moins.

Matérialisations d’un antagonisme château-ville forte

  • 27 Arch. dép. Seine-Maritime, G 989 ; T. Bonnin, op. cit., t. 2, 1re partie, p. 145, cccxci.

24Lors des deux derniers siècles du Moyen Âge des tensions violentes opposent les habitants de Louviers aux archevêques de Rouen. L’exaspération que semble induire le pouvoir seigneurial conduit à d’importantes émeutes en 1346 puis en 138227. Toutes les deux sont dirigées contre le château, symbole du pouvoir seigneurial et source de nombreux litiges.

  • 28 Cette démarche, judiciaire avant d’être contestataire, est illustrée par une enluminure normande d (...)

25L’édification de défenses urbaines est l’occasion pour la ville de se détacher du noyau castral en l’isolant et en neutralisant l’indépendance de son accès primitif. Les réponses à cette tentative de confinement sont perceptibles d’abord par l’ouverture d’un accès garantissant l’autonomie du château – la porte des Champs – et ensuite par la tentative d’en faire l’ultime retrait du système fortifié urbain, son point d’orgue. Malheureusement pour l’archevêque l’agrandissement de son château passe par l’appropriation de terrains et la destruction, certes souvent cavalière, des bâtiments qui s’y trouvent. Cette manière de procéder engendre selon toute vraisemblance une vague de contestation à l’encontre des travaux en cours. Celle-ci s’amalgame rapidement avec une controverse sur les droits de l’archevêque : nomination du capitaine, réquisition des habitants pour participer aux travaux du château, etc. En 1382, on assiste à une véritable dénonciation de nouvel œuvre lorsque les émeutiers envahissent le château, clamant « qu’ou dit lieu n’avoit jà chastel ne forteresse et qu’ils abatroient tout »28. Le chantier semble alors neutralisé jusqu’à ce que le roi donne l’année suivante l’autorisation d’achever les travaux. Les tensions ne s’apaisent pas pour autant et sous la domination anglaise c’est la légitimité de la porte des Champs comme celle de la connexion du château aux lignes de défenses urbaines qui sont particulièrement mises en cause. La question est théoriquement réglée en 1426. Elle n’apparaît plus par la suite, sans doute occultée par le retour de Louviers sur la scène militaire en 1429.

  • 29 Arch. dép. Seine-Maritime, G 683.

26Si, dans les faits, le château est bel et bien un élément des fortifications urbaines, on peut cependant envisager sa déconnexion maximum du système jusqu’en 1440-1441. La structure est d’ailleurs signalée comme étant adossée aux remparts urbains29. Cet isolement contraint par la ville semble persister tant que la forteresse reste directement du ressort de l’archevêque. Enfin, lorsqu’on compare les dispositions avérées de chacune de ses deux portes, on note non sans intérêt que les plus abondantes lignes de défense sont tournées vers la ville (fig. 1). En effet, le seigneur de Louviers n’oublie pas qu’il s’agit là de son principal adversaire...

Un château, une citadelle, des problématiques

27Bon nombre des recherches qui furent amenées à considérer le château n’ont pas permis d’aboutir à une bonne intelligence de ses parties constituantes. Dans bien des cas, la confusion qui règne sur sa morphologie résulte en amont des problématiques majeures qui touchent à son origine, sa durée de vie et son emplacement dans la ville. Il est vrai que le château de Louviers soulève bien des problèmes : sur son apparition et la durée de son existence d’abord, mais par-dessus tout sur sa localisation. Bien qu’il ne soit pas possible de faire ici un point définitif sur la question, nous tâcherons d’apporter des éléments de réponse aux différentes problématiques évoquées.

La chronologie

  • 30 S’il est vrai que la maison de l’archevêque est endommagée en 1346, ces déprédations peuvent très (...)
  • 31 Paul Dibon, Essai historique sur Louviers, Rouen, Périaux, 1836, p. 152 ; Léopold Marcel, « Les ru (...)
  • 32 Bibl. mun. Louviers, fonds Lalun, liasse V, IP 219.
  • 33 Léopold Delisle, Louis Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire (...)

28D’après l’historiographie traditionnelle, les archevêques de Rouen auraient d’abord disposé d’un manoir ou d’une maison plate sans fortification. Cette demeure seigneuriale aurait été rasée en 134630 lors de la chevauchée d’Édouard III et relevée sous la forme d’un château fort dans les décennies 1360-138031. Sur la déclaration d’un manuscrit d’époque moderne32, il fut considéré que le château disparaissait totalement en 1431-1432 pour ne jamais être relevé33.

  • 34 Eudes Rigaud mentionne en 1256 son aula : Théodore Bonnin, Journal des visites pastorales d’Eudes (...)
  • 35 T. Bonnin, Cartulaire de Louviers, op. cit., t. 1, p. 94, lxxi.

29L’examen des sources médiévales indique à l’évidence que Louviers possède un château – ou du moins une fortification de nature castrale – avant la seconde moitié du XIVe siècle. L’existence d’une maison plate ou d’un manoir, bien qu’envisageable, n’est pas attestée explicitement dans les textes34. Il semble que « le manoir de Lowiers » cité en 1197 dans l’échange d’Andeli35 ait été l’une des principales sources de confusion. Il faudrait y voir un ensemble de droits, de coutumes et de franchises plutôt qu’un bâtiment. Enfin, on relève que tous les travaux se réfèrent à un édifice préexistant qu’il s’agit de réparer ou d’améliorer. En toute logique, l’examen attentif de la documentation ne permet pas d’accréditer la thèse d’un manoir seigneurial fortifié tardivement.

  • 36 Arch. dép. de Seine-Maritime, G 660.
  • 37 Ibid., G 659.
  • 38 L’historiographie traditionnelle retient qu’au sortir du Moyen Âge les archevêques de Rouen font b (...)
  • 39 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 1re partie, p. 58, 59, dcxix.

30La disparition complète de l’édifice est elle aussi discutable. Les sources démontrent à maintes reprises qu’il persiste dans le paysage au moins jusque dans les premières années du XVIe siècle, soit longtemps après la date supposée de sa démolition. Dès lors, il continue de marquer le tissu urbain de sa présence. Certes il se rétracte sur lui-même : une partie de ses fossés disparaît36, certaines de ses maçonneries mal entretenues et jugées dangereuses sont abattues37, l’urbanisation le rattrape en y installant jardins et bâtiments, l’archevêque de Rouen lui-même s’en désintéresse38. Mais il est incontestable qu’il continue de s’élever dans le paysage au tournant de l’époque moderne. D’ailleurs même après la fin du Moyen Âge, aucun document ne laisse penser qu’il fait l’objet d’une campagne de démantèlement définitive. D’où cette interrogation : s’il ne s’évanouit pas totalement entre 1431 et 1432 mais qu’il existe toujours en 150139 où se trouve-t-il ?

Topographie

  • 40 P. Dibon, op. cit., p. 152-155.

31La localisation du château des archevêques est un point délicat, aujourd’hui encore sujet à controverses. Traditionnellement, la rue du Chatel, située à l’extrême sud de la ville médiévale, est reconnue comme l’indice toponymique de son emplacement (fig. 2). Elle est l’unique piste permettant d’aboutir à une localisation méridionale du complexe castral. C’est dans ce sens que sont orientées toutes les lectures de la documentation médiévale en dépit de la faiblesse du postulat initial40. L’interprétation ayant été précocement formulée, les observations de terrain réalisées dans le secteur à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle ne pouvaient que lui être favorables. Pourtant, les traces matérielles en faveur de la destruction d’un hypothétique manoir et de l’édification d’une forteresse à sa place sont bien minces.

  • 41 Arch. dép. Eure, Notes de Louis Régnier, III F 207/374, fos 119, 120.
  • 42 Bernard Gauthiez, « Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècle », Archéologie médiévale, xxiii, 1993 (...)

32En 1909, lors de travaux de voirie, les substructions d’un bâtiment de pierre sont mises au jour rue du Chatel41. L’ensemble conservé sur près de 1,90 m de hauteur est constitué d’une portion de mur de 6 m de long, dotée en façade de deux contreforts aux arêtes chanfreinées. Distants de 1,50 m l’un de l’autre, ils encadrent une porte en plein cintre, elle aussi chanfreinée, et servent visiblement d’appui à une volée d’escalier droite accolée parallèlement au mur principal. Le vestige est aussitôt salué comme le témoin monumental du château ou du manoir seigneurial. Est-ce le cas ? Rien n’est moins sûr. La description du style architectural évoque fortement un édifice roman. Dans l’absolu, ce n’est qu’un bâtiment ou une maison de pierre à contreforts tels qu’on en rencontre dans l’aire anglo-normande42. Le vestige de la rue du Chatel est raisonnablement plus à rapprocher d’une de ces grandes maisons de pierre, propriété éventuelle d’un seigneur laïc ou ecclésiastique de Louviers. En effet, si ce n’est le toponyme, rien ne permet de lier ce vestige au château des archevêques. D’ailleurs, entre 1817 et nos jours, aucune autre découverte n’a été effectuée dans le secteur. Les auteurs attribuent volontiers cette absence de traces matérielles au total arasement de 1431-1432. Mais puisqu’il n’a pas eu lieu, l’argument toponymique devient assez douteux.

Fig. 2 : la ville forte. Plan de situation des principaux bâtiments et toponymes liés au château ou à la Citadelle.

  • 43 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 2e partie, p. 238, dcccxxvi.

33Alors pourquoi cette dénomination de rue du Chatel ? Pendant longtemps la voie est simplement nommée « la rue tenant aux remparts ». Au tout début du XIXe siècle le toponyme oscille encore entre « rue Chatel » et « rue du Chatel ». À la même époque, une propriété Chatel est signalée en bas de la rue, face aux halles. Entre 1551 et 1787, cette famille apparaît à plusieurs reprises parmi les notables et les tenants de biens fonciers dans le quartier des halles43. Il n’est donc pas inenvisageable qu’elle ait pu laisser son nom à une rue, tout comme l’a fait la famille des Matrey.

34Quant à la documentation médiévale, elle ne nous donne que peu d’indices topographiques directs permettant de situer le château. Beaucoup d’entre eux sont difficilement exploitables. Nous n’en retiendrons ici qu’un seul.

  • 44 Arch. mun. Louviers, archives de l’hospice Saint-Jean, portefeuille 11, chemise no 13.

35Lorsqu’en 1424-1425 des ouvriers abattent l’avant-solier de la porte du château, il est signalé qu’il pend sur la « rue aux quieux muriers ». Cette voie n’apparaît pas dans les rôles de fouage. Néanmoins, la majorité des toponymes de voirie médiévaux étant préservés jusqu’à la fin de l’époque moderne, il est peut-être opportun de l’associer avec l’actuelle rue du Mûrier. Le tracé de cette dernière est aujourd’hui différent de ce qu’il était autrefois car un abornement daté de 1751 indique qu’elle s’étendait jusqu’au Grand Cimetière44. Il est possible que l’accès principal du château se soit situé quelque part le long de cette rue.

36En conséquence nous aborderons à présent une hypothèse de localisation qui nous apparaît plus envisageable.

La Citadelle moderne

37La présence du château dans le paysage urbain est attestée par les sources jusqu’au début du XVIe siècle. Son empreinte se volatilise-t-elle durant l’époque moderne ? Le cas de la citadelle des XVIe et XVIIe siècles est une piste qu’il semble raisonnable de suivre.

  • 45 Le 2 septembre 1585 une information est ouverte au sujet du chauffage de la Citadelle ; arch. mun. (...)
  • 46 Arch. mun. Louviers, 2 M 15.
  • 47 Arch. mun. Louviers, 1 O 292.
  • 48 L’édifice primitif disparaît dans un incendie et est reconstruit au XVIe siècle. Les auteurs sont (...)
  • 49 Musée mun. Louviers, plan Dutens de 1796 ; bibl. mun. Louviers, vue cavalière de 1748 par Bachelay (...)

38La citadelle est une fortification qui occupe l’angle nord-ouest de l’enceinte urbaine, au bout de l’ancienne rue du Vallet (fig. 2). La date de sa fondation est inconnue mais sa présence est attestée en 158545, soit moins d’un siècle après la dernière mention du château. Ce sont essentiellement les documents municipaux d’époque contemporaine qui nous renseignent à son sujet, alors qu’elle est vendue et progressivement démantelée. Elle est décrite en 1626 comme un enclos abritant un certain nombre de bâtiments. En 180446, on précise que cette enceinte mesure 60 m de large sur 86 m de long. On y trouve des maisons d’habitation, une cave appelée le « Magasin à Poudre »47 et une chapelle placée sous le vocable de Saint-Mauxe48. Son élément le plus remarquable est une imposante tour flanquante située dans l’angle nord-ouest de l’enclos. Elle est souvent désignée comme la tour de la Citadelle ou simplement nommée « Citadelle », occultant régulièrement l’enclos lui-même. Plusieurs plans municipaux49 et une vue cavalière du XVIIIe siècle s’accordent pour attribuer à cette tour un plan hexagonal distendu de près de 19 m de long sur une largeur maximum de 10 m (fig. 3, 4 et 5). En élévation, la tour est un édifice visiblement massif qui domine largement les maisons alentour. Elle est dotée de plusieurs niveaux et d’une toiture à deux pans en bâtière, peut-être protégée par un parapet sommital.

Fig. 3 : la Citadelle, plan Dutens de 1796 (Louviers, musée mun., dessin T. Guérin).

Fig. 4 : la Citadelle, plan Fillette de 1817 (Louviers, arch. mun., 1 O 296, dessin T. Guérin).

Fig. 5 : la Citadelle, détail de la vue cavalière de Bachelay, 1748 (Louviers, bibl. mun., copie de Lanon 1878, dessin T. Guérin).

  • 50 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 2e partie, p. 31, dccv.

39Un arrêt du conseil du roi ordonne son démantèlement en 162850 mais des vestiges monumentaux de cette citadelle persistent toujours au XIXe siècle.

40Cette fortification peut-elle avoir un lien avec le château médiéval ? Il paraît raisonnable de l’envisager.

  • 51 Sous la direction d’É. Mare, « Diagnostic archéologique du projet SEFRI-CIME, place de la Demi-Lun (...)

41En 2007, une opération de diagnostic51 a permis de mettre au jour les substructions de la tour de la Citadelle, seulement ensevelies sous le bitume d’un parking. Les maçonneries de la tour, très compactes, atteignent une épaisseur assez impressionnante de l’ordre de 4 m, ce qui concorde plutôt bien avec la massivité retranscrite par les sources iconographiques (fig. 6 et 7). La stratigraphie et les rares témoins céramiques tendraient à situer la construction dans le XVe siècle, sans toutefois plus de précisions. Les observations archéologiques permettraient donc de reculer la datation de cette partie de la citadelle d’au moins une centaine d’années avant la fin du XVIe siècle.

42D’un point de vue topographique, la citadelle occupe un secteur relativement isolé de la ville, en périphérie du Grand Cimetière. Tout en restant prudent, on observe que celui-ci est en rapport avec la rue « aux quieux muriers », elle-même en relation avec le château. Quid de la relation château-citadelle ? Le diagnostic entrepris en 2007 n’a pas mis en évidence de niveaux antérieurs à la fin du Moyen Âge à l’endroit de la tour. Toutefois, une relation de proximité entre le noyau castral primitif et les plus anciens aménagements de la citadelle n’est pas à exclure.

Fig. 6 : les substructions de la tour de la Citadelle mises au jour lors de l’opération diagnostic en 2007 (cliché T. Guérin).

Fig. 7 : deux vues de la Citadelle en 1819 par J.-P. Renout.

43Partout ailleurs, si ce n’est à Louviers, la filiation entre le château et la citadelle moderne aurait été établie depuis longtemps. Il serait passablement fantaisiste d’envisager que plusieurs enceintes de nature castrale se soient côtoyées en différents points de la ville médiévale. Un examen attentif de la documentation ancienne nous amène à écarter les hypothèses traditionnelles pour favoriser une surimposition ou une juxtaposition du château et de la citadelle, localisés au nord-ouest de la ville forte. Il est frappant de constater que tous les travaux antérieurs ont cristallisé leur attention sur un toponyme plutôt que sur un vestige monumental. La compréhension de la nature exacte du complexe castral en a beaucoup pâti. Or une intelligence satisfaisante du château de Louviers est un préalable à toute étude sur le faciès global des fortifications de la ville.

Notes

1 Le château et les défenses de ville en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge, préparée par l’auteur sous la direction de Mme Anne-Marie Flambard Héricher et financée par la Région Haute-Normandie.

2 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1883, t. 1, p. 94, lxxi.

3 À savoir un espace délimité par un enclos et un fossé pouvant être tous deux partiels et disposant d’une fonction résidentielle, même temporaire.

4 Jacques Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », Archéologie médiévale, X, 1980, p. 153-162.

5 T. Bonnin, op. cit., t. 2, p. 74, cccxlvii.

6 Arch. dép. Seine-Maritime, G 634.

7 Ibid., G 659.

8 Ibid., G 983.

9 T. Bonnin, op. cit., t. 2, p. 144, cccxci.

10 Arch. mun. Louviers, EE 10, portefeuille 7.

11 Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe siècle, Paris, Picard, coll. « Espaces médiévaux », 2007, p. 34-35.

12 Arch. dép. Seine-Maritime, G 635.

13 Le cas est d’ailleurs comparable à celui du château urbain de Breteuil-sur-Iton. La documentation du XIVe siècle atteste que cet édifice ne dispose pas de tour maîtresse. Il s’agit d’une vaste enceinte à l’intérieur de laquelle on trouve notamment l’hôtel du roi de Navarre. Comme à Louviers cette construction est dévolue à la résidence et à l’administration mais reste dépourvue d’organes militaires propres.

14 Charles de Beaurepaire, « De l’administration de la Normandie sous la domination anglaise, aux années 1424, 1425 et 1429 », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, no 24, avril 1859, p. 203.

15 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 57-59, cccclxii.

16 À titre d’exemple, le château de Lillebonne, bien que doté d’une grosse tour maîtresse « philippienne » et d’une tour résidentielle polygonale, n’en est pas moins équipé d’un important bâtiment noble dévolu notamment au logis des seigneurs d’Harcourt. On y trouve la « chambre Monseigneur » et le « lit de Monseigneur » ; Jean Mesqui, « Le château de Lillebonne des ducs de Normandie aux ducs d’Harcourt », publication Internet, 2007, p. 31-35.

17 Au château de Rouen, entre 1376 et 1408 notamment, la chambre de la Reine est un arsenal où sont entreposées armures et arbalètes. Les rats et la vermine qui y pullulent rongent « les hoursons et les cervelières » des bassinets. On aurait donc tort de croire que le terme médiéval chambre désigne systématiquement un espace résidentiel ; Bibl. nat. ms. fr. 26013, no 1834, ms. fr. 26035, no 4027.

18 Arch. dép. Seine-Maritime, G 989.

19 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 1re partie, p. 145, cccxci.

20 Arch. dép. Seine-Maritime, G 638.

21 En 1423, Guillaume de Mons s’échappe du château en sautant le mur ; Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous domination anglaise, Rouen, Société de l’histoire de la Normandie, t. 1, p. 17-20. Les archevêques disposent d’une geôle dans la ville et en dehors de cet épisode rien ne laisse supposer que le château ait eu une prison permanente.

22 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 129, ccclxxvii.

23 Arch. dép. Seine-Maritime, G 640.

24 Ibid., G 665.

25 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 148, cccxciv.

26 T. Bonnin, op. cit., t. 2, 2e partie, p. 57-59, cccclxii.

27 Arch. dép. Seine-Maritime, G 989 ; T. Bonnin, op. cit., t. 2, 1re partie, p. 145, cccxci.

28 Cette démarche, judiciaire avant d’être contestataire, est illustrée par une enluminure normande de la fin du XIIIe siècle où des hommes armés de bâtons accompagnés d’un juriste intiment l’ordre à des maçons de cesser leurs travaux : bibl. mun. Avranches, ms. 139, fo 3.

29 Arch. dép. Seine-Maritime, G 683.

30 S’il est vrai que la maison de l’archevêque est endommagée en 1346, ces déprédations peuvent très bien être attribuées aux émeutiers qui la même année « abatirent partie de ladicte maison » plutôt qu’à l’armée anglaise. Arch. dép. Seine-Maritime, G 986.

31 Paul Dibon, Essai historique sur Louviers, Rouen, Périaux, 1836, p. 152 ; Léopold Marcel, « Les rues de Louviers, rapport au nom de la commission chargée par le conseil municipal, dans la séance du 7 novembre 1866, de proposer la dénomination de voies nouvelles », Louviers, 1881, p. 26.

32 Bibl. mun. Louviers, fonds Lalun, liasse V, IP 219.

33 Léopold Delisle, Louis Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, Imprimerie Auguste Hérissey, 1852, t. 2, p. 347.

34 Eudes Rigaud mentionne en 1256 son aula : Théodore Bonnin, Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud archevêque de Rouen, MCCXLVIII-MCCLXIX, Rouen, Auguste Le Brument, 1852, p. 257, 258. Les auteurs traditionnels remplacent souvent improprement ce terme par manoir.

35 T. Bonnin, Cartulaire de Louviers, op. cit., t. 1, p. 94, lxxi.

36 Arch. dép. de Seine-Maritime, G 660.

37 Ibid., G 659.

38 L’historiographie traditionnelle retient qu’au sortir du Moyen Âge les archevêques de Rouen font bâtir à Louviers, rue du Matrey, un grand manoir en pan de bois pour les besoins de la seigneurie. Ce bâtiment disparu lors de la Seconde Guerre mondiale arborait au fronton la date de 1578 ; René Delamare, Histoire des rues de Louviers, Évreux, Imprimerie de l’Eure, 1932, p. 65.

39 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 1re partie, p. 58, 59, dcxix.

40 P. Dibon, op. cit., p. 152-155.

41 Arch. dép. Eure, Notes de Louis Régnier, III F 207/374, fos 119, 120.

42 Bernard Gauthiez, « Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècle », Archéologie médiévale, xxiii, 1993, p. 132-136.

43 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 2e partie, p. 238, dcccxxvi.

44 Arch. mun. Louviers, archives de l’hospice Saint-Jean, portefeuille 11, chemise no 13.

45 Le 2 septembre 1585 une information est ouverte au sujet du chauffage de la Citadelle ; arch. mun. Louviers, ms. du 16 octobre 1626 non répertorié.

46 Arch. mun. Louviers, 2 M 15.

47 Arch. mun. Louviers, 1 O 292.

48 L’édifice primitif disparaît dans un incendie et est reconstruit au XVIe siècle. Les auteurs sont cependant discordants sur la date précise de l’événement. P. Dibon, op. cit., p. 121 ; R. Delamare, op. cit., p. 320.

49 Musée mun. Louviers, plan Dutens de 1796 ; bibl. mun. Louviers, vue cavalière de 1748 par Bachelay (copie de Lanon datée de 1878) ; arch. mun. Louviers, 1 O 296, plan Fillette de 1817. Seule la copie du plan Leroux 1731, conservée au musée de Louviers, figure un édifice à peu près quadrangulaire, sur l’arrière duquel est greffée une seconde construction plus petite. Cette représentation est la seule à ne pas concorder avec les données archéologiques collectées sur le terrain en 2007.

50 T. Bonnin, op. cit., t. 3, 2e partie, p. 31, dccv.

51 Sous la direction d’É. Mare, « Diagnostic archéologique du projet SEFRI-CIME, place de la Demi-Lune à Louviers (27 - Eure) », novembre 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : schéma synoptique des principaux bâtiments du complexe castral cités dans les sources (1367-1468).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Légende Fig. 2 : la ville forte. Plan de situation des principaux bâtiments et toponymes liés au château ou à la Citadelle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Légende Fig. 3 : la Citadelle, plan Dutens de 1796 (Louviers, musée mun., dessin T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 4 : la Citadelle, plan Fillette de 1817 (Louviers, arch. mun., 1 O 296, dessin T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 : la Citadelle, détail de la vue cavalière de Bachelay, 1748 (Louviers, bibl. mun., copie de Lanon 1878, dessin T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6 : les substructions de la tour de la Citadelle mises au jour lors de l’opération diagnostic en 2007 (cliché T. Guérin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 7 : deux vues de la Citadelle en 1819 par J.-P. Renout.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10035/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Sa thèse porte sur Le château et les défenses de ville en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540